Version classiqueVersion mobile

La sculpture romaine en Occident

 | 
Vassiliki Gaggadis-Robin
, 
Pascale Picard

Partie 3 - Découvertes récentes et nouvelles recherches

Le thiase marin du théâtre de Lillebonne

Filipe Ferreira

Résumé

Deux blocs provenant d’une frise sont actuellement exposés au Musée municipal de Lillebonne (Seine-Maritime). Présentés comme appartenant au théâtre de la capitale de cité des Calètes, le contexte secondaire dans lequel ils ont été découverts permet de remettre en question l’attribution de cette frise au monument de spectacle. Plusieurs indices tendent à les attribuer à un monument funéraire remployé pour construire un édifice de petites dimensions dans l’arène durant l’Antiquité tardive.

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Nous emploierons ici, par convention, le nom de «  théâtre  » généralement employé pour désigner (...)
  • 2 Dorion-Peyronnet 2009, 53.
  • 3 Je tiens ici tout particulièrement à remercier Monsieur Vincenzo Mutarelli, architecte et archéol (...)

1Le théâtre1 de la ville de Lillebonne, situé en Pays de Caux, est probablement l’un des édifices de spectacle le mieux conservé du nord de la Gaule Lyonnaise. La trame urbaine de l’antique capitale des Calètes reste cependant mal connue2. C’est pourtant au milieu du XVIIIe siècle qu’ont débuté les premières explorations archéologiques de l’édifice depuis lesquelles plusieurs blocs sculptés ou épigraphes ont été mis au jour. Ces collections lapidaires sont réparties entre la réserve du théâtre même, celles du Musée départemental des Antiquités de Rouen et le Musée municipal de Lillebonne3.

  • 4 de Vesly 1912, 70.
  • 5 Tougard 1911, 338 et 341.
  • 6 Tougard 1911, 340.

2Parmi ces blocs, figure une série découverte par Léon de Vesly en 1911 lors du dégagement de l’arène. Ils ont été extraits des fondations de ce qu’il appelle « l’édicule » (fig. 1)4, vestige supposé d’un balnéaire situé dans l’édifice alors qu’il n’était plus utilisé comme lieu de spectacle5. Après avoir remarqué que l’un des blocs était sculpté, il décide d’en extraire quelques-uns pour leur valeur plastique6. Deux d’entre eux représentent un thiase marin et furent tirés du mur ouest, au centre du balnéaire (fig. 2).

Fig. 1. Théâtre de Lillebonne. Localisation de « l’édicule » fouillé par L. de Vesly

Fig. 1. Théâtre de Lillebonne. Localisation de « l’édicule » fouillé par L. de Vesly

(Vincenzo Mutarelli, Service Archéologique Départemental de Seine-Maritime)

Fig. 2. Localisation des blocs en fondation de « l’édicule »

Fig. 2. Localisation des blocs en fondation de « l’édicule »

(D’après Léon de Vesly 1911 Pl. IX).

  • 7 de Vesly 1912, 72 et Tougard 1911, 337  ; pour l’étude la plus récente de ces blocs voir la thèse (...)

3Le premier bloc (fig. 3) mesure 0,56 m de haut, 0,92 m de long et 0,80 m d’épaisseur et figure un capriné à queue de poisson. L. de Vesly l’avait interprété comme un cheval marin7 mais plusieurs éléments nous poussent à revoir son identification. Il porte sous le mufle une petite barbiche, ses sabots sont fourchus et on remarque au-dessus de sa tête le départ de ses cornes. Sa queue enroulée se termine par l’amorce d’une nageoire non détaillée. Ce capricorne est entouré de trois dauphins qui évoluent sur un fond traité à la ripe. Deux dauphins lui font face dans les angles supérieurs et inférieurs gauche du bloc. Un troisième est enroulé dans la queue du monstre à l’angle inférieur droit. Une autre queue y apparaît discrètement. Épais, le sillon figuré sur les becs des dauphins est lié au départ de l’œil et leurs queues effectuent un enroulement aboutissant à l’amorce d’une nageoire non détaillée. La partie supérieure de ce bloc a été retravaillée et la partie droite débitée comme le montrent les marques grossières de ciseau. Quelques traces de sciage sont également visibles sur la face historiée et la face gauche du bloc. Cette dernière se caractérise par une finition plus nette. D’autres marques sont liées à la mise en place originelle du bloc : le lit d’attente comporte un trou de louve en partie préservé, ainsi qu’une agrafe qui devait le joindre à un autre bloc. Un trou de bardage à l’avant du capricorne, témoin de la réutilisation de ce bloc, a été rebouché par les restaurateurs.

Fig. 3. Frise marine : capricorne

Fig. 3. Frise marine : capricorne

(Relevé : F. Ferreira, M. Mauger).

  • 8 Le dauphin a ici pour but de replacer la scène en contexte marin à la place des flots qui courent (...)

