Versión clásicaVersión móvil

Archéologie de la montagne européenne

 | 
Stéfan Tzortzis
, 
Xavier Delestre

Deuxième Partie. Chronologies, paléo-environnement, modalités de fréquentation et d’exploitation de la moyenne et de la haute montagne

Exploitation d’un écosystème alpin au Tardiglaciaire : les chasseurs de marmottes (Marmota marmota) du Vercors

Données environnementales, culturelles et économiques

Management of an alpine ecosystem during the late glacial: marmot hunters in the Vercors. Environmental, economic and cultural findings

Gilles Monin, Christophe Griggo, Julia Fournier y Christine Oberlin

Resumen

Les sites tardiglaciaires d’altitude du Vercors montrent une exploitation préférentielle de la marmotte alpine (Marmota marmota) dans des horizons archéologiques présentant des mélanges magdaléniens et épipaléolithiques. Une série de dates 14C AMS sur marmotte met en évidence une pratique diachronique liée à la dynamique végétale tardiglaciaire et à l’évolution de la limite supérieure de la forêt dans les vallées synclinales du massif. Cette activité est reconnue entre la fin du Dryas ancien et le début du Préboréal, mais n’est pas attestée à l’Alleröd phase d’extension maximale de la forêt en altitude. L’étude de saisonnalité indique pour tous les sites une exploitation préférentielle (70 % des prises) intervenant en septembre, juste avant l’hibernation de la marmotte, période ou cette activité est quantitativement et qualitativement la plus rentable. Les produits alimentaires (viande, graisse) et techniques (fourrure, graisse) de cette chasse étaient destinés à une consommation différée en plaine. Ces modalités d’exploitation de la marmotte sont proches de celles pratiquées par les Amérindiens d’Amérique du Nord suivant le modèle des collecteurs.

Texto completo

Introduction

1Le massif du Vercors, en tant qu’unité géographique montagnarde, présente un ensemble remarquable d’occupations d’altitude du Paléolithique supérieur récent. Ces sites de grotte ou abri sont associés à une exploitation préférentielle de la Marmotte alpine (Marmota marmota), qui atteint fréquemment 90 % des restes de faune chassée.

2Le fait qu’au Tardiglaciaire, des groupes humains se soient prioritairement focalisés sur un petit gibier tel que la marmotte n’est pas exclusif au Vercors. Cette pratique est connue dans d’autres zones de montagne, notamment à la grotte de la Chenelaz, dans le Jura méridional (Cartonnet, Naton 2000 ; Tomé, Chaix 2003), ou à la grotte del Clusantin, dans le Frioul (Peresani 2008). Néanmoins, par son extension à l’ensemble des sites d’altitude du massif où la faune est conservée, ce phénomène des «  chasseurs de marmottes  » (Müller 1914), illustre la mise en place d’une véritable stratégie d’exploitation de l’étage alpin par les hommes du Tardiglaciaire.

3Une précédente étude (Monin, Griggo, Tomé 2006), d’une part, avait dressé un bilan descriptif actualisé de ces gisements, en soulignant les problèmes de mélanges tardiglaciaires diachroniques (Magdalénien et Épipaléolithique), conséquence des conditions de sédimentations en altitude, et, d’autre part, en s’appuyant sur une approche taphonomique et archéozoologique renouvelée des assemblages de marmotte, avait mis en évidence que les produits recherchés (viande, fourrure, graisse) ne l’avaient pas été pour une consommation de subsistance immédiate, mais afin d’être exportés et consommés à basse altitude, en dehors du massif.

4Nous avions alors dressé deux hypothèses. La première, en nous référant aux données paléoenvironnementales sur l’évolution de la limite supérieure de la forêt, envisageait une continuité diachronique de la chasse à la marmotte entre Magdalénien et Épipaléolithique. La seconde privilégiait une acquisition des ressources lors de la fin de période d’activité de la marmotte, juste avant l’hibernation (septembre-octobre), alors qu’elle a atteint sa masse maximale, qu’elle possède une importante couche de graisse sous cutanée et une fourrure très fournie en prévision de l’hibernation. Cette hypothèse d’une chasse intervenant au moment de l’optimum de rentabilité de la marmotte, était en accord avec les données ethnographiques concernant les Amérindiens, principalement d’Alaska et des Montagnes Rocheuses.

5Cette contribution va présenter les résultats d’une série de datations directes de la marmotte par le radiocarbone, ainsi qu’une étude de saisonnalité, afin de tester la validité de nos hypothèses chronologiques et économiques.

2. Présentation des sites

2.1. Une homogénéité géographique

6Le corpus des sites à marmottes concernés par cette étude, l’abri de l’Olette (950 m, Lans-en-Vercors, Isère), les grottes voisines de Colomb et la Passagère (1 050 m, Méaudre, Isère), la grotte des Freydières (820 m, Saint-Agnan-en-Vercors, Drôme), et, dans une moindre mesure, car ayant fourni des séries fauniques moins documentées, l’abri des Pierres (1 040 m, Villard-de-Lans, Isère) et l’abri de Bobache (700 m, La Chapelle-en-Vercors, Drôme), présente une unité en terme de position géographique (fig. 1). Tous sont établis dans les fonds des vallées synclinales et subhorizontales d’altitude du massif, à proximité des cours d’eau. Actuellement ces sites appartiennent à l’étage montagnard. Les gisements installés autour de 1 000 m d’altitude dans les vallées du Nord Vercors sont à proximité de l’isotherme annuel 5 °C (Delannoy 1986). Un fort dénivelé associé aux contreforts rocheux qui ceinturent et délimitent le Vercors, les isole des sites tardiglaciaires de piémont de la basse vallée de l’Isère.

7L’autre facteur géographique essentiel est la proximité d’un contexte géomorphologique favorable à l’établissement d’importantes populations de marmotte. Ce gros rongeur requiert des sols profonds pour s’installer et creuser son terrier principal. Dans celui-ci, l’hibernaculum est généralement implanté à plus de 2 m de la surface. Il est ainsi isolé du froid hivernal. Aussi en montagnes les éboulis et les dépôts fluvioglaciaires sont une des caractéristiques des biotopes à marmotte (Perrin 2001). Les vallées synclinales du Vercors présentent de vastes surfaces couvertes par ces deux types de formations superficielles : des dépôts fluvioglaciaires (moraines, terrasses glacio-lacustres, cônes de déjections) hérités des glaciers quaternaires locaux, et des éboulis de gravité issus des escarpements.

8Dès lors, le territoire d’acquisition des chasseurs paléolithiques apparaît concentré à proximité des sites, dans les principales vallées du massif. Les zones de plateaux qui s’étendent au sud, bien qu’à plus haute altitude, n’ont pas le potentiel géomorphologique propice pour accueillir de grandes populations de marmottes, en raison de faibles pentes (risque d’ennoiement des terriers, et fonte moins rapide des neiges ; Perrin 2001), et d’une faible couverture superficielle (le substrat calcaire affleurant fréquemment dans ces secteurs très karstifiés).

Fig.1. Carte du relief du Vercors, avec les principales formations superficielles d’altitude. Équidistance des courbes de niveau : 100m. Localisation des sites tardiglaciaires mentionnés dans le texte. 1 : abri de l’Olette (950m, Lans-en-Vercors, Isère). 2,3 : grottes Colomb et Passagère (1050m, Méaudre, Isère). 4 : abri des Pierres (1040m, Villard-de-Lans, Isère). 5 : station de plein air du Clos-de-Lans (1500m, Lans-en-Vercors, Isère). 6 : abri de Bobache (700m, La Chapelle-en-Vercors, Drôme). 7 : grotte des Freydières (820m, Saint-Agnan-en-Vercors, Drôme). 8 : abri Campalou (180m, Saint-Nazaire-en-Royans, Drôme). 9 : grottes du Taï (180m, Saint-Nazaire-en-Royans, Drôme). 10 : abri du Calvaire (250m, Saint-Romans, Isère). 11 : station mésolithique de Pré-Peyret (1600 m, Grese-en-Vercors, Isère).

