Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants

 | 
Antoine Hermary
, 
Céline Dubois

Gaule

Le mobilier déposé dans les tombes d’enfants des colonies grecques d’Ampurias, Agde et Marseille

Manuel Moliner

Résumé

Over the last 50 years, the sites of Ampurias, Agde and Marseille have yielded significant evidence of the cemeteries of these Greek colonies and, in particular, for the burial customs associated with children. This article draws up a detailed corpus of children’s burials and a full diachronic analysis of the offerings (whether peculiar to children or not) that accompanied them.

Texte intégral

Fig. 1. Carte de localisation des sites mentionnés

Fig. 1. Carte de localisation des sites mentionnés

(Infogr. M. Moliner).

  • 1 Principales sources bibliographiques : Ampurias : Almagro 1953 ; Agde : Nickels 1982, 1989 ; Marsei (...)
  • 2 Présentation dans l’ordre des publications des ensembles funéraires.

1Depuis plus d’un demi-siècle, les sites d’Emporion, d’Agathé Tyché, et de Massalia ont révélé, grâce à des fouilles d’approches différentes, la dimension des espaces sépulcraux antiques et en particulier les nécropoles grecques de ces cités coloniales1 (fig. 1). La présence des sépultures d’enfants y est prise en compte et mise en évidence2. L’approche du dépôt de mobilier – présent ou absent – révèle la place de ces jeunes sujets au sein du groupe inhumé, c’est-à-dire mis en terre. Nous proposons de dresser et d’analyser tout d’abord un corpus actualisé des sépultures répondant au thème de la table ronde d’Aix-en-Provence pour les trois villes retenues, puis nous détaillerons les modalités des dépôts de mobiliers en particulier quant au caractère spécifique, réservé aux enfants ou pas, de ces offrandes et parures accompagnant le défunt. Enfin, la représentativité de ces gestes sera mise en regard de la population adulte connaissant ces pratiques. Seule la nécropole de Sainte-Barbe à Marseille autorise à ce jour une comparaison précise tant dans la composition des dépôts que dans leur évolution chronologique.

Inventaire des tombes d’enfants à mobilier

  • 3 Une sous-représentation des sépultures de jeunes sujets est certaine pour les fouilles anciennes qu (...)

2Même si cela peut paraître une évidence, nous tenons à rappeler que se sont essentiellement les « offrandes » minérales qui nous sont parvenues, les pièces organiques, alimentaires ou végétales, sont quasiment inexistantes, même si les fouilles récentes de sépultures accordent toute l’importance nécessaire à ces traces furtives. Le tableau ci-dessous répertorie les dépôts d’objets par tombe dans les nécropoles des trois villes étudiées (fig. 3). Il nous faut donc toujours garder une certaine distance avec les « résultats » présentés dont on peut être certain qu’ils ne sont qu’une part limitée de la réalité des actes pratiqués. En revanche, les méthodes actuelles permettent de distinguer l’absence volontaire de dépôt de matériel dans la sépulture, bien évidemment lorsque cette dernière est intégralement conservée. Les dépôts en dehors de la tombe sont plus rarement signalés, sans doute à nouveau pour les raisons signalées ci-dessus, mais aussi probablement en raison du relatif « désintérêt » accordé aux tombes d’enfants3 et à leur environnement avant la véritable mise en place de l’archéologie funéraire des dernières décennies. Ainsi, certains biais sont nécessairement à prendre en compte pour toute généralisation des résultats, ce qui nous contraint à être d’autant plus prudent dans l’exposé des données.

Les tombes d’enfants à Ampurias4

  • 4 Quatre nécropoles ont été fouillées dans les années cinquante et publiées en 1953 (Almagro 1953), c (...)
  • 5 Les données présentées ne prennent en compte que les informations publiées dans l’ouvrage de 1953. (...)
  • 6 Un seul exemplaire recelait des ossements adultes : la sépulture à inhumation de la nécropole Marti (...)
  • 7 Il en est de même pour le décompte des sépultures d’adultes, 74 inhumations sont certaines à partir (...)

3Quatre nécropoles grecques d’Ampurias comportent des tombes d’enfants avec dépôt de mobilier5 (fig. 2). Les tombes d’enfants ont été comptabilisées à partir d’éléments connexes en raison de la très rare mention de l’âge du défunt. Les trois critères (rarement associés) sont : la mention dimension de la fosse ou la « longueur des restes humains » lorsqu’ils sont inférieurs à 1,40 m ou bien encore l’utilisation d’amphore comme enchytrismos6. Les tombes d’enfants sont d’ailleurs rarement illustrées dans la publication. L’exemple du cliché de la tombe Marti Inh.M77 (fig. 4) est intéressant car sujet à caution à notre avis avec des ossements humains en connexion anatomique replacée et des offrandes sans doute repositionnées après fouille ! En raison du caractère subjectif de ces choix et des informations publiées par M. Almagro, le dénombrement de sépultures infantiles retenu ne peut pas être considéré comme définitivement arrêté7.

4Les deux gisements à forte population, nécropole Marti et nécropole Bonjoan avec 172 et 84 tombes grecques ont restitué respectivement 77 et 15 tombes d’enfants, soit 45 % et 18 % des tombes. La forte présence de jeunes sujets dans la nécropole Marti, proche de pourcentage normaux de mortalité de population pré-jennérienne, indiquent, avec 42 tombes d’enfants dotées d’offrandes, soit près de la moitié de ce groupe d’âge, des gestes intentionnels et certains fréquents. Avec 12 tombes dans ce cas, soit 80 % du groupe d’âge, la nécropole Bonjoan trahit une intentionnalité très forte qu’il faut sans doute relativiser car les tombes d’enfants sont ici sous représentées avec seulement moins de 1/5e de la population pour un corpus général deux fois moindre que la nécropole Marti.

5Les deux gisements peu importants quantitativement, nécropole Mateu et nécropole Granada avec 2 tombes d’enfants sur 17 et 4 tombes d’enfants sur 15, semblent moins représentatifs au niveau de la population. En revanche, même si les chiffres sont extrêmement bas on observera l’absence de dépôt dans les tombes d’enfants à Mateu et qu’une seule tombe sur 4 à Granada en comportait.

6Si l’on se permet de réunir ces données pour l’ensemble des nécropoles grecques d’Ampurias, on obtient un pourcentage conséquent pour la présence de tombes d’enfants avec près d’un tiers des 288 tombes répertoriées dont plus de la moitié (56 %) comportant des offrandes. En revanche, aucune approche anthropologique de la répartition de ces gestes n’est possible pour le groupe« enfant » car aucune classe d’âge n’a été distinguée.

Fig. 2. Carte de répartition des tombes d’enfants des nécropoles grecques d’Ampurias

Fig. 2. Carte de répartition des tombes d’enfants des nécropoles grecques d’Ampurias

Fond de plan Almagro 1953 p. 15. (infogr. M. Moliner) 1 Marti, 2 Bonjoan, 3 Granada, 4 Mateu, 5 Parking, 6 Portixol.
En gris : nécropoles indigènes, rouge : nécropoles grecques, vert : nécropoles romaines, bleu : nécropoles paléochrétiennes. Carrés noirs : tombes d’enfants.

Fig. 3. Tableau général des tombes d’enfants avec dépôt de mobilier dans les nécropoles d’Ampurias, Agde et Marseille (M. Moliner).

Sites

Total tombes grecques

Total tombes enfants

Tombes enfants avec dépôts

Tombes enfants avec parure

Classe d’âge
En nombre de tombe

AMPURIAS

Martí
140 inh. 32 inc.

172

77
(45 %)

42
(55 %)

16

(21 %)

Inconnue

Bonjoan
80 inh. 4 inc.

84

15
(18 %)

12
(80 %)

3
(20 %)

Inconnue

Mateu
6 inh. 11 inc.

17

2
(12 %)

0

Inconnue

Granada
14 inh.1 inc.

15

4
(27 %)

1
(6 %)

1
(6 %)

Inconnue

Totaux

288

98
(34 %)

55
(56 %)

20
(20 %)

Inconnue

AGDE

Le Peyrou 1977-78

Env. 40

Quelques unes

Aucune

Aucune

Inconnue

MARSEILLE

Découvertes anciennes

Carénage 1831-32

Pl. dizaines

inconnu

Lazaret 1865

1

0

Pharo 1876

6

0

Rue Sainte-Marthe 1883

1

0

Saint-Mauront 1885

12

1

Inconnue

Fouilles récentes

Tapis-vert 1953

8

3

2

1

Nouveau-né : 1
3 - 5 ans : 1

Bourse enclos nord 1974

15

1

0 - 1 an : 1

Cours Julien 1981

2

1

« jeune enfant » : 1

Bourse enclos sud 1984

4

0

Sainte-Barbe 1991
66 inh. 29 Inc. 1 ind.

96

33
(33 %)

13
(40 %)

3
(9 %)

0 - 1 an : 25

1 - 4 ans : 1

5 - 9 ans : 1

0 - 14 ans : 2

Immat. jeune : 4

Totaux

145

39
(27 %)

15
(39 %)

4
(10 %)

Effectif global

Plus de
430 tombes

Plus de 137
tombes
(env. 30 %)

Plus de 70
tombes
(env. 50 %)

Plus de 24
tombes
(env. 18 %)

Les tombes d’enfants à Agde8

  • 8 Nécropole du Peyrou, fouillée en 1977-78 et publiée en 1989 (Nickels 1989). Les tombes d’enfants so (...)

