Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants

 | 
Antoine Hermary
, 
Céline Dubois

Gaule

Mobilier funéraire et statut des enfants dans le monde indigène protohistorique du Sud de la France

Bernard Dedet

Résumé

This study concerns the indigenous population of Languedoc and Provence, and is based on the study of the mortal remains of more than 450 children of less than 15 years, whose age at death can be anthropologically determined with reasonable confidence. The funeral practices associated with them are not only distinguishable from those of adolescents and adults, but also vary considerably between infantile age-classes. These differences are particularly perceptible in grave-goods and in other aspects of deposition such as the location and form of the burial, and allow different stages in the role of children in society to be discerned. Foetuses and neonates, as well as some infants and 1-6 month children, who have not yet been admitted into village society, are buried without accompanying objects. Infants of between 6 and 12 months are buried with only a few objects, probably with prophylactic connotations. Children aged 1-6 are treated more like adults, but the items deposited are usually fewer, and if they have a sexual connotation, they are related to the female world; this probably reflects an initial stage of education by women in households that did not differentiate between boys and girls. Burials of children in the 7-14 age-group exhibit a consistent symbolic transformation; almost as many of them contain items considered masculine as feminine, indicative of specific education according to sex; in two cases, items in burials of elder male children reflect aspects beyond the scope of daily life, namely war and feasting. Childhood seems to stop at around 15 years of age, after which the material associated with adolescents is no different from that found with adults.

Texte intégral

1Dans le Sud de la France, du Toulousain et des Pyrénées centrales aux Alpes méridionales en passant par le Languedoc, le Sud du Massif central et la Provence, du Bronze final IIIb à la fin du second Âge du Fer, soit en gros le dernier millénaire av. J.-C., la documentation issue de l’archéologie funéraire est abondante. Pour le monde indigène de ce vaste territoire, en excluant donc les colonies grecques du littoral, environ 3300 tombes sont actuellement bien connues, qu’il s’agisse du traitement du corps et de ses restes, de la forme de la sépulture et de la composition du matériel d’accompagnement, mais aussi, grâce aux études d’anthropologie physique, l’âge au décès des défunts et, pour les adultes, le sexe. Dans ce lot on comptabilise plus de 540 enfants de moins de 15 ans qui prennent place, selon l’âge au décès, dans les habitats ou dans les nécropoles (fig. 1 et 3). Pour la grande majorité d’entre eux cet âge peut être précisé et donc 451 à 456 de ces jeunes morts peuvent être regroupés en quatre grandes catégories :

  • fœtus, prématurés et sujets périnatals : 150 à 153 individus,

  • nourrissons de 1 à 12 mois : 28 à 30 individus,

  • jeunes enfants de 1 à 6 ans : 172 individus,

  • grands enfants de 7 à 14 ans : 101 individus.

2Dans les sépultures de cette région, les adolescents, les 15-19 ans, sont traités de la même manière que les adultes. L’enfance paraît donc cesser vers 15 ans si l’on en croit les pratiques funéraires de ce monde indigène, la maturité sociale ne correspondant pas à la maturité biologique.

  • 1 Il s’agit des nécropoles du Frau à Cazals, Tarn-et-Garonne), du Grand-Bassin I à Mailhac, Aude (Len (...)

3Notre propos est ici spécialement consacré aux objets que l’on place, ou non, dans ces tombes d’enfants – puisque tel est le sujet de ce colloque –, aux différences que l’on perçoit en fonction de l’âge au décès et aux interprétations qui en découlent. Mais, bien entendu, d’autres aspects des usages funéraires concourent à ces changements et on ne pourra pas ne pas les évoquer. Cette étude repose sur un travail d’ensemble élaboré entre 2003 et 2006, dont le corpus documentaire a été arrêté à la fin de 2004 et dans lequel figurent le détail des données et les références (Dedet 2008). Mais c’est aussi l’occasion de compléter cette synthèse en y intégrant les découvertes effectuées ou publiées depuis, concernant quatre nécropoles et deux habitats de cette région1.

  • 2 L’ampleur du corpus disponible dans cette région doit beaucoup à l’action d’Henri Duday et à son en (...)

4Le plan adopté suivra naturellement la progression des classes d’âges, mais auparavant il convient de préciser quelques points de méthode2.

Précisions méthodologiques

5La détermination de l’âge au décès des enfants est fondée sur le stade de maturation des dents et des os. Pour les sujets les plus jeunes, fœtus et nouveau-nés, deux types de critères sont utilisés. D’une part le degré de calcification des germes dentaires, et sont habituellement retenues en ce domaine les données de référence publiées par D.H. Ubelaker (Ubelaker 1978), qui tiennent compte de la variabilité individuelle. De leur côté, les os permettent l’estimation de la stature du corps. À l’aide des dimensions prises sur la plupart des os mesurables, on peut calculer la stature de chaque individu à partir des équations établies par I. GY. Fazekas et F. Kósa, et, à partir de celle-ci, l’âge au décès, calculé en mois lunaires de 28 jours pour la période de vie intra-utérine et la naissance (Fazekas, Kósa 1978).

6Au-delà des premières semaines de l’existence et jusque vers 14 ans, c’est le développement de la dentition qui constitue le critère le plus important pour estimer l’âge (éruption et minéralisation des différentes dents, déciduales et définitives). Là encore on utilise généralement les schémas fournis par Ubelaker (1978) et ceux de C.F.A. Moorrees, E.A. Fanning et E.E. Hunt (Moorrees, Fanning, Hunt 1963a ; 1963b). On fait également entrer en ligne de compte, surtout pour les enfants les plus âgés, des critères d’ossification des os : l’apparition des points épiphysaires et complémentaires, et la soudure de ces points à la diaphyse ou au corps de l’os (Ferembach, Schwidetzky, Stloukal 1979). À partir de 15 ans, si le développement des dents donne encore quelques indices, c’est surtout le degré de soudure des épiphyses à la diaphyse des os longs qui permet d’apprécier l’âge des individus.

7La précision de l’appréciation de l’âge au décès n’est évidemment pas la même depuis la gestation in utero jusqu’à la fin de l’adolescence. Pour les fœtus, prématurés et nouveau-nés, elle est de l’ordre du demi-mois lunaire. D’après le stade de calcification et d’éruption dentaires, Ubelaker propose une variation de 3 mois pour les nourrissons, 8 mois pour les enfants de deux ans, 12 mois pour ceux de quatre ans, 24 mois pour les six ans et 30 mois pour les dix ans. L’ossification des os est moins précise, mais les croisements avec les données fournies par la dentition peuvent se révéler profitables. Par ailleurs, l’appréciation de l’âge ne peut avoir souvent la même précision selon que le cadavre a été incinéré ou non. Très fragmentés et déformés par la chaleur, les os brûlés sont évidemment plus difficiles à identifier que les os non incinérés et les critères permettant d’indiquer l’âge sont moins apparents ou moins précis. Les dents en particulier, et notamment l’émail des couronnes, résistent très mal au feu.

8La détermination du sexe des jeunes individus à partir de mesures ou de critères morphologiques a fait l’objet de diverses tentatives, mais reste actuellement un problème non résolu (Duday, Laubenheimer, Tillier 1995, p. 75-76). Pour cette raison, et malgré l’intérêt qu’il y aurait sur le plan culturel à connaître le sexe « biologique » de ces très jeunes morts et à savoir s’il existait une sélection en ce domaine, nous avons préféré renoncer à tenter toute diagnose sexuelle. Et quand nous évoquons la « consonance » ou la « symbolique » sexuelle de certains objets, c’est par rapport à un référentiel constitué à partir des adultes, et en particulier de ceux, surtout des inhumés, dont le sexe « biologique » a pu être déterminé (Dedet 2008, p. 371-381).

Les fœtus, prématurés et sujets périnatals

  • 3 Ici comme dans la suite, la localisation des tombes signalées et leurs références bibliographiques (...)

9Quelques rares sujets prématurés ou périnatals ont été découverts dans plusieurs nécropoles du Languedoc et du Sud du Massif central : Gourjade (tombe 3), le Moulin de Mailhac (tombes 74, 253 et peut-être 285) et Bel-Air (tombe 19) au Bronze final IIIb et à la transition Bronze - Fer, le Peyrou d’Agde (tombes 10 et 185), le tumulus 7 de Viols-le-Fort et le tumulus de Pomeyrol au viie s. av. J.-C., le Frau (tombe 44 C) et las Peyros (tombe 3) au vie s. av. J.-C.3. Les restes de ces défunts sont toujours découverts dans la sépulture d’un adulte, sans doute une femme morte enceinte ou en couches car les objets présents ont le plus souvent une connotation féminine. On ne peut dès lors considérer que ce mobilier ait été déposé à l’intention de ces enfants en gestation.

  • 4 Le faible nombre de tels sujets, voire leur absence même, sur plusieurs habitats fouillés cependant (...)

10En fait, la très grande majorité des 150 à 153 individus connus pour cette classe d’âge sont inhumés dans les villages, à l’intérieur de la sphère domestique, dans les habitations ou les cours dépendant de ces maisons4 (fig. 1). Et le plus signifiant pour le sujet qui nous intéresse, c’est qu’ils ne sont accompagnés d’aucun objet (fig. 2). Cette coutume est en usage durant tout l’Âge du Fer en Provence (Baou de Saint-Marcel, Saint-Blaise, Roquepertuse, Entremont), dans le Sud du Massif central (Puech de Mus, Roc de l’Aigle), en Languedoc (Pech-Maho, Cayla de Mailhac, Montlaurès, Ensérune, la Monédière, la Ramasse, les Gardies, Lattara, Gailhan, la Jouffe, Plan de Lavol, Vié-Cioutat, Castelvielh, la Liquière, Roque de Viou, Mauressip, Nages, le Marduel, Nîmes, Mas Saint-Jean, les Barbes-et-Fon-Danis et peut-être Ambrussum) et en Roussillon (Ruscino, Port de Salses). Seuls y dérogent parfois les habitants de Pech-Maho où, dans deux cas, un objet ou des restes d’animaux prennent place dans la fosse du petit défunt. Mais cette agglomération du sud de l’Aude est aux confins du domaine ibérique où de tels dépôts sont parfois attestés.

