Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants

 | 
Antoine Hermary
, 
Céline Dubois

Études thématiques

Les restes animaux dans les tombes d’enfants à la période romaine : l’exemple de trois grandes nécropoles d’Italie, de Tunisie et du Nord de la France

Sébastien Lepetz

Résumé

Among the material recovered from child-tombs, we sometimes find animal bones deposited near the body of the deceased or present among the burnt bones in the urn or at the bottom of the grave. These are the remains of sacrifices made during the consecration of the tomb or the traces of meals taken during funerals. Based on examples from three cemeteries from Italy (Pompeii), Tunisia (Pupput) and Northern France (Soissons), this article reviews the different types of animal bones found in graves (by species, and anatomical parts) and defines the choices made for such ceremonies within these different localities.

Texte intégral

1L’analyse des textes antiques révèle la place importante que tient le sacrifice dans les actes religieux à la période romaine et notamment dans le culte funéraire. Mais les pratiques ne sont pas très détaillées et si l’on sait, pour ce qui concerne la place des animaux, que le sacrifice d’une truie à Cérès, destinée à purifier la famille, semble être un acte habituellement pratiqué, tout comme le repas partagé entre le défunt, les vivants et les dieux, il y a, en définitive, peu de détails sur la composition de ces repas, les espèces impliquées, les morceaux préférés et le traitement réel des aliments. Nous ne possédons aussi que très peu d’informations sur la place et la fréquence des dépôts alimentaires sur les bûchers ou dans les tombes. Les textes n’en disent rien. Et le problème n’est pas simple. En effet, les pratiques funéraires se caractérisent par une succession d’étapes partant du décès de l’individu aux commémorations de sa mort (passant par l’incinération, la récolte des os sur le bûcher, la mise en terre, la fermeture de la tombe), entraînant une multitude de gestes dont beaucoup impliquent l’animal : sacrifice, offrandes, repas, intervenant à des moments et selon des rythmes variés (fig. 1). Les observations archéologiques dévoilent des restes d’origine différente découlant de ces diverses manipulations, auxquels s’ajoutent des déchets plus ou moins erratiques issus de l’activité des hommes et des animaux vivant à proximité, et il est difficile de les distinguer, de les reconnaître. Si la signification des gestes ayant conduit au rejet de ces vestiges est bien précise, singulière et définie, ces vestiges peuvent avoir la même forme, puisqu’ils proviennent généralement des mêmes espèces, mises en pièce et consommées (ou consommables) ; par ailleurs ils sont souvent mélangés entre eux et les contextes de découvertes n’aident alors que peu à mettre en évidence leur spécificité.

Fig. 1. Emboîtement des éléments, des pratiques et des systèmes impliqués dans la composition des assemblages fauniques mis au jour dans les nécropoles (et liés ou non aux étapes des funérailles)

Fig. 1. Emboîtement des éléments, des pratiques et des systèmes impliqués dans la composition des assemblages fauniques mis au jour dans les nécropoles (et liés ou non aux étapes des funérailles)

2Par ailleurs, on sait que si les rites liés aux funérailles et au culte des morts se déroulaient dans le cadre d’une tradition commune (dont la signification est bien comprise), ils pouvaient, dans leur forme, ne pas être parfaitement identiques (Scheid 1998 p. 139). L’archéologie révèle d’ailleurs bien ces dissemblances, avec des tombes riches en objets et d’autres qui en sont dépourvues, avec la pratique de l’incinération ou de l’inhumation selon les époques et les régions.

3Selon le contexte social et familial, culturel, symbolique, technique et environnemental, la forme que prennent ces gestes diffère. Les espèces animales impliquées ne seront pas les mêmes, la préparation culinaire, les habitudes concernant leur consommation, leur dépôt sur le bûcher ou dans la tombe changeront.

4L’approche n’est donc pas aisée et dépend pour une large part des conditions de conservation, de fouille, de collecte et d’étude qu’offrent les sites, et de la connaissance de ces différents contextes.

5Parmi le matériel archéologique (artefacts et écofacts) présent dans les tombes d’époque romaine, on rencontre parfois des ossements animaux qui sont en relation avec les pratiques funéraires et les gestes menés lors des funérailles.

6Ce sont le plus souvent des pièces de viande, manifestant l’hommage rendu au défunt par ses proches (Lepetz, Van Andringa 2004) ou symbolisant les repas pris par les vivants en compagnie des morts ou partagés avec eux ; on rencontre dans d’autres cas des os ayant manifestement une autre histoire, mais dont la signification nous échappe parfois. Ces ossements peuvent être calcinés et partiellement détruits, indiquant que les dépôts ont été effectués au moment de la crémation, ou se présenter intacts parce qu’ils ont été placés à côté du mort au moment de la mise en terre. Mais ces cas ne reflètent pas complètement l’implication de l’animal dans les rituels funéraires, dans la mesure où, dans la majorité des cas, seuls ceux qui se trouvent dans la tombe nous parviennent.

