Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants

 | 
Antoine Hermary
, 
Céline Dubois

Afrique

Le mobilier déposé dans les sépultures d’enfants en Afrique du Nord à l’époque romaine

Solenn de Larminat

Résumé

Since the late nineteenth century, numerous child-burials of Roman date have been excavated in Tunisia and Algeria. The exploitation of these data, more or less complete depending the date of excavation, allows the material placed in children’s graves in Africa to be inventoried, and also permits reflection on these deposits from new research perspectives, such as the relationship between type of material and age of the deceased, the positioning of material in the grave, the recurrence of certain associations, and the role of grave-goods in the rituals associated with the deaths of children in Roman Africa.

Texte intégral

  • 1 CIL VIII, 20277 ; Ben Abdallah 1986, n° 139 ; Février 1965-1966, p. 223-226.

1D’après les textes, le mobilier déposé dans les sépultures romaines ou à l’extérieur de celles-ci, qualifié de munera ou iusta (Ovide, Fastes, II, 533 et 542), était utilisé dans des cérémonies qui permettaient de définir la tombe, purifier les vivants et transformer le défunt afin qu’il puisse recevoir les cultes funéraires par l’intermédiaire des dieux Mânes (Scheid 1984 ; Lepetz, Van Andringa 2004). La connaissance de ces textes permet d’approcher le sens religieux des rituels funéraires. En revanche, il est vain de rechercher sur le terrain le mobilier ou les aliments décrits, car les auteurs vivaient à Rome entre la fin de la République et le début de l’Empire et, en l’absence d’instructions ou de règles émanant d’un clergé ou de l’état, les rituels différaient d’une région et d’une famille à l’autre de l’Empire (Scheid 2008). Bien que quelques textes relatifs à l’Afrique et des épitaphes décrivent des sacrifices, des libations ou encore des versements d’huiles parfumées1, seul l’enregistrement minutieux des données de fouilles, dont le mobilier, permet de mieux caractériser les cérémonies réalisées en Afrique autour du corps des enfants et lors de la fermeture de leur tombe.

Corpus

  • 2 Les sépultures multiples avec au moins un adulte et un enfant (soit n=10) qui présentaient du mobil (...)
  • 3 Ben Lazreg, Mattingly 1992 ; Stirling et al. 2000 et 2001 ; Longfellow 2000 ; Meiklejohn 2000 ; Ben (...)
  • 4 Ben Abed, Griesheimer 2001 ; Ben Abed, Griesheimer 2004 ; Ben Abed et al. 2007.

2Entre le milieu du ier s. av. J.-C. et celui du ive de notre ère, dans les provinces de Maurétanie Césarienne, Numidie et d’Afrique Proconsulaire septentrionale, seules 250 sépultures d’enfants entre 0 et 15 ans ont livré du matériel, sur les 798 recensées (fig. 1)2. Une quarantaine provient des nombreuses fouilles réalisées entre la fin du xixe et le début du xxe s. par les militaires français en exercice. Dans les publications de cette époque, où le matériel était le plus souvent dissocié de son contexte archéologique, l’âge des défunts et l’emplacement du mobilier étaient rarement précisés. Entre 1960 et 1990, le nombre de sépultures d’enfants associé à du matériel double (n=91). En effet, sous l’influence des nouvelles méthodes de l’archéologie, les sépultures étaient de plus en plus décrites individuellement et, malgré l’absence d’études anthropologiques réelles, les fouilleurs livraient plus fréquemment des informations sur l’âge du défunt. En leur absence, à partir des relevés ou des photographies publiées, ou encore de la taille des contenants ou de la fosse, une estimation de leur âge a parfois pu être réalisée a posteriori. Parmi les sépultures d’enfants fouillées durant cette période, 60 % proviennent de la nécropole orientale de Sétif (Sitifis), publiée de manière exhaustive par R. Guéry en 1985 et dont les squelettes inhumés sont toujours accompagnés d’une estimation de l’âge. L’auteur attribue également à des enfants, sans préciser leur âge, certaines crémations primaires, d’après la petitesse du bûcher et des os. Enfin, les dernières sépultures du corpus sont issues des nécropoles de Leptiminus (n=8)3 et de Pupput (n=116)4, deux nécropoles tunisiennes fouillées ces dernières années de manière minutieuse, dont les squelettes ont fait l’objet d’une étude anthropologique simultanée.

Fig. 1. Localisation des nécropoles ayant livré des sépultures d’enfants avec du mobilier en Afrique romaine

Fig. 1. Localisation des nécropoles ayant livré des sépultures d’enfants avec du mobilier en Afrique romaine

3Il faut noter deux grands absents dans ce corpus. Tout d’abord les sépultures de la nécropole d’enfants découverte en 1980 à Thysdrus, l’antique El-Jem (Slim 1984) : dans cet enclos de 1.000 à 1.500 m² daté de l’époque augustéenne jusqu’aux premières décennies du iiie s. de notre ère, 2.000 à 4.000 enfants entre 0 et 15 ans ont été inhumés, d’après le nombre de tombes recensées dans un carré de fouille de 25 m². Sur ces milliers de sépultures, seules onze ont pu être intégrées aux corpus d’après les quelques photos publiées. La description générale du matériel permet toutefois d’intégrer ce dossier aux réflexions. Les seconds absents sont les très jeunes enfants brûlés puis déposés en urne dans les sanctuaires à Saturne, selon des pratiques issues des traditions funéraires phénico-puniques. Ils n’ont pas été intégrés aux études quantitatives qui suivent en raison du caractère particulier de ces espaces. Le matériel découvert dans le sanctuaire récemment fouillé d’Henchir-el-Hami (Ferjaoui 2007) sera toutefois comparé, en conclusion, au mobilier des nécropoles.

4À partir de ce corpus, deux premiers constats peuvent d’ores et déjà être établis. Le matériel provient d’une part essentiellement de sépultures primaires à inhumation (Graphique 1) en raison du faible nombre de crémations d’enfants dans le corpus. Ce fait est dû à la rareté des études sur les ossements brûlés, mais également à la prédominance, dans les nécropoles, de la pratique de l’inhumation pour les enfants. D’autre part, en tenant compte de l’ensemble des sépultures d’enfants recensées (soit 798), du matériel a été déposé dans seulement 26 % des sépultures primaires à inhumation, alors qu’il est présent dans 90 % des sépultures primaires à crémations et dans la moitié des sépultures secondaires (Graphique 2). Ces chiffres ne sont pas dus à la constitution du corpus, car ces proportions sont équivalentes dans les nécropoles exhaustivement fouillées de Pupput et de Sétif (Graphique 3).

Types de mobilier déposé dans les tombes d’enfants des nécropoles africaines

5Dans le corpus rassemblé, la vaisselle et les lampes sont les objets les plus fréquemment déposés, quel que soit le mode de traitement du corps (Graphique 4). En plus petite proportion, des statuettes, des monnaies et des vases à parfums ont été découverts. Les rares objets en lien avec la toilette et l’habillage du défunt, ainsi que les aliments, n’ont été recensés que dans des sépultures primaires. Enfin, quelques masques apparaissent uniquement dans des inhumations. Il ne sera pas traité dans cet article des statuettes et des masques en raison de leur caractère figuratif particulier qui nécessiterait de s’y attarder plus amplement.

Graphique 1. Nombre de sépultures d’enfants en Afrique avec du mobilier en fonction du traitement du corps

Graphique 1. Nombre de sépultures d’enfants en Afrique avec du mobilier en fonction du traitement du corps

6

Graphique 2. Proportion des sépultures d’enfants en Afrique avec et sans mobilier en fonction du traitement du corps

Graphique 2. Proportion des sépultures d’enfants en Afrique avec et sans mobilier en fonction du traitement du corps

Graphique 3. Proportion des sépultures d’enfants avec et sans mobilier en fonction du traitement du corps dans les nécropoles exhaustivement fouillées de Pupput et Sétif

Graphique 3. Proportion des sépultures d’enfants avec et sans mobilier en fonction du traitement du corps dans les nécropoles exhaustivement fouillées de Pupput et Sétif

La vaisselle

7Le terme « vaisselle » rassemble l’ensemble des accessoires utilisés autour de la table, tant pour le stockage des denrées, la confection des plats ou le service. En raison de la qualité inégale des publications, cette vaisselle n’a pas été répartie selon sa typologie, mais en fonction du type de produits qu’elles contenaient, c’est-à- dire les solides ou les liquides. Plus fréquemment en terre cuite, des récipients en verre pour la consommation et la présentation des mets ont parfois été retrouvés. Souvent fragmentés ou déformés par le feu, leur identification reste toutefois difficile.

