Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants

 | 
Antoine Hermary
, 
Céline Dubois

Gaule

Le « cimetière de bébés » d’Alésia : un mobilier funéraire inédit

Sandra Jaeggi

Résumé

A reconsideration of the records of excavations made at Alésia by Abbot Joly in 1950 provided an opportunity to relocate the site, to re-examine the funerary material, to determine the age of the deceased and to re-evaluate the use of the expression « baby’s cemetery ». The analysis of the bones and other material found in the tombs allows us to assess the correlation between the age of the deceased and the nature of the offerings. Comparisons with other archaeological sites demonstrate many similarities (such as the concentration of perinatal burials), as well as singularities (such as the type of inhumation, the character of the funerary material, the presence of an older individual).In anticipation of new excavations which may help to understand the specificity of the site and its possible connection with the nearby sanctuary, new approaches are proposed in this article.

Texte intégral

Contexte historiographique d’une découverte particulière

  • 1 Nous aimerions ici remercier tout ceux qui nous ont apporté aide et soutien : les Professeurs Véron (...)

1La découverte dans les années 1950 d’un ensemble de sépultures de « bébés » suscite aujourd’hui encore de nombreux questionnements1. L’abbé Joly, le découvreur de ces tombes situées dans un abri sous roche de la Croix-Saint-Charles à Alésia, en avait immédiatement relevé le caractère singulier dans un premier article, en 1951, intitulé « Un cimetière gallo-romain de bébés à Alise-Sainte-Reine (Côte-d’Or) » (Joly 1951).

  • 2 Le Hallstatt, appelé Premier âge du Fer, est une période qui succède au Bronze final et précède la (...)

2Dès 1955, Waldemar Deonna, sceptique, reprend le titre de « Cimetières de bébés » dans un article où il remet en question cette expression (Deonna 1955).Sa conclusion appelle à la prudence : « Dans la civilisation gallo-romaine, les tombes d’enfants ne sont pas d’ordinaire groupées à part, pas plus qu’à Rome ». Pourtant, il reconnaît la particularité de l’abri de la Croix-Saint-Charles, estimant que la forte mortalité infantile ne suffit pas à expliquer la localisation des tombes d’enfants en un même point. Il relève aussi l’existence de deux cas de regroupements de jeunes enfants dans un « cimetière de bébés » du Finistère : à Ergué-Armel, il s’agit de dépôts d’époque gallo-romaine dans des vases et à Saint-Urnelen-Plomeur d’inhumations en fosses qui s’échelonnent sur plusieurs siècles, les plus anciennes datant de la fin du Hallstatt2. Sans rejeter entièrement le phénomène, W. Deonna suggère qu’une différenciation sociale et religieuse a pu se faire dans des cas particuliers et que cette coutume a pu se perpétuer dans les sanctuaires en dépit du christianisme (Deonna 1955, p. 244-247).

3L’expression lancée par l’abbé Joly va cependant connaître un grand retentissement. Elle est adoptée en 1967 par A. Van Doorselaer dans le chapitre « Tombes d’enfants » de son ouvrage Les Nécropoles d’époque romaine en Gaule septentrionale, où il conclut qu’il convient d’utiliser le terme de « cimetières de bébés » pour qualifier la découverte faite à Alise (Alésia), « dont le caractère exceptionnel vient du fait qu’il ne renfermait que des sépultures d’enfants, toutes à inhumation », par comparaison avec les découvertes isolées qu’il recense (Van Doorselaer 1967, p. 63).

  • 3 Au sujet de la nécropole du Champ de l’Image à Argentomagus, voir Allain et al. 1992.
  • 4 « Cependant, dans la plupart des cimetières explorés, la tendance est d’employer les termes bébés, (...)

4En 1982, lors de la fouille de la nécropole des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), E. Planson n’hésite pas à appliquer l’expression à la centaine d’enfants recensés en bordure de nécropole ou près du mausolée. Il attire toutefois l’attention sur le fait que la notion ne convient pas aux lieux où se trouvent des sépultures d’individus plus âgés, comme c’est le cas à Argentomagus3. Il souligne que « la nécropole du Champ de l’Image n’est pas un cimetière de bébés malgré les nombreuses découvertes d’inhumations de nourrissons mélangées aux incinérations ». Selon lui : » le terme de bébés, concernant les tombes des Bolards, correspond (…) aux descriptions des restes osseux. Il désigne des enfants mort-nés, nés avant terme, ou n’ayant que quelques jours de vie4 ».

5La formule entre toutefois peu à peu dans le vocabulaire des archéologues qui reconnaissent au fil des trouvailles l’existence d’espaces funéraires spécialisés. En 1989, F. Laubenheimer qualifie ainsi les découvertes de l’atelier de Sallèles d’Aude de « véritable nécropole » (Laubenheimer 1989, p. 402), tandis que V. Fabre nomme « nécropole réservée aux enfants en bas âge » deux pièces d’habitation de l’oppidum de Mailhac contenant sept individus en tout (Fabre 1990, p. 409). Le terme de nécropole est repris en 1992 par G. Guillier dans le titre de sa publication, Une nécropole d’enfants gallo-romaine à Sommesous (Marne) (Guillier 1992).Il s’agit d’une zone close par un mur englobant deux occupations funéraires distinctes. L’une de celles-ci date du ier s. et comprend 21 inhumations d’enfants regroupées en îlots.

  • 5 Becker 2004, p. 255-267.
  • 6 Il s’agit de plus de 2.750 enchytrismes de fœtus et de nouveau-nés. Les dépôts ont été datés de 750 (...)

6Depuis les années 1990, des « cimetières de bébés » se sont multipliés en dehors de la Gaule romaine, en Italie, à Poggio Gramignano (Teverine) (Soren, Soren 1999) et à la villa de la Fontanaccia (Etrurie)5, ainsi qu’en Grèce, à Astypalée (Dodécanèse)6.

  • 7 Cette terminologie varie cependant selon les pays et la spécialisation des chercheurs. Pour les pér (...)

7Aujourd’hui, des fouilles programmées, associées au développement de méthodes permettant d’estimer l’âge au décès, ont mis en évidence l’existence de classes d’âge marginalisées. La mise en place d’une terminologie utilisée par les pédiatres et les ostéologues rend compte d’une réalité biologique plus précise que l’expression de « bébés » (fœtus, périnatals, néonatals, post-néonatals)7. L’expression de l’abbé Joly, malgré ses imprécisions, avait su rendre compte d’un phénomène dont l’existence n’est plus remise en question aujourd’hui, mais il s’agit désormais de mieux saisir et de comprendre des spécificités locales. Ainsi, sur de nombreux sites, des fouilles systématiques ont permis de révéler si les dépôts étaient homogènes et ne contenaient que des « bébés », ou si plusieurs classes d’âge sont représentées. La notion de « cimetière de bébés » n’est plus jugée applicable dès que des adultes et des enfants plus âgés sont mêlés aux nouveau-nés (Kramar, Blanc 2005, p. 26).

Le cimetière d’Alésia : un abri sous roche

Situation

8Malgré sa notoriété, l’abri funéraire n’a fait l’objet que de deux articles en 1951 et en 1954 (Joly 1951 ; Joly 1954). La situation topographique n’y est à aucun moment donnée avec précision, l’intérêt du fouilleur portant avant tout sur les sépultures. Dans sa publication de 1951, l’abbé Joly mentionne un encorbellement sous roche signalé par P. Jobard « au-dessous et au Nord de la pointe Est du Mont Auxois » (Joly 1951, p. 119). En raison du terrain escarpé et de la densité de la végétation sur le pourtour de l’oppidum, cette description ne suffit toutefois pas à situer l’endroit sur la carte. Ce n’est qu’en 1976, avec la publication tardive de La face cachée du Mont-Auxois, que le site est enfin localisé (Joly 1976-1977). Accompagné d’un plan (fig. 1), cet ouvrage permet la reprise méthodique des lieux fouillés et surtout leur identification par rapport aux fouilles précédentes. Ainsi, grâce à l’échelle indiquée, il nous a été possible de retrouver, durant l’été 2011, l’abri laissé à l’abandon depuis les années 1950.

9Comme l’auteur l’explique, cet abri se trouve sur le flanc Nord de l’oppidum, en retrait de quelques mètres de son extrémité Est, lieu nommé plus tardivement la Croix-Saint-Charles. L’érosion de la roche à cet endroit a créé un surplomb qui s’étend sur plusieurs mètres (fig. 2).À l’Est, un grand bloc forme une paroi qui, lorsqu’elle rencontre le fond de l’abri, forme une alcôve (fig. 3).Cette caractéristique, visible sur le plan détaillé de 1951 (fig. 4) a confirmé qu’il s’agissait de l’abri fouillé en 1951.

Fig. 1. Alésia, plan de l’oppidum (Joly 1976-1977, p. 168-169)

Fig. 1. Alésia, plan de l’oppidum (Joly 1976-1977, p. 168-169)

Flèche gauche : zone à incinération dont une inhumation d’enfant, fouillée par Fourier. Flèche droite : « cimetière de bébés ».

Description de la zone fouillée

  • 8 Au moins 1,80 m selon l'article de l'abbé Joly de 1951 (Joly 1951, p. 119).

10Les fouilles ont montré que le sol de l’abri était limité par un muret de pierres sèches de construction récente qui avait permis son comblement (Joly 1976-1977, p. 167). À son sommet, une sépulture du Haut Moyen Âge : un individu de taille imposante (au moins 1,80m d’après Joly 1951, p. 119) gisait sur le côté droit8. Ses membres inférieurs étaient légèrement fléchis, parallèles à la paroi du fond de l’abri (fig. 2). Il était accompagné d’une plaque de fer triangulaire et de nombreux clous en fer (Joly 1976-1977, p. 167).

