Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants

 | 
Antoine Hermary
, 
Céline Dubois

Afrique

Le statut de l’enfant punique et les objets funéraires

Hélène Bénichou-Safar

Résumé

This article shows that, unlike adults, Carthaginian infants are accompanied with very few grave-goods, if any. These infants are also seldom found in the city’s cemeteries, but are over-represented within the Tophet, a temple of the city, which could be also indicative of their specific status, as is supported by various observations about the Semitic world and, above all, by the thousands of ex-votos erected in the Tophet above cremation urns filled with the ashes of infants. This raises the question of the role that the Carthaginians assigned to their deceased offspring in their relationship with the divine, and the relationship that they had with them as a result.

Texte intégral

1Présenter, comme on nous l’a demandé, les objets funéraires associés à l’enfance dans l’univers des Carthaginois (entre les viiie et iie s. av. J.-C., par conséquent) et apprécier à leur aune le regard porté, face à la mort, par les adultes sur leur progéniture – puisque c’est bien évidemment là le but visé lorsqu’on se livre à un tel exercice –, nous sont d’abord apparus comme une gageure, et ce, pour trois raisons :

  • d’abord, parce que dans les nécropoles puniques, pourtant souvent surpeuplées, les dépouilles ou les cendres d’enfants sont en nombre absolument infime, certaines classes d’âge à peine représentées ou carrément absentes et les rares mobiliers enfantins découverts des plus réduits ;

    • 1 Les tophets, rappelons-le, sont ces sanctuaires à ciel ouvert qui sont constitués de lits superposé (...)

    ensuite, parce que dans les tophets1– hybrides de sanctuaires et de nécropoles qui ont été longtemps tenus pour des lieux de sacrifices humains et où se comptent au contraire par milliers les restes d’enfants incinérés – les objets retrouvés sont encore plus sporadiques que dans les nécropoles ;

  • enfin, parce que les Puniques ne nous ont pas légué de textes révélant leur attitude face à la mort de leur descendance ou, plus largement, face à leur descendance. Pire : les maigres indications que laisse filtrer sur ce thème la tradition littéraire, font entrevoir une réalité probablement faussée car elles émanent d’ennemis de Carthage ou de polémistes religieux suspects les uns autant que les autres d’avoir manié la calomnie à des fins de propagande ou d’édification.

2Malgré tout, soutenue par la double conviction que l’indigence des mobiliers d’enfants ou même leur absence pouvaient être éloquentes et qu’une comparaison en la matière des habitudes puniques et hébraïques apparentées était de nature à enrichir les informations ainsi obtenues, nous nous sommes résolue à tenter cette entreprise.

  • 2 Cf. Tejera Gaspar 1979, p. 56. Et un site comme celui de Kerkouane où se rencontrent, comme dans ce (...)

3Toutefois, dans la mesure où le site de Carthage est le site punique par excellence et où l’on dispose pour lui d’une documentation à la fois vaste et équilibrée relative aux nécropoles et aux tophets (ces deux ensembles y ont, en effet, été et largement explorés et minutieusement analysés [Bénichou-Safar 1982 et 2004]), nous nous sommes, dans cette étude, appuyée sur lui à l’exclusion de tout autre…. Ce qui n’empêche pas que les enseignements qui en seront tirés puissent être généralisés – avec discernement, bien sûr – car, si elle est vraie de Carthage, la grande pénurie d’enfants dans les nécropoles traditionnelles l’est également des autres sites puniques de Méditerranée2.

4Dans cet exposé, nous commencerons donc par présenter les mobiliers funéraires qui sont à Carthage liés à la prime enfance et tenterons d’induire de leur composition quelques présomptions relatives au statut des tout-petits. Ensuite, pour parfaire cette première vision, nous nous efforcerons de tirer parti du contexte archéologique dans lequel tous ces objets ont été utilisés mais aussi d’exploiter les ressources offertes par l’univers sémitique auquel ils appartiennent, ce qui nous conduira à proposer une interprétation personnelle.

Fig. 1-3. Variétés de cooking-pot, biberon et bazzoula associées aux enfants

Fig. 1-3. Variétés de cooking-pot, biberon et bazzoula associées aux enfants

(dessins Merlin, Drappier 1909, pl. IV nos 28-29 et V n° 55).

Les objets funéraires et leur apport à la vision des très jeunes enfants

Les objets funéraires dans les nécropoles

  • 3 C’est ce que laissent supposer de furtives indications des fouilleurs et divers indices tels que la (...)

5Sur plus de deux mille ensevelissements et, par conséquent, mobiliers signalés dans les nécropoles de Carthage, quelques-uns à peine se rattachent à des enfants dans la période viiie-ve s., moins de cent dans la période ive-iie s. et, parmi ceux-ci, une douzaine tout au plus concernent, semble-t-il, des individus âgés de 5 à 17 ans3. Les mobiliers recensés ou déclarés manquants sont donc majoritairement ceux de tout-petits enfants dont l’âge varie entre 0 et 2 ans sûrement, 3 ou 4 ans peut-être. Il faut dire que les archéologues qui en ont parlé, ne s’y sont jamais vraiment appesantis.

  • 4 Nous n’avons relevé que deux exceptions à cette règle : Delattre 1896, p. 65, et Delattre 1899, p.  (...)
  • 5 Nous sommes totalement ignorants de l’âge des quelques enfants dont les restes ont été traités diff (...)

