Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants

 | 
Antoine Hermary
, 
Céline Dubois

Nouveautés, Varia

La fouille du Boubasteion d’Alexandrie : présentation préliminaire

Mohamed Abd El-Maksoud, Ahmed Abd El-Fattah et Mervat Seif El-Din

Résumé

Rescue excavations conducted in 2009-2010 by the Supreme Council of antiquities under the supervision of Dr. Abd El Maksoud, have produced surprising results of great importance by revealing the existence of a sanctuary dedicated to Boubastis and by underlining the popularity of this goddess in Alexandria over the long term (from the first wave of immigration to the Roman period). Prior to this discovery, no-one had supposed the existence of a sanctuary dedicated to Boubastis in Alexandria. Furthermore, the offerings to the goddess shed new light on the population of Alexandria at the beginning of its existence.

Texte intégral

1Les fouilles d’urgence menées en 2009 et 2010 par le Conseil Suprême des Antiquités, sous la supervision du Dr. Abd El-Maksoud, ont livré des résultats d’une grande importance. En révélant l’existence d’un sanctuaire de Boubastis, en soulignant la popularité du culte de cette déesse à Alexandrie sur la longue durée (de la première vague d’immigration jusqu’à l’époque romaine), elles ont créé la surprise : jusqu’au moment de la découverte, personne ne supposait l’existence d’un temple dédié à Boubastis à Alexandrie ; de plus, les formes que prend le culte de la divinité donnent un nouvel éclairage sur la population d’Alexandrie au début de son existence. L’intérêt de cette découverte justifie pleinement une présentation rapide des données, dont il faut souligner le caractère préliminaire. Nous reviendrons tout d’abord sur le contexte archéologique, dont nous rappelons qu’il est lié à des fouilles de sauvetage ; nous insisterons dans un second temps sur les trouvailles, avant de présenter quelques hypothèses dans une dernière partie.

Localisation de la fouille

  • 1 Adriani 1963-1966, p. 225; Fraser 1972, vol. II, n. 210-212; Tkaczow 1993.
  • 2 Derda (T.), Markiewicz (T.), Wipszycka (E.) – Alexandria. Auditoria of Kom el-Dikka and late Antiqu (...)
  • 3 Kolataj (W.) – Recherches architectoniques dans les thermes et le théâtre de Kôm el-Dikka à Alexand (...)
  • 4 Rodziewicz (M.) – Les habitations romaines d'Alexandrie à la lumière des fouilles polonaises à Kôm (...)
  • 5 Abd El-Fattah (A.) – A Preliminary Report on Archaeological Works Carried on a Hellenistic Site at (...)

2Cette fouille de sauvetage a été menée sur un terrain appartenant au Ministère de l’Intérieur (Sécurité centrale) et a duré trois mois (de novembre 2009 à janvier 2010). Cette parcelle se situe entre les rues principales de Soliman Yousri et d’Ismail Fahmey et s’inscrit dans le quartier de Kôm el-Dikka (fig. 1-2), qui correspond au Paneion évoqué par Strabon (XVII, 1, 6-12)1. À l’Ouest de notre chantier se trouve le site archéologique de Kôm el-Dikka, fouillé par la mission polonaise, qui a notamment mis au jour des thermes, des auditoria2, un édifice théâtral3, des bâtiments urbains et des villas4. En 1990, des sondages d’urgence ont été menés par Ahmed Abd El Fattah dans un terrain appartenant au Ministère de l’Intérieur5, situé à l’Est de notre parcelle.

  • 6 El-Falaki (M.) – Mémoire sur l’antique Alexandrie, ses faubourg et environs découverts, sondages, n (...)
  • 7 Sauneron (S.) – Les collines d’Alexandrie. In : Villes et légendes d’Égypte. Le Caire, IFAO, 1983, (...)
  • 8 Rodziewicz (M.) – Un quartier d’habitation gréco-romain à Kôm el-Dikka (Sondage R. 1970-1973). Étud (...)

3Si l’on reporte l’emplacement du chantier sur le plan de la ville antique dressé par Mahmoud-Bey El-Falaki6, il se place entre les rues L’2 et L’3 et R3 et R4, exactement au Sud-Est du Paneion (fig. 3), que Strabon présente comme une colline artificielle. À l’Ouest du Paneion, on construisit, lors de l’Expédition d’Egypte, un fort au sommet de la colline, qui prit le nom de « Fort de l’Observatoire », puis de « Fort Crétin »7. Notre site est situé 50 mètres à l’Est du sondage exécuté par M. Rodziewicz dans la Rue du Théâtre de Kôm el-Dikka8. D’après M. Rodziewicz, les plus anciennes constructions hellénistiques dans la partie orientale de Kôm el-Dikka remontent au IIIe s. av. n. è.

Fig. 1. Localisation du site du Boubasteion.

Fig. 1. Localisation du site du Boubasteion.

C. Shaalan (CNRS).

Présentation des principaux vestiges

4À partir de novembre 2009, à la suite d’une prospection géophysique, qui indiquait la présence de structures archéologiques, quelques sondages ont été menés sous la direction du Dr. Abd El Maskoud, puis une fouille en extension a duré jusqu’à la fin du mois de janvier2010. Les différents vestiges que nous avons pu mettre en évidence sur ce chantier s’inscrivent dans une vaste fourchette chronologique et définissent des phases différentes les unes des autres dans leur fonctionnalité (fig. 4).

  • 9 Similaire à la citerne du Sérapeum, voir Hairy (I.) – Une nouvelle citerne sur le site du Sarapeion (...)
  • 10 Venit (M.) – The painted tomb from Wardian and the decoration of Alexandrian tombs. Journal of the (...)
  • 11 Gonon (Th.) – Puisage de l’eau : la Sakieh de Terra Santa. In : Du Nil à Alexandrie, Histoire d’Eau (...)
  • 12 Babraj (K.), Szymanska (H.) – Saqiyah. In: Marea vol. 1. Byzantine Marea excavations in 2000-2003 a (...)
  • 13 Bonnet (Ch.), Abd El Samie (M.) – L’ensemble martyrial de Tell El-Makhzan en Égypte. Genava, 53, 20 (...)

5Au Nord-Ouest du terrain, à un niveau bien supérieur à celui des vestiges du temple (fig. 5), une citerne a été découverte, creusée directement dans le rocher et liée à l’extérieur à des canalisations9. De plan quadrangulaire, elle est composée d’un espace de stockage et d’un puits reliés par un couloir. Les parois de la cuve étaient couvertes d’un enduit hydraulique et les parois internes du puits étaient creusées d’encoches pour permettre l’accès à l’intérieur de la structure. On note aussi, plus près des fondations du temple, un puits rectangulaire maçonné qui devait sans doute appartenir à une sakieh (fig. 6).L’étude du matériel de comblement permettra de dater son abandon. On rappelle pour mémoire la sakiek peinte sur les parois d’une tombe de la nécropole occidentale10, ainsi que les diverses sakieh trouvées à Alexandrie dans les fouilles du CEAlex11 et à Marea12. Pour l’instant, la plus ancienne sakiek connue a été mise au jour à Péluse, dans un contexte de la fin de l’époque ptolémaïque/début de l’époque impériale13.

  • 14 Kees 1952 ; Otto 1975 ; Leitz 2002.

6Dans la partie Sud du terrain (fig. 7-8), ont été mises au jour des fondations en grands blocs de calcaire, montrant l’existence d’un bâtiment de grande taille. Les documents archéologiques trouvés associés à ces fondations indiquent qu’il s’agit des vestiges d’un sanctuaire dédié à Boubastis, à date haute, probablement à la fin du IVe s. ou au début du IIIe s. av. n. è., et encore en activité à l’époque impériale. Certains de ces objets (figurines, plaques de fondation, bases de statue inscrites) portent en effet des dédicaces effectuées à la déesse Boubastis. Qui est Boubastis ? D’après les auteurs grecs et romains et la documentation papyrologique, le nom grec de la déesse « Chatte » Boubastis et en même temps de la ville (Tell Basta) tire son origine du nom du temple, Pr Bastt, « la maison de Bastit » (Quaegebeur 1990 et 1991). Selon Hérodote (II, 137), qui s’inscrit dans une vieille tradition grecque d’assimilation, Boubastis/Bastet14 est celle qu’en langue grecque on appelle Artémis. Boubastis est donc assimilée à Artémis. Les deux divinités possèdent en effet les mêmes caractères et fonctions, liés à la maternité, à la naissance, à la protection des enfants (Kahil 1994, p. 286-287). De l’élévation du temple ou des bâtiments qui lui étaient associés, il ne reste rien, si ce n’est quelques éléments architecturaux en calcaire, en marbre et en granit rose, non en place : fragments d’ordre égyptien et grec (dorique, ionique et corinthien). En revanche, on a découvert une grande quantité d’objets de genres variés répartis entre quatre dépôts de nature différente, l’un lié à la construction du sanctuaire, les autres constitués lors du nettoyage du sanctuaire pour des raisons inconnues à un moment incertain, qui livrent des informations essentielles sur le site.

