Version classiqueVersion mobile

La sculpture romaine en Occident

 | 
Vassiliki Gaggadis-Robin
, 
Pascale Picard

Partie 3 - Découvertes récentes et nouvelles recherches

Victoria Lingonicorum. La Victoire de Champigny-lès-Langres (Haute-Marne)

Jean-Noël Castorio

Résumé

Cette contribution a pour objet de présenter une remarquable Victoire découverte au début des années soixante à la périphérie de Langres, l’antique Andemantunnum, et qui n’avait jusqu’à présent été l’objet d’aucune étude digne de ce nom. Il s’agit de l’une des quatre seules rondes-bosses de grandes dimensions représentant cette déesse qui aient été mises au jour dans les provinces gauloises. D’une qualité rare, elle témoigne du haut niveau atteint par certaines des officines de sculpture œuvrant dans la cité des Lingons.

Entrées d'index

Géographique :

Langres

Texte intégral

  • 1 Qu’il nous soit ici permis d’exprimer notre gratitude à l’égard de Serge Février, qui n’a pas hés (...)

1En 2008, une équipe pluridisciplinaire à laquelle j’ai l’honneur d’appartenir a entamé un travail de recensement, d’étude et de publication des collections lapidaires du Musée d’Art et d’Histoire de Langres, collections riches de plusieurs centaines de pierres antiques sculptées provenant pour l’essentiel des remparts de la ville qui fut autrefois le chef-lieu de la cité des Lingons sous le nom d’Andemantunnum. Lors de l’un de nos séjours sur place afin d’étudier les sculptures conservées au musée, Serge Février nous signala l’existence d’une pièce tout à fait remarquable exhumée à quelques kilomètres de Langres seulement, à Champigny-lès-Langres. Remarquable car il s’agit de l’une des seules représentations de la dea Victoria sous la forme d’une ronde-bosse monumentale qui ait été mise au jour dans les provinces gauloises1.

  • 2 Desvoyes 1963  ; Thévenard 1996, 150.

2La découverte de cette sculpture remonte au début des années soixante et elle suscita, à l’époque, quelques émotions : la presse régionale promit ainsi à cette belle œuvre d’art antique une notoriété semblable à celle de la Victoire de Samothrace. Las ! Elle devait en réalité être bien vite oubliée, pour la simple raison que, déposée à la mairie de Champigny plutôt qu’au musée, elle fut de la sorte soustraite, non seulement aux yeux du grand public, mais également à l’attention des historiens de l’art. Elle ne fit en conséquence l’objet que de brefs signalements dans les revues savantes2 et aucune étude digne de ce nom ne lui fut jamais consacrée.

3On l’aura compris : ce texte a avant tout pour objectif de permettre aux lecteurs de découvrir cet intéressant morceau de sculpture. Il nous permettra également de replacer la Victoire de Champigny dans le contexte plus large des figurations gallo-romaines de la dea Victoria, ainsi que de la confronter à d’autres images sculptées à caractère religieux, également inédites ou méconnues, conservées au Musée d’Art et d’Histoire de Langres.

1. Contexte de la découverte

4Commençons par une brève présentation du contexte et du site de la découverte. La sculpture a été mise au jour à deux kilomètres et demi environ au nord-est de Langres, sur le finage de Champigny, au lieu-dit « Croix de Peigney ». Durant l’Antiquité, le terroir de Champigny était traversé par la grande voie menant de Lyon au limes rhénan, et c’est aux abords immédiats de celle-ci que la pièce fut exhumée, au début de l’année 1963 semble-t-il. Mêlée aux déblais des terrassements réalisés pour la construction d’un château d’eau à cet endroit l’année précédente, elle fut signalée aux autorités locales par des enfants. Le site fut l’objet, par la suite, de nouvelles explorations ; nous y reviendrons.

  • 3 Dupère 2003.

5Notons que la commune de Champigny a régulièrement livré des vestiges d’occupation gallo-romaine3, au nombre desquels d’assez nombreux éléments sculptés. Ainsi, à un kilomètre au sud du site dont provient la Victoire, toujours le long de la voie d’Agrippa, le promeneur peut remarquer, en remploi à la base d’un calvaire, un imposant chapiteau antique, d’un mètre de côté pour trente-cinq centimètres de haut – il est actuellement en cours de publication par Yvan Maligorne. Surtout, à environ un kilomètre et demi au nord, au lieu-dit « Les Granges », non loin d’un embranchement de la voie d’Agrippa duquel se détache un diverticule menant à l’agglomération antique de Nasium (Meuse), on a découvert dans les années 1880, lors de fouilles menées par un abbé du nom de Maugère, les substructions de deux édifices cultuels ornés d’une riche décoration sculptée, malheureusement perdue pour l’essentiel, mais dont on possède d’anciens clichés. L’examen des sculptures architecturales visibles sur ces photographies permet, selon Yvan Maligorne, d’avancer une datation durant la première moitié du IIe siècle.

  • 4 Signalons au passage qu’un autre élément de même type a été découvert en 1997, au même endroit, p (...)