  • 9 Joly 1976, p. 167. L’abbé Joly remarque que ces couches noircies se retrouvent aussi dans le cimeti (...)
  • 10 Ce mobilier n’a pas été retrouvé au Musée de Dijon.

11Une couche de pierrailles et de cailloutis épaisse d’environ 50 à 70 cm se trouvait au-dessous du corps (Joly1951, p. 119). Une autre couche lui succède, constituée de pierres et de terre très noire, mêlée à de nombreux débris de charbon, d’ossements d’animaux, pour la plupart calcinés, et de multiples tessons de verre et de céramique9. Ces derniers proviennent de plusieurs récipients, essentiellement des vases à verser à anse latérale, des écuelles et des petites coupelles (Joly 1951, p. 119). Le matériel présente aussi de beaux tessons de sigillée aux décors animaliers, aigles et lapins, ou végétaux10. Cette couche singulière recouvrait les sépultures de « bébés » placées entre et contre la paroi rocheuse, délimitant le terrain de son contour irrégulier (Joly 1976-1977, p. 167).

La zone fouillée

  • 11 La fouille de 1950 a mis au jour 6 tombes (nos 1 à 6). L’article de 1954 ne mentionne pas le nombre (...)

12Les deux fouilles de l’abbé Joly s’inscrivent dans une surface carrée d’environ 3m de côté. Elles ont permis la découverte de onze tombes dans la couche gallo-romaine11. Dans ses publications, toutes ne sont pas traitées en détail, pas plus que leur contenu. Le plan des fouilles de 1950 est la référence utilisée par l’abbé pour situer les découvertes de 1950 ainsi que celles faites postérieurement. L’emplacement de ces dernières n’est cependant connu que par le texte de 1954 qui y fait allusion.

Fig. 2. L’abri localisé en juillet 2011 (inédit, photo R. Jaeggi), vu de l’encorbellement

Fig. 2. L’abri localisé en juillet 2011 (inédit, photo R. Jaeggi), vu de l’encorbellement

Fig. 3. L’extrémité Sud-Ouest de l’abri avec le renfoncement visible vu de l’encorbellement sur le plan de l’abbé Joly

Fig. 3. L’extrémité Sud-Ouest de l’abri avec le renfoncement visible vu de l’encorbellement sur le plan de l’abbé Joly

(photo R. Jaeggi).

Fig. 4. Croix-Saint-Charles, Plan de l’abri (Joly 1951, pl. XVIb)

Fig. 4. Croix-Saint-Charles, Plan de l’abri (Joly 1951, pl. XVIb)

En rouge, ajouts des emplacements des sépultures 7, 11 et 8, d’après les indications de l’abbé Joly (Joly 1954, p. 92)

(réalisation S. Jaeggi).

Fig. 5. Sépulture n° 1

Fig. 5. Sépulture n° 1

Grande cruche I, ier s. Mus. Arch. Dijon

(photo R. Jaeggi).

Fig. 6. Sépulture n° 1

Fig. 6. Sépulture n° 1

Petite cruche II. Mus. Arch. Dijon

(photo R. Jaeggi).

  • 12 Les documents de l’abbé n’ont été déposés ni au Musée d’Alise-Sainte-Reine (pas plus que le mobilie (...)

13En l’absence du carnet de fouilles de l’auteur12, une localisation précise n’est actuellement pas envisageable. D’après le texte, nous avons tenté une reconstitution de l’emplacement des sépultures nos 7, 8 et 11 que nous reproduisons en rouge sur le plan de 1951 (fig. 4).

Les sépultures

La sépulture n° 1

  • 13 Loculus : terme choisi par l’abbé Joly, dont nous déduisons qu’il désigne des fosses avec aménageme (...)

14Selon le plan, cette sépulture est placée sous le squelette de l’homme du Moyen Âge, au niveau de ses pieds. C’est, avec la sépulture n° 3, la plus proche du fond de l’abri (à 1m environ). Elle est signalée par un petit cercle, ce qui indique qu’il s’agit d’une sépulture sans loculus13. Outre l’inhumation, elle contenait deux vases à verser à une anse, du type cruche (vases I et II, fig. 5-6), ainsi qu’un as d’Auguste entaillé de plusieurs coups de burin (fig. 7). On ne connaît cependant ni la position exacte de ces objets dans la fosse, ni celle du corps (orientation, jambes repliées, décubitus, etc.).

La sépulture n° 2

  • 14 Selon J. Joly : « il n’est pas certain que ce loculus ait servi de tombe » (Joly 1951, p. 120).

15D’après la légende, il s’agit d’une sépulture avec loculus. Située en avant des sépultures n° 1 et n° 3, elle est accolée à la sépulture n° 4. Son pourtour rectangulaire est délimité sur le plan par un tracé non continu. Il contenait de nombreux débris de verre et un dupondius de Vespasien (fig. 8). Aucun squelette n’a été retrouvé14.

La sépulture n° 3

16Hormis un petit cercle qui désigne la sépulture sur le plan en l’attribuant aux sépultures sans loculus, nous n’avons aucune indication à son sujet dans la documentation laissée par l’abbé Joly (Joly 1951, pl. XVI, fig. b). Elle est située dans la continuité de la sépulture n° 1, aux abords de l’encorbellement de l’abri qui la sur plombe.

La sépulture n° 4

17Il s’agit d’une sépulture délimitée, avec loculus. Elle est placée à l’avant de la sépulture n° 3 et entre les sépultures 2 et 7. Une pierre de dimension et d’épaisseur plus importantes que celles utilisées généralement pour marquer le pour tour des sépultures sépare cette tombe de la suivante. Elle contenait deux vases. Le premier est un gobelet à glaçure plombifère jaune, au décor dit en « épingle à cheveux » (III, fig. 9) ; le second est une cruche à pâte rouge avec des traces de couverte blanche (IV).

La sépulture n° 5

18Cette sépulture sans loculus était située en avant des sépultures 2 et 4. À l’intérieur se trouvaient deux vases de petite taille (V et VI). Ils avaient été déposés l’un à côté de l’autre. L’un avait l’ouverture dirigée vers le haut, l’autre vers le bas. Il s’agit de deux coupelles à pieds et à bords rentrants en céramique commune grise. Leur production est datée du milieu du ier s. (fig. 10).

La sépulture n 6

19Cette sépulture sans loculus était située en avant de la sépulture 5, en bordure de la zone fouillée en 1950, à son extrémité Nord (voir fig. 4). Le squelette qu’elle contient est le seul qui soit décrit par l’abbé dans son article de 1951 : « Il est le plus grand de tous », ce que confirme l’analyse ostéologique.

  • 15 En raison de leurs dimensions, les fémurs droit et gauche, les tibias droit et gauche et l’ilium ga (...)
  • 16 Lieu de conservation inconnu.

20L’abbé Joly mentionne que les jambes du périnatal avaient été repliées pour qu’il puisse être déposé dans un coffre de bois dont seuls subsistaient les clous (Joly 1951, p. 120)15. Les débris d’un vase en terre et d’un vase en verre ont été retrouvés au niveau de la partie inférieure du squelette16.

La sépulture n° 7

  • 17 Incrustée dans l’oxyde des clous, l’empreinte des fibres ligneuses des planches est encore visible (...)

21Située à la suite de la sépulture 4, elle en est séparée par une pierre de dimension importante. La sépulture 7 reposait contre un banc de rochers formant l’un de ses longs côtés. De petites pierres plates constituaient le reste du pourtour. Sa fermeture était assurée par deux rangées de petites dalles posées à plat d’où surgissait l’extrémité d’une cruche (fig. 11). L’utilisation d’un cercueil en bois est attestée par la présence de particules charbonneuses et de clous encore en place17. Ces derniers permettent de fixer les dimensions du coffre à environ 45 x 33 cm.

Fig. 7. Sépulture n° 1

Fig. 7. Sépulture n° 1

As d’Auguste, Rome, 7av. J.-C.Av. :(CAESAR AUGUST PONT MAX (TRIBUNIC POT), tête nue à dr. Rv. : M MAECILIUS (TULLUS IIIVIR AA) AFF. Grand SC au centre. Frappe décentrée (revers), marques de coups (avers). Mus. Arch. Dijon

(photo M. Fèvre).

  • 18 Joly 1954, p. 94. Non retrouvé.

22L’inhumé était déposé sur le dos, les jambes avaient été repliées afin de pouvoir le déposer dans le cercueil. Il avait dans la main gauche un as en bronze de Claude, frappé à Rome en 41 après J.-C18.

23À l’intérieur du loculus, la terre était très noire et remplie de charbons, de pierres rougies par le feu, d’esquilles d’os brûlés, de tessons de céramique et de petits cailloux ayant subi l’action du feu, tout comme l’une des dalles de couverture (Joly 1954, p. 94).

La sépulture n° 8

  • 19 L’abbé souligne à plusieurs reprises la présence de pierres de dimensions plus importantes que cell (...)

24Il s’agit de la seule sépulture à incinération de la zone fouillée. Sur le plan, l’abbé la situe « sur l’horizontale qui passe de la tête de la flèche au voisinage de la limite de la partie fouillée » (voir fig. 4). Les restes étaient recueillis dans une céramique de la forme d’une cruche brisée dans sa partie supérieure (fig. 12). Un gros tesson provenant d’un autre récipient en céramique avait été déposé sur les cendres au fond du récipient. Une pierre plate recouvrait le tout. Une autre pierre plate gisait à proximité du vase. Il n’est corne d’abondance. Mus. Arch. Dijon (photo R. Jaeggi). pas impossible qu’elle ait servi de marqueur de tombe19. Au milieu des ossements, on relèvera la présence de quatre perles côtelées en fritte bleue, d’un anneau en bronze et d’un petit tube court en bronze orné à l’extérieure par des stries parallèles aux bords (fig. 13).

