Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants

 | 
Antoine Hermary
, 
Céline Dubois

Gaule

Les dépôts de mobilier dans les tombes d’enfants et d’adolescents en Gaule Narbonnaise au Haut-Empire

Valérie Bel

Résumé

The analysis of 144 graves of children and teenagers in Gallia Narbonensis during the period of theearly Roman Empire that are well-documented anthropologically allows the identification of differences in thegrave-goods deposited with different age-classes : neonates, infants, children from three to six years old, and older individuals. Even so, the presence of bowls shows that funerary feasting was associated with all age groups ; this is less frequent only in the case of newborn babies and infants. The latter age-groups are also characterized by the prevalence of amulets and coins among the items buried with them. Finally, this study shows that childrenwere integrated into society from a very early age.

Texte intégral

Les jalons de la recherche

1En France, l’archéologie funéraire de l’époque romaine a connu un important renouvellement des connaissances et des méthodes à partir des années 1980. Cette discipline, désormais centrée sur l’étude des pratiques funéraires, s’est dotée de méthodes de fouilles adaptées et a fait appel de manière plus systématique aux études anthropologiques biologiques. Dans le Sud-Est de la France, cette évolution s’est effectuée parallèlement au développement de l’archéologie préventive, marquée notamment par la fouille de grands ensembles périurbains comme à Fréjus(Var, 1982-1987), Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme, 1982-1985), Marseille ou Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône, 1991 et 1994-2000).

2Ces recherches ont fourni un matériau nouveau pour discuter de la question d’un traitement spécifique réservé aux jeunes enfants. Chérine Gébara et Isabelle Béraudont ainsi proposé en 1993 une première synthèse sur les rites funéraires et les sépultures d’enfants dans les nécropoles de Fréjus, confrontant les données archéologiques aux sources littéraires antiques (Gébara, Béraud 1993).

3En 1995 paraissait l’étude des tombes de nouveaux-nés et de nourrissons de la fouille programmée de l’atelier de potier gallo-romain de Sallèles-d’Aude (Duday et al. 1995). Dans ce travail fondateur, les auteurs – Henri Duday, Fanette Laubenheimer et Anne-Marie Tillier – mettent en évidence des différences dans les modes d’inhumation et le mobilier en fonction de l’âge au décès des défunts. Ces résultats montrent l’intérêt d’une approche croisant à la fois les données archéologiques, archéo-anthropologiques et l’analyse biologique des restes humains. Depuis cette date, les tombes d’enfants de l’ancienne province de Narbonnaise ont fait l’objet de plusieurs études de cas dont une petite partie seulement est publiée. Les principales contributions sur le sujet concernent les tombes de la nécropole de Sainte-Barbe à Marseille (Moliner et al. 2003) et celle de la nécropole de la Zac Sextius-Mirabeau à Aix-en-Provence (Nin et al. 2006). Parmi les études non publiées, on peut citer celles qui ont porté sur les sites de Nîmes-78 avenue Jean-Jaurès (Gard ; Bel et al. 2005 et Bel et al. à paraître), Milhaud-Careiron et Pesquier (Gard ; étude de Renaud Lisfranc dans Conche et al. 2003), Valros-Rec de Ligno (Jung, Bel 2010).

4La documentation relative aux tombes d’enfants et d’adolescents est ainsi fort dispersée. Il n’existe pas à ce jour, sur le sujet, d’étude d’ensemble comparable au bilan proposé par Bernard Dedet sur les tombes d’enfants du Midi de la Gaule à l’âge du Fer (Dedet 2008). Le dossier consacré aux pratiques funéraires en Gaule dans la revue Gallia (Blaizot dir. 2009) n’aborde la question que pour les seuls enfants décédés en bas âge.

5Les mobiliers associés aux sépultures de sujets immatures n’ont jamais fait l’objet d’une enquête spécifique pour la Narbonnaise. Les rares données disponibles issues de la documentation ancienne ont été réunies par Michel Feugère (1993) dans sa synthèse sur les mobiliers non céramiques des sépultures antiques de Narbonnaise. Les contributions de ce même auteur aux monographies consacrées aux ensembles de Saint-Paul-Trois-Châteaux, Marseille ou Aix-en-Provence livrent des données supplémentaires que viennent compléter les études encore inédites de Stéphanie Raux et Yves Manniez sur les ensembles languedociens (dans : Bel et al. 2005 et Jung, Bel 2010). Concernant les dépôts de vases ou la faune dans les tombes d’enfants, il n’existe aucune étude d’ensemble.

6Répondant à la demande d’Antoine Hermary, je propose ici une première approche des mobiliers associés aux tombes d’enfants et d’adolescents dans le Midi de la Gaule au Haut-Empire. Ce travail prolonge les contributions de Bernard Dedet et Manuel Moliner dans ce même volume. Il tente à leur suite de caractériser les dépôts funéraires en fonction de l’âge au décès, afin de déterminer si les sujets immatures ont fait l’objet de traitements funéraires spécifiques et s’il existe des pratiques propres aux différents stades de développement et d’intégration sociale de l’enfant.

Définition du corpus et des méthodes d’approche

  • 1 Ces recherches dont la publication est en cours d’élaboration sont le fruit de travaux collectifs. (...)

7Cette étude ne repose pas sur un recensement exhaustif des tombes d’enfants de Narbonnaise. Elle s’appuie sur quelques ensembles publiés pour lesquels on dispose de données assez précises et exploitables, ainsi que sur une documentation inédite issue de recherches collectives récentes1 (fig. 1-2 ; voir en annexe la liste des sites sélectionnés).

Fig. 1. Carte de localisation des tombes d’enfants et d’adolescents sélectionnées.

Fig. 1. Carte de localisation des tombes d’enfants et d’adolescents sélectionnées.

Fig. 2. Répartition par site des tombes étudiées.

Fig. 2. Répartition par site des tombes étudiées.

8L’objectif étant de discuter de la variation des comportements funéraires en fonction de l’âge, cette sélection ne comporte que des tombes ayant fait l’objet d’une étude anthropologique. Au sein de ce corpus, n’ont été retenues que les sépultures complètes ou dont le dépôt pouvait être considéré comme complet ou presque complet.

9L’échantillon étudié comprend 144 tombes (voir l’annexe), dont 69 seulement comportent un dépôt de mobilier (48 %). La série la plus importante provient de la nécropole de Sainte-Barbe à Marseille (Moliner et al. 2003 : 57 tombes de sujets immatures, soit 40 % de l’effectif total ; 30 tombes avec mobilier, soit 43 % du total des tombes dotées). Le reste du corpus est constitué de séries plus modestes comportant moins de 14 tombes d’enfants ou d’adolescents, dont une majorité est située en Languedoc (44 % de l’effectif total).

10Les sites languedociens sont pour la plupart implantés en milieu rural (56 % des tombes), à l’exception des ensembles nîmois essentiellement périurbains, à l’instar des sites provençaux. Les découvertes périurbaines représentent au total 74 % du corpus. Dans la plupart des cas, les tombes proviennent d’ensembles funéraires regroupant à la fois des sujets adultes et des immatures. Font cependant exception les sépultures Sallèles-d’Aude près de Narbonne (Aude) et de Milhaud près de Nîmes (Gard) qui appartiennent à des sites ruraux à recrutement spécialisé, ne comportant que de très jeunes enfants (Duday et al. 1995 ; Conche et al. 2003).

11Les tombes sélectionnées sont datées entre l’époque augustéenne et le milieu du iiie s. de n. è., mais l’essentiel du corpus s’inscrit dans une fourchette comprise entre le milieu du ier s. et la fin du iie s. Il n’a pas été possible d’aborder la question de l’évolution des pratiques de dépôt dans les tombes, beaucoup de contextes étant datés de manière très lâche.

12Les âges indiqués (fig. 3) sont ceux donnés par les auteurs des publications. Selon les anthropologues et la date de l’étude, dont nous donnons le détail en annexe, il peut y avoir divergences dans les méthodes de diagnose utilisées. Celles-ci peuvent introduire des distorsions dans les résultats, mais les variations ne sont probablement pas susceptibles de remettre en cause les tendances générales. Quoi qu’il en soit, il convient de garder à l’esprit que l’estimation de l’âge biologique fondée sur des tables de référence établies à partir de populations actuelles, ne peut être confondue avec l’âge réel (Tillier 2005).

Fig. 3. Répartition des tombes par âge au décès et par classes d’âge retenues.

Fig. 3. Répartition des tombes par âge au décès et par classes d’âge retenues.

