Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfant et la mort dans l’Antiquité III. Le matériel associé aux tombes d’enfants

 | 
Antoine Hermary
, 
Céline Dubois

Cherchez l’enfant ! La question de l’identité à partir du matériel funéraire

Véronique Dasen

Résumé

In the absence of anthropological analysis, archaeologists often have to identify children from the typology of the objects found in their tombs. Can their age and sex be distinguished from such material alone, and are there any objects or contexts that are unambiguous? This paper examines objects that it may be possible to interpret as toys for boys or girls. Wheeled objects and dolls are best evidenced in iconography as well as in funerary and religious contexts. However, their identification as actual toys is much debated, and is revisited in the light of new sources.

Texte intégral

  • 1 Sur le caractère sexué du matériel funéraire, Polignac 2007 ; Delamard, Mariaud 2007.
  • 2 Voir dans ce volume le choix analogue, pour les mêmes raisons, de Carla Scilabra à propos de la Gra (...)

1Dans quelle mesure le matériel funéraire peut-il permettre de déterminer l’âge et l’identité sexuée des enfants ? Nous examinerons ici des objets qui ont pu constituer des jouets, en particulier des jouets dits de simulacre où l’enfant imite une activité d’adulte, anticipant son destin social d’homme ou de femme1. Les mieux documentés sont les chariots à roulettes et les poupées avec leur nécessaire, conventionnellement associés les uns aux garçons, les autres aux filles2. Les deux types d’objets offrent l’intérêt d’être retrouvés en contexte funéraire et de sanctuaire ; ils sont aussi des attributs de l’enfance dans l’iconographie, notamment dans la céramique peinte et sur les marqueurs de tombes de l’époque classique, ce qui peut nous aider à comprendre les occasions de leur don et leur contexte d’utilisation.

2Le sujet pose de nombreuses questions méthodologiques : qu’est-ce qu’un jouet ? Quels sont les critères qui permettent d’identifier ces objets parmi le matériel archéologique ? Peut-on les associer à des classes d’âge particulières ? Dans quelle mesure se rapportent-ils à des rôles sexués ? Les ressemblances formelles avec les jouets modernes constituent autant de pièges qui amènent à revisiter les critères usuels d’identification.

  • 3 Voir aussi deux ouvrages destinés à un public élargi : Salza Prina Ricotti 1995 et Fittà 1997.

3Depuis le catalogue Jouer dans l’Antiquité de l’exposition de Marseille en 1991, peu de publications ont abordé la thématique. La synthèse bienvenue de Stefano De’ Siena, Il gioco ei giocattoli nel mondo classico (2009)3 s’inscrit dans un mouvement de regain d’intérêt dont témoigne le catalogue Des jouets et des hommes qui accompagne l’exposition du même nom au Musée des arts décoratifs à Paris (2011-2012).

  • 4 Seule la facture grossière de certains objets permet de soupçonner que l’auteur est un enfant. Mais (...)
  • 5 Cf. les jeux d’imitation décrits par Plutarque, Préceptes politiques, 814 A : « Car, lorsque nous v (...)

4Les objets conservés doivent être étudiés avec précaution, car ils ne constituent qu’une toute petite partie des jouets qui ont existé. D’une part, à cause de leur matière : la majorité est en terre cuite ou en métal, plus rarement en bois, os, ivoire ou ambre, une prédominance trompeuse qui ne doit pas faire oublier tous ceux qui ont disparu à cause de leur nature périssable (bois, chiffon, cire, cuir...). D’autre part, il s’agit principalement d’objets manufacturés par des adultes, non par des enfants4. On ne sait presque rien des objets que, hier comme aujourd’hui, l’enfant se réappropriait pour jouer5. La culture matérielle directe des enfants nous échappe archéologiquement, tout comme leur imaginaire créé avec des chiffons ou des bouts de bois. Seules de rares sources écrites évoquent l’existence des jouets modestes à jamais perdus que les enfants aimaient fabriquer. Strepsiade énumère fièrement les bricolages de son fils Phidippide dans Les Nuées d’Aristophane (423 av. J.-C.) :

  • 6 Aristophane, Les Nuées, 878-884 (trad. H. van Daele, CUF). Voir aussi Plutarque, Propos de tables, (...)

« Il était encore tout mioche, pas plus haut que cela, qu’il modelait chez nous des maisons, sculptait des bateaux, construisait de petits chariots de cuir, et, avec l’écorce de grenades, faisait des grenouilles à merveille6. »

  • 7 Un vase italiote montre toutefois un enfant qui chevauche un bâton. Il n’est malheureusement connu (...)

5Il nous manque aussi toute trace archéologique de la tige de roseau ou du simple bâton que l’enfant enfourchait en s’imaginant chevaucher un coursier rapide, un jeu absent de l’iconographie, mais dont les textes parlent7. Il s’agit toujours de garçons, et parfois de papas qui se prêtent au jeu :

  • 8 Plutarque, Agésilas, 25, 11 (trad. R. Flacelière et E. Chambry, CUF). Voir aussi, du même auteur, A (...)

« Agésilas avait effectivement pour ses enfants une extrême tendresse : on raconte que lorsqu’ils étaient tout petits, il partageait leurs jeux dans la maison, montant comme eux à cheval sur un bâton (kalamon peribainein)8. »

Le jeu traverse les siècles. Les petits Romains s’y adonnent aussi :

« Construire de petites maisons, atteler des souris à un petit chariot, jouer à pair ou impair, monter à cheval sur un long roseau (equitare in harundine longa). » (Horace, Satires, II, 3, 248 [trad. F. Villeneuve, CUF]).

Apprendre en imitant

  • 9 Platon, Les Lois, II, 653d-e : « Tous les êtres jeunes, ou à peu près, sont incapables de tenir en (...)

6L’enfance est indissociable de la notion de jeu défini comme une activité insouciante, adaptée à la nature turbulente des enfants, détachée des contraintes et des enjeux de la vie réelle9. Le terme pais, l’enfant, appartient à la même famille que paizo, je joue, to paignion, l’objet de jeu, au sens large, tandis que paidia désigne le divertissement (Golden 1990, p. 53).

  • 10 Sur les noms et règles de certains jeux, voir par exemple Ovide, Elégie du noyer et Pollux, Onomast (...)

7Plusieurs auteurs anciens ont abordé la question du jeu et des jouets et livré des noms, des usages et des règles10. Quelques traités permettent de connaître les valeurs morales que les jeux devaient aussi inculquer aux enfants. Platon et Aristote livrent un discours normatif sur leur valeur éducative qui traverse toute l’Antiquité. Dans Les Lois, La République et le Politique, le jeu ne doit pas répondre aux besoins affectifs des enfants, mais favoriser le développement de leurs compétences et leur formation de futur citoyen.

8Platon préconise que garçons et filles jouent ensemble jusqu’à l’âge de six ans, puis soient séparés, sans donner de détails sur la nature de leurs occupations communes (Platon, Les Lois, VII, 794c). Il consacre plusieurs passages à l’importance du jeu qui doit permettre aux garçons de faire l’apprentissage d’un futur métier :

« Je déclare que quiconque veut exceller un jour en quoi que ce soit, doit s’appliquer à cet objet dès l’enfance en trouvant à la fois son amusement et son occupation dans tout ce qui s’y rapporte. Par exemple, ceux qui veulent devenir un bon agriculteur ou encore un architecte doivent s’amuser soit à bâtir quelqu’une de ces maisons que construisent les enfants, soit à travailler la terre, et leur éducateur à tous deux doit fournir à chacun et à l’autre de petits outils qui imitent les vrais ; ils doivent faire l’apprentissage de toutes les sciences dont l’étude préalable leur sera nécessaire, comme le charpentier s’exercer à se servir du mètre ou du cordeau, l’homme de guerre à monter à cheval en jouant et ainsi du reste ; et par l’usage des jeux l’on s’efforcera de tourner les goûts et les désirs des enfants vers le but qu’ils doivent avoir atteint à l’âge adulte. » (Platon, Les Lois, I, 643b-d [trad. E. des Places, CUF]).

9On notera que le fils de l’Athénien Strepsiade a aussi six ans quand son père lui achète son premier chariot, tandis que Pindare place à l’âge de six ans les premiers rêves d’exploit du petit Achille jouant à combattre des bêtes fauves avec un vrai javelot, comme il se doit pour un héros (Pindare, Néméennes, III, 43-50). Des talents naturels peuvent se révéler en jouant. Lucien de Samosate (iie s. apr. J.-C.) raconte comment il fut destiné au métier de sculpteur par son père à cause de son goût et de son habileté à façonner des figurines d’animaux et des personnages en cire (Lucien, Le songe, 2).

10Aux vertus de l’imitation s’ajoute l’enseignement de l’observation des règles. Tout jeu doit avoir des consignes dont le respect inculque celui des lois et de la tradition :

  • 11 Platon, La République, IV, 424e-425a (trad. E. Chambry, CUF). Voir aussi Aristote, Politique, VII,1 (...)

« En conséquence, il faut, comme nous le disions en commençant, assujettir dès le début les jeux de nos enfants à une discipline plus rigoureuse, parce que, si le jeu et les enfants échappent à la règle, il est impossible qu’en grandissant les enfants deviennent des hommes de devoir et de vertu solide11. »

  • 12 Cf. les jeux décrits par Hérodote, I, 114.

11À l’inverse, il faut réprouver l’envie d’inventer de nouvelles règles qui témoigne d’un mauvais esprit susceptible de remettre en question l’ordre de la société toute entière (Platon, Les Lois, VII, 793e). Les bons jeux de rôles reproduisent la hiérarchie sociale du monde des adultes12.

