Version classiqueVersion mobile

Les Alpes occidentales romaines

 | 
Maxence Segard

Troisième partie. Histoire d’un paysage, ‎histoire de terroirs : les Alpes ‎occidentales à l’époque romaine

Chapitre III. Une exploitation agro-pastorale discontinue dans un paysage en mosaïque

Texte intégral

1Les situations variées que révèlent les données polliniques, à l’échelle locale comme à l’échelle des Alpes occidentales, laissent toutefois ressortir une tendance forte : dans très peu de cas l’époque romaine correspond à une intensification des activités pastorales, en moyenne comme en haute montagne. Cette image demande cependant à être éclairée par les données archéologiques, qui montrent que ces évolutions peu marquées de l’emprise sur le paysage ne signifient pas une absence d’évolution.

1. Une emprise modérée dans un paysage encore forestier

2Dans tous les cas observés dans le Champsaur, les activités agricoles et pastorales se sont développées bien avant l’époque romaine, parfois depuis le Néolithique. Chaque fois, l’âge du Bronze et l’âge du Fer correspondent à une longue période durant laquelle les communautés humaines qui peuplaient le plateau ont contribué progressivement au façonnement d’un paysage semi-ouvert, en partie consacré à l’agriculture et à l’élevage. Cette longue période ne doit pas être perçue comme homogène, mais plutôt comme une alternance de phases d’emprise forte puis de recul des activités humaines. Sur le long terme (1500 ans au minimum), tous les sites étudiés par M. Court-Picon témoignent cependant d’une dynamique globale de recul des forêts et d’extension des surfaces mises en valeur. L’époque romaine s’inscrit dans cette dynamique et présente également des situations variées qui témoignent de l’absence de dynamique homogène à l’échelle micro-régionale. Chaque site témoigne d’une situation locale particulière. Il n’existe en particulier aucune contemporanéité dans les phases d’emprise et de déprise, et donc pas de cause unique. C’est ce qu’on constate également à l’échelle des Alpes occidentales.

3Les témoignages d’une nette intensification des activités humaines à l’époque romaine sont finalement peu nombreux. En réalité, on observe une dynamique de ce type seulement sur le plateau d’Évian, où la période romaine correspond à une phase de déboisement de grande envergure et de développement des activités agricoles et pastorales. Dans de nombreux cas, cette période est bien datée, et on y constate l’absence totale de fréquentation humaine à proximité. Cette situation se rencontre en moyenne montagne, comme le montre l’exemple du Champsaur. On retrouve cette situation dans d’autres sites, comme par exemple en bordure de la Romanche (tourbière de Mont Sec, 1130 m). Dans la vallée de la Durance, au lac de Siguret (1066 m) qui domine la vallée à environ 5 km au nord d’Embrun, le même constat d’un milieu totalement fermé et dominé par la forêt peut être fait. Dans d’autres cas, l’époque romaine est très discrète, et l’exploitation agro-pastorale diffère à peine de celle des époques précédentes. C’est le constat qu’on peut faire dans le bassin amont du Petit Buëch (tourbière de Corréo) et dans la Vallée d’Aoste (lac de Villa). Les données polliniques témoignent ici d’une mise en valeur modérée qui a débuté avant l’époque romaine. Celle-ci n’induit aucune modification majeure et surtout aucune accentuation des activités agro-pastorales. Dans les deux cas pourtant, le paysage décrit par les données polliniques est situé dans des secteurs empruntés par des voies majeures, et pour lesquels les données archéologiques témoignent d’une occupation dense. C’est évidemment le cas dans la Vallée d’Aoste, où les nombreux vestiges d’habitat et de structures routières (voies, ponts) montrent une fréquentation ancienne et forte. Dans la vallée du petit Buëch, axe naturel emprunté par la voie entre la vallée du Rhône et l’Italie, la reprise de la documentation ancienne montre l’émergence précoce d’établissements ruraux très importants et d’agglomérations. La villa du Serre-la-Croix en particulier, illustre les changements qui sont intervenus dès le Ier s. av. J.-C. dans ce secteur, et la place d’une très grande propriété foncière dans cette vallée des Alpes du Sud. Un peu plus à l’ouest, l’agglomération de Mons Seleucus, qui devait sans doute sa prospérité au passage, était également au cœur d’une région occupée et exploitée. La présence dans l’agglomération d’un pressoir et de structures de stockage du vin le démontre bien. Malgré cette occupation précoce et dense, les données dont on dispose sur l’histoire du milieu dressent l’image d’un paysage exploité peu intensivement depuis l’âge du Fer, mais qui ne subit aucune accentuation de sa mise en valeur à l’époque romaine. Une même dynamique d’exploitation ancienne du milieu est identifiée à Saint-Léger, sur le versant qui domine au sud la basse vallée de l’Ubaye. Dans un paysage de moyenne montagne occupé et exploité de façon modérée depuis l’âge du Bronze, c’est le haut Moyen Âge qui apparaît comme une période de rupture, marquée par l’extension des terroirs.