Dupondius de Vespasien, Rome, 75 apr. J.-C.Av. : IMP CAES VESPAUG PMTP COS VI, tête à droite radiée. Rv. : (FELICITA)S - PUBLICA, S-C (dans le champ), Felicitas debout à g., tenant un caducée et une. corne d’abondance. Mus. Arch. Dijon

(photo R. Jaeggi).

Sépultures nos 9 et 10

25Aucune information n’est malheureusement donnée par l’abbé Joly concernant les sépultures 9 et 10.

La sépulture n° 11

26Placée sur le pan de rocher déversé contre lequel prennent appui les sépultures à l’intérieur de l’abri, la tombe 11 se trouve en limite de zone. Le cercueil était déposé contre un redan du banc rocheux, quelques pierres ajoutées complétant cet entourage naturel.

  • 20 Bien que l’explication de l’abbé ne soit pas claire à ce sujet, nous rapportons ces détails en rais (...)

27Le squelette est mal conservé. Le corps reposait sur le côté droit, les membres inférieurs étaient légèrement repliés. Un gros anneau en fer (fig. 15) se trouvait au niveau de la taille de l’enfant. La présence de clous et leur situation donnent les dimensions d’un cercueil qui devait atteindre environ 40 x 30 cm. Directement sur le cercueil étaient déposées des offrandes. De nombreux ossements brûlés, probablement d’animaux, trois fibules, dont une argentée, et un balsamaire en verre (fig. 14). À ce même niveau, du côté de la tête du défunt, une assiette en terre grise était renversée sur des tessons de céramiques provenant de plusieurs vases ainsi que sur une quantité importante d’os brûlés. Deux fonds de vases sectionnés complètent cet inventaire. L’un était placé entre l’assiette et les fibules, l’autre au niveau des genoux du squelette20.

  • 21 Le même phénomène est attesté au cimetière gallo-romain de Flavigny-sur-Ozerain (Côte-d’Or) situé à (...)

28Aux alentours de la sépulture se trouvaient des clous aux arêtes très nettes recouverts d’une couche d’oxyde salin gris bleu. Cette altération, possible uniquement lorsque le métal est chauffé à haute température, ainsi que la présence de verre fondu et l’abondance de charbons de bois, laissent supposer qu’un épisode de combustion a eu lieu directement au-dessus de la tombe ou a précédé le dépôt21.

Fig. 9. Sépulture n° 4

Fig. 9. Sépulture n° 4

Vase III, gobelet à glaçure plombifère, fragmenté ; ier s. Mus. Arch. Dijon

(photo R. Jaeggi).

Fig. 10. Sépulture n° 7

Fig. 10. Sépulture n° 7

Sépulture n° 4. Vases V et VI, deux coupelles, la plus grande percée au fond, ier s. Mus. Arch. Dijon

(photo R. Jaeggi).

Fig. 11. Sépulture n° 7.

Fig. 11. Sépulture n° 7.

Cruche X, à engobe blanc ; fin du ier S. Mus. Arch. Dijon

(photo R. Jaeggi).

Fig. 12. Sépulture n° 8

Fig. 12. Sépulture n° 8

Fond d’une cruche faisant office d’urne (ht 11,2 cm, diam. 19,8 cm [panse]), ier-iie s. Mus. Arch. Dijon

(photo R. Jaeggi).

Fig. 13. Sépulture n° 8

Fig. 13. Sépulture n° 8

Pièces de collier : quatre perles en fritte bleue côtelées, un petit tube en bronze et un anneau en bronze ; ier-iie s. d’après les perles en verre. Mus. Arch. Dijon

(photo R. Jaeggi).

Le mobilier

  • 22 Rouquet 2003, p. 120-121 ; Wittmann, Bonnet 2009, p. 181.

29La plus grande partie du mobilier funéraire est constitué de céramiques. Comme dans la nécropole de Lazenay (Bourges) et dans la zone funéraire de Pourliat, il s’agit essentiellement de cruches à une anse et de vases à boire sous la forme de coupelles ou de gobelets22.

30Malgré l’étendue limitée de la fouille, il est possible d’en saisir les constantes et les spécificités par comparaison avec d’autres sites. Nous présenterons ici les pièces qui ont été retrouvées au Musée Archéologique de Dijon, ainsi que celles qui ne figurent que dans les publications de l’abbé Joly. Nous procéderons par type de matériau et conserverons, lorsque cela est possible, l’ordre de numérotation des tombes. Pour une vue d’ensemble des tombes et de leurs dépôts, nous renvoyons le lecteur aux descriptions des sépultures citées précédemment.

Le matériel céramique

  • 23 Sans prendre en compte la probable cruche brisée et utilisée pour l’incinération.

31Il est constitué de quatre cruches à une anse23, d’un gobelet et de deux coupelles.

Les cruches

  • 24 Nous remercions S. Bosse-Buchanan pour avoir confirmé les caractéristiques de la pâte.

32Deux des cruches proviennent de la sépulture 1 (I et II). Il s’agit d’un petit (ht 8,7 cm, diam. 6,8 cm) et d’un grand modèle (ht 16,4 cm, diam. 13,5 cm). L’une et l’autre sont en pâte claire à cuisson oxydante. Identique, leur pâte est composée d’un dégraissant visible à l’œil nu, contenant du mica et des impuretés noires et blanches. Elles n’ont pas reçu d’engobe24.

33Les parois de la cruche I sont fines (fig. 5). Le col est tronconique et étroit, il se termine par une lèvre évasée. L’anse est trifide, la panse large et aplatie. L’objet est fragmenté au niveau de l’épaule et fissuré sur toute sa hauteur, le pied est annulaire.

34La cruche II est de facture moins soignée (fig. 6). Sapanse en forme de poire est étirée pour former le goulot. Ce dernier se termine par un anneau grossier qui fait pendant à son pied annulaire. L’anse est bifide. De nombreuses fissures sont visibles sur la partie supérieure du col, près du goulot.

  • 25 Il s’agit de cruches à embouchure à anneau en forme de chapiteau mouluré (Sénéchal 1975, p. 12, com (...)

35Le plus grand des deux exemplaires de la sépulture 1 (I) s’apparente au sous-type 1 C du catalogue des cruches d’Alésia (Sénéchal 1975, p. 11-12). Il s’agit d’objets principalement retrouvés dans les couches archéologiques du théâtre et dans celles du portique du temple. Ces exemplaires, fréquents sur l’ensemble du site, datent du ier s.25.

36La cruche II trouve peu de parallèles. Un seul exemplaire du catalogue publié par R. Sénéchal en 1985 reproduit sa forme (Sénéchal 1985, p. 147, fig. 108). Bien que de petite taille (ht 14,5 cm, diam. 12 cm), ce vase dépasse de plus de cinq centimètres l’exemplaire trouvé dans la sépulture.

  • 26 Comparer avec les modèles 122 (153), 120 (125) 112 (6M) : Sénéchal 1985, p. 147, 151 et 161.

37La cruche IV provient de la sépulture n° 4. Elle était déposée en même temps qu’un vase de type gobelet. En l’absence de l’objet, nous nous basons sur les commentaires de l’abbé Joly qui mentionne qu’il a été fabriqué dans une pâte rouge à engobe blanc et qu’il est de petite dimension (ht 13,3 cm, diam. 10,2 cm). Sur la photographie de la pl. XVI, l’objet est fissuré au dessous de l’épaule. Il présente une embouchure à anneau simple, sa panse est arrondie et large, presque sphérique. Le fond est annulaire. Par sa forme générale d’aspect rude et sa panse arrondie, cette cruche peut être associée à l’un des vases retrouvés près du sanctuaire d’Alésia (Sénéchal 1985, p. 138, pl. 99 [167]). Elle se différencie néanmoins de ce dernier en raison de ses dimensions et de la présence d’un engobe de couleur blanche. R. Sénéchal mentionne que la forme du goulot est exceptionnelle à Alésia, mais ne peut néanmoins pas être utilisée pour la datation. La forme de sa panse semble la situer, toutefois, au iie s.26

38La cruche X de la sépulture 7 (ht 18,8 cm, diam. 15,5 cm) présente une forme similaire au vase I. Ses parois sont cependant plus épaisses et recouvertes d’un engobe blanc. Son anse trifide comporte des sillons réguliers (fig. 11).

Le gobelet de la sépulture n° 4

  • 27 Le fragment manquant et l’état de la tombe lors de la découverte indiquent que le vase a été brisé (...)

39Il s’agit d’un vase à lèvre fine, éversée, à panse ovoïde (ht 8,4 cm, diam. 7,7 cm). L’objet a un petit pied saillant et anguleux, le fond est creusé et bombé au centre. La pâte est blanche, très fine et homogène. Elle est recouverte d’une glaçure plombifère jaune. Le décor « en épingles à cheveux » reproduit un dessin en V qui se poursuit sur tout son pourtour. La partie supérieure du vase est brisée (fig. 9)27.

Fig. 14. Sépulture n° 11

Fig. 14. Sépulture n° 11

Sur la tombe trois fibules en bronze et un flacon de parfum en verre, ainsi qu’un amas d’os brûlés. À g., l’assiette renversée sur un autre amas d’os brûlés et des tessons de plusieurs vases incomplets. Lieu de conservation inconnu (Joly 1954, p. 95, fig. 41).

  • 28 D’après J. Corrocher, les ateliers producteurs de céramique à glaçure plombifère au Ier s. sont St- (...)

40Selon J. Corrocher, il s’agit d’un « bol » (CRAVR) daté du ier s. (Corrocher 1981, p. 158, fig.19). La glaçure plombifère, production de luxe des ateliers de Gaule centrale à cette période, confirme cette datation28.