12Nous relèverons qu’aucun auteur ne décrit la formation souhaitée pour les filles, mais quelques-uns font référence de manière indirecte à l’importance qu’occupent les jouets dans leur existence, notamment les poupées qui se rapportent à leur futur rôle d’épouse et de mère. Elles inspirent des jeux maternels qu’évoque la poétesse Erinna (fin du ive ou début du iiie s. av. J.-C.) :

  • 13 Erinna, La Quenouille, trad. Collart (P.) – La poétesse Erinna. CRAI, 1944, p. 183-199.

« Devenues fillettes, nous nous attachions dans nos chambres à nos poupées (numphè), semblables à de jeunes mamans, sans l’ombre d’un souci13. »

La fille de Plutarque, âgée de deux ans, se préoccupait de faire allaiter ses jouets :

« Ainsi elle demandait à sa nourrice de présenter et de donner le sein non seulement aux autres enfants, mais encore aux objets personnels et aux jouets (paignia) qu’elle aimait. » (Consolations à sa femme, 2 [trad. J. Hani, CUF]).

Identifier les jouets

  • 14 Les deux tombes de Sindos datent d’environ 510-500 av. J.-C. : Sindos 1985, p. 184-185 nos 295-297 (...)
  • 15 Cf. Ekroth 2003, p. 35-37 ; Luce, à paraître.

13En contexte funéraire, l’identification pose plusieurs problèmes méthodologiques. Les objets doivent en effet répondre à différents critères afin de pouvoir être considérés comme des jouets. Du point de vue ergonomique, leur taille et leur poids devraient en principe correspondre aux compétences d’un enfant qui doit pouvoir les manipuler sans peine. Ce critère n’est cependant pas toujours pertinent. Tout objet miniature n’est pas nécessairement un jouet. Dans la nécropole de Sindos, par exemple, des tombes d’adultes des deux sexes ont livré des modèles réduits d’objets de la vie quotidienne (table, chaise, chariot) dont la fonction est symbolique14. En contexte de sanctuaire, les miniatures ne constituent pas automatiquement des jouets ; ce sont d’ordinaire des substituts moins coûteux de l’objet réel, souvent transposés dans un autre matériau et offerts par des adultes15.

  • 16 À titre d’exemple : Neils, Oakley 2003, cat. 118 et 119, p. 302-303 (Italie du Sud).
  • 17 Sur les trouvailles de céramiques miniatures dans les nécropoles de Métaponte, Apollonia et Corinth (...)
  • 18 Voir aussi la toupie en os, le peigne et le diadème de taille normale.

14Les dînettes constituent un autre exemple ambigu. Des récipients de petite taille sont souvent présents dans les tombes d’enfant16, mais pas exclusivement. Des adultes en possèdent aussi17. Comment déterminer s’il s’agit de jouets ou d’objets de taille réduite à valeur symbolique ? Dans le monde grec, l’usage de dînette est attesté dans la tombe dite de « la fillette d’Érétrie » d’époque hellénistique (vers 325-300 av. J.-C.), conservée au musée du Louvre. Des examens récents ont permis d’observer que les petites assiettes en bois portaient des traces d’utilisation (Hasselin Rous, Huguenot 2010). Plusieurs autres objets miniatures, notamment un lit et une table en plomb, de la vaisselle en terre cuite, deux pyxides et une boîte à fard en bois ainsi qu’un miroir en bronze, complètent ce matériel qui semble désigner l’identité féminine de la personne défunte18.

  • 19 Pausanias, V, 20, 1, dit avoir vu un petit lit d’ivoire à Olympie dans le temple d’Héra, patronne d (...)
  • 20 CIL XI, 1209 ; Degani 1951-1952 ; Barbera 1991, p. 11-33 ; De’ Siena 2009, p. 198-199. Voir aussi l (...)
  • 21 Barbera 1991 (31 objets miniatures comprenant de la vaisselle, du mobilier, mais aussi des bouclier (...)

15L’ensemble d’Érétrie est pour le moment unique19. Les dînettes d’enfants sont par contre bien attestées dans le monde romain. La vaisselle et le mobilier en plomb provenant de la tombe Iulia Graphide à Brescello (en Italie du Nord ; milieu du iie s. apr. J.-C.), morte selon l’inscription à l’âge de 15 ans, 2 mois et 11 jours, constituent un parallèle bien documenté20. La présence d’objets similaires, également en plomb, dans le dépôt votif du temple de Jupiter (ou Vénus) à Anxur (Terracina)21 semble témoigner de l’existence d’une production spécialisée en Italie romaine.

  • 22 Pour Williams 2000, p. 391, les chariots en terre cuite seraient la copie des véritables jouets en (...)
  • 23 Une balle en terre cuite provient du sanctuaire de Perséphone à Locres ; voir dans ce volume l’arti (...)

16Une fois l’objet identifié comme appartenant spécifiquement à la sphère enfantine, comment l’interpréter dans son contexte archéologique ? De quelle réalité témoigne un jouet provenant d’une tombe ? Le dépôt funéraire transforme sa signification en l’isolant de son usage quotidien. Son sens doit être déchiffré en fonction des autres choix opérés parmi les objets personnels du défunt ou achetés pour la circonstance ; ils ne correspondent pas nécessairement à ses préférences, mais se rapportent à l’identité sociale que ses proches souhaitaient conserver. Notre regard sur l’enfant et ses jeux dans l’Antiquité est donc presque toujours médiatisé par celui des adultes. De plus, certains objets n’ont peut-être pas été utilisés de son vivant et ne seraient que des témoins indirects de ses jeux. Le sujet est régulièrement soulevé au sujet des objets en terre cuite : s’agit-il de véritables jouets ou de modèles non fonctionnels à destination funéraire22 ? Si la question est discutée concernant les yoyos en terre cuite provenant de tombes, la découverte de balles en terre cuite en contexte votif pourrait étayer cette hypothèse23.

Les bâtons et chariots à roulettes : des jeux de garçons ?

  • 24 Londres, British Museum, 1910.6-15.4 (Neils, Oakley 2003, p. 239-240, cat. 41). Voir aussi les enfa (...)
  • 25 Le même type est figuré sur les stèles funéraires attiques classiques ; voir, à titre d’exemple, Wo (...)
  • 26 Bellinzona, Museo Civico ; CVA, Ostschweiz Ticino, 1, 40, pl. 232, 30. 1-2.

17En Grèce, le jouet favori des garçons est le chariot à timon, hamax. Sur les vases peints et les stèles funéraires de l’époque classique, il figure comme leur attribut par excellence. Grâce à l’iconographie, principalement attique, on en connaît de différentes sortes. Le modèle le plus simple est composé d’un long bâton se terminant parfois avec une poignée en forme de T, fixé à un axe avec deux roues (fig. 1 ; 440-430 av. J.-C.)24, tiré ou poussé par le garçonnet, en cela très proche, pour ne pas dire identique à celui qu’utilisent les enfants Masaï au Kenya (fig. 2)25. De rares vues de l’objet en perspectives montrent qu’une planchette pouvait relier les deux roues (fig. 3 ; vers 410-400 av. J.-C.)26. Des scènes suggèrent que le jouet était offert à un très jeune âge, comme le montre le chous où l’enfant, assis sur une chaise percée, s’amuse à agiter un hochet (fig. 1).

Fig. 1. Chous attique (H. 11 cm)

Fig. 1. Chous attique (H. 11 cm)

Londres, British Museum, 1910.615-4

(© Trustees of the British Museum).

  • 27 Bâton à roulette se terminant en tête de cheval, Mexico, vers 1980 (Londres, British Museum Am1990, (...)

18On notera qu’aucun bâton à roulettes ne se termine en tête de cheval comme les jouets à roulettes modernes27. Si les textes suggèrent que l’imagination de l’enfant a pu transformer son bâton en monture fictive, les imagiers n’ont pas choisi d’évoquer cette métamorphose de l’objet.

  • 28 Enfant tiré par d’autres enfants : Bruxelles, Musée Royaux d’Art et d’Histoire, A 2319 (van Hoorn 1 (...)
  • 29 Tiré par des animaux : Boston, Museum of Fine Arts 95.51 (van Hoorn 1951, cat. 366, fig. 130), chie (...)
  • 30 Athènes, Musée National 1267 (van Hoorn 1951, cat. 37 ; Green 1971, pl. 33b).
  • 31 Autres fillettes avec bâton à roulettes : Munich, Antikensammlungen 3148 (van Hoorn 1951, cat. 708, (...)
  • 32 Sur les lécythes à fond blanc, cependant, les types sont plus élaborés, avec une plateforme ou un s (...)

19Les types plus élaborés de chariots, attestés en Grèce uniquement dans la peinture de vase, possèdent une plateforme ou une caisse assez grande pour y placer un objet ou un animal, voire un petit siège pour y transporter un camarade de jeu28. Les garçons plus grands y sont tirés par d’autres enfants ou un véritable attelage avec des animaux (chiens, oiseau, chèvres, biche…)29. Ces jeux de simulacre n’étaient pas réservés exclusivement aux garçons. En Grèce, des filles aussi ont tiré des jouets à roulettes et conduit des chariots, comme le montrent quelques choés (fig. 4 ; fin ve s. av. J.-C.)30 et une terre cuite corinthienne31. On notera cependant que le chariot devient l’attribut exclusif des garçons dans les représentations funéraires qui ne montrent que le modèle simplifié du bâton à roulettes32.

Fig. 2. Enfant Masaï, Kenya

Fig. 2. Enfant Masaï, Kenya

(photo Yvette Morizot [2008]).

Fig. 3. Chous attique (H. 6,7 cm)

Fig. 3. Chous attique (H. 6,7 cm)

Bellinzona, Museo Civico

(CVA, Ostschweiz Ticino, 1, pl. 232, 30. 1-2).

Fig. 4. Chous (H. 8,7 cm)

Fig. 4. Chous (H. 8,7 cm)

Athènes, Musée National 1267

(dessin V. Dasen).

