Version classiqueVersion mobile

Aux portes de la Ville

 | 
Ingrid Sénépart

Préface

Xavier Daumalin

Texte intégral

  • 1 Cf. les expositions « Marseille-Provence rivages des produits du monde et des ouvriers d’ailleur (...)

1Depuis les années 1990, l’histoire artisanale et industrielle de Marseille a connu un important renouvellement historiographique. De nombreuses recherches ont permis de porter un nouveau regard sur des éléments déjà analysés et de défricher des pistes jusque-là rarement empruntées (les différents acteurs de l’industrie, les scansions de la conjoncture, les produits et leurs marchés, les relations sociales, les techniques de production et leurs transferts, les lieux d’implantation des sites industriels marseillais dans l’ensemble du bassin méditerranéen etc.) pour aboutir à un constat un peu oublié : avant de s’engager dans une économie portuaire dominée par le tourisme et les services, Marseille a été un grand port industriel dont les produits et les marchandises s’exportaient dans le monde entier1. L’ouvrage réalisé sous la direction d’Ingrid Sénépart s’inscrit dans cette dynamique en suivant plusieurs lignes de force particulièrement fécondes. La première a été d’engager résolument l’archéologie dans une époque et un champ de recherche qui ne lui était guère familier à Marseille, étant donné l’importance des vestiges antiques ou médiévaux et les orientations dominantes dans la formation des archéologues ou au sein des institutions en charge de ces questions. L’entrée en industrie de l’archéologie marseillaise, clairement revendiquée, est non seulement un front pionnier qui enrichit nos connaissances sur l’histoire de Marseille, mais il représente aussi un atout – compte tenu du potentiel existant – pour sa politique patrimoniale et les enjeux sociétaux afférents. La deuxième ligne de force de cet ouvrage réside dans les partis pris méthodologiques adoptés par les auteurs : aborder l’histoire d’un site non pas à la seule échelle de l’unité fouillée, mais en élargissant la focale au quartier entier et en prenant soin de mettre en évidence les logiques et les interactions qui, dans la longue durée, ont présidé à l’installation de telle ou telle activité ; penser, comme cela se pratique déjà pour les périodes antérieures, la restitution des travaux de fouille en lien étroit avec les historiens contemporains pour proposer une analyse globale, interdisciplinaire, croisant les données issues des analyses de terrain avec celles tirées des archives, abordant à la fois le bâti, les techniques, les marchés, le social et les préoccupations environnementales, tant il vrai qu’on ne peut plus, aujourd’hui, aborder l’histoire artisanale et industrielle en ignorant la question des modes de gestion de ses rejets et celle des arbitrages successifs adoptés par les sociétés concernées. L’espace fouillé (un faubourg) et la période privilégiée, à la charnière entre l’artisanat et l’industrie, ne font que renforcer l’intérêt d’un travail collectif venant étayer l’idée que loin d’être recroquevillées dans l’espace urbain stricto sensu, les activités industrieuses du port de Marseille étaient aussi implantées dans les campagnes de son terroir, depuis l’Estaque jusqu’aux Calanques, sans oublier l’axe de la vallée de l’Huveaune. Ce faisceau de spécificités confère à cet ouvrage une valeur heuristique qui pourrait lui valoir de devenir un modèle méthodologique pour les fouilles à venir d’autres sites de même type.

Notes

1 Cf. les expositions « Marseille-Provence rivages des produits du monde et des ouvriers d’ailleurs, XVIIIe-XXe siècle », organisées aux archives départementales sur les sites d’Aix-en-Provence et de Marseille dans le cadre de Marseille-Provence 2013 capitale européenne de la culture.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search