7Une quarantaine de tombes d’époque grecque sont signalées dans ce gisement funéraire protohistorique situé à l’Est de la ville actuelle (fig. 5). Quelques-unes sont mentionnées comme des tombes d’enfants sans mention des classes d’âge mais avec l’indication d’un réceptacle funéraire spécifique. Pour les tombes d’enfants, l’absence de matériel associé est clairement indiquée « …le mobilier est réduit à l’amphore qui sert de contenant… », alors que certaines tombes d’adultes en sont dotées, nous en préciserons les modalités dans la suite de l’exposé (Nickels 1982, p. 277-278).

Les tombes d’enfants à Marseille

8Les nécropoles de Marseille ont été l’objet de recherches renouvelées depuis la découverte de la nécropole de Sainte-Barbe en 1991 (fig. 6). Les gisements d’époque grecque sont peu nombreux et ont souvent un effectif faible, sauf la nécropole de Sainte-Barbe (Moliner 2001). Six sites ont livré des tombes d’enfants dont seulement deux attestent de façon certaine des dépôts pour les jeunes sujets. L’histoire des découvertes révèle les brèves mentions ou beaux objets conservés dans les trouvailles anciennes puis la prise en compte de ces sépultures avec une pertinence certaine des observations dans les fouilles « récentes », ceci depuis les travaux de L. Chabot et J.-B. Féraud en 1953 à la rue Tapis-vert.

Les trouvailles anciennes9

  • 9 Nous renvoyons le lecteur aux notices sur les sites funéraires que nous avons publiées dans la Cart (...)

9Malgré une documentation difficilement exploitable dans cette étude, nous rappellerons que cinq sites témoignent de la présence de tombes grecques mais qu’un seul atteste une tombe d’enfant. L’indigence des témoignages est bien évidemment la conséquence de l’inattention portée aux individus et la recherche exclusive des belles pièces. Ainsi, les gisements du Lazaret en 1865, du Pharo en 1865, de la rue Sainte-Marthe en 1883 sont muets sur les jeunes morts. En revanche, les observations au quartier Saint-Mauront en 1885 signale une tombe d’enfant dans un petit groupe de douze tombes, mais on ignore l’âge du défunt qui n’était pas accompagné de mobilier. Enfin, le très important site du bassin de Carénage, « archéologiquement surveillé » entre 1831-32, a livré sans doute des dizaines de tombes grecques parmi les centaines de tombes antiques signalées, mais sans aucune mention d’enfants. Or, parmi les mobiliers qui ont intégré les collections publiques, certaines pièces sont susceptibles d’appartenir à des tombes de ce groupe d’âge (voir ci-dessous).

Les fouilles récentes

  • 10 On rappellera l’absence récurrente de découvertes de tombes d’époque archaïque pour Marseille en dé (...)

10Quatre découvertes dont trois fouilles scientifiques vont restituer la place des enfants dans les nécropoles antiques et tout particulièrement dans les nécropoles grecques d’époque classique et hellénistique10.

  • 11 Nous avons tenu à rendre hommage à ce haut personnage de l’archéologie provençale et marseillaise d (...)
  • 12 Grâce à l’obligeance de L. Chabot, dans le cadre de l’occasion de l’exposition « Parcours de ville  (...)

11- Précurseurs de l’archéologie funéraire à Marseille, Chabot11 et J. -B. Féraud observent et publient trois tombes d’enfants d’époque grecque en sarcophages de petite taille à la rue Tapis-vert dont deux avec mobilier en offrandes et un élément de parure (S2 et S6) parmi les huit tombes datées du ve au iie s. av. J.-C. et les douze tombes impériales du site exploré (fig. 7)12 (Chabot, Féraud 1959). Les restes humains étudiés alors par R.P. Charles signalent brièvement deux nouveau-nés(S2 et S6) et un enfant de 3-5 ans (S5).

  • 13 La tombe T7 est l’unique inhumation des deux enclos qui ont livré des dépôts de crémation non étudi (...)
  • 14 À l’instar de la relecture des fouilles de la rue Tapis-vert, nous avons repris le dossier de la fo (...)

12-Lors des fouilles de la Bourse dans les années 1970-80, deux enclos funéraires grecs du ive s. av. J.-C. ont été explorés (Bertucchi 1992). L’enclos Nord, fouillé intégralement en quelques jours en 1974, a livré quinze tombes dont une d’enfant en enchystrimos (fig. 8). Déposé dans un vase en pâte claire massaliète, un périnatal (T7) a été enterré dans l’angle Sud-Ouest de cet espace fermé, sans mobilier d’accompagnement. L’enclos Sud, dit monument aux triglyphes en raison de sa frise dorique basse, a livré, pour la partie fouillée en1984 (environ un quart de la superficie), quatre tombes dont une multiple mais aucune sépulture d’enfant. On observera la détermination de la classe d’âge du jeune mort, un « fœtus »13 de l’enclos Nord, sans doute décédé à la naissance et mis en terre dans un espace clos dont on ne sait s’il constitue un enclos familial ou d’une autre nature, cependant installé au-devant de la porte principale de la cité, à proximité immédiate de l’enclos Sud interprété à ce jour comme un herôon14.

Fig. 4. Ampurias nécropole Marti, tombe en fosse Inh.M77

Fig. 4. Ampurias nécropole Marti, tombe en fosse Inh.M77

(Almagro 1953 pl. II).

Fig. 5. Carte de localisation de la nécropole du Peyrou à Agde, Nickels 1989.

Fig. 5. Carte de localisation de la nécropole du Peyrou à Agde, Nickels 1989.

13-La découverte fortuite de deux tombes « antiques », au cours Julien en 1981 n’est relatée que par la presse quotidienne locale. Lors de nos recherches sur les nécropoles de Marseille, nous avons eu l’opportunité de retrouver au musée d’Histoire des éléments pertinents pour la localisation et la détermination des sépultures. Les restes humains d’un adulte sont associés à ceux d’un « jeune enfant ». Le mobilier conservé, qui ne peut être attribué à l’un ou l’autre des défunts, est cependant bien daté du ive s. av. J. -C.

  • 15 Les études anthropologiques ont été conduites sur le terrain par A. Richier (archéo-anthropologue, (...)

14-Les fouilles de la nécropole de Sainte-Barbe exhumée en 1991 ont restitué 543 tombes antiques à inhumation et incinération dont 96 tombes datées de la fin du ve s. à la mi-iie s. av. J.-C. (Moliner et al. 2003). Les méthodes d’investigations scientifiques mises en place, avec en particulier une approche anthropologique des défunts dès la fouille, puis leur prise en compte exhaustive dans la publication renouvellent totalement l’approche d’un gisement funéraire par ailleurs quantitativement très important15. Le recrutement de la nécropole grecque est constitué d’hommes, de femmes et de 29 tombes d’enfants dont un nombre très important de nourrissons compris entre 0 et 1 an (fig. 9). La détermination précise des classes d’âges par les archéo-anthropologues associée à la discrimination des données de fouilles et plus précisément sur la question des dépôts de mobiliers permet – enfin – une étude détaillée des gestes de la population enterrée et une lecture de l’évolution de ces derniers grâce à la mise en séquence des sépultures qui présente trois phases principales entre -400 et -150.

  • 16 Les tombes d’enfants ne représenteront que 14,6 % de l’effectif de la nécropole impériale, forte ce (...)

15La présence de mobilier d’accompagnement en offrande est attestée dans 13 tombes d’enfants sur 33, soit plus du tiers des tombes de jeunes sujets d’époque grecque16, 3 tombes ont livré également des éléments de parure pour enfants. On constatera que la répartition géographique des tombes d’enfants à dépôt se retrouve majoritairement sur le versant occidental de l’aire funéraire.

Fig. 6. Carte de répartition des tombes d’enfants des nécropoles grecques de Marseille (Infogr. M. Moliner).

Fig. 6. Carte de répartition des tombes d’enfants des nécropoles grecques de Marseille (Infogr. M. Moliner).

Carrés noirs : tombes d’enfants.

Dépôts d’objets dans les tombes d’enfants

16Les mobiliers retrouvés dans les tombes d’enfants sont présentés en deux groupes, le premier « mobiliers spécifiques » regroupe les catégories d’objets uniquement retrouvées dans ces tombes ou bien lorsqu’ils sont majoritairement présents, à savoir : les coquillages, osselets-astragales, terres cuites plastiques, verreries, vases miniatures et vases céramiques du type biberon. Le second groupe « mobiliers non spécifiques » comprend les catégories d’objets aussi bien attestées dans ces tombes que dans celles d’adultes ou elles sont d’ailleurs les plus fréquentes : vaisselles ou vases à parfum céramique, éléments de parure, monnaies et clous. Les deux tableaux ci-après détaillent pour chaque nécropole d’Ampurias et de Marseille le total et les occurrences des tombes concernées ainsi que d’éventuelles attestations dans les tombes d’adultes et la classe d’âge des enfants lorsqu’elle est connue.

Le dépôt de mobilier à Ampurias

  • 17 La détermination comme « tombe d’enfant ou tombe d’adulte » à partir des critères signalés auparava (...)

17Ce sont les tombes d’enfants des nécropoles Marti et Bonjoan qui nous livrent l’essentiel des données, avec respectivement 42 et 12 dépôts identifiés pour seulement 1 pour les nécropoles Mateu-Granada. 9 catégories d’objets sont concernées, la plupart du temps avec un nombre élevé d’occurrences mais parfois unitaire ou presque, comme la céramique de type biberon ou les monnaies (fig. 10). Nous rappellerons qu’aucune classe d’âge n’est connue pour ces sépultures de jeunes défunts17 et que l’indication de la localisation de ces objets dans la sépulture n’est que très rarement mentionnée.

