Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants

 | 
Antoine Hermary
, 
Céline Dubois

Afrique

Le mobilier d’accompagnement des enfants en Égypte ancienne, à l’époque pharaonique

Amandine Marshall

Résumé

This article is a preliminary study of the grave-goods that were buried with children (0-12 years old) in ancient Egypt, from the beginning of the Old Kingdom to the end of the New Kingdom. The initial results show that children in all age groups are much more frequently buried with grave-goods than without, that the quantity of goods increases with age, and that the objects inter-red with children rarely bear any specific relation with childhood.

Texte intégral

1Cet article sur le mobilier d’accompagnement des enfants à l’époque pharaonique est une étude préliminaire réalisée dans le cadre de ma thèse portant sur les enfants en Égypte ancienne. Par enfant, nous entendons tout à la fois les périnatals (à l’exclusion des fœtus non prématurés), les enfants en bas âge et les enfants jusqu’à l’âge de 12 ans. Cette étude est soumise à trois difficultés majeures qui en conditionnent grandement les résultats et posent des limites très contraignantes.

2En premier lieu, le faible nombre d’inhumations d’enfants à ce jour répertoriées pour la période pharaonique (entre ~ 2700 et ~ 1070 av. J.-C.) : seulement 2319 sépultures pour une période d’environ 1600 ans. Ce déséquilibre incroyable résulte d’un grand nombre de facteurs tels que :

  • la non-conservation des tombes d’enfants, constituées pour la grande majorité d’une simple fosse peu profonde ;

  • le très mauvais état de conservation d’un certain nombre de ces sépultures qui rend leur exploitation scientifique impossible ;

  • la très faible attestation des cimetières d’enfants, qui devaient être beaucoup plus nombreux que ce que reflète la documentation ;

  • le désintérêt particulièrement marqué de la communauté scientifique pour les enfants jusqu’à ces dernières années, qui occasionne d’importantes lacunes dans les rapports de fouilles, même lorsque les tombes sont publiées.

3Le deuxième problème majeur qui s’est posé pour cette étude a résulté du fait que les données de l’éventuel mobilier d’accompagnement de 862 inhumations demeurent inconnues : en effet, dans 659 cas, absolument aucun renseignement n’indique si le jeune défunt a été ou non pourvu de mobilier d’accompagnement et, dans 203 autres cas, il est impossible de déterminer la présence d’un mobilier originel (tombe perturbée, détruite, pillée, inhumation multiple…). Il en résulte que cette étude portera sur un ensemble restreint de 1 457 sépultures.

4Enfin, un dernier problème non négligeable est intervenu dans notre étude du mobilier : le fait que l’âge ou la tranche d’âge de 858 enfants n’ait pas été mentionné, ce qui rend plus malaisée encore la tentative d’étude globale et détaillée de l’accompagnement funéraire des enfants à l’époque pharaonique.

5Il peut paraître surprenant de persister à présenter une étude à partir d’aussi peu d’éléments, pourtant, il est essentiel d’aborder le sujet du mobilier d’accompagnement funéraire des enfants à l’époque pharaonique, principalement et justement parce que la documentation archéologique relative aux enfants, en Égypte, pour la tranche chronologique Ancien Empire-Nouvel Empire, n’a encore jamais été étudiée. Par ailleurs, nous avons jugé intéressant de partager nos premières constatations car s’il est impossible de généraliser cette mince documentation, on constate qu’il s’en dégage toutefois quelques nettes caractéristiques.

Présentation du type de mobilier selon la classe d’âge de l’enfant

6Pour la seule période pharaonique, nous avons ainsi répertorié 1457 enfants dont la répartition par classes d’âge est présentée au Tableau 1.

Tableau 1. Présentation du mobilier funéraire ou de son absence dans les sépultures enfantines par classe d'âge

Mobilier funéraire

Absence de mobilier funéraire

Total

Périnatals

28

59,5 %

19

40,5 %

47

Enfants en bas âge

215

63,5 %

124

36,5 %

339

Enfants grands

166

78 %

47

22 %

213

Enfants (âge ?)

647

75,5 %

211

24,5 %

858

Total

1056 tombes

401 tombes

1457

7Il est donc difficile de se hasarder à faire des comparaisons poussées entre la tranche d’âge du jeune défunt et son éventuel mobilier funéraire. Toutefois, deux faits nets et marquants sont à relever : en premier lieu, on remarque que les enfants – toutes classes d’âge confondues – furent plus volontiers inhumés avec un mobilier d’accompagnement que sans (68,5 % de l’ensemble des cas). Il est également flagrant que plus l’enfant grandit, plus on prend soin de déposer auprès de lui un mobilier d’accompagnement, si modeste soit-il.

Étude générale du mobilier d’accompagnement selon la classe d’âge de l’enfant

8Nous débuterons cette partie par une présentation générale du mobilier funéraire en fonction des classes d’âge puis nous étudierons l’ensemble des biens plus en détail.

Les périnatals

  • 1 Auxquels s’ajoutent deux sépultures dans lesquelles le mobilier d’accompagnement n’a pas pu être dé (...)

9Il est difficile de généraliser à partir d’aussi peu d’exemples. En effet, seules 47 sépultures ont été répertoriées et parmi celles-ci, le mobilier n’a pu être identifié et déterminé que dans 26 cas seulement1 (Tableau 2).

Tableau 2. Composition du mobilier funéraire des périnatals

Tableau 2. Composition du mobilier funéraire des périnatals
  • 2 Résultat obtenu à partir des inhumations comportant uniquement de la vaisselle, de celles comprenan (...)
  • 3 Idem pour la parure.
  • 4 C’est-à-dire comprenant des biens autres que la vaisselle et la parure.

10On note sur cette faible documentation que 59,5 % des inhumations de périnatals ont été pourvues d’un mobilier d’accompagnement. Les biens relevés dans les sépultures comprennent 69 % de vaisselle2 mais seulement 27 % de parure3. En revanche, la proportion de mobilier varié4 est relativement faible (23 %).

Les enfants en bas âge

11Sur l’ensemble des sépultures d’enfants en bas âge répertoriées, on constate que la présence de biens dans les inhumations concerne 63,5 % des cas (Tableau 3).

Tableau 3. Composition du mobilier funéraire des enfants en bas âge

Tableau 3. Composition du mobilier funéraire des enfants en bas âge

12Le mobilier funéraire mis au jour dans ces tombes révèle une proportion à peu près équivalente de vaisselle (54,5 %) et de parure (59 %). En revanche, la proportion des sépultures comportant un mobilier varié demeure peu importante (17,5 %).

Les enfants plus âgés (4-12 ans)

13La proportion de sépultures pourvues en mobilier d’accompagnement est extrêmement forte puisqu’elle concerne 78 % des inhumations enfantines présentées dans le Tableau 4.

Tableau 4. Composition du mobilier funéraire des enfants grands

Tableau 4. Composition du mobilier funéraire des enfants grands

14La présence de parures dans ces tombes est également extrêmement importante, puisque quatre tombes sur cinq (78 % des cas) furent pourvues d’au moins un bijou. Le mobilier constitué par la parure s’impose clairement devant les dépôts de vaisselle qui ne représentent que 51 % des cas. Toutefois, l’importance des offrandes de vaisselle n’est pas négligeable puisqu’une sépulture sur deux en possédait. On note également que la proportion de sépultures comportant du mobilier varié est également beaucoup plus forte qu’aux tranches d’âge précédentes (32 %).

Les enfants d’âge indéterminé

15Le rapport de sépultures d’enfants d’âge indéterminé comprenant du mobilier funéraire est presque aussi important que celui des enfants grands, avec 75,5 % des inhumations concernées (Tableau 5).

Tableau 5. Composition du mobilier funéraire des enfants d’âge indéterminé

Tableau 5. Composition du mobilier funéraire des enfants d’âge indéterminé

16Ces tombes comportent, de manière générale, plus de parure (72 %) que de vaisselle (51 %) dans des proportions similaires chez les enfants grands (respectivement 76 % et 51 %). Le pourcentage de sépultures dans lesquelles furent déposées du mobilier varié est de 12,5 %, soit le plus bas de toutes les classes d’âge.

17Il convient bien évidemment de demeurer prudent quant aux résultats fournis par cette documentation lacunaire qui ne reflétait peut-être pas la réalité antique dans sa globalité.

18La présentation du type de mobilier selon la classe d’âge des enfants indique que la parure et la vaisselle sont les deux types de biens funéraires les plus fréquemment rencontrés, avec une dominance de la première catégorie, sauf chez les périnatals.

Étude du type de mobilier d’accompagnement selon la classe d’âge des enfants

19En Égypte ancienne, les deux types principaux de mobilier retrouvés en contexte d’inhumations d’enfants constituent respectivement 56,5 % et 58,5 % de l’ensemble des biens mis au jour et identifiés. Les autres types de biens regroupés dans la catégorie du mobilier varié n’excèdent pas les 21 % et concernent aussi bien des éléments précieux que des objets de valeur plus modeste.