4Le second bloc (fig. 4) constituait vraisemblablement l’un des retours de la même frise. Ses dimensions ainsi que le thème iconographique développé permettent de supposer qu’il se rattache au même ensemble que le bloc précédent. Les personnages sont entourés d’un bandeau large d’environ 5 cm, ils mesurent 0,58 m de haut, 0,68 m de long et 0,56 m de large. Deux de ses faces sont figurées, la première représente un dragon marin, ou ketos sur le côté gauche du bloc et un dauphin dans l’angle supérieur droit, l’autre un triton. Le ketos n’est pas figuré dans son intégralité, mais la crête disposée le long de son cou permet de l’identifier. Il a de grandes ailes, aux plumes larges et non détaillées. Sa queue effectue un enroulement et se termine par une nageoire trifoliée. Le dauphin évolue dans le sens opposé, et semble sculpté à partir du même carton que l’un de ceux figurés sur le bloc précédent8. Faute d’espace, le sculpteur n’a pas représenté la queue. De l’autre côté est figuré un triton avançant vers la droite dans un mouvement de torsion très marqué. Il lève le bras dans un geste menaçant et tient probablement une longue rame, mal conservée. Le drapé présent sur son épaule est projeté vers l’arrière, il traduit un mouvement puissant renforcé par la profondeur de l’arrête dorsale. Ses membres inférieurs, semblables à ceux des monstres anguipèdes devaient probablement présenter un enroulement, ils se terminent par une nageoire trifoliée semblable à celle du kétos.

Fig. 4. Angle de frise marine : triton et dragon marin

Fig. 4. Angle de frise marine : triton et dragon marin

(Relevé : F. Ferreira).

5Outre leurs dimensions similaires, ces deux blocs présentent également les mêmes traces d’outils ou d’usage. Sur le lit d’attente, on remarque à nouveau la présence d’un premier trou de louve ainsi que celui d’une agrafe. Un trou de bardage est également effectué lors de la réutilisation du bloc sur le dos du triton. Les fonds sont traités à la ripe comme ceux du bloc au capricorne. Cadres et personnages présentent donc les mêmes dimensions et les mêmes caractéristiques stylistiques.

  • 9 de Vesly 1911, 32.
  • 10 Voir justement Poirel 1983, 81  : le bloc proposé, peut-être découvert par A. Deville en 1836, co (...)

6En 1911, Léon de Vesly attribuait ces éléments au décor d’un temple dédié à Bacchus qui aurait existé à Lillebonne9. Au fil du temps, ces blocs ont été considérés comme appartenant au théâtre et sont d’ailleurs actuellement exposés dans la salle qui lui est dédiée au musée lillebonais10. Le contexte secondaire dans lequel ils ont été découverts nous invite à les regarder avec prudence et à remettre en question leur provenance : s’agit-il d’une frise provenant du mur de scène, situé à proximité directe de l’édicule, ou peut-être du proscenium non-fouillé du monument ?

  • 11 Dumasy 2011, 298.
  • 12 Fuchs 1987, Pl. 2 1C1.
  • 13 Fuchs 1986, 74.
  • 14 Sturgeon 2004, 85-90.
  • 15 Loza Azuaga 1994, 269-275.
  • 16 Carrier 2005, 281-282.

7La plupart des décors des théâtres des Trois Gaules ne nous est pas parvenue et constitue souvent un frein à leur étude11. La présence d’un thiase marin en parallèle au thiase dionysiaque traditionnel serait-elle étonnante dans un contexte comme celui-ci ? Peu d’exemples peuvent être mis en avant et la présence d’un thiase marin ou de ses participants reste très ponctuelle en contexte théâtral. Citons, parmi d’autres, l’ichtyocentaure ornant un oscillum du théâtre de Vérone12 ou encore une néréide portée par un icthyocentaure du théâtre de Fiesole qui appartenaient sans doute à la frons pulpiti13. Les reliefs du théâtre de Corinthe et quelques statues qui en décoraient le mur de scène se rapportent également au thème du thiase marin14. Les fontaines présentes au pied du pulpitum de certains théâtres auraient constitué un support tout indiqué pour ce type de représentation mais elles se caractérisent plutôt par la présence de nymphes endormies ou de silènes couchés sur des urnes ou des outres fluentes comme c’est le cas à Italica, Belo, Lisbonne15 ou encore Arles16.

  • 17 D’Andria 1985, 41-45.
  • 18 Linant de Bellefonds 2009, 348.
  • 19 Dragendorff, Krüger 1924, 46-50.
  • 20 Abetel 2007, 64-65.

8Si le thiase marin ne semble pas un thème iconographique privilégié, qu’en est-il des combats mythiques ? Ces représentations au sein des théâtres ne sont pas nouvelles non plus, il faut alors se tourner vers l’Asie Mineure. Dans plusieurs théâtres, tels que celui d’Hiérapolis est représentée une gigantomachie appartenant au cycle d’Apollon17, une autre était également visible dans celui de Pergé18. Aucune cependant ne fait allusion aux combats de monstres marins et de tritons, bien que les anguipèdes soient probablement à l’origine du motif employé et diffusé en Occident. Pensons notamment à la frise inférieure de la base du pilier d’Igel où les tritons combattent des monstres marins à coups de rochers19, attributs propres aux géants20.

  • 21 Sauron 1998, 221  ; Rodriguez Lopez 1998, 172.
  • 22 Blanchard-Lemée 1988, 370  ; Lattimore 1976, 35.
  • 23 Espérandieu 1911, 3116.
  • 24 Sauron 1998, 229.
  • 25 Cumont 1942, 130.
  • 26 Flutsch, Hauser 1998, 238.