4L’examen des nombreuses données environnementales suggère une situation identique en haute montagne : les analyses polliniques y indiquent une végétation largement dominée par la forêt, et très peu affectée par les activités humaines. C’est le cas dans la vallée de l’Arve, au col des Lauzes dans la Haute-Durance, dans la vallée de l’Ubaye (Vallon du Loup, Vallon de Provence), dans les Alpes Maritimes (Clapeyret, Lac Long Inférieur), dans le Taillefer (Lac des Boites), dans le Queyras (Lac Miroir) ou encore en Vallée d’Aoste. Les nombreuses analyses polliniques suggèrent donc l’existence de très nombreux secteurs qui ne sont pas fréquentés par le bétail, ou en tout cas à peine affectés par la présence de troupeaux modestes. Dans de nombreux cas, l’ouverture du milieu et la mise en place d’un paysage de pelouses alpines pâturées au Moyen Âge montre que l’absence d’activités à l’époque romaine n’est pas liée au caractère peu favorable du secteur, mais plutôt à l’absence de pression agro-pastorale. Seuls quelques sites présentent des signes d’intensification, comme au lac des Grenouilles (vallée de Fontanalba), dans le Taillefer ou dans la Vallée d’Aoste (tourbière de Santa Anna). Ici encore, les rythmes de cette intensification sont variables : Haut-Empire dans la vallée d’Aoste, tandis que le développement du pastoralisme est daté du IIIe-IVe s. dans le Taillefer et le secteur du Mont Bégo.

5Cette confrontation de nombreux sites et des apports de l’archéologie et des disciplines paléoenvironnementales met en avant l’image d’un paysage en mosaïque, où se juxtaposent des espaces mis en valeur, cultivés, pâturés, et des secteurs proches entièrement boisés, parfois pâturés, mais en tout cas peu affectés par les activités humaines. L’examen à l’échelle des Alpes occidentales confirme le constat qu’on pouvait faire pour le Champsaur : de secteurs qu’on aurait attendus exploités de façon intensive, la palynologie nous renvoie l’image d’un paysage où la forêt tient encore une place importante, et à peine plus mis en valeur qu’auparavant. Cette situation est valable là où elle était soupçonnée, c’est-à-dire dans les montagnes ; mais elle l’est également dans les zones basses les plus peuplées, et donc a priori les plus favorables à une mise en valeur intensive. Le cas alpin n’est bien entendu pas isolé. Cette discrétion de l’époque romaine dans les diagrammes polliniques est également une constante dans les Pyrénées et dans le Jura, où la spécificité de cette période se situe surtout dans la continuité de pratiques anciennes, ce qui fait dire à H. Richard que « […] les Romains se contentent apparemment de structurer les terroirs agricoles sans élargir les zones ouvertes » (Richard 1999, 38). La maladresse dans le choix du mot « Romains » ne doit néanmoins pas masquer une réalité : après la conquête, dans le Jura comme dans les Alpes, il n’y a pas de colonisation de peuplement, à l’exception de quelques secteurs particuliers. Ce sont donc les populations locales qui continuent d’être au centre de l’exploitation du territoire. La situation est peu différente dans les Pyrénées, où l’époque romaine apparaît comme une période de stabilité de la pression agro-pastorale (Galop 1998, 257 ; Galop 2005). Comme dans les Alpes, c’est l’image d’un paysage peu bouleversé par les activités humaines qui s’impose. L’image de terroirs et de modes d’exploitations peu différents de ceux de l’âge du Fer place la période romaine « dans le prolongement de systèmes d’exploitation et d’utilisation de l’espace mis en place antérieurement » (ibid.), même si les ressources naturelles ont pu subir une exploitation intensive dans certains secteurs spécifiques, à proximité de grands centres de consommation et dans régions riches en minerais des secteurs métallurgiques. Ce constat que permet de faire la palynologie vient appuyer celui des données archéologiques acquises lors de programme de recherches entrepris dans les années 1990 dans les Pyrénées ; l’image est celle « d’une exploitation importante de la montagne, mais dispersée et différenciée » (Rodà, Sablayrolles 2001, 200). Dans tous les cas, la place inégale mais souvent discrète de la période romaine est accentuée par l’intensification notable et systématique du Moyen Âge. C’est ce que révèlent également plusieurs études paléoenvironnementales réalisées dans d’autres régions alpines. Dans les Préalpes suisses par exemple, au sud de Zürich, l’impact romain n’existe pas, et les deux moments forts de la mise en place d’un paysage fortement exploités sont l’âge du Bronze et surtout le Moyen Âge, à partir de l’an Mil (Sidler 1991, 44-46). Des analyses similaires réalisées en Engadine conduisent au même constat d’un impact majeur au Moyen Âge, et pas avant (Gobet, Tinner, Hochuli et al. 2003, 150-151). L’image d’un paysage peu exploité, ou seulement de façon modérée, incite donc à insister sur une certaine continuité, et de gommer les ruptures introduites par le fonctionnement socio-économique romain. Cependant, cette image de continuité est nuancée par les données paléoenvironnementales elles-mêmes qui, à côté d’espaces forestiers dominants, témoignent de l’existence de secteurs intensément mis en valeur. Dans le même temps, les données archéologiques révèlent l’importance du développement urbain, la diffusion du modèle du grand domaine et de façon plus générale d’une économie aux mécanismes nouveaux. Ces réalités mettent en avant l’image d’une exploitation contrastée des régions alpines, que seul le retour aux données historiques et archéologiques permet d’expliquer.