Fig. 2. Localisation du site du Boubasteion, sur la carte 1/5000e IGN-SFS de 1978 (pl. E6).

Fig. 2. Localisation du site du Boubasteion, sur la carte 1/5000e IGN-SFS de 1978 (pl. E6).

C. Shaalan (CNRS).

Fig. 3. Positionnement du Boubasteion sur le réseau viaire antique proposé par Mahmoud Bey el-Falaki.

Fig. 3. Positionnement du Boubasteion sur le réseau viaire antique proposé par Mahmoud Bey el-Falaki.

J.-L. Arnaud, DAO N. Martin-C. Shaalan (CNRS).

Fig. 4. Vue générale de la fouille depuis l’Est

Fig. 4. Vue générale de la fouille depuis l’Est

(cliché M. Abd El Maksoud).

Fig. 5. Vue de la citerne d’époque romaine depuis le Nord

Fig. 5. Vue de la citerne d’époque romaine depuis le Nord

(cliché M. Abd El Maksoud).

Fig. 6. Vue du puits de la sakieh depuis l’Ouest

Fig. 6. Vue du puits de la sakieh depuis l’Ouest

(cliché M. Abd El Maksoud)

Fig. 7. Vue rapprochée du bâtiment depuis l’Ouest

Fig. 7. Vue rapprochée du bâtiment depuis l’Ouest

(cliché M. Abd El Maksoud).

Les dépôts

  • 15 Venit (M. S.) – Greek Painted Pottery from Naukratis in Egyptian Museums. Indiana, Eisenbrauns, 198 (...)
  • 16 Empereur (J.-Y.) – Les amphores complètes du musée d’Alexandrie : importations et productions local (...)

7Le premier dépôt (fig. 8 n° 1 et fig. 9), au fond d’une tranchée sableuse, a livré 434 figurines de chats (384 en terre cuite et 50 en calcaire) ; il comprenait également des statuettes représentant des enfants : trois têtes en calcaire (deux filles et un garçon), six statuettes complètes ou fragmentaires en calcaire, une en marbre ; deux figurines de jeunes garçons en terre cuite. Ces deux catégories composent le gros du matériel. On ajoutera trois tanagréennes, une base de statue en calcaire et une monnaie avec la tête d’Alexandre le Grand au droit, datée de 300-261 av. J.-C., et le pied d’un perirrhanterion en calcaire. Enfin le dépôt comprenait des plats, des vases de céramique comme un lécythe aryballisque (fig. 10), à fond arrondi, décoré d’un treillis de lignes noires et de points blancs, daté de la première moitié du IVe s. av. J.-C.15, ainsi qu’un cratère (fig. 11) et une amphore proto-rhodienne datée de la fin du IVe s. ou du début du IIIe s. av. n. è.16. Le deuxième dépôt (fig. 8 n° 2) ne comprend, contrairement au premier, que des statuettes en calcaire, sur une épaisseur importante comme le montrent les étapes de la fouille (fig. 12-14). On y a mis au jour 109 statues et fragments de statues de chattes ; une tête d’enfant (garçon) ; 25 statues complètes et fragmentaires d’enfants (garçons et filles) et, au fond du dépôt, des plats en céramique de fabrication locale (fig. 14).

8Le troisième dépôt (fig. 8 n° 3) a livré 13 statuettes de chattes en calcaire de très grandes dimensions, des statuettes et torses d’enfants en calcaire.

9Le quatrième dépôt est un dépôt de fondation. Il contenait sept plaques de fondation fragmentaires en faïence verte / bleu clair, inscrites en langue hiéroglyphique, en grec ou bilingues. Elles mentionnent une série de monuments (naos, temenos et autel) dédiés par la reine Bérénice II, la femme de Ptolémée III Évergète, à la déesse Boubastis. Avec les plaques de fondation se trouvait aussi un lot constitué de petits vases à parfum en céramique, complets ou fragmentaires.

Fig. 8. Plan de la fouille avec l’emplacement des dépôts.

Fig. 8. Plan de la fouille avec l’emplacement des dépôts.

A. Nashed (Conseil suprême des Antiquités).

Fig. 9. Vue de l’emplacement du premier dépôt

Fig. 9. Vue de l’emplacement du premier dépôt

(cliché M. Abd El Maksoud).

Présentation des figurines et statuettes

Les chattes

10Les nombreuses représentations de chattes trouvées dans le premier dépôt sont en terre cuite et en calcaire. Les figurines en terre cuite mesurent entre deux et vingt centimètres. Il s’agit dans tous les cas de chattes couchées sur une base, la tête tournée vers le spectateur, mais trois types principaux se distinguent. Le premier type est le plus répandu (fig. 15a-b). La chatte domestique est représentée allongée sur un socle bas, une simple plaque rectangulaire, peu épaisse. Sa queue revient devant la cuisse droite et recouvre la patte arrière. La patte avant droite est posée sur un petit canard. Le revers est bien traité. Dans le deuxième type (fig. 16a-b), la chatte baisse la tête vers un canard qu’elle tient captif de sa patte antérieure droite. Dans le troisième type (fig. 17) la chatte est seule ; ce type présente une pâte caractéristique beige chameau et se distingue par la dorure qui couvre toute la statuette de la chatte et lui confère un aspect divin.

  • 17 Voir les contributions dans Muller 1997.

11Toutes ces figurines sont fabriquées au moyen de deux moules, ce qui est très révélateur d’une technique grecque. Les figurines sont tirées en deux parties, la face et le revers, avec les bases creuses, qui étaient jointes avant la cuisson. On voit clairement les empreintes des artisans qui ont pressé l’argile avec les doigts dans les moules. Ce procédé facile permet de fabriquer des quantités de figurines identiques. La découverte dans la fouille de nombreuses pièces de même type, provenant des mêmes moules, mais avec parfois des traits moins nets et des retouches, indique l’emploi prolongé de ces moules. Le fait qu’on trouve des exemplaires de même type, mais de dimensions très différentes, révèle que plusieurs générations ont été tirées des mêmes prototypes et renvoie à des ateliers locaux17. Il ne s’agit là que d’observations préliminaires : l’étude précise des séries n’est pas encore achevée, car il faut d’abord restaurer les ensembles de matériel fragmentaire. La pâte est locale, en argile nilotique ; de couleur brun-rouge à brun, elle comprend du quartz, du mica jaune plus ou moins abondant avec des inclusions visibles en surface. L’ouverture de la base était suffisante pour prévenir l’éclatement de l’objet pendant la cuisson. Une intense polychromie animait les figurines, dont les couleurs sont posées après la cuisson. Même si cette polychromie n’est que très partiellement conservée, on constate que le rouge/rose était fréquent, de même que le noir, le jaune et le bleu. Comme dans la grande plastique en calcaire ou en marbre, certaines des figurines étaient dorées. Les canards présentent des vestiges de couleur bleue, blanche ou rose. On supposera, selon un schéma bien connu en Égypte ancienne et analysé en détail par P. Ballet (2002) et C. Boutantin (2003, p. 83), que les ateliers qui produisaient ces figurines étaient proches du sanctuaire.

12Les statuettes en calcaire, de dimensions très variées, montrent les chattes couchées sur une base mince, la tête tournée vers le spectateur (fig. 18). La plupart présentent des traces de peinture, notamment sur les yeux.