La parure

20La parure est le type de mobilier le plus présent mais l’on constate toutefois quelques différences selon la classe d’âge du jeune sujet.

Les périnatals

21Les inhumations de périnatals comprenant des bijoux sont peu nombreuses (7 sépultures sur 26 tombes au mobilier connu et identifié). Et celles qui en sont pourvues se révèlent malgré tout modestes en quantité de bijoux (majoritairement, une seule parure déposée).

22En revanche, lorsque l’on s’intéresse au matériau usité (Tableau 6), on se rend compte que des métaux et des pierres de qualité ont été majoritairement utilisés : feuilles d’or, argent, cuivre, améthyste et turquoise constituent 62,5 % des matériaux usités. En ce qui concerne les parures retrouvées, aucune trace d’éléments en matériaux organiques n’a été mise au jour mais l’échantillonnage est bien trop faible pour que l’on puisse généraliser cette constatation. De même qu’il serait imprudent d’admettre que les parures des périnatals aient été plus souvent réalisées en matériaux précieux plutôt que communs.

Tableau 6. Matériaux utilisés pour les parures trouvées dans les tombes de périnatals

Nombre d’attestations

Pierres

4

Métaux

3

Matériaux artificiels

1

Matériaux organiques

/

Matériaux inconnus

2

10

Les enfants en bas âge

  • 5 Respectivement trente-deux, neuf et quatre attestations.

23Plus de la moitié des sépultures d’enfants dont le mobilier fut identifié (59 % soit 127 tombes sur 215) comporte une ou plusieurs parures. Sur ces 127 tombes, il est à noter que les trois-quarts des enfants (60,5 %) ont été inhumés avec une seule parure. Cette estimation était vraisemblablement plus importante, si l’on considère que les mentions « perles », « perles et amulettes » ou « amulettes », devaient concerner plusieurs colliers ou bracelets unitaires5.

24Les parures identifiées les plus fréquentes sont les colliers (48 %) et les bracelets de poignets (28 %). Dans une moindre mesure, on note la présence de boucles d’oreilles (9 %), de bagues (7,5 %), de bracelets de chevilles (7 %) et de ceinture/cordon de perles (0,5 %).

  • 6 Quelques cas ont ainsi été attestés avec certitude dans des sépultures du cimetière prédynastique d (...)

25Sur un total de 280 matériaux usités pour ces parures, seuls 36 n’ont pas été mentionnés, ce qui permet une bonne vue d’ensemble des matériaux privilégiés soit pour la confection de parures à destination des enfants soit de la qualité des parures déposées dans la tombe mais qui, à l’origine, appartenaient à des adultes6(Tableau 7).

Tableau 7. Matériaux utilisés pour les parures trouvées dans les tombes d’enfants en bas âge

Nombre d’attestations

Pourcentage des matériaux utilisés

Matériaux artificiels

106

38 %

Pierres

74

26 %

Matériaux organiques

31

11 %

Métaux

26

9 %

Matériaux mixtes

9

3 %

Matériaux inconnus

36

13 %

282

100 %

  • 7 Ces deux matériaux constituent 92,5 % des cas (soit quatre-vingt-dix-huit attestations sur cent-six (...)

26Les matériaux artificiels (essentiellement la faïence, et le verre7) sont les plus employés pour la réalisation des parures retrouvées en contexte funéraire et en rapport avec des enfants en bas âge.

27En ce qui concerne les pierres, qui arrivent en deuxième position, on note que si quinze pierres différentes ont été répertoriées, en revanche, seule la cornaline se distingue très nettement des autres puisqu’elle constitue à elle seule 54 % des pierres montées en parure. Bien que la cornaline ait été trouvée en grande quantité dans le désert de l’Est et en Nubie, elle était considérée par les Égyptiens comme suffisamment précieuse pour qu’ils la distinguent des autres pierres, au même titre que le lapislazuli ou la turquoise (Andrews 1994, p. 102). Il est également intéressant de souligner que d’autres pierres semi-précieuses ont été employées pour confectionner ces parures : améthyste, agate, calcédoine, jaspe, grenat, cristal de roche, cristal et lapis.

28La faible quantité de bijoux en matériaux organiques ne doit pas faire oublier que le bois, le papyrus, les graminées, la peau animale, la terre crue et bien d’autres matériaux encore étaient extrêmement fragiles et/ou périssables, d’où une représentativité qui ne doit pas correspondre à la réalité antique. Il est toutefois malheureusement impossible d’établir dans quelle proportion la perte de ce type de parure est effective. Le coquillage est le matériau le plus usité, avec 45 % d’attestations. Viennent ensuite l’ivoire, la corne, l’os, le bois, l’œuf d’autruche et la terre crue. Les bijoux en parures organiques, à l’exception de l’ivoire, étaient donc des biens dont la valeur est de moindre qualité ou ne peut être estimée.

29La dernière catégorie importante de matériaux répertoriée pour la confection totale ou partielle de parures d’enfants en bas âge est celle des métaux. L’or est attesté à dix reprises, l’argent, à cinq, le fer, à quatre, le bronze et le cuivre à trois reprises, et un alliage d’or et de cuivre est également présent une fois. Si la présence de métaux demeure très faible par rapport à l’ensemble des matériaux répertoriés (9 %), elle demeure toutefois conséquente, étant donné la très grande valeur des métaux dans l’antiquité égyptienne.

30Les parures en rapport avec les enfants en bas âge comprennent l’utilisation de 35 matériaux distincts répartis dans les catégories matériaux artificiels, pierres, matériaux organiques, métaux et matériaux mixtes. Il est impossible d’estimer avec certitude la valeur de tous ces matériaux en dehors des matériaux précieux ou semi précieux dont la présence n’est pas négligeable, surtout pour des enfants aussi jeunes. Un total de 92 matériaux précieux et semi-précieux (soit 37 %) fut employé, parmi lesquels l’or, l’argent, le fer, le bronze, le cuivre, la cornaline, l’améthyste, le lapis-lazuli, le cristal de roche, le jaspe, l’agate, le grenat et l’ivoire.

31Que ces parures aient été retrouvées dans des tombes d’enfants en bas âge comprenant uniquement des bijoux, dans des sépultures comportant à la fois des bijoux et de la vaisselle ou dans des inhumations au mobilier d’accompagnement varié, aucune distinction n’a été relevée que ce soit dans le type de parure privilégié ou dans le choix du matériau.

Les enfants plus âgés (4-12 ans)

32La proportion des enfants ayant été dotés d’une ou de plusieurs parures est extrêmement importante dans cette classe d’âge puisqu’elle concerne 78 % des sépultures d’enfants âgés de 4 à 12 ans. Pourtant, dans l’ensemble, les jeunes défunts ont été peu pourvus en bijoux : sur un ensemble de 83 enfants pour lesquels le nombre de parures a pu être établi avec certitude, on note que 56 d’entre eux furent pourvus d’une seule parure (soit 67,5 %), 13 en reçurent deux (15,5 %), 7 en possédaient trois (8,5 %) et 5 enfants furent dotés respectivement de quatre, cinq, six, sept et quatorze parures.

  • 8 Respectivement trente-deux, neuf et quatre attestations.

33Les tombes d’enfants âgés de 4 à 12 ans dont le mobilier d’accompagnement comportait respectivement un bijou et deux bijoux constituent donc 83 % des cas. Cette estimation devait toutefois être un peu plus importante, si l’on considère que les huit mentions « perles » devaient pour la plupart se rapporter à des parures unitaires, très probablement des colliers ou bracelets8.

34La large majorité des parures identifiées correspond à des colliers (60,5 %). Dans une moindre mesure, on rencontre également des bracelets de poignet (17 %), des bijoux de cheveux (9 %), des boucles d’oreilles (5,5 %), des bagues (4,5 %), des bracelets de chevilles (2 %) et des ceintures (1,5 %).

35Sur un total de 308 matériaux usités pour ces parures, seuls 24 n’ont pas été mentionnés, ce qui permet une bonne vue d’ensemble des matériaux privilégiés soit pour la confection de parures à destination des enfants soit de la qualité des parures déposées dans la tombe mais qui, à l’origine, appartenaient à des adultes (Tableau 8).

Tableau 8. Matériaux utilisés pour les parures trouvées dans les tombes d’enfants plus âgés

Nombre d’attestations

Pourcentage des matériaux utilisés

Pierres

99

32 %

Matériaux artificiels

89

29 %

Matériaux organiques

54

17.5 %

Métaux

39

12,5 %

Matériaux mixtes

3

1 %

Matériaux inconnus

24

8 %

308

100 %

36Les pierres et les matériaux artificiels sont les deux catégories de matériaux les plus employées, avec une proportion quasiment similaire. La cornaline demeure toujours la pierre la plus usitée (57,5 % pour un ensemble de quinze pierres). On note à nouveau la présence de pierres fines telles que le jaspe, l’améthyste, le lapislazuli, l’agate et peut-être une attestation de turquoise.

37Viennent ensuite les matériaux organiques, essentiellement en coquillage et ivoire (81,5 % des attestations), les métaux (l’or et l’argent intervenant dans respectivement 38,5 % et 20 % des parures en métal) et enfin trois attestations de matériaux mixtes en stéatite glaçurée.

