Version classiqueVersion mobile

La sculpture romaine en Occident

 | 
Vassiliki Gaggadis-Robin
, 
Pascale Picard

Partie 3 - Découvertes récentes et nouvelles recherches

Redécouverte du fonds ancien de sculptures romaines du Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon

Noëmi Daucé et Nathalia Denninger

Résumé

Si les reliefs sculptés de la Porte Noire s’imposent à l’esprit lorsque l’on évoque la sculpture romaine à Besançon, il n’en va pas de même pour les collections du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie, beaucoup plus confidentielles faute de publication de synthèse. Le chantier des collections mené depuis 2011, dans le cadre du projet de rénovation du musée a permis d’en redécouvrir le fonds ancien, composé à la fois de sculptures de provenances locales, régionales et italiques. L’objectif de cette contribution est d’en dresser un panorama exhaustif, de mettre à jour l’ensemble de la documentation le concernant mais aussi de le rendre accessible à la communauté scientifique afin d’en renouveler l’étude.

Texte intégral

Introduction

  • 1 En raison des contraintes éditoriales, l’ensemble des collections ne peut être présenté dans le c (...)

1Si les reliefs sculptés de la Porte Noire s’imposent à l’esprit lorsque l’on évoque la sculpture romaine à Besançon, il n’en va pas de même pour les collections du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie, beaucoup plus confidentielles faute de publication de synthèse. Certaines d’entre elles sont intégrées dans le parcours permanent mais, par manque de place, la majorité est conservée en réserves depuis plusieurs décennies. Le chantier des collections, mené dans le cadre d’un projet de rénovation du musée par l’équipe de conservation depuis 2011, a permis d’en redécouvrir le fonds ancien et de donner lieu à la publication de ce catalogue provisoire1.

2On compte aujourd’hui près d’une centaine de rondes-bosses, stèles, bas-reliefs et fragments, issus à la fois des fouilles menées à Besançon au XIXe siècle, d’une politique d’achats et d’acquisition à l’échelle régionale, du legs de Pierre-Adrien Pâris et des dépôts de l’État. Le traitement systématique de chacune de ces pièces, préalable à une étude plus approfondie, a permis de mettre à jour la documentation les concernant, et partant de retracer l’histoire de la constitution des collections comme de rectifier quelques confusions véhiculées depuis les publications les plus anciennes.

1. Deux musées en un, à la conquête des espaces

  • 2 Richard et Mathieu 1995, 22.

3La ville de Besançon s’enorgueillit souvent de posséder l’une des plus anciennes collections publiques de France, léguée conjointement à l’abbaye bénédictine de Saint-Vincent et à la municipalité en 1694 par l’abbé Boisot. Inventoriée par les soins du notaire Colin au cours de l’année 16952, celle-ci est constituée essentiellement d’ouvrages, de tableaux et de médailles, mais compte aussi quelques bustes romains (Brutus, Antinoüs) ou considérés comme tels, témoignant de l’intérêt humaniste de Boisot pour l’Antiquité. Il faut cependant attendre plus d’un siècle et demi pour que la ville se dote d’un véritable musée pour accueillir son patrimoine. Répondant à une commande municipale qui vise dans un premier temps à réhabiliter la Place du Marché et à vivifier l’économie locale en construisant une nouvelle halle à grains, l’architecte bisontin Pierre Marnotte propose, en 1833, un bâtiment d’aspect néo-classique, fonctionnel et élégant. Dès sa livraison en 1843, sa destination première est en partie dévoyée et la ville y installe un musée de peinture dans l’une des ailes de l’étage noble.

4À la même époque, Besançon est le théâtre du premier chantier de fouilles de grande ampleur, fouilles de sauvetage avant l’heure, dirigé par le garde d’artillerie Lafosse, prélude à la construction d’un nouvel arsenal militaire dans le secteur de Chamars, au sud-ouest du centre ville qu’encercle la boucle du Doubs. L’ampleur et la qualité des découvertes favorisent en 1848 la création de la Commission d’Archéologie, composée de « sept antiquaires et archéologues », qui use de son influence pour obtenir de la municipalité l’ouverture d’un musée spécifique. Le Musée d’Archéologie, qui ouvre ses portes en 1849, rejoint le musée des peintures à l’étage d’une des galeries de la halle aux grains, avant d’être raisonnablement déplacé quelques décennies plus tard au rez-de-chaussée du bâtiment.

5Le dynamisme de la commission et de ses membres comme l’ampleur des travaux urbains qui remodèlent la ville favorisent l’enrichissement rapide des collections dans la seconde moitié du XIXe siècle. Dès le début du siècle suivant, la saturation des espaces est déjà considérée comme une contrainte majeure pénalisant l’accueil des visiteurs, d’autant que d’autres musées comme celui des Arts Appliqués à l’Industrie, le musée Victor Hugo, ou encore celui de l’Horlogerie, ont rejoint les premiers et colonisé une grande partie des espaces de la halle Marnotte. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, de profonds travaux de rationalisation et de modernisation des parcours sont entrepris, sous l’action énergique du Doyen Lerat pour l’archéologie. La donation du riche fonds de peintures modernes de George et Adèle Besson en 1963 constitue un nouveau défi pour le musée. Afin d’accroître les espaces de présentation, la ville fait appel à l’architecte Louis Miquel, disciple de Le Corbusier, qui ferme la cour du bâtiment et y intègre une rampe en béton ascendante. Ce nouvel aménagement inscrit le musée dans la modernité, l’archéologie s’y déploie à la fois dans la salle du sous-sol et dans une partie du rez-de-chaussée des ailes Marnotte.

6Plus de quarante ans plus tard, l’ensemble a vieilli et réclame une rénovation complète afin d’améliorer l’accueil du public, d’augmenter le nombre d’œuvres présentées mais également de faire respirer et dialoguer les deux architectures. C’est dans la perspective de ces travaux que l’équipe de conservation mène depuis octobre 2011 un chantier des collections d’une ampleur inédite afin de préparer leur transfert dans de nouvelles réserves et de vider le musée le temps des travaux.

2. Apports et limites du chantier des collections

7Les collections d’archéologie du musée de Besançon sont pléthoriques sans que l’on n’en connaisse pour autant le nombre exact. Plusieurs estimations quantitatives ont été réalisées depuis le début des années 2000, annonçant, selon les différentes méthodes de comptage, entre 50 000 et 200 000 objets. En réalité, seul le chantier des collections permettra d’obtenir un inventaire exhaustif de celles-ci. En effet, chaque objet individuel ou lot d’objets transite par une chaîne opératoire désormais commune à l’ensemble des chantiers des collections et qui se décompose de la sorte : dépoussiérage et marquage ; informatisation, numérisation (prises de vue) et conditionnement. Ce traitement systématique permet en outre de remplir l’obligation de récolement décennal, intégrée dans la loi musées de 2002. Ces deux missions, qui diffèrent par leurs objectifs, relèvent d’une méthodologie commune, fondée sur la présence matérielle des collections au sein du musée.

8Le chantier des collections s’apparente à une véritable « fouille » dans les réserves. Suite à plusieurs déménagements internes au musée, ces espaces étaient arrivés à un état d’encombrement tel que les collections de sculpture romaine, en partie retirées du parcours muséographique depuis plusieurs années, étaient inaccessibles, masquées par l’accumulation d’autres types de collections ou stockées avec une telle densité que leur manipulation devenait périlleuse. Le premier atout du chantier consiste donc à rassembler ce corpus et le rendre accessible à l’étude. Cependant la mention d’un numéro d’inventaire provisoire, d’un numéro erroné voire l’absence de marquage ne facilitent pas toujours l’identification des pièces.

  • 3 Lerat 1957, VI.