6Pour les nécropoles, notre étude se limitera donc aux matériels associés à cette population la plus jeune et la mieux représentée, qui est régulièrement soumise au rite de l’inhumation4 et dont les restes sont ordinairement conservés dans des jarres sectionnées transversalement puis rapprochées – moins souvent des portions de jarres – où les corps ont été introduits tête la première5.

7Les matériels associés à cette catégorie d’enfants se résument ordinairement à quelques pièces : de menus objets et deux poteries, ou trois peut-être, nous allons le voir, placées suivant leur nature ou leur vocation, semble-t-il, ici plutôt que là. Ils ne comptent donc pas de séma et il arrive que l’un ou l’autre de leurs constituants habituels fasse défaut ou même qu’il n’y en ait aucun.

  • 6 Égyptiennes ou égyptisantes pour la majorité d’entre elles.

8Les petits objets sont le plus souvent des éléments isolés de colliers – quelques perles, quelques amulettes6 ou même une seule, par exception une intaille (Lapeyre 1934, p. 16) – et/ou, de loin en loin, une bague ou un bracelet d’enfant fait d’un simple jonc métallique. Sauf en une occasion où cette variété s’enrichit de figurines de terre cuite (Delattre 1901, p. 19-20, fig. 39-40, p. 20a), ils n’ont jamais été déposés qu’à l’intérieur de la jarre qui protège le corps (Bénichou-Safar 1982, p. 67 et p. 277).

9Les poteries habituelles (fig. 1-3) sont, elles, le cooking-pot, une variété de tasse à bord droit ou rentrant dont le fond rond apparaît souvent enfumé, et le vase à panse globulaire (biberon) ou utriculaire (bazzoula) munie d’un téton percé que l’on appelle communément « vase-biberon » ou « bazzoula » (du nom qui désigne en arabe le sein, la mamelle). Il s’agit là de deux pièces de céramique vulgaire de petits formats (env. 11 cm et 5 cm de hauteur respectivement), qui ont en général été installées au voisinage du cadavre, à l’intérieur de la jarre par conséquent, mais peuvent aussi avoir été laissées à l’extérieur.

Fig. 4. Cheval porte-jarres (askos) trouvé sur une tombe d’enfant

Fig. 4. Cheval porte-jarres (askos) trouvé sur une tombe d’enfant

(Cintas 1950, pl. LXIX fig. LVII)

  • 7 Lapeyre 1934, p. 16. Nous doutons fort qu’un tel objet constitue, comme le pensait le R.P. Lapeyre, (...)

10Cependant, un vase plastique peut aussi avoir été abandonné sur le sol après la fermeture et le remblayage de la tombe qui abrite la jarre. Un tel constat n’a été fait qu’une fois – il s’agissait en l’occurrence d’un askos zoomorphe (fig. 4) qui recouvrait entièrement la sépulture d’un tout petit enfant7 – mais le fait ne devait pas être isolé car, pour correspondre à des dépositions de surface, donc très exposées, il est probable que des pièces similaires ont existé, qui ont été détruites au cours des siècles.

Les objets funéraires dans l’enceinte du tophet

11Au tophet, sanctuaire que caractérisent au contraire l’exclusivité et la surabondance des ensevelissements d’enfants – plus de 10.000 y ont sans doute été déjà dégagés depuis sa découverte en 1817 –, la situation est, comme on pouvait s’y attendre, un peu différente. Elle l’est d’autant plus que ces sujets, qui appartiennent quasiment tous à la génération des 0 à 4 ans mais sont pour la plupart – fœtus inclus – des périnataux (Bénichou-Safar 2004, p. 49), n’ont jamais été inhumés mais incinérés et que leur crémation, individuelle tout de même dans la majorité des cas, a souvent été jumelée avec celle d’un autre enfant, parfois de deux.

12Ce sont ici encore de modestes objets mais aussi des animaux sacrifiés et des monuments que l’on trouve fréquemment associés à leurs cendres à l’intérieur ou l’extérieur de la poterie qui fait office d’urne cinéraire. Il est malheureusement impossible de rattacher un d’entre eux à une catégorie d’âge plutôt qu’à une autre.

  • 8 Les vestiges de tissu et d’accessoires pour boutonnage ou agrafage qui sont inutiles à la question (...)

13À l’intérieur de l’urne, les objets se réduisent ordinairement à un collier d’amulettes (fig. 5) – ou quelques-unes seulement, voire une seule – fortement marqué du sceau de l’Égypte ou bien à quelques perles, un petit masque de pâte de verre coloré ou encore un bijou – bague, bracelet, boucle d’oreille – qui ont été épisodiquement jetés avant la fermeture de l’urne sur les ossements brûlés8. De loin en loin, s’y ajoutent ou s’y substituent des pièces de petit format aussi disparates qu’un crocodile façonné dans le bronze, une hachette de fer ou d’argent, un « chardon » de terre cuite (fig. 6), une statuette en ivoire, un enroulement métallique (fig. 7),un éclat de silex… ou, de façon récurrente, une minuscule feuille d’or froissée. Mais même ces maigres et sporadiques offrandes sont de plus en plus rares au fil des siècles pour, finalement, disparaître toutes au profit parfois de quelques monnaies de bronze.

Fig. 5. Collier d’amulettes

Fig. 5. Collier d’amulettes

(Archives de l’Université catholique de Louvain-la-Neuve).

