Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants

 | 
Antoine Hermary
, 
Céline Dubois

Grèce, Italie du Sud, Sicile

Mobilier funéraire et classe d’âge dans les cités grecques d’Égée orientale à l’époque archaïque

Olivier Mariaud

Résumé

The aim of the present contribution is to investigate the assemblages of grave-goods found in child-burials in the poleis of Eastern Greece during the archaic period. It is argued that the selection of objects placed with dead children does not fundamentally differ in quality and quantity from that found in adult graves. Moreover, grave-goods are only one of the many criteria used to express age differentiation within the burial population. Only in specific periods and places can some objects, mainly terracottas, be seen as indicative of a new wish to express age ritual in burial language; this can be interpreted as a probable consequence of the preeminent role played by age classes in the social structure of late archaic city-states.

Texte intégral

1Dans son analyse des nécropoles de Sicile archaïque, G. Shepherd a récemment souligné que les principes qui président au traitement funéraire des enfants tels que le choix du mobilier accompagnant, de la localisation, du type de rituel ou encore du marquage extérieur, relèvent de la volonté des parents. A ce titre, les tombes d’enfants participent pleinement au « système funéraire » global (burial system ; Shepherd 2007, p. 93). Nos propres recherches portant sur les cités d’Ionie archaïque nous ont conduit à une conclusion similaire (Mariaud 2006 ; Mariaud 2007, p. 306-314). D’un point de vue archéologique donc, même si les tombes d’enfants possèdent parfois d’évidentes spécificités, ces dernières ne suffisent pas à faire des enfants une catégorie à part des autres morts, une special death (Garland 2001) et leurs sépultures doivent être examinées avec la même méthode et les mêmes problématiques que celles des adultes. L’étude des pratiques funéraires liées aux enfants ne peut donc se résumer à la seule question, longtemps prédominante (Golden 1988), de la place de ceux-ci dans la société. Elle amène également une série de réflexions relatives à la structure familiale des sociétés anciennes, à l’intégration des individus dans divers groupements sociaux, à l’expression ritualisée de hiérarchies sociales préexistantes, bref, à toute une série d’analyses des structures collectives propres aux sociétés antiques (Morris 1987 ; Houby-Nielsen 1996). En dernier lieu, il s’agit d’appréhender la (ou les) manière(s) dont une société envisage sa pérennité démographique et son renouvellement sociopolitique.

2Une telle enquête, même limitée aux seules cités de Grèce orientale archaïque, dépasse évidemment le cadre nécessairement restreint de cette contribution. Mon objectif n’est ici que d’offrir quelques éléments de comparaison et certaines remarques de fond à propos de cités qui présentent un matériel souvent très riche d’informations mais peu exploité pour cause d’éparpillement des données. La question qui toutefois demeure en toile de fond de la présente étude est celle des structures d’appartenance, et plus particulièrement du rôle de l’âge dans leur mise en place. D’autant que les sociétés grecques archaïques sont traversées par d’importantes remises en causes et de violents conflits sur les principes qui régissent ces structures (Duplouy, Mariaud, Polignac 2010). S’agissant des tombes d’enfants, la question centrale est évidemment celle de l’âge. L’âge du défunt impose-t-il des objets ou des assemblages funéraires distincts ? Comment fonctionnent ces choix de mobilier parmi l’ensemble des pratiques funéraires des pré-adultes ? Que traduisent ces éventuelles spécificités de la place du critère d’âge dans la structure sociale ? Est-il un critère essentiel ou secondaire par rapport à d’autres critères comme le genre, le rang social ou la richesse ? En d’autres termes, si nul ne doute de l’importance de l’âge dans la société grecque archaïque, peut-on aller plus loin et déterminer si nous avons affaire à une société de classe d’âge (parfois aussi appelée société d’ordre générationnel), c’est-à-dire une société où l’âge prime sur tout autre critère pour définir la place de chacun dans la société, ou bien à une société où l’âge n’est qu’un critère parmi d’autres ?

  • 1 La nécropole de Smyrne, explorée dans les années 1950, est aujourd’hui totalement inaccessible sous (...)
  • 2 Et ce malgré l’ancienneté de la fouille (Samos, Rhodes), le caractère partiel de la publication (Cl (...)

3Pour examiner ces questions, nous présenterons dans un premier temps les aspects quantitatifs et qualitatifs des mobiliers funéraires des tombes d’enfants dans les cités grecques de Grèce orientale. Bien que les données disponibles soient loin d’être parfaites1, nous disposons d’un certain nombre de nécropoles ou de groupes de tombes relativement bien publiés (Assos, Smyrne, Clazomènes, Samos, Rhodes2) ainsi que d’une synthèse récente sur l’Ionie (Mariaud 2007). Ces travaux permettent de replacer les caractéristiques des mobiliers des tombes d’enfants dans leur contexte funéraire global avant de discuter, dans un troisième temps, la pertinence du concept d’« objet marqueur ». Si l’existence d’une société d’ordre générationnel au sens plein du terme semble peu probable, l’examen des données disponibles indique une importance croissante au cours de l’époque archaïque du besoin de matérialiser l’expression rituelle de l’âge en tant que rite de passage.

Mobiliers funéraires des cités de Grèce orientale : aspects quantitatifs et qualitatifs

Aspects quantitatifs

  • 3 Akurgal 1998. Notons qu’un nombre indéterminé de tombes archaïques ont été (et continuent d’être) m (...)
  • 4 Pour Smyrne, cf. tableau 1 p. 178-179 dans Mariaud 2006.

4Une première remarque s’impose : les tombes d’enfants ne sont pas systématiquement accompagnées de mobilier. Ainsi, à Smyrne au cours des viiie-viie s., sur trente-deux tombes d’enfants (généralement des inhumations en enchytrisme), seuls cinq cas possédaient du mobilier accompagnant, en l’occurrence une ou plusieurs tasses simples. Le cas de la tombe B1 (nécropole de la Fontaine) avec ses deux « coupes à oiseaux » datant du milieu du viie s. et dont le pithos funéraire était fermé par un grand cratère portant une décoration élaborée figure donc comme une exception à la règle de frugalité du mobilier accompagnant3. Ceci est également le cas à Clazomènes-Monastirakia où seuls les deux plus grands pithoi, les tombes 21A et 21B, datés de la fin du viie s., possèdent du mobilier céramique, en l’occurrence une coupe « à rosette » et les fragments d’une œnochoé du style « Chèvre Sauvage récent » (tombe 21A) et un askos à bandes local (tombe 21B ; Tzannes 2004). Généralement, dans ces cités, la présence de mobilier accompagnant semble aller de pair avec l’âge (vases les plus grands) et une certaine élaboration (vases décorés)4.

  • 5 Tombes 36, 40 et 45 ; la tombe 45 est attribuée, à tort selon nous, à « une jeune fille » par l’arc (...)

5Ailleurs, le critère de l’âge semble beaucoup moins important puisque tombes d’enfants et d’adultes suivent le même schéma. Ainsi, à Samos au vie s., sur la centaine de tombes mises au jour par J. Boehlau dans la nécropole Ouest, seule la moitié était pourvue de matériel (Boehlau 1898 ; Löwe 1996). Cette proportion est la même chez les enfants : sur les neuf tombes d’enfants, quatre possédaient un mobilier composé de cinq à dix objets (sur un total de onze tombes de cette catégorie), et une seule, la tombe 40, possédait plus de dix objets (sur un total de trois tombes de cette catégorie)5.

  • 6 C’est le cas également pour les nécropoles archaïques de Rhodes, notamment celle de Macrì Langoni à (...)

6Les cas de Smyrne et de Samos invitent à tenir compte du facteur chronologique car de manière générale, au vie s., les assemblages semblent plus fournis. On observe ainsi les cas de tombes d’enfants parfois très richement dotées. Pour reprendre l’exemple de Smyrne, les tombes à sarcophage dallé qui suivent la ligne de la muraille dans la première moitié du vie s. ont livré des bijoux en or (boucles d’oreilles, astragales) de facture exceptionnelle (Akurgal 1999). À Assos (Eolide), dans la nécropole des viie-vie s. étudiée en détail par F. Utili (1999), les adultes sont incinérés (crémations secondaires) tandis que les enfants ou adolescents sont inhumés en enchytrismes ou en tombes à cistes. La tombe B-VIII GR7 est un enchytrisme en pithos de la seconde moitié du vie s. (fig. 1). En tout, trente-neuf objets divers composent son mobilier funéraire, allant de l’aryballe au scarabée enfaïence, en passant par de nombreux éléments de parure (fibules, perles de collier, bracelets, boucles d’oreilles et anneaux). Même en considérant la présence de deux défunts (un enfant de dix ans et un bébé d’un an / un an et demi), cette tombe est sans doute la plus riche, à la fois en nombre d’objets et par la diversité de leur typologie. Sur les vingt-trois enchytrismes de la nécropole, seuls quelques-uns sont aussi largement fournis, mais ce sont ceux des plus jeunes (Utili 1999, annexe III, p. 358-360). Il y a là une opposition assez nette avec les tombes du viie s. où c’étaient au contraire les enfants les plus âgés qui disposaient de mobilier. Dans le même sens, nous pouvons noter une remarque des fouilleurs de Clazomènes qui signalent que, dans la dernière partie de l’époque archaïque, à partir du dernier tiers du vies., les tombes d’enfants sont plus richement dotées que les tombes d’adultes qui s’appauvrissent considérablement, se limitant à quelques céramiques simples (Hürmüzlü 2004, p. 87). Toutefois, la remarque n’est fondée sur aucune présentation de données statistiques ;on doit donc s’en remettre au jugement des fouilleurs6.