9La consultation des inventaires, qui ont souvent été remplis de manière rétrospective et synthétique, ne permet que rarement de répondre à ces questionnements. Les registres anciens sont lacunaires3 et le manque de suivi dans leur tenue entrave notablement la documentation des collections. L’adoption de l’inventaire « Rivière » à partir des années 1950, conformément aux directives de la Direction des Musées de France, entraîne un important travail de recherche et d’attribution des numéros mais les corrections successives, les ratures et les ajouts qui scandent la seconde moitié du XXe siècle perturbent parfois la lisibilité des feuillets. L’identification des différentes pièces impose un va-et-vient incessant entre inventaires, archives et publications anciennes, conjugué à une posture de doute intellectuel quasiment permanente. Lorsque l’ensemble de ces ressources est épuisée, l’attribution d’un numéro d’inventaire rétrospectif permet de rationaliser la gestion de la collection.

10Enfin, sans que les raisons n’en soient toujours étayées, un certain nombre de sculptures ont été versées dans le fonds « Beaux-Arts ». Le musée de Besançon, en raison de son histoire et de la fusion officieuse dans les années 1930 du musée des beaux-arts et de celui d’archéologie, a possédé pendant longtemps deux registres d’inventaire distincts. Quelques bustes et portraits, dont l’antiquité ou la modernité ont pu, aléatoirement, être reconsidérées, se « promènent » ainsi entre les différents registres, atténuant la frontière entre les deux pôles de collections. Certaines pièces du fonds de sculpture romaine ont également fait l’objet de dépôts dans d’autres structures patrimoniales sans que la mention n’en soit toujours reportée. Cette dispersion physique comme administrative se répercute sur l’établissement d’un répertoire précis du corpus considéré. Le chemin est parsemé d’embûches, c’est pourquoi la liste présentée en annexe ne peut être considérée que comme provisoire et susceptible d’évoluer.

3. Le fonds ancien de sculptures romaines locales et régionales

3.1. Les sources disponibles

  • 4 Espérandieu 1918.
  • 5 Lantier 1955.
  • 6 Walter 1974. Cet ouvrage étant encore considéré comme référence en la matière et facilement acces (...)
  • 7 Lagrange 1981  ; Richard et Pinette 1992  ; Stoullig 2006.
  • 8 N. Bourquenez, La sculpture religieuse en Franche-Comté, Mémoire de maîtrise d’histoire de l’art (...)
  • 9 N. Aghigh, Les blocs d’architecture gallo-romains du Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Bes (...)

11S’il n’est pas inédit, le fonds ancien de sculptures romaines conservé au musée des beaux-arts et d’archéologie n’a fait pourtant l’objet que de rares publications. Les découvertes qui émaillent le XIXe siècle et le début du XXe siècle sont rapportées dans des revues à vocation régionale comme l’Annuaire du Doubs et les Mémoires de la Société d’Agriculture, les publications de l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Besançon, ou encore les Mémoires de la Société d’Emulation du Doubs, fondée en 1842. Les notables locaux, férus d’histoire locale et membres de la commission d’archéologie, y présentent leurs dernières découvertes : les architectes Pierre Marnotte et Alphonse Delacroix, le magistrat Edouard Clerc, le bibliothécaire Auguste Castan, le conservateur du musée d’archéologie Alfred Vaissier en sont de réguliers contributeurs. Cependant ce n’est qu’avec la parution du Recueil d’Espérandieu4 que ces collections sont pour la première fois compilées et publiées à l’échelle nationale, puis complétées en 1955 par le supplément de Raymond Lantier5. Des études thématiques comme celle d’Hélène Walter consacrée à La sculpture funéraire en Franche-Comté6, des catalogues d’exposition7 enrichissent ponctuellement la documentation, sans pour autant se consacrer entièrement à la question. Enfin des étudiants de l’Université de Franche-Comté ont également traité certains pans de la collection, sous des angles spécifiques tels que la sculpture religieuse en Franche-Comté8 ou encore les blocs sculptés architecturaux9. Ces mémoires sont consultables à la bibliothèque universitaire de Franche-Comté et à la documentation du musée.

3.2. Un fonds restreint de sculptures locales (no1-38)

  • 10 Stoullig 2006, 37.

12Le XVIIIe siècle consacre l’âge d’or de l’urbanisation bisontine. La ville est alors le théâtre de nombreuses transformations architecturales : percements de rues et de places, constructions de nombreux édifices publics et religieux, mise en place de réseaux d’évacuation dans un souci grandissant d’hygiène et de salubrité. À la faveur de ces travaux, les érudits locaux comme le cardinal de Choiseul, l’abbé Baverel ou encore la famille Maréschal de Vézet, se constituent d’importantes collections. Dispersées par leurs héritiers, aucune d’entre elles n’est renseignée et peu d’objets parviennent dans les collections publiques. C’est du XIXe siècle, période moins dynamique pour la capitale comtoise, que datent donc l’essentiel des découvertes documentées de sculpture romaine. Celles-ci proviennent en partie de trouvailles que l’on qualifierait aujourd’hui de fortuites : le fort étiage du Doubs en 1828, son dragage entre 1829 et 1833 (fig. 1) suscitent une véritable chasse au trésor en aval du pont Battant10. Les travaux de fondation liés à la construction de nouveaux immeubles et hôtels particuliers favorisent également les découvertes ponctuelles. Par ailleurs, l’édification de bâtiments publics (musée, arsenal militaire), le percement de nouvelles rues (la rue Moncey en 1838) autorisent pour la première fois les fouilles extensives de certains ilots, sous l’égide des érudits locaux, comme les architectes Delacroix et Marnotte ou le garde d’artillerie Lafosse. Ces travaux qui ont lieu dans la première moitié du XIXe siècle suscitent émulation et vocations. La fin du siècle est marquée par l’activité débordante du bibliothécaire Auguste Castan qui multiplie les chantiers dans les secteurs stratégiques de la ville : de 1870 à 1872, il fouille la place Saint-Jean aux abords de la Porte Noire, en 1883 la caserne Condé dans le secteur où s’élevait l’amphithéâtre antique en dehors du méandre du Doubs.

Fig. 1. Petite tête d’enfant

Fig. 1. Petite tête d’enfant

(© Jean-Louis Dousson - MBAA Besançon).

  • 11 En comparaison, une soixantaine de mosaïques ont été exhumées depuis le XVIIe siècle à Besançon.

13Au tournant du siècle, malgré l’essor notable des recherches, on ne compte en tout et pour tout que trente-six sculptures (no1 à 36), fragments ou bas-reliefs architecturaux ainsi que deux fragments (no37 et 38) dont la provenance demeure incertaine (fig. 2). Au regard de l’histoire antique de la ville comme de l’activité archéologique qui marque le XIXe siècle, on ne peut que s’étonner devant ce nombre très réduit de sculptures romaines, rondes-bosses et bas-reliefs confondus conservées au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon11. Elles soutiennent difficilement la comparaison avec les ensembles régionaux de Luxeuil ou de Corre en Haute-Saône, de Mandeure dans le Doubs. Peu d’entre elles sont datées avec certitude, faute de contexte archéologique précis, mais aussi d’études approfondies.

Fig. 2. Centaure et Lapithe

Fig. 2. Centaure et Lapithe

(© Jean-Louis Dousson - MBAA Besançon).

3.3. Les collections régionales (no39-53)

  • 12 Bertrand 1861, 13.

14Dès sa création, le musée d’Archéologie de Besançon, ou Musée des Antiquités selon les appellations, se considère comme un établissement à vocation régionale12. Le mobilier issu des fouilles qui se multiplient dans la seconde moitié du XIXe siècle rejoint alors ses salles d’expositions. La collection de sculptures romaines d’origine régionale échappe pourtant à ce principe et se constitue essentiellement par achats successifs. La documentation, bien souvent lacunaire, entraîne parfois encore quelques erreurs d’identification. La majorité des pièces provient de Mandeure (no39-47), notamment par le biais de l’achat de la collection de Pierre-Frédéric Morel-Macler (1787-1883), architecte de la ville de Montbéliard.