7Si les conditions de conservation des niveaux archéologiques, si les filtres taphonomiques le permettaient plus souvent, on pourrait essayer de chercher à connaître l’ensemble des gestes impliquant les animaux (l’animal sacrifié, l’offrande, les restes de repas), non seulement ceux exécutés autour de la fosse sépulcrale ou à l’intérieur, mais aussi ceux pratiqués sur les aires de crémation, sur les niveaux de sols, autour des banquettes parfois aménagées pour les repas dans les enclos funéraires, dans l’ensemble des structures périphériques contribuant à ces rites. Il est clair que, bien souvent, la destruction des niveaux archéologiques ne permet pas d’accéder à ce type d’information et on est le plus souvent condamné à ne travailler que sur la tombe elle-même et de n’avoir donc qu’une vision tronquée des usages. Certains sites bien conservés ouvrent cependant la voie à une approche plus complète et plus fine. Cela a pu être le cas, par exemple, pour les fouilles de la nécropole de Porta Nocera à Pompéi où la bonne conservation des niveaux de circulation, la préservation des aires de crémation, la fouille des structures ayant recueilli les résidus des bûchers, la préservation des aménagements de surfaces des tombes et des remblais des fosses sépulcrales ont permis d’aborder des questions inaccessibles ailleurs (Van Andringa, Duday, Lepetz 2012).

8Mais même dans ce cas favorable, envisager une problématique à partir d’une catégorie unique de défunts (en l’occurrence les enfants) n’est pas sans poser problème, dans la mesure où rares sont les situations où l’on peut mettre en relation ces structures ou ces vestiges périphériques avec les tombes d’enfants. Bien sûr, cette approche ne nous renseigne pas uniquement sur le moment de la mise en terre, puisqu’il arrive que, parmi les incinérations, on trouve des restes calcinés d’os d’animaux qui nous informent sur les dépôts effectués sur le bûcher, mais l’approche n’en demeure pas moins restreinte.

9L’analyse archéozoologique ne permet pas de donner une signification aux gestes pratiqués, mais elle permet en revanche de les décrire objectivement : y a-t-il et quels sont les morceaux déposés sur le bûcher et dans les tombes ? Quelles sont leurs caractéristiques ? Les tombes d’enfants livrent-elles des dépôts d’animaux ou de parties d’animaux ? Présentent-elles des spécificités par rapport aux tombes d’adultes ? Les études de trois nécropoles situées dans trois zones différentes de l’Empire (Pompéi, Pupput et Soissons) vont permettre ici d’apporter quelques réponses à ces questions (fig. 2).

Fig. 2. Situation géographique des sites de Soissons, Pompéi et Pupput

Fig. 2. Situation géographique des sites de Soissons, Pompéi et Pupput

Les enfants des enclos 21 OS, 23 OS et 25 OS de la nécropole de Porta Nocera à Pompéi

10Les fouilles menées de 2003 à 2007 dans la nécropole de Porta Nocera à Pompéi par l’équipe dirigée par S. Lepetz et W. Van Andringa (fig. 3) ont permis d’étudier une soixantaine de tombes (Van Andringa, Duday, Lepetz 2012), datées du dernier quart du ier s. av. J.-C. au 3e quart du ier s. de notre ère et provenant de plusieurs enclos funéraires mitoyens (enclos 21, 23, 25 et 25b). Parmi elles ont été fouillées cinq tombes primaires individuelles à inhumation, une sépulture secondaire double à crémation, une sépulture secondaire triple à crémation, les autres étant des sépultures individuelles à crémation portant à soixante-quatre le nombre d’individus étudiés. Il existe par ailleurs des structures funéraires présentant des particularités qui les distinguent des tombes avérées. En effet, nous ne sommes pas sûrs que la fosse n° 5 soit réellement une tombe (plutôt qu’un réceptacle à résidus de produits de curage d’une aire d’un bûcher), nous avons rencontré la sépulture d’attente d’une défunte (tombe 102) et la tombe définitive qui lui a finalement été attribuée (tombe 107), des tombes vides (tombe 103, tombe 23) et plusieurs fosses ayant recueilli le produit de curages de bûchers.

Fig 3. Pompéi : façade de l’enclos 23 OS et enclos funéraires adjacents

Fig 3. Pompéi : façade de l’enclos 23 OS et enclos funéraires adjacents

(cliché A. Gailliot ; Mission Archéologique de Porta Nocera).

11En outre, plusieurs aires de crémation ont été fouillées et parfois mises en relation avec les sépultures par le biais de raccords effectués entre les fragments osseux humains ou animaux ou des concordances entre les stades de maturation ou des symétries d’os pairs (voir dans la publication les études menées par H. Duday). Ces structures ont été fouillées et analysées en essayant de prendre en compte l’ensemble du matériel archéologique qui leur était associé et en les replaçant dans le contexte d’un enclos funéraire livrant des niveaux de sol et des remblais d’occupation ayant eux-mêmes enregistré les activités rituelles menées autour des sépultures et, plus généralement, l’ensemble des mouvements liés à un lieu de circulation (visites faites aux morts, construction des tombes, aménagements de l’espace, intrusions naturelles d’animaux…).

12Sur les 64 individus recensés, 51 tombes contenaient les restes d’adultes ou de grands adolescents (dont 21 femmes et 16 hommes). Treize tombes renfermaient les restes osseux d’enfants (fig. 4-5) : le plus jeune a entre 2 et 8 mois, le plus vieux entre 10 et 13 ans. Ils ont été, pour huit d’entre eux, brûlés sur un bûcher et, pour les cinq autres, inhumés dans une amphore, un coffre en tegulae ou en pleine terre.