6Les recherches que nous avons menées dans les collections du Musée de Langres nous ont permis de retrouver deux des pièces mises au jour par Maugère et autrefois conservées au Grand Séminaire de Langres. La première est une tête d’aigle ou de griffon d’une largeur de vingt-sept centimètres ; il s’agit d’un élément de bas-relief, sans doute architectural, d’assez bonne facture4. La seconde est plus impressionnante puisqu’il s’agit d’une tête colossale de femme, sculptée comme le morceau précédent dans le calcaire à grain fin local (fig. 1). Haute de quarante centimètres, elle laisse deviner, malgré son assez triste état de conservation, une représentation plus grande que nature. Il s’agit de la seule sculpture du lot qui ait été recensée par Émile Espérandieu dans son Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, dans le quatrième volume, sous le numéro 333. É. Espérandieu y reconnaissait une « tête de Minerve casquée » et écrivait à son propos qu’il s’agissait d’une « mauvaise copie paraissant inspirée d’un original grec ». Décrivant la pièce, il notait par ailleurs que « la coiffure est basse et forme un bourrelet sur la nuque ». Ce bourrelet ne laisse d’intriguer. Tant ses importantes dimensions que son agencement horizontal rendent en effet douteuse l’interprétation du savant méridional selon laquelle il s’agirait d’un élément de coiffure telle une natte. Il semblerait plutôt que l’on ait affaire à une large guirlande au feuillage stylisé, voire au corps d’un serpent aux écailles profondément incisées, deux éléments qui, à notre connaissance, ne se retrouvent pas dans l’iconographie traditionnelle de Minerve, du moins placés ainsi autour du cou. Il convient donc certainement de revoir cette attribution à la déesse guerrière.

Fig. 1. Tête colossale de femme, peut-être Minerve, calcaire local, H. 40 cm, l. 16 cm, ép. 31,5 cm

(Musée d’Art et d’Histoire, Langres, cliché de l’auteur).

7Ajoutons, pour conclure ce point consacré au contexte de découverte de la Victoire de Champigny, que la distance relativement importante qui sépare le lieu-dit « Les Granges » de celui où elle fut découverte interdit bien entendu d’établir une relation entre ces sculptures.

2. Description de la sculpture

8Passons maintenant à la description de la Victoire, taillée dans un calcaire à grain fin d’origine locale (fig. 2-4). Il s’agit d’une ronde-bosse d’une hauteur d’un mètre dix. Ses dimensions actuelles laissent deviner une représentation un peu moins grande que nature, dont la taille devait originellement se situer aux alentours d’un mètre cinquante. Avec son socle, elle s’élevait donc à peu près à hauteur d’homme. Sa largeur à la base est de cinquante centimètres ; son épaisseur au niveau des hanches de quarante-cinq centimètres.

Fig. 2. Victoire de Champigny-lès-Langres

calcaire local, H. 110 cm, l. max. 49 cm, ép. max. 44 cm, conservée in situ, à la mairie

(cliché de l’auteur).

Fig. 3. Victoire de Champigny-lès-Langres, vue latérale droite

(cliché de l’auteur).

Fig. 4. Victoire de Champigny-lès-Langres, vue latérale gauche

(cliché de l’auteur).

9La figure est représentée très fortement déhanchée. La jambe gauche, vigoureusement tendue, supporte le poids du corps, tandis que la jambe droite demeure libre. Nettement avancée, celle-ci se détache énergiquement du bloc dans lequel la sculpture est taillée ; par une large fente, elle s’échappe par ailleurs de la tunique revêtue par la divinité, opposant ainsi ses surfaces nues au plissé recouvrant le reste du corps. Le torse est positionné légèrement en arrière par rapport aux hanches, ce qui n’est pas sans conférer à la construction un caractère serpentin, en particulier lorsqu’on l’examine sous ses faces latérales. En revanche, si l’on se place face à la sculpture, ce caractère serpentin disparaît : la ligne des épaules est en effet à peu près horizontale, ce qui est dû à la position du bras droit, que l’on devine fortement levé bien qu’il soit aujourd’hui brisé au niveau de l’épaule. Le bras gauche était quant à lui placé le long du corps ; il se disjoignait toutefois avec vigueur du bloc de pierre, et c’est ce qui explique sa complète disparation. On remarque cependant, au niveau de l’épaule, des vestiges de taille qui correspondent à l’attribut que la déesse portait sur ce bras. De toute évidence, la position du corps était donc destinée à suggérer le mouvement, celui du vol de la Victoire qui paraît, avec sa jambe avancée, sur le point de se poser au sol.

10L’organisation du plissé est également destinée à suggérer le mouvement. La technique de la « draperie mouillée », appliquée sur la jambe portante ainsi que sur les hanches, révèle en effet le gracieux galbe du corps sous-jacent tandis qu’à l’arrière, les plis très profondément creusés suggèrent quant à eux l’effet du vent qui s’engouffre dans la tunique. Ces plis dessinent de profondes diagonales sur le côté droit alors que, sur le côté gauche, leur tracé affecte le dessin de volutes. Sur le torse, l’organisation du plissé est plus symétrique : la tunique, serrée sur le haut sur la taille, provoque deux retombées, chacune d’entre elles étant formée d’une succession de plis doubles en queue d’aronde, l’ensemble étant surmonté d’un rang de plis en S très épais, dissimulant totalement les formes de la poitrine. Les épaules, enfin, sont dégagées.

11Les ailes de la divinité forment une imposante masse de pierre à l’arrière de la statue. Le sculpteur n’a en effet pas pris soin de séparer l’une de l’autre. On remarque ici une opposition voulue entre, d’une part, les plis profonds de la tunique et, d’autre part, le traitement en méplat du plumage. Le fait que les traces de la gradine soient encore visibles sur toute la surface des ailes et que la face arrière, bien qu’elle soit difficile à lire – elle est largement brisée –, ne semble avoir été qu’aplanie au ciseau, ne laissent aucun doute sur le fait la sculpture a été conçue pour être vue de face.