13D’autres facteurs d’hétérogénéité pourraient avoir un impact sur les résultats de l’analyse. Il apparaît en effet que la précision de la détermination de l’âge au décès est extrêmement variable (fig. 3). Elle dépend notamment de l’état de conservation des restes osseux et surtout du traitement du corps. La crémation, qui concerne une proportion significative des enfants plus âgés (fig. 4), est en effet peu favorable à la conservation des restes osseux immatures. Par ailleurs, le corpus disponible est très inégalement réparti : la moitié des tombes concerne des sujets décédés en période périnatale. On peut attribuer ce déséquilibre au profil démographique des populations étudiées et à l’impact de la mortalité infantile, mais aussi aux facteurs déjà évoqués d’identification et de conservation différentielles, liés à la pratique de la crémation.

Fig. 4. Traitement des corps (crémation et inhumation) en fonction de l’âge au décès.

Fig. 4. Traitement des corps (crémation et inhumation) en fonction de l’âge au décès.

14Pour dégager les tendances générales, on a procédé à un regroupement en classes d’âge (fig. 3). Une répartition en classes d’égales valeurs en nombre d’années n’a pu être retenue compte-tenu de l’hétérogénéité du corpus et de l’imprécision des déterminations. On a donc opté pour un classement en neuf classes principales qui regroupent un effectif de 112 tombes (78 % du total) et huit classes complémentaires de 32 tombes qui recoupent les classes précédentes.

15Dans cette étude, seuls les mobiliers dont le statut de dépôt était assuré ont été pris en compte. Le terme dépôt funéraire désigne ici tous les artéfacts et les restes de faune dont la position dans la tombe permet de penser qu’ils ont été introduits intentionnellement au moment de la mise en place de la sépulture. Les vases retrouvés sur le sol (parfois en position manifeste de dépôt) ou dans les conduits à libation, n’ont pas été comptabilisés. Ils sont néanmoins signalés comme possibles témoins de rites liés au culte de la tombe. Les récipients et les dispositifs architecturaux mis en œuvre pour l’aménagement de la sépulture et la protection des restes du défunt ne sont pas traités ici.

16Les dépôts funéraires recensés peuvent être répartis en trois grandes catégories fonctionnelles. On distingue ainsi les dépôts de vases liés aux pratiques alimentaires et sacrificielles qui fondent les rituels funéraires antiques (Scheid 2005). Parmi ces éléments, on distingue les vases pour le service ou le stockage des liquides, les récipients pour les solides ou semi liquides, les lampes et les balsamaires. Les tombes comportent par ailleurs des objets de natures très diverses qui sont attachés à la personne du défunt, le définissent dans son statut social ou sont porteur d’une valeur symbolique. Les dépôts de faune sont rares dans ce corpus. En fait, à l’exception de quelques lots d’ossements trouvés dans les comblements, au statut de dépôt incertain, il s’agit surtout de coquillages, qui pourraient avoir une valeur non alimentaire et correspondre à des objets symboliques.

17La série étudiée comprend six exemplaires de tombes doubles associant soit un adulte et un immature (5 exemplaires) soit deux immatures (Marseille, tombe 42). Seuls les dépôts pouvant être attribués de manière assurée à un sujet immature d’après les données archéologiques, ont été pris en compte. C’est le cas par exemple du balsa-maire retrouvé dans l’ossuaire de la tombe 17 du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux qui a livré deux dépôts d’os successifs (Bel et al. 2002, p. 290). Le vase à parfum était placé sur les os brûlés immatures. En revanche, le mobilier déposé hors de l’ossuaire n’a pas été pris en compte. Dans l’inhumation double 42 de la nécropole de Sainte-Barbe à Marseille, les vases ont été attribués au sujet le plus âgé, un enfant d’environ huit ans, aux pieds duquel ils avaient été placés et sur lequel reposait un fœtus presque à terme (Moliner et al. 2003, p. 286).

18Ainsi, de manière générale, les valeurs indiquées (nombre de tombes, nombre de dépôts par tombes) correspondent à des valeurs minimales qui peuvent être parfois très éloignées des données maximales non retenues.

Les sujets décédés en période périnatale

19Sous ce terme les anthropologues désignent les sujets décédés entre le septième mois lunaire de gestation et les vingt-huit jours suivant la naissance (Bruzek et al. 2005).

Fréquence des dépôts

20La pratique du dépôt de mobilier dans la tombe concerne en fait toutes les classes d’âges sans exception, y compris les sujets décédés en période périnatale à terme ou avant le terme (fig. 5). Ces données semblent indiquer que cette catégorie n’était pas exclue a priori des usages habituels.

Fig. 5. Répartition par classe d'âge des tombes avec mobilier assuré.

Fig. 5. Répartition par classe d'âge des tombes avec mobilier assuré.

21Néanmoins, les dépôts apparaissent moins fréquemment dans les tombes des sujets décédés autour de la naissance (17 tombes sur 62). Ils semblent réservés à une petite partie de la population concernée et les différences observées entre les ensembles funéraires étudiés suggèrent l’existence d’une variabilité liée à des facteurs sociaux et culturels.

22Ainsi, la fréquence des dépôts de mobilier dans les sépultures d’enfants périnataux apparaît-elle plus importante dans les ensembles périurbains de Sainte-Barbe à Marseille (au moins 8 tombes sur 26 soit 31 %) ou de Nîmes. Parmi les dix-huit tombes d’enfants d’âge périnatal de la périphérie nîmoise, neuf ont livré du mobilier. En revanche, parmi les huit tombes de la nécropole de la Zac Sextius Mirabeau à Aix-en-Provence, seules deux (tombes 32 et 33) comportent des vestiges (bague et faune) qui n’ont pas été retenus car leur statut de dépôt est incertain. Les ensembles funéraires ruraux dévolus aux très jeunes sujets de Sallèles-d’Aude (Aude) et de Careiron-et-Pesquier à Milhaud (Gard), n’ont livré aucune tombe d’enfant périnatal avec mobilier (sur un effectif de dix sépultures de cette classe d’âge).

Importance des dépôts

23Les tombes des sujets décédés en période périnatale se distinguent des autres par un nombre de dépôts moindre (fig. 6) et cette différence concerne aussi bien les vases que les objets, rarement représentés par plus de deux exemplaires. Les lots les plus riches sont issus de l’ensemble funéraire de Sainte-Barbe à Marseille : tombe 308 (6 objets) ; 332 (2 vases et 1 objet) ; 316 (3 objets) ; 527 (2 objets).

Fig. 6. Nombre moyen de dépôts assurés (vases, objets et faune) dans les inhumations et les crémations avec mobilier.

Fig. 6. Nombre moyen de dépôts assurés (vases, objets et faune) dans les inhumations et les crémations avec mobilier.

Nature des dépôts

24Le corpus des tombes dotées de mobilier montre, pour les sujets décédés en période périnatale (17 exemplaires), une nette prédilection pour les dépôts d’objets (12 occurrences). Bien que plus beaucoup rares (5 occurrences, 8 % de l’effectif total), les dépôts de vases ne sont pas absents (fig. 7). On les rencontre exclusivement dans les ensembles périurbains (4 occurrences à Marseille, 1 à Nîmes). De rares dépôts de faune sont également attestés à Nîmes dans des tombes d’enfants d’âge périnatal (3 occurrences ; place des Arènes et avenue Jean-Jaurès), mais il s’agit en fait de coquillages (peigne glabre, pecten, huître) qui pourraient avoir une fonction symbolique plutôt qu’alimentaire.

Fig. 7. Répartition par classe d’âge des tombes avec dépôt assuré de vase et d’objet.

Fig. 7. Répartition par classe d’âge des tombes avec dépôt assuré de vase et d’objet.

25La composition des dépôts de vases associés aux tombes d’enfants d’âge périnatal est peu significative compte tenu du faible effectif disponible (6 vases seulement). Les formes représentées sont variées. On recense aussi bien des vases pour les liquides – gobelet, cruche, gobelet ansé (fig. 8) – que des formes ouvertes – bol, coupelle et plat. Ce dernier récipient, issu d’une tombe de Marseille, présente des traces d’une exposition au feu (Sainte-Barbe, tombe 514). La localisation dans la tombe n’est connue que pour un exemplaire – un gobelet trouvé près du pied gauche du sujet de la sépulture SP2026 du 59avenue Jean-Jaurès à Nîmes. A l’exception d’un gobelet ansé de petite taille, similaire aux récipients fréquemment attestés dans des contextes cultuels (Fiches, Py 1978), il s’agit de vases issus du répertoire du service de la table, qu’on rencontre habituellement en contexte funéraire. On ne mentionne, en revanche, ni balsamaire, ni lampe, catégories très fréquemment représentées dans les tombes d’adultes. Cette lacune pourrait toutefois être mise sur le compte de la taille réduite de l’effectif disponible.