20La similarité de ces modèles suggère l’existence d’un artisanat spécialisé dans l’Athènes du ve s. Dans Les Nuées d’Aristophane, Strepsiade s’arrête ainsi chez un marchand pour acheter un hamax à son fils lors des Diasies, la grande fête athénienne de fin d’année en l’honneur de Zeus Meilichios. Il répond aux souhaits du petit qui semble avoir été insistant :

  • 33 Aristophane, Les Nuées, 861-864 (trad. H. van Daele CUF).

« Moi aussi, il m’en souvient, quand tu avais six ans et que tu balbutiais, je t’ai obéi. La première obole que je reçus comme héliaste, je l’employai à t’acheter, aux Diasies, un petit chariot33. »

  • 34 Sur les choés, voir en dernier lieu Neils, Oakley 2003, p. 145‑147 ; Crelier 2008, p. 152-168.

21Les enfants devaient en recevoir à d’autres occasions, comme lors de la fête athénienne des Anthestéries en l’honneur de Dionysos. Les rites qui se déroulaient pendant la fête agrégeaient à la cité les enfants âgés d’environ trois ans. Les garçons, et peut-être aussi les filles, recevaient des choés miniatures pour boire avec les adultes le vin nouveau ouvert le deuxième jour de la fête. L’iconographie de ces petits vases livre de nombreuses scènes de jeux qui se déroulent souvent dans un cadre à connotation dionysiaque34.

  • 35 Vokotopoulou 1973, p. 221-222, fig. 14 et 15 (124 x 62 cm) ; Rühfel 1984, p. 117, fig. 47b ; Neils, (...)
  • 36 Sindos 1985, p. 184-185 et 240-241. Voir aussi les chariots en fer de la nécropole d’Aiani : Karami (...)
  • 37 Cf. le modèle de char de Vari entouré de pleureuses (première moitié du viie s. av. J.-C.) : Athène (...)

22À quoi ressemble la réalité matérielle du bâton ou chariot à roulettes ? Compagnon familier de l’enfant, l’a-t-il suivi dans la mort ? Probablement en bois, aucun ne nous est parvenu, mais des exemplaires en métal ont été conservés. Il s’agit de modèles miniatures de charrette ou chariot en fer ou en bronze dont l’interprétation prête toutefois à discussion. Un exemplaire en bronze et en fer, illustré dans tous les livres sur les jouets, provient effectivement d’une tombe à ciste d’enfant à Michalitsi dans la région de Prévéza (Épire) (fig. 5 ; ve-ive s. av. J.-C.)35. Les parallèles cités proviennent tous de Grèce du Nord. À Sindos, dans la région de Thessalonique (fin du vie s. av. J.-C.), charrettes et chariots miniatures, avec deux ou quatre roues, sont associés à du mobilier miniature en bronze ou en fer dans des tombes d’adultes des deux sexes36. Le véhicule pourrait avoir une signification funéraire en relation avec le rite de l’ekphora ou se rapporter aux travaux agricoles37. À Michalitsi, la taille et le matériel de la tombe peuvent laisser supposer qu’il s’agit d’un jouet, mais on ne saurait exclure une autre interprétation. Il faudrait pouvoir vérifier si ce type d’objet se retrouve aussi dans des tombes d’adultes dans le contexte élargi de cette nécropole. Les objets qui composent le matériel funéraire, notamment quatre terres cuites d’animaux (cheval, coq, cerf, lion) et une pyxide, ne permettent pas de définir l’identité sexuée de l’enfant.

Fig. 5. Nécropole de Michalitsi, tombe avec chariot (L. 24 cm)

Fig. 5. Nécropole de Michalitsi, tombe avec chariot (L. 24 cm)

(Vokotopoulou 1973, p. 223, fig. 14)

Les animaux à roulettes

  • 38 La mule est conduite par un homme qui la chevauche (Guggisberg 1996, p. 81, cat. 254, pl. 19, 2 voi (...)

23La problématique se complique avec les animaux à roulettes qui constituent un groupe à part et posent des problèmes méthodologiques spécifiques. Le seul corpus réuni se compose de terres cuites de la fin de l’âge du bronze et de l’époque géométrique (xe-viiie s. av. J.-C.). Martin Guggisberg a répertorié 683 exemplaires d’animaux en terre cuite, principalement des récipients, dont environ une dizaine d’animaux à roulettes. Alors que les askoi zoomorphes sont composés d’une grande variété d’espèces animales (bœuf, cheval, cerf, mouton, chèvre, cochon, chien, hérisson, poisson, serpent, oiseau et quelques créatures hybrides), la typologie se réduit quand l’objet devient mobile. Les animaux à roulettes sont des équidés et principalement des chevaux. Plusieurs équidés transportent des amphores (deux, quatre, cinq ou six) dont le fond communique avec le corps de l’animal (fig. 6 ; deuxième moitié du viiie s. av. J.-C.)38.

  • 39 Guggisberg 1996, p. 295, tableau 21. Voir le cheval (H. 10, 6 cm) d’une tombe d’enfant d’Athènes, t (...)
  • 40 Nécropole de l’Eridanos, tombe d’enfant (L. 29 cm) : Guggisberg 1996, cat. 225, pl. 16, 4 (avec 4 a (...)
  • 41 Guggisberg 1996, cat. 119, pl. 9, 1 (Tirynthe, ville basse).
  • 42 Zurich, coll. Mildenberg M 73 (L. 19, 1, H. 20,2 cm) : Guggisberg 1996, cat. 253, pl. 19, 1 ; Neils (...)

24Quels sont les arguments en faveur de jouets ? Les objets sont techniquement fonctionnels : les pattes sont percées de trous par lesquels passe l’essieu des roues, et le museau, quand il est conservé, est troué pour permettre le passage d’une ficelle servant à tirer l’animal. Certains exemplaires proviennent de tombes d’enfants, mais aussi de tombes féminines, comme d’ailleurs la majorité des askoi zoomorphes39 ; le cheval de la nécropole de l’Eridanos semble porter des traces de réparation (trous d’agrafe pour la queue et patte arrière brisée)40, et quelques exemplaires proviennent de contextes domestiques41. Tous, cependant, n’ont pas le museau troué42.

  • 43 Lièvre posé sur un chariot : chous, Tübingen, Eberhard-Karls-Univ., Arch. Inst. E 129 (Rühfel 1984b (...)

25S’il s’agit de jouets, les compagnons familiers des jeunes enfants sont curieusement invisibles (chien, oiseau, lièvre…). Une autre absence nous interpelle : aux époques plus récentes, alors qu’abondent les images d’enfants avec des bâtons à roue, des chariots ou des animaux réels, parfois véhiculés sur un chariot, comme le lièvre d’un chous conservé à Tübingen43, aucune ne montre un enfant tirant un animal à roulettes. L’imagier préférait-il montrer l’animal vivant plutôt que son substitut ?

  • 44 Yalouris 1950, p. 74-75 ; Guggisberg 1996, p. 346. Voir aussi Sparkes 1971.
  • 45 Londres, British Museum GR 1972.2-4.4 (coll. Elgin, probablement d’Athènes) : Sarian 1969, p. 668-6 (...)
  • 46 Deubner (L.) – Attische Feste. Berlin, Heinrich Keller, 1932, p. 102, pl. 11,1 et 14, 1 (Dionysos)  (...)
  • 47 Trépied à roulettes (H. 91 cm) ; Benton (S.) – Excavations in Ithaca, III. ABSA, 35, 1935, 58-59 n° (...)
  • 48 Mirabilia 15 : Keller (O.) éd. – Rerum naturalium scriptores graeci minores, I. Leipzig 1877 ; voir (...)

26L’absence des animaux à roulettes dans l’iconographie nous invite à la prudence. Une série d’éléments éloignent les équidés sur roues de la sphère enfantine. L’objet ne pourrait-il pas reproduire des offrandes véhiculées en procession, comme l’ont proposé N. Yalouris, puis M. Guggisberg44 ? Il ne s’agirait donc pas de l’évocation miniaturisée du cheval de Troie à des fins ludiques, même si le récit de la ruse d’Ulysse a dû certainement fasciner de nombreuses générations d’enfants. Les roues et la mobilité ne sont pas nécessairement synonymes de jeu. N. Yalouris a montré que le cheval légendaire sur roues s’inscrit dans la tradition des offrandes transportées sur des chars. Des groupes plus élaborés font référence à des processions. Quatre petits chevaux sont ainsi posés sur une plateforme à roues surmontée d’une caisse où se trouvait un personnage aujourd’hui disparu45. On connaît le bateau sur roues transportant le péplos d’Athéna, tiré lors des Grandes Panathénées, ainsi que celui qui véhiculait Dionysos lors des Anthestéries ou des Grandes Dionysies46. Des offrandes peuvent aussi être munies de roues, comme les trépieds à roulettes de l’époque géométrique47. Les Mirabilia attribués à Antigone de Carystos (iiie s. av. J.-C.) rapportent que les habitants de la cité de Krannon en Thessalie conservaient un char en bronze qui était sorti lors de sécheresses et déplacé afin de faire venir la pluie ; le monnayage de la cité (ive s. av. J.-C.) pourrait le représenter, chargé d’une amphore entourée d’un ou deux oiseaux48.

  • 49 Guggisberg 1996, cat. 214, pl. 15, 5 (fragment de l’arrière-train et fragment de base percé de trou (...)
  • 50 Pausanias, I, 23, 8. La base inscrite a été retrouvée sur l’Acropole : IG I3, 895 (consacré par Cha (...)
  • 51 Guggisberg 1996, p. 94, cat. 290.