11Cette absence, quasi générale donc, de tout objet personnel pouvant marquer l’individualité du défunt, de toute pièce à valeur prophylactique, de tout élément pouvant servir à une offrande ou à une libation à une divinité, comme aussi l’absence d’emmaillotement et l’ensevelissement dans la maison, montre que l’on a affaire à des êtres sans importance, hors de l’humanité, encore sauvages en quelque sorte, des êtres pas encore admis dans la société villageoise et qu’il est inutile de protéger. Ce manque de tout accompagnement prend toute sa valeur par rapport à la classe suivante.

Les nourrissons de 1 à 12 mois

12Les nourrissons actuellement attestés sont peu nombreux. Une douzaine pour les deux âges du Fer est reconnue en habitat, dans les mêmes régions que les précédents, du Roussillon aux Préalpes (Ruscino, Lattara, Gailhan, l’Ermitage d’Alès, le Marduel, le Puech de Mus, Bourbousson et Sainte-Colombe) (fig. 1). Une quinzaine figurent aussi dans des nécropoles, du Bronze final IIIb au vie s. av. J.-C., Negabous, Ruscino, Gourjade, le Causse, Moulin de Mailhac, las Peyros, Saint-Julien, Bel-Air, Viols 7 (fig. 3). Et cette rareté permet également de soupçonner, pour ces nourrissons, un autre type de lieu de dépôt que l’on ne connaît pas, car, dans une société préjennerienne, il meurt autant d’enfants autour de la naissance que dans le reste de la première année d’existence.

13Au sein de ce lot de nourrissons reconnus, une différence semble exister entre les plus jeunes et les plus âgés : les 1-6 mois figurent essentiellement dans les villages, tandis que dans les nécropoles prennent place généralement les 6-12 mois.

14Les quelques nourrissons de moins de 6 mois ensevelis dans les habitats sont en fait traités exactement comme les périnatals et, donc, dépourvus de tout accompagnement (fig. 4, A).

  • 5 Sur la répartition incinérations/inhumations dans le Midi de la France et l’évolution du Bronze fin (...)

15Les nourrissons qui ont accès au cimetière subissent la plupart du temps le même traitement que les autres morts. Ils sont inhumés là où est pratiquée l’inhumation pour les adultes, notamment en Languedoc oriental au début du premier Âge du Fer. Ils sont brûlés, et leurs restes sont manipulés comme ceux de leurs aînés là où règne l’incinération, c’est-à-dire le Languedoc à l’Ouest du fleuve Hérault et le Roussillon durant toute la période prise en compte, ainsi que, à partir du milieu du vie s. av. J.-C., le Languedoc oriental, les Grands Causses et la Provence5. Selon les lieux, ils sont placés directement dans le loculus ou bien mis dans un vase. Généralement leur ossuaire est de même forme que celui des défunts plus âgés, mais c’est souvent un vase de petite dimension, soit une petite coupe comme à las Peyros 23 (fig. 5, D), soit un modèle réduit d’urne comme à Gourjade 246 et au Causse 301 (fig. 5, B-C) ou encore à Negabous 8 et 328, Bel-Air 43, SaintJulien 98 et le Causse 737. Parfois, cependant, l’urne-ossuaire ne montre pas de différence de taille avec celle de leurs aînés : ainsi à Negabous 208 et 221.

16Hormis la présence d’un tel récipient, le fait marquant concernant notre sujet est que seuls les nourrissons les plus âgés, les 6-12 mois, préférentiellement déposés dans les cimetières, sont presque toujours pourvus d’objets (Tableau 1).

17Le plus souvent, il s’agit d’un simple collier ou pendentif dont on retrouve des éléments tels qu’anneaux ou perles en bronze, perles en ambre ou en corail et parfois craches de cerf, autant de pièces à la valeur prophylactique reconnue (Dasen 2003) : nourrissons des nécropoles du Moulin (tombe 146), de las Peyros (tombe 23), du Causse (tombe 301) et de Ruscino (tombe 4) (fig. 5, A-C) ou celui de l’habitat de Ruscino (tombe 5209) (fig. 4, B). Cette amulette peut être portée autour du cou, comme le collier comprenant crache de cerf, perles d’ambre et de corail et anneaux en bronze pour le sujet inhumé dans cet habitat de Ruscino (fig. 4, B). S’il s’agit d’une tombe dans un cimetière à incinération, elle peut être brûlée sur le bûcher avec le corps, comme c’est le cas au Moulin 146 (un anneau suspendu à une chaînette en bronze) ou, au contraire, déposée après la crémation dans l’ossuaire comme à Ruscino 4, sans subir le feu (collier de plusieurs perles en bronze et en ambre) (fig. 5, A).

Fig. 1

Fig. 1

Localisation des tombes de sujets périnatals et de nourrissons dans les habitats protohistoriques du Sud de la France.

Tableau 1. Répartition des nourrissons munis ou dépourvus d’objets d’accompagnement et classés par tranches d’âge et lieux de dépôt

Nourrisson de 1 à 3 mois

Nourrisson de 6 à 12 mois

Nourrisson de 1 à 12 mois

avec mobilier

sans mobilier

avec mobilier

sans mobilier

avec mobilier

sans mobilier

Habitats

Ste-Colombe 1

Puech de Mus 5

L’Ermitage 1

Gailhan A6

Lattes 22

Ruscino 5209

Nécropoles

Las Peyros 23

Las Peyros 56

Viols 7

Ruscino 4

Le Causse 301

Negabous 221

Negabous 328

Negabous 208 ?

Gd Bassin I 57 ?

Bel-Air 43

Gourjade 246

La Causse 49

La Causse 78

Lattara, tombe 24

Lattara, tombe 24

sujet périnatal (premier quart du ier s. av. J.-C.)

Fig. 2. Deux exemples de tombes de sujets périnatals dans des habitats protohistoriques

Fig. 2. Deux exemples de tombes de sujets périnatals dans des habitats protohistoriques

A : oppidum de Gailhan (Gard) (d’après Dedet, Duday, Tillier 1991 et relevé H. Duday) ; B : port de Lattara (Hérault)

(cliché UFRAL).

18Certains de ces défunts de plus de six mois qui ont accès au cimetière sont aussi pourvus de quelques autres petits objets qui, pour les adultes de ces régions, revêtent une symbolique souvent féminine : plusieurs armilles et deux fibules en bronze dans las Peyros 56 (fig. 5, E), deux bracelets dans Negabous 221 ou bien une fusaïole dans Viols 7 et le Causse 301 (fig. 5, B). D’autres enfin sont aussi accompagnés d’un ou deux vases, de dimensions réduites (Negabous 8) ou non (Negabous 328).

19Les usages appliqués aux nourrissons de la première année marquent ainsi une rupture. Sauf exceptions, ils sont exclus de la maison et cela signale, d’une certaine manière, un début de socialisation, même si ce n’est qu’une petite minorité d’entre eux qui a accès à la nécropole villageoise. On cherche alors à protéger par des amulettes certains de ces individus qui ont atteint ou dépassé le cap des six mois d’existence.

20La comparaison entre les 1-6 mois et les 6-12 mois semble donc indiquer une agrégation progressive à la société et peut-être un cap vers six mois, un âge où le tout-petit devient plus résistant et où le danger de mort commence à diminuer. Et les petits objets de parure ou les fusaïoles qui équipent certains d’entre eux, sont aussi l’apanage des jeunes enfants de la classe suivante, celle des 1-6 ans.

Les jeunes enfants de 1 à 6 ans

21Les jeunes enfants ont tous été découverts dans des nécropoles, et presque toutes les nécropoles en ont reçu, pour peu que ces dernières aient fait l’objet de fouilles étendues : Camp de l’Église-Sud, le Frau, Arihouat, Toulouse-place des Carmes, Negabous, Albi-place du Vigan, Gourjade, le Martinet, le Causse, le Moulin et le Grand Bassin I de Mailhac, la Gabache, las Peyros, Bel- Air, le Peyrou, Saint-Julien, tumulus de Saint-Martin, de Viols, de Peyrescanes, de Combe-Sévène et de Ventavon (fig. 3). Cependant à l’exception de Negabous au Bronze final IIIb, et du Moulin au Bronze final IIIb et à la transition Bronze-Fer, où la proportion de ces défunts paraît normale par rapport au taux de mortalité attendu, partout ailleurs, pour peu que le nombre de tombes fouillées soit conséquent, cette classe d’âge est sous-représentée : le plus souvent il manque au moins la moitié des jeunes enfants et parfois bien plus, jusqu’à 90 % au Causse et au Martinet au viie s. et au début du vie s. av. J.-C., ce qui sous-entend, là encore, qu’on ignore tout des usages concernant certains d’entre eux.

22Dans les nécropoles à incinération, l’usage de placer ou non les restes du jeune défunt incinéré dans un vase ossuaire suit celui qui est en vigueur pour les adultes. À l’Ouest du fleuve Hérault, dans les régions où règne l’incinération jusqu’à l’époque gallo-romaine, ce dépôt des restes dans un ossuaire est l’usage normal, du Bronze final IIIb jusqu’au milieu du vie s. av. J.-C., pour tous les trépassés y compris les jeunes enfants ; et quand, à partir du milieu du vie s. av. J.-C., les nécropoles occidentales connaissent une évolution en la matière et que le dépôt des restes osseux directement dans le loculus devient de plus en plus fréquent puis majoritaire et, sur certains sites, exclusif, les jeunes enfants suivent la tendance générale. Il en va de même en Languedoc oriental et en Provence quand, à partir du vie s. av. J.-C., l’incinération a remplacé l’inhumation (Dedet 2004). Ainsi, par exemple au iiie s. av. J.-C., dans la nécropole d’Ambrussum où le dépôt des restes incinérés se fait directement dans le loculus, aucun jeune enfant ne fait exception à cette pratique (Dedet 2012).

