Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants

 | 
Antoine Hermary
, 
Céline Dubois

Grèce, Italie du Sud, Sicile

Tombes d’enfants du ive s. av. J.-C. à Pydna

Zoé Kotitsa

Résumé

This paper deals with burial customs concerning children during the 4th century BC in the northern cemetery of Pydna in central Macedonia. It examines the distribution and typology of the child-graves within the cemetery, and focuses on the repertoire and meaning of the offerings found, comparing them witht hose deposited in adult graves in the same cemetery and with corresponding data from other Macedonian sites. It is characteristic of Pydna for children to be buried with considerably more jewellery and terracottas than adults.

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire de la recherche concernant la localisation de Pydna, voir Hatzopoulos (M.), Knoepfle (...)
  • 2 Bessios 1985, p. 51 ; Bessios 1993, p. 1111.
  • 3 Bessios 1993, p. 1113-1114 ; Bessios, Pappa s. d., p. 5-6 ; Bessios 1997, p. 59.
  • 4 Bessios, Pappa s. d., p. 7-8 ; Bessios 1997, p. 59.
  • 5 La population a été probablement transférée sur le site moderne de Kitros : Bessios 1997, p. 60. Au (...)
  • 6 Bessios, Pappa s. d., p. 8 ; Bessios 1996, p. 237 ; Bessios 1997, p. 60. Une même opinion a aussi é (...)
  • 7 Hatzopoulos (M. B.) – Makedonia. In: Hansen (M. H.), Nielsen (T. H.) dir., An Inventory of Archaic (...)
  • 8 Sur la date exacte de l’assassinat d’Olympias (317/6 ou 316/5), voir Landucci Gattinotti (F.) – L’a (...)

1L’ancienne ville de Pydna a été localisée à presque deux kilomètres au Sud du village moderne de Makrygialos, dans la région de Piérie en Macédoine centrale, sur la côte occidentale du Golfe Thermaïque, à environ 50 kilomètres au Sud de Thessalonique1. La ville, bien connue dans l’histoire par la bataille de 168 av. J.-C. entre l’armée du roi macédonien Persée et celle que commandait le général romain Lucius Aemilius Paulus, qui entraîna la fin de la monarchie antigonide, avait commencé à exister à l’âge du Bronze final comme une petite agglomération sur une colline, une « toumba », maintenant érodée par la mer2. Dès le ve s. av. J.-C. la ville est devenue une des plus importantes du royaume macédonien, avec une surface impressionnante de 25 hectares. Son importance est étroitement liée à sa fonction de port, indispensable pour l’exportation du bois macédonien – renommé pour la construction des navires–, et il est probable que, dans la première moitié du ve s., le roi Alexandre Ier de Macédoine lui avait accordé des privilèges particuliers3. À la fin du Ve s., en 410, la ville s’est révoltée contre le roi Archélaos, probablement parce que celui-ci a voulu réduire les privilèges du port4. Après l’échec de la révolte, Archélaos a soumis la ville et a puni la population en la déplaçant de 20 stades vers l’intérieur des terres (Diodore, XIII, 49, 2), c’est-à-dire à peu près de quatre kilomètres5. On n’a pas pu déterminer précisément quand les habitants de Pydna étaient retournés dans leur ville, mais les découvertes des fouilles effectuées dans les nécropoles amènent à penser que l’événement a eu lieu sous le règne d’Amyntas III (393-vers 370/69), dès le premier quart du ive s.6. En 364 av. J.-C. les Athéniens se sont emparés de Pydna et l’ont occupée jusqu’en 357 av. J.-C., l’année où Philippe II de Macédoine l’a prise, peut-être par trahison, après un court siège7. Dès ce moment Pydna est entrée de nouveau dans une période de prospérité et a gardé son rôle exceptionnel de port du royaume macédonien jusqu’à la conquête romaine de 168. À propos du ive s. av. J.-C., qui nous intéresse ici, il convient aussi de mentionner que, vers l’année 316, la ville a été témoin de la mise à mort de la reine-mère Olympias par Cassandre, qui l’a fait exécuter par les parents de ses victimes, après un long siège (Diodore, XIX, 35-36 et 49-51)8.

Fig. 1. Tombe d’enfant (t. 32/réseau d’irrigation) avec quatre creusements sur le fond pour les pieds du lit

Fig. 1. Tombe d’enfant (t. 32/réseau d’irrigation) avec quatre creusements sur le fond pour les pieds du lit

Archives des fouilles de Pydna.

Fig. 2. Tombe couverte de tuiles en bâtière ; une tuile est déposée aussi au fond de la fosse pour le corps de l’enfant (t. 1010/951)

Fig. 2. Tombe couverte de tuiles en bâtière ; une tuile est déposée aussi au fond de la fosse pour le corps de l’enfant (t. 1010/951)

Archives des fouilles de Pydna.

Fig. 3. Amphore commerciale de Péparethos (Inv. Py 8850) découpée à hauteur de l’épaule pour recevoir un nourrisson, vers 350-325

Fig. 3. Amphore commerciale de Péparethos (Inv. Py 8850) découpée à hauteur de l’épaule pour recevoir un nourrisson, vers 350-325

Archives des fouilles de Pydna.

  • 9 Bessios, Pappa s. d., p. 10-14 ; Bessios 1996.
  • 10 Bessios 1996, p. 235 ; Bessios 2007, p. 645 ; Bessios, Athanassiadou 2001, p. 363-364.

2Des fouilles d’urgence ont commencé dans la région de Pydna en 1975, mais c’est dans les années 1980 qu’elles se sont multipliées, en raison de l’intensification des constructions et de l’accroissement des fouilles illégales. On a surtout dégagé les parties des nécropoles qui entouraient la ville au Nord, au Sud et à l’Ouest9. La nécropole la plus importante était située immédiatement au Nord de la ville, sur une surface estimée à 20 hectares, où on a exploré jusqu’en 2002 presque 2.700 tombes, datées entre la fin de l’âge du Bronze et l’époque romaine10. La majorité des tombes d’époque classique et hellénistique contenaient des sépultures individuelles, intactes et souvent accompagnées de monnaies des rois macédoniens, fournissant ainsi des contextes clos, précieux pour déterminer une datation précise des mobiliers funéraires et pour étudier les pratiques funéraires de la société locale.

  • 11 Voir aussi, par exemple, Robinson 1942, p. 165-166 ; Vatin 1969, p. 75 et 77.

3Les tombes d’enfants du ive s. ont été identifiées par les fouilleurs sur la base de la taille des squelettes ou des fosses où ils ont été enterrés. Quand on parle dans ce cas d’un enfant, on pense à un individu âgé jusqu’à 12 ans à peu près, mais comme on n’a pas eu la possibilité de faire des examens anthropologiques, on ne peut pas encore présenter d’observations sur l’âge précis ou le sexe des enfants ensevelis dans la nécropole. Dans certains cas, c’est l’absence des restes de squelettes qui a amené les fouilleurs de Pydna, comme d’autres ailleurs, à attribuer une sépulture à un enfant, dans l’idée que ses os fragiles n’ont pas été conservés dans le sol11. Cependant, dans le cas d’une grande tombe (17/937) sans restes d’ossements et avec un mobilier funéraire vraiment riche, on se demande s’il s’agissait d’une sépulture d’enfant ou d’une incinération dans un récipient précieux qui a été emporté par des pilleurs. D’autre part, pour deux incinérations (788/480 et 84/951) c’est le mobilier funéraire, notamment les protomés en terre cuite et les lécythes miniatures, qui a amené le fouilleur à supposer qu’il s’agissait de tombes d’enfants.

  • 12 Je tiens à exprimer ici mes remerciements à M. Bessios pour toutes les informations qu’il m’a donné (...)

4Les données que l’on va présenter ici sont fondées sur les résultats de l’étude de 147 tombes d’enfants du IVe s. contenant de la céramique, qui ont été fouillées dans la nécropole Nord de Pydna – y compris les trois cas douteux mentionnés ci-dessus. Seules cinq tombes, une de la première moitié et quatre de la deuxième moitié du ive s., avaient été pillées. Aucune information ne peut être donnée sur des tombes d’enfants dépourvues d’offrandes ou de céramique, mais le fouilleur M. Bessios m’a assuré qu’on n’avait pas détecté un nombre suffisant de sépultures de ce type pour changer fondamentalement les résultats de mon étude12.

5Considérons les chiffres : 44 tombes appartiennent à la première moitié et 103 à la deuxième moitié du ive s., ce qui constitue respectivement presque un tiers et un cin­quième de la totalité des sépultures pour chaque période(Graphique 1a-b). Vu les réserves exprimées ci-dessus sur le choix des tombes dans cette recherche, je tendrais à penser que les deux périodes ne doivent pas présenter une différence considérable en ce qui concerne la proportion entre les tombes d’enfants et d’adultes. La différence dans le nombre global des tombes attestées suggère cependant que la population de la ville avait considérablement augmenté après la conquête de Philippe II.