Les coupelles V et VI

  • 29 L’abbé Joly ne précise pas quelle coupe est orientée vers le haut ou le bas (Joly 1951, p. 120).

41Il s’agit de deux vases à pied plus larges que profonds retrouvés dans la sépulture 5 (V et VI). De forme identique, ils diffèrent par leurs dimensions (ht 3,5 et 3,7 cm, diam. 7 et 8 cm). L’un des exemplaires avait été déposé l’ouverture dirigée vers le haut, l’autre vers le bas29. Le plus grand des deux était percé à sa base.

  • 30 Il s’agit de céramiques gallo-belges : voir Hatt, Schnitzler 1985, p. 79-80. La vaisselle considéré (...)

42Réalisés en céramique commune grise, leurs bords supérieurs sont rentrants (fig. 10). La particularité de ces objets est leur base en forme de piedouche qui les apparente au type 23 de J.-J. Hatt et B. Schnitzler30. En raison de la présence de ce type de céramique dans les couches des incendies survenus en 70 et en 95 apr. J.-C. à Ehl (Alsace), ces objets peuvent être datés du ier s. (Hatt, Schnitzler 1985, p. 86-87, fig. 3, p. 23).

Le mobilier métallique

43Il comprend trois fibules, trois monnaies, un anneau en fer et deux éléments de collier sous la forme d’un tube court en bronze et d’un anneau de type « bague ».

Les fibules

44L’existence de ces objets au-dessus de la tombe 11 a été portée à notre connaissance par l’article de l’abbé Joly (Joly 1954, p. 96, fig. 41). Aucune des fibules n’a été retrouvée, mais nous savons qu’elles étaient en bronze et qu’au moins deux d’entre elles étaient argentées. Un agrandissement de la photographie, fournie par l’article de 1954 (fig. 14), nous a permis d’en évaluer les dimensions et de leur attribuer une classification, comme l’avait fait avant nous L. Lerat (Lerat 1979, p. 170-185). La fibule située au milieu des deux autres est fragmentaire, c’est aussi la plus petite. Nous estimons sa longueur à 4,5 cm, tandis que les deux autres doivent atteindre environ 6 cm sur 3 cm.

  • 31 Nous remercions pour son aide A. Hoti-Popaj qui nous a permis d’arriver aux mêmes conclusions que L (...)

45Les trois fibules sont à arc rubané et interrompu. Celle qui se trouve sur la gauche diffère légèrement en raison de sa section en D. Selon la classification de Riha, elles font partie du groupe 5. Le décor de l’arc n’étant pas visible, nous pouvons supposer qu’il s’apparente au type 5.12 ou 5.15, à cause de l’interruption de l’arc à la tête et au pied. Dans la classification de Feugère, elles font partie du groupe 23, des types, a, b ou c (Feugère 1985, p. 331-335). Leur date se situe entre 50 et 120 apr. J.-C31.

Un anneau en fer

46Situé près de la ceinture de l’inhumé de la sépulture 11, qui reposait sur le côté droit, cet anneau à un diamètre extérieur d’environ 3,3 cm. En raison de l’oxydation qui le recouvre, son épaisseur est irrégulière et varie entre 0,5 et 0,8 cm (fig. 15).

Fig. 15. Sépulture n° 11

Fig. 15. Sépulture n° 11

Anneau en fer (diam. ext. 3,3 cm, ép. de 0,5 à 0,8 cm [en l’état]), situé près de la ceinture de l’inhumé. Mus. Arch. Dijon

(photo R. Jaeggi).

  • 32 À titre d’exemple les sanctuaires des Sources de la Seine, d’Essarois, d’Halatte, de Sainte-Sabine, (...)

47Sa localisation près du corps de l’enfant, ainsi que ses dimensions, laissent envisager son emploi comme « anneau de lange », servant à fixer les bandelettes utilisées pour l’emmaillotement des nouveau-nés. Cette pratique, rapportée par les textes médicaux (Soranos d’Éphèse, Maladie des femmes, II, 6a), est illustrée sur de nombreux ex-voto en Italie et en Gaule romaine. Dans la région qui nous occupe, elle est également reproduite sur des stèles funéraires. Lorsqu’il s’agit d’ex-voto, ils proviennent principalement de sanctuaires liés aux sources32. À Alésia, l’un d’eux a été mis au jour dans un édicule carré situé dans le sanctuaire d’Apollon Moritasgus, situé quelques mètres au Nord-Ouest du lieu d’ensevelissement.

Les monnaies

  • 33 En faisant abstraction de la pièce mentionnée dans l’article de 1954, retrouvée dans les couches su (...)
  • 34 Joly 1954, p. 91.

48Trois monnaies ont été retrouvées par l’abbé Joly33. Elles étaient déposées dans les sépultures 1, 2 et 7. La pièce de cette dernière tombe n’a pas été retrouvée au Musée Archéologique de Dijon. Selon l’abbé Joly, il s’agissait d’un as de Claude frappé en 41 apr. J.-C. et déposé dans la main gauche du défunt34.

  • 35 Au sujet de la mutilation des monnaies, voir Aubin, Meissonnier 1994, p. 143-152. Nous remercions p (...)

49La monnaie de la tombe 1 est un as en bronze d’Auguste, retrouvé près des cruches I et II. Mutilépar plusieurs coups de burin (fig. 7)35 il a été frappé en 7 av. J.-C. et porte au revers les lettres SC (SENATUS CONSULTO) (RIC I2, p. 76 n° 435).

  • 36 Pour C. Perassi, le choix d’effigies essentiellement féminines sur des monnaies déposées dans des t (...)

50La seconde se trouvait dans le loculus 2. Il s’agit d’un dupondius en bronze de Vespasien (Joly 1951, p. 20 ; RIC II2, p. 118 n° 818) (fig. 8). Il porte au revers une représentation de Felicitas, allégorie féminine qui, dans ce contexte précis, vise probablement la protection et le bien-être du « bébé »36.

Métal et verre : éléments de collier

  • 37 Le nourrisson était âgé de moins d’un an. La tombe se trouve au 72 av. Jean-Jaurès. Pour plus de pr (...)
  • 38 Ce genre de petits objets appelés crepundia étaient percés ou non et pouvaient être portés en colli (...)

51Un tube en bronze orné sur sa partie externe de stries parallèles aux bords (ht. 1,3 cm, long. 1,5 cm), un anneau en bronze (diam. 2,2 cm, ép. 0,3 cm) et quatre perles en fritte bleue côtelées, dites en « melon » (diam. de 1,2 à 1,7 cm) (fig. 13) proviennent de la sépulture à incinération n° 8 ; il est probable que ces éléments étaient enfilés en collier sur un cordon en matière périssable. Dans l’Antiquité, le port d’amulettes est courant, comme le suggère une série de petits objets percés en leur milieu, retrouvés dans une tombe de nourrisson à Nîmes37. Parmi ces nombreuses pièces (anneau, tube en bronze strié), plusieurs perles en verre et des amulettes pourraient se rapporter à la dentition. Ces associations permettent de supposer qu’une utilité autre que décorative était attribuée à l’ensemble des objets38. Un rôle apotropaïque ou prophylactique est attesté pour les dents animales et les pièces en ambre zoomorphes (Dasen 2003a, p. 275-277, et 2003b, p. 179-180). Cette fonction n’est pas à exclure pour les perles en verre. Fréquentes en milieu funéraire, on les trouve parfois seules ou en nombre auprès de défunts, quel que soit leur âge ou leur sexe. Les tombes d’enfants semblent toutefois recevoir de manière privilégiée ce type d’offrande (Dasen 2003b, p. 179).

Verre

52Un balsamaire, non retrouvé, est reproduit par la photographie du dessus de la tombe 11 (fig. 14) (Joly 1954, p. 95, fig. 41). L’objet est placé au-dessus des fibules mentionnées précédemment. Selon l’abbé Joly, il mesure 10,5 cm de hauteur. D’après nos observations, il s’agirait d’une forme ISINGS 82 b1, Trèves 73 (Isings 1957, p. 97), l’embouchure étant évasée, la lèvre repliée vers l’intérieur, la panse conique. Très répandu dans le monde romain, ce type se retrouve fréquemment en contexte funéraire. Dans la nécropole de Fréjus, il est déposé auprès d’une incinération. Cette typologie apparaît au milieu du ier s. et se prolonge jusqu’au iiie s. (Allain et al. 1992, p. 150).

Fig. 16. Ex-voto du Mont-Auxois, emmaillotage croisé avec anneau

Fig. 16. Ex-voto du Mont-Auxois, emmaillotage croisé avec anneau

Alésia, Côte-d’Or, photo musée des Antiquités Nationales, Saint-Germain-en-Laye (Duday, Laubenheimer, Tillier 1995, p. 105, fig.75).

  • 39 A ce sujet, voir les analyses du balsamaire de la tombe n° 11 de Sallèles d'Aude dans Duday, Lauben (...)

53Des analyses faites sur le contenu de certains de ces récipients39 ont révélé la présence d’acides gras libres provenant de la dégradation de substances lipidiques. Elles indiquent la conservation de senteurs odoriférantes extraites de matières grasses et qui auraient pu être utilisées pour l’onction du corps ou lors de libations.

Les ossements

54« Toutes les sépultures qui ont été mises au jour (…), exception faite de l’incinération dont il sera question plus loin, sont celles de tout petits enfants, des bébés probablement » (Joly 1954, p. 92). Pour vérifier ce postulat de l’abbé Joly, une analyse anthropologique des ossements s’est révélée nécessaire. Elle a été réalisée par M. Gadacz, thanato-archéologue rattachée à l’UMR 5594 de l’Université de Bourgogne.