Fréquence de la vaisselle dans les sépultures d’enfants

8Si des sépultures d’enfants avec du matériel ont été recensées dans une quinzaine de nécropoles africaines, seules celles découvertes dans huit d’entre elles forment des ensembles assez cohérents pour offrir un schéma évolutif de la fréquence de ce mobilier dans les tombes entre le milieu du ier s. av. J.-C. et le ve s. apr. J.-C. (Tableau 1). Pour l’ensemble de ces nécropoles, il faut noter que seuls 14 % des sépultures, soit 96 sur 692 ont livré de la vaisselle. La vaisselle pour les liquides et les solides est répartie de manière égale dans les sépultures (67 % et 69 %), mais ces vases apparaissent simultanément dans seulement un tiers des sépultures (35 %). Ces pourcentages varient toutefois selon les nécropoles, leur période de fréquentation et le mode de traitement des corps.

9De la première moitié du ier s. av. J.-C. jusqu’à la fin du ier s. apr. J.-C., la vaisselle apparaît de manière fréquente dans les inhumations de Tipasa et d’El-Jem, selon des traditions funéraires puniques (respectivement dans 67 et 100 % des tombes). Le premier niveau d’inhumations de la nécropole d’enfants d’El-Jem en est une bonne illustration. Bien que le matériel de seulement 11 sépultures ait pu être renseigné et intégré dans le tableau de la figure 6, L. Slim précise bien que des centaines de céramiques communes de tradition punique, de type pichet, assiette et bol ont été déposées près des corps. Dans ces tombes, les plats à solides sont légèrement plus fréquents. Il en est de même dans les inhumations de Sétif du début du iie s., bien que leur nombre ait déjà nettement diminué (27 %). La vaisselle reste en revanche en nombre élevé dans les crémations en fosse, du ii e s. jusqu’au milieu du iiie. On y retrouve à des taux quasiment équivalent de la vaisselle à boire et à solides avec un nombre important de sépultures qui présentent ces deux types fonctionnels. Seules les trois crémations d’enfants de la nécropole de Gightis n’ont fourni aucune vaisselle, car il s’agit d’urnes placées sur la banquette d’un caveau (Poinssot, Lantier 1924) : l’association entre la vaisselle découverte à proximité et les urnes n’a pas pu être établie. Le taux de Pupput est assez faible par rapport aux autres nécropoles (21 %). Notons toutefois que, dans les sépultures d’adolescents et d’adultes confondues, la fréquence reste identique (101 tombes sur 468, soit 22 %). Les inhumations contemporaines de ces crémations livrent beaucoup moins de vaisselle (entre 0 et 14 %). On voit apparaître un léger basculement, car les vases à boire deviennent plus fréquents que les plats à solides. De même, plus souvent, les tombes ne présentent qu’un des deux types. À partir du milieu du iiie s. et jusqu’à la fin du ive, voire du ve s. apr. J.-C., la vaisselle devient extrêmement rare, voire totalement absente. Dans ce contexte, sa présence systématique dans la nécropole de Draria-el-Achour, en Maurétanie Césarienne, détone. G. Camps, non pas en raison de l’abondance du mobilier, mais plutôt de sa forme, de la présence de nombreuses perles et de la totale absence de lampe, émettait alors l’hypothèse que ce fait était dû au maintien de traditions pré-romaines dans cette région reculée (Camps 1955).

Graphique 4. Dénombrement des différents types de mobilier découverts dans les sépultures d’enfants en Afrique en fonction du traitement des corps

Graphique 4. Dénombrement des différents types de mobilier découverts dans les sépultures d’enfants en Afrique en fonction du traitement des corps

Graphique 5. Dénombrement des différents types de vaisselle à liquides et à solides dans les sépultures d’enfants

Graphique 5. Dénombrement des différents types de vaisselle à liquides et à solides dans les sépultures d’enfants

Tableau 1. Dénombrement des sépultures d’enfants avec de la vaisselle dans différentes nécropoles africaines

Tableau 1. Dénombrement des sépultures d’enfants avec de la vaisselle dans différentes nécropoles africaines

Types de vaisselle et âge des enfants : la particularité des vases-biberons

10Cette vaisselle regroupe une large typologie de plats et de vases. Pour s’en détacher et ne s’attarder que sur leur fonction, ils ont été rassemblés en plusieurs sous-catégories. Pour la vaisselle destinée au liquide, on a distingué les amphores de stockage, les vases à verser (grandes et petites cruches, pichets, bouteilles en verre ou en terre cuite), les récipients à boire (tasses, bols, gobelets, vases à double embouchure) et les vases à libations (pelvis, patère, mortarium). La vaisselle destinée aux mets solides se partage entre les récipients culinaires (marmites) et les récipients de présentation et de consommation (assiettes, coupelles, plats de diverses tailles et de formes).

11Les vases à verser, les vases à boire et les récipients de présentation et de consommation sont les plus répandus (Graphique 5). Ils sont majoritairement en terre cuite, car seuls un petit plat en verre dans la sépulture de Marcia Rogata, 15 ans, à Cherchell (Leveau 1975-1976, p. 129-130) et une petite bouteille sphérique en verre déposée dans une amphore contenant un enfant de 7-18 mois à Pupput (Foy 2004, n° 19 p. 70) ont été découverts. Très rares sont les amphores et les vases à libations. Ces derniers, quand ils sont présents, sont surtout utilisés comme couvercle. On en retrouve en revanche de nombreux fragments dans les niveaux d’occupation, autour des sépultures et notamment autour des mensae qui servaient de tables d’offrandes. Alors que les vases à verser et les récipients à solides sont associés à des enfants de tout âge (même des fœtus et des périnatals à Sétif), les vases à boire sont uniquement associés à des enfants de moins de 7-8 ans, c’est-à-dire appartenant à la petite enfance selon le code justinien. Toutefois, s’ils n’apparaissent pas dans les sépultures des enfants plus âgés, ils sont présents dans des crémations d’adultes. À l’exception des patères, l’ensemble des vases et des récipients ont été placés dans des crémations et des inhumations.

  • 5 Autre exemple dans Bonifay 2004, fig. 159a, p. 286.
  • 6 Gœtschy 1903, p. 175-176 ; Mellis 1937, fig. 1 et p. 426 ; Guéry 1985, t. 3 et 223 ; Delattre 1888, (...)
  • 7 Un biberon a été déposé auprès d’un enfant de 4-7 ans à Sétif (Guéry 1985, t. 3).
  • 8 Bonifay 2004, fig. 159a, n° 2 (détermination du sexe des défunts par P. Bailet à partir des ossemen (...)
  • 9 Guéry 1985, t. 145, 188 et 245.

12Les vases à double embouchure sont de deux types. Les premiers sont de petites cruches à filtre en terre cuite, qui n’excèdent pas une vingtaine de centimètres et se caractérisent par la présence d’une tubulure très fine, généralement greffée au-dessus du diamètre maximal de la panse et d’une anse. Cette dernière apparaît dans l’axe du bec verseur (fig. 2a)5 ou perpendiculairement à la tubulure (fig. 2b). Les seconds sont des récipients en forme plus ou moins explicite d’animaux (chiens, coqs, oiseaux, canards ; fig. 3)6. Ces petits vases apparaissent régulièrement dans les publications sous l’appellation biberon, bien que des études sur leur fonctionnement montrent leur difficile utilisation en tant que tel. De rares vases plus adaptés à cette fonction ont été découverts. En Afrique, à Tébessa, de petits vases à goulots très bien modelés, dont la vidange avait la forme d’un sein avec mamelon pourraient ainsi avoir eu cette fonction (Gourevitch 1991, p. 128). Aucune étude poussée n’a été réalisée pour déterminer ce que contenaient ces vases d’époque romaine à double embouchure. Les enfants auprès desquels ils étaient déposés dépassaient rarement l’âge de 3 ans7. Ces vases ne leurs sont pas cependant réservés, car des sépultures d’adultes en ont également livré, notamment deux crémations de femmes adultes à Pupput,8 ou encore trois tombes de Sétif9.