12Que retenir, in fine, du style de l’artiste ? Tout d’abord qu’il se caractérise par une recherche d’élégance que l’on qualifierait volontiers, au risque de l’anachronisme, d’un peu « maniériste ». Ce caractère apparaît avec netteté dans la posture de la divinité. Nul doute, en effet, que si l’on disposait du pouvoir de transmuter la pierre en chair, on donnerait ainsi vie à une figure des plus chancelantes ! Ensuite que cette recherche s’accompagne d’une réelle maîtrise technique, l’artiste sachant faire jouer, avec une belle aisance, la lumière à la surface du calcaire. De ce point de vue, il n’est point douteux que l’on ait ici affaire à une œuvre, si ce n’est exceptionnelle, du moins d’une qualité rare dans le contexte de la production lapidaire des ateliers du Nord de la Gaule.

3. Restitution et comparaison : la dea Victoria dans la sculpture gallo-romaine

13La restitution de l’aspect originel de cette sculpture ne constitue pas un exercice difficile ; elle se rattache en effet à un modèle très courant de figuration de cette divinité.

14La Victoire de Champigny était certainement sculptée sur un globe, comme c’est très généralement le cas sur les autres images de cette allégorie divinisée découvertes dans le monde romain. La présence de cet attribut n’est toutefois pas entièrement assurée ; elle est seulement très probable. Une découverte postérieure pourrait d’ailleurs plaider en ce sens : il s’agit d’un bloc de cinquante centimètres de haut (fig. 5) conservant la plinthe d’une statue et découvert au même endroit, mais à une date postérieure, à la faveur du creusement d’une canalisation. Si l’on est bien entendu porté à croire qu’il s’agit là du socle de la sculpture qui nous intéresse ici, il convient toutefois de remarquer, à la suite de Serge Février, qu’il n’existe pas de surface de contact entre les deux fragments et qu’en outre, le traitement des surfaces est étonnamment négligé sur ce petit bloc, ce qui contraste avec le traitement très soigné du corps de la Victoire. Il ne saurait donc être exclu, ainsi que nous l’a judicieusement suggéré l’archéologue haut-marnais, que ce second élément appartienne à une autre pièce de dimensions semblables, destinée à faire pendant à celle-ci.

Fig. 5. Base d’une statue de Victoire

calcaire local, H. 50 cm, l. 61,5 cm, ép. 56 cm, conservée in situ, à la mairie

(cliché de l’auteur).

  • 5 Vollkommer 1997, 246, no75.
  • 6 Vollkommer 1997, 245-246, nos73-74.
  • 7 Vollkommer 1997, 245, nos59-60.
  • 8 Vollkommer 1997, 245, no64.

15Les attributs arborés par la déesse étaient très certainement la couronne, brandie de la main droite, et la palme, tenue de la main gauche, l’extrémité de la plante reposant sur l’épaule. Certes, la Victoire sur globe tient parfois d’autres attributs, qui se substituent en général à la palme. Ici, il s’agit d’un uexillum5 ; là, d’un trophée6 ; ailleurs encore, d’une corne d’abondance7 ou de l’aigle d’une légion8. Les traces encore lisibles sur l’épaule gauche ne nous renseignent guère : elles pourraient en effet correspondre à n’importe lequel de ces objets. Cela écrit, il paraît toutefois peu raisonnable d’émettre l’hypothèse que l’on serait confronté, dans le cas présent, à d’autres attributs que la couronne et la palme, pour la simple et bonne raison que ces deux éléments appartiennent au type de représentation canonique de la Victoire sur globe, de fort loin le plus courant dans les provinces gauloises.

  • 9 Le lecteur qui voudrait en savoir davantage à ce propos se reportera au travail fondamental de To (...)

16S’il n’est pas nécessaire de retracer ici l’origine et le développement de ce type iconographique dans l’art romain9, il n’est en revanche pas inutile de comparer la Victoire de Champigny aux autres représentations de cette divinité exhumées en Gaule. La consultation de la bibliographie de base (le Recueil d’É. Espérandieu, les volumes parus de la série du Nouvel Espérandieu, les « Informations archéologiques » de la revue Gallia ainsi que les catalogues de musées) permet de recenser une centaine de représentations sculptées dans la pierre de cette déesse ; il n’est toutefois guère douteux qu’un inventaire mené directement dans les collections des musées français en ferait apparaître un nombre sensiblement plus élevé. La très grande majorité de ces figurations sont des bas-reliefs, qui apparaissent principalement sur trois types de supports.

  • 10 Entre autres, Gros 1979.

17La grande architecture publique tout d’abord. Et l’on songe bien entendu à la position canonique occupée par les Victoires, aux écoinçons de l’arcature centrale, sur les arcs de triomphe et les portes monumentales, que ce soit, entre autres, à Cavaillon, Orange et Glanum10.

  • 11 Deckers, Noelke 1980.
  • 12 Gaggadis-Robin 2005, 197-201, no65.
  • 13 Linant de Bellefonds 1997, 882.
  • 14 Darblade-Audouin 2006, 77-79, no238.
  • 15 Sprater 1947.