  • 13 Kottaridi (A.) – Βεργίνα 1997. AEMTh, 10A, 1996, p. 82 et n. 13 ; Noulas (K. V.) – Ταφιxά έθιxα στη(...)

6Les tombes d’enfants pouvaient être diversement orientées, contrairement à la pratique constatée habituellement pour les tombes d’adultes à Pydna, habituellement orientées la tête à l’Ouest pour les défunts de sexe masculin et à l’Est pour les femmes, constatation valable, également, pour la plupart des nécropoles macé­doniennes du ive s.13.

  • 14 Bessios 1988, p. 181; Bessios (M.) – AEMTh, 1989, p. 155-163.

7Les sépultures d’enfants étaient dispersées, dans la nécropole pydnéenne, parmi les tombes d’adultes. Quelques-unes, datées de la deuxième moitié du ive s., faisaient partie de groupes de tombes au mobilier funéraire riche situées à une distance considérable de la ville, près de 800 mètres14. Elles devaient appartenir aux familles des couches moyennes ou supérieures de la société locale, qui avaient évidemment voulu, même après leur mort, se séparer du peuple (Bessios 1996, p. 233-234).

Graphique 1 a-b. Tombes d’enfants et d’adultes dans la nécropole Nord de Pydna au IVe s.

Graphique 1 a-b. Tombes d’enfants et d’adultes dans la nécropole Nord de Pydna au IVe s.

Graphique 3. Formes céramiques dans les tombes d’enfants de la nécropole Nord de Pydna au ive s.

Graphique 3. Formes céramiques dans les tombes d’enfants de la nécropole Nord de Pydna au ive s.

Graphique 2 a-b. Types de tombes d’enfants dans la nécropole Nord de Pydna au ive s.

Graphique 2 a-b. Types de tombes d’enfants dans la nécropole Nord de Pydna au ive s.

Fig. 4-5. Lébès (Inv. Py 11154, photo de l’auteur) utilisé probablement pour un enchytrisme, avec une lékanè (Inv. Py 5979, photo des archives des fouilles de Pydna) comme couvercle

Fig. 4-5. Lébès (Inv. Py 11154, photo de l’auteur) utilisé probablement pour un enchytrisme, avec une lékanè (Inv. Py 5979, photo des archives des fouilles de Pydna) comme couvercle
  • 15 Une liste de tombes à ciste est donnée par Tsimbidou-Avloniti 2005, p. 181-184 ; ajouter Lilimbaki- (...)

8La majorité des tombes d’enfants du ive s. consistent en inhumations dans une fosse rectangulaire creusée dans le sol, qui avait quelquefois, dans la deuxième moitié du siècle, un ou plusieurs bords taillés sur un ou l’ensemble des côtés, ce qui pouvait faciliter la descente du corps dans la tombe (Bessios 1988, p. 184 fig. 3). En même temps, ces bords servaient de bases pour les poutres en bois qui, habituellement, recouvraient les tombes à fosse, quelquefois renforcées par des tuiles ou des pierres. Les parois de quelques-unes de ces tombes ont été, dans la deuxième moitié du ive s., enduites de blanc ou de rouge, copiant évidemment une pratique d’habitude associée aux riches tombes à ciste15. Dans ces tombes, les offrandes étaient habituellement abondantes et luxueuses, ce qui indique qu’il s’agissait probablement d’un membre d’une famille fortunée.

Fig. 6. T. 263/951. incinération d’enfant dans une hydrie, vers 350

Fig. 6. T. 263/951. incinération d’enfant dans une hydrie, vers 350

Photo de l’auteur.

9Les corps des enfants étaient déposés dans des tombes à fosses, allongés sur une civière ou un lit en bois, comme le suggère souvent l’état des squelettes, qui montre qu’ils étaient tombés d’une certaine hauteur, évidemment après la disparition de la civière ou du lit. Mais, contrairement à ce qui se passe dans les tombes d’adultes, pour les tombes d’enfants on ne creusait que rarement des emplacements pour les pieds du lit sur le fond des tombes, évidemment à cause de leur petite taille (fig. 1 ; Bessios 1988, p. 186fig. 7). En revanche, la position des clous trouvés dans quelques tombes permet de supposer qu’on avait utilisé des cercueils en bois, une coutume qui semble être plus courante pour l’inhumation de petits enfants (Bessios1988, p. 183 fig. 10).

10Dans certains cas la couverture des tombes à fosses était seulement constituée de tuiles en bâtière. Cette manière d’enterrer les enfants semble devenir populaire pendant la deuxième moitié du ive s. et continue au iiie s. Dans ces tombes les corps des jeunes défunts pouvaient être déposés sur des tuiles placées au fond de la fosse (fig. 2). Une seule sépulture d’enfant était couverte d’un fragment d’amphore commerciale (t. 928/951). Pour le reste, on a mis au jour des tombes à enchytrisme et une tombe à ciste (Graphique 2a-b).

  • 16 Comparer Robinson 1942, p. 165-173.

11Le type de la tombe à enchytrisme a été à Pydna, comme ailleurs, un mode d’inhumation propre aux sépultures des enfants les plus jeunes, probablement des nourrissons et des périnataux16. Cependant il avait considérablement perdu de son importance au ive s. par rapport au ve s., et il est devenu véritablement rare dans la seconde moitié du ive s. Les corps de petits défunts ont été surtout placés dans des amphores commerciales qu’on découpait de manière appropriée (fig. 3). L’orientation des amphores variait, mais, dans le cas où les restes osseux sont conservés, la tête des bébés est toujours tournée vers leur embouchure. Ces inhumations étaient quelquefois accompagnées d’une seule offrande – habituellement une coupelle –, avec une exception qui date de la première moitié du ive s. (t. 257/480) : la sépulture contenait quatre vases et une bague en bronze, répartis à l’intérieur et à l’extérieur de l’amphore.

Fig. 7-8. Céramiques brisées, avec les traces de feu de deux incinérations (t. 35/937, t. 30/937), vers 330-320

Fig. 7-8. Céramiques brisées, avec les traces de feu de deux incinérations (t. 35/937, t. 30/937), vers 330-320

Photos de l’auteur.

Graphique 4a-b. Répartition des céramiques dans les tombes d’enfants du ive s. dans la nécropole Nord de Pydna, selon leur fonction

Graphique 4a-b. Répartition des céramiques dans les tombes d’enfants du ive s. dans la nécropole Nord de Pydna, selon leur fonction

12Une sépulture d’enfant du troisième quart du ive s. était peut-être contenue aussi dans un lébès couvert d’une lékanè (fig. 4-5), mais aucun reste d’ossement n’a été repéré.

  • 17 Vokotopoulou 1983, p. 276, pl. 116c ; Bessios 1985, p. 54.
  • 18 Vokotopoulou 1983, p. 276, pl. 116a-b ; Bessios 1985, p. 54 fig. 5-7, pl. 4 b-c. Voir aussi les ill (...)
  • 19 Comparer Bessios 2001, p. 371 pour la nécropole Sud de Pydna.

13L’unique tombe d’enfant à ciste de la nécropole Nord de Pydna appartenait probablement à une jeune fille, à en juger par le grand nombre de bijoux qui l’accompagnait17. Les os avaient été déposés dans un cercueil en bois posé sur une plate-forme d’argile enduite de blanc. La construction soignée de la tombe en blocs de pierre (eux aussi enduits de blanc), l’abondance des bijoux, ainsi que sa position sous un tumulus, près d’une tombe de type macédonien et d’une autre tombe à ciste peinte18, ne laissent aucun doute sur l’appartenance de la jeune défunte à l’aristocratie de la ville. Ce point de vue vient d’être d’ailleurs renforcé par le fait que le tumulus avait été érigé à un carrefour, à une distance considérable de la ville, pour attirer l’attention du plus de gens possible19. En outre, le type de la tombe à ciste semble être beaucoup plus courant dans la deuxième moitié du ive s. pour les enterrements d’enfants dans la nécropole Sud de Pydna, où sont justement concentrées la plupart des tombes des familles appartenant aux classes sociales supérieures (Bessios 2010, p. 212-213).

  • 20 Comparer le petit nombre d’incinérations d’enfants à Olynthe : Robinson 1942, p. 145-146.
  • 21 Pour une description détaillée du processus de l’incinération, voir Vokotopoulou 1990, p. 79-81.