La vaisselle miniature

13Alors que les céramiques miniatures étaient assez fréquentes dans les sépultures puniques et néo-puniques, celles-ci n’apparaissent que dans trois inhumations du corpus. Dans la première, à Tipasa, une tasse de très petites dimensions (5,5 cm de haut sur 5,6 cm de large) a été déposée dans une amphore du iiie-ive s. qui devait contenir un enfant de moins de 4 ans (fig. 4a). À Pupput, une amphore miniature a été déposée auprès de deux autres enfants de moins de 3,5 ans (fig. 4b). Ces deux exemplaires ne mesurent pas plus de 20 cm de haut.

Fig. 2. Exemples de vases à double embouchure découverts à Tipasa

Fig. 2. Exemples de vases à double embouchure découverts à Tipasa

a) dans une sépulture primaire à crémation, probablement d’enfant (Bouchenaki 1975, fig. 102) b) dans une inhumation d’un enfant de moins de 2,5 ans (Baradez 1957, pl. VI).

Fig. 3. Exemples de vases zoomorphes à double embouchure

Fig. 3. Exemples de vases zoomorphes à double embouchure

a) en forme de chien à Morsott (Mellis 1937, fig. 1) ; b) en forme d’oiseau à Sétif (Guéry 1985, fig. 147).

Fig. 4

Fig. 4

a) Tasse miniature déposée dans une amphore de Tipasa (Lancel 1970, fig. 63) ; b) Amphore miniature découverte dans la tombe d’enfant 419 de Pupput (Bonifay 2004, fig. 168).

Les lampes

  • 10 Ben Abed, Griesheimer 2004, fig. 123, p. 169.

14Quel que soit le mode d’ensevelissement, la lampe est l’objet le plus fréquemment déposé dans les sépultures d’enfants (Graphique 4). Dans 94 % des tombes du corpus (n =109), une seule lampe a été déposée. Dans les autres, elles sont surtout en double, car seule une tombe de Pupput a livré quatre exemplaires10. Elles sont toutes datées entre l’extrême fin du ier s. et le milieu du iiie s. apr. J.-C. Aucune lampe n’a été découverte dans la nécropole d’enfants de Thysdrus, alors qu’elles sont le mobilier le plus couramment déposé dans la nécropole de la place publique de la même cité (Slim 1969-1970, p. 243-446).

15Dans une sépulture d’enfant de la nécropole des Officiales de Carthage, une lampe semble avoir été choisie pour le décor de son disque. En effet, sur le caisson signalant la sépulture, une peinture représentait un enfant tenant de la main gauche une tête de coq fraîchement coupée d’où s’échappait un jet de sang (Delattre 1888, p. 156-157). Le thème du coq se retrouve dans la forme d’un vase à tubulure placé dans le comblement de la fosse et sur le disque de la lampe placé au côté de l’enfant. Cette récurrence d’un thème n’a pas été observée dans d’autres sépultures. Bien que certains décors rappellent ceux de l’iconographie funéraire classique (génie ailé tenant une grappe de raisin par exemple), il faut noter que d’autres s’en détachent et que 41 lampes du corpus n’en sont pas pourvues. Dans tous les cas, ces décors observés ne sont pas spécifiquement associés aux sépultures d’enfants.

  • 11 Sur les 30 qui présentent des traces de combustion, 9 avaient une aiguille à mèche, mais 12 n’en av (...)

16Dans les tombes du corpus, les lampes sont dans 82 % des cas susceptibles de fournir de l’éclairage, car elles étaient complètes et posées à l’endroit. Toutefois, sur 53 d’entre elles, aucune trace de fumée n’a été observée sur le bec11. Étaient-elles neuves et allumées trop peu de temps pour que des traces persistent ? Si elles n’ont jamais été allumées, leur présence était alors seulement symbolique.

Les monnaies

17Les monnaies apparaissent dans une vingtaine de tombes d’enfants du corpus. L. Slim a précisé qu’elles étaient toutefois souvent présentes dans les centaines de sépultures du premier niveau de la nécropole d’enfants de Thysdrus (Slim 1984, p. 171). Dans les autres nécropoles, elles sont la plupart du temps en un seul exemplaire auprès du défunt, mais elles atteignent le nombre de sept dans une sépulture du Haut-Empire à Henchir-Zoura (Carton 1910, p. 20-30). Entre la fin du ier s. apr. J.-C. et le milieu du iiie s., elles ont été déposées dans seulement 2 % des sépultures d’enfants de la nécropole de Pupput et de Sétif. Leur présence est légèrement plus importante dans les tombes d’adolescents et d’adultes, surtout à crémation, mais dans des proportions qui restent toujours faibles (10 % et 13 %). À Pupput, l'âge des enfants associés à des monnaies est entre 5-7 mois in utero et 1 an et demi. C’est le seul mobilier associé à un fœtus/périnatal dans la nécropole.

Fig. 5. Les trois balsamaires (deux en terre cuite, un en verre fondu) découverts dans la sépulture à crémation d’un enfant de 7-10 ans à Tipasa

Fig. 5. Les trois balsamaires (deux en terre cuite, un en verre fondu) découverts dans la sépulture à crémation d’un enfant de 7-10 ans à Tipasa

(Lancel 1962-1965, pl. II).

18Déposer des monnaies dans les sépultures d’enfants, mais également dans les sépultures d’individus plus âgés, n’était donc pas un acte fréquent en Afrique. Il s’agit généralement de monnaies de faible valeur (as, quadrans, petits bronzes), souvent puniques ou numides. Pour J.-L. Desnier, le dépôt de bronzes puniques dans les tombes du iie s. pouvait être un moyen de se déposséder de monnaies qui n’avaient plus de valeur, tout en faisant des économies. En effet, s’il est quasiment assuré que leur circulation persistait au cours du ier s. apr. J.-C., cela est moins évident au iie s., lorsque que Trajan, vers l’an 107, décida de faire disparaître de la circulation les nombreuses monnaies antérieures à son règne (Desnier 2004, p. 17).

Les vases à parfum

19Depuis quelques années, il a été conventionnellement admis que le terme « balsamaire » définit des vases de petites dimensions ayant une contenance approximative inférieure à 10 ml, alors que les « unguentaria » regroupent les vases de taille plus importante, dont la contenance peut varier entre 10 et 50 ml (Foy, Nenna 2001, p. 149). Malheureusement, les publications n’offrent pas toujours les informations nécessaires pour vérifier les anciennes dénominations (ampoule, lacrimaire, lacrymatoire, fiole, petite bouteille, amphorisque….).

20Les balsamaires ou les unguentaria apparaissent dans 16 sépultures d’enfants du corpus (Graphique 4). Dans quatre sépultures primaires à crémations leur nombre oscille entre 1 et 5. Ils apparaissent dans le bûcher (Slim 1992-1993, p. 366), sur les cendres encore chaudes (Leynaud 1910, p. 328-329), sur le tumulus qui les recouvre (Leveau 1975-1976) ou à l’extérieur de la couverture (Foy 2004, n° 23, p. 71). Dans une urne de Tipasa contenant les ossements d’un enfant de 7-10 ans, deux balsamaires en terre cuite sont entiers et ne portent aucune trace de feu, alors qu’un troisième, en verre, est fondu (fig. 5). Dans les 16 tombes, les vases à parfums n'ont jamais été brisés intentionnellement.