38Les parures en rapport avec les enfants âgés de 4 à 12 ans comprennent un total de 35 matériaux distincts et identifiés répartis dans les catégories matériaux artificiels, pierres, matériaux organiques, métaux et matériaux mixtes. La part de matériaux précieux ou semi-précieux n’est pas négligeable puisqu’elle concerne l’emploi de 125 matériaux précieux ou semi-précieux (soit 44 %) pour la réalisation partielle ou complète de parure, parmi lesquels l’or, l’argent, le bronze, le cuivre, la cornaline, l’améthyste, le lapis-lazuli, la turquoise, l’agate, le jaspe et l’ivoire. En revanche, il est plus difficile d’appréhender la valeur que pouvaient avoir des parures en cornaline ou en faïence.

39L’emploi de matériaux de valeur est presque équivalent chez les enfants en bas âge et plus grands. On remarque également qu’aucune distinction notable n’a été faite dans le type de parure privilégié pour accompagner le jeune défunt dans l’au-delà ou dans le matériau choisi, que les bijoux aient été mis au jour dans des sépultures comportant à la fois des bijoux et de la vaisselle ou dans des inhumations au mobilier d’accompagnement varié.

Les enfants d’âge indéterminé

40La proportion des enfants d’âge indéterminé, pourvus d’une ou de plusieurs parures, est extrêmement importante, puisqu’elle concerne 72 % des sépultures. Toutefois, le nombre de ces bijoux dans chaque tombe est limité :

  • 74,5 % ont été découverts avec une parure unique,

  • 14 % ont été inhumés avec deux bijoux,

  • 8 % ont été déposés dans leur tombe avec trois parures à leurs côtés.

41La large majorité des parures identifiées correspond à des colliers (61 %). Dans une moindre mesure, on rencontre également des bracelets de poignet (22,5 %), des bagues (4,5 %), des boucles d’oreilles (4 %), des anneaux (3,5 %), des bracelets de chevilles (3 %) et des bijoux de cheveux (0,5 %). Les colliers forment une nouvelle fois le type de parure qui se distingue le plus en contexte d’inhumation d’enfant. Les autres types de bijoux répertoriés sont beaucoup plus rares.

42L’étude des matériaux usités pour ces parures (Tableau 9) a révélé deux constats étonnants : tout d’abord, le très faible emploi des pierres qui faisaient jusque-là partie des matériaux privilégiés (en première ou deuxième position) et se retrouvent ici bien loin derrière les matériaux organiques et artificiels et même les métaux ! Ensuite, on note l’usage massif de matériaux organiques (40,5 %) qui n’apparaissaient précédemment qu’en troisième position dans nos classements. En revanche, on relève une tendance à peu près similaire dans les matériaux privilégiés à l’intérieur de chaque catégorie : l’or et le cuivre constituent respectivement 50 % et 34 % des métaux ; la cornaline, 66,5 % des pierres ; la faïence 80 % des matériaux artificiels ; et enfin, le coquillage et l’ivoire forment respectivement 62,5 % et 17,5 % des matériaux organiques.

Tableau 9. Matériaux utilisés pour les parures trouvées dans les tombes d’enfants (âge indéterminé)

Nombre d’attestations

Pourcentage des matériaux utilisés

Matériaux organiques

245

40.5 %

Matériaux artificiels

147

24.5 %

Métaux

75

12.5 %

Pierres

38

6.5 %

Matériaux mixtes

20

3 %

Matériaux inconnus

80

13 %

605

100

43Les parures des enfants d’âge indéterminé comprennent un ensemble de trente-sept matériaux distincts et identifiés répartis dans les catégories matériaux artificiels, organiques, pierres, métaux et matériaux mixtes. La part de bijoux en matériaux organiques est bien plus importante que celle des classes dont l’âge des enfants a pu être établi, et de fait, la proportion de matériaux précieux ou semi-précieux utilisés pour réaliser ces parures est moindre (32,5 %). Ces derniers font appel à l’or, l’argent, le bronze, le cuivre, la cornaline, l’améthyste, le cristal de roche, la turquoise, l’agate, le jaspe, le grenat ainsi qu’à l’ivoire.

44La catégorie des enfants dont la classe d’âge n’a pas été établie rassemble le nombre le plus important d’enfants (858 sur 1457). Elle regroupe donc aussi bien des périnatals, des enfants en bas âge que des enfants âgés de 4 à 12 ans. Il est donc impossible de généraliser les résultats obtenus ici. Toutefois, on constate une présence massive de parures en matériaux organiques qui indique que le hasard des lacunes et surtout, la périssabilité de ces bijoux, induit une mauvaise représentativité des données conservées pour les classes d’âge précédentes. Il convient donc de rétablir le fait qu’il est indéniable que les parures en matériaux organiques aient été bien plus importantes que ce que la documentation actuelle ne le laisse transparaître.

45D’une manière générale, on constate que l’âge des jeunes défunts – qu’ils aient été des périnatals, des enfants en bas âge ou des enfants plus grands – n’a influencé ni le choix d’un type de parure plutôt qu’un autre ni même le choix de matériaux particuliers (même pour ceux ayant une grande valeur économique) pour la confection des parures que l’on a retrouvées dans leurs tombes. Le collier est sans conteste le bijou qui fut le plus déposé dans les tombes d’enfants, les autres types de parures (bracelets de poignets inclus) étant bien moins attestés.

46La cornaline et la faïence constituent 51 % des matériaux employés pour la réalisation des bijoux d’enfants ou associés aux enfants. En effet, les lacunes des rapports archéologiques (parfois dus au mauvais état de conservation des pièces) ne permettent quasiment jamais de pouvoir établir si la parure retrouvée dans la sépulture d’un enfant était en rapport direct avec l’enfant ou pas, ou si elle fut déposée en offrande par quelque adulte auquel elle appartenait.

La vaisselle

47La présence de vaisselle est extrêmement importante dans les inhumations d’enfants, toutes classes d’âge confondues, puisqu’elle représente 55 % du mobilier connu. À l’exception des périnatals dont elle constitue le mobilier funéraire principal, la vaisselle se retrouve dans des proportions à peu près équivalentes dans les tombes des enfants en bas âge, des enfants grands et des enfants dont l’âge n’a pas été déterminé. La différenciation entre les classes d’âge se révèle plutôt dans la quantité de vaisselle déposée dans les sépultures.

48L’étude fine de la vaisselle retrouvée dans les tombes est rendue difficile par le très large emploi de termes génériques tels que « vase » ou « vaisselle » et l’absence, dans la plupart des cas, du matériau de la vaisselle en question. Toutefois, trois types de mobilier se distinguent : la vaisselle servant à conserver les liquides (type cruche, amphore, jarre à boire…), la vaisselle servant à contenir de la nourriture et/ou des liquides (type coupe, gobelet, godet, plat…) et la vaisselle cosmétique (pot à khôl, vase de toilette, vase à onguent…).

Les périnatals

49Sur un ensemble de 26 tombes au mobilier identifié, 18 possèdent au moins une vaisselle (soit 69 % des inhumations) qui constitue le bien funéraire le plus attesté. Toutefois, la quantité de vaisselle reste assez faible ainsi qu’en atteste le Tableau 10. On peut répartir ces 27 vaisselles en quatre catégories détaillées au Tableau 11.

Tableau 10. Évaluation du nombre de vaisselle déposée dans les tombes de périnatals

Nombre de vaisselle par sépulture

Nombre de sépultures concernées

1

12

2

4

3

1

4

1

Tableau 11. Présentation du type de vaisselle déposée dans les tombes de périnatals

Type de vaisselle

Attestations

Vaisselle servant/contenant des liquides

13

Vaisselle servant à recevoir la nourriture/la boisson

7

Vaisselle cosmétique

/

Vaisselle à la fonction indéterminée

7

50S’il n’est pas permis de faire des généralités à partir d’aussi peu d’attestations, en revanche, il convient de noter que la vaisselle forme la majorité du type de mobilier déposé avec le périnatal dans sa sépulture, mais que les quantités demeurent toujours très faibles. Le fait qu’aucune vaisselle cosmétique n’ait été enregistrée dans notre corpus est peut-être dû à un simple hasard des lacunes et au très faible nombre de sépultures de périnatals enregistrées.

Les enfants en bas âge

51Sur un ensemble de 215 tombes au mobilier connu, 114 possèdent au moins une vaisselle (soit 53 % des inhumations). Toutefois, la quantité de vaisselle reste assez faible ainsi qu’en atteste le Tableau 12. On peut répartir ces 272 vaisselles en quatre catégories détaillées au Tableau 13.