18L’art funéraire ensuite, en particulier les sarcophages. Une dizaine de pièces de ce type retrouvées dans les provinces gauloises sont en effet décorées de Victoires, ces dernières n’ayant généralement pour autre fonction que de porter le cartouche contenant l’épitaphe ou le clipeus accueillant les effigies des défunts, comme par exemple sur le sarcophage de la chambre funéraire de Cologne-Weiden (R.F.A.) qui constitue une bonne illustration du rôle habituellement dévolu à ces déesses dans l’iconographie destinée à célébrer les disparus11. Il est rare, en effet, qu’elles aient davantage d’autonomie. C’est modestement le cas sur un sarcophage d’Arles sur lequel elles apparaissent aux angles tenant dans leurs mains palme et ruban, mais encore convient-il de souligner, à la suite de Vassiliki Gaggadis-Robin, qu’elles sont, dans ce cas, intégrées à un véritable « pot-pourri » iconographique où se mêlent thèmes mythologiques et éléments décoratifs12. Il ne saurait bien entendu être interdit d’interpréter ces Victoires sépulcrales comme une évocation indirecte et symbolique du combat contre la mort ; l’examen des occurrences gallo-romaines du motif invite cependant à n’y voir que de simples poncifs, avant tout utilisés à des fins ornementales. Ajoutons enfin qu’il n’est pas rare que la Victoire apparaisse dans l’iconographie funéraire en tant que « génie acolyte » – l’expression est de Pascale Linant de Bellefonds –, accompagnant tel ou tel personnage afin d’en mieux souligner le caractère victorieux13. On songe bien évidemment à celle qui accompagne Bacchus sur le sarcophage représentant son triomphe conservé au Musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon14 ou à celle, moins connue, qui s’apprête à couronner Apollon vainqueur de Marsyas sur l’un des reliefs de l’édicule funéraire de Bierbach dans la Sarre15.

  • 16 Nombreux exemples dans Bauchhenss, Noelke 1981.
  • 17 Bauchhenss, Noelke 1981, pl. 24, 2.
  • 18 Bauchhenss 1984.
  • 19 Hölscher 1967.
  • 20 Picard 1977.

19Les colonnes érigées en l’honneur de Jupiter constituent enfin un autre type de support sur lequel apparaissent les Victoires en contexte gallo-romain. Et il s’agit d’ailleurs là du support le plus courant : ces monuments représentent en effet à eux seuls plus du tiers des représentations de cette divinité découvertes dans les provinces gauloises. Ce constat permet de mieux comprendre la carte de répartition qui illustre cette contribution (fig. 6) : elle explique en effet la concentration des images de la déesse dans la région rhénane et dans son arrière-pays, c’est-à-dire précisément là où ces colonnes sont les plus nombreuses. La Victoire apparaît à tous les niveaux de ces monuments, que ce soit sur les pierres dites « à quatre dieux » qui en constituent socle, sur le bloc sculpté, de forme quadrangulaire ou polygonale, faisant transition entre la pierre « à quatre dieux » et la colonne et que l’on a coutume d’appeler, à la suite de nos confrères allemands, le zwischensockel, ou encore sur le fût même de la colonne16. Elle est généralement sculptée dans deux attitudes, soit ciselant un bouclier17, ce dernier étant soutenu par une rame, soit sur le globe, avec palme et couronne18. On ne saurait s’étonner que cette allégorie anthropomorphisée apparaisse avec une telle régularité sur ce support : comme l’a bien montré Tonio Hölscher, la Victoire sur globe constitue un type de représentation intimement lié à l’empereur, et cela dès les origines du principat ainsi qu’en témoigne l’érection de l’autel de la Victoire dans la Curia Iulia en 29 av. J.-C.19 ; or il n’est pas interdit, à la suite notamment de Gilbert Charles Picard, de mettre en relation ces monuments proprement gallo-romains que sont les colonnes de Jupiter avec la propagation de l’idéologie impériale en Gaule20.

Fig. 6. Carte de répartition des Victoires sculptées sur pierre mises au jour dans les provinces gauloises

(DAO de l’auteur).

  • 21 Espérandieu, Lantier 1907-1966, VI, no4726.

20Il est à noter que si les trois grands types de support que nous venons de décrire accueillent l’essentiel des figurations gallo-romaines de la Victoire, cette dernière apparaît cependant aussi sur d’autres formes de monuments, mais beaucoup plus rarement. C’est le cas sur quelques autels, dont l’un, mis au jour au Châtelet-de-Gourzon et malheureusement aujourd’hui perdu, constitue d’ailleurs la seule autre figuration de la déesse découverte en Haute-Marne21.

  • 22 Espérandieu, Lantier 1907-1966, XIV, no8451.

21Les rondes-bosses de la Victoire constituent également un type rare. Elles revêtent deux formes. Tout d’abord, celle de statuettes, d’une hauteur comprise entre quelques dizaines de centimètres et moins d’un mètre. On en recense une demi-douzaine d’exemplaires en Gaule, dont la fonction n’est pas toujours aisée à élucider. Il est toutefois notable que lorsque nous sommes informés sur le contexte de la découverte, force est de constater qu’il est généralement religieux, ainsi que c’est le cas, par exemple, à Velosnes dans la Meuse22. Il n’est, en tout cas, jamais funéraire.

  • 23 Espérandieu, Lantier 1907-1966, IX, no6661.
  • 24 Espérandieu, Lantier 1907-1966, IX, no6662.
  • 25 Cleary 2008, 31-34.