27Des fragments de chevaux à roulettes géométriques proviennent de l’Acropole49 où, quelques siècles plus tard, le sculpteur Strongylion aurait réalisé une statue en bronze du cheval de Troie (vers 414 av. J.-C.)50. La taille de certains exemplaires n’est d’ailleurs pas compatible avec un jeu d’enfant ; un cheval d’un mètre de long, également monté sur roues, provient de l’hérôon de Lefkandi51.

  • 52 Chr. Kontochristos, in Parlama, Stampolidis, 2000, p. 79, cat. 53, avec parallèles. Les chevaux, en (...)
  • 53 Andres 2000, p. 132-133, cat. 90-91 (colombes, d’Italie du Sud, ive s. av. J.-C. ?) ; p. 203, cat. (...)
  • 54 Jean Chrysostome, In Joannem Homilia 81, Patrologia Graeca 59, col. 440 : « Ils (oi paides oi mikro (...)

28Les animaux à roulettes disparaissent à la fin de l’époque géométrique. Une nouvelle production s’amorce au ive s. av. J.-C., principalement en Italie du Sud. Le sens et la fonction des objets semblent alors différer, même si la forme est inchangée. Les trouvailles restent rares et essentiellement funéraires. Le cheval (fig. 7), parfois avec son cavalier52 est le type favori, mais une plus grande variété d’espèces est représentée : buffle, oiseau, lion53. Aucune représentation figurée du jeu n’est connue, mais quelques textes en parlent. Jean Chrysostome (ive s. apr. J.-C.) évoque le goût des enfants pour les chevaux, mules et chariots en argile54. La sélection des coroplathes reste à expliquer, comme l’absence de chiens, lièvres, coqs, tortues et autres animaux proches des enfants.

Fig. 6. Terre cuite (H. 19 cm, L. 28 cm)

Fig. 6. Terre cuite (H. 19 cm, L. 28 cm)

Londres, British Museum 1921.11-29.2

(© Trustees of the British Museum).

Enfance et animalité

29Une prudence similaire est de mise pour les petits animaux en terre cuite, sans roulettes cette fois, dont la signification est polysémique. Sans développer le sujet qui engage de plus larges questionnements, il faut relever que ces miniatures sont d’ordinaire trop rapidement classées dans la catégorie des jouets.

  • 55 À titre d’exemple voir Woysch-Méautis 1982. Elle est très présente dans le discours biologique des (...)
  • 56 Huysecom 2003, spéc. p. 96 (tableau récapitulatif).

30La proximité de l’enfance et de l’animalité a été souvent soulignée55. Expliquerait-elle la présence des substituts en terre cuite de leurs compagnons en contexte funéraire ? La réponse ne saurait se réduire à un seul type d’explication. La gamme des animaux en terre cuite déposés dans les tombes est très large. L’inventaire établi pour les époques archaïque et classique par Stéphanie Huysecom56 comprend les animaux utilitaires de la ferme (lapin, canard, porcelet, chèvre, bélier, âne, bœuf, cheval…), de compagnie (chien, oiseau, tortue, singe) ou de sacrifice (taureau, bélier, cochon, coq), ainsi que ceux qui pourraient se rapporter à la chasse (lion, cerf, sanglier…).

Fig. 7. Terre cuite (H. 10,7 cm, L. 18,8 cm) du puits M 2535

Fig. 7. Terre cuite (H. 10,7 cm, L. 18,8 cm) du puits M 2535

(Parlama, Stampolidis 2000, p. 79, cat 53).

  • 57 Huysecom 2003, p. 97-101.

31On peut trouver des correspondances métaphoriques entres les qualités de l’enfance et celles des animaux, qui pourraient rendre compte de leurs associations (la capacité d’apprentissage du singe, la délicatesse des oiseaux, le dressage du poulain…)57. Leur présence n’est cependant pas spécifique aux tombes d’enfants, même s’ils y sont relativement plus nombreux. Pour aller plus avant, ces animaux devraient être replacés dans les ensembles qu’ils composent pour être interprétés, et peu de nécropoles ont déjà été analysées sous cet angle.

La poupée

  • 58 Dörig 1958 ; Reilly 1997 ; Langdon 2008, p. 126-129 ; Schwarzmaier 2006 ; Papaikonomou 2008.
  • 59 En latin, pupa désigne aussi bien la fillette que sa poupée. Cf. Bettini 1999, p. 213-227.

32Nous rappellerons brièvement combien notre compréhension de la poupée grecque s’est approfondie ces dernières années. Toute une génération de chercheurs provenant d’horizons différents est arrivée aux mêmes conclusions, en se distançant de notre conception moderne58. Les termes qui désignent cette catégorie d’objets révèlent leur association étroite avec la vie religieuse des filles : korè et numphè signifient à la fois la poupée, la jeune fille (et plus précisément l’épousée, numphè) ainsi que les figurines féminines déposées en offrandes dans les sanctuaires. Plangon, la poupée en cire, est aussi un nom propre de fille59. Cette ambiguïté traduit l’intimité de la fillette avec une poupée qui n’est pas un véritable jouet mais un double qui inspire à l’enfant le désir de grandir et de devenir une femme accomplie. Si le terme de poupée peut être conservé, il a perdu un sens exclusivement profane et intègre une dimension religieuse.

  • 60 Janssen 1996 ; Pitarakis 2006, p. 242-250.
  • 61 Ces différents types, « debout », « tronqué », « assis », sont représentés sur les stèles funéraire (...)

33Une grande variété de poupées nous est parvenue de l’Antiquité. Les plus modestes, en tissu de lin, bourrées de chiffons et de feuilles de papyrus, se sont conservées dans le climat sec de l’Égypte romaine et copte60. En Grèce, le modèle le plus répandu de poupées, en terre cuite, est produit en série dès le début du ve s. av. J.-C. dans des ateliers corinthiens et béotiens. Elles ont des membres articulés et tiennent souvent dans les mains des crotales ou des tambourins qui évoquent le service religieux des jeunes filles ; le sommet de leur tête, souvent coiffé d’un pôlos, est troué afin de permettre de les suspendre. Leur succèdent des modèles attiques, plus raffinés, issus de moules bivalves, des figurines aux membres tronqués et des figurines aux bras articulés assises où la limite entre poupée et figurine de divinité se brouille61. Quels que soient le matériau et la période, le type de la poupée antique reproduit toujours le corps d’une femme adulte, aux seins, hanches et sexe bien marqués.

Fig. 8a-b. Nécropole de Michalitsi, tombe avec poupée et biberon

Fig. 8a-b. Nécropole de Michalitsi, tombe avec poupée et biberon

(Vokotopoulou 1973, p. 223, fig. 14).

34Leur fonction a longtemps été débattue. S’agit-il de véritables jouets ou d’objets à destination religieuse, offerts à l’enfant pour être consacrés à une divinité à la veille du mariage ? Ou ont-elles eu successivement les deux fonctions ? Les poses et les accessoires des « poupées » antiques suggèrent qu’elles servaient aussi à instruire la fillette. Les unes jouent des crotales comme une participante aux fêtes religieuses, d’autres trônent comme une fiancée le jour de ses épousailles (Dasen 2010, p. 25-30, fig. 8). Plus important, en Grèce comme à Rome leur aspect sexué familiarise les fillettes avec les transformations de leur corps et les aide à grandir afin d’atteindre l’hébè, ce moment suspendu où la fille atteint « la fleur de l’âge », le sommet de sa beauté qui la rend bonne à marier (Pirenne-Delforge 2010).

  • 62 Dasen 2010, p. 26 (à titre d’exemple voir Aphrodite à Naxos, Déméter à Morgantina, Thasos et Corint (...)
  • 63 Sur les poupées sur les stèles, voir Cavalier 1988 et Schwarzmeier 2006. Sur la stèle du musée Calv (...)

35Cette fonction est confirmée par la trouvaille d’exemplaires fabriqués en série, ainsi que de moules, dans les sanctuaires de divinités protectrices des passages de la vie féminine, en particulier du mariage62. Leur fonction religieuse explique leur absence des scènes de la vie quotidienne ; dans l’iconographie, elles n’apparaissent qu’en contexte funéraire, quand le rite n’a pas été accompli en raison du décès prématuré de la jeune fille63.

  • 64 Papaikonomou, 2008, p. 692-696, fig. 9-10 (vers 400-375 d’après le matériel céramique). Sur la ques (...)
  • 65 Vokotopoulou 1973-1974, p. 221-222, fig. 11-13 (taille de la tombe : 98 x 48 cm).
  • 66 Papaikonomou 2008, p. 687-688, fig. 6-7 et p. 691-692 (sépulture à enchytrisme de la fin du ive s.)
  • 67 Sur les Apatouries, Dasen 2011b, p. 6 avec bibliographie.

36Le matériel funéraire pourrait nous permettre de préciser le moment et les circonstances de leur don, qui n’ont pas été abordés jusqu’ici. Quelques individus très jeunes ont été découverts avec une poupée, tous âgés de deux ou trois ans à peine. Un biberon, évoquant peut-être la période du sevrage ou les soins du tout petit, était associé à l’enfant d’une tombe à ciste d’Ampurias64 ainsi qu’à l’enfant d’une autre tombe à ciste de Michalitsi (Épire), sans doute une fille comme le suggère son bracelet en argent en forme de serpents (fig. 8)65. La troisième, d’une sépulture à enchytrisme d’Abdère, portait un collier d’amulettes66. Le jeune âge de ces enfants peut surprendre. Pourrait-il correspondre à une circonstance particulière de la vie ? Il s’agit peut-être du moment où l’identité sexuée de la fille reçoit une reconnaissance sociale. Le cadeau a pu se faire lors d’une première fête d’introduction dans la communauté. À Athènes, la fête des Apatouries marquait la présentation de l’enfant par le père à la phratrie ; il était âgé d’un à trois ans selon les auteurs67. À l’âge de trois ans, les Anthesthéries marquaient aussi une première participation active dans la vie religieuse de la communauté. Des fêtes similaires avaient lieu dans les autres régions du monde grec.

