Version classiqueVersion mobile

La sculpture romaine en Occident

 | 
Vassiliki Gaggadis-Robin
, 
Pascale Picard

Partie 3 - Découvertes récentes et nouvelles recherches

Le sarcophage d’un chien de chasse à Plouarzel (Finistère)

Jean-Yves Éveillard

Résumé

Découvert en 1936 à Plouarzel (Finistère), ce coffre en granite était réutilisé comme bac à fleurs. Les circonstances de sa découverte, sa forme qui est semblable à la cuve d’un petit sarcophage, le bas-relief de la face antérieure qui représente un chien dévorant un animal, des comparaisons avec des tombes canines de l’ensemble du Monde romain, amènent à conclure qu’il s’agit en réalité du sarcophage d’un chien de chasse de l’époque romaine. Cette découverte insolite soulève la question de la circulation des modèles et de leur transposition dans des matériaux locaux.

Entrées d'index

Géographique :

Finistère, Plouarzel

Texte intégral

  • 1 Éveillard 2002, 44-45.
  • 2 Éveillard, Maligorne 2005, 73-74.
  • 3 Papaioannou et alii 1993, fig. 679-680.
  • 4 Coulon 2004, 104-105.
  • 5 Koch 1984, 59-72.
  • 6 Éveillard 2012, 49-65.

1En 2002, nous avons porté pour la première fois à la connaissance du public ce qui se présente comme un coffre parallélépipédique en granite1. Il était alors utilisé comme bac à fleurs par son propriétaire résidant dans la commune du Conquet (Finistère). Celui-ci, intrigué par les circonstances de sa découverte que lui avait rapportées son père et par sa forme plus élaborée que celle des habituelles auges en pierre qui connaissent le même remploi, avait alors attiré notre attention. La forme et les dimensions nous avaient amené à conclure qu’il devait s’agir d’un coffre de l’époque romaine ayant abrité des urnes contenant des cendres humaines2. Le bas-relief de la face principale qui représente un chien en action pouvait se comprendre par la volonté d’un propriétaire féru de chasse de perpétuer le souvenir d’un animal auquel il était attaché. Nous devons admettre que cette interprétation ne nous satisfaisait que partiellement car sur les monuments funéraires consacrés à des humains, c’est à leur image que la place principale revient généralement. Lorsque le sculpteur ajoute un animal qui fut le compagnon du défunt il le place plutôt en position secondaire. Tel est déjà le cas des stèles funéraires de la Grèce classique où des chiens sont couramment représentés aux pieds de leur maître3. En Gaule romaine on citera comme seul exemple l’émouvante stèle du Musée d’Aquitaine de Bordeaux sur laquelle le petit Laetus serre son chat contre sa poitrine4. Mais on sait qu’il existe aussi des monuments pour lesquels les commanditaires ont choisi de faire sculpter sur leur tombe un animal seul, chien, lion, loup, mouton, coq etc.5 La question n’est donc pas simple. Finalement, c’est, d’une part, la connaissance que dans le monde romain les sépultures d’animaux, en particulier de chiens, n’étaient pas aussi rares qu’on pourrait le croire et, d’autre part, l’existence de quelques monuments apparentés à celui de Plouarzel, qui nous a amené à la conclusion que l’on a affaire ici au sarcophage d’un chien de chasse6.

1. Origine et description du coffre

  • 7 Giot, Lulzac 1998, 598-601.

2C’est en 1936 que Monsieur Marcel Burdin, amateur de vieilles pierres, acquit d’un paysan de la commune de Plouarzel (Finistère) ce coffre et le fit transporter dans sa propriété du Conquet, soit un transfert de 13 km (fig. 1) Les membres vivants de la famille se souviennent que le paysan, M. Le Deun, assura lui-même le transport avec sa charrette. Celui-ci disait alors l’avoir extrait du sol au cours d’un labour dans un champ qu’il exploitait à sa ferme de Kerguesten en Plouarzel. Faute de témoignages plus précis, nous n’avons pu retrouver le lieu exact de cette découverte et l’enquête sur place, en particulier sous la forme d’une prospection pédestre, ne nous a rien appris. Seuls des indices toponymiques rendent plausibles l’existence d’une villa dans les parages du hameau de Kerguesten. Le territoire de la commune de Plouarzel (fig. 2) possède à l’ouest une large façade maritime sur la Manche et il est limité au nord par la vallée de la rivière Ildut, où l’étain alluvionnaire fut exploité dès l’âge du Bronze7. Il est traversé par plusieurs itinéraires présumés antiques et il est parsemé d’assez nombreux sites rattachés au second âge du Fer et à l’époque romaine.