Fig. 6. Urne cinéraire et vase chardon

Fig. 6. Urne cinéraire et vase chardon

(cliché de l’auteur).

14Les animaux dont les restes ont également été recueillis à l’intérieur de l’urne cinéraire, sont, eux, de deux sortes :

  • des ovinés ou caprinés nouveau-nés qui ont été incinérés en même temps que les enfants et dont les cendres ont été mêlées aux leurs ;

  • des petits animaux sauvages, parfois décapités

  • oiseaux, lézards, rongeurs, batraciens, poissons…– qui n’ont pas été brûlés et dont l’introduction dans l’urne est manifestement postérieure à celle des précitées cendres humaines et animales entremêlées.

  • 9 Leur rareté même plaide, en effet, en sens contraire et aussi le fait que des objets du même ordre, (...)

15À l’extérieur de l’urne généralement et dans son immédiate proximité, on ne note comme élément de vaisselle que celui qui a en dernier lieu servi à la fermer : assiette, cupule, lampe, oenochoé, unguentarium ou brûle-parfums (fig. 8). Mais il existe des exceptions à cette règle qu’illustre bien sûr la célèbre « Cachette Cintas » avec ses nombreuses poteries d’importation ou de fabrication locale (Bénichou-Safar 2004, p. 60-62), et il est remarquable que ce soient le plus souvent un vase à bec verseur (un askos zoomorphe de préférence) (fig. 9), un skyphos grec ou imité de la Grèce, une tasse de céramique vulgaire ou une lampe punique, voire les quatre à la fois, qui ont alors été déposés auprès de l’urne cinéraire (Bénichou-Safar 2004, passim). Par contre, des osselets ou des poteries miniatures modelées à la main et généralement interprétées – à tort, selon notre opinion9 – comme des jouets, ont exceptionnellement été mises à cette place (Cintas 1950, p. 447 note 184, fig. 8 et pl. LII fig. 109).

Fig. 7. Enroulement métallique à valeur magique probable

Fig. 7. Enroulement métallique à valeur magique probable

(Poinssot, Lantier 1923, p. 58 fig. 5).

Fig. 8. Variétés communes d’unguentarium et brûle-parfums

Fig. 8. Variétés communes d’unguentarium et brûle-parfums

(Archives de l’Université catholique de Louvain-la-Neuve).

  • 10 Ce qui est manifeste sur la statuette sarde similaire qui est présentée à la fig. 11.

16Et il en va de même, de façon fréquente à une certaine époque, d’un modèle particulier de statuette (fig. 10) qui exprime à l’évidence une prière10, de façon exceptionnelle, de menus objets tels que des osselets, une clochette de bronze ou des plaquettes de terre cuite figuratives (Bénichou-Safar 2004, p. 95) (fig. 12).

17Il est notable par ailleurs que des lampes et des coupelles utilisées en lien avec les enfants et retrouvées brisées le plus souvent, se rencontrent à la surface des terres qui recouvrent les urnes.

  • 11 Lors de leur découverte, de nombreuses pierres dressées sont, en effet, apparues en liaison avec de (...)
  • 12 Cf. CIS I, 196.

18Quant aux monuments qui sont ici proches des urnes – mais dans un rapport lâche parfois11 – et en nombre considérable eux aussi, ce sont des stèles ou des cippes (fig. 13-15), souvent décorés, dont le caractère partiellement ou totalement votif est incontestable. Beaucoup sont d’ailleurs inscrits d’une dédicace qui témoigne d’une prière ou d’un remerciement adressé à Tanit et/ ou Ba‘al Hammon, les deux divinités majeures de Carthage, mais aucun ne fait jamais la moindre allusion à un enfant. L’un d’eux, en revanche, témoigne d’une pratique magique (d’incubation peut-être)12.

Fig. 9. Askos zoomorphe accompagnant une urne cinéraire

Fig. 9. Askos zoomorphe accompagnant une urne cinéraire

(cliché P. Cintas).

Première approche du statut de l’enfant

19De par leur nature, leur fréquence ou leur mode d’utilisation, les objets que nous venons d’énumérer permettent de se faire une première idée de la façon dont étaient regardés les tout petits enfants chez les Puniques.

20En effet, puisqu’ils ne sont pas équipés d’un mobilier abondant et varié comme la plupart des adultes, ils ne devaient pas être considérés comme des individus à part entière. Et aussi bien, n’étant jamais désignés d’un nom personnel ni munis d’un scarabée comme le sont leurs aînés occasionnellement pour le nom, quasi systématiquement pour le scarabée, ils se montrent privés de deux marqueurs qui, en ce temps-là, renvoient à la personne (cf. Genèse, XXXVIII, 18, et voir Lévy-Bruhl 1960, p. 229). Ce qui laisse présumer que, comme dans beaucoup de sociétés archaïques, les très jeunes enfants, privés d’identité, étaient tenus pour des êtres « inaboutis » pour n’avoir pu franchir le cap du sevrage et accéder ainsi à la pleine autonomie, donc à la totale individualisation.

21Dès lors, le fait que leur viatique soit ici très maigre et ne comporte ni aliments – sinon du lait, peut-être à l’origine, dans les vases-biberons des nécropoles – ni jouets, apparaît comme l’indice d’une pâle existence à laquelle les Carthaginois les auraient cru réduits après leur mort. Ce que corrobore la constante préoccupation de leurs familles de les protéger au moyen d’amulettes variées, puisqu’un tel souci est révélateur de leur vulnérabilité et, par conséquent, de leur faiblesse.