Fig. 1. Assos, mobilier de la tombe B-VIII GR7

Fig. 1. Assos, mobilier de la tombe B-VIII GR7

(Utili 1999, p. 132, fig. XVII et p. 336, fig. 51).

7Dans l’ensemble donc, du point de vue quantitatif, deux tendances semblent se dessiner. La première voit une augmentation de la quantité d’objets déposés dans les tombes d’enfants entre le viie et le vie s. Comme nous le verrons ci-après, cette augmentation va de pair avec une diversification des types de mobilier. On peut donc parler d’un enrichissement global des mobiliers funéraires des tombes d’enfants au cours de l’époque archaïque. Pour autant, cet enrichissement ne concerne qu’une minorité de tombes. Comme pour les adultes, environ la moitié des sépultures d’enfants sont, au vie s., généralement dépourvues d’objets, ce qui rend d’ailleurs d’autant plus marquantes les tombes très riches. En revanche, si au viie s. le nombre d’objets accompagnant est proportionnel à l’âge du défunt, cette « règle » ne semble plus respectée dans la seconde moitié de l’époque archaïque où les tombes pauvres ne sont plus systématiquement des tombes d’enfants.

Aspects qualitatifs

  • 7 Mariaud 2007. La tendance prévaut également aux époques antérieures (PG-GM), mais elle s’accompagne (...)
  • 8 Cf. l’exemple de Smyrne évoqué ci-dessus.
  • 9 AD 37 (1982) Chron. B’2, p. 351, fig. 232β-ε et 233 α-β.

8Au viiie s. et jusqu’au milieu du viie s., on observe dans les cités de Grèce orientale une nette prédominance des vases à boire/à verser dans la composition des mobiliers funéraires7. Sans surprise, durant cette période, les tombes d’enfants possèdent elles aussi un mobilier funéraire limité à de simples coupes ou tasses8. A partir du milieu du viie s., on note l’apparition des vases à parfum parmi ces assemblages. D’abord timide, cette tendance devient, au fil du temps, de plus en plus marquée, et ce jusqu’à la fin de l’époque archaïque où les vases à parfum constituent parfois l’essentiel du mobilier funéraire aussi bien pour les adultes que pour les enfants. Ainsi, tandis qu’à Clazomènes - Akpınar, la tombe 175 datée des années 650 montre un relatif équilibre entre vases à boire et vases à parfum (Hürmüzlü 2004, p. 82), les assemblages des tombes de la nécropole de Samos - Klima sont en grande majorité composés de vases à parfum, essentiellement des aryballes (fig. 2a-e)9.

9Cette introduction du parfum parmi les mobiliers funéraires de Grèce orientale à partir du milieu du viie s. participe d’un mouvement de diversification typologique des objets présents dans la tombe commun aux sépultures d’adultes et d’enfants de cette région jusqu’aux débuts de l’époque classique. A Clazomènes, une inhumation d’enfant en sarcophage de terre cuite datant du dernier quart du VIIe s. contenait une coupe ionienne à rosette et « de nombreux effets personnels en bronze parmi lesquels des boucles d’oreilles et un bracelet » (Hürmüzlü 2004, p. 85), alors que la tombe 192 contemporaine, dans la même nécropole mais une crémation d’adulte cette fois, a livré un rhyton-askos ionien, trois aryballes et un alabastre corinthien et deux boucles d’oreilles en argent (Hürmüzlü 2004, p. 84).

Fig. 2. Samos, nécropole de Klima

Fig. 2. Samos, nécropole de Klima

Aryballes corinthiens (a-c) et laconien (d), aryballe en frome de coquillage (e) et skyphos (f) trouvés dans les tombes d’enfants (fin viie-vie s.) (AD 37 (1982) Chron. B’2, fig. 232β-ε et 233 α-β).

Fig. 3a. Ialysos

Fig. 3a. Ialysos

Terres cuites de la tombe CLXXXIX.

(Jacopi 1929, p. 200, fig. 194).

Fig. 3b. Ialysos

Fig. 3b. Ialysos

Boucle d’oreille de la tombe CLXXXIX.

(Jacopi 1929, p. 200, fig. 195).

10Cette diversification s’intensifie à partir du milieu du vie s. avec la multiplication de terres cuites, d’exotica, et de manière générale de petits éléments de parure (boucles d’oreilles, bracelets, anneaux, fibules). Aussi la tombe 44 de la nécropole Ouest à Samos (inhumation en sarcophage 1,77m) possède-t-elle un mobilier composé d’un aryballe glaçuré, d’un petit vase à parfum plastique en forme du dieu égyptien Bès, d’une tasse et d’une coupe plate miniatures et d’une terre cuite figurant un couple assis (Boehlau 1898, p. 45 et pl. VIII.1, Löwe 1996, p. 58-60 et pl. 9). A Ialysos (Rhodes), un enchytrisme d’enfant en stamnos placé dans une tombe à fosse couverte par des dalles placées en double pente était accompagné d’un riche matériel comprenant plusieurs statuettes en terre cuite (fig. 3a), une protomé féminine (fig. 3a), un anneau d’or, une paire de boucles d’oreilles ouvragées en or (fig. 3b) et un pendentif en forme d’amphorisque (Tombe CLXXXIX : Jacopi 1929, p. 198-199 et fig.194-195 p. 200). A la même époque, des tombes d’adulte contenaient également un matériel riche et varié (Tombe CLII : Jacopi 1929, p. 153-156 et fig.148-149). Par ailleurs, comme nous l’avons vu précédemment, cette diversification ne concerne que la minorité de tombes possédant beaucoup de matériel, les deux mouvements étant concomitants.

11Il semble donc qu’en Grèce orientale, si l’on se place d’un point de vue global, le mobilier des tombes d’enfants suit de près l’évolution qualitative de celui des tombes d’adultes par l’intégration puis la prédominance des vases à parfum, par la diversification des types et des champs culturels des objets accompagnants, en même temps qu’une différenciation plus forte entre une minorité de tombes riches, voire très riches (métaux précieux), et une large majorité de tombes sans ou avec très peu de matériel.

Les mobiliers et leurs contextes

Types de traitement funéraires des enfants

  • 10 Deux tombes de Vroulia (Rhodes) sont considérées comme des incinérations d’enfants : tombe 3 et 29 (...)
  • 11 Dans les nécropoles sans solution de continuité, le passage de la crémation à l’inhumation se produ (...)

12À ce jour, il n’existe pratiquement aucun cas de crémation de pré-adultes attestée en Grèce orientale à l’époque archaïque10. Les enfants semblent toujours inhumés, même lorsque chez les adultes la crémation est le rite exclusif11. En revanche, les types d’inhumation sont variés. L’enchytrisme domine largement les pratiques usuelles, mais on trouve également des tombes à fosse simples, des tombes à ciste et des inhumations en sarcophage (en terre cuite ou en pierre).

  • 12 Principe qui vaut à la fois lorsque les corps sont en position allongée, comme c’est le cas dans la (...)
  • 13 Gates 1983, p. 35 : Ialysos, tombe LVIII (ASAtene 6/7, p. 314316 et fig. 210 ; long. pithos = 1,91 (...)

13Si l’enchytrisme est très présent, est-il exclusif aux enfants ? Il existe quelques cas d’inhumations en pithos de grande taille (plus d’1,90 m), ce qui, si l’on suit le principe d’adéquation entre taille du défunt et taille du contenant12, laisse penser à un adolescent parvenu à maturité osseuse ou à un adulte. Plusieurs cas sont documentés pour la Grèce de l’Est, notamment celui de Smyrne (Tombe B1, nécropole de la Fontaine ; Akurgal 1998, 1999) et celui de Clazomènes-Monastirakia (Pithoi 21/A et 21/B ; Tzannes 2004). A Rhodes, Ch. Gates relève quatre cas d’adultes inhumés (généralement en position recroquevillée) dans des pithoi monumentaux à décors à relief13. Mais des pithoi similaires de plus petite taille sont utilisés pour des adolescents ou des adultes (Gates 1985, p. 35 et n. 90, avec références). Dans l’ensemble de ces cas, il est important de relever que l’âge n’est pas fixé par étude ostéologique.

  • 14 Mariaud 2007, p. 69-70. D’autres exemplaires de tombes à cistes préclassiques sont documentés (Smyr (...)
  • 15 Tombes à ciste PG/GA de Samos (AD, 32, 1977, p. 303 et pl. 1 302), PG récent de Clazomènes-Limantep (...)
  • 16 Hägg 1983, suivi par Foley 1998 pour la valeur ethnique et Morris 1987, p. 183-184 pour l’aspect so (...)