Fig. 1. Le sarcophage de Plouarzel réutilisé comme bac à fleurs

(cl. D.Burdin, vers 1970).

Fig. 2. Le territoire de Plouarzel dans l’Antiquité

(infographie G.Couix, UBO).

3Le coffre a été taillé dans un granite qualifié par les géologues « à grain fin-moyen », à deux micas, avec présence très localisée de feldspaths porphyroïdes (expertise L. Chauris). Cette roche appelée « granite de Saint-Renan » affleure dans la partie sud de la commune, à 3 km du lieu de la découverte, ce qui permet de conclure à une fabrication locale. La forme est celle d’un parallélépipède rectangle aux parois verticales bien dressées. Les dimensions sont les suivantes : L. 0, 95 m ; l. 0,51 m ; H.0,46 m.

4L’épaisseur des parois est de 0,10 m, celle du fond de 0,15 m. À l’intérieur, le fond n’est pas plat mais légèrement incurvé et les angles rentrants sont en arrondi (fig. 3a). Il est percé à l’arrière d’un trou de bonde qu’on aurait pu prendre pour une perforation destinée à permettre l’évacuation du jus de décomposition, comme pour certains sarcophages d’humains ; mais les traces d’outil (aiguille) qui subsistent à cet endroit suggèrent plutôt un trou d’évacuation consécutif à la réutilisation comme bac à fleurs.

Fig. 3.a. Le sarcophage : vue plongeante

(cl. 3 et 4 S. Goarin, Musée départemental breton, Quimper).

5La face arrière est unie et a perdu du matériau en son centre, à proximité du trou de bonde (fig. 3b). Le petit côté gauche est délimité par deux bandeaux horizontaux en relief, celui du haut, restauré au ciment par le propriétaire, large de 0, 09 m, celui du bas large de 0,11 m (fig. 3c). On distingue au centre une importante inclusion de feldspath. Le petit côté droit a subi un traitement différent puisqu’il est délimité par trois bandeaux, un bandeau vertical à l’arrière reliant les deux bandeaux horizontaux (fig. 3d). Leurs largeurs sont au centimètre près les mêmes que pour le côté gauche. Mais surtout la photo permet d’observer un chanfrein légèrement incurvé qui fait la transition entre le bandeau supérieur et le fond. Ce détail qui est encore perceptible malgré l’état de conservation médiocre traduit le soin apporté par le sculpteur à l’élaboration de la pièce.

Fig. 3b. Le sarcophage : face postérieure

Fig. 3c. Le sarcophage : petit côté gauche.

Fig. 3d. Le sarcophage : petit côté droit.

6La face avant est délimitée par des bandeaux semblables, celui du haut présentant la particularité que nous avons soulignée pour le côté droit, c’est-à-dire qu’il est relié au fond par un chanfrein (fig. 4). Le bandeau inférieur fait office de sol pour une scène sculptée en bas-relief. À partir des photographies prises à différentes époques, les plus anciennes datant de l’année même de l’acquisition par le propriétaire, on mesure combien le relief s’est dégradé par suite de l’exposition continue du coffre aux intempéries. Cette perte irréparable ne permet pas de décrire exactement la scène représentée. On reconnaît avec certitude un chien, non pas au repos mais en action. De l’animal, on distingue le museau effilé, la gueule entr’ouverte, les oreilles couchées mais dépassant légèrement du crâne, le corps allongé, les pattes antérieures tendues, le sexe mâle sous le ventre, les pattes postérieures décalées l’une par rapport à l’autre, la queue d’abord tombante puis se relevant à son extrémité. À ce dernier élément on constate l’effet de l’érosion entre les photos des années 1970 sur lesquelles il est parfaitement distinct, et les photos récentes, où il est en partie effacé. Un détail d’une photo de 1936, quoique flou, permet de mieux observer le galbe de la tête : le museau, l’os frontal, l’oreille débordant du crâne, et partant, de mieux apprécier le travail du sculpteur. Des précisions sur le pelage, la musculature, les tendons ou la présence d’un collier, comme celles qui sont habituellement données pour les chiens des sarcophages à scènes cynégétiques, sont absentes. Peut-être n’ont-elles jamais existé, le granite, matériau plus ingrat que le marbre ou le calcaire en raison du grain, ne permettant pas un fini aussi poussé.