4. Les collections italiques et romaines

4.1. Le legs de Pierre-Adrien Pâris (no54-79)

  • 13 Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008  ; Pinon 2007.

15À sa mort en 1819, Pierre-Adrien Pâris (1745-1819), architecte des Menus-Plaisirs sous l’Ancien Régime puis directeur de l’Académie de France à Rome13 lègue l’ensemble de sa collection à la municipalité de Besançon. Celle-ci est particulièrement réputée pour le fonds de dessins et de peintures du XVIIIe siècle qui viennent enrichir le fonds Boisot (Besançon 1994). Pourtant Pâris avait également monté un cabinet d’antiques, entièrement inventorié par le bibliothécaire Charles Weiss lors de son entrée à la Bibliothèque Municipale (Weiss 1821). En 1863, une partie de la collection Pâris est déposée au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon.

  • 14 Bibliothèque Municipale de Besançon, Ms. Pâris 3.
  • 15 Les notices présentées en annexe suivent l’ordre du manuscrit de Pâris.

16Pâris lui-même avait établi un inventaire de sa collection, intitulé Catalogue de mes livres ainsi que des autres objets qui composent mon cabinet14, rédigé en 1806 et complété en 1809-10 et entre 1817 et 1819. Dans cette liste15, la sculpture antique apparaît à plusieurs endroits : dans la section « Sculptures Grecques et Romaines », dans laquelle on trouve nos deux premiers numéros (no54 et 55) ; dans « Fragmens de marbre » (no56-71, signalés dans le manuscrit par des chiffres romains) ; et enfin dans « Antiquités, objets rapportés de mon 3e voyage de Rome », à partir du no178 du manuscrit (no72-79).

17La collection de sculptures romaines rassemblée par Pierre-Adrien Pâris comporte donc vingt-six numéros et se révèle particulièrement éclectique : il s’agit pour une part de têtes et bustes d’hommes (au nombre de neuf) ou de divinités (deux), et d’autre part de reliefs appartenant autrefois à des monuments au sens large (trophée, cippe funéraire, sarcophage, sculpture architecturale), d’objets divers (base de candélabre, pied, autel…) et d’une stèle funéraire.

18Sauf mention contraire, les œuvres proviennent d’Italie et ont été achetées à Rome lors des différents séjours de Pâris. La plupart sont sans contexte. Pâris semble les considérer comme des antiques, même si certaines ont pu être attribuées à la période moderne : en dernier lieu les bustes d’empereurs après l’étude de Sophie Montel présentée dans ce colloque. Trois sont considérées comme grecques (no54, 68 et 76).

  • 16 Weiss 1821.

19Un second catalogue de la collection est rédigé par le bibliothécaire de la ville, Charles Weiss, qui reçut le legs à la mort du donateur en 181916. Dans son inventaire, le bibliothécaire distingue le cabinet d’antiques (deux-cent-quarante-neuf numéros) des « monumens modernes ».

  • 17 Weiss 1821, 170, no157 à 181.

20On retrouve la majorité des sculptures antiques dans la partie « Marbres et bas-reliefs » du catalogue de Weiss17. Le no159, « Auguste et Agrippa, deux beaux bustes marbre blanc, copiés sur l’antique » n’a pas été pris en compte dans notre corpus, puisque ces bustes ne figurent pas dans le catalogue établi par Pâris, et que Weiss dit clairement qu’il s’agit de copies.

21Seul le buste de Diane d’Ephèse (no183 de Weiss correspondant au no61 de notre catalogue) est classé sous la rubrique « Terres cuites, figurines, bustes, bas-reliefs, tuiles et briques », ce qui est étonnant étant donné que cette section semble contenir uniquement des objets en terre cuite, mais pas impossible d’autant que l’on ne connaît pas d’autre objet de la collection qui pourrait correspondre à cette description.

22La stèle funéraire (no57 de notre catalogue) est logiquement placée par Weiss dans la partie consacrée aux inscriptions (no307).

  • 18 Des travaux ont été réalisés dans ce sens, cf. L. Mucciarelli, La collection Pierre-Adrien Pâris (...)

23Cet état des lieux constitue le prélude à une étude de la collection Pâris qui reste encore à mener de manière exhaustive18.

4.2. Les dépôts de l’État de 1863 et 1875 (no80-84)

  • 19 Orgogozo et Lintz 2007, 20-21.
  • 20 Orgogozo et Lintz 2007.

24À l’instar des autres musées de province qui reçoivent en dépôt une partie de la collection Campana achetée en 1861 par l’Etat19, le musée de Besançon reçoit en 1863 un lot de quatre-vingt-seize objets composé de vases de terre cuite, mais qui comprend également trois sculptures en marbre attribuées à l’époque romaine (no80-83). L’ensemble est inventorié en 1864. Ce dépôt est détaillé dans la liste conservée aux archives nationales (F21/1442) : il se compose de « vases étrusques », « poteries de pâte noire », « vases peints de la décadence », « vases grecs » et d’un dernier lot de « Terres cuites » au sein duquel sont mentionnées notamment les sculptures. Le dépôt de 187520, de même, est constitué essentiellement de vases en terre cuite (au nombre de vingt-quatre), mais aussi de deux têtes en marbre (no83-84).

25En conclusion, cent numéros constituent aujourd’hui le fonds ancien de sculptures romaines traitées dans le cadre du chantier des collections du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie. Si celui-ci est tributaire des délais imposés par un calendrier de rénovation resserré qui impose un rythme soutenu de traitement et de conditionnement des œuvres, il permet néanmoins de dresser un panorama exhaustif du corpus considéré, de mettre à jour l’ensemble de la documentation le concernant mais aussi de le rendre accessible à la communauté scientifique afin d’en renouveler l’étude. La contribution de Sophie Montel dans ce volume en est le premier témoin, en attendant une publication plus complète de ce fonds.

Fig. 3. Tête féminine diadémée

(© Jean-Louis Dousson - MBAA Besançon).

Fig. 4. Tête de satyre

(© Jean-Louis Dousson - MBAA Besançon).

Fig. 5. Buste janiforme - Dionysos et Ariane

(© Jean-Louis Dousson - MBAA Besançon).

Fig. 6. Fragment de relief avec masque et ciste

Fig. 6. Fragment de relief avec masque et ciste

(© Jean-Louis Dousson – MBAA Besançon).

Fig. 7. Tête d’homme barbu

(© Nathalia Denninger – MBAA Besançon).

Fig. 8. Fragment de corniche à l’aigle romaine

(© Jean-Louis Dousson - MBAA Besançon).

Bibliographie

Bertrand 1861 : A. Bertrand, Les musées et les collections archéologiques (II). Le musée de Besançon, Revue Archéologique, IV, Paris, 1861, 13-18.

Castan 1869 : A. Castan, Le capitole de Vesontio et les capitoles provinciaux du monde romain, Impr. Impériale, Paris, 1869, 31 p.

Castan 1872 : A. Castan, Le théâtre de Vesontio et le square archéologique de Besançon, Mémoires de la Société d’Émulation du Doubs, 1872, 463-512.

Castan 1875 : A. Castan, Les Déesses-Mères en Séquanie, Revue Archéologique, XXX, Paris, 1875, 171-173 (gravure p. 171).

Castan 1876 : A. Castan, Les fouilles de Notre-Dame de Jussan-Moûtier, Mémoires de la Société d’Émulation du Doubs, 1876, LX-LXII.

Castan 1885 : A. Castan, Autobiographie de l’architecte Pierre-Adrien Pâris, dessinateur du Cabinet du roi, Réunion des Sociétés des Beaux-Arts des départements, T. IX, 1885, 192-205.

