Version classiqueVersion mobile

L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants

 | 
Antoine Hermary
, 
Céline Dubois

Grèce, Italie du Sud, Sicile

Les terres cuites dans les sépultures d’individus immatures en Grèce d’Occident, de l’époque archaïque au milieu du IVe s. av. J.-C. : types, contextes, significations1

Valeria Meirano

Résumé

In general, the occurrence of terracottas in funerary contexts in Magna Graecia is limited, especially before the Hellenistic period. Nevertheless, the review of the evidence concerning children and adolescents allows us to illustrate at least some of the factors that determined the selection of this type of grave-goods. Some case-studies from a variety of sites (Tarentum, Metapontum, Epizephyrian Locri and its secondary colonies, etc.) are examined in more detail.

Texte intégral

  • 1 Sauf mention contraire, toutes les dates citées s’entendent avant notre ère, à l’exception de celle (...)
  • 2 Orsi n’a publié qu’une sélection des tombes explorées en 1910-1915 (Orsi 1911 ; 1912, p. 5-18 ; 191 (...)

1Par rapport aux cadres de synthèse proposés par D. Graepler il y a une quinzaine d’années, concernant nos connaissances sur la coroplathie funéraire en Grande Grèce (Graepler 1996 ; 1997, p. 17), la situation n’a pas évolué de façon sensible. En effet, le nombre des nécropoles publiées de manière systématique demeure limité (voir Elia, Meirano, sous presse), ainsi que l’échantillon statistique sur lequel se fondent nos considérations. Outre les contributions d’Orsi sur Kaulonia (Orsi 1915 ; voir aussi Palomba 2004) et Medma (Orsi 1917a), je rappelle les publications concernant la nécropole de Pithécusses (Buchner, Ridgway 1993 ; voir aussi Nizzo 2007), de l’aire funéraire méridionale d’Héraclée (sépultures du ive et du iiie s. : Pianu 1990) et des tombes de la chôra de Métaponte (Carter 1998), publications auxquelles s’est ajouté dernièrement le premier volume consacré à l’édition systématique des nécropoles de Locres Épizéphyrienne (Elia 2010)2.

  • 3 Avagliano 1985 ; Cipriani 1989 et 1994 ; Pontrandolfo 1992 ; G. Avagliano et M. Cipriani, intervent (...)
  • 4 Voir par exemple Nava 2001, p. 946-949 ; 2002, p. 740-742 ; 2003, p. 664-667 ; 2004, p. 958-963 ; 2 (...)
  • 5 Voir par exemple Nava 2002, p. 730-731 ; 2003, p. 661-662 ; 2004, p. 968 ; De Siena 2011, p. 643-64 (...)

2Pour d’autres contextes, nous disposons de synthèses et/ou de contributions partielles (par exemple, pour Poséidonia)3, tandis que les rassegne présentées chaque année au Colloque de Tarente n’offrent évidemment qu’une sélection des découvertes effectuées pendant les dernières décennies (par exemple sur les nécropoles urbaines de Métaponte4 et d’Héraclée5). En général, la documentation est plutôt dispersée, ce qui n’a pas encouragé le développement d’études de synthèse sur des aspects spécifiques, tels que la diffusion des terres cuites et leur valeur sémantique : une exception est toutefois représentée par Tarente.

  • 6 Biardot (E. P.) – Explication du symbolisme des terres cuites grecques de destination funéraire. Pa (...)

3L’intérêt pour les terres cuites trouvées en contexte funéraire est pourtant assez ancien, comme nous le rappelle à juste titre Graepler (1996, p. 229), en citant les ouvrages du collectionneur français Prosper Biardot, défenseur de l’existence d’un lien étroit entre la coroplathie et les croyances mystériques dionysiaques6. Cependant, cet intérêt était sans rapport avec la contextualisation des pièces, car il était alimenté par les collections des musées italiens et étrangers comportant des exemplaires remarquables, mais dépourvus d’informations concernant les circonstances et parfois même les lieux de trouvaille.

  • 7 Voir, par exemple, l’interprétation avancée pour les terres cuites des nécropoles hellénistiques de (...)

4La tendance eschatologique qui a dominé tout le xixe s. dans l’exégèse des terres cuites trouvées en contexte funéraire a été suivie dans la littérature scientifique par une longue période pendant laquelle la lecture profane, sécularisée, a prévalu, en considérant ces éléments du mobilier comme des « sujets de la vie familière » ou « réelle », des documents relevant d’un « art de genre », caractérisés par une valeur éminemment décorative. De nos jours encore, on constate parfois dans la bibliographie des interprétations qui risquent de sous-estimer la complexité des significations symboliques des terres cuites, par exemple en les considérant indifféremment comme des jouets7.

5En revanche, le travail fondateur de Graepler (1997) sur la coroplathie de Tarente à l’époque hellénistique a eu le mérite d’indiquer une nouvelle approche pour l’étude des terres cuites en milieu funéraire et de montrer les modalités selon lesquelles ces objets participent de la définition du rôle social du défunt. En considérant in primis les contextes et les associations préférentielles, il a su reconnaître les valeurs symboliques des figurines, en mettant en évidence les stratégies de sélection mises en place au moment de la déposition dans la sépulture.

Fig. 1. Temple-boy, Locres, nécropole de Lucifero, tombe 885

Fig. 1. Temple-boy, Locres, nécropole de Lucifero, tombe 885

(d’après Elia 2001).

Fig. 2. Temple-boy, Medma, nécropole de Nolio-Carrozzo, tombe 39

Fig. 2. Temple-boy, Medma, nécropole de Nolio-Carrozzo, tombe 39

(d’après Orsi 1917a, fig. 13).

  • 8 Orsi insiste lui aussi à plusieurs reprises, surtout dans ses cahiers manuscrits, sur la « cattivis (...)

6Graepler (1996, p. 231) insiste à juste titre sur le fait qu’il s’agit de terres cuites « trouvées dans les tombes » et non « créées pour les tombes », donc d'une production qui n'est pas liée de façon spécifique au domaine funéraire, aspect dont il faut tenir compte dans l’interprétation, et surtout dans l’évaluation de la documentation des nécropoles par rapport à celle provenant des contextes sacrés. Cependant, quelques indices (figurines de mauvaise qualité, mal cuites) récoltés sur des sites d’Italie du Sud, notamment à Hipponion (Arslan 1986, p. 1043) et à Héraclée (infra, note 22), ont conduit les fouilleurs à imaginer qu’une production à destination funéraire (ou une sélection de certaines pièces dans ce but) avait pu parfois exister8.

7À Tarente, la plupart des figurines sont rattachées à deux contextes thématiques prédominants qui se rapportent de façon spécifique au genre et à la classe d’âge du défunt : les rituels prénuptiaux qui concernaient les jeunes filles à l’approche du passage de status déterminé par le mariage, ainsi que la dimension courotrophique, reliée à la protection des enfants au moment de leur passage périlleux vers l’au-delà.

8Tarente à l’époque hellénistique constitue par ailleurs un point de référence incontournable grâce aussi à l’abondance des terres cuites, un corpus qui n’a pas de parallèles en Grèce d’Occident, sauf à Lipari, où la variété iconographique est cependant moins ample, la plupart des types étant associés au théâtre (voir par exemple Bernabò Brea 1981).

  • 9 Le nombre total des sépultures mises au jour, y compris celles datant d’époque romaine, dépasse les (...)

9Dans les tombes de la colonie laconienne, la coroplathie commence à se diffuser de façon sensible à partir du milieu du ive s. Toutefois, parmi les 10.000 sépultures connues environ, échelonnées entre le ive et le ier s.9, moins de 200 contiennent des terres cuites, ce qui correspond, pour toute la période, à un pourcentage plutôt bas (moins de 5 %, vraisemblablement 2 à 3 %). Grâce à son excellente base statistique, le cas d’étude tarentin nous permet donc d’affirmer que les terres cuites, même durant les époques où elles sont bien représentées, constituent un signe de distinction du défunt.

Fig. 3. Pieds en terre cuite, chôra de Métaponte, nécropole de Pantanello, tombe 126

Fig. 3. Pieds en terre cuite, chôra de Métaponte, nécropole de Pantanello, tombe 126

(d’après Link-Malone 1998, fig. 19.2 et p. 781).

  • 10 En considérant les critères disponibles à Tarente pour la définition de l’âge des défunts, parmi le (...)

10À Tarente, parmi les tombes contenant des terres cuites, 60 % appartenaient à des enfants ou à des adolescents ; pour ce qui est du sexe du défunt, la plupart concernaient des sépultures féminines (41,8 à 48,1 %, ou 55 à 56,6 %, par rapport à 10,1 % de contextes masculins)10. Sur la base des occurrences attestées, il semble, en outre, que chez les individus de sexe masculin la coroplathie soit presque réservée aux enfants (Graepler 1997, p. 238-239).

11À la lumière du caractère hétérogène de la documentation concernant plusieurs sites de Grande Grèce, que j’évoquais au début, il est difficile de tracer un bilan fiable des occurrences. Je crois, toutefois, qu’il n’est pas sans intérêt de chercher à mettre en évidence brièvement, dans les cas où cela est possible, des données quantitatives générales, par exemple, à propos de la diffusion des terres cuites dans les nécropoles et de leur présence dans les tombes d’enfant par rapport aux sépultures d’adultes.

  • 11 Les données quantitatives se réfèrent aux sépultures du chantier INAM, fouillées entre 1969 et 1974 (...)
  • 12 Une tombe féminine accompagnée de figurines et d’une colombe s’est ajoutée récemment aux sépultures (...)
  • 13 Le dossier, publié de façon analytique, se limite aux pièces récupérées dans une tombe perturbée et (...)

12Comme on l’a constaté pour Tarente, la présence de terres cuites dans les mobiliers funéraires constitue un phénomène nettement minoritaire en Grande Grèce. À Hipponion, dans la nécropole occidentale (fin du viie-iiie s.), elles concernent seulement 2,25 % des tombes11 ; il en est à peu près de même dans la chôra de Métaponte (2,18 % : Link-Malone 1998, p. 771)12, tandis que pour les nécropoles urbaines de la colonie achéenne on ne compte que quelques exemplaires, bien que des centaines de tombes explorées soient encore inédites13.

  • 14 Voir, en général : Orsi 1913, p. 50 et 53 ; 1917b, p. 149-153 et 164 ; Elia 2010, p. 253-276 et 364 (...)
  • 15 Une recension récente a permis de rassembler environ 200 tombes hellénistiques, auxquelles s’ajoute (...)

13À Locres, le réexamen des tombes fouillées par Orsi entre 1910 et 1915 a permis de disposer pour la première fois d’une base documentaire suffisamment large et fiable, qui témoigne que le pourcentage reste plutôt bas, inférieur à 4 % (Elia 2010, p. 254 n. 14)14. Pour les nécropoles hellénistiques de Rhègion et de ses alentours, malgré l’absence de données statistiques, la présence de terres cuites semble modeste par rapport au nombre des sépultures explorées15.

  • 16 Des terres cuites proviennent de la tombe collective 85, datant de l’époque hellénistique, utilisée (...)
  • 17 L’unique aire funéraire publiée de façon systématique est celle de Vallone Bernardo, où Orsi mit au (...)
  • 18 Malheureusement, la provenance de la plupart des terres cuites funéraires datant des périodes archa (...)
  • 19 Voir la bibliographie générale sur les nécropoles supra, note 3. Je signale notamment la tombe 33 d (...)
  • 20 Les documents connus se réfèrent à la période où la cité a désormais perdu son indépendance. Des te (...)

14À une exception près, la coroplathie est absente dans les sépultures de Pithécusses16. Il en est à peu près de même pour d’autres sites, où la documentation disponible, bien que peu systématique et par disiecta membra, permet toutefois de mettre en évidence les tendances prédominantes, qui semblent attester la rareté ou, parfois, l’absence de terres cuites (Siris : Berlingò 1986, p. 117-127 ; Kaulonia17, Cumes18, Poséidonia19, Néapolis20).

  • 21 L’exploration de la nécropole de Nolio-Carrozzo a été reprise après la fouille d’Orsi (Arias 1946 ; (...)
  • 22 Aux tombes publiées par Pianu, concernant les fouilles de 1978 et 1979 dans la nécropole méridional (...)

15Face à cette uniformité, il faut tout de même souligner que certaines situations se distinguent en montrant des occurrences plus élevées. À Medma, par exemple, où les 86 tombes fouillées par Orsi, datant des ve-ive s., présentaient de la coroplathie dans presque 20 % des contextes (Orsi 1917a)21 ; dans la nécropole méridionale d’Héraclée (ive-iiie s.), le phénomène concerne environ 12 % des 278 sépultures22.

Fig. 4. Pieds en terre cuite, Tarente, tombe 66, découverte Via Mezzacapo le 18 avril 1934

Fig. 4. Pieds en terre cuite, Tarente, tombe 66, découverte Via Mezzacapo le 18 avril 1934

(d’après Graepler 1996, p. 243).

16Si, dans le passé, les terres cuites figurées ont été souvent considérées comme des indicateurs infantiles tout court, l’analyse systématique des données met cependant en évidence la présence de ces offrandes également dans des tombes d’adultes, comme on l’observe à Tarente. Il s’agit en tout cas d’un phénomène discontinu, avec des variations remarquables selon les sites et les périodes chronologiques.

  • 23 Malheureusement, la plupart des informations non analytiques rassemblées dans les notes ci-dessus, (...)
  • 24 Carter, Hall 1998, p. 256, 265, 320, 324-345, tombes 12, 71, 253, 270. Il est en outre fort probabl (...)

17En limitant l’analyse aux contextes où la qualité de la documentation permet de tirer des données quantitatives fiables23, on note que, dans la chôra de Métaponte, seules trois des sept tombes qui ont livré des terres cuites sont associées à des individus morts jeunes ; dans les autres cas il s’agit d’adultes, dont au moins deux femmes, parmi lesquelles l’une est âgée de plus de 70 ans24. Il en est à peu près de même dans la nécropole occidentale d’Hipponion, où seules quatre des dix sépultures comportant des terres cuites sont attribuables de façon sûre à des enfants (dans trois cas, il s’agit d’individus de sexe féminin : Arslan 1986, p. 1043), et à Medma, où environ la moitié des tombes pourvues de figurines appartient vraisemblablement à des immatures (Orsi 1917a).

18Les sépultures de Lucifero à Locres confirment cette tendance, car presque un tiers des dépositions contenant des terres cuites ont été attribuées à des adultes (Elia 2001).

  • 25 Je cite par exemple, à ce propos, la tombe 106 (Pianu 1990, p. 111) où, bien que le squelette soit (...)

19En revanche, toutes les tombes de la nécropole méridionale d’Héraclée présentant de la coroplathie sont identifiées comme des sépultures d’enfants (Pianu 1990, p. 231), mais dans ce cas la lecture proposée semble parfois prévaloir sur le fait archéologique.25

  • 26 Dans les nécropoles urbaines, la coroplathie se répand à partir du milieu du ive s. (voir supra, n. (...)

20Le dossier tarentin, si riche, que nous avons rapidement évoqué, offre l’exemple unique, en Italie du Sud, d’une étude de longue haleine sur le sujet, mais il concerne de façon exclusive l’époque hellénistique. Et, en effet, la présence de terres cuites dans les tombes constitue un phénomène caractéristique de cette époque en Grande Grèce. Non seulement à Tarente et à Métaponte26, mais aussi à Héraclée (Pianu 1990 ; voir aussi supra, n. 22), la diffusion commence au milieu du ive s., et même plus tard à Rhègion (Andronico 2006b, p. 61). Les maigres documents provenant des sites de l’ancienne Campanie (v. supra, notes 16 ; 18-20) remontent presque tous à la période hellénistique.

  • 27 Graepler 1996, p. 230, 241, 248 n° 172. À l’extérieur de la même tombe, découverte le 8 novembre 18 (...)
  • 28 Lo Porto 1961a, p. 274-275 n° 3, fig. 10a et 11 ; Graepler 1996, 230 et 241 n° 171 (tombe 11 de via (...)
  • 29 Orsi 1913, p. 46, fig. 60 : tombe 934 de Lucifero, « forse di giovane donna » ; Graepler 1996, p. 2 (...)

21Dans sa synthèse sur la Grande Grèce, Graepler (1996 ; voir aussi Abruzzese-Calabrese 1996, p. 189) soulignait la pauvreté des documents pour l’époque archaïque et classique, en citant seulement comme exemples de coroplathie funéraire quelques protomés (voir infra, n. 35), un Silène27, un thymiatérion avec une figure féminine28 – tous provenant de Tarente –, ainsi que le célèbre vase plastique en forme de Ménade, découvert à Locres.29

  • 30 Je ne traiterai pas de la présence des vases plastiques dans les tombes. Bien qu’apparentés du poin (...)