22En revanche, qu’ils soient souvent flanqués au tophet à une certaine époque d’une statuette exprimant une prière, fait soupçonner qu’ils aient été en ce lieu crédités d’un pouvoir particulier. Et ce soupçon se renforce à la fois de la présence auprès de leurs ossements de vestiges souvent impliqués dans des pratiques de sorcellerie nous pensons notamment ici aux restes, évoqués tout à l’heure, de batraciens ou d’oiseaux décapités, aux fils de métal enroulés et noués de manière complexe et ésotérique ou encore aux coupes, lampes et traces de flammes qui sont évocatrices de lécanomancie et lychnomancie – et de l’existence d’un décor de stèle (fig. 15) figurant une nécromancienne saisie dans l’exercice de son art (c’est du moins là ce que nous prétendons avoir naguère démontré [Bénichou-Safar 2008, p. 4 fig. 1-2]).

23Telle est donc la vision de la petite enfance que l’on peut prêter aux Carthaginois à partir de l’examen des objets funéraires qui lui sont associés. Nous allons voir qu’il est possible de la préciser en replaçant tout ce matériel dans le contexte de son utilisation et en faisant appel à notre connaissance de l’univers sémitique.

Les apports extérieurs : contexte archéologique et famille génétique

24Les enfants pour lesquels nos objets ont servi ont tous, nous l’avons dit, été soumis à un traitement spécial puisque :

    • 13 Pour le tophet, cf. Richard 1961, passim, ou Stager, Wolff 1984, p. 39. Dans les nécropoles, ce n’e (...)

    dans leur immense majorité, ils ont été exclus des nécropoles et, contrairement aux adultes, soumis au rite de la crémation et parfois accompagnés d’un autre enfant plus âgé – d’un ou deux ans bien souvent –, parfois même de deux13 ;

    • 14 Du fait de la densité des cippes et des stèles à certains niveaux du sanctuaire, il y a en effet im (...)

    les rares sujets qui ont échappé à cette règle, se sont néanmoins vu refuser l’accès aux tombes parentales ou familiales profondes et imposer au contraire un enfouissement – isolé le plus souvent – près de la surface du sol. De son seul fait, cette marginalisation systématique confirme que les tout petits ont eu un statut différent de celui des adultes. Et en témoignant d’une double incapacité de leur part – inaptitude à reposer dans les aires traditionnelles d’ensevelissement, inéligibilité à la pratique en vigueur de l’inhumation – mais aussi d’un besoin de soutien, en raison de leur nature chétive manifestement, elle conforte en outre l’idée que ce statut était de rang inférieur peut-être, en tout cas pas équivalent. D’ailleurs, l’absence totale de mémorial nominatif autant que de culte post mortem14 les concernant va dans le même sens : symptomatique de l’abandon où ceux-ci ont été laissés une fois le rituel de funérailles accompli, elle témoigne de l’indifférence nourrie à leur égard.

25Toutefois, l’incinération, circonstance majeure dans l’utilisation des objets étudiés, met sur la voie d’un jugement plus nuancé si on la replace – avec sa caractéristique essentielle ici, la crémation complète des corps – dans l’ambiance sémitique plus large où elle a été pratiquée. C’est une entreprise que nous avions tentée naguère alors que nous nous interrogions sur le sort réservé aux enfants dans l’eschatologie carthaginoise (Bénichou-Safar 2005). Nous nous contenterons ici d’en rappeler cette conclusion partielle : parce que le feu est, dans la pensée sémitique, un agent de purification et de transfert capable de véhiculer un objet ou un être jusqu’à la divinité, il est vraisemblable que les Carthaginois aient tenu à regrouper et à incinérer leurs petits enfants dans un sanctuaire pour leur permettre d’être purifiés après la souillure de la naissance et de retourner auprès des dieux auxquels, en raison de leur immaturité, ils n’avaient pas cessé d’appartenir.

26L’attitude qui consiste à rejeter les très jeunes enfants hors des nécropoles mais, dans le même temps et par souci de leur devenir, à les regrouper consciencieusement dans une enceinte sacrée, n’est donc qu’en apparence de l’indifférence. Il semble bien, en réalité, qu’elle résulte d’une conception particulière de la pleine humanité à laquelle la naissance ne permettrait pas de facto d’accéder.

27D’autre part, il est une comparaison qui est édifiante : celle que l’on peut faire avec les usages observés dans la sphère sémitique. En effet, même s’ils ne sont jamais liés à l’incinération ni, semble-t-il, associés à des sacrifices d’animaux, les mobiliers des tombes enfantines cananéennes de l’âge du Fer montrent dans leurs autres caractéristiques une extrême proximité avec ceux de Carthage. Comme eux, ils sont majoritairement attachés à des sépultures en jarres, caractérisés par l’anonymat, destinés à équiper des enfants accompagnés d’un individu plus âgé et marqués par une très grande indigence mais, surtout, comme eux, ils sont composés d’une variété bien particulière d’objets (Bloch-Smith 1992, p. 31-32 notamment) :

  • d’amulettes et bijoux essentiellement pour les périnataux, comme au tophet de Carthage ;

  • d’amulettes, bijoux et poteries – un petit bol ordinairement, un vase zoomorphe occasionnellement –, pour les bambins à peine plus âgés (de 2 à 4 ans peut-être, il est difficile d’en juger), comme dans les tombes carthaginoises. Mais dans ce cas, et dans ce cas seulement, il s’y ajoute parfois un scarabée (Bloch-Smith 1992, p. 84). Et ce détail incite à se demander s’il ne convient pas d’établir à Carthage aussi un distinguo entre prénataux, d’une part, et fillettes et garçonnets, d’autre part, et d’envisager que les rares enfants des nécropoles carthaginoises qui ne sont pas équipés d’un tel objet mais dont les mobiliers sont par ailleurs si proches de ceux des 2-4 ans (environ) dans les tombes cananéennes, soient en réalité plus âgés que ceux du tophet, ce qui expliquerait qu’ils en aient été séparés.