22Ensuite, celle de statues. Dans l’ensemble des provinces gauloises, on n’en signale guère que trois exemplaires dont les dimensions sont comparables à celles de la Victoire de Champigny. La première provient du sanctuaire de Nehalennia à Dombourg, aux Pays-Bas23. Cette pièce a malheureusement été largement détruite en 1848 ; le seul fragment conservé, préservant le bas du corps, a toutefois des dimensions – soixante-cinq centimètres de haut – qui laissent deviner des proportions proches de celles de la pièce découverte près d’Andemantunnum. Cette ronde-bosse a été découverte en même temps qu’une autre, généralement aussi considérée comme une figuration de Victoire24, mais la gravure dont on dispose aujourd’hui pour juger de son aspect originel ne permet en réalité nullement d’être assuré de l’identité du personnage sculpté. La deuxième, très mutilée, provient de Saint-Bertrand-de-Comminges. Elle appartenait à la décoration du trophée augustéen célébrant la soumission des peuples gaulois et hispaniques25 et mesure actuellement un mètre vingt.

23La dernière (fig. 7), enfin, provient de Metz, l’antique Diuodurum. C’est la seule suffisamment bien conservée pour soutenir la comparaison avec celle de Champigny. Découverte en 1881 dans l’espace périurbain de la ville, elle a une hauteur d’un mètre cinquante-trois et est taillée dans le calcaire local. Le dispositif de représentation est globalement similaire à celui mis en œuvre par l’artiste qui a sculptée la pièce de Champigny. Son alter ego messin a ainsi utilisé les mêmes conventions pour suggérer le mouvement, à savoir la « draperie mouillée » sur les jambes et le profond creusement des plis obliques de la tunique à l’arrière de la figure, cela afin de rendre l’effet du vent gonflant le vêtement. Ce dernier est d’ailleurs identique, le plissé étant organisé de manière à peu près similaire dans la partie haute du corps. Au-delà de ces points communs, les dissemblances n’en sont toutefois pas moins notables. Le drapé est ainsi organisé de manière moins imaginative, moins variée, en particulier sur les jambes. La suggestion du mouvement paraît en outre largement artificielle, la figure étant trop fermement campée sur ses jambes pour que l’on imagine réellement qu’elle soit en train de se mouvoir. La sculpture de Metz prend au demeurant nettement moins position dans l’espace que sa consœur, l’artiste n’ayant réellement détaché aucune des parties du corps du bloc de pierre qui lui a servi à concevoir la figure. Enfin, d’un point de vue stylistique, il y a une profonde différence entre la massivité de cette représentation – que les bras de la déesse mosellane paraissent épais ! – et l’élégance, voire le « maniérisme », qui caractérisent celle de Langres.

Fig. 7. Victoire de Metz, calcaire local, H. 153 cm, Musée de la Cour d’Or, Metz

(© Musée de La Cour d’Or - Metz Métropole, cliché de l’auteur).

  • 26 Vollkommer 1997, 242, no24.

24L’identification des attributs de la déesse retrouvée à Metz pose problème, si l’on excepte bien entendu le large globe sur lequel elle est sculptée. De l’objet tenu de la main droite, il ne subsiste que des vestiges ; ils sont totalement illisibles. L’attribut qu’elle tenait dans la main gauche est en revanche partiellement conservé sous la forme d’une hampe, que l’on a proposé d’identifier comme les restes d’un gouvernail. C’est toutefois peu probable, cet attribut n’étant jamais ainsi porté par la Victoire, du moins à notre connaissance. Dès lors, ne s’agirait-il pas simplement de la tige d’une palme, dont le feuillage est d’ailleurs encore partiellement préservé sur l’épaule ? Il est vrai que l’on peut légitimement s’étonner de l’épaisseur de cette tige, si c’est bien un motif de ce type qu’il convient de reconnaître ici ; à cette objection, on peut toutefois répondre que sur certains reliefs, comme celui de l’Arcus nouus à Rome26, cet élément de la palme est représenté de la même manière, à savoir sous l’aspect d’une longue et épaisse haste.

  • 27 Espérandieu, Lantier 1907-1966, V, no4311.
  • 28 Arnaud 1984, 102.

25Pour conclure à propos de ces rondes-bosses, il faut ajouter que le Musée de la Cour d’Or de Metz possède un fragment dans lequel on reconnaît habituellement la seule partie conservée d’une autre grande statue de Victoire27. D’un diamètre de quarante-huit centimètres, il conserve seulement un pied posé sur un globe, lui-même soutenu par un putto. La Victoire n’est toutefois pas la seule divinité juchée ainsi sur la sphère terrestre ; citons, par exemple, le cas de Neptune ainsi qu’il apparaît parfois sur le monnayage augustéen28. Il convient donc de demeurer prudent vis-à-vis de cette interprétation.

  • 29 Audin, Quoniam 1962.
  • 30 Boucher 1976, no94.

26Le tableau ne serait naturellement pas complet si nous n’évoquions pas les Victoires les plus fameuses de Gaule, mais depuis longtemps disparues, celles qui ornaient l’autel fédéral de Lyon29. On possède un médiocre reflet de leur aspect originel grâce au monnayage. Si l’on se fie aux monnaies, leur conception était très différente de celle des sculptures de Langres et de Metz : arborant comme celles-ci palme et couronne, elles étaient toutefois figées, semble-t-il, et non en mouvement. Cette caractéristique a fait penser que l’on aurait un reflet plus exact de ces œuvres dans un bronze de vingt-trois centimètres découvert en 1866 dans la Saône30. Avouons cependant que le rapprochement n’emporte pas nécessairement l’adhésion. Et l’on peut de surcroît légitimement s’étonner que si c’est effectivement ce modèle qui ornait l’un des plus fameux monuments de Gaule, il n’ait jamais été reproduit sous une forme lapidaire dans cette partie de l’Empire romain.