14Avant de procéder à une analyse plus détaillée du mobilier funéraire, il convient de mentionner qu’on a découvert seulement cinq incinérations d’enfants dans la nécropole Nord de Pydna20, dont une dans une hydrie de fabrication locale ou régionale du milieu du ive s., accompagnée de deux petits bols à bord arrondi trouvés sur son épaule (fig. 6). Dans les quatre autres, trouvées dans des fosses, l’état de la vaisselle, brisée avec des traces de feu (fig. 7-8), implique qu’on brûlait les offrandes avec le défunt en dehors de la tombe et qu’on les jetait dans ou sur la tombe après avoir placé les os dans un coffret en matériau périssable ou dans un vase, coutume courante aussi pour les incinérations d’adultes21. Deux de ces quatre incinérations ont été retrouvées dans la partie de la nécropole réservée aux tombes des familles fortunées, mentionnée plus haut.

15Dans le mobilier funéraire des sépultures étudiées la vaisselle céramique joue un rôle important, autant pour la datation que pour la compréhension des rites funéraires (Graphique 3). On constate dès la première moitié du siècle une variété considérable de formes, dont peu sont attestées en grand nombre. La deuxième moitié du ive s. témoigne d’un élargissement considérable du répertoire des formes céramiques, qui comporte d’une part presque toutes les formes anciennes – mis à part les olpès –, d’autre part des formes nouvelles telles que l’alabastre, le bol « achéménide », le canthare, l’hydrie, la pélikè, la salière en forme de bobine, la tasse et l’unguentarium, ainsi que d’autres types de lécythes.

16Si on étudie la répartition des ces céramiques d’après leur fonction (Graphique 4a-b), on constate qu’on déposait, pendant tout le ive s., surtout de la vaisselle destinée à recevoir aliments ou boissons, sans qu’on puisse exclure une utilisation de ces vases pendant la cérémonie funéraire, comme c’était le cas pour les parfums, qui servaient sans doute également dans les rites funéraires. En ce sens les vases choisis pour être déposés dans les tombes d’enfants ne diffèrent pas de ceux des tombes d’adultes.

  • 22 Kurtz, Boardman 1971, p. 215 ; Rhomiopoulou (Aik.), Touratsoglou (I.) – Εϰτης αρχαίας Βεροίας. Make (...)
  • 23 Rhomiopoulou (K.) – An outline of Macedonian History and Art. In: Childs (B.) dir., The Search for (...)
  • 24 Tomlinson (R. A.) – Ancient Macedonian Symposia. In: Laourdas (B.), Makaronas (Ch.), Ancient Macedo (...)

17On ne saura probablement jamais si les récipients pour les aliments ou les boissons étaient placés remplis dans les tombes, pour servir aux enfants dans leur vie dans l’au-delà, s’ils leur appartenaient quand ils étaient en vie ou s’ils n’étaient que de simples offrandes. La présence dans quelques tombes, d’adultes ou d’enfants, de coquillages dans des bols de divers types permet de supposer qu’on utilisait ces formes céramiques pour offrir de la nourriture au défunt22. En revanche, le jeune âge des défunts amène plutôt à exclure la possibilité que ces objets aient été la propriété des défunts. Ce point de vue peut également être soutenu pour les vases à boire déposés dans les tombes d’enfants. Ces vases sont d’habitude interprétés dans les riches tombes d’adultes, spécialement en Macédoine, comme la vaisselle que le défunt utilisait dans le symposion et qui était destiné aussi à lui servir dans le monde des morts23. Vu qu’un enfant n’avait pas eu la possibilité de prendre part aux symposia, ces céramiques doivent être comprises exclusivement comme des cadeaux de la famille pour l’au-delà et peuvent révéler dans cette fonction l’importance du symposion pour la société macédonienne, connue par les auteurs antiques24. On ne peut naturellement pas exclure un usage de ces vases aussi pour des libations pendant la cérémonie funéraire.

Fig. 9. Flacon médical (Inv. Py 4458), 2e moitié du ive s.

Fig. 9. Flacon médical (Inv. Py 4458), 2e moitié du ive s.

Archives des fouilles de Pydna.

Fig. 10. Biberon, 2e moitié du ive s. (Inv. Py 7137)

Fig. 10. Biberon, 2e moitié du ive s. (Inv. Py 7137)

Archives des fouilles de Pydna.

Fig. 11. T. 241/947, vers 325-300

Fig. 11. T. 241/947, vers 325-300

Photo de l’auteur.

  • 25 Völcker-Janssen 1993, p. 187-211 ; Drougou 2000, p. 312 ; Graikos 2006, p. 828-829.

18La multiplication des vases à boire constatée dans la deuxième moitié du ive s. est due aux nouvelles formes qui apparaissent à cette époque, comme on l’a vu plus haut. On s’interroge en même temps sur l’augmentation du pourcentage des vases à parfums : on pourrait peut-être lier cette utilisation plus vaste des parfums dans les sépultures de cette période avec la tendance au luxe, générale en Macédoine à cette époque, alors qu’elle n’est pas encore tellement attestée pendant la première moitié du siècle25.

  • 26 Sur ces vases voir les exemples rassemblés par Rotroff (S. I.) – The Athenian Agora XXIX. Hellenist (...)
  • 27 Tournavitou (I.) – Does Size Matter? Miniature Pottery Vessels in Minoan Peak Sancuaries. In: D’Aga (...)

19Les autres formes, retrouvées en un plus petit nombre d’exemplaires, comportaient des lampes, des vases à verser tels que des œnochoés, des hydries, des olpès et des chytrai, des céramiques de stockage tels que des lébétes et des pélikès, et seulement deux vases de toilette, deux pyxides de type attique D. Il ne vaut pas la peine de distinguer les vases miniatures, car leur répertoire correspond à celui des formes de taille commune (lécythes aryballisques, canthares, bolsals, hydrie), mis à part un flacon médical (fig. 9)26. On ne les trouve d’ailleurs pas en un grand nombre, et pas uniquement dans des tombes d’enfants, ce qui empêche d’y voir un rite caractéristique lié aux sépultures des jeunes défunts. On peut les interpréter comme une forme simple d’offrandes, car ils ne possèdent aucune valeur fonctionnelle. Ils mettent d’ailleurs au premier plan la forme d’un vase, c’est-à-dire l’objet lui-même et non la fonction qui lui est associée27.

Fig. 12. T. 136/486, vers 375-355

Fig. 12. T. 136/486, vers 375-355

Photo de l’auteur.

Fig. 13. T. 10a/480, vers 320-300

Fig. 13. T. 10a/480, vers 320-300

Photo de l’auteur.

  • 28 Comparer Robinson 1942, p. 191; Garland (R.) – The Greek Way of Death. Londres, Duckworth, 1985, p. (...)

20On ne constate en général pas de différences substantielles entre les offrandes céramiques choisies pour être déposées dans les tombes d’enfants et celles destinées aux tombes d’adultes. Une seule exception est constituée par les biberons, réalisés selon deux types (fig. 10-11) : on les trouve dans des positions diverses, uniquement dans les sépultures d’enfants, seuls ou associés à d’autres formes28. Leur usage restreint pendant la deuxième moitié du ive s. – s’il n’est pas fortuit – suggère que cette forme n’avait pas de fonction particulière et aurait pu être remplacée par une autre, peut-être par un vase à boire.

21Le répertoire de la vaisselle destinée aux aliments et aux boissons est dominé par les coupelles et les bols (fig. 6, 11-14 et 23). Il s’agit surtout de productions locales ou régionales de types divers qui imitent plus ou moins bien les types attestés dans la céramique attique. Pendant la première moitié du ive s. sont attestées des coupelles à pied large, qui sont pour la plupart déposées seules dans la tombe, mais qui peuvent être aussi associées à d’autres formes, sans qu’on puisse déterminer un schéma standardisé pour ces assemblages (fig. 12). Dans la deuxième moitié du siècle, mis à part les coupelles qui peuvent avoir une paroi angulaire (fig. 13), ce sont les petits et grands bols à bords arrondis qui apparaissent très souvent dans les tombes d’enfants. On les retrouve quelquefois par paires et dans des contextes différents, comme par exemple avec un vase à verser ou un vase à boire, avec un vase à verser et un vase à parfum, ou avec un vase à boire et quelques vases à parfums (fig. 14). Ces récipients étaient déposés habituellement dans les mains des défunts, sans que cela soit une règle obligatoire.

Graphique 5. Tombes avec céramiques couvertes d’étain dans la nécropole Nord de Pydna (vers 330-310)

Graphique 5. Tombes avec céramiques couvertes d’étain dans la nécropole Nord de Pydna (vers 330-310)

Graphique 6. Trouvailles différentes des céramiques dans les tombes d’enfants de la nécropole Nord de Pydna au ive s.

Graphique 6. Trouvailles différentes des céramiques dans les tombes d’enfants de la nécropole Nord de Pydna au ive s.