21Les balsamaires, dans les inhumations, oscillent entre 1 et 10 exemplaires. À Pupput, ils apparaissent dans 8 tombes d’immatures de 8 mois à 10 ans et ce sont majoritairement des balsamaires à long col (Foy 2004, fig. 27, p. 64). Ils sont toujours entiers. Dans les six premières, ils ont été placés intentionnellement en position horizontale, soit près du corps (fig. 6), soit dans le comblement de la fosse, au niveau du sol de circulation. Dans les deux dernières, ils sont renversés dans le comblement. À Carthage, deux balsamaires à col long et à panse large ont été placés verticalement dans le plâtre encore liquide, à droite et à gauche du corps de l’enfant (Delattre 1888, p. 156-157). À Sidi el-Hani, dans une sépulture double plus ancienne (fin du ier s. av. J.-C./ier s. apr. J.-C), 10 unguentaria entiers ont été disposés auprès de chacun des deux corps d’enfant (Gridel 1929a, p. 42). En dehors de la Proconsulaire, seules deux inhumations d’enfants de moins de 3 ans de Tipasa, datées du ier s. av. J.-C. et du milieu du ier s. de notre ère, ont livré ce type de mobilier (Baradez 1957, sép. B40 et B41bis). Leur forme diffère et ils sont brisés. Il s’agit peut-être d’éléments résiduels.

Le mobilier en lien avec la toilette et l’habillage du défunt

22Treize sépultures primaires ont livré du mobilier en lien avec la toilette ou l’habillage du défunt (graphique 4). Il s’agit de restes de coffrets, des chaussures et des bijoux non portés, des coquillages et des hochets.

Les coffrets

23En matière périssable, les coffrets sont mis en évidence lorsque des éléments en os ou en métal décoraient ou maintenaient les planches de bois. Actuellement, une seule sépulture primaire à crémation d’un jeune enfant de la nécropole de Pupput a livré une clé et une chaîne de suspension qui peuvent être attribuées avec quasi-certitude à un coffret déposé sur le bûcher, après sa combustion. Dans une inhumation où reposait un enfant de 4-5 ans, un fragment d’anse pourrait avoir appartenu à un coffret. Cependant, sa découverte dans le comblement de la fosse indique peut-être qu’il s’agit d’un élément intrusif.

Fig. 6. Deux balsamaires-chandeliers déposés à plat sur le corps d’un enfant de 1-2 ans à Pupput

Fig. 6. Deux balsamaires-chandeliers déposés à plat sur le corps d’un enfant de 1-2 ans à Pupput

(© fouilles de Pupput).

Les chaussures cloutées non portées

  • 12 La distance maximale entre les clous est de 28,9 cm.
  • 13 Stirling et al. 2001, fig. 2.33.e/f, p. 130.
  • 14 Ibid., fig. 2.15.f., p. 120.

24En Afrique romaine, des chaussures cloutées n’ont jamais été mises au jour aux pieds d’un enfant. En revanche, elles ont été déposées auprès de quatre d’entre eux, inhumés entre le iie et le iiie s. de notre ère dans deux nécropoles de la côte Proconsulaire. À Pupput, elles étaient associées à deux enfants de moins de 5 ans. Une paire avait été déposée sous l’amphore, alors que la seconde était à l’extrémité de la fosse, à plat. La fouille minutieuse des clous permit de voir qu’une des paires étaient à bout pointu et de taille adulte (pointure 43-44 ; fig. 7)12. À Leptiminus, dans l’inhumation d’un enfant de 7 ans ± 2 ans, les clous qui composaient la semelle d’une seule chaussure de petite taille ont été découverts à l’extérieur de la bâtière qui protégeait le corps13. Dans la seconde, une paire a été déposée sur les tuiles qui recouvraient un défunt de 11-13 ans14. De pointure 30, elle semble trop petite pour un enfant de cet âge. Bien que ces chaussures soient à l’extérieur de la couverture, elles ont été placées dans la zone des pieds des défunts.

Fig. 7. Clous en place d’une paire de chaussures de taille adulte déposée à plat au fond d’une sépulture d’enfant de la nécropole de Pupput

Fig. 7. Clous en place d’une paire de chaussures de taille adulte déposée à plat au fond d’une sépulture d’enfant de la nécropole de Pupput

(© fouilles de Pupput,). Le contour a été rehaussé de blanc.

Les bijoux non portés, les coquillages et les hochets

25Comme les chaussures, certains bijoux n’étaient pas portés par les défunts, mais déposés auprès d’eux. Par exemple, à Draria-el-Achour, dans une sépulture d’enfant d’environ 5-6 ans de la fin du iiie/début ive s., G. Camps a noté que « les bagues ne se trouvaient pas aux mains, mais disposées au-dessus de la tête en couronne et enfilées dans de grandes perles à nervures » (Camps 1955, p. 248). L’analyse taphonomique réalisée à partir du relevé de l’auteur permet de supposer la présence d’un contenant de bois sur lequel les bagues et les perles enfilées auraient été suspendues, formant peut-être une couronne (fig. 8). La présence de ces bagues est surprenante, car un très petit nombre d’enfants en portait dans les tombes. En Afrique Proconsulaire, à Pupput, deux fils torsadés, l’un en fer et l’autre en bronze, qui formaient peut-être un bracelet, ont été déposés sur un fragment d’œuf (d’autruche ?) au pied d’un enfant de 9-14 ans. Un collier a également été découvert dans un plat à l’intérieur d’une inhumation d’Hadrumetum, probablement d’enfant. Il était constitué de « six perles en verre et six perles en terre de grosseur différentes ; un scarabée en terre cuite en vert-bleu ; quatre emblèmes phalliques, probablement en terre bleue ; un lapin en os sculpté ; une pièce en os allongée, présentant d’un côté une tête, de l’autre des dentelures, un disque en os avec des cercles concentriques ; deux dents, probablement de serpents, six petits cabochons en os travaillé ; deux pièces incomplètes, en matière vert clair, fragile, que je n’ai pu identifier » (Gridel 1929b, p. 89 ; fig. 9). Si la valeur prophylactique de ce collier est indéniable en raison de la présence des phallus qui sont bien connus pour détourner les influences néfastes (Dasen 2003, p. 174 ; Varron, De la langue latine, VII, 97), la fonction des bracelets et des bagues dans les autres tombes est plus difficile à cerner.

26Dans le premier niveau d’occupation du cimetière d’enfants de Thysdrus (époque augustéenne/ier s. apr. J.-C.), les défunts étaient très souvent accompagnés d’amulettes (portées ou non ?) et de coquillages, mobilier fréquent dans les sépultures puniques (Slim 1984, p. 171). Dans les autres nécropoles, seules trois valves de peigne (Pecten) et une de bucarde (Cardium) ont été découvertes à droite d’un enfant d’environ 1 an, à Sétif (Guéry 1985, t. 61).

27Enfin, à Timgad, dans une tombe d’enfant, un hochet formé de « deux disques en bronze aux bords rapprochés par des fils de bronze, montés sur une tige de bronze à manche mouluré et dont l’extrémité supérieure en forme de pince aux pointes ajourées soutenait les disques à l’aide d’une tige transversale » (Christofle 1935, p. 97) a été découvert. Le son des objets métalliques était utilisé dans l’Antiquité pour écarter les fantômes et les démons malfaisants, mais ce hochet peut également être associé à la série des crepundia, c’est-à-dire des breloques d’enfants censées permettre aux parents de reconnaître leur enfant (Dasen 2003, p. 172).

Les aliments

28Des vestiges d’aliments ont été découverts dans huit sépultures primaires d’enfants, six à inhumation et deux à crémation (Graphique 4). Il s’agit de restes de viandes, d’œufs et de végétaux. Alors que les poissons sont très fréquemment représentés sur les mensae africaines (de Larminat 2011, p. 535-541) ils n’ont encore jamais été repérés dans une sépulture africaine.

Les viandes

29Dans les anciennes publications, des restes de viandes ont rarement été signalés, car leur mise en évidence nécessitait que les os soient identifiés, mais également déterminés comme éléments non-résiduels. Toutefois, ce type de vestiges apparaît dans seulement 0,9 % des sépultures d’enfants de la nécropole de Pupput qui a été fouillée de manière systématique et minutieuse. Rien ne permet d’envisager que leur dépôt était plus nombreux dans les autres nécropoles.

  • 15 L’analyse des vestiges fauniques de Pupput a été réalisée par S. Lepetz (CNRS-UMR 7209).

