Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants

 | 
Antoine Hermary
, 
Céline Dubois

Gaule

Tavaux (Jura) : un matériel associé aux tombes d’enfants

Gérald Barbet

Résumé

In the context of a research program devoted to Gallo-Roman burial grounds in the Jura department, the cremated remains of a soldier were discovered during the excavation of a family cemetery near the town of Tavaux. This grave has been dated between 40 and 60 AD. The same site also revealed a group of perinatal tombs, characterized by the burial of the remains under a roof-tile (imbrex). Some of these tombs also contained funeral offerings, placed beneath or beside the tile.

Texte intégral

1Dans le cadre d’un programme de recherche sur les espaces funéraires gallo-romains dans le département du Jura, la fouille d’une nécropole au lieu-dit « les Charmes d’Amont », sur la commune de Tavaux, apporte un nouvel éclairage sur la population occupant ce secteur et ouvre des perspectives sur l’installation probable de vétérans sur ces terres céréalières fertiles présentées comme telles par César (Guerre des Gaules, I-IV) (fig. 1).

2Sur le secteur étudié, et parallèlement à la fouille de cet espace funéraire, nous avons effectué un recensement de trois autres nécropoles présentant de nombreuses similitudes. Elles prennent place au début de l’occupation romaine et sont installées en bordure de la grande voie antique allant de Strasbourg à Lyon via Besançon, capitale de la Séquanie (Barbet 2005, p. 5 ; Joan 1997, p. 42 et 54).

3La fouille de ce lieu funéraire de type familial a permis de mettre en évidence la tombe fondatrice datée entre 40 et 60 après J.-C. Cette tombe s’est avérée être celle, soit d’un légionnaire, porte-enseigne, ou plus probablement celle d’un bénéficiaire dont les fonctions semblent parfaitement s’accorder à l’organisation administrative des provinces placées sous l’autorité de Rome (Nelis-Clement 2000, p.125 et 254).

4Au-delà de cette étude, il a été mis au jour un ensemble de tombes de périnataux dont la spécificité semble être le dépôt du corps à l’intérieur d’imbrices dont certaines recelaient, à l’intérieur ou autour d’elles, des offrandes.

5La nécropole de Tavaux I, « les Charmes d’Amont », a livré vingt-deux sépultures à crémation (adultes et enfants) et, probablement, soixante-deux tombes de périnataux sur imbrex (Barbet 2005) (fig. 2). La dimension des imbrices, dont la longueur n’excède guère 50 cm, correspond à la taille d’un nouveau-né. Leur forme, semi-cylindrique, ainsi que leurs dimensions, en faisaient donc des contenants adaptés aux corps de très jeunes individus. Les sépultures en imbrex n’apparaissent pas uniquement en Gaule romaine puisqu’on les rencontre en Espagne, en Grèce et en Italie.

6Les sépultures sur imbrex de la nécropole de Tavaux I, « Les Charmes d’Amont », sont regroupées dans la partie Nord-Est et Nord-Ouest de l’espace funéraire. La présence de sépultures d’enfants en bas âge d’époque romaine autour d’une tombe de guerrier pourrait s’interpréter comme un culte rendu aux ancêtres (Baills-Talbi, Blanchard 2006, p. 60-66). En inhumant de petits défunts autour de cette tombe fondatrice, la communauté se serait peut-être garantie, par leur intermédiaire, la protection de cet ancêtre ainsi que celles des divinités chtoniennes. Les très jeunes enfants, notamment ceux décédés autour de la naissance, étaient en effet considérés comme des êtres à part – puisque morts entre deux mondes -, capables de communiquer avec le royaume souterrain. Ils auraient donc servi d’intercesseurs entre le monde des vivants et celui des morts. À moins également que cette proximité autour de cette tombe guerrière n’ait servi à protéger les petits défunts, âmes faibles et innocentes, des esprits malfaisants, les larvae (Baills-Talbi, Blanchard 2006, p. 60-66). Il est intéressant de noter qu’à Tavaux, une sépulture sur imbrex est isolée dans l’angle de la nécropole. Les tombes – qui appartiennent principalement à des individus de moins d’un an – mises au jour dans de telles structures ont parfois été interprétées comme des sépultures de protection. Cette sépulture avait-elle pour but de protéger la nécropole ?