Castan 1886 : A. Castan, Musée de Besançon, catalogue des peintures, dessins, sculptures et antiquités, 7e éd., Besançon, 1886, 319 p., 1102 nos.

Delacroix 1863 : A. Delacroix, Fouille des rues de Besançon en 1863, Mémoires de la Société d’Émulation du Doubs, Séance du 17 décembre 1863, 16 p., [1] pl.

Espérandieu 1918 : É. Espérandieu, Recueil général des bas reliefs, statues et bustes de la Gaule Romaine, Tome 7, Gaule germanique. 1, Germanie supérieure, Paris, 1918, 397 p.

Faure-Brac 2002 : O. Faure-Brac, La Haute-Saône, Carte archéologique de la Gaule, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 2002, 483 p.

Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008 : H. Ferreira-Lopes, E. Guigon, P. Pinon, M.-H. Jordan, Chr. Michel, A. Davadie, B. Bourgeois, N. Balcar, Y. Vanderberghe, M.-L. Fabréga-Dubert et Fr. Soulier-Francois, Le cabinet de Pierre-Adrien Pâris, architecte, dessinateur des Menus-Plaisirs, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, 2008, 207 p.

Guilhot, Goy 1992 : J.-O. Guilhot, C. Goy (dir.), 20000 m3 : les fouilles du parking de la Mairie à Besançon, Musée des Beaux-arts et d’archéologie, Besançon, 1992, 399 p. dont 16 p. de pl. en coul.

Joan 2003 : L. Joan, Le Doubs et le Territoire de Belfort, Carte Archéologique de la Gaule, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 2003, 561 p.

Lagrange 1982 : Ph. Lagrange, Besançon aux premiers siècles, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, Besançon, 1982, 109 p.

Lagrange, Pinette 1990 : Ph. Lagrange, M. Pinette, Loin du sable : les collections égyptiennes du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, Besançon, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie, 1990, 229 p.

Lantier 1955 : R. Lantier, Tome quatorzième des Suppléments à Espérandieu, Recueil général des bas reliefs, statues et bustes de la Gaule Romaine, Tome 7, Gaule germanique. 1, Germanie supérieure, Paris, 1955, 45-47 et pl. XLIX-LII.

Lerat 1957 : L. Lerat, Catalogue des collections archéologiques de Besançon (I) : Les lampes antiques, Paris, Les Belles Lettres, 1957, 42 p.

Lerat 1966 : L. Lerat, Circonscription de Franche Comté, Gallia, vol. 24, 345-375.

Lerat 1990 : L. Lerat, Besançon antique, ville gallo-romaine, Musée des beaux-arts et d’archéologie, Musée lapidaire, Guides archéologiques de la France, Ministère de la Culture et de la Communication, 1990, 139 p.

Marnotte 1842 : P. Marnotte, Antiquités trouvées dans la rue Moncey en 1840, Mémoires de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon, 1842, 83-94.

Marnotte 1875 : P. Marnotte, Rapport sur la restauration de l’Arc de triomphe dit Porte Noire, Mémoires de la Société d’Émulation du Doubs, 1875, 191-216.

Morel-Macler 1847 : P.-F. Morel-Macler, Les antiquités de Mandeure, H. Barbier, Montbéliard, 1847, 22 p.

Orgogozo, Lintz 2007 : C. Orgogozo, Y. Lintz, Vases, bronzes, marbres et autres antiques, dépôts du musée du Louvre en 1875, Paris, Musée du Louvre Editions, 2007, 300 p.

Pinon 2007 : P. Pinon, Pierre-Adrien Pâris, 1745-1819, architecte, et les monuments antiques de Rome et de la Campanie, École française de Rome, 2007, 446 p.-[44] p. de pl.

Richard, Mathieu 1995 : H. Richard, G. Mathieu (dir.), 1694-1994 : trois siècles de patrimoine public, Bibliothèques et musées de Besançon, 1995, 271 p.

Stoullig 2006 : Cl. Stoullig (dir.), De Vesontio à Besançon, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, Neuchâtel, Chaman Edition, 2006, 164 p.

Walter 1974 : H. Walter, La sculpture funéraire gallo-romaine en Franche Comté, Annales littéraires de l’Université de Besançon, Paris, Les Belles Lettres, 1974, 184 p.-LVI p. de pl.

Weiss 1821 : Ch. Weiss, Catalogue de la bibliothèque de M. Pâris… suivi de la description de son cabinet, Besançon, 1821, 256 p., VI pl.

Weiss 1836 : Ch. Weiss, Rapport sur les objets d’antiquités recueillis par M. Riduet aîné, de Besançon, Mémoires de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon, séance du 2 juillet 1835, 143-151.

Annexes

Annexe

Catalogue des sculptures romaines conservées au MBAA de Besançon

Besançon

Boucle

1.Amour assis sur un dauphin et Néréide chevauchant un monstre marin - Inv. 825.1.1

Pierre de Vergenne, H. 86,5 ; l. l49 ; ép. 51,5 cm

Prov. : abords de la Porte Noire (restauration 1825 de P. Marnotte)

Relief représentant un génie ailé (amour ?) assis sur un dauphin, et, à gauche, ce qui subsiste d’une Néréide assise sur un monstre marin

Bibl. : Joan 2003, 183, fig. 115 (bas, cliché inversé) ; Lerat 1990, 102 ; Espérandieu 1918, n° 5284

2.Tête et buste d’un Amour - Inv. 825.1.2

Pierre de Vergenne, H. 56 ; l. 94 ; ép. 25 cm

Prov. : abords de la Porte Noire (restauration en 1825 de P. Marnotte)

Les deux reliefs 825.1.2 et 825.1.3 formaient autrefois les deux faces d’un même bloc scié après la découverte pour en permettre la présentation simultanée.

Bibl. : Joan 2003, 183, fig. 112 ; Lerat 1990, 102-103 ; Espérandieu 1918, n° 5285

3.Bras d’un personnage féminin nu, la main appuyée sur un rocher - Inv. 825.1.3

Pierre de Vergenne, H. 56 ; l. 94 ; ép. 25 cm

Prov. : abords de la Porte Noire (restauration en 1825 de P. Marnotte)

Bibl. : Joan 2003, 183, fig. 113 ; Lerat 1990, 103 ; Espérandieu 1918, n° 5285

4.Amour tenant une jambière et éléments de feuillage - Inv. 825.1.4

Pierre de Vergenne, H. 40 ; l. 98 ; ép. 30 cm

Prov. : abords de la Porte Noire (restauration en 1825 de P. Marnotte)

Bibl. : Espérandieu 1918, n° 5287

5.Figure féminine tenant une urne qui s’épanche, à droite, un personnage dont ne subsistent que la tête et un bras levé et plié - Inv. 825.1.5

Pierre de Vergenne, H. 60 ; l. 125 ; ép. 16 cm

Prov. : abords de la Porte Noire (restauration en 1825 de P. Marnotte)

Bibl. : Joan 2003, 183, fig. 115 (haut) ; Lerat 1990, 103 ; Espérandieu 1918, n° 5285

6.Fragment d’une figure drapée et d’une figure ailée - Inv. 825.1.6

Pierre de Vergenne, H. 20 ; l. 45 cm

Prov. : abords de la Porte Noire (restauration en 1825 de P. Marnotte)

7.Bas relief représentant une figure féminine drapée - Inv. 825.1.7

Pierre de Vergenne, H. 22 ; l. 45 cm

8 à 16.Ensemble de neuf fragments sculptés de petites dimensions et difficilement identifiables - Inv. 825.1.9 à 825.1.17

Prov. : abords de la Porte Noire (restauration en 1825 de P. Marnotte)

17.Fragment d’une arcature sculpté sur les deux faces avec représentation de Minerve - Inv. 948.9.1

Pierre de Vergenne, H. 82, ép. 40 cm

Prov. : place Saint-Jean (actuel square Castan)

Bibl. : Lantier 1955, n° 8467, pl. XLIX

Ce fragment, ainsi que les deux suivants, provient des fouilles menées par A. Castan, à l’emplacement de l’ancienne église Saint-Jean. D’abord exposé aux intempéries dans le square Castan, ils ont été rapatriés au musée en 1948 en raison de leur état de conservation préoccupant.