14Le seul type de contenant funéraire qui, à l’époque archaïque, semble réservé aux enfants est la tombe à ciste. Les exemples les plus significatifs sont ceux bien datés de Samos -Klima (fin viie-vie s.) et de Clazomènes-Akpınar (tombe 175 ; dernier tiers du viie s.)14. Il est possible que la tombe à ciste soit l’apanage des enfants depuis les débuts du Ier millénaire, même s’il reste difficile, compte tenu de l’inégale qualité de la documentation, d’être totalement affirmatif en la matière15. Quant à déterminer si ce caractère recèle une quelconque distinction valorisante, à l’instar de l’Argolide géométrique où les tombes à cistes (d’adultes) sont parfois associées aux agathoi dorien16, la plupart des cas de Grèce orientale, isolés, numériquement peu nombreux et surtout sans caractère distinctif majeur autre que celui de la structure de la tombe, ne permettent pas de répondre à cette question.

  • 17 La possibilité que les plus petits sarcophages aient eut une fonction d’ostothèque, si elle n’est p (...)

15D’autre part, la fréquente déposition des enfants en vases plus ou moins communs a pu laisser penser à un moindre investissement pour ces tombes. Plusieurs exemples des nécropoles grecques d’Egée orientale prouvent le contraire. Aussi l’amphore de la tombe α à Smyrne (aire D ; fin viiie-début viie s.) possède-t-elle une iconographie relativement élaborée (scène de pêche ?) à une époque où celle-ci est rare dans les tombes (Mariaud 2006). Autre exemple, celui des sarcophages peints de Clazomènes. Si ces cercueils richement décorés sont principalement réservés aux adultes, on compte un certain nombre de petits sarcophages sans nul doute destinés à de jeunes, voire très jeunes sujets17. L’étude de M.-C. Tzannes (Tzannes 2004) montre une répartition par taille des sarcophages de la nécropole de Monastirakia (Clazomènes) avec une majorité située entre 55 et 90 cm d’un côté et 1,80 m et 2,15 m de l’autre. Selon le principe de la proportionnalité taille/âge déjà évoqué, les tailles des sarcophages indiquent que non seulement des enfants, mais aussi au moins un adolescent et surtout plusieurs nouveau-nés (0-1 an), pouvaient recevoir une sépulture en sarcophages clazoméniens puisque les tailles allant de cinquante à quatre-vingt-dix centimètres correspondent à des individus avant leur première année de vie. Cela montre que l’investissement consenti par l’octroi d’une tombe en sarcophage peint n’est pas réservé aux seuls adultes, ni même à une catégorie d’enfants particulière, par exemple les plus âgés.

  • 18 Supra n. 12.

16Ce phénomène est très intéressant car il souligne que le choix du contenant ne suit pas nécessairement une progression par âge. A partir du vie s. au moins, et peut-être sans doute déjà avant, l’âge ne constitue donc pas un critère primordial universel. Si certains groupes semblent en faire un facteur important, d’autres en revanche tendent à en diminuer la portée, et ce d’autant plus aisément que le passage des adultes à l’inhumation dans le courant de l’époque archaïque18 a levé un obstacle majeur en rapprochant les modes de traitement funéraire des deux classes d’âge. Il montre aussi que l’investissement funéraire peut éventuellement s’exprimer ailleurs que dans le mobilier.

Matérialisation

  • 19 Il n’existe pas d’inscription funéraire datable du viie s. en Ionie ni dans les grandes métropoles (...)

17À notre connaissance, aucune trace de monumentalisation attachée à une tombe d’enfant n’a été mise au jour. La présence de pierres plus grosses dans le calage de certaines fosses où sont déposés des enchytrismes peut éventuellement s’interpréter comme un marquage extérieur, mais celui-ci demeure anonyme et probablement simplement à vocation de signalement, pour éviter le recoupement de sépultures. Par ailleurs, parmi les nombreuses inscriptions funéraires du vie s.19, aucune ne peut être attachée à une sépulture de pré-adulte. Dans l’état actuel de la documentation, l’anonymat est donc de mise dans les pratiques funéraires liées aux enfants, ce qui correspond aux pratiques de l’époque archaïque ailleurs en Grèce, au moins jusqu’aux dernières décennies du vie s. (Oakley 2003, p. 180).

Localisation

  • 20 Kinch 1914, repris dans Morris 1992, p. 180 fig. 41. Ces groupes sont contestés par Sørensen 2002, (...)

18Pour les cités de Grèce orientale, la règle en matière de topographie des tombes d’enfants veut que celles-ci soient plus ou moins proches des tombes d’adultes, en tous cas dans les mêmes aires funéraires. L’exemple le plus abouti est sans doute celui de la nécropole de Clazomènes-Akpınar pour laquelle les fouilles ont mis en évidence l’existence d’au moins douze enclos funéraires où tombes d’adultes et d’enfants contemporaines voisinent les unes avec les autres (Hürmüzlü 2005). Autre exemple, celui de la nécropole de Macrì Langoni à Camiros (Rhodes) où sépultures d’adultes et d’enfants sont étroitement enchevêtrées (Jacopi 1931, plan hors texte). À Vroulia (Rhodes), parmi les sept groupes funéraires délimités par K. Kinch, seul un groupe (groupe VI) ne contient aucune tombe d’enfant tandis qu’un autre (groupe IV) contient dix-huit sépultures d’enfants pour seulement sept d’adultes20. Mais sur l’ensemble de la nécropole, l’équilibre adultes/enfants domine, avec un âge moyen au décès de 25-30 ans (Morris 1992, p. 183).

  • 21 Tombes 8 (long. : 1,28 m) et 11 (long. :1,59 m) ; voir Mariaud 2007 annexe 3 avec référence à Langm (...)

19Dans les cas où les aires funéraires sont moins claires, surtout lorsque les fouilles ont une emprise au sol limitée, la présence d’enfants est souvent attestée, même si les proportions sont parfois inégales. Par exemple, sur les vingt-deux tombes archaïques (vie s.) découvertes sous l’agora supérieure (Staatsmarkt) à Ephèse, seules deux sont des tombes d’enfants ou d’adolescents21.

  • 22 Morris 1987 considère une aire funéraire de type A (adulte) lorsque le ratio adulte/enfant est supé (...)
  • 23 Tombes 14 et 15 : environ 1,90 m de longueur. Ces dimensions peu précises ont été calculées à parti (...)
  • 24 Explorée de manière extensive et jamais publiée intégralement, cette nécropole ne semble pas avoir (...)

20Dans l’ensemble, les cités de Grèce orientale connaissent assez peu d’exemples d’aires funéraires spécialisées. Si nous laissons de côté la (trop ?) remarquable découverte d’Astypalaia (Michalaki-Kollia 2010), les seules aires funéraires spécialisées, c’est-à-dire exclusivement ou majoritairement composées de sujetspré-adultes22, sont celles de Samos-Klima et du périmètre urbain de Smyrne. La première, déjà évoquée, regroupe trente-trois sépultures datant des années 650-530, dont vingt-et-une tombes à ciste et douze enchytrismes. La plupart sont des tombes d’enfant ou d’adolescent pour seulement deux tombes possiblement adultes23. Cette petite nécropole est située tout près de l’Héraion, le long de la route qui mène à la ville. Concernant les tombes du périmètre urbain à Smyrne (tombes de la Muraille, tombes de la Fontaine), nous manquons de détails sur leur répartition topographique. Si certaines semblent groupées (tombes de la Muraille), formant peut-être une petite aire funéraire spécialisée, d’autres (tombes du temple d’Athéna, de la Fontaine,…) paraissent dispersées dans les espaces interstitiels entre les maisons à des époques où le maillage urbain de Smyrne est plus lâche (Mariaud 2006 ; Mazarakis Ainian 2010). Dans tous les cas, ces tombes se situent à l’écart des tombes d’adultes de la nécropole formelle près du fleuve24.

21L’examen rapide de ces autres critères liés aux tombes d’enfants (le rituel, les marqueurs ou la topographie) permet de mettre en relief le rôle de l’âge dans les pratiques funéraires et le poids relatif des mobiliers dans l’expression ritualisée de celui-ci. L’âge apparaît comme un facteur discriminant important, surtout dans le choix du mode de traitement rituel (crémation-inhumation) ou dans celui de la présence ou non d’un marqueur de tombe. Mais il n’est pas le seul. D’autres facteurs sont à l’œuvre, probablement liés au statut social de la famille.

22Il n’empêche, l’expérience montre qu’un objet, même isolé, peut parfois modifier l’interprétation d’un ensemble funéraire. Ce sont généralement des objets porteurs d’une symbolique forte, mais dont l’analyse se révèle parfois périlleuse. Pourtant, par leur puissance évocatrice, ces objets-marqueurs doivent également retenir notre attention. De tels objets-marqueurs existe-t-ils dans les mobiliers funéraires des cités de Grèce orientale archaïque ?

Des objets marqueurs ?

23Parmi les objets qui peuvent être perçus comme des marqueurs d’âge, nous considérerons successivement les vases « miniatures », les vases à bec dits « biberons », les masques et protomés de terre cuite, et certaines figurines de terre cuite.

La question des vases miniatures et des vases à bec

  • 25 Tombe 22 : un dinos ; tombe 36 : deux œnochoés (5,4 et 6 cm), un petit lydion (5,5 cm), un amphoris (...)
  • 26 Tombes 36 (sarcophage dallé long. : 1,95 m) et 41 (sarcophage monolithe long. : 1,90 m).