  • 68 Argyriadi 1991, p. 23-24, fig. 14 et fig. 59-60, qui précise qu’elle aurait été offerte vers l’âge (...)

37Cette coutume rappelle celle de la poupée Koutsouna de l’époque moderne (xvie-xixe s.), offerte par la marraine, et qui faisait partie de la dot de la jeune fille68. Vêtue en mariée, elle portait parfois des pièces de monnaies cousues en amulettes (fig. 9). Sous ses vêtements, les seins ont des mamelons en relief afin de familiariser très tôt la fillette avec sa fonction maternelle (Argyriadi 1991, p. 23, fig. 14).

  • 69 Cf. les « Aphrodites orientales » de Myrina (iie s. av. J.-C.) au ventre rempli d’un bébé qui se ra (...)
  • 70 Cf. Perse, Satires, II, 70 sur l’offrande à Vénus d’une pupa à la veille du mariage.

38De manière similaire, en Grèce ancienne déjà la poupée a pu être offerte très tôt, au premier anniversaire déjà, ou lors d’une fête, vers deux ou trois ans. La poupée représenterait le double de la jeune fille ; elle était associée à un apprentissage, non de la sexualité, mais d’un devenir de femme, de la maternité et de la procréation69. Le bon état de conservation des poupées démontre qu’elles furent manipulées avec soin, sous le contrôle d’adultes, afin de durer jusqu’au moment de leur don lors des fêtes de mariage70.

Fig. 9. Poupée Koutsouna (H. 22 cm)

Fig. 9. Poupée Koutsouna (H. 22 cm)

(Argyriadi 1991, fig. 60).

  • 71 Les poupées masculines sont visibles dans les nouvelles vitrines du musée de Brauron. Un couple pou (...)

39La présence d’une forme masculine de la poupée articulée assise, trouvée en nombre au sanctuaire d’Artémis à Brauron, suggère l’existence d’un rite effectué par les jeunes gens ; le corps androgyne des garçons, qui semble être obtenu à partir du même moule que les filles, correspond bien au moment de passage qui doit s’opérer sous le patronage d’Artémis71.

Fig. 10. Lin bourré de papyrus (H. 13 cm)

Fig. 10. Lin bourré de papyrus (H. 13 cm)

Londres, Petrie Museum, UC 28024

(Janssen 1996, p. 232, fig. 1).

  • 72 Janssen 1996. Le même accent est mis sur les exemplaires de l’époque copte et fatimide : Pitarakis (...)

40Où sont les poupées bébés ? S’agirait-il d’une invention du xixe s. (Girveau, Charles 2011, p. 164-193) ? Les poupées retrouvées en Égypte ne représentent pas de bébés, mais sont au contraire très sexuées. Les exemplaires en lin bourrés de feuilles de papyrus, publiés par Rosalind Janssen, proviennent de tombes d’enfants d’Hawara et s’échelonnent du ier au ive s. apr. J.-C. Toutes les poupées insistent sur la séduction physique72. La plus ancienne de la série, découverte par Petrie en 1888, date du Ier s. apr. J.-C. ; elle a de grands yeux peints en noir, un collier, des seins en relief marqués par des points rouges (Janssen 1996, p. 234, fig. 4). Une autre poupée, plus récente (fig. 10 ; ive s. apr. J.-C.), possédait une garde-robe avec un nécessaire composé d’un miroir miniature rangé dans une boîte, d’un panier avec un couvercle, d’un fuseau en verre et d’un lot de cinq petits flacons en verre. Les bras, fixés par des tenons au torse, étaient articulés. Ses vêtements, cousus à grands points de manière sommaire, pourraient avoir été fabriqués par sa détentrice. Son abondante chevelure est ornée d’une tresse. Les lèvres, le bout des seins, le nombril et le pubis sont brodés avec de la laine rouge qui souligne ces parties du corps (Janssen 1996, p. 231-232). Autant de détails qui renvoient à une manière de familiariser les jeunes filles aux transformations de leur corps, vers un apprentissage de la procréation et de la maternité, mais pas de la sexualité.

  • 73 Degen 1997 ; De’ Siena 2009, p. 53-58 et 192-197.

41Les luxueuses poupées romaines en ivoire et en ambre, très élégantes, représentaient aussi une valeur, offertes à la divinité au moment du mariage afin de se concilier leur bienveillance73.

  • 74 Michael Psellos, Philosophica minora, éd. D. J. O’Meara, II. Leipzig, Teubner, 1989, texte n° 19, p (...)

42La poupée constituerait-elle enfin l’objet apte à désigner sans ambiguïté le sexe de la personne défunte ? Une anecdote rapportée par un auteur de l’époque byzantine, Michel Psellos (xie s. apr. J.-C.), révèle combien cet espoir est trompeur. Dans son récit, la poupée (numphè) utilisée est en tissu, mais l’acteur principal est un garçon atypique qui attire l’attention du philosophe par son hydrocéphalie et son comportement féminin74 :

« Car il a pris en haine les appartements des hommes et les gymnases, les chasses et les lieux de réunion de la jeunesse ; il ne souhaite pas jouer à la balle avec les autres, ni jouer aux dés, ni participer à des efforts qui font transpirer. Ainsi, il aime faire tourner le fuseau et le tissage ne l’attire pas moins. Et lorsqu’il s’agit de jouer, il ne prend aucun plaisir aux astragales, ne joue pas au cottabe, méprise la table de jeux et rechigne à s’amuser avec la toupie ; et lancer des noix sur une cible ne lui plaît pas. Avec des figurines et des objets ressemblants, il fabrique une chambre nuptiale, il représente un jeune marié (numphios) et couche aux côtés de celui-ci une jeune épouse (numphè). Et ayant rempli le ventre de la statuette de la jeune fille avec du rembourrage, il imagine qu’elle est enceinte, et là-dessus, les douleurs de l’accouchement, l’enfantement, la sage-femme et son salaire. » (trad. Chr. Zubler)

43Un texte qui révèle combien le désir de s’approprier cette expérience en la jouant était fort, et qui nous amène à reconsidérer ce que l’on pouvait bien faire aussi avec une poupée garçon…

Bibliographie

Andres 2000: ANDRES (M.) – Die Antikensammlung. Griechische, römische, altorientalische Puppen und Verwandtes. Hanau, Hessisches Puppenmuseum, 2000.

Andrianou 2007: ANDRIANOU (D.) – A World in Miniature: Greek Hellenistic Miniature Furniture in Context. Babesch, 82, 2007, p. 41-50.

Argyriadi 1991: ARGYRIADI (M.) – Dolls in Greek Life and Art from Antiquity to the Present Day. Athènes, Lucy Braggiotti Publications, 1991.

Barbera 1991: BARBERA (M.) – I crepundia di Terracina: analisi e interpretazione di un dono. Bollettino di Archeologia, 10, 1991, p. 11-33.

Bettini 1999: BETTINI (M.) – The portrait of the lover. Berkeley, University of California Press, 1999.

Boardman et al. 2004: BOARDMAN (J.) et al. Greek Dedications. In: ThesCRA IV, p. 269-318.

Cavalier 1988 : CAVALIER (O.) – Une stèle classique au Musée Calvet d’Avignon. Recherches sur un motif iconographique. Revue du Louvre, 1988, p. 285-293.

Chambliss 1982: CHAMBLISS (J. J.) – Aristotle’s Conception of Childhood and the Poliscraft. Educational Studies, 13, 1982, p. 33-43.

Crelier 2008: CRELIER (M.-C.) – Kinder in Athen im gesellschaftlichen Wandel des 5. Jahrhunderts v. Chr. ; eine archäologische Annäherung. Remshalden, Greiner, 2008.

Dasen 2004 : DASEN (V.) – Femmes à tiroirs. In : Dasen (V.) éd., Naissance et petite enfance dans l’Antiquité. Actes du colloque de Fribourg, 28 nov.-1er déc. 2001. Fribourg, Academic Press et Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2004, p. 127-144.

Dasen 2008: DASEN (V.) – ‘All Children are Dwarfs’. Medical Discourse and Iconography of Children’s Bodies. Oxford Journal of Archaeology, 27, 2008, p. 49-62.

Dasen 2010 : DASEN (V.) – Archéologie funéraire et histoire de l’enfance dans l’Antiquité : nouveaux enjeux, nouvelles perspectives. In : EMA I, p. 19-44.

Dasen 2011a : DASEN (V.) – De la Grèce à Rome : Des jouets pour grandir ? In : Girveau, Charles 2011, p. 53-59.

Dasen 2011b : DASEN (V.) – Naissance et petite enfance dans le monde grec. In : ThesCRA VI, p. 1-8.

Degani 1951-1952 : DEGANI (M.) – I giocattoli di Giulia Grande, fanciulla brescellese. Bullettino della Commissione archeologica comunale di Roma, 74, 1951-1952, p. 15-19.

Degen 1997: DEGEN (R.) – Römische Puppen aus Octodurus/Martigny VS. Gliederpuppen der römischen Antike. Helvetia Antiqua, 109, 1997, p. 15-38.

Delamard, Mariaud 2007 : DELAMARD (J.), MARIAUD (O.) – Le silence des tombes ? Masculin et féminin en Grèce géométrique et archaïque d’après la documentation archéologique funéraire. In : Sebillote Cuchet (V.), Ernoult (N.) dir., Problèmes du genre en Grèce ancienne. Paris, Publications de la Sorbonne, p. 65-81.

De’ Siena 2009 : DE’ SIENA (S.) – Il gioco e i giocattoli nel mondo classico. Modène, Mucchi Editore, 2009.

Deubner 1930 : DEUBNER (L.) – Spiele und Spielzeug der Griechen. Die Antike, 6, 1930, p. 162-177.