Fig. 3. Localisation des nécropoles protohistoriques du Sud de la France citées dans le texte.

Fig. 3. Localisation des nécropoles protohistoriques du Sud de la France citées dans le texte.

23L’ossuaire du jeune enfant est un vase de forme courante dans chaque nécropole, la même que celle qui sert généralement pour les adultes, forme ouverte ou fermée selon les lieux. Le plus souvent, dans près de 80 % des cas (72 des ossuaires individuels d’enfants dans des tombes individuelles ou partagées), c’est un vase de même dimension que pour les adultes, mais, dans près de 20 % des cas, c’est un récipient de dimensions réduites qui est utilisé. À cet égard, la comparaison entre l’ossuaire de la tombe d’adulte 168 du Moulin avec celui du jeune enfant de la tombe 161 de la même nécropole est particulièrement éloquente (fig. 6, A-B). Il en va de même à Gourjade par exemple : l’ossuaire du jeune enfant de la tombe 329 est de même forme que celui de l’adulte de la tombe 130, mais de moindre taille (fig. 6, C-D). La différence peut aussi concerner à la fois la capacité du vase-ossuaire et sa forme : est très significative à cet égard la tombe partagée 70 de Gourjade où les restes de l’adulte sont dans une grande urne tandis que ceux de l’enfant prennent place dans une petite coupe basse (fig. 6, E).

24Dans certains cas, cependant, l’ossuaire du jeune enfant est bien particulier. Ainsi on s’est servi, pour le jeune défunt de la tombe 101 d’Arihouat, d’une petite tasse ansée dont on ne retrouve qu’un autre exemplaire sur le site ; et à Saint-Julien, dans la tombe 241, c’est le pied haut d’un grand cratère, sectionné du reste du vase et posé à l’envers, qui a reçu les os brûlés (fig. 6, F). Mais ces deux cas signalent surtout que point n’est besoin d’un grand contenant pour ces jeunes morts.

25En dehors de l’ossuaire éventuel et de son couvercle, le matériel d’accompagnement est présent dans 86,7 % des tombes de jeunes enfants.

26La catégorie la plus fréquente, qui figure dans 71,4 % des tombes, est constituée par les vases d’accompagnement (fig. 6, B), mais ceux-ci sont en moyenne moins nombreux que dans les tombes de leurs aînés. Cette différence varie évidemment selon les nécropoles et les époques : par exemple elle est d’environ un tiers de vases de moins dans les tombes de jeunes enfants par rapport à celles des adultes à Mailhac au Bronze final IIIb et à la transition Bronze-Fer, à Gourjade entre 675- 575 ou au Peyrou au viie s. av. J.-C. ; elle peut être plus forte, comme au Causse au début du premier Âge du Fer, où figurent quatre fois moins de vases dans les sépultures de jeunes enfants que dans celles des adultes ; à l’inverse, elle peut être moins importante, comme au Martinet avec 5,4 récipients en moyenne pour les jeunes enfants contre 6,8 pour les adultes, ou encore à Gourjade au Bronze final IIIb et à la transition Bronze-Fer ; et parfois, mais rarement, autant de vases accompagnent les premiers que les seconds, comme à Las Peyros au vie s. av. J.-C.

Fig. 4. Deux exemples de tombes de nourrissons dans des habitats protohistoriques

Fig. 4. Deux exemples de tombes de nourrissons dans des habitats protohistoriques

A : oppidum de Gailhan (Gard), sujet âgé de un à trois mois et dépourvu d’objet (d’après Dedet, Duday, Tillier 1991 et relevé H. Duday) ; B : oppidum de Ruscino (Pyrénées-Orientales), sujet âgé de six à douze mois et équipé d’un collier

(d’après Marichal, Rébé 2003 et relevé V. Fabre)

27L’ossuaire est souvent plus petit que celui des autres morts, différence qu’on ne retrouve cependant pas pour les vases d’accompagnement. Très rares sont les sépultures qui font exception, comme le Peyrou 30 où tous les vases, quatorze au total, sont des modèles plus petits que ceux rencontrés dans les autres sépultures de la nécropole. Cependant, ces objets ont une taille suffisamment importante pour empêcher d’y voir des éléments de jeu de dînette.

Graphique 1. Fréquences des tombes de jeunes enfants pourvues des différentes catégories d’objets.

Graphique 1. Fréquences des tombes de jeunes enfants pourvues des différentes catégories d’objets.

28Un dépôt de restes animaux intéresse aussi 18 % des tombes, soit une proportion semblable à celle concernant les adultes. En marge de cette catégorie, car ayant sans doute une autre fonction symbolique, figure aussi la valve de coquillage, déposée auprès de 5,4 % d’entre eux.

29Pour le reste, l’accompagnement de ces jeunes défunts est toujours constitué de petits objets familiers, des pièces de la vie quotidienne se rapportant essentiellement à l’habillement et à la parure. Pour la première catégorie, l’épingle en bronze équipe 25,9 % de ces enfants (par exemple fig. 6, D-E), un anneau 18,8 %, une fibule 7,1 % et une chaînette 7,1 %. Pour la parure, il s’agit surtout de bracelets ou d’armilles dans 25,9 % des cas (par exemple fig. 6, F), de perles pour 8 % de ces enfants et, dans une tombe, de boucles d’oreilles en argent ; mais la présence de métal précieux est très exceptionnelle pour cet âge. Plus rarement ces objets évoquent une activité de tous les jours, comme la fusaïole qui accompagne 11,6 % de ces enfants (par exemple fig. 6, D) ou, très exceptionnellement, le couteau (1 %) (Graphique 1).

30Ce mobilier est généralement déposé dans les tombes de jeunes enfants en quantité moindre que dans celles des adultes : aux premiers sont confiés entre deux et quatre fois moins de pièces qu’aux seconds. Et à la différence des morts plus âgés, ne figure pour cette classe d’âge aucun bien de valeur, vase importé rare, vaisselle métallique, pièce volumineuse en bronze, en fer, ou en métal précieux. Sont également absentes toutes pièces pouvant être interprétées comme des jouets. Mais le fait important est sans nul doute que, lorsque ces objets marquent une symbolique sexuelle, apparaît une quasi exclusivité des pièces pour lesquelles une connotation féminine est admise par ailleurs, coquillage, fusaïole, plusieurs bracelets, par exemple. Cela n’est pas réservé à une communauté villageoise, une région ou à une époque particulières. Sur 122 tombes individuelles ou à ossuaire individuel de jeunes enfants répertoriées, 39 (soit 32 %) sont pourvues d’objets à symbolique sexuelle et la grande majorité de ce lot, 35 tombes, soit 90 %, livrent un ou plusieurs objets de type féminin, seulement 2 (Gourjade 383 et Negabous 258), soit 5 %, ont un objet présumé masculin, et deux autres (5 %) associent les deux symboliques. Et cette répartition est très différente de celle que l’on perçoit pour les adultes dans l’ensemble de la région : 39,7 % de tombes avec objets « féminins » et 60,3 % avec objets « masculins » (Graphique 2).

Graphique 2. Fréquences comparées des objets à connotation sexuelle dans les tombes de jeunes enfants, de grands enfants et d’adultes

Graphique 2. Fréquences comparées des objets à connotation sexuelle dans les tombes de jeunes enfants, de grands enfants et d’adultes

Graphique 3. Fréquences des tombes de grands enfants pourvues des différentes catégories d’objets

Graphique 3. Fréquences des tombes de grands enfants pourvues des différentes catégories d’objets

Fig. 5. Exemples de matériel de tombes de nourrissons de six à douze mois dans des nécropoles protohistoriques

Fig. 5. Exemples de matériel de tombes de nourrissons de six à douze mois dans des nécropoles protohistoriques

A : Ruscino (d’après Marichal, Rébé 2003)
B : Le Causse (d’après Giraud, Pons, Janin dir. 2003)
C : Gourjade (d’après Giraud, Pons, Janin dir. 2003)
D et E : Las Peyros (d’après Solier, Rancoule, Passelac 1976).

31Ce comptage permet de formuler deux hypothèses contradictoires. Si l’attribution de telles pièces symbolise le sexe du jeune mort, une infime minorité de petits garçons bénéficierait d’une telle symbolique, tandis qu’une bonne partie du contingent de petites filles serait concernée. Selon cette hypothèse, on pourrait aussi envisager que les garçons soient déposés ailleurs que dans les nécropoles.

32La seconde supposition est que, pour cette classe d’âge, le dépôt de tels objets n’est pas corrélé au sexe du défunt mais bien plutôt à son jeune âge. On accompagnerait préférentiellement le petit mort d’objets de type féminin parce que, garçon ou fille, il appartenait de son vivant au monde des femmes de la maisonnée. Or deux autres séries de faits amplifient cette connotation féminine des tombes de jeunes enfants et permettent de conforter cette seconde piste.

33En premier lieu, dans les tombes qu’un jeune enfant partage avec un adulte, en dehors des cas évoqués ci-dessus où chaque sujet a son ossuaire individuel, on constate là encore une prépondérance de la connotation féminine du mobilier. Sur un total de 34 de ces tombes plurielles, 26 fournissent des objets sexuellement connotés : parmi elles 16 sont pourvues d’objets de type féminin et, dans un cas, l’étude ostéologique permet de conclure qu’il s’agit bien d’une femme ; à l’inverse seules 6 tombes ont des objets présumés masculins et une autre, d’après l’étude des os, est celle d’un homme ; enfin seulement deux tombes associent les deux types d’objets.