2.2. Historique des découvertes

9La découverte du phénomène des « chasseurs de marmottes » revient à Hippolyte Müller, pionnier de la Préhistoire dauphinoise du début du xxe s., qui fouilla la majorité de ces sites : l’Olette, Colomb, la Passagère, Bobache (Müller 1912 ; 1914 ; Monin, Griggo, Tomé 2006). Malgré cette activité de terrain ancienne, les travaux de Müller, tant au niveau de la fouille que de l’interprétation des vestiges, n’en restent pas moins d’une qualité anachronique pour l’époque (Monin, Morin, Griggo 2007). En s’appuyant sur les résultats des fouilles de la grotte Colomb qui avait livré plusieurs milliers de restes de marmotte, Müller présenta une étude archéozoologique visionnaire, basée sur un décompte par éléments anatomiques, et reconstitua, alors, une véritable chaîne opératoire d’exploitation de la marmotte (Müller 1914 ; Monin, Morin, Griggo 2007).

10La principale conclusion de son étude, toujours en vigueur actuellement, était une exportation des fourrures hors des sites du Vercors. Selon lui, après avoir séjourné l’été en montagne à chasser la marmotte et consommer sa viande, les chasseurs paléolithiques d’origine méridionale, principalement aziliens, regagnaient leurs habitats de basse altitude, chargés de fourrures, dès les premières neiges.

11D’autres campagnes de fouilles ont été réalisées postérieurement à Müller : la grotte des Freydières fouillée en 1965 (Bocquet, Lequatre 1973), et une reprise des fouilles de la Passagère par Pierre Bintz, en 1973 et 1974. La découverte la plus récente est l’abri des Pierres, exploré sur une surface restreinte d’1 m2 en 1999 (Monin, Griggo, Tomé 2006).

2.3. Des mélanges culturels

12Outre l’homogénéité du contexte géographique, l’absence de résolution des séquences stratigraphiques tardiglaciaires est une autre caractéristique commune de ces sites. Alors que les gisements de basse altitude de cette période présentent généralement des séquences stratigraphiques composées de plusieurs horizons, il apparaît pour les sites de notre corpus qu’un déficit d’apports sédimentaires en altitude (interprétation actuelle en l’absence de données géoarchéologiques plus précises) a entraîné la mise en contact de dépôts archéologiques diachroniques magdaléniens et épipaléolithiques, au sein du même horizon sédimentaire tardiglaciaire. Il est même possible de constater pour certains gisements des apports holocènes (Monin 2000 ; Monin, Griggo, Tomé 2006).

13Ce constat résulte d’une approche technologique des industries lithiques, qui consiste à identifier les techniques (Pelegrin 2000) et les schémas opératoires de production des supports et de l’outillage, tout en les confrontant avec les industries issues de sites « de référence » à forte résolution stratigraphique. À partir d’une première étude portant sur les séries lithiques de Colomb et la Passagère, qui avait mis en évidence au moins deux périodes d’occupation tardiglaciaires, la première au Magdalénien et la seconde au Laborien, culture épipaléolithique du Dryas récent (Monin 1997 ; 2000), il est apparu que la plupart des séries lithiques sont issues de mélanges de dépôts magdaléniens et épipaléolithiques (Monin, Griggo, Tomé 2006).

14Lors du sondage de l’abri des Pierres, nous avons pu observer in situ le contact entre les dépôts magdaléniens et aziliens anciens, dans l’unique horizon stratigraphique en place (Picavet, Monin, Griggo 1999 ; Monin, Picavet 2000).

15Seuls deux sites se démarquent de ce constat : l’abri de Bobache qui avait livré à Müller une stratigraphie composée de 4 horizons (2 magdaléniens et 2 aziliens ?), et l’abri de l’Olette dont l’industrie de l’horizon unique paraît homogène et épipaléolithique.

3. Datation de la marmotte

3.1. Principes

16Ce problème de mélanges culturels tardiglaciaires ne permet de déterminer, ni l’identité des chasseurs de marmottes, ni quelle a été l’extension chronologique de cette activité spécialisée, sur des critères stratigraphiques ou archéologiques.

17L’intervalle chronologique, dans lequel s’insère un potentiel de forte densité de marmottes dans les vallées d’altitude du Vercors, est tributaire du climat et de la dynamique végétale tardiglaciaire. À notre échelle d’observation paléoenvironnementale, le facteur déterminant est l’évolution de la limite supérieure de la forêt (correspondant environ à l’isotherme annuel 2 °C). Au-dessus de cette limite s’étendent les landes supra-forestières et les derniers arbres isolés de l’étage subalpin supérieur (ou « zone de combat ») puis l’étage alpin dont les pelouses constituent, davantage que le précédent, le principal domaine vital de la marmotte.

18À partir des études sur l’évolution de la limite supérieure de la forêt (David 1993), nous avions émis l’hypothèse d’une continuité de la chasse spécialisée à la marmotte au cours du Tardiglaciaire (Monin, Griggo, Tomé 2006).

19Pour répondre à cette problématique chrono-environnementale et culturelle, nous avons daté par 14C AMS, 16 restes de marmottes portant des stries de découpe provenant de 4 sites. La figure 2 présente l’ensemble des dates 14C disponibles pour les sites à marmottes du Vercors. Elles ont été mises en relation avec la chronologie isotopique 16O/18O du sondage GRIP (Björck et al. 1998) et la zonation pollinique. La conformité de cette démarche est assurée par la mise en évidence du synchronisme de la dynamique de la végétation avec les fluctuations et microfluctuations climatiques globales dans plusieurs sites naturels régionaux, pouvant associer analyses polliniques à haute résolution et analyses isotopiques 16O/18O : Chirens (460 m, Isère ; Eicher, Siegenthaler, Wegmüller 1981), La Thuile (884 m, Savoie ; Bégeot et al. 2006 ; Argant et al. 2009), Le Chevelu (320 m, Savoie ; Argant et al. 2009), Moras (315 m, Isère ; Argant et al. 2009), Les Etelles (700 m, Isère ; David 2001).

3.2. Discussion de l’ensemble des dates 14C des sites à marmottes

20Le corpus des dates radiocarbones des sites à marmottes du Vercors est composé de deux ensembles en fonction du mode d’échantillonnage et de la méthode de mesure utilisée (fig. 2) : les dates réalisées sur plusieurs restes (« dates moyennes ») par la méthode conventionnelle, et celles réalisées par AMS sur un seul reste déterminé spécifiquement : le renne (Rangifer tarandus) et la marmotte alpine (Marmota marmota).

21Trois dates moyennes (Ly 430, sur marmottes, à Colomb ; Ly 1189, « sur ossements de cervidés » (Bintz, Desbrosse 1979, p. 244), à la Passagère ; Ly 451 sur esquilles osseuses, dont la marmotte, aux Freydières) s’écartent sensiblement des intervalles chronologiques définis par les datations AMS. Elles sont donc à rejeter. La quatrième date moyenne par comptage, Ly-3647 : 10080 ± 150 BP, sur esquilles de grands mammifères, à la Passagère, est à conserver. Elle s’intègre formellement dans l’intervalle chronologique définit par la datation AMS de la marmotte pour ce site et la grotte Colomb voisine.

