Version classiqueVersion mobile

La sculpture romaine en Occident

 | 
Vassiliki Gaggadis-Robin
, 
Pascale Picard

Partie 3 - Découvertes récentes et nouvelles recherches

Un groupe de sculptures monumentales impériales réemployées dans du bâti du XVIIIe s. à Nîmes

Richard Pellé

Résumé

En 2004, un diagnostic archéologique a été effectué Place du Chapitre à Nîmes, sur des dépendances du Palais Episcopal. Dans les fondations des écuries bâties vers 1760, de nombreux éléments de mobilier lapidaire et de sculptures ont été trouvés.
Un groupe de sculptures a attiré notre attention. Il s’agit de 2 statues en ronde-bosse, étêtées, en calcaire oolithique et façonnées pour moitié, la face arrière étant seulement dégrossie. Sans savoir dans quel monument peut s’insérer ce groupe, il est intéressant de noter la similitude de facture qui atteste d’une main unique.
Ces statues d’une dimension supérieure à la nature représentent des hommes, l’un en toge et l’autre en tenue militaire ; quelques fragments appartiennent aussi à une statue féminine en longue tunique.
Si les deux personnages vêtus civilement n’apportent pas d’éléments d’identification mais quelques indices de datation, le troisième personnage porte une cuirasse sans cinctorium, le paludamentum jeté sur l’avant-bras droit et un emblème sur le plastron : le gorgoneion. Il pourrait s’agir d’une statue impériale, d’un officier de très haut rang ou de la représentation d’une divinité guerrière.

Entrées d'index

Géographique :

Nîmes

Texte intégral

  • 1 Maufras, Pellé 2004.
  • 2 Maufras et al. 2007.

1En préalable à l’aménagement d’une partie des jardins et des dépendances de l’ancien Palais Épiscopal, actuel Musée du Vieux Nîmes, situé au cœur de la ville médiévale, un diagnostic archéologique a été réalisé au début de l’été 2004 dans l’espace enclos du Chapitre1. Il fût suivi par une fouille l’année d’après2 qui compléta les observations sur le mobilier lapidaire recueilli lors du diagnostic et que nous abordons dans cette étude.

2Lors du diagnostic, les maçonneries de fondation des écuries de l’évêché ont livré quatre-vingt-quatorze fragments de pièces architecturales ou sculpturales (fig. 1). La quasi-totalité (92) provient d’un dé de fondation (SU 1201) d’un des piliers intérieurs de soutènement de cette dépendance construite entre 1760 et 1765. À ce jour, un simple nettoyage des blocs avec enlèvement du mortier adhérant moderne a pu être effectué en 2004 et les fragments ont été déposés à la réserve du Musée Archéologique de Nîmes dans l’attente d’une éventuelle restauration.

Fig. 1. Localisation du site de découverte des principaux éléments sculptés

Fig. 1. Localisation du site de découverte des principaux éléments sculptés

(d’après Maufras et al. 2007).

3Nous avions pu observer une autre fondation de pilier (SU 2093) qui comportait entre autres un nombre important de blocs moulurés (fig. 2). Ce dé ne fût pas démonté avant l’aménagement car il était situé hors de l’emprise du projet ; il devrait être encore en place. Il est probable qu’il contient des éléments complétant les sculptures étudiées.

Fig. 2. Un des dés de fondation des écuries (SU2093) contenant du mobilier lapidaire

(cliché R. Pellé).

4Les éléments recueillis dans ce dé SU 1201 sont réalisés en trois matériaux différents, un calcaire urgonien de structure oolithique provenant des carrières du Bois des Lens situées à 25 km de Nîmes, un calcaire pur du Barrémien inférieur dit de Barutel et un calcaire pur de l’Hauterivien supérieur communément dénommé de Roquemaillère mais qui représente plusieurs gisements en bordure nord-ouest de la ville. Chaque matériau est utilisé en fonction de ses caractéristiques physiques, chimiques, ou simplement techniques. Ainsi, le calcaire oolithique convient particulièrement pour la sculpture ou les pièces architecturales largement affouillées (fig. 3 ; 1, 2 et 3). Le calcaire de Barutel est apprécié pour l’extraction de blocs de très grande dimension qui peuvent être décorés de bas-relief (fig. 3 ; 4) et le calcaire de Roquemaillère qui est souvent extrait dans des lits de faible épaisseur sert autant à des œuvres de faibles dimensions qu’à des réalisations plus importantes (colonnes ou piliers monolithiques par exemple : fig. 3 ; 5).

Fig. 3. Quelques fragments retrouvés dans le pilier SU 1201 ; statuaire (1-3), arc quadrifons monolithe (2), bas relief avec aigle (4), éclat de pilier décoré de rinceaux (5)

Fig. 3. Quelques fragments retrouvés dans le pilier SU 1201 ; statuaire (1-3), arc quadrifons monolithe (2), bas relief avec aigle (4), éclat de pilier décoré de rinceaux (5)

(clichés et DAO R. Pellé).