34En second lieu, dans plusieurs nécropoles, des tombes de jeunes enfants, pourvus ou non de ces objets présumés féminins, sont regroupées à proximité immédiate de la sépulture d’un adulte accompagné d’objets à symbolique féminine, ou même placées dans une liaison ou une dépendance topographique très étroite avec celle-ci ; et a contrario, de tels liens avec des tombes d’adultes pourvus d’objets connotés masculins sont tout à fait exceptionnels. Cela s’observe dans plusieurs cimetières et de manière répétitive, quelle que soit l’époque. Un exemple parmi d’autres : à Gourjade, à la transition Bronze-Fer, les trois tombes de jeunes enfants T 150, T 152 et T 237 sont toutes trois accolées à la périphérie de l’entourage d’une sépulture d’adulte dont le sexe biologique est féminin (T 128) (fig. 8, A) ; au Camp de l’Église-Sud, les trois sépultures de jeunes enfants T53, 54 et 55, alignées et jointives, sont contiguës sur cet axe à la tombe d’un adulte pourvu d’un mobilier à connotation féminine (T9) ; à Ambrussum au iiie s. av. J.-C., le loculus de la tombe du jeune enfant T22 est à proximité immédiate de celui d’une tombe d’adulte T23 possédant des objets présumés féminins (fusaïole, paire de bracelets) et le même amoncellement de terre surmonte les deux loculi.

35Il paraît donc assuré que, pour cette classe d’âge des 1-6 ans, la connotation féminine des objets ne renvoie pas au sexe du jeune enfant, mais qu’elle est bien plutôt le signe que, de son vivant, la place du petit enfant était avec sa mère et les autres femmes de la maison. De surcroît, cette absence d’équilibre dans la symbolique sexuelle des objets placés dans ces sépultures est en total contraste avec ce que l’on constate pour les enfants plus âgés.

Les grands enfants de 7 à 14 ans

36À l’instar des jeunes enfants, tous les 7-14 ans actuellement reconnus proviennent des nécropoles. Ce sont presque toujours les mêmes sites que ceux qui ont accueilli les défunts précédents, le Frau, Arihouat, Negabous, Gourjade, le Martinet, le Causse, le Moulin et le Grand-Bassin I de Mailhac, las Peyros, Bel-Air, le Peyrou, Saint-Julien et Ventavon, mais aussi le Campd’Alba, Saint-Antoine, les tumulus de Cazevieille, du Ravin des Arcs, de Villeplaine, du Vayssas et de Pertuis (fig. 3). Dans certaines nécropoles on constate encore un déficit des plus jeunes de cette classe d’âge, les 7-9 ans, mais moins important toutefois que pour les 1-6 ans. Partout cependant, la normalité est atteinte avec les 10-14 ans.

37Tous ces grands enfants sont traités de la même manière que les adultes. Là où règne l’incinération et où le dépôt des restes se fait dans un ossuaire, ce dernier ne marque généralement pas de différence avec celui des adultes, ni dans la forme, ni dans la taille, et en cela ces grands enfants se démarquent bien des plus jeunes. Un seul de ces défunts a un ossuaire de forme bien particulière, celui de la tombe 95 du Causse où les os sont placés dans un cruchon.

Fig. 6. Exemples de matériel de tombes de jeunes enfants de 1 à 6 ans dans des nécropoles protohistoriques

Fig. 6. Exemples de matériel de tombes de jeunes enfants de 1 à 6 ans dans des nécropoles protohistoriques

A et B : Le Moulin (d’après Taffanel, Taffanel, Janin 1998)
C, D et E : Gourjade (d’après Giraud, Pons, Janin dir. 2003) ; F : Saint-Julien (étude en cours).

Fig. 7. Exemples de matériel de tombes de grands enfants de 7 à 14 ans dans des nécropoles protohistoriques

Fig. 7. Exemples de matériel de tombes de grands enfants de 7 à 14 ans dans des nécropoles protohistoriques

A : Le Peyrou (d’après Nickels, Marchand, Schwaller 1989) ;
B : Le Causse (d’après Giraud, Pons, Janin dir. 2003)
C : Ambrussum (d’après Dedet 2012).

Fig. 8

Fig. 8

A : Gourjade, exemple de localisation de tombes de jeunes enfants auprès de la tombe d’une femme
B : Le Causse, exemple de localisation de tombes de grands enfants auprès de tombes d’adultes présumés masculins d’après les objets d’accompagnement

(d’après Giraud, Pons, Janin dir. 2003, complété).

38Si, dans les tombes de grands enfants, la fréquence des offrandes de viande est toujours comparable à celle qui prévaut pour les adultes et les adolescents, soit un dépôt de faune dans 28 % des cas, il n’en va pas de même pour le reste du matériel déposé : vases céramiques, pièces métalliques et autres petits objets sont toujours en moyenne moins nombreux que dans les tombes de leurs aînés. Il s’agit encore le plus souvent de petits objets familiers de la vie courante, mais la liste se diversifie (fig. 7 et Graphique 3) :

  • pour l’habillement : toujours l’épingle (18 % des tombes), un ou plusieurs anneaux (12,5 %), la fibule (12,5 %), mais aussi l’agrafe de ceinture (5,5 %) ;

  • pour la parure, toujours les bracelets et armilles (18 %), la perle (6,9 %), la boucle d’oreille (1,4 %), mais aussi le torque (4,2 %), la spirale à cheveux (1,4 %) et le bouton-applique (1,4 %) ;

  • des objets de toilette, et c’est nouveau : le scalptorium et la pince à épiler (5,5 %) ;

  • des ustensiles également plus variés : toujours la fusaïole (13,9 %), mais aussi le couteau (11,1 %) et le poinçon (1,1 %) ;

  • des armes même, pas des jouets mais de vraies armes, dans quatre tombes, soit 5,5 % : Grand-Bassin I 55 et Negabous 331 au milieu du viie s., l’Agnel 1 et Saint-Antoine au tournant des viie-vie s. et au second quart du vie s. av. J.-C.

39Évidemment ces quatre derniers défunts se détachent très nettement des autres par le symbole d’activité guerrière, mais ce n’est pas la seule. Encore faut-il distinguer les deux plus anciens des deux plus récents.

40Les deux premiers se singularisent aussi des autres défunts de leur âge par un mobilier particulièrement abondant. Outre un poignard à antennes en fer, celui de la tombe 55 du Grand-Bassin I est équipé de deux couteaux, d’une fibule, d’un lot d’anneaux et d’un crochet en fer, d’un bracelet et d’un scalptorium en bronze, et, en plus de l’ossuaire, de vingt vases non tournés dont un cratère à décor excisé (Lenorzer 2009, p. 224). Dans la tombe 331 de la nécropole de Negabous, le défunt est accompagné de fragments d’une épée, de deux kardiophyllax, de trois couteaux, d’un cratère et de cinq coupes non tournées, ainsi que de pièces de parure et d’habillement, des éléments de placage de ceinture, d’une fibule et d’une épingle, des éléments de deux autres fibules ou épingles, d’un bracelet et d’un brassard d’armilles (Toledo i Mur 2010, p. 242-245). À l’inverse des autres objets, ces armilles sont adaptées à la morphologie du défunt, avec un diamètre intérieur de l’ordre de 40 mm, ce qui marque sans doute un double reflet, à la fois celui de l’identité du jeune mort, âgé entre 7 et 12 ans, et celui de la symbolique guerrière qu’on a voulu lui associer.

41Pour les deux autres enfants pourvus d’armes, on a aussi mis symboliquement en scène un autre aspect de vie non quotidienne, le banquet, dans un contexte de contacts avec les commerçants étrusques et grecs. Vers 600 av. J.-C., l’enfant de huit à treize ans du tumulus 1 de l’Agnel est accompagné, en plus des armes, d’un casque, d’éléments de cuirasse, d’un fourreau d’épée et d’un couteau, de vases en bronze importés d’Italie, d’une grande œnochoé et d’un bassin à rebord perlé, qui ne se rencontrent qu’exceptionnellement dans la région et qui sont liés au service du vin (Dedet 2008, p. 277) (fig. 9).

Fig. 9. Matériel du tumulus 1 de l’Agnel à Pertuis : grand enfant pourvu d’armes et d’éléments du banquet

Fig. 9. Matériel du tumulus 1 de l’Agnel à Pertuis : grand enfant pourvu d’armes et d’éléments du banquet

1 : œnochoé en bronze de style dit rhodien de fabrication étrusque ; 2 : casque en bronze ; 3 et 4 : bouterolle et élément de fourreau en fer 5 : couteau en fer ; 6 : chaînette en fer et fragment d’agrafe ( ?) en bronze, en fusion ; 7 : tige en fer ; 8 : trousse de toilette en fer

(d’après Dedet, Marchand à paraître).

42La tombe de Saint-Antoine, du second quart du vie s. av. J.-C., abrite un trépassé de 12 à 16 ans, là aussi avec des armes, une lance et un javelot tout en fer, et des récipients évoquant le transport du vin et son absorption, vases plus nombreux et moins exceptionnels qu’à l’Agnel, mais néanmoins pour la plupart importés, une amphore et deux canthares étrusques en bucchero nero, une coupe italo-corinthienne provenant d’Italie du Sud, une coupe grise monochrome de fabrication régionale, deux coupes en céramique non tournée locale et un simpulum en bronze (Houlès, Janin 1992) (fig. 10).

43Ces grands enfants du Sud de la France équipés d’un véritable armement semblable à celui des adultes ne sont pas isolés en Protohistoire. Sans vouloir être exhaustif, on se contentera d’évoquer l’exemple de deux autres régions méditerranéennes : en Castille, dans la nécropole de Carratiermes (Soria), deux enfants des vie-ve s. av. J.-C. ont des armes, l’un âgé de 12 à 14 ans (tombe 267) et l’autre de 6 à 8 ans (tombe 301) (Argente Oliver, Díaz Díaz, Bescós Corral 2000) ; en Italie du Nord, dans la nécropole de Monte Tamburino à Monte Bibele près de Bologne, sur un total de quelque 160 tombes datées des ive-iiie s. av. J.-C., figurent trente-cinq adultes ou adolescents pourvus d’armes ainsi que quatre enfants, deux de 10-11 ans avec une ou deux lances (tombes 59 et 117), un de 13-15 ans avec une épée, son fourreau et un pilum (tombe 66), et aussi un « bambino » avec une lance (tombe 99) (Vitali 2003).