22Les dates AMS sur renne des deux sites de Méaudre s’intègrent dans l’intervalle chronologique défini par la datation directe de cette espèce dans les Alpes du Nord et le Jura méridional. Ainsi le renne n’est plus présent dans la région à partir de l’Alleröd (Oberlin, Pion 2009 ; Bridault et al. 2000). Pour les deux sites, elles confirment également les problèmes de mélanges diachroniques, et valident la présence magdalénienne mise en évidence par l’analyse technologique de l’industrie lithique (Monin, 1997 ; 2000).

3.3. Résultats paléoenvironnementaux

3.3.1. Exploitation de la marmotte et évolution du milieu

23Une exploitation préférentielle de la marmotte, au détriment de la grande faune, à partir des sites des fonds de vallées du Vercors, est tributaire de son abondance et de la présence de biotopes pouvant l’accueillir. Or, par ses exigences écologiques (pelouses alpines et formations géomorphologiques superficielles, cf. supra), la marmotte apparaît comme un très bon marqueur environnemental.

24La capacité de confronter les résultats de la datation directe de la marmotte avec les données paléobotaniques sur la dynamique végétale et l’évolution de la limite supérieure de la forêt (David 1993) permet d’appréhender l’évolution du milieu dans les Alpes du Nord au Tardiglaciaire.

25Par précaution, et sans recherche d’un quelconque actualisme, nous tenons également à prendre en compte le rôle du gradient de continentalité ouest-est qui entraîne une élévation de la limite des étages, et entraîne une répartition actuelle de la végétation alpine en trois zones, conséquence du gradient des précipitations et des températures (Ozenda 1985).

26Le caractère largement diachronique et la continuité relative de l’exploitation préférentielle de la marmotte sont pertinents, par l’observation de la succession des pics de probabilités des dates calibrées (fig. 2). D’après les résultats actuels, cette activité est répartie entre la fin du Dryas I et le tout début du Préboréal. Elle se scinde en deux épisodes, strictement distribués de part et d’autre de l’Alleröd.

27Le premier épisode, observé à la grotte des Freydières grâce à 5 dates correspondant à un NMI de combinaison de 5 individus (NMIc déduit à partir des éléments datés et des dates calibrées), semble continu sur un millénaire calibré (13100-12000 av. J.-C.). Cet intervalle chronologique intègre trois zones polliniques : la fin de l’épisode froid du Dryas I, le Bölling, conséquence du brusque réchauffement de 14700 cal BP GRIP (Björck et al. 1998), et le Dryas II, court épisode de péjoration climatique.

28L’environnement de la fin du Dryas I correspond à une « steppe-toundra » à herbacées héliophiles (Artemisia, Chenopodiaceae) associée à une végétation pionnière buissonnante d’arbustes ou d’arbrisseaux formant un paysage en mosaïque : bouleau nain (Betula nana) aux abords des zones humides, genévrier (Juniperus) préférentiellement sur sols secs et rocheux. En tenant compte de l’étagement du milieu en montagne, ces groupements pionniers ne devaient pas atteindre, ou être peu représentés, dans la vallée de la Vernaison où est située la grotte des Freydières (820 m).

29Le Bölling débute avec le réchauffement brutal de 14700 cal BP GRIP (Björck et al. 1998) et se manifeste par une hausse importante des précipitations (Bintz 1994 ; 1999). Il correspond à la phase d’expansion du bouleau (Betula), et à la mise en place d’un premier couvert arboré qui reste relativement ouvert (Drucker, Bocherens, Billiou 2009). En altitude, des espèces arboréennes de bouleau ont été identifiées localement par des fruits dans deux sites : B. pubescens et/ou B. pendula, à la Thuile (884 m), actuellement dans la zone de végétation des Alpes externes (Bégeot et al. 2006, Argant et al. 2009) ; et B. pubescens ainsi que B. verrucosa/pendula aux Etelles (700 m), actuellement dans la zone de végétation des Alpes intermédiaires (David 2001).

30Néanmoins, la poussée forestière du Bölling ne paraît pas avoir eu d’incidence sur l’exploitation de la marmotte aux Freydières, impliquant un environnement encore largement ouvert, et riche en pelouses, dans le secteur du synclinal de la Vernaison jusqu’au Dryas moyen.

31Aucune date sur marmotte ne se situe dans l’Alleröd, phase d’extension maximale de la forêt en altitude qui se traduit dans tous les diagrammes polliniques par un taux maximal de taxons arboréens et minimal de taxons herbacés. Le pin (Pinus) est alors le taxon ligneux dominant dans les diagrammes, suivi par le bouleau (Betula). En altitude, les pinèdes semblent atteindre 1 000 m. Le genre Betula, quant à lui, est attesté jusqu’à 1 700 m par la découverte de bois et de fruits au Col du Pré dans le Beaufortain, dans la zone de végétation des Alpes intermédiaires (David 1993).

32Avec la montée de la forêt en altitude à l’Alleröd, nous envisageons que le couvert arboré a dû suffisamment s’étendre sur les formations superficielles des vallées du Vercors, pour entraîner un recul sensible des populations de marmotte. La faible démographie de ce petit gibier, ne justifiait sans doute plus la mise en places de campagnes de chasse spécialisée par les Aziliens au cours de cette période.

33Le second épisode d’exploitation de la marmotte est défini à partir des 10 dates de la Passagère et Colomb. Il couvre l’intervalle chronologique du Dryas III, et se prolongerait jusqu’au tout début du Préboréal à l’Olette. À Colomb et la Passagère, la principale accumulation des restes de marmotte s’inscrit dans la seconde moitié de cet épisode (9 mesures entre 10310 et 10110 BP).

34Le Dryas III se traduit par une forte péjoration climatique entraînant une ouverture du milieu, particulièrement marquée en altitude. Dans la zone de végétation des Alpes externes, à la Thuile (884 m), l’absence d’aiguille de pin et la rareté des fruits de bouleau dans les sédiments, laisse supposer un important recul des peuplements arborés par rapport à la phase précédente (Bégeot et al. 2006 ; Argant et al. 2009). Dans le domaine de végétation des Alpes intermédiaires, la forêt se maintiendrait aux alentours de 1 000 m (David 1993).

35Cette ouverture du milieu en altitude et l’abaissement marqué de la limite supérieure de la forêt au Dryas III, par rapport à la période précédente, ont entraîné une nouvelle extension des pelouses alpines et un regain démographique de la marmotte. On assiste consécutivement à la reprise de son exploitation préférentielle à partir du Val ­d’Autrans - Méaudre (Colomb et la Passagère, alt. 1 050 m) et du Val-de-Lans jusqu’au début du Préboréal (l’Olette, alt. 950 m).

3.3.2. Perspectives sur l’exploitation de la montagne

Fig.2. Ensemble des dates 14C calibrées pour les sites à marmottes du Vercors, mises en relations avec la chronologie isotopique du sondage GRIP et la zonation pollinique. En blanc, dates moyennes par comptage sur échantillons composés de plusieurs restes. En noir, dates AMS sur un reste de marmotte (Marmota marmota). En orange, dates AMS sur un reste de renne (Rangifer tarandus).

36La confrontation des résultats de la datation directe de la marmotte avec les données paléobotaniques montre que cette chasse spécialisée s’inscrit dans une perspective diachronique en relation avec la dynamique végétale tardi­glaciaire. Présente sur l’intervalle chronologique, fin du Dryas I - Bölling - Dryas II, puis au Dryas III jusqu’au début du Préboréal, cette activité n’est pas attestée d’après les résultats actuels durant l’Alleröd, qui correspond à la phase d’extension maximale de la forêt en altitude.