9L’un des exemples les plus connus de ces combats est la frise supérieure du second quadrifrons du monument des Julii à Glanum, et plus particulièrement la frise nord où combattent tritons et monstres marins21. En revanche, sur les autres côtés, des ichtyocentaures sont représentés tenant des clipei. Cette dualité conventionnelle du triton jeune et de l’ichtyocentaure d’âge mûr se retrouve sur certains sarcophages et mosaïques22. Elle n’était pas non plus inconnue à Lillebonne comme le suggère un fût de colonne historié figurant deux hybrides marins maintenant le registre supérieur de la colonne23. La question du message véhiculé par ce type de frise a été abordée par G. Sauron au sujet de la sémantique architecturale du mausolée de Faverolles24, reprenant l’interprétation de Fr. Cumont25. La présence du thiase marin et de tritons combattants est assimilée à la traversée de l’âme vers le séjour des Bienheureux, ils figurent généralement sur l’une des frises assurant la transition entre les différents ordres du monument funéraire. Cette interprétation est reprise au sujet des deux monuments funéraires d’Avenches-en-Chaplix26 où figurent des néréides chevauchant des ichtyocentaures couronnant le second ordre. Ces exemples ne présentent pourtant pas de tritons semblables à celui de Lillebonne.

  • 27 von Massow 1932, 119.
  • 28 Numrich 1997, 91.
  • 29 Brunet-Gaston 2000, 140, 149-150 et 178 les date de l’époque sévèrienne.
  • 30 Mitard 1993, 138-139, voir notamment le fragment de frise Gp.141. L’auteur ouvre le débat sur la (...)
  • 31 Durin 2011, 167 ne précise pas la datation du bloc au triton, quelques comparaisons sont énoncées (...)
  • 32 Adam, Deyts, Saulnier-Pernuit 1987, 35 proposent une datation plus précise pour la construction d (...)
  • 33 Braemer 1978, 200-201.
  • 34 Adam, Deyts, Saulnier-Pernuit 1987, 34.
  • 35 Léon de Vesly soulignait déjà l’aspect «  classicisant  » de ces sculptures  ; Tougard 1911, 338.
  • 36 Colling, Zeipfen 2009, 33-35.
  • 37 Sur la valeur astrologique du capricorne voir Porod 2009, 816.
  • 38 Ces frises se caractérisent par une succession d’hybrides divers et variés, le capricorne ici pré (...)

10L’un des plus proches exemples du triton lillebonnais a été étudié par W. von Massow27 et B. Numrich28. Il s’agit d’une frise provenant de l’un des monuments funéraires de Neumagen (fig. 5). Certains parallèles avaient déjà été effectués entre cette frise et celle des thiases marins des temples de Champlieu29 et de Genainville30. Le triton est ici figuré dans une même position de forte torsion que celui de Lillebonne. Quelques différences sont notables telles que la cambrure, davantage marquée, ou encore la terminaison de la queue. L’aspect et l’attitude générale sont cependant les mêmes, il soulève une lourde massue et s’apprête à frapper un monstre marin lui faisant face. L’insertion maladroite du modèle au sein de la frise peut être due à l’exiguïté du support. Le triton présent dans les collections lapidaires du musée archéologique de Dijon s’en rapproche également31. Il est ici de nouveau présenté de profil, exposant son dos à la musculature puissante et le même mouvement vers l’avant, aucun indice ne nous permet de déterminer ce qu’il tenait pour attaquer le monstre vers lequel il s’avance dans les flots. On peut souligner les similitudes entre ces différents hybrides et il est possible qu’ils soient le fruit d’un même carton. Ce type n’était d’ailleurs pas seulement employé pour les monstres marins comme l’a suggéré S. Deyts dans son étude des sculptures de la façade des Thermes de Sens32. Dans le registre inférieur de la façade, figure une gigantomachie dont l’un des anguipèdes est rapproché par l’auteur du triton dijonnais. La position du personnage est exactement la même, seuls changent les appendices caudaux. Les personnages du thiase marin de Lillebonne soulèvent à nouveau la question des sources et des modèles employés par les sculpteurs locaux, question à laquelle avait tenté de répondre Fr. Braemer à partir de trois exemples isolés découverts à Lillebonne33. Dans le cas présent, la torsion du triton, monstre hybride proche des anguipèdes, renvoie vraisemblablement aux modèles hellénistiques34. Le capricorne en revanche se rapproche davantage des modèles néo-attiques par son aspect35 et se détache fortement des modèles rhénans bien connus36. Il ne constitue probablement pas un symbole astrologique dans le cas présent37 et il est nécessaire de le considérer comme un autre monstre évoluant dans les flots. Ces deux mises en scène du capricorne peuvent même être simultanées38.

Fig. 5. Tritons de Lillebonne, Neumagen, Dijon et géant anguipède de Sens

(Cl. F.Ferreira, Source : Base RBR).

  • 39 Blin 2011, 285 en donne un exemple. Dans le cas présent, les recherches sur les ateliers de sculp (...)
  • 40 Moitrieux, Castorio 2010, 205-209, pl. 105-107.
  • 41 Espérandieu 1910  ; Espérandieu 1911.