La statuaire

5Parmi les quatre-vingt-quatorze pièces, de nombreux fragments de statuaire en calcaire du Bois des Lens ont été individualisés, totalisant environ quarante-six pièces. Une grande partie de ces dernières comportent des cassures « fraîches » et s’assemblent entre elles. Elles ont permis de reconnaître 2 personnages, un homme en toge et un homme en cuirasse, l’un et l’autre bien identifiés par la présence de la pomme d’Adam sur la base conservée du cou (fig. 4).

Fig. 4. Fragments du groupe statuaire. Le cuirassé ; lambrequins et ptéryges vus de face et de coté (1 et 3), torse (2), avant-bras avec paludamentum (4). Le togatus ; face extérieure de l’avant-bras (5), encolure (6), éclat du « dos » (7)

Fig. 4. Fragments du groupe statuaire. Le cuirassé ; lambrequins et ptéryges vus de face et de coté (1 et 3), torse (2), avant-bras avec paludamentum (4). Le togatus ; face extérieure de l’avant-bras (5), encolure (6), éclat du « dos » (7)

(clichés et DAO R. Pellé).

L’aspect technique

6Ces fragments présentent les mêmes caractéristiques techniques de taille de la pierre. Il s’agit de statues en ronde-bosse. Cependant, à partir de la moitié latérale du corps, le détail de la sculpture s’estompe et l’ébauche de leur face arrière montre qu’elles étaient destinées à être vues uniquement de face. En partant du centre des faces dorsales, elles sont dégrossies à la broche sur une faible surface, puis, symétriquement, au taillant bretté. Ce dernier outil initial de dégrossissage ou d’épannelage du bloc est suivi par l’utilisation du ciseau grain d’orge qui définit la morphologie et donne l’orientation à la forme finale (fig. 4 ; 3, 5 ou 7). Enfin, le ciseau ou le gravelet sont les outils employés pour façonner la face frontale. On dénote aussi quelques rares traces de l’utilisation du trépan et d’un foret de petite dimension dans le décor de la cuirasse, le plus souvent gommées par le ciseau. Un polissage par abrasion, principalement sur les parties dénudées, complète la finition des statues.

7La statue cuirassée porte au niveau de la nuque un large renfort épargné par le sculpteur, une puntellatura qui n’a pas été observée sur l’autre statue.

  • 3 Il n’a pas été possible de définir si d’autres fragments appartiennent à cette statue dont nous p (...)

8Ces deux statues auxquelles peut s’ajouter un unique fragment, semble-t-il, d’un personnage féminin en longue tunique (fig. 3 ; 1)3 montrent une semblable facture soignée sur la partie avant et paraissent provenir d’une seule main artistique. Un seul sculpteur semble avoir réalisé ce groupe statuaire, attesté par les mêmes traces d’outils ou les mêmes sens de progression de ces dernières.

Le togatus

9Le personnage est debout, vêtu d’une tunique de dessous et d’un manteau (fig. 5). D’autres fragments (plis de vêtement essentiellement) appartiennent à cette statue mais il n’est pas possible de les assembler actuellement sans une restauration au moins partielle.

Fig. 5. Vue de face (1) et de profil de la statue (3) ; au centre se trouve l’avant-bras gauche (2)

Fig. 5. Vue de face (1) et de profil de la statue (3) ; au centre se trouve l’avant-bras gauche (2)

(clichés et DAO R. Pellé).

10Son bras droit est replié sur l’abdomen et il est enveloppé dans le manteau selon le type bracchio cohibito. La main droite tient les plis d’un pan du manteau. Malgré la cassure, l’orientation des plis du manteau montre que la main leur imprime un léger mouvement vers le centre du torse, leur donnant ainsi une forme ondulée.

11Le bras gauche est pendant le long du corps mais le coude absent devait être plié ainsi que le montre l’avant-bras, levé légèrement, bien attesté par la position des plis du manteau.

12La cassure au niveau du cou indique que la statue a été sculptée dans un bloc monolithe. La hauteur de cette statue d’après les collages obtenus et malgré son état fragmentaire peut être estimée entre 1,80 m et 2,10 m.

13Aucune trace de peinture n’a pu être relevée sur la surface de la statue.

  • 4 Goette 1990, 25-27.

14L’étude approfondie de H .R. Goette sur la typologie des représentations de la toge romaine dans la sculpture antique permet d’avancer une hypothèse de datation pour cette œuvre. Le bras droit maintenu dans cette position si caractéristique, avec la main serrant un pan du manteau et le ramenant sur le torse, correspond très précisément aux groupes A.b ou A.c de sa typologie4. Il avance une datation pour cette mode vestimentaire qui apparaîtrait pour le premier groupe à la fin de la République et se poursuivrait sous le règne d’Auguste (100 av. J.-C., 14 ap. J.-C.), et pour le second, serait datable à la période augusto-tibérienne (31 av. J.-C., 37 ap. J.-C.).