Tableau 12. Évaluation du nombre de vaisselle déposée dans les tombes d’enfants en bas âge

Nombre de vaisselle par sépulture

Nombre de sépultures concernées

1

45

2

31

3

15

4

6

5

3

6

2

7

1

8

1

9 et plus

5

Nombre indéterminé

3

Fragments de vaisselle

4

Tableau 13. Présentation du type de vaisselle retrouvée dans les tombes d’enfants en bas âge

Type de vaisselle

Attestations

Vaisselle servant/contenant des liquides

116

Vaisselle servant à recevoir la nourriture/la boisson

63

Vaisselle cosmétique

5

Vaisselle à la fonction indéterminée

81

Ne sont pas pris en compte ici les fragments de céramique ainsi que les vaisselles dont le nombre n’était pas mentionné dans les publications.

52Si la vaisselle la plus attestée paraît être celle contenant des liquides, il convient de demeurer extrêmement prudent puisque les données relatives aux vases dont la fonction n’a pas été établie concernent 30,5 % de l’ensemble de ce type de mobilier soit une vaisselle sur trois.

Les enfants plus âgés (4-12 ans)

53Sur un ensemble de 146 tombes au mobilier connu, 75 ont livré au moins une vaisselle (soit 51,5 %). Tout comme chez les enfants en bas âge, la quantité de vaisselle demeure assez faible ainsi qu’en atteste le Tableau 14. On peut répartir ces 313 vaisselles en quatre catégories détaillées au Tableau 15.

Tableau 14. Évaluation du nombre de vaisselle déposée dans les tombes d’enfants plus âgés

Nombre de vaisselle par sépulture

Nombre de sépultures concernées

1

27

2

15

3

2

4

3

5

4

6

3

7

2

8

2

9 et plus

9

Nombre indéterminé

6

Vaisselle fragmentaire

2

Tableau 15. Présentation du type de vaisselle retrouvée dans les tombes d’enfants plus âgés

Type de vaisselle

Attestations

Vaisselle servant/contenant des liquides

69

Vaisselle servant à recevoir la nourriture/la boisson

54

Vaisselle cosmétique

16

Vaisselle à la fonction indéterminée

172

Ne sont pas pris en compte ici les fragments de céramique ainsi que les vaisselles dont le nombre n’était pas mentionné dans les publications

54Si la proportion des inhumations comportant au moins une vaisselle est à peu près équivalente à celle que l’on retrouve chez les enfants en bas âge, en revanche, on constate pour cette tranche d’âge une présence bien plus élevée de tombes dans lesquelles a été retrouvé un dépôt de trois vaisselles ou plus.

55La quantité de vaisselle à la fonction indéterminée demeure très forte (55 %) si bien qu’il est impossible de généraliser. Il semblerait tout de même que la part de vaisselle en rapport avec la cosmétique soit demeurée faible.

Les enfants d’âge indéterminé

56Sur un ensemble de 610 sépultures au mobilier connu, 312 possèdent au moins une vaisselle (soit 48,5 % des inhumations). Tout comme chez les enfants en bas âge, la quantité de vaisselle demeure assez faible ainsi qu’en atteste le Tableau 16. On peut répartir ces 523 vaisselles en quatre catégories détaillées au Tableau 17.

Tableau 16. Évaluation du nombre de vaisselle déposée dans les tombes d’enfants grands

Nombre de vaisselle par sépulture

Nombre de sépultures concernées

1

190

2

68

3

24

4

13

5

5

6

1

7

4

13

1

Nombre indéterminé

6

Tableau 17. Présentation du type de vaisselle retrouvée dans les tombes d’enfants d’âge indéterminé

Type de vaisselle

Attestations

Vaisselle servant/contenant des liquides

23

Vaisselle servant à recevoir la nourriture/la boisson

43

Vaisselle cosmétique

9

Vaisselle à la fonction indéterminée

445

Ne sont pas pris en compte ici les fragments de céramique et les vaisselles dont le nombre n’était pas mentionné dans les publications.

57Dans cette catégorie d’inhumations regroupant tout aussi bien des enfants en bas âge que des enfants plus grands, voire même des périnatals, presque un sujet sur deux fut pourvu d’au moins une vaisselle (48,5 % des cas). On note également que la proportion d’enfants ayant reçu trois vaisselles ou plus comme mobilier d’accompagnement est relativement importante, surtout si on la compare aux catégories d’âge précédemment étudiées.

58Lorsque l’on se penche sur le type de vaisselle spécifique retrouvée dans ces inhumations, on se rend compte que toute étude sur le sujet est vouée à l’échec, les données inconnues s’élevant à 85 % !

59Les tombes d’enfants – toutes classes d’âge confondues – dont le mobilier funéraire comprend respectivement un et deux vases s’élèvent à 75,5 %, soit presque quatre tombes sur cinq. Si les adultes pourvoyaient volontiers de vaisselle leur progéniture trop tôt décédée, en revanche, très peu de mobilier d’accompagnement comportait plus de trois vaisselles. Cette proportion est toutefois plus importante chez les enfants de 4 et 12 ans que chez les enfants en bas âge et plus encore les périnatals. Il semblerait par ailleurs – mais les lacunes sont très importantes – que la vaisselle alimentaire ait été privilégiée au détriment de la vaisselle cosmétique.

Autre mobilier

60Le mobilier varié comporte beaucoup d’éléments divers que nous avons regroupés dans les catégories suivantes : jouets, objets de toilette (hors vaisselle cosmétique), nourriture, coquillages, outils, armes, vêtements et sandales, ouchebtis et varia. Il concerne 5 sépultures de périnatals, 34 tombes d’enfants en bas âge, 47 inhumations d’enfants grands et 76 sépultures d’enfants à l’âge indéterminé.

Les jouets

61C’est la catégorie qui correspond le plus au monde de l’enfance, pourtant, seulement 10 attestations ont été répertoriées : 5 poupées, 3 balles et 1 figurine animale (Tableau 18). La difficulté majeure concernant l’étude des jouets est liée à la réalité de leur identification à la fonction de jouet. En effet, la documentation montre qu’aucun objet égyptien n’est jamais « juste » un jouet.

Tableau 18. Présentation des jouets retrouvés dans les tombes d’enfants

Type de jouet

Matériau

Classe d’âge du jeune défunt

Poupée (1)

Bois

Enfant grand

Poupée (2)

Céramique

Enfant grand

Poupée (3)

Céramique

Enfant (âge ?)

Poupée (4)

 ?

Enfant (âge ?)

Poupée (5)

 ?

Enfant (âge ?)

Balle (6)

Boue

Enfant en bas âge

Balle (7)

Argile

Enfant (âge ?)

Balle (8)

Lin et fibres de palme

Enfant (âge ?)

Figurine animale (9)

Boue

Enfant (âge ?)

62Que ce soient les hochets, les poupées, les figurines animales, les objets articulés ou encore les miniatures de la vie quotidienne, tous possèdent des équivalences à consonance rituelle, magique ou religieuse. Si bien qu’en l’absence de contexte établi et ôtant très clairement toute ambiguïté à leur sujet, le doute plane toujours sur la majorité de ces objets, découverts dans la tombe d’un enfant en bas âge, de trois enfants plus âgés (4-12 ans) et de six enfants à l’âge non précisé.

63Force est de constater qu’il n’était guère coutumier aux Égyptiens de l’antiquité de déposer auprès de leur progéniture trop tôt disparue un ou plusieurs jouets avec lesquels ceux-ci avaient coutume de s’amuser. Peut-être parce que les familles étant nombreuses, les jouets étaient plutôt collectifs qu’individuels ?

Les objets de toilette

64C’est la catégorie de biens la plus attestée puisqu’elle est présente dans 36 sépultures enfantines (Tableau 19).On dénombre ainsi 12 miroirs, 6 épingles à vêtement, 6 cuillers à fard, 5 spatules à fard, 5 peignes ainsi que plusieurs palettes à fard. Enfin, une perruque de cheveux naturels complète l’ensemble. Elle fut retrouvée dans la sépulture d’un enfant souffrant d’hydrocéphalie et de calvitie.

Tableau 19. Présentation des objets de toilette retrouvés dans les tombes d’enfants

Type d’objets

Matériau

Attestations

Classe d’âge du défunt

Miroir (1)

Cuivre, bronze et ?

12

2 enfants en bas âge, 4 enfants grands et

6 enfants (âge ?)

Épingle à vêtement (2)

Cuivre, argent et bronze

6

2 enfants en bas âge et 4 enfants grands

Cuiller à fard (3)

Ivoire et ?

6

3 grands enfants et 1 enfant (âge ?)

Spatule à fard (4)

Ivoire, ardoise, calcite et os

5

3 grands enfants et 1 enfant (âge ?)

Peigne (5)

Bois et ?

5

3 enfants grands et 1 enfant (âge ?)

Palette à fard (6)

Ardoise et ?

 ?

3 enfants en bas âge, 1 enfant grand et 1

enfant (âge ?)

Perruque (7)

Perruque (7)

1

1 enfant grand

65Après la catégorie des bijoux et de la vaisselle (pour laquelle on dénombre par ailleurs une trentaine de vases cosmétiques), c’est donc la troisième catégorie de biens que l’on retrouve le plus dans les inhumations d’enfants. Il convient de rappeler ici que le maquillage n’avait pas seulement une fonction esthétique dans l’antiquité égyptienne mais qu’il était également un moyen de se protéger (du soleil et des insectes essentiellement). Toutefois, des éléments comme les miroirs ou les épingles à vêtement, surtout en matériaux précieux, sont plutôt à considérer comme des offrandes à dissocier de l’âge du jeune défunt.