11Il serait séduisant de placer à une date haute cet ensemble, mais force est de remarquer qu’il existe de nombreuses différences entre ces productions et les modèles provenant des ateliers italiens. Les figures de Lillebonne sont simplifiées, moins acanthisées que sur de nombreux modèles du début de notre ère, la part végétale se réduisant aux nageoires caudales, les gaines végétales et pardalides réduites à de simples pans de tissus peu marqués. L’ensemble lillebonnais est très épuré, les flots ne sont pas figurés comme dans les exemples de Genainville et de Champlieu. Le thiase marin de Lillebonne propose une réadaptation de modèles d’origines diverses par le biais d’autres centres de diffusion39. Bien qu’il s’agisse dans ces deux cas d’une autre échelle et d’un autre type de monuments, les deux autres thiases marins connus des temples de Genainville et Champlieu présentent un certain nombre de similitudes stylistiques. Les ailes d’oiseaux, qu’il s’agisse du dragon marin de Lillebonne ou des Amours de Genainville et Champlieu, de même que les nageoires trifoliées dont chaque lobe est agrémenté de trois pointes supposent des cartons similaires. On retrouve le même type d’appendice caudal de monstres marins avec toutefois un aspect plus souple et élaboré à Grand40, que l’on retrouve dans ceux de Champlieu notamment. Dans le cas présent, il serait trop aventureux d’établir des filiations directes entre ces modèles. Toutefois, il serait tout aussi difficile de nier ces similitudes, surtout d’un point de vue régional où des courants d’origines diverses semblent influencer ces ateliers. Ces quelques comparaisons invitent donc à la prudence quant à la datation, de même que l’important manque de connaissances sur la sculpture provinciale dans le nord-ouest des Gaules, le catalogue d’Émile Espérandieu restant encore l’une des seules références publiées41.

12Les différentes pistes iconographiques tendent à attribuer cette frise à un monument funéraire qui fut démantelé et dont les blocs ont été remployés comme fondation du petit édifice. Bien qu’il ne s’agisse que d’une hypothèse, celle-ci est renforcée par l’attitude combattante du triton, qui s’oppose à celle, pacifique, de ceux des temples de Champlieu et de Genainville.

  • 42 Mutarelli 2006, 153.
  • 43 D’autres éléments retrouvés dans l’aditus ouest du théâtre lors des fouilles d’Achille Deville en (...)
  • 44 No d’inventaire FAN.92.00.428.
  • 45 Bossert 1998, 241.
  • 46 Turcan 1999, 104-105 ; Schefold 1961, 183.
  • 47 Precht 1975, 58-61, pl. 4 et 5 mais aussi 54-55 et pl. 11, 12 et 14 figurant de nouveau ces socle (...)
  • 48 Hiérnard 2003, 266-267.
  • 49 Poirel 1893, 81.

13Les données stratigraphiques de l’époque confortent également cette hypothèse. Elles révèlent d’importantes aires de débitage de calcaire à proximité de l’aditus sous lesquelles se situent les niveaux de démolition de l’édifice de spectacle42. Le théâtre n’est alors plus utilisé et des pierres ont été retravaillées à proximité directe du monument. Il est important de préciser que tous les éléments retrouvés en remploi dans ces couloirs proviennent de monuments funéraires43. Enfin, en fondation de « l’édicule » même, d’autres blocs ont été retirés et présentent une même facture. Ils figurent une ménade dansant nue et tenant des crotales, encadrée d’Amours musiciens (fig. 6). La disposition de la ménade dansant sur un podium n’est pas sans rappeler celle d’Arles qui provient d’un mausolée44. La présence de ces personnages sur podia fait probablement écho au décor sculpté qui devait exister dans les jardins de certains enclos funéraires monumentaux45. Ces participants du cortège dionysiaque, thème récurrent de l’iconographie funéraire46, pouvaient être disposés sur les façades du monument comme celui de Lucius Poblicius conservé au Rheinisches Landsmuseum de Trèves47. Les données archéologiques permettraient aussi d’attribuer ces blocs sculptés à un monument funéraire. Ces derniers faisaient d’ailleurs l’objet de spoliations systématiques dans l’Antiquité tardive pour la construction d’enceinte ou le réaménagement de certains monuments48. L’absence de documentation épigraphique lisible en lien avec ces quelques blocs ne permet pas d’avancer d’hypothèses sur le commanditaire49.

Fig. 6. Ménade dansant sur podium et Amours musiciens. Musée Municipal de Lillebonne

(cl. F. Ferreira).

  • 50 Voir notamment Turcan 1999, 21 au sujet de l’iconographie de certains sarcophages et de la relati (...)

14Le thiase marin découvert en fondation du petit édifice de l’arène du théâtre de Lillebonne démontre l’usage de compositions iconographiques récurrentes, fruits de cartons, issus peut-être de véritables catalogues mis à disposition des ateliers. La pérennité et le renouvellement de ces catalogues restent aléatoires, sans doute enrichis par les nouvelles grandes constructions de l’Urbs dont les décors sont relayés par d’autres centres de production. Il est aussi nécessaire de souligner les phénomènes de revival, remettant au goût du jour des modèles plus anciens. La présence de ces décors pourrait bien résulter de l’application d’un motif ornemental. Devenu un véritable leitmotiv de l’iconographie funéraire, perd-il pour autant la valeur symbolique, à l’origine de sa mise en place sur ces monuments ? Rien ne permet de le déterminer assurément face au manque de connaissances sur la sculpture romaine dans la région. Cela ne peut qu’encourager l’étude de ces sculptures provinciales et des corpus épigraphiques qui parfois les accompagnent afin de mieux connaître les contextes auxquels ils appartiennent50.