Fig. 8. Petit gobelet à deux anses dans une inhumation d’enfant d’âge périnatal 

Fig. 8. Petit gobelet à deux anses dans une inhumation d’enfant d’âge périnatal 

tombe SP2026 du 59 avenue Jean-Jaurès à Nîmes

(DAO S. Barberan, Inrap).

26Les rares exemplaires de vases qui nous sont parvenus pourraient témoigner de rites alimentaires et sacrificiels assez proches des pratiques funéraires associées aux adultes. Le choix des récipients fait penser qu’il ne s’agit pas de vases destinés à l’accompagnement du petit défunt auquel ils ne paraissent guère adaptés (à l’instar de la coupelle Drag. 35 de la tombe 459 de Sainte-Barbe : Moliner et al. 2003, planche 57).Il pourrait s’agir plutôt de la vaisselle du repas funéraire (partagé entre Cérès, les vivants et le mort) ou de celle utilisée pour les libations aux dieux Mânes effectuées au moment du dépôt dans la tombe. Le petit nombre de vases pourrait indiquer un rituel simplifié. Cette pratique paraît en outre réservée à une petite partie des enfants de cette classe d’âge, plutôt issue de groupes urbains.

27D’autres indices pourraient suggérer l’existence d’un culte de la tombe associé à des sépultures de sujets d’âge périnatal. Il s’agit de la découverte, sur le sol à proximité immédiate de trois sépultures nîmoises (SP2026 et SP2049 du 59 avenue Jean-Jaurès et SP1222 du 78 avenue Jean-Jaurès), de dépôts de mobiliers en place (respectivement deux pots et un gobelet associé à une monnaie).

28Les objets mis au jour dans les tombes d’enfants décédés en période périnatale sont surtout des monnaies et des amulettes (fig. 9). Les monnaies, représentées en un exemplaire par tombe au plus, sont déposées près du crâne (2 cas), au niveau du thorax (fig. 10), ou des membres supérieurs (4 cas). La catégorie des amulettes correspond ici à des éléments perforés de nature variée, destinés à être enfilés sur des bracelets ou des colliers. Ils sont attestés dans trois tombes de la nécropole Sainte-Barbe à Marseille en lots de deux ou quatre pièces. Il s’agit de perles en fritte ou en verre (1 à 3 exemplaires) associées à d’autres éléments : une amulette phallique en ambre (tombe 308), deux monnaies percées (tombe 527) ou une rondelle en os (tombe 316). On ignore s’ils étaient portés. On note également la présence d’un jeton en os (Nîmes, place des Arènes) qui pourrait avoir un statut comparable aux objets précédents, ainsi que des éléments de coffret (Marseille, Sainte-Barbe, tombe 332), et un bracelet en bronze (Marseille, Sainte-Barbe, tombe 308).

Fig. 9. Les dépôts d’objets dans les tombes d’enfants et d’adolescents (nombre minimal d’objets recensé par grandes classes d’âge).

Fig. 9. Les dépôts d’objets dans les tombes d’enfants et d’adolescents (nombre minimal d’objets recensé par grandes classes d’âge).

Fig. 10. Dépôt de monnaie dans une tombe d’enfant périnatal ; tombe SP1250 du 78 avenue Jean-Jaurès à Nîmes

Fig. 10. Dépôt de monnaie dans une tombe d’enfant périnatal ; tombe SP1250 du 78 avenue Jean-Jaurès à Nîmes

(cliché V. Belbenoit, Inrap).

29Les tombes d’enfants décédés dans la période périnatale témoignent d’une pratique de dépôt peu fréquente, limitée aux ensembles périurbains. Le mobilier, peu abondant, est principalement constitué de monnaies et d’amulettes. Les vases, plus rares, ne sont pourtant pas absents et suggèrent l’existence de rites alimentaires au moment des funérailles et dans le cadre du culte de la tombe.

Les enfants âgés de moins de six mois

Fréquence des dépôts

30Le dépôt de mobilier dans les tombes d’enfants ayant vécu quelques semaines apparaît dans les mêmes proportions que dans les sépultures de sujets décédés autour de la naissance (fig. 5). Il n’est en effet attesté que dans trois tombes sur douze. La pratique ne semble plus réservée aux seuls contextes périurbains puisqu’elle est documentée par une tombe de l’officine rurale de Sallèles-d’Aude (tombe 4 : sujet de un à trois mois) et par une sépulture associée au sanctuaire et mausolée domanial de Rec de Ligno à Valros (SP2009). Le troisième exemple est issu du 59 avenue Jean-Jaurès à Nîmes (SP2057 : sujet de moins de trois mois), seul site périurbain représenté pour cette classe d’âge dans notre corpus.

Importance des dépôts

31Bien qu’encore peu attestée (fig. 6), la pratique du dépôt de mobilier dans la tombe peut revêtir pour certains de ces très jeunes enfants un caractère assez ostentatoire qu’illustre bien la sépulture SP2009 de Rec de Ligno à Valros. Cette découverte s’inscrit dans le contexte d’un mausolée rural appartenant à une flaminique de la colonie de Béziers. Elle appartient à un sujet décédé entre un et quatre mois et demi, associé à un riche dépôt constitué de cinq vases, treize objets et deux dents de faune (fig. 13). Les autres sépultures d’enfants de moins de six mois comportent un mobilier plus modeste (SP2057 de Nîmes : 2 vases et 1 objet ; tombe 4 de Sallèles-d’Aude : 1 objet).

Fig. 13. Mobilier d’une riche tombe d’enfant décédé entre un et quatre mois et demi 

Fig. 13. Mobilier d’une riche tombe d’enfant décédé entre un et quatre mois et demi 

tombe SP2009 du site de Rec de Ligno à Valros (Hérault) (DAO S. Raux, P. Rascalou, Inrap). 1-4 : céramique ; 5 : verre ; 6-9 : or ; 10 : bronze ; 12-13, 17-18 : fer ; 11 : fritte. Non illustrés : 19-20 (monnaies) ; 21-22 (bois de cerf) ; 23 (dent de porcin) ; 24 (dent de castor).

Nature des dépôts

32Les mobiliers funéraires associés aux nourrissons de moins de six mois sont peu nombreux dans notre corpus. Les données disponibles suggèrent néanmoins une augmentation sensible de la fréquence des dépôts de vases (fig. 7). En effet, les trois tombes avec mobilier comportent un dépôt d’objet et deux d’entre elles (à Nîmes et à Valros) livrent un dépôt de vase (16 %de l’effectif total). L’apparition du dépôt de vases dans une tombe rurale (SP2009, Rec de Ligno à Valros) est sans doute liée à l’appartenance de cette dernière à une famille de notables.

33L’effectif des vases est encore très réduit (7 vases). Composé essentiellement de récipients pour les liquides (pots ou gobelets ansés) ou semi-liquides (pots) et d’une coupelle, ce lot se distingue du précédent par la présence d’un balsamaire issu d’une tombe nîmoise (SP2057, 59 avenue Jean-Jaurès) (fig. 8 et 13). La présence d’un vase à parfum pourrait témoigner d’un rituel plus élaboré pour cette classe d’âge. Les récipients ont été retrouvés au niveau du corps du défunt (partie supérieure droite de la sépulture SP2057, ou sur les dispositifs de couverture interne (tombe SP2009 de Rec de Ligno).