La nourriture

66Le dépôt de nourriture dans des sépultures d’enfants paraît avoir été une coutume peu fréquente (Tableau 20) et comporte essentiellement des fruits (noix-doûm, fruits du sycomore, du nebek et fruits non détaillés). Dans une moindre mesure, les archéologues ont également recueilli des grains de céréales, des tiges de plantes ou feuilles, du pain et de la viande (une côte de bœuf et un os de la jambe d’un bovin).

Tableau 20. Présentation des aliments retrouvés dans les tombes d’enfants

Type d’aliments

Attestations

Classe d’âge du jeune défunt

Fruits (1)

13

3 enfants grands et 10 enfants (âge ?)

Grains (2)

4

3 enfants grands et 1 enfant (âge ?)

Tiges de plante/feuilles (3)

2

1 enfant grand et 1 enfant (âge ?)

Pain (4)

2

1 enfant grand et 1 enfant (âge ?)

Viande (5)

2

2 enfants grands

  • 9 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, I, 80 (traduit du grec par Ferdinand Hoefer. Paris, Cha (...)

67La présence de tiges végétales fait vraisemblablement écho au témoignage plus tardif de Diodore de Sicile9 : « [les parents égyptiens] leur donnent des aliments cuits très simples, des tiges de papyrus, qui peuvent être grillées au feu, des racines et des tiges de plantes palustres, tantôt crues, tantôt bouillies ou rôties ».

68S’il n’est pas étonnant de trouver des fruits et du pain auprès des jeunes défunts puisque ces aliments comptent parmi les plus déposés dans les sépultures égyptiennes, en revanche, on notera que les deux offrandes de viande concernent des enfants âgés de 10-12 et 12 ans.

69Ce sont donc 21 enfants (sur 1457) qui furent pourvus d’une ou de plusieurs denrées alimentaires, uniquement constituées d’aliments basiques. Si aucune nourriture ne paraît avoir été déposée auprès d’un périnatal ou d’un enfant en bas âge, il ne faut pas oublier que l’âge de 17 jeunes défunts n’a pas été mentionné dans les rapports de fouilles et qu’il ne peut s’agir ici que d’une simple coïncidence.

Les coquillages

  • 10 Hors coquillages expressément identifiés comme parures.

70Si 25 sépultures enfantines ont livré de multiples coquillages10 (Tableau 21), malheureusement les rapports archéologiques ne précisent que très rarement leur fonction originelle (alimentaire, décorative ou fonctionnelle), leur nombre et leur espèce, si bien qu’il est ardu de se faire une idée précise de l’intérêt d’un tel dépôt dans une tombe d’enfant.

Tableau 21. Présentation des coquillages retrouvés dans les tombes d’enfants

Type de coquillage

Attestations

Classe d’âge du jeune défunt

Cauri (1)

5

1 enfant en bas âge, 1 enfant grand et 3 enfants (âge ?)

Unio (2)

3

2 enfants grands et 1 enfant (âge ?)

Conus (3)

2

1 enfant en bas âge et 1 enfant (âge ?)

Nassacoupé (4)

1

1 enfant en bas âge

Ancillaria (5)

1

1 enfant (âge ?)

Mutela (6)

1

1 enfant (âge ?)

Pecten (7)

1

1 enfant en bas âge

Spatha (8)

1

1 enfant (âge ?)

« Coquillage » (9)

14

6 enfants en bas âge et 8 enfants (âge ?)

71Les coquillages d’eau douce et de mer dont l’identification formelle a été faite par le fouilleur sont des Cauri, des Unio et une unique attestation de Nassacoupé, de Conus, d’Ancillaria, de Mutela, de Pecten et de Spatha.

72Les enfants concernés par ce type d’offrandes sont huit enfants en bas âge, trois enfants grands et quatorze enfants dont l’âge n’a pas été précisé.

Les outils

73Nous avons fait dans cette catégorie la distinction entre les outils rudimentaires en pierre des outils plus élaborés ou en métaux (Tableaux 22a et b). 19 sépultures d’enfants sont concernées par le premier type qui consiste essentiellement en moulin à broyer, couteau en silex, pierre à frotter, grattoir, pilon, palette à moudre, pierre à aiguiser, mortier et silex taillé.

Tableau 22a. Présentation des outils retrouvés dans les tombes d’enfants

Type d’outils

Matériau

Attestations

Classe d’âge du défunt

Moulin à broyer (1)

Quartzite, grès et ?

6

2 enfants grands et 4 enfants (âge ?)

Pierre à frotter (2)

Pierre

3

1 enfant en bas âge et 2 enfants grands

Couteau (3)

Silex

2

1 enfant en bas âge et 1 enfant (âge ?)

Grattoir (4)

Pierre

2

2 enfants en bas âge

Pilon (5)

Pierre

2

1 enfant en bas âge et 1 enfant (âge ?)

Palette à moudre (6)

Pierre

1

1 enfant en bas âge

Pierre à aiguiser (7)

Quartzite

1

1 enfant grand

Mortier (8)

Pierre

1

1 enfant grand

Outil indét. (9)

Silex

1

1 enfant grand

Tableau 22b. Présentation des outils retrouvés dans les tombes d’enfants

Type d’outils

Matériau

Attestations

Classe d’âge du défunt

Houes (1)

Bois

 ?

1 enfant en bas âge

Couteau et lame (2)

Cuivre

2

2 enfants (âge ?)

Ciseau et modèle de ciseau (3)

Cuivre

2

1 enfant grand et 1 enfant (âge ?)

Outil (4)

Bronze

1

1 enfant grand

Aiguille (5)

Fer

1

1 enfant (2-4 ans)

Aiguille démêloir (6)

Bois et ivoire

2

2 enfants grands

74Enfin, quelques outils plus élaborés ou plus précieux furent également découverts dans dix inhumations enfantines : des houes en bois, un couteau, une lame, un ciseau et un possible modèle de ciseau, tous en cuivre, un outil en bronze brisé et trois aiguilles en fer, ivoire et bois.

75Cette catégorie d’objet est tout à fait étrangère au monde de l’enfant et plus encore celui de la petite enfance pourtant présente avec cinq attestations. On peut éventuellement concevoir que des enfants de 11-12 ans aient participé ou aidé des tâches manuelles et qu’ils aient donc su manipuler un moulin à broyer ou une pierre à aiguiser, mais il nous apparaît plus probable qu’il s’agisse là d’offrandes d’adultes sans aucun lien avec l’âge du jeune défunt. Par ailleurs, on constate à sept reprises que les Égyptiens ont consenti volontairement à se séparer de biens matériellement précieux en cuivre, bronze, fer et ivoire.

Les armes

  • 11 Sans autre précision quant au nombre, matériau et type d’arme.

76Seules trois attestions de dépôts d’armes en contexte de sépulture enfantine nous sont parvenues. Elles consistent en deux modèles de boomerang, un bâton de jet en bois et des armes11 (Tableau 23).

Tableau 23. Présentation des armes retrouvées dans les tombes d’enfants

Type d’armes

Matériau

Attestations

Classe d’âge du défunt

Modèles de boomerang (1)

Bois

2

1 enfant (âge ?)

Bâton de jet (2)

Bois

0

1 enfant (âge ?)

« Armes » (3)

 ?

 ?

1 enfant grand

77Si les deux premiers dépôts peuvent trouver une explication naturelle à leur présence dans la tombe d’un enfant puisque les jeunes Égyptiens accompagnaient parfois les adultes chasser les oiseaux avec ce type d’arme, en revanche, le dépôt d’armes dans la troisième sépulture s’expliquerait, à notre avis, soit par le fait que l’enfant était destiné à une carrière militaire, soit par une offrande d’un adulte indifférente à l’âge du jeune sujet.

Les vêtements et les sandales

78Nous avons ici répertorié uniquement les vêtements et sandales déposés en offrandes dans la sépulture, par conséquent non portés par le jeune défunt, et ils sont peu nombreux (Tableau 24).

Tableau 24. Présentation des vêtements et sandales trouvés dans les tombes d’enfants

Vêtements et sandales

Matériau

Attestations

Classe d’âge du défunt

Un vêtement (1)

 ?

1

1 enfant (âge ?)

Un coussinet de vêtements rugueux (2)

 ?

2

2 enfants (âge ?)

Une paire de sandales (3)

Cuir

1

1 enfant (2-4 ans)

79Trois enfants à l’âge indéterminé ont été inhumés avec respectivement, un vêtement, un coussinet de vêtements rugueux et un paquet de vêtements rugueux. Quant aux sandales, seul un enfant âgé de 2-4 ans fut enterré avec une paire de chaussures, peut-être la sienne.