55Les informations données par l’abbé Joly au sein de ses articles étant très lacunaires, voire quasiment inexistantes, et à cause du temps dévolu à l’étude (deux jours), il a été décidé de n’effectuer qu’une observation de premier niveau fondée sur l’inventaire et la détermination des pièces osseuses.

56Plusieurs difficultés majeures se sont présentées : les os n’ont pas été conditionnés strictement par sépulture ; il semble que les abords ont parfois été prélevés ; enfin, la majeure partie des os était incomplète. C’est pourquoi les méthodes choisies d’estimation de l’âge au décès, à savoir la méthode d’I. G. Kazekas et de F. Kosa (Fazekas, Kosa 1978), la formule proposée par L. Scheuer et S. Black dans leur manuel consacré au développement ostéologique juvénile (Scheuer, Black 2000) et celle proposée par P. Adalian et par ses collègues (Adalian et al., 2002) reposent sur les mêmes mesures ostéométriques (longueur et largeur de l’os pour l’humérus et le fémur, longueur pour l’ulna, le radius, le tibia et la fibula), correspondant au même indicateur d’âge (longueur diaphysaire).

57Les résultats de l’étude sembleraient montrer que les inhumés de l’abri étaient soit des fœtus, soit des périnatals, l’individu le plus âgé étant peut-être arrivé à terme au moment de sa mort. On aurait donc affaire à une zone d’inhumation réservée à des très jeunes individus, n’étant pas encore nés pour la plupart.

Conclusion

58La reprise du dossier des fouilles de l’abbé Joly à la Croix-Saint-Charles a conduit à réévaluer la pertinence de l’application de l’expression « cimetière de bébés » à cette découverte.

  • 40 Selon la classification communément adoptée par les pédiatres et les ostéologues. Les post-néonatal (...)
  • 41 À Brig-Glis/Waldmatte, l’habitat transformé en zone funéraire compte un individu âgé de trois ans ( (...)

59Au fil des trouvailles de ces dernières années sur d’autres sites, un champ d’utilisation plus précis de l’expression « cimetière de bébés » s’est mis en place, appliqué à des zones funéraires réservées spécifiquement à des « bébés », terme générique qui s’applique à des fœtus, des périnatals, des individus décédés à terme ou antérieurement, à des néonatals, voire à des post-néonatals40. Il arrive parfois que des sujets plus âgés en fassent partie. Ils sont alors compris dans la dénomination41. L’expression « cimetière de bébés » disparaît lorsqu’un sujet mature fait intrusion.

60La question se pose à Alésia. Sous l’abri de la Croix-Saint-Charles, si les enfants inhumés sont bien des individus périnatals, s’y ajoute la présence d’un individu plus âgé. En découvrant cette inhumation que l’abbé jugeait être celle d’un(e) adolescent(e), il a peut-être envisagé le site de l’abri comme une partie d’un cimetière à incinération au Nord et en contrebas (Joly 1954, p. 98). En effet, de l’autre côté de la voie romaine, un enfant a été inhumé au milieu de deux incinérations d’adultes. Comme certains individus de l’abri, il était accompagné d’une offrande en céramique sous la forme d’une petite coupe gravée SILVA (Fourier 1926, p. 52-53).

61Sous l’abri, de nombreux éléments témoignent du soin particulier apporté aux sépultures : la présence de clous, qui indique l’emploi de cercueils, les offrandes sous la forme de monnaies (trois au moins pour un total de onze tombes), le mobilier en céramique (cruches, coupelles, gobelet à glaçure plombifère), fibules et anneau de lange, balsamaire. La mise à l’écart de ces individus ne semble donc pas avoir eu une valeur négative ou malfaisante, mais témoigne plutôt de soins et de protections particuliers.

  • 42 À Pourliat, le seuil est plus bas. Les nourrissons à partir de deux mois ont droit à un coffre en b (...)
  • 43 Elle se développe au milieu du ier s. et est rattachée à un riche domaine (Kramar, Blanc 2005, p. 1 (...)

62Un traitement similaire pour des enfants morts avant ou à terme est cependant rare en Gaule romaine. Une recherche systématique nous a permis de constater que ce genre d’offrande et le mode de sépulture en cercueil et non en vase (enchytrisme) s’adressent en général à des enfants âgés d’environ six mois42. L’un des rares lieux témoignant d’un traitement similaire pour des périnatals est le site éloigné d’Aventicum, situé en territoire helvète. À la nécropole Sur Fourches43, la plus étendue de la ville, sept sépultures attribuées à des nouveau-nés présentaient des cercueils (Kramar, Blanc 2005, tableau p. 15). Au sanctuaire de la Grange des Dîmes, sous le mur du péribole, l’inhumation d’un individu décédé aux alentours du terme était, quant à elle, pourvue de plusieurs récipients en céramique, dont une bouteille (ht 10,5 cm) (Meylan-Krause 2008, p. 66, fig. 21).Ce traitement particulier n’y est cependant pas la règle, les inhumations en pleine terre côtoyant des dépôts plus élaborés.

63Ce constat ne peut que confirmer la valeur particulière des soins octroyés aux « bébés » de l’abri de la Croix-Saint-Charles. Si, le « cimetière de bébés » d’Alésia n’en est pas un au sens strict de l’expression, puisqu’un individu plus âgé y était aussi inhumé, il s’agit bien, néanmoins, d’une zone protégée, réservée à des individus qui n’ont pas trouvé leur place au sein de la nécropole communautaire en contrebas, de l’autre côté de la voie romaine. L’abbé Joly aurait-il alors cessé une fouille qui ne répondait pas à ses attentes ?.

De nouvelles pistes ?

64La localisation de l’abri fouillé par l’abbé Joly a permis une meilleure compréhension de la topographie de l’oppidum d’Alésia, et particulièrement de sa pointe Est. À ce stade, est-il possible d'entrevoir un lien entre ces deux zones en raison du caractère particulier du sanctuaire ? Constitué de plusieurs bassins et bâtiments, ce dernier est dédié à Apollon Moritasgus, dieu guérisseur à l’épiclèse gauloise. Des fouilles menées en 1909 par le commandant E. Espérandieu avaient déjà permis d’évoquer ce statut par la mise au jour de 109 ex-voto dits anatomiques (yeux, seins et organes sexuels). Ils ont été retrouvés en divers points du sanctuaire, près du captage adossé au talus et à l’intérieur d’un édicule carré qui a livré la statue d’une déesse en diadème et couronnée d’épis, tenant dans la main gauche un serpent (Sirona ?). Dans le même édifice a été également découvert la statue en pierre calcaire d’un enfant emmailloté en très haut relief, de grandeur nature (fig. 16) (de Cazanove 2008a, p. 2).

65Utilisé pour des requêtes de fécondité, d’une grossesse qui débouche sur un heureux accouchement ou pour une bonne santé du nouveau-né ou du nourrisson (de Cazanove 2008b, p. 275), cet ex-voto indique-t-il un lien entre la zone sépulcrale et la zone cultuelle ? La reprise du motif de l’emmailloté sur des stèles funéraires semble le suggérer (ibid., p. 280).

  • 44 Le culte d’Apollon est également attesté aux sources de la Seine. Les ex-voto retrouvés sont sembla (...)

66La relation entre un sanctuaire dit guérisseur et une zone funéraire avait également attiré l’attention lors des fouilles du sanctuaire des Bolards, à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or). Devant la centaine d’inhumation de « bébés » qu’il retrouve dans des secteurs réservés de la nécropole, E. Planson s’interroge sur un éventuel lien avec le sanctuaire situé plus haut, sur l’oppidum. Il s’agit d’un ensemble cultuel dédié à des dieux guérisseurs, Mars Segomo (CIL XIII, 2846) et, comme aux sources de la Seine et à Alésia44, à Apollon. Les offrandes faites aux Bolards sont en relation avec la maternité : colombes en pierre et statuettes en terre blanche de l’Allier, femmes (déesses) assises dans un fauteuil en osier tressé allaitant un ou deux enfants emmaillotés, Vénus aux représentations variées, cavaliers et animaux.

  • 45 Strabon III, 1, 9.

67Hormis l’ex-voto en lange et la déesse au serpent, une telle diversité d’offrandes se rapportant spécifiquement à la maternité n’est pas attestée à Alésia. Les plaquettes de bronze représentant des yeux y dominent, et soulèvent le débat de savoir s’il s’agit de vrais ex-voto anatomiques ou s’il ne faut pas les interpréter comme une métonymie de la personne entière, c’est-à-dire soit comme la représentation symbolique de la personne qui a fait le voeu, soit comme une incarnation de la divinité. Cette dernière hypothèse, suggérée par F. Horn pour des plaquettes oculaires en or ou argent retrouvées dans des sanctuaires ibériques datés des trois premiers siècles avant notre ère, pourrait expliquer la nature des exemplaires du sanctuaire d’Alésia. Bien que d’un matériau différent, ceux-ci présentent une morphologie identique à ceux retrouvés dans la péninsule ibérique. L’accent y est mis sur le regard, les yeux sont parfois entourés de cils. De plus, l’ensemble des artefacts découverts avec les plaquettes ibériques renvoie à la sphère féminine (seins en pâte de verre, déesses kourotrophes, terres cuites féminines). Un exemplaire particulier, provenant de Alhonoz (Séville) était pourvu d’un croissant de lune entre les deux yeux. Ce motif renvoyant à la déesse Tanit et à son pendant lusitanien Ataecina aussi appelée Ataecina Proserpina, réitère l’existence d’un lien étroit entre les plaquettes d’yeux et une divinité à la frontière des deux mondes que sont la vie et la mort, la lumière et la nuit. Le sanctuaire de la Algaida, décrit par Strabon45, situé dans la zone de l’embouchure du Guadalquivir, était voué à la déesse Phosphoros ou Lux dubia, la « lumière douteuse » du crépuscule lorsqu’apparaît l’astre associé à Vénus. Les exemplaires gallo-romains seraient-ils également le substitut d’une déesse ?.