Les dépôts spécifiques

18Cinq catégories d’objets, exclusivement ou majoritairement présents dans les tombes d’enfants, sont désignées comme des dépôts spécifiques (fig. 11).

    • 18 Nous nous permettons de signaler à ce titre que dans l’éventualité d’une telle fonction « funéraire (...)

    Les dépôts de coquillages sont fréquents, 12 et 4 cas attestés à Marti et Bonjoan, mais ils sont aussi quelquefois signalés dans les tombes d’adultes. Les diverses espèces identifiées ne comportent qu’une seule valve parfois multiple18. L’offrande alimentaire est à exclure, une dimension symbolique peut être envisagée tout comme un usage lié à la cosmétique ou comme contenant de matière organique disparue. Sont exclus de cette catégorie les coquillages percés utilisés en parure.

  • Les osselets ou astragales sont eux aussi très fréquents car souvent retrouvés en groupe, mais présents dans un nombre plus réduit de tombes avec 7 cas dont 2 à Bonjoan. Il n’y a que deux attestations dans des tombes d’adulte à incinération, dans la nécropole Marti (Inc.M28, Inc.M30) et une dans une inhumation (Inh.M109). La présence d’astragales, parfois extrêmement nombreux dans certaines tombes des nécropoles grecques, est souvent interprétée comme un indicateur de tombes infantiles, ce qui n’est pas le cas à Ampurias car on les retrouve dans 3 tombes d’adultes.

  • Les terres cuites plastiques constituent un lot remarquable dans la nécropole Marti. En effet, 5 tombes en sont dotées mais peut-être une tombe d’adulte incertaine également (Inh.B69). Ces objets sont souvent associés entre eux. Le caractère spécifique de certains objets est ici très intéressant. 3 tombes ont livré des représentations animales (oiseau, suidé, tortue) et 4 des figurations humaines. On insistera sur les deux cas particuliers dans cette catégorie, un Hermès ithyphallique (hauteur 10 cm) dans une tombe de jeune enfant (Inh.M20) et une poupée articulée (hauteur 9 cm) dans une tombe sans indication métrique ni de taille des restes humains (Inh.M85) et dont l’interprétation a été reprise récemment (Papaikonomou 2008). Figurine prophylactique et jouet ( ?) semblent ici bien définis. On signalera la présence d’une amulette égyptienne (hauteur 3 cm) dans la tombe d’enfant Inh.M112.

    • 19 L’intégralité des objets de ce type à Ampurias a fait l’objet d’une étude typo-chronologique détail (...)

    La verrerie est plus fréquente, 10 tombes ont livré de belles pièces polychromes et trois tombes d’adulte au moins en sont dotées19. Ces pièces consistent de remarquables vases à parfum sur noyau d’argile (en forme d’alabastre, d’aryballe ou d’amphorisque, les trois types majoritaires) souvent retrouvés en lot, jusqu’à 7 pièces (Inh.M77). Des perles de verroterie polychromes de même nature appartenant à des parures de type collier sont à signaler dans 12 tombes d’enfants de la nécropole Marti, elles sont plus rares chez les adultes.

  • La céramique de type biberon en production à pâte grise (locale ?) n’est attestée qu’en un seul exemplaire dans la nécropole Marti (Inh.M85) décrite comme « rhyton », elle est par ailleurs associée à une terre cuite plastique unique, une petite poupée articulée (voir ci-dessus). Cette « rareté » est surprenante car les tombes de très jeunes enfants sont certaines même si celles de nouveau-nés sont peu nombreuses, mal indiquées ou situées hors des zones fouillées.

19- Les deux exemplaires de vases miniatures ont été retrouvés dans deux tombes d’enfants (Inh.M134 et Inh.B24). Il s’agit d’une coupelle à anse relevée et d’une coupelle carénée qui peuvent être interprétées comme des jouets ou objets votifs déposés en contexte funéraire.

Les dépôts non spécifiques

20-Les céramiques en dépôt sont très fréquentes car retrouvées dans près de 40 tombes d’enfants dans les nécropoles Marti et Bonjoan, mais elles sont un peu plus fréquentes dans les tombes d’adultes et d’âge non déterminés dans lesquelles elles présentent un impressionnant corpus de vases importés. Ce type de dépôt forme ainsi plus de la moitié des dépôts dans les tombes d’enfants. Si une douzaine de formes sont cataloguées, 6 d’entre elles constituent la majorité des offrandes. L’unguentarium est le plus largement utilisé dans 17 tombes, souvent en dépôts multiples. Les lécythes et lécythes aryballisques suivent en quantité moindre avec 8 et 9 tombes concernées, puis les cruches et bols présents dans 6 et 4 tombes. Les formes les moins distribuées sont le canthare, l’olpé, le lébès, la kylix. Toutes sont présentes également dans les tombes d’adultes des quatre nécropoles. Pour les sépultures d’enfants le « service de toilette » avec les vases à parfums et onguents est très majoritairement présent tandis que le « service à boire » n’accompagne que rarement le jeune défunt, alors qu’il sera très usité dans les tombes d’adultes.

21- Les clous sont présents dans 16 tombes d’enfants à Marti mais aussi dans les tombes d’adultes (21 occurrences !). Interprétés comme rituels par M. Almagro, beaucoup sont certainement plus fonctionnels. Un certain nombre appartiennent vraisemblablement à des cercueils de bois cloutés non identifiés à la fouille. Dans ce cas, le « dépôt » métallique perdrait évidemment sa fonction rituelle tout spécifiquement quand ces objets ne sont accompagnés d’aucun autre matériel comme par exemple la sépulture Inh.M111 ou quand la quantité est importante telles les tombes Inh.M20, Inh.M122 ou encore Inh.M134 !

22Les éléments du domaine personnel porté ou non (parure, objets de toilettes, vêtements) sont aussi très fréquents avec 32 occurrences dans les tombes d’enfants et bien plus dans les tombes d’adultes. Il convient de distinguer les éléments de parure (anneau, bague, bracelet, collier, collier de perles) largement présents dans 22 tombes d’enfants à Marti et Bonjoan et attestés dans les tombes d’adultes des quatre nécropoles ampuritaines, des autres catégories moins documentées. En effet, les objets rattachés à la toilette sont rares chez les enfants avec 2 cas avec spatule ou strigile (Inh.M15, Inh.M94) et bien plus présents chez les adultes. Moins rares et également distribués entre tombes d’enfants et d’adultes, on trouve les éléments qui se rattachent au vêtement, ici des fibules métalliques.6 exemples dans des tombes à Marti et Bonjoan.

23-Les monnaies sont rares, deux cas de dépôts sont répertoriés pour les enfants (Inh.M36, Inh.M96) et deux cas pour les adultes. Les espèces déterminées correspondent à un monnayage local ampuritain et une obole massaliète en argent. Nous avons donc le témoignage de l’obole à Charon, le nocher des Enfers, pratique bien connue dans le monde grec mais peu attestée en Méditerranée Nord Occidentale. Nous n’en avons retrouvé aucun exemple dans les nécropoles marseillaises.

24Ainsi, coquillages, osselets, terres cuites plastiques, vases à parfum en verre et poteries miniatures prédominent comme objets « spécialisés » dans les dépôts pour les tombes d’enfants. Mais il faut bien garder en mémoire la place majoritaire de la vaisselle céramique et des éléments de parure qui sont le plus fréquemment mis en œuvre dans les dernières attentions portées au jeune défunt avant la fermeture de la tombe.

25On ne peut bien sûr ignorer que certains objets « spécifiques « et non spécifiques » soient judicieusement associés et forment des lots particulièrement conséquents – riches ? – comme dans le cas des tombes Inh.M20, Inh.M84, Inh.M77 de la nécropole Marti (fig. 12).La composition globale d’un dépôt prend alors un sens individuel et social qu’il est difficile de juger à l’aune de l’absence de traces organiques dans la tombe ou de traces hors le sépulcre, qui ont échappées aux premiers acteurs d’une archéologie funéraire à Ampurias il y a plus de 60 ans comme encore aux méthodiques thanato-archéologues des fouilles plus récentes à Agde ou à Marseille.

Le dépôt de mobilier à Agde

26La mention d’absence de mobilier dans les tombes d’enfants de la nécropole du Peyrou ne peut être retenue comme une preuve de l’intentionnalité d’un non dépôt. Une publication complète de ce lot lèverait l’hypothèque d’une absence volontaire de mobilier d’accompagnement ou d’un manque d’information relatif à l’état de conservation des sépultures retrouvées. Le fouilleur précise clairement que dans le cas des inhumations d’adultes, certaines sont sans dépôt d’objet, d’autres se limitent à un seul objet céramique en offrande, soit un vase à parfum soit un « pichet » et d’autres se signalent par la présence d’une fibule portée attestant un vêtement (Nickels 1982, p. 277-278).

Le dépôt de mobilier à Marseille

27La nécropole de Sainte-Barbe avec 14 dépôts constitue le site de référence auquel s’ajoute le site de la rue Tapis-vert fouillé un demi-siècle plus tôt (fig. 13).Les catégories d’objets concernées par ces dépôts sont sensiblement les mêmes qu’à Ampurias. Nous les présenterons par ordre d’importance décroissante. On signalera la non intégration des clous dans la problématique, car bien déterminés sur ces sites comme des éléments de fixations de cercueils de bois ainsi que l’absence à Marseille d’astragale et monnaie en tombe à l’époque grecque. Il en sera autrement au Haut-Empire. Enfin, la constitution d’équipes de fouilles et de publications formées à la discipline de l’archéo-anthropologie a permis la détermination de cinq classes d’âge pour l’ensemble du gisement funéraire. Ces données apparaissent donc avec toute la précision nécessaire à l’exposé, tout en précisant d’ores et déjà la très forte sur représentation des 0-1 an. Comme pour les nécropoles d’Ampurias, nous ne manquerons pas de faire état de la présence des objets déposés pour les jeunes sujets accompagnant également des sujets d’adultes. Nous nous dispenserons de détailler les classes d’âge de ce groupe qui ont été dûment déterminées ainsi que la diagnose sexuelle.