34Si aucun outil n’a été relevé dans une tombe d’enfant périnatal, un strigile apparaît en revanche dans la sépulture d’un sujet décédé au cours des trois premiers mois (tombe SP2057, 59 avenue Jean-Jaurès à Nîmes) (fig. 9). Monnaies et amulettes sont également présentes dans la tombe SP2009 de Rec de Ligno qui appartient à un enfant plus âgé, décédé entre un et quatre mois et demi. Ce mobilier (fig. 13), identifié et étudié par Stéphanie Raux (objets) et Vianney Forest (faune), comprend un lot d’objets probablement placés dans un coffret posé auprès du corps, constitué de deux monnaies (en argent et en bronze), d’une perle en fritte, de deux amulettes en os (représentant une lunule et des testicules), associées à une incisive de castor et à des éléments de parure. La dent de castor, comme la canine de porcin mâle retrouvée avec les vases sur le dispositif de couverture interne de la sépulture, pourrait avoir une fonction symbolique. Une sixième amulette apparaît sous la forme d’un pendentif phallique en or. Les bijoux constituent en effet la plus grande partie du riche mobilier de cette tombe. Outre le pendentif, deux bagues et un bracelet en or étaient répartis sur le fond de la tombe. Ils pourraient avoir été portés par le défunt, mais la disparition des restes osseux (à l’exception de quelques germes dentaires) n’a pas permis pas de le vérifier. Un second bracelet, en bronze, une bague et un fragment de fibule en fer se trouvaient dans le coffret. D’autres fragments de (la même ?) fibule ont été retrouvés dans l’un des vases. On pourrait être en présence d’un geste de bris et de dispersion intentionnels dont on trouve des parallèles dans les tombes d’adultes (Bel 2010). Cette accumulation d’objets de parure dans une même tombe est exceptionnelle, d’autant que, toutes catégories d’âge confondues, les bracelets et les fibules sont faiblement représentés dans les contextes funéraires de Narbonnaiseau Haut-Empire (Feugère 1993, p. 141-143). Ajoutons qu’une autre fibule (en bronze) a été mise au jour dans la tombe d’un enfant décédé entre un et trois mois sur le site de Sallèles-d’Aude. Retrouvée en place sur le thorax du sujet, elle conservait des restes de fils de chanvre ou de lin. Elle pourrait avoir servi à maintenir un lange, mais ses dimensions disproportionnées font penser qu’elle était plutôt portée comme une offrande (Duday et al. 1995, p. 104). C’est ce que tend à confirmer l’analyse archéo-anthropologique qui témoigne d’une décomposition en espace vide et ne montre pas d’effet de contention. (Duday et al. 1995, p. 45).

35Le dépôt de mobilier dans la sépulture demeure une pratique minoritaire pour les enfants de moins de six mois. Il n’est cependant plus limité aux seuls groupes urbains. La fréquence accrue des dépôts de vases et l’apparition du vase à parfum témoignent d’une meilleure intégration dans le système funéraire en usage pour les adultes. On observe aussi une différenciation marquée entre les tombes, signe d’une intégration sociale plus nettement réalisée. La riche sépulture de Valros montre ainsi qu’un enfant âgé de quelques semaines seulement pouvait être doté des marqueurs de son appartenance à l’élite.

Les nourrissons jusqu’à deux ans environ

Fréquence des dépôts

36L’augmentation de la fréquence des dépôts de mobilier dans les sépultures est clairement perceptible pour les nourrissons âgés de plus de six mois et surtout pour les enfants âgés de plus de douze mois (fig. 5). La pratique du dépôt de mobilier augmente de manière assez régulière avec l’âge, pour devenir quasiment systématique à partir de six ans environ. La part des tombes avec mobilier est ainsi multipliée par quatre entre la classe des moins de six mois et les enfants de cinq-six ans.

Importance des dépôts

37Le nombre moyen de dépôts ne progresse guère dans les tombes des nourrissons jusqu’à l’âge de deux ans environ (fig. 6). Comme la précédente, cette classe d’âge est caractérisée par l’existence d’écarts très importants entre les lots. On recense ainsi plusieurs tombes comportant plus de 10 voire plus de 20 dépôts : tombe SP1381 du 78 avenue Jean-Jaurès à Nîmes (3 vases, 7 objets ; 0-12mois) ; SP1362 du même site (3 vases, 18 objets ; 0-12mois) ; tombe SP1180 du même site (1 vase, 19 objets ; 0-12 mois) ; tombe 169 de Sainte-Barbe à Marseille(3 vases, 19 objets ; 12 mois) ; tombe 534 du même site(49 objets ; 2 ans). Les autres sépultures, notamment en contexte rural, ne comportent pas plus de sept dépôts.

Nature des dépôts

38On observe que la fréquence des dépôts de vases et celle des objets progressent avec l’âge de manière à peu près parallèle, les objets restant les plus fréquemment attestés (fig. 7). Les tombes avec vases deviennent majoritaires, ce qui pourrait témoigner de l’élargissement des rites sacrificiels et alimentaires. C’est ce que suggère aussi la composition des dépôts puisque sur treize tombes avec mobilier, quatre comportent une lampe et deux, un balsamaire (fig. 11). Comme pour les enfants de moins de six mois, les vases pour les liquides ou semi-liquides (pots) sont mieux représentés que les vases pour les solides, ce qui pourrait refléter un choix de récipients plus adaptés à la nourriture des nourrissons. Cette tendance est illustrée par l’apparition dans cette classe d’âge des tire-lait ou biberons qui sont attestés dans les tombes de sujets âgés de huit à seize mois (dépôt incertain, SP2002, 59 avenue Jean-Jaurès à Nîmes), douze mois (tombe 169, Sainte-Barbe à Marseille) et de un à quatre ans (SP1197, 78 avenue Jean-Jaurès, Nîmes ; tombe 176, Le Valladas, Saint-Paul-Trois-Châteaux) (fig. 12).Ce dernier exemplaire, de petites dimensions (96 mm de hauteur seulement), ne paraît pas fonctionnel, le bec latéral n’étant pas réellement percé. Il est associé à une petite coupe en forme de mortier qui pourrait évoquer la préparation des bouillies.

Fig. 11. Dépôts de vases dans les tombes d’enfants et d’adolescents (nombre minimal d’objets recensé par grandes classes d’âge).

Fig. 11. Dépôts de vases dans les tombes d’enfants et d’adolescents (nombre minimal d’objets recensé par grandes classes d’âge).

Fig. 12. Dépôts de vases dans une tombe de nourrisson de la nécropole du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux

Fig. 12. Dépôts de vases dans une tombe de nourrisson de la nécropole du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux

(tombe 176 ; DAO V. Bel, M. Genin). 12-13 : céramique ; 22 : verre.

39Lorsque l’information est disponible, on observe que les vases pour les liquides sont le plus souvent placés près des pieds ou des membres inférieurs (SP1197 et SP1180, 78 avenue Jean-Jaurès à Nîmes, tombes 149 et 169, Sainte-Barbe à Marseille, tombe 11 de Sallèls-d’Aude), alors que les balsamaires ou les lampes se trouvent près de la tête (tombe 11 de Sallèles-d’Aude ; tombe 169 de Sainte-Barbe à Marseille). Un biberon (SP2002 du 59 avenue Jean-Jaurès à Nîmes) et un pot (SP2022, Cresses Basses à Montblanc) apparaissent également sur le dispositif de protection du corps.

40L’existence de pratiques de libations liées au culte de la tombe est attestée Nîmes par la découverte, sur le site de Careiron-et-Pesquier à Milhaud (Gard), d’un conduit à libation aménagé avec des tuiles dans l’angle d’une tombe de nourrisson décédé entre six et neuf mois (tombe 1008 ; Conche et al. 2003.). Le comblement de ce dispositif a livré deux fragments osseux indéterminés de faune et une dent de suidé.

41Le répertoire des objets associés aux tombes de cette classe d’âge est à peu près identique à celui des tombes des sujets de moins de six mois (fig. 9). On y rencontre ainsi des monnaies (jusqu’à 3 exemplaires par tombe), retrouvées sous le crâne (Marseille, tombe 534), dans la bouche (Marseille, tombes 169 et 409 ; Milhaud, tombe 1355) ou près du crâne (Nîmes, 78 avenue Jean-Jaurès, tombe 1180). On identifie également des éléments de coffret (Montblanc, Cresses-Basses, tombe 2022) et de parure (bague en fer : Marseille, tombe 169 ; pendentif massue en or : Rec de Ligno, Valros, tombe SP2010), ainsi que des restes de chaussure retrouvés près du thorax d’un sujet âgé de douze mois (Marseille, tombe 409). Le dépôt d’instrument n’est représenté que par un peson provenant de la tombe d’un enfant de moins d’un an (Nîmes, 78 avenue Jean-Jaurès, SP1180). En-dehors du corpus étudié, on peut évoquer la découverte d’un modèle réduit d’épée dans une sépulture de très jeune enfant de Bram (Aude) (Passelac 1995, p. 57-58).