22Or, même en excluant l’instrumentum en terre cuite et les vases plastiques30, le dossier est en peu plus riche que cela, à Tarente et ailleurs.

  • 31 À propos de la complexité sémantique intrinsèque des assemblages funéraires qui connotent les indiv (...)

23Je chercherai à contribuer au sujet en mettant en évidence les maigres données et quelques-unes des tendances qui caractérisent la présence des terres cuites dans les contextes funéraires d’individus immatures avant l’époque hellénistique. En privilégiant une approche contextuelle, je traiterai en suite quelques cas d’étude spécifiques et j’essaierai de décrypter le message originel véhiculé par le mobilier de la tombe31.

Fig. 5. Pied en terre cuite, Locres, nécropole de Lucifero, tombe n° 868

Fig. 5. Pied en terre cuite, Locres, nécropole de Lucifero, tombe n° 868

(d’après Elia 2001).

Fig. 6. Sarcophage en terre cuite en forme de pied chaussé, Rhègion, nécropole septentrionale, tombe 6

Fig. 6. Sarcophage en terre cuite en forme de pied chaussé, Rhègion, nécropole septentrionale, tombe 6

(d’après Andronico 2006a, fig. 18 et 60).

  • 32 Dell’Aglio 1990, p. 413 ; 1991, p. 30 no 3.14-3.16, tombe 12 de l’Ospedale SS. Annunziata (8-9 nove (...)

24En Italie du Sud, certains sujets constituent des unica dans les tombes d’enfant avant 350. Contrairement à ce que l’on observe ailleurs dans le monde grec, la présence de statuettes d’animaux est rare. Je citerai trois exemplaires – une tortue, un sanglier, un bélier – qui faisaient partie du mobilier d’une sépulture très riche de Tarente, datant du début du Ve s.32.

Fig. 7. Meubles miniatures en terre cuite, Locres, nécropole de Lucifero, tombes 844, 1102 et 564

Fig. 7. Meubles miniatures en terre cuite, Locres, nécropole de Lucifero, tombes 844, 1102 et 564

(d’après Orsi 1913, fig. 6 et 43, et Elia 2001).

  • 33 Orsi 1917a, p. 42, fig. 6, tombe 27, probablement un enfant sur la base de l’examen du mobilier (un (...)
  • 34 Orsi 1917a, p. 42, tombe 33 : voir aussi, infra, n. 55.

25Il en est de même pour une figurine d’enfant dans ses langes33, ainsi que pour un relief au banquet couché34, qui proviennent de tombes de Nolio-Carrozzo à Medma.

  • 35 E. Lippolis, fiches du catalogue. In : D’Amicis et al. 1997, 151-152 n° 7.3 (tombe découverte Via S (...)
  • 36 Orsi 1911, p. 17-18 ; Elia 2001, tombes 259 (520-500 ; voir aussi, D. Elia dans volume) et 747 (ve (...)
  • 37 Orsi 1917a, p. 46-48, fig. 17 (tombe 46, datée du ve s. : le mobilier comprenait aussi une figurine (...)
  • 38 Trois exemplaires font partie du mobilier de la tombe 120/Barbuto de la nécropole occidentale, qui (...)
  • 39 Link-Malone 1998, p. 780, T126-1 ; Carter, Hall 1998, p. 241 (tombe 126 : riche crémation, vraisemb (...)
  • 40 Voir Barra-Bagnasco 1986, p. 138-145 et 150-154 ; 2005 ; 2009, p. 135-136 et 319 ; Abruzzese-Calabr (...)

26En revanche, les protomés et les bustes féminins sont nettement plus fréquents au cours des vie et ve s., dans plusieurs nécropoles : à Tarente35, Locres36, Medma37, Hipponion38, ainsi qu’à Pantanello, dans la chôra de Métaponte39. La valeur chtonienne et funéraire de ces représentations « abrégées » du corps humain a été mainte fois soulignée dans la bibliographie, en particulier pour la Grèce d’Occident.40

27Un copieux dossier concerne les statuettes féminines, surtout à Locres. En effet, comme l’indiquent les données disponibles, ce site présente le contexte funéraire le plus riche en terres cuites de Grande Grèce, avant le milieu du ive s.

  • 41 Locres, nécropole de Lucifero : Elia 2001, tombe 705 (450-400), tombe 821 (400-350 : deux exemplair (...)
  • 42 Locres, nécropole de Lucifero, figurines articulées : Orsi 1912, 6 (tombe 275, deuxième quart du ve(...)

28Les statuettes drapées, trônant ou debout, qui renvoient à la sphère du mariage (Graepler 1996, p. 232 ; 1997, p. 239 et passim ; Abruzzese-Calabrese 1996, p. 194), ne sont pas nombreuses41. En revanche, les figurines féminines à membres mobiles et nues assises – dans les deux versions, soit avec les membres tronqués soit avec leurs bras, souvent déposées en couple dans la tombe, entre les jambes de la défunte, ou à côté – sont en nombre considérable42. Bien documentées dans les sanctuaires, notamment dans celui de Grotta Caruso (infra, p. 125), les figurines nues assises représentent, avec les arulae miniatures, les types coroplastiques les mieux attestés dans les tombes d’immatures de Locres. On connaît aussi un exemplaire dans une tombe d’enfant de la colonie secondaire de Medma (supra, n. 37).

  • 43 On trouvera un historique, un aperçu critique du status quaestionis, ainsi que des propositions d’i (...)

29Je ne m’attarderai pas sur l’exégèse des figurines féminines articulées ou nues assises, qui continuent à faire débat et pour lesquelles il existe déjà une bibliographie imposante43. Souvent identifiées indifféremment dans la littérature archéologique comme des « poupées », ces statuettes polysémiques ont été plutôt interprétées récemment comme un « double de la jeune fille » (Dasen 2010, p. 27), c’est-à-dire des représentations de la nymphè, faisant allusion à la sexualité et au mariage, sphère à laquelle se rattachent aussi d’autres sujets qu’on examinera. Étant donné la diffusion de ces représentations et l’hétérogénéité des contextes, une lecture plus nuancée est tout de même envisageable (voir par exemple Graepler 1996, p. 231-232, 1997, p. 212-219).

Fig. 8. Kibotion miniature en terre cuite, Locres, nécropole de Lucifero, tombe 860

Fig. 8. Kibotion miniature en terre cuite, Locres, nécropole de Lucifero, tombe 860

(d’après Orsi 1913, fig. 47).

  • 44 Orsi 1917b, p. 118-119, fig. 23 ; voir aussi supra, n. 42.
  • 45 Orsi 1917b, p. 105-106, fig. 8 ; voir aussi supra, n. 42 et infra, p. 124. Pour un commentaire sur (...)
  • 46 Voir par exemple Elia 2001, tombe 617. Des terres cuites de ce genre proviennent aussi de la fouill (...)

30Les personnages liés au théâtre, ainsi que les sujets grotesques et dionysiaques, occupent une place importante parmi les terres cuites destinées aux tombes d’immatures. À Locres, quatre sépultures étaient accompagnées par ce genre de représentations : un Silène (tombe 1091 : voir aussi infra, p. 119, 120), un Silène et deux sujets caricaturaux (tombe 1345)44, une statuette d’Héraclès (Orsi 1912, p. 13, fig. 13, tombe 380 : ve s. ; Todisco 2005, p. 717, pl. II, d), ainsi qu’une représentation de Baubò (tombe 1102)45. En revanche, ces terres cuites sont plus rarement présentes dans les tombes d’adultes46.

  • 47 Le Bès appartient à la tombe 187/Muschella de la nécropole occidentale, attribuée à un enfant âgé d (...)

31Une figurine de Bès, ainsi que deux autres sujets grotesques, sont attestés à Hipponion.47

32La présence de ce type de représentations constitue un phénomène bien attesté en Grèce d’Occident, surtout à l’époque hellénistique. À Tarente ces types coroplastiques sont répandus exclusivement dans des tombes d’enfant, tandis qu’en Sicile, notamment à Lipari (Bernabò Brea1981), ils sont plutôt associés à des adultes.

Fig. 9. Pinakes locriens, types 5/1 et 5/2

Fig. 9. Pinakes locriens, types 5/1 et 5/2

(d’après Lissi-Caronna, Sabbione, Vlad-Borrelli 1996/2007).

33Le rapport avec la sphère infantile est explicité par une épigramme de l’Anthologie Palatine (VI, 308). Le théâtre avait une fonction spécifique dans l’éducation et les processus d’initiation à l’âge adulte et, donc, la participation à la vie de la polis en tant que citoyen. Comme pour les choés attiques, on a proposé de comprendre la déposition de ces terres cuites dans les tombes d’immatures comme un moyen de caractériser la tranche d’âge du défunt, correspondant, dans ce cas, au moment de sa première approche du théâtre (Graepler 1997, p. 231-234 et 242 ; Todisco 2005).

34À Locres, les figurines de ce genre sont bien attestées aussi dans l’habitat (Barra-Bagnasco 2009, p. 122-128 et 170-186), et surtout dans le sanctuaire de Grotta Caruso, près du théâtre de la cité antique, où des rituels de passage avaient lieu, sous l’égide des Nymphes (Costabile 1991, passim ; Todisco 2005, p. 717).

  • 48 Pour l’étude typologique je renvoie à Rubinich, Origlia 1989.

35Le dossier locrien documente un autre type réservé aux dépositions d’immatures : il s’agit des arulae, les autels en terre cuite, miniaturisées. Caractéristiques du ve s., mais parfois également attestés dans la première moitié du ive s., ces objets sont présents dans sept sépultures d’enfant. Le nombre d’exemplaires peut varier : un (tombes 567, 800, 1091, 1242 : Orsi 1913, p. 8 et 33, fig. 39 ; 1917b, p. 116-117 ; Elia 2001), deux (tombes 275 et 330 : Orsi 1912, p. 6 et 9, fig. 2) ou quatre (tombe 860 : Orsi 1913, p. 37-38 ; voir aussi D. Elia dans ce volume) par tombe. Parfois ils sont associés à d’autres terres cuites (tombes 275, 1242, 1091 : supra, 42 et p. 118 ; infra, n. 54 et p. 120 ; tombe 330 : pinax mélien), comme dans une tombe de Medma (infra, n. 55), et, notamment, à des meubles ou des loutéria miniatures (tombes 567, 860 : voir infra, p. 124, 125)48.

  • 49 Un cas analogue est documenté dans une tombe d’enfant de Matauros : Elia 2010, p. 335 n. 47.

36Dans quelques cas, des arulae de grandes dimensions faisaient partie de la structure de la sépulture (tombes 1501, 1224, 1347 : Orsi 1917b, p. 115, fig. 17 ; p. 119, fig. 24 ; p. 134-135), ou bien elles en constituaient le sèma (Elia 2010, p. 58 et 269-270, CO27-29, tombe B)49.

  • 50 La nécropole de Lucifero a restitué en outre plusieurs exemplaires d’arulae sporadiques : Elia, Mei (...)

37La valeur funéraire d’une des scènes représentées sur les petits autels – le combat entre Héraclès et Achéloos –, en relation avec l’âge et la condition du défunt, a déjà été mise en évidence (Elia 2010, p. 332-335 ; Elia, Meirano 2010, p. 306, et sous presse). Cette lecture, insistant sur la valeur apotropaïque de la lutte, du triomphe sur les dangers et de la puissance comme viatique pour le voyage des petits défunts vers l’au-delà, pourrait s’adapter aussi à quelques autres représentations attestées (lion, taureau ; scènes de lutte entre animaux). Le sphinx possède, lui, une valeur funéraire explicite50.

  • 51 Voir Rubinich, Origlia 1989, p. 169 ; cependant, la lecture proposée pour ces objets (« modesti gio (...)

38Face à la diffusion des arulae dans la cité, soit dans les contextes sacrés (notamment, à Mannella), soit dans l’habitat (Rubinich, Origlia 1989 ; Barra-Bagnasco 2009, p. 119-122), il faut souligner que les exemplaires miniatures constituent à Locres une production locale destinée spécifiquement aux tombes d’enfants, donc un des rares cas de « coroplathie funéraire » stricto sensu (voir supra, p. 112)51.

39Après cet excursus général, passons à l’examen de quelques cas d’études représentés par des types coroplastiques dont l’occurrence dans les contextes funéraires d’immatures en Grande Grèce n’a pas été suffisamment mise en évidence. Comme on le verra, la documentation fournie par Locres se confirme comme incontournable.

  • 52 Syracuse : voir par exemple Orsi 1925, p. 304-305, fig. 59 (tombe 121) ; M.T. Lanza, fiche du catal (...)

40Les statuettes d’enfants accroupis, dits traditionnellement temple-boys – type originaire d’Égypte, introduit par l’intermédiaire des Phéniciens, d’abord à Chypre et à Rhodes – sont fréquemment présents dans les tombes grecques d’immatures, de la petite enfance à l’adolescence. En Grèce propre (notamment à Rhodes, en Crète, à Argos, à Éleusis, à Myrina, à Olynthe, etc. : Hadzisteliou-Prize 1969) et en Sicile (Syracuse, Mégara Hyblaea, Camarine)52, elles sont bien attestées à l’époque archaïque et surtout classique.

  • 53 Voir aussi l’interprétation proposée pour la statuette de femme tenant un enfant dans ses bras de l (...)

41Sur la base de l’examen des occurrences dans les contextes sacrés et les nécropoles, et de leur association fréquente avec des protomés et des sujets faisant allusion à la maternité (figurines féminines assises, images de kourotrophes, etc.), T. Hadzisteliou-Price (1969 ; 1978) a proposé de considérer les temple boys en milieu funéraire comme des représentations de l’enfant placé sous (ou demandant) la protection d’une divinité courotrophe (voir aussi Graepler 1997, p. 228-229 ; Panayotova, Hermary 2010, p. 249-250)53.

  • 54 L’assemblage funéraire de la tombe 1091 comporte aussi une statuette de Silène (supra, p. 118), un (...)

42En Grande Grèce, les documents les plus anciens proviennent de Locres, à partir du deuxième quart du ve s., et de tombes attribuables de façon sûre à des enfants (885, 1091, 1328 : Elia 2001) (fig. 1)54.

  • 55 Orsi 1917a, p. 42-43 et 50, tombes 33 et 64. La tombe 26 (ibidem, p. 41-42) était un ustrinum dont (...)

43Dans la nécropole de Nolio-Carrozzo à Medma, quatre tombes, datées des ve-ive s., ont livré un exemplaire d’enfant accroupi, représenté avec une oie (tombe 33) ou caressant un lièvre (tombes 26, 39) (fig. 2)55. À Hipponion, la sépulture 120/Barbuto (voir supra, n. 38) montre un temple boy associé à une kourotrophe.

  • 56 Graepler 1997, p. 242 n. 233 ; p. 259 n° 1, tombe 26 ( = 182 de Contrada Vaccarella : 375-325 ; par (...)

44À Tarente, le temple boy est présent dans trois sépultures, qui attestent sa diffusion dès le deuxième quart du ive s., mais la relation avec l’âge des défunts est moins claire56.

  • 57 Tombe 1 de Via Dante Alighieri, Contrada Corti Vecchie (10 octobre 1962) : Lo Porto 1962, p. 162-16 (...)
  • 58 Les cheveux longs, l’absence de la barbe, la position des bras et la façon de porter le vêtement ca (...)

45Une autre iconographie masculine, plus rare en Grande Grèce, est attestée par un exemplaire isolé, découvert à l’extérieur d’une sépulture archaïque de Tarente : il s’agit d’une statuette de kouros drapé57. Pour ce type coroplastique, la présence en même temps de caractéristiques associées soit aux images féminines, soit aux représentations de sujets de sexe masculin58, a conduit à orienter l’interprétation vers une signification particulière, notamment la volonté de marquer le statut de l’adolescent et sa participation imminente à des rites de passage (voir à ce propos, Gasparri 2008, p. 338-339).

  • 59 Orsi 1890, col. 820-821, pl. V, 8 (tombe XXX) ; col. 834 (tombe LXXII, comportant un enfant et un a (...)