22À la même catégorie de céramiques destinées aux aliments ou aux boissons appartiennent aussi les coupes basses à une anse et les bolsals, retrouvés aussi bien dans les mains que près des pieds des défunts, et associés aussi à divers autres vases, comme les bols. Alors qu’on reconnaît parmi les bolsals des imitations des productions attiques (fig. 7), les coupes à une anse ont surtout été fabriquées dans les ateliers locaux ou régionaux et présentent une diversité de types et d’exécution (fig. 12 et 15). Ces deux formes semblent être plus fréquentes dans les mobiliers funéraires d’enfants pendant la première moitié du ive s., de même que le skyphos de type attique, la seule forme de vase à boire attestée dans les sépultures d’enfants pendant la première moitié du ive s. (fig. 16-18) ; il est le plus souvent à vernis noir, mais on a aussi trouvé un exemplaire à figures rouges (fig. 18), catégorie de céramique plutôt rare dans la nécropole Nord de Pydna au cours du ive s. Dans la deuxième moitié du siècle on trouve aussi quelques skyphoi de type corinthien, mais ce vase va céder progressivement sa place aux canthares à bord mouluré et à bord lisse (fig. 13-15), comme c’est le cas aussi dans les tombes d’adultes.

  • 29 La proportion plus faible des lécythes à décor réticulé dans la deuxième moitié du ive s., visible (...)
  • 30 Sur ces représentations et leur interprétation voir Sgouropoulou (Chr.) – Ο ϰόσμος της Ανατολής στη (...)

23Les vases à parfum, la seconde catégorie de céramique qui a été retrouvée dans les tombes d’enfants en plusieurs exemplaires, comportent surtout des lécythes aryballisques à palmette ou à décor réticulé (fig. 12, 14, 16, 17)29, ainsi que des alabastres, des unguentaria et un aryballe en forme de coquillage (fig. 19). Les lécythes n’avaient pas d’emplacement déterminé dans les tombes, alors que les alabastres ont été habituellement trouvés à proximité des mains des défunts. L’aryballe en forme de coquillage a même été déposé dans la main gauche du défunt. Parmi les lécythes aryballisques il convient de mentionner un seul exemplaire appartenant au vaste groupe des lécythes du « style de Kertch », trouvé dans une tombe du milieu du ive s. avec un lécythe à palmette et un skyphos (fig. 17)et caractérisé par la représentation de deux bustes féminins de profil, tournés l’un vers l’autre et séparés par un objet ovale, d’ordinaire interprété comme un tumulus, une tombe ou un autel en forme d’omphalos30. Ce vase fait partie d’un groupe de trois exemplaires mis au jour dans la nécropole Nord de Pydna, les deux autres étant déposés respectivement dans la sépulture d’une femme et d’un homme.

  • 31 Burr Thompson (D.) – Three Centuries of Hellenistic Terracottas. Hesperia, 21, 1952, p. 149.
  • 32 Robinson 1942, p. 199 ; Papapostolou 1977, p. 326-327, avec des exemples ; voir aussi Karapanou (S. (...)

24Le petit aryballe en forme de coquillage (fig. 19) est, au contraire, unique dans la nécropole. À cause de l’association bien connue de la coquille avec Aphrodite31, cet objet pouvait être un récipient pour des substances odorantes et, en ce sens, une offrande funéraire probablement appropriée à une jeune fille. D’autre part, des coquillages réels, et leurs imitations en matériaux divers, font partie, de la Préhistoire à l’époque romaine, aux ustensiles cosmétiques féminins, car ils contenaient souvent des produits de maquillage32.

25Une catégorie spéciale de céramique est constituée, dans les sépultures d’enfants, par les lécythes et les alabastres recouverts d’étain (fig. 14 et 20). Cette couverte métallique est aujourd’hui, quand elle est conservée ou n’a pas été retirée au moment de la « restauration », d’une couleur grisâtre, en raison de l’oxydation due au séjour dans la terre pendant des siècles, mais à l’origine elle brillait comme de l’argent, donnant l’impression d’une vaisselle métallique (Kotitsa, Schüssler 2002). Ce type de céramique est également attesté dans des tombes d’adultes, mais, dans notre nécropole, il apparaît beaucoup plus souvent dans les tombes d’enfants (Graphique 5), plus précisément, à une exception près, dans des tombes qui contenaient un riche mobilier funéraire. Cette donnée amène à interpréter cette céra­mique comme un symbole du statut social supérieur des familles de ces enfants, qui pouvait être imité par des familles moins fortunées (Kotitsa 2003, p. 71).

  • 33 Sur cette catégorie céramique voir en dernier lieu Rotroff (S. I.) – The Athenian Agora XXXIII. Hel (...)

26Les autres vases à parfum de nos tombes d’enfants sont les unguentaria, qui apparaissent dans des positions diverses pendant les 15 dernières années du ive s., sans que les lécythes aryballisques aient complètement disparu. Il s’agit de productions locales ou régionales, dotés d’une base plutôt large, d’une panse globulaire ou ovale et d’un col relativement court (fig. 21-22). Le décor se compose de bandes vernissées de couleur foncée, peintes sur la panse, le col et la lèvre des vases, mais on a aussi trouvé, dans une tombe datant d’un peu avant 300 av. J.-C., un unguentarium avec de fausses anses à hauteur de l’épaule, décoré de motifs végétaux qui amènent à le comparer directement à la catégorie des amphores dites « pseudo-chypriotes » souvent découvertes en Macédoine (fig. 23)33.

Fig. 14. T. 129/480, vers 325-315

Fig. 14. T. 129/480, vers 325-315

Photo de l’auteur.

Fig. 15. T. 40/486, vers 340-325

Fig. 15. T. 40/486, vers 340-325

Photo de l’auteur.

27Mis à part la vaisselle céramique, les tombes d’enfants de la nécropole Nord de Pydna comportaient également, surtout dans la deuxième moitié du ive s., des bijoux, des figurines en terre cuite, des astragales, des strigiles et des monnaies (Graphique 6). Comme ce matériel vient d’être étudié par des collègues grecs, je me contente de présenter ici quelques commentaires qui me paraissent importants pour notre sujet.

  • 34 Comparer Kaltsas 1998, p. 302 ; voir aussi, dans le même sens, Rhomiopoulou, Touratsoglou 2002, p.  (...)
  • 35 Les figurines en terre cuites de Pydna font l’objet d’une thèse de doctorat de K. Noulas à l’Univer (...)

28Il est caractéristique, à Pydna, que les enfants morts aient été accompagnés de beaucoup plus d’objets de parure et de figurines en terre cuite que les défunts adultes, surtout les hommes34. Les figurines en terre cuite appartiennent à divers types et leur nombre n’est pas du tout affecté par la présence ou non de riches offrandes, c’est-à-dire qu’elles ne peuvent pas être liées au statut social des jeunes défunts35. Elles étaient placées dans les tombes ou jetées avec d’autres offrandes sur les cercueils en bois. On constate, comme dans d’autres tombes de Macédoine à l’époque considérée, la même présence dominante de figurines féminines. Elles représentent principalement des jeunes femmes dans des postures variées, qui, n’ayant pas de caractéristiques particulières, ne peuvent pas être identifiées comme des divinités spécifiques : elles doivent plutôt être comprises comme des personnages humains actifs dans la vie quotidienne et symbolisant probablement les donatrices (Tsakalou-Tzanavari 2002, p. 218-219). Des figurines d’enfants, souvent en train de jouer avec un animal (chien, coq) ou un oiseau (pigeon), pourraient d’autre part être directement associées aux défunts prématurés, comme évocation de leurs activités préférées. Leurs jouets les accompagnaient d’ailleurs assez souvent dans la tombe, sous forme de figurines d’animaux ou d’oiseaux (pigeons, coqs ou béliers).

Fig. 16. T 835/951, vers 385-365

Fig. 16. T 835/951, vers 385-365

Photo de l’auteur.

Fig. 17. T. 622/951, vers 350

Fig. 17. T. 622/951, vers 350

Photo de l’auteur.

Fig. 18. Skyphos attique à figures rouges, vers 400-375 (Inv. Py 1407)

Fig. 18. Skyphos attique à figures rouges, vers 400-375 (Inv. Py 1407)

Archives des fouilles de Pydna.

Fig. 19. Aryballe en forme de coquille, 2e moitié du ive s. (Inv. Py 8272)

Fig. 19. Aryballe en forme de coquille, 2e moitié du ive s. (Inv. Py 8272)

Archives des fouilles de Pydna.

29Un type caractéristique de figurines, très significatif de la sensibilité que montrait la société ancienne envers la mort prématurée des enfants, est celui des kourotrophes, c’est-à-dire de femmes debout ou assises portant des bébés. Ces figurines exprimaient peut-être la conviction de la communauté que la protection perdue de la mère était transférée à une déesse chtonienne majeure, comme Perséphone ou Aphrodite, car c’était une opinion très répandue que la conception et la naissance étaient déterminées par les puissances chthoniennes (Tsakalou-Tzanavari 2002, p. 220).