13Les chattes du deuxième dépôt sont toutes sculptées en calcaire. Elles suivent globalement les mêmes attitudes que celles du premier dépôt, mais on trouve aussi quelques exemplaires qui reprennent des images purement pharaoniques de la déesse chatte : l’animal est assis sur son arrière-train, les pattes antérieures tendues, il est quelquefois accompagné de trois chatons (fig. 19a-c) : un chaton debout de profil entre les pattes antérieures et deux de chaque côté, dont un tète sa mère. Sur cette dernière pièce, il est d’autant plus intéressant de noter que, sur la partie antérieure du socle, est gravée une inscription grecque, peinte en noir. Une autre statue de chatte (fig. 20), peut-être enceinte, a l’allure d’un sphinx, mais le travail très sommaire, sans l’indication des détails anatomiques, rend cette interprétation incertaine.

  • 18 Dunand 1986, p. 59-84 ; Dolzani 1989 ; Ginsburg et al. 1991.

14Le troisième dépôt comprend treize exemplaires de chattes soit seules, soit accompagnées de leur petits. Un exemplaire, lui aussi de tradition égyptienne, montre la chatte assise sur son arrière-train. La tête de l’animal est courte et ronde, le museau est allongé, les cuisses stylisées (fig. 21). Sur un autre exemplaire, le félin féminin est couché, les pattes antérieures complètement allongées vers l’avant, avec le milieu et l’arrière du corps surélevés pour marquer la dilatation du ventre. La forme des oreilles est plutôt arrondie (fig. 22). La présentation naturaliste de cette chatte indique qu’il s’agit d’un animal domestique18. Elle porte une inscription grecque gravée sur la base : ΦΙΛΙΞΩ : ΒΟΥΒΑCΤΙ : ΕΥΧΗΝ : ΕΠΙΤΥΧΟΥCΑ, « Philixô (a dédié cette statuette) à Boubastis en remerciement pour la réalisation du vœu ».

Fig. 10. Premier dépôt : lécythe aryballisque, inv. 160. H. 4,6 cm ; diam. de la base 2,2 cm

Fig. 10. Premier dépôt : lécythe aryballisque, inv. 160. H. 4,6 cm ; diam. de la base 2,2 cm

(cliché A. Pelle [CNRS]).

Fig. 11. Premier dépôt : cratère, inv. E 129. H. 21 cm ; diam. de l’embouchure 25 cm, de la base 10 cm

Fig. 11. Premier dépôt : cratère, inv. E 129. H. 21 cm ; diam. de l’embouchure 25 cm, de la base 10 cm

(cliché A. Pelle [CNRS]).

Fig. 12. La découverte du deuxième dépôt

Fig. 12. La découverte du deuxième dépôt

(cliché M. Abd El Maksoud).

Fig. 13. Le deuxième dépôt : deuxième phase de fouille

Fig. 13. Le deuxième dépôt : deuxième phase de fouille

(cliché M. Abd El Maksoud).

Fig. 14. Le deuxième dépôt : troisième phase de fouille, détail des vases en céramique

Fig. 14. Le deuxième dépôt : troisième phase de fouille, détail des vases en céramique

(cliché M. Abd El Maksoud).

  • 19 Roeder 1956, p. 344, § 444, p. 351-352, § 457 (exemple d’une statuette en faïence offerte à l’occas (...)
  • 20 Wagner 1983, voir aussi Quaegebeur 1990, p. 29.
  • 21 Je voudrais remercier P. Higgs et R. Thomas pour m’avoir montré ces statues dans les réserves du dé (...)
  • 22 Parlasca (Kl.) – Hellenistische und römische Mosaiken aus ägypten. In : la mosaïque gréco-romaine I (...)
  • 23 Dazsewski (W. A.) – Corpus of Mosaics from egypt. Mayence, Philipp von Zabern, 1985, p. 99, pl. 46b (...)

15L’origine de la représentation d’une chatte, seule ou avec ses chatons, doit être cherchée dans la tradition pharaonique, illustrée de la manière la plus évidente par le mobilier en bronze19. On note aussi quelques exemples de sculptures de chats, de production égyptienne, mais sans relations avec les représentations de type pharaonique, comme un chat capturant un oiseau conservé au musée du Caire (Edgar 1903, p. 32 nos 27519-27520, pl. XVII). D’autre part, G. Wagner20 a publié une pièce très proche des nôtres, conservée actuellement au Musée Égyptien du Caire et mentionne, à cette occasion, une série de neuf dédicaces à Boubastis découvertes dans le Delta (Tell Basta, Schedia, Kôm Tugala, Alexandrie). Il faut aussi signaler un groupe de chattes en marbre ou en calcaire, conservé au British Museum21, qui reste inédit ; sa provenance est incertaine : Boubastis ou Naucratis. On notera qu’aucun parallèle n’existe en terre cuite et que tous présentent des attitudes différentes dans le détail de celles que nous rencontrons dans la découverte alexandrine. Le type de la chatte capturant un oiseau se rencontre aussi hors d’Égypte. Il est ainsi représenté sur une mosaïque de la Maison du Faune à Pompéi. Klaus Parlasca suggérait, il y a plus de quarante ans, qu’il fallait probablement faire venir le prototype iconographique d’Alexandrie22. W. Daszewski, F. Zevi et M. Bergmann ont soutenu cette hypothèse23, mais sans ajouter d’autres exemplaires. Les chattes découvertes lors de la fouille du Boubasteion confirment l’hypothèse de Parlasca.

Les enfants

16La deuxième catégorie d’ex-voto comprend des statuettes d’enfants de type, de facture et de canons grecs. Elles ont été trouvées avec les statuettes de chatte. Il s’agit de garçonnets et de fillettes, en calcaire, exceptionnellement en terre cuite (deux pièces) ou en marbre (deux pièces). Les statuettes ont été sculptées dans un seul bloc, mais quelques têtes isolées devaient être rapportées sur un corps (dans un autre matériau ?). Les enfants présentent des attitudes variées : ils sont assis ou debout, nus ou vêtus, les cheveux courts ou mi-courts. Ils tiennent un animal ou deux, qui se révèlent être des chattes et des oiseaux. On en présentera ici une sélection.

  • 24 Information orale de François Queyrel sur le mobilier des fouilles d’André Laronde.
  • 25 Beer (C.) – Cypriote “temple-boys”: Some Problems. In: Acts of the 2nd International Congress of Cy (...)
  • 26 Dunand (M.) – Le temple d’Echmoun à Sidon. Bulletin du Musée de Beyrouth, 26, 1973, p. 7-25 ; Stuck (...)

17Une statuette unique combine une figure de petit garçon en marbre encastrée dans une base en calcaire (fig. 23). Elle montre l’enfant assis, jambe droite pliée et posée sur le sol, jambe gauche pliée et relevée. Il prend appui sur le sol de la main droite, l’autre main est posée sur le genou gauche. Le garçonnet aux formes dodues, très adoucies, est nu, à l’exception d’une draperie enroulée autour du bras gauche et de bottines peintes en ocre rouge. Les cheveux sont courts et bouclés. De multiples traces de peinture subsistent, rouge/orange clair sur les cheveux et les bottines, rouge/violet sur le vêtement et noir sur les yeux et les sourcils. Le socle porte sur sa face principale une inscription grecque tracée à la peinture noire : ΦΟΡΜΙΩΝ ΕΥΧΗΝ : « Phormion (a dédié cette statuette à Boubastis) en ex-voto ». On reconnaît ici l’attitude traditionnelle des temple boys, comme on en trouve en Cyrénaïque24, à Chypre25 et au Levant26 entre le Ve et le IIIe s. av. n. è.

  • 27 Allusion aux Anthestéries voir Deubner (L.) – Attische Feste. Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgese (...)
  • 28 Sur la dorure, voir en général Bourgeois (B.), Jockey (Ph.), Karydas (A.) – New Researches on Polyc (...)

18Une autre statue de très jeune garçon en calcaire (fig. 24), assis sur une base rectangulaire, a des traits souriants et une pose naturelle, attestée dès l’époque classique sur les vases attiques à figures rouges27. La jambe gauche est appuyée sur le sol, la jambe droite relevée, le pied posé à plat. Il tient de la main droite un oiseau serré contre sa cuisse, un objet indistinct de la main gauche. Les formes dodues renvoient à la petite enfance (2-3 ans), la stéphanè à pointe centrale et dorée et les traces de dorure28 sur le corps suggèrent que cetex-voto renvoie à un évènement exceptionnel, comme le passage d’une classe d’âge. On note la richesse de la polychromie : bleu pour l’oiseau, rouge foncé sur les cheveux et les lèvres, noir sur les pupilles des yeux.