Bibliographie

Abetel 2007 : E. Abetel, La gigantomachie de Lousonna-Vidy, suivie de considérations sur la transmission du motif de l’anguipède, Lausanne, Faculté de Lausanne, 2007, 200 p. (Cahiers d’archéologie romande, 10).

Adam, Deyts, Saulnier-Pernuit 1987 : J.-P. Adam, S. Deyts, L. Saulnier-Pernuit, La façade des thermes de Sens, Dijon, Société archéologique de l’Est et du Centre-Est de la France, 1987, 48 p., 29 p. de pl.

Blanchard-Lemée 1988 : Blanchard-Lemée, À propos des mosaïques de Sidi Ghrib : Vénus, le Gaurus et un poème de Symmaque, MEFRA, 100, 1988, 367-384.

Blin 2011 : S. Blin, Mandeure : Un programme architectural tardo-augustéen, in : M. Reddé et al. (dir.), Aspects de la Romanisation dans l’Est de la Gaule, Glux-en-Glenne, (Bibracte, 21), Bibracte, 2011, 275-286.

Blin, Marc 2011 : S. Blin, J.-Y. Marc, Le théâtre de Mandeure : restitution, fonction, datation, in : E. Fuchs, B. Dubosson, Theatra et spectacula – Les grands monuments des jeux dans l’Antiquité, 2008, Lausanne, (Études de Lettres, no288), Université de Lausanne, 2011, 47-72.

Bossert 1998 [2000] : M. Bossert, Les représentations figurées d’Avenches-En Chaplix. In : H. Walter, La sculpture d’époque romaine dans le nord, dans l’est des Gaules et dans les régions avoisinantes : acquis et problématiques actuelles, Actes du colloque international de Besançon, 12, 13 et 14 Mars 1998, Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises, (Annales Littéraires, 694, Art et Archéologie, 45), Besançon 2000, 241-252.

Braemer 1975 [1978] : F. Braemer, Réflexions sur la sculpture antique de la basse vallée de la Seine, in : Actes du colloque international d’archéologie : Centenaire de l’abbé Cochet, Rouen, 3-4-5 Juillet 1975, Rouen, Musée départemental des antiquités de la Seine-Maritime, Circonscription des Antiquités historiques de Haute-Normandie, Rouen, 1978, 191-215.

Brunet 2000 : V. Brunet, Le temple de Champlieu : étude architecturale préliminaire, in : E. Blanchegorge, Napoléon III et l’archéologie. Fouilles en forêt de Compiègne sous le Second Empire, Catalogue d’exposition, Musée Antoine Vivenel, Compiègne, 2000, 135-151.

Brunet 2001 : V. Brunet, Les ordres architecturaux dans le Nord-Ouest de la Gaule romaine : synthèse régionale pour la Haute-Normandie et le Vexin du Ier au IIIe siècle ap. J.-C., Thèse de doctorat, Université de Provence, 2002.

Carrier 2005 : C. Carrier, Sculptures augustéennes du théâtre d’Arles, Revue Archéologique de Narbonnaise, Tome 38-39, Paris, 2005, 365-396.

Cochet 1855 : Abbé Cochet, Épigraphie de la Seine-Inférieure, Bulletin monumental, Société Française d’Archéologie, Paris,1855, 284.

Cochet 1875 : Abbé Cochet, Catalogue de 1875, (non publié), no35, 127.

Colling, Zeipfen 2009 : D. Colling, L. Zeipfen, Nouveau regard sur le « monstre marin » gallo-romain d’Arlon : un exemple de capricorne ? Bulletin trimestriel de l’Institut Archéologique du Luxembourg, no85, 1-2, Luxembourg, 2009, 31-40.

Cumont 1942 : Fr. Cumont, Recherches sur le symbolisme funéraire des Romains, P. Geuthner, Paris, 1942. 543 p. (Bibliothèque archéologique et historique, 35).

D’Andria 1985 : F. D’Andria, Le sculture del teatro : i rielievi con i cicli di Apollo e Artemide, Rome, G. Bretschneider, 1985, 205 p., 53 p. de pl., (Hierapolis, scavi e ricerce, 2, Archeologica 54).

Deville 1837 : A. Deville, Précis analytique des travaux de l’Académie Royale des Sciences, Belles lettres et Arts de Rouen, Nicétas Périaux, Rouen, 1837.

Dorion-Peyronnet 2008 : C. Dorion-Peyronnet, Les Gaulois face à Rome : la Normandie entre deux mondes, Musée Départemental des Antiquités de Seine-Maritime, Point de vues, Rouen, 2009, 207 p.

Dragendorf, Krüger 1924 : H. Dragendorf, E. Krüger, Das Grabmal von Igel, Trèves, J. Lintz, 1924, 105 p., 20 pl. (Römische Grabmäler des mosellandes und der angrenzenden Gebiete, Bd. I).

Dumasy 2011 : Fr. Dumasy, Décors de la scène et lieux du décor dans les édifices de spectacle de Gaule romaine, in : C. Balmelle, H. Eristov, Fl. Monier, Décor et architecture en Gaule entre l’Antiquité et le haut Moyen Age, 9-12 Octobre 2008, Toulouse, Aquitania, Bordeaux, 2011, 279-298.