Fig. 7. Carte de répartition des tombes d’enfants et dépôts d’objets dans la nécropole grecque de la rue Tapis-vert à Marseille (Infogr. M Moliner).

Fig. 7. Carte de répartition des tombes d’enfants et dépôts d’objets dans la nécropole grecque de la rue Tapis-vert à Marseille (Infogr. M Moliner).

En rouge tombes grecques, en vert tombes romaines. Losanges noirs : dépôts d’objets.

Fig. 8. Localisation de la tombe d’enfant dans l’enclos Nord de la Bourse à Marseille

Fig. 8. Localisation de la tombe d’enfant dans l’enclos Nord de la Bourse à Marseille

(Infogr. M. Moliner).

Fig. 9. Carte de répartition des tombes d’enfants et dépôts d’objets dans la nécropole grecque de Sainte-Barbe à Marseille

Fig. 9. Carte de répartition des tombes d’enfants et dépôts d’objets dans la nécropole grecque de Sainte-Barbe à Marseille

(Infogr. M Moliner).

Fig. 10. Tableau des occurrences de dépôt de mobilier à Ampurias, par ordre de distribution

AMPURIAS

Tombes enfants à dépôt

Occurrences dans les tombes d’enfants

Classe d’âge

Marti (42)

Bonjoan (12)

Mateu Granada (1)

Mobiliers spécifiques

Coquillage

12
+ 3 ad.

4
+ 7 ad.


1 ad.

M15, M20, M36, M50,
M52, M55, M77, M84,
M94, M113, M127, M134,
B18, B43, B50, B78

Inconnue

Osselet-Astragale

5
+ 3 ad.

2

M9, M15, M20, M90, M99,

B18, B56

Inconnue

Terre cuite

4
+ 1 ad. ( ?)

1

M20, M77, M85, M96,
B43

Inconnue

Verrerie (Vase sur noyau d’argile)

4

6


1 ad.

M73, M77, M84, M103,

B23, B38, B43, B55, B57,

B69

Inconnue

Céramique biberon

1

M85

Inconnue

Céramique vase miniature (coupelle)

1

1

M134

Mobiliers non spécifiques

Céramique

26 (+2)
+ 24 ad.

9 (+1)
+ 21 ad.

+ 5 ad.

Inconnue

(Unguentarium)

13 + 7 ad.

4 + 17 ad.

2 ad.

M5, M30, M31, M36 …

(Lécythe)

3 + 1 ad.

2 + 2 ad.

M15, M19, M77

(Lécythe arybal.)

8 + 4 ad.

1 ad.

M20, M23, M84, M90 …

(Cruche)

3 + 3 ad.

3 + 1 ad.

M36, M136, M138

(Bol)

1 + 1 ad.

3 + 4 ad.

M64

(Autres)

oui

oui

non

Clou

16
+7 ad.


13 ad


1 ad.

M5, M20, M30, M36, M51,
M55, M73, M75, M84,
M85, M90, M100, M105,
M111, M112, M114

Inconnue

Élément de parure (perle pâte de verre ou terre cuite)

12
+ 3 ad.


4 ad.

M5, M15, M20, M52, M73,
M77, M84, M94, M104,
M112, M113, M135

Inconnue

Élément de parure (anneau, bague, bracelet, collier)

10
+ 7 ad.

2
+ 12 ad.

1
5 ad.

M15, M30, M65, M77, M84, M94, M96, M135, M138,
B30, B55
G6

Toilette (trousse, strigile)

2
+ 1 ad.


4 ad.


2 ad.

M15, M94

Vêtement (fibule)

5
+ 2 ad.

1
+ 2 ad.


1 ad.

M15, M20, M58, M94,
M115, B55

Monnaie

2
+ 2 ad.

M36, M96

Inconnue

(M. Moliner).

Fig. 11. Ampurias, exemples d’objets spécifiques dans les tombes d’enfants

Fig. 11. Ampurias, exemples d’objets spécifiques dans les tombes d’enfants

1 : Coquillage cardium Inh.M15.
2 : Astragale Inh.B18. 5 : Biberon Inh.M85.
3 : Terre cuite Hermès ithyphallique Inh.M20.
4 : Unguentarium en verre polychrome sur noyau d’argile Inh.M84.
5 : Biberon Inh. M85
6 : Coupelle miniature Inh.M134.

(Infogr. M Moliner).

Les dépôts spécifiques

28Cinq catégories d’objets sont ici aussi classées en mobilier spécifique. La première, les coquillages est très largement dominante (fig. 14) et les suivantes quoique peu nombreuses numériquement n’en sont pas moins significatives (fig. 15).

Les coquillages

  • 20 L’exemplaire de Pecten maximus, ou coquille Saint-Jacques originaire d’Atlantique, dans la sépultur (...)

29Le dépôt intentionnel de coquillages n’est attesté avec certitude, valve(s) en position ouverte, que dans la nécropole de Sainte-Barbe avec 10 cas pour les 14 tombes d’enfants retenues et quelques-uns pour les adultes. C’est très largement le matériel le plus utilisé comme dépôt dans les tombes d’enfants. Des coquillages sont cependant signalés dans d’autres nécropoles marseillaises mais sans contexte précis. Comme pour Ampurias, il s’agit de valve unique pour les bicoques qui exclut une éventuelle offrande alimentaire20. On les retrouve pour toutes les classes d’âge mais ils sont plus fréquents dans les tombes de nouveau-nés (6 exemples). Trois dépôts multiples de 2 et 3 coquillages ont été retrouvés, par deux fois ils sont placés avec de jeunes enfants et non pas des nourrissons. Cependant une corrélation avec l’âge du défunt ne semble pas opportune. Sept tombes d’adultes connaissent également un dépôt de coquillage, par deux fois il s’agit de sépultures doubles avec un enfant auquel le dépôt semble destiné. Dans les 5 sépultures uniquement d’adultes, 3 dépôts de coquillages fragmentés ont été retrouvés brûlés parmi les restes de crémation, une offrande alimentaire est alors envisagée.

Les vases céramiques miniatures

30Ces céramiques de petite taille copiant des coupelles à anses retrouvées en 3 exemplaires qui ont été placées dans une sépulture double de périnatals (T115) et dans celle d’un jeune sujet de 1-4 ans (T57). En raison du très bas âge des individus, le dépôt comme objets personnels (jouets ?) de ces très jeunes morts ne semble pas pouvoir être envisagé. Il y a un dépôt de ce type dans une tombe d’adulte qui n’est donc pas exclusivement réservé aux enfants à Sainte-Barbe (T98), mais cet exemple est unique.

Fig. 12. Ampurias, nécropole Marti, tombe Inh.M77 (Almagro 1953 Fig. 54 et 55), planche recomposée et dessins mis à la même échelle.

Fig. 12. Ampurias, nécropole Marti, tombe Inh.M77 (Almagro 1953 Fig. 54 et 55), planche recomposée et dessins mis à la même échelle.

1 à 7 : Vases en pâte de verre sur noyau d’argile (3 aryballes, 2 unguentaria, 2 amphorisques). 8 : Anneau en bronze. 9 : Coquillage cardium edulis. 10 : Corail. 11 : Perle en pâte de verre polychrome. 12 à 14 : Terres cuites plastiques (personnage masculin à tunique, personnage couché tenant une colombe, suidé). 15 : Lécythe attique à figures noires.

Les vases céramiques de type biberon

  • 21 La terminologie utilisée pour décrire ces vases oscille entre « guttus, biberon, cruche à bec verse (...)

31Aucune tombe d’adulte n’a livré de vase céramique de type biberon. Deux sépultures de périnatal (T118) et d’un très jeune immature (T232) recelaient ce mobilier spécifique dont l’usage réservé à l’allaitement ne semble faire aucun doute21. On observera que l’un des vases est une importation italique et le second une production massaliète.

32Les deux catégories suivantes bien attestées à Ampurias ne sont présentes qu’en un seul cas à Marseille dans la nécropole de la rue Tapis-vert, associées une même tombe et réservées à un jeune enfant de 3-5 ans (Sarcophage S2).

La verrerie

33L’objet retrouvé fragmenté (à l’origine ?), un aryballe en verre sur noyau d’argile, est similaire aux exemplaires ampuritains. Comme pour d’autres objets issus de fouilles anciennes, des exemplaires sont connus dans les collections publiques à Marseille mais toujours avec une origine imprécise concernant le contexte de découverte funéraire.

Les terres cuites plastiques

34L’unique objet en terre cuite répertorié, un fragment (à nouveau) de plaque d’animal (l’arrière train d’un sphinx ?) est issu de la tombe S2 de la rue Tapis-vert. Pièce isolée à Marseille, elle constitue avec la verrerie ci-dessus une association remarquablement exceptionnelle, uniquement retrouvée dans une tombe enfant en sarcophage dont on signalera la rareté dans les nécropoles grecques marseillaises car présents uniquement sur ce site.

Fig. 13. Tableau des occurrences de dépôt de mobilier à Marseille, par importance de distribution (M. Moliner).