24Qu’ils soient de formes ouvertes ou fermées, les vases de petites, voire très petites dimensions ont été découverts en quantité notable dans les tombes de Grèce orientale, mais ils sont généralement concentrés dans un petit nombre de tombes. À Samos, sur la cinquantaine de tombes de la nécropole Ouest qui contiennent du matériel, seules cinq tombes ont livré de tels vases25. Sur ces cinq tombes, trois sont des tombes d’enfants ou d’adolescents (Tombes 22, 40 et 44) et deux sont des tombes d’adultes26. Les six autres tombes de pré-adultes en sont dépourvues. Un autre exemple provient de la nécropole de Marmaro, à Ialysos (Rhodes). Il s’agit de la tombe 42 qui est la seule des quatre-vingt-trois tombes composant cette nécropole ayant livré des vases de petites dimensions, notamment une olpé, un cratérisque et un lécythe (respectivement 7 cm, 8 cm et 9 cm) dans un ensemble mobilier particulièrement riche. Or la taille de la tombe (2,20 m) en fait assurément une tombe d’adulte (Laurenzi 1936, p. 160-161 et fig. 147-148). Ces quelques exemples suffisent à montrer qu’à elle seule, la dimension réduite des objets ne suffit pas à caractériser une tombe comme étant celle d’un enfant. Difficile également de soutenir l’idée que ces vases puissent représenter des éléments de mobilier intrinsèquement liés au monde de l’enfance, comme cela est parfois avancé, notamment par l’emploi du qualificatif de « dînette », laissant penser à des jouets dont on voit mal l’utilité (symbolique ou non) dans des tombes d’adultes.

25Le cas des vases à bec, souvent qualifiés de « biberons », est très proche de celui des vases miniatures. Ace jour, le plus ancien exemplaire de vase à bec dans une tombe de Grèce orientale provient d’Ephèse, où un enchytrisme d’Ayasoluk datant de la première moitié du viiie s. ne contenait qu’une tasse et une petite cruche pourvue d’un bec verseur (fig. 4a ; Içten, Evren 1998). De nombreux autres exemplaires ont été mis au jour, aussi bien du viie s. (fig. 4b, 4c) que du vie s. (fig. 4d)27. Sur les cinq sépultures retenues ici comme exemple, il s’avère que trois (Ephèse, Chios et Samos) sont des tombes d’adultes, une (Clazomènes)28 est une tombe d’enfant, la dernière(Smyrne) n’étant identifiée comme tombe d’enfant que sur la foi de la dimension réduite des objets et de la présence du bec sur l’œnochoé.

Fig. 4. Vases à bec de Grèce de l’Est

Fig. 4. Vases à bec de Grèce de l’Est

a) Ephèse (Ayasoluk) première moitié du viiie s. (Içten, Evren 1998, p. 100, fig. 10a).
b) Smyrne (viie s.), Staat.Mus. Berlin, Inv. 1966.25 (Schiering 1968, fig. 4).
c) Chios-Rizari (fin du viie s.), Chios Mus. Inv. 3275 (Lemos 1997, p. 81, fig. 14).
d) Samos, nécropole Ouest, tombe 48 (seconde moitié du vie s.) (Boehlau 1898, pl. VIII-14).

  • 29 Schiering 1968. Les trois vases que l’auteur publie sont en fait des découvertes semi-clandestines (...)

26Cet aperçu montre que, pour ce qui est des cités grecques orientales à l’époque archaïque, ces objets (vases de petite dimension, vases à bec) ne sont pas exclusifs aux tombes d’enfants. On en trouve indistinctement dans les tombes de petites ou de grandes dimensions qui doivent correspondre aux tombes d’enfants et d’adultes. La notion même d’objet marqueur doit donc être amendée si l’on souhaite en conserver l’usage. Par exemple, en l’absence d’autres données, il n’est pas raisonnable d’inférer le caractère immature du défunt sur la seule foi de la présence d’un vase miniature ou d’un vase à bec, comme le fait par exemple W. Schiering dans le cas des vases funéraires de la chôra de Smyrne29.

27Toutefois, la notion de marqueur d’âge peut se révéler utile dans certains cas lorsque l’on accepte d’abandonner l’ambition de vouloir faire correspondre l’identité biologique du défunt avec les objets qui l’accompagnent sur le seul critère de la forme de ces derniers. Car les exemples choisis dans les mobiliers archaïques de Grèce orientale montrent que la présence d’objets marqueurs d’uns tatut lié à l’âge peut être liée au caractère immature du défunt, mais peut aussi en être indépendante. Ils nous en apprennent tout autant sur le rôle de l’âge dans la société.

Les protomés, les masques et autres terres cuites : le rite de passage

28Le cas des protomés, masques et autres figurines de terre cuite est plus ambigu car il n’est pas immédiatement associé aux tombes d’enfants. C’est pourtant là, nous semble-t-il, que la notion d’objet-marqueur prend le plus de sens.

  • 30 Jacopi 1929 : tombes XCI (enfant), CLXXXIX (enfant), CICIV (adulte). Laurenzi 1936 : Sans Giorgio - (...)
  • 31 Jacopi 1931 : tombes XXIV (enfant), XXV (adulte), XXXIII (adulte), LXXV (adulte), CXXXII (enfant), (...)
  • 32 Clazomènes : Croissant 1983, p. 161 et suiv., n° 99 et p. 136 n° 72 (les protomés de Clazomènes ont (...)
  • 33 L’absence de ces masques et protomés à Milet n’est pas nécessairement significatif compte tenu du t (...)

29Il existe de nombreuses tombes dont le mobilier funéraire contient des protomés et masques de terre cuite, sans pour autant que cela suffise à en faire des objets courants. Leur répartition semble suivre une progression du Sud au Nord. A Ialysos (Rhodes), au moins six tombes ont livré des protomés féminines datées de la fin du vie s., dont au moins trois sont des tombes d’enfants30. Toujours à Rhodes, dans la nécropole de Macrì Langoni à Camiros, au moins six tombes également possédaient un ou deux exemplaires, trois seulement étant identifiées comme des tombes d’enfants31. À Samos, sur une cinquantaine de tombes avec mobilier de la nécropole Ouest, seules deux sépultures comprenaient masques ou protomés (tombes 48 et 50), l’une d’entre elles (tombe 50) étant d’une identification peu assurée, la seconde étant un sarcophage en poros de 2,10 m de longueur appartenant certainement à un sujet adulte (fig. 5 ; Boehlau 1898, Löwe 1996, Mariaud 2007, Mariaud 2012). En remontant vers le Nord, les traces de cette pratique sont encore plus incertaines32. Il semble donc que, dans l’état actuel des connaissances, la présence de masques et/ou de protomés dans les tombes soit plus particulièrement propre aux cités de Grèce de l’Est méridionale33.

Fig. 5. Samos, nécropole Ouest, tombe 48

Fig. 5. Samos, nécropole Ouest, tombe 48

Masques en terre cuite, fin du VIe s. (Kassel Mus. Inv. 52 [Silène] et 51 [démon]), respectivement 17,7 et 20 cm

(Löwe 1996, p. 19, fig. 12).

30Mais surtout, outre la présence conjointe de tombes d’adultes et d’enfants dans l’échantillon concerné, on peut constater que la proportion de sépultures possédant de tels objets demeure très faible. Pour ne reprendre que les exemples de Rhodes et de Samos, pour la première, à peine une douzaine de tombes sur plusieurs centaines, tandis que pour la seconde, la proportion tombe à 2 %. Protomés et masques funéraires sont donc un phénomène limité à la fois dans le temps (vie s.), dans l’espace (Grèce orientale méridionale) et dans le nombre de sépultures concernées.

Fig. 6. Lalysos, tombe CXCIV

Fig. 6. Lalysos, tombe CXCIV

Pinax de terre cuite représentant une femme accouchant ( ?)

(Jacopi 1929, p. 204, fig. 200).

31Il est vrai que ces pièces sont plus fréquemment découvertes dans les dépôts votifs des sanctuaires. De nombreuses études, à commencer par celle de Fr. Croissant (1983), ont montré l’importance de la diffusion et de l’évolution stylistique de ces objets, tandis que d’autres ont insisté sur leur rôle dans les rites de passages liés aux classes d’âges (Vernant 1984 ; Polignac 1995).Le parallèle qui peut être fait entre les deux contextes offre peut-être la clé de lecture expliquant la présence de ces objets en milieu funéraire. Que ce soient en effet les protomés de Sélinonte (Wiederkher Schuler 2004) ou les masques d’Orthia (Sparte : Dickins 1929 ; Vernant 1984), tous marquent l’idée d’un abandon d’un statut antérieur pour en gagner un nouveau. Cette classe d’objet s’intègre dans des rituels initiatiques marquant généralement le passage de l’âge de l’enfance à celui de l’adulte.

32Évidemment, il est délicat de chercher à plaquer telle quelle cette interprétation au contexte funéraire. L’exemple de Sélinonte, où les rares protomés trouvées en contexte funéraire ne semblent pas correspondre aux types retrouvés en grand nombre au sanctuaire de Déméter Malophoros (Wiederkehr Schuler 2004, p. 256), engage effectivement à la prudence, encore que la différence typologique n’implique pas nécessairement un rituel sous-jacent fondamentalement distinct. De même, le fait que nombre de ces masques et protomés soit retrouvés dans des tombes dont la taille semble indiquer des tombes d’adultes ou d’adolescents âgés montre que le but n’est pas nécessairement, même si la chose n’est pas exclue, de vouloir compléter une initiation qui aurait été interrompue par la mort. Les données anthropologiques précises font ici cruellement défaut car elles pourraient nous permettre de déterminer avec plus de précision si ces objets sont attachés à une catégorie d’âge plus précise, par exemple celle des adolescents.