37La cohérence du scénario associant l’étage alpin aux formations superficielles des vallées synclinales du Vercors justifie alors la rareté des découvertes du Paléolithique supérieur récent dans les secteurs d’altitude supérieure. Ainsi, dans la partie sud-orientale du massif, les Hauts Plateaux du Vercors, qui s’étendent au delà de 1 400 m et jusqu’à 2000 m, riches en sites mésolithiques (Bintz 1999), ont dû être durant la plus grande partie du Tardiglaciaire, une zone stérile, battue par les vents, correspondant aux barren grounds et/ou à l’étage nival. Une telle perpective environnementale est en accord avec l’hypothèse de cirques encore englacés au Tardiglaciaire dans le secteur des crêtes orientales du massif (Marnezy 1980), et d’une récurrence glaciaire dans les Alpes du nord au Dryas III (Couteaux 1983).

Fig.3. Distribution de la faune en pourcentage du nombre de restes déterminés pour 4 sites à marmottes du Vercors.

38Dans ce contexte les rares découvertes épipaléolithiques présentant les plus hautes altitudes, la petite série du Clos-de-Lans à 1 500 m (Picavet 1995), et la lame débitée à la pierre tendre de Pré Peyret à 1 600 m (Picavet et al. 2008) pourraient se rattacher à l’Alleröd (fig. 1).

39Cette approche environnementale montre que, dès le Tar­diglaciaire, tous les étages ayant un potentiel économique ont été exploités. Elle permet de relativiser le discours de certains auteurs voyant une conquête de la montagne à partir du Mésolithique. Si celle-ci est bien réelle en terme de valeur absolue altitudinale, elle ne l’est pas davantage en terme d’environnement et de milieu, et ne résulte que des conditions climatiques holocènes ayant permis un développement de la végétation en altitude bien supérieur au Tardiglaciaire.

3.4. Données chronoculturelles

40L’ensemble des dates AMS sur des sites du Vercors confirment, l’hypothèse d’une formation diachronique des assemblages archéologiques. En confrontant ces éléments chronologiques avec les résultats de l’analyse technologique des industries lithiques, et les données chronoculturelles des sites tardiglaciaires régionaux à forte résolution stratigraphique, il apparaît que la chasse spécialisée à la marmotte a été pratiquée de la fin du Magdalénien au début de l’Azilien ancien sur un intervalle compris entre la fin du Dryas I et le Dryas II, pour reprendre à partir du Dryas III jusqu’au début du Préboréal avec le Laborien.

3.4.1. La tradition magdalénienne

41Cette tradition technique est la plus fréquente dans les sites tardiglaciaires du Vercors. Elle a été identifiée aux Freydières, Colomb, la Passagère, ainsi qu’à Bobache et aux Pierres. Pour l’industrie lithique, elle se caractérise par un schéma conceptuel opératoire de production laminaire identique à celui identifié dans le Magdalénien supérieur du Bassin parisien et régionalement (Monin 1997 ; 2000).

42Les nucléus présentent une mise en forme élaborée par l’intermédiaire d’une à plusieurs crêtes. La production laminaire (s.l.) est obtenue en percussion directe tendre unipolaire. Sur les plus grandes lames l’aménagement de talons en éperon est fréquent. Ces supports laminaires obtenus en percussion tendre unipolaire sont dominants parmi les burins des différents gisements du corpus. Bien que présentes, les lamelles à bord abattu sont peu nombreuses dans les gisements.

43Parmi l’industrie osseuse attribuable à cette phase d’occupation magdalénienne, on remarque un harpon à deux rangs de barbelures aux Freydières, et une petite sagaie à biseau simple en bois de renne à la Passagère.

44Chronologiquement, les trois dates sur marmotte les plus anciennes obtenues aux Freydières (12760 ± 60 BP, 12725 ± 60 BP ; 12560 ± 60 BP) sont synchrones avec le Magdalénien supérieur de la couche 4a de La Fru, en Chartreuse, positionné dans la fin du Dryas I par 4 mesures 14C AMS sur cheval (12810 ± 110 BP ; 12770 ± 110 BP ; 12740 ± 110 BP ; 12600 ± 120 BP ; Pion 2004).

45En piémont du Vercors, la couche CII de la grotte de Taï (Brochier, Brochier 1973) est l’horizon magdalénien ayant fourni la date la plus récente pour le massif : 12580 ± 90 BP, 14C AMS sur renne située en fin du Dryas I (Oberlin, Pion 2009 ; Bridault et al. 2000).

46Régionalement, les dates magdaléniennes les plus récentes au sein d’ensembles stratigraphiques à forte résolution ont été récemment obtenues à la grotte Jean-Pierre 1 de Saint-Thibaud-de-Couz pour la couche 9B (Lyon-3847 (SacA-6929) : 12520 ± 60 BP, 14C AMS sur os) et la couche 9A (Lyon-3957 (SacA-6543) : 12460 ± 60 BP, 14C AMS sur élan). La couche 3 de la grotte voisine Jean-Pierre 2 a été datée 12455 ± 54 BP (Lyon-3920 (OxA), 14C AMS sur bouquetin) et 12445 ± 51 BP (Lyon-3920 (OxA), 14C AMS sur renne). La distribution des probabilités place les dates de Saint-Thibaud-de-Couz à la toute fin du Dryas ancien et dans la première moitié du Bölling. Les dates sur renne de Colomb et la Passagère se placent sur ce même intervalle chronologique, qui définit régionalement la fin du Magdalénien.

3.4.2. La tradition de l’Azilien ancien

47Cette phase d’occupation a été reconnue aux Freydières ainsi qu’à Bobache et aux Pierres. L’industrie lithique de l’Azilien ancien se caractérise par un débitage laminaire unipolaire en percussion directe à la pierre tendre sans mise en forme des nucléus. Sur le plan typologique les principaux éléments sont les grattoirs, les lames à retouches écailleuses, et des pointes à bord abattu de plusieurs types : segments, fusiformes, et dos rectiligne.

48À La Fru en Chartreuse, cet horizon azilien ancien (cou­che 3), est daté par 4 mesures 14C AMS sur cerf (12200 ± 50 BP, 12110 ± 110 BP, 11950 ± 60 BP, 11840 ± 60BP) (Mevel, Bressy 2009).

49À l’abri Campalou au pied du Vercors l’horizon équivalent (couche 2) caractérisé par des grattoirs, des lames à retouche écailleuse et des pointes à bord abattu à dos rectiligne ou fusiforme (Brochier, Livache 1997) est daté 12300 ± 60 BP et 12470± 140 BP (Oberlin, Pion 2009).

50Ces dates qui situent l’émergence de l’Azilien dans les Alpes du Nord durant la seconde moitié du Bölling coïncident avec les dates sur marmotte les plus récentes des Freydières (12325 ± 60 BP, 12120 ± 60 BP).

3.4.3. La tradition laborienne

51Dominant les assemblages lithiques de Colomb et la Passagère, cette tradition se caractérise par un débitage laminaire bipolaire en percussion directe à la pierre tendre, suivant un schéma opératoire spécifique. Dans ces gisements l’outillage retouché se distingue par une présence marquée des éléments tronqués et des couteaux à dos, de nombreux grattoirs, et de rares pointes à dos rectiligne et base tronquée (pointes de Malaurie).