Le mobilier funéraire

7Dans la nécropole de Tavaux I, « les Charmes d’Amont », douze imbrices sur soixante-deux comportaient des dépôts funéraires. Si peu de tuiles ont livré du mobilier funéraire, celui-ci se caractérise en revanche par sa singularité. C’est notamment le cas pour deux de ces sépultures qui ont livré respectivement un petit coq en bronze et un cabochon en verre représentant une tête de Méduse. Celui-ci était associé à un anneau en bronze.

TAVAUX(39) "Les Charmes d’Amont" Nécropole à incinérations du Haut-Empire

TAVAUX(39) "Les Charmes d’Amont" Nécropole à incinérations du Haut-Empire

Fig. 1. Plan de la nécropole I des « Charmes d’Amont » à Tavaux dans le Jura.

(G. Barbet – S. Dubois).

8Les représentations animales se rencontrent assez fréquemment dans les sépultures d’enfants, notamment sous forme de figurines. Dans de nombreuses cultures, le coq est un symbole solaire, son chant annonçant le lever du soleil. Il lutte donc contre les mauvaises influences de la nuit. En Asie, il éloigne des maisons les esprits malfaisants. Dans les traditions helléniques, il est le symbole de la lumière naissante, attribut d’Apollon. Enfin, le coq figure, dans les rites funéraires des anciens Germains, avec le chien et le cheval, parmi les animaux psychopompes sacrifiés aux morts (Chevalier, Gheerbrant 1997, p. 281-283).

9La tête de Méduse, l’une des trois Gorgones, est une figure récurrente dans le domaine funéraire. Pour J.-J. Hatt, les représentations de tête de Méduse sur les stèles sont étroitement liées à la lunule, celle-ci, avec les dauphins, symbolisant le « séjour des morts » (Hatt 1986, p. 389-390). Le cabochon à représentation de Méduse mis au jour à Tavaux devait très certainement décorer une bouteille en verre. On peut toutefois s’étonner qu’on ait pris soin de découper le décor qui représentait la tête de Méduse pour ensuite le déposer dans la sépulture. Ce geste n’est donc très certainement pas anodin, d’autant plus que de telles figurations se retrouvent également sur des objets de parures telles que des fibules ou des médaillons. D’autres exemples ont été mis au jour à Nîmes ou à Cologne (Célie, Darde 2007, p. 82-83).

10Tous ces objets peuvent avoir été utilisés afin de se protéger du mauvais œil. La représentation de Méduse devait, par son aspect et son pouvoir – celle-ci pétrifiant de son regard ceux qui avaient la témérité de croiser le sien – susciter la terreur, du moins empêcher que l’attention d’une personne malveillante ne se pose sur soi, le regard malfaisant étant attiré malgré lui par l’objet incongru (Plutarque, Œuvres morales, in Dasen 2005, p. 125). Le mauvais œil était d’autant plus dangereux s’il touchait de jeunes enfants. Il était donc primordial de les protéger par des amulettes.

11À Tavaux, la sépulture 22 se distingue des autres imbrices par le nombre de ses offrandes (fig. 3 et 4). Cette sépulture a en effet livré un phallus miniature, un élément de coffret dont l’extrémité figure un phallus, une monnaie, une casserole miniature, des éléments d’une petite balance, une fibule miniature de type Feugère 14b (Tibère-Claude), un fragment de bord de vaisselle (assiette ?), un anneau comportant un fragment d’une attache et un fragment d’anneau ( ?). À ces objets en bronze s’ajoute une petite assiette en céramique commune de couleur beige retaillée dans un fond de cruche (Barbet 2005, p. 27 et 29).