30Les tombes d’enfants de la nécropole Nord de Pydna ont aussi livré un grand nombre de protomés-bustes de femmes, type fréquemment mentionné dans les rap­ports de fouilles d’autres nécropoles macédoniennes du IVe s., où elles accompagnent surtout des femmes et des enfants défunts, et auxquelles on attribut un caractère protecteur et apotropaïque (Chryssanthaki-Nagle 2006a, p. 18-21). Leur identification habituelle à une divinité féminine spécifique, surtout à Déméter et Perséphone/Koré, ne repose cependant pas sur des arguments solides et on doit plutôt les interpréter comme des offrandes à une divinité probablement chthonienne (ibid., p. 24-28). D’autre part, la présence de Satyres et de Silènes dans les tombes d’enfants peut s’expliquer par une fonction de ces objets comme d’anciens jouets des petits défunts (Robinson 1942, p. 196).

31Il convient de mentionner ici plus explicitement une figurine d’Athéna (fig. 24) trouvée près du pied droit d’un squelette d’enfant, dans une tombe du troisième quart du ive s. (t. 959/951) qui contenait six autres figurines, trois lécythes aryballisques et une monnaie en bronze de Philippe II. La déesse est représentée dans une position archaïsante, debout sur une base, portant un casque attique et l’égide, soulevant un bouclier et tenant sur son côté droit, en un geste de protection, une Niké qui porte une œnochoé dans sa main. Cette figurine originale pourrait constituer une contribution exceptionnelle de la part des parents du jeune défunt, suscitée par l’importance de la déesse dans la communauté locale. En effet, une inscription de 336/335 av. J.-C. trouvée sur l’acropole d’Athènes conduit notamment à penser que cette déesse disposait d’un sanctuaire à Pydna et jouait un rôle particulier comme déesse protectrice de la ville (Noulas, sous presse).

Graphique 7. Objets de parure dans les tombes d’enfants de la nécropole Nord de Pydna au ive s.

Graphique 7. Objets de parure dans les tombes d’enfants de la nécropole Nord de Pydna au ive s.
  • 36 Les bijoux de Pydna seront étudiés par B. Tsigarida.
  • 37 Voir, pour quelques exemples de bijoux d’une tombe d’enfant, Bessios 2010, p. 189.

32Des bijoux36, toujours déposés sur la partie du corps appropriée, ont été retrouvés dans la moitié des tombes (50) de la deuxième moitié du ive s., mais seulement dans 10 des 44 tombes de la première moitié du siècle(Graphique 6)37. Les tombes d’enfants les plus riches en bijoux, comme celles qui contiennent les vases à couverte d’étain, se concentrent dans les 30 dernières années du IVe s., c’est-à-dire à l’époque qui a fourni quelques-unes de plus riches tombes de Macédoine, comme celles de Derveni et de Nikisiani. Les bijoux de cette époque comprennent surtout des boucles d’oreilles en or, en argent ou en bronze, des colliers en perles de verre, en or, en argent ou en argile doré, des bagues en or, en argent, en bronze ou en fer et des couronnes en bronze doré, quelquefois avec des éléments en argile coloré ou doré (Graphique 7). Les bracelets étaient au contraire rares, comme c’est le cas aussi dans la première moitié du siècle, où on constate une répartition comparable des types de bijoux : les tombes de cette période ont surtout livré des bagues en argent, en bronze et en fer, ainsi que des boucles d’oreilles en argent et en bronze. L’absence d’or, vraiment frappante, n’est sûrement pas fortuite.

  • 38 Sur l’obole de Charon et la monnaie funéraire en Macédoine en général, voir Chryssanthaki-Nagle 200 (...)

33Les monnaies témoignent, dans les tombes d’enfants comme dans les tombes d’adultes de Pydna, d’un usage certainement lié aux rites funéraires, car elles ne peuvent s’interpréter que comme l’obole due à Charon, dans la mesure où elles ont été placées dans la bouche ou dans une des mains des enfants38. Le nombre de tombes comportant des monnaies, surtout en bronze, est particulièrement abondant à Pydna en comparaison avec d’autres nécropoles de Macédoine, surtout dans la deuxième moitié du ive s. On ne connaît une situation comparable qu’à Aigéai, l’ancienne capitale macédonienne (Chryssanthaki-Nagle 2006b, p. 93-95). Il convient de mentionner, sur ce point, que l’étude des contextes funéraires de Pydna suggère que les monnaies utilisées comme oboles à Charon dans les tombes de Pydna étaient, pour la plupart, encore en circulation.

Fig. 20. T. 162.951 : lécythe à décor réticulé et vases couverts d’étain

Fig. 20. T. 162.951 : lécythe à décor réticulé et vases couverts d’étain

Photo de l’auteur.

  • 39 Robinson 1942, p. 182 et 202 ; Kurtz-Boardman 1971, p. 208 ; Papapostolou 1977, p. 334 ; Themelis, (...)

34Une autre trouvaille intéressante dans les tombes d’enfants est le strigile, toujours en fer, qui peut être interprété soit comme un objet de toilette, s’il s’agit d’une fille défunte, soit comme un objet probablement associé aux activités athlétiques dans l’au-delà, s’il s’agit d’un garçon39.

  • 40 Robinson 1942, p. 198 ; Missailidou-Despotidou 1990, p. 128 ; sur les astragales, voir aussi Brunea (...)

35La présence fréquente d’astragales dans les sépultures d’enfants à Pydna, en nombre et positions variés, montre la popularité particulière du jeu des osselets chez les enfants, constatée aussi sur d’autres sites. On en a repéré par exemple un millier dans 41 tombes à Olynthe et 144 dans la tombe d’une jeune fille à Miéza40.

36Pour le reste, on a relevé dans quelques tombes d’enfants des éléments relatifs à l’habillement qui correspondent à ceux des adultes, à savoir des fibules en bronze et des épingles en fer, et, dans des sépultures isolées de la deuxième moitié du ive s., des objets en verre (t. 882/951, t. 1/937, t. 30/937), des bivalves (t. 230/480, t. 241/947), des escargots (t. 882/951), un œuf (t. 622/951), des pointes de flèches en bronze (t. 1/937), un fragment de bâtonnet de maquillage en argent doré (t. 42/937), un fragment de miroir en bronze (t. 30/937) et un petit couteau en fer (t.483/951), alors qu’on ne trouve dans les sépultures de la première moitié du siècle qu’une spatule en bronze (t.784/951), la moitié d’une perle (t. 558/480) et, dans une tombe riche (t. 64/486), deux vases en verre.

  • 41 Les objets en verre de Pydna seront étudiés par D. Ignatiadou.

37Les objets en verre41, les pointes de flèches et le bâtonnet de maquillage ont enrichi des tombes remplies, de toute façon, d’un mobilier funéraire précieux. Trois d’entre elles se trouvaient même dans la partie de la nécropole « réservée » aux couches sociales les plus élevées, déjà mentionnée. En particulier, les pointes de flèches amènent à penser que la famille avait voulu faire allusion aux futures activités du jeune défunt, notamment la chasse et/ou la guerre, activités si fortement estimées par l’aristocratie macédonienne (Themelis, Touratsoglou 1997, p. 166).

  • 42 Bruneau 1970, p. 529 ; voir aussi Kaltsas 1998, p. 302.

38La rareté des bivalves (ou autres coquillages) et des escargots dans les sépultures pydnéennes permet d’y voir seulement de simples cadeaux pour les défunts, sans qu’on puisse exclure pour les deux premiers un rôle de jouets pour enfants (Bruneau 1970, p. 529-530 ; Kurtz, Boardman 1971, p. 215). D’autre part, le symbolisme funéraire de l’œuf est bien connu, mais le fait qu’on en dépose rarement dans les tombes à Pydna démontre qu’il n’avait pas un usage rituel constant42.

Fig. 21-22. Unguentaria Py 2077 et Py 2398, vers 315-305

Fig. 21-22. Unguentaria Py 2077 et Py 2398, vers 315-305

Archives des fouilles de Pydna.

Fig. 23. T. 219/951, vers 310-300

Fig. 23. T. 219/951, vers 310-300

Photo de l’auteur.

Fig. 24. Figurine en terre cuite d’Athéna, vers 350-325

Fig. 24. Figurine en terre cuite d’Athéna, vers 350-325

Photo K. Noulas.

  • 43 Voir les commentaires de Tomlinson (R. A.) – Furniture in the Macedonian Tombs. In: Ancient Macedon (...)