Fig. 10. Statuette campaniforme accompagnant à Carthage des cendres d’enfant

Fig. 10. Statuette campaniforme accompagnant à Carthage des cendres d’enfant

(cliché P. Cintas).

Fig. 11. Statuette campaniforme de Bithia

Fig. 11. Statuette campaniforme de Bithia

(d’après Ferron, Aubet, pl. LXXI).

28Quoi qu’il en soit, si l’on veut bien faire abstraction de ceux des éléments circonstanciels qui sont discordants et tiennent à des options ou des habitudes nationales (inhumation ici mais incinération là, absence de sacrifice animal ici mais pratique là) et si l’on veut bien aussi garder à l’esprit l’étroitesse du lien de parenté qui unissait les Phéniciens, ancêtres des Puniques, aux populations sémitiques environnantes, on admettra que les similitudes notées entre les mobiliers cananéens et les mobiliers puniques sont suffisamment nombreuses et significatives pour garantir que les compositions des uns et des autres ont été déterminées par des croyances très voisines et résultent, par conséquent, d’une perception similaire sinon semblable de la petite enfance.

Fig. 12. Plaquette de terre cuite découverte auprès d’une urne

Fig. 12. Plaquette de terre cuite découverte auprès d’une urne

(Poinssot, Lantier1923, p. 57fig.4).

  • 15 Cf. Lévitique, XXVII, 6 ; Nombres, III, 14 et XVIII, 16.

29Or le Lévitique et le livre des Nombres nous apprennent que, dans le monde biblique, les nourrissons de moins d’un mois n’avaient aucune valeur au regard du Temple, ne pouvaient pas être pris en compte dans un recensement de population, même exceptionnellement précoce, et étaient inaptes au rachat15. Il est donc légitime de penser que si aux yeux des Hébreux des temps bibliques, les nouveau-nés n’avaient ni existence légale ni valeur vénale selon la loi religieuse, il en allait probablement de même aux yeux des Carthaginois qui n’étaient pas moins légalistes que les Hébreux, leurs Tarifs sacrificiels en font foi.

  • 16 E.g. Exode, XXII, 17 ; Lévitique, XIX, 31 ; Deutéronome, XVIII, 10-11 ; Isaïe, VIII, 19.
  • 17 Cf., par exemple, Kuemmerlin-Mc Lean 1992, IV, p. 468-469 ou Mendelsohn 1962, p. 224 notamment.

30Par ailleurs et pour en finir avec l’apport du monde sémitique à la question qui nous occupe, nous rappellerons que la Bible montre d’abondance par ses condamnations répétées16 et par la diversité des noms qu’elle utilise pour nommer en fonction de leur spécialité les praticiens de magie17, que cet art était jadis de pratique courante et variée en Canaan. Et les constats faits tout à l’heure à l’occasion de l’examen des objets ne le démentent pas.

Fig. 13. Cippe et urnes in situ

Fig. 13. Cippe et urnes in situ

(cliché P. Cintas).

Notre interprétation

31Compte tenu de toutes ces données, voyons donc s’il est possible de dépasser nos premières conclusions. Dans ce but, récapitulons d’abord les acquis essentiels. Les voici.

32Avec le tophet de Carthage, nous nous trouvons en présence d’un sanctuaire singulier dont l’intense fréquentation tient à la présence de fœtus et d’enfants morts :

  • que les fidèles pensent destinés à rejoindre les dieux,

  • auprès desquels ces mêmes fidèles déposent par milliers des pierres dressées témoignant de vœux (formulés ou exaucés),

  • et que, pour notre part, nous soupçonnons d’être dotés d’un certain pouvoir.

Fig. 14. Stèle CIS 5775 du tophet de Carthage

Fig. 14. Stèle CIS 5775 du tophet de Carthage

(cliché P. Cintas).

33Un tel sanctuaire apparaît donc comme un lieu de communication où les enfants morts, capables d’assurer la liaison entre le domaine des hommes et le domaine des dieux, auraient été invoqués par les vivants pour qu’ils intercèdent en leur faveur auprès des dieux. En somme, parce qu’une fin prématurée les aurait rendus à leur nature divine originelle, ces enfants auraient été instrumentalisés par les vivants à leur profit. Le tophet aurait ainsi été le théâtre privilégié de la nécromancie à Carthage.

Fig. 15. Stèle CIS 5780 (comme la précédente) de la « nécromancie ne »

Fig. 15. Stèle CIS 5780 (comme la précédente) de la « nécromancie ne »

(cliché J. Debergh).