46Bien que la tombe tarentine ait été attribuée à un adulte par les fouilleurs (probablement sur la base des dimensions), je pense qu’il serait possible de l’associer plutôt à un immature – un adolescent –, pour lequel on évoquerait l’étape suivante de sa jeunesse manquée, un pendant – pourrait-on dire – des « poupées » et des figurines apparentées dans les sépultures de jeunes filles. La prudence est de mise, toutefois, parmi les rares documents de ce type en Grèce d’Occident, deux exemplaires, provenant de sépultures de Mégara Hyblaea, montrent manifestement l’association de cette iconographie avec un « fanciullo » (tombe XXX) et un « bambino » (tombe LXXII). Dans le deuxième cas, la statuette avait été déposée directement sur la poitrine du défunt59. La sépulture tarentine était accompagnée par un mobilier riche et élaboré, qui rassemblait plus de vingt pièces (des vases à boire, des phiales, une pyxide, et notamment des vases à parfum, parmi lesquels des exemplaires plastiques). La première tombe de Mégara Hyblaea dépassait aussi les vingt offrandes, dont plusieurs vases à parfum raffinés.

Fig. 10. Mobilier partiel de la tombe 567 de Locres, nécropole de Lucifero

Fig. 10. Mobilier partiel de la tombe 567 de Locres, nécropole de Lucifero

(d’après Elia 2001).

  • 60 Une tombe de Giardino Spagna à Syracuse, contenant une statuette de kouros vêtu (Cultrera 1943, p.  (...)

47L’iconographie du kouros drapé évoque, comme on l’a mis en évidence (Gasparri 2008, p. 339 et 341), l’ensemble des valeurs et des idéaux propres des aristocraties archaïques : elle s’insère, à Tarente et à Mégara, mais aussi ailleurs, en Sicile et en Grèce60, dans des assemblages funéraires qui sont significatifs de l’exhibition du statut et de la condition du défunt.

48Un autre sujet, dont l’exégèse fait débat dans la bibliographie, n’a pas encore reçu, pour ce qui est de la Grande Grèce, l’attention qu’il mérite. Il s’agit des petits modèles de pieds, toujours caractérisés par un rendu très soigné, attestés dans quelques tombes d’individus pré-adultes au cours des premières décennies du ive s.

49Une terre cuite représentant deux pieds accolés (fig. 3) a été déposée avant la crémation à côté du fémur droit de l’individu incinéré, 126 de Pantanello, près de Métaponte, tombe déjà évoquée à cause de la présence d’une protomé parmi les offrandes (supra, n. 39). M. Link-Malone (1998, p. 774, 781, T 126-11, fig. 19, 2) souligne qu’il s’agit de pieds nus : au contraire, je pense que la présence des semelles, très bien modelées et adaptées au profil des pieds, nous indique que ces pieds étaient probablement chaussés de sandales, dont les lanières pouvaient être suggérées par des bandes en couleur.

  • 61 Graepler 1996, p. 233 et 242 nos 180-181 ; Bartoccini 1936, p. 149, fig. 40b (tombe 66, découverte (...)

50À Tarente, deux couples de pieds chaussés de sandales, pourvues de hautes semelles, proviennent d’une tombe datée du troisième quart du ive s. (fig. 4)61, tout à fait exceptionnelle pour la phase A de la nécropole (375-325 : Graepler 1994, p. 284-285), à cause de l’abondance des terres cuites qui faisaient partie du mobilier (des figurines debout et trônant, une acrobate, etc.).

  • 62 Orsi notait « giovanetto » dans son cahier de fouille. L’identification avec un sujet féminin est p (...)
  • 63 À cause de ses dimensions, le fragment ne peut pas appartenir à une statuette.

51À Locres, l’inhumation 868 de Lucifero, datant de la première moitié du ive s., appartenait à une jeune personne, que l’on peut proposer d’identifier comme une fillette62 : un fragment de modèle de pied, superposé à une semelle, a été retrouvé près du pied de la défunte (fig. 5)63.

  • 64 Le status quaestionis est résumé chez Weiß 1990, p. 161; voir aussi: Link-Malone 1998, p. 774 (« …i (...)
  • 65 Puisqu’il s’agit de reproductions de pieds et de chaussures féminins, provenant de tombes de jeunes (...)
  • 66 Grapler (1997, p. 196-197) considère aussi le Fußekleidung parmi les critères d’analyse.
  • 67 Voir Dasen 2010, p. 28. Je rappelle en outre deux épigrammes de l’Anthologie Palatine (VI, 206-207) (...)

52Les modèles de bottes, éléments caractéristiques du maiden kit (comme l’appelle S. Langdon, 2007) diffusés surtout en Attique à l’époque géométrique, et de pieds chaussés de sandales, ainsi que les vases plastiques en forme de pieds déposés dans les tombes, ont bien souvent été interprétés, à la suite de Poulsen (1905, 30-31) et plus récemment de Kurtz et Boardman (1971, p. 63, 211-212, 331)64, comme un viatique pour le long voyage que l’âme du défunt doit affronter pour rejoindre l’au-delà. Cette interprétation semble toutefois loin d’être convaincante65, et il en est de même pour le parallèle avec les ex-voto anatomiques, évoqué parfois dans la bibliographie (voir par exemple Graepler 1996, p. 233 ; Link-Malone 1998, p. 773-774). L’interprétation reste problématique, mais les études de C. Weiß (1990 et 1995) sur les vases en forme de chaussures et de A. Haentjens (2002) sur l’évocation des ces dernières dans les tombes archaïques ont depuis quelques années attiré l’attention sur le lien entre les pieds chaussés et le mundus muliebris. Dans un travail récent, M. Cultraro et M. Torelli (2009) ont réexaminé de façon exhaustive le dossier, très abondant, concernant les contextes de trouvaille et les représentations de chaussures féminines en Grèce propre, de l’époque mycénienne à l’époque classique, en décryptant les significations symboliques des différents types de chaussures : bottes, sandales et pantoufles. Les auteurs parviennent à proposer de façon convaincante que les chaussures qualifient l’âge et le statut social, de façon proportionnelle – pourrait-on dire –, à l’« ouverture » de la chaussure66. Les bottes (peut-être les akrosphyra des sources anciennes), qui couvrent en partie le mollet, correspondraient à la parthénos ; les pantoufles, dépourvues de lacets et qui dévoilent le pied, symbole érotique, à l’hétaira ; les sandales à la femme mariée. Ces dernières chaussures, les nymphides, qu’on recevait à l’occasion du mariage, représenteraient donc une évocation de la séduction exercée dans le milieu nuptial, mais aussi un symbole du passage des jeunes épouses de la maison de leur père à celle du futur mari67.

53Aux modèles de pieds chaussés de sandales – parfois associés à d’autres indicateurs, comme dans le cas de la sépulture de Tarente (infra, p. 125) – pourrait donc avoir été confiée la tâche d’évoquer ce moment fondamental de l’existence féminine, étape future d’un destin non accompli.

Fig. 11. Statuette en terre cuite : figure féminine nue et loutérion ; Tarente, tombe 66 découverte Via Mezzacapo le 18 avril 1934

Fig. 11. Statuette en terre cuite : figure féminine nue et loutérion ; Tarente, tombe 66 découverte Via Mezzacapo le 18 avril 1934

(d’après Graepler 1996, p. 123).

  • 68 De Francisis 1957, p. 388-391, tombe 6 de la nécropole mise au jour à l’occasion de la construction (...)
  • 69 Une interprétation discutable a été avancée récemment chez Andronico 2006b, p. 61-62, qui insiste s (...)

54Au dossier que l’on vient d’examiner peut être confronté un document extraordinaire, livré par la nécropole hellénistique de Rhègion : il s’agit d’un sarcophage en forme de pied, fermé à la hauteur de la cheville par une brique, datable du iiie s. (fig. 6)68. Ce pied droit est chaussé d’une sandale munie d’une semelle très haute, d’une ligula en forme de cœur et de lanières décorées par des motifs en tresses, des astragales, des ondes, etc. Le fouilleur citait comme parallèles les sarcophages anthropomorphes et du type a bagno, bien attestés dans l’aire de Reggio, mais, en considérant le fait qu’il s’agit dans ce cas d’un unicum, il proposait de façon hypothétique de relier la pièce « all’ arte sutoria oppure al teatro » (De Franciscis 1957, p. 390-391). Un lien avec la tradition punique de Sicile a été aussi évoqué (Spadea 1987, p. 99), ainsi qu’une lecture insistant sur la signification symbolique du pied en tant qu’allusion au dernier voyage du défunt (Guzzo 1987, p. 502), de manière analogue à ce qui a été proposé pour les petits modèles69.

55À l’intérieur du sarcophage (mesurant 1,21 m de long et 0,59 de large au maximum) ont été récupérées seulement des « piccole ossa », permettant d’identifier la sépulture comme celle d’un « fanciullo » de sexe indéterminé ; il n’y avait pas de mobilier. À la lumière du dossier concernant la diffusion de l’« iconographie du pied » en milieu funéraire, je pense que l’on peut proposer que cet objet énigmatique, bien qu’appartenant à une catégorie différente par rapport aux offrandes (vases plastiques, modèles de pieds chaussés et de chaussures), participe du même univers symbolique.

  • 70 L’interprétation des objets miniaturisés dans les mobiliers infantiles, où ils sont très fréquents, (...)
  • 71 Où ils sont attestés indifféremment dans des tombes masculines et féminines : A. Despoini, fiches d (...)
  • 72 Des meubles miniatures ont été trouvés aussi dans des tombes d’enfant de Thèbes (deux diphroi) et d (...)

56Le mariage, passage fondateur dans la vie féminine, est évoqué aussi par d’autres offrandes : les reproductions miniaturisées de meubles70. Les attestations de ces objets en Grèce propre sont nombreuses ; je me limite à rappeler les exemplaires en terre cuite de Myrina (Jeammet 2001, p. 12-13 : iie-ier s.), mais aussi les modèles en fer, plus rarement en bronze, provenant des tombes archaïques de Sindos71. En revanche, le mobilier d’une célèbre tombe d’Érétrie attribuée à une jeune fille, exposée au Louvre (325-300), montre, parmi ses nombreuses offrandes, plusieurs objets miniatures formant une dînette en bois et un nécessaire de toilette, des éléments de parure, des fusaïoles, une toupie, ainsi qu’une klinè et des tables miniatures en plomb. La dimension intime de la maison, ainsi que les jeux de l’enfance et le travail domestique y sont évoqués (Hasselin-Rous, Huguenot 2010 ; Jeammet 2001, p. 36-37, et p. 12, pour une maquette de lit en terre cuite d’Érétrie, datant de 350-300)72.

57En Grande Grèce ce type d’offrande est nettement plus rare ; cependant, l’aire locrienne fait connaître un dossier comparable, pour sa variété typologique, à ce que l’on connaît sur quelques sites de Grèce. Un petit tabouret en terre cuite a été récupéré parmi les offrandes de la tombe 246/INAM d’Hipponion (v. supra, n. 11 et 47). À Locres, cinq sépultures de Lucifero, échelonnées entre le ve et le milieu du ive s., présentent des maquettes de meubles en terre cuite : une trapéza (ou un coffre) est déposée dans les tombes 564 et 1102, tandis que dans le cas de la sépulture 844, la trapéza est associée à un petit modèle de klinè (fig. 7).

58Dans le cas de la tombe d’enfant 564 (Orsi 1913, p. 7, fig. 6 ; Elia 2001 ; première moitié du ive s.), le petit modèle est associé à un groupe de vases miniatures à vernis noir (un couvercle, des plats à poissons, une pyxide), des astragales, trois coquillages et une cigale en ivoire appartenant à l’origine à une fibule en fer. Ce dernier objet « parlant », isolée dans ce contexte, semble étayer la lecture proposée par K. Kallintzi et I. Papaikonomou (2006, p. 481-482), qui expliquent la valeur symbolique de l’insecte en relation avec le cycle vital de la femme. Il s’agit donc d’un objet très approprié pour un mobilier dont les éléments évoquent l’accomplissement manqué d’un destin.

59Le mobilier de la tombe 844 de Locres (Orsi 1913, p. 35-37, fig. 43-46 ; additions chez Elia 2001 ; milieu ou troisième quart du ive s.) est impressionnant pour l’abondance et la variété des offrandes. Outre les terres cuites – une figurine féminine nue aux bras tronqués (supra, n. 42) et les éléments constituant la trapéza et la klinè miniatures – le mobilier présentait une douzaine de vases à vernis noir, un cratère miniature achrome, des céramiques de cuisine, un askos plastique figuré, un fragment d’amphoriskos en verre, ainsi qu’un miroir, une poignée, une applique et deux strigiles en bronze. En revanche, dans la sépulture 1102 (Orsi 1917b, p. 105-106, fig. 7-8 ; additions chez Elia 2001), la trapéza était accompagnée d’un miroir, de deux lékanai et d’une pyxide, ainsi que de six statuettes, dont une figurine nue assise et une représentation de Baubò (v. supra, n. 42 et p. 118).

Fig. 12. Statuette en terre cuite : figure féminine nue et loutérion

Fig. 12. Statuette en terre cuite : figure féminine nue et loutérion

Tarente, tombe 1 de Rione Italia, Via Polibio, entre Via Oberdan et Via Dante, 17-19 août 1960

(d’après Forti, Stazio 1983, fig. 675).

Fig. 13. Pinax locrien, type 3/1

Fig. 13. Pinax locrien, type 3/1

(d’après Lissi-Caronna, Sabbione, Vlad-Borrelli 1996/2007).

Fig. 14. Mobilier partiel de la tombe 191 d’Héraclée, nécropole de Madonnelle

Fig. 14. Mobilier partiel de la tombe 191 d’Héraclée, nécropole de Madonnelle

(d’après S. Bianco, in Pugliese Carratelli (G.) dir., I Greci in Occidente, Milan, Bompiani, 1996, p. 651).

  • 73 Cf. les éléments des « symbolic preparations for marriage » des tombes de l’époque géométrique : La (...)

60Dans le cas de Locres, comme à Éretrie, il est possible de relier les maquettes de meubles à l’aménagement intérieur d’un foyer, à la dimension symbolique des tâches domestiques auxquelles la jeune fille était destinée en rentrant dans sa nouvelle maison, mais aussi, peut-être, aux futures expériences liées au mariage (le lit conjugal) ; en général, l’assemblage funéraire correspondrait donc à l’« univers familier que l’on souhaitait reconstituer auprès de la fillette » (Hasselin-Rous, Huguenot 2010, p. 275)73.

61À Locres, cette anticipation intentionnelle du rôle destiné à la jeune fille correspond à la volonté de souligner, dans les tombes d’adultes, l’importance et les prérogatives de la femme au sein de l’oikos, comme il ressort clairement de l’examen de certains mobiliers de Lucifero, contenant notamment des catégories spécifiques d’objets en métal (Cerchiai 1982, p. 291-293 ; Meirano 2002).

  • 74 À propos de l’exploration et des offrandes de ce célèbre sanctuaire voir Orsi 1909b et c, 1911 ; p. (...)
  • 75 Voir le petit coffre en terre cuite conservé au Musée de Naples : Barra-Bagnasco, Elia 1996, p. 81- (...)

62Un autre type de meuble est évoqué par deux miniatures dans la tombe 860 (Orsi 1913, p. 38, fig. 47 ; voir aussi, supra p. 119 ; D. Elia, dans ce volume) (fig. 8).Il s’agit de kibotia, des coffres rectangulaires avec des pieds terminés en patte de lion, apparentés aux pièces d’ameublement représentées sur les pinakes du Perséphoneion de Mannella à Locres même, sanctuaire qui est lié de façon explicite aux rites de passage accomplis par la nymphè74. Je présente à titre d’exemple des scènes sur lesquelles une figure féminine range des vêtements repliés (fig. 9) : l’image évoque l’atmosphère intime à laquelle nous avons fait allusion. Des modèles de meubles en terre cuite faisaient aussi partie des anathemata des sanctuaires de Locres, vraisemblablement de Mannella, ainsi que de l’aire sacrée de Grotta Caruso qui, dès le milieu du ive s., hérite en partie les prérogatives du lieu de culte plus ancien75.

  • 76 Ces derniers pourraient se référer à des problèmes de dentition de l’enfant : Dasen 2010, p. 25.

63Le loutérion semble participer aussi de cet univers symbolique lié au passage du statut de nymphè à celui d’épouse. La tombe 567 de Lucifero (Orsi 1913, p. 8, fig. 6bis ; Elia 2001 : dernières décennies du ve s.) en comptait deux exemplaires (dont un est actuellement introuvable ; fig. 10), avec une arula miniature (voir supra, p. 119), de petits vases, un askos plastique, et des objets réunis en groupes de cinq exemplaires (5 coquillages, 5 astragales et 5 dents animales)76. Le mobilier d’une tombe féminine (considérée comme celle d’un individu adulte) de la même nécropole contenait, parmi d’autres offrandes, un petit modèle de loutérion et une figurine nue assise (Orsi 1913, p. 34, fig. 42, tombe 828 ; Elia 2001 : deuxième moitié du ve s.).