39Des trouvailles spéciales proviennent, enfin, d’une tombe à fosse contenant un riche mobilier funéraire, souligné par des bijoux et des vases à couverte d’étain (t. 162/951 ; fig. 20). Il s’agit de reproductions en miniature de meubles et de grilles en plomb (Bessios 2010, p. 188), dont la présence s’explique par les croyances des vivants en une vie dans l’au-delà43. Pour conclure, après cet aperçu rapide des tombes d’enfants de la nécropole Nord de Pydna au ive s. av. J.-C., on peut retenir les points suivants :

  • Une prédominance d’inhumations, notamment dans des tombes à fosses.

  • Un usage plus fréquent pour les enfants que pour les adultes des tombes couvertes par des tuiles en bâtière.

  • Un usage plus fréquent des cercueils en bois pour les enfants.

  • Un arrêt progressif de l’usage des tombes à enchytrisme.

  • Une relation étroite entre le statut social de l’enfant et la forme, le mobilier funéraire et la position de la tombe dans la nécropole.

  • La multiplication des formes céramiques utilisées comme offrandes dans la deuxième moitié du ive s.

  • Une prédominance de la vaisselle céramique destinée aux parfums, aux aliments et aux boissons, comme dans les tombes d’adultes.

  • Le dépôt exclusif des biberons dans les tombes d’enfants.

  • Un usage relativement fréquent de la céramique à couverte d’étain, habituellement dans des sépultures riches.

  • Pas de rapport obligatoire entre la quantité des bijoux ou des figurines en terre cuite et le statut social.

  • La similitude entre les tombes d’enfants et les tombes de femmes, surtout en ce qui concerne le dépôt préférentiel de bijoux et de figurines en terre cuite.

Je tiens à remercier le professeur A. Hermary et les organisateurs du 3e Colloque International sur « l’Enfant et la mort dans l’Antiquité » de m’avoir invitée à y participer. Cette communication se base en partie sur les résultats d’un projet mené à l’Université de Marburg, grâce au généreux soutien de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), sur la céramique de la nécropole Nord de Pydna, de Philippe II à la conquête romaine (publication en préparation). En outre, je voudrais exprimer mes remerciements à Fanny Lecamus pour son aide sur les questions linguistiques.
Je tiens à remercier le professeur A. Hermary et les organisateurs du 3e Colloque International sur « l’Enfant et la mort dans l’Antiquité » de m’avoir invitée à y participer. Cette communication se base en partie sur les résultats d’un projet mené à l’Université de Marburg, grâce au généreux soutien de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), sur la céramique de la nécropole Nord de Pydna, de Philippe II à la conquête romaine (publication en préparation). En outre, je voudrais exprimer mes remerciements à Fanny Lecamus pour son aide sur les questions linguistiques.

Bibliographie

Bessios 1985 : BESSIOS (M.) – Η αρχαία Πύδνα. In : Οι αρχαιολόγοι μιλούν για την Πιερία. Thessalonique, ΝΕΛΕ Πιερίας, 1985, p. 51-54.

Bessios 1988 : BESSIOS (M.) – Ανασκαφές στην Πύδνα (1988). AEMTh,2, 1988, p. 181-193.

Bessios 1989 : BESSIOS (M.) – Ανασκαφή στο βόρειο νεκροταφείο της Πύδνας (1989). AEMTh, 3, 1989, p. 155-159.

Bessios 1993 : BESSIOS (M.) – Μαρτυρίες Πύδνας. Το ψήφισμα του Απόλλωνος Δεκαδρύου. Ιn: Ancient Macedonia 5, 2. Papers read at the fifth international symposium held in Thessaloniki, 10-15 October 1989, Manolis Andronikos in memoriam. Thessalonique, Institute for Balkan Studies, 1993, p. 1111-1119.

Bessios 1996: BESSIOS (M.) – Νεκροταφεία Πύδνας. AEMTh, 10A,1996, p. 233-238.

Bessios 1997: BESSIOS (M.) – Πύδνα. Αρχαιολογία, 63, 1997, p. 56-63.

Bessios 2001: BESSIOS (M.) – Νότιο νεκροταφείο Πύδνας. AEMTh, 15, 2001, p. 369-376.

Bessios 2007: BESSIOS (M.) – Νεκροταφεία του 5ου αι. π.Χ. στη Β. Πιερία. In: Ancient Macedonia 7. Macedonia from the Iron Age to the Death of Philipp II, Papers read at the seventh international symposium held in Thessaloniki, 14-18 October 2002. Thessalonique, Institute for Balkan Studies, 2007, p. 645-650.

Bessios 2010: BESSIOS (M.) – Πιερίδων Στέφανο: ΠύΔΝΑ, ΜΕΘώΝΗ ΚΑΙ οΙ ΑΡΧΑΙοΤΗΤΕΣ ΤΗΣ ΒοΡΕΙΑΣ ΠΙΕΡΙΑΣ. Katerini, Α.Φ.Ε., 2010.

Bessios, Athanassiadou 2001: BESSIOS (M.), ATHANASSIADOU (A.) – Βόρειο νεκροταφείο Πύδνας. Μακρύγιαλος. Αγροτεμάχιο 951. AEMTh, 15, 2001, p. 363-367.

Bessios, Pappa s. d. : BESSIOS (M.), PAPPA (M.) – Πύδνα. Sans lieu, Πιερική Αναπτυξιακή, sans date.

Bruneau 1970 : BRUNEAU (Ph.) – Tombes d’Argos. BCH, 94, 1970, p. 437-531.

Chryssanthaki-Nagle 2006a : CHRYSSANTHAKI-NAGLE (K.) – Les protomés et les protomés-bustes féminines de Macédoine et de Thrace revisitées : l’exemple des protomés-bustes de la maison A de Tragilos. RA, 2006, p. 3-31.

Chryssanthaki-Nagle 2006b : CHRYSSANTHAKI-NAGLE (K.) – La monnaie funéraire dans les nécropoles de Macédoine. In : Guimier-Sorbets (A. M.), Hatzopoulos (M. B.), Morizot (Y.) dir., Rois, cités, nécropoles. Institutions, rites et monuments en Macédoine, Actes des colloques de Nanterre (décembre 2002) et d’Athènes (janvier 2004). Athènes et Paris, De Boccard, 2006, p. 89-103.

Drougou 2000 : DROUGOU (St.) – Ο εφήμερος πηλός και ο αιώνιος χρυσός επίχρυσα και επάργυρα πήλινα αγγεία στον 4ο αιώνα π. Χ. In : Adam-Veleni (P.) dir., Μύρτος. Μνήμη Ιουλίας Βοκοτοπούλου. Thessalonique, Υπουργείο Πολιτισμού /Αριστοτέλειο Πανεπιστήμιο Θεσσαλονίκης, 2000, p. 305-314.

Graikos 2006 : GRAIKOS (Ι.) – Ταφικά ευρήματα κλασικών χρόνωναπό το νότιο νεκροταφείο της Βέροιας. AEMTh, 20, 2006, p. 821-832.

Hermary et al. 2010 : HERMARY (A.) éd., PANAYOTOVA (K.), BARALIS (A.), DAMYANOV (M.), RIAPOV (A.) – Apollonia du Pont (Sozopol). La nécropole de Kalfata (ve-iiie s. av. J.-C.). Fouilles franco-bulgares (2002-2004). Paris, Édition Errance, 2010 (BiAMA 5).

Kaltsas 1998 : KALTSAS (N. E.) – Άκανθος Ι. Η ανασκαφή στο νεκροταφείο κατά το 1979. Athènes, Ταμείο αρχαιολογικών πόρων και απαλλοτριώσεων, 1998.

Kotitsa 2003 : KOTITSA (Z.) – Verzinnte Keramik aus Makedonien : Wahrer Luxus oder billige Imitation ? In : Schmaltz (B.), Söldner (M.) dir., Griechische Keramik im kulturellen Kontext, Akten des Internationalen Vasen-Symposions in Kiel, 24.–28.9.2001. Münster, Scriptorium, 2003, p. 70-73.

Kotitsa 2007 : KOTITSA (Ζ.) – Αιγίνιο Πιερίας. Κεραμική από το νεκροταφείο στη θέση „Μελίσσια“. Thessalonique, Κορνηλία Σφακιανάκη Εκδόσεις, 2007.

Kotitsa, Schüssler 2002 : KOTITSA (Z.), SCHÜSSLER (U.) – Zinn auf Keramik : Entstehung und Verwendung eines Statussymbols in Makedonien. AA, 2002, p. 65-84.

Kurtz, Boardman 1971: KURTZ (D.C.), BOARDMAN (J.) – Greek Burial Customs. Londres, Thames and Hudson, 1971.

Missailidou-Despotidou 1990: MISSAILIDOU-DESPOTIDOU (V.) – Από το νεκροταφείο της αρχαίας Μίεζας. AEMTh, 4, 1990, p. 127-141.