12Dans l’Antiquité, le phallus est souvent figuré sur les objets de la vie quotidienne. Porté en amulette, le phallus était censé, de par sa connotation sexuelle, provoquer le rire ou le dégoût en déviant ainsi le mauvais œil. Les Romains appelaient d’ailleurs le phallus, fascinum, celui-ci luttant « contre le mauvais sort ». Il n’est donc pas étonnant de le retrouver fréquemment dans les sépultures gallo-romaines, notamment dans des sépultures de jeunes enfants. Les seuls phallus mis au jour dans la nécropole romaine de Sainte-Barbe à Marseille appartiennent à deux tombes d’individus d’âge infantile (Moliner 2003, p.55 et 57). À Fréjus (Var), dans la nécropole de Saint-Lambert, c’est une amulette phallique en os qui a été retrouvée dans une sépulture à crémation d’un immature décédé aux alentours de trois ans (Gébara, Béraud 1993, p. 334).

13La fibule retrouvée dans la sépulture de Tavaux pourrait avoir tenu le même rôle symbolique que le phallus. En effet, bien que les fibules apparaissent très fréquemment dans les sépultures d’adultes – seuls vestiges des pièces d’habillement du défunt – elles se rencontrent également dans des sépultures de très jeunes enfants. Pourraient-elles alors avoir servi à fixer un lange, voire un linceul ? Pour certains auteurs il s’agirait d’une offrande symbolique qui aurait servi de « lien » entre l’enfant et ses parents, la fibule symbolisant le monde des adultes (Duday, Laubenheimer, Tillier 1995, p. 104). Cet âge de la vie auquel le petit enfant aurait dû accéder s’il n’était pas mort précocement, brisant l’espoir que portaient en lui ses parents.

14La casserole miniature ainsi que la petite assiette en céramique commune retaillée dans un fond de cruche pourraient également avoir été déposées dans un but symbolique. La vaisselle miniature fait en effet partie des offrandes que l’on retrouve assez fréquemment dans les sépultures d’enfants en bas âge, même si elle n’en constitue pas un usage exclusif. Il est d’ailleurs intéressant de constater que dans le monde grec de tels dépôts caractérisent des tombes d’enfants. Dans la nécropole Nord de Corinthe par exemple, tous les récipients en céramiques de taille réduite ont été retrouvés dans des sépultures d’enfants (Collin-Bouffier 1999, p. 91-96). Cette miniaturisation ne concerne pas que la vaisselle de table puisqu’on la retrouve avec des outils ou des armes, voire même des chenets. Ces objets, de par leur taille, ont été souvent interprétés comme des jouets d’enfants.

15La fréquence, dans les sépultures gallo-romaines, d’objets de taille réduite ainsi que leur présence dans toutes les classes d’âge (nourrisson, enfant, adolescent et adulte) pourraient suggérer une vocation magico-religieuse. Cette hypothèse a surtout été avancée par les chercheurs du monde grec. S. Martin-Kilcher met ainsi en rapport les céramiques miniatures et les poupées rencontrées dans des sépultures grecques de jeunes filles, voire d’enfants, avec des offrandes aux divinités (Martin-Kilcher 2000, p. 67-68). D’autres, comme s. Collin-Bouffier et V. Dasen, pensent que ce type de mobilier symboliserait « le statut de l’enfant dans la société si celui-ci était parvenu jusqu’à l’âge adulte » (Collin-Bouffier 1999, p. 91-96 ; Dasen 2005, p. 11-12). Ainsi, la vaisselle miniature représenterait pour les petites filles ou les jeunes filles non mariées le rôle du foyer et reflèterait l’image de la bonne matrone.

Fig. 2. Sépulture en imbrex 40 avec sa couverture en pierres

Fig. 2. Sépulture en imbrex 40 avec sa couverture en pierres

(Cliché. G. Barbet).