18.Fragment d’une arcature sculpté sur les deux faces (jambe fléchie et éléments végétaux) - Inv. 948.9.2

Pierre de Vergenne, H. 85 ; l. 64 ; ép. 55 cm

Prov. : place Saint-Jean (actuel square Castan)

Bibl. : Joan 2003, 182, fig. 110 ; Lerat 1990, 100 ; Lantier 1955, n° 8468, pl. XLIX

19.Fragment de bas-relief sculpté sur les deux faces (Victoire ailée et dieu fleuve) - Inv. 948.9.3

Pierre de Vergenne, H. 74, ép. 48 cm

Prov. : place Saint-Jean (actuel square Castan)

Bibl. : Joan 2003, 183, fig. 111 ; Lerat 1990, 100-101 ; Lantier 1955, n° 8469, pl. L

20.Tête d’enfant rieur - Inv. 2013.0.1722

Pierre de Vergenne, H.19,5 ; l. 22 ; ép. 22 cm

Tête d’enfant souriant à cheveux longs et bouclés, provenant probablement d’un groupe sculpté. Elle est réputée provenir des abords de la Porte Noire.

Bibl. : Espérandieu 1918, n° 5274

21.Haut relief de deux déesses mères - Inv. 875.2.1

Calcaire, H. 31 ; l. 33 ; ép. 12 cm

Prov. : Besançon, cour du collège Saint-Jean (parking de l’Hôtel de Région)

Bibl. : Joan 2003, 184, fig. 117 ; Lerat 1990, 105 ; Espérandieu 1918, n° 5272 ; Castan 1875, 171.

22.Stèle de Sucellus et Nantosuelta - Inv. A.1077

Calcaire local, H. 99 ; l. 61 ; ép. 24 cm

Prov. : Besançon, square Castan ?

Bibl. : Joan 2003, 184, fig. 116 ; Lerat 1990, 104 ; Espérandieu 1918, n° 5277

L’origine de cette stèle est incertaine, sa provenance est suggérée par la mention de sa découverte entre deux bas-reliefs provenant des fondations de la Porte Noire dans les registres d’archives du musée.

23.Main monumentale - Inv. 825.2.1

Marbre blanc, L. 51,5 ; l. 28 ; ép. 18,5 cm

Prov. : Besançon, 1 rue Ronchaux

Bibl. : Stoullig 2006, 142 ; Joan 2003, 190 ; Espérandieu 1918, n° 5273

Ier siècle ?

Cette main, qui appartiendrait à un personnage féminin selon Espérandieu, témoigne par ses dimensions de la présence d’une statuaire monumentale à Besançon. Associée aux vestiges d’un hypocauste, elle est découverte en 1825 par Marnotte lors du creusement des fondations d’une maison de la rue Ronchaux. L’hypothèse de la présence de thermes publics dans ce secteur de la ville semble infirmée par les découvertes de la Place de la Révolution (Lerat 1990, 85).

24.Fragment de statue : bassin - Inv. 863.11.7

Marbre blanc, H. 32 ; l. 7,8 ; ép. 16 cm

Prov. : rue Moncey

Bibl. : Lagrange 1982, 24 ; Castan 1869, pl. III

25.Torse d’Apollon ( ?) - Inv. 863.11.8

Marbre blanc, H. 52,8 ; l.34 ; ép. 22 cm

Prov. : rue Moncey

L’état de conservation médiocre de ce torse est sans doute lié à son remploi comme élément de dallage. Il apparaît dans la publication d’Espérandieu comme provenant de Mandeure, il s’agit vraisemblablement d’une erreur.

Bibl. : Joan 2003, 180, fig. 103 ; Lagrange 1982, 24 ; Espérandieu 1918, n° 5293 ; Castan 1869, pl. III

26.Modillon composite avec l’aigle romaine - Inv. 849.6.67 / 842.1.23

Pierre de Vergenne, H. 33,5 ; L. 41,4 ; ép. 23,1 cm

Prov. : Arsenal

27.Fragment inférieur d’un torse de Vénus ( ?) - Inv. 854.8.1

Marbre gréseux, H. 12,5 ; l. 7,8 ; ép. 6 cm

Prov. : rue Courbet. Achat aux ouvriers

Bibl. : Lantier 1955, n° 8472

28.Tête de lévrier - Inv. 876.9.1 / 2006.0.4

Marbre, H. 10 ; L. 17,5 ; ép. 10 cm

Prov. : n° 10 rue Proudhon. Don de Prinsac

29.Attis et Amour, bas-relief composite - Inv. 852.19.1

Pierre de Vergenne, H. 40,5 ; L. 78,5 ; ép. 19,5 cm

Prov. : fondations du couvent des Minimes, près de la porte de Notre-Dame (actuelle gendarmerie de Tarragnoz)

Bibl. : Joan 2003, 237 ; Lantier 1955, n° 8470 ; Castan 1876, 42

Etiages et dragages du Doubs (1928-1933)

30.Petite tête masculine - Inv. 852.2.192

Calcaire, H. 12 ; l. 10,1 ; ép. 10 cm

Bibl. : Joan 2003, 240 ; Walter 1975, 20 ; Espérandieu 1918, n° 5281

31.Petite tête masculine (fig. 1) - Inv. 852.2.193

Calcaire, H. 9,4 ; l. 9 ; ép. 9,5 cm

Bibl. : Joan 2003, 240 ; Walter 1975, 20 ; Espérandieu 1918, n° 5281

Ces deux petites têtes (n° 30 et 31) ont été considérées comme provenant du cimetière de la Viotte (Espérandieu, Walter) situé au nord de la Boucle dont les travaux sont cependant plus tardifs (1884) que la date d’acquisition mentionnée par le n° d’inventaire (1852). Ce dernier correspond à la collection de l’antiquaire bisontin Riduet, acquise en partie par la municipalité de Besançon en 1852. Il pourrait s’agir d’une attribution abusive, pourtant une liste manuscrite datée de 1852 conservée au musée inventorie les objets de cette collection et mentionne bien ces deux têtes. Toutes deux proviendraient donc plus probablement des dragages du lit du Doubs entre 1829 et 1833 (Weiss 1836, 149).

32.Petite tête égyptienne - Inv. 852.2.421

Granit, H. 8 ; l .9,7 ; ép. 10,5 cm

Bibl. : Lagrange et Pinette, 1990, 153, n° 217 ; Lagrange 1982, 108

33.Tête d’homme - Inv. 2013.0.1723

Calcaire, H. 31,6 ; l. 24 ; ép. 22,5 cm

Don de M. Robert

Bibl. : Lantier 1955, n° 8482, pl. LII

Cette tête d’homme brisée à la base du cou avec fragment d’épaule gauche, semble avoir été très altérée par son séjour dans le Doubs. Elle serait entrée au musée en 1855 ou 1866, les inventaires lacunaires ne permettent pas de le déterminer.