Fig. 4. Le sarcophage : face antérieure.

7Du décryptage de l’attitude du chien découle partiellement la tentative pour cerner son espèce. Les pattes antérieures tendues, il se penche vers un « objet » aujourd’hui plutôt informe. On aurait pu penser à une mangeoire mais en toute logique le rebord aurait caché le museau de l’animal. Il ne peut s’agir que d’un autre animal qui semble renversé sur le dos, et selon une expression utilisée par les chasseurs le chien est en train de « fouailler » dans la chair. Il est de taille plus petite et on distingue à droite de la tête du chien une forme en pointe correspondant à la propre tête de cet animal. Nous avions pensé dans un premier temps à un lièvre, ou encore à un petit sanglier auquel le sculpteur aurait donné, selon une convention couramment observée, une taille inférieure à la normale. Mais nous nous rallions aujourd’hui volontiers à la suggestion d’un auditeur de l’une de nos conférences selon lequel il s’agirait plus vraisemblablement d’un blaireau, identifiable à son long museau pointu. Quoi qu’il en soit, cette scène permet de conclure que l’on a affaire à un chien utilisé pour la chasse. Signalons déjà que sur des tombes provenant de Grèce et consacrées à des humains, des chiens ont une position très voisine de celui de Plouarzel, inclinés vers l’avant, les pattes antérieures tendues, les pattes postérieures décalées et la queue relevée, au point qu’on peut se demander si le sculpteur n’a pas eu de tels modèles sous les yeux (Koch 1984, 63, 68).

  • 8 Gaggadis-Robin 2005, 234-235 ; Koch, Sichtermann 1982, 573.

8Au total, nous avons pour ce coffre en granite une organisation tout à fait conforme à celle de la cuve d’un sarcophage antique : une face principale avec un décor en relief, deux petits côtés plus simplement travaillés, et une face arrière aveugle et lisse. Les chanfreins qui relient les bandeaux plats au fond permettent même d’oser un rapprochement avec ce que Vassiliki Gaggadis-Robin appelle pour les sarcophages païens d’Arles les « sarcophages à moulures », à cette différence près qu’à Arles les moulures encadrent les quatre côtés de chacune des faces (fig. 5)8. Lors de la discussion qui a suivi la communication V. Gaggadis-Robin a précisé que cette particularité était généralement celle de sarcophages d’Asie Mineure. Nous reviendrons plus loin sur ce rapprochement géographique. Le coffre de Plouarzel possédait certainement un couvercle, mais rien ne permet de dire s’il avait la forme classique d’un toit en bâtière ou s’il s’agissait d’une simple dalle plate.

Fig. 5. Sarcophage dit « à moulures »

(d’après : Gaggadis-Robin 2005, 234).

2. Le sarcophage d’un chien de chasse

  • 9 Labaune-Jean, 2012, 114.
  • 10 Chastel, Plassot, Thieriot 1995, 64-65.
  • 11 À l’issue de notre communication M.P. Darblade-Audoin et H. Rose nous ont fait connaître les sépu (...)
  • 12 Grünenwald 2009, 251-261.

9C’est donc la connaissance de l’existence de sépultures d’animaux et principalement de chiens qui nous a poussé à nous interroger sur la véritable fonction du coffre de Plouarzel. Grâce à une archéologie de plus en plus performante, les sépultures canines n’apparaissent plus comme exceptionnelles. En Bretagne, au cours de l’été 2011, lors de la fouille de la villa de La Gare à Le Quiou (Côtes-d’Armor), fut mis au jour dans un angle de la cour principale, la tombe d’un chien. L’animal avait été inhumé en pleine terre et un médaillon en terre cuite figurant un chien que l’on peut considérer comme son alter ego avait été placé à côté du corps9. En 1982, à Lyon-Vaise, dans la quartier Saint-Pierre, fut découvert un chien enterré avec un vase ovoïde (fig. 6)10. À Mayen (Coblence)11, la dépouille de l’animal était accompagnée d’une assiette en terra rubra présentant des traces de morsure12. Il est intéressant de noter que dans ces trois exemples les tombes d’animaux obéissent aux mêmes pratiques, et donc relèvent des mêmes croyances, que celles qui s’attachent aux tombes des humains : elles contiennent des offrandes censées permettre à l’être défunt d’assurer sa survie dans l’au-delà (le vase) ou bien des objets dont ils avaient eu l’usage dans sa vie terrestre (l’assiette).