16De même que la fibule et la vaisselle miniature, la présence d’une pièce de monnaie dans un grand nombre des imbrices fouillées à Tavaux pourrait également avoir eu une signification particulière. L’obole à Charon était une coutume d’origine grecque très répandue en Gaule romaine. On la retrouve d’ailleurs dans de nombreuses tombes d’enfants en bas âge. Notons toutefois que, dans deux sépultures à avoir livré un tel objet, figurent un as d’Antonia et un as de Lucilla. La monnaie mise au jour dans la sépulture 22 est un dupondius d’Antonia. La présence de ces deux figures féminines (Lucilla et Antonia) pourrait ne pas être fortuite : celles-ci personnifiaient-elles une sorte de figure maternelle destinée à protéger la sépulture comme chaque évènement de la vie plaçait le petit individu sous la protection d’une divinité : par exemple Junon Lucina, pour les accouchements, Edulia, pour la nourriture ? Outre le choix de son mobilier, la sépulture 22 se caractérise par la présence de très nombreux petits anneaux d’un diamètre intérieur de 0,25 cm retrouvés à l’intérieur de la tuile. Les micro-anneaux, au nombre de treize, se distribuent sur toute la périphérie de la tuile faîtière. Quelles fonctions ont pu avoir ces petits anneaux ? Soranos d’Ephèse, dans son traité de gynécologie Des maladies des femmes, faisant part de sa désapprobation à l’égard de l’emmaillotage dit à la « thessalienne », explique en ces termes en quoi il consistait : on déposait le petit enfant « enroulé jusqu’aux reins dans des linges et des bandelettes » « dans une pièce de bois allongée et creusée en son milieu par un sac tressé plein de foin ou de paille » puis on attachait le nourrisson dans son berceau « avec des sangles transversales passant par des entailles...ménagées dans les bords de la pièce de bois » (Burguière, Gourévitch, Malinas 1988, p. 154-159). Il est intéressant de comparer la description de Soranos et une statuette en calcaire provenant de Nuits-Saint-Georges (Espérandieu 1910, n° 2051, conservée au musée des Beaux-Arts de Beaune). Cette statuette qui mesure 24,5 cm de longueur sur 12 cm de largeur représente un nourrisson dans son berceau. Recouvert d’une couverture, le corps du petit enfant, dont on ne distingue que la tête qui repose sur un coussin, est sanglé par des bandelettes passées dans huit ouvertures latérales de forme carrée (quatre à droite et quatre à gauche).

Fig. 3. Matériel associé à la sépulture de périnatal 22

Fig. 3. Matériel associé à la sépulture de périnatal 22

(Dessin G. Wawrzyniak).

Fig. 4. Schéma montrant la disposition du mobilier à l’intérieur et autour de la sépulture de périnatal 22

Fig. 4. Schéma montrant la disposition du mobilier à l’intérieur et autour de la sépulture de périnatal 22

(Dessin G. Wawrzyniak).

17Les micro-anneaux découverts à l’intérieur de la sépulture 22 pourraient-ils correspondre aux attaches d’un couffin dans lequel on aurait déposé le petit défunt ? La disposition des anneaux, situés latéralement (six d’un côté, cinq de l’autre), sauf pour deux anneaux retrouvés à l’extrémité de l’imbrex tendrait à confirmer cette hypothèse. Toutefois, si les anneaux ont bien servi d’attache à un berceau, celui-ci a dû être fabriqué dans une matière souple, en osier par exemple ou en paille tressée, de telle façon à pouvoir être contenu dans une imbrex.

Les anneaux : anneaux de lange ?