80Trois hypothèses et faits, probablement complémentaires, peuvent expliquer la rareté de ces biens en contexte funéraire : tout d’abord, le climat égyptien, qui faisait que la plus grande partie de l’année, les enfants allaient nus. Ensuite, les vêtements et les chaussures étant probablement des biens onéreux pour la plupart des anciens Égyptiens, il n’est pas impossible que les parents aient préféré les conserver pour l’usage d’autres enfants de la famille plutôt que de les déposer auprès de leur enfant trop tôt décédé. Enfin, la très large majorité des petits Égyptiens ne portaient pas de sandales, par commodité mais également pour les raisons économiques susmentionnées.

Les ouchebtis

81Ces petites figurines représentant le serviteur du mort dans l’Au-delà se retrouvent singulièrement dans les tombes de cinq enfants inhumés dans la nécropole de Tell Basta et d’un autre enterré dans la tombe d’un adulte à Deir el-Médineh (Tableau 25).

Tableau 25. Présentation des ouchebtis retrouvés dans les tombes d’enfants

Ouchebtis

Matériau

Attestations

Classe d’âge du défunt

ouchebti (1)

Schiste et ?

2

1 enfant grand et 1 enfant (âge ?)

4 ouchebtis (2)

Terre cuite

1

1 enfant (âge ?)

5 ouchebtis (3)

Terre cuite

1

1 enfant (âge ?)

12 ouchebtis (4)

Terre cuite

1

1 enfant (âge ?)

X ouchebtis (5)

Bois

1

1 enfant (âge ?)

82Deux d’entre eux furent pourvus d’une seule de ces petites statuettes, un autre en reçut quatre, un autre, cinq, un autre douze et un dernier, un nombre non précisé dans le rapport de fouilles. Dans un cas, le rapport de fouilles mentionne que l’ouchebti déposé auprès de l’enfant n’avait aucune connexion logique avec celui-ci et qu’il s’agissait d’un réemploi rituel (Bakr 1982, p. 157). C’est peut-être le cas des autres ouchebtis. Toutefois, on ne peut exclure que les Égyptiens aient, dans quelques rares cas, déposés ce type de statuette censée remplacer le défunt dans ses tâches à accomplir dans l’Au-delà, afin que celui-ci veille sur leur enfant trop tôt disparu.

Varia

83Dans cette catégorie bien plus vaste que les précédentes, rentrent de nombreux éléments dont les occurrences en sépulture enfantine sont beaucoup trop ponctuelles (trois attestations maximum) pour pouvoir être, à ce jour, traités de manière productive.

8473 enfants sont concernés par ce type de bien ne rentrant dans aucune des catégories précédemment citées.

85En dépit des importantes lacunes documentaires qui conditionnent la portée de nos recherches, quelques constatations se dégagent de cette étude du mobilier d’accompagnement des enfants en Égypte ancienne, à l’époque pharaonique. En premier lieu, on note que la présence de mobilier funéraire augmente proportionnellement avec l’âge des enfants. Cela induit un rapport affectif envers le jeune défunt se traduisant par une augmentation de biens déposés auprès de lui et/ou un statut social de l’enfant de plus en plus établi dans sa communauté expliquant le dépôt de biens en augmentation proportionnelle avec son âge. Toutefois, si le mobilier d’accompagnement est plus important chez les enfants âgés de 4 à 12 ans que chez les enfants en bas âge et périnatals, de manière générale, le coût ou le luxe des biens découverts dans les sépultures demeure constant, quel que soit l’âge du jeune défunt. Les dépôts les plus importants sont constitués par la vaisselle et la parure, mais de façon générale, toujours en petites quantités.

86Les autres biens que l’on peut retrouver dans les inhumations d’enfants et entrant dans la catégorie de ce que nous avons appelé « mobilier varié » sont plus rares. Mieux attestés dans les sépultures d’enfants grands, ils concernent tout aussi bien des objets de qualité que des objets communs que nous avons rassemblés en neuf catégories. Une constante se dégage toutefois de l’ensemble des biens constituant ce mobilier varié : le type d’objet ou d’offrande découvert dans les inhumations n’a que très rarement un rapport direct avec l’enfant ou le monde de l’enfance.

Bibliographie

Andrews 1994: ANDREWS (C.) – Amulets of Ancient Egypt. Londres, University Texas Press, 1989.

Anthes 1943: ANTHES (R.) – Die deutschen Grabungen auf der Westseite von Theben in den Jahren 1911-1913. Mitteilungen des deutschen archäologischen Instituts, Abt. Kairo, 12, 1943, p. 1-68.

Baduel 2009 : BADUEL (N.) – La mort avant Pharaon. L’Archéologue, Revue d’archéologie et d’histoire, 100, février-mars 2009, p. 28-33.

Bakr 1982: BAKR (M.) – New excavations of Zagazig University. L’Égyptologie en 1979 : axes prioritaires de recherches. Paris, éd. duCNRS, 1982, p. 153-167.

Bietak 1991 : BIETAK (M.) – Tell el-Dab'a V. Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1991.

Bourriau 1981 : BOURRIAU (J.) – Umm el-Gaab. Cambridge University Press, 1981.

Bourriau 2009 : BOURRIAU (J.) – Mace’s cemetery Y at Diospolis Parva. In: Magee (D.), Bourriau (J.), Quirke (S.), Sitting Beside Lepsius. Orientalia Lovaniensia Analecta, 185, Louvain, Uitgeverij Peeters, 2009, p. 39-98.

Brunton 1927 : BRUNTON (G.) – Qau and Badari. I. Londres, B. Quaritch, 1927.

Brunton 1928 : BRUNTON (G.) – Qau and Badari. II. Londres, B. Quaritch, 1928.

Brunton 1930 : BRUNTON (G.) - Qau and Badari. Londres, B. Quaritch, 1930 (vol. III).

Brunton 1937: BRUNTON (G.) – Mostaggeda and the Tasian Culture. Londres, B. Quaritch, 1937.

Brunton 1948 : BRUNTON (G.) – Matmar. Londres, B. Quaritch, 1948.

Brunton, Engelbach 1927: BRUNTON (G.), ENGELBACH (R.) – Gurob. Londres, British School of Archaeology in Egypt, 1927.

Bruyère 1929 : BRUYÈRE (B.) – Rapport sur les fouilles de Deir el-Médineh (1928). Le Caire, Institut Français d’Archéologie Orientale, 1929.

Bruyère 1937 : BRUYÈRE (B.) – Rapport sur les fouilles de Deir el Médineh (1934 – 1935). II. Le Caire, Institut Français d’Archéologie Orientale, 1937.

Carter 1912: CARTER (H.) – The late Middle Kingdom and Intermediate Period necropolis. In: Carnarvon (G.), Carter (H.), Five Years’Explorations at Thebes. Oxford, 1912, p. 54-60.

Edel 2008: EDEL (E.) – Die Felsgräbernekropole der Qubbet el Hawa bei Assuan. I.Göttingen, Westdeutscher Verlag, 2008.

El-Sawi 1979: EL-SAWI (A.) – Excavations at Tell Basta: Report of Seasons 1967-1971 and Catalogue of Finds. Prague, Charles University, 1979.

Engelbach 1923: ENGELBACH (R.) – Harageh. Londres, British School of Archaeology in Egypt, 1923.

Engelbach 1915: ENGELBACH (R.) – Riqqeh and Memphis VI. Londres, British School of Archaeology in Egypt, 1915.

Firth, Gunn 1926: FIRTH (C.), GUNN (B.) – Excavations at Saqqara: Teti Pyramid Cemeteries. I. Le Caire, Institut Français d’Archéologie Orientale, 1926.

Forstner-Müller 2008: FORSTNER-MÜLLER (I.) – Tell el-Dab'a XVI. Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2008.

Garstang 1901: GARSTANG (J.) – El-Arabah. Londres, B. Quaritch, 1901.

Garstang 1907: GARSTANG (J.) – The Burial Customs of Ancient Egypt. Londres, Constable, 1907.

Hamada, Farid 1948: HAMADA (A.), FARID (S.) – Excavations at Kôm el-Hisn. Annales du Service des Antiquités de l’Égypte, 48, 1948, p. 299-308.

Hassan 1941: HASSAN (S.) – Excavations at Gîza (1931-1932). III. Le Caire, Government Press, 1941.

Herold 1999: HEROLD (A.) – Ein Kindergrab im königlichen Marstall? Ägypten und Levante, 9, 1999, p. 85-100.

Kaiser 1980: KAISER (W.) – Stadt und Tempel von Elephantine. Mitteilungendes deutschen archäologischen Instituts, Abt. Kairo, 36, 1980, p. 245-292.

Kemp 2007: KEMP (B.) – Tell el-Amarna, 2006-2007. Journal of Egyptian Archaeology, 93, 2007, p. 1-64.

Kemp 2008: KEMP (B.) – Tell el-Amarna, 2007-2008. Journal of Egyptian Archaeology, 94, 2008, p. 1-68.

Leclant 1977 : LECLANT (J.) - Fouilles et travaux en Égypte et au Soudan, 1975-76. Orientalia, 46, 1977, p. 233-299 (fasc. 2).

Leclant 1992 : LECLANT (J.) – Fouilles et travaux en Égypte et au Soudan, 1990-91. Orientalia, 61, 1992, p. 295.