19Deux figurines en terre cuite présentent un très jeune enfant nu, allongé sur son vêtement qui couvre la base (fig. 25). Il serre contre lui des deux mains un canard ou une oie. Sur l’un des deux exemplaires, on voit des traces de peinture rouge/brune sur les cheveux ; le second exemplaire est acéphale.

  • 29 Van Hoorn (G.) – Choes and Anthesteria, Leiden, Brill, 1951; Parke (H. W.) – Festivals of the athen (...)

20Ce type d’enfant assis et accroupi est très commun : nous pouvons citer de nombreuses représentations sur la céramique attique à figures rouges29 qui évoquent la fête des Anthestéries.

21Les fillettes offrent une égale variété de types. Une statue de fillette (fig. 26) est exceptionnelle par sa polychromie dont on voit l’aspect lors de la découverte. Elle est assise sur une base, les jambes repliées, tenant un oiseau dans la main droite et posant sa main gauche sur un chaton. Elle est vêtue d’un chiton à ceinture haute et cordelettes qui passent sous les aisselles, manches courtes et encolure lâche en V. Une large stéphanè à pointe dorée, signe de fête comme pour le jeune garçon précédent, couronne la tête. Les cheveux sont courts et bouclés, séparés au milieu du front. Les pieds sont chaussés de bottines rouges. La polychromie accentue et souligne les détails des vêtements et du visage. Les plis fins du chiton sont peints en rouge foncé, rendus en zigzag, tandis que le large pli central qui descend du haut jusqu’au bas, est violet foncé avec, au milieu, un zigzag noir. Une inscription grecque est peinte sur la base à la peinture noire, « ΑΡΙΣΤΟΒΟΥΑΗA ΒΟΥΑΗ ΒΟΥΒΑΣΤΙ ΕΥΧΗΝ » (répétition fautive de la deuxième partie du nom).

Fig. 15a-b. Premier dépôt.

Fig. 15a-b. Premier dépôt.

Chatte en terrecuite : type 1, face et revers, inv. 11. H. 4,6 cm ; larg. de la base 9 cm

(cliché : A. Pelle [CNRS]).

Fig. 16a-b. Premier dépôt.

Fig. 16a-b. Premier dépôt.

Chatte en terre cuite : type 2, face et revers, inv. 34. H. 9,3 cm ; larg. de la base 3,7 cm

(cliché A. Pelle [CNRS]).

Fig. 17. Premier dépôt.

Fig. 17. Premier dépôt.

Chatte en terre cuite : type 3, inv. E 28. H. 8,8 cm ; larg. de la base 4,3 cm

(cliché A. Pelle [CNRS]).

  • 30 Beckel (G.), Froning (H.), Simon (E.) – Werke der Antike im Martin-von-Wagner-Museum der Universitä (...)

22Une tête séparée de fillette (fig. 27) devait s’insérer dans un buste non conservé. Les traits du visage, ainsi que la coiffure, sont caractéristiques des têtes enfantines du IVe s. av. n. è. Le traitement est soigné dans les détails, comme par exemple la fossette qui creuse le menton. Les yeux sont en forme d’amande, la bouche montre un léger sourire30.

  • 31 Tanagra. Mythe et archéologie. Catalogue d’exposition Musée du Louvre 15 septembre 2003-5 janvier 2 (...)
  • 32 Vorster 1983; Rühfel 1984; Raftopolou 2000; Schlegelmilch 2009; Lundgreen 2009.

23Un autre exemplaire montre une fillette debout de face, appuyée sur un pilier, vêtue d’un long chiton à manches courtes, ceint à la taille, et d’un manteau long, tombant des épaules, enroulé autour des hanches et rejeté par dessus l’avant-bras gauche. Dans le creux du vêtement se tient une chatte avec les mamelles bien rendues (fig. 28a-b). Dans d’autres exemples, l’animal ainsi dorloté est un oiseau (pigeon) ou bien un petit canard. Ces types sont mainte fois représentés dans l’iconographie grecque, comme par exemple sur une figurine en terre cuite où une fillette tient un lapin31, ou sur les figurines du sanctuaire d’Artémis à Brauron32. La texture gaufrée du tissu, que l’on trouve notamment à Brauron (Rühfel1984, p. 185-243, fig. 92a-b), à Agrai (ibid., p. 224 fig. 93 et 226 fig. 94), et à Telmessos en Asie Mineure (ibid., p. 235-237 fig. 100a-b), apparaît aussi sur d’autres statues de fillettes alexandrines.

Interprétation

  • 33 Perdrizet (P.) – les terres cuites grecques d’Égypte de la collection Fouquet. Nancy, Paris et Stra (...)
  • 34 LIMC II, p. 618-753 (L. Kahil) ; Ead. – L’Artémis de Brauron. Rites et mystère. AntK, 20, 1977, p.  (...)
  • 35 Dunand (F.) – Le Culte d’Isis dans le Bassin Oriental de la Méditerranée I., Leiden, Brill, 1973 ; (...)
  • 36 Dunand 1986 ; Quaegebeur 1991 ; Malek 1993.
  • 37 Thompson (D.J.) – Families in Early Ptolemaic Egypt. In: Ogden (D.) éd., Hellenistic History: New P (...)

24Le fait que les statuettes des chattes aient été trouvées avec les statuettes d’enfants éclairent l’interprétation à donner à ces découvertes. Bastet/Boubastis est une divinité de la maternité et des enfants33. Comme Artémis34 et Isis35, elle a un rôle essentiel dans la protection des petits enfants, des fillettes futures mères et des mères, par sa puissance magique36. Le fait que les figurines présentent des chattes mères et des enfants (filles et garçons) soulignent que Boubastis protège (chatte-mère) le nouveau-né, les femmes et les enfants. Elle a notamment la puissance de détruire les animaux dangereux (ainsi les serpents). Elle facilite les accouchements (une épigramme de Nicarque fait mention de Boubastion comme déesse de l’accouchement). La chatte est aussi connue comme un symbole de fécondité, comme le rapporte Hérodote (II, 60 et 156). Les figurations de sexes (féminin et masculin) trouvées dans les fouilles renvoient clairement à cet aspect. De façon significative, les déesses qui symbolisent la maternité et la protection de la famille sont aussi présentes sous forme d’amulettes en faïence, trouvés sur le site. Les chattes représentées ne sont pas des images divines, mais sont associées à la déesse Boubastis. Au total, on est frappé de l’importance revêtue par Boubastis, en tant que chatte/mère, dans les offrandes de ces familles de la première génération de Grecs installés à Alexandrie37.

Fig. 18. Premier dépôt.

Fig. 18. Premier dépôt.

Chatte en calcaire, inv. 97. H. 19, 5 cm ; larg. de la base 6 cm.

(cliché A. Pelle [CNRS]).

Fig. 19a-b-c : Deuxième dépôt.

Fig. 19a-b-c : Deuxième dépôt.

Chatte de type égyptien en calcaire, vue de face et de côté. Inv. 121. H. 36 cm ; larg. de la base 25 cm

(cliché A. Pelle [CNRS]).

Fig. 20. Deuxième dépôt.

Fig. 20. Deuxième dépôt.

Chatte de type égyptien, vue de profil. Inv. 190. H. 16,8 cm ; larg. de la base 48,5 cm

(cliché A. Pelle [CNRS]).

Fig. 21 : Troisième dépôt.

Fig. 21 : Troisième dépôt.

Chatte de type égyptien, vue de face. Inv. 224. H. 35 cm ; larg. de la base 21,5 cm.

(cliché A. Pelle [CNRS]).

Fig. 22. Troisième dépôt.

Fig. 22. Troisième dépôt.

Chatte au postérieur relevé, vue de profil. Inv. 219. H. 16,4 cm ; larg. de la base 18 cm

(cliché A. Pelle [CNRS]).

Fig. 23. Premier dépôt.

Fig. 23. Premier dépôt.

Garçonnet assis, statue en marbre, base en calcaire. Inv. 151. H. 16 cm ; larg. de la base 16 cm

(cliché A. Pelle [CNRS]).