Fig. 6. Tombe de chien de Lyon-Vaise

(Chastel, Plassot, Thiériot 1995, pl. 31).

  • 13 Jullian 1964, 46.
  • 14 Wolff 2000, 139.

10En réalité, l’existence de sépultures pour chiens était anciennement connue par des mentions dans la littérature antique, mentions auxquelles répondent les épitaphes relevées sur des monuments funéraires. Ainsi, Plutarque rapporte dans la vie de Caton l’Ancien que l’Athénien Xanthippe, fuyant vers l’île de Salamine, fit enterrer sur un promontoire son chien qui avait nagé près de sa trière (Plutarque, Vie de Caton, V, 4). Dans le répertoire épigraphique, l’épitaphe de la chienne Mya à Auch (Gers) (CIL XIII, 488) est souvent donnée en exemple : « ...Quel péché Mya que tu sois morte. Un grand tombeau te recouvre maintenant, corps sans conscience. »13. À Rome, c’est celle de la chienne Margarita (Perle) « ...La Gaule m’a vu naître, et un coquillage tiré des richesses de l’onde m’a donné un nom....Désormais je suis morte, victime d’un accouchement malheureux et la terre maintenant me recouvre sous un marbre exigu. »14. On notera que ces deux textes précisent la nature de la tombe de l’animal.

  • 15 Rogge 2000, 256  ; pl. 60,1.
  • 16 Rogge 2000, 250-251.
  • 17 La stèle a été encastrée avec d’autres reliefs antiques à 2,50 m de hauteur, dans la façade de la (...)

11Mais ce sont surtout des stèles où l’épitaphe est complétée par une représentation figurée de l’animal qui autorisent le rapprochement avec le bas-relief de Plouarzel. Par exemple, une stèle du IIe s. ap. J.-C. trouvée à Mytilène (au musée archéologique d’Istambul) montre la chienne Parthénopé sur une kliné (fig. 7). Dans l’épitaphe de six lignes, le maître lui exprime sa reconnaissance pour le plaisir qu’elle lui a procuré et ajoute qu’il sera éternellement son voisin, ce qui signifie que sa propre sépulture sera placée à côté de celle de l’animal (IG XII, 2, 459)15. Sur une autre stèle provenant de Pergame (IIIe s. ap. J.-C.) ; à la Galerie Nationale d’Oslo) (fig. 8) trône un puissant molosse nommé Philokynégos (« qui aime la chasse ») : « Mon nom est Philokynégos...Comme tel je bondis avec mes pattes sue l’animal sauvage » (CIG, 3559)16. C’est un troisième monument qui par son bas-relief représentant une scène de chasse offre le plus de ressemblance avec celui de Plouarzel. Il a fallu toute la sagacité d’un ami, Yvan Maligorne, pour le dénicher dans le mur d’une maison où il est encastré, Via del Portico di Ottavia à Rome17 (fig. 9). Le chien, de grande taille et aux crocs saillants, saisit par les oreilles en s’aidant de la patte antérieure droite ce qui semble être un lièvre.

Fig. 7. Stèle de la chienne Parthénopé de Mytilène

(Rogge 2000, pl. 60, 1).

Fig. 8. Stèle du chien Philokynégos de Pergame

(Rogge, 2000, pl. 60,2).

Fig. 9. Stèle avec un chien de chasse, Rome

(cl. Y.Maligorne).

  • 18 Rogge, 2000, pl. 58,1.
  • 19 Iplikcioglu 1991, 39-42.