42Plus encore que dans les tombes des nourrissons de moins de six mois, ce sont les amulettes qui constituent, par leur nombre et leur fréquence, la part la plus importante de ces dépôts. Certains lots comportent un nombre de pièces très important : 46 dans la tombe 534 de Sainte-Barbe à Marseille ; 17 dans la tombe 169 du même site ; 17 dans la tombe SP1180 du 78 avenue Jean-Jaurès à Nîmes ; 13 dans la tombe SP1362 de ce même site (fig. 14). Il s’agit souvent d’éléments perforés, probablement enfilés à l’origine sur des colliers, mais les observations disponibles ne permettent pas d’affirmer qu’ils étaient systématiquement portés. L’hypothèse paraît assez improbable dans le cas du collier d’amulettes de la tombe SP1180 de Nîmes (fig. 17), si l’on considère la taille de l’objet (anneau en fer de 200 mm de longueur et 130 mm de largeur) et sa localisation, sur un peson, à proximité des os des membres inférieurs. D’autres amulettes semblent avoir été portées, comme le collier situé à hauteur du thorax de la sépulture 420 de Sainte-Barbe à Marseille (Moliner et al. 2003, p. 359) ou, dans la tombe 169 de ce même site, les amulettes retrouvées en aval du crâne (Moliner et al. 2003, p. 309, pl. 31). L’amulette phallique de la tombe 169 ou le pendentif en forme de massue de la tombe 149 (Moliner et al. 2003, p. 304), repérés près des pieds du sujet, pourraient avoir été portés à la cheville. Les lots sont principalement constitués de perles en verre ou en fritte associées à d’autres éléments en os, en métal, en ambre -plaquettes, jetons, tessères, anneaux, disques, pendentifs phalliques ou en forme de dent, éléments en forme d’animaux, monnaies percées, coquillages ou dent perforées, clefs ou clochettes. Parmi les dents animales on identifie des dents de chien (tombe 169 à Marseille) et de bovins (tombe SP1362 à Nîmes), ou encore une dent de requin fossile enchâssée (SP1197, 78 avenue Jean-Jaurès, Nîmes).

Fig. 14. Mobilier de la tombe d’un enfant âgé de moins d’un an, site du 78 avenue Jean-Jaurès à Nîmes

Fig. 14. Mobilier de la tombe d’un enfant âgé de moins d’un an, site du 78 avenue Jean-Jaurès à Nîmes

(tombe SP1362 ; DAO S. Lancelot, Inrap). 8 et 11 : verre et fritte ; 12-13 et 19 : ambre ; 14 : os ; 16-18 : dents de bovins ; 21-22 : galets. Non illustrés : 3 monnaies, 2 cruches en céramique.

Fig. 17.

Fig. 17.

Vue du collier d’amulettes dans la tombe SP1180 du 78 avenue Jean-Jaurès à Nîmes attribuée à un sujet décédé dans la première année

(cliché Y. Manniez, Inrap).

43Plus de la moitié des tombes de nourrissons de moins de trois ans sont dotées de vases et d’objets, mais ces dépôts apparaissent en quantité très variable selon les contextes et les individus concernés. Cette classe d’âge s’individualise surtout par le choix des dépôts introduits dans la sépulture. S’il n’existe pas à proprement parler d’objets réservés aux nourrissons, on observe une prédilection très nette pour certaines catégories de dépôts, au premier rang desquelles se placent les amulettes. Parmi les vases représentés, on retrouve des formes attestées dans les tombes d’adulte, comme les balsamaires et les lampes et les vases pour le service des solides et des liquides. Néanmoins, on note une préférence pour les récipients adaptés à l’alimentation de cette classe d’âge (aliments liquides ou semi-liquides) et l’apparition de vases plus spécifiques, comme les biberons ou tire-lait.

Les enfants âgés de trois à six ans

44Le corpus correspondant à ces classes d’âge est très réduit ce qui incite à considérer avec beaucoup de prudence les conclusions que l’on peut en tirer. La part des tombes avec mobilier progresse et représente même la totalité du corpus pour les sujets décédés entre cinq et six ans (fig. 5). La fréquence des dépôts de mobilier augmente globalement, mais la systématisation des dépôts de vases, qui caractérise les sépultures d’adultes au Haut-Empire, n’intervient qu’à partir de sept ans. En fait, la pratique adoptée pour les enfants décédés entre trois et six ans se situe de ce point de vue dans la continuité des usages en vigueur pour les nourrissons. Ces deux groupes se distinguent surtout par le nombre et la nature des dépôts.

45Cette classe d’âge est également marquée par la diffusion de la pratique de la crémation. Celle-ci introduit une étape supplémentaire de dépôt qui a lieu sur le bûcher et dont on trouve l’écho dans les structures primaires (bûchers et tombes bûchers) et dans les structures secondaires contenant un dépôt de résidus de la crémation. Ces gestes spécifiques ont des conséquences sur l’évolution des lots de mobilier dans les tombes. Le dépôt de mobilier (en particulier le dépôt de vases) apparaît ainsi de façon plus systématique dans les crémations que dans les inhumations (fig. 15).

Fig. 15. Répartition par classe d’âge des inhumations et des crémations avec mobilier.

Fig. 15. Répartition par classe d’âge des inhumations et des crémations avec mobilier.

46De façon corollaire, on observe une diminution du nombre moyen de dépôts dans les inhumations (fig. 6)et, à l’inverse, une augmentation dans les crémations, principalement due à des phénomènes d’accumulation de mobilier brûlé sur le bûcher, observés dans deux structures particulièrement riches : le bûcher 6100 du site de Saint-Fréjus à Marennes (Rhône) et le bûcher SP2016 des Cresses-Basses à Montblanc (Hérault) (fig. 16).Le premier, attribué à un enfant décédé entre deux et cinq ans, a livré deux dépôts non brûlés et cinquante à soixante dépôts brûlés. Il s’inscrit dans un enclos funéraire attaché à une villa aux confins des cités de Vienne et de Lyon. Le second appartient à un enfant décédé entre quatre ans et demi et sept ans et demi. Il comporte onze dépôts non brûlés et vingt et un dépôts brûlés. Bien qu’exceptionnelles, ces deux tombes mettent en évidence une modification significative du comportement funéraire. Comme dans les tombes d’adultes, l’ostentation s’exprime de préférence dans les dépôts associés à l’étape de la crémation. C’est d’ailleurs le plus souvent sur le bûcher que sont déposés les objets personnels du défunt. La pratique de la crémation permet ainsi de repérer une étape supplémentaire dans l’intégration sociale des enfants de cette classe d’âge. De fait, les vases constituent une part importante de l’abondant mobilier livré aux flammes (14, soit les deux tiers dans la tombe SP2016 de Montblanc et au moins 19, soit près de 40 % dans la tombe 6100 de Marennes). Ces dépôts suggèrent donc l’existence de rites alimentaire élaborés impliquant un nombre important de récipients. La tombe 6100 de Marennes comportait ainsi au moins trois coupes, une coupelle, un pot, quatre cruches, une lampe et neuf balsamaires brûlés et seulement deux balsamaires non brûlés. La tombe de Montblanc a livré deux plats, neuf coupelles, un pot, un vase fermé, et un balsamaire brûlés, ainsi que trois cruches, un pot, une lampe et deux balsamaires non brûlés. Ce lot de vases était complété par un coquillage brûlé et cinq escargots non brûlés au statut d’offrande alimentaire incertain.

Fig. 16. Mobilier de la tombe d’un enfant décédé entre quatre ans et demi et sept ans et demi ans 

Fig. 16. Mobilier de la tombe d’un enfant décédé entre quatre ans et demi et sept ans et demi ans 

tombe bûcher SP2016 du site des Cresses-Basses à Montblanc (Hérault) (DAO S. Raux, P. Rascalou, Inrap).
Dépôts non brûlés :1-5 (céramique) ; 6-7 (verre). Dépôts brûlés : 9-16 (céramique) ; 19-21 (verre) ; 22 (or).
Non représentés : 4 monnaies, clous de chaussures (brûlés).

47De manière générale, le répertoire des vases ne se distingue pas de celui des adultes. La vaisselle brûlée est constituée à la fois de vases pour les solides et de vases pour les liquides en proportions variables, souvent associés à des balsamaires, plus rarement à des lampes. En revanche, à l’instar de ce qu’on observe pour les adultes, les vases non brûlés introduits dans la tombe après la crémation sont majoritairement des vases pour les liquides, des balsamaires ou des lampes.

48Les amulettes tendent à disparaître (fig. 9), alors que les objets de parures (évocation de la mors immatura ?)restent bien représentés, mais c’est peut-être encore en raison du « poids » dans notre corpus de la riche crémation de Marennes. Dotée de plusieurs objets de parures (dont certains sont aussi des amulettes), cette tombe illustre par ailleurs la diversité du mobilier rencontré dans les tombes de cette classe d’âge (fig. 18). L’enfant paré de bijoux en or et sans doute vêtu, avait ainsi été incinéré sur un lit, accompagné de des figurines en terre cuite, de son nécessaire à écrire, de pions de jeu, de son nécessaire de toilette, de monnaies et d’une amulette en cristal de roche.