15Les hanches et les cuisses du personnage n’étant pas préservées, il est difficile de juger si la longueur du sinus, une des caractéristiques les plus pertinentes pour différencier les deux groupes, est importante (fig. 6). D’autres assemblages futurs de blocs permettront peut-être de préciser cette question.

Fig. 6. Deux représentations de statues avec une toga exigua, en bracchio cohibito selon la typologie de H. R. Goette

Fig. 6. Deux représentations de statues avec une toga exigua, en bracchio cohibito selon la typologie de H. R. Goette

(d’après Goette 1990).

Le cuirassé

  • 5 Il s’agit notamment d’un fragment qui pourrait être une partie de cuisse et sur lequel on note le (...)

16Le personnage masculin est en position debout, vêtu d’une tunique et d’une cuirasse. Plusieurs fragments comportent des cassures « fraîches » et quelques-uns montrent des collages (fig. 7). Cependant, des lacunes existent sur le coté gauche principalement (épaulière en lanières frangées et avant-bras qui ne présentent pas de liaison) attestant que la statue devait être pratiquement entière lors de son débitage pour l’utilisation dans les piliers de l’évêché. Quelques fragments de membres inférieurs5, parfois largement endommagés, semblent appartenir aussi à cette statue.

Fig. 7. Vue de face (1) et de profil de la statue (2) ; en (3), vue de coté de l’avant-bras gauche, plié à angle droit, avec l’extrémité de la manche de la tunique et supportant le paludamentum ; en (4), restitution hypothétique de la posture de la statue

Fig. 7. Vue de face (1) et de profil de la statue (2) ; en (3), vue de coté de l’avant-bras gauche, plié à angle droit, avec l’extrémité de la manche de la tunique et supportant le paludamentum ; en (4), restitution hypothétique de la posture de la statue

(clichés et DAO R. Pellé).

17La cuirasse présente un plastron lisse avec une musculature bien marquée. Elle ne comporte aucune décoration plaquée hormis le gorgoneion situé au niveau du plexus. Ce dernier dont on distingue les ailes et une partie de la chevelure atteint une dimension proche des 20 cm (restitués), s’encadrant entre les deux rabats ou épaulières de maintien de la cuirasse, sans charnière visible.

18Une double rangée de ptéryges assez allongées et en forme de « langue », peu écartées, de longueurs assez parallèles, et soulignées par une bordure, ceint la base du plastron. L’absence de charnières permettant une articulation de ces longues ptéryges semble indiquer que le matériau dont elles sont faites n’est pas du métal mais une matière plus souple comme du cuir. Elles recouvrent de longues lanières frangées légèrement ondées, probablement en cuir. D’autres lanières en cuir émergent aussi de la cuirasse à hauteur des épaules, les recouvrant et protégeant le haut des bras.

19Le personnage revêt une tunique dont l’ourlet inférieur est très court. Les manches assez longues descendent à la base du biceps. L’avant-bras gauche supporte le paludamentum qui ne s’individualise pas sur d’autres parties de la cuirasse.

  • 6 Une autre hypothèse peut aussi être envisagée mais demeure peu vraisemblable. Il pourrait s’agir (...)

20Sur le fragment du haut du buste, nous pouvons voir une partie du cou formant un bloc unique avec un épais renfort. La tête n’est pas amovible. Cependant, la statue n’a probablement pas été sculptée dans un bloc monolithe. En effet, un trou de goujon de section carrée se discerne au centre du bras droit cassé et épaufré. Il s’agit sans doute de la fixation d’un bras rapporté6, certainement trop saillant par rapport au tronc (et aux dimensions du bloc brut) et en position levée ainsi que l’atteste l’orientation horizontale, voire plutôt surélevée, du reliquat des lanières.

21La hauteur de la statue peut être estimée entre 2 et 2,20 m et celle-ci, pas plus que la précédente n’arbore de trace de peinture.

22La cambrure du dos et l’arrondi de la hanche droite témoignent d’un déhanchement léger qui pourrait indiquer une posture en contrapposto, dont l’exemple le plus significatif est la statue d’Auguste de Prima Porta ainsi que la représentation de Tibère qui se trouve au centre du poitrail de cette dernière.

23Le bras droit haut levé alors que le gauche est nettement plié renvoie à la position adoptée par le général faisant une adlocutio à ses troupes, représentation très classique du Prince en tenue militaire au Haut-Empire (fig. 7 ; 4). La présence de la tête de Méduse et les dimensions même de la statue confirment qu’il s’agit d’un officier de très haut rang. Le gorgoneion est en très haut-relief et apparaît penché vers l’avant. Cet indice sous-entend une surélévation de la statue sur un socle ; il est ainsi visible par un spectateur proche et qui possède peu de recul d’observation.