MARSEILLE

Tombes enfants à dépôt

Occurrences

Classe d’âge

Tapis-vert
(2)

Sainte-Barbe (13)

Mobiliers spécifiques

Coquillage

11
+ ad.

SB T16
SB T19
SB T57 (3)
SB T105
SB T106
SB T118
SB T132 (2)
SB T232
SB T305 (2)
SB T545

5-9 ans
0-1 an
1-4 ans
0-1 an
0-1 an
0-1 an
Immature jeune
Immature jeune
0-1 an
0-1 an

Céramique vase miniature

1

SB T57 (coupelle)

1-4 ans

Céramique biberon

2

SB T118
SB T232

0-1 an
Immature jeune

Verrerie

1

TV S2

« 3-5 ans »

(Vase sur noyau d’argile

Terre cuite

1

TV S2 (animal)

« 3-5 ans »

Mobiliers non spécifiques

Élément de parure, toilette, vêtement

1 + ad.

3
+ ad.

TV S6 (bracelet)
SB T16 (bracelet)

SB T57 (tige bronze)
SB T194 (spatule, strigile)

« Nouveau-né »
5-9 ans
1-4 ans
10-14 ans

Céramique vase à boire

Ad.

1
+ ad.

SB T36

0-1 an

Céramique vase à parfum

Ad.

1
+ ad.

SB T194 (2)

10-14 ans

Fig. 14. Marseille, nécropole de Sainte-Barbe, dépôts de coquillages aux pieds des défunts dans les tombes T57 et T105

Fig. 14. Marseille, nécropole de Sainte-Barbe, dépôts de coquillages aux pieds des défunts dans les tombes T57 et T105

(Cliché St. Bien-Fr. Cognard).

Fig. 15. Marseille, exemples d’objets spécifiques dans les tombes d’enfants de Sainte-Barbe n° 1 à 6 et Tapis-vert n° 7 et 8 (Infogr. M Moliner).

Fig. 15. Marseille, exemples d’objets spécifiques dans les tombes d’enfants de Sainte-Barbe n° 1 à 6 et Tapis-vert n° 7 et 8 (Infogr. M Moliner).

1 à 3 : Partie du dépôt T57 (coquillages acanthocardia echinata et coupelle miniature). 4 et 5 : Dépôt T232 (coquillage pecten jacobeus et biberon). 6 : Biberon T118. 7 et 8 : Dépôt S2 (aryballe en verre polychrome sur noyau d’argile, terre cuite animalière [sphinx ?]).

Les offrandes alimentaires

  • 22 Se reporter à l’étude du mobilier faunique de cette nécropole par H. Monchot, in Moliner et al. 200 (...)

35L’absence d’offrandes alimentaires pour les tombes d’enfants est à signaler, avec des réserves pour les traces végétales trop évanescentes, car 6 tombes d’adultes de la nécropole de Sainte-Barbe ont livré des restes sans ambiguïté comme par exemple des ossements animaux avec traces de découpes22.

Les dépôts non spécifiques

36Les éléments du domaine personnel porté ou non comme la parure, les objets de toilette sont présents dans 4 cas. Aucune trace d’éléments vestimentaires n’a été mise en évidence alors que c’est le cas pour les tombes d’adultes. 3 exemples de modeste parure sont répertoriés : un bracelet en bronze dans la nécropole de la rue Tapis-vert (nouveau-né S6) et deux bracelets fer et bronze à Sainte-Barbe (sujets de 1-4 ans et 5-9 ans).

  • 23 Se reporter à l’étude du petit mobilier de cette nécropole par L. Naggiar, in Moliner et al. 2003, (...)

37Un petit objet particulier retrouvé dans une tombe de périnatal (T254) est peut-être à placer dans cette catégorie en raison de son caractère « figuratif » si l’on admet l’identification proposée. En effet, en raison de sa configuration particulière, une petite plaque circulaire à boulettes rapportées, l’interprétation comme corymbe végétal a été proposée après que l’hypothèse de « gâteau funéraire » eut été envisagée23, la présence d’un trou de suspension plaidant pour une attribution à un élément de parure. On serait tenté de le rapprocher d’un objet similaire dessiné en 1834 mais perdu issu de la nécropole du bassin de Carénage que l’on place, comme celui-ci, parmi les éléments floraux de type corymbes connus dans les couronnes funéraires.

38Les objets de toilette présents dans quelques tombes d’adultes ne concernent ici qu’une seule sépulture dont le sujet est âgé de 10-14 ans (T194). Une spatule et un strigile (une trousse de toilette) sont associés à deux vases à parfum. Nous reviendrons en fin d’exposé sur l’ensemble de ce dépôt et sur l’individu de cette sépulture. Malgré un effectif réduit, on constate ainsi que toutes les classes d’âge accueillent ce type de dépôt très « personnel », objets portés par le défunt de son vivant, et sans doute sur la dépouille elle-même pour les bijoux, voire la trousse de toilette. Sept tombes adultes sont dotées d’éléments de parure et 4 d’instruments de toilettes avec 3 strigiles.

Les vases céramiques à boire

39Un seul cas dans la nécropole de Sainte-Barbe a été retrouvé dans une tombe de périnatal. Il s’agit d’une petite olpé, un vase à boire de petite dimension plus fréquemment attesté dans les tombes d’adultes à Sainte-Barbe et sans doute au bassin de Carénage où elles sont très nombreuses. Ces objets sont aussi associés à d’autres pièces céramiques chez les adultes où des pièces du service à boire sont attestées dans une dizaine de tombes.

Les vases céramiques à parfum

40Une seule occurrence pour les tombes d’enfants, la sépulture T194 mentionnée ci-dessus qui présente un unguentarium et un alabastre en terre cuite. Une dizaine de tombes d’adultes ou d’âge indéterminé à Sainte-Barbe, des tombes rue Tapis-vert, cours Julien, Saint-Mauront et bassin de Carénage ont livré de nombreux exemplaires en terre cuite ou en albâtre (absent à Sainte-Barbe). Ce type d’objet semble donc réservé à Marseille aux sépultures d’individus majeurs, (cf. 3.3. Un cas particulier : la T194 à Sainte-Barbe).

  • 24 Les données générales et la documentation graphique publiée ainsi que des documents inédits de la n (...)

41Dans le cas de la nécropole de Sainte-Barbe, la publication intégrale des données permet au lecteur de se référer aux détails des données présentées ici. Il nous a paru opportun d’en dresser ce bilan consacré aux tombes d’enfants telles que définies dans le programme EMA, associé à la nécropole de la rue Tapis-vert et à quelques découverts anciennes24. Si une véritable modestie voire une uniformité se dessine dans le répertoire des objets entrant dans la tombe des enfants, la nécropole de la rue Tapis-vert semble faire exception, ces derniers témoignent des comportements d’un groupe humain qui intègre l’enfant mort dans son espace sépulcral en y accordant une attention proche de celle accordée aux adultes évoquée par les artefacts retrouvés, c’est-à-dire des dépôts relativement fréquents (plus du tiers des sépultures) mais peu varié et limité en nombre d’objets (moins de deux objets en moyenne par tombe). Précédemment à cette présentation des objets accompagnant le jeune mort, nous avions démontré cette similitude de comportements dans les architectures funéraires mise en œuvre dans la nécropole de Sainte-Barbe (Moliner, à paraître) mais aussi dans les marqueurs aériens de cette nécropole grecque (Moliner 1994). Il est donc possible d’évoquer la représentativité de ces dépôts d’objets dans les tombes d’enfant et d’adultes et d’esquisser l’évolution de ces gestes au cours de la durée d’occupation de l’espace funéraire comprise entre la fin du ve s. et la première moitié du iie s. av. J. -C.

Représentativité des dépôts d’objets

42La démonstration est ici principalement axée sur à la nécropole de Sainte-Barbe qui offre un effectif statistiquement important avec mention des données, moins fréquentes mais dûment quantifiables de la nécropole de la rue Tapis-vert.

43Nous rappellerons cependant les données générales concernant l’ensemble des dépôts qui n’ont été retrouvés que dans 39 % du total des tombes de la nécropole grecque de Sainte-Barbe. Nous n’interrogeons donc qu’un peu plus du 1/3 des tombes de ce gisement funéraire pour tenter de d’expliquer les comportements à travers les artefacts matériels retrouvés dans 14 des 35 des tombes d’enfants comprises entre 0 et 14 ans soit dans seulement 15 % du total général de la nécropole !

Rapport des dépôts d’objets entre les tombes d’enfants et les tombes d’adultes

Répartition des catégories d’objets accompagnant le défunt par âge global

44-Pour la nécropole de Sainte-Barbe (fig. 16), on précisera que le groupe immature comprend toutes les classes d’âge entre 0-1 an et 15-19 ans, le graphique de répartition montre d’une part en nombre absolu une plus large pratique chez les adultes. Elle se traduit par une fréquence plus élevée d’objets céramiques répartis ici selon leur fonction utilitaire : Boire/Verser et Manger. Cet écart est encore plus marqué avec les dépôts d’offrandes alimentaires et les éléments de parure ou de toilette, largement usité chez les adultes. Il se confirme dans une moindre proportion avec les autres catégories de type funéraire ou offrandes diverses. Deux catégories « réservées » se dessinent, l’une uniquement retrouvée chez les adultes, des plaquettes lithiques à l’usage indéterminé, l’autre attestée dans les deux groupes d’âge mais très largement représentée chez les enfants, les coquillages.