2. Exploitation traditionnelle et exploitation domaniale

6L’une des questions qu’il est nécessaire de poser est celle des changements qui ont pu intervenir dans les structures foncières, dans les modes d’exploitation et dans l’importance des activités pratiquées dans les campagnes alpines. Traditionnellement, la période romaine est considérée comme correspondant à l’introduction et à la diffusion de nouvelles techniques dans le domaine agricole. Elle est surtout associée à la mise en place d’un système économique différent, fondé sur la rentabilité des productions et leur commercialisation. Vue sous cet angle, la conquête peut être perçue comme le début d’une phase de développement agricole et de prospérité des campagnes. C’est l’idée de rupture qui prédomine dans ce schéma, dans lequel la mise en place d’un réseau de villes et d’établissements ruraux est associée aux évolutions de la propriété et des modes d’exploitation. L’importance de l’habitat dispersé dans certains secteurs peut ainsi laisser penser à l’essor d’une agriculture dynamique, en contraste avec une économie agricole « primitive » qui caractériserait les populations alpines de la Protohistoire. Cette vision est celle du passage de sociétés indigènes indépendantes à un empire homogène, symbolisé par l’accroissement d’un marché urbain important, et la prédominance de l’économie domaniale. Elle demande à être examinée en tenant compte des situations présentées par nos différentes sources. Le paysage en mosaïque, où les « taches » mises en valeur de façon intensive cohabitent avec des espaces plus modérément exploités et de vastes espaces forestiers, témoigne de dynamiques variées qui sont autant de fenêtres ouvertes sur les mutations des sociétés alpines à l’époque romaine.

2.1. Les héritages de l’âge du Fer

7Pour évoquer une rupture, encore faut-il connaître la période qui précède. Or force est de constater que l’âge du Fer est une période très mal renseignée dans les Alpes occidentales. Les lacunes sur les sociétés de cette période sont évidemment un obstacle important, car on ignore presque tout de l’organisation du territoire, de l’appropriation et de la gestion des ressources du sol. Toutefois, les nombreuses découvertes anciennes, le plus souvent des sites à caractère funéraire, constituent le négatif d’une occupation dense attestée dans certains secteurs. C’est par exemple le cas dans les vallées de la Durance ou du Buëch, mais également dans le Valais ou dans les vallées du versant italien. L’image offerte par les découvertes d’objets métalliques provenant de sépultures a dans certains cas été confirmée par la reprise des recherches. Récemment, les travaux entrepris dans l’Ubaye sont ainsi venus préciser la vision qu’on avait de l’âge du Fer dans cette vallée (Garcia 2001). Basés sur l’examen de l’ensemble de la documentation ancienne et sur des travaux de terrain, ils ont montré une occupation dense de tous les étages, depuis le fond de la vallée jusqu’à la haute montagne.