Fig. 4. Pompéi : plan des enclos fouillés et position des tombes d’enfant

Fig. 4. Pompéi : plan des enclos fouillés et position des tombes d’enfant

Fig. 5. Pompéi : caractéristiques des tombes d’enfants

Tombe

traitement du corps

âge estimé

Association avec des restes animaux

5

crémation

6-7 ans (garçon)

oui

10

crémation

3-10 mois (fille)

oui

21c

crémation

3 - 9 mois

non

24

inhumation

2 - 8 mois

non

27

inhumation

12 - 13 mois

non

29

inhumation

11 - 15 mois

oui/non

35

crémation

10 - 13 ans

non

37

crémation

3 ans et 10 mois - 6 ans

oui

38

inhumation

16 - 19 mois

fouille trop partielle

39

crémation

3 ans 5 mois - 5 ans 2 mois

oui

48

inhumation

4 - 11 mois

fouille trop partielle

106

crémation

7 - 17 mois

non

201

crémation

6 ans (garçon)

oui

La tombe 201 (Bebryx)

13Très peu de temps avant l’éruption du Vésuve (sans doute moins de 10 ans), un garçon du nom de Bebryx, âgé de six ans, comme l’indique l’inscription sur sa stèle (Bebryx/vix(it) an(nis) VI) et comme l’a confirmé l’étude de H. Duday, est brûlé sur un bûcher monté derrière l’enclos n° 21. L’aire de crémation avait été utilisée pour plusieurs autres cérémonies et notamment celle d’une certaine Stallia Haphe (affranchie de la matrone des Stallii et âgée de plus de trente ans), dont la tombe se trouve à proximité de Bebryx. L’étude anthropologique a montré de manière certaine que les deux individus avaient été incinérés sur le même terre-plein. Les os de l’enfant sont collectés dans un sac en tissu et disposés (à l’envers) dans une urne (de type olla), les résidus de bûcher étant par ailleurs déversés dans la fosse (fig. 6). Si l’on en croit le peu de matériel récolté dans la tombe, peu d’objets avaient dû être placés à côté du défunt. Des restes animaux indiquent cependant qu’un repas avait dû être partagé. Il a dû être constitué de morceaux de porc. Quatre os ont en effet été reconnus mélangés aux restes du défunt présents dans l’urne : un fragment d’ulna (os de l’avant-bras), un autre de crâne et deux fragments de sacrum (vertèbres du bas du dos) brûlés. Du porc a par ailleurs été trouvés sur l’aire de crémation 210, et le morceau de sacrum qui y a été reconnu provient du même os et du même individu que ceux de la tombe. Les autres vestiges brûlés récoltés sur l’aire de crémation sont un fragment de crâne de porc, un fragment de molaire inférieur, une vertèbre de poisson, quatre esquilles indéterminées et une phalange antérieure de coq domestique. Ce dernier élément d’aile de poulet trouve écho dans les résidus de bûchers déversés dans la fosse de Bebryx. Y ont été en effet déterminés un fragment de radius (aile) et un autre fragment d’os long de cette même espèce (probablement le même individu).

Fig. 6. Types et provenances (urne, résidus de bûcher et bûcher) des restes animaux de la sépulture de l’enfant Bebryx

Fig. 6. Types et provenances (urne, résidus de bûcher et bûcher) des restes animaux de la sépulture de l’enfant Bebryx

14Il faut aussi noter la présence sur l’aire de crémation de deux fragments de vertèbre (axis) de chien brûlés. Il n’est pas sûr que ces restes appartiennent au bûcher de Bebryx, ni même d’ailleurs à aucun bûcher directement. Il reste une interrogation concernant la présence d’ossements de chiens mêlés aux restes incinérés. Sur une autre zone de bûcher (zone 250), fouillée également par notre équipe, ont été mis au jour plusieurs dizaines d’os plus ou moins brûlés. La plupart du temps ils étaient juste noircis. L’analyse a conclu que ces vestiges devaient être des os issus de cadavres d’animaux morts à proximité des enclos et brûlés, volontairement ou pas, par les personnes en charge de la crémation ; de nombreux os de chiens adultes ou de chiots éparpillés sur les niveaux de sols ont par ailleurs été récoltés devant l’enclos 25 A OS.

La tombe 5 (P. Vesonius Proculus, mort à 13 ans)

15La tombe n° 5 est celle de Proculus, fils de Vésonius (le propriétaire de l’enclos). La stèle épigraphe indique que l’enfant a vécu 13 ans (P(ublio) Vesonio/Proculo/ v(ixit) a(nnis) XIII), mais l’analyse anthropologique a démontré que l’âge réel du garçonnet n’était que de 6 à 7 ans (fig. 7). Ses os, une fois le corps brûlé, ont été déversés dans un coffrage de tegulae avec les résidus de crémation. Malgré le statut de l’enfant, il est remarquable de constater que les seuls objets dont on a pu attester la présence sur le bûcher sont des chaussures et un décor en os appliqué sur un coffret (en bois ?), ou éventuellement sur un lit funéraire. Associés à la sépulture, seuls deux balsamaires ont été déposés à l’extérieur du coffre et une monnaie parmi les os. Leur tri a permis d’isoler cinq très petits fragments d’os animaux indéterminés et un fragment d’os long (fémur ?) de petit bétail (capriné ?) brûlés.

Fig. 7. Sépulture de l’enfant Proculus

Fig. 7. Sépulture de l’enfant Proculus

La tombe du fils du titulaire de l’enclos était très pauvre en restes animaux.