Besançon, en dehors de la Boucle du Doubs

34.Groupe sculpté représentant Priape - Inv. 904.1.1

Calcaire local, H. 82 ; l. 43 ; ép. 42 cm

Prov. : lieu-dit Champforgeron

Bibl. : Joan 2003, 188, fig. 125 ; Lerat 1990, 105 ; Espérandieu 1918, n° 5278

35.Fragment de statuette / Stèle miniature - Inv. 849.60.1 / 845.2.1

Pierre de Vergenne, H. 12 ; l. 6,5 ; ép. 4,5 cm

Prov. : fondations du Fort Chaudanne

36.Groupe sculpté fragmentaire - Inv. 2007.0.45

Calcaire, H. 8,5 ; l. 7, ép. 10 cm

Prov. : Besançon, Epoisses

Besançon sans certitude

37.Amour Puni ou Buste de jeune fille - Inv. A.1075 / 2013.0.1737

Marbre blanc, H. 28 ; l. 22 ; ép. 14,5 cm

IIIe siècle ou copie moderne d’après l’antique ?

Ce buste de fillette appartient au fonds ancien du musée, il est mentionné dans le legs Boisot en 1694 à la municipalité (Richard et Mathieu 1995, 83). Considéré alors comme antique, sa datation a depuis été reconsidérée. Sa provenance n’est pas assurée.

Bibl. : Lantier 1955, n° 8473

38.Combat des Lapithes et des Centaures (fig. 2)

- Inv. A.1078 / 2007.0.20

Marbre, H. 17 ; L. 19 ; l. 6,5 cm

Prov. : Besançon ou Osselle

Bibl. : Lantier 1955, n° 8477

Ce fragment, qui provient peut-être d’un sarcophage historié, a pendant longtemps été considéré comme provenant d’Osselle (Doubs) car il se trouvait dans une vitrine regroupant du mobilier issu de cette commune mais l’inscription « Besançon » au dos de ce fragment remet peut-être en cause cette provenance.

Région

39.Tête d’homme - Inv. 841.3.1

Marbre, H. 22,5 ; l. 14 ; ép. 15 cm

Prov. : Mandeure

Bibl. : Castan 1889, n° 23

Achetée pour la somme de 100 Francs à l’époque et donnée comme trouvée à Mandeure ; il s’agit en fait un pastiche d’antique du début du XIXe siècle.

40.Tête de jeune femme diadémée (Vénus ?) (fig. 3) - Inv. 850.35.1

Marbre blanc, H. 12 ; l .9 ; ép. 5 cm

Prov. : Mandeure ; don Berlet

41.Fragment de statue masculine - Inv. 855.1.292

Pierre de Vergenne, H.42,5 ; l. 16,5 ; ép. 12 cm

Prov. : Mandeure (découverte fortuite), achat de la collection Morel-Macler

Bibl. : Espérandieu 1918, n° 5296 ; Morel-Macler 1847, pl. 33

42.Bas-relief représentant la Justice ou la Fortune( ?)

- Inv. 855.1.295

Calcaire, H. 13 ; l. 6,5 ; ép. 7cm

Prov. : Mandeure (découverte fortuite), achat de la collection Morel-Macler

Bibl. : Espérandieu 1918, n° 5298 ; Morel-Macler 1847

43.Fragment de bras - Inv. 855.1.322

Marbre, H. 7 ; l. 7,7 ; ép. 3 cm

Prov. : Mandeure, achat de la collection Morel-Macler

44.Buste masculin - Inv. 882.1.154

Marbre, H. 25 ; l. 20 ; ép. 10 cm

Prov. : Mandeure

Dès son acquisition, la datation de ce buste est remise en cause comme l’indique le registre des comptes et des dépenses du musée de 1879-1930.

45.Relief de satyre (fig. 4) - Inv. 882.1.155

Marbre, H. 9 ; l. 9 ; ép. 5,5 cm

Prov. : Mandeure, achat de la collection Morel-Macler

46.Fragment de bloc avec bâton et sandales, inscription Venus

- Inv. 890.2.4

Calcaire, H. 52 ; l. 51 ; ép. 26 cm

Prov. : Mandeure, achat de la collection Morel-Macler

Bibl. : Espérandieu 1918, n° 5291

47.Fragment de pied sculpté - Inv. 2007.0.14

Marbre, H. 15 ; l. 18 ; ép. 12 cm

Prov. : Mandeure

48.Fragment de statue féminine - Inv. 852.44.1

Marbre, H. 36 ; l. 19 ; ép. 11cm

Prov. : Avilley (Doubs)

Bibl. : Pinette et Lagrange 1990, 14-15 ; Espérandieu 1918, n° 5306

49.Bas-relief sculpté sur les deux faces (personnage effectuant une libation et danseuse) - Inv. 885.22.1

Marbre, H. 16 ; l. 16,5 ; ép. 6 cm

Prov. : Osselle (Doubs)

Bibl. : Lantier 1955, n° 8478

50.Fragment de haut relief représentant un dieu fleuve ou un Silène - Inv. 2007.0.21

Marbre, H. 11 ; L. 15 ; l .9 cm

Prov. : Besançon ou Osselle ?

51.Autel aux trois divinités - Inv. 837.9.1

Calcaire local, H. 107 ; l. 30 ; ép. 28 cm

Prov. : Jallerange (Doubs)

Bibl. : Joan 2003, 316 ; Espérandieu 1918, n° 5275

52.Fragment de statue masculine (Apollon) - Inv. 850.16.10 (torse) et D.965.4.1 (tête)

Grès, H. 93 ; l. 36 ; ép. 29 cm

Prov. : Corre (Haute-Saône) ; don Joseph Irénée Barbey

Bibl. : Faure-Brac 2002, 205, fig. 208 ; Lerat 1966, 347, fig. 2

La tête d’Apollon correspondant au torse a été déposée au musée en 1965 par la Société d’Agriculture, Lettres, Sciences et Arts de Vesoul.

53.Stèle représentant Diane - Inv. 848.4.1

Calcaire, H. 63 ; l. 55 ; ép. 53 cm

Prov. : Faucogney (Haute-Saône)

Bibl. : Faure-Brac 2002, 224 ; Castan 1886, 265-266

Fragment de stèle découvert en 1718 sur la montagne Saint-Martin, près de Faucogney.

Collections italiques et romaines

Legs Pierre-Adrien Pâris

54.Tête de jeune éphèbe - Inv. D.863.3.103 / 819.1.121

Marbre de Paros, H. 29 ; l. 18 ; ép. 20 cm

Grèce antique ; achetée à Paris à la vente du cabinet de M. le duc de Chaulnes. Dans le socle en marbre bleu est incrusté un clou de bronze de la porte du Panthéon.

Epoque hellénistique

Bibl. : Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008, 188, n° 190 ; Castan 1886, 265, n° 989 ; Weiss 1821, n° 164, pl. VI ; Pâris, Ms. 3, n° 10

55.Buste d’Apollon sur piédouche - Inv. D.863.3.298 / 819.1.129

Marbre de Paros ; H. 59 ; l. 24 ; ép. 26 cm

Weiss 1821, n° 157; Pâris, Ms. 3, n° 11

56.Fragment de bas-relief avec deux boucliers gaulois

- Inv. D.863.3.313 / 819.1.125 Marbre blanc, H. 92 ; l. 78 ; ép. 12 cm Italie, villa de Domitien à Albano

Bibl. : Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008, 188, n° 205 ; Castan 1886, 269, n° 1006 ; Weiss 1821, n° 171 ; Pâris, Ms. 3, n° I

57.Stèle funéraire avec le buste de Marcus Caecilius - DA.863.3.11 / 819.1.146

Marbre blanc, H. 41,5 ; l. 27 ; ép. 10 cm

Bibl. : Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008, 99 et 189, n° 218 ; Weiss 1821, n° 307 ; Pâris, Ms. 3, n° IV

58.Base de candélabre - Inv. D.863.3.312 / 819.1.124

Marbre blanc, H. 49,5 ; l. 21 ; ép. 21 cm

Bibl.: Castan 1886, 269, n° 1007; Weiss 1821, n° 170, pl. V-1 ; Pâris, Ms. 3, n° V