12Les exemples précédents prouvent que l’usage d’incinérer des animaux domestiques et de leur consacrer une stèle, avec ou sans bas-relief, n’était pas exceptionnel. Celui de l’inhumation en sarcophage semble beaucoup plus rare, eu égard au petit nombre d’exemples que nous avons recensés. Toutefois, il est n’est pas impossible que cette pratique ait été plus répandue qu’il y paraît, lesdits sarcophages n’ayant pas été identifiés comme tels en raison de leur caractère insolite. Le professeur Guntram Koch nous a signalé un petit sarcophage en marbre conservé au Musée National d’Athènes (inv.3783) où un chien sculpté en ronde-bosse occupe la place habituelle du défunt sur un lit funéraire (L. 0,45 ; l. 0,32 ; h. 0,50) (fig. 10)18. Ici, l’absence d’épitaphe ne permet pas d’être totalement affirmatif sur la destination de ce monument qui aurait pu tout aussi bien contenir les cendres du propriétaire de l’animal. Nous avons dit en introduction que certains commanditaires avaient pour leur monument funéraire fait le choix d’un animal favori plutôt que de leur propre effigie. La même incertitude n’existe pas pour le chien Stéphanos, dont le sarcophage conservé au musée d’Antalya (inv. no016) provient de Termessos en Lycie (fig. 11)19. Il a été découvert dans la partie sud de la nécropole Est, à côté du sarcophage de sa maîtresse Aurélia Rhodopé. La cuve en calcaire possède les dimensions suivantes : H. : 0,43 m ; L. : 0,72 m ; l. : 0,57 m, soit des dimensions proches de celles du coffre de Plouarzel qui est cependant plus long (0,95 m pour 0,72 m). Le bord supérieur présente une feuillure pour le calage du couvercle en bâtière. Les parois sont lisses, sans sculpture. Sur un des petits côtés a été gravée une épitaphe de onze lignes en hexamètres, la dernière disant : « Je suis le chien Stéphanos, Rhodopé a érigé pour moi ce tombeau ». B. Iplikcioglu s’appuie sur l’onomastique de la dédicante pour proposer une date postérieure à 212 de notre ère.

Fig. 10. Sarcophage avec chien, Musée National d’Athènes

(Rogge 2000, pl. 58, 1).

Fig. 11. Sarcophage du chien Stéphanos, Musée d’Antalya

13Au total, c’est un faisceau d’indices qui nous a amené à conclure que le coffre de Plouarzel est, malgré d’importantes différences, un monument comparable à celui de Termessos, à savoir : les circonstances de sa découverte, son organisation identique à celle des sarcophages antiques, ses dimensions et le bas-relief représentant une scène liée à la chasse.

3. Quelle portée pour une telle découverte ?

  • 20 Éveillard, Laurent, Castel 1977, 71-92.
  • 21 Galliou 2010, 403.
  • 22 Galliou, Eveillard 2012, 265-287.
  • 23 Braemer 1982, 70-84.
  • 24 Moitrieux, Maligorne, Éveillard 2003, 574-597.
  • 25 Éveillard, Maligorne 2009, 557-563.
  • 26 Sanquer, Galliou 1972, 189-223.
  • 27 Éveillard 2002, 71-90.
  • 28 Galliou 2011, p. 403.
  • 29 Sanquer, Galliou 1972a, 163-227.