24Les ptéryges et les lanières frangées montrent qu’il s’agit d’une cuirasse de type classique, sans le cinctorium, élément caractéristique des statues ou des bas-reliefs en cuirasse qui apparaît au début du IIe s. ap. J.-C. et demeure en usage jusqu’à la fin de l’Empire.

  • 7 Vermeule 1959.

25C. C. Vermeule7 met en valeur une disparité entre les périodes julio-claudienne et flavienne dans la représentation des statues impériales cuirassées. Il note une simplification dans le traitement des ptéryges ainsi que leur raréfaction.

  • 8 Laube 2006, 218.

26Ingrid Laube8 relève que les armures avec des ptéryges classiques semblent toujours désigner un membre important de l’Empire au Ier s. ap. J.-C. contrairement aux seules lanières qui sont plutôt utilisées pour des figures mineures, ou qui ne représentent pas toujours une caractéristique militaire, se différenciant en cela de la première moitié de l’époque augustéenne avec l’Auguste de Prima Porta.

  • 9 Stemmer 1978, 126.

27Ainsi que le souligne K. Stemmer9, le torse bien développé anatomiquement, la forme et le type des ptéryges et lanières semblent indiquer préférablement une datation autour de la seconde moitié du règne d’Auguste.

La provenance du mobilier lapidaire

28S’il est impossible de connaître avec précision le lieu initial de mise en place de ces statues, on peut toutefois se poser la question de la source d’approvisionnement en mobilier lapidaire dans le cadre de la construction épiscopale du XVIIIe s. et la destruction, étonnante pour l’époque, de sculptures en ronde bosse d’aussi grandes dimensions.

  • 10 Dedet, Garmy, Pey 1981, 162
  • 11 Manniez, Pellé 2009, 15.

29 Des fragments d’un pilastre adossé monolithe, orné sur sa face principale de rinceaux d’acanthe, nous fournissent des indications précieuses (fig. 8). Les trois-quarts supérieurs de ce pilastre proviennent du chantier de fouilles de la Place du Chapitre alors que la base de ce même pilastre avait été retrouvée en place en 1976 dans le mur d’enceinte tardo-antique10 qui est daté probablement du V e s. ap. J.-C.11

Fig. 8. Partie supérieure du pilastre en calcaire pur provenant des fouilles de la Place du Chapitre (1) et base du pilastre en calcaire pur provenant des fouilles du mur tardo-antique de 1976, actuellement présenté dans le Tribunal (2)

Fig. 8. Partie supérieure du pilastre en calcaire pur provenant des fouilles de la Place du Chapitre (1) et base du pilastre en calcaire pur provenant des fouilles du mur tardo-antique de 1976, actuellement présenté dans le Tribunal (2)

(clichés R. Pellé).

30Le mur épais de six mètres fermait le castrum des arènes et de très nombreux blocs hétéroclites composent sa fondation et son blocage. De nombreuses découvertes de sculptures ou de blocs d’architecture sont mentionnées depuis le XVIe siècle dans le périmètre de ce pan de mur. Ce dernier encore visible se situe sous le palais de justice actuel qui reprend l’emplacement des anciennes prisons construites à partir des années 1758, date à laquelle furent détruits les bâtiments du présidial qui occupait antérieurement les lieux.

31On peut supposer qu’à cette occasion, des matériaux de construction en tout genre ont été vendus à l’évêché pour l’édification des annexes du palais épiscopal (déjà bâti), érigées peu après.

32Les statues et le restant du mobilier lapidaire peuvent provenir de ce mur, démembré à l’insu total des « Antiquaires » de l’époque comme Jean-François Séguier ou Léon Ménard, d’ailleurs conseiller du Présidial, qui auraient sans doute souhaité récupérer de la statuaire monumentale, somme toute, en bon état de conservation malgré l’absence certaine des têtes.

La « mise en scène » des statues

33Ce trio apporte quelques remarques qui permettent de cerner leur mise en place originelle.

34Les statues représentent deux hommes d’une taille supérieure à la nature, d’environ 2 m sans compter le socle, le cuirassé semblant un peu plus grand que le personnage en toge (fig. 9) et une femme dont ne pouvons préciser la nature hormis le fait que l’exécution soit identique à celui des deux hommes.

Fig. 9. Proposition de restitution du groupe statuaire (abstraction faite de la statue féminine)

Fig. 9. Proposition de restitution du groupe statuaire (abstraction faite de la statue féminine)

(clichés et DAO R. Pellé).

35L’homogénéité de l’exécution des statues montre qu’elles ont été réalisées en même temps par un seul sculpteur. Il est toutefois impossible de préciser s’il s’agit d’une composition ou si les statues étaient isolées.