  • 77 Papaikonomou 2007 et 2008a, p. 255-259 (maquettes de baignoires en terre cuite déposées à l’extérie (...)
  • 78 Le rapport métaphorique existant entre le bain rituel et le bain funéraire, ainsi que l’ambiguïté d (...)
  • 79 Graepler 1996, p. 232 et 242 n° 179 ; Bartoccini 1936, p. 149, fig. 40b.
  • 80 Colivicchi 2001, p. 53, 101, 102 n° 8.31, fig. 35 (tombe 1 de Rione Italia, Via Polibio entre Via D (...)

64Ces documents locriens ne sont pas isolés : D. Graepler à Tarente et I. Papaikonomou à Abdère77 ont souligné l’évocation du loutérion et de la baignoire en tant qu’allusion au loutron nymphikon, le bain rituel faisant partie des rites de protéléia (Ginouvès 1962, p. 265-282 ; Gernet 1976, p. 25-45), et aux pratiques qui avaient lieu dans les sanctuaires consacrés aux divinités qui protégeaient le mariage et qui réglaient les passages d’un statut à un autre (Artémis, Aphrodite, Héra, Perséphone, les Nymphes)78. La tombe riche en terres cuites découverte dans la colonie laconienne, déjà mentionnée à propos des petits modèles de pieds (supra, p. 121), contenait aussi une figurine féminine nue, debout, appuyée à un loutérion (fig. 11)79. Le type peut être mieux apprécié grâce à un exemplaire plus tardif, toujours de Tarente, provenant d’une autre sépulture très riche en terres cuites (fig. 12)80. Dans ce cas, une paire de chaussures fermées se trouve en outre entre le bassin et la jeune fille : si nous acceptons le code sémantique proposé par Cultraro et Torelli, le statut évoqué ici sous la forme des chaussures fermées, pour la jeune fille qui prend son bain rituel, n’est justement pas encore celui de la femme mariée.

  • 81 Pour l’interprétation de cet élément du symbolisme nuptial dans les pinakes, voir Lissi-Caronna, Sa (...)

65Pour revenir à Locres, on observe que le loutérion est largement utilisé dans l’imagerie locale, comme le montrent les pinakes en terre cuite du sanctuaire de Perséphone (fig. 13)81.

66J’ajouterai un dernier document au dossier que nous venons d’examiner.

  • 82 S. Bianco, fiche du catalogue. In: Pugliese Carratelli (G.) dir., I Greci in Occidente. Milan, Bomp (...)

67À Héraclée, la tombe 191 de la nécropole Ouest de Madonnelle (deuxième moitié du ive s.) abritait le corps d’un enfant, probablement de sexe féminin, gisant sur une surface qui a révélé des fragments de coquilles d’œuf. La défunte, entourée par 13 statuettes disposées comme une couronne protectrice autour du corps (12 exemplaires du type de Tanagra et une figurine nue), était accompagnée par un petit vase en terre cuite, un guttus portant l’inscription Hygieia, ainsi que par un loutérion en terre cuite (fig. 14). L’éditeur a avancé une interprétation séduisante, se rattachant à la dimension salvatrice du contexte ; cependant, je pense que l’allusion à la sphère qu’on vient d’évoquer à propos de Tarente et Locres pourrait aussi être proposée82.

68Le bilan sur les terres cuites funéraires en Grande Grèce avant le milieu du ive s. confirme donc la rareté de ce type d’offrandes dans les tombes, même dans celles des immatures. Cependant, elle met en évidence quelques types communs à plusieurs sites, comme les protomés, les enfants accroupis, ainsi que les figurines féminines, dont parfois l’iconographie est insaisissable à cause de l’état de conservation au moment de la découverte (ou du caractère de la documentation).

69En revanche, Locres et, en général, l’aire d’influence locrienne révèlent un nombre d’occurrences beaucoup plus élevé, permettant de reconnaître l’existence d’une stratégie de sélection complexe mise en place au moment de la déposition dans la tombe. Face aux types qui caractérisent aussi les sépultures d’adultes (par exemples les protomés, les figurines articulées et nues assises), certaines statuettes constituent des « signes particuliers » au sein du code sémantique de représentation funéraire, liés aux immatures, tels que les sujets grotesques ou inspirés du théâtre, ainsi que les arulae miniatures, aniconiques ou figurées ; en particulier, certaines figurines – attestées parfois aussi ailleurs, notamment quelques décennies plus tard – semblent faire allusion à la symbolique nuptiale liée à la condition de la jeune fille d’âge nubile (les meubles et les loutéria miniaturisés, les modèles de pieds).

  • 83 Je me réfère évidemment aux cas où la condition « d’objets errants » est assurée et indépendante de (...)
  • 84 Pour Tarente et le problème des « stipi « funerarie » » : v. Lippolis 1995, p. 45-49 ; Abruzzese-Ca (...)

70Je conclurai en citant un aspect fondamental pour l’évaluation de l’importance de la coroplathie en milieu funéraire. Il s’agit d’un phénomène bien attesté en Grande Grèce (à Tarente comme à Locres, à Medma, etc.) et aussi en Sicile (par exemple à Lipari et à Sélinonte), à savoir l’existence de dépôts de terres cuites, ainsi que de nombreux exemplaires erratiques83 récupérés à la surface des nécropoles. Souvent négligées, puisqu’elles ne peuvent pas être reliées à des contextes déterminés, ces figurines constituent un indice précieux des activités rituelles qui avaient lieu en plusieurs occasions, durant et après l’enterrement, comme on l’a aussi proposé récemment pour certaines céramiques de la nécropole de Lucifero à Locres84. Il serait en outre séduisant de pouvoir vérifier, dans ce cas également, le rapport existant entre la sélection des types et le statut du défunt (voir Lippolis 1995, p. 46 ; Elia 2010, p. 367).

Bibliographie

Abruzzese-Calabrese 1996 : ABRUZZESE-CALABRESE (G.) – La coroplastica votiva. Taranto. In : Lippolis 1996, p. 189-205.

Andronico 2006a : ANDRONICO (E.) dir. – Hypogaea. Tipologie edilizie, riti e corredi delle necropoli reggine di età ellenistica. Catalogo della mostra, Museo Nazionale di Reggio Calabria, 10 maggio-30 ottobre 2006. Reggio de Calabre, Laruffa Editore, 2006.

Andronico 2006b : ANDRONICO (E.) – Ideologia funeraria e società a Reggio nel iv e iii sec. a.C. In : Andronico 2006a, p. 57-65.

Arias 1946 : ARIAS (P.E.) – Rosarno. Scavi della necropoli in contrada Nolio-Carrozzo. NSc, 1946, p. 133-138.

Arslan 1986 : ARSLAN (E.A.) – DANIMS 4. Necropoli « INAM » di Vibo Valentia-Hipponion. AnnPisa, XVI, 4, 1986, p. 1029-1058.

Avagliano 1985 : AVAGLIANO (G.) – Paestum, necropoli di Ponte di Ferro. RassStorSalern, n.s. II/1,3, 1985, p. 261-268.

Barra-Bagnasco 1986 : BARRA-BAGNASCO (M.) – Protomi in terracotta da Locri Epizefiri. Contributo allo studio della scultura arcaica in Magna Grecia. Turin, Il Quadrante Edizioni, 1986.

Barra-Bagnasco 2005 : BARRA-BAGNASCO (M.) – Tra protome e busto : documenti dalla coroplastica locrese. In : Brandt (B.), Gassner (V.), Ladstätter (S.) dir., Synergia. Festschrift für Friedrich Krinzinger, volII. Vienne, Phoibos, 2005, p. 93-100.

Barra-Bagnasco 2009 : BARRA-BAGNASCO (M.) – Locri Epizefiri V. Terrecotte figurate dall’abitato. Alessandria, Dell’Orso, 2009.

Barra-Bagnasco, Elia 1996 : BARRA-BAGNASCO (M.), ELIA (D.) – Locri Epizefiri : materiali. In : De Caro (S.), Borriello (M.) dir., I Greci in Occidente. La Magna Grecia nelle collezioni del Museo Archeologico di Napoli. Naples, Electa Napoli, 1996, p. 81-94.

Bartoccini 1936 : BARTOCCINI (R.) – Taranto. Rinvenimenti e scavi (1933-34). NSc, 1936, p. 107-232.

Bedello-Tata 1985 : BEDELLO-TATA (M.) – Casoria, località Squillace. In : Napoli Antica. Naples, Gaetano Macchiaroli Editore, 1985, p. 312-317.

Berlingò 1986 : BERLINGÒ (I.) – La necropoli arcaica di Policoro in contrada Madonnelle. In : De Siena (A.), Tagliente (M.) dir., Siris-Polieion. Fonti letterarie e nuova documentazione archeologica, Incontro di studi, Policoro, 8-10 giugno 1984. Galatina, Congedo Editore, p. 117-127.

Berlingò 1992 : BERLINGÒ (I.) – Due sepolture ad incinerazione dalla necropoli occidentale di Herakleia in località Madonnelle-Policoro. BBasil, 8, 1992, p. 9-16.

Bernabò Brea 1981 : BERNABÒ BREA (L.) – Menandro e il teatro greco nelle terrecotte liparesi. Gênes, Sagep, 1981.

Bianco 1993 : BIANCO (S.) – Heakleia, necropoli occidentale. In : Da Leukania a Lucania. La Lucania centro-orientale fra Pirro e i Giulio-Claudii, Venosa, Castello Pirro del Balzo, 8 novembre 1992-31 marzo 1993. Rome, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, p. 193-197.

Buchner, Ridgway 1993 : BUCHNER (G.), RIDGWAY (D.) – Pithekoussai I. Le necropoli : tombe 1-723 scavate dal 1952 al 1961. MonAnt 55, sér. mon. IV. Rome, Giorgio Bretscheneider Editore, 1993.

Carter 1998 : CARTER (J.C.) dir. – The chora of Metaponto : the necropoleis. Austin, University of Texas Press, 1998.

Carter, Hall 1998 : CARTER (J.C.), HALL (J.) – Burial Descriptions. In : Carter 1998, p. 237-447.

Cerchiai 1982 : CERCHIAI (L.) – Sesso e classi di età nelle necropoli greche di Locri Epizefiri. In : Gnoli (G.), Vernant (J.-P.) dir., La mort, les morts dans les sociétés anciennes. Cambridge et Paris, Cornell University Press, 1982, p. 289-298.

Cipriani 1989 : CIPRIANI (M.) – Morire a Poseidonia nel V secolo. Qualche riflessione a proposito della necropoli meridionale. DialArch, s. III, 7, 2, 1989, p. 71-91.

Cipriani 1994 : CIPRIANI (M.) – Necropoli del V secolo a.C. a Poseidonia : il caso di Contrada Santa Venera. In : La Genière (J. de) dir., Nécropoles et sociétés antiques (Grèce, Italie, Languedoc), Actes du Colloque International du Centre de Recherches Archéologiques de l’Université de Lille III, Lille, 2-3 Décembre 1991. Naples, Centre Jean Bérard, 1994, p. 169-180.

Colivicchi 2001 : COLIVICCHI (F.) – Catalogo del Museo Nazionale Archeologico di Taranto, III, 2. Alabastra tardo-ellenistici e romani dalla necropoli di Taranto. Materiali e contesti. Tarente, Scorpione Editrice, 2001.

Costabile 1991 : COSTABILE (F.) dir. – I ninfei di Locri Epizefiri. Architettura, culti erotici, sacralità delle acque. Soveria Mannelli, Rubbettino, 1991.

Crawford 2009 : CRAWFORD (S.) – The Archaeology of Play Things : Theorising a Toy Stage in the ‘Biography’ of Objects. Childhood in the Past, 2, 2009, p. 56-71.

Crimaco, Proietti 1989 : CRIMACO (L.), PROIETTI (M.L.) – Vibo Valentia : necropoli in località Piercastello. AnnPisa, XIX, 2, 1989, p. 787-810.

Cultraro, Torelli 2009 : CULTRARO (M.), TORELLI (M.) – Status femminile e calzature. Ostraka, XVIII, 1, 2009, p. 175-192.

Cultrera 1943 : CULTRERA (G.) – Siracusa. Scoperte nel Giardino Spagna. NSc, 1943, p. 33-126.

Cuozzo 2003 : CUOZZO (M.) – Reinventando la tradizione. Immaginario sociale, ideologie e rappresentazione nelle necropoli orientalizzanti di Pontecagnano. Paestum, Pandemos, 2003.

D’Amicis et al. 1997 : D’AMICIS (A.), GIBONI (G.), LIPPOLIS (E.), MARUGGI (G.A.), MASIELLO (L.) – Catalogo del Museo NazionaleArcheologico di Taranto, I,3. Atleti e guerrieri. Tradizioni aristocratiche a Taranto tra vi e v sec. a.C., Catalogo della mostra, Taranto 1994. Tarente, La Colomba, 1997.

D’Andrea 1989 : D’ANDREA (M.) – Recenti campagne alla necropoli occidentale di Hipponion. AnnPisa, XIX, 2, 1989, p. 765-786.

Dasen 2010 : DASEN (V.) – Archéologie funéraire et histoire de l’enfance dans l’Antiquité : nouveaux enjeux, nouvelles perspectives. In : EMA I, p. 19-44.

De Franciscis 1957 : DE FRANCISCIS (A.) – Reggio Calabria. Tombe ellenistiche. NSc, 1957, p. 381-396.

Dell’Aglio 1990 : DELL’AGLIO (A.) – Taranto. Ospedale Civile SS. Annunziata. Taras, X, 2, 1990, p. 412-416.

Dell’Aglio 1991 : DELL’AGLIO (A.) – Ospedale civile SS. Annunziata. In : Vecchi scavi, Nuovi restauri. Tarente, Scorpione Editrice, 1991, p. 26-33.

De Siena 2007 : DE SIENA (A.) – L’attività archeologica in Basilicata nel 2006. In : Passato e futuro dei Convegni di Taranto. Atti del Quarantaseiesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 29 settembre-1 ottobre 2006. Naples, 2007, p. 407-463.

De Siena 2011 : DE SIENA (A.) – Attività della Soprintendenza per i Beni Archeologici della Basilicata. In : La vigna di Dioniso. Vite, vino e culti in Magna Grecia. Atti del Quarantanovesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 24-28 settembre 2009. Naples, 2011, p. 607-655.

Elia 2001 : ELIA (D.) – La necropoli in contrada Lucifero : nuove ricerche sullearee funerarie di Locri Epizefiri tra v e iv secolo a.C. (Campagne di scavodegli anni 1913-1914). Thèse de Doctorat, Université de Messine, 2001.

Elia 2010 : ELIA (D.) – Locri Epizefiri VI. Nelle case di Ade. La necropoli in contrada Lucifero. Nuovi documenti. Alessandria, Dell’Orso, 2010.

Elia, Meirano 2010 : ELIA (D.), MEIRANO (V.) – Modes de signalisation des sépultures dans les nécropoles grecques d’Italie du sud et de Sicile. Remarques générales et le cas des tombes d’enfant. In : EMA I, p. 289-325.

Elia, Meirano, sous presse : ELIA (D.), MEIRANO (V.) – La typologie des tombes d’enfant dans les colonies grecques d’Italie du Sud : problèmes et cas d’étude. In : Empereur (J.-Y.), Nenna (M.D.) dir., L’Enfant et la mort dans l’Antiquité II. Types de tombes et traitements du corps des enfants, Actes de la table ronde internationale organisée à Alexandrie, Centre d’études alexandrines, 12-14 novembre 2009. Sous presse.

EMA I : GUIMIER-SORBETS (A.-M.), MORIZOT (Y.) dir. – L’Enfant et la Mort dans l’Antiquité I. Nouvelles recherches dans les nécropoles grecques. Le signalement des tombes d’enfants. Actes de la table ronde internationale organisée à Athènes. École Française d’Athènes, 29-30 mai 2008. Paris, De Boccard, 2010.

Fiorelli 1883 : FIORELLI (G.) – Cuma. NSc, 1883, p. 270-284.

Foley 2003 : FOLEY (H.) – Mothers and Daughters. In : Neils (J.), Oakley (J.H.) dir., Coming of Age in Ancient Greece. Images of Childhood from the Classical Past. New Haven et Londres, Yale University Press, 2003, p. 113-137.