Mackay, Petrie, Wainwright 1910: MACKAY (E.), PETRIE (F.), WAINWRIGHT (G.) – Meydum and Memphis III. Londres, British School of Archaeology in Egypt, 1910.

Minault-Gout 1992: MINAULT-GOUT (A.) – Balat II, Le mastaba d’Ima-Pépi, mastaba II, n° 33. Le Caire, Institut Français d’Archéologie Orientale, 1992.

Mond 1904: MOND (R.) – Report on work done in the Gebel esh-Sheikh Abd el-Kurneh at Thebes. Annales du Service des Antiquités de l’Égypte, 5, 1904, p. 97-104.

Petrie 1906: PETRIE (F.) – Hyksos and Israelite Cities. Londres, British School of Archaeology in Egypt, 1906.

Petrie 1901 : PETRIE (F.) – Diospolis Parva. Londres, The Exploration Society Fund, 1901.

Petrie, Brunton 1924 : PETRIE (F.), BRUNTON (G.) – Sedment. Londres,British School of Archaeology in Egypt, 1924 (vol. I).

Petrie, Mackay, 1915: PETRIE (F.), MACKAY (E.) – Heliopolis, Kafr Ammar and Shurafa. Londres, British School of Archaeology in Egypt, 1915.

Petrie, Quibell 1896: PETRIE (F.), QUIBELL (J.) – Naqada and Ballas. Londres, B. Quaritch, 1896.

von Pilgrim 1996 : VON PILGRIM (C.) – Elephantine XVIII. Mayence,Verlag Philipp von Zabern, 1996.

Quibell 1923: QUIBELL (J.) – Excavations at Saqqara (1912-1914). Le Caire, IFAO, 1923.

Reisner 1932: REISNER (G.) – A Provincial Cemetery of the Pyramid Age. III. Berkeley, University of California Publications, 1932.

Richards 2005: RICHARDS (J.) – Society and Death in Ancient Egypt. Cambridge University Press, 2005.

Sayce, Clarke 1905: SAYCE (M.), CLARKE (S.) – Report on certain excavations made at El-Kab during the years 1901, 1902, 1903, 1904. Annales du Service des Antiquités de l’Égypte, 6, 1905, p. 239-272.

Sowada, Callaghan, Bentley 1999: SOWADA (K.), CALLAGHAN (T.), BENTLEY (P.) – The Teti Cemetery at Saqqara, vol. IV. Warminster, Aris & Philipps, 1999.

Valloggia 1998 : VALLOGGIA (M.) – Le monument funéraire d’Ima-Pépy / Ima-Meryrê. Le Caire, Institut Français d’Archéologie Orientale, 1998.

Warmenbol 1998 : WARMENBOL (E.) – Sous l’enceinte de Psousennès, une « nécropole primitive ». In : Brissaud (P.), Zivie-Coche (C.), Tanis : travaux récents sur le Tell Sân el- Hagar. Paris, Mission des Fouilles de Tanis, 1998, p. 277-335.

Yacoub 1988: YACOUB (F.) – Excavations at Tûra El-Asmant. Annales du Service des Antiquités de l’Égypte, 67, 1988, p. 193-211.

Annexes

Références des tableaux 18 à 23

Tableau 18 : Présentation des jouets retrouvés dans les tombes d’enfants

1) Tombe n° 1375 de Deir el-Médineh (Bruyère 1937, p. 167)

2) TT 35 de Cheikh Abd el-Gournah (Anthes 1943, p. 10-12).

3) Tombe n° Y 216 de Diospolis Parva (Bourriau 2009, p. 73).

4) Mastaba de Néfermaât à Meïdoum (Mackay, Petrie, Wainwright 1910, p. 22).

5) Tombe sans n° mentionné de Thèbes (Garstang 1907, p. 152).

6) Tombe n° 417 de Gourob (Brunton, Engelbach 1927, pl. XVII).

7) Tombe n° 420 de Gourob (Brunton, Engelbach 1927, pl. XVII).

8) Tombe n° 518 de Tarkhan (Petrie, Mackay 1915, pl. XVII).

9) Tombe n° 1137 de Deir el-Médineh (Bruyère 1929, p. 10).

Tableau 19 : Présentation des objets de toilette retrouvés dans les tombes d’enfants

1) Miroirs en cuivre : tombe n° E 3 d’Abydos (Garstang 1901, p. 26), tombe n° W 32 de Diospolis Parva (Petrie 1901, p. 43), tombe n° 50 de Kom el-Hisn (Hamada, Farid 1948, p. 307-308), tombe n° 4909 de Qaou et Badari (Brunton 1927, pl. XXV), tombe n° T 6 de Balat (Valloggia 1998, p. 29) et tombe n° 25/240/IIISKB de Qoubbet el-Hawa (Edel 2008, p. 186). Miroirs en bronze : tombe n° 20 de Tell Basta (El-Sawi 1979, p. 20) et tombe n° 384 de Saft el-Henna (Petrie 1906, p. 44). Miroirs au matériau non mentionné : tombe n° E 45 d’Abydos (Garstang 1901, p. 25), tombe n° 25 de Mahou à Qoubbet el-Hawa (Leclant 1977, p. 265), tombe n° 3263 de Qaou et Badari (Brunton 1928, pl. LXI) et dans un cercueil sorti de sa tombe (Carter 1912, p. 63).

2) Épingles à vêtement en cuivre : tombe n° 1 du secteur A/II-l/12 de Tell el-Daba (Bietak 1991, p. 169), tombe n° 5 du secteur A/II-l/17 (Forstner-Müller 2008, p. 301), tombe n° 8 du secteur A/II-k/14 de Tell el-Daba (Forstner-Müller 2008, p. 221) et tombe n° 13 L 286 du secteur A/II-p/14 (Forstner-Müller 2008, p. 214). Provenance de l’épingle en bronze : tombe n° 119 de Tell Basta (El-Sawi 1979, p. 55). Provenance de l’épingle en argent : tombe n° 3 du secteur A/II-m/15 de Tell el-Daba (Forstner-Müller 2008, p. 308).

3) Provenance des cuillers à fard en ivoire : tombe n° 10002 deMostagedda (Brunton 1937, pl. XLVI) et deux pour la tombe n° 25/240/IIISKB de Qoubbet el-Hawa (Edel 2008, p. 186) Provenance descuillers à fard au matériau non mentionné : deux pour la tombe n° 25de Mahou à Qoubbet el-Hawa (Leclant 1977, p. 265) et une pour latombe sans n° de Saqqarah (Firth, Gunn 1926, p. 68).

4) Provenance des spatules en ivoire : deux pour la tombe n° 25/240/IIISKB de Qoubbet el-Hawa (Edel 2008, p. 186). Provenance de la spatule en ardoise : tombe n° E 3 d’Abydos (Garstang 1901, p. 26). Provenance de la spatule en calcite : tombe n° T 6 de Balat (Valloggia 1998, p. 29). Provenance de la spatule en os : tombe n° E 3 d’Abydos (Garstang 1901, p. 26).

5) Provenance des peignes en bois : deux dans la tombe n° 1375 de Deir el-Médineh (Bruyère 1937, p. 167), tombe n° 1265 de Sedment (Petrie, Brunton 1924 pl. XLVI), tombe n° 2102 de Sedment (Petrie, Brunton 1924, pl. XXXIX). Provenance du peigne au matériau non mentionné : tombe n° 7897 de Qaou et Badari (Brunton 1928, pl. LXII).

6) Provenance des palettes à fard en ardoise : tombe n° 99 d’Harageh (Engelbach 1923, pl. LVI). Provenance des palettes à fard au matériau non mentionné : tombe n° E 3 d’Abydos (Garstang 1901, p. 26)et tombe n° 4927 de Qaou et Badari (Brunton 1928, pl. LXIX).

7) Tombe n° 1375 de Deir el-Médineh (Bruyère 1937, p. 167).

Tableau 20 : Présentation des aliments retrouvés dans les tombes d’enfants

1) Tombe n° 37 de Deir el-Bahari (Carter 1912, p. 86), tombe n° 1373 de Deir el-Médineh (Bruyère 1937, p. 165), tombe n° 1375 de Deir el-Médineh (Bruyère 1937, p. 167), tombe n° W 32 de Diospolis Parva (Petrie 1901, p. 43), tombe n° 2604 de Mostagedda (Brunton 1937, 135), tombe n° 222 de Gourob (Brunton, Engelbach 1927, pl. XV), tombe n° 420 de Gourob (Brunton, Engelbach 1927, pl. XVII), tombe n° 5010 de Matmar (Brunton 1948, pl. XLIV), tombe n° 7546 de Qaou et Badari (Brunton 1930, pl. VII), tombe n° 270 de Riqqeh (Engelbach 1915, pl. XLIV), mastaba n° 2421 de Saqqarah (Quibell 1923, p. 39), tombe au n° non mentionné de Saqqarah (Firth, Gunn 1926, p. 68) et tombe n° 273 de Tourah el-Asmant (Yacoub 1988, p. 198).