45- Pour le site de la rue Tapis-vert, en dépit du nombre restreint d’occurrences, on constate que les dépôts sont différents pour les deux groupes d’âge. Dans les tombes d’adultes, ils consistent en des vases céramiques importés et des objets du domaine personnel, la toilette (strigile, vase à parfum) ou la parure telle une rosace de couronne ( ?). Dans les tombes d’enfants, deux dépôts sont connus : un bracelet qui témoigne à nouveau du domaine personnel et une association verre à noyau d’argile et terre cuite plastique, unique à Marseille. Une spécificité se dégage donc de ce constat où l’on remarquera la présence de pièces de belle facture qui ne sont pas sans rappeler les découvertes chronologiquement contemporaines du quartier Saint-Mauront en 1880, mais pour lesquelles aucune indication ostéologique n’est disponible, si ce n’est de constater le statut « adulte » des sujets concernés en raison des réceptacles funéraires utilisés.

Dénombrement du nombre d’objets par classes d’âge

46-La nécropole de Sainte-Barbe, en précisant le nombre d’objet déposé par tombe, permet de relativiser les inégalités entre les classes d’âge (fig. 17). Le taux moyen d’objets rapporté au total des tombes des différentes classes d’âges est proche de 0,3 pour tout le groupe « immature » (0-19 ans) et proche de 2 pour les adultes. Une tombe d’enfant sur trois reçoit donc un dépôt, ce ratio est bien mis en évidence pour les tombes de nouveau-nés très nombreuses, il n’est obtenu pour les autres classes d’âge qu’à partir de quelques cas à chaque fois. Nous n’avons donc là qu’une image incomplète des gestes pour les jeunes enfants ou adolescents qui ne peuvent être mis en corrélation avec les étapes de la vie sociale de ces futurs adultes. On observera que la classe d’âge des adultes âgés est celle dans laquelle le dépôt d’objet est le plus important.

47- À la rue Tapis-vert, 3 tombes d’adultes sur 4 et 2 tombes d’enfants sur 3 ont un dépôt. Cette petite nécropole semble mieux dotée que celle de Sainte-Barbe, mais si l’effectif très faible pose problème, les associations de mobiliers dans les tombes d’adultes comme d’enfants sont inédites. Composées de mobiliers de grande qualité, qui n’ont pas été retrouvés dans la nécropole de Sainte-Barbe plus au Nord, ces associations témoignent-elles de tombes socialement plus élevées comme leur emplacement, plus proche des remparts et de la porte orientale de la cité pourraient le suggérer ?

Rapport des dépôts d’offrandes et de parure par classe d’âge

48-Dans les tombes grecques de Sainte-Barbe, le graphique présenté fait apparaître la surreprésentation des tombes de périnatals et nourrissons (classe des 0-1 an) et des adultes (fig. 18). Les données pour les classes d’âge intermédiaires sont moins documentées. Cependant, force est de constater qu’en tous les cas se sont les mobiliers déposés en offrandes qui dominent tandis que les objets appartenant au domaine strictement personnel comme la parure sont présents mais moins fréquents. La similitude des dépôts est ici nettement marquée, les tombes d’enfants ne se distinguent pas des tombes d’adultes dans le choix des objets placés près du corps comme viatique dans l’Au-delà de ceux, sans doute plus intimes, portés par les défunts.

Fig. 16. Composition du dépôt funéraire par âge global de la nécropole grecque de Sainte-Barbe à Marseille

Fig. 16. Composition du dépôt funéraire par âge global de la nécropole grecque de Sainte-Barbe à Marseille

(Moliner et al. 2003, fig. 187).

Fig. 17. Nombre d’objets par classes d’âge de la nécropole grecque de SainteBarbe à Marseille

Fig. 17. Nombre d’objets par classes d’âge de la nécropole grecque de Sainte‑Barbe à Marseille

(Moliner et al. 2003, fig. 188).

Fig. 18. Nombre d’offrandes et de parure par classe d’âge de la nécropole grecque de Sainte-Barbe à Marseille

Fig. 18. Nombre d’offrandes et de parure par classe d’âge de la nécropole grecque de Sainte-Barbe à Marseille

(Moliner et al. 2003, fig. 186).

49-La nécropole de la rue Tapis-vert n’a livré qu’un dépôt de céramique en offrande, deux vases attiques associés à d’autres objets dans le sarcophage S3. Ces objets, comme ceux des autres dépôts des tombes d’adultes ou d’enfants, consistent tous en des éléments du domaine personnel, objets de parure (bracelets, rosaces) ou de toilette (strigiles, alabastres, vases à parfum) et une terre cuite plastique à décor de sphinx.

Éléments d’évolution chronologique

50L’approche diachronique ne peut être présentée que pour la nécropole de Sainte-Barbe dans laquelle nous avons distingué pour la nécropole grecque 3 phases chronologiques principales auxquelles succèderont plusieurs phases à l’époque romaine jusqu’à la fin du iie s.

  • 25 Phase 1 = -400/-300, phase 2 = -300/-200, phase 3 = -200/-150.Ce tableau publié en 2003 est actuali (...)

51La matrice périodisée des offrandes (fig. 19) présente la composition globale des dépôts par tombe hiérarchisée par classes d’âge croissantes par périodes successives25.

52- Le nombre équivalent de tombes (une douzaine) comportant un dépôt d’objet dans chaque phase témoigne directement de l’ancienneté et de la continuité des gestes pour l’ensemble de la population. Toutes les classes d’âge des enfants sont concernées à toutes les époques, même si le déficit de certaines classes, en particulier dans la phase ancienne, restitue une vision sans doute erronée de ces pratiques.

53- Le dénombrement des dépôts montre une progression globale de 31 % à la première phase, puis 42 % et enfin 48 % pour la dernière phase. Cette évolution est plus marquée dans les tombes d’enfants qui voient les dépôts augmenter de 20 % à 55 % et 62 %, c’est-à-dire attestés dans la dernière phase dans deux tombes sur trois.

Fig. 19. Matrice périodisée des offrandes de la nécropole grecque de SainteBarbe à Marseille

Tombes

Age

Céramiques

Alimentaires

Objets

Divers

Total

Phase 1 (-400/-300)

T118

Périnatal

1

1

2

T254

Périnatal

1

1

T132

Immature

2

2

T232

Immature

1

1

2

T56

Adulte jeune

1

1

T134

Adulte, immature

2

2

T47

Adulte

3

3

T257

Adulte

2

1

3

T245

Adulte

1

1

T235

Adulte

2

1

3

T247

Adulte âgé

2

1

1 ?

3

T252

Indét

1

1

Phase 2 (-300/-200)

T106

Périnatal

1

1

T545

Périnatal

1

1

T115

Périnataux

1

1

T105

Nourrisson

1

1

T57

1-4 ans

2

3

5

T57

1-4 ans

2

3

5

T134

Immature

2

2

T53

Adulte

2

2

T60

Adulte

2

2

T102

Adulte

1

2

3

T55

Adulte âgé

1

1

T198

Adulte âgé

1

1

2

T541

Indét.

1

1

T193

Indét.

2

2

Phase 3 (-200/-150)

0

T19

Périnatal

1

1

T305

Nourrisson

3

3

T36

Périnatal

1

1

T16

5-9 ans

1

1

T194

10-14 ans

2

2

4

T49

Adulte jeune

1

1

T41

Adulte

1

1

2

T43

Adulte

1

1

T96

Adulte

2

2

T97

Adulte

1

1

T98

Adulte âgé

2

1

3

T99

Indét.

1

1

T547

Indét.

1

1

T278

Indét.

1

1

Total

36

7

32

1

76

(Moliner et al. 2003, fig. 164).

54-La nature même des dépôts varie dans le temps, tout en remarquant l’absence de dépôts alimentaires à toutes époques pour les enfants et l’omniprésence des dépôts céramiques pour tous les âges. Nous constatons, que si dans la première phase le dépôt de petits objets n’appartenant pas aux deux catégories précédentes est présent chez les enfants comme les adultes, ces derniers voient leur sépulture de moins en moins dotée de ce type de mobilier, un seul cas en phase 3. En phase 2, ces petits objets sont alors très présents dans les tombes d’enfants.

Un cas particulier : la T194 à Sainte-Barbe

55Nous avons évoqué la composition du dépôt d’objet de cette sépulture, dont l’individu est âgé entre 10 et 14 ans par l’étude d’anthropologie biologique, qui a mis évidence une bonne représentativité des restes prélevés sur le bûcher. Une trousse de toilette composée d’une spatule en bronze et d’un strigile en fer sont associés à un unguentarium et un alabastre en céramique. Le strigile était déposé sur le comblement du réceptacle funéraire qui contenait les cendres du défunt. Ce dépôt d’objet était donc destiné à un sujet incinéré dont l’âge biologique nous a conduit à le présenter dans notre exposé, mais dont le traitement du corps (crémation secondaire) et la spécificité des objets (strigile et vase à parfum) accompagnant le défunt correspond plus au dépôt destiné à un adulte qu’à des offrandes pour enfant. Nous sommes vraisemblablement en présence d’un cas où l’âge biologique ne correspond pas à l’âge social du défunt qui est entré dans le monde des adultes entre la 10e et 14e année, mais qu’il n’est pas possible de préciser plus exactement en raison de la fragmentation des restes incinérés déposés dans l’urne, représentant cependant un poids total de 578 gr.

Conclusion

  • 26 Nous renvoyons à nouveau le lecteur vers la publication d’É. Gailledrat (1995) pour l’approche géné (...)