La tombe 37

16Cette tombe est associée à la tombe 11, toutes deux été constituées simultanément et mises en place dans la même fosse. La tombe 37 est celle d’un enfant de 4 à 5-6 ans (alors que la 11 est celle d’un adulte) de sexe inconnu. Aucun matériel remarquable n’a été mis au jour pour cette tombe (mis à part l’urne et le conduit à libation).

17Le tri des ossements dans l’urne a permis d’isoler un fragment unique d’ossement animal. Il s’agit d’une très petite esquille qui n’est pas reconnaissable. La petitesse de l’os et le fait qu’il soit seul ne plaident pas en faveur d’un dépôt alimentaire sur le bûcher. Il faut cependant demeurer prudent, dans la mesure où on ne peut être certain qu’il ne faisait pas partie d’une préparation alimentaire (une soupe par exemple) dans laquelle des éclats d’os pouvaient être présents.

La tombe 39

18La tombe 39 est celle d’un enfant d’environ quatre ans. Il s’agit d’une crémation suivie d’une mise en terre des os dans une urne sur laquelle est mis en place un conduit à libation. Mis à part une monnaie en bronze au milieu des os brûlés, le matériel associé se limite à un gobelet en paroi fine dans le tube à libation. Dans l’urne, les restes osseux animaux sont de trois types. Le premier consiste en une quinzaine d’os d’amphibien. Plusieurs cas d’accumulation de microvertébrés (crapauds, grenouilles, lézards) ont été rencontrés dans les tombes avec parfois des accumulations importantes (200 os dans la tombe 1, près de 450 dans la tombe 21), près de 500 dans la tombe 203. Il s’agit d’animaux piégés dans l’urne à l’époque antique via le tube à libation, ouvert sur l’extérieur.

19La deuxième catégorie est constituée d’une incisive de lait de porcelet brûlée, peut-être issue des restes d’un repas partagé entre les vivants et le mort, restes consommés et jetés dans les flammes ou déposés aux côtés du défunt. Il faut cependant noter l’insignifiance du vestige et son caractère isolé qui appellent à une interprétation prudente.

20La troisième série comporte plusieurs dizaines de fragments (70) d’une même hémi-mandibule gauche calcinée d’équidé (fig. 8). Ils ont été récoltés sur la totalité du remplissage de l’urne ; il ne fait donc pas de doute que l’os a été brûlé en même temps et sur le même bûcher que l’enfant. Cette découverte est à rapprocher de celle de la tombe 208 où des fragments d’un même tibia de cheval ont été trouvés mêlés aux os humains. On ne peut que s’interroger sur ces restes. Le cheval n’est pas un animal habituellement consommé à la période romaine. Son rôle dans les rituels funéraires n’est pas décrit dans les textes et aucune tombe ou nécropole antique d’Italie ou dans les provinces occidentales de l’Empire n’a permis de mettre clairement en évidence une implication dans les pratiques liées à la mort. Certes, on rencontre souvent des os de cette espèce (parfois des squelettes complets, parfois en grande quantité) à proximité des cimetières (Chartres, Evreux…), mais ce lien s’explique par le fait que les nécropoles sont reléguées hors des villes et que les cadavres d’animaux morts (non consommés, comme le cheval), en l’absence d’un système organisé d’équarrissage, sont évacués hors des murs de la cité, forcément à proximité des voies, là où se situent aussi les zones d’accueil des défunts (Lepetz et al. 2010)

Fig. 8. Vestiges brûlés d’équidés mis au jour dans l’urne de l’enfant de la tombe 39

Fig. 8. Vestiges brûlés d’équidés mis au jour dans l’urne de l’enfant de la tombe 39

21Malgré la dégradation causée par le passage au feu, on perçoit que la surface de l’os de la mandibule de la tombe 39 est desquamée et cette altération est caractéristique d’un séjour à l’air libre. L’os ne semble pas avoir été brûlé frais. Il n’y a en outre pas de traces de découpe, alors qu’une action énergique à l’aide d’un outil tranchant aurait été nécessaire pour rompre les attaches ligamentaires qui lient la mandibule au crâne ; il ne semble donc pas que l’homme soit à l’origine de cette désarticulation. On peut alors s’interroger sur le caractère volontaire ou non de l’association. Quelle pourrait être la signification d’un dépôt constitué d’une vieille mandibule d’équidé ? Il pourrait s’agir d’un objet particulier lié à l’enfant ou d’une autre personne, dont la valeur nous échapperait. L’autre solution consisterait à y reconnaître un élément sans lien avec la cérémonie religieuse, os qui aurait traîné sur le sol et aurait fini dans les flammes lors du nettoyage de l’aire de crémation. L’officiant s’étant occupé de recueillir les os humains n’aurait alors pas distingué les différentes catégories ou n’aurait pas jugé utile de le faire.

La tombe 10

22La tombe 10 est celle d’un enfant de 3 à 6 mois (probablement une fille si l’on en croit le chignon présent sur la stèle en lave). Les os brûlés ont été déposés dans une urne (un pot de type olla), mise en place dans une fosse dont le fond est composé d’un niveau cendreux, restes du curage de l’aire de crémation. Les restes d’un bracelet en bronze, d’une clochette, d’une amulette en os et d’un balsamaire fondu ont été découverts parmi les os. Beaucoup moins impressionnants sont les os animaux mis au jour mêlés aux restes de la petite défunte. Dans l’urne sont présents un fragment de dent jugal de porc, un fragment de vertèbre d’un petit bétail indéterminé, un fragment de telline et cinq esquilles indéterminées. Ces restes sont passés sur un bûcher et ont été calcinés. Ils sont associés à des vestiges non brûlés : une molaire de capriné et sept esquilles. Dans la couche jouxtant les restes de crémation, sous l’urne, trois autres indéterminés accompagnent un fragment de coquillage marin et un morceau de canine inférieure de porc, aucun de ces restes n’étant brûlé.