52Nous avions rapproché cette tradition de la date moyenne sur esquilles osseuses de la Passagère (10080 ± 150 BP), en la rattachant au Laborien, culture à pointes de Malaurie du Dryas III et du début du Préboréal (Monin 1997 ; 2000). Sur le plan chrono-culturel, les résultats de la datation de la marmotte nous permettent d’affirmer la présence d’un ensemble culturel d’affinité laborienne dans plusieurs sites des Alpes françaises du Nord.

53À l’Olette, l’industrie lithique épipaléolithique comporte peu d’outils retouchés, et n’est pas diagnostique sur le plan typologique (Monin, Griggo, Tomé 2006). En revanche, nous avons observé des lames régulières obtenues par percussion bipolaire à la pierre tendre suivant des modalités identiques à Méaudre. La date obtenue sur marmotte (9975 ± 45 BP), située au début du Préboréal, s’inscrit dans les marges chronologiques de la culture laborienne.

54À l’abri du Petit Laup (Sahune, Drôme), dans la partie inférieure de la couche 2B présentant un remplissage archéologique hétérogène, nous avons identifié dans l’industrie lithique une composante épipaléolithique identique à celle de Colomb et la Passagère : exploitation laminaire bipolaire à la pierre tendre des nucléus sur toute la longueur des surfaces de débitage, présence d’éléments tronqués, et d’une pointe de Malaurie (Laudet et al. 2008). La date AMS sur os de ce niveau, 10090 ± 60 BP, est en adéquation avec celles de Colomb, la Passagère et l’Olette.

55Un rapprochement essentiel dans une perspective socio-économique s’effectue avec la nécropole de l’Aven des Iboussières (Malataverne, Drôme), dont la seule date 10210 ± 80 BP (OxA 5682) s’intègre pleinement dans l’intervalle chronologique définit à Colomb et la Passagère. Son industrie lithique, peu abondante, se compose de lames obtenues par un débitage bipolaire à la pierre tendre, auxquelles s’ajoute d’un couteau à dos. Elle est rapprochée des industries de la fin du Tardiglaciaire, Belloisien et Laborien (Gély et al. 2000). Un point de convergence supplémentaire avec les « chasseurs de marmottes », est la présence de cette espèce au sein du mobilier sépulcral, qui comprend une abondance d’éléments de parure réalisés sur des supports d’une grande variété (coquillages, os, minéraux ; d’Errico, Vanharen 2000 ; Gély et al. 2000). La composante mammalienne du dépôt, est issue d’une faune très diversifiée. La marmotte y est notamment représentée par 52 astragales recouvertes d’ocre (NMI = 26), interprétées en tant que parures, car leur morphologie permet aisément de les attacher (Chaix 2006). Aux Iboussières, la marmotte occupe le troisième rang des espèces de mammifères ayant contribué au mobilier funéraire, derrière le cerf (203 craches) et les bovinés s.l. (184 restes).

3.5. Perspectives fonctionnelles et économiques

56Le fait que la principale phase d’accumulation de marmottes à Colomb et la Passagère soit le produit des groupes du Dryas récent, permet de mieux comprendre les caractères typologiques de l’industrie lithique de cette tradition. Ainsi les lames tronquées et des couteaux à dos, éléments caractéristiques de l’assemblage, sont à associer au traitement des carcasses en tant qu’outils de boucherie. L’abondance de grattoirs est en adéquation avec l’activité de peausserie. Le déficit en armatures, que l’on constate également dans les composantes magdaléniennes de tous les sites, quant à lui, accrédite notre hypothèse d’une capture des marmottes par des procédés n’employant pas de projectiles armés de silex ; le piégeage ayant notre faveur par sa simplicité d’emploi, la possibilité d’une vaste maîtrise territoriale, et sa fréquence dans les sources ethnographiques (Monin, Griggo, Tomé 2006). En conséquence, les traits originaux de l’industrie lithique épipaléolithique de Colomb et la Passagère traduisent un faciès d’activité propre à l’exploitation de la marmotte.

57Ce faciès d’activité conforte l’hypothèse, pour les occupations du Vercors, d’un statut de sites de chasse spécialisée, principalement dévolus à l’exploitation de la marmotte sur des périodes de courte durée.

4. contexte économique

4.1. Présentation des séries fauniques à marmottes

58La marmotte représente fréquemment plus de 90  % des restes déterminés dans les spectres fauniques des gisements du massif (fig. 3). Le bouquetin arrive dans tous les sites au second rang de la faune chassée, ce qui s’explique logiquement par l’abondance des milieux rocheux dans ce contexte montagnard. Enfin, on constate que certaines espèces emblématiques du Paléolithique sont peu représentées. Ainsi le renne est rare. Ce taxon est notamment absent aux Freydières qui a donné les dates magdaléniennes les plus anciennes. Le cheval présent dans les niveaux magdaléniens de la base vallée de l’Isère, notamment à Campalou (Brochier, Brochier 1973) et à l’abri du Calvaire (Müller 1924) (fig. 1), est absent. Cette espèce n’a sans doute pas franchi les forts dénivelés permettant d’accéder aux vallées du massif au Tardiglaciaire.

4.2. Résultats archéozoologiques

59Les études taphonomique et archéozoologique comparées des restes de marmottes ont mis en évidence une importante homogénéité de traitement des carcasses intersites (Monin, Griggo, Tomé 2006).

60Le déficit marqué dans les gisements des os des pieds et des mains qui restent traditionnellement fixées aux peaux lors de leur récupération sur les carcasses, traduit une exportation des fourrures hors du massif, dans les occupations de basse altitude. Ce comportement a été mis précocement en évidence par Müller (1914).

61Les ossements portent trois types de stries laissées par les outils en silex (fig. 4). Les stries de dépouillement situées au niveau du crâne proviennent de la récupération de la peau. Le second groupe indique une désarticulation complète et systématique du squelette des marmottes. Celle-ci facilite une dernière étape, déduite de l’abondance des stries de décharnement, correspondant à la récupération de la viande crue sur tous les os du squelette. Une viande cuite se détache facilement des os, surtout sur un petit gibier, et ne nécessite pas l’intervention d’outils tranchants. Cette intense activité de boucherie, traduisant un désossement complet des carcasses, trouve sa cohérence dans une perspective de d’accumulation et de conservation de la viande par séchage ou fumage. Le prolongement logique de cette étape de conservation de la viande, est une consommation différée hors de la zone d’altitude. Notons qu’à Colomb (Tomé 1998 ; 2005) comme à la Passagère (Monin, Griggo, Tomé 2006), le déficit marqué des humerus et des fémurs traduit une exportation de certains quartiers (épaule et cuisse) sans désossement préalable.

62La graisse, pour sa valeur alimentaire ou technique, a certainement été un produit recherché par les préhistoriques.

4.3. Saisonnalité de la chasse à la marmotte

63L’étude archéozoologique privilégie l’hypothèse d’une exportation des ressources alimentaires (viande, graisse) et techniques (fourrure, graisse) issues de la marmotte, plutôt qu’une consommation de subsistance durant l’occupation des sites. De plus, pour les gisements de Méaudre, le faciès d’activité mis en évidence traduit une activité spécialisée de courte durée. A contrario, une diversification des activités techniques ou de subsistance, liée à une présence de longue durée, entraînerait une nécessaire diversification de l’outillage. La rentabilité d’une activité cynégétique focalisée sur un petit gibier au détriment de la grande faune se conçoit dans une perspective de forte accumulation sur une courte période.