56Ainsi, en dépit d’un traitement de « terrain » et de modalités d’études très différentes, les nécropolesd’Ampurias et les nécropoles majeures de Marseille (Tapis-vert et Sainte-Barbe) intégralement publiées autorisent des éléments de comparaison grâce à un corpus important26. Nous retiendrons à partir de la monographie de M. Almagro que l’effectif ampuritain, avec 98 enfants pour près de 300 tombes grecques, est le double de l’effectif marseillais avec 39 enfants pour 145 tombes. Or, la représentation de ce groupe d’âge « enfant », en l’absence de classes d’âge à Ampurias, est identique pour les deux cités, près du tiers de la population enterrée, qui restitue une démographie assez proche des taux de mortalité infantile des sociétés anciennes, tout particulièrement pour la nécropole grecque de Sainte-Barbe (Moliner et al. 2003). On signalera la répartition topographique des sépultures d’enfants, même si les périnatals font en partie défaut, dans l’ensemble de l’espace funéraire de la nécropole Marti à Ampurias. Une distribution spatiale analogue est certaine dans la nécropole Sainte-Barbe à Marseille, même si le versant occidental du vallon où l’aire sépulcrale est mise en place est plus occupé en particulier par les sépultures de nouveau-nés très bien représentés ici. Les dépôts dans les tombes d’enfants sont très présents même s’ils sont plus importants à Ampurias qu’à Marseille, 56 % pour 40 %. On notera le « rapprochement » entre Agde et cette dernière avec un recours fréquent à l’amphore funéraire mais sans aucun dépôt d’objet (Dedet 2008, p. 328). La variété des dépôts, en particulier dans la composition des lots, association de mobilier et quantité de pièces déposées, est plus importante à Ampurias qu’à Marseille, mais nous sommes loin de certains riches dépôts d’autres cités grecques. De tels comportements sont aussi marqués pour les tombes d’adultes. Ces gestes mesurés envers les jeunes et moins jeunes défunts sont-ils une illustration de l’austérité ionienne célébrée dans Massalia ? Sans doute et c’est dans la cité phocéenne que l’on peut discerner l’évolution de ces pratiques envers la population enterrée dans le détail des classes d’âge, ceci entre les IVe et IIe siècles av. J.-C. En ne prenant pas en compte les éventuels caractères discriminants des objets pour la détermination sexuée du jeune défunt, hormis la petite fille de la tombe à la poupée (Inh.M85), ceci en raison de démonstrations encore sujettes à discussion, ce sont des données non négligeables qui nous échappent quant à la place des petits garçons et des petites filles dans cette perception des sociétés antiques que nous propose le monde des morts.

Bibliographie

Almagro 1953 : ALMAGRO (M.) – Las Necropolis de Ampurias. vol. 1 : Introduccion y necropolis griegas. Barcelone, Seix y Barral, 1953 (Monografiás ampuritanas 3).

Bertucchi 1992 : BERTUCCHI (G.) – Nécropoles et terrasses funéraires à l’époque grecque. Bilan sommaire des recherches. In : Bats (M.), Bertucchi G., Congès (G.), Tréziny (H.) et coll., Marseille Grecque et la Gaule. Actes du Colloque international d’Histoire et d’Archéologie et du Ve Congrès archéologique de Gaule méridionale. Aix-en-Provence et Lattes, ADAM, Université de Provence, 1992 (Etudes Massaliètes, 3), p. 123-137.

Chabot, Féraud 1959 : CHABOT (L.), FÉRAUD (J.) – La nécropole de la rue Tapis-Vert à Marseille. CahLig, 8, 1959, pp. 63-86.

Dedet 2008 : DEDET (B.) – Les enfants dans la société protohistorique : l’exemple du Sud de la. France. Rome, École française de Rome, 2008.

EMA II : NENNA (M.-D.) – L’Enfant et la mort dans l’Antiquité II. Types de tombes et traitement des corps des enfants dans l’Antiquité gréco-romaine. Actes du colloque d’Alexandrie 12-14 novembre 2009. À paraître.

Feugère 1989 : FEUGERE (M.) – Les vases en verre sur noyau d’argile en Méditerranée nord occidentale. In : Feugère (M.) dir., Le verre préromain en Europe occidentale. Montagnac, Ed. Monique Mergoil, 1989, p. 29-62.

Gailledrat 1995 : GAILLEDRAT (É.) – Grecs et Ibères dans la nécropole d’Ampurias (VIe-IIe siècles av. J.-C.). Mélanges de la Casa de Velazquez, 31-1, 1995, p. 31-54.

Moliner 1994 : MOLINER (M.) – Dispositifs de couverture et de signalisation dans la nécropole grecque de Sainte-Barbe à Marseille. In : Les sépultures protohistoriques dans le Midi de la France. Couvertures et dispositifs de signalisations. DAM, 17, 1994, p. 74-92.

Moliner 1999 : MOLINER (M.) – Données nouvelles sur la nécropole de la rue Tapis-vert. In : A. Hesnard, M. Moliner, F. Conche, M. Bouiron, Parcours de Ville. Marseille : 10 ans d’archéologie, 2600 ans d’Histoire. Aix-en-Povence et Marseille, Édisud et Musées de Marseille, 1999, p. 21-22 et 164.

Moliner 2001 : MOLINER (M.) – Les nécropoles grecques et romaines de Marseille. In : Bouiron (M.), Tréziny (H.), Marseille, trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René. Actes du colloque international de Marseille 1999. Aix-en-Provence, Édisud, 2001 (Etudes Massaliètes, 7), p. 337-354.

Moliner 2003 : MOLINER (M.) – La démographie de la nécropole antique de Sainte-Barbe à Marseille : un cas de normalité ? In : Gourevitch (D.), Morin (A.), Rouquet (N.) dir., Maternité et petite enfance dans l’Antiquité romaine. Catalogue de l’exposition Bourges, Muséum d’histoire naturelle 6 novembre 2003-28 mars 2004, Bourges, Éditions de la ville de Bourges, 2003, p. 116-119 et notice 20 p. 130.

Moliner 2006 : MOLINER (M.) – La basilique paléochrétienne de la rue Malaval à Marseille. Gallia, 63, 2006, p. 131-136.

Moliner 2009 : MOLINER (M.) – Archéologie funéraire à Marseille, l’apport des fouilles récentes des nécropoles de Sainte-Barbe et Malaval (ve s. av. J.-C-vie s. ap. J.-C.). In : Delestre (X.), Marchesi (H.) dir., Archéologies des rivages méditerranéens : 50 ans de recherches. Actes du colloqued’Arles (Bouches-du-Rhône) 28-30 octobre 2009. Arles, éditions Errance et Ministère de la Culture et de la Communication, 2010 p. 427-438.

Moliner 2010 : MOLINER (M.) – Note d’information sur les fouilles de la rue Malaval à Marseille. CRAI, 2010, p. 1247-1264.

Moliner à paraître : MOLINER (M.) – La typologie des tombes d’enfant et le traitement des corps dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. In : EMA II, à paraître.

Moliner et al. 2003 : MOLINER (M.), MELLINAND (P.), NAGGIAR (L.), RICHIER (A.), VILLEMEUR (I.) et coll. – La nécropole de Sainte-Barbe à Marseille (ive s. av. J.-C. - IIe s. ap. J.-C.). Aix-en-Provence, ÉdiSud, 2003 (Études massaliètes, 8).

Nickels 1982 : NICKELS (A.) – Agde grecque : les recherches récentes. La Parola del Passato, 204-207, 1982, p. 269-280.

Nickels 1989 : NICKELS (A.) – Agde, la nécropole du Premier Age du Fer. Paris, CNRS, 1989 (RAN Suppl. 19).

Papaikonomou 2008 : PAPAIKONOMOU (I.-D.) – Enfance et identité sexuée dans les cités grecques. In : Gusi (F.), Muriel (S.), Olària (C.) dir., Nasciturus : infans, puerulus, vobis mater terra. La muerte en la infancia, Castellon, Servei d’Investigacions Arquelògiques i Prehistòriques, 2008, p. 673-700.

Rothé, Tréziny 2005 : ROTHÉ (M.-P.), TRÉZINY (H.) éd. – Carte archéologique de la Gaule 13/3 - Marseille et ses alentours. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2005.

Notes

1 Principales sources bibliographiques : Ampurias : Almagro 1953 ; Agde : Nickels 1982, 1989 ; Marseille : Moliner et al. 2003 ; Rothé, Tréziny 2005.

2 Présentation dans l’ordre des publications des ensembles funéraires.

3 Une sous-représentation des sépultures de jeunes sujets est certaine pour les fouilles anciennes qui n’apparaissent souvent qu’en raison de la présence d’objets près des ossements ou de réceptacles funéraires appropriés tels la dimension des fosses, les sarcophages de petite taille ou les amphores, bien que des contre-exemples soient certains comme des fosses ou réceptacles exigus ou surdimensionnés !

4 Quatre nécropoles ont été fouillées dans les années cinquante et publiées en 1953 (Almagro 1953), complétées avec les données des découvertes récentes (Gailledrat 1995).

5 Les données présentées ne prennent en compte que les informations publiées dans l’ouvrage de 1953. Nous référençons dans le texte les sépultures à l’identique de la publication qui catalogue les inhumations puis les incinérations en numérotation continue : ex. Inh.M77 pour inhumation Marti n° 77, Inc. B3 pour incinération Bonjoan n° 3.

6 Un seul exemplaire recelait des ossements adultes : la sépulture à inhumation de la nécropole Marti (Inh.M115) avec amphore complète longue de 88cm recelant des restes humains de 1,60 m ( ?).