Fig. 7. Samos, nécropole Ouest, tombe 21

Fig. 7. Samos, nécropole Ouest, tombe 21

Figurine de terre cuite (‘petit démon ventru’)

(Löwe 1996, fig. 1).

  • 34 Il faut également noter ici la possibilité d’une explication d’ordre démographique : si les masques (...)

33Néanmoins, il faut souligner que, dans les deux cas, il s’agit d’un rituel à vocation transitionnelle (rite de passage), ce qui tendrait à faciliter le glissement de la sphère cultuelle à la sphère funéraire. S’agissant des masques samiens et spartiates, le glissement est d’autant plus probable que les deux cités ont tissé des liens étroits au cours du vie s. qui s’affirment dans plusieurs domaines de la vie politique et sociale (Cartledge 1982). Et sans doute dans le domaine rituel également. J’ai proposé dans une précédente étude (Mariaud 2012) de comprendre la présence des masques dans certaines tombes samiennes par la volonté de quelques familles de marquer, d’une manière ou d’une autre, l’appartenance du défunt à la sphère de ceux qui pratiquent ce genre d’initiation généralement réservée à l’élite sociale et culturelle de la cité, à l’instar de l’agôgè spartiate. Le fait que cette « influence » spartiate soit limitée à la fois dans le temps et dans le spectre social de la cité explique sans doute pourquoi on a retrouvé si peu de ces masques dans les tombes ou dans les dépôts votifs34.

  • 35 Mariaud 2007 avec références. Je remercie V. Dasen des discussions que nous avons eues à propos de (...)

34De manière plus générale, on remarque que les mobiliers funéraires de la fin de l’époque archaïque regorgent de petits objets ayant de près ou de loin trait à cette notion de rite de passage. L’un des exemples le plus explicite est celui de la tombe CXCIV d’Ialysos (Jacopi 1929, p. 204-206), datant probablement de la fin du vie s. Cette tombe d’adulte (long. 1,90m) contenait un mobilier comprenant notamment un masque en terre cuite et un pinax figurant une femme accouchant ( ? fig. 6). Un autre pinax de même type à été découvert dans une tombe de Camiros cette fois (Salzmann 1875, pl. 22). Bien sûr, la symbolique rituelle n’est plus strictement celle de l’âge puisqu’elle relève aussi de la fécondité. Mais la volonté de faire référence, par les objets déposés, à un rite de passage important lié au monde de l’enfance demeure très nette. Autre exemple, celui des petits personnages ventrus (fig. 7) dont les identifications, aussi variées que le permet l’anthropomorphisme et le caractère ouvert et perméable (du moins dans ses manifestations matérielles) de la religion grecque, semblent relier au monde de l’enfance et de la protection de l’enfant35. Là encore, le fait que ces figurines de terre cuite n’aient pas été découvertes nécessairement dans des tombes d’enfants laisse à penser à une évocation plus large du phénomène de rite de passage et des classes d’âge. Tout comme les masques samiens, elles sont le marqueur nouveau d’une volonté de distinguer un stade d’âge à travers le choix du mobilier funéraire.

35D’autres petits objets pourraient être évoqués ici comme les petits kouroi en terre cuite, les astragales ou bien encore des vases en faïence égyptisants en forme de divinité apotropaïque. Avec les objets précédemment évoqués, ils participent d’un mouvement de fond de diversification des mobiliers funéraires de Grèce orientale à partir du début du vie s. Aucun d’eux ne peut résumer à lui seul le sens que l’on donne aux assemblages funéraires. Pris ensembles, ils soulignent cette volonté de marquer de manière aussi constante que variée la notion de passage et de rite de passage. Or tout le rituel funéraire en est déjà imprégné puisque c’est là sa vocation première. Cette redondance peut, selon moi, s’expliquer par la référence à la symbolique de l’âge, qui viendrait en quelque sorte se surajouter aux autres symboliques rituelles qui traversent tout geste funéraire. Et le fait que les tombes qui en sont pourvues ne soient pas toutes des tombes d’enfants importe finalement moins que le mode de fonctionnement, la dynamique rituelle qu’elles sous-tendent, et dans lesquelles l’âge semble prendre une nouvelle place.

Conclusion

  • 36 Pomeroy 1997, p. 116 ; Buchet, Seguy 2008 p. 36-37 (à propos des divisions par âge).

36Ces quelques remarques n’ont évidemment pas prétention à épuiser le sujet. « Lire » l’âge dans les mobiliers funéraires est moins aisé qu’on ne le pense a priori. Car d’une part, tout comme les divisions par sexe ou par richesse, la division par âge n’est pas une donnée brute de nos sources ; elle est un fait social dont la traduction en termes de rituels et de pratiques varie tant dans ses manifestations que dans ses causes36. Il semble donc vain de vouloir trouver des marqueurs universels et objectifs de l’âge dans les objets accompagnant. D’autre part parce qu’en aucun cas les mobiliers funéraires ne peuvent se comprendre seuls, isolément du reste des gestes pratiqués autour du défunt et des manifestations matérielles de sa sépulture. Ce caractère polysémique et contextuel, propre finalement à toute analyse des pratiques funéraires, rend délicate l’interprétation d’objets souvent banals et diffusés d’un bout à l’autre de la Méditerranée, ou au contraire d’objets uniques et très suggestifs sur le plan symbolique.

37Quelques enseignements peuvent toutefois être tirés de la situation des cités grecques d’Égée orientale à l’époque archaïque. En premier lieu, il apparaît que les types d’objets présents dans les tombes d’enfants paraissent peu différenciés de ceux des adultes. Ce n’est pas vraiment une surprise, considérant l’aspect coutumier et je dirai presque standardisé des pratiques funéraires (à une époque et en un lieu donné s’entend). Ce qui peut varier, c’est la quantité ou la qualité des objets déposés. Mais les cas étudiés ont montré qu’il existait d’un site à l’autre une grande diversité de situations qui ne trouvaient leur explication que dans l’analyse contextuelle locale. Ceci, à mon sens, traduit donc une relativité du statut de l’enfant, en fonction des circonstances et des rapports de forces aux seins des divers groupes qui composent la société civique, mettant en avant ou au contraire délaissant l’occasion de la mort d’un enfant pour recomposer les liens qui soudent ce groupe, et non l’existence d’un statut unique de l’Enfant en Grèce archaïque. Il semble important de souligner que les objets déposés dans les tombes d’enfants ne sont pas là pour marquer une différence biologique et intangible, l’âge du défunt, et donc une altérité fondamentale de l’attitude des adultes face à la mort de leur progéniture. Ils sont là pour remplir une fonction rituelle (accompagner le défunt dans l’au-delà) qui, par nature, est la même pour tous, et qui ne varie dans ses manifestations qu’en fonction de critères extérieurs, par exemple la volonté de marquer un statut social, généralement familial mais pas seulement.

38Le changement principal qui affecte le choix des mobiliers accompagnants à partir de la fin du viie-début du vie s. voit la multiplication des objets liés à la symbolique de l’âge et plus généralement, à celle du rite de passage. Les masques de Samos en sont la manifestation la plus saillante, mais peut-être l’idée vaut-elle la peine d’être appliquée à d’autres catégories de matériel. Et si ces signes se retrouvent finalement indifféremment dans les tombes d’enfants ou d’adultes sans qu’aucun schémalié à l’âge biologique du défunt ne se dégage clairement, ceci n’amende pas, selon moi, l’importance nouvelle du rôle de l’âge dans la société dans son ensemble, comme on pourrait le croire dans un premier temps. Car finalement, la redondance avec la symbolique du rite de passage montre que l’âge devient non pas un handicap (immaturité, etc.) ou un état biologique ou familial (héritier) mais une promesse, une reconnaissance par la communauté entière du devenir (interrompu) du jeune être.

39Toutefois, cette dynamique symbolique semble en quelque sorte extérieure au domaine funéraire proprement dit, ne s’y retrouvant associée que par intermittence. Il me semble que c’est surtout le regard extérieur de la société sur l’âge qui change, passant de la perception de l’âge comme état biologique à celui d’une véritable classe identitaire. Il est regrettable que, par manque de données plus exhaustives et solides, nous ne soyons pas (encore ?) en mesure de déterminer si ce mouvement est largement diffusé au sein du corps social civique ou si, là encore, il est un moyen de distinguer une ou des élites. Par ailleurs, l’idée selon laquelle des nouvelles barrières, entre citoyens et non citoyens, adultes et jeunes ou encore hommes -femmes, deviendraient plus rigide avec l’avènement du modèle classique de la polis (Morris 2000) est séduisante et pourrait expliquer en partie les situations que nous venons de décrire. Mais là encore, il faut reconnaître que nous manquons de précisions dans les données pour véritablement pouvoir souscrire sans nuance à une telle interprétation.

  • 37 Je pense ici tout particulièrement au rôle et à la place des femmes dans ces rituels et, de manière (...)
  • 38 Sur les rapports entre sociétés de classe d’âge et systèmes politiques dans l’Antiquité et dans les (...)