Noulas sous presse: NOULAS (K.) – Η κοροπλαστική παραγωγή της Πύδνας στην κλασική και ελληνιστική εποχή. In: Κοροπλαστική και μικροτεχνία στον αιγαιακό χώρο από τους γεωμετρικούς χρόνους έως και τη ρωμαϊκή περίοδο, Rhodes, 26-29 novembre 2009. Sous presse.

Papapostolou 1977: PAPAPOSTOLOU (I. A.) – Ελληνιστικοί τάφοι της Πάτρας. ADelt, 32, 1977, p. 281-343.

Robinson 1942: ROBINSON (D. M.) – Excavations at Olynthus XI. Necrolynthia. A Study in Greek Burial Customs and Anthropology. Baltimore, The Johns Hopkins Press, 1942.

Themelis, Touratsoglou 1997: THEMELIS (P. G.), TOURATSOGLOU (G. P.) – οι τάφοι του Δερβενίου. Athènes, Ταμείο αρχαιολογικών πόρων και απαλλοτριώσεων, 1997.

Tsakalou-Tzanavari 2002: TSAKALOU-TZANAVARI (K.) – Πήλινα ειδώλια από τη Βέροια. Athènes, Ταμείο αρχαιολογικών πόρων και απαλλοτριώσεων, 2002.

Tsimbidou-Avloniti 2005: TSIMBIDOU-AVLONITI (M.) – Μακεδονικοί τάφοι στον Φοίνικα και στον Άγιο Αθανάσιο Θεσσαλονίκης. Athènes, Ταμείο αρχαιολογικών πόρων και απαλλοτριώσεων, 2005.

Vatin 1969: VATIN (CL.) – Médéon de Phocide. Rapport provisoire. Paris, De Boccard, 1969.

Völcker-Janssen 1993: VÖLCKER-JANSSEN (W.) – Kunst und Gesellschaft an den Höfen Alexanders d. Gr. und seiner Nachfolger. Munich, Tuduv, 1993.

Vokotopoulou 1983: VOKOTOPOULOU (I.) – IΣΤ΄Εφορεία Προϊστορικώνκαι Κλασικών Αρχαιοτήτων. ADelt, 38 Β΄2, 1983, p. 265-280.

Vokotopoulou 1990: VOKOTOPOULOU (Ι.) – οι ταφικοί τύμβοι της Αίνειας. Athènes, Ταμείο αρχαιολογικών πόρων και απαλλοτριώσεων, 1990.

Notes

1 Sur l’histoire de la recherche concernant la localisation de Pydna, voir Hatzopoulos (M.), Knoepfler (D.), Marigo-Papadopoulos (V.) – Deux sites pour Méthone de Macédoine. BCH, 114, 1990, p. 644-646.

2 Bessios 1985, p. 51 ; Bessios 1993, p. 1111.

3 Bessios 1993, p. 1113-1114 ; Bessios, Pappa s. d., p. 5-6 ; Bessios 1997, p. 59.

4 Bessios, Pappa s. d., p. 7-8 ; Bessios 1997, p. 59.

5 La population a été probablement transférée sur le site moderne de Kitros : Bessios 1997, p. 60. Auparavant, le fouilleur, M. Bessios, avait proposé le lieu-dit « Dodekaria », juste à l’Ouest de Makrygialos : Bessios 1993, p. 1115.

6 Bessios, Pappa s. d., p. 8 ; Bessios 1996, p. 237 ; Bessios 1997, p. 60. Une même opinion a aussi été exprimée récemment par Chr. Gatzolis lors de sa recherche sur les monnaies de Pydna, dans le cadre de sa thèse de doctorat soutenue en 2010 à l’Université de Thessalonique, encore inédite : Η κυκλοφορία του χάλκινου νομίσματος στη Μακεδονία (5ος – 1ος αι. π.Χ.).

7 Hatzopoulos (M. B.) – Makedonia. In: Hansen (M. H.), Nielsen (T. H.) dir., An Inventory of Archaic and Classical Poleis. Oxford University Press, 2004, p. 806 s. v. Pydna. Sur la prise de la ville par Philippe II, voir Hammond (N. G. L.), Griffith (G. T.) – A History of Macedonia 2. Oxford, Clarendon Press, 1979, p. 356-357.

8 Sur la date exacte de l’assassinat d’Olympias (317/6 ou 316/5), voir Landucci Gattinotti (F.) – L’arte del potere : vita e opere di Cassandro di Macedonia. Stuttgart, Steiner, 2003, p. 18-19.

9 Bessios, Pappa s. d., p. 10-14 ; Bessios 1996.

10 Bessios 1996, p. 235 ; Bessios 2007, p. 645 ; Bessios, Athanassiadou 2001, p. 363-364.

11 Voir aussi, par exemple, Robinson 1942, p. 165-166 ; Vatin 1969, p. 75 et 77.

12 Je tiens à exprimer ici mes remerciements à M. Bessios pour toutes les informations qu’il m’a données et pour nos discussions précieuses au cours du programme de recherche sur la céramique tardo-classique et hellénistique de la nécropole Nord de Pydna (voir n. 1).

13 Kottaridi (A.) – Βεργίνα 1997. AEMTh, 10A, 1996, p. 82 et n. 13 ; Noulas (K. V.) – Ταφιxά έθιxα στη Μαxεδονία τον 4ο cu. π. Χ. Mémoire de master de l’Université de Thessalonique (inédit), 1998, p. 90 et n. 614 ; Chrysostomou (An.), Chrysostomou (P.) – Τα νεϰροταφεία του Αρχοντιϰού Γιαννιτσών. AEMTh, 14, 2000, p. 479 ; Graikos 2006, p. 826 et n. 18 ; Tsimbidou-Avloniti (M.) – Από ένα νεκροταφείο προγενέστερο της Θεσσαλονίκης. In: Ancient Macedonia 7. Macedonia from the Iron Age to the Death of Philipp II, Papers read at the seventh international symposium held in Thessaloniki, 14-18 October 2002. Thessalonique, Institute for Balkan Studies, 2007, p. 678; Tsimbidou-Avloniti (M.) – Ανασκαφικές έρευνες στον Φοίκικα Ν. Θεσσαλονίϰης, 1987-2006. Μια ειϰοσαετία εϰπλήξεων. In: Adam-Veleni (P.), Tzanavari (K.) dir., 20 χρόνια. Το αρχαιολογικό έργο στη Μαxεδονία xαι στη Θράκη, Επετειακός τόμος. Thessalonique, Υπουργείο Πολιτισμού και Τουρισμού / Αριστοτέλειο Πανεπιστήμιο Θεσσαλονίκης, 2009, p. 439.

14 Bessios 1988, p. 181; Bessios (M.) – AEMTh, 1989, p. 155-163.

15 Une liste de tombes à ciste est donnée par Tsimbidou-Avloniti 2005, p. 181-184 ; ajouter Lilimbaki-Akamati (M.) – Κιβωτιόσχημος τάφος με ζωγραφική διακόσμηση από την Πέλλα. Thessalonique, ΥΠ.ΠΟ ΙΖ΄ ΕΠΚΑ, 2007.

16 Comparer Robinson 1942, p. 165-173.

17 Vokotopoulou 1983, p. 276, pl. 116c ; Bessios 1985, p. 54.

18 Vokotopoulou 1983, p. 276, pl. 116a-b ; Bessios 1985, p. 54 fig. 5-7, pl. 4 b-c. Voir aussi les illustrations en couleur dans Bessios, Pappa s.d., p. 46 fig. A. D, p. 81, p. 92 fig. A. B, p. 93 et p. 105 ; Bessios 2010, p. 193-196 et 197-200.

19 Comparer Bessios 2001, p. 371 pour la nécropole Sud de Pydna.

20 Comparer le petit nombre d’incinérations d’enfants à Olynthe : Robinson 1942, p. 145-146.

21 Pour une description détaillée du processus de l’incinération, voir Vokotopoulou 1990, p. 79-81.

22 Kurtz, Boardman 1971, p. 215 ; Rhomiopoulou (Aik.), Touratsoglou (I.) – Εϰτης αρχαίας Βεροίας. Makedonika, 14, 1974, p. 173.

23 Rhomiopoulou (K.) – An outline of Macedonian History and Art. In: Childs (B.) dir., The Search for Alexander. An Exhibition. New York, Graphic Society, 1980, p. 25; Völcker-Janssen 1993, p. 198-202 ; Drougou 2000, p. 312-313 ; Tsimbidou-Avloniti 2005, p. 170.