30Dans certains cas, l’espèce animale n’a pas été identifiée. Par exemple, dans l’area de Cherchell, quelques os associés à un clou ont été découverts dans une cavité située à l’intérieur de la fosse d’un enfant de moins de 3,5 ans (Leveau 1971-1974, p. 81). Sans information supplémentaire, il est difficile de déterminer si le clou permettait de suspendre l’animal ou de fermer la cavité. En revanche, dans deux autres sépultures, il s’agit de restes de gallinacés. Par exemple, dans le bûcher 204 de la nécropole de Sétif, associé à un enfant d’après ses faibles dimensions, un poulet non brûlé a été déposé après la crémation avec le reste du mobilier (Guéry 1985, p. 189). À Pupput, dans une crémation d’un enfant de 12 ans environ, la pièce de viande a en revanche été brûlée avec le défunt. Dans cette même nécropole, une cuisse de poulet a été déposée auprès du corps d’un enfant inhumé de 3-4,5 ans15. Deux ailes d’un oiseau sauvage de petite taille ont également été découvertes dans le comblement de l’inhumation d’un enfant d’environ 7 ans. Le caractère unique de cette découverte et sa position dans la tombe permettent de douter de l’intentionnalité du dépôt.

Fig. 8. Relevé en plan de la sépulture A2 d’un enfant d’environ 5-6 ans à Draria el-Achour et quatre des douze bagues découvertes au niveau de la tête du défunt.

Fig. 8. Relevé en plan de la sépulture A2 d’un enfant d’environ 5-6 ans à Draria el-Achour et quatre des douze bagues découvertes au niveau de la tête du défunt.

Les contours du contenant ont été marqués par des pointillés

(Camps 1955, fig. 8-9).

Les œufs

  • 16 Tombe 1101 de Pupput, d’un enfant d’environ 2 ans, et tombe 70 de Sétif d’un enfant d’environ 1 an (...)

31Des œufs ont été recensés dans trois inhumations du corpus. Dans les deux premières, qui accueillaient de jeunes enfants de moins de 3 ans16, ce sont des fragments de test, dont un d’autruche à Sétif. Bien qu’ils soient incomplets, l’intentionnalité de leur dépôt est probable en raison de leur représentation fréquente sur les mensae et de leur découverte dans des sépultures d’adultes, en entier.

Fig. 9. Les différents éléments composant le collier découvert dans un plat dans une tombe d’enfant d’Hadrumetum

Fig. 9. Les différents éléments composant le collier découvert dans un plat dans une tombe d’enfant d’Hadrumetum

(Gridel 1929b, fig. 25).

32Dans la troisième tombe, à Pupput, les deux fils torsadés décrits précédemment reposaient sur un fragment d’œuf de 7 cm de long. Au sein du même enclos, dans une sépulture primaire à crémation adjacente, mais antérieure, d’un adolescent/adulte, un fil de fer torsadé de 14 cm de long était également associé à des fragments de coquille d’œuf. La dimension de ces deux fragments et la solidité de la coquille permettent de supposer qu’il s’agit également de test d’œuf d’autruche. Cette association œuf d’autruche/fils métalliques torsadés dans deux tombes du même enclos de la nécropole de Pupput est suffisamment étonnante pour penser qu’elle pouvait avoir un caractère magique ou protecteur.

Les végétaux

33Les conditions de conservation des végétaux non brûlés sont rarement réunies en Afrique et la reconnaissance de ceux qui ont été carbonisés nécessite un important travail de récolte, de tamisage et d’identification. Ainsi, les données sur les aliments à base de végétaux dans les tombes d’enfants sont quasiment inexistantes. Seules, à Hadrumetum, de nombreuses olives à demi-calcinées entouraient le squelette d’un enfant protégé par deux moitiés d’urnes (de Lacomble, Hannezo 1889, p. 124). Cependant, cette sépulture se situait non loin d’une zone où des corps ont été brûlés et il est plus probable qu’ils aient été introduits lors du comblement. Bien qu’ils ne soient pas alimentaires, d’autres dépôts de végétaux ont été recensés dans la nécropole : des feuilles vertes parsemaient de la tête aux pieds un corps d’enfant (de Lacomble, Hannezo 1889, p. 111-112) et sur la terre qui recouvrait les tuiles d’un second, les mêmes auteurs reconnurent, avant qu’ils tombent en poussière, « des feuillages vert réunis en bouquet et attachés avec un morceau de jonc » (de Lacomble, Hannezo 1889, p. 122).

Emplacement et bris du mobilier dans les nécropoles de Sitifis et Pupput

34Dans les anciennes publications, il est rare que des informations sur l’emplacement du matériel et sur son état de conservation aient été rapportées. Dans le cas contraire, la description d’une ou deux tombes ne permet pas de souligner la répétition des gestes observés. Seules les données issues des nécropoles de Pupput et de Sétif, en fonction entre la fin du ier s. de n. è. et le milieu du iiie s. et fouillées de manière exhaustive et minutieuse, seront alors comparées.

Dans les inhumations

  • 17 La lampe de la tombe 4 est retournée, mais, d’après le fouilleur, elle aurait été glissée après la (...)

35La fouille de la nécropole orientale de Sétif permet de suivre l’évolution de l’emplacement du mobilier et de la pratique du bris entre la fin du ier s. apr. J.-C. et le milieu du iiie s. On ne note aucune différence dans son emplacement durant toute cette période (fig. 10). Au fond de la fosse, le mobilier est disposé majoritairement autour de la tête, préférentiellement à gauche, mais régulièrement de la vaisselle, des lampes et des monnaies sont placées autour du reste du corps. Dans le comblement, au-dessus ou à côté de la couverture, il apparaît également majoritairement au niveau de la partie supérieure du corps. Les lampes sont toutes à l’endroit17. Les vases à verser sont toujours debout et l’un d’entre eux était même fermé par une pierre (t. 23). Il est alors envisageable qu’ils étaient pleins lors de leur dépôt dans la fosse. Les plats et les bols sont surtout en position fonctionnelle dans la tombe, bien qu’un gobelet et sept assiettes aient été déposés de chant. Deux assiettes étaient même empilées (t. 6). À l’exception du gobelet, d’après les dessins et les photographies, ces pièces de vaisselle renversées ne semblent pas avoir basculé après la disparition d’un contenant en matière périssable. Elles ne devaient donc contenir aucun aliment. La lampe dans le plat de la tombe 248 et les assiettes entièrement retournées des tombes 7 et 69 renforcent d’ailleurs cette hypothèse. Les deux seuls objets volontairement brisés puis déposés dans ces inhumations sont des vases à verser : un pichet (t. 70) et une grande cruche (t. 243). Le bris intentionnel de vaisselle était donc rare dans les inhumations de Sétif, mais tout de même attesté entre la fin du ier et le milieu du iiie s. apr. J.-C.

Fig. 10. Représentation schématique de l’emplacement et du bris du mobilier dans les inhumations de la nécropole de Sétif

Fig. 10. Représentation schématique de l’emplacement et du bris du mobilier dans les inhumations de la nécropole de Sétif

Fig. 11. Représentation schématique de l’emplacement et du bris du mobilier dans les inhumations de la nécropole de Pupput

Fig. 11. Représentation schématique de l’emplacement et du bris du mobilier dans les inhumations de la nécropole de Pupput

36À Pupput, l’emplacement du mobilier est moins varié, car il apparaît presque exclusivement auprès des pieds du défunt (fig. 11). Les seules exceptions sont des pièces placées sur le corps d’enfants en amphore, en raison de la petitesse de ces contenants, ainsi que deux assiettes et trois lampes placées à l’opposé du reste du matériel, c’est-à-dire au niveau de la tête du défunt. Pour ces dernières, outre la particularité de leur situation, elles apparaissent renversées ou brisées intentionnellement comme les autres pièces découvertes dans le comblement de la fosse, mais à l’inverse de celles placées au fond de la fosse qui sont toujours complètes. Alors que les petites cruches, les plats à solides et les lampes sont en position fonctionnelle, les biberons et les balsamaires ont été intentionnellement renversés sur le côté. Seule une lampe est à l’envers, au niveau des pieds du défunt, mais sa position est inhabituelle, car elle a été découverte sous une amphore.