27En conclusion, la Victoire de Champigny se rattache donc à un modèle iconographique très courant en Gaule, uniquement concurrencé par celui de la Victoire ciselant un bouclier, dont les représentations sont cependant presque toutes concentrées sur le Rhin. La principale originalité de la sculpture est son traitement sous la forme d’une grande ronde-bosse ; on ne connaît en effet que très peu de pièces gallo-romaines de dimensions comparables.

4. Fonction et datation de la Victoire de Champigny

28Il est nécessaire, pour conclure, de poser les questions de la fonction et de la datation de cette Victoire. Disons d’emblée que nous ne sommes en mesure d’apporter de réponse réellement satisfaisante ni à l’une, ni à l’autre de ces interrogations ; tout au plus nous contenterons-nous, dans cette dernière partie, de livrer quelques éléments de réflexion à ce propos.

  • 31 Février 2009.

29Pour ce qui est de la fonction de la Victoire de Champigny, elle ne saurait naturellement être déterminée que si l’on entamait des fouilles à l’emplacement de sa découverte. Cela a été fait en 2009, mais de manière très partielle malheureusement, sous la forme d’un simple sondage archéologique mené par Serge Février31. L’opération a permis de déterminer que le monument auquel était intégrée la sculpture était délimité par un mur d’enclos quadrangulaire, ainsi qu’en témoigne la découverte d’un chaperon. Elle a également livré de petits éléments sculptés, dont un fragment de frise d’esses, mais cela est d’évidence très insuffisant si l’on cherche à déterminer l’aspect originel du monument. Ce qui est certain, en tout cas, c’est que celui-ci s’élevait en bordure immédiate de la voie romaine, à un point élevé de celle-ci, et était donc visible de loin.

  • 32 Abel 1891-1892, 204.
  • 33 Keyes 1912.
  • 34 Que Maria-Pia Darblade-Audouin soit ici remerciée pour cette judicieuse suggestion.

30Dans le rapport du sondage, Serge Février émet hypothèse selon laquelle ce monument pourrait être un édifice funéraire. Cette hypothèse se heurte toutefois, d’une part, à l’examen du dossier iconographique, d’autre part, à l’étude des conditions dans lesquelles ont été exhumées les autres statues de même type. Pour ce qui est du premier élément, on ne peut que noter que si l’on excepte les sarcophages, qui n’ont d’ailleurs été produits en Gaule que pour une petite partie d’entre eux, la Victoire ne semble pas appartenir au répertoire funéraire habituel de l’art gallo-romain. Pour ce qui est du second élément, on ne peut que constater que les autres rondes-bosses de même type ne proviennent pas de contextes sépulcraux. On aurait pu le penser pour la Victoire de Metz, découverte au Sablon, une zone traditionnellement considérée comme l’emplacement de la principale nécropole de Diuodurum. La relation de la découverte par Charles Abel, à la fin du XIXe siècle, ne plaide toutefois nullement en ce sens et le mobilier exhumé dans le secteur montre de manière indubitable que voisinaient ici espaces funéraires et sacrés32. En l’état actuel des connaissances, la fonction religieuse paraît donc difficilement contestable. Et si l’on cherche véritablement un exemple de comparaison qui nous permettrait d’imaginer la manière dont était originellement mise en scène la Victoire de Langres, peut-être est-ce vers la fameuse Minerve Victrix33 qui s’élève dans un enclos de l’un des secteurs cultuels d’Ostie qu’il convient de tourner son regard34.

  • 35 Castorio 2009.
  • 36 Wolf 2002.
  • 37 Espérandieu, Lantier 1907-1966, III, no2461.
  • 38 Belot, Canut 1997, 27-29.

31La question de la datation de cette pièce nous semble autrement plus délicate. Dans une précédente publication, nous avons cherché à démontrer que nous ne disposions, pour dater les sculptures du Nord-Est de la Gaule, que de très peu d’éléments objectifs35. On ne peut en effet généralement s’appuyer que sur l’examen du style pour mener à bien l’exercice de datation ; or les évolutions stylistiques dans la région sont très mal connues, notamment parce que nous ne savons presque rien du mode de fonctionnement des ateliers locaux et régionaux. Tout au plus nous semble-t-il donc permis de supposer que cette sculpture prend place au moment où s’épanouit la production des officines régionales, un floruit qui se situe entre la fin du Ier siècle et le début du IIIe siècle. Il n’y pas de raison de penser, en effet, que cette pièce de très bonne qualité soit l’œuvre d’imagiers étrangers à la région. La Victoire de Champigny n’est en effet pas la seule sculpture peu connue ou inédite qui témoigne à la fois du bon niveau atteint par certains artistes lingons et de la pénétration des modèles classiques dans la production régionale. On en voudra pour preuve une ronde-bosse inédite (fig. 8) découverte à Colmier-le-Bas en 1990, à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Langres – elle est conservée au Musée d’Art et d’Histoire. D’une longueur d’un mètre, elle représente une jeune femme dénudée, reposant sur le flanc gauche. Son torse est relevé ; il s’appuyait sans doute sur un élément aujourd’hui disparu. Des traces d’arrachement indiquent que sa main droite était portée à l’épaule gauche. La draperie, au plissé tendu et serré, couvre le bas du corps ; l’un des pans passe dans le dos et réapparaît autour du cou. Le corps est modelé avec soin, ainsi qu’en témoignent les deux rides sculptées au-dessus du pubis. On aura reconnu dans cette figure celle d’une nymphe, dont le modèle est à chercher dans la statuaire d’époque hellénistique36 et dont on connaît d’autres exemples en Gaule, provenant notamment d’Aix-en-Provence37 et de Boulogne-sur-Mer38. Si le relèvement du torse est, certes, un peu violent, il s’agit néanmoins d’une sculpture de bonne facture, dont le contexte de découverte est cette fois bien connu : la pièce ornait en effet la riche uilla d’un grand propriétaire rural, visiblement soucieux d’affirmer sa romanité en commandant à des artistes locaux des œuvres inspirées de modèles helléniques, manière pour lui de faire la démonstration de son goût pour la culture classique et de son appartenance à la koinè socioculturelle gréco-romaine.