14La conclusion à laquelle nous sommes arrivé suscite remarques et interrogations, en particulier sur ce qui touche à la sculpture en pierre dans cette contrée située à la pointe de l’Armorique. Rien ne laissait présager une telle découverte, la partie nord du département du Finistère étant particulièrement dépourvue d’œuvres de cette période. On peut tout juste signaler la statue d’un dieu de la fécondité à Plougastel-Daoulas (35 km au sud-est)20 et une statuette, aujourd’hui disparue, d’un personnage féminin tenant un oiseau à Roscoff (66 km à l’est)21. Le sarcophage de Plouarzel se signale donc par sa totale originalité. Le travail, d’une qualité qu’on peut situer dans une bonne moyenne compte tenu de la nature ingrate du matériau, témoigne d’un savoir-faire indéniable de la part son auteur. Qui était-il ? Comment a-t-il pu honorer la commande qui lui avait été passée ? Avait-il déjà vu et fabriqué d’autres sarcophages, ou a-t-il reproduit un modèle dessiné qu’il s’était procuré ? C’est la question de la circulation des thèmes artistiques qui est à nouveau posée ici. Située sur la voie maritime qui relie le Golfe de Gascogne aux Iles Britanniques, l’Armorique fut dans l’Antiquité tout le contraire d’une terre isolée. Les témoignages de la fréquentation de cette voie sont multiples, depuis l’expédition de Pythéas le Massaliote dès les années 320 avant notre ère jusqu’à la fin de l’époque romaine22. Dans le domaine des arts, François Braemer est l’un des premiers à avoir attiré l’attention dans les années 1980 sur la diffusion d’œuvres sculptées le long de cette voie marchande qui venant du Sud traversait la Manche23. C’est ainsi qu’à Douarnenez, à de grandes statuettes en marbre et en calcaire importées des provinces méridionales de l’Empire24 s’est ajoutée la découverte, encore récente (en 2004), d’une statue en granite d’un Neptune Hippius25. Cette découverte, dans une agglomération connue pour ses établissements de salaisons de poisson et de fabrication du garum26, est un témoignage probant de la circulation et de la réception des modèles « classiques », puis de leur transposition dans un matériau local. Les cavaliers à l’anguipède de l’arrière-pays de Douarnenez en fournissent un autre exemple. Il ne fait guère de doute qu’ils soient la reproduction des nombreux monuments connus dans les provinces germaniques et que leurs modèles aient transité à la faveur de relations maritimes avec les bouches du Rhin27. Plus près du lieu d’origine du sarcophage, d’autres découvertes archéologiques montrent que le littoral de Plouarzel était semblablement ouvert aux influences venues par la mer. C’est par exemple un petit taureau en bronze, jugé d’origine ibérique, qui fut pêché au large de l’embouchure de l’Aber Ildut, à la limite nord de la commune28. À 30 kilomètres en direction du Nord et à 7 kilomètres de la côte, la fouille du balneum de la grande villa de Saint-Frégant, avec ses fresques, son décor de stuc, des réglettes et des plaquettes de marbre d’importation lointaine, une amphore à huile de Bétique, ont révélé à la fois les goûts d’un riche propriétaire terrien de l’époque sévèrienne et les contacts commerciaux qu’il entretenait avec les provinces méridionales du monde romain29. Par conséquent, aussi inattendue que puisse paraître la découverte en ce lieu d’un objet aussi insolite que le sarcophage destiné à un chien, la connaissance du contexte général la rend parfaitement plausible. Dans ces conditions, on ne sera pas surpris non plus que ledit sarcophage puisse présenter une parenté stylistique avec certains exemplaires de la lointaine Asie Mineure et que la position de l’animal sur le bas-relief trouve des parallèles sur des tombes de Grèce.

15En guise de conclusion il suffit d’insister sur le fait que cette découverte jette un éclairage totalement inédit sur un art dont on avait jusqu’ici retrouvé que très peu de traces dans cette partie du département du Finistère. Elle fournit un nouveau jalon dans la passionnante question de la circulation des modèles pour laquelle nous avons encore beaucoup à apprendre.

Bibliographie

Braemer 1982 : F. Braemer, Contribution à l’étude des relations entre le monde méditerranéen et les Iles Britanniques dans l’Antiquité, in : Océan atlantique et péninsule armoricaine, 107e Congrès National des Sociétés Savantes, Brest, 1982, 51-84.

Chastel, Plassot, Thiériot 1995 : J. Chastel, E. Plassot, F. Thiériot, Le quartier Saint-Pierre, La voie et les sépultures gallo-romaines, in : E. Delaval, C. Bellon, J. Chastel, E. Plassot, L. Tranoy, Vaise, un quartier de Lyon antique, Arch. Rhône-Alpes II, Lyon, 1995, 64-66.

Coulon 2004 : G. Coulon, L’enfant en Gaule romaine, Paris, Ed. Errance, 2004, 104-105.

Éveillard 2002a : J.-Y. Éveillard, Notice d’archéologie finistérienne (année 2002), Ploumoguer, Bull. de la Soc. Arch. du Finistère, t. 131, 2002, 44-45.

Éveillard 2002b : J.-Y. Éveillard, Les cavaliers à l’anguipède, des monuments sculptés du Finistère à l’époque gallo-romaine, Bull. de la Soc. Arch. du Finistère, t. 131, 2002, 71-90.