Durin 2011 : S. Durin, Le décor architectonique gallo-romain de Dijon : contribution à l’étude du lapidaire architectural du quart nord-est de la Gaule, S. Durin, Musée Archéologique de Dijon, Dijon, 2011, 319.

Espérandieu 1910 : E. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, III. Lyonnaise, première partie, Paris, Imprimerie nationale, 1910, 469 p.

Espérandieu 1911 : E. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, IV. Lyonnaise - 2ème partie, Paris, Imprimerie nationale, 1911, 467 p.

Flutsch, Hauser 1998 : D. Flutsch, L. Hauser, Le mausolée nouveau est arrivé, in : H. Walter, La sculpture d’époque romaine dans le nord, dans l’est des Gaules et dans les régions avoisinantes : acquis et problématiques actuelles, Actes du colloque international de Besançon, 12, 13 et 14 Mars 1998, Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises, (Annales Littéraires, 694, Art et Archéologie, 45), Besançon 2000, 235-240.

Fuchs 1986: M. Fuchs, Il teatro romano di Fiesole, « L’Erma » di Bretschneider, Rome, 1986, 121 p.

Fuchs 1987: M. Fuchs, Untersuchungen zur Ausstattung römischer theater im Westprovinzen des Imperium Romanum, Ph. Von Zabern, Mayence, 1987, 306, 228 p.

Gros 1996 : P. Gros, L’architecture romaine. Les monuments publics, Picard, Paris, 503 p.

Hiérnard 2003 : J. Hiérnard, Des remplois singuliers : les spolia inclus dans les enceintes tardives des Trois Gaules, in : P. Ballet, P. Cordier, N. Dieudonne-Glad, La ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclages, Actes du Colloque de Poitiers (19-21 septembre 2002), M. Mergoil, Montagnac, 2003, 259-270.

Lattimore 1976: S. Lattimore, The marine thiasos in Greek sculpture, Los Angeles, University of California, Institute of Archaeology, (Monumenta Archaeologica, 3, The Archeological Institue of America: monograph, 9) 1976, 80 p.

Linant de Bellefonds 2009 : P. Linant de Bellefonds, Deux gigantomachies d’époque impériale en Asie Mineure, in : V. Gaggadis-Robin, A. Hermary, M. Reddé, C. Sintes (éds.), Les ateliers de sculpture régionaux : techniques, styles et iconographie. Actes du Xe colloque international sur l’art provincial romain, Arles et Aix-en-Provence, 21-23 mai 2007, Aix-en-Provence, Arles, Centre Camille Jullian, Musée départemental Arles antique, 2009, Arles, 347-357.

Loza Azuaga 1994 : M.-L. Loza Azuaga, El agua en los teatros hispanorromanos : elementos escultoricos, Habis, 25 Arqueologia, Filologia Clasica, Universidad di Sevilla, 1994, 263-284.

Massow (von) 1932 : W. Massow (von), Die Grabmäler von Neumagen, Berlin, Leipzig, (Römiche Grabmäler des Mosellandes und angrenzenden Gebiete, 2, Deutsches archäologisches Institut) Walter de Guyter, 1932, 295p.

Moitrieux, Castorio 2010 : G. Moitrieux, J.-N. Castorio, Nouvel Espérandieu : recueil général des sculptures sur pierre de la Gaule. III, Toul et la cité des Leuques, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, H. Lavagne (dir.), 2010, 420 p., 214 p. de pl.

Mitard 1993 : P.-H. Mitard, Le sanctuaire des Vaux-de-la-Celle à Genainville, Val d’Oise, Guiry-en-Vexin, Centre archéologique du Vexin français, 1993, 449 p.

Mutarelli 2001 : V. Mutarelli, Théâtre de Lillebonne, étude préliminaire, Conseil général de Seine-Maritime, D.R.A.C. de Haute-Normandie / Service Régional de l’Archéologie, (non publié), 52 p.

Mutarelli 2006 : V. Mutarelli, Théâtre de Lillebonne, historique des fouilles, Conseil général de Seine-Maritime, D.R.A.C. de Haute-Normandie / Service Régional de l’Archéologie. vol. 1 et 2, 130 p. et 191 p.

Mutarelli 2011 : V. Mutarelli, Le théâtre de Lillebonne : étude des sources et nouvelle campagne de fouilles, in : Theatra et spectacula – Les grands monuments des jeux dans l’Antiquité, 2008, Lausanne, Université de Lausanne, 2011, 223-262, (Études de Lettres, no288).

Poirel 1975 : E. Poirel, Le théâtre romain de Lillebonne, Seine-Maritime. Musée et monuments départementaux, Rouen, Imprimerie de la Préfecture, 1975, 23 p.

Poirel 1983 : E. Poirel, Le lapidaire gallo-romain du Musée des Antiquités de Rouen, septembre 1983, Mémoire de Maîtrise, Université de Rouen, Faculté des Lettres, 187 p.