36Le matériau de la statuaire n’est pas érodé par les intempéries. Elles se trouvaient placées dans un espace protégé et clos.

37Il semble probable que le sujet cuirassé était posé sur un socle élevé comme paraît le dévoiler la disposition du gorgoneion, mais aucun élément ne permet cette hypothèse pour les deux autres statues.

38Les trois statues sont parfaitement sculptées sur un peu plus de la moitié alors que le restant n’est qu’ébauché, voire simplement épannelé. Le large renfort sur la nuque du cuirassé, inesthétique, montre aussi qu’il ne pouvait être placé que dans une niche ou un renfoncement, sans possibilité d’être vu par derrière.

39La monumentalité des statues, bien avérée pour le cuirassé, laisse supposer qu’elles étaient installées dans un espace public ou semi-public, réalisées sous le patronat d’une autorité. Les dimensions toutefois demeurent raisonnables, en comparaison de la statue d’Auguste du théâtre d’Orange, et nous pouvons envisager qu’elles étaient placées dans un petit espace fermé à une faible hauteur de manière à voir le détail des sculptures.

La datation

  • 12 Bessac 2002, 33.

40Nous avons vu que deux critères permettent d’établir la date de fabrication de ces statues. Le togatus par son attitude et sa mode vestimentaire est certainement une oeuvre augustéenne. En effet, nous pouvons difficilement faire remonter l’exploitation réfléchie et systématisée du calcaire du Bois des Lens avant le Principat12.

41Le personnage en armure par la typologie de sa cuirasse est probablement datable de la seconde moitié du règne d’Auguste.

42Nous avons donc un groupe qui pourrait se caler dans la première décennie de notre ère mais dont nous ignorons ce qu’il évoque et quels en sont les personnages figurés. Quelques pistes peuvent cependant être avancées et certaines écartées.

La représentation

43La représentation d’une divinité masculine en armure, en l’occurrence Mars, l’une des seules à être figurée régulièrement ainsi, ne semble pas devoir être prise en considération.

  • 13 Il s’agit d’un autel provenant de Carthage et conservé à Alger, au Musée national des antiquités (...)

44Sous Auguste, la divinité est largement employée dans la propagande du Prince sous les traits de Mars Ultor. Un bas-relief d’Alger 13 l’associe d’ailleurs à Vénus, divinité féminine vêtue d’une longue robe et à Jules César, le bassin recouvert d’une cape, trio qui ne serait pas sans rappeler le nôtre si ce n’était pour la figure dénudée de César divinisé.

45Cependant, plusieurs détails ne correspondent pas aux représentations connues et caractéristiques du dieu.

46Généralement, la morphologie de la musculature, avec des veines saillantes, est largement développée comme dans le cas du Mars Ultor en ronde-bosse des Musées du Capitole ou du Palazzo Altemps, ce qui ne semble pas être le cas pour notre statue.

47De plus, le dieu est fréquemment évoqué avec une pilosité et une chevelure importantes qui cache amplement le cartilage thyroïde et masque la nuque. Un exemple des plus flagrants est une tête monumentale de Mars Ultor proposée dans une vente aux enchères par Christie’s le 16 juin 2006, lot 285 (fig. 10). Or, aucune de ces deux particularités n’est observée sur le cou du cuirassé que nous présentons, sans doute glabre et avec des cheveux courts.

Fig. 10. Tête monumentale de Mars Ultor en marbre blanc

(cliché extrait du site web http://www.thecityreview.com/​s06cant.html).

48Enfin, le dieu est généralement accompagné de son bouclier rond, parfois porté sur les bas-reliefs ou le plus souvent posé à terre, le dieu s’appuyant dessus, pour de la statuaire en haut-relief ou en ronde-bosse. Les positions du bras et de l’avant-bras forment un angle très ouvert dans ce dernier cas ce qui n’est pas du tout la situation du cuirassé qui a son avant-bras disposé à l’horizontale.

  • 14 Et sans doute aussi celle de la statue féminine où les plis de la robe tombent bien verticalement

49Pour finir, si nous estimons que les statues forment un groupe, la position apparemment statique du togatus14 ne rentre guère dans une composition mettant en scène des divinités ou des figures allégoriques.

50Nous préférons abandonner cette piste qui ne semble pas devoir aboutir pour se tourner vers des représentations plus humaines.

51La monumentalité de l’œuvre et la position typique du cuirassé en train d’haranguer les troupes en font un officier de très haut rang, un général, peut-être un imperator, voire un empereur.

  • 15 Gros et al. 2011, 14.
  • 16 À ce jour, aucun témoignage épigraphique ou autre de l’existence d’un général nîmois pour la péri (...)