64Pour la marmotte alpine, l’optimum de rentabilité d’une activité de prédation en terme de ressources exploitables intervient à la fin de période d’activité de l’animal, en septembre voire début octobre, juste avant son entrée en hibernation. À cette époque de l’année, la marmotte a atteint sa masse maximale, sa viande est la plus grasse et sa fourrure la plus fournie en prévision de l’hibernation. En outre, elle possède une importante couche de graisse sous-cutanée.

Fig. 4. Éléments présents dans les séries, et répartition des différentes stries de découpe sur le squelette de la marmotte (d’après Monin, Griggo, Tomé 2006).

65Afin de tester cette hypothèse de saisonnalité, l’une d’entre nous a constitué un référentiel à baser sur l’attrition et l’usure dentaire de marmottes actuelles (Fournier 2005). Ce référentiel se révèle pertinent pour les deux premières périodes d’activité de la marmotte, soit de la naissance à la seconde hibernation.

66L’application de ce référentiel aux séries des différents gisements de notre corpus révèle un tableau très homogène (fig. 5). Ainsi, pour tous les sites, la principale période de capture, avec environ 70  % des prises, intervient au cours de la période de fin d’activité de la marmotte. Ces résultats confirment l’hypothèse d’une chasse saisonnière conditionnée par l’optimum de rentabilité des ressources en terme de quantité et de qualité.

67Proportionnellement minimes, les prises intervenant entre le printemps et l’été indiquent une fréquentation des zones d’altitude durant toute la bonne saison, dès la fonte des neiges. Cette fréquentation est interprétée comme des déplacements ponctuels en altitude à vocation économique moins spécialisée ou bien tournés vers d’autres objectifs économiques, comme l’acquisition de ressources lithiques, les affleurements siliceux de bonne qualité étant très rependus dans le massif (Bressy 2003).

68Les pratiques des chasseurs tardiglaciaires du Vercors concorde avec les comportements des Amérindiens de l’Alaska, des Montagnes rocheuses et de la Chaîne côtière, qui pratiquaient la chasse à la marmotte principalement en septembre (Nagorsen, Keddie, Luszcz 1996). Chez les Tathltans de Colombie britannique, l’ensemble du groupe gagnait les plateaux d’altitude à partir de la fin août jusqu’à l’hibernation des marmottes fin septembre. La viande de marmotte accumulée était séchée ou fumée puis consommée, après le retour à basse altitude, au cours de la mauvaise saison (Emmons 1911).

5. Conclusions

69L’exploitation préférentielle de la marmotte alpine en Vercors au Tardiglaciaire est un phénomène diachronique et transculturel. Cette stratégie d’exploitation de l’étage alpin est conditionnée par le potentiel économique lié à la présence de biotopes favorisant l’implantation de vastes colonies de marmottes dans les vallées synclinales du massif. D’après les données actuelles, cette chasse spécialisée est attestée entre la fin du Dryas ancien et le début du Préboréal, néanmoins elle s’interrompt à l’Alleröd, phase d’extension maximale de la forêt en altitude.

70Les « chasseurs marmottes » ont été successivement des magdaléniens, des aziliens anciens, et des laboriens. Leur comportement économique est analogue à celui des chasseurs-cueilleurs amérindiens subactuels. Cette stratégie intervient préférentiellement juste avant l’hibernation (septembre), alors que la marmotte possède le plus fort potentiel quantitatif et qualitatif en terme de ressources à la fois alimentaires (viande, graisse) et techniques (fourrures, graisse). L’acquisition de ces produits n’est pas destinée à une consommation de subsistance immédiate dans les sites, mais à une consommation différée à basse altitude. Dans cette perspective, la viande et la graisse de marmotte n’avaient qu’un rôle de complément vis-à-vis des denrées alimentaires fournies par la grande faune. Cette chasse saisonnière spécialisée de courte durée à un petit gibier de montagne, est associée à une pratique d’accumulation et de stockage de ressources alimentaires et techniques. Elle traduit un système logistique d’exploitation optimale des différentes niches écologiques des Alpes françaises du Nord au Tardiglaciaire.

Fig.5. Distribution de la saisonnalité des captures en individus par mois, en fonction du nombre minimal d’individus de 0 à 2 ans (naissance à la seconde hibernation)

Bibliografía

Argant, Bégeot, Marrochi 2009 : Argant (J), Bégeot (C.), Marrochi (Y.) – L’environnement végétal au tardiglaciaire à partir de l’étude de trois lac : La Thuile, Saint-Jean-de-Chevelus et Moras. In : Pion (G.) dir., La fin du Paléolithique supérieur dans les Alpes du Nord françaises et le Jura méridional. Approches culturelles et environnementales, Paris, Société Préhistorique Française (mémoire L), 2009, p. 23-40.

Bégeot et al. 2006 : Bégeot (C.), Pion (G.), Marrochi (Y.), Argant (J.), Birringer (P.), Bocherens (H.), Bridault (A.), Chaix (L.), Thiebault (S.) – Environnement végétal et climatique des sociétés magdaléniennes et épipaléolithiques dans les Alpes du Nord françaises et le Jura méridional. In : Miras Y., Surmely F. (dir.), Environnement et peuplement de la moyenne montagne du Tardiglaciaire à nos jours. Actes de la table ronde internationale de Pierrefort (Cantal) du 19 au 20 juin 2003, Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises (Annales Littéraires, 799 ; Série « Environnement, sociétés et Archéologie », 9), 2006, p. 19-27.

Bintz 1994 : Bintz (P.) dir. – Les grottes Jean-Pierre 1 et Jean-Pierre 2 à Saint-Thibaud-de-Couz (Savoie). Première partie : Paléoenvironnement et cultures du Tardiglaciaire à l’Holocène dans les Alpes françaises du Nord. Gallia Préhistoire, t. 36, 1994, p. 145-266.

Bintz 1999 : Bintz (P.) – Peuplements et milieux du Paléolithique final au Mésolithique dans les Alpes du Nord fançaises : dynamique et occupations territoriales. In: Della Casa (P.) ed., Prehistoric alpine environment, society, and economy, Papers of the international colloquium PAESE’97 in Zurich. Bonn, Universitätsforschungen zur prähistorichen Archäologie, Band, 55, 1999, p. 11-24.

Bintz, Desbrosse 1979 : Bintz (P.), Desbrosse (R.) – La fin des temps glaciaires dans les Alpes du Nord et le Jura méridional. Données actuelles sur la chronologie, l’environnement et les industries. In : La fin des temps glaciaires en Europe, colloque international n° 271 du CNRS, Talence, Paris, Ed. du CNRS, 1979, p. 239-255.

Björck et al. 1998: Björck (S.), Walker (M.J.C.), Cwynar (L.C.), Johensen (S.), Knudsen (K.-L.), Lowe (J. J.), Wohlfarth (B.), and Intimate Members – An event stratigraphy for the Last Termination in the North Atlantic region based on the Greenland ice-core record: a proposal by the INTIMATE group. J. Quaternary Sci., vol. 13 (4), 1998, p. 283-292.

Bocquet, Lequatre 1973 : Bocquet (A.), Lequatre (P.) – La grotte des Freydières à Saint-Agnan-en-Vercors (Drôme). Gisement du Magdalénien final. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 70, 1973, p. 324-329.

Bressy 2003 : Bressy (C.)Caractérisation et gestion du silex des sites mésolithiques et néolithiques du Nord-Ouest de l’arc alpin. Une approche pétrographique et géochimique, Oxford, BAR Internationnal Series, 1114, 2003, 295 p.