34Bien des raisons incitent à accréditer cette hypothèse. Tout d’abord, la pratique de la nécromancie ne manque pas d’indices au tophet, nous l’avons vu, ni plus généralement sur le site de Carthage : nous pensons ici aux tabellae defixionis puniques, comme celle qui porte l’inscription CIS 6000 bis, ou aux coupes de plomb « adressées » aux morts, comme celles qui ont été gravées des inscriptions puniques CIS 6054 et 6055.

35Ensuite, elle s’inscrit dans une tradition orientale qui s’est largement répandue en Canaan, ce dont le texte biblique témoigne par ses interdits explicites ou son récit de la consultation de la nécromancienne d’Ein-Dor par Saül (I Samuel I, XXVIII, 3-20 notamment).

36Enfin, elle s’est transmise à l’Occident méditerranéen, grec ou romain, où les magiciens, nombreux, se servaient parfois dans leur activité des enfants prématurément emportés, ce que nous enseigne la tradition littéraire (Martin 2003, p. 218-219) et que vérifient notamment trois tablettes découvertes sur la tombe d’un enfant à Athènes datant de la fin du ve ou du début du ivs. av. J.-C. (Martin 2003, Annexe 2, p. 25-26). De tels enfants d’ailleurs, comme le rappelle F. Cumont, étaient réputés faire « partie de la suite d’Hécate, déesse des enchantements » et étaient tenus « pour des êtres soumis au pouvoir des magiciens » (Cumont 1949, p. 317). Il faut dire que, si l’on en juge par l’Orient, les esprits invoqués dans les pratiques nécromantiques étaient de préférence ceux de défunts qui avaient eu de leur vivant déjà un pouvoir de divination. Or dans l’antiquité, les enfants étaient considérés comme dotés du don de prophétie en raison de leur innocence et de leur pureté (Bénichou-Safar 2005, p. 132).

  • 18 Cf. Historia Augusta, Vita Macrini, 3, 1 ; Audollent 1901, p. 62.

37Mais pour emporter une totale adhésion, peut-être nous faut-il encore rappeler ce fait très significatif à nos yeux, qu’avec ses prêtresses réputées pour leur voyance, le temple carthaginois de Caelestis – cette déesse romaine qui a hérité de tant de traits de Tanit, la grande Dame du tophet – est devenu à l’époque impériale un centre prophétique de première importance18.

38Finalement, l’examen des objets auquel nous nous sommes livré puis leur éclairage par les circonstances de leur utilisation et les usages de l’aire culturelle à laquelle ils se rattachent, auront permis d’entrevoir le statut, bien paradoxal en vérité, des tout petits enfants à Carthage : celui d’êtres dépourvus de toute valeur en tant que personnes mais, au contraire, valorisés à l’extrême quand ils sont investis de la fonction d’intercesseurs des hommes auprès des dieux. Mais qu’on ne se méprenne pas ! Ce statut ne correspond qu’à un comportement religieux et qui n’a rien à voir avec l’affectivité. Car le fait que les parents aient systématisé l’incinération et inlassablement accompli les mêmes gestes rituels pour leurs tout-petits, qu’ils aient aussi souvent pris la peine de munir ces derniers de phylactères ou de les faire accompagner de congénères ou d’individus plus âgés, prouve à suffisance qu’ils ont été pleins d’égards pour eux et même angoissés à l’idée de les abandonner à leur nouvelle existence, chétive et périlleuse dans leur esprit tant qu’ils n’avaient pas rejoint le séjour des dieux.

Bibliographie

Audollent 1901 : AUDOLLENT (A.) – Carthage romaine. Paris, Fontemoing, 1901.

Bénichou-Safar 1982 : BÉNICHOU-SAFAR (H.) – Les tombes puniques de Carthage. Topographie, structures, inscriptions et rites funéraires. Paris, CNRS, 1982.

Bénichou-Safar 2004 : BÉNICHOU-SAFAR (H.) – Le tophet de Salammbô. Essai de reconstitution. Rome, Collection de l’École française de Rome, 342, 2004.

Bénichou-Safar 2005 : BÉNICHOU-SAFAR (H.) – Un au-delà pour les enfants carthaginois incinérés ? KTEMA, 30, 2005, p. 123-136.

Bénichou-Safar 2008 : BÉNICHOU-SAFAR (H.) – Une stèle carthaginoise bien prolixe : une scène de magie punique. Ephesia Grammata, 2, 2008, p. 1-30 (revue électronique).

Bloch-Smith 1992 : BLOCH-SMITH (E.) – Judahite burial practices and beliefs about the dead. Sheffield, Sheffield academic press, 1992 (JSOT, Supplement series, 123).

Cintas 1950 : CINTAS (P.) – Céramique punique. Paris, Klincksieck, 1950.

Cintas 1976 : CINTAS (P.) – Manuel d’archéologie punique. II. Paris, Picard, 1976.

Cumont 1949 : CUMONT (F.) – Lux perpetua. Paris, Geuthner, 1949.

Delattre 1890 : DELATTRE (A. L.) – Les tombeaux puniques de Carthage. II. Les tombeaux de la colline de Saint-Louis (suite 1). Les Missions Catholiques, 1890, p. 202-204.

Delattre 1896 : DELATTRE (A. L.) – Carthage. Nécropole punique de la colline de Saint-Louis. Lyon, Mougin-Rusand, 1896.

Delattre 1897 : DELATTRE (A. L.) – La nécropole punique de Douïmès à Carthage. Fouilles de 1895 et 1896. Paris, extrait des Mémoires des antiquaires de France, LVI, 1897.