52Sous Auguste, la famille impériale est largement mise à l’honneur à Nîmes. Agrippa et sa descendance assument le rôle de « patron » de la cité15 et cette faveur perdure pendant plusieurs décennies. Il semble douteux dans ce contexte qu’un officier local, fusse-t-il général16, se soit fait représenter dans cette dignité, qui plus est avec une dimension largement supérieure à la nature, ce qui aurait sans doute été considéré comme une offense envers le Prince et sa dynastie nouvellement fondée.

  • 17 Stemmer 1978, 26, 53 et 118.

53Si la quasi totalité des statues impériales avérées ou considérées comme telles malgré l’absence de portrait sont en marbre, blanc ou de couleur, il ne faut pas cependant oublier que quelques-unes sont façonnées dans des matériaux jugés moins nobles, en pierre calcaire ou en basalte. Certains exemplaires de ces statues cuirassées sont présentés par K. Stemmer qu’il reconnaît en tant que statues impériales par la richesse de leurs décors17.

54Toutefois, ces appréciations stylistiques ou simplement matérielles ne doivent pas faire oublier qu’il s’agit de critères subjectifs. Un nombre majeur de statues peuvent avoir appartenu à la famille princière ou à ses proches mais la qualité du matériau ou la pauvreté de l’ornementation ont fait que ces statues ont été écartées, intentionnellement ou non, de la liste des statues impériales.

55Il faut toutefois rappeler à l’instar de J.-C. Bessac que la pierre du Bois des Lens est un calcaire qui possède d’excellentes propriétés et qu’il rivalise sans difficulté avec les marbres blancs, dont le très apprécié Lunense (Carrare), exploité et pourtant rarement utilisé en Narbonnaise au début du Principat (Bessac 2002, 33-34).

56La Maison Carré dont l’achèvement de la construction est établi vers 2-3 ap. J.-C. est sans contexte le meilleur exemple des réalisations audacieuses accomplies avec cette pierre que nous pouvons qualifier de « marbrière » dans un temple où l’usage du marbre importé est totalement banni.

57Comme le souligne justement P. Gros, la construction d’un tel monument ne peut être laissée « à la discrétion des évergètes locaux » et suggère une autorisation de la part du Prince ainsi qu’un encadrement dans son exécution (Gros et al. 2011, 15-18). Et pourtant, le marbre, contrairement aux monuments contemporains de l’Urbs, ne se retrouve pas dans cette composition fondamentale du forum nîmois et d’un symbolisme élevé, absence liée à « la limite de la bienveillance impériale » et au statut juridique de la cité (Gros et al. 2011, 19).

58Dans cette optique, rien n’indique que le calcaire oolithique des Lens n’ait pas pu servir à la réalisation de sculptures impériales à cette époque mais, comme c’est encore le cas, les rares fragments retrouvés pouvant être abordés sous cet angle sont systématiquement écartés de cette possibilité.

59Cependant, l’homogénéité de ses lits et sa bonne tenue, ses caractéristiques minéralogiques qui garantissent une conservation de l’objet façonné, sa blancheur éclatante, la semi-fermeté de cette pierre chantante et le poli parfait qui peut être obtenu par abrasion, tout concourt à faire de ce calcaire un support idéal à la statuaire monumentale, surtout lorsque le marbre fait défaut à Nîmes au changement d’ère.

Hypothèses de restitution

60Nous avons trois personnages en ronde-bosse, un militaire, un homme en toge et une femme, tous apparemment plus grands que nature, datable du début du Ier s. ap. J.-C. et placés dans une niche et un espace clos. Nous ne savons pas toutefois si le groupe est complet ou si d’autres statues accompagnaient ces trois figures.

61Un élément à prendre en compte est le bon état de conservation général des statues. Ce trio a probablement été préservé de toute atteinte pendant plusieurs siècles avant de finir avec vraisemblance dans les fondations du mur tardo-antique de l’Amphithéâtre ou ses abords. Ce facteur montre aussi dans quelle considération était tenu ce groupe statuaire.

62Si nous considérons qu’ils sont des représentations de personnages ayant vécu, les dimensions imposantes et le gorgoneion peuvent les rattacher aux seuls membres de la famille impériale et nous ne pouvons envisager qu’il s’agisse de statues ayant une origine privée (provenant d’un mausolée d’une riche famille locale par exemple).

63Comme le souligne si bien C. Carrier, il n’existe à Nîmes aucune effigie de la famille julienne (Carrier 2005, 27) alors que la ville leur doit son embellissement urbain et parmi les plus fondamentaux monuments (enceinte, sanctuaire, forum, etc…).

De qui s’agit-il ?

  • 18 Suétone nous apprend que les citoyens de Nîmes brisèrent les statues de Tibère lors de son exil à (...)