Bridault et al. 2000 : Bridault (A.), Chaix (L.), Pion (G.), Oberlin (C.), Thiébault (S.), Argant (J.) – Position chronologique de renne (Rangifer trarandus L.) à la fin du Tardiglaciaire dans les Alpes du Nord françaises et le Jura méridional. In : Pion (G.) dir., Le Paléolithique Supérieur récent : nouvelles données sur le peuplement et l’environnement, Actes de la table ronde de Chambéry 12-13 mars 1999, Paris, Société Préhistorique Française, (mémoire XXVIII), 2000, p. 47-58.

Brochier, Brochier 1973 : Brochier (J. E.), Brochier (J. L.) – L’art mobilier de deux nouveaux gisements magdaléniens à Saint-Nazaire-en-Royans (Drôme). Études Préhistoriques, 4, 1973, p. 1-12.

Brochier, Livache 1997 : Brochier (J.-E.), Livache (M.) – La grotte du Taï et l’abri Campalou à Saint-Nazaire-en-Royans. Elements typologiques préliminaires. In : Pion (G.) dir., PCR La fin du Paléolithique supérieur dans les Alpes françaises du Nord et le Jura méridional. Rapport de synthèse 1997, SRA Rhône-Alpes, 1997, 2 p., 3 fig.

Cartonnet, Naton 2000 : Cartonnet (M.), Naton (H.G.) – Le Magdalénien de la grotte de la Chênelaz à Hostias (Ain). In : Pion (G.) dir., Le Paléolithique Supérieur récent : nouvelles données sur le peuplement et l’environnement, Actes de la table ronde de Chambéry 12-13 mars 1999, Paris, Société Préhistorique Française, (mémoire XXVIII), 2000, p. 235-243.

Chaix 2006 : Chaix (L.) – Hétéroclite et éclectique : la faune épipaléolithique de l’Aven des Iboussières (Drôme, France), Munibe (Antropologia-Arkeologia), 57/1, Homaje a Jesús Altuna, (2005/2006), p. 411-420.

Couteaux 1983 : Couteaux (M.) – Fluctuations glaciaires de la fin du Würm dans les Alpes françaises établies par les analyses polliniques. Boreas, 12, 1983, p. 35-56.

David 1993: David (F.) – Altitudinal variation in the response of the vegetation to Late-glacial climatic events in the northern French Alps. New. Phytol., 125, 1993, p. 203-220.

David 2001 : David (F.) – Le Tardiglacaire des Etelles (Alpes françaises du Nord) : instabilité climatique et dynamique de la végétation. C.R. Académie des Science Paris, Sciences de la vie / Life Science, 324, 2001, p. 373-380.

Delannoy 1986 : Delannoy (J.-J.)Carte géomorphologique du massif du Vercors, (Alpes, France). Université Scientifique et Médicale de Grenoble, 1986.

Drucker, Bocherens, Billiou 2009 : Drucker (D. G.), Bocherens (H.), Billiou (D.) – Quelle valence écologique pour les rennes et autres cervidés au Tardiglaciare dans les Alpes du nord et le Jura ? Résultats de l’analyse (13C, 15N) du collagène. In : Pion (G.) dir., La fin du Paléolithique supérieur dans les Alpes du nord françaises et le Jura méridional. Approches culturelles et environnementales, Paris, Société Préhistorique Française. (mémoire L), 2009, p. 73-86.

Eicher, Siegenthaler, Wegmüller 1981 : Eicher (U)., Siegenthaler (U.), Wegmüller (S.) – Pollen and oxygen analyses on late- and post-glacial sediments of the Tourbière de Chirens (Dauphiné, France). Quaternary Research, 15, 1981, p. 160-170.

Emmons 1911: Emmons (G.)The Tahltans indians. Philadelphia, Pensylvania University, University Museum (Anthropological Publications IV, 1), 1911.

d’Errico, Vanharen 2000 : d’Errico (F.), Vanharen (M.) – Mes morts et les morts de mes voisins. Le mobilier funéraire de l’Aven des Iboussières et l’identification de marqueurs culturels à l’Epipaléolithique, In : Les derniers chasseurs cueilleurs d’Europe occidentale, Actes du colloque international de Besançon, octobre 1998. Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises (Annales Littéraires ; 699 ; Série « Environnement, sociétés et Archéologie » ; 1), 2000, p. 325-342.

Fournier 2005 : Fournier (J.)Établissement d’un référentiel actualiste de saisonnalité pour la marmotte des Alpes (collection Couturier – Muséum d’Histoire Naturelle de Grenoble), mémoire de Master 2 de recherche, Université de Provence, Ecole doctorale, Espace, culture et société, 2005, 126 p.

Gély et al. 2000 : Gély (B.), Morand (P.) avec la collaboration de D’Errico (F.), Dutour (O.), Hantaï (A.), Valentin (B.), Vilette (P.) – Les sépultures épipaléolithiques de l’aven des Iboussières à Malataverne (Drôme). In : Crotti (P.) ed., Meso’97, Actes de la table ronde « Épipaléolithique et Mésolithique », Lausanne, 21-23 novembre 1997, Lausanne, Cahiers d’archéologie romande, 81, 2000, p. 119-128

Laudet et al. 2008 : Laudet (R.), Bintz (P.), Bressy (C.), Daumas (J.-C.), Monin (G.) – Les industries lithiques de l’abri du Petit Laup (Sahune, Drôme) dans le cadre de l’Epipaléolithique et du Mésolithique des Alpes du Nord. In : Richard (H.), Garcia (D.) dir., Le peuplement de l’arc alpin, 131e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Grenoble, 2006, publication électronique du CTHS, 2008, p. 77-93.

Marnezy 1980 : Marnezy (A.)Le Vercors méridionnal : étude géomorphologique karstique et glaciaire. Thèse de doctorat de 3e cycle, Université Scientifique et Médicale de Grenoble, 1980.

Mevel, Bressy 2009 : Mevel (L.), Bressy (C.) – Compor­tement technique et économique des groupes humains du Paléolithique fnal dans les Alpes du nord : l’exemple de l’Azilien ancien de la Fru (Savoie) collagène. In : Pion (G.) dir., La fin du Paléolithique supérieur dans les Alpes du Nord françaises et le Jura méridional. Approches culturelles et environnementales, Paris, Société Préhistorique Française, (mémoire L), 2009, p. 117-137.

Monin 1997 : Monin (G.)Approche technologique des assemblages tardiglaciaires des grottes de La Passagère et Colomb, à Méaudre (Vercors, Isère). D.E.A. de Préhistoire, Université de Provence, Centre d’Aix, U.F.R. Civilisations et Humanité, 1997.

Monin 2000 : Monin (G.) – Apport de la technologie lithique à l’étude des séries anciennes. Les assemblages tardiglaciaires des chasseurs de marmottes des grottes Colomb et de la Passagère à Méaudre (Vercors, Isère). In : Pion (G.) dir., Le Paléolithique Supérieur récent : nouvelles données sur le peuplement et l’environnement, Actes de la table ronde de Chambéry 12-13 mars 1999, Paris, Société Préhistorique Française, (mémoire XXVIII), 2000, p. 271-287.

Monin, Picavet 2000 : Monin (G.), Picavet (R.) – L’abri des Pierres (1 050 m) à Villard-de-Lans (Isère). In : Pion (G.) dir., La fin du Paléolithique Supérieur dans les Alpes du Nord françaises et le Jura méridional, Rapport Intermédiaire de P.C.R., SRA Rhône-Alpes (Inédit), 6 p.