Dans les crémations

37À Sétif, dans les 17 sépultures primaires à crémation du iie s., le mobilier apparaît également majoritairement à l’emplacement de la tête, bien que des pièces soient également disposées au niveau de la moitié inférieure du bûcher (fig. 12). Les lampes ont en revanche été systématiquement placées au niveau de la tête du défunt. À l’exception d’une assiette placée dans le bûcher pendant la crémation, le reste du matériel a été déposé postérieurement sur les cendres ou sur le tumulus de terre qui les recouvrait. Comme dans les inhumations, la majorité des pièces de vaisselle sont complètes et à l’endroit. Celles brisées sont de grandes cruches et une assiette. Les deux exemplaires de vases à verser ont encore été intentionnellement fragmentés au niveau de leur partie supérieure.

38À Pupput, le mobilier déposé sur les restes du bûcher, après la crémation, est toujours entier (fig. 12). En revanche, tout le matériel déposé à l’intérieur ou au sommet du tumulus de terre qui les recouvrait est brisé : les trois marmites renversées sont largement fragmentées, mais le pichet, la grande cruche et le biberon ne présentent que leur col cassé, comme il a déjà été noté dans les inhumations. L’emplacement du mobilier est plus varié que dans les inhumations, mais les lampes sont toujours majoritairement à l’endroit, au pied du défunt. La seule renversée apparaît au niveau de la tête du défunt. Inversement, le seul balsamaire découvert est debout.

39Une seule sépulture secondaire à crémation d’enfant avec du mobilier a été recensée à Pupput : alors que l’urne était dans une fosse, une marmite à fond brûlé et fermée par une patère a été placée à l’extérieur de celle-ci. Bien que renversée comme dans les crémations primaires, elle est ici entière.

Conclusions

40De cette présentation du mobilier découvert dans les sépultures d’enfants issues des nécropoles africaines, un premier bilan peut être établi.

41Tout d’abord, les lampes, les récipients à solides et les vases à verser apparaissent dans des sépultures d’enfants de tout âge. Les monnaies, les vases à boire et les balsamaires sont en revanche essentiellement rattachés à des individus de moins de 7-8 ans, c’est-à-dire appartenant à la petite enfance. Les vases qui présentent une tubulure et qui permettent une alimentation artificielle apparaissent surtout dans des sépultures d’enfants de moins de 3 ans, bien que certaines crémations d’individus adultes, et de sexe féminin à Pupput, en aient livré également. À partir d’un an et demi, un enfant est capable de boire dans un bol. Ces biberons pouvaient alors symboliser le statut du défunt, c’est-à-dire un enfant qui, bien qu’il puisse déjà avoir été sevré, était encore dépendant de la nourriture maternelle. Alors qu’elle était fréquente dans les tombes puniques, la vaisselle miniature reste extrêmement rare à l’époque romaine et elle est plutôt associée à des enfants de moins de 4 ans.

42L’emplacement du mobilier varie selon les sites et les provinces, mais une certaine systématisation de leur position dans la tombe apparaît à l’intérieur d’une même nécropole. Le matériel est majoritairement déposé auprès du corps, dans le contenant ou au fond de la fosse. Certaines pièces de vaisselle ont été intentionnellement brisées. À Sétif et Pupput, il s’agit toujours d’assiettes et de la partie supérieure de vases à verser. La présence des balsamaires indique que du parfum était utilisé à toutes les étapes des cérémonies funéraires : au moment du dépôt du corps dans la fosse ou dans le bûcher, et lors de la fermeture de la tombe. Dans les sépultures secondaires à crémation, les balsamaires jetés et fondus dans le bûcher étaient parfois ramassés avec les ossements. En règle générale, ces balsamaires ne subissaient pas de bris rituel.

43Les lampes, objets les plus fréquemment déposés dans les tombes, étaient surtout placés entières et à plat dans les fosses. Elles étaient donc en position fonctionnelle pour éclairer, de manière symbolique ou non, renforçant ainsi l’opposition entre les ténèbres de la mort et la lumière de la vie (Scheid 1984, p. 122-126). À Pupput, les quelques lampes retournées ou de chant, qui ne pouvaient donc plus assurer leur fonction première, sont apparues dans le comblement de la fosse ou placées au niveau de la tête du défunt. Il est difficile de ne pas faire de parallèle entre cette lumière éteinte et le caractère irrémédiable de la mort, comme Plutarque (Étiologies romaines, LXXV) fait un parallèle entre le feu de la lampe et la vie de l’homme.

  • 18 Juvénal, Satires, V, 84-85 ; VI, 518.
  • 19 Macrobe, Saturnales, VII, 16.

44Les aliments semblent avoir été assez rares dans les sépultures d’enfants en Afrique. Ils étaient déposés à différents moments des funérailles : auprès du corps inhumé ou brûlé, ou lors de la fermeture de la tombe. Il s’agissait essentiellement de gallinacés et d’œufs. Ce dernier aliment était considéré par Juvénal comme un mets funèbre traditionnel et il participait à la purification dans certaines circonstances18. C’est également un fort symbole de fertilité, de naissance et renaissance19. La fouille minutieuse des clous de chaussures a également permis de montrer que celles-ci n’appartenaient pas au défunt, en raison de leur pointure.

45Comme le faisait remarquer V. Dasen, si les valeurs protectrices et magiques des bijoux, des coquillages et des hochets déposés auprès des enfants ne sont pas assurées dans toutes les tombes, leur dépôt témoigne au moins de l’intérêt porté à l’enfant par ses parents (Dasen 2003, p. 175-176).

  • 20 Seules cinq lampes, une tasse, trois marmites et une petite centaine de récipients à solides ont ét (...)
  • 21 Dix oiseaux sauvages, deux volatiles et neuf restes de caprinés (mouton ou chèvre).

46Ce mobilier associé aux enfants ensevelis dans les nécropoles est finalement bien différent de celui découvert dans les sanctuaires à Saturne. Les biberons, les masques et les statuettes y sont totalement absents, alors qu’ils sont surreprésentés dans les tombes d’enfants. Alors que la vaisselle et les lampes sont les objets les plus fréquents dans les nécropoles, elles sont peu présentes auprès des 150 enfants brûlés de moins de 6 mois lunaires (± 1 mois) dans le sanctuaire d’Henchir-el-Hami20. En revanche, 2.500 balsamaires, 244 monnaies et plusieurs animaux21 ont été recensés. Si la crémation de ces jeunes défunts hors des nécropoles montrait déjà la persistance de pratiques funéraires préromaines particulière pour cette jeune classe d’âge, le mobilier indique que les gestes qui accompagnaient leur crémation et leur ensevelissement différaient également de ceux pratiqués dans les nécropoles : association systématique d’un enfant et d’une ou plusieurs monnaies dont la similitude métrologique suggère l’existence d’une tarification ; versement d’huiles parfumées lors de la crémation et bris une fois sur deux de leur contenant. La présence de nombreuses pièces de vaisselle, de monnaies et d’amulettes dans le premier niveau de la nécropole d’enfants de Thysdrus (époque augustéenne/ier s. apr. J.-C.) permet de rapprocher ces tombes des traditions funéraires libyco-puniques.

  • 22 Seuls les masques et certaines statuettes sont uniquement associés à des enfants, mais ils n’ont pa (...)

47Pour conclure, il est nécessaire de rappeler que ce mobilier recensé dans les sépultures d’enfants d’Afrique romaine, et qui intervenait dans les cérémonies funéraires, ne leur était pas réservé22. Dans des proportions plus ou moins importantes, il a aussi été découvert dans des sépultures d’adultes. Enfin, malheureusement, il est probable qu’une partie du mobilier déposé ne nous soit pas parvenue : vaisselle et coffrets en bois sans structure métalliques, torches et autres aliments.

Fig. 12. Représentation schématique de l’emplacement et du bris du mobilier dans les sépultures primaires à crémation des nécropoles de Sétif et Pupput

Fig. 12. Représentation schématique de l’emplacement et du bris du mobilier dans les sépultures primaires à crémation des nécropoles de Sétif et Pupput

Bibliographie

Baradez 1957 : BARADEZ (J.) – Nouvelles fouilles à Tipasa dans une nécropole païenne. Libyca, 5, 1957, p. 159-220.