Fig. 24. Premier dépôt.

Fig. 24. Premier dépôt.

Garçonnet assis, calcaire, inv. 154. H. 35 cm

(cliché A. Pelle [CNRS]).

Fig. 25. Premier dépôt.

Fig. 25. Premier dépôt.

Garçonnet assis tenant une oie, terre cuite. Inv. 144. H. 5,7 cm ; larg. de la base 6,5 cm

(cliché A. Pelle [CNRS]).

Fig. 26. Premier dépôt.

Fig. 26. Premier dépôt.

Fillette assise, calcaire, inv. 147. H. 20 cm ; larg. de la base 11,6 cm

(cliché M. Abd El Maksoud).

  • 38 Themelis (P.G.) – Brauron: Guide to the Site and Museum. Athènes, Éd. Apollon, 1971; Nielsen (I.) – (...)
  • 39 Boardman (J.) – Greek Sculpture. The Archaic Period. Londres, Thames and Hudson, 1978, fig. 242. Ka (...)
  • 40 Woysch-Méautis (D.) – la représentation des animaux et des êtres fabuleux sur les monuments funérai (...)
  • 41 Par exemple von Bothmer (B.) – Antiquities from the Collection of Christos G. Bastis. Mayence, Phil (...)
  • 42 Vermeule (C.) – Greek Funerary Animals. AJA, 76, 1972, 49-59, notamment p. 58 (datée de 450-300 av. (...)
  • 43 Schmidt (S.) – Grabreliefs im Griechisch-Römischen Museum von Alexandria. Berlin, Achet Verlag, 200 (...)

25L’archétype des figurines d’enfants est à chercher du côté des nombreuses statues d’enfants dédiées à Artémis, dans son sanctuaire de Brauron en Attique, datées autour de la fin du IVe et du début du IIIe s. av. J.-C.38, mais aussi à Agrai, Lilaia et en Asie Mineure. Les différences résident dans les animaux que les enfants tiennent : on trouve à Brauron essentiellement des lapins, des oiseaux (pigeons), des canards, des porcelets ; à Alexandrie, les chattes et les oiseaux dominent. De manière générale, les chats sont peu nombreux dans l’iconographie classique grecque. On les trouve certes attestés dès la fin du VIe s., par exemple sur une base de statue où un groupe de jeunes aristocrates excite un chat contre un chien39, et sur une unique stèle funéraire d’époque classique40. Ils sont relativement peu nombreux sur les vases41 et rares dans les sculptures en ronde bosse42. Leur présence en nombre dans les figurines alexandrines est tout à fait exceptionnelle. Si les Alexandrins des premières générations ont choisi de célébrer la mémoire de leurs enfants grâce à des stèles funéraires où ces derniers tiennent un oiseau ou jouent avec un chien, se plaçant dans la tradition grecque43, en revanche, lorsqu’ils ont souhaité protéger leur enfant à naître ou né, ils ont dédié un exvoto à la déesse Boubastis, en choisissant de représenter leur enfant avec une chatte ou bien de dédier une chatte elle-même.

  • 44 Fraser 1972, I, p. 190-191 et 323-324.
  • 45 Langton (N.) – Notes on some small Egyptian figures of cats. JEA, 22, 1936, p. 115- 121, pl. V-VII; (...)

26Nous avons mentionné dans le cours du texte la présence d’inscriptions sur les bases des figurines et des statuettes, mais, dans la mesure où ces inscriptions sont le plus souvent peintes et ont pu disparaître, nous en réservons la publication après un examen photographique approfondi. Nous avons déjà recensé neuf inscriptions grecques, six sur les statuettes de chattes et trois sur celles des enfants (une fille et deux garçons). Elles montrent que les statues étaient offertes comme exvoto (ΕΥΧΗΝ) à la déesse Boubastis. Des dédicace à Boubastis sont connues en différentes régions du Delta : Alexandrie44, Schedia (Kôm el-Giza) et Kom Tugala près de Damanhour (Behera), Tell Basta ; on en connaît aussi à Oxyrhynchos et dans le Fayoum (Wagner 1983, Quaegebeur 1990). Le formulaire est le même : nom du dédicant, divinité honorée – Boubastis – et ex-voto. Les dédicants sont soit des enfants, soit un de leurs parents, pour remercier la déesse et implorer ses bienfaits. Leurs noms sont purement grecs. Par contraste, dans l’Égypte pharaonique, les offrandes à Bastet étaient offertes à l’occasion du Nouvel An pour demander une belle vie, par l’ensemble de la communauté45.

  • 46 Le Rider (G.), Legras (B.) – Kathaper ek palaiou. Le statut de l’Égypte sous Cléomène de Naucratis. (...)

27En conclusion, on peut affirmer que ces offrandes ont été effectuées par la population grecque résidant dans la ville d’Alexandrie, venue de toutes les régions du monde grec, ou déjà installée en Égypte. On a tendance actuellement à insister sur le rôle joué par Cléomène de Naucratis46 qui, selon Aristote, avait obligé les habitants de Canope à s’installer à Alexandrie. Les immigrants étaient parfois des artisans : les plus anciennes statuettes d’enfants ont leurs parallèles les plus proches à Brauron ; elles suggèrent l’immigration à date très haute d’artisans (la pierre est locale) qui ont poursuivi leurs activités sans modification de l’iconographie des enfants, mais avec l’ajout d’un nouvel animal. Les statuettes d’enfant portent déjà la dédicace à Boubastis. Peut-on assigner la même date haute aux plus anciennes figurines de chattes ? Il est difficile de répondre pour l’instant, mais il est certain que cette adoption de traditions égyptiennes a dû être facilitée par la présence de Grecs en Égypte avant l’arrivée d’Alexandre.

Fig. 27. Premier dépôt.

Fig. 27. Premier dépôt.

Tête rapportée de fillette, inv. 157. H. 11,8 cm

(cliché A. Pelle [CNRS]).

Fig. 28a-b. Second dépôt.

Fig. 28a-b. Second dépôt.

Fille debout portant une chatte, inv. 207. H. 43 cm

(cliché A. Pelle [CNRS]).

  • 47 Dasen (V.), Lett (D.), Morel (M.-F.), Rollet (C.) – Dix ans de travaux sur l’enfance. In : Enfances (...)

28Les fouilles ont donc mis au jour un sanctuaire consacré au culte de la divinité Boubastis, l’équivalent égyptien d’Artémis, et mis en valeur son importance à Alexandrie. Le Boubasteion d’Alexandrie prend désormais place à côté de ceux de Tell Basta, Memphis, Héliopolis et du Fayoum. Les fouilles ont également révélé qu’Alexandrie a été très tôt impliquée dans le domaine religieux égyptien. Dès les premières générations (sous l’influence des Grecs d’Égypte ?), les offrandes pour les enfants, notamment lors du passage à une autre classe d’âge, ont été mises sous le signe des chats. Au moment où se multiplient les recherches sur les enfants dans le monde gréco-romain, sous la conduite notamment de V. Dasen47, ce nouvel éclairage jeté sur le traitement des enfants, les cultes et rituels liés à l’enfance à Alexandrie enrichit prodigieusement le dossier.

Tous nos remerciements à l’équipe de fouille : Mohamed Ali Ebtehal Abd El-Samad ; Ahmed Said ; Mohamed Ragab ; Mohamed Galall ; Amir Fahmey ; Anwar Abd El-Samad ; Fayez Anwar ; Adel Nashed ; Latif Wahba et Khaled Abu El-Hamed.

Bibliographie

Adriani 1963-1966 : ADRIANI (A.) – Repertorio d’arte dell’Egitto greco-romano. Serie C, Topografia e architettura. Palerme, Banque de Sicile, 1963-1966.

Ballet 2002 : BALLET (P.) – Temples, potiers et coroplathes dans l’Égypte ancienne. In : Topoi Suppl. 3, 2002, p. 147-159.

Boutantin 2003 : BOUTANTIN (C.) – Les figurines zoomorphes de l’Égypte gréco-romaine. Anthropozoologica, 38, 2003, p. 77-90.

Dolzani 1989 : DOLZANI (C.) – Aspetti e problemi del culto degli animali nella religione egiziana. BSAK, 3, 1989, p. 231-240.