Fig. 18. Objets (brûlés) provenant du bûcher d’un enfant décédé entre deux et cinq ans 

Fig. 18. Objets (brûlés) provenant du bûcher d’un enfant décédé entre deux et cinq ans 

crémation 6100 du site de Saint-Fréjus à Marennes (Rhône) (DAO C. Plantevin) : figurines (4 exemplaires dont 2 non illustrés) ; paire de strigiles, spatule et stylet à écrire en fer ; bulla en or ; pendentif-massue en or ; bague en or avec pierre dure. Non illustrés : 2 boucles d’oreille en or ; fragments de galon en fil d’or tissé ; 7 monnaies (5 en bronze, 2 en argent) ; cristal de roche ; 9 pions (5 en verre, 4 en os) ; plaque en ivoire décorée ; éléments en os de ceinturon et de coffret ; 4 anneaux en bronze ; 4 tiges de renfort de pied de lit, en fer.

49Les tombes d’enfants âgés de trois à six ou sept ans montrent une diversification des dépôts, objets ou vases, impliqués aux différentes étapes du rituel. Parallèlement, on observe une généralisation de la pratique du dépôt de mobilier qui semble devenir la règle à partir de l’âge de cinq ou six ans.

Les enfants de sept à quatorze ans et les adolescents

50La pratique du dépôt de mobilier dans la tombe (ou sur le bûcher) apparaît quasiment systématique pour ces classes d’âge (fig. 5). La fréquence des dépôts de vases semble augmenter avec l’âge, tandis que celle des dépôts d’objets diminue dans les tombes d’adolescents (fig. 7).

51Les lots étudiés sont constitués d’un nombre limité de vases ou d’objets, les premiers étant d’ailleurs plus abondants que les seconds, à l’instar de ce qu’on observe dans la plupart des tombes d’adultes. L’absence de tombe richement dotée est sans doute le fruit du hasard et tient à la taille assez réduite du corpus.

52Comme pour le groupe précédent, le répertoire des vases varie selon l’étape de dépôts : les vases pour les solides, notamment les formes ouvertes, sont le plus souvent issus du bûcher, alors que les récipients non brûlés sont très majoritairement des vases pour la boisson (dans les crémations comme dans les inhumations).

53Ces tombes livrent par ailleurs très peu d’objets : une bague en fer portée par un enfant âgé de six à douze ans (SP1292, 78 avenue Jean-Jaurès, Nîmes), des chaussures (tombes 53 et 145, Le Valladas, Saint-Paul-Trois-Châteaux), des strigiles (tombes 14 et 92, Sainte-Barbe, Marseille), une monnaie (tombe 175, Sainte-Barbe, Marseille) et une perle en verre isolée (tombe 170 appartenant à un enfant de huit à quatorze ans, Le Valladas).

Conclusion

54L’analyse de la documentation disponible nous conduit à définir cinq groupes d’âges pour lesquels on peut identifier des comportements différents en ce qui concerne les dépôts de mobilier. Les limites d’âge proposées sont approximatives et n’ont qu’une valeur indicative car elles dépendent des déterminations anthropologiques qui sont contingentes de l’état de conservation des os.

55On retiendra de cette étude que les dépôts de vases concernent tous les groupes d’âges y compris les sujets de la période périnatale. Ces observations nous conduisent à penser que des les rites alimentaires et sacrificiels étaient bien effectués au moment de l’inhumation des enfants quel que soit leur âge. D’autres indices suggèrent également l’existence d’un culte funéraire marqué par des rites de libation. D’abord limité pour les plus jeunes à une minorité de sépultures issues de contextes périurbains, le dépôt de vase concerne ensuite plus de la moitié des tombes de nourrissons de six mois à deux ans et se généralise dans les tombes des enfants de plus de six ans. La diversité des récipients représentés dans les tombes de sujets d’âge périnatal fait penser que ce sont surtout les adultes qui sont impliqués dans ces rituels, alors que le répertoire des vases associés aux nourrissons, plus adapté à leur alimentation, suggère une intégration plus nette de ces dernier aux rites funéraires. Cette spécificité disparaît des tombes des enfants plus âgés qui ne se distinguent plus guère de ce point de vue des tombes d’adultes. La présence, dans les sépultures de nourrissons, de balsamaires et de lampes (absents des tombes de la classe périnatale), est peut-être aussi le signe de rituels plus élaborés. Cette tendance se manifeste clairement dans l’abondante vaisselle brûlée associée aux riches crémations d’enfants âgés de trois à six ans.

56Les objets marqueurs de différenciation sociale ne semblent pas attestés dans les tombes d’enfant de la période périnatale. En revanche, la découverte de Rec de Ligno à Montblanc montre qu’ils peuvent être associés à des nourrissons de moins de moins de six mois, signe que l’intégration sociale des enfants se produit très tôt.

57Les objets constituent une part très importante du mobilier des tombes d’enfants jusqu’à l’âge de deux ans environ. Les tombes de la classe périnatale livrent surtout des monnaies et des amulettes, tandis que les sépultures de nourrissons décédés au cours des deux premières années de vie se singularisent par la proportion très importante des amulettes qui sont en quelque sorte caractéristiques de ces contextes. Qu’ils aient été portés par les bébés de leur vivant ou qu’ils aient été donnés au moment des funérailles, ces objets traduisent sans doute de l’inquiétude générée par la mortalité infantile. Ils tendent à disparaître des tombes d’enfants de trois à six ans qui sont associés à une plus grande diversité d’objets dont la plupart n’est pas spécifique de l’enfance. Cette dernière classe d’âge se démarque apparemment assez peu du système funéraire en vigueur pour les adultes, sauf pour ce qui concerne la fréquence des dépôts, comparable à celle du groupe des nourrissons.

58Enfin, dans l’état actuel des données, ni la fréquence, ni l’importance, ni même la nature des dépôts ne permet de distinguer le mobilier des tombes des enfants de plus de six ans et des adolescents, de celles des adultes.

Bibliographie

Bel 2010 : BEL (V.) – Évolution des pratiques funéraires à Nîmes entre le iie siècle av. J.-C. et le iiie siècle ap. J.-C. In : Scheid (J.), Rüpke (J.) éds, Bestattungsrituale und Totenkult in der römischen Kaisezeit, Rites funéraires et culte des morts aux temps impériaux. Stuttgart, PostsdamerAltertumswissenschaftliche Beiträge, 2010, p. 93-112.

Bel et al. 2002 : BEL (V.), BUI THI (M.), FEUGERE (M.), GIRARD (M.), HEINZ (Chr.), OLIVE (Cl.) – Pratiques funéraires du Haut-Empire dans le Midi de la Gaule. La nécropole du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme). Lattes, CNRS, 2002 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 11).

Bel et al. 2005 : BEL (V.), BARBERAN (.), CHEVILLOT (P.), CONTERION (M.), FABRE (V.), – 78 avenue Jean-Jaurès à Nîmes (Gard). Enclos funéraires des ier et iie s. de n. è. en périphérie de l’agglomération nîmoise, Rapport final d’opération de fouille archéologique. Nîmes, Inrap, Service Régional de l’Archéologie de Languedoc-Roussillon, 2005.

Bel et al. 2008 : BEL (V.), BARBERAN (S.), CHARDENON (N.), FOREST(V.), RODET-BÉLARBI (I.), VIDAL (L.) – Tombes et espaces funéraires de la fin de l’âge du Fer et du début de l’époque romaine à Nîmes (Gard). Lattes, CNRS, 2008 (Monographies d’Archéologie Méditerranéennes, 24).

Bel et al., à paraître : BEL (V.), BARBERAN (S.), CHEVILLOT (P.) et al. Deux ensembles funéraires d’époque romaine, avenue Jean-Jaurès à Nîmes (Gard). Suppl. à la RAN, à paraître.

Blaizot dir. 2009 : BLAIZOT (F.) DIR., BEL (V.), BONNET (C.), TRANOY (L.) et coll. – Pratiques et espaces funéraires dans le centre et le sud-est de la Gaule au Haut-Empire. Gallia, 66. 1, 2009.

Bruzek et al. 2005 : BRUZEK (J.), SCHMITT (A.), MURAIL (P.) – Identification biologique individuelle en paléoanthropologie. Détermination du sexe et estimation de l’âge au décès à partir du squelette. In : Dutour (O.), Hublin (J.-J.), Vandermeersch (B.) dir., Objets et méthodes en paléoanthropologie. Paris, Comité des Travaux historiques et scientifiques, 2005, p. 217-246.

Conche et al. 2003 : CONCHE (F.), GUILLAUME (M.), PLASSOT (E.) – Careiron et Pesquier, Lycée 2. Rapport final d’opération de fouille archéologique, Nîmes, Inrap Méditerranée, Service Régional de l’Archéologie de Languedoc-Roussillon, 2003.