18Une des autres caractéristiques de la nécropole de Tavaux I « Les Charmes d’Amont », est d’avoir livré dans cinq sépultures, des anneaux d’un autre type que les précédents. La présence de tels objets dans des tombes de très jeunes enfants est un phénomène qui semble être assez fréquent dans les nécropoles gallo-romaines. Ces anneaux sont interprétés majoritairement comme des anneaux de lange, cette hypothèse semblant être confirmée par les rares représentations gallo-romaines d’enfants langés ou emmaillotés. Sur ces figurations, la position de l’anneau se situe soit au niveau de la poitrine où soit des pieds. Bien que l’archéologie funéraire ait livré de nombreux exemples d’anneaux dans les sépultures gallo-romaines, de nombreux problèmes demeurent toutefois quant à leur interprétation. À Tavaux, le diamètre extérieur des anneaux dépasse en général les deux centimètres (2 cm à 2,6 cm du plus petit au plus grand).

19L’épaisseur des anneaux est de 0,4 cm, sauf celle d’un anneau en fer (0,5 cm). Les quelques représentations iconographiques qui existent et qui sont à l’origine de cette interprétation, proviennent bien d’enfants emmaillotés. Il faut également remarquer que si les représentations d’anneaux sont rares, peu de sépultures d’enfants en ont livré, proportionnellement aux sujets déposés dans une même nécropole. Ainsi, à Tavaux, cinq sépultures sur soixante-deux ont livré un anneau.

Conclusion

20D’après Plutarque, les enfants en bas âge n’ont pas accès à l’au-delà : on ne leur offre pas de libations « et à leur égard on ne pratique pas les autres rites qu’il est naturel d’observer pour les autres morts » (Plutarque, Œuvres morales, in Dasen 2005, p.125). Souvent cité et rarement contesté, ce passage contredit pourtant les données archéologiques, notamment celles concernant le mobilier funéraire. La présence de l’obole à Charon dans leurs sépultures témoigne bien de la croyance en un au-delà pour le défunt, même très jeune. De même que la présence d’objets à valeur apotropaïque, qui atteste, non pas de la peur du défunt – comme on l’a longtemps pensé – mais plutôt du désir de les protéger dans l’au-delà. Cette attention portée au petit enfant se marque également par le mode de dépôt qui leur a été réservé. C’est le cas par exemple de l’imbrex qui permettait de recueillir, voir de protéger le corps du petit défunt. Cette volonté de protection de la sépulture marque le souci des parents de pouvoir honorer le petit enfant par différents rituels, dont les rites de libations devaient faire partie.

21Le fait qu’ils étaient enterrés dans la même nécropole que les adultes montre aussi qu’ils étaient traités avec les mêmes égards.

Bibliographie

Baills-Talbi, Blanchard 2006 : BAILLS-TALBI (N.), BLANCHARD (P.) -Sépultures de nouveau-nés et de nourrissons du 1er Âge du Fer au haut Moyen Âge découvertes hors des contextes funéraires traditionnels sur les territoires carnute, turon et biturige cube : inventaire, synthèse et interprétations. In : Blanchard (Ph.), Chimier (J.-F.), Couderc (A.), Riquier (S.) et al., Ensembles funéraires gallo-romains de la Région Centre. Tours, 2006, (RACF, Suppl. 29), p. 157-205.

Barbet 2005 : BARBET (G.)Tavaux, « Les Charmes d’Amont », une nécropole gallo-romaine du Haut-Empire. Besançon, SRA de Franche-Comté (Document Final de Synthèse volumes I et II), 2003-2005.

Burguière, Gourevitch, Malinas 1988 : BURGUIÈRE (P.), GOUREVITCH (D.), MALINAS (Y.) – Édition et commentaire des Maladies des femmes de Soranos d’Éphèse, livre II. Paris, Les Belles Lettres, 1988.

Celie, Darde 2007 : CELIE (M.), DARDE (D.) – Mémoire du geste. Les pratiques funéraires à Nîmes du Néolithique à l’époque romaine. Bulletin de l’Ecole antique de Nîmes, 27, 2007, p. 4-103.

Chevalier, Gheerbrant 1997 : CHEVALIER (J.), GHEERBRANT (A.) dir. – Dictionnaire des symboles : mythes, rêves, coutumes, gestes formes, figures, couleurs, nombres. Paris, Robert Laffont, 1997.