64Si Auguste, empereur dont les sculptures sont fréquentes et souvent bien conservées, fait partie du groupe, il ne peut être que le cuirassé qui est le plus grand. Le Prince ne saurait être représenté plus petit qu’un autre membre de sa dynastie où une hiérarchie s’impose. Nous pourrions alors avoir Agrippa en toge, ce qui est peu probable au regard de son statut de général ou Tibère après sa réhabilitation en 4 ap. J.-C.18 (qui par contre n’a que de très rares figurations connues en armure), la femme pouvant être aussi bien Livie, Julie que tout autre personnage féminin proche.

65Il pourrait aussi s’agir d’Agrippa figuré en général avec d’autres membres de sa famille mais son décès en 12 av. J.-C. est précoce par rapport aux datations des sculptures et convient mal pour un groupe où Caius, trop jeune, serait en toge par exemple. À moins que cela ne soit une représentation posthume.

  • 19 Il est intéressant de rappeler que plusieurs statues ou fragments de statuaire en calcaire du Boi (...)

66Mais ne pourrions-nous pas avoir aussi un groupe composé de Caius et Lucius alors que le premier, patronus de Nîmes, a déjà fait ses preuves en tant que général sur la frontière arménienne en 1 av. J.-C et que son frère a seulement revêtu la toge virile sans avoir eu le temps d’assumer de fonction particulière tout en étant consul désigné ? Il pourrait s’agir de statues exécutées probablement avant leurs décès et leurs héroïsations en 2 puis en 4. Un temple majestueux, la Maison Carrée, leur est par ailleurs dédié et occupe la place habituellement réservée au Capitole sur le forum de la cité. Ce groupe statuaire pourrait tout à fait prendre place dans des niches à l’intérieur du temple dont nous ignorons l’aspect originel19. Cette piste de recherche n’est pas à exclure.

67Il est impossible en l’état de trancher et de restituer l’appartenance de ces sculptures à tel ou tel personnage faute de portraits, mais le faisceau d’arguments que nous venons d’évoquer nous incite à conclure que nous sommes plutôt en présence de membres de la famille impériale que d’effigies divines ou celles de membres de l’élite locale.

Bibliographie

Bessac 2002 : J.-C. Bessac, Les carrières du Bois des Lens (Gard), Gallia 59, Paris, 2002, 29-51.

Carrier 2005 : C. Carrier, Visages de Princes, images du pouvoir. Le portrait impérial des époques augustéenne et tibérienne, Catalogue d’exposition, Nîmes, 2005, 34p.

Dedet, Garmy, Pey 1981 : B. Dedet, P. Garmy, J. Pey, Découverte d’une enceinte de l’Antiquité tardive ou du haut Moyen Age à Nîmes (Gard), Bulletin de l’École Antique de Nîmes 16, 1981, 147-163.

Fiches, Veyrac 1996 : J.-L. Fiches, A. Veyrac, Nîmes, 30/1, Carte archéologique de la Gaule, Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1996, 634p.

Goette 1990 : H. R. Goette, Studien zu Römischen Togadarstellungen, Beiträge zur Erschließung hellenistischer und kaiserzeitlicher Skulptur und Architektur, 10, Philipp von Zabern, Mayence, 1990, 207p.

Gros et al. 2011 : P. Gros, J.-C. Golvin, G. Caillat, O. Poisson, D. Darde, T. Algrin, La Maison Carrée de Nîmes. Un chef-d’œuvre d’architecture, Nîmes, Édition Ville de Nîmes, 2011, 176p.

Laube 2006 : I. Laube, Thorakophoroi : Gestalt und Semantik des Brustpanzers in der Darstellung des 4. bis 1 Jhs. v. Chr, Tübinger archäologische Forschungen 1, Marie Leidorf, Rahden, 2006, 258p.

Manniez, Pellé 2009 : Y. Manniez et R. Pellé, Nîmes, 33 rue de l’Aspic : un nouveau segment de l’enceinte du castrum des Arènes, Rapport de découverte fortuite, SRA Languedoc-Roussillon, Nîmes, 2009, 28p.

Maufras, Pellé 2004 : O. Maufras et R. Pellé, Premières investigations archéologiques aux abords de la Place du Chapitre à Nîmes, Rapport final d’opération de diagnostic archéologique, Inrap, SRA Languedoc-Roussillon, Nîmes, 2004.

Maufras et al. 2007 : O. Maufras, E. Plassot, G. Caillat, V. Abel, V. Bel, R. Pellé, La Place du Chapitre et ses abords à Nîmes (Gard). Vestiges de l’occupation aux abords de la Place du Chapitre du IIe siècle avant notre ère au XIXe siècle, Rapport final d’opération de diagnostic archéologique, 2 volumes, Inrap, SRA Languedoc-Roussillon, Nîmes, 2007.

Stemmer 1978 : K. Stemmer, Untersuchungen zur Typologie, Chronologie und Ikonographie der Panzerstatuen, Berlin, Gebrüder Mann, 1978, 267p.