Delattre 1899 : DELATTRE (A. L.) – Carthage. La nécropole punique voisine de la colline de Sainte-Monique. Le premier mois des fouilles. Janvier 1898. Paris, E. Petithenry, 1899.

Delattre 1901 : DELATTRE (A. L.) – Carthage. La nécropole punique voisine de la colline de Sainte-Monique. Deuxième trimestre des fouilles. Avril-juin 1898. Paris, Peron-Vrau, s.d.

Delattre 1906 : DELATTRE (A. L.) – La nécropole des Rabs. Quatrième année (1901), 1906 (inédit).

Ferron, Aubet 1974 : FERRON (J), AUBET (M.E.) – Orants de Carthage. Paris, Geuthner, 1974.

Gallet de Santerre, Slim 1983 : GALLET DE SANTERRE (H.), SLIM (L.) – Recherches sur les nécropoles puniques de Kerkouane. Tunis, INAA, 1983.

Gauckler 1915 : GAUCKLER (P.) – Nécropoles puniques de Carthage. I-II. Paris, Picard, 1915.

Gsell 1927 : GSELL (S.) – Histoire ancienne de l’Afrique du nord. IV. Paris, Hachette, 1927.

Kuemmerlin-Mc Lean 1992 : KUEMMERLIN-MC LEAN (J. K.) – Magic / Old Testament. In: Freedman (D. N.) dir., The Anchor Bible Dictionary, IV. New-York, Doubleday, 1992, p. 468-471.

Lancel 1982 : LANCEL (S.) – Les niveaux funéraires. In: Lancel (S.) dir., Byrsa II. Rapport préliminaire sur les fouilles 1977-1978 : niveaux et vestiges puniques. Rome, École française de Rome, 1982, p. 263-364.

Lapeyre 1934 : LAPEYRE (G. G.) – L’enceinte punique de Byrsa d’après les dernières fouilles de la colline Saint-Louis de Carthage. Revue Africaine, 3e trimestre 1934, p. 9-18.

Lapeyre 1939 : LAPEYRE (G. G.) – Les fouilles du musée Lavigerie à Carthage de 1935 à 1939. CRAI, 1939, p. 294-300.

Lévy-Bruhl 1960 : LÉVY-BRUHL (L.) – La mentalité primitive. Paris, PUF, 1960 (15e éd.).

Martin 2003 : MARTIN (M.) – Pankratès le magicien : la magie et ses praticiens dans le monde gréco-romain. Amiens, Thèse de doctorat de l’Université de Picardie Jules Verne, 2003.

Mendelsohn 1962 : MENDELSOHN (I.) – Magic, Magician. In: Crim (K. R.), Buttrick (A. G.) dir., The Interpreter’s Dictionary of the Bible, III. Nashville, Abingdon Press, 1962, p. 223-225.

Merlin 1918 : MERLIN (A.) – Fouilles de tombeaux puniques à Carthage. BCTH, 1918, p. 288-334.

Merlin, Drappier 1909 : MERLIN (A.), DRAPPIER (L.) – La nécropole punique d’Ard el Khéraïb à Carthage. Paris, Notes et Documents publiés par la Direction des antiquités et des arts, III, 1909.

Poinssot, Lantier 1923 : POINSSOT (L.), LANTIER (R.) – Un sanctuaire de Tanit à Carthage. RHR, 87, 1923, p. 32-68.

Poinssot, Lantier 1927 : POINSSOT (L.), LANTIER (R.) – Fouilles à Carthage. BCTH, 1927, p. 437-474.

Richard 1961 : RICHARD (J.) – Étude médico-légale des urnes sacrificielles puniques et de leur contenu. Lille, Thèse inédite pour le doctorat de médecine, 1961.

Stager, Wolff 1984 : STAGER (L. E.), WOLFF (S. R.) – Child sacrifice at Carthage. Religion rite or population control ? Biblical archaeology review, X, 1, 1984, p. 30-50.

Tejera Gaspar 1979 : TEJERA GASPAR (A.) – Las tumbas fenicias e punicas del Mediterraneo occidental. Estudio tipologico. Séville, Universidad Hispalense, 1979.

Notes

1 Les tophets, rappelons-le, sont ces sanctuaires à ciel ouvert qui sont constitués de lits superposés d’urnes cinéraires contenant des restes d’enfants et accostées d’ex-voto, et dont on a longtemps cru qu’ils avaient été le théâtre de sacrifices humains massifs et systématiques. Il est généralement admis aujourd’hui, même s’il n’y a toujours pas de consensus sur ce point, qu’ils abritent pour l’essentiel, sinon en totalité, des sujets décédés de mort naturelle. La présente étude repose en tout cas sur ce postulat.

2 Cf. Tejera Gaspar 1979, p. 56. Et un site comme celui de Kerkouane où se rencontrent, comme dans certains secteurs de Carthage, des îlots de sépultures enfantines ne fait pas exception à la règle (pour l’un et l’autre sites, voir d’une part, Gallet de Santerre et Slim 1983, passim, d’autre part, e. g. Delattre 1896, p. 70 ; Delattre 1890, p. 154 ; Gauckler 1915, I, p. 206-207 ; Merlin 1918, p. 324-325 et p. 328-330 ; Lapeyre 1934, p. 15 ; Gsell 1927, p. 446). Le nombre total d’enfants y reste très disproportionné à celui des adultes.