59.Couronnement d’un cippe funéraire ? - Inv. D.863.3.320 / 819.1.137

Marbre blanc, H. 17 ; L. 33,5 ; ép. 3,5 cm

Bibl. : Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008, 189, n° 217 ; Weiss 1821, n° 178 ; Pâris, Ms. 3, n° VI

60.Fragment de bas-relief, personnage de profil - Inv. D.863.3.318 / 819.1.136

Marbre blanc, H. 32 ; l. 13,5 ; ép. 7,5 cm

Bibl.: Weiss 1821, n° 176; Pâris, Ms. 3, n° VII

61.Fragment de torse de Diane d’Ephèse - Inv. D.863.3.297 ou 324

Marbre blanc, H. 14,8 ; l. 18 ; ép. 11 cm

Bibl.: Weiss 1821, n° 183 (?); Pâris, Ms. 3, n IX

62.Autel laraire consacré à Séléné - Inv. D.863.3.309 / 819.1.132

Marbre blanc, H. 33,5 ; l. 14,5 ; ép. 12 cm

Bibl.: Weiss 1821, n° 168; Pâris, Ms. 3, n° X

63.Pied en forme de patte griffue d’animal fabuleux

- Inv. D.863.3.310 / 819.1.133 Marbre blanc, H. 21,3 ; l. 15 ; ép. 19 cm Bibl.: Weiss 1821, n° 169; Pâris, Ms. 3, n° XI

64.Pied en forme de patte griffue d’animal fabuleux

- Inv. D.863.3.311 / 819.1.134 Marbre blanc, H. 19 ; l. 14 ; ép. 17 cm Bibl.: Weiss 1821, n° 169; Pâris, Ms. 3, n° XII

65.Fragment de relief (vase suspendu à une ciste ?)

- Inv. D.863.3.317 / 819.1.135

Marbre blanc, H. 12,8 ; L. 13 ; ép. 6,3 cm

Bibl. : Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008, 188, n° 208 ; Weiss 1821, n° 175 ; Pâris, Ms. 3, n° XIII

66.Fragment de chapiteau (rosace) ? - Inv. D.863.3.323

Marbre blanc, D. 6,8 ; ép. 4,5 cm

Bibl. : Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008, 190, n° 232 ; Weiss 1821, n° 181 ; Pâris, Ms. 3, n° XVIII

67.Tête identifiée par Pâris comme l’empereur Trajan

- Inv. D.863.3.303 / 819.1.139 Marbre blanc, H. 11,2 ; l. 6,5 ; ép. 7 cm Bibl.: Weiss 1821, n° 161; Pâris, Ms. 3, n° XX

68.Tête de jeune homme, réplique du Doryphore - Inv. D.863.3.306 / 819.1.143

Marbre blanc, H. 12,5 ; l. 7,7 ; ép. 8,4 cm

Corfou, 1811. D’après Castan : « Cette tête fut trouvée dans les travaux de creusage exécutés par les Français en avant de la place de Corfou, sous la conduite d’Auguste Pâris, neveu de l’architecte, qui fit hommage de ce fragment à son oncle ».

Bibl.: Castan 1886, 264-265, n° 988; Weiss 1821, n° 165; Pâris, Ms.3, n° XXI

69.Buste à deux figures adossées (Dionysos et Ariane) (fig. 5)

- Inv. D.863.3.308 / 819.1.123

Marbre blanc, H. 23,5 ; l. 15,5 ; ép. 13 cm

Bibl. : Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008, p. 188, n° 203 ; Castan 1886, 264, n° 987 ; Weiss 1821, n° 167, pl. V-2 ; Pâris, Ms. 3, n° XXII

70.Tête de l’empereur Vitellius / Pseudo-Vitellius - Inv. D.863.3.302/ 819.1.138

Marbre blanc, H. 12,5 ; l. 8,5 ; ép. 9,5 cm

Bibl.: Castan 1886, p. 267, n° 999; Weiss 1821, n° 160; Pâris, Ms. 3, n° XXIII

71.Tête d’un homme inconnu ou de l’empereur Othon – Inv. D.863.3.307

Marbre blanc, H. 13 ; l. 7,5 ; ép. 9 cm

Bibl. : Weiss 1821, n° 166 ; Pâris, Ms. 3, n° XXIV (écrit XIV)

72.Fragment de cuve de sarcophage (triomphe de Bacchus)

- Inv. D.863.3.315 / 819.1.127

Marbre blanc, H. 42 ; L. 45,5 ; ép. 6,5 cm

Bibl. : Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008, 188, n° 207 ; Castan 1886, 266-267, n° 995 ; Weiss 1821, n° 173 ; Pâris, Ms. 3, n° 178

73.Fragment de cuve de sarcophage (Prométhée délivré par Hercule) - Inv. D.863.3.314 / 819.1.126

Marbre blanc, H. 40,5 ; L. 39 ; ép. 9 cm

Bibl. : Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008, 188, n° 206 ; Weiss 1821, n° 172 ; Pâris, Ms. 3, n° 179

74.Fragment de relief (masque et ciste) (fig. 6) - Inv. D.863.3.316/ 819.1.128

Marbre blanc, H. 26,5 ; L. 34 ; ép. 12 cm

Bibl. : Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008, 189, n° 212 ; Castan 1886, 266, n° 994 ; Weiss 1821, n° 174, pl. V-3 ; Pâris, Ms. 3, n° 180

75.Fragment de frise ou de corniche à décor végétal

- Inv. D.863.3.321

Marbre blanc, H. 27 ; L. 82 ; ép. 11 cm

Bibl. : Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008, 190, n° 233 ; Weiss 1821, n° 179 ; Pâris, Ms. 3, n° 181

76.Tête de jeune Hercule ( ?) - Inv. D.863.3.299 / 819.1.142

Marbre blanc, H. 17 ; l. 10,4 ; ép. 14,5 cm

Bibl.: Castan 1886, 265, n° 990; Weiss 1821, n° 158; Pâris, Ms. 3, n° 182

77.Buste d’un homme identifié par Pâris comme l’empereur Gallien

- Inv. D.863.3.305 / 819.1.141

Marbre blanc, H. 35 ; l. 27 ; ép. 16 cm

Bibl. : Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008, 188, n° 204 ; Castan 1886, 268, n° 1001 ; Weiss 1821, n° 163 ; Pâris, Ms. 3, n° 183

78.Buste de l’empereur Hadrien - Inv. D.863.3.304 / 819.1.140

Marbre blanc, H. 35 ; l. 30 ; ép. 18 cm

Bibl. : Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008, 188, n° 202 ; Castan 1886, 267-268, n° 1000 ; Weiss 1821, n° 162 ; Pâris, Ms. 3, n° 184

79.Couronnement d’un cippe funéraire à décor végétal

- Inv. D.863.3.319

Marbre blanc, H. 11,8 ; L. 44 ; ép. 2 cm

Bibl. : Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008, 189, n° 216 ; Weiss 1821, n° 177 ; Pâris, Ms. 3, n° 266

Dépôts de l’État

80.Tête voilée de la déesse Vesta ( ?) - Inv. D.864.1.95

Marbre blanc, H. 35 ; l. 31 ; ép. 28 cm

Époque romaine (Trajan)

Collection Campana

Bibl. : Castan 1886, 267, n° 998

81.Statue en pied de Diane - Inv. D.864.1.96

Marbre blanc, H. 156 ; l. 57 ; ép. 38 cm

Époque romaine mais des parties manquantes, en particulier la tête, ont été refaites au XIXe siècle.

Collection Campana

Bibl. : Castan 1886, 265, n° 991

82.Tête de Satyre - Inv. D.864.1.97

Marbre blanc, H. 37 ; l. 21 ; ép. 23 cm

Époque romaine (IIe siècle ap. J.-C.)