Vermeule 1959 : C. C. Vermeule, Hellenistic and Roman Cuirassed Statues, Berytus 13, fasc 1, 1959, 1-82.

Zanker 1988 : P. Zanker, The Power of Images in the Age of Augustus, Ann Arbor (Michigan), 1988.

Notes

1 Maufras, Pellé 2004.

2 Maufras et al. 2007.

3 Il n’a pas été possible de définir si d’autres fragments appartiennent à cette statue dont nous possédons un morceau du bas de la robe et où, sous les plis du vêtement, nous voyons se dessiner l’extrémité du pied gauche chaussé.

4 Goette 1990, 25-27.

5 Il s’agit notamment d’un fragment qui pourrait être une partie de cuisse et sur lequel on note le bout frangé de lambrequins ainsi qu’un probable fragment de mollet avec un renfort latéral, peut-être l’extrémité du paludamentum.

6 Une autre hypothèse peut aussi être envisagée mais demeure peu vraisemblable. Il pourrait s’agir d’une réfection de la statue après le bris du bras.

7 Vermeule 1959.

8 Laube 2006, 218.

9 Stemmer 1978, 126.

10 Dedet, Garmy, Pey 1981, 162

11 Manniez, Pellé 2009, 15.

12 Bessac 2002, 33.

13 Il s’agit d’un autel provenant de Carthage et conservé à Alger, au Musée national des antiquités (Zanker 1988, fig. 151).

14 Et sans doute aussi celle de la statue féminine où les plis de la robe tombent bien verticalement.

15 Gros et al. 2011, 14.

16 À ce jour, aucun témoignage épigraphique ou autre de l’existence d’un général nîmois pour la période augusto-tibérienne n’a été trouvé.

17 Stemmer 1978, 26, 53 et 118.

18 Suétone nous apprend que les citoyens de Nîmes brisèrent les statues de Tibère lors de son exil à Rhodes  ; si ce dernier appartient au groupe, cela ne peut être qu’après cette date (Suétone, Tib., XIII,1).

19 Il est intéressant de rappeler que plusieurs statues ou fragments de statuaire en calcaire du Bois des Lens ont été trouvés aux abords du péribole du temple. Des propositions d’attribution ont été faites anciennement, les rattachant à des statues d’édiles (Fiches, Veyrac 1996, 634).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation du site de découverte des principaux éléments sculptés
Crédits (d’après Maufras et al. 2007).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13523/img-1.png
Fichier image/png, 343k
Crédits (cliché R. Pellé).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13523/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 3. Quelques fragments retrouvés dans le pilier SU 1201 ; statuaire (1-3), arc quadrifons monolithe (2), bas relief avec aigle (4), éclat de pilier décoré de rinceaux (5)
Crédits (clichés et DAO R. Pellé).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13523/img-4.png
Fichier image/png, 752k
Titre Fig. 4. Fragments du groupe statuaire. Le cuirassé ; lambrequins et ptéryges vus de face et de coté (1 et 3), torse (2), avant-bras avec paludamentum (4). Le togatus ; face extérieure de l’avant-bras (5), encolure (6), éclat du « dos » (7)
Crédits (clichés et DAO R. Pellé).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13523/img-5.png
Fichier image/png, 358k
Titre Fig. 5. Vue de face (1) et de profil de la statue (3) ; au centre se trouve l’avant-bras gauche (2)
Crédits (clichés et DAO R. Pellé).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13523/img-6.png
Fichier image/png, 569k
Titre Fig. 6. Deux représentations de statues avec une toga exigua, en bracchio cohibito selon la typologie de H. R. Goette
Crédits (d’après Goette 1990).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13523/img-7.png
Fichier image/png, 314k
Titre Fig. 7. Vue de face (1) et de profil de la statue (2) ; en (3), vue de coté de l’avant-bras gauche, plié à angle droit, avec l’extrémité de la manche de la tunique et supportant le paludamentum ; en (4), restitution hypothétique de la posture de la statue
Crédits (clichés et DAO R. Pellé).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13523/img-8.png
Fichier image/png, 437k
Titre Fig. 8. Partie supérieure du pilastre en calcaire pur provenant des fouilles de la Place du Chapitre (1) et base du pilastre en calcaire pur provenant des fouilles du mur tardo-antique de 1976, actuellement présenté dans le Tribunal (2)
Crédits (clichés R. Pellé).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13523/img-9.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 9. Proposition de restitution du groupe statuaire (abstraction faite de la statue féminine)
Crédits (clichés et DAO R. Pellé).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13523/img-10.png
Fichier image/png, 276k
Crédits (cliché extrait du site web http://www.thecityreview.com/​s06cant.html).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13523/img-12.png
Fichier image/png, 219k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search