La tombe 29

23La tombe 29 est une sépulture primaire à inhumation d’un enfant d’environ un an (de 11 à 15 mois plus précisément). Le corps a été placé dans un coffre en tegulaeet accompagné de six objets en verre (une fiole et cinq balsamaires) déposées près de la tête. Au-dessus de la hanche droite a été découverte une extrémité proximale de fémur de porc, non brûlé, portant une trace de découpe. Il serait tenant d’y reconnaître un dépôt carné frais (d’un morceau de jambon) effectué lors de l’enfouissement, et ce serait l’unique cas recensé parmi les sépultures fouillées dans les enclos 21-23-25 OS. Cependant, ce vestige n’est pas au contact des os de l’enfant mais se trouve à quelques centimètres au-dessus d’eux. Une forte inconnue demeure donc. Tout d’abord, il n’est pas certain que cet os portait bien de la viande… il pouvait être décharné ; ensuite, rien n’indique qu’il était frais, plutôt que déjà sec. Sa position stratigraphique laisse ensuite envisager plusieurs scénarios : soit sa position secondaire (avec cette couche de sédiment sous lui) provient du déplacement post-enfouissement, soit il se trouvait à l’extérieur du coffre et a pénétré à l’intérieur avec les terres d’infiltration. Dépôt de viande à l’intérieur du coffre ou à l’extérieur, rejet d’un morceau consommé ou ossement intrusif, il n’est donc malheureusement pas possible de trancher.

24Une des particularités des tombes de la Porta Nocera est qu’elles contiennent très peu de mobilier : quelques balsamaires, vestiges des profusiones effectuées lors de la mise en terre, une monnaie, quelques rares objets personnels (éléments de parure) ou des fragments de lampe le plus souvent brûlés : ce dénuement est symptomatique de bûchers assez simplement constitués et pauvre en dépôts. Il en est de même pour les produits alimentaires carnés, qui sont peu abondants : des morceaux de poulet, des petites pièces de viande de porc, qui nous arrivent sous la forme de petits fragments brûlés mêlés aux os humains. D’ailleurs, la taille des esquilles est telle à Pompéi que l’on peut se demander parfois quel est leur lien réel avec les gestes funéraires.

25En tout état de cause, les fragments donnent l’impression qu’il s’agit plutôt de préparations culinaires (soupes, aliments cuisinés) que de morceaux de viande crue mis en place sur le bûcher à côté du défunt. En cela, l’ampleur de ces dépôts est très différente de ce que l’on observe dans les tombes du ier s. des régions septentrionales des Gaules où une impression d’abondance domine.

26À Pompéi il n’y a pas de différence visible entre les usages en cours pour les funérailles des adultes et celles des enfants. Les deux tiers des tombes d’adultes (67 %) et 60 % des tombes d’enfants livrent des vestiges fauniques. Les morceaux ou les espèces animales impliquées (poulet, porc) ne changent pas non plus.

Les tombes d’enfants de la nécropole « Ancienne Caserne Gouraud » à Soissons (Aisne, France)

27Cette nécropole a été fouillée en 2008 par Bastien Gissinger et son équipe (Gissinger 2010). L’ouverture d’une surface de 1.200 m2 a permis l’étude de 186 sépultures à inhumation, de 69 tombes secondaires à crémation et d’une tombe primaire à crémation, datées des ier et iie s., de fosses-bûchers et d’enclos quadrangulaires, circulaires ou en fer à cheval. La particularité de l’ensemble réside dans les proportions inhabituelles d’enfants. En effet, parmi les inhumés, 148 sont des individus périnataux, 17des enfants de 1 à 4 ans, trois de 5 à 9 ans, deux de 10 à 14 ans, deux sont des adolescents de 15 à 18 ans, et la nécropole ne compte que seize adultes. On doit ajouter 45 fosses de tailles similaires à celles ayant recueilli les tout petits, mais dans lesquelles aucun os n’a été trouvé (leur disparition est probablement en grande partie due à l’acidité du substrat). Parmi les tombes à crémation, 45 sont celles d’adultes, deux de périnataux, sept d’enfants de 1 à 4 ans, deux de 5 à 9 ans et cinq d’adolescents de 10 à 18(l’étude anthropologique a été menée par Nadège Robin).

28La seule inhumation d’enfant ayant livré des restes animaux associés de manière sûre au cadavre est la sépulture 964. Il s’agit d’un individu de 1 an à 1 an et demi, mis en terre accompagné d’une grande assiette, d’une urne et de deux pots vides. Il portait un pendentif. Sur son côté gauche se développent les restes d’une jeune poule adulte (fig. 9). Toutes les parties anatomiques sont présentes et l’animal est en connexion. Il est posé sur son côté droit, vers le défunt, et les postérieurs sont en extension. La présence de la tête, de l’extrémité des ailes et des phalanges postérieures indique que l’oiseau était complet et sans doute non plumé. Sous lui, au niveau des tibiotarses, trois vertèbres lombaires révèlent l’existence d’un dépôt carné supplémentaire de jeune porc.

Fig. 9. Sépulture 964 de Soissons

Fig. 9. Sépulture 964 de Soissons

Dépôt animal dans la tombe d’un enfant de 1 à 1,5 an.