Dunand 1986 : DUNAND (Fr.) – La figure animale des dieux en Égypte hellénistique et romaine. In : lire les polythéismes. 1 : les Grandes figures religieuses : fonctionnement pratique et symbolique dans l’antiquité. Paris, Les Belles Lettres, 1986, p. 59-84.

Edgar 1903 : EDGAR (C.C.) – Greek Sculpture. Catalogue Général du Musée du Caire. Le Caire, IFAO, 1903.

Fraser 1972 : FRASER (P. M.) – Ptolemaic Alexandria. Oxford, The Clarendon Press, 1972.

Ginsburg et al. 1991 : GINSBURG (L.), DELIBRIAS (G.), MINAULTGOUT (A.), VALLADAS (H.), ZIVIÉ (A.) – L’origine égyptienne du chat domestique. Bulletin du Musée National d’Histoire Naturelle, 13, 1991, p. 107-113.

Kahil 1994 : KAHIL (L.) – Artémis et Iphigénie : Artémis, les enfants et les animaux. In : Tranquillitas. Mélanges en l’honneur de Tran Tam Tinh. Québec, Université Laval, 1994, p. 281-289.

Kaltsas 2002 : KALTSAS (N.) – Sculpture in the National Archaeological Museum Athens, trad. par D. Hardy. Malibu. Athènes, The J. Paul Getty Museum

Kees 1952 : KEES (H.) – BASTET. Reallexikon der ägyptischen Religions geschichte. Berlin, De Gruyter, 1952, P. 80-82.

Leitz 2002 : LEITZ (Chr.) – Bastet. Lexikon der ägyptischen Götter und Götterbezeichnungen, Band. II. Louvain, Peeters, 2002, p. 739-743.

Lundgre en 2009 : LUNDGREEN (B.) – Boys at Brauron. In: From Artemis to Diana. The Goddess of Man and Beast. Acta Hyperborea, 12, 2009, p. 117-126.

Malek 1993 : MALEK (J.) – The Cats in Ancient Egypt. Londres, British Museum Press, 1993.

Muller 1997 : MULLER (A.) éd. – Le moulage en terre cuite dans l’Antiquité. Création et production dérivée, fabrication et diffusion. Actes du XVIIIe Colloque du Centre de Recherche Archéologiques-Lille III (7-8 déc. 1995). Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1997.

Otto 1975 : OTTO (E.) – Bastet. Lexikon der Ägyptologie. Wiesbaden, Harrassowitz, 1975, col. 628-630.

Quaegebeur 1990 : QUAEGEBEUR (J.) – Aspects du culte de Bastet en Égypte gréco-romaine. In : les Chats des Pharaons. 4000 ans de divinité féline. Catalogue de l’exposition, Bruxelles, 27 octobre 1989-20 février 1990. Bruxelles, Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, 1990, p. 28-31.

Quaegebeur 1991 : QUAEGEBEUR (J.) – Le culte de Boubastis-Bastet en Égypte gréco-romaine. In : Delvaux (L.), Warmenbol (E.) éds., Les divins chats d’Égypte : un air subtil, un dangereux parfum. Louvain, Éditions Peeters, 1991, p. 117-127.

Raftopoulou 2000 : RAFTOPOULOU (E. G.) – Figures enfantines du Musée National d’Athènes. Munich, Hirmer, 2000.

Roeder 1956 : ROEDER (G.) – Bronzefiguren II, Staatliche Museen zu Berlin. Berlin, Staatliche Museen, 1956 (Miteilungen aus der Ägyptischen Sammlung, 6).

Rühfel 1984 : RÜHFEL (H.) – Das Kind in der griechischen Kunst, von der minoisch-mykenischen Zeit bis zum Hellenismus. Mayence, Philipp von Zabern, 1984.

Schlegelmilch 2009 : SCHLEGELMILCH (A.) – Bürger, Gott und Götterschuetzling Kinderbilder der hellenistischen Kunst und literatur. Berlin, De Gruyter, 2009.

Tkaczow 1993 : TKACZOW (B.) – Topography of Ancient Alexandria (An Archaeological Map). Travaux du Centre d’archéologie méditerranéenne de l’Académie Polonaise des Sciences, 32. Varsovie, Centre d’Archéologie Méditerranéenne de l’Académie Polonaise des Sciences, 1993.

Vorster 1983 : VORSTER (C.) – Griechische Kinderstatuen. Cologne, 1983.

Wagner 1983 : WAGNER (G.) – Une nouvelle dédicace à Boubastis. Annales du Service des Antiquités de l’Égypte, 69, 1983, p. 247-252.

Notes

1 Adriani 1963-1966, p. 225; Fraser 1972, vol. II, n. 210-212; Tkaczow 1993.

2 Derda (T.), Markiewicz (T.), Wipszycka (E.) – Alexandria. Auditoria of Kom el-Dikka and late Antique Education. Varsovie, Rafala Taubenschlaga, 2007.

3 Kolataj (W.) – Recherches architectoniques dans les thermes et le théâtre de Kôm el-Dikka à Alexandrie. In: Grimm (G.), Heinen (H.), Winter (E.) éds., Das römische-byzantinische Ägypten. Mayence, Philipp von Zabern, 1983, p. 189-194.

4 Rodziewicz (M.) – Les habitations romaines d'Alexandrie à la lumière des fouilles polonaises à Kôm el-Dikka, Alexandrie, III. Varsovie, Editions scientifiques de Pologne, 1984 ; Kiss (Z.) – Fouilles polonaises à Kom el-Dikka (1986-7), Alexandrie, VII. Varsovie, Centre d’Archéologie méditerranéenne de l’Académie polonaise des Sciences, 2000 ; Kolotaj (W.) – Imperial Baths at Kom el-Dikka, Alexandrie, VI. Varsovie, Centre d’Archéologie méditerranéenne de l’Académie polonaise des Sciences, 1992 ; Majcherek, (G.) – Notes on Alexandrian habitat. Roman and Byzantine houses from Kom el-Dikka. Topoi, 5, 1995, p. 133-150.

5 Abd El-Fattah (A.) – A Preliminary Report on Archaeological Works Carried on a Hellenistic Site at Kom El Dikka. Bulletin de la Société Archéologique d’Alexandrie, 48, 2009, p. 25-49.

6 El-Falaki (M.) – Mémoire sur l’antique Alexandrie, ses faubourg et environs découverts, sondages, nivellements et autres recherches. Copenhague, Bianco Luno, 1872 ; Arnaud (J.-L.) – La restitution d’un réseau viaire antique à l’épreuve du dessin informatisé, Alexandrie. In : Empereur (J.-Y.) éd., Alexandrina 3. Le Caire, IFAO, 2009 (Études alexandrines, 18), p. 373-399, pl. 12.

7 Sauneron (S.) – Les collines d’Alexandrie. In : Villes et légendes d’Égypte. Le Caire, IFAO, 1983, p. 199-225 ; Benech (Chr.) - Recherches sur le tracé des murailles antiques d’Alexandrie. In : Empereur (J.-Y.) éd., Alexandrina 3. Le Caire, IFAO, 2009 (Études alexandrines, 18), p. 401-445, notamment p. 404.

8 Rodziewicz (M.) – Un quartier d’habitation gréco-romain à Kôm el-Dikka (Sondage R. 1970-1973). Études et Travaux, IX, 1976, p. 170-210, notamment p. 170 et 172 ; Id. – Nouvelles données sur le quartier de Kopron a Alexandrie. Études et Travaux, XI, 1979, 80-89.

9 Similaire à la citerne du Sérapeum, voir Hairy (I.) – Une nouvelle citerne sur le site du Sarapeion. In : Empereur (J.-Y.) éd., Alexandrina 2. Le Caire, IFAO, 2002 (Études alexandrines, 6), p. 29-37.

10 Venit (M.) – The painted tomb from Wardian and the decoration of Alexandrian tombs. Journal of the American Research Center in Egypt, 25, 1988, p. 71-91; Ead. – The painted tomb from Wardian and the antiquity of the saqiya in Egypt. Journal of the American Research Center in Egypt, 26, 1989, p. 219-22.

11 Gonon (Th.) – Puisage de l’eau : la Sakieh de Terra Santa. In : Du Nil à Alexandrie, Histoire d’Eaux, Catalogue d’exposition Neuchâtel 2009-2010. Alexandrie, Harpocrates Publishing, 2009, p. 404-416 ; Hairy (I.) – Les machines de l’eau en Égypte et à Alexandrie. Ibid., p. 550-567, notamment p. 558-562.