Forti, Stazio 1983 : FORTI (L.), STAZIO (A.) – Vita quotidiana dei Greci d’Italia. In : Pugliese Carratelli (G.) dir., Megale Hellas. Storia e civiltà della Magna Grecia. Milan, Libri Scheiwiller, 1983, p. 643-713.

Gabrici 1913 : GABRICI (E.) – Cuma. MonAnt XXII, 1913.

Gabrici 1941 : GABRICI (E.) – Nuovi ragguagli sulle necropoli di Selinunte. AttiPalermo, II, sér. IV, I, 1941, p. 769-792.

Galli 1942 : GALLI (E.) – Reggio Calabria. Necropoli ellenistica scoperta nell’area del Museo. NSc, 1942, p. 166-234.

Gasparri 2008 : GASPARRI (L.) – Kouroi “vestiti” fra vasi configurati e figurine ionico-arcaiche. ASAtene, LXXXVI, 2008, p. 327-346.

Gasparri 2009 : GASPARRI (L.) – Greci e non Greci in Sicilia. Note sulla coroplastica greca arcaica nelle necropoli indigene e puniche. In : Camia (F.), Privitera (S.) dir., Obeloi. Contatti, scambi e valori nel Mediterraneo antico. Studi offerti a Nicola Parise. Paestum et Athènes, Pandemos, 2009, p. 153-173.

Gernet 1976 : GERNET (L.) – Anthropologie de la Grèce antique. Paris, F. Maspero, 1976.

Giampaola 1985a : GIAMPAOLA (D.) – Ponticelli. In : Napoli Antica. Naples, Gaetano Macchiaroli Editore, 1985, p. 302-312.

Giampaola 1985b : GIAMPAOLA (D.) – Qualiano. In : Napoli Antica. Naples, Gaetano Macchiaroli Editore, 1985, p. 317-321.

Giardino 1990 : GIARDINO (L.) – Heraclea, necropoli meridionale. Le sepolture di ii e i sec. a. C. In : Emergenze e problemi archeologici. Manduria, Taranto, Heraclea. Manduria, Regione Puglia, p. 73-125.

Giglioli 1922 : GIGLIOLI (G.Q.) – Ponticelli (Napoli). Necropoli del iii sec. av. Cr. in località « Purgatorio ». NSc, 1922, p. 257-286.

Ginouvès 1962 : GINOUVÈS (R.) – Balaneutikè. Recherches sur le bain dans l’Antiquité grecque. Paris, De Boccard, 1962.

Graepler 1994 : GRAEPLER (D.) – Corredi funerari con terrecotte figurate. In : Lippolis (E.) dir., Catalogo del Museo Nazionale Archeologico di Taranto, III,1. Taranto. La necropoli : aspetti e problemi della documentazione archeologica tra VII e I sec. a.C. Tarente, La Colomba, 1994, p. 283-299.

Graepler 1996 : GRAEPLER (D.) – La coroplastica funeraria. In : Lippolis 1996, p. 229-246.

Graepler 1997 : GRAEPLER (D.) – Tonfiguren im Grab. Fundkontexte hellenistischer Terrakotten aus der Nekropole von Tarent. Munich, Biering & Brinkmann, 1997.

Graepler 2002 : GRAEPLER (D.) – La necropoli e la cultura funeraria. In : Taranto e il Mediterraneo. Atti del Quarantunesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 12-16 ottobre 2001. Naples, 2002, p. 195-218.

Greco 2010 : GRECO (C.) – Attività della Soprintendenza per i Beni Archeologici della Basilicata. In : Cuma. Atti del Quarantottesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 27 settembre-1 ottobre 2008. Naples, 2010, p. 787-824.

Guzzo 1987 : GUZZO (P.G.) – L’archeologia delle città italiote nel iv e iii sec. a. C. In : Settis (S.) dir., Storia della Calabria antica. I. Rome et Reggio de Calabre, Gangemi Editore, 1987, p. 475-526.

Hadzisteliou-Price 1969 : HADZISTELIOU-PRICE (T.) – The type of the crouching child and the ‘temple boys’. BSA 64, 1969, p. 95-111.

Hadzisteliou-Price 1978 : HADZISTELIOU-PRICE (T.) – Kourotrophos. Cults and Representations of the Greek nursing Deities. Leyde, Brill, 1978.

Haentjens 2002 : HAENTJENS (A.M.E) – Ritual Shoes in Early Greek Female Graves. AntCl, 71, 2002, p. 171-184.

Hasselin-Rous, Huguenot 2010 : HASSELIN-ROUS (I.), HUGUENOT (C.) – D’Érétrie au Musée du Louvre : sur les traces d’une tombe de fillette. In : Cité sous terre. Des archéologues suisses explorent la cité grecque d’érétrie. Gollion et Bâle, Infolio-Schwabe, 2010, p. 272-277.

Iannelli 2000 : IANNELLI (M.T.) – I simboli del trapasso. Le Necropoli e i riti funerari. In : Iannelli, Ammendolia 2000, p. 69-77.

Iannelli 2001 : IANNELLI (M.T.) – Nuove acquisizioni a proposito della presenza dei Brettii a Caulonia. In : Parra (M.C.) dir., Kaulonía, Caulonia, Stilida (e oltre). Contributi storici, archeologici e topografici, I. AnnPisa Quaderni, 11-12, 2001, p. 319-335.

Iannelli, Ammendolia 2000 : IANNELLI (M.T.), AMMENDOLIA (V.) dir.

I volti di Hipponion. Soveria Mannelli, Rubbettino, 2000.

Iannelli, Givigliano 1989 : IANNELLI (M.T.), GIVIGLIANO (G.)

– Hipponion-Vibo Valentia : la topografia (carta archeologica). AnnPisa, IX, 2, 1989, p. 627-681.

Ingvarsson-Sundström 2008 : INGVARSSON-SUNDSTRÖM (A.) – Asine III. Supplementary Studies on the Swedish Excavations 1922-1930. Fasc. 2. Children Lost and Found. A bioarchaeological study of the Middle Helladic children in Asine with a comparison to Lerna. Stockholm, 2008.

Jeammet 2001 : JEAMMET (V.) – La vie quotidienne en Grèce antique. Des figurines pour la vie et l’au-delà. Paris, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux, 2001.

Kallintzi, Papaikonomou 2006 : KALLINTZI (K.), PAPAIKONOMOU (I.-D.) – A Methodical Approach to Funeral Goods Offered to Children in Ancient Abdera. In : Mattusch (C.), Donohue (A.A.), Brauer (A.) dir., Common Ground : Archaeology, Art, Science, and Humanities. Proceedings of the XVIth International Congress of Classical Archaeology. Boston, August 2-26, 2003. Oxford, Oxbow Books, 2006, p. 480-484.

Kurtz, Boardman 1971 : KURTZ (D.C.), BOARDMAN (J.) – Greek Burial Customs. Londres, Thames and Hudson, 1971.

Langdon 2007 : LANDON (S.) – The Awkward Age : Art and Maturation in Early Greece. In : Cohen (A.), Rutter (J.B.) dir., Constructions of Childhood in Ancient Greece and Italy. Hesperia, Suppl 41, 2007, p. 173-191.

Lattanzi 1991 : LATTANZI (E.) – L’attività archeologica in Calabria – 1989. In : La Magna Grecia e il lontano Occidente. Atti del Ventinovesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 6-11 ottobre 1989. Naples, 1991, p. 581-592.

Lattanzi 1993 : LATTANZI (E.) – L’attività archeologica in Calabria – 1990. In : I Messapi. Atti del Trentesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto-Lecce, 4-9 ottobre 1990. Naples, 1993, p. 581-603.

Lattanzi 1998a : LATTANZI (E.) – L’attività archeologica in Calabria nel 1995. In : Eredità della Magna Grecia. Atti del Trentacinquesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 6-10 ottobre 1995. Naples, 1998, p. 673-690.

Lattanzi 1998b : LATTANZI (E.) – L’attività archeologica in Calabria nel 1996. In : Mito e storia in Magna Grecia. Atti del Trentaseiesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 4-7 ottobre 1996. Naples, 1998, p. 501-517.

Lentini 2005 : LENTINI (M.C.) – Baubò a Gela. BABesch, 80, 2005, p. 213-215.

Link-Malone 1998 : LINK-MALONE (M.) – Terracotta Figurines. In : Carter 1998, p. 771-785.

Lippolis 1995 : LIPPOLIS (E.) – La documentazione archeologica. In Lippolis(E.), Garraffo (S.), Nafissi (M.), Culti greci in Occidente, 1 Taranto. Tarente, Istituto per la Storia e l’Archeologia della Magna Grecia, 1995, p. 31-129

Lippolis 1996 : LIPPOLIS (E.) dir. – I Greci in Occidente. Arte e artigianato in Magna Grecia. Naples, Electa Napoli, 1996.

Lissi-Caronna, Sabbione, Vlad-Borrelli 1996/2007 : LISSI-CARONNA (E.), SABBIONE (C.), VLAD-BORRELLI (L.) dir. – I pinakes di Locri Epizefiri. Musei di Reggio Calabria e di Locri. AttiMemMagnaGr sér. IV, I (1996-1999), II (2000-2003), III (2004-2007).

Longo 1988 : LONGO (F.) – DANIMS 10. Necropoli di Metaponto. AnnPisa, XVIII, 1, 1988, p. 41-50.

Lo Porto 1961a : LO PORTO (F.G.) – Recenti scoperte di tombe arcaiche in Taranto. BdA, XLVI, 1961, p. 268-282.

Lo Porto 1961b : LO PORTO (F.G.) – Ricerche archeologiche in Eraclea di Lucania. BdA, XLVI, 1961, p. 133-150.

Lo Porto 1962 : LO PORTO (F.G.) – Tombe arcaiche tarentine con terrecotte ioniche. BdA, XLVII, 1962, p. 153-170.

Lo Porto 1966 : LO PORTO (F.G.) – Metaponto. Scavi e ricerche archeologiche. NSc, 1966, p. 136-231.

Lo Porto 1981 : LO PORTO (F.G.) – Metaponto (Matera). Nuovi scavi nella città e nella sua necropoli. NSc, 1981, p. 289-391.

Meirano 2002 : MEIRANO (V.) – Vasellame ed instrumentum metallico di età arcaica e classica in Calabria meridionale. Tipologia, funzionalità, produzione, contestualizzazione. Thèse de Doctorat, Istituto Universitario Orientale di Napoli, 2002.

Muggia 2004 : MUGGIA (A.) – Impronte nella sabbia. Tombe infantili e di adolescenti dalla necropoli di Valle Trebba a Spina. Quaderni di Archeologia dell’Emilia Romagna. Florence, All’Insegna del Giglio, 2004.

Nava 2001 : NAVA (M.L.) – L’attività archeologica in Basilicata nel 2000. In : Problemi della chora coloniale dall’Occidente al Mar Nero. Atti del Quarantesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 29 settembre-3 ottobre 2000. Naples, 2001, p. 937-980.

Nava 2002 : NAVA (M.L.) – L’attività archeologica in Basilicata nel 2001. In : Taranto e il Mediterraneo. Atti del Quarantunesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 12-16 ottobre 2001. Naples, 2002, p. 717-765.

Nava 2003 : NAVA (M.L.) – L’attività archeologica in Basilicata nel 2002. In : Ambiente e paesaggio nella Magna Grecia. Atti del Quarantaduesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 5-8 ottobre 2002. Naples, 2003, p. 653-717.

Nava 2004 : NAVA (M.L.) – L’attività archeologica in Basilicata nel 2003. In : Alessandro il Molosso e i “Condottieri” in Magna Grecia. Atti del Quarantatreesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 26-30 settembre 2003. Naples, 2004, p. 933-1000.

Nava 2005 : NAVA (M.L.) – L’attività archeologica in Basilicata nel 2004. In : Tramonto della Magna Grecia. Atti del Quarantaquattresimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 24-28 settembre 2004. Naples, 2005, p. 313-386.

Nizzo 2007 : NIZZO (V.) – Ritorno ad Ischia. Dalla stratigrafia della necropoli di Pithekoussai alla tipologia dei materiali. Naples, Centre Jean Bérard, 2007.

Oakley 2003 : OAKLEY (J.H.) – Death and the Child. In : Neils (J.), Oakley (J.H.) dir., Coming of Age in Ancient Greece. Images of Childhood from the Classical Past, New Haven et Londres, Yale University Press, p. 163-194.

Orsi 1890 : ORSI (P.) – Megara Hyblaea. Storia, topografia, necropoli e anathemata. MonAnt, I, 1890, col. 689-950.

Orsi 1899 : ORSI (P.) – Camarina. Campagna archeologica del 1896. MonAnt,I, 1899, col. 201-278.

Orsi 1909a : ORSI (P.) – Reggio Calabria. Sepolcri ellenistici in Contrada Borrace. NSc, 1909, p. 314-318.

Orsi 1909b : ORSI (P.) – Lokroi Epizephyrioi. Quarta campagna di scavi (1909). NSc, 1909, p. 319-326.

Orsi 1909c : ORSI (P.) – Locri Epizefiri. Resoconto sulla terza campagna di scavi locresi (aprile-giugno 1908). BdA, III, XII, 1909, p. 406-428 et 463-482.

Orsi 1911 : ORSI (P.) – Rapporto preliminare sulla quinta campagna di scavi nelle Calabrie durante l’anno 1910. NSc, 1911, Suppl., p. 3-76.

Orsi 1912 : ORSI (P.) – Scavi di Calabria nel 1911 (relazione provvisoria). NSc, 1912, Suppl., p. 3-66.

Orsi 1913 : ORSI (P.) – Scavi di Calabria nel 1913 (relazione preliminare). NSc, Suppl., p. 3-54.

Orsi 1915 : ORSI (P.) – Caulonia. Campagne archeologiche del 1912, 1913 e 1915. MonAnt, XXIII, 1915, col. 685-948.

Orsi 1917a : ORSI (P.) – Rosarno. Campagna del 1914. NSc, 1917, p. 37-67.

Orsi 1917b : ORSI (P.) – Locri Epiz. Campagne di scavo nella necropoli Lucifero negli anni 1914 e 1915. NSc, 1917, p. 101-167.

Orsi 1922 : ORSI (P.) – Reggio Calabria. Scoperte negli anni dal 1911 al 1921. NSc, 1922, p. 151-186.

Orsi 1923 : ORSI (P.) – Caulonia. II memoria. MonAnt, XXIX, 1923, col. 409-490.

Orsi 1925 : ORSI (P.) – Siracusa. Necropoli greco-arcaica nel predio ex-Spagna. NSc, 1925, p. 296-321.

Osanna 2008 : OSANNA (M.) – L’attività archeologica in Basilicata nel 2007. In : Atene e la Magna Grecia dall’età arcaica all’Ellenismo. Atti del Quarantasettesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 27-30 settembre 2007. Naples, 2008, p. 911-944.

Palomba 2004 : PALOMBA (D.) – La necropoli del vallone Bernardo a Caulonia. In : Parra (M.C.) dir, Kaulonía, Caulonia, Stilida (e oltre). Contributi storici, archeologici e topografici, II. AnnPisa, Quaderni,17-18, 2004, p. 351-430.

Panayotova, Hermary 2010 : PANAYOTOVA (K.), HERMARY (A.)

– Figurines et objets divers en terre cuite, vase plastique. In : Hermary (A.) dir., Apollonia du Pont (Sozopol). La nécropole de Kalfata (ve-iiie s. av. J.-C.). Fouilles franco-bulgares (2002-2004). Paris, Errance, 2010, p. 247-253.

Papaikonomou 2006 : PAPAIKONOMOU (I.D.) – L’interprétation des « jouets » trouvés dans les tombes d’enfants d’Abdère. In : Guimier-Sorbets (A.M.), Hatzopoulos (M.B.), Morizot (Y.) dir., Rois, cités, nécropoles. Institutions, rites et monuments en Macédoine, Actes des Colloques de Nanterre (décembre 2002) et d’Athènes (janvier 2004). Athènes et Paris, De Boccard, 2006, p. 239-248.

Papaikonomou 2007 : PAPAIKONOMOU (I.D.) – L’eau, la jeune fille et Artémis. La présence de l’eau dans l’espace de la cité d’Abdère et de ses nécropoles. In : Iakovidou (A.) dir., Thrace in the Graeco-Roman World, Proceedings of the 10th International Congress of Thracology, Komotini-Alexandroupolis 18-23 October 2005. Athènes, National Hellenic Research Foundation, 2007, p. 445-450.