44Au-delà des cas, certes emblématiques mais au demeurant rares, de ces enfants armés, il convient d’envisager d’une manière générale la présence des objets à symbolique sexuelle auprès des grands enfants. De tels dépôts concernent 40 % des tombes de cette classe d’âge, fréquence désormais semblable à celle qui prévaut pour les tombes d’adultes et/ou d’adolescents (41,5 % pour l’ensemble de la région). Mais cette symbolique se transforme profondément. Si, pour les jeunes enfants, il s’agit presque uniquement de signes féminins, pour les grands enfants un rééquilibrage se remarque entre tombes avec objets à connotation féminine et tombes pourvues de pièces à symbolique masculine. En effet, si 16 des 28 tombes individuelles de grands enfants contiennent des objets présumés féminins, 11 d’entre elles renferment des objets de type masculin. Certes la parité n’est pas atteinte, du moins d’après les signes que nous pouvons interpréter, mais 40 % de ces tombes sont connotées masculines pour 60 % à connotation féminine, alors que ce rapport s’établit, respectivement, à 5 % et 90 % pour les jeunes enfants (Graphique 2). De surcroît, d’une manière générale pour l’ensemble de la population adulte protohistorique connue du Sud de la France, les objets présumés féminins sont plus nombreux et apparaissent plus souvent que ceux qui ont une connotation présumée masculine. Mais ce rééquilibrage est aussi sensible par d’autres indices.

Fig. 10. Matériel de la tombe de Saint-Antoine à Castelnau-de-Guers : grand enfant pourvu d’armes et d’éléments du banquet

Fig. 10. Matériel de la tombe de Saint-Antoine à Castelnau-de-Guers : grand enfant pourvu d’armes et d’éléments du banquet

1 : amphore étrusque ; 2 et 3 : pointe et talon de lance en fer ; 4 : couteau en fer ; 5 : fibule en fer ; 6 : agrafe de ceinture en bronze 7 : pince à épiler en bronze ; 8 : simpulum en bronze ; 9 : anneau en fer ; 10 : javelot tout en fer ; 11 et 12 : canthares en bucchero nero étrusque 13 : coupe « italo-corinthienne » ;14 et 15 : coupes non tournées ; 16 : coupe grise monochrome ; 17 : gobelet gris monochrome ; 18 : fragment de tige en fer

(d'après Houlès, Janin 1992 et Dedet, Marchand à paraître).

45En premier lieu un signal fort : il arrive que des tombes individuelles de grands enfants soient placées dans la dépendance étroite d’une tombe d’adulte muni d’objets personnels de type masculin. Ainsi au Causse : deux tombes de grand enfant, T640 et T673, dont l’un est pourvu d’un couteau, sont accolées à la tombe 650 qui abrite un adulte équipé de trois couteaux ; la tombe 657 d’un grand enfant est contiguë à la tombe 661 d’un adulte possédant deux couteaux (fig. 8, B). L’exemple d’Arihouat 153, sépulture double mais à deux vases ossuaires individuels, exprime aussi très bien la force de ce lien : au fond du loculus prend place l’ossuaire de l’adulte, fermé par une dalle de schiste sur laquelle est posé un rasoir en bronze, symbole masculin ; l’ossuaire du grand enfant est placé juste sur ce dépôt, dans la partie supérieure du loculus.

46Cela nous rapproche donc de la parité : on aurait ainsi 11 tombes de grand enfant « masculines » pour 14 « féminines ». Et ce rééquilibrage dans cette symbolique par rapport aux jeunes enfants est fondé sur des constatations émanant de plusieurs nécropoles éloignées dans l’espace comme dans le temps.

Fig. 11. Matériel de la tombe 263 de Saint-Julien à Pézenas : grand enfant pourvu de nombreux objets à consonance féminine

Fig. 11. Matériel de la tombe 263 de Saint-Julien à Pézenas : grand enfant pourvu de nombreux objets à consonance féminine

1 et 2 : vases non tournés ; 3 et 4 : boucles d’oreille en argent ; 5 à 16 : fibules en fer ; 17 : maillons de chaînette en fer ; 18 : anneau en fer 19 : armilles en bronze (étude en cours).

47Cette tendance à l’égalité est également perceptible dans les tombes multiples où les restes des défunts sont mêlés dans le même ossuaire ou la même région sépulcrale. Sur un total de 24 dépôts de cette nature répertoriés, 9 sont accompagnés d’objets à connotation sexuelle : dans quatre tombes ce sont des objets présumés masculins (Grand-Bassin I 177, Gourjade 29, 182 et Ravin des Arcs 11), dans deux des objets présumés féminins (le Peyrou 24 et le Martinet 53) et, dans trois autres, des pièces des deux types (le Peyrou 145 et 183 et Saint Julien 4/70). À cet égard la tombe 177 du Grand Bassin est particulièrement exemplaire, avec un ossuaire abritant les restes d’un adulte et d’un enfant entre 7 et 12 ans, un poignard à antennes, une pointe et un talon de lance, deux couteaux, une fibule, un scapltorium et cinquante-six vases (Lenorzer 2009, p. 111 et 125 ; Taffanel, Taffanel 1973, p. 195-197).

48Un dernier élément va dans le même sens : autant de tombes individuelles de grands enfants sont installées à proximité de tombes d’adultes pourvus d’objets personnels à symbolique masculine qu’à proximité de sépultures d’adultes équipés d’objets personnels à symbolique féminine. Le phénomène est particulièrement net au Causse, à Gourjade, au Martinet, au Peyrou ou encore à Arihouat. Par exemple au Peyrou, le grand enfant de la T 108 côtoie l’adulte de la T 98 pourvu d’un matériel masculin (un couteau en fer) tandis que ceux des T 101 et 141 voisinent avec des adultes équipés d’objets présumés féminins (T 109 et T 65). Au Martinet, le grand enfant de la tombe 31 est encadré par deux sépultures d’adultes présumés féminins par la présence de fusaïoles (T 22 et 32) ; et à l’inverse, celui de la tombe 76 prend place dans un secteur de tombes d’adultes probablement masculins car accompagnés de rasoirs et de couteaux (T 47, 78, 79 et 109). C’est là encore une différence avec les tombes de jeunes enfants que l’on rencontre essentiellement dans le voisinage des tombes où sont placés des objets présumés féminins.

49Pour les 7-14 ans donc, à la différence des 1-6 ans, ces symboles masculins ou féminins paraissent désormais corrélés avec le sexe même du jeune mort : aux filles les objets présumés féminins, aux garçons les objets présumés masculins et/ou la dépendance étroite avec une tombe d’adulte présumé masculin. Nul doute que cela ne reflète désormais des activités et une éducation spécialisées entre garçons et filles.

50Parmi les objets confiés à ces grands enfants figurent parfois des armes de combat et des vases à boire relativement précieux, et cela introduit une nouvelle dimension dans ces signes. À l’évidence certains de ces grands garçons peuvent participer à une forme de repas cérémoniel, banquet ou autre, mais aussi à la guerre, peut-être en compagnie du père, comme dans la Rome primitive avant la réforme de la société romaine par le roi Servius Tullius au vie s. av. J.-C. (Néraudau 1984 [1996], p. 22, 23 et 59). Armes et, à partir de la fin du viie ou du début du vie s. av. J.-C., ustensiles du banquet à la mode grecque ou étrusque prennent place, dans la région, dans des tombes d’adultes, mais celles-ci sont cependant assez rares. Cela rehausse encore le caractère exceptionnel de ces grands enfants à qui on a attribué le matériel de l’adulte qui participe à la défense du groupe humain ou le dirige et qui, selon l’époque, peut être en contact avec les trafiquants étrangers, étrusques et grecs, ou leurs intermédiaires. En revanche, le fait d’allouer une image aussi avantageuse ne paraît guère accordée aux filles.

51En effet les rares filles, ou présumées telles, qui ressortent du lot par un mobilier un peu plus abondant, notamment des pièces de parure et d’habillement, le font avec beaucoup de mesure. C’est le cas, vers la fin du viiie s. av. J.-C., du sujet n° 3 du tumulus 1 du Vayssas à Séverac-le-Château (Aveyron), une jeune fille d’environ 12 ans d’après l’étude des os, inhumée parée de deux spirales pour tresses de cheveux, d’une perle tubulaire en bronze et de deux perles en ambre, ainsi que d’une épingle à tête enroulée, ou le sujet de 10-14 ans de la tombe 279 de Negabous, du viie s. av. J.-C., avec, outre son vase-ossuaire, une urne, deux coupelles et un bol non tournés, cinq bracelets en bronze ou en fer, des armilles, une fibule et une épingle en bronze, ou encore celui de la sépulture 263 de Saint-Julien, à la fin du vie s. av. J.-C., paré de deux boucles d’oreille en argent, de dix fibules et d’une vingtaine d’armilles en bronze (fig. 11). En fait, aucun de ces grands enfants connotés féminins n’est pourvu d’un matériel particulièrement abondant ou précieux, alors que celui-ci accompagne parfois alors certaines femmes ou présumées telles.

Conclusion

52Dans les pratiques funéraires mises en œuvre pour les enfants de ce monde indigène, bien des changements sont perceptibles en fonction de l’âge au décès. Ils apparaissent particulièrement bien au travers du mobilier qui accompagne ces jeunes morts, tout en se marquant aussi dans le mode de traitement du corps, le lieu d’élection de la sépulture et la forme de celle-ci. Quatre grands groupes de défunts de moins de 15 ans se dégagent, tandis que les adolescents, pour leur part, ne se distinguent pas des adultes :

  • les nouveau-nés, qui ne sont pas encore reconnus comme êtres humains et ne font pas partie de la société, et qui sont dépourvus de tout objet ;

  • les nourrissons de moins d’un an, caractérisés par un début d’existence sociale et qu’il convient, vers six mois, de protéger par quelque amulette ;

  • les jeunes enfants de 1 à 6 ans, accompagnés de quelques objets de la vie quotidienne, reflétant une première éducation donnée par les femmes de la maisonnée ;

  • les grands enfants de 7 à 15 ans, pourvus d’un matériel plus abondant et différent selon le sexe, avec une éducation désormais différente pour les garçons et les filles.