Herculanum (Italie)

Collection Campana

Bibl. : Castan 1886, 267, n° 996

83.Tête de femme (Vénus) - Inv. 875.1.1 / Inv. du déposant 1701

Marbre blanc, H. 49 ; l. 19 ; pr. 28 cm

Italie

Époque romaine

Collection Campana

Bibl. : Orgogozo et Lintz 2007, 203, n° 203 ; Castan 1886, 266, n° 993

84.Tête d’homme - Inv. 2013.0.1738 / Inv. du déposant 1702

Marbre blanc, H. 38 ; l. 22 cm

Époque romaine ou moderne

Mode d’entrée au Louvre inconnu

Bibl. : Orgogozo et Lintz 2007, 201, n° 199

Provenances inconnues

85.Tête d’homme - Inv. 855.17.1

Marbre blanc, H. 12 ; l. 8 ; ép. 9,5 cm

Bibl. : Don Clésinger 1855

86.Tête de femme - Inv. 855.17.2

Marbre blanc, H. 19 ; l. 13 ; ép. 12 cm

Bibl. : Don Clésinger 1855

87.Petite tête de femme - Inv. 2013.0.1724

Marbre blanc, H. 4 ; l. 2,5 ; ép. 3,4 cm

88 et 89. Bustes d’hommes - Inv. 850.33.2 et 850.33.3

Marbre blanc pour les têtes, rouge pour les bustes (ajouts ultérieurs ?)

H. 41 ; l. 41 ; ép. 18 et H. 42 ; l. 35 ; ép. 18 cm

Bibl. : Castan 1886, 268, n° 1002 et 1003

Peut-être achat du Dr. Raisin à la ville de Montbéliard, via Charles Duvernoy.

90.Main droite tenant un objet oblong - Inv. 2012.0.2318

Marbre blanc, L. 7,85 ; l. 6,8 ; ép. 4,5 cm

91.Buste masculin - Inv. 2013.0.1725

Marbre blanc, H. 23,5 ; l. 16 ; ép. 15 cm

Ce buste pourrait correspondre au don de Mlle Janet en 1860 (tête en marbre de Constantine, inv. 860.43.12).

92.Tête d’homme barbu (fig. 7) - Inv. 2013.0.1726

Marbre blanc, H. 16,5 ; l. 11 ; ép. 11 cm

93.Fragment de sculpture de forme cylindrique (pilier ou arbre)

- Inv. 2013.0.1727

Marbre blanc, H. 7 ; diam. 6,5 cm

94.Fragment de tête sculptée (nuque avec une mèche de cheveux)

- Inv. 2013.0.1728

Marbre blanc, H. 11,5 ; l. 10,5 ; ép. 4 cm

95.Fragment de sculpture (main droite refermée sur un objet non identifiable) - Inv. 2013.0.1729

Marbre, H. 7 ; L. 13,5 ; l. 10 cm

96.Tête d’Apollon ( ?), fragment de haut-relief - Inv. 2013.0.1730

Calcaire coquiller, H. 23 ; l. 18,5 ; ép. 11 cm

Bibl. : Lantier, 46, n° 8474 (dimension erronée), pl. LI

97.Petite tête masculine, fragment de haut-relief - Inv. 2013.0.1733

Marbre blanc, H. 10,3 ; l. 7,8 ; ép. 9,4 cm

Bibl. : Lantier, 47, n° 8479, pl. LII

98.Tête féminine - Inv. 2013.0.1734

Marbre blanc, H. 27,5 ; l. 17 ; ép. 17 cm

99.Fragment de corniche modillonaire à l’aigle romaine (fig. 8)

- Inv. 2013.0.1735 Marbre, H. 11 ; L. 17 ; l. 13,5 cm Peut-être Salin-les-Bains21

100.Tête brisée aux arcades sourcilières - Inv. 2013.0.1786

Marbre, H. 8 cm

Bibl. : Lantier, 47, n° 8480, pl. LII

Notes

1 En raison des contraintes éditoriales, l’ensemble des collections ne peut être présenté dans le cadre de cette publication. Elles sont consultables en ligne sur le site http://www.culture.gouv.fr/documentation/joconde/fr

2 Richard et Mathieu 1995, 22.

3 Lerat 1957, VI.

4 Espérandieu 1918.

5 Lantier 1955.

6 Walter 1974. Cet ouvrage étant encore considéré comme référence en la matière et facilement accessible, nous n’intégrerons pas les stèles funéraires sculptées dans le cadre de cette publication.

7 Lagrange 1981  ; Richard et Pinette 1992  ; Stoullig 2006.

8 N. Bourquenez, La sculpture religieuse en Franche-Comté, Mémoire de maîtrise d’histoire de l’art et d’archéologie, sous la direction d’H. Walter, Université de Franche-Comté, 1998.

9 N. Aghigh, Les blocs d’architecture gallo-romains du Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon. Contribution à l’inventaire des vestiges lapidaires de la Franche-Comté antique. Mémoire de Maîtrise d’archéologie, sous la direction de M. Mangin, Université de Franche-Comté.

10 Stoullig 2006, 37.

11 En comparaison, une soixantaine de mosaïques ont été exhumées depuis le XVIIe siècle à Besançon.

12 Bertrand 1861, 13.

13 Ferreira-Lopes, Guigon et al. 2008  ; Pinon 2007.

14 Bibliothèque Municipale de Besançon, Ms. Pâris 3.

15 Les notices présentées en annexe suivent l’ordre du manuscrit de Pâris.

16 Weiss 1821.

17 Weiss 1821, 170, no157 à 181.

18 Des travaux ont été réalisés dans ce sens, cf. L. Mucciarelli, La collection Pierre-Adrien Pâris au département d’archéologie du Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, mémoire de Master sous la direction de Catherine Chédeau et Agathe Legros, Université de Franche-Comté, 2009, consultable à la documentation du musée et à la bibliothèque de l’Université.

19 Orgogozo et Lintz 2007, 20-21.

20 Orgogozo et Lintz 2007.

21 Rousset, Dictionnaire des communes du département du Jura (t. VI, p. 336), qui dit pour la commune de Salins-les-Bains  : «  ... et cependant on y a ramené à la lumière (...) une aigle romaine sculptée, en pierre de Mouchard, cachée sous les fondations de l’église de Saint-Jean-Baptiste (1810)...  ».

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Petite tête d’enfant
Crédits (© Jean-Louis Dousson - MBAA Besançon).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14083/img-1.png
Fichier image/png, 852k
Titre Fig. 2. Centaure et Lapithe
Crédits (© Jean-Louis Dousson - MBAA Besançon).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14083/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Crédits (© Jean-Louis Dousson - MBAA Besançon).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14083/img-4.png
Fichier image/png, 486k
Crédits (© Jean-Louis Dousson - MBAA Besançon).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14083/img-6.png
Fichier image/png, 439k
Crédits (© Jean-Louis Dousson - MBAA Besançon).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14083/img-8.png
Fichier image/png, 510k
Titre Fig. 6. Fragment de relief avec masque et ciste
Crédits (© Jean-Louis Dousson – MBAA Besançon).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14083/img-9.png
Fichier image/png, 481k
Crédits (© Nathalia Denninger – MBAA Besançon).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14083/img-11.png
Fichier image/png, 513k
Crédits (© Jean-Louis Dousson - MBAA Besançon).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/14083/img-13.png
Fichier image/png, 504k

Auteurs

Conservateur du patrimoine, chargée de l’archéologie Agence France Muséums - Louvre Abu Dhabi 20, rue Bachaumont 75002 Paris, noemi.dauce@agencefrancemuseums.fr

Assistante de conservation Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie 1, Place de la Révolution 25000 Besançon, nathalia.denninger@besancon.fr

© Publications du Centre Camille Jullian, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search