Daveau et al. 2009 : DAVEAU (I.), LISFRANC (R.), HENRY (E.), DEDET (B.) – Lez - Lironde II : fossé, chemins et sépultures du Premier âge du Fer à l’Antiquité à Montpellier (Hérault). Rapport d’opération de fouille archéologique. Nîmes, Inrap Méditerranée, Service Régional de l’Archéologie de Languedoc-Roussillon, 2009.

Dedet 2008 : DEDET (B.)Les enfants dans la société protohistorique : l’exemple du Sud de la France. Rome, École française de Rome, 2008.

Duday 1981 : DUDAY (H.) – Les fouilles de la place des Arènes, aux abords de l’enceinte romaine à Nîmes : étude anthropologique de quatre tombes de nouveau-nés. Bulletin de l’école antique de Nîmes, 16, 1981, p. 141-145.

Duday et al. 1995 : DUDAY (H.), LAUBENHEIMER (F.), TILLIER (A.-M.) – Sallèles-d’Aude. Nouveau-nés et nourrissons gallo-romains. Paris, Les Belles-Lettres, 1995 (Annales Littéraires de l’Université deBesançon, 563).

Fiches, Py 1978 : FICHES (J.-L.), PY (M.) – Trois dépôts votifs du premier siècle de notre ère dans la région nîmoise. Documents d’Archéologie Méridionale, 1, 1978, p. 117-140.

Fiches, Py 1981 : FICHES (J.-L.), PY (M.) – Les fouilles de la place des Arènes, aux abords de l’enceinte romaine à Nîmes. Bulletin de l’école antique de Nîmes, 16, 1981, p. 117-144.

Feugère 1993 : FEUGÈRE (M.) – L’évolution du mobilier non céramique dans les sépultures antiques de Gaule méridionale (iie s. av. J.-C.- début du ve s. ap. J.-C.). In : Struck (M.) dir., Römerzeitliche Gräber als Quellen zu Religion, Bevölkerungstrucktur und Sozialgeschichte, Internationale Fachkonferenz vom 18-20. Februar 1991 im Institut für Vor-und Frühgeschichte des Johannes Gutenberg-Universität Mainz. Mayence, Johannes Gutenberg-Universität, 1993, p. 119-165.

Feugère, Gros 1996 : FEUGERE (M.), GROS (Ph.) – Les ensembles funéraires gallo-romains du Champ del Mas à Banassac (Lozère, fouilles 1990). Revue Archéologique de Narbonnaise, 29, 1996, p. 285-305.

Gébara, Béraud 1993 : GÉBARA (C.), BÉRAUD (I.) – Rites funéraires et sépultures d’enfants dans les nécropoles de Fréjus (Var). In : Struck (M.) dir., Römerzeitliche Gräber als Quellen zu Religion, Bevölkerungsstruktur und Sozialgeschichte, Internationale Fachkonferenz vom 18-20. Februar 1991 im Institut für Vor-und Frühgeschichte des Johannes Gutenberg-Universität Mainz. Mayence, Johannes Gutenberg-Universität, 1993, p. 329-336.

Hervé 1993 : HERVÉ (M.-L.) – L’ensemble funéraire du Mas Carbonnel, Document final de synthèse dactylographié. Nîmes, AFAN, Service Régional de l’Archéologie de Languedoc-Roussillon, 1993.

Jung, Bel 2010 : JUNG (C.), BEL (V.) dir. – Autoroute A75, Section Béziers-Pézenas, Hérault, Montblanc et Valros, Aire de Repos de Valros : occupations d’un espace rural antique dans le territoire de la ville de Béziers, Rapport final d’opération de fouille archéologique. Montpellier, Inrap Méditerranée, Service Régional de l’Archéologie de Languedoc-Roussillon, 2010.

Manniez, Bel 2004 : MANNIEZ (Y.), BEL (V.) – 21 rue Montaury, La pinède de Montaury à Nîmes (Gard). Rapport final d’opération de diagnostic archéologique, Nîmes, Inrap Méditerranée, Service Régional de l’Archéologie de Languedoc-Roussillon, 2004.

Moliner et al. 2003 : MOLINER (M.), MELLINAND (Ph.), NAGGIAR (L.), RICHIER (A.), VILLEMEUR (I.) et coll. – La nécropole de Sainte-Barbe à Marseille (ive s. av. J.-C. - iie s. ap. J.-C.). Aix-en-Provence, Édisud, 2003 (Études Massaliètes, 8).

Nin et al. 2006 : NIN (N.), BAILET (P.), LEGUILLOUX (M.), MICHEL (J.), PESTY (M.-TH.), VILLEMEUR (I.) – La nécropole méridionale d’Aix-en-Provence (ier-vie s. ap. J.-C.) : Les fouilles de la ZAC Sextius Mirabeau (1994-2000). RAN Suppl. 37, 2006.

Passelac 1995 : PASSELAC M.) – Le Village, Bram (Aude). Bilan Scientifique Régional de Languedoc-Roussillon, 1994. Paris, Ministère de la Culture, Direction de l’Architecture et du Patrimoine, Sous-Direction de l’Archéologie, 1995, p. 57-58.

Pellé 2007 : PELLÉ (R.) – 8 bis, 10 bis et 12 rue du Cirque Romain à Nimes (Gard). Rapport final d’opération de diagnostic archéologique. Nîmes, Inrap Méditerranée, Service Régional de l’Archéologie de Languedoc-Roussillon, 2007.

Pellé 2008 : PELLÉ (R.) – Cadereau d’Alès. Aménagement de l’avenue Jean-Jaurès à Nîmes (Gard), Rapport final d’opération de diagnostic archéologique. Nîmes, Inrap Méditerranée, Service Régional de l’Archéologie de Languedoc-Roussillon, 2008.

Scheid 2005 : SCHEID (J.) – Quand faire, c’est croire, Les rites sacrificiels des Romains. Paris, Aubier, collection historique, 2005.

Tillier 2005 : TILLIER (A.-M.) – La croissance des enfants dans les populations du passé. In : Dutour (O.), Hublin (J.-J.), Vabdermeersch (B.) dir., Objets et méthodes en paléoanthropologie. Paris, Comité des Travaux historiques et scientifiques, 2005, p. 247-269.

Annexes

Corpus des tombes retenues

- Nîmes (Gard), 78 avenue Jean-Jaurès, tombes 1062, 1081, 1180, 1197, 1222, 1250, 1255, 1270, 1272, 1292, 1362, 1381 : 12 inhumations ; 10 à 11 avec mobilier ; ier-iie s. ; espace périurbain de 43 tombes ; fouille Inrap 2003 ; étude anthropologique de J. Rouquet et V. Fabre (Bel et al. 2005 ; Bel et al. à paraître).

- Nîmes (Gard), 59 avenue Jean-Jaurès, tombes 2002, 2019, 2026, 2034, 2046, 2049, 2057 : 7 inhumations ; 4 à 7 avec mobilier ; ier-iie s. ; espace périurbain de 13 tombes ; fouille Afan 1996 ; étude anthropologique de Rouquet (Hervé 1993 ; Bel et al. à paraître).

- Nîmes (Gard), cadereau d’Alès, avenue Jean-Jaurès, tombe 1045 : inhumation avec mobilier ; deuxième moitié ier-iie s. ; espace périurbain, 2 tombes ; diagnostic Inrap 2008 ; étude anthropologique de V. Bel (Pellé 2008).

- Nîmes (Gard), 8, 10 et 12 rue du Cirque Romain, tombes 6, 12, 34 : 3 inhumations sans mobilier ; ier-iiie s. ; espace périurbain, 5 tombes ; diagnostic Inrap 2006 ; étude anthropologique de V. Fabre (Pellé 2007).

- Nîmes (Gard), place des Arènes, tombes 1, 3, 4, 5 : 4 inhumations ; 3 avec mobilier ; iis. ; espace périurbain, 5 tombes ; fouille 1973-1974 ; étude anthropologique de H. Duday (Fiches, Py 1981 ; Duday 1981).

- Nîmes (Gard), 21 rue Montaury, tombe 1040 : l inhumation sans mobilier ; première moitié iiie s. ; espace périurbain, 6 tombes ; diagnostic Inrap 2004 ; étude anthropologique de V. Bel (Manniez, Bel 2004).

- Nîmes (Gard), Mas des Abeilles II.3, tombe 268 : dépôt secondaire de crémation (tombe double ; immature et adulte) ; attribution incertaine du mobilier au sujet immature ; ier s. ap. J.-C. ; espace funéraire rural de 7 tombes ; fouille Inrap 2002 ; étude anthropologique de V. Bel (Bel et al. 2008).

-Milhaud (Gard), Careiron et Pesquier, tombes 1008, 1009, 1010, 1016, 1037, 1151, 1354, 1414, 1597 : 10 inhumations dont une avec mobilier ; iie s. ; espace funéraire rural (villa) de 10 tombes ; fouille Inrap 2002 ; étude anthropologique de R. Lisfranc (Conche et al. 2003).