53Bien sûr, vu l’imprécision relative des estimations de l’âge au décès, les limites entre chacune de ces étapes décisives de la vie de l’enfant doivent sans aucun doute être atténuées et ne sauraient se confondre avec les classes définies a priori par les anthropologues et les paléodémographes. Il n’en demeure pas moins que ces différents âges correspondent à autant de statuts pour l’enfant indigène du Sud de la France protohistorique.

54Certes, cette évolution sociale, pour cohérente qu’elle apparaisse, n’est perceptible que pour les enfants qui, après le stade périnatal, ont accès à la nécropole du village. Notre ignorance est totale pour toute une part de ces défunts placés ailleurs. Cette part est d’autant plus importante que ces trépassés sont jeunes, mais, justement, l’augmentation régulière de la fréquence des ensevelissements dans les cimetières villageois à mesure que l’âge au décès s’accroît va bien dans le même sens d’une intégration progressive à la société. Et de toute façon, même si les pratiques funéraires observées ne concernent qu’une part de la population enfantine, cette part est extrêmement révélatrice de la perception de l’enfance par la société. Elle laisse pressentir au moins trois passages :

  • un premier vers six mois, avec une agrégation à la société, quand le risque de mort s’éloigne ;

  • un autre vers 6-7 ans quand l’éducation des garçons et des filles semble se différencier ;

  • un troisième vers 14-15 ans, qui correspond au passage à l’âge adulte.

55Et l’image fournie par ces sépultures est sans doute double, le reflet bien réel des stades successifs de la vie des enfants ici-bas et celui, que l’on ne peut que soupçonner, des différents états prêtés à ces jeunes morts dans l’au-delà.

Bibliographie

Arcelin 2000 : ARCELIN (P.) – Honorer les dieux et glorifier ses héros. Quelques pratiques cultuelles de la Provence gauloise. In : Chausserie- Laprée (J.) dir., Le temps des Gaulois en Provence. Martigues, Musée Ziem, 2000, p. 92-103.

Argente Oliver, Díaz Díaz, Bescós Corral 2000 : ARGENTE OLIVER (J.L.), DÍAZ DÍAZ (A.), BESCÓS CORRAL (A.) – Tiermes V. Carratiermes necrópolis celtibérica. Arqueología en Castilla y León, 2000.

Arnal, Majurel, Prades 1974 : ARNAL (J.), MAJUREL (R.), PRADES (H.) – Le port de Lattara (Lattes, Hérault). Bordighera-Montpellier, Institut International d’Études Ligures, 1974.

Arnaud, Arnaud 1980 : ARNAUD (G.), ARNAUD (S.) – Les sondages Ib-Nord des Baou de Saint-Marcel à Marseille. Étude des restes humains. DAM, 3, 1980, p. 89-90.

Bouloumié 1984 : BOULOUMIÉ (B.) – Un oppidum gaulois à Saint-Blaise en Provence. Histoire et Archéologie, les Dossiers, 84, 1984.

Chazelles 1997 : CHAZELLES (Cl.-A. de) – Montlaurès (Narbonne, Aude). Le bilan de six années de fouilles (1989-1994). In : Ugolini (D.) dir., Languedoc occidental protohistorique. Fouilles et recherches récentes (vieive s. av. J.-C.). Aix-en-Provence, Université de Provence, 1997, p. 23-44.

Courtois 1975 : COURTOIS (J.-Cl.) – Les habitats protohistoriques de Sainte-Colombe près d’Orpierre (Hautes-Alpes) dans le cadre des civilisations du premier âge du Fer des Pyrénées aux Alpes orientales. Grenoble, Centre de documentation de la Préhistoire alpine, 1975.

Dasen 2003 : DASEN (V.) – Protéger l’enfant : amulettes et crepundia. In : Gourévitch (D.), Moirin (A.), Rouquet (N.) dir., Maternité et petite enfance dans l’Antiquité romaine, Catalogue d’exposition, Muséum d’histoire naturelle, Bourges. Ville de Bourges, 2003, p. 172-177.

Dedet 1992 : DEDET (B.) – Rites funéraires protohistoriques dans les Garrigues languedociennes. Paris, CNRS, 1992 (RAN Suppl. 24).

Dedet 2001 : DEDET (B.) – Tombes et pratiques funéraires protohistoriques des Grands Causses du Gévaudan. Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2001 (Documents d’Archéologie Française, 84).

Dedet 2004 : DEDET (B.) – Variabilité des pratiques funéraires protohistoriques dans le sud de la France : défunts incinérés, défunts non brûlés. Gallia, 61, 2004, p. 193-222.

Dedet 2008 : DEDET (B.) – Les enfants dans la société protohistorique : l’exemple du Sud de la France. Rome, École française de Rome, 2008.

Dedet 2012 : DEDET (B.) – Une nécropole du second Âge du Fer à Ambrussum, Hérault. Paris et Aix-en-Provence, éd. Errance/Centre Camille Jullian, 2012 (BiAMA 11).

Dedet, Duday, Tillier 1991 : DEDET (B.), DUDAY (H.), TILLIER (A.-M.) – Les inhumations de fœtus, nouveau-nés et nourrissons dans les habitats protohistoriques du Languedoc : l’exemple de Gailhan (Gard). Gallia, 48, 1991, p. 59-108.

Dedet, Gruat, Marty 2001 : DEDET (B.), GRUAT (P.), MARTY (G.) – Sépultures d’enfants en bas âge dans l’agglomération du Puech de Mus à Sainte-Eulalie-de-Cernon, Aveyron, au ve s. av. J.-C. DAM, 24, 2001, p. 127-162.

Dedet, Schwaller 1990 : DEDET (B.), SCHWALLER (M.) – Pratiques cultuelles et funéraires en milieu domestique sur les oppida languedociens. DAM, 13, 1990, p. 137-161.

Dominguez, Mazière, Blaizot 2009 : DOMINGUEZ (C.), MAZIÈRE (F.), BLAIZOT (F.) – La nécropole protohistorique de Bel-Air à Vendres (Hérault), un ensemble funéraire méridional du Bronze final IIIb. Rapport final d’opération, SRA Languedoc-Roussillon et INRAP-Méditerranée, 2009.

Duday, Laubenheimer, Tillier 1995 : DUDAY (H.), LAUBENHEIMER (F.), TILLIER (A.-M.) – Sallèles d’Aude. Nouveau-nés et nourrissons gallo-romains. Paris, Les Belles Lettres, 1995.

Dufraigne, Chapon, Richier 2006-2007 : DUFRAIGNE (J.-J.), CHAPON (P.), RICHIER (A.) – Recherches récentes sur l’oppidum d’Entremont à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) : étude de la voirie et d’un atelier de forgeron dans l’îlot 1 de l’habitat 2. DAM, 29-30, 2006-2007, p. 197-256.

Fabre 1990 : FABRE (V.) – Rites domestiques dans l’habitat de Lattes : sépultures et dépôts d’animaux. In : M. Py (dir.), Fouilles dans la ville antique de Lattes. Les îlots 1, 3 et 4-nord du quartier Saint-Sauveur, Lattes, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, 1990 (Lattara, 3), p. 391-416.

Fabre 1992 : FABRE (V.) – Des sépultures de périnataux sur l’oppidum de Montlaurès. In : Chazelles (Cl.-A. de) dir., Montlaurès (Narbonne, Aude). Rapport de fouilles trisannuel 1990-1992. Montpellier, 1992, p. 111-121 (texte dactylographié).

Fabre, Gardeisen 1999 : FABRE (V.), GARDEISEN (A.) – Dépôts animaliers et inhumations d’enfants au cours du ive s. av. n. è. à Lattes. In : Py (M.) dir., Recherches sur le quatrième siècle avant notre ère à Lattes. Lattes, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, 1999, p. 255-284 (Lattara, 12).

Fazekas, Kosa 1978 : FAZEKAS (I.-G.), KOSA (F.) – Forensic fetal osteology. Budapest, Akademiai Kiado, 1978.

Ferembach, Schwidetzky, Stloukal 1979 : FEREMBACH (D.), SCHWIDETZKY (I.), STLOUKAL (M.) – Recommandations pour déterminer l’âge et le sexe sur le squelette. Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 6, série XIII, 1979, p. 7-45.

Gantès, Rayssiguier 1980 : GANTÈS (L.-F.), RAYSSIGUIER (G.) – Les sondages Ib-Nord des Baou de Saint-Marcel à Marseille. DAM, 3, 1980, p. 65-88.

Garcia, Vallet 2002 : GARCIA (D.), VALLET (L.) – L’espace portuaire de Lattes antique. Lattes, CNRS, 2002 (Lattara, 15).

Giraud, Pons, Janin 2003 : GIRAUD (J.-P.), PONS (F.), JANIN (T.) – Nécropoles protohistoriques de la région de Castres (Tarn). Le Causse, Gourjade, Le Martinet. Paris, Maison des sciences de l’Homme, 2003, vol. 1 : Études et synthèses ; vol. 2 : Catalogue des ensembles funéraires ; vol. 3 : Planches du mobilier (Documents d’Archéologie Française, 94).

Houlès, Janin 1992 : HOULÈS (N.), JANIN (T.) – Une tombe du premier âge du Fer au lieu-dit Saint-Antoine à Castelnau-de-Guers (Hérault). RAN, 25, 1992, p. 433-442.

Janin, Burens, Carozza 1997 : JANIN (T.), BURENS (A.), CAROZZA (L.) – La nécropole protohistorique du Camp d’Alba à Réalville (Tarn-et- Garonne). Lattes et Toulouse, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental et Archives d’Écologie Préhistorique, 1997.

Lenorzer 2009 : LENORZER (S.) – La crémation dans les sociétés protohistoriques du sud de la France. Lattes, Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2009 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 25).

Louis, Taffanel, Taffanel 1958 : LOUIS (M.), TAFFANEL (O.), TAFFANEL (J.) – Le premier Age du Fer languedocien. II. Les nécropoles à incinération. Bordighera et Montpellier, Institut International d’Études Ligures, 1958.