12 Babraj (K.), Szymanska (H.) – Saqiyah. In: Marea vol. 1. Byzantine Marea excavations in 2000-2003 and 2006. Cracovie, Musée archéologique de Cracovie, 2008, p. 85-99.

13 Bonnet (Ch.), Abd El Samie (M.) – L’ensemble martyrial de Tell El-Makhzan en Égypte. Genava, 53, 2005, p. 281-305, notamment p. 284-288 ; Bonnet (Ch.), Carrez-Maratray (J.-Y.) – Le Temple des Faubourgs de l’Antique Péluse et l’église tétraconque de Tell el-Farama (Égypte-Nord Sinaï). Genava, 57, 2009, p. 135-158, notamment p. 139-140.

14 Kees 1952 ; Otto 1975 ; Leitz 2002.

15 Venit (M. S.) – Greek Painted Pottery from Naukratis in Egyptian Museums. Indiana, Eisenbrauns, 1988, p. 111 n° 393, pl. 82.

16 Empereur (J.-Y.) – Les amphores complètes du musée d’Alexandrie : importations et productions locales. In : Empereur (J.-Y.) éd., Commerce et artisanat dans l’Alexandrie hellénistique et romaine. Athènes, EFA, 1998 (BCH Suppl. 33), p. 393-399, fig. 1.

17 Voir les contributions dans Muller 1997.

18 Dunand 1986, p. 59-84 ; Dolzani 1989 ; Ginsburg et al. 1991.

19 Roeder 1956, p. 344, § 444, p. 351-352, § 457 (exemple d’une statuette en faïence offerte à l’occasion du nouvel an), p. 352-353, § 458, p. 354-355, § 460, p. 355-356, § 461, p. 356-357, § 463.

20 Wagner 1983, voir aussi Quaegebeur 1990, p. 29.

21 Je voudrais remercier P. Higgs et R. Thomas pour m’avoir montré ces statues dans les réserves du département gréco-romain. Les deux responsables croient, selon la notice de W. Fl. Petrie, que ce groupe de chats vient de Naucratis.

22 Parlasca (Kl.) – Hellenistische und römische Mosaiken aus ägypten. In : la mosaïque gréco-romaine II. 2e Colloque international pour l’étude de la mosaïque antique (Vienne, 1971). Paris, Picard et CNRS, 1975, p. 363-369, notamment p. 365, pl. 74.

23 Dazsewski (W. A.) – Corpus of Mosaics from egypt. Mayence, Philipp von Zabern, 1985, p. 99, pl. 46b; Zevi (F.) – Die Casa Del Fauno in Pompeji und das Alexandermosaik. RM, 105, 1998, p. 21-65,pl. 10-17, notamment pl. 16, 1, p. 36; Bergmann (M.) – Zu den Tempelfassaden im Eingang der Casa Del Fauno. In: Pirson (F.), Wulf-Rheidt (U.) éds., austausch als Impuls architektonischer Innovation. Kolloquium vom 28-30.4.2006 in Berlin, als 65. Geburtstag von adolf Hoffmann. Mayence, Philipp von Zabern, 2008, p. 117 fig. 4-5.

24 Information orale de François Queyrel sur le mobilier des fouilles d’André Laronde.

25 Beer (C.) – Cypriote “temple-boys”: Some Problems. In: Acts of the 2nd International Congress of Cypriote Studies, Nicosia, 1982. Nicosie, Society of Cypriot Studies, 1985, p. 385-390; ead. – Comparative Votive Religion: The Evidence of Children in Cyprus, Greece and Etruria. Boreas, 15, 1987, p. 21-29 ; Yon (M.) – Les enfants de Kition. In : Tranquillitas. Mélanges en l’honneur de Tran Tam Tinh. Québec, Université Laval, 1994, p. 597-609.

26 Dunand (M.) – Le temple d’Echmoun à Sidon. Bulletin du Musée de Beyrouth, 26, 1973, p. 7-25 ; Stucky (R.A.) – Die Skulpturen aus dem Eschmun-Heiligtum bei Sidon. Griechische, römische, kyprische und phönizische Statuen und Reliefs vom 6. Jahrhundert vor Chr. bis zum 3. Jahrhundert nach Chr. Antike Kunst Suppl. 17, 1993, p. 83-87, p. 89-90 et p. 98 fig. 98-119, fig. 137-147 et fig. 186-187.

27 Allusion aux Anthestéries voir Deubner (L.) – Attische Feste. Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1956, p. 114 ; Hirsch-Dyczek (O.) – Les représentations des enfants sur les stèles funéraires attiques. Varsovie et Cracovie, Sumptibus universatis iagellonicae, 1983, notamment fig. 11 et 12 ; Simon (E.) – Festivals of Attica. Madison, University of Wisconsin Press 1983, p. 94.

28 Sur la dorure, voir en général Bourgeois (B.), Jockey (Ph.), Karydas (A.) – New Researches on Polychrome Hellenistic Sculptures in Delos, III : The Gilding Processes. Observations and Meanings. In : Jockey (Ph.) dir., Leukos lithos. Marbres et autres roches de la Méditerranée antique, études interdisciplinaires. Paris, Maisonneuve & Larose, 2009, p. 645-661.

29 Van Hoorn (G.) – Choes and Anthesteria, Leiden, Brill, 1951; Parke (H. W.) – Festivals of the athenians, Londres, Thames and Hudson, 1977, p. 107-124; Hamilton (R.) – Choes and anthesteria: athenian Iconography and Ritual. Ann Arbor, University of Michigan Press, 1992, p. 205 n° 884; Ham (G.) – The Choes and Male Maturation Ritual in attic Dionysiac cult. Diss. Austin, 1997; Id. –The Choes and Anthesteria Reconsidered: Male Maturation Rites and the Peloponesian Wars. In: Padwilla (M.W.) éd., Rites of Passage in ancient Greece: literature, Religion, Society. Londres et Toronto, Associated University Presses, 1999, p. 201-218.

30 Beckel (G.), Froning (H.), Simon (E.) – Werke der Antike im Martin-von-Wagner-Museum der Universität Würzburg. Mayence, Philipp von Zabern, 1983, p. 146 n° 66.

31 Tanagra. Mythe et archéologie. Catalogue d’exposition Musée du Louvre 15 septembre 2003-5 janvier 2004. Paris, RMN, 2003, p. 225 n° 165.

32 Vorster 1983; Rühfel 1984; Raftopolou 2000; Schlegelmilch 2009; Lundgreen 2009.

33 Perdrizet (P.) – les terres cuites grecques d’Égypte de la collection Fouquet. Nancy, Paris et Strasbourg, Berger-Levrault, 1921, p. 13-15.

34 LIMC II, p. 618-753 (L. Kahil) ; Ead. – L’Artémis de Brauron. Rites et mystère. AntK, 20, 1977, p. 86-98 ; Pingiatoglou (S.) – Eileithyia. Würzburg, Königshausen und Neumann, 1981; Foley(H.) – Mothers and Daughters. In: Neils (J.), Oakely (J.) éds., Comingof age in ancient Greece. Images of Childhood from the Classical art. New Haven et Londres, Yale University Press, 2003, p. 152 et 200.

35 Dunand (F.) – Le Culte d’Isis dans le Bassin Oriental de la Méditerranée I., Leiden, Brill, 1973 ; Malaise (M.) – Le Culte d’Isis à Canope au IIIe avant notre ère. In : Tranquillitas. Mélanges en l’honneur de Tran Tam Tinh. Québec, Université Laval, 1994, p. 353-370 ; Bricault (L.) – Les cultes isiaques en Grèce centrale et occidentale. ZPE, 119, 1997, p. 117-122 ; Id. – Bilan et perspectives dans les études isiaques. In : Leospo (E.), Taverna (D.) dir., La Grande Dea tra passato e presente. Forme di cultura e di sincretismo relative alla dea Madre dall antichità a oggi. Turin, La Rosa, 2000, p. 91-96 ; voir aussi plusieurs articles sur le culte d’Isis dans Bricault (L.),Versluys (M.J.) éds. – Isis on the Nile egyptian Gods in Hellenisticand Roman Egypt Proceedings of the IVth International Conference of Isis Studies, Liège, November 27-29 2008. Leyde, Brill, 2010.