-Montpellier (Hérault), La Gallière, tombe 10001 : dépôt secondaire de crémation avec mobilier ; premier quart ier s. ap. J.-C. ; tombe isolée en milieu rural ; fouille Inrap 2002 ; étude anthropologique de R. Lisfranc (Daveau et al. 2009).

-Aspiran (Hérault), Soumaltre, tombes 11044, 11087, 11122, 8727 : 4 inhumations sans mobilier ; Ier-premier quart iie s. ; ensemble rural de 28 tombes ; fouille Afan 1999 ; étude anthropologique de V. Bel (Thernot et al. 2004).

- Valros (Hérault), Renaussas, tombe 2025 : bûcher avec mobilier ; deuxième moitié ier s. ; ensemble rural de 18-20 tombes ; fouille Inrap 2007-2008 ; étude anthropologique de Y. Gleize (inédit).

- Valros (Hérault), Rec de Ligno, tombes 2009, 2010 :2 inhumations avec mobilier ; troisième quart ier s. ; espace funéraire et sanctuaire domanial ; fouille Inrap 2006 ; étude anthropologique de Y. Gleize (Jung, Bel 2010).

- Montblanc (Hérault), Cresses-Basses : tombes 2026, 2016, 2022 : 2 bûchers et une crémation indéterminée avec mobilier ; iie s. ; espace funéraire rural, 14-15 tombes ; fouille Inrap 2008 ; étude anthropologique de Y. Gleize (inédit).

- Sallèles d’Aude, tombes 1 à 13 : 13 inhumations ; 2 avec mobilier ; ensemble rural de 13 tombes (atelier de potier) ; deuxième moitié ier s. ; étude anthropologique de H. Duday et A.-M. Tillier (Duday et al. 1995).

- Marseille (Bouches-du-Rhône), Sainte-Barbe, tombes 10, 11, 12, 13, 14, 15, 18, 42, 50, 70, 75, 86, 91, 92, 123, 128, 149, 159, 166, 169, 175, 182, 184, 237, 296, 299, 308, 316, 332, 336, 366, 374, 375, 385, 394, 395, 397, 400, 401, 403, 409, 417, 420, 421, 433, 435, 444, 447, 452, 459, 461, 464, 483, 514, 518, 527, 534 : 53 inhumations dont 3 tombes doubles (2 immatures ou adulte-immature) et 4 crémations ; 32 tombes avec mobilier ; dernier tiers ier s. av. n. è.-iie s. de n. è. ; ensemble funéraire périurbain de 436 tombes ; fouille 1991 ; étude anthropologique de A. Richier et I. Villeumeur (Moliner et al. 2003).

- Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), Zac Sextius-Mirabeau, tombes 19, 23, 28, 32, 33, 34, 35, 36, 55 : 8 inhumations sans mobilier assuré et un dépôt secondaire de crémation avec mobilier ; deuxième moitié ier s.-iie s. ; ensemble périurbain de 49 tombes ; fouille 1994-2000 ; étude anthropologique de A. Richier et I. Villeumeur (Nin et al. 2006).

- Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), Le Valladas, tombes 17, 35, 53, 82, 108, 145, 149, 170, 182, 183bis, 232, 269 : 6 inhumations (dont une tombe double adulte-immature) et 6 dépôts secondaires de crémation(dont une tombe double adulte-immature) ; 10 tombes avec mobilier ; ier-iie s. ; ensemble funéraire péri urbain de 239 tombes ; fouille 1982-1985 ; étude L. Buchet (Bel et al. 2002).

- Marennes (Rhône), Saint-Fréjus, tombes 6100, 6316 : bûcher et double dépôt secondaire de crémation (adulte-immature) ; deuxième moitié ier s.-première moitié iis. ; espace funéraire rural (villa), 6 tombes ; fouille 1993-1994 ; étude anthropologique de V. Bel (inédit).

Notes

1 Ces recherches dont la publication est en cours d’élaboration sont le fruit de travaux collectifs. Les résultats présentés ici de manière synthétique sont ainsi en très grande partie redevables des études menées par Sébastien Barberan (étude de la céramique), Vianney Forest (étude de la faune), Yves Gleize (étude anthropologique), Renaud Lisfranc (étude anthropologique), Yves Manniez (étude du petit mobilier), Pierre Rascalou (étude de la céramique), Stéphanie Raux (étude du verre et du petit mobilier) et Jérôme Rouquet (étude anthropologique) que je tiens à remercier très chaleureusement.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de localisation des tombes d’enfants et d’adolescents sélectionnées.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 2. Répartition par site des tombes étudiées.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 3. Répartition des tombes par âge au décès et par classes d’âge retenues.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 4. Traitement des corps (crémation et inhumation) en fonction de l’âge au décès.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 5. Répartition par classe d'âge des tombes avec mobilier assuré.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 6. Nombre moyen de dépôts assurés (vases, objets et faune) dans les inhumations et les crémations avec mobilier.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 7. Répartition par classe d’âge des tombes avec dépôt assuré de vase et d’objet.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 8. Petit gobelet à deux anses dans une inhumation d’enfant d’âge périnatal 
Légende tombe SP2026 du 59 avenue Jean-Jaurès à Nîmes
Crédits (DAO S. Barberan, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 9. Les dépôts d’objets dans les tombes d’enfants et d’adolescents (nombre minimal d’objets recensé par grandes classes d’âge).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 10. Dépôt de monnaie dans une tombe d’enfant périnatal ; tombe SP1250 du 78 avenue Jean-Jaurès à Nîmes
Crédits (cliché V. Belbenoit, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 13. Mobilier d’une riche tombe d’enfant décédé entre un et quatre mois et demi 
Légende tombe SP2009 du site de Rec de Ligno à Valros (Hérault) (DAO S. Raux, P. Rascalou, Inrap). 1-4 : céramique ; 5 : verre ; 6-9 : or ; 10 : bronze ; 12-13, 17-18 : fer ; 11 : fritte. Non illustrés : 19-20 (monnaies) ; 21-22 (bois de cerf) ; 23 (dent de porcin) ; 24 (dent de castor).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 11. Dépôts de vases dans les tombes d’enfants et d’adolescents (nombre minimal d’objets recensé par grandes classes d’âge).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Fig. 12. Dépôts de vases dans une tombe de nourrisson de la nécropole du Valladas à Saint-Paul-Trois-Châteaux
Légende (tombe 176 ; DAO V. Bel, M. Genin). 12-13 : céramique ; 22 : verre.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 14. Mobilier de la tombe d’un enfant âgé de moins d’un an, site du 78 avenue Jean-Jaurès à Nîmes
Légende (tombe SP1362 ; DAO S. Lancelot, Inrap). 8 et 11 : verre et fritte ; 12-13 et 19 : ambre ; 14 : os ; 16-18 : dents de bovins ; 21-22 : galets. Non illustrés : 3 monnaies, 2 cruches en céramique.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 17.
Légende Vue du collier d’amulettes dans la tombe SP1180 du 78 avenue Jean-Jaurès à Nîmes attribuée à un sujet décédé dans la première année
Crédits (cliché Y. Manniez, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 15. Répartition par classe d’âge des inhumations et des crémations avec mobilier.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 16. Mobilier de la tombe d’un enfant décédé entre quatre ans et demi et sept ans et demi ans 
Légende tombe bûcher SP2016 du site des Cresses-Basses à Montblanc (Hérault) (DAO S. Raux, P. Rascalou, Inrap).Dépôts non brûlés :1-5 (céramique) ; 6-7 (verre). Dépôts brûlés : 9-16 (céramique) ; 19-21 (verre) ; 22 (or).Non représentés : 4 monnaies, clous de chaussures (brûlés).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 18. Objets (brûlés) provenant du bûcher d’un enfant décédé entre deux et cinq ans 
Légende crémation 6100 du site de Saint-Fréjus à Marennes (Rhône) (DAO C. Plantevin) : figurines (4 exemplaires dont 2 non illustrés) ; paire de strigiles, spatule et stylet à écrire en fer ; bulla en or ; pendentif-massue en or ; bague en or avec pierre dure. Non illustrés : 2 boucles d’oreille en or ; fragments de galon en fil d’or tissé ; 7 monnaies (5 en bronze, 2 en argent) ; cristal de roche ; 9 pions (5 en verre, 4 en os) ; plaque en ivoire décorée ; éléments en os de ceinturon et de coffret ; 4 anneaux en bronze ; 4 tiges de renfort de pied de lit, en fer.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1370/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access