29L’analyse des autres inhumations d’immatures ne permet pas de savoir si des dépôts ont été effectués. La fouille des sépultures a mis au jour des vestiges qui pourraient être des morceaux de viande mais il demeure un doute sur leur lien avec les pratiques funéraires (182 [fragment de crâne de porc], 627 [côte, crâne et talus de porc], 825[ulna de porc], 1008 [humérus de capriné], 1032 [crâne de porc]). D’autres structures livrent des restes, mais dont la faible valeur alimentaire permet d’exclure l’hypothèse de dépôt volontaire (550 [phalange de porc], 627 [dent de capriné], 705 [calcanéum de porc]) ou dont la taille semble indiquer qu’il s’agit des vestiges résiduels (687 [vertèbres d’équidés], 629 [cervicale complète de bœuf]…).

30La question se pose aussi pour les inhumations de nouveau-nés, il a été difficile de déterminer le niveau d’appartenance des os animaux aux couches sépulcrales. En effet, les vestiges fauniques n’ont pas été repérés lors de la fouille comme étant lié aux défunts. Dans la majorité des cas, il doit s’agir de vestiges présents dans le comblement de la fosse. Une cinquantaine de restes de porcs, dont certains proviennent de parties consommables (morceaux d’épaules) et quelques os d’autres taxons, posent cependant la question de la possible relation entre certains d’entre eux et des pratiques alimentaires liées aux funérailles.

31Pour ce qui concerne les tombes à crémations (fig. 10), de nombreux restes animaux brûlés ont été mis au jour ; ils sont de loin les plus nombreux sur le site (N = 3191).Ils peuvent être mêlés aux os humains dans les bûchers, dans les sépultures secondaires à incinération ou dans les fosses de rejets de crémation, mais sont aussi présents dans le sédiment de comblement des inhumations, des enclos fossoyés ou dans les épandages. Dans le premier cas, on peut envisager sans grand risque d’erreur que les restes proviennent de dépôts carnés mis en place sur le bûcher au moment de la crémation du corps ; dans le deuxième cas les restes ont la même origine et sont sans doute à lier aux funérailles, mais les creusements successifs des tombes, des bûchers et des niveaux de sols les ont éparpillés et disséminés dans le sédiment.

Fig. 10. Vestiges animaux brûlés mis au jour dans les sépultures d’enfants à crémation de Soissons

Fig. 10. Vestiges animaux brûlés mis au jour dans les sépultures d’enfants à crémation de Soissons

32Pour ce qui concerne les ossements animaux trouvés dans les sépultures à crémation, quelques urnes d’enfants ou de jeunes adolescents ont livré des esquilles indéterminées (sépultures 341, 390, 618 et 667). Quelques autres contenaient des restes déterminables.

33La sépulture 601 est une crémation secondaire d’un jeune adolescent d’environ 10-15 ans (les os ont été déposés en pleine terre). Mêlés aux restes humains brûlés, une extrémité proximale de diaphyse d’humérus de porc et un fragment de l’épiphyse du même os ont été mis au jour. Il s’agit d’un morceau d’épaule droite. Cinq autres fragments proviennent peut-être de ce même morceau mais ils ne sont pas déterminables. Les os sont noirs, révélant une température de crémation modérée. Il est probable que la pièce de viande a été déposée en périphérie du bûcher et a donc moins souffert de la chaleur.

34La sépulture 816 contenait un adulte en pleine terre et un enfant de 3-4 ans dont les os étaient déposés dans une urne. Dans le comblement de la fosse sont présents un fragment de vertèbre de porc et trois esquilles indéterminées. Il n’est pas possible de savoir si les os animaux sont liés à la sépulture, mais, si c’était le cas, on serait plus enclin à les associer à l’adulte (qui se situe en pleine terre) qu’à l’enfant, dont les os sont contenus par l’urne. La tombe 152-04 (celle d’un adulte et d’un enfant de 1 à 4 ans) a livré un métapode latéral de porc, un carpe et un indéterminé, probablement vestige d’un bas de patte antérieur. Dans la tombe 974 (enfant de 3-4 ans) a été mis au jour un petit fragment de crâne de porc.

35Neuf tombes sur les seize renfermant des enfants ou des jeunes adolescents brûlés ont livré des fragments d’os animaux (soit 56 %). Pour les adultes, la proportion est moindre, puisque seules 14 tombes sur les 45 en sont pourvues (soit 31 %). Mais les effectifs sont cependant assez faibles, les données peu claires, et il serait peu prudent de conclure en un traitement particulier des dépôts alimentaires pour les enfants.

Les dépôts de Pupput (Tunisie)

36La nécropole romaine de Pupput se situe à 70 km au Sud-Est de Carthage (Tunisie) ; elle est fouillée depuis plus de 15 ans par une équipe dirigée par A. Ben Abed et M. Griesheimer (Ben Abed, Griesheimer 2004 ; de Larminat 2011) et a permis de dégager environ 2.000 tombes datées du iie au ive s., groupées dans des enclos familiaux (fig.11).

Fig. 11. Pupput.

Fig. 11. Pupput.