Collin-Bouffier 1999 : COLLIN-BOUFFIER (S.) – Des vases pour les enfants. In : Villanueva Puig (M.-C.), Lissarrague (F.), Rouillard (P.), Rouveret (A.) dir., Céramique et peinture grecques, mode d’emploi. Actes du colloque international, 26-28 avril 1995. Paris, La Documentation française, 1999, p. 91-96.

Dasen 2005 : DASEN (V.) – Protéger l’enfant : amulettes et crepundia. In : Gourévitch, (D.), Moirin (A.), Rouquet (N.) dir., Maternité et petite enfance dans l’Antiquité romaine. Catalogue de l’exposition, Musée du Malgré-Tout, Treignes (Belgique) 11 juin-18 décembre 2005. Treignes, CEDARC, 2005, p. 123-127.

Duday, Laubenheimer, Tillier 1995 : DUDAY (H.), LAUBENHEIMER (F.), TILLIER (A.-M.) – Sallèles d’Aude : nouveau-nés et nourrissons gallo-romains. Paris, Presses Universitaires de Franche-Comté, 1995 (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 563).

Espérandieu 1910 : ESPÉRANDIEU (É.) – Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, Tome troisième, Lyonnaise, première partie. Paris, Imprimerie nationale, 1910.

Gébara, Béraud 1993 : GÉBARA (C.), BÉRAUD (I.) – Rites funéraires et sépultures d’enfants dans les nécropoles de Fréjus, Var (France). In : Struck (M.) dir., Römerzeitliche Gräber als Quellen zu Religion, Bevölkerungssttruktur und Sozialgeschichte. Internationale Fachkonferenz vom 18-20 Februar 1991, im Institut fur Vor-und Frühgeschichte der Johannes Gutenberg – Universitat Mainz. Mayence, Johannes Gutenberg Universitat, 1993, p. 329-336.

Hatt 1986 : HATT (J.-J.) – La tombe gallo-romaine : Recherches sur les inscriptions et les monuments funéraires gallo-romains des trois premiers siècles de notre ère suivi par Les croyances funéraires des gallo-romains d’après la décoration des tombes. Paris, Picard, 1986.

Joan 1997 : JOAN (L.) – Le monde des défunts à l’époque gallo-romaine dans l’actuel département du Jura. Mémoire de D.E.A. d’archéologie, Besançon, Université de Franche-Comté, 1997.

Martin-Kilcher 2000 : MARTIN-KILCHER (S.) – Mors immatura in the Roman World : a Mirror of Society and Tradition. In : Pearce (J.), Millett (M.), Struck (M.) dir., Burial, Society and Context in the Roman World. Oxford, Oxbow books, 2000, p. 63-77.

Moliner 2003 : MOLINER (M.) dir. – La Nécropole de Sainte-Barbe à Marseille (ive siècle av. J.-C. – iie siècle ap. J.-C.). Aix-en-Provence, Édisud, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, 2003 (Études massaliètes, 8).

Nelis-Clement 2000 : NELIS-CLEMENT (J.) – Les beneficiarii, militaires et administrateurs au service de l’empire (ier siècle av. J.C -vie siècle ap. J.-C.). Bordeaux, Ausonius, 2000.

Table des illustrations

Titre TAVAUX(39) "Les Charmes d’Amont" Nécropole à incinérations du Haut-Empire
Légende Fig. 1. Plan de la nécropole I des « Charmes d’Amont » à Tavaux dans le Jura.
Crédits (G. Barbet – S. Dubois).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1371/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 2. Sépulture en imbrex 40 avec sa couverture en pierres
Crédits (Cliché. G. Barbet).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1371/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 3. Matériel associé à la sépulture de périnatal 22
Crédits (Dessin G. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1371/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4. Schéma montrant la disposition du mobilier à l’intérieur et autour de la sépulture de périnatal 22
Crédits (Dessin G. Wawrzyniak).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1371/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

Auteur

UMR 5594 ARTéHIS, Université de Bourgogne

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access