68Ainsi que l’ont déduit M. Dondin-Payre et Ch. Cribellier, les plaquettes oculaires ne sont pas nécessairement liées à un dieu guérisseur, ni à une source. Il ne s’agit donc pas d’ex-voto anatomiques au même titreque les plaquettes représentant d’autres organes, bien qu’un syncrétisme des usages semble survenir plus tardivement au Moyen-Âge (Horn 2005, p. 102, note 30).D’après les vestiges antérieurs à la romanisation retrouvés tant sur le territoire ibérique que sur celui de la Gaule (Mirebeau-sur-Bèze), les plaquettes d’yeux d’Alésia mais aussi des Bolards ou des Sources de la Seine, pourraient renvoyer à une déesse-mère, nourricière et protectrice, au même titre que les figurines de Vénus ou de Dea nutrix.

69Cette hypothèse serait la seule à même d’expliquer le manque de variété dans les offrandes et soutiendrait la possibilité d’un lien entre la zone du sanctuaire vouée à une déesse kourotrophe et l’abri. Prometteuse de fécondité, dispensatrice de lumière, elle pouvait être l’objet d’offrandes faites tant par des hommes que par des femmes. Si tel est le cas, les plaquettes oculaires étaient-elles également adressées Apollon Moritasgus, dieu principal de l’ensemble cultuel ? En l’état de la recherche, nous ne pouvons que suggérer l’hypothèse. Le bon sens nous interdisant de supposer un seul et même vœu fait par la majorité des visiteurs, ces plaquettes seraient chacune investie d’un message précis, particulier à chaque cas.

Bibliographie

Adalian et al., 2002 : ADALIAN (P.), PIERCECCHI-MARTI (M.-D.), BOURLIÈRE-NAJEAN (B.), PANUEL (M.), LEONETTI (G.), DUTOUR (O.) – Nouvelle formule de détermination de l’âge d’un fœtus. Comptes rendus Biologies, 325, 3, 2002, p. 261-269.

Allain et al. 1992 : ALLAIN (J.), FAUDUET (I), TUFFREAU-LIBRE (M.). – La nécropole gallo-romaine du champ de l’Image à Argentomagus. Saint-Marcel, Musée d’Argentomagus, 1992 (Revue archéologique du Centre de la France, Suppl. 3).

Aubin, Meissonier 1994 : AUBIN (G.), MEISSONIER (J.) – L’usage de la monnaie sur les sites de sanctuaires de l’ouest de la Gaule et de la Bourgogne. In : Goudineau (C.), Fauduet (A.), Coulon (G.) éds., Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine. Actes du colloque d’Argentomagus, Argenton-sur-Creuse, Saint-Marcel, Indre. Paris et Saint-Marcel, éditions Errance, 1994, p. 143-152.

Becker 2004 : BECKER (M. J.) - The Cazzanello perinatal cemetery: continuities of Etruscan mortuary practices into the late antique period and beyond. Studi Etruschi, 70, III, 2004, p. 255-267.

Bel et al., à paraître : BEL (V.) et al. – Deux ensembles funéraires d’époque romaine, avenue Jean Jaurès à Nîmes (Gard). À paraître.

de Cazanove 2008a : DE CAZANOVE (O.) – La reprise des fouilles du sanctuaire de Moritasgus. Publication en ligne sur le site du Muséo-parc d’Alésia, 2008 [en ligne], p. 1-6.

de Cazanove 2008b : DE CAZANOVE (O.) – Enfants en langes : pour quels vœux ? In : Greco (G.), Ferrara (B.) éds., Doni agli dei. Il sistema dei doni votivi nei santuari, atti del seminario di studi, Napoli 21 aprile 2006. Pouzzoles (Naples), Naus, 2008, p. 271-284.

de Cazanove, inédit : DE CAZANOVE (O.) – Les ex-voto anatomiques du sanctuaire d’Apollon Moritasgus à Alésia et des autres lieux de culte de la Bourgogne romaine. Texte inédit.

Corrocher 1983 : CORROCHER (J.) – La céramique à glaçure plombifère de Vichy (Allier). Revue archéologique du Centre de la France, 22, 1983,. p. 15-40.

Dasen 2003a : DASEN (V.) – Amulettes d’enfants dans le monde grécoromain. Latomus 62, 2003, p. 275-289.

Dasen 2003b : DASEN (V.) – Protéger l’enfant : amulettes et crepundia. In : Gourevitch (D.), Moirin (A.), Rouquet (N.), Maternité et petite enfance dans l’Antiquité romaine. Catalogue de l’exposition, Bourges, Muséum d’histoire naturelle, 6 novembre 2003-28 mars 2004. Éditions de la ville de Bourges, 2003, p. 179-184.

Déchelette 1901 : DÉCHELETTE (J.) – L’officine de Saint-Rémy, (Allier)et les origines de la poterie sigillée gallo-romaine. RA, 1901/1, p. 360-394.

Deonna 1955 : DEONNA (W.) – Cimetières de bébés. Revue Archéologique.

de l’Est et du Centre-Est, 6, 1955, p. 231-247.

Duday, Laubenheimer, Tillier 1995 : DUDAY (H.), LAUBENHEIMER (F.), TILLIER (A.-M.) – Sallèles d’Aude : nouveau-nés et nourrissons gallo-romains. Paris, Les Belles Lettres, 1995.

EMA I : GUIMIER-SORBETS (A.-M.), MORIZOT (Y.) dir. – L’Enfant et la mort dans l’Antiquité I. Nouvelles recherches dans les nécropoles grecques. Le signalement des tombes d’enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à Athènes, École française d’Athènes, 29-30 mai 2008. Paris, De Boccard, 2010.

Fabre 1990 : FABRE (V.) -Rites domestiques dans lhabitat de Lattes. Sépultures et dépôts danimaux. Lattara, 3, 1990, p. 391-416.

Fabre 2000 : FABRE (V.) – Inhumations d’enfants dans les habitats alpins : l’exemple de Brig-Glis/Waldmatte (Valais, Suisse). In : Dedet (B.) et al.,Archéologie de la mort. Archéologie de la tombe au Premier Âge du Fer, Actes du XXIe Colloque International de l’AFEAF, Conques-Montrozier mai 1997. Lattes, ARALO, 2000, p. 325-332.

Fazekas, Kosa 1978: FAZEKAS (I.), KOSA (F.) – Forensic fœtal Osteology. Budapest, Akademiai Kiado, 1978.

Feugère 1985 : FEUGÈRE (M.) – Les fibules en Gaule méridionale, de la conquête à la fin du ve s. ap. J.-C. Paris, CNRS, 1985.

Fourier 1926 : FOURIER (G.) – Fouilles au Nord-Ouest de la Croix-Saint-Charles. Mémoires de la Commission des Antiquités du Département de la Côte d’Or, 18, 1926.

Gadàcz, inédit : GADÀCZ (M.) – Estimation de l’âge au décès des individus du cimetière de la Croix-Saint-Charles à Alésia. Université de Dijon, UMR Sciences humaines et sociales, projet personnel, 2010-2011.

Garnier, Silvino 2009 : GARNIER (N.), SILVINO (T.) – Quand l’analyse chimique révèle des décoctions de plantes. In : Goudineau (Ch.), Rites funéraires à Lugdunum. Paris, Errance, 2009, p. 37-38.

Giot, Cogné 1951 : GIOT (P.-R.), COGNÉ (J.) – La nécropole de Saint-Urnel-en-Plomeur (Finistère). Fouilles de 1946-1950. Gallia, 9, 1951, p. 1-19.

Girard 1997 : GIRARD (L.) – Les sujets immatures du cimetière gallo-romain de Chantambre (Essonne). Pratiques funéraires. In : Buchet (L.) éd., L’enfant, son corps, son histoire. Centre National de la recherche Scientifique, Actes des septièmes Journées Anthropologiques de Valbonne, 1-3 juin 1994. Sophia Antipolis, APDCA, 1997, p. 210-225.

Guillier 1992 : GUILLIER (G.) – Une nécropole d’enfants d’époque gallo-romaine à Sommesous (Marne). Revue Archéologique Sites, 52, 1992.

Hatt, Schnitzler 1985 : HATT (J.-J.), SCHNITZLER (B.) – La céramique gallo-belge dans l’Est de la France. In : Burnand (Y.), Vertet (H.), Céramique antique en Gaule, Actes du colloque de Metz 1982, Studia Gallica II. Presses Universitaires de Nancy, 1985, p. 79-106.

Hillson 2009: HILLSON (S.) – The world’s largest infant cemetery and its potential for studying growth and development. In: Schepartz (L. A.), Fox. (S. C.), Bourbou (Ch.), New Directions in the Skeletal Biology of Greece. Hesperia Suppl. 43, 2009, p. 137-154.

Horn 2005 : HORN (Fr.) - Les terres cuites de l’espace ibérique (viie-iie s. av. J.-C.). Étude des figurines, décors et vases. Thèse de doctorat, Strasbourg, 2005.

Isings 1957: ISINGS (Cl.) – Roman glass from dated finds. Groningen et Djakarta, J.B. Wolters, 1957.

Joly 1951 : JOLY (J.) – Un cimetière gallo-romain de bébés à Alise-Sainte-Reine (Côte d’Or). Revue d’Archéologie de l’Est, 2, 1951, p. 119-120.

Joly 1954 : JOLY (J.) – Quelques sépultures du cimetière de bébés de la Croix-Saint-Charles sur le Mont-Auxois. Revue d’Archéologie de l’Est, 17, 1954, p. 92-99.