Éveillard 2012 : J.-Y. Éveillard, Une découverte rare : le sarcophage d’un chien de chasse à Plouarzel (Finistère), Aremorica, 5, 2012, Brest, CRBC, 49-65.

Éveillard, Laurent, Castel 1977 : J.-Y. Éveillard, D. Laurent, Y.-P. Castel, Un dieu antique de la fécondité à Plougastel-Daoulas, Bull. de la Soc. Arch. du Finistère, t. 105, 1977, 71-92.

Éveillard, Maligorne 2005 : J.-Y. Éveillard, Y. Maligorne, Typologie et décor des monuments funéraires de l’Armorique romaine, in : M. Sanader, A. Rendic Miocevic (éd.), Actes du VIIe colloque international sur les problèmes de l’art provincial romain, Zagreb, 2005, 73-74.

Éveillard, Maligorne 2009 : J.-Y. Éveillard, Y. Maligorne, Une statue de Neptune Hippius à Douarnenez (Finistère), in : V. Gaggadis-Robin, A.Hermary, M. Reddé, C. Sintes (éd.), Les ateliers de sculpture régionaux : techniques, styles et iconographie. Actes du Xe colloque international sur l’art provincial romain, Arles et Aix-en-Provence, 21-23 mai 2007, Aix-en-Provence, Arles, Centre Camille Jullian, Musée départemental Arles antique, 2009, Arles, 557-563.

Gaggadis-Robin 2005 :V. Gaggadis-Robin, Les sarcophages païens du Musée de l’Arles antique, Ed. du Musée de l’Arles et de la Provence antiques, 2005, 332 p.

Galliou 2010 : P. Galliou, Carte archéologique de la Gaule, Le Finistère 29, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 2010, 403p.

Galliou 2011 : P. Galliou, Les bronzes figurés antiques découverts dans le Finistère, Statues et statuettes, Bull. de la Soc. Arch. du Finistère, t. 139, 2011, 210.

Galliou, Éveillard 2012 : P. Galliou, J.-Y. Éveillard, Voie maritime et voies terrestres dans la Bretagne romaine : une rencontre obligée, in : Actes du congrès de Brest, Mémoires de la Soc. d’Histoire de d’Archéologie de Bretagne, t. 90, 2012, 265-287.

Giot, Lulzac 1998 : P.-R. Giot, Y. Lulzac, Datation de l’âge du Bronze d’une exploitation de cassitérite dans le Finistère, Bul. de la Soc. Préhistorique Française, 95, no4, 1998, 598-601.

Grünenwald 2009 : M. Grünenwald, Eine Römische Hundebesttatung mit Zuguehörigen Fressnapf aus Mayen, Archäologisches Korrespondentzblatt, 39, 2009, 251-261.

Iplikcioglu 1991 : B. Iplikcioglu, Epigraphische Forschungen in Termessos und seinem Territorium, I, Vienne, Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1991 Description : 53 p.

Jullian 1964 : C. Jullian, Histoire de la Gaule, t. VI, 146, Bruxelles, Culture et Civilisation, 1964, 622 p.

Koch 1984: G. Koch, Zum Grabrelief der Helena, The J.Paul Getty Museum Journal, vol. 12, 1984, 59-72.

Koch, Sichtermann 1982:G. Koch , H. Sichtermann, Römische Sarkophage, Munich, 1982, 672 p.

Labaune-Jean 2012 : F. Labaune-Jean, Étude du mobilier en terre cuite. 7-2 Le Luminaire, Le Quiou, Côtes-d’Armor (22). La villa de la Gare (août-sept. 2011), Rapport de fouille programmée, Inrap Grand Ouest, Rennes, 2012, 114p.

Moitrieux, Maligorne, Éveillard : G. Moitrieux, Y. Maligorne, J.-Y. Éveillard, Sur quelques témoignages du culte herculéen en Gaule, Latomus, t. 62, fasc. 3, 2003, 574-597.

Papaioannou et alii 1993 : K. Papaioannou, J. Ducat, J. Bousquet, G. Touchais, L’art grec, Citadelles et Mazenod, Paris, 1993, fig. 679-680.

Rogge 2000: S. Rogge, Ewig unvergessen. Ein Sarkophage fur einen Hund im Athener Nationalmuseum, Munus, Festschrift fur H. Wiegartz, T. Mattern, D. Korol (éd.), Munster, 2000, 241-264.