36 Dunand 1986 ; Quaegebeur 1991 ; Malek 1993.

37 Thompson (D.J.) – Families in Early Ptolemaic Egypt. In: Ogden (D.) éd., Hellenistic History: New Perspectives. Londres, Duckworth, 2002, p. 137-156.

38 Themelis (P.G.) – Brauron: Guide to the Site and Museum. Athènes, Éd. Apollon, 1971; Nielsen (I.) – The sanctuary of Artemis Brauronia. Can Architecture and Iconography help to locate the settings of Rituals? In: From Artemis to Diana. The Goddess of Man and Beast. Acta Hyperborea, 12, 2009, p. 83-116.

39 Boardman (J.) – Greek Sculpture. The Archaic Period. Londres, Thames and Hudson, 1978, fig. 242. Kaltsas 2002, p. 66-68, n° 95c.

40 Woysch-Méautis (D.) – la représentation des animaux et des êtres fabuleux sur les monuments funéraires grecs de l’époque archaïque à la fin du IVe siècle av. J.-C. Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 1982, n° 70, pl. 56 ; Kaltsas 2002, p. 148-149 n° 287.

41 Par exemple von Bothmer (B.) – Antiquities from the Collection of Christos G. Bastis. Mayence, Philipp von Zabern, 1987, p. 283 n° 165; Heilmeyer (W.D.) – Antikenmuseum Berlin. Die ausgestellten Werke. Berlin, Staatliche Museen Preussischer Kulturbesitz, 1988, 118 n° 3; Buitron-Oliver (D.) – Douris. A Master Painter of Athenian Red-Figure Vases. Mayence, Philipp von Zabern, 1995, pl. 59, n° 89.

42 Vermeule (C.) – Greek Funerary Animals. AJA, 76, 1972, 49-59, notamment p. 58 (datée de 450-300 av. J.-C.) ; Todisco (L.) – Scultura Greca del IV Secolo. Maestri e scuole di statuaria tra classicità e Ellenismo. Milan, Longanesi, 1993, p. 90 fig. 180 (datée de 330-320 av. J.-C.).

43 Schmidt (S.) – Grabreliefs im Griechisch-Römischen Museum von Alexandria. Berlin, Achet Verlag, 2002, p. 14-17, pl. 2-4, et cat. 28, 37, 43, 47.

44 Fraser 1972, I, p. 190-191 et 323-324.

45 Langton (N.) – Notes on some small Egyptian figures of cats. JEA, 22, 1936, p. 115- 121, pl. V-VII; Id. – Further Notes on some Egyptian figures of cats. JEA, 24, 1938, p. 54-58, pl. III-IV ; Roeder 1956, p. 352-353, § 458.

46 Le Rider (G.), Legras (B.) – Kathaper ek palaiou. Le statut de l’Égypte sous Cléomène de Naucratis. In : Couvenhes (J.-C.), Legras (B.) éds., Transferts culturels et politique dans le monde hellénistique. Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 83-101.

47 Dasen (V.), Lett (D.), Morel (M.-F.), Rollet (C.) – Dix ans de travaux sur l’enfance. In : Enfances. Bilan d’une décennie de recherches, Annales de la Démographie Historique, 2001, p. 6-17 ; Dasen (V.) – Childbirth and Infancy in Greek and Roman Antiquity. In: Rawson (B.) éd., Blackwell Companion to Families in the Greek and Roman Worlds. Oxford, Blackwell, 2010, p. 291-315.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation du site du Boubasteion.
Légende C. Shaalan (CNRS).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 2. Localisation du site du Boubasteion, sur la carte 1/5000e IGN-SFS de 1978 (pl. E6).
Légende C. Shaalan (CNRS).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 3. Positionnement du Boubasteion sur le réseau viaire antique proposé par Mahmoud Bey el-Falaki.
Légende J.-L. Arnaud, DAO N. Martin-C. Shaalan (CNRS).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 4. Vue générale de la fouille depuis l’Est
Crédits (cliché M. Abd El Maksoud).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 5. Vue de la citerne d’époque romaine depuis le Nord
Crédits (cliché M. Abd El Maksoud).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 6. Vue du puits de la sakieh depuis l’Ouest
Crédits (cliché M. Abd El Maksoud)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 7. Vue rapprochée du bâtiment depuis l’Ouest
Crédits (cliché M. Abd El Maksoud).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 8. Plan de la fouille avec l’emplacement des dépôts.
Légende A. Nashed (Conseil suprême des Antiquités).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 9. Vue de l’emplacement du premier dépôt
Crédits (cliché M. Abd El Maksoud).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 10. Premier dépôt : lécythe aryballisque, inv. 160. H. 4,6 cm ; diam. de la base 2,2 cm
Crédits (cliché A. Pelle [CNRS]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 11. Premier dépôt : cratère, inv. E 129. H. 21 cm ; diam. de l’embouchure 25 cm, de la base 10 cm
Crédits (cliché A. Pelle [CNRS]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 12. La découverte du deuxième dépôt
Crédits (cliché M. Abd El Maksoud).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 13. Le deuxième dépôt : deuxième phase de fouille
Crédits (cliché M. Abd El Maksoud).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 14. Le deuxième dépôt : troisième phase de fouille, détail des vases en céramique
Crédits (cliché M. Abd El Maksoud).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 15a-b. Premier dépôt.
Légende Chatte en terrecuite : type 1, face et revers, inv. 11. H. 4,6 cm ; larg. de la base 9 cm
Crédits (cliché : A. Pelle [CNRS]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 16a-b. Premier dépôt.
Légende Chatte en terre cuite : type 2, face et revers, inv. 34. H. 9,3 cm ; larg. de la base 3,7 cm
Crédits (cliché A. Pelle [CNRS]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 17. Premier dépôt.
Légende Chatte en terre cuite : type 3, inv. E 28. H. 8,8 cm ; larg. de la base 4,3 cm
Crédits (cliché A. Pelle [CNRS]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 18. Premier dépôt.
Légende Chatte en calcaire, inv. 97. H. 19, 5 cm ; larg. de la base 6 cm.
Crédits (cliché A. Pelle [CNRS]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 19a-b-c : Deuxième dépôt.
Légende Chatte de type égyptien en calcaire, vue de face et de côté. Inv. 121. H. 36 cm ; larg. de la base 25 cm
Crédits (cliché A. Pelle [CNRS]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 20. Deuxième dépôt.
Légende Chatte de type égyptien, vue de profil. Inv. 190. H. 16,8 cm ; larg. de la base 48,5 cm
Crédits (cliché A. Pelle [CNRS]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 21 : Troisième dépôt.
Légende Chatte de type égyptien, vue de face. Inv. 224. H. 35 cm ; larg. de la base 21,5 cm.
Crédits (cliché A. Pelle [CNRS]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 22. Troisième dépôt.
Légende Chatte au postérieur relevé, vue de profil. Inv. 219. H. 16,4 cm ; larg. de la base 18 cm
Crédits (cliché A. Pelle [CNRS]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 23. Premier dépôt.
Légende Garçonnet assis, statue en marbre, base en calcaire. Inv. 151. H. 16 cm ; larg. de la base 16 cm
Crédits (cliché A. Pelle [CNRS]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 24. Premier dépôt.
Légende Garçonnet assis, calcaire, inv. 154. H. 35 cm
Crédits (cliché A. Pelle [CNRS]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 25. Premier dépôt.
Légende Garçonnet assis tenant une oie, terre cuite. Inv. 144. H. 5,7 cm ; larg. de la base 6,5 cm
Crédits (cliché A. Pelle [CNRS]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 26. Premier dépôt.
Légende Fillette assise, calcaire, inv. 147. H. 20 cm ; larg. de la base 11,6 cm
Crédits (cliché M. Abd El Maksoud).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 27. Premier dépôt.
Légende Tête rapportée de fillette, inv. 157. H. 11,8 cm
Crédits (cliché A. Pelle [CNRS]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 28a-b. Second dépôt.
Légende Fille debout portant une chatte, inv. 207. H. 43 cm
Crédits (cliché A. Pelle [CNRS]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1387/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 834k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access