Joly 1956 : JOLY (J.) – Un plan inédit des recherches faites par Stoeffel devant Alésia sous le Second Empire. CRAI, 1956, p. 144-147.

Joly 1976-1977 : JOLY (J.) – La face cachée du Mont-Auxois. Mémoires C.A.C.O., XXX, 1976-1977, p. 165-183.

Kramar, Blanc 2005 : KRAMAR (C.), BLANC (P.) – Étude paléoanthropologique et paléopathologique des sujets inhumés à Avenches dans les nécropoles de la Montagne et de la porte de l’Ouest/Sur Fourches. Bulletin de l’Association Pro Aventico, 47, 2005, p. 7-61.

Laubenheimer 1989 : LAUBENHEIMER (F.) – Une nécropole de nourrissons gallo-romains. Société d’éditions scientifiques, 208, 1989, p. 402-403.

Ledermann 1969 : LEDERMANN (S.) – Nouvelles tables-types de mortalité. INED, travaux et documents, 23, 1969.

Lerat 1979 : LERAT (L.) – Les fibules d’Alésia dans les musées d’Alise Sainte-Reine. Semur-en-Auxois et Dijon, Université de Dijon, 1979.

Martin-Kilcher 2000 : MARTIN-KILCHER (S.) – Mors immatura in the Roman World. Mirror of Society and Tradition. In: Pearce (J.), Millett (M.), Struck (M.), Burial, society and context in the Roman world. Oxford, Oxbow Book, 2000, p. 63-77.

Merlat 1951: MERLAT (P.) – Ve Circonscription. Gallia, 12, 1951, p. 155-168.

Meylan-Krause 2008 : MEYLAN KRAUSE (M.-Fr.) – Des dieux et des hommes. Cultes et rituels dans les sanctuaires d’Aventicum. In : Castella (D.), Meylan Krause (M.-F.), Topographie sacrée et rituels. Le cas d’Aventicum, capitale des Helvètes. Actes du colloque international d’Avenches, 2-4 novembre 2006. Bâle, Archéologie Suisse, 2008, p. 51-59.

Michalaki-Kollia 2010 : MICHALAKI-KOLLIA (M.) – Un ensemble exceptionnel d’enchytrismes de nouveau-nés, de foetus et de nourrissons découvert dans l’île d’Astypalée, en Grèce : cimetière de bébés ou sanctuaire ? In : EMA I, p. 161-205.

Monnier 1985 : MONNIER (A.) – Méthodes d’analyse de la mortalité. In : Pressat (R.), Manuel d’analyse de la mortalité. Paris, INED, 1985, p. 53.

Perassi 1999 : PERASSI (Cl.) – Monete nelle tombe di et à romana imeriale : casi di scelta intenzionale sulla base die soggetti e delle scritte ? In : Dubuis (F.), Frey-Kupper (S.), Perret (G.) éds, Trouvailles monétaires de tombes. Actes du deuxième colloque international du Groupe suisse pour l’étude des trouvailles monétaires, Neuchâtel 3-4 mars 1995. Lausanne, éd. du Zèbre, 1999, p. 43-70.

Planson 1982 : PLANSON (E.) – Les pratiques funéraires. In : Planson (E.) et al., La nécropole gallo-romaine des Bolards, Nuits-Saint-Georges. Paris, CNRS, 1982.

Planson, Pommeret 1986 : PLANSON (E.), POMMERET (C.) – Les Bolards. Le site gallo-romain et le musée de Nuits-Saint-Georges. Paris, Ministère de la culture, imprimerie nationale, 1986.

Robertson 1962-1982: ROBERTSON (A. S.) – Roman Imperial Coins in the Hunter Coin Cabinet. Londres et Glasgow, Oxford University Press, 1962-1982.

Rouquet 2003 : ROUQUET (N.) – Les dépôts funéraires dans les tombes d’enfants à Bourges (Cher). In : Gourevitch (D.), Moirin (A.), Rouquet (N.) éds., Maternité et petite enfance dans l’Antiquité romaine. Catalogue de l’exposition, Bourges, Muséum d’histoire naturelle, 6 novembre 2003-28 mars 2004. Éditions de la ville de Bourges, 2003, p. 120-121.

Scheuer, Black 2000: SCHEUER (L.), BLACK (S.) – DevelopmentalJuvenile Osteology. Amsterdam, Elsevier Academic Press, 2000.

Sénéchal 1975 : SÉNÉCHAL (R.) – Céramique commune d’Alésia : les cruches. Dijon, Centre de recherches sur les techniques gréco-romaines, 1975.

Sénéchal 1985 : SÉNÉCHAL (R.) – La Céramique commune d’Alésia : collections des Musées d’Alise-Sainte-Reine. Dijon et Semur-en-Auxois, Société des sciences historiques et naturelles, 1985.

Soren, Soren 1999: SOREN (D.), SOREN (N.) – A Roman Villa and a Late Roman Infant cemetery: excavation at Poggio Gramignano, Lugnano in Teverina. Rome, L’Erma di Bretschneider, 1999.

Van Doorselaer 1967 : VAN DOORSELAER (A.) – Les nécropoles d’époque gallo-romaine en Gaule septentrionale. Bruges, De Tempel, 1967.

Wittmann, Bonnet 2009 : WITTMANN (A.), BONNET (CH.) – La vaisselle des inhumations de bébés. In : Goudineau (Ch.), Rites funéraires à Lugdunum. Paris, Errance, 2009, p. 154-186.

Notes

1 Nous aimerions ici remercier tout ceux qui nous ont apporté aide et soutien : les Professeurs Véronique Dasen, pour son encadrement et pour avoir éveillé notre intérêt sur ce sujet passionnant, et Olivier de Cazanove pour nous avoir permis de fouiller à Alésia et de retrouver le mobilier du cimetière de bébés ; le Dr. Christian Vernou, conservateur du Musée de Dijon et son assistante Myriam Fèvre, pour leur accueil et l’accès au matériel non publié ; Mélanie Gadàcz, anthropologue, pour son intérêt et son aide précieuse pour la détermination de l’âge des » bébés ». Le Dr. Elisabeth Rabeisen pour les nombreuses informations qu’elle nous a transmises sur le site d’Alésia et sur le contexte de découverte des fouilles de l’abbé Joly. Enfin, spécialement, Céline Dubois et le Professeur Antoine Hermary pour nous avoir permis de publier cet article, ainsi que pour leur accueil chaleureux lors du colloque qui a eu lieu à Aix en janvier 2011.

2 Le Hallstatt, appelé Premier âge du Fer, est une période qui succède au Bronze final et précède la période de La Tène. A Saint-Urnel, le mobilier funéraire est rare. Grâce à la céramique et aux pièces métalliques retrouvées, l'intégralité de la nécropole est datée de l'Âge du Fer. P.-R. Giot et J. Cogné voient quatre niveaux d'inhumations qui se succèdent sans donner de précisions sur l'époque à laquelle la nécropole cesse d'être en fonction : Giot, Cogné 1951, p. 7 et p. 13.

3 Au sujet de la nécropole du Champ de l’Image à Argentomagus, voir Allain et al. 1992.

4 « Cependant, dans la plupart des cimetières explorés, la tendance est d’employer les termes bébés, nouveaux-nés, très jeunes enfants pour définir des sujets d’âges très différents » (Planson 1982, p. 173-174)

5 Becker 2004, p. 255-267.

6 Il s’agit de plus de 2.750 enchytrismes de fœtus et de nouveau-nés. Les dépôts ont été datés de 750 av. J.-C. jusqu’au ier s. : voir Hillson 2009, p. 137 ; Michalaki-Kollia 2010.

7 Cette terminologie varie cependant selon les pays et la spécialisation des chercheurs. Pour les périodes qui couvrent le début de la vie jusqu’à l’enfance (childhood : d’un an à la puberté/adolescence), celle des pédiatres est unanimement acceptée. À ce sujet voir Scheuer, Black 2000, p. 473-474, et le tableau de Monnier1985, p. 53. Comme nous le verrons dans la conclusion, les sujets soumis à ségrégation sont généralement les plus représentatifs de la mortalité infantile dans les tables de mortalité (voir Ledermann 1969).

8 Au moins 1,80 m selon l'article de l'abbé Joly de 1951 (Joly 1951, p. 119).

9 Joly 1976, p. 167. L’abbé Joly remarque que ces couches noircies se retrouvent aussi dans le cimetière romain de Flavignysur-Ozerain (Côte-d’Or). Il suppose la présence de superstructures en bois au-dessus des tombes, qui auraient permis de brûler des offrandes : Joly 1954, p. 96.

10 Ce mobilier n’a pas été retrouvé au Musée de Dijon.

11 La fouille de 1950 a mis au jour 6 tombes (nos 1 à 6). L’article de 1954 ne mentionne pas le nombre de sépultures exactes, mais décrit les sépultures qui se sont le mieux prêtées aux observations de détail. Parmi celles-ci, la sépulture n° 11. En l’absence de mention d’une sépulture qui porterait un numéro plus élevé, nous partons de l’idée que seules onze tombes ont été fouillées.

12 Les documents de l’abbé n’ont été déposés ni au Musée d’Alise-Sainte-Reine (pas plus que le mobilier des fouilles), ni au Musée Archéologique de Dijon, où est conservé le mobilier des fouilles de 1950. Nous remercions pour ces précieux renseignements Elisabeth Rabeisen de l’Université de Bourgogne.

13 Loculus : terme choisi par l’abbé Joly, dont nous déduisons qu’il désigne des fosses avec aménagement des parois, principalement faites de pierres.

14 Selon J. Joly : « il n’est pas certain que ce loculus ait servi de tombe » (Joly 1951, p. 120).

15 En raison de leurs dimensions, les fémurs droit et gauche, les tibias droit et gauche et l’ilium gauche sont ceux d’un périnatal qui pourrait être arrivé à terme, d’après les tables de Fazekas et Kosa. Voir à ce sujet M. Gadàcz, réf. 15-2-X dans le tableau ci-dessous.