Dörig 1958: DÖRIG (J.) – Von griechischen Puppen. Antike Kunst, 1, 1958, p. 41-52.

Ekroth 2003: EKROTH (G.) – Small Pots, Poor People? The Use and Function of Miniature Pottery as Votive offerings in Archaic Sanctuaries in the Argolid and the Corinthia. In: Schmaltz (B.), Söldner (M.) dir., Griechische Keramik im kulturellen Kontext. Akten des Internationalen Vasen-Symposions in Kiel vom 24.-28.9.2001. Münster, Scriptorium, 2003, p. 35-37.

Elderkin 1930: ELDERKIN (K. Mc K.) – Jointed dolls in Antiquity. AJA, 34, 1930, p. 455-479.

Fittà 1997: FITTÀ (M.) – Giochi e giocattoli nell’antichità, Milan, Leonardo Arte, 1997.

Girveau, Charles 2011 : GIRVEAU (B.), CHARLES (D.) dir. – Des jouets et des hommes. Paris, RMN, 2011.

Golden 1990: GOLDEN (M.) – Children and Childhood in Classical Athens. Baltimore et Londres, The Johns Hopkins University Press, 1990.

Green 1971: GREEN (J. R.) – Choes of the Later Fifth Century. ABSA, 66, 1971, p. 189-228.

Guggisberg 1996: GUGGISBERG (M.) – Frühgriechische Tierkeramik. Zur Entwicklung und Bedeutung der Tiergefäße und der hohlen Tierfiguren in der späten Bronze- und frühen Eisenzeit (ca. 1600-700 v. Chr.). Mayence, Ph. von Zabern, 1996.

Hasselin Rous, Huguenot 2010 : HASSELIN ROUS (I.), HUGUENOT (C.) – D’Erétrie au Musée du Louvre : sur les traces d’une tombe de fillette. In : Martin Pruvot (Ch.), Reber (K.), Theurillat (Th.) dir., Cité sous terre : des archéologues suisses explorent la cité grecque d’Erétrie. Bâle, Gollion, Infolio, p. 273-277.

Hemelryk 1992: HEMELRYK (J.M.) – Le jeu. In : Vanhove (V.) dir., Le sport dans la Grèce antique : du jeu à la compétition. Bruxelles, Palais des Beaux-Arts, 1992, p. 19-33.

Huysecom 2003 : HUYSECOM (S.) – Terres cuites animales dans les nécropoles grecques archaïques et classiques du bassin méditerranéen. Anthropozoologica, 38, 2003, p. 91-103.

Janssen 1996: JANSSEN (R. M.) – Soft Toys from Egypt. In: Bailey (D. M.) éd., Archaeological Research in Roman Egypt: The Proceedings of the seventeenth Classical Colloquium of the Department of Greek and Roman Antiquities, British Museum, held on 1-4 December, 1993. Ann Arbor MI, 1996 (JRA Supplementary series n° 19), p. 231-239.

Jouer dans l’Antiquité 1991 : Jouer dans l’Antiquité. Musée d’archéologie méditerranéenne, Centre de la Vieille Charité, 22 novembre 1991-16 février 1992. Catalogue de l’exposition. Musées de Marseille, 1991.

Kurtz, Boardman 1985: KURTZ (D.C.), BOARDMAN (J.) – Thanatos. Tod und Jenseits bei den Griechen. Mayence, Ph. von Zabern, 1985.

Langdon 2008: LANGDON (S.) – Art and Identity in Dark Age Greece, 1100-700 B.C.E. Cambridge University Press, 2008.

Luce, à paraître: LUCE (J.-M.) – From Miniature Objects to Giant Ones: the Process of Defunctionalisation in Sanctuaries and Graves in Iron Age Greece. In: The Gods of Small Things, Conference in the Ure Museum University of Reading, 21-22 Septembre 2009. À paraître.

Mercando 1965-1966: MERCANDO (L.) – ‘Il ‘larario puerile’ del Museo Oliveriano di Pesaro. Studia Oliveriana, 13-14, 1965-1966, p. 129-150.

Neils, Oakley 2003: NEILS (J.), OAKLEY (J.H.) – Coming of Age in Ancient Greece: Images of Childhood from the Classical Past. New Haven, Yale University Press, 2003.

Oakley 2004: OAKLEY (J.H.) – Picturing Death in Classical Athens: the Evidence of the White Lekythoi. Cambridge University Press, 2004.

Papaikonomou 2006 : PAPAIKONOMOU (I.-D.) – L’interprétation des « jouets » trouvés dans les tombes des enfants d’Abdère. In : Guimier-Sorbets (A.-M.), Hatzopoulos (M.B.), Morizot (Y.), Rois, cités, nécropoles : institutions, rites et monuments en Macédoine. Actes des colloques de Nanterre (décembre 2002) et d’Athènes (janvier 2004). Paris, De Boccard, 2006, p. 239-249.

Papaikonomou 2008 : PAPAIKONOMOU (I.-D.) – Enfance et identité sexuée dans les cités grecques. In : Gusi (F.), Muriel (S.), Olària (C.) dir., Nasciturus : infans, puerulus, vobis mater terra. La muerte en la infancia. Castellon, Servei d’Investigacions Arquelògiques i Prehistòriques, 2008, p. 673-700.

Parlama, Stampolidis 2000: PARLAMA (L.), STAMPOLIDIS (N. Chr.) dir. – Athens: The City beneath the City. Antiquities from the Metropolitan Railway Excavations. Athènes, Ministère de la culture, 2000.

Pirenne-Delforge 2010 : PIRENNE-DELFORGE (V.) – Nourricières d’immortalité : Déméter, Héra et autres déesses en pays grec. Paedagogica Historica, 46/6, 2010, p. 685-697.

Pitarakis 2009: PITARAKIS (B.) – The Material Culture of Childhood in Byzantium. In: Papaconstantinou (A.), Talbot (A.-M.) éds., Becoming Byzantine. Children and Childhood in Byzantium. Washington D.C., Dumbarton Oaks Research Library and Collection, 2009, p. 167-251.

Polignac 2007 : POLIGNAC (Fr. de) – Sexe et genre dans les rites funéraires grecs : quelques aperçus. In : Baray (L.), Brun (P.), Testart (A.) dir., Pratiques funéraires et sociétés. Nouvelles approches en archéologie et en anthropologie sociale. Éditions universitaires de Dijon, 2007, p. 351-358.

Quevedo Sánchez 2010 : QUEVEDO SANCHEZ (A.) – Hayes 121 e 123. Due forme poco frequenti di TSA A a Carthago Nova. Africa Romana, 18, 2010, p. 2071-2082.

Reilly 1997: REILLY (J.) – Naked and Limbless. Learning about the Feminine Body in Ancient Athens. In: Koloski-Ostrow (A. O.), Lyons C. L.) éds., Naked Thruths. Women, Sexuality and Gender in Classical Art and Archaeology. Londres et New York, Routledge, 1997, p. 154-173.

Rinaldi 1956 : RINALDI (M.R.) – Ricerche sui giocattoli nell’antichità. A proposito di un’iscrizione di Brescello. Epigraphica, 18, 1956, p. 104-129.

Rühfel 1984a: RÜHFEL (H.) – Das Kind in der griechischen Kunst, von der minoisch-mykenischen Zeit bis zum Hellenismus. Mayence, Ph. von Zabern, 1984.

Rühfel 1984b: RÜHFEL (H.) – Kinderleben im klassischen Athen. Bilder auf klassischen Vasen. Mayence, Ph. von Zabern, 1984.

Salza Prina Ricotti 1995: SALZA PRINA RICOTTI (E.) – Giochi e giocattoli nell’antichità. Rome, Quasar, 1995.

Sarian 1969 : SARIAN (H.) – Terres cuites géométriques d’Argos. BCH, 93, 1969, p. 651-678.

Schwarzmaier 2006: SCHWARZMAIER (A.) – ‘Ich werde immer Kore heissen’ – zur Grabstele der Polyxena in der Berliner Antikensammlung. JdI, 121, 2006, p. 175-226.

Scilabra 2004: SCILABRA (C.) – Per uno studio dei giocattoli nel mondo greco tra vi e iii sec. a.C.: fonti e dati archeologici. Orizzonti, 5, 2004, p. 139-149.

Sindos 1985: DESPOINE (Α.), VOKOTOPOULOU (I.) et al. Σίνδος, Κατάλογος της έκθεσης, Αρχαιολογικό Μουσείο Θεσσαλονίκης. Athènes, 1985.

Sparkes 1971: SPARKES (B. A.) – The Trojan Horse in Classical Art. Greece & Rome, 18, 1971, p. 54-70.

Sport e Giochi 2002 : BIANCO (S.) dir. – Sport e giochi nella Basilicata antica. Catalogo della Mostra, Policoro, Museo archeologico nazionale della Siritide, 28 settembre 2002-10 gennaio 2003. Tarente, Scorpione, 2002.

ThesCRA: Thesaurus Cultus et Rituum Antiquorum, 8 vol. Los Angeles, The J. Paul Getty Museum, 2004-2012.

True et al. 2004: TRUE (M.) et al. – Greek Processions. In: ThesCRA IV, p. 1-20.

Van Hoorn 1951: VAN HOORN (G.) – Choes and Anthesteria. Leiden, Brill, 1951.

Vokotopoulou 1973: VOKOTOPOULOU (I.) – Archaeological news from Epirus. AAA, 6, 1973, p. 215-226.

Weiss, Buhl 1990: WEISS (C.), Buhl (A.) – Votivgaben aus Ton. Jojo oder Fadenspule? AA, 1990, p. 494-505.

Williams 2000: WILLIAMS (D.) – Of Geometric Toys, Symbols and Votives. In: Tsetskhladze (G. R.), Prag (A. J. N. W.), Snodgrass (A. M.) éds., Periplous. Papers on Classical Art and Archaeology Presented to Sir John Boardman. Londres, Thames and Hudson, 2000, p. 388-396.