Vue d’une partie de la nécropole

37L’analyse archéozoologique a concerné des os brûlés mêlés à des restes humains incinérés, des os non brûlés posés sur les cadavres inhumés, des os brûlés mis au jour dans des fosses n’ayant pas livré d’os humains, des os non brûlés présents dans des remplissages de tombes ou sur des niveaux entre des caissons, une tombe d’animal (tombe 2406 – US 620), et des os d’animaux provenant d’un puits. Dans les incinérations, les restes animaux ne sont jamais très nombreux et toujours fragmentés. Il est alors souvent difficile de déterminer si les éléments mis au jour proviennent d’animaux complets dont la majeure partie des os a été détruite sous l’action des flammes ou s’ils proviennent de pièces de viandes isolées. La question se pose moins pour le porc que pour la volaille dont les pièces osseuses sont particulièrement fragiles. Que peut représenter par exemple un unique fragment isolé de fémur de poulet ? Les restes du repas pris par les vivants et jetés dans les flammes au moment de la crémation, une cuisse déposée dans un bol sur le bûcher ou les restes d’un animal complet ?

38Pour ce qui concerne les inhumations, les cas sont moins difficiles dans la mesure où les os sont souvent plus nombreux. Mais les conditions de conservation n’ont malgré tout pas permis la préservation de toutes les pièces osseuses, ce qui laisse souvent planer un doute sur le caractère complet ou non des animaux déposés. Si aucun indice ne permet de l’attester de manière formelle, la position des dépôts dans la tombe, souvent sur le cadavre, permet d’écarter l’hypothèse de restes de repas et privilégier celle de dépôts organisés.

39Sur les 1278 tombes étudiées (dont les analyses anthropologiques ont été assurées par P. Bailet et S. de Larminat), 46 ont livré des restes animaux (soit 3,6 %). Des ossements de porcs, de mouton et de coq ont été trouvés mêlés aux os humains brûlés. Aux côtés des corps inhumés, le taxon le mieux représenté est le coq, suivi du mouton ; le porc est quant à lui très minoritaire.

40Les tombes d’enfants en sont peu pourvues, puisque seules 0,8 % des sépultures ont donné des restes fauniques (soit trois inhumations et une incinération).

41La fouille de la tombe 785, celle d’un enfant de 3 à 4-5 ans, a permis de mettre au jour une extrémité distale de fémur de poulet qui pourrait donc correspondre au dépôt d’un morceau pris dans une cuisse. La tombe 2178, celle d’un individu de 7 ans, a livré deux humérus droit et gauche d’un jeune oiseau sauvage de petite taille et juvénile. On reste perplexe quant à de tels vestiges. Il ne s’agit pas d’ailes d’oiseau complètes mais de deux os isolés d’une même bête. Il faut sans doute interpréter prudemment leur présence. Enfin dans les tombes 854 (enfant de 9 à 14 ans) et 1109 (enfant de 2 ans) ont été trouvés des restes de coquille d’oiseau de la taille de la poule.

En guise de conclusion

42Le panorama dressé à partir de ces trois nécropoles permet plusieurs constatations :

  1. 1 Des dépôts impliquant l’animal sont présents dans des tombes d’enfants ; ils ont été placés aux côtés de l’individu inhumé ou déposés sur le bûcher.

  2. 2 Il ne semble pas y avoir de règle quant à leur abondance, puisqu’à Pupput les dépôts animaux sont moins fréquents que pour les adultes ; à Soissons, l’inverse se produit, tandis qu’à Pompéi les proportions sont équivalentes. On peut envisager une disparité géographique, mais il faudrait que d’autres cas puissent confirmer que les tombes d’enfants reçoivent une attention particulière, différente selon les provinces où sont implantés les cimetières.

  3. La forme de ces dépôts ne se distingue pas de celle observée dans les sépultures d’adultes.

  4. Il n’y a pas d’espèces liées spécifiquement aux enfants, ni de parties anatomiques préférées.

  5. Lorsque le statut social des enfants est connu (par exemple à Pompéi), on ne remarque aucune distinction entre les individus.

  6. Les espèces déposées sont essentiellement du porc, du coq domestique (y compris des œufs) et du mouton. Le bœuf et les autres taxons, cheval et chien, sont excessivement rares et sont, pour les deux derniers, probablement sans lien avec les rituels. Nous avons aussi, pour conclure, cherché si à savoir s’il pouvait y avoir un lien entre les tombes d’enfants et les sépultures de chien. On rencontre effectivement dans quelques nécropoles des fosses contenant les restes squelettiques de canidés. Des travaux récents (Blaizot et al. 2009 p. 83-87) se sont interrogés sur le lien qu’il pouvait y avoir entre ces animaux et les jeunes humains. À Pupput, à l’extrémité Sud de l’enclos 106, a été découverte une fosse dans laquelle ont été mis au jour les restes d’un chien (fig. 12). L’animal est posé sur son flanc gauche, la tête à l’Est (Lepetz 2008). Une cavité oblongue (un terrier ?) a perturbé le squelette. Les membres ont en partie été bouleversés. Il s’agit d’un mâle de taille moyenne qui présente la particularité d’être très vieux. Ce chien a été enterré à côté d’une tombe (d’un enfant de 1 an et demi à 2 ans) mais le lien stratigraphique avec elle semble indiquer que la fosse est antérieure à la tombe d’enfant. Il semble bien que l’on n’ait pas enterré le chien à côté de l’enfant mais l’enfant à côté du chien. D’autres exemples de ce type sont connus.