16 Lieu de conservation inconnu.

17 Incrustée dans l’oxyde des clous, l’empreinte des fibres ligneuses des planches est encore visible et permet de déterminer les clous d’angles : Joly 1954, p. 92.

18 Joly 1954, p. 94. Non retrouvé.

19 L’abbé souligne à plusieurs reprises la présence de pierres de dimensions plus importantes que celles employées pour délimiter les sépultures ; elles se trouvaient à proximité de ces dernières et auraient pu servir à signaler leur emplacement (Joly 1954, p. 98).

20 Bien que l’explication de l’abbé ne soit pas claire à ce sujet, nous rapportons ces détails en raison des multiples trouvailles de ce genre (à titre d’exemple, on peut évoquer la nécropole des Bolards : Planson 1982), qui démontrent une découpe volontaire à but probablement apotropaïque.

21 Le même phénomène est attesté au cimetière gallo-romain de Flavigny-sur-Ozerain (Côte-d’Or) situé à 5 km d’Alésia (Joly 1954, p. 96).

22 Rouquet 2003, p. 120-121 ; Wittmann, Bonnet 2009, p. 181.

23 Sans prendre en compte la probable cruche brisée et utilisée pour l’incinération.

24 Nous remercions S. Bosse-Buchanan pour avoir confirmé les caractéristiques de la pâte.

25 Il s’agit de cruches à embouchure à anneau en forme de chapiteau mouluré (Sénéchal 1975, p. 12, comparer avec les fig. 22, p. 22, et 31, p. 30 [de Tongres]).

26 Comparer avec les modèles 122 (153), 120 (125) 112 (6M) : Sénéchal 1985, p. 147, 151 et 161.

27 Le fragment manquant et l’état de la tombe lors de la découverte indiquent que le vase a été brisé avant son dépôt (Joly 1951, p. 120).

28 D’après J. Corrocher, les ateliers producteurs de céramique à glaçure plombifère au Ier s. sont St-Rémy-en-Rollat, Gannat, St-Pourçain-sur-Besbre, St-Bonnet-Yzeure dans l’Allier, Lezoux dans le Puy-de-Dôme, Autun en Saône et Loire (Corrocher 1983, p. 37).

29 L’abbé Joly ne précise pas quelle coupe est orientée vers le haut ou le bas (Joly 1951, p. 120).

30 Il s’agit de céramiques gallo-belges : voir Hatt, Schnitzler 1985, p. 79-80. La vaisselle considérée dans leur étude provient des départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle (Metz et sa région).

31 Nous remercions pour son aide A. Hoti-Popaj qui nous a permis d’arriver aux mêmes conclusions que L. Lerat quant à la détermination de ces objets (Lerat 1979, p. 170-185).

32 À titre d’exemple les sanctuaires des Sources de la Seine, d’Essarois, d’Halatte, de Sainte-Sabine, etc.

33 En faisant abstraction de la pièce mentionnée dans l’article de 1954, retrouvée dans les couches supérieures dans les alentours de la sépulture 11. Selon la note 1, il s’agirait d’une monnaie au type de l’autel de Rome et d’Auguste à Lyon (Joly 1954, p. 96, note 1).

34 Joly 1954, p. 91.

35 Au sujet de la mutilation des monnaies, voir Aubin, Meissonnier 1994, p. 143-152. Nous remercions particulièrement N. Jacot pour l’aide qu’elle nous a apportée pour l’identification des monnaies.

36 Pour C. Perassi, le choix d’effigies essentiellement féminines sur des monnaies déposées dans des tombes d’enfants aurait pour but de rappeler la figure maternelle (Perassi 1999, p. 66).

37 Le nourrisson était âgé de moins d’un an. La tombe se trouve au 72 av. Jean-Jaurès. Pour plus de précision à ce sujet, voir Bel et al., à paraître.

38 Ce genre de petits objets appelés crepundia étaient percés ou non et pouvaient être portés en collier ou déposés dans un coffret auprès des défunts. Bien que leur caractère apotropaïque ou magique ne soit pas assuré, leur dépôt témoigne de l’attachement parental et de l’intégration sociale du défunt. Au sujet des crepundia voir Martin-Kilcher 2000, p. 66-67 ; Dasen 2003.

39 A ce sujet, voir les analyses du balsamaire de la tombe n° 11 de Sallèles d'Aude dans Duday, Laubenheimer, Tillier 1995, Annexe 1. Voir aussi Garnier, Silvino 2009, p. 37.

40 Selon la classification communément adoptée par les pédiatres et les ostéologues. Les post-néonatals comprennent des sujets âgés de 28 à 365 jours.

41 À Brig-Glis/Waldmatte, l’habitat transformé en zone funéraire compte un individu âgé de trois ans (Fabre 2000, p. 327). En Italie, à la villa de Poggio-Gramignano, sur 47 inhumations, 22 sont des fœtus, 18 des nouveau-nés, 6 des nourrissons entre 4 et 6 mois, un enfant est âgé de 2 à 3 ans (Soren, Soren 1999, p. 493).

42 À Pourliat, le seuil est plus bas. Les nourrissons à partir de deux mois ont droit à un coffre en bois ou en tegulae. Pour d’autres exemples voir Duday, Laubenheimer, Tillier 1995, p. 109, et Girard 1997, p. 216.

43 Elle se développe au milieu du ier s. et est rattachée à un riche domaine (Kramar, Blanc 2005, p. 13-14).

44 Le culte d’Apollon est également attesté aux sources de la Seine. Les ex-voto retrouvés sont semblables à ceux des Bolards (Planson, Pommeret 1986, p. 33).

45 Strabon III, 1, 9.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Alésia, plan de l’oppidum (Joly 1976-1977, p. 168-169)
Légende Flèche gauche : zone à incinération dont une inhumation d’enfant, fouillée par Fourier. Flèche droite : « cimetière de bébés ».
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Fig. 2. L’abri localisé en juillet 2011 (inédit, photo R. Jaeggi), vu de l’encorbellement
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3. L’extrémité Sud-Ouest de l’abri avec le renfoncement visible vu de l’encorbellement sur le plan de l’abbé Joly
Crédits (photo R. Jaeggi).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1372/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 4. Croix-Saint-Charles, Plan de l’abri (Joly 1951, pl. XVIb)
Légende En rouge, ajouts des emplacements des sépultures 7, 11 et 8, d’après les indications de l’abbé Joly (Joly 1954, p. 92)
Crédits (réalisation S. Jaeggi).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1372/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 5. Sépulture n° 1
Légende Grande cruche I, ier s. Mus. Arch. Dijon
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1372/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 6. Sépulture n° 1
Légende Petite cruche II. Mus. Arch. Dijon
Crédits (photo R. Jaeggi).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1372/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 7. Sépulture n° 1
Légende As d’Auguste, Rome, 7av. J.-C.Av. :(CAESAR AUGUST PONT MAX (TRIBUNIC POT), tête nue à dr. Rv. : M MAECILIUS (TULLUS IIIVIR AA) AFF. Grand SC au centre. Frappe décentrée (revers), marques de coups (avers). Mus. Arch. Dijon
Crédits (photo M. Fèvre).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1372/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Dupondius de Vespasien, Rome, 75 apr. J.-C.Av. : IMP CAES VESPAUG PMTP COS VI, tête à droite radiée. Rv. : (FELICITA)S - PUBLICA, S-C (dans le champ), Felicitas debout à g., tenant un caducée et une. corne d’abondance. Mus. Arch. Dijon
Crédits (photo R. Jaeggi).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1372/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 9. Sépulture n° 4
Légende Vase III, gobelet à glaçure plombifère, fragmenté ; ier s. Mus. Arch. Dijon
Crédits (photo R. Jaeggi).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1372/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 10. Sépulture n° 7
Légende Sépulture n° 4. Vases V et VI, deux coupelles, la plus grande percée au fond, ier s. Mus. Arch. Dijon
Crédits (photo R. Jaeggi).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1372/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 11. Sépulture n° 7.
Légende Cruche X, à engobe blanc ; fin du ier S. Mus. Arch. Dijon
Crédits (photo R. Jaeggi).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1372/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 12. Sépulture n° 8
Légende Fond d’une cruche faisant office d’urne (ht 11,2 cm, diam. 19,8 cm [panse]), ier-iie s. Mus. Arch. Dijon
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1372/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Fig. 13. Sépulture n° 8
Légende Pièces de collier : quatre perles en fritte bleue côtelées, un petit tube en bronze et un anneau en bronze ; ier-iie s. d’après les perles en verre. Mus. Arch. Dijon
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1372/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 14. Sépulture n° 11
Légende Sur la tombe trois fibules en bronze et un flacon de parfum en verre, ainsi qu’un amas d’os brûlés. À g., l’assiette renversée sur un autre amas d’os brûlés et des tessons de plusieurs vases incomplets. Lieu de conservation inconnu (Joly 1954, p. 95, fig. 41).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1372/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 15. Sépulture n° 11
Légende Anneau en fer (diam. ext. 3,3 cm, ép. de 0,5 à 0,8 cm [en l’état]), situé près de la ceinture de l’inhumé. Mus. Arch. Dijon
Crédits (photo R. Jaeggi).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1372/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 16. Ex-voto du Mont-Auxois, emmaillotage croisé avec anneau
Légende Alésia, Côte-d’Or, photo musée des Antiquités Nationales, Saint-Germain-en-Laye (Duday, Laubenheimer, Tillier 1995, p. 105, fig.75).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1372/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

Auteur

Université de Fribourg
sandra.jaeggi@unifr.ch

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access