Ben Abdallah 1986 : BEN ABDALLAH (Z. B.) – Catalogue des inscriptions latines païennes du Musée du Bardo. Rome, Collection de l’École Française de Rome, n° 92, 1986.

Ben Abed, Griesheimer 2001 : BEN ABED (A.), GRIESHEIMER (M.) – Fouilles de la nécropole romaine de Pupput (Tunisie). CRAI, 2001, p. 553-592.

Ben Abed, Griesheimer 2004 : BEN ABED (A.), GRIESHEIMER (M.) dir. – La nécropole romaine de Pupput. Rome, Collection de l’École Française de Rome, n° 323, 2004.

Ben Abed et al. 2007 : BEN ABED (A.), FILANTROPI (G.), GRIESHEIMER (M.) – Pupput. MEFRA, 119, 2007, p. 330-339.

Ben Lazreg, Mattingly 1992 : BEN LAZREG (N.), MATTINGLY (D.J.) dir. – Leptiminus (Lamta) : a Roman port city in Tunisia. Report no. 1. JRA, Supplementary Series 4, 1992.

Ben Lazreg et al. 2006 : BEN LAZREG (N.), STEVENS (S.), STIRLING (L.), MOORE (J.) – Roman and Early Christian burial complex at Leptiminus (Lamta) : second notice. JRA, 19, 2006, p. 347-368.

Bouchenaki 1975 : BOUCHENAKI (M.) – Fouilles de la nécropole occidentale de Tipasa (Matarès) (1968-1972). Alger, SNED, 1975.

Bonifay 2004 : BONIFAY (M.) – Étude sur la céramique romaine tardive d’Afrique. Oxford, BAR International Series 1301, 2004.

Camps 1955 : CAMPS (G.) – La nécropole de Draria-El-Achour. Libyca, 3, 1955, p. 225-264.

Carton 1909 : CARTON (L.) – Les nécropoles de Gurza. Bulletin de la Société Archéologique de Sousse, 13, 1909, p. 20-43.

Carton 1910 : CARTON (L.) – Étude sur les nécropoles de Sidi-el-Hani, Henchir Zoura et de la région de Sousse. Bulletin de la Société Archéologique de Sousse, 15, 1910, p. 20-32.

Christofle 1935 : CHRISTOFLE (M.) – Rapport sur les travaux de fouilles et consolidations effectuées en 1930-1931-1932 par le service des Monuments Historiques de l’Algérie. Alger, Jules Carbonel, 1935.

Dasen 2003 : DASEN (V.) – Protéger l’enfant : amulettes et crepundia. In : Gourévitch (D.), Moirin (A.), Rouquet (N.) dir., Maternité et petite enfance dans l’Antiquité romaine : catalogue de l’exposition, Bourges, Muséum d’histoire naturelle, 6 novembre 2003-28 mars 2004. Éd. de la ville de Bourges, Service d’archéologie municipale, Bituriga, 2003, p. 172-176.

Delattre 1888 : DELATTRE (A.-L.) – Fouilles d’un cimetière romain à Carthage en 1888. RA, 1888, p. 151-174.

Desnier 2004 : DESNIER (J.-L.) – Premières observations sur le matériel monétaire de la nécropole de Pupput. In : Ben Abed, Griesheimer 2004, p. 15-20.

Ferjaoui 2007 : FERJAOUI (A.) dir. – Le sanctuaire de Henchir el-Hami : de Ba’al Hammon au Saturne Africain, ier s. av. J.-C.-ive s. ap. J.-C. Tunis, Institut National du Patrimoine, 2007.

Février 1965-1966 : FÉVRIER (J.) – Inscriptions puniques et néopuniques inédites. BCTH, 1965-1966, p. 223-229.

Foy 2004 : FOY (D.) – Les verres de la nécropole de Pupput. In : Ben Abed, Griesheimer 2004, p. 59-72.

Foy, Nenna 2001 : FOY (D.), NENNA (M.-D.) – Tout feu tout sable. Mille ans de verre antique dans le Midi de la France. Aix-en-Provence, Musée d’Histoire de Marseille et Edisud, 2001.

Gœtschy 1903 : GŒTSCHY (Gal) – Nouvelles fouilles dans les nécropoles de Sousse. BCTH, 1903, p. 156-183.

Gourevitch 1991 : GOUREVITCH (D.) – Biberons romains : formes et noms. In : Sabbah (G.) dir., Le latin médical. La constitution d’un langage scientifique. Actes du III Colloque international « Textes médicaux latins antiques », Saint-Etienne 11-13 septembre 1989. Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1991, p. 117-133.

Gridel 1929a : GRIDEL (H.) – Les nécropoles de Sidi-el-Hani. La nécropole punico-romaine du camp. Bulletin de la Société Archéologique de Sousse, 19, 1929, p. 36-48.

Gridel 1929b : GRIDEL (H.) – Au Monte Testaccio de Sousse. Bulletin de la Société Archéologique de Sousse, 19, 1929, p. 88-89.

Gsell 1894 : GSELL (S.) – Tipasa, ville de Maurétanie Césarienne. MEFRA, 14, 1894, p. 291-450.

Guéry 1985 : GUÉRY (R.) – La nécropole orientale de Sitifis (Sétif, Algérie) ; fouilles de 1966-1967. Paris, Éd. du CNRS, 1985.

Hannezo 1890-1891 : HANNEZO (G.) – Notes sur les nécropoles phéniciennes de Salakta (Sullectum) et de Mahdia. Recueil des notices et mémoires de la Société Archéologique du département de Constantine, 26, 1890-1891, p. 284-304.

de Lacomble, Hannezo 1889 : DE LACOMBLE, HANNEZO (G.) – Fouilles exécutées dans la nécropole romaine d’Hadrumète. BCTH, 1889, p. 110-131.

Lancel 1962-1965 : LANCEL (S.) – Tipasitana I : fouilles dans la nécropole occidentale de Tipasa (rapport sur des travaux réalisés au cours d'un stage archéologique en juillet 1964). Bulletin d'Archéologie Algérienne, I, 1962‑1965, p. 41-74.

Lancel 1970 : LANCEL (S.) – Tipasitana IV : La nécropole romaine occidentale de la porte de Césarée. Rapport préliminaire. Bulletin d'Archéologie Algérienne, IV, 1970, p. 149-267.

de Larminat 2011 : DE LARMINAT (S.) – Mourir enfant en Afrique romaine : gestes, pratiques et rituels (Afrique Proconsulaire, Numidie, Maurétanie Césarienne ; ier-iiie s. de n. è.). Thèse de doctorat, Aix-en-Provence, 2011 (inédite).

Lepetz, Van Andringa 2004 : LEPETZ (S.), VAN ANDRINGA (W.) – Caractériser les rituels alimentaires dans les nécropoles galloromaines : l’apport conjoint des os et des textes. In : Baray (L.) dir., Archéologie des pratiques funéraires. Approches critiques. Actes de la table ronde de Bibracte, 7-9 juin 2001. Glux-en-Glenne, Bibracte, n° 9, 2004, p. 161-170.

Leveau 1971-1974 : LEVEAU (P.) – Une area funéraire de la nécropole occidentale de Cherchel. Rapport sur une fouille effectuée en 1967-1968. Bulletin d’Archéologie Algérienne, 5, 1971-1974, p. 73-152.

Leveau 1975-1976 : LEVEAU (P.) – Une mensa de la nécropole occidentale de Cherchel. Karthago, 18, 1975-1976, p. 127-132.

Leynaud 1910 : LEYNAUD (P.) – Les catacombes africaines : Sousse-Hadrumète. Sousse, Imprimerie Française, 1910.

Longfellow 2000 : LONGFELLOW (B.) – Salvage excavation of Roman Tombs (Site 302). EMC, 2000, p. 214-216.

Meiklejohn 2000 : MEIKLEJOHN (C.) – Skeletal Remains at Leptiminus, 1998-1999. EMC, 2000, p. 216-217.