Fig. 8. Nymphe de Colmier-le-Bas

calcaire local, Lg. 87 cm, H. 50 cm, ép. 30 cm

(Musée d’Art et d’Histoire, Langres, cliché de l’auteur).

Bibliographie

Abel 1891-1892 : C. Abel, La dea Icouellauna et la dea Victoria au Sablon, près Metz, Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 73, 1891-1892, 201-209.

Audin, Quoniam 1962 : A. Audin, P. Quoniam, Victoires et colonnes de l’autel fédéral des Trois Gaules : données nouvelles, Gallia, XX, 1, 1962, 103-116.

Arnaud 1984 : P. Arnaud, L’image du globe dans le monde romain, Mélanges de l’École française de Rome, Antiquité, 96, 1, 1984, 53-116.

Bauchhenss 1984: G. Bauchhenss, Corpus signorum imperii romani: Corpus der Skulpturen der römischen Welt. Deutschland. Band II, 2. Germania Superior. Die grosse Iuppitersäule aus Mainz, Mayence, Verlag des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, 1984, 37 p., 36 pl. h.-t.

Bauchhenss, Noelke 1981: G. Bauchhenss, P. Noelke, Die Iupitersäulen in den germanischen Provinzen (Beihefte der Bonner Jahrbücher, 41), Cologne, Rheinland-Verlag Gmbh, Bonn, Rudolf Habelt Verlag Gmbh, 1981, 515 p. 103 pl. et 10 cartes h.-t.

Belot, Canut 1997 : E. Belot, V. Canut , Le cru et le cuit. Dieux oubliés et pots cassés en Boulonnais, Boulogne-sur-Mer, Service archéologique municipal, 1997, 6, 27-29.

Boucher 1976 : S. Boucher, Recherches sur les bronzes figurés de Gaule pré-romaine et romaine (Bibliothèque de l’École Française de Rome, 228), Rome, École Française de Rome, 598 p., 24 cartes, 101 pl.

Castorio 2009 : J.-N. Castorio, La sculpture d’époque romaine dans le sud de la Gaule mosellane : « ateliers », styles, chronologie, in : V. Gaggadis-Robin, A. Hermary, M. Reddé, C. Sintes (éd.), Les ateliers de sculpture régionaux : techniques, styles et iconographie. Actes du Xe colloque international sur l’art provincial romain, Arles et Aix-en-Provence, 21-23 mai 2007, Aix-en-Provence, Arles, Centre Camille Jullian, Musée départemental Arles antique, 2009, Arles, 565-573, 3 fig. et 2 tabl. dans le texte.

Cleary 2008: S. E. Cleary, Rome in the Pyrenees. Lugdunum and the Convenae from de First Century BC to the Seventh Century AD, Londres, New York, Routledge, 2008, 31-34.

Darblade-Audouin 2006 : M.-P. Darblade-Audouin, Nouvel Espérandieu : recueil général des sculptures sur pierre de la Gaule. Tome II. Lyon, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, H. Lavagne (dir.), 2006, 77-79.

Deckers, Noelke 1980 : J. Deckers, P. Noelke, Die römische Grabkammer in Köln-Weiden (Rheinische Kunstätten, 238), Cologne, Rheinischer Verein für Denkmalpflege und Landschaftsschutz, 1980, 24 p., 25 fig. dans le texte.

Desvoyes 1963 : R. Desvoyes, Glanes et notules. Ange ou Victoire ? Bulletin de la Société d’Histoire et d’Art de Langres, 13, 190, 1963, 351-552.

Dupère 2003 : B. Dupère, Le site de Champigny-lès-Langres. État actuel de la recherche, Paris, Université de Paris IV-Sorbonne, U.F.R. d’Art et d’Archéologie, École doctorale VI Histoire de l’Art et Archéologie, mémoire de D.É.A., F. Baratte, M. Joly (dir.), 2003, 209 p., 71 fig. 

Espérandieu, Lantier 1907-1966 : E. Espérandieu, R. Lantier, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, Paris, Imprimerie Nationale, 1907-1966, XV tomes.

Février 2009 : S. Février, Champigny-lès-Langres (Haute-Marne). Chemin rural no1 de Champigny-lès-Langres à Peigney. Opération de sondage archéologique (autorisation no2008/266). Rapport de sondage, S. l., 2009, n. p., 33 fig. h.-t.

Gaggadis-Robin 2005 : V. Gaggadis-Robin, Les sarcophages païens du Musée de l’Arles antique, Arles, Éditions du Musée de l’Arles et de la Provence antiques, 2005, 197-201, 332 p.

Gros 1979 : P. Gros, Pour une chronologie des arcs de triomphe de Gaule Narbonnaise, Gallia, XXXVII, 1, 1979, 55-83.

Hölscher 1967: T. Hölscher, Victoria romana: archäologische Untersuchungen zur Geschichte und Wesensart der römischen Siegesgöttin von den Anfängen bis zum Ende des 3. Jhs. n. Chr., Mayence, von Zabern, 1967, 195 p.