Mahieu, Boisseau 2000 : MAHIEU (E.), BOISSEAU (B.) – La nécropole de Ventavon (Hautes-Alpes). Synthèse des différentes interventions et comparaisons. DAM, 23, 2000, p. 7-75.

Marichal, Rébé dir. 2003 : MARICHAL (R.), RÉBÉ (I.) dir. – Les origines de Ruscino (Château-Roussillon, Perpignan, Pyrénées-Orientales) du Néolithique au premier âge du Fer. Lattes, Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2003 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 16).

Moorrees, Fanning, Hunt 1963a : MOORREES (C.F.A.), FANNING (E.A.), HUNT (E.E.) – Formation and resorption of three deciduous teeth in children. American Journal of Physical Anthropology, 21, 1963, p. 205-213.

Moorrees, Fanning, Hunt 1963b : MOORREES (C.F.A.), FANNING (E.A.), HUNT (E.E.) – Age variation of formation stages for ten permanent teeth. Journal of Dental Research, 42, 1963, p. 1490-1502.

Müller 1985 : MÜLLER (A.) – La nécropole en “cercles de pierres” d’Arihouat à Garin (Haute-Garonne). Périgueux, Vesuna, 1985.

Néraudau 1996 : NÉRAUDAU (J.-P.) – Être enfant à Rome. Paris, Payot, 1996 (1ère éd. Paris, Les Belles Lettres, 1984).

Nickels 1989 : NICKELS (A.) – La Monédière à Bessan (Hérault). Le bilan des recherches. DAM, 12, 1989, p. 51-119.

Nickels, Marchand, Schwaller. 1989 : NICKELS (A.), MARCHAND (G.), SCHWALLER (M.) – Agde, la nécropole du premier Âge du Fer. Paris, CNRS, 1989 (RAN Suppl. 19).

Passelac, Rancoule, Solier 1981 : PASSELAC (M.), RANCOULE (G.), SOLIER (Y.) – La nécropole de “Las Peyros” à Couffoulens (Aude) : découverte d’un nouveau groupe de tombes. RAN, 14, 1981, p. 1-53.

Passelac et al. 2001 : PASSELAC (M.), KEREBEL (J.), CAZES (J.-P.), VIGNAUD (A.) – Le cimetière 1 de la Gabache (Bram, Aude), Bronze final IIIb, premier Age du Fer. In : Carozza (L.), Dedet (B.), Passelac (M.), Valdeyron (N.) dir., Pratiques funéraires protohistoriques entre Massif Central et Pyrénées. Hommage à Jean-François Salinier, Actes du colloque de Puylaurens, 2000. Archéologie Tarnaise, 12, 2002, p. 87-110.

Pons et al. 2001 : PONS (F.), JANIN (T.), LAGARRIGUE (A.), POIGNANT (S.) – La nécropole protohistorique du Camp de l’Église Sud (Flaujac- Poujols, Lot). DAM, 24, 2001, p. 7-81.

Pons, Lagarrigue, Boudartchouk 2005 : PONS (F.), LAGARRIGUE (A.), BOUDARTCHOUK (J.-L.) – Découverte de tombes protohistoriques à incinération Place des Carmes à Toulouse (Haute-Garonne). DAM, 28, 2005, p. 61-69.

Prades 1984 : PRADES (H.) – Foetus Lattarenses. Journal communal de Lattes, 24, 1984, p. 12-13.

Py, Lebeaupin 1986 : PY (M.), LEBEAUPIN (D.), avec la coll. de BESSAC (J.-Cl.), CHAZELLES (Cl.-A. de), DUDAY (H.) – Stratigraphie du Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard), III, les niveaux des IIe et Ier s. av. n. è. sur le chantier central. DAM, 9, 1986, p. 9-80.

Py, Lebeaupin 1989 : PY (M.), LEBEAUPIN (D.), avec la coll. de DUDAY (H.), FABRE (V.), TILLIER (A.-M.) – Stratigraphie du Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard). IV. Les niveaux des ive et iiie s. av. n. è. sur le chantier central. DAM, 12, 1989, p. 121-190.

Renaud, Porcier, Goury à paraître : RENAUD (A.), PORCIER (S.), GOURY (D.), avec la coll. de FABRE (V.) – Étude archéozoologique du site des Barbes-et-Fon-Danis, Saint-Laurent-de-Carnols. Fin ve s. début ive s. av. n. è.. DAM, 33, 2010 (sous presse).

Schneider, Garcia 1998 : SCHNEIDER (L.), GARCIA (D.) – Le Lodévois. Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1998 (Carte archéologique de la Gaule, 34/1).

Solier 1975 : SOLIER (Y.) – Pech Maho, Sigean, Aude. Rapport de fouilles 1975. Rapport dactylographié (déposé au SRA Languedoc-Roussillon).

Solier, Rancoule, Passelac 1976 : SOLIER (Y.), RANCOULE (G.), PASSELAC (M.) – La nécropole de “Las Peyros”, vie s. av. J.-C., à Couffoulens (Aude). RAN Suppl. 6, 1976.

Taffanel, Taffanel 1973 : TAFFANEL (O.), Tafanel (J.) – Nécropole du Grand Bassin I à Mailhac (Aude) (fouilles 1969). Bulletin de la Commission Archéologique de Narbonne, 35, 1973, p. 191-199.

Taffanel, Taffanel, Janin 1998 : TAFFANEL (O.), TAFFANEL (J.), JANIN (T.) – La nécropole du Moulin à Mailhac (Aude). Lattes, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc Oriental, 1998 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 2).

Toledo i Mur dir. 2010 : TOLEDO I MUR (A.) dir. – Perpignan, Pyrénées- Orientales. Le site de Negabous, de la Protohistoire à l’époque moderne. II - La nécropole protohistorique à incinération. Rapport final d’opération, Inrap Méditerranée, 2010.

Treffort 2000 : TREFFORT (J.-M.) – L’habitat hallstattien de Bourbousson. In : Chausserie-Laprée (J.) dir., Le temps des Gaulois en Provence. Martigues, Musée Ziem, 2000, p. 224-227.

Ubelaker 1978 : UBELAKER (D.H.) – Human skeletal remains. Excavation, analysis, interpretation. Washington, Taraxacum, 1978.

Vitali dir. 2003 : VITALI (D.) dir. – La necropoli di Monte Tamburino a Monte Bibele. Gedit, Bologne, 2003.

Annexes

Inventaire des habitats et des nécropoles ayant livré des tombes d’enfant

1. Habitats (fig. 1)

- Sainte Colombe, Orpierre, Hautes-Alpes (Courtois 1975, p. 21, 24 et 28 ; Dedet 2008, p. 73 et 144)

- Le Cayla, Mailhac, Aude (Fabre 1990, p. 408-409)

- Montlaurès, Narbonne, Aude (Fabre in de Chazelles 1992 ; de Chazelles 1997, p. 37-38)

- Pech Maho, Sigean, Aude (Solier 1975)

- Le Roc de l’Aigle, Nant, Aveyron (Dedet 2008, p. 66 et 336)

- Puech de Mus, Sainte-Eulalie-de-Cernon, Aveyron (Dedet, Gruat, Marty 2001 ; Dedet 2008, p. 66 et 336)

- Entremont, Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône (Dufraigne, Chapon, Richier 2006-2007, p. 230 et 255-256)

- Baou de Saint Marcel, Marseille, Bouches-du-Rhône (Gantès, Rayssiguier 1980, p. 72 ; Arnaud 1980)

- Saint Blaise, Saint-Mitre-les-Remparts, Bouches-du- Rhône (Bouloumié 1984, p. 95)

- Roquepertuse, Velaux, Bouches-du-Rhône (Arcelin 2000, p. 97)

- Bourbousson, Crest, Drôme (Treffort 2000, p. 225)

- L’Ermitage, Alès, Gard (Dedet 2008, p. 66 et 336-337)

- Mas Saint Jean, Bellegarde, Gard (Dedet 2008, p. 66 et 337-339)

- Plan de Lavol, Boucoiran-et-Nozières, Gard (Dedet 2008, p. 68 et 339-341)

- La Liquière, Calvisson, Gard (Dedet 2008, p. 68 et 341-342)

- Gailhan-Plan de la Tour (Gailhan, Gard) (Dedet, Duday, Tillier 1991 ; Dedet 2008, p. 68)

- Vié-Cioutat, Mons, Gard (Dedet 2008, p. 68 et 345)

- La Jouffe, Montmirat, Gard (Dedet 2008, p. 68 et 342-345)

- Nages-Les Castels, Nages-et-Solorgues, Gard (Dedet 2008, p. 68-69 et 345-353)

- Nîmes, Gard (Fabre in Piskorz 1995 ; Dedet 2008, p. 69 et 353-354)

-Le Marduel, Saint-Bonnet-du-Gard, Gard (Py, Lebeaupin 1986, p 19 et 71-75 ; Py, Lebeaupin 1989, p. 139 et 187-189 ; Fabre 1990, p. 405)

- Mauressip, Saint-Côme-et-Maruéjols, Gard (Dedet 2008, p. 69 et 354-355)

- Roque de Viou (Saint-Dionisy, Gard (Dedet 2008, p. 70 et 355-356)

- Castelvielh, Sainte-Anastasie, Gard (Dedet 2008, p. 70 et 357)

- Les Barbes-et-Fon-Danis, Saint-Laurent-de-Carnols, Gard (Renaud, Porcier, Goury à paraître)

- La Monédière, Bessan, Hérault (Nickels 1989, p. 53, 54 et 57)

- La Ramasse, Clermont-l’Hérault, Hérault (Schneider, Garcia 1998, p. 181)

- Lattara, Lattes, Hérault (Arnal, Majurel, Prades 1974, p. 31, 37 et 291 ; Prades 1984 ; Fabre 1990, p. 392403 ; Fabre, Gardeisen 1999 ; Garcia, Vallet 2002, p. 24-26 ; Py 2004, p. 79, 82, 89 et 90)

- Ensérune, Nissan-lès-Ensérune, Hérault (Dedet, Schwaller 1990, p. 144)

- Les Gardies, Pignan, Hérault (Dedet 2008, p. 70-71 et 358-359)

- Ambrussum, Villetelle, Hérault (Dedet 2008, p. 71 et 359-360)

- Ruscino, Perpignan, Pyrénées-Orientales (Marichal, Rébé dir. 2003, p. 64-65)

- Le Port, Salses-le-Château, Pyrénées-Orientales (information A. Pezin).