2) Tombe n° 1373 de Deir el-Médineh (Bruyère 1937, p. 165), tombe n° 1375 de Deir el-Médineh (Bruyère 1937, p. 167), tombe n° NE 28 d’Éléphantine (Kaiser 1980, p. 282) et tombe n° <12069> de Tell el-Amarna (Kemp 2008, p. 23).

3) Tombe de Menna de Cheikh Abd el-Gournah (Mond 1904, p. 102) et tombe sans n° de Tell el-Amarna (Kemp 2007, p. 16).

4) Tombe n° 1373 de Deir el-Médineh (Bruyère 1937, p. 165) et tombe n° 1385 de Gournet Mourraï (Bruyère 1937, p. 188).

5) Tombe n° 782 de Matmar (Brunton 1948, pl. XXV) et tombe n° 1 du secteur A/II-l/17 de Tell el-Daba (Forstner-Müller 2008, p. 358).

Tableau 21 : Présentation des coquillages retrouvés dans les tombes d’enfants

1) Tombe n° E 840 N 780 d’Abydos (Richards 2005, p. 218), tombe n° 22 de Gourob (Brunton, Engelbach 1927, pl. XIV), tombe n° 441 de Gourob (Brunton, Engelbach 1927, pl. XVII), tombe n° 1129 de Qaou et Badari (Brunton 1927, pl. XXV) et tombe n° 22 de Tanis (Warmenbol 1998, p. 312).

2) Deux enfants inhumés au mastaba d’Ima-Pépi à Balat (Minault-Gout 1992, p. 44) et tombe n° QDK I/52 de Balat (Leclant 1992, p. 295).

3) Tombe n° 466 de Matmar (Brunton 1948, pl. XXVI) et tombe n° 4865 de Qaou et Badari (Brunton 1927, pl. XXV).

4) Tombe n° 1129 de Qaou et Badari (Brunton 1927, p. 22).

5) Tombe n° 3307 de Qaou et Badari (Brunton 1928, pl. LXII).

6) Tombe n° 464 de Matmar (Brunton 1948, pl. XXVI).

7) Tombe n° 1298 de Mayana (Petrie, Brunton 1924, p. 18).

8) Tombe n° 4993 de Qaou et Badari (Brunton 1930, pl. II).

9) Tombe sans n° mentionné de Ballas (Petrie, Quibell 1896, p. 5), tombe n° Y 199 de Diospolis Parva (Bourriau 2009, p. 71),tombe n° Y 216 de Diospolis Parva (Bourriau 2009, p. 73), tombe n° M 14 d’Elkab (Sayce, Clarke 1905, p. 251), tombe n° 384 de Gourob (Brunton, Engelbach 1927, pl. V), tombe sans n° de Lahoun (Bourriau 1981, p. 68), tombe n° 1298 de Mayana (Petrie, Brunton 1924, p. 18), tombe n° 5010 de Matmar (Brunton 1948, pl. XLIV),tombe n° N 722 de Naga el-Deir (Reisner 1932, p. 284), tomben° N 732 de Naga el-Deir (Reisner 1932, p. 286), tombe n° 1754 de Qaou et Badari (Brunton 1927, pl. XXV), tombe n° 95/26 deSaqqarah (Sowada, Callaghan, Bentley 1999, p. 21), tombe n° 1057de Saïs (http://www.dur.ac.uk/​penelope.wilson/​3g2003b.html EES Expedition) et tombe n° 12 du niveau E/3-1 de Tell el-Daba (Leclant 1982, p. 421).

Tableau 22a : Présentation des outils retrouvés dans les tombes d’enfants

1) Moulins à broyer en quartzite : tombe n° 503 de Matmar (Brunton 1948, pl. XXVIII) et tombe n° 439 de Tarkhan (Petrie, Mackay 1915, pl. XXVIII). Moulin à broyer en grès : tombe n° 1658 de Qaou et Badari (Brunton 1927 pl. XXV). Moulins à broyer au matériau non mentionné : tombe n° 425 de Matmar (Brunton 1948, pl. XXVI), tombe n° 7762 et n° 7897 de Qaou et Badari (Brunton 1928, pl. LXII).

2) Un provenant de la tombe n° 25/240/IIISKB d’Éléphantine (Edel 2008, p. 186) et deux provenant de la tombe n° 91-02 d’Éléphantine (von Pilgrim 1996, p. 42).

3) Tombe n° FZN 96/0772A de Qantir (Herold 1999, p. 93) et tombe n° 3 du secteur A/II-n/12 de Tell el-Daba (Bietak 1991, p. 262).

4) Tombe n° E 830 N 780 d’Abydos (Richards 2005, p. 204) et tombe n° E 840 N 780 d’Abydos (Richards 2005, p. 218).

5) Les deux pilons proviennent de la tombe n° E 3 d’Abydos (Garstang 1901, p. 26).

6) Tombe n° 4909 de Qaou et Badari (Brunton 1927, pl. XXV).

7) Tombe n° 2102 de Sedment (Petrie, Brunton 1924, pl. XXXIX).

8) Tombe n° T 6 de Balat (Valloggia 1998, p. 29).

9) Mastaba n° 559 de Gizeh (Hassan 1941, p. 242).

Tableau 22b : Présentation des outils retrouvés dans les tombes d’enfants

1) Tombe n° 475 de Tarkhan (Petrie, Mackay 1915, pl. XVII).

2) Tombe n° Y 174 de Diospolis Parva (Bourriau 2009, p. 69) et tombe n° 8 du secteur A/II-n/12 de Tell el-Daba (Bietak 1991, p. 262).

3) Tombe n° 504 de Mostagedda (Brunton 1937, pl. XLVI) et tombe n° 3228 de Qaou et Badari (Brunton 1927, pl. XI).

4) Tombe n° 1375 de Deir el-Médineh (Bruyère 1937, p. 167).

5) Tombe n° S171 de Kom el-Khilgan (communication personnelle du Dr. Béatrix Midant-Reynes).

6) Les deux proviennent de la tombe n° 1375 de Deir el-Médineh (Bruyère 1937, p. 167).

Tableau 23 : Présentation des armes retrouvées dans les tombes d’enfants

1) Tombe sans n° mentionné de Saqqarah (Firth, Gunn 1926, p. 68).

2) Tombe n° 37 de Deir el-Bahari (Carter 1912, p. 80).

3) Mastaba n° 559 de Gizeh (Hassan 1941, p. 242).

Tableau 24 : Présentation des vêtements et sandales trouvés dans les tombes d’enfants

1) Tombe sans n° mentionné de Mostagedda (Brunton 1937, p. 112-113)

2) Les deux attestions proviennent de la tombe n° 112 de Meïdoum

3) Tombe n° 1372 de Deir el-Médineh (Bruyère 1937, p. 163)

Tableau 25 : Présentation des ouchebtis retrouvés dans les tombes d’enfants

1) Ouchebti en schiste : tombe sans n° mentionné de Tell Basta (Bakr 1982, p. 157). Ouchebti au matériau non mentionné : tombe n° 1352 de Setaou de Deir el-Médineh (Bruyère 1937, p. 99).

2) Tombe n° 71 de Tell Basta (El-Sawi 1979, p. 40).

3) Tombe n° 174 de Tell Basta (El-Sawi 1979, p. 85).

4) Tombe n° 179 de Tell Basta (El-Sawi 1979, p. 86).

5) Tombe n° 13 de Gourob (Brunton, Engelbach 1927, pl. XIV).

Notes

1 Auxquels s’ajoutent deux sépultures dans lesquelles le mobilier d’accompagnement n’a pas pu être déterminé.

2 Résultat obtenu à partir des inhumations comportant uniquement de la vaisselle, de celles comprenant de la vaisselle et de la parure et de certaines tombes présentant du mobilier varié incluant de la vaisselle.

3 Idem pour la parure.

4 C’est-à-dire comprenant des biens autres que la vaisselle et la parure.

5 Respectivement trente-deux, neuf et quatre attestations.

6 Quelques cas ont ainsi été attestés avec certitude dans des sépultures du cimetière prédynastique d’Adaïma (cf. Baduel 2009, p. 30), il n’est donc pas impossible que cela ait été également le cas à la période pharaonique.

7 Ces deux matériaux constituent 92,5 % des cas (soit quatre-vingt-dix-huit attestations sur cent-six).

8 Respectivement trente-deux, neuf et quatre attestations.

9 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, I, 80 (traduit du grec par Ferdinand Hoefer. Paris, Charpentier, 1865, p. 93).

10 Hors coquillages expressément identifiés comme parures.

11 Sans autre précision quant au nombre, matériau et type d’arme.

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Composition du mobilier funéraire des périnatals
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Tableau 3. Composition du mobilier funéraire des enfants en bas âge
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 4. Composition du mobilier funéraire des enfants grands
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1374/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Tableau 5. Composition du mobilier funéraire des enfants d’âge indéterminé
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1374/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

Auteur

EHESS-Université de Toulouse II Le Mirail, TRACES
amandinemarshall@yahoo.fr

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access