Mellis 1937 : MELLIS (L.) – Remarques sur le mobilier funéraire des tombes d’enfants romains. Revue Africaine, 81, 1937, p. 425-429.

Poinssot, Lantier 1924 : POINSSOT (J.), LANTIER (R.) – Tombeau à Gightis. BCTH, 1924, p. CXXXIV-CXXXVII.

Scheid 1984 : SCHEID (J.) – Contraria facere : renversements et déplacements dans les rites funéraires. AION(archeol), 6, 1984, p. 117-139.

Scheid 2008 : SCHEID (J.) – En guise de prologue : de l’utilisation correcte des sources écrites dans l’étude des rites funéraires. In : Scheid (J.) dir., Pour une archéologie du rite : nouvelles perspectives de l’archéologie funéraire. Rome, Collection de l’École Française de Rome n° 407, 2008, p. 5-8.

Slim 1969-1970 : SLIM (L.) – La nécropole romaine de l’actuelle place publique d’El Jem. Africa, 3-4, 1969-1970, p. 243-246.

Slim 1984 : SLIM (L.) – À propos d’un cimetière d’enfants à Thysdrus. L’Africa Romana : Atti del I convegno di studio, Sassari, 16-17 dicembre 1983, vol. 1. Sassari, 1984, p. 167-177.

Slim 1992-1993 : SLIM (L.) – Les tombes à l’intérieur et autour de la « Sollertiana Domus » et de la « Maison du Paon » à El Jem. Africa, 11-12, 1992-1993, p. 364-421.

Stirling et al. 2000 : STIRLING (L. M.) et alii – Roman Kilns and Rural Settlement : Interim report of the 1999 Season of the Leptiminus Archaeological Project. EMC, 19, 2000, p. 179-224.

Stirling et al. 2001 : STIRLING (L. M.), MATTINGLY (D. J.), BEN LAZREG (N.) dir. – Leptiminus (Lamta). Report no 2. The East Baths, Cemeteries, Kilns, Venus Mosaic, Site Museum, and others studies. JRA, Supplementary Series 41, 2001.

Notes

1 CIL VIII, 20277 ; Ben Abdallah 1986, n° 139 ; Février 1965-1966, p. 223-226.

2 Les sépultures multiples avec au moins un adulte et un enfant (soit n=10) qui présentaient du mobilier n’ont pas été pris en compte, car le matériel ne peut être associé à l’enfant et/ou aux autres défunts. Ce recensement a été réalisé dans le cadre d’une recherche doctorale (de Larminat 2011).

3 Ben Lazreg, Mattingly 1992 ; Stirling et al. 2000 et 2001 ; Longfellow 2000 ; Meiklejohn 2000 ; Ben Lazreg et al. 2006.

4 Ben Abed, Griesheimer 2001 ; Ben Abed, Griesheimer 2004 ; Ben Abed et al. 2007.

5 Autre exemple dans Bonifay 2004, fig. 159a, p. 286.

6 Gœtschy 1903, p. 175-176 ; Mellis 1937, fig. 1 et p. 426 ; Guéry 1985, t. 3 et 223 ; Delattre 1888, p. 156 ; Bonifay 2004, p. 298-300 et fig. 167, p. 299 ; Carton 1909, p. 39.

7 Un biberon a été déposé auprès d’un enfant de 4-7 ans à Sétif (Guéry 1985, t. 3).

8 Bonifay 2004, fig. 159a, n° 2 (détermination du sexe des défunts par P. Bailet à partir des ossements).

9 Guéry 1985, t. 145, 188 et 245.

10 Ben Abed, Griesheimer 2004, fig. 123, p. 169.

11 Sur les 30 qui présentent des traces de combustion, 9 avaient une aiguille à mèche, mais 12 n’en avaient pas.

12 La distance maximale entre les clous est de 28,9 cm.

13 Stirling et al. 2001, fig. 2.33.e/f, p. 130.

14 Ibid., fig. 2.15.f., p. 120.

15 L’analyse des vestiges fauniques de Pupput a été réalisée par S. Lepetz (CNRS-UMR 7209).

16 Tombe 1101 de Pupput, d’un enfant d’environ 2 ans, et tombe 70 de Sétif d’un enfant d’environ 1 an (Guéry 1985, p. 102).

17 La lampe de la tombe 4 est retournée, mais, d’après le fouilleur, elle aurait été glissée après la fermeture et elle serait tombée sur le corps en se retournant (Guéry 1985, p. 55).

18 Juvénal, Satires, V, 84-85 ; VI, 518.

19 Macrobe, Saturnales, VII, 16.

20 Seules cinq lampes, une tasse, trois marmites et une petite centaine de récipients à solides ont été découverts pour 150 enfants de moins de 6 mois lunaires (± 1 mois) dont les os brûlés ont été déposés dans des urnes (Ferjaoui 2007).

21 Dix oiseaux sauvages, deux volatiles et neuf restes de caprinés (mouton ou chèvre).

22 Seuls les masques et certaines statuettes sont uniquement associés à des enfants, mais ils n’ont pas été abordés dans cette étude.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation des nécropoles ayant livré des sépultures d’enfants avec du mobilier en Afrique romaine
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Graphique 1. Nombre de sépultures d’enfants en Afrique avec du mobilier en fonction du traitement du corps
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 2. Proportion des sépultures d’enfants en Afrique avec et sans mobilier en fonction du traitement du corps
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Graphique 3. Proportion des sépultures d’enfants avec et sans mobilier en fonction du traitement du corps dans les nécropoles exhaustivement fouillées de Pupput et Sétif
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Graphique 4. Dénombrement des différents types de mobilier découverts dans les sépultures d’enfants en Afrique en fonction du traitement des corps
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Graphique 5. Dénombrement des différents types de vaisselle à liquides et à solides dans les sépultures d’enfants
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 1. Dénombrement des sépultures d’enfants avec de la vaisselle dans différentes nécropoles africaines
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 2. Exemples de vases à double embouchure découverts à Tipasa
Légende a) dans une sépulture primaire à crémation, probablement d’enfant (Bouchenaki 1975, fig. 102) b) dans une inhumation d’un enfant de moins de 2,5 ans (Baradez 1957, pl. VI).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 3. Exemples de vases zoomorphes à double embouchure
Légende a) en forme de chien à Morsott (Mellis 1937, fig. 1) ; b) en forme d’oiseau à Sétif (Guéry 1985, fig. 147).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 4
Légende a) Tasse miniature déposée dans une amphore de Tipasa (Lancel 1970, fig. 63) ; b) Amphore miniature découverte dans la tombe d’enfant 419 de Pupput (Bonifay 2004, fig. 168).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 5. Les trois balsamaires (deux en terre cuite, un en verre fondu) découverts dans la sépulture à crémation d’un enfant de 7-10 ans à Tipasa
Crédits (Lancel 1962-1965, pl. II).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 6. Deux balsamaires-chandeliers déposés à plat sur le corps d’un enfant de 1-2 ans à Pupput
Crédits (© fouilles de Pupput).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 7. Clous en place d’une paire de chaussures de taille adulte déposée à plat au fond d’une sépulture d’enfant de la nécropole de Pupput
Crédits (© fouilles de Pupput,). Le contour a été rehaussé de blanc.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 8. Relevé en plan de la sépulture A2 d’un enfant d’environ 5-6 ans à Draria el-Achour et quatre des douze bagues découvertes au niveau de la tête du défunt.
Légende Les contours du contenant ont été marqués par des pointillés
Crédits (Camps 1955, fig. 8-9).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 9. Les différents éléments composant le collier découvert dans un plat dans une tombe d’enfant d’Hadrumetum
Crédits (Gridel 1929b, fig. 25).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 10. Représentation schématique de l’emplacement et du bris du mobilier dans les inhumations de la nécropole de Sétif
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Fig. 11. Représentation schématique de l’emplacement et du bris du mobilier dans les inhumations de la nécropole de Pupput
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 12. Représentation schématique de l’emplacement et du bris du mobilier dans les sépultures primaires à crémation des nécropoles de Sétif et Pupput
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1377/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

Auteur

Aix-Marseille Université, Centre Camille Jullian solenndelarminat@mmsh.univ-aix.fr

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access