Woysch-Méautis 1982 : WOYSCH-MÉAUTIS (D.) – La représentation des animaux et des êtres fabuleux sur les monuments funéraires grecs, de l’époque archaïque à la fin du ive siècle av. J.-C. Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 1982.

Yalouris 1950: YALOURIS (N.) – Athena als Herrin der Pferde. Museum Helveticum, 7, 1950, p. 10-102.

Notes

1 Sur le caractère sexué du matériel funéraire, Polignac 2007 ; Delamard, Mariaud 2007.

2 Voir dans ce volume le choix analogue, pour les mêmes raisons, de Carla Scilabra à propos de la Grande Grèce.

3 Voir aussi deux ouvrages destinés à un public élargi : Salza Prina Ricotti 1995 et Fittà 1997.

4 Seule la facture grossière de certains objets permet de soupçonner que l’auteur est un enfant. Mais ce critère n’est que partiellement pertinent, un enfant peut être habile, un adulte maladroit…

5 Cf. les jeux d’imitation décrits par Plutarque, Préceptes politiques, 814 A : « Car, lorsque nous voyons les petits enfants essayer par jeu de chausser les souliers de leur père et de se coiffer de leurs couronnes, nous en rions. » (trad. J.-Cl. Carrière, CUF).

6 Aristophane, Les Nuées, 878-884 (trad. H. van Daele, CUF). Voir aussi Plutarque, Propos de tables, V, 1, 2 (673 E), mie de pain ; Lucien, Alcyon, 4 (cire). Cf. les petits objets en bois (chariots, sièges, tables, lampes…) que Denys le Jeune fabrique alors qu’il est emprisonné par son père : Plutarque, Dion, 9, 2. Sur les châteaux de sable : Sénèque, De la constance du sage, XII, 2.

7 Un vase italiote montre toutefois un enfant qui chevauche un bâton. Il n’est malheureusement connu que par un dessin ancien sans indication de provenance ni de lieu de conservation : Deubner 1930, p. 169, fig. 16 ; Scilabra 2004, p. 147, fig. 11.

8 Plutarque, Agésilas, 25, 11 (trad. R. Flacelière et E. Chambry, CUF). Voir aussi, du même auteur, Apophtegmes des Laconiens 213 E (70) ; Elien, Histoires variées, 12, 15.

9 Platon, Les Lois, II, 653d-e : « Tous les êtres jeunes, ou à peu près, sont incapables de tenir en repos leur corps et leur voix ; ils cherchent sans cesse à remuer et à parler, les uns en sautant et bondissant, comme s’ils dansaient de plaisir et jouaient entre eux, les autres en émettant tous les sons de voix possibles. » (trad. E. Des Places, CUF).

10 Sur les noms et règles de certains jeux, voir par exemple Ovide, Elégie du noyer et Pollux, Onomasticon.

11 Platon, La République, IV, 424e-425a (trad. E. Chambry, CUF). Voir aussi Aristote, Politique, VII,1336a, 29-34 ; Chambliss 1982.

12 Cf. les jeux décrits par Hérodote, I, 114.

13 Erinna, La Quenouille, trad. Collart (P.) – La poétesse Erinna. CRAI, 1944, p. 183-199.

14 Les deux tombes de Sindos datent d’environ 510-500 av. J.-C. : Sindos 1985, p. 184-185 nos 295-297 (tombe féminine), et p. 240‑241 nos 391-3 (tombe masculine). Sur le matériel de Grèce du Nord, voir Andrianou 2007 ; Luce, à paraître, fig. 12-13. Concernant les miniatures découvertes dans la nécropole de Pydna voir également la contribution de Zoé Kotitsa dans ce volume.

15 Cf. Ekroth 2003, p. 35-37 ; Luce, à paraître.

16 À titre d’exemple : Neils, Oakley 2003, cat. 118 et 119, p. 302-303 (Italie du Sud).

17 Sur les trouvailles de céramiques miniatures dans les nécropoles de Métaponte, Apollonia et Corinthe (enfants et adultes), voir l’article de Céline Dubois dans ce volume.

18 Voir aussi la toupie en os, le peigne et le diadème de taille normale.

19 Pausanias, V, 20, 1, dit avoir vu un petit lit d’ivoire à Olympie dans le temple d’Héra, patronne des mariages ; on lui aurait rapporté qu’il s’agissait d’un des jouets (paignia) d’Hippodamie.

20 CIL XI, 1209 ; Degani 1951-1952 ; Barbera 1991, p. 11-33 ; De’ Siena 2009, p. 198-199. Voir aussi la dînette de la tombe de Pesaro : Mercando 1965-1966.

21 Barbera 1991 (31 objets miniatures comprenant de la vaisselle, du mobilier, mais aussi des boucliers miniatures).

22 Pour Williams 2000, p. 391, les chariots en terre cuite seraient la copie des véritables jouets en bois.

23 Une balle en terre cuite provient du sanctuaire de Perséphone à Locres ; voir dans ce volume l’article de Carla Scilabra, fig. 7. Sur l’ambiguïté des yoyos en terre cuite provenant de tombes béotiennes du début du ve s., voir Weiss, Buhl 1990.

24 Londres, British Museum, 1910.6-15.4 (Neils, Oakley 2003, p. 239-240, cat. 41). Voir aussi les enfants qui rampent vers le jouet comme sur l’exemplaire de Munich : Munich, Antikensammlungen 2459 (van Hoorn 1951, cat. 694, fig. 267).

25 Le même type est figuré sur les stèles funéraires attiques classiques ; voir, à titre d’exemple, Woysch-Méautis 1982, pl. 27, nos 112-194a.

26 Bellinzona, Museo Civico ; CVA, Ostschweiz Ticino, 1, 40, pl. 232, 30. 1-2.

27 Bâton à roulette se terminant en tête de cheval, Mexico, vers 1980 (Londres, British Museum Am1990, 08.245).

28 Enfant tiré par d’autres enfants : Bruxelles, Musée Royaux d’Art et d’Histoire, A 2319 (van Hoorn 1951, cat. 405, fig. 260) ; Athènes, Musée National 17286 (van Hoorn 1951, cat. 115, fig. 35).

29 Tiré par des animaux : Boston, Museum of Fine Arts 95.51 (van Hoorn 1951, cat. 366, fig. 130), chiens ; Cambridge, Fitzwilliam Museum GR5.1929 (van Hoorn 1951, cat. 435, fig. 92), oiseau ; Paris, Louvre CA16 (van Hoorn 1951, cat. 835, fig. 451), chèvres. Sur le chous conservé à New York, le garçon porte la xystis, la longue tunique d’un véritable aurige, mais adaptée à sa taille : New York, The Metropolitan Museum of arts, Rogers Fund 1921, 21.88.80 (van Hoorn 1951, cat. 755 ; Neils, Oakley 2003, p. 147 et p. 286, cat. 99).

30 Athènes, Musée National 1267 (van Hoorn 1951, cat. 37 ; Green 1971, pl. 33b).

31 Autres fillettes avec bâton à roulettes : Munich, Antikensammlungen 3148 (van Hoorn 1951, cat. 708, fig. 227) ; Oxford, Pitt Rivers Museum (van Hoorn 1951, cat. 803, fig. 271) ; Worcester, Art Museum 1931. 56 (van Hoorn 1951, cat. 994, fig. 272 ; Neils, Oakley 2003, p. 147 et p. 280, cat. 92). Terre cuite : Paris, Louvre CA 1323 (H. 11 cm), ive-iiie s. av. J.-C. Fillette tirée par une biche : chous, Athènes, Musée National 14534 (van Hoorn 1951, cat. 105, fig. 311). Athènes, Musée du Céramique, tombe XX 66 (van Hoorn 1951, cat. 156, fig. 512).

32 Sur les lécythes à fond blanc, cependant, les types sont plus élaborés, avec une plateforme ou un siège. Voir l’exemple de New York, The Metropolitan Museum of Art, Rogers Fund, 1909, 09.221.44 (Neils, Oakley 2003, p. 162 et 300-301, cat. 115) ; voir également l’article de Scilabra dans ce volume, fig. 1.

33 Aristophane, Les Nuées, 861-864 (trad. H. van Daele CUF).

34 Sur les choés, voir en dernier lieu Neils, Oakley 2003, p. 145‑147 ; Crelier 2008, p. 152-168.

35 Vokotopoulou 1973, p. 221-222, fig. 14 et 15 (124 x 62 cm) ; Rühfel 1984, p. 117, fig. 47b ; Neils, Oakley, p. 182, fig. 21.

36 Sindos 1985, p. 184-185 et 240-241. Voir aussi les chariots en fer de la nécropole d’Aiani : Karamitrou-Mentessidi 2008, p. 110 fig. 175.

37 Cf. le modèle de char de Vari entouré de pleureuses (première moitié du viie s. av. J.-C.) : Athènes, Musée National (Kurtz, Boardman, 1985, p. 92-93, fig. 22). Voir aussi le char tiré par deux chevaux d’une tombe à chambre de Mega Monastirion (vers 1300‑1200 av. J.-C.) : Guggisberg 1996, cat. 277, p. 88, pl. 20, 6.

38 La mule est conduite par un homme qui la chevauche (Guggisberg 1996, p. 81, cat. 254, pl. 19, 2 voir également, cat. 289, pl. 22, 1 [avec 2 amphores] ; cat. 244, pl. 18, 1 [avec 4 amphores] et cat. 291, p. 22, 2 [avec 6 amphores]).