Monin, Griggo, Tomé 2006 : Monin (G.), Griggo (C.), Tomé (C.) – Stratégies d’exploitation d’un écosystème alpin au Tardiglaciaire. Les chasseurs de Marmotte du Vercors. In : Miras (Y.), Surmely (F.) dir., Environnement et peuplement de la moyenne montagne du Tardiglaciaire à nos jours. Actes de la table ronde internationale de Pierrefort (Cantal) du 19 au 20 Juin 2003. Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises (Annales Littéraires ; 799 ; Série « Environnement, sociétés et Archéologie » ; 9), 2006, p. 29-50.

Monin, Morin, Griggo 2007 : Monin (G.), Morin (A.), Griggo (C.) – Hippolyte Müller, pionnier oublié de l’ethnopréhistoire. In : Evin (J.) dir., Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire, Actes du XXVIe Congrès Préhistorique de France, Avignon, 21-25 septembre 2004, Congrès du Centenaire, vol. 1, Société Préhistorique Française, 2007, p. 139-156.

Müller 1912 : Müller (H) – Notes sur les stations aziliennes des environ de Grenoble. Congrès International d’Anthropologie et d’Archéologie Préhistorique, C.R., 14e session, Genève, 1912, p. 558-565.

Müller 1914 : Müller (H) – Les stations aziliennes du Vercors. Les chasseurs de marmottes. C.R. Congrès Ass. française pour l’avancement des sciences, 43e session, Le Havre, 1914, p. 642-648.

Müller 1924 : Müller (H) – Découverte d’un gisement magdalénien à Saint-Romans (Isère). Rhodania, C.R. du 6e Congrès, Avignon, 1924, p. 61-62.

Nagorsen, Keddie, Luszcz 1996 : Nagorsen (D. W.), Keddie (G.), Luszcz (T.) Vancouver island marmot bones from subalpine caves : archeological and biological signifiance. Victoria, B.C. Park (Occasional paper n° 4), 1996.

Oberlin, Pion 2009 : Oberlin (C.), Pion (G.) – Le corpus des datations radiocarbone et la disparition du renne. In : Pion (G.) dir., La fin du Paléolithique supérieur dans les Alpes du nord françaises et le Jura méridional. Approches culturelles et environnementales, Paris, Société Préhistorique Française (mémoire L), 2009, p. 51-57.

Ozenda 1985 : Ozenda (P.) – La végétation de la chaîne alpine dans l’espace montagnard européen, Paris, Masson, 1985, 350 p.

Pelegrin 2000 : Pelegrin (J.) – Les techniques de débitage laminaire au Tardiglaciaire : critères de diagnoses et quelques reflexions. In : Valentin (B.), Bodu (P.), Christensen (M.) dir., L’Europe centrale et septentrionale au Tardiglaciaire. Confrontation des modèles régionaux de peuplement, Nemours, Éditions de l’APRAIF (Mémoire du musée de Préhistoire d’Île-de-France, 7), 2000, p. 73-86.

Peresani 2008 : Peresani (M.) dir. – Marmotte e cacciatori del paleolitico a Pradis, Comune di Clauzetto, Università di Ferrara, 2008, 130 p.

Perrin 2001 : Perrin (C.)La Marmotte alpine, Saint-Yrieix-sur-Charente, Éveil Nature, 2001.

Picavet 1995 : Picavet (R.)Rapport d’opérations archéologiques. La station épipaléolithique du Clos-de-Lans, Lans-en-Vercors, Isère, SRA Rhône-Alpes (Inédit), 1995.

Picavet et al. 2008 : Picavet (R.), Pelletier (D.), Chesnaux (L.), Monin (G.)La station Mésolithique de Prey-Peyret à Gresse-en-Vercors (Isère), rapport d’opération 2008, SRA Rhône-Alpes (Inédit).

Picavet, Monin, Griggo 1999 : Picavet (R.), Monin (G.), Griggo (C.) Les Pierres (Villard-de-Lans, Isère). Rapport de Sondage, SRA Rhône-Alpes (Inédit), 1999.

Pion 2004 : Pion (G.)Magdalénien, Épipaléolithique et mésolithique ancien dans les deux Savoie et le Jura méridional. Thèse de doctorat, Université de Franche-Comté, 2 vol. , 2004.

Tomé 1998 : Tomé (C.)Étude de la marmotte des Alpes (Marmota marmota L.) et de son exploitation par les chasseurs du Paléolithique final de la grotte Colomb (Méaudre- Vercors - France), Mémoire de maîtrise, Université Pierre Mendés France, Grenoble II, 1998.

Tomé 2005 : Tomé (C) – Les marmottes de la grotte Colomb (Vercors, France). Revue de Paléobiologie, vol. spéc. 10, 2005, p. 11-21.

Tomé, Chaix 2003 : Tomé (c.), Chaix (L.) – Marmot’s hunting and exploitation in the western Alps and the southern Jura from late Pleistocene to Holocene / La Chasse et l’exploitation des marmottes dans les Alpes occidentales et le Jura du sud de la fin du Pleistocène à l’Holocène. In : Ramousse (R.), Allainé (D.), Le Berre (M.) éd., Adaptative strategies and diversity in marmots / Stratégies adaptatives et diversité chez les marmottes, International Network on Marmots, 2003, p. 79-86.

Índice de ilustraciones

Leyenda Fig.1. Carte du relief du Vercors, avec les principales formations superficielles d’altitude. Équidistance des courbes de niveau : 100m. Localisation des sites tardiglaciaires mentionnés dans le texte. 1 : abri de l’Olette (950m, Lans-en-Vercors, Isère). 2,3 : grottes Colomb et Passagère (1050m, Méaudre, Isère). 4 : abri des Pierres (1040m, Villard-de-Lans, Isère). 5 : station de plein air du Clos-de-Lans (1500m, Lans-en-Vercors, Isère). 6 : abri de Bobache (700m, La Chapelle-en-Vercors, Drôme). 7 : grotte des Freydières (820m, Saint-Agnan-en-Vercors, Drôme). 8 : abri Campalou (180m, Saint-Nazaire-en-Royans, Drôme). 9 : grottes du Taï (180m, Saint-Nazaire-en-Royans, Drôme). 10 : abri du Calvaire (250m, Saint-Romans, Isère). 11 : station mésolithique de Pré-Peyret (1600 m, Grese-en-Vercors, Isère).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1432/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 516k
Leyenda Fig.2. Ensemble des dates 14C calibrées pour les sites à marmottes du Vercors, mises en relations avec la chronologie isotopique du sondage GRIP et la zonation pollinique. En blanc, dates moyennes par comptage sur échantillons composés de plusieurs restes. En noir, dates AMS sur un reste de marmotte (Marmota marmota). En orange, dates AMS sur un reste de renne (Rangifer tarandus).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1432/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 328k
Leyenda Fig.3. Distribution de la faune en pourcentage du nombre de restes déterminés pour 4 sites à marmottes du Vercors.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1432/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 128k
Leyenda Fig. 4. Éléments présents dans les séries, et répartition des différentes stries de découpe sur le squelette de la marmotte (d’après Monin, Griggo, Tomé 2006).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1432/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 212k
Leyenda Fig.5. Distribution de la saisonnalité des captures en individus par mois, en fonction du nombre minimal d’individus de 0 à 2 ans (naissance à la seconde hibernation)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1432/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 145k

Autores

Association pour la Valorisation et la Diffusion de la Préhistoire Alpine et UMR 6636 LAMPEA, ERPPA, Institut Dolomieu

Université Joseph Fourier, UMR 6636 LAMPEA, Institut Dolomieu

Centre de Datation par le Radiocarbone, « Archéométrie et archéologie : Origine, datation et technologie des matériaux », UMR 5138 CNRS – Université Claude Bernard, Villeurbanne

© Publications du Centre Camille Jullian, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Open access

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search