24 Tomlinson (R. A.) – Ancient Macedonian Symposia. In: Laourdas (B.), Makaronas (Ch.), Ancient Macedonia 1. Papers readat the first international symposium held in Thessaloniki, 26-29 août 1968. Thessalonique, Institute for Balkan Studies 1970, p. 308; Borza(E.) –The Symposium at Alexanders Court. In : Ancient Macedonia II,1. Papers read at the third international symposium held in Thessaloniki, 21-25 septembre 1977. Thessalonique, Institute for Balkan Studies, 1983, p. 45-55 ; Völcker-Janssen 1993, p. 184-185.

25 Völcker-Janssen 1993, p. 187-211 ; Drougou 2000, p. 312 ; Graikos 2006, p. 828-829.

26 Sur ces vases voir les exemples rassemblés par Rotroff (S. I.) – The Athenian Agora XXIX. Hellenistic Pottery. Athenian and Imported Wheelmade Table Ware and Related Material. Princeton, American School of Classical Studies, 1997, p. 198 n. 5.

27 Tournavitou (I.) – Does Size Matter? Miniature Pottery Vessels in Minoan Peak Sancuaries. In: D’Agata (A. L.), Van de Moortel (A.) dir., Archaeologies of Cult. Essays on Ritual and Cult in Crete in Honour of G. C. Gesell. Hesperia Suppl. 42, 2009, p. 213 n. 3.

28 Comparer Robinson 1942, p. 191; Garland (R.) – The Greek Way of Death. Londres, Duckworth, 1985, p. 84.

29 La proportion plus faible des lécythes à décor réticulé dans la deuxième moitié du ive s., visible sur le graphique 3, ne correspond pas à la situation dans les tombes d’adultes de la nécropole, où ces lécythes se multiplient à la même époque.

30 Sur ces représentations et leur interprétation voir Sgouropoulou (Chr.) – Ο ϰόσμος της Ανατολής στην ελληνική ειϰονογραφία της ύστερης ϰλασικής εποχής. Egnatia, 8, 2004, p. 223-226, et en dernier lieu Hermary et al. 2010, p. 183-185.

31 Burr Thompson (D.) – Three Centuries of Hellenistic Terracottas. Hesperia, 21, 1952, p. 149.

32 Robinson 1942, p. 199 ; Papapostolou 1977, p. 326-327, avec des exemples ; voir aussi Karapanou (S.), Katakouta (St.) – Αγγεία με ειδική χρήση από τη Φάραλο. In : Kypraiou (E.) dir., Ελληνιστική Κεραμική από τη Θεσσαλία. Volos, Ταμείο αρχαιολογικών πόρων xαι απαλλοτριώσεων, 2000, p. 124.

33 Sur cette catégorie céramique voir en dernier lieu Rotroff (S. I.) – The Athenian Agora XXXIII. Hellenistic Pottery. The Plain Wares. Princeton, American School of Classical Studies, 2006, p. 142-145. Une thèse de doctorat sur ce sujet a été soutenue en 2009 à l’Université de Thessalonique par L. Trakatelli. Sur les unguentaria de ce type voir Kotitsa 2007, p. 63-65.

34 Comparer Kaltsas 1998, p. 302 ; voir aussi, dans le même sens, Rhomiopoulou, Touratsoglou 2002, p. 22 n. 11 ; Kallintzi (K.) – Les nécropoles d’Abdère : organisation de l’espace et rites funéraires. In : Guimier-Sorbets (A-M.), Hatzopoulos (M. B.), Morizot (Y.) dir., Rois, cités, nécropoles. Institutions, rites et monuments en Macédoine, Actes des colloques de Nanterre (décembre 2002) et d’Athènes (janvier 2004), Athènes, De Boccard, 2006, p. 149 (Μελετήματα 45). Pour les terres cuites, voir Tsakalou-Tzanavari 2002, p. 52 et 217-218.

35 Les figurines en terre cuites de Pydna font l’objet d’une thèse de doctorat de K. Noulas à l’Université de Thessalonique. Pour un rapport préliminaire voir Noulas, sous presse. Je tiens à remercier chaleureusement K. Noulas pour toutes les informations qu’il m’a données sur ce sujet et toutes nos discussions constructives.

36 Les bijoux de Pydna seront étudiés par B. Tsigarida.

37 Voir, pour quelques exemples de bijoux d’une tombe d’enfant, Bessios 2010, p. 189.

38 Sur l’obole de Charon et la monnaie funéraire en Macédoine en général, voir Chryssanthaki-Nagle 2006b, ainsi que Bruneau 1970, p. 528. Les monnaies de Pydna viennent d’être étudiées par Chr. Gatzolis.

39 Robinson 1942, p. 182 et 202 ; Kurtz-Boardman 1971, p. 208 ; Papapostolou 1977, p. 334 ; Themelis, Touratsoglou 1997, p. 166-167 et n. 165-166, avec d’autres exemples ; Kaltsas 1998, p. 302.

40 Robinson 1942, p. 198 ; Missailidou-Despotidou 1990, p. 128 ; sur les astragales, voir aussi Bruneau 1970, p. 527 ; Themelis, Touratsoglou 1997, p. 167-168 ; Kaltsas 1998, p. 302.

41 Les objets en verre de Pydna seront étudiés par D. Ignatiadou.

42 Bruneau 1970, p. 529 ; voir aussi Kaltsas 1998, p. 302.

43 Voir les commentaires de Tomlinson (R. A.) – Furniture in the Macedonian Tombs. In: Ancient Macedonia 5, 3. Papers read at the fifth international symposium held in Thessaloniki, 10-15 October 1989, Manolis Andronikos in memoriam. Thessalonique, Institute for Balkan Studies, 1993, p. 1496-1499 (à propos de miniatures de ce type dans des tombes archaïques de Sindos).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Tombe d’enfant (t. 32/réseau d’irrigation) avec quatre creusements sur le fond pour les pieds du lit
Légende Archives des fouilles de Pydna.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 2. Tombe couverte de tuiles en bâtière ; une tuile est déposée aussi au fond de la fosse pour le corps de l’enfant (t. 1010/951)
Légende Archives des fouilles de Pydna.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 3. Amphore commerciale de Péparethos (Inv. Py 8850) découpée à hauteur de l’épaule pour recevoir un nourrisson, vers 350-325
Légende Archives des fouilles de Pydna.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Graphique 1 a-b. Tombes d’enfants et d’adultes dans la nécropole Nord de Pydna au IVe s.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Graphique 3. Formes céramiques dans les tombes d’enfants de la nécropole Nord de Pydna au ive s.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Graphique 2 a-b. Types de tombes d’enfants dans la nécropole Nord de Pydna au ive s.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 4-5. Lébès (Inv. Py 11154, photo de l’auteur) utilisé probablement pour un enchytrisme, avec une lékanè (Inv. Py 5979, photo des archives des fouilles de Pydna) comme couvercle
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Fig. 6. T. 263/951. incinération d’enfant dans une hydrie, vers 350
Légende Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 7-8. Céramiques brisées, avec les traces de feu de deux incinérations (t. 35/937, t. 30/937), vers 330-320
Légende Photos de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Graphique 4a-b. Répartition des céramiques dans les tombes d’enfants du ive s. dans la nécropole Nord de Pydna, selon leur fonction
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 9. Flacon médical (Inv. Py 4458), 2e moitié du ive s.
Légende Archives des fouilles de Pydna.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 10. Biberon, 2e moitié du ive s. (Inv. Py 7137)
Légende Archives des fouilles de Pydna.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 11. T. 241/947, vers 325-300
Légende Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 12. T. 136/486, vers 375-355
Légende Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 13. T. 10a/480, vers 320-300
Légende Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Graphique 5. Tombes avec céramiques couvertes d’étain dans la nécropole Nord de Pydna (vers 330-310)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Graphique 6. Trouvailles différentes des céramiques dans les tombes d’enfants de la nécropole Nord de Pydna au ive s.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 14. T. 129/480, vers 325-315
Légende Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 15. T. 40/486, vers 340-325
Légende Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 16. T 835/951, vers 385-365
Légende Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 17. T. 622/951, vers 350
Légende Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 18. Skyphos attique à figures rouges, vers 400-375 (Inv. Py 1407)
Légende Archives des fouilles de Pydna.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 19. Aryballe en forme de coquille, 2e moitié du ive s. (Inv. Py 8272)
Légende Archives des fouilles de Pydna.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Graphique 7. Objets de parure dans les tombes d’enfants de la nécropole Nord de Pydna au ive s.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 20. T. 162.951 : lécythe à décor réticulé et vases couverts d’étain
Légende Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 21-22. Unguentaria Py 2077 et Py 2398, vers 315-305
Légende Archives des fouilles de Pydna.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Fig. 23. T. 219/951, vers 310-300
Légende Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 24. Figurine en terre cuite d’Athéna, vers 350-325
Légende Photo K. Noulas.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1363/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 532k

Auteur

Archäologisches Institut der Universität Würzburg zoiko@web.de

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access