Porod 2009 : B. Porod, Zur Ikonographie des Capricorn auf provinzialrömischen Reliefs am Beispel eines Reliefs aus Nußdorf/Judenburg/Österreich, in : V. Gaggadis-Robin, A. Hermary, M. Reddé, C. Sintes (éds.), Les ateliers de sculpture régionaux : techniques, styles et iconographie. Actes du Xe colloque international sur l’art provincial romain, Arles et Aix-en-Provence, 21-23 mai 2007, Aix-en-Provence, Arles, Centre Camille Jullian, Musée départemental Arles antique, 2009, Arles, 811-818.

Precht 1975 : G. Precht, Das Grabmal des Lucius Poblicius : Rekonstruktion und Aufbau, Cologne, Römisch-Germanisches Museum der Stadt Köln, 1975, 88 p., 18 p. de pl.

Rodriguez Lopez 1998 : M.-I. Rodriguez Lopez, El poder del mar. El thíasos marino, Espacio, tiempo y forma, Madrid, 159-184, (Historia Antigua, 11).

Rumpf 1932 : Rumpf, Die Meerwesen auf den antiken Sarkophagreliefs, Berlin, G. Grote, 1939, 150 p., 60 p. de pl.

Sauron 1998 : G. Sauron, Réflexions sur la sémantique architecturale du mausolée de Faverolles, in : H. Walter, La sculpture d’époque romaine dans le nord, dans l’est des Gaules et dans les régions avoisinantes : acquis et problématiques actuelles, Actes du colloque international de Besançon, 12, 13 et 14 Mars 1998, Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises, (Annales Littéraires, 694, Art et Archéologie, 45), Besançon 2000, 215-225.

Schefold 1961 : K. Schefold, La force créatrice du symbolisme funéraire des Romains, Revue Archéologique, 2, 1961, 177-209.

Sturgeon 2004: M. Sturgeon, Sculpture: the assemblage from the theater, (Corinth, IX, 3), Princeton, The American School of Classical Studies at Athens, 2004, 236 p., 39 p. de pl.

Tardy 2005 : D. Tardy, Le décor architectonique de Vesunna, Périgueux antique, Pessac, (Aquitania Supplément, 12) Fédération Aquitania, 2005, 145 p.

Tougard 1911 : A. Tougard, Procès-verbaux de la Comission des Antiquités de Seine-Maritime, Bulletin de la Comission des Antiquités de Seine-Maritime, Tome XV, Rouen, 1911.

Turcan 1999 : R. Turcan, Messages d’outre-tombe : l’iconographie des sarcophages romains, Paris, De Boccard, 1999, 194 p., 130 p. de pl.

Vesly (de) 1911a : L. Vesly (de), Théâtre romain de Lillebonne : fouilles de 1911 : études des bas-reliefs retirés de l’édicule de l’orchestre, in : Bulletin de la Société Normande d’Études Préhistoriques XIX, 1909-1911, 69-73.

Vesly (de) 1911b : L. Vesly (de), Bas-relief romain découvert dans le théâtre de Lillebonne, in : Bulletin archéologique. Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 1911, 31-32.

Zanker 2005 : P. Zanker, Nouvelles orientations de la recherche en iconographie. Commanditaires et spectateurs, Revue archéologique, 4, 2005, 281-293.

Notes

1 Nous emploierons ici, par convention, le nom de «  théâtre  » généralement employé pour désigner l’édifice de spectacle de Lillebonne sans nous attarder sur les questions typologiques que soulève l’architecture théâtrale en Gaule. Voir notamment Nieffeler 1989, 115  ; Gros 1996, 98  ; Blin 2008, 48  ; Dumasy 2012, 12-13.

2 Dorion-Peyronnet 2009, 53.

3 Je tiens ici tout particulièrement à remercier Monsieur Vincenzo Mutarelli, architecte et archéologue départemental de Seine-Maritime et Monsieur Didier Hébert, conservateur du Musée municipal de Lillebonne, pour l’accès aux réserves lapidaires du monument et aux collections du musée ainsi qu’Emmanuelle Rosso et Yvan Maligorne pour leurs précieuses indications.

4 de Vesly 1912, 70.

5 Tougard 1911, 338 et 341.

6 Tougard 1911, 340.

7 de Vesly 1912, 72 et Tougard 1911, 337  ; pour l’étude la plus récente de ces blocs voir la thèse de V. Brunet-Gaston 2001, 178-179.

8 Le dauphin a ici pour but de replacer la scène en contexte marin à la place des flots qui courent généralement sous le cortège marin. On retrouve le même principe sur l’un des fûts de colonnes historiés exposé au Musée municipal de Lillebonne où deux personnages, identifiés comme des hybrides marins sont accompagnés de dauphins. Pour les dauphins comme éléments d’encadrement, voir notamment Tardy 2005, 33, les frises du «  Théâtre Maritime  » de la villa d’Hadrien à Tivoli, Caprino 1985, in Ueblacker (dir.), 1985, 61-62 ou encore la frise du «  pilier d’Iphigénie  », Numrich 1997, 224.

9 de Vesly 1911, 32.

10 Voir justement Poirel 1983, 81  : le bloc proposé, peut-être découvert par A. Deville en 1836, correspond pourtant à un griffon marin précédé d’un autre personnage demi-nu dont on ne voit que les cuisses. Sur le retour de ce bloc, un Amour tient une pelte qui encadre un cartouche sur lequel figure une inscription incomplète, probablement funéraire, pour laquelle plusieurs interprétations ont été proposées. Les dimensions, de même que les personnages pourraient en effet correspondre. Voir CIL XIII-3231  ; Espérandieu 1911, 3112  ; Cochet 1855  ; Cochet 1875, cat. 35, 127  ; Deville 1837, 187.