Fig. 12. Squelette de chien mis au jour dans une fosse au milieu des sépultures humaine et à proximité d’une tombe d’enfant

Fig. 12. Squelette de chien mis au jour dans une fosse au milieu des sépultures humaine et à proximité d’une tombe d’enfant

43Dans la nécropole du Bas Empire de Oudenbourg (en Flandres, iie-ive apr. J.-C., Gautier 1972), le crâne, les mandibules et les os postcrâniens d’un chien ont été mis au jour dans le comblement de la tombe 76. L’animal se situait à l’extrémité de la fosse, mais en dehors du cercueil. Il s’agit d’un petit chien de 40 à 50 cm au garrot.

44Dans un cimetière romain situé en Allemagne, près d’Heidelberg (Teichert 1987), un canidé a été enterré a proximité d’un enfant. La taille de l’animal (22 cm au garrot) correspond bien à celle d’un chien de compagnie. On peut bien sûr envisager un lien entre les deux êtres durant leur vie, que marquerait alors la proximité de leur inhumation, mais le lien stratigraphique entre eux est difficile à établir. D’autres cas sont connus (voir Blaizot et al. 2009 p. 87), mais l’association entre chien et enfant dans une même tombe n’est jamais établie. On doit sans doute chercher à expliquer le phénomène par les modes d’implantations similaires de certaines sépultures d’enfants et de celles des chiens : à l’extérieur des villes mais souvent hors des cimetières d’adultes ; et c’est souvent d’ailleurs dans les mêmes zones que sont situés les espaces où l’on abandonne des cadavres d’équidés morts dans la ville, vestiges que l’on trouve aussi éparpillés ici et là sur certains sites du suburbium (Lepetz et al. 2010).

Bibliographie

Ben Abed, Griesheimer 2004 : BEN ABED (A.), GRIESHEIMER (M.) – La nécropole romaine de Pupput. Rome, École française de Rome, 2004.

Blaizot et al. 2009 : BLAIZOT (F.) ET AL. Pratiques et espaces funéraires de la Gaule durant l’antiquité. Gallia, 66, 1, 2009.

Gautier 1972 : GAUTIER (A.) – Dierenresten van het laatromeins grafveld te Oudenburg (prov. West-Vlaanderen, België). Helinium, 1972, p. 162-175.

Gissinger 2010 : GISSINGER (B.) et collaborateurs – Ancienne Caserne Gouraud – Fouille archéologique préventive d’une nécropole antique de Soissons (aisne, Picardie). Rapport final d’opération, 2010.

de Larminat 2011 : DE LARMINAT (S.) – Mourir enfant en afrique romaine : gestes, pratiques et rituels – afrique Proconsulaire, Numidie et Maurétanie Césarienne (ier-iiie s. de n. è.). Thèse de doctorat d’archéologie, Aix-Marseille Université, 2011.

Lepetz 2008 : LEPETZ (S.) – Dépôts carnés et tombes de chien à Pupput. Les dossiers d’archéologie, 330, 2008, p. 90.

Lepetz, Van Andringa 2004 : LEPETZ (S.), VAN ANDRINGA (W.) – Caractériser les rituels alimentaires dans les nécropoles gallo-romaines :l’apport conjoint des os et des textes. In : Barray (L.) éd, Archéologie des pratiques funéraires : approche critique. actes de la table ronde des 7-9 juin 2001 à Glux-en-Glenne. Université de Dijon, 2004, p. 161-170.

Lepetz et al. 2010 : LEPETZ (S.), BEMILLI (C.), PLUTON-KLIESH (S.) – Le site antique du « Clos au Duc » à Evreux (Eure). Sépultures de privilégiés ou trous à ordure ? Monographie d’archéologie Méditerranéenne, hors-série 4, 2010, p. 28-56.

Scheid 1998 : SCHEID (J.) – La religion des Romains. Paris, Armand Colin, 1998.

Teichert 1987 : TEICHERT (M.) – Brachymel dogs. Archéozoologica, 1987, p. 69-75.

Van Andringa, Duday, Lepetz 2012 : VAN ANDRINGA (W.), DUDAY (H.), LEPETZ (S.) dir. – Mourir à Pompei. Fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera (2003-2007). Rome, École française de Rome, 2012.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Emboîtement des éléments, des pratiques et des systèmes impliqués dans la composition des assemblages fauniques mis au jour dans les nécropoles (et liés ou non aux étapes des funérailles)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 2. Situation géographique des sites de Soissons, Pompéi et Pupput
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig 3. Pompéi : façade de l’enclos 23 OS et enclos funéraires adjacents
Crédits (cliché A. Gailliot ; Mission Archéologique de Porta Nocera).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 4. Pompéi : plan des enclos fouillés et position des tombes d’enfant
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1379/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 6. Types et provenances (urne, résidus de bûcher et bûcher) des restes animaux de la sépulture de l’enfant Bebryx
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1379/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 7. Sépulture de l’enfant Proculus
Légende La tombe du fils du titulaire de l’enclos était très pauvre en restes animaux.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1379/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 8. Vestiges brûlés d’équidés mis au jour dans l’urne de l’enfant de la tombe 39
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1379/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 9. Sépulture 964 de Soissons
Légende Dépôt animal dans la tombe d’un enfant de 1 à 1,5 an.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1379/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 10. Vestiges animaux brûlés mis au jour dans les sépultures d’enfants à crémation de Soissons
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1379/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 11. Pupput.
Légende Vue d’une partie de la nécropole
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1379/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 12. Squelette de chien mis au jour dans une fosse au milieu des sépultures humaine et à proximité d’une tombe d’enfant
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1379/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 355k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access