Keyes 1912: C. W. Keyes, Minerva Victrix? Note on the Winged Goddess of Ostia, American Journal of Archaeology, 16, 4, 1912, 490-494.

Linant de Bellefonds 1997 : P. Linant De Bellefonds, Nike (in peripheria orientali), in : Lexicon iconographicum mythologiae classicae. VIII. Thespiades-Zodiacus et supplementum Abila-Thersites, Zürich, Artemis-Verl, 1997, 879-882.

Picard 1977: G. C. Picard, Imperator Caelestium, Gallia, XXXV, 1, 1977, 89-113.

Sprater 1947 : F. Sprater, Ein römisches Grabdenkmal von Bierbach (Saar). II. Auflage, Spire, Verlag des Historischen Museums der Pfalz, 1947, 19 p. 8 fig. dans le texte, IV pl. h.-t.

Thévenard 1996 : J.-J. Thévenard, Carte archéologique de la Gaule, 52/1. La Haute-Marne, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Ministère de la Culture, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, C.N.R.S., M. Provost (dir.), 1996, 150-151, fig. 94.

Vollkommer 1997 : R. Vollkommer, Victoria, in : Lexicon iconographicum mythologiae classicae. VIII. Thespiades-Zodiacus et supplementum Abila-Thersites, Zürich, Artemis-Verl, 1997, 239-269.

Wolf 2002: C. M. Wolf, Die schlafende Ariadne im Vatikan. Ein hellenistischer Statuentypus und seine Rezeption (Schriftenreihe Antiquitates, 22), Hambourg, Kovăc, 2002, 371 p.

Notes

1 Qu’il nous soit ici permis d’exprimer notre gratitude à l’égard de Serge Février, qui n’a pas hésité à mettre à notre service sa grande érudition concernant la plus haute antiquité de Langres. Nos remerciements vont également à Yvan Maligorne  ; nous ne saurions nous passer de ses conseils, toujours avisés.

2 Desvoyes 1963  ; Thévenard 1996, 150.

3 Dupère 2003.

4 Signalons au passage qu’un autre élément de même type a été découvert en 1997, au même endroit, par un particulier (Février 2009).

5 Vollkommer 1997, 246, no75.

6 Vollkommer 1997, 245-246, nos73-74.

7 Vollkommer 1997, 245, nos59-60.

8 Vollkommer 1997, 245, no64.

9 Le lecteur qui voudrait en savoir davantage à ce propos se reportera au travail fondamental de Tonio Hölscher, Victoria romana, paru en 1967.

10 Entre autres, Gros 1979.

11 Deckers, Noelke 1980.

12 Gaggadis-Robin 2005, 197-201, no65.

13 Linant de Bellefonds 1997, 882.

14 Darblade-Audouin 2006, 77-79, no238.

15 Sprater 1947.

16 Nombreux exemples dans Bauchhenss, Noelke 1981.

17 Bauchhenss, Noelke 1981, pl. 24, 2.

18 Bauchhenss 1984.

19 Hölscher 1967.

20 Picard 1977.

21 Espérandieu, Lantier 1907-1966, VI, no4726.

22 Espérandieu, Lantier 1907-1966, XIV, no8451.

23 Espérandieu, Lantier 1907-1966, IX, no6661.

24 Espérandieu, Lantier 1907-1966, IX, no6662.

25 Cleary 2008, 31-34.

26 Vollkommer 1997, 242, no24.

27 Espérandieu, Lantier 1907-1966, V, no4311.

28 Arnaud 1984, 102.

29 Audin, Quoniam 1962.

30 Boucher 1976, no94.

31 Février 2009.

32 Abel 1891-1892, 204.

33 Keyes 1912.

34 Que Maria-Pia Darblade-Audouin soit ici remerciée pour cette judicieuse suggestion.

35 Castorio 2009.

36 Wolf 2002.

37 Espérandieu, Lantier 1907-1966, III, no2461.

38 Belot, Canut 1997, 27-29.

Table des illustrations

Crédits (Musée d’Art et d’Histoire, Langres, cliché de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14177/img-2.png
Fichier image/png, 410k
Légende calcaire local, H. 110 cm, l. max. 49 cm, ép. max. 44 cm, conservée in situ, à la mairie
Crédits (cliché de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14177/img-4.png
Fichier image/png, 441k
Crédits (cliché de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14177/img-6.png
Fichier image/png, 439k
Crédits (cliché de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14177/img-8.png
Fichier image/png, 424k
Légende calcaire local, H. 50 cm, l. 61,5 cm, ép. 56 cm, conservée in situ, à la mairie
Crédits (cliché de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14177/img-10.png
Fichier image/png, 453k
Crédits (DAO de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14177/img-12.png
Fichier image/png, 102k
Crédits (© Musée de La Cour d’Or - Metz Métropole, cliché de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14177/img-14.png
Fichier image/png, 526k
Légende calcaire local, Lg. 87 cm, H. 50 cm, ép. 30 cm
Crédits (Musée d’Art et d’Histoire, Langres, cliché de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14177/img-16.png
Fichier image/png, 409k

Auteur

Maître de conférences en histoire ancienne Groupe de Recherche Identités et Cultures (GRIC), Université du Havre - Bureau B208 25 rue Philippe Lebon 76086 Le Havre cedex, jean-noel.castorio@univ-lehavre.fr

© Publications du Centre Camille Jullian, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search