40De fait, l’étude des mobiliers funéraires montre, certes de manière modeste, des groupes familiaux de plus en plus concernés par la reconnaissance de l’identité sociale de leurs enfants, y compris dans la mort. Et ce non plus en tant qu’héritier mais bien en tant que participant à l’ordre collectif. C’est dans cette optique que la notion de classe d’âge, et la manipulation inédite de la symbolique de l’âge prend toute sa valeur. Car dès lors, il me semble que nous pourrions voir dans ces modifications concernant les tombes d’enfants, parmi d’autres critères qu’il conviendrait bien entendu de mettre en relation les uns avec les autres37, l’un des signes de la mise en place et de l’affermissement des sociétés civiques à l’époque archaïque, société où, on le sait, les rapports entre les générations sont largement codifiés38. Bien sûr, avec les sociétés de Grèce orientale archaïque, nous sommes encore loin de l’encadrement et de la prise en charge des jeunes tels qu’ils seront mis en place dans l’Athènes démocratique par exemple. De même, il me paraît excessif d’en conclure à l’existence d’une société d’ordre générationnel dans le sens d’une exclusion nette et totale entre adultes et enfants et qui serait visible dans les pratiques rituelles comme dans d’autres sphères. Si une telle société existe, il est clair qu’elle ne trouve pas à s’exprimer dans le domaine funéraire. Mais en l’état actuel des choses, si les pratiques funéraires destinées aux pré-adultes ne peuvent être perçues à elles seules comme le signe de la « naissance de la cité », elles en distinguent me semble-t-il cependant l’un des développements essentiels.

Je tiens à remercier chaleureusement A. Hermary et les porteurs du programme ANR EMA pour m’avoir invité à participer à ce colloque. Merci également à Maia Pomadère pour sa relecture attentive et critique, m’évitant ainsi erreurs et facilités. Celles qui restent sont bien sûr de ma responsabilité. Toutes les dates sont comprises avant notre ère.

Bibliographie

Akurgal 1998: AKURGAL (M.) – Bayraklı kazısı. KST, 20.2, 1998, p. 33-47.

Akurgal 1999: AKURGAL (M.) – A Small Archaic Cemetery and some Finds at the Bayraklι Mound. TÜBA-AR, 2, 1999, p. 51-69.

Berti 2007 : BERTI (F.) – La necropoli ’geometrica’ di Iasos. In : Cobet (J.), von Graeve (W.), Niemeier (W.-D.), Zimmermann (K.) dir., Frühes Ionien. Eine Bestandsaufnahme. Panionion-Symposion. Güzelçamlı, September-Oktober 1999. Mayence, Philipp von Zabern, 2007, p. 437-446.

Boehlau 1898 : BOEHLAU (J.) – Aus ionischen und italischen Nekropolen. Leipzig, Teubner, 1898.

Buchet, Seguy 2008 : BUCHET (L.), SEGUY (I.) – L’âge au décès des enfants : âge civil, âge biologique, âge social ? In : Gusi (F.), Muriel (S.), Olària (C.) dir., Nasciturus, infans, puerulus. Vobis mater terre. La muerte en la infancia. Castellon, Servei d’Investigacions Arquelògiques i Prehistòriques, 2008, p. 25-37.

Cartledge 1982: CARTLEDGE (P.) – Sparta and Samos: a ‘special relationship’? Classical Quarterly, 32, 1982, p. 243-265.

Cook 1981: COOK (R.M.) – Clazomenai Sarcophagi. Mayence, Philipp von Zabern, 1981 (Kerameus 3).

Croissant 1983 : CROISSANT (Fr.) – Les protomés féminines archaïques. Recherches sur les représentations du visage dans la plastique grecque, de 550 à 480 av. J.-C., Athènes et Rome, De Boccard, 1983 (BEFAR 250).

Dasen 2004 : DASEN (V.) – Femmes à tiroirs. IN : Dasen (V.) éd., Naissance et petite enfance dans l’Antiquité. Actes du colloque de Fribourg, 28 nov1er déc. 2001. Fribourg, Academic Press et Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2004, p. 127-144.

Dasen 2010 : DASEN (V.) – Archéologie funéraire et histoire de l’enfance dansl’Antiquité : nouveaux enjeux, nouvelles perspectives. In: EMA I, p. 19-44.

Dickins 1929: DICKINS (C.) – The masks. In Dawkins (R.M.) dir., The Sanctuary of Artemis Orthia at Sparta. Londres, MacMillan and Co, 1929, p. 163-186.

Duplouy, Mariaud, Polignac 2010 : DUPLOUY (A.), MARIAUD (O.), POLIGNAC (Fr. de) – Les sociétés grecques. In : Etienne (R.) dir., La Méditerranée au viie siècle (essai d’études archéologiques). Paris, De Boccard, 2010, p. 275-310.

EMA I : GUIMIER-SORBETS (A.-M.), MORIZOT (Y.) dir. – L’Enfant et la mort dans l’Antiquité I. Nouvelles recherches dans les nécropoles grecques. Le signalement des tombes d’enfants. Paris, De Boccard, 2010.

Foley 1998: FOLEY (A.) – Ethnicity and topography of burial practices in the geometric period. In : Pariente (A.), Touchais (G.) dir., Argos et l’Argolide, topographie et urbanisme. Actes de la Table Ronde Internationale d’Athènes-Argos. Athènes, De Boccard, 1998, p. 137-144.

Garland 2001: GARLAND (R.) – The Greek Way of Death. Ithaca, Cornell Press, 2001.

Gates 1983: GATES (CH.) – From Cremation to Inhumation: Burial Practices at Ialysos and Kameiros During the Mid-Archaic Period, ca. 625-525 B.C. Los Angeles, University of California, 1983.

Golden 1988: GOLDEN (M.) – Did the Ancients care when their children died? Greece & Rome, 35-2, 1988, p. 152-163.

Golden 1990: GOLDEN (M.) – Children and Childhood in Classical Athens. Baltimore e Londra, The Johns Hopkins University Press, 1990.

Hägg 1983: HÄGG (R.) – Burial customs and social differentiation in 8thcentury Argos. In: Hägg (R.) dir., The Greek Renaissance of the Eight Century BC: Tradition and Innovation. Proceedings of the 2nd International Symposium Athens 1981. Stockholm, P. Åström, p. 27-31.

Houby-Nielsen 1996: HOUBY-NIELSEN (S.) – Women and the Formation of the Athenian City-State. The Evidence of Burial Customs. Mètis, 11, 1996, p. 233-260.

Hürmüzlü 2004: HÜRMÜZLÜ (B.) – Burial Grounds at Klazomenai. In: Moustaka (A.) et al. dir., Klazomenai, Teos and Abdera: Metropoleis and Colony. Proceedings of the International Symposium Abdera October 2001. Thessalonique, Éphorie de Komotini, 2004, p. 77-96.

Hürmüzlü 2005: HÜRMÜZLÜ (B.) – The Organization and Utilization of the Burial Grounds in Klazomenai. Olba, 11, 2005, p. 39-67.

Içten, Evren 1998: IÇTEN (C.), EVREN (A.) – Selçuk – Efes 3447 parsel kurtarma kazısı. Müze [Müze Kurtama Kazıları Semineri], 8, 1998, p. 85-100.

Jacopi 1929 : JACOPI (G.) – Clara Rhodos III. Scavi nella necropolis di Jalisso. Rhodes, Istituto Storico-Archeologico, 1929, p. 1-284.

Jacopi 1931 : JACOPI (G.) – Clara Rhodos IV. Esplorazione archeologica di Camiro I - Scavi nelle necropoli camiresi. Rhodes, Istituto Storico-Archeologico, 1931, p. 1-393.

Kinch 1914: KINCH (K. F.) – Fouilles de Vroulia (Rhodes). Berlin.

Langmann 1967: LANGMANN (G.) – Eine spätarchaische Nekropole unter dem Staatmarkt. JÖAI, 1967 (Festschrift F. Eichler), p. 103-123.

Laurenzi 1936 : LAURENZI (L.) – Clara Rhodos VIII. Necropoli Ialisie (scavi dell’anno 1934). Rhodes, Istituto Storico-Archeologico, 1936, p. 7-209.

Le Bras 2003 : LE BRAS (H.) – Les politiques de l’âge. L’Homme, 167-168, 2003-3, p. 25-48.

Lemos 1997 : LEMOS (A.A.) – Rizari. A cemetery in Chios Town. In: Palagia (O.) dir., Greek Offerings. Essays on Greek Art in Honour of J. Boardman. Oxford, Oxbow press, 1997 (Oxbow Monograph 89), p. 73-85.

Löwe 1996: LÖWE (W.) – Die Kasseler Grabung 1894 in der Nekropole der archaischen Stadt. Die Gräber und ihre Inhalte, Bestattungssiten und Fund. In: Samos - die Kasseler Grabung 1894. Kassel, Staatliche Museen 1996, p. 24-107.

Mariaud 2006 : MARIAUD (O.) – Rituel funéraire et transformations spatiales en Ionie archaïque : le cas des tombes d’enfant a Smyrne. REA, 108, 2006, p. 173-202.

Mariaud 2007 : MARIAUD (O.) – NECROIONIA. Pratiques funéraires et formation des sociétés civiques dans les cités d’Ionie à l’époque archaïque (700-500 a.C.). Thèse inédite de l’Université Bordeaux III, Bordeaux, 2007 (en cours de publication).