39 Guggisberg 1996, p. 295, tableau 21. Voir le cheval (H. 10, 6 cm) d’une tombe d’enfant d’Athènes, terrain Kasimati ; Archaiologikon Deltion, 22, 1967, B’1, p. 49, fig. 70 a-b. Un cheval sur roues provient d’une tombe féminine d’époque géométrique à Tursi Santa Maria d’Anglona (Sport e Giochi 2002, p. 67-68, fig. a ; je remercie Carla Scilabra de cette référence et renvoie à son commentaire dans ce volume).

40 Nécropole de l’Eridanos, tombe d’enfant (L. 29 cm) : Guggisberg 1996, cat. 225, pl. 16, 4 (avec 4 amphores).

41 Guggisberg 1996, cat. 119, pl. 9, 1 (Tirynthe, ville basse).

42 Zurich, coll. Mildenberg M 73 (L. 19, 1, H. 20,2 cm) : Guggisberg 1996, cat. 253, pl. 19, 1 ; Neils, Oakley 2003, cat. 70, p. 266.

43 Lièvre posé sur un chariot : chous, Tübingen, Eberhard-Karls-Univ., Arch. Inst. E 129 (Rühfel 1984b, p. 139, fig. 77).

44 Yalouris 1950, p. 74-75 ; Guggisberg 1996, p. 346. Voir aussi Sparkes 1971.

45 Londres, British Museum GR 1972.2-4.4 (coll. Elgin, probablement d’Athènes) : Sarian 1969, p. 668-669, fig. 24 ; Williams 2000, p. 388-390, fig. 1, 2. Un groupe similaire provient de l’Agora : Guggisberg 1996, cat. 217, pl. 15, 7.

46 Deubner (L.) – Attische Feste. Berlin, Heinrich Keller, 1932, p. 102, pl. 11,1 et 14, 1 (Dionysos) ; True et al. 2004, p. 13, cat. 75 (bateau d’Athéna), et p. 14, cat. 81, pl. 3 (bateau de Dionysos).

47 Trépied à roulettes (H. 91 cm) ; Benton (S.) – Excavations in Ithaca, III. ABSA, 35, 1935, 58-59 n° 3, pl. 11a, fig. 15 ; Boardman et al. 2004, p. 304, n. 154.

48 Mirabilia 15 : Keller (O.) éd. – Rerum naturalium scriptores graeci minores, I. Leipzig 1877 ; voir Harrisson (J.) – Themis. A Study in the Social Origins of Greek Religion. Londres, Merlin Press, 1963 (réimpr. de la 2e éd. 1927), p. 81, fig. 13.

49 Guggisberg 1996, cat. 214, pl. 15, 5 (fragment de l’arrière-train et fragment de base percé de trous pour les essieux des roues).

50 Pausanias, I, 23, 8. La base inscrite a été retrouvée sur l’Acropole : IG I3, 895 (consacré par Chairédémos).

51 Guggisberg 1996, p. 94, cat. 290.

52 Chr. Kontochristos, in Parlama, Stampolidis, 2000, p. 79, cat. 53, avec parallèles. Les chevaux, en bois, os ou argile, parfois avec des cavaliers, dominent en Égypte romaine et copte (Pitarakis 2009, p. 222-228, fig. 20-23).

53 Andres 2000, p. 132-133, cat. 90-91 (colombes, d’Italie du Sud, ive s. av. J.-C. ?) ; p. 203, cat. 126 (lion, d’Asie Mineure, ier-iie s. apr. J.-C. ?). Sur le buffle : Paris, Louvre Cp 4699 (Italie du Sud ?) ; Dasen 2011a, p. 106. Voir aussi l’âne (d’Asie Mineure, ier-iiie s. apr. J.-C.) du Hessisches Puppenmuseum (Andres 2000, p. 204, cat. 127). Le catalogue Jouer dans l’Antiquité 1991 mêle des objets de différentes périodes, p. 26, fig. 4 (cheval et cavalier d’époque romaine) ; p. 68, fig. 46 et p. 71 fig. 48 (bélier à roulettes, lion et hérisson de Suse, fin du IIe millénaire) ; p. 67, fig. 43-44 et p.70 fig. 51 (chevaux en bois d’Égypte romaine ou copte).

54 Jean Chrysostome, In Joannem Homilia 81, Patrologia Graeca 59, col. 440 : « Ils (oi paides oi mikroi) regardent avec un œil avide et plein de joie un char, des chevaux, un cocher, des roues (trochos peut aussi désigner la toupie et tout objet qui tourne), le tout en terre cuite. » (trad. Jeannin [M.] – Saint Jean Chrysostome, Œuvres complètes, VIII. Bar-le-Duc, 1865) ; Pitarakis 2009, p. 222-223. Cf. le petit chariot tiré par des souris décrit par Horace, Satires, II, 3, 248.

55 À titre d’exemple voir Woysch-Méautis 1982. Elle est très présente dans le discours biologique des Anciens (Dasen 2008).

56 Huysecom 2003, spéc. p. 96 (tableau récapitulatif).

57 Huysecom 2003, p. 97-101.

58 Dörig 1958 ; Reilly 1997 ; Langdon 2008, p. 126-129 ; Schwarzmaier 2006 ; Papaikonomou 2008.

59 En latin, pupa désigne aussi bien la fillette que sa poupée. Cf. Bettini 1999, p. 213-227.

60 Janssen 1996 ; Pitarakis 2006, p. 242-250.

61 Ces différents types, « debout », « tronqué », « assis », sont représentés sur les stèles funéraires de jeunes filles des ve et ive s. : Cavalier 1988 ; Reilly 1997 ; Dasen 2010.

62 Dasen 2010, p. 26 (à titre d’exemple voir Aphrodite à Naxos, Déméter à Morgantina, Thasos et Corinthe, Héra et Athéna à Géla, Perséphone et les Nymphes à Locres). Cf. l’épigramme de Timarète, dans l’Anthologie palatine, VI, 280.

63 Sur les poupées sur les stèles, voir Cavalier 1988 et Schwarzmeier 2006. Sur la stèle du musée Calvet d’Avignon, Dasen 2011a, p. 276 (fig.). Lécythe avec une jeune fille apportant une poupée : Oakley 2004, p. 175, fig. 131-132.

64 Papaikonomou, 2008, p. 692-696, fig. 9-10 (vers 400-375 d’après le matériel céramique). Sur la question de l’usage des biberons, aujourd’hui nuancée et plus exclusivement associée au sevrage, voir Quevedo Sánchez 2010 et l’article de C. Dubois dans ce volume.

65 Vokotopoulou 1973-1974, p. 221-222, fig. 11-13 (taille de la tombe : 98 x 48 cm).

66 Papaikonomou 2008, p. 687-688, fig. 6-7 et p. 691-692 (sépulture à enchytrisme de la fin du ive s.).

67 Sur les Apatouries, Dasen 2011b, p. 6 avec bibliographie.

68 Argyriadi 1991, p. 23-24, fig. 14 et fig. 59-60, qui précise qu’elle aurait été offerte vers l’âge de trois ans.

69 Cf. les « Aphrodites orientales » de Myrina (iie s. av. J.-C.) au ventre rempli d’un bébé qui se rapporte à cette fonction éducatrice (Dasen 2004).

70 Cf. Perse, Satires, II, 70 sur l’offrande à Vénus d’une pupa à la veille du mariage.

71 Les poupées masculines sont visibles dans les nouvelles vitrines du musée de Brauron. Un couple pourrait provenir d’une tombe de la région de Thèbes : New York, Metropolitan Museum of Art, GR 1338 et 1339 (Elderkin 1930, p. 470-471, fig. 22a et b) ; aussi des « Statuettes of seated youths with articulated arms [Greek, Boeotian ; Said to be from Thebes] (01.13.1,2) », Heilbrunn Timeline of Art History. New York, The Metropolitan Museum of Art, 2000 <http://www.metmuseum.org/toah/works-of-art/01.13.1,2 (October2006)>.

72 Janssen 1996. Le même accent est mis sur les exemplaires de l’époque copte et fatimide : Pitarakis 2009, p. 242-250, fig. 28-30.

73 Degen 1997 ; De’ Siena 2009, p. 53-58 et 192-197.

74 Michael Psellos, Philosophica minora, éd. D. J. O’Meara, II. Leipzig, Teubner, 1989, texte n° 19, p. 93, 1. 17-21. Je remercie Dominic J. O’Meara de m’avoir signalé ce texte et Christian Zubler pour sa traduction.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Chous attique (H. 11 cm)
Légende Londres, British Museum, 1910.615-4
Crédits (© Trustees of the British Museum).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1357/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 2. Enfant Masaï, Kenya
Crédits (photo Yvette Morizot [2008]).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1357/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 3. Chous attique (H. 6,7 cm)
Légende Bellinzona, Museo Civico
Crédits (CVA, Ostschweiz Ticino, 1, pl. 232, 30. 1-2).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1357/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 4. Chous (H. 8,7 cm)
Légende Athènes, Musée National 1267
Crédits (dessin V. Dasen).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1357/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 5. Nécropole de Michalitsi, tombe avec chariot (L. 24 cm)
Crédits (Vokotopoulou 1973, p. 223, fig. 14)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1357/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 6. Terre cuite (H. 19 cm, L. 28 cm)
Légende Londres, British Museum 1921.11-29.2
Crédits (© Trustees of the British Museum).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1357/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 7. Terre cuite (H. 10,7 cm, L. 18,8 cm) du puits M 2535
Crédits (Parlama, Stampolidis 2000, p. 79, cat 53).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1357/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 8a-b. Nécropole de Michalitsi, tombe avec poupée et biberon
Crédits (Vokotopoulou 1973, p. 223, fig. 14).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1357/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 9. Poupée Koutsouna (H. 22 cm)
Crédits (Argyriadi 1991, fig. 60).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1357/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 10. Lin bourré de papyrus (H. 13 cm)
Légende Londres, Petrie Museum, UC 28024
Crédits (Janssen 1996, p. 232, fig. 1).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1357/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 224k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access