2. Nécropoles (fig. 3)

- Les Mollards, Ventavon, Hautes-Alpes (Mahieu, Boisseau 2000)

- La Gabache, Bram, Aude (Passelac et al. 2002)

- Las Peyros, Couffoulens, Aude (Solier, Rancoule, Passelac 1976 ; Passelac, Rancoule, Solier 1981)

- Le Moulin, Mailhac, Aude (Taffanel, Taffanel, Janin 1998)

- Grand Bassin I, Mailhac, Aude (Louis, Taffanel, Taffanel 1998, p. 31-58 ; Taffanel, Taffanel 1973 ; Lenorzer 2009, p. 124-125)

- Vayssas, Séverac-le-Château, Aveyron (Dedet 2001, p. 47-52)

- Villeplaine, Séverac-le-Château, Aveyron (Dedet 2001, p. 40-47)

- Arihouat, Garin, Haute-Garonne (Müller 1985)

- Place des Carmes, Toulouse, Haute-Garonne (Pons, Lagarrigue, Boudartchouk 2005)

- Le Peyrou, Agde, Hérault (Nickels, Marchand, Schwaller 1989)

- Saint-Antoine, Castelnau-de-Guers, Hérault (Houlès, Janin 1992)

- Cazevieille, Hérault (Dedet 1992, p. 301-326)

- Ravin des Arcs, Notre-Dame-de-Londres, Hérault (Dedet 1992, p. 331-334)

- Saint-Julien, Pézenas, Hérault (en cours d’étude)

- Saint-Martin série A, Saint-Martin-de-Londres, Hérault (Dedet 1992, p. 344-346)

- Bel-Air, Vendres, Hérault (Dominguez, Mazière, Blaizot 2009).

- Ambrussum, Villetelle, Hérault (Dedet 2012)

- Peyrescanes, Viols-en-Laval, Hérault (Dedet 1992, p. 355-358)

- Viols-le-Fort, Hérault (Dedet 1992, p. 365-372)

- Le Camp de l’Église-Sud, Flaujac-Poujols, Lot (Pons et al. 2001)

- Pomeyrol, Quézac, Lozère (Dedet 2001, p. 74-78)

- Combe Sévène, Sainte-Énimie, Lozère (Dedet 2001, p. 97-107)

- Negabous, Perpignan, Pyrénées-Orientales (Toledo i Mur 2010)

- Ruscino, Perpignan, Pyrénées-Orientales (Marichal, Rébé 2003, p. 141-142)

- Place du Vigan, Albi, Tarn (Lenorzer 2009, p. 121-122)

- Gourjade, Castres, Tarn (Giraud, Pons, Janin 2003)

- Le Martinet, Castres, Tarn (Giraud, Pons, Janin 2003)

- Le Causse, Labruguière, Tarn (Giraud, Pons, Janin 2003)

- Le Frau, Cazals, Tarn-et-Garonne (Lenorzer 2009, p. 120-121)

- Le Camp d’Alba, Réalville, Tarn-et-Garonne (Janin, Burens, Carozza 1997)

- L’Agnel, Pertuis, Vaucluse (Dedet 2008, p. 277-278).

Notes

1 Il s’agit des nécropoles du Frau à Cazals, Tarn-et-Garonne), du Grand-Bassin I à Mailhac, Aude (Lenorzer 2009), de Bel-Air à Vendres, Hérault (Dominguez et al. 2009) et de Negabous à Perpignan, Pyrénées-Orientales (Toledo i Mur 2010), ainsi que les habitats des Barbes-et-Fon-Danis à Saint-Laurent-de-Carnols, Gard (Renaud et al. 2009) et d’Entremont à Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône (Dufraigne et al. 2006-2007).

2 L’ampleur du corpus disponible dans cette région doit beaucoup à l’action d’Henri Duday et à son enseignement auprès des archéologues étudiant les nécropoles du Midi de la France dès les années 1970. Par ailleurs on soulignera que ce sont les mêmes méthodes d’analyse ostéologique qui sont utilisées dans ce travail et dans les deux autres contributions concernant les tombes d’enfants du Midi de la France présentées ici, celle de Manuel Moliner consacrée aux colonies grecques et celle de Valérie Bel portant sur la Gaule Narbonnaise.

3 Ici comme dans la suite, la localisation des tombes signalées et leurs références bibliographiques sont indiquées dans l’annexe en fin d’article.

4 Le faible nombre de tels sujets, voire leur absence même, sur plusieurs habitats fouillés cependant en extension et les très fortes mortinatalité et mortalité périnatale que l’on est en droit d’attendre d’une démographie préjennérienne laissent supposer d’autres lieux de dépôt pour ces très jeunes morts, en dehors des cimetières et des villages.

5 Sur la répartition incinérations/inhumations dans le Midi de la France et l’évolution du Bronze final III à la fin de l’Âge du Fer, voir Dedet 2004.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Localisation des tombes de sujets périnatals et de nourrissons dans les habitats protohistoriques du Sud de la France.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1368/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Lattara, tombe 24
Légende sujet périnatal (premier quart du ier s. av. J.-C.)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1368/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 2. Deux exemples de tombes de sujets périnatals dans des habitats protohistoriques
Légende A : oppidum de Gailhan (Gard) (d’après Dedet, Duday, Tillier 1991 et relevé H. Duday) ; B : port de Lattara (Hérault)
Crédits (cliché UFRAL).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1368/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 3. Localisation des nécropoles protohistoriques du Sud de la France citées dans le texte.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1368/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 4. Deux exemples de tombes de nourrissons dans des habitats protohistoriques
Légende A : oppidum de Gailhan (Gard), sujet âgé de un à trois mois et dépourvu d’objet (d’après Dedet, Duday, Tillier 1991 et relevé H. Duday) ; B : oppidum de Ruscino (Pyrénées-Orientales), sujet âgé de six à douze mois et équipé d’un collier
Crédits (d’après Marichal, Rébé 2003 et relevé V. Fabre)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1368/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Graphique 1. Fréquences des tombes de jeunes enfants pourvues des différentes catégories d’objets.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1368/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 2. Fréquences comparées des objets à connotation sexuelle dans les tombes de jeunes enfants, de grands enfants et d’adultes
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1368/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Graphique 3. Fréquences des tombes de grands enfants pourvues des différentes catégories d’objets
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1368/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 5. Exemples de matériel de tombes de nourrissons de six à douze mois dans des nécropoles protohistoriques
Légende A : Ruscino (d’après Marichal, Rébé 2003)B : Le Causse (d’après Giraud, Pons, Janin dir. 2003)C : Gourjade (d’après Giraud, Pons, Janin dir. 2003)D et E : Las Peyros (d’après Solier, Rancoule, Passelac 1976).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1368/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 6. Exemples de matériel de tombes de jeunes enfants de 1 à 6 ans dans des nécropoles protohistoriques
Légende A et B : Le Moulin (d’après Taffanel, Taffanel, Janin 1998)C, D et E : Gourjade (d’après Giraud, Pons, Janin dir. 2003) ; F : Saint-Julien (étude en cours).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1368/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 7. Exemples de matériel de tombes de grands enfants de 7 à 14 ans dans des nécropoles protohistoriques
Légende A : Le Peyrou (d’après Nickels, Marchand, Schwaller 1989) ;B : Le Causse (d’après Giraud, Pons, Janin dir. 2003)C : Ambrussum (d’après Dedet 2012).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1368/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 8
Légende A : Gourjade, exemple de localisation de tombes de jeunes enfants auprès de la tombe d’une femmeB : Le Causse, exemple de localisation de tombes de grands enfants auprès de tombes d’adultes présumés masculins d’après les objets d’accompagnement
Crédits (d’après Giraud, Pons, Janin dir. 2003, complété).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1368/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 9. Matériel du tumulus 1 de l’Agnel à Pertuis : grand enfant pourvu d’armes et d’éléments du banquet
Légende 1 : œnochoé en bronze de style dit rhodien de fabrication étrusque ; 2 : casque en bronze ; 3 et 4 : bouterolle et élément de fourreau en fer 5 : couteau en fer ; 6 : chaînette en fer et fragment d’agrafe ( ?) en bronze, en fusion ; 7 : tige en fer ; 8 : trousse de toilette en fer
Crédits (d’après Dedet, Marchand à paraître).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1368/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 10. Matériel de la tombe de Saint-Antoine à Castelnau-de-Guers : grand enfant pourvu d’armes et d’éléments du banquet
Légende 1 : amphore étrusque ; 2 et 3 : pointe et talon de lance en fer ; 4 : couteau en fer ; 5 : fibule en fer ; 6 : agrafe de ceinture en bronze 7 : pince à épiler en bronze ; 8 : simpulum en bronze ; 9 : anneau en fer ; 10 : javelot tout en fer ; 11 et 12 : canthares en bucchero nero étrusque 13 : coupe « italo-corinthienne » ;14 et 15 : coupes non tournées ; 16 : coupe grise monochrome ; 17 : gobelet gris monochrome ; 18 : fragment de tige en fer
Crédits (d'après Houlès, Janin 1992 et Dedet, Marchand à paraître).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1368/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 11. Matériel de la tombe 263 de Saint-Julien à Pézenas : grand enfant pourvu de nombreux objets à consonance féminine
Légende 1 et 2 : vases non tournés ; 3 et 4 : boucles d’oreille en argent ; 5 à 16 : fibules en fer ; 17 : maillons de chaînette en fer ; 18 : anneau en fer 19 : armilles en bronze (étude en cours).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1368/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access