Mariaud 2012 : MARIAUD (O.) – Formes et fonctions dans les tombes archaïques de Samos. In : Lafli (E.), Müller (A.) dir., Figurines de terre cuite en Méditerranée orientale grecque et romaine. Production et diffusion, iconographie et fonction, Actes du colloque international d’Izmir, 2-6 juin 2007. Paris et Athènes, De Boccard, 2012 (sous presse).

Mazarakis Ainian 2010 : MAZARAKIS AINIAN (A.) – Tombes d’enfants à l’intérieur d’habitats au début de l’âge du Fer dans le monde grec. In : EMA I, p. 67-95.

Michalaki-Kollia 2010 : MICHALAKI-KOLLIA (M.) – Un ensemble exceptionnel d’enchytrismes de nouveau-nés, de fœtus et de nourrissons découvert dans l’île d’Astypalée, en Grèce : cimetière de bébés ou sanctuaire ? In: EMA I, p. 161-205.

Morricone 1978: MORRICONE (L.) – Sepoltore della prima età del ferro a Coo. ASAtene, LVI (n.s. XL), 1978 [1982], p. 9-429.

Morris 1987: MORRIS (I.) – Burial and ancient society. The rise of the Greek city-State. Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

Morris 1992: MORRIS (I.) – Death-Ritual and Social Structure in Classical Antiquity. Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

Morris 2000: MORRIS (I.) – Archaeology as Cultural History. Words and Things in Early Iron Age Greece. Londres, Blackwell, 2000.

Oakley 2003: OAKLEY J. H.) – Death and the Child. In: Neils (J.), Oakley (J. H.) dir., Coming of Age in Ancient Greece. Images of Childhood from the Classical Past. New Haven et Londres, Yale University Press et Hood museum of art, 2003, p. 163-194.

Polignac 1995 : POLIGNAC (Fr. de) – Divinités, offrandes et sanctuaires : le cas d’Héra et d’Artémis. Poikilia, 1995, p. 43-46.

Pomeroy 1997: POMEROY (S.B.) – Families in Classical and Hellenistic Greece. Representations and Realities. Oxford, Clarendon Press, 1997.

Salzmann 1875 : SALZMANN (A.) – Nécropole de Camiros. Paris, A. Detaille, 1875.

Schiering 1968: SCHIERING (W.) – Aus einem ostgriechischen Kindergrab. Berliner Museum, 18, 1968, p. 2-6.

Shepherd 2007: SHEPHERD (G.) – Poor little rich kids? Status and selection in Archaic Western Greece. In: Crawford (S.), Shepherd (G.) dir., Children, Childhood and Society. Oxford, Archeopress, 2007, p. 93-106.

Sørensen 2002: SØRENSEN (L. W.) – The archaic settlement at Vroulia on Rhodes and Ian Morris. Acta Hyperborea, 9, 2002, p. 242-253.

Sport e Giochi 2002 : BIANCO (S.) dir. – Sport e giochi nella Basilicata antica. CATALOGO della Mostra, Policoro, Museo archeologico nazionale della SIRITIDE, 28 settembre 2002-10 gennaio 2003. Taranto, Scorpione, 2002.

Tzannes 2004: TZANNES (M.-CHR.) – The Excavations of G. Oikonomos at the Archaic Cemetery of Monastirakia in Klazomenai, 1921-22. In: Moustaka (A.) et al. dir., Klazomenai, Teos and Abdera: Metropoleis and Colony. Proceedings of the International Symposium Abdera, October 2001. Thessalonique, Éphorie de Komotini, 2004, p. 97-120.

Utili 1999 : UTILI (F.) – Die archaische Nekropole von Assos. Bonn, GMBH, 1999 (Asia Minor Studien 31).

Vernant 1984 : VERNANT (J.-P.) – Une divinité des marges : Artémis Orthia. In : Recherches sur les cultes grecs et l’Occident. Naples, Centre Jean Bérard, 1984, p. 13-27.

Vigliaki-Sophianou 2004 : VIGLIAKI-SOPHIANOU (M.) – Γεωμετρική νεκρόπολη αρκαίας Σάμου. In : Stampolidis (N. Chr.), Giannikoure (A.) dir., Το Αιγαίο στην Πρώϊμη Εποχή του Σιδήρου (L’Égée au premier Âge du Fer), Actes du colloque de Rhodes, novembre 2002. Athènes, Πανεπιστήμιο Κρήτης 2004, p. 189-196.

Wiederkehr Schuler 2004 : WIEDERKEHR SCHULER (E.) – Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte. Naples, Centre Jean Bérard, 2004 (Cahiers du Centre Jean Bérard 22).

Williams 2000: WILLIAMS (D.) - Of Geometric Toys, Symbols and Votives. In: Tsetskhladze (G. R.), Prag (A. J. N. W.), Snodgrass (A. M.) éds., Periplous. Papers on Classical Art and archaeology Presented to Sir John Boardman. London, Thames and Hudson, p. 388-396.

Notes

1 La nécropole de Smyrne, explorée dans les années 1950, est aujourd’hui totalement inaccessible sous les quartiers de la ville moderne d’Izmir, de même que Priène archaïque sous les limons du Méandre. Bon nombre de sites attendent encore d’être, du point de vue funéraire des hautes époques, systématiquement explorés : Erythrées, Téos, Colophon, Ephèse ou encore Milet, Halicarnasse et Cnide.

2 Et ce malgré l’ancienneté de la fouille (Samos, Rhodes), le caractère partiel de la publication (Clazomènes) ou les doutes parfois jetés sur la validité de l’enregistrement des ensembles funéraires lors de la fouille (Rhodes). Les recherches récentes à Clazomènes sont celles qui apporteront sans doute l’information la plus riche.

3 Akurgal 1998. Notons qu’un nombre indéterminé de tombes archaïques ont été (et continuent d’être) mises au jour par les fouilles récentes de M. Akurgal dans la partie Est de la muraille de Smyrne-Bayraklı, entre la zone de la Fontaine et les zones A et B. Pour la nomenclature des zones funéraires de pré-adultes à Smyrne, nous renvoyons à Mariaud 2006, fig.1.

4 Pour Smyrne, cf. tableau 1 p. 178-179 dans Mariaud 2006.

5 Tombes 36, 40 et 45 ; la tombe 45 est attribuée, à tort selon nous, à « une jeune fille » par l’archéologue allemand alors que la longueur du sarcophage, un mètre quatre-vingt-cinq, marque très probablement une tombe d’adulte : Boehlau 1898. Voir également Löwe 1996 et Mariaud 2007 pour le comptage statistique.

6 C’est le cas également pour les nécropoles archaïques de Rhodes, notamment celle de Macrì Langoni à Camiros ; cf. Gates 1983, n.131 p. 69.

7 Mariaud 2007. La tendance prévaut également aux époques antérieures (PG-GM), mais elle s’accompagne d’une présence rare mais notable d’éléments de parure très riches (boucles d’oreille ou anneaux en or par exemple) qui sont quasi absents par la suite jusqu’au vie s.

8 Cf. l’exemple de Smyrne évoqué ci-dessus.

9 AD 37 (1982) Chron. B’2, p. 351, fig. 232β-ε et 233 α-β.

10 Deux tombes de Vroulia (Rhodes) sont considérées comme des incinérations d’enfants : tombe 3 et 29 (Kinch 1914, p. 53, 65-66 [t. 3] et p. 49, 85 [t. 29] ; Morris 1992 ; Sørensen 2002). Mais il s’agit de fouilles anciennes et les remarques du fouilleur ne sont pas toujours claires. Même avérées, ces incinérations seraient dans tous les cas statistiquement peu significatives sur l’ensemble des tombes archaïques de Grèce orientale.

11 Dans les nécropoles sans solution de continuité, le passage de la crémation à l’inhumation se produit entre le dernier tiers du viie s. (Clazomènes : Hürmüzlü 2004) et le milieu du vie s. (Rhodes : Gates 1983).

12 Principe qui vaut à la fois lorsque les corps sont en position allongée, comme c’est le cas dans la plupart des nécropoles considérées ici, mais aussi lorsque les individus sont placés en position recroquevillée, comme à Cos au premier âge du Fer (Morricone1978), où des sépultures d’adultes ne font pas plus d’1,60 m tandis que des sépultures d’enfants mesurent environ 0,50-0,70 m. Comme tout principe, celui de la proportionnalité entre taille du défunt et dimension de la sépulture connaît ses exceptions. Pour ne citer qu’un exemple dans le cas de Grèce orientale archaïque, nous pouvons mentionner celui de la tombe 29 à Vroulia (Rhodes), qui est une fosse de 2,17 m dans laquelle a été déposée l’urne cinéraire de l’une des deux seules crémations d’enfants de la nécropole. Il faut dire que la tombe 29 est exceptionnelle à plus d’un titre. Cf. Morris 1992, p. 178-180.

13 Gates 1983, p. 35 : Ialysos, tombe LVIII (ASAtene 6/7, p. 314316 et fig. 210 ; long. pithos = 1,91 m) ; Ialysos-Drakidis, tombe LXXIX (Jacopi 1929, p. 116-117 ; long. pithos = 2,05 m) ; Camiros-Macrì Langoni, tombes CLXXI et CLXXV (Jacopi 1931, p. 295-297 et 304-305 ; long. pithoi = 2,05 m et 1,90 m).