11 Dumasy 2011, 298.

12 Fuchs 1987, Pl. 2 1C1.

13 Fuchs 1986, 74.

14 Sturgeon 2004, 85-90.

15 Loza Azuaga 1994, 269-275.

16 Carrier 2005, 281-282.

17 D’Andria 1985, 41-45.

18 Linant de Bellefonds 2009, 348.

19 Dragendorff, Krüger 1924, 46-50.

20 Abetel 2007, 64-65.

21 Sauron 1998, 221  ; Rodriguez Lopez 1998, 172.

22 Blanchard-Lemée 1988, 370  ; Lattimore 1976, 35.

23 Espérandieu 1911, 3116.

24 Sauron 1998, 229.

25 Cumont 1942, 130.

26 Flutsch, Hauser 1998, 238.

27 von Massow 1932, 119.

28 Numrich 1997, 91.

29 Brunet-Gaston 2000, 140, 149-150 et 178 les date de l’époque sévèrienne.

30 Mitard 1993, 138-139, voir notamment le fragment de frise Gp.141. L’auteur ouvre le débat sur la question d’une sculpture d’influence hellénistique en Gaule et date ces sculptures au milieu du IIe s. ap. J.-C., voir p. 210, 212 et 215.

31 Durin 2011, 167 ne précise pas la datation du bloc au triton, quelques comparaisons sont énoncées notamment au sujet de la Porte Noire de Besançon, ce qui l’invite à dater cette frise du IIe s. ap. J.-C.

32 Adam, Deyts, Saulnier-Pernuit 1987, 35 proposent une datation plus précise pour la construction de la façade des thermes de Sens, l’ensemble date de la première moitié du IIe s. ap. J.-C.

33 Braemer 1978, 200-201.

34 Adam, Deyts, Saulnier-Pernuit 1987, 34.

35 Léon de Vesly soulignait déjà l’aspect «  classicisant  » de ces sculptures  ; Tougard 1911, 338.

36 Colling, Zeipfen 2009, 33-35.

37 Sur la valeur astrologique du capricorne voir Porod 2009, 816.

38 Ces frises se caractérisent par une succession d’hybrides divers et variés, le capricorne ici présent ne serait qu’un élément de plus du cortège marin et n’aurait peut-être pas de valeur astrologique, la base du Pilier d’Igel en est un bon exemple  : le capricorne y figure à la fois en contexte astrologique sur le calendrier et comme participant du thiase marin à la base du monument.

39 Blin 2011, 285 en donne un exemple. Dans le cas présent, les recherches sur les ateliers de sculpteurs des cités de la Gaule nord-occidentale seraient à approfondir afin de préciser cette activité régionale et de mieux saisir le champ d’action de certains ateliers.

40 Moitrieux, Castorio 2010, 205-209, pl. 105-107.

41 Espérandieu 1910  ; Espérandieu 1911.

42 Mutarelli 2006, 153.

43 D’autres éléments retrouvés dans l’aditus ouest du théâtre lors des fouilles d’Achille Deville en 1836 témoignent du remploi de blocs architecturaux provenant de monuments funéraires tels que des cippes  : «  On en a compté près de quarante. Ce sont des pierres carrées grossièrement taillées dans lesquelles on a creusé une espèce de petite auge ayant environ un pied de long sur autant de large et sur 8 pouces de profondeur. Dans cette auge était placée la cendre du mort. Notes sur les sculptures et les mosaïques découvertes à Lillebonne en 1836 (AD 76  ; 4 T 263).

44 No d’inventaire FAN.92.00.428.

45 Bossert 1998, 241.

46 Turcan 1999, 104-105 ; Schefold 1961, 183.

47 Precht 1975, 58-61, pl. 4 et 5 mais aussi 54-55 et pl. 11, 12 et 14 figurant de nouveau ces socles sur lesquels étaient représentées des Ménades ou encore le dieu Pan.

48 Hiérnard 2003, 266-267.

49 Poirel 1893, 81.

50 Voir notamment Turcan 1999, 21 au sujet de l’iconographie de certains sarcophages et de la relation établie entre le thème choisi et les commanditaires ainsi que les conclusions de P. Zanker 2005, 184-185 puis 189-190.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Théâtre de Lillebonne. Localisation de « l’édicule » fouillé par L. de Vesly
Crédits (Vincenzo Mutarelli, Service Archéologique Départemental de Seine-Maritime)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14328/img-1.png
Fichier image/png, 99k
Titre Fig. 2. Localisation des blocs en fondation de « l’édicule »
Crédits (D’après Léon de Vesly 1911 Pl. IX).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14328/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 3. Frise marine : capricorne
Crédits (Relevé : F. Ferreira, M. Mauger).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14328/img-3.png
Fichier image/png, 63k
Titre Fig. 4. Angle de frise marine : triton et dragon marin
Crédits (Relevé : F. Ferreira).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14328/img-4.png
Fichier image/png, 63k
Crédits (Cl. F.Ferreira, Source : Base RBR).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14328/img-6.png
Fichier image/png, 626k
Crédits (cl. F. Ferreira).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14328/img-8.png
Fichier image/png, 455k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search