Papaikonomou 2008a : PAPAIKONOMOU (I.D.) – Recherche sur les liens entre pratiques rituelles funéraires et religieuses : le cas d’Abdère (Thrace). In : Guimier-Sorbets (A.M.) dir., L’eau. Enjeux, usages et représentations. Colloques de la Maison René-Ginouvès, 5. Paris, De Boccard, 2008, p. 251-262.

Papaikonomou 2008b : PAPAIKONOMOU (I.-D.) – Enfance et identité sexuée dans les cités grecques. In : Gusi (F.), Muriel (S.), Oláaria (C.) dir., Nasciturus, Infans, Puerulus. Vobis mater terra. La muerte en la infancia. Castellon, Deputacion de Castello, 2008, p. 683-710.

Park 1998 : PARK (R.W.) – Size counts : the miniature archaeology of childhood in Inuit societies. Antiquity, 72, 1998, p. 269-281.

Pesce 1935 : PESCE (G.) – Le necropoli di Castelcapuano e di Via Cirillo. NSc, 1935, p. 257-293.

Pianu 1990 : PIANU (G.) – La necropoli meridionale di Eraclea, 1. Le tombe di secolo iv e III a.C.. Rome, Edizioni Quasar, 1990.

Pontrandolfo 1980 : PONTRANDOLFO (A.) – Paestum. In : Locri Epizefirii. Atti del Sedicesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto 3-8 ottobre 1976. Naples, 1980, p. 799-804.

Pontrandolfo 1985 : PONTRANDOLFO (A.) – Gli ipogei funerari. In : Napoli Antica. Naples, Gaetano Macchiaroli Editore, 1985, p. 283-287.

Pontrandolfo 1988 : PONTRANDOLFO (A.) – Le necropoli urbane di Neapolis. In : Neapolis. Atti del Venticinquesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto 3-7 ottobre 1985. Naples 1988, p. 255-270.

Pontrandolfo 1992 : PONTRANDOLFO (A.) – Le necropoli dalla città greca alla colonia latina. In : Poseidonia-Paestum. Atti del Ventisettesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 9-15 ottobre 1987. Naples, 1992, p. 225-265.

Pontrandolfo, Rouveret 1992 : PONTRANDOLFO (A.), ROUVERET (A.) – Le tombe dipinte di Paestum. Modène, Francesco Cosimo Panini, 1992.

Poulsen 1905 : POULSEN (F.) – Die Dipylongräber und die Dipylonvasen. Leipzig, Teubner, 1905.

Putortì 1912 : PUTORTÌ (N.) – Reggio Calabria. Tombe ellenistiche scoperte in contrada Piani di Modena. NSc, 1912, p. 151-152.

Putortì 1913 : PUTORTÌ (N.) – Reggio Calabria. Scoperta di tombe ellenistiche ed ellenistico-romane in contrada Piani di Modena. NSc, 1913, p. 154-160.

Quagliati 1931 : QUAGLIATI (Q.) – Terrecotte di corredo funebre in una tomba della necropoli greca di Taranto. Japigia, 2, 1931, p. 1-38.

Quirke 1998 : QUIRKE (S.) – Figures of clay : toys or ritual objects? In : Quirke (S.) dir., Lahun Studies. Reigate, SIA Publications, 1998, p. 141-151.

Ronco, Gaggini 1989 : RONCO (D.), GAGGINI (C.) – Le necropoli di Hipponion-Vibo Valentia. Notizia antropologica preliminare. AnnPisa,XIX, 2, 1989, p. 811-823.

Rotella 1990 : ROTELLA (A.M.) – La necropoli occidentale di Hipponion-Valentia e le successive fasi di utilizzo. La necropoli e il quartiere artigianale. Klearchos, XXXII, 125-128, 1990, p. 5-10.

Rubinich, Origlia 1989 : RUBINICH (M.), ORIGLIA (V.) – Le arule a Locri Epizefiri. In : Barra-Bagnasco (M.) dir., Locri Epizefiri III. Cultura materiale e vita quotidiana. Florence, Le Lettere, 1989, p. 41-184.

Sánchez-Romero 2008 : SANCHEZ-ROMERO (M.) – Childhood and the Construction of Gender Identities through Material Culture. Childhood in the Past, 2, 2008, p. 17-37.

Scarano 1992 : SCARANO (G.) – Le necropoli di Metaponto in età ellenistica. BBasil, 8, 1992, p. 17-23.

Sestieri 1940 : SESTIERI (P.C.) – Metaponto. Campagna di scavi (marzoaprile 1939). NSc, 1940, p. 51-122.

Shepherd 2007 : SHEPHERD (G.) – Poor little rich kids? Status and selection in Archaic Western Greece. In : Crawford (S.), Shepherd (G.) dir., Children, Childhood and Society. Oxford, Archaeopress, 2007, p. 93-106.

Spadea 1987 : SPADEA (R.) – Reggio. In : Lattanzi (E.) dir., Il Museo Nazionale di Reggio Calabria. Reggio de Calabre, Gangemi Editore, 1987, p. 80-107.

Tagliente 2006 : TAGLIENTE (M.) – L’attività archeologica in Basilicata nel 2005. In : Velia. Atti del Quarantacinquesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 21-25 settembre 2005. Naples, 2006, p. 725-754.

Todisco 2002 : TODISCO (L.) – Teatro e spettacolo in Magna Grecia e in Sicilia. Testi, immagini architettura. Milan, Longanesi, 2002.

Todisco 2005 : TODISCO (L.) – Bambini, fanciulli e dediche votive in Italia meridionale. In : Comella (A.), Mele (S.) dir., Depositi votivi e culti dell’Italia antica dall’età arcaica a quella tardo-repubblicana. Atti del Convegno di Studi, Perugia 1-4 giugno 2000. Bari, Edipuglia, 2005, p. 713-723.

Valenza-Mele 1981 : VALENZA-MELE (N.) – La necropoli cumana di VI e V a.C. o la crisi di una aristocrazia. In : Nouvelle contribution à l’étude de la société et de la colonisation eubéennes. Naples, Centre Jean Bérard, 1981, p. 97-124.

Vokotopoulou et al. 1997 : VOKOTOPOULOU (I.), DESPINI (A.), MISAILIDOU (B.), TIVERIOS (M.) –. Ʃίδος. Ʃυγγραφείς των λήμματων του κατάλογου Athènes, TAP, 1997.

Weiß 1990 : WEIß (C.) – Vasi a forma di scarpa di produzione attica, ionica e della Magna Grecia. In : I vasi attici ed altre ceramiche coeve in Sicilia. Atti del Convegno Internazionale, Catania, Camarina, Gela, Vittoria, 28 marzo-1 aprile 1990, volume I. CronA, 29, 1990, p. 155-169.

Weiß 1995 : WEIß (C.) – Zur Typologie und Bedeutung attischer Schuh- und Sandalengefäße. Nikephoros, 8, 1995, p. 19-40.

Wilkie 2000 : WILKIE (L.) – Not merely child’s play. Creating a historical archaeology of children and childhood. In : Sofaer-Derevenski (J.) dir., Children and Material Culture. Londres et New York, Routledge, 2000, p. 100-113.

Notes

1 Sauf mention contraire, toutes les dates citées s’entendent avant notre ère, à l’exception de celles qui se réfèrent à la chronologie des études et des explorations archéologiques.

2 Orsi n’a publié qu’une sélection des tombes explorées en 1910-1915 (Orsi 1911 ; 1912, p. 5-18 ; 1913, p. 4-54 ; 1917b) ; une relecture globale des contextes fouillées en 1913-1914 se trouve chez Elia 2001.

3 Avagliano 1985 ; Cipriani 1989 et 1994 ; Pontrandolfo 1992 ; G. Avagliano et M. Cipriani, interventions au sein du débat, In : Poseidonia-Paestum. Atti del Ventisettesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 9-15 ottobre 1987. Naples, 1992, p. 319-330.

4 Voir par exemple Nava 2001, p. 946-949 ; 2002, p. 740-742 ; 2003, p. 664-667 ; 2004, p. 958-963 ; 2005, p. 327-330 ; Tagliente 2006, p. 731-734 ; De Siena 2007, p. 438 ; Osanna 2008, p. 927-929 ; Greco 2010, p. 799-802 ; De Siena 2011, p. 650-653.

5 Voir par exemple Nava 2002, p. 730-731 ; 2003, p. 661-662 ; 2004, p. 968 ; De Siena 2011, p. 643-644.

6 Biardot (E. P.) – Explication du symbolisme des terres cuites grecques de destination funéraire. Paris, Librairie Humbert, 1864, et Les terres cuites grecques funèbres dans leur rapport avec les mystères de Bacchus. Paris, Librairie Firmin Didot Frères, 1872.

7 Voir, par exemple, l’interprétation avancée pour les terres cuites des nécropoles hellénistiques de Rhègion (« statuette di terracotta dipiccole dimensioni […] riproducenti figure femminili con le quali lebambine giocavano » : Petrolino (I.) – Le necropoli reggine : aspettigenerali e problematiche. In : Andronico 2006a, p. 23), et d’Héraclée (« oggetti-giocattolo, che avevano il compito di allietare, idealmente, la vita ultraterrena dei poveri bambini morti in tenera età » : Pianu1990, p. 231 ; voir aussi p. 241, où l’auteur fait allusion à une valeur symbolique possible, sans avancer d’interprétations spécifiques) : au contraire, les iconographies attestées dans cette aire funéraire semblent plutôt être étrangères au milieu ludique. À propos du problème débattu de l’identification des « jouets » dans les mobiliers funéraires, je renvoie, du point de vue méthodologique, à Quirke 1998 ; Wilkie 2000 ; Papaikonomou 2006 ; Shepherd 2007, p. 103 ; Ingvarsson-Sundström2008, p. 107-110 ; Crawford 2009 ; ainsi qu’aux contributions de V. Dasen et de C. Scilabra dans ce même volume.

8 Orsi insiste lui aussi à plusieurs reprises, surtout dans ses cahiers manuscrits, sur la « cattivissima cottura » des statuettes retrouvées dans les tombes.

9 Le nombre total des sépultures mises au jour, y compris celles datant d’époque romaine, dépasse les 12.000 unités : Graepler 2002, p. 195.

10 En considérant les critères disponibles à Tarente pour la définition de l’âge des défunts, parmi lesquels la longueur de la fosse ou du sarcophage (Graepler 1994, p. 284 ; 1997, p. 238), il se peut que le nombre total des tombes de préadultes ait été sous-estimé (voir aussi, à ce propos, Elia, Meirano, sous presse, note 3).

11 Les données quantitatives se réfèrent aux sépultures du chantier INAM, fouillées entre 1969 et 1974 (Arslan 1986, p. 1029 ; pour les tombes présentant des figurines, datant des ve-ive s., ibidem, 1039, 1042-1043, 1047 ; voir aussi Iannelli 2000, p. 73 ; Iannelli, Ammendolia 2000, p. 155-156, tombes 44, 50, 190, 218, 246, 249,262, 275). Au cours des explorations suivantes, le nombre total des tombes mises au jour a dépassé les 1.000 unités (Iannelli 2000, p. 70 ; Iannelli, Ammendolia 2000, p. 73 et 156, tombes 120/Barbuto, 187/ Muschella, accompagnées de figurines ; voir aussi Iannelli, Givigliano1989, p. 650-656 et 676-677 ; D’Andrea 1989, en particulier p. 771,772, 781-782, tombe 187 et 224/Muschella ; Crimaco, Proietti 1989, en particulier p. 797, tombe 494/Piercastello, datable du iie s. ; Rotella1990). Malheureusement, à quelques exceptions près, les publications ne permettent pas de tirer des informations détaillées concernant l’association entre les terres cuites et les tranches d’âge des défunts.

12 Une tombe féminine accompagnée de figurines et d’une colombe s’est ajoutée récemment aux sépultures de la chôra : De Siena 2007, 439, pl. XIIa (tombe 166, milieu du iiie s.).

13 Le dossier, publié de façon analytique, se limite aux pièces récupérées dans une tombe perturbée et dans deux hypogées multiples, ce qui empêche de les attribuer à des dépositions spécifiques : Lo Porto 1966, p. 201-202 n° 1 (tombe 8 de Contrada Ricotta : une figurine féminine nue assise, datant du milieu du iiie s.) ; Idem 1981, 351-352, fig. 65-66 (tombe 5 de Contrada Ricotta, hellénistique :une statuette féminine, une figurine d’Aphrodite avec Éros, un fragment de relief avec banquet couché) ; Sestieri 1940, p. 68-70, fig. 17 (plusieurs fragments de statuettes féminines de l’hypogée hellénistique). Une grenade en terre cuite est en outre signalée dans une tombe datant de la deuxième moitié du IVe s. (Longo 1988, p. 46). Des figurines sont en outre attestées dans des tombes hellénistiques considérées comme appartenant à des enfants et à des individus adultes de sexe féminin, mises au jour à plusieurs reprises près des routes nationales 106 et 175, ainsi qu’au lieu-dit Pizzica Pantanello (Scarano 1992, p. 23 ; Tagliente 2006, p. 732-733). Malheureusement, le caractère de la documentation fournie ne permet pas d’exploiter ces données.

14 Voir, en général : Orsi 1913, p. 50 et 53 ; 1917b, p. 149-153 et 164 ; Elia 2010, p. 253-276 et 364-367.

15 Une recension récente a permis de rassembler environ 200 tombes hellénistiques, auxquelles s’ajoute un nombre non précisé de sépultures, fouillées au cours du xixe s. et des premières décennies du xxe s., dont la plupart du mobilier est documentée de façon collective, étant donné l’impossibilité de reconstituer les contextes (voir Andronico 2006a, passim). Pour plusieurs terres cuites funéraires, en outre, le manque d’informations concernant les provenances précises des pièces empêche de savoir si à l’origine elles étaient errantes ou associées à des tombes (voir par exemple Galli 1942, p. 218-223 ; Andronico 2006a, passim).
Le nombre des sépultures présentant de façon certaine des terres cuites est plutôt limité : pour la nécropole septentrionale (aire du Musée National), voir Galli 1942, p. 173, a-b (tombe 6) ; p. 173 (tombes d’enfants 7-8) ; p. 174 (tombe 11) ; p. 176 (tombe 17, enfant) ; p. 196 (tombe 72, enfant) ; S. Accardo, fiches du catalogue. In : Andronico 2006a, p. 68 nos 12-13, fig. 26 ; de la nécropole de Contrada Borrace : Orsi 1909a, p. 316 (tombe 1) ; de la nécropole de Santa Caterina-Porto : Orsi 1922, p. 186 (tombe 8) ; I. Petrolino, fiche du catalogue. In : Andronico 2006a, p. 77 n° 77, fig. 74 ; de la nécropole de San Giorgio Extra : S. Accardo, fiches du catalogue. In : Andronico 2006a, p. 43, 82 n° 138, fig. 95 (tombe 3) ; p. 45 (tombe 13) ; p. 49 et 87 n° 198, fig. 107 (tombe 28) ; p. 49 et 87-88 n° 207, fig. 108, g (tombe 30).
Typiques de Reggio sont en outre les petits chapiteaux corinthien sen terre cuite, trouvés souvent en groupes de quatre exemplaires à l’intérieur des tombes ou sur la surface des aires funéraires. Bien qu’une fonction symbolique ait été évoquée dans le passé, la proposition la plus convaincante consiste à les interpréter comme des éléments de la décoration du tombeau ou de la klinè funéraire (voir Putortì 1912, p. 151 n. 2 ; 1913, p. 160 n. 2 ; Orsi 1922, p. 186 ; Andronico (E.) -Appendice. I capitelli fittili. In : Andronico 2006a, p. 15).

16 Des terres cuites proviennent de la tombe collective 85, datant de l’époque hellénistique, utilisée jusqu’à la période romaine (Buchner, Ridgway 1993, p. 105-106 nos 76-79).

17 L’unique aire funéraire publiée de façon systématique est celle de Vallone Bernardo, où Orsi mit au jour 130 tombes (Orsi 1915 ; voir aussi Palomba 2004), remontant aux ve-ive s. Des fouilles furent effectuées en suite par B. Chiartano, qui explora probablement une trentaine de contextes (ibidem, p. 355). Une seule sépulture, dont l’âge du défunt est indéterminé, a restitué un fragment de figurine (ibidem, p. 357 et 407 n° 4, fig. 147,5 : tombe 23/Chiartano). Les terres cuites errantes sont limitées (pour les fragments de petits autels voir Orsi 1915, col. 908-909 ; Palomba 2004, p. 358-359 n. 56-57, 397-398 et 420, nos 12 et 38, fig. 147,4 et 147,6 ; voir aussi infra, 119). Aucune indication sur la présence de coroplathie ne provient des autres aires funéraires de la cité (exceptions chez Iannelli 2001 : phase bruttienne).