14 Mariaud 2007, p. 69-70. D’autres exemplaires de tombes à cistes préclassiques sont documentés (Smyrne, Chios), mais l’état de la documentation ne permet pas de déterminer précisément ni la date de la sépulture ni la tranche d’âge du défunt.

15 Tombes à ciste PG/GA de Samos (AD, 32, 1977, p. 303 et pl. 1 302), PG récent de Clazomènes-Limantepe (Hümüzlü 2005, fig.3 64 et KST 25.2 [2003], fig. 3 p. 108), GR de Samos - Gymnase (Vigliaki-Sophianou 2004, fig. 10 et 11) et surtout GM/R d’Iasos (Berti 2007 mentionne vingt-neuf tombes à cistes, toutes comprises entre 0,30 m et 1,32 m).

16 Hägg 1983, suivi par Foley 1998 pour la valeur ethnique et Morris 1987, p. 183-184 pour l’aspect social.

17 La possibilité que les plus petits sarcophages aient eut une fonction d’ostothèque, si elle n’est pas à exclure a priori, demanderait à être vérifiée par des données précises. En attendant, l’hypothèse du sarcophage pour enfant est encore la plus simple.

18 Supra n. 12.

19 Il n’existe pas d’inscription funéraire datable du viie s. en Ionie ni dans les grandes métropoles de Grèce orientale. Sur la place de l’écrit et l’alphabétisation des nécropoles d’Ionie, voir Mariaud 2007, p. 286-298.

20 Kinch 1914, repris dans Morris 1992, p. 180 fig. 41. Ces groupes sont contestés par Sørensen 2002, mais certains de ses arguments ne sont eux-mêmes pas exempts d’erreurs. Dans tous les cas, l’hypothèse la plus probable est que ce sont les tombes d’adultes, des crémations primaires nécessitant une mise en place topographique très contraignante, qui constituent les noyaux de groupements funéraires plus ou moins formels, et que les enchytrismes d’enfants s’intègrent dans les espaces interstitiels entre ces groupes. Ceci explique certaines difficultés d’attribution ou d’analyse de la composition des groupes.

21 Tombes 8 (long. : 1,28 m) et 11 (long. :1,59 m) ; voir Mariaud 2007 annexe 3 avec référence à Langmann 1967 et aux rapports de fouilles intermédiaires.

22 Morris 1987 considère une aire funéraire de type A (adulte) lorsque le ratio adulte/enfant est supérieur ou égal à 3/2, ceci pour atténuer les éventuelles distorsions dues à la qualité de la documentation.

23 Tombes 14 et 15 : environ 1,90 m de longueur. Ces dimensions peu précises ont été calculées à partir de l’échelle du plan et sont donc sujettes à caution, d’où notre prudence quand à leur attribution à des sujets adultes.

24 Explorée de manière extensive et jamais publiée intégralement, cette nécropole ne semble pas avoir contenu de tombes d’enfants en enchytrisme. Mais nous ne disposons pas de détails suffisants pour conclure à une répartition topographique stricte entre adultes et enfants.

25 Tombe 22 : un dinos ; tombe 36 : deux œnochoés (5,4 et 6 cm), un petit lydion (5,5 cm), un amphoriskos, un hydriskos et un aryballe ; tombe 40, l’une des plus riches de la nécropole, contenait deux kotyles-skyphoi (3,5-4 cm), un hydriskos (8,8 cm), deux dinoi (2 cm), une tasse et quatre œnochoés (3,8-6,6 cm) ; tombe 44 : deux coupes (3,8-9 cm) et deux plats (4,5 cm de diam.) ; tombe 41 : un cratère (14 cm). Cf. Löwe 1996 et Mariaud 2007, annexe 2.

26 Tombes 36 (sarcophage dallé long. : 1,95 m) et 41 (sarcophage monolithe long. : 1,90 m).

27 Clazomènes-Yıldıztepe : Tombe 82/9 : http://www.klazomeniaka.com/11-45resim.html ; chôra de Smyrne : Schiering 1968 ; Chios-Rizari (tombe à crémation, fin viie s.) : Lemos 1997, fig. 14 p.81 ; Samos, nécropole Ouest, tombe 48 : Boehlau 1898 et Löwe 1996.

28 Un sarcophage d’enfant en terre cuite ; cf. Hürmüzlü 2004 et 2005.

29 Schiering 1968. Les trois vases que l’auteur publie sont en fait des découvertes semi-clandestines de provenance funéraire, et que l’auteur attribue, à partir du caractère des objets (l’œnochoé à bec présentée fig. 4b, à laquelle s’ajoute un plat miniature et une œnochoé de petite dimension).

30 Jacopi 1929 : tombes XCI (enfant), CLXXXIX (enfant), CICIV (adulte). Laurenzi 1936 : Sans Giorgio - tombe 7 (enfant), Marmaro - tombes 8 (long. non précisée) et 78 (adulte).

31 Jacopi 1931 : tombes XXIV (enfant), XXV (adulte), XXXIII (adulte), LXXV (adulte), CXXXII (enfant), CXXXIII (enfant). La liste n’est pas exhaustive ; cf. aussi les tombes publiées par Salzmann 1875, pl. 12-13.

32 Clazomènes : Croissant 1983, p. 161 et suiv., n° 99 et p. 136 n° 72 (les protomés de Clazomènes ont été retrouvées dans une zone funéraire mais hors contexte) ; Chios : R.M. Cook mentionne bien l’existence à Chios d’un masque retrouvé dans une des tombes à tumulus fouillées par J. Kourouniotès et daté v. 500, mais celui-ci n’est pas publié ni mentionné dans le rapport de fouilles de 1915. Cook 1981, p. 163

33 L’absence de ces masques et protomés à Milet n’est pas nécessairement significatif compte tenu du très faible nombre de tombes archaïques découvertes (six tombes). Mariaud 2007, annexe 1.

34 Il faut également noter ici la possibilité d’une explication d’ordre démographique : si les masques sont associés à la catégorie d’âge des adolescents, leur taux naturel de mortalité relativement bas par rapport à d’autres catégories d’âges (notamment les deux extrêmes du spectre démographique, les très jeunes et les plus âgés) explique sans doute une faible représentativité dans le recrutement des nécropoles, et donc participerait à la rareté objective de la possibilité de présence des masques dans les mobiliers. Cependant, le fait que de nombreux masques ou protomés sont associés à des tombes de jeunes enfants exclut d’en faire l’argument principal. Par ailleurs, les deux explications peuvent tout à fait se combiner sans s’exclure.

35 Mariaud 2007 avec références. Je remercie V. Dasen des discussions que nous avons eues à propos de ces figurines lors du colloque, même si les interprétations ici rapidement évoquées n’engagent que leur auteur.

36 Pomeroy 1997, p. 116 ; Buchet, Seguy 2008 p. 36-37 (à propos des divisions par âge).

37 Je pense ici tout particulièrement au rôle et à la place des femmes dans ces rituels et, de manière générale à la question du genre.

38 Sur les rapports entre sociétés de classe d’âge et systèmes politiques dans l’Antiquité et dans les sociétés actuelles, voir Le Bras 2003, notamment p. 27-30 pour des exemples antiques. Ces liens sont biens connus depuis les études de P. Vidal-Naquet ou J.-P. Vernant.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Assos, mobilier de la tombe B-VIII GR7
Crédits (Utili 1999, p. 132, fig. XVII et p. 336, fig. 51).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 2. Samos, nécropole de Klima
Légende Aryballes corinthiens (a-c) et laconien (d), aryballe en frome de coquillage (e) et skyphos (f) trouvés dans les tombes d’enfants (fin viie-vie s.) (AD 37 (1982) Chron. B’2, fig. 232β-ε et 233 α-β).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1360/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 3a. Ialysos
Légende Terres cuites de la tombe CLXXXIX.
Crédits (Jacopi 1929, p. 200, fig. 194).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1360/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 3b. Ialysos
Légende Boucle d’oreille de la tombe CLXXXIX.
Crédits (Jacopi 1929, p. 200, fig. 195).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1360/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 4. Vases à bec de Grèce de l’Est
Légende a) Ephèse (Ayasoluk) première moitié du viiie s. (Içten, Evren 1998, p. 100, fig. 10a).b) Smyrne (viie s.), Staat.Mus. Berlin, Inv. 1966.25 (Schiering 1968, fig. 4).c) Chios-Rizari (fin du viie s.), Chios Mus. Inv. 3275 (Lemos 1997, p. 81, fig. 14).d) Samos, nécropole Ouest, tombe 48 (seconde moitié du vie s.) (Boehlau 1898, pl. VIII-14).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1360/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Fig. 5. Samos, nécropole Ouest, tombe 48
Légende Masques en terre cuite, fin du VIe s. (Kassel Mus. Inv. 52 [Silène] et 51 [démon]), respectivement 17,7 et 20 cm
Crédits (Löwe 1996, p. 19, fig. 12).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1360/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 6. Lalysos, tombe CXCIV
Légende Pinax de terre cuite représentant une femme accouchant ( ?)
Crédits (Jacopi 1929, p. 204, fig. 200).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1360/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 7. Samos, nécropole Ouest, tombe 21
Légende Figurine de terre cuite (‘petit démon ventru’)
Crédits (Löwe 1996, fig. 1).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1360/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 266k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access