Sanquer, Galliou 1972a : R. Sanquer, P. Galliou, Garum, sel et salaisons en Armorique romaine, Gallia, 30, 1972, 189-223.

Sanquer, Galliou 1972b : R. Sanquer, P. Galliou, Le château gallo-romain de Keradennec en Saint-Frégant (Finistère) (premiers résultats), Annales de Bretagne, t. 77, fasc. 1, 163-227.

Wolff 2000 : E. Wolff, La poésie funéraire épigraphique à Rome, PUR, Rennes, 2000, 157 p.

Notes

1 Éveillard 2002, 44-45.

2 Éveillard, Maligorne 2005, 73-74.

3 Papaioannou et alii 1993, fig. 679-680.

4 Coulon 2004, 104-105.

5 Koch 1984, 59-72.

6 Éveillard 2012, 49-65.

7 Giot, Lulzac 1998, 598-601.

8 Gaggadis-Robin 2005, 234-235 ; Koch, Sichtermann 1982, 573.

9 Labaune-Jean, 2012, 114.

10 Chastel, Plassot, Thieriot 1995, 64-65.

11 À l’issue de notre communication M.P. Darblade-Audoin et H. Rose nous ont fait connaître les sépultures de Lyon et de Mayen. Qu’elles en soient remerciées.

12 Grünenwald 2009, 251-261.

13 Jullian 1964, 46.

14 Wolff 2000, 139.

15 Rogge 2000, 256  ; pl. 60,1.

16 Rogge 2000, 250-251.

17 La stèle a été encastrée avec d’autres reliefs antiques à 2,50 m de hauteur, dans la façade de la maison de Lorenzo Manilio, construite en 1468, aujourd’hui aux numéros 1-2 de la Via del Portico di Ottavia. Le texte de l’épitaphe (Inscriptions Grecques de la ville de Rome, n° 690) n’indique pas de rapport direct avec le motif sculpté.

18 Rogge, 2000, pl. 58,1.

19 Iplikcioglu 1991, 39-42.

20 Éveillard, Laurent, Castel 1977, 71-92.

21 Galliou 2010, 403.

22 Galliou, Eveillard 2012, 265-287.

23 Braemer 1982, 70-84.

24 Moitrieux, Maligorne, Éveillard 2003, 574-597.

25 Éveillard, Maligorne 2009, 557-563.

26 Sanquer, Galliou 1972, 189-223.

27 Éveillard 2002, 71-90.

28 Galliou 2011, p. 403.

29 Sanquer, Galliou 1972a, 163-227.

Table des illustrations

Crédits (cl. D.Burdin, vers 1970).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14263/img-2.png
Fichier image/png, 748k
Crédits (infographie G.Couix, UBO).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14263/img-4.png
Fichier image/png, 313k
Crédits (cl. 3 et 4 S. Goarin, Musée départemental breton, Quimper).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14263/img-6.png
Fichier image/png, 743k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14263/img-8.png
Fichier image/png, 711k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14263/img-10.png
Fichier image/png, 814k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14263/img-12.png
Fichier image/png, 784k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14263/img-14.png
Fichier image/png, 826k
Crédits (d’après : Gaggadis-Robin 2005, 234).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14263/img-16.png
Fichier image/png, 450k
Crédits (Chastel, Plassot, Thiériot 1995, pl. 31).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14263/img-18.png
Fichier image/png, 272k
Crédits (Rogge 2000, pl. 60, 1).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14263/img-20.png
Fichier image/png, 981k
Crédits (Rogge, 2000, pl. 60,2).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14263/img-22.png
Fichier image/png, 928k
Crédits (cl. Y.Maligorne).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14263/img-24.png
Fichier image/png, 579k
Crédits (Rogge 2000, pl. 58, 1).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14263/img-26.png
Fichier image/png, 927k
Crédits (cl. G. Koch).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14263/img-28.png
Fichier image/png, 742k

Auteur

Maître de conférences d’histoire ancienne, E.R. Centre de Recherche Bretonne et Celtique, UBO, Brest 11, Impasse des Tourterelles 29217 Plougonvelin, jean-yves.eveillard@wanadoo.fr

© Publications du Centre Camille Jullian, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search