18 Malheureusement, la provenance de la plupart des terres cuites funéraires datant des périodes archaïque et classique est très incertaine (une dizaine d’exemplaires est présentée par Gabrici 1913, col. 543-549, pl. LXXI-L XXIII ; voir aussi, col. 21-31 et 545, pour les circonstances des anciennes explorations). Des exceptions sont représentées par les tombes archaïques XCVIII et C qui contenaient respectivement trois fruits en terre cuite et un petit oiseau (ibidem, col. 460-461 ; Valenza-Mele 1981, pl. IV). Pour la phase samnite de la cité, des terres cuites sont connues notamment dans deux groupes de tombes (voir Fiorelli 1883, p. 283 ; Gabrici 1913, col. 677 et 706, pl. CXI-CXII), mais la documentation ne permet pas de les relier aux contextes d’origine.

19 Voir la bibliographie générale sur les nécropoles supra, note 3. Je signale notamment la tombe 33 de Santa Venera, dont le riche mobilier comportait deux statuettes ioniennes, un œuf, une colombe et un phormiskos en terre cuite (Pontrandolfo 1980, p. 800 : 510). En revanche, la coroplathie est attestée sur ce site dans des tombes lucaniennes attribuables à des enfants ou à des femmes adultes (Pontrandolfo 1992, p. 258-259 ; F. Longo, fiches du catalogue. In: Cipriani (M.), Longo (F.) dir., I Greci in Occidente. Poseidonia e i Lucani. Naples, Electa Napoli, 1996, p. 293-295 nos 306-307).Caractéristiques des sépultures féminines de la deuxième moitié du IVe s. sont, à Paestum comme sur d’autres sites de la région, les fruits et les modèles d’aliments en terre cuite (Pontrandolfo, Rouveret 1992, p. 438 ; pour l’identification de ces mets, voir Meirano (V.) Frutti, dolci e focacce in area metapontina : la documentazione coroplastica. BBasil, 12, 1996, p. 67-102, et Offerte alimentari ed iconografie gastronomiche : documenti dai santuari della Magna Grecia. In : Palermo (D.) et al. dir., Cibo per gli uomini, cibo pergli dei. Archeologia del pasto rituale, Atti della riunione scientifica, Piazza Armerina, 4-8 maggio 2005. Padoue, sous presse).

20 Les documents connus se réfèrent à la période où la cité a désormais perdu son indépendance. Des terres cuites datables des dernières années du IVe-début du IIIe s. ont été trouvées sur les consoles d’une tombe de Via San Giovanni à Carbonara et de l’hypogée mis au jour en 1790 près de la Porta San Gennaro (Pontrandolfo 1988, p. 268 ; 1985, p. 284 et 288 nos 78.1-3). Des sépultures de la nécropole de Castelcapuano (Pesce 1935, p. 278, fig. 22 ; p. 287, fig. 23 ; avec des corrections par M.R. Borriello, fiches du catalogue. In : Napoli Antica. Naples, Gaetano Macchiaroli Editore, 1985, p. 257 nos 61.8-10), ainsi que des tombes des alentours de la cité (Ponticelli, Casoria, Qualiano : Giglioli 1922, p. 259 n° 1, fig. 3 ; p. 270 n° 1, fig. 13 ; p. 274 nos 1-2, fig. 15 ; Giampaola 1985a, 302 ; Bedello-Tata 1985, p. 313 et 315 nos 94.13-14 ; Giampaola 1985b, p. 321 nos 97.9-10) contenaient aussi des figurines.

21 L’exploration de la nécropole de Nolio-Carrozzo a été reprise après la fouille d’Orsi (Arias 1946 ; Lattanzi 1991, p. 591-592 ; 1993, p. 595-596 ; 1998a, p. 681-682 ; 1998b, p. 506), en mettant au jour de nombreuses sépultures, contenant parfois des terres cuites. Malheureusement, à deux exceptions près (Arias 1946, p. 133-134, tombes 1 et 15), les publications ne détaillent pas la composition des assemblages funéraires.

22 Aux tombes publiées par Pianu, concernant les fouilles de 1978 et 1979 dans la nécropole méridionale (1990, p. 231-232), il faudrait ajouter les résultats des explorations plus anciennes (voir par exemple Lo Porto 1961b, p. 144-146, tombe 2, site n° 9 ; tombes 1 et 3, site n° 10) et de celles menées récemment dans la même nécropole (mentions chez Nava 2002, p. 731 ; 2003, p. 661 ; 2004, p. 968 ; De Siena 2011, p. 643-644), où d’autres sépultures hellénistiques – parmi lesquelles aussi des tombes d’enfants et d’adolescents – comportent des statuettes, des bustes, des sujets grotesques ainsi que des figurines mal cuites. Ce phénomène continue par ailleurs aux iie et ier s. (voir par exemple L. Giardino, fiche du catalogue. In : Da Leukania a Lucania. La Lucania centro-orientale fra Pirro e i Giulio-Claudii. Venosa, Castello Pirro del Balzo, 8 novembre 1992-31 marzo 1993. Rome, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 1993, p. 182-185, tombe 119 de Via Umbria ; Eadem 1990, p. 80, pl. IV, 2, tombe Umbria/84 ; p. 84, pl. XI, 1, XII, 1, tombes Umbria/60 et Umbria/65). Dans la nécropole occidentale, des terres cuites sont attestées dans des sépultures datant des ive-iiie s. (Bianco 1993, p. 194 ; voir aussi Berlingò 1992, p. 11).

23 Malheureusement, la plupart des informations non analytiques rassemblées dans les notes ci-dessus, concernant plusieurs sites, sont inutilisables à cet égard.

24 Carter, Hall 1998, p. 256, 265, 320, 324-345, tombes 12, 71, 253, 270. Il est en outre fort probable que toutes les terres cuites accompagnaient des défunts de sexe féminin (Link-Malone 1998, p. 772-773).

25 Je cite par exemple, à ce propos, la tombe 106 (Pianu 1990, p. 111) où, bien que le squelette soit compatible avec la taille d’un adulte (ou d’un adolescent), l’auteur suppose qu’un mélange des objets explique la présence de terres cuites dans la sépulture, qu’il attribue à un enfant.

26 Dans les nécropoles urbaines, la coroplathie se répand à partir du milieu du ive s. (voir supra, n. 13) ; en revanche, dans la chôra, les terres cuites sont attestées entre 325 et 275, mais aussi de 420 à 380 (Link-Malone 1998, p. 771).

27 Graepler 1996, p. 230, 241, 248 n° 172. À l’extérieur de la même tombe, découverte le 8 novembre 1884 Contrada Montedoro, Strada Santa Lucia, a été également mise au jour une statuette de démon ventru (pour ces deux objets voir Lo Porto 1962, p. 166-168 n° 10, fig. 21g et 24 ; n° 11, fig. 21f et 25).

28 Lo Porto 1961a, p. 274-275 n° 3, fig. 10a et 11 ; Graepler 1996, 230 et 241 n° 171 (tombe 11 de via Argentina-Corso Italia, « forse di una giovinetta », découverte en mai 1959).

29 Orsi 1913, p. 46, fig. 60 : tombe 934 de Lucifero, « forse di giovane donna » ; Graepler 1996, p. 230 et 241 n° 173 ; Elia 2001.

30 Je ne traiterai pas de la présence des vases plastiques dans les tombes. Bien qu’apparentés du point de vue technique et stylistique, et donc considérés à juste titre comme appartenant à une classe unique dans les études de coroplathie (voir par exemple Gasparri 2008, 327 n. 1), les vases plastiques et les terres cuites se différencient manifestement par leur fonction et leur valeur sémantique, aspect crucial dans l’interprétation des contextes funéraires. Dans le cas d’un vase plastique, la fonction de « contenant » remplie par l’objet risque de prévaloir sur l’iconographie dans la stratégie de sélection mise en place pour la composition de l’assemblage funéraire.

31 À propos de la complexité sémantique intrinsèque des assemblages funéraires qui connotent les individus immatures, voir par exemple Cuozzo 2003, p. 203-211 (Pontecagnano) ; Muggia 2004, 177-222 (Spina).

32 Dell’Aglio 1990, p. 413 ; 1991, p. 30 no 3.14-3.16, tombe 12 de l’Ospedale SS. Annunziata (8-9 novembre 1989) ; voir aussi D. Elia dans ce volume. Pour l’interprétation de l’iconographie de la tortue en contexte funéraire, voir Elia 2010, p. 262-263 ; Muggia 2004, p. 181-182, 195 et 220 (tombes d’immatures de Spina). Pour l’évocation des animaux à propos de la sphère de l’enfance, dans l’iconographie, les offrandes et le rituel funéraire en Grèce, voir en général Oakley 2003, p. 167, 175-176, 180-181, 183 ; Papaikonomou 2006, p. 244 et 247 ; Kallintzi, Papaikonomou 2006, p. 483.

33 Orsi 1917a, p. 42, fig. 6, tombe 27, probablement un enfant sur la base de l’examen du mobilier (un askos, un petit bocal, une lampe, deux fragments de figurines).

34 Orsi 1917a, p. 42, tombe 33 : voir aussi, infra, n. 55.

35 E. Lippolis, fiches du catalogue. In : D’Amicis et al. 1997, 151-152 n° 7.3 (tombe découverte Via Santa Lucia, Villa Ramellini, le 18 avril 1885 : vers 500 ; le lien avec un individu pré-adulte est supposé) ; p. 286 nos 78.7, 8 (tombe d’enfant 322, découverte le 20 avril 1909 à l’Arsenale Militare : vers 500. Les protomés étaient associées à une « figura cinocefala ») ; Graepler 1996, p. 230 n. 39 (deux exemplaires inédits, découverts dans des tombes pour lesquelles l’âge des défunts n’est pas indiqué) ; voir aussi infra, n. 56.

36 Orsi 1911, p. 17-18 ; Elia 2001, tombes 259 (520-500 ; voir aussi, D. Elia dans volume) et 747 (ve s.). À Locres, les protomés sont aussi attestées dans des tombes d’adultes (Orsi 1917b, p. 118, tombe 1308 : deux exemplaires). Je rappelle en outre la découverte, dans la même nécropole, d’un « singolare deposito » comportant un buste fémininin séré dans une marmite dont la tête était protégée par deux couvercles faisant fonction de couvre-chef (Orsi 1913, p. 8-9, fig. 8).

37 Orsi 1917a, p. 46-48, fig. 17 (tombe 46, datée du ve s. : le mobilier comprenait aussi une figurine féminine nue assise : voir ci-dessous, p. 118).

38 Trois exemplaires font partie du mobilier de la tombe 120/Barbuto de la nécropole occidentale, qui contenait aussi un temple-boy, une statuette de kourotrophe, un petit skyphos, un bolsal et trois vases miniatures (Iannelli, Ammendolia 2000, p. 156 ; Iannelli 2000, p. 53).Bien que l’âge du défunt ne soit pas précisé, l’assemblage funéraire permet de proposer l’attribution à un immature ; voir aussi, infra, p. 120.

39 Link-Malone 1998, p. 780, T126-1 ; Carter, Hall 1998, p. 241 (tombe 126 : riche crémation, vraisemblablement d’enfant, contenant plusieurs offrandes, datant des premières décennies du IVe s. ; voir aussi, infra, p. 121) ; Link-Malone 1998, p. 784, fig. 19.1, T 330-11 ; Carter, Hall 1998, p. 355 (tombe 330, datant des premières décennies du ive s., appartenant à un enfant âgé de 1 à 2 ans, accompagné d’un mobilier sans parallèle parmi les tombes d’immatures en ce qui concerne le nombre d’offrandes) ; voir aussi, D. Elia dans ce volume.

40 Voir Barra-Bagnasco 1986, p. 138-145 et 150-154 ; 2005 ; 2009, p. 135-136 et 319 ; Abruzzese-Calabrese 1996, p. 193 ; Link-Malone 1998, p. 772-773. Les protomés constituent par ailleurs l’un des types coroplastiques grecs les plus attestés dans les tombes indigènes et puniques de Sicile à l’époque archaïque : Gasparri 2009, passim. Des bustes ont été trouvés aussi dans des tombes d’enfants hellénistiques à Tarente (Quagliati 1931 ; Graepler 1997, p. 262 n° 17, tombe 49 : 175-125) et à Héraclée (Pianu 1990, p. 81 et 231 n° 66.3, pl. XXXIII, 3 : pour cet exemplaire, l’auteur émet l’hypothèse improbable d’une « idea del ritratto » : voir Barra-Bagnasco 1986, p. 140 et passim).

41 Locres, nécropole de Lucifero : Elia 2001, tombe 705 (450-400), tombe 821 (400-350 : deux exemplaires).
De la colonie locrienne de Medma, je signale une figurine drapée debout (Orsi 1917a, p. 48, fig. 19, tombe 47), ainsi que des fragments de statuettes féminines non identifiables : v. Ibidem, p. 42, tombe 32 (deux têtes de figurines) ; p. 43, tombe 34 (fragment de statuette féminine assise).

42 Locres, nécropole de Lucifero, figurines articulées : Orsi 1912, 6 (tombe 275, deuxième quart du ve s. : deux exemplaires ; aussi infra, p. 119). Ce type est documenté aussi dans des tombes attribuées à des adultes (v. par ex., Orsi 1913, p. 39-40, fig. 50, tombe 865 : deux exemplaires ; Elia 2001, tombes 932, 945, 953). Des exemplaires proviennent aussi de l’habitat de Locres : Barra-Bagnasco 2009, p. 288-289.
Figurines nues assises : Orsi 1911, p. 18-19, fig. 18 ; Elia 2001 (tombe 117 : 400-350 ; deux exemplaires) ; Orsi 1913, p. 35 (tombe 844) ; p. 11 (tombe 342 ; deux exemplaires) ; 1917b, p. 105, fig. 7 (tombe 1102) ; p. 118, (tombe 1345) ; Elia 2001, tombes 868, 520 (400-350), 1240 (475-450 ; v. aussi, D. Elia, dans ce même volume), 969 (400-330 ; deux exemplaires). V. aussi, pour les tombes 844, 868 et 1102, infra, dans cette page et p. 121-122, 123-124.
Pour des attestations dans les sépultures d’adultes, v. par ex. : Orsi 1913, p. 34 (tombe 828) ; Elia 2001, tombes 882 et 883. Des exemplaires proviennent aussi de l’habitat de Locres : Barra-Bagnasco 2009, p. 219-223.

43 On trouvera un historique, un aperçu critique du status quaestionis, ainsi que des propositions d’interprétation chez : Papaikonomou 2007 ; 2008b, p. 695-706 ; Dasen 2010, p. 25-30 ; v. aussi les contributions de V. Dasen, d’I. Papaikonomou et Huysecom-Haxhi, ainsi que de C. Scilabra, dans ce même volume.

44 Orsi 1917b, p. 118-119, fig. 23 ; voir aussi supra, n. 42.

45 Orsi 1917b, p. 105-106, fig. 8 ; voir aussi supra, n. 42 et infra, p. 124. Pour un commentaire sur les figurines de Baubò, voir Lentini 2005.

46 Voir par exemple Elia 2001, tombe 617. Des terres cuites de ce genre proviennent aussi de la fouille de 1956 dans la même nécropole (Elia 2010, p. 260-267, C017-22 ; sporadiques).

47 Le Bès appartient à la tombe 187/Muschella de la nécropole occidentale, attribuée à un enfant âgé de 5 ans environ (voir, pour les analyses anthropologiques, Ronco, Gaggini 1989, p. 812) ; il était associé à une clef en fer, à une lampe et à quelques vases (une petite olpé, un lécythe, deux skyphoi : D’Andrea 1989, p. 771 ; Iannelli, Ammendolia 2000, p. 156). Pour l’iconographie de Bès en milieu locrien : Barra-Bagnasco 2009, p. 252-253. Les deux autres pièces proviennent des tombes 246 et 275/INAM, datant de la fin du ve-début du ive s. (Todisco 2002, p. 61 ; voir aussi supra, n. 11 et infra, p. 123).