7 Il en est de même pour le décompte des sépultures d’adultes, 74 inhumations sont certaines à partir des critères retenus pour cet exposé mais 67 tombes sans indication « exploitable », cependant non répertoriées comme crémation, ne permettent pas de définir le groupe d’âge du sujet, lorsqu’il est présent !

8 Nécropole du Peyrou, fouillée en 1977-78 et publiée en 1989 (Nickels 1989). Les tombes d’enfants sont signalées dans un article antérieur (Nickels 1982).

9 Nous renvoyons le lecteur aux notices sur les sites funéraires que nous avons publiées dans la Carte archéologique de Marseille (Rothé, Tréziny 2005).

10 On rappellera l’absence récurrente de découvertes de tombes d’époque archaïque pour Marseille en dépit de fouilles répétées en particulier ces vingt dernières années tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du ou des périmètres restitués de la cité massaliète, de la période archaïque à son extension maximale de près de 50 hectares dans sa fortification du iie s. av. J. -C.

11 Nous avons tenu à rendre hommage à ce haut personnage de l’archéologie provençale et marseillaise décédé en 2010, véritable précurseur en archéologie funéraire (Moliner 2009).

12 Grâce à l’obligeance de L. Chabot, dans le cadre de l’occasion de l’exposition « Parcours de ville » présentée au musée d’Histoire de Marseille en 1999, nous avons pu reprendre les données de fouilles dont le plan ci-joint est extrait (Moliner 1999, p. 164).

13 La tombe T7 est l’unique inhumation des deux enclos qui ont livré des dépôts de crémation non étudiés dans des vases de facture et d’importations diverses dont de belles productions attiques et un vase chypriote.

14 À l’instar de la relecture des fouilles de la rue Tapis-vert, nous avons repris le dossier de la fouille des enclos funéraires avec le soutien du fouilleur, G. Bertucchi, que nous tenons à remercier pour la confiance qu’il nous a accordée. Le plan présenté est extrait de notre communication « Les nécropoles grecques et romaines de Massalia, pratiques et topographie funéraire » présentée au colloque de Rhodes en juin 2000 (International symposium : Burial practices and tradition of the Mediterranean from 1100 b.c. to a.c. 400) dont les actes ne sont pas parus.

15 Les études anthropologiques ont été conduites sur le terrain par A. Richier (archéo-anthropologue, Inrap), associée pour la publication à I. Villemeur (archéo-anthropologue, Inrap).

16 Les tombes d’enfants ne représenteront que 14,6 % de l’effectif de la nécropole impériale, forte cependant de 436 tombes.

17 La détermination comme « tombe d’enfant ou tombe d’adulte » à partir des critères signalés auparavant exclut les tombes à inhumation sans mention précise nous renseignant à ce jour sur l’âge du mort (hors crémations). Parmi les 60 cas comptabilisés, certains dotés de dépôts remarquables sont susceptibles d’intégrer un décompte de sépultures infantiles repris selon d’autres critères.

18 Nous nous permettons de signaler à ce titre que dans l’éventualité d’une telle fonction « funéraire » un dessin de l’intérieur de la valve s’imposerait, quoique moins lisible que l’extérieur du coquillage, cette présentation répondrait plus à l’usage de l’objet dans la tombe. Ainsi, les reproductions de coquillages des nécropoles d’Ampurias comme de Marseille (Sainte-Barbe) demanderaient à être accompagnées d’un dessin ou d’un cliché présentant l’autre face. C’est le cas pour la nécropole de Sainte-Barbe sur les clichés de fouille publiés avec le coquillage en position originelle, valve ouverte.

19 L’intégralité des objets de ce type à Ampurias a fait l’objet d’une étude typo-chronologique détaillée (Feugère 1989, p. 29-62). L’auteur y démontre la place déterminante d’Ampurias dans la diffusion de ces vases à parfums.

20 L’exemplaire de Pecten maximus, ou coquille Saint-Jacques originaire d’Atlantique, dans la sépulture T105 démontre un dépôt symbolique et non pas « consommé ». Se reporter à l’étude des coquillages de cette fouille par N. Weydert, in Moliner et al. 2003, p. 183-185.

21 La terminologie utilisée pour décrire ces vases oscille entre « guttus, biberon, cruche à bec verseur, cruche à filtre, vase à bec, vase à embouchure… ». La fonction même d’ustensile à allaitement pour les jeunes enfants non sevrés est discutée bien que des analyses aient parfois confirmé la présence de lait.

22 Se reporter à l’étude du mobilier faunique de cette nécropole par H. Monchot, in Moliner et al. 2003, p. 181-183.

23 Se reporter à l’étude du petit mobilier de cette nécropole par L. Naggiar, in Moliner et al. 2003, p. 158-166 et p. 186-191.

24 Les données générales et la documentation graphique publiée ainsi que des documents inédits de la nécropole de Sainte-Barbe ont été incorporés dans la base de données de l’ANR « l’Enfant et la mort dans l’Antiquité ». L’intégration des données des autres fouilles de nécropoles antiques de Marseille est en préparation. Nous signalons, comme prolongement de la réflexion sur le sujet, la fouille et la publication en préparation d’une centaine de sépultures d’enfants pour la période paléochrétienne (ve-vie s.) mises au jour sur les fouilles de la basilique funéraire de la rue Malaval à Marseille (Moliner 2006, Moliner 2010).

25 Phase 1 = -400/-300, phase 2 = -300/-200, phase 3 = -200/-150.Ce tableau publié en 2003 est actualisé.

26 Nous renvoyons à nouveau le lecteur vers la publication d’É. Gailledrat (1995) pour l’approche générale actualisée des nécropoles d’Ampurias avec entre autre la question adultes/enfants qui« met en évidence un certain nombre de phénomènes d’évolution ».

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de localisation des sites mentionnés
Crédits (Infogr. M. Moliner).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1369/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 2. Carte de répartition des tombes d’enfants des nécropoles grecques d’Ampurias
Légende Fond de plan Almagro 1953 p. 15. (infogr. M. Moliner) 1 Marti, 2 Bonjoan, 3 Granada, 4 Mateu, 5 Parking, 6 Portixol.En gris : nécropoles indigènes, rouge : nécropoles grecques, vert : nécropoles romaines, bleu : nécropoles paléochrétiennes. Carrés noirs : tombes d’enfants.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1369/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 4. Ampurias nécropole Marti, tombe en fosse Inh.M77
Crédits (Almagro 1953 pl. II).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1369/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 5. Carte de localisation de la nécropole du Peyrou à Agde, Nickels 1989.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1369/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Fig. 6. Carte de répartition des tombes d’enfants des nécropoles grecques de Marseille (Infogr. M. Moliner).
Légende Carrés noirs : tombes d’enfants.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1369/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 7. Carte de répartition des tombes d’enfants et dépôts d’objets dans la nécropole grecque de la rue Tapis-vert à Marseille (Infogr. M Moliner).
Légende En rouge tombes grecques, en vert tombes romaines. Losanges noirs : dépôts d’objets.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1369/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 8. Localisation de la tombe d’enfant dans l’enclos Nord de la Bourse à Marseille
Crédits (Infogr. M. Moliner).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1369/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 9. Carte de répartition des tombes d’enfants et dépôts d’objets dans la nécropole grecque de Sainte-Barbe à Marseille
Crédits (Infogr. M Moliner).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1369/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 11. Ampurias, exemples d’objets spécifiques dans les tombes d’enfants
Légende 1 : Coquillage cardium Inh.M15.2 : Astragale Inh.B18. 5 : Biberon Inh.M85.3 : Terre cuite Hermès ithyphallique Inh.M20.4 : Unguentarium en verre polychrome sur noyau d’argile Inh.M84.5 : Biberon Inh. M856 : Coupelle miniature Inh.M134.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1369/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 12. Ampurias, nécropole Marti, tombe Inh.M77 (Almagro 1953 Fig. 54 et 55), planche recomposée et dessins mis à la même échelle.
Légende 1 à 7 : Vases en pâte de verre sur noyau d’argile (3 aryballes, 2 unguentaria, 2 amphorisques). 8 : Anneau en bronze. 9 : Coquillage cardium edulis. 10 : Corail. 11 : Perle en pâte de verre polychrome. 12 à 14 : Terres cuites plastiques (personnage masculin à tunique, personnage couché tenant une colombe, suidé). 15 : Lécythe attique à figures noires.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1369/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 14. Marseille, nécropole de Sainte-Barbe, dépôts de coquillages aux pieds des défunts dans les tombes T57 et T105
Crédits (Cliché St. Bien-Fr. Cognard).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1369/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 15. Marseille, exemples d’objets spécifiques dans les tombes d’enfants de Sainte-Barbe n° 1 à 6 et Tapis-vert n° 7 et 8 (Infogr. M Moliner).
Légende 1 à 3 : Partie du dépôt T57 (coquillages acanthocardia echinata et coupelle miniature). 4 et 5 : Dépôt T232 (coquillage pecten jacobeus et biberon). 6 : Biberon T118. 7 et 8 : Dépôt S2 (aryballe en verre polychrome sur noyau d’argile, terre cuite animalière [sphinx ?]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1369/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Fig. 16. Composition du dépôt funéraire par âge global de la nécropole grecque de Sainte-Barbe à Marseille
Crédits (Moliner et al. 2003, fig. 187).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1369/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 17. Nombre d’objets par classes d’âge de la nécropole grecque de Sainte‑Barbe à Marseille
Crédits (Moliner et al. 2003, fig. 188).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1369/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 18. Nombre d’offrandes et de parure par classe d’âge de la nécropole grecque de Sainte-Barbe à Marseille
Crédits (Moliner et al. 2003, fig. 186).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1369/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 476k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access