3 C’est ce que laissent supposer de furtives indications des fouilleurs et divers indices tels que la typologie ou la taille des tombes (e. g. Delattre 1897, p. 113 ; Delattre 1906, p. 28 ; Gauckler 1915, p. 95 ; Merlin 1918, p. 325 et p. 328-329 ; Poinssot, Lantier 1927, p. 446) ; la qualité des rapports de fouilles ne permet pas d’être plus précis.

4 Nous n’avons relevé que deux exceptions à cette règle : Delattre 1896, p. 65, et Delattre 1899, p. 8, que l’on soupçonne de correspondre à une inhumation secondaire.

5 Nous sommes totalement ignorants de l’âge des quelques enfants dont les restes ont été traités différemment, c’est-à-dire ensevelis en pleine terre dans un puits, déposés sans protection au fond d’une fosse individuelle, recueillis dans un ossuaire de pierre ou autre.

6 Égyptiennes ou égyptisantes pour la majorité d’entre elles.

7 Lapeyre 1934, p. 16. Nous doutons fort qu’un tel objet constitue, comme le pensait le R.P. Lapeyre, un jouet : cf. Bénichou-Safar 2004, p. 57-58.

8 Les vestiges de tissu et d’accessoires pour boutonnage ou agrafage qui sont inutiles à la question traitée, sont ici passés sous silence.

9 Leur rareté même plaide, en effet, en sens contraire et aussi le fait que des objets du même ordre, mais des meubles cette fois aient été découverts dans des tombes d’adultes : Delattre 1897, p. 82-83 et 123 fig. 48-49, 81.

10 Ce qui est manifeste sur la statuette sarde similaire qui est présentée à la fig. 11.

11 Lors de leur découverte, de nombreuses pierres dressées sont, en effet, apparues en liaison avec deux urnes ou plus (on a signalé les cas de cinq et trente-huit urnes : Lapeyre 1939, p. 296-297), tandis que d’autres semblaient au contraire déconnectées des urnes environnantes (cf. Bénichou-Safar 2004, p. 88 et 97).

12 Cf. CIS I, 196.

13 Pour le tophet, cf. Richard 1961, passim, ou Stager, Wolff 1984, p. 39. Dans les nécropoles, ce n’est pas de l’un de ses congénères plus âgés que l’enfant se montre parfois accompagné mais d’un adulte, une femme de préférence, peut-on croire, auquel il semble avoir été confié : Delattre 1906, p. 23 ; Delattre, 1896, p. 64-65 mais surtout Lancel 1982, p. 299-300, où les deux ensevelissements ne sont pas de même époque. Cette coutume semble avoir survécu jusqu’à nos jours dans une partie au moins du monde sémitique : voir les cimetières concernés de l’Algérie ou de la Tunisie.

14 Du fait de la densité des cippes et des stèles à certains niveaux du sanctuaire, il y a en effet impossibilité pratique à ce qu’un tel culte ait été rendu sur place aux défunts.

15 Cf. Lévitique, XXVII, 6 ; Nombres, III, 14 et XVIII, 16.

16 E.g. Exode, XXII, 17 ; Lévitique, XIX, 31 ; Deutéronome, XVIII, 10-11 ; Isaïe, VIII, 19.

17 Cf., par exemple, Kuemmerlin-Mc Lean 1992, IV, p. 468-469 ou Mendelsohn 1962, p. 224 notamment.

18 Cf. Historia Augusta, Vita Macrini, 3, 1 ; Audollent 1901, p. 62.

Table des illustrations

Titre Fig. 1-3. Variétés de cooking-pot, biberon et bazzoula associées aux enfants
Crédits (dessins Merlin, Drappier 1909, pl. IV nos 28-29 et V n° 55).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 4. Cheval porte-jarres (askos) trouvé sur une tombe d’enfant
Crédits (Cintas 1950, pl. LXIX fig. LVII)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1375/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 5. Collier d’amulettes
Crédits (Archives de l’Université catholique de Louvain-la-Neuve).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1375/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 6. Urne cinéraire et vase chardon
Crédits (cliché de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1375/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 7. Enroulement métallique à valeur magique probable
Crédits (Poinssot, Lantier 1923, p. 58 fig. 5).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1375/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 8. Variétés communes d’unguentarium et brûle-parfums
Crédits (Archives de l’Université catholique de Louvain-la-Neuve).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1375/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 9. Askos zoomorphe accompagnant une urne cinéraire
Crédits (cliché P. Cintas).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1375/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 10. Statuette campaniforme accompagnant à Carthage des cendres d’enfant
Crédits (cliché P. Cintas).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1375/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 11. Statuette campaniforme de Bithia
Crédits (d’après Ferron, Aubet, pl. LXXI).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1375/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 12. Plaquette de terre cuite découverte auprès d’une urne
Crédits (Poinssot, Lantier1923, p. 57fig.4).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1375/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 13. Cippe et urnes in situ
Crédits (cliché P. Cintas).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1375/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 14. Stèle CIS 5775 du tophet de Carthage
Crédits (cliché P. Cintas).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1375/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 15. Stèle CIS 5780 (comme la précédente) de la « nécromancie ne »
Crédits (cliché J. Debergh).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1375/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

Auteur

CNRS, UMR 8167 Orient & Méditerranée benisafa@free.fr

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access