48 Pour l’étude typologique je renvoie à Rubinich, Origlia 1989.

49 Un cas analogue est documenté dans une tombe d’enfant de Matauros : Elia 2010, p. 335 n. 47.

50 La nécropole de Lucifero a restitué en outre plusieurs exemplaires d’arulae sporadiques : Elia, Meirano 2010, p. 306 n. 168. Voir aussi supra, n. 17 pour l’aire funéraire de Vallone Bernardo à Kaulonia ; pour la nécropole de Nolio-Carrozzo à Medma : Orsi 1917a, p. 53.

51 Voir Rubinich, Origlia 1989, p. 169 ; cependant, la lecture proposée pour ces objets (« modesti giocattoli ») risque d’en sous-estimer la portée sémantique.

52 Syracuse : voir par exemple Orsi 1925, p. 304-305, fig. 59 (tombe 121) ; M.T. Lanza, fiche du catalogue. In: Daix Wescoat (B.) dir. – Syracuse, the fairest Greek City. Ancient Art from the Museo Archeologico Regionale ‘Paolo Orsi’. Rome, De Luca Edizioni d’Arte, 1989, p. 116-117 n° 43 (vers 500) ; Mégara Hyblaea : Orsi 1890, col. 817 (tombe XXIII) ; Camarine : Orsi 1899, col. 261, fig. 53 (tombe 19).

53 Voir aussi l’interprétation proposée pour la statuette de femme tenant un enfant dans ses bras de la tombe 192 de la chôra de Métaponte : Link-Malone 1998, p. 774-775 n° 192-1 ; Carter, Hall 1998, p. 426, tombe 192 (305-275).

54 L’assemblage funéraire de la tombe 1091 comporte aussi une statuette de Silène (supra, p. 118), un vase plastique en forme de porcépic, ainsi qu’une arula et des vases miniatures (Elia 2001). Pour l’iconographie du temple-boy à Locres, voir Barra-Bagnasco 2009, p. 289-290.

55 Orsi 1917a, p. 42-43 et 50, tombes 33 et 64. La tombe 26 (ibidem, p. 41-42) était un ustrinum dont l’appartenance à un enfant peut être proposée sur la base de l’examen du mobilier (outre la statuette de temple boy et le relief supra, n. 34 : 8 têtes de figurines, 5 petits vases et une lampe). Il en est de même pour la sépulture 39 (ibidem, p. 45, fig. 12 et 13) dont le mobilier externe associé à la déposition comportait aussi deux fragments de statuettes féminines, deux fragments d’arula (cf. supra, p. 119), ainsi que cinq vases de petite taille ou miniatures.

56 Graepler 1997, p. 242 n. 233 ; p. 259 n° 1, tombe 26 ( = 182 de Contrada Vaccarella : 375-325 ; parmi les offrandes est attesté un buste féminin) ; p. 281 n° 1, fig. 258, tombe 191 ( = 8 Via Calabria/Via Umbria, Proprietà De Vita : 325-300, probable sépulture féminine) ; p. 286 n° 1, tombe 231 ( = tombe 4 Via Generale Messina 53, 15 avril 1966 : 375-325).

57 Tombe 1 de Via Dante Alighieri, Contrada Corti Vecchie (10 octobre 1962) : Lo Porto 1962, p. 162-163 n° 21, fig. 18.

58 Les cheveux longs, l’absence de la barbe, la position des bras et la façon de porter le vêtement caractérisent le sujet comme un adolescent de sexe masculin ; toutefois, la coiffure et le fait même d’être habillé de façon somptueuse font allusion à la sphère féminine : Gasparri 2008, p. 338.

59 Orsi 1890, col. 820-821, pl. V, 8 (tombe XXX) ; col. 834 (tombe LXXII, comportant un enfant et un adulte, peut-être la mère si l’on considère les éléments du mobilier).

60 Une tombe de Giardino Spagna à Syracuse, contenant une statuette de kouros vêtu (Cultrera 1943, p. 43-45 n° 2a, fig. 7, tombe II), rassemblait aussi des vases à boire, des vases à parfum plastiques, ainsi que quatre statuettes féminines et un petit oiseau en terre cuite. La taille du squelette (ibidem, fig. 6) est compatible avec celle d’un adulte, mais aussi d’un adolescent. Dans la sépulture 19 de Galera-Bagliazzo à Sélinonte, le kouros (Gabrici 1941, p. 788, pl. VIII, 1, corrigé par Gasparri 2008, p. 336 n. 95) était associé à une quinzaine d’objets, parmi lesquels des vases à boire et à parfums raffinés (l’âge du défunt est indéterminé). En Grèce, voir par exemple la somptueuse tombe masculine 25 de la nécropole de Sindos, en Macédoine, contenant elle aussi un kouros drapé : B. Misailidou, fiche du catalogue. In : Vokotopoulou et al. 1997, p. 160-161 n° 251.

61 Graepler 1996, p. 233 et 242 nos 180-181 ; Bartoccini 1936, p. 149, fig. 40b (tombe 66, découverte Via Mezzacapo le 18 avril 1934 : « scheletro infantile »). Voir aussi, infra, p. 125.

62 Orsi notait « giovanetto » dans son cahier de fouille. L’identification avec un sujet féminin est proposée sur la base des éléments du mobilier, surtout des deux lékanai. De plus, la tombe a restitué une figurine nue assise (supra, n. 42), une autre statuette très mal conservée, un fragment de bras de statuette, une petite base en os et 20 astragales.

63 À cause de ses dimensions, le fragment ne peut pas appartenir à une statuette.

64 Le status quaestionis est résumé chez Weiß 1990, p. 161; voir aussi: Link-Malone 1998, p. 774 (« …it seems probable that the feet were offered with a prayer that the fragile spirit be guided safely to the Underworld »); P. Desantis, fiche du catalogue. In : Berti (F.), Cornelio-Cassai (C.), Desantis (P.), Sani (S.) – La coroplastica di Spina. Immagini di culto. Catalogo della mostra. Ferrare, Museo Archeologico Nazionale, 1987, p. 20-21 n° 8, fig. 10 (à propos de l’objet de la tombe 300 de Spina, fin du ive s.).

65 Puisqu’il s’agit de reproductions de pieds et de chaussures féminins, provenant de tombes de jeunes femmes, ou d’enfants vraisemblablement de sexe féminin, il faudrait conclure que ce viatique aurait été réservé à ces seules catégories de défunts.

66 Grapler (1997, p. 196-197) considère aussi le Fußekleidung parmi les critères d’analyse.

67 Voir Dasen 2010, p. 28. Je rappelle en outre deux épigrammes de l’Anthologie Palatine (VI, 206-207) qui mentionnent la consécration de sandales à Aphrodite, désignée comme Ouranienne et comme la divinité « qui préside aux noces ».

68 De Francisis 1957, p. 388-391, tombe 6 de la nécropole mise au jour à l’occasion de la construction du bâtiment INPS, dans l’îlot compris entre les rues Torrione, Tripepi et Romeo ; Accardo (S.) – Le necropoli settentrionali dell’antica Rhegion, p. 28, fig. 18, et fiche du catalogue. In : Andronico 2006a, p. 74-75, fig. 60 ; voir aussi Weiß 1990, p. 160-161.

69 Une interprétation discutable a été avancée récemment chez Andronico 2006b, p. 61-62, qui insiste sur la fonction symbolique du pied chaussé, qui ferait allusion à la position élevée de l’homme par rapport aux autres êtres vivants.

70 L’interprétation des objets miniaturisés dans les mobiliers infantiles, où ils sont très fréquents, a fait l’objet d’études cross-cultural portant sur différentes contextes et sur plusieurs époques, avec des résultats contrastés. Je citerai les recherches sur la culture Inuit, où ces objets semblent correspondre à des possessions personnelles des enfants, dépourvues de valeurs rituelles ou votives (Park 1998), ainsi que celles menées sur les communautés de l’âge du Bronze dans le Sud de la péninsule ibérique, où la présence de vases miniatures spécifiques a conduit les chercheurs à les interpréter comme des objets reliés à l’apprentissage (« not only for play but as models that could be used in the learning process of both pottery manufacture and food processing » : Sanchez-Romero 2008, p. 26-30 ; voir aussi Ingvarsson-Sundström 2008, p. 108-110). Cependant, la signification de ces objets dépend strictement du contexte, et chaque élément peut être chargé d’une valeur différente/supplémentaire au moment de la déposition dans la tombe. Comme S. Crawford l’a mis justement en évidence, en analysant les sépultures d’enfant en milieu anglo-saxon, les miniatures peuvent être conçues comme des instruments d’éducation ou, en général, comme des objets déposés dans les tombes en tant qu’éléments évoquant des valeurs strictement reliées au milieu adulte : « adult tools rather than children toys » (Crawford 2009, p. 60-61 et 63). Je soulignerai, par ailleurs, que la tendance à considérer comme « miniatures » toute sorte d’objets de taille inférieure à la taille naturelle (par exemple des personnages ou des figurines d’animaux en terre cuite, ainsi que des reproductions d’objets et d’outils, comme des armes, des peignes, des meubles, etc.), que l’on trouve parfois dans la bibliographie, risque d’être trompeuse. Bien que la distinction ne soit pas toujours facile à saisir, les catégories du « petit » et du « miniaturisé » sont caractérisées par des valeurs sémantiques très différentes.

71 Où ils sont attestés indifféremment dans des tombes masculines et féminines : A. Despoini, fiches du catalogue. In : Vokotopoulou et al.1997, p. 84-85 n° 124 (tombe 65) ; p. 94-95 n° 141 (tombe 20) ; p. 118 n° 177 (tombe 59) ; p. 141 n° 227 (tombe 115) ; p. 147 n° 238 (tombe 37) ; p. 171 n° 277 (tombe 25) ; p. 184-185 nos 296-297 (tombe 67) ; p. 241 nos 392-393 (tombe 52).

72 Des meubles miniatures ont été trouvés aussi dans des tombes d’enfant de Thèbes (deux diphroi) et de Pydna (voir la contribution de Z. Kotitsa dans ce volume).

73 Cf. les éléments des « symbolic preparations for marriage » des tombes de l’époque géométrique : Langdon 2007, p. 186-187.

74 À propos de l’exploration et des offrandes de ce célèbre sanctuaire voir Orsi 1909b et c, 1911 ; p. 67-75 ; 1912, p. 21-22 ; 1913, p. 3-4. Les coffres sont représentés sur plusieurs types de pinakes locriens, dans des scènes qui se rattachent à des aspects différents du mythe et/ou du rite évoqués dans le sanctuaire de Mannella (voir Lissi-Caronna, Sabbione, Vlad-Borrelli 1996/2007 : types 1/18-22, 3/3, 5/1-2, 5/19, 5/21, 6/8-9, 9/1-4, passim, pour les représentations et les interprétations proposées).

75 Voir le petit coffre en terre cuite conservé au Musée de Naples : Barra-Bagnasco, Elia 1996, p. 81-82 et 87-88 n° 8.7. Pour le sanctuaire de Grotta Caruso, voir Costabile 1991 (en particulier, pour un petit modèle de lit en terre cuite, p. 104-105, fig. 182a-b). De la colonie locrienne de Medma proviennent en outre un relief représentant un coffre, ainsi qu’une statuette de personnage féminin assis sur un meuble (klinè ?) : Barra-Bagnasco, Elia 1996, p. 88 n° 8.23 ; Orsi 1917a, p. 43-44, fig. 11 (tombe 36 de Nolio-Carrozzo, défunt d’âge indéterminé). Je rappelle en outre un passage de Pausanias (V, 20, 1) faisant allusion à la consécration de petits meubles dans les sanctuaires : en décrivant les anathemata du temple d’Hèra à Olympie, il mentionne un petit lit incrusté d’ivoire, censé être un jouet ayant appartenu à Hippodamie.

76 Ces derniers pourraient se référer à des problèmes de dentition de l’enfant : Dasen 2010, p. 25.

77 Papaikonomou 2007 et 2008a, p. 255-259 (maquettes de baignoires en terre cuite déposées à l’extérieur d’une tombe appartenant à jeune fille âgée de 10-14 ans, datée du ve s.).

78 Le rapport métaphorique existant entre le bain rituel et le bain funéraire, ainsi que l’ambiguïté de ces passages, ont déjà été mis en évidence chez Ginouvès 1962. Sur les difficultés que la transition vers le mariage représentait pour les jeunes filles, voir les remarques générales de Foley 2003, p. 122-128.

79 Graepler 1996, p. 232 et 242 n° 179 ; Bartoccini 1936, p. 149, fig. 40b.

80 Colivicchi 2001, p. 53, 101, 102 n° 8.31, fig. 35 (tombe 1 de Rione Italia, Via Polibio entre Via Dante et Via Oberdan, fouillée entre le 17 et le 19 août 1960 ; elle contenait deux dépositions féminines ; la figurine est datée du iie s.) ; Graepler 1996, p. 228 ; Forti, Stazio 1983, fig. 675.

81 Pour l’interprétation de cet élément du symbolisme nuptial dans les pinakes, voir Lissi-Caronna, Sabbione, Vlad-Borrelli 1996/2007 : types 1/23, 3/1, 5/7, 6/1, passim. Le sanctuaire de Mannella a restitué en outre de nombreux exemplaires de loutéria en marbre et en terre cuite, parfois de grandes dimensions (voir par exemple Orsi 1909b, p. 321-322, fig. 3 ; 1912, p. 21).

82 S. Bianco, fiche du catalogue. In: Pugliese Carratelli (G.) dir., I Greci in Occidente. Milan, Bompiani Editore, 1996, p. 650-652 n° 275. Le loutérion est interprété comme une « coppa su alto piede » par l’auteur.

83 Je me réfère évidemment aux cas où la condition « d’objets errants » est assurée et indépendante des circonstances de trouvaille et des explorations ; voir par exemple, supra, note 15.

84 Pour Tarente et le problème des « stipi « funerarie » » : v. Lippolis 1995, p. 45-49 ; Abruzzese-Calabrese 1996, p. 189-190 ; Graepler 2002, p. 209 ; pour Locres, Medma et la Sicile : Elia 2010, p. 364-367.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Temple-boy, Locres, nécropole de Lucifero, tombe 885
Crédits (d’après Elia 2001).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 2. Temple-boy, Medma, nécropole de Nolio-Carrozzo, tombe 39
Crédits (d’après Orsi 1917a, fig. 13).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 3. Pieds en terre cuite, chôra de Métaponte, nécropole de Pantanello, tombe 126
Crédits (d’après Link-Malone 1998, fig. 19.2 et p. 781).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Fig. 4. Pieds en terre cuite, Tarente, tombe 66, découverte Via Mezzacapo le 18 avril 1934
Crédits (d’après Graepler 1996, p. 243).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1365/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 5. Pied en terre cuite, Locres, nécropole de Lucifero, tombe n° 868
Crédits (d’après Elia 2001).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1365/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 6. Sarcophage en terre cuite en forme de pied chaussé, Rhègion, nécropole septentrionale, tombe 6
Crédits (d’après Andronico 2006a, fig. 18 et 60).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1365/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 7. Meubles miniatures en terre cuite, Locres, nécropole de Lucifero, tombes 844, 1102 et 564
Crédits (d’après Orsi 1913, fig. 6 et 43, et Elia 2001).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1365/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Fig. 8. Kibotion miniature en terre cuite, Locres, nécropole de Lucifero, tombe 860
Crédits (d’après Orsi 1913, fig. 47).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1365/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 9. Pinakes locriens, types 5/1 et 5/2
Crédits (d’après Lissi-Caronna, Sabbione, Vlad-Borrelli 1996/2007).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1365/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Fig. 10. Mobilier partiel de la tombe 567 de Locres, nécropole de Lucifero
Crédits (d’après Elia 2001).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1365/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Fig. 11. Statuette en terre cuite : figure féminine nue et loutérion ; Tarente, tombe 66 découverte Via Mezzacapo le 18 avril 1934
Crédits (d’après Graepler 1996, p. 123).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1365/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 12. Statuette en terre cuite : figure féminine nue et loutérion
Légende Tarente, tombe 1 de Rione Italia, Via Polibio, entre Via Oberdan et Via Dante, 17-19 août 1960
Crédits (d’après Forti, Stazio 1983, fig. 675).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1365/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 13. Pinax locrien, type 3/1
Crédits (d’après Lissi-Caronna, Sabbione, Vlad-Borrelli 1996/2007).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1365/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 14. Mobilier partiel de la tombe 191 d’Héraclée, nécropole de Madonnelle
Crédits (d’après S. Bianco, in Pugliese Carratelli (G.) dir., I Greci in Occidente, Milan, Bompiani, 1996, p. 651).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1365/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 421k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search