8À l’âge du Fer, les vallées alpines et la moyenne montagne étaient donc peuplées et exploitées. Le récit par Polybe de la traversée des Alpes par Hannibal montre ainsi, pour la fin du IIIe s. av. J.-C. (ou plutôt le IIe s. puisque c’est à cette époque que Polybe voyage en Gaule et rédige les Histoires), des vallées habitées et parcourues jusqu’à des altitudes élevées. Le récit des embuscades en particulier, durant lesquelles l’armée d’Hannibal doit affronter des groupes de montagnards, montre l’excellente connaissance qu’avaient les populations locales de la montagne, qu’elles habitaient et exploitaient toute l’année. Ces données rappellent que l’habitat rural romain ne s’est pas développé sur un substrat vierge. Les vallées comme les montagnes étaient occupées, et les ressources qu’elles recelaient étaient connues et exploitées. La rupture qu’on observe avec l’apparition d’un habitat rural bâti « à la romaine » et d’un réseau de villes et d’agglomérations doit donc être relativisée. Traduit-elle nécessairement un intérêt accru pour la terre et les ressources qu’on peut en tirer ? Est-on d’ailleurs bien certain que les établissements ruraux d’époque romaine étaient plus nombreux que leurs prédécesseurs ? Il est en tout cas un fait établi clairement par les données palynologiques : l’intensification rare et seulement ponctuelle de l’impact des activités agro-pastorales à l’époque romaine. Ce constat demande à être confronté aux informations que livrent les sources écrites et aux données archéologiques. Celles-ci permettent d’expliquer les évolutions liées à l’intégration des régions alpines, en termes culturels, sociaux et économiques. Elles permettent en même temps de souligner la variété des facteurs qui ont déterminé les nombreux comportements socio-économiques qu’on observe dans les Alpes à l’époque romaine. En particulier, il faut insister sur l’existence de modèles économiques beaucoup plus complexes que ceux qui distinguent l’exploitation du fundus (agriculture intense) et celle du saltus, où l’élevage et l’exploitation forestière sont dominants (Giorcelli Bersani 2004). L’analyse doit évidemment tenir compte des milieux naturels, des ressources qu’ils recèlent, et des possibilités de les exploiter. Mais elle doit également considérer d’autres réalités, telles que la proximité d’un marché, l’isolement par rapport aux voies de communication et la place de l’investissement foncier. Cette approche doit être faite au cas par cas, afin d’observer et d’expliquer la spécificité de chacun, mais également afin d’identifier les inéluctables zones d’ombre, celles qu’on n’imagine pas, aujourd’hui, pouvoir éclairer.

2.2. Développement urbain, propriété foncière et modes d’exploitation

2.2.1. Spécificités de la période romaine

9On peut penser que les campagnes alpines n’étaient pas beaucoup plus peuplées qu’à la fin de l’âge du Fer ; on peut également penser que leur mise en valeur était à peine plus intensive, ce que démontrent la plupart des données paléoenvironnementales. Pour autant, ce double constat ne doit pas conduire à l’idée d’une parfaite continuité qui nierait les spécificités de la période romaine. La mise en place d’un réseau de villes, d’agglomérations secondaires et d’établissements ruraux est en effet le témoin le plus évident des profondes modifications qui affectent les Alpes occidentales après leur conquête. Leur confrontation avec les données sur le milieu naturel montre en tout cas l’absence de relations directes entre les modifications économiques et sociales et l’étonnante stabilité du paysage.

10On peut d’abord regretter que, parmi les nombreuses données paléoenvironnementales, très peu d’entre elles concernent des espaces très proches d’une ville romaine. Il serait en effet d’un grand intérêt de pouvoir quantifier l’importance de la mise en valeur agro-pastorale de ces secteurs densément peuplés. On peut imaginer ce que représenterait une approche de ce type à proximité d’Aoste, et les possibilités offertes pour estimer l’impact qu’a pu avoir la déduction de la colonie, la construction de la ville et l’attribution de terres aux vétérans. De même à Martigny, la création et le développement de la ville à partir de l’époque de Claude ont dû générer une demande considérable en matériaux de construction, et on peut s’interroger sur l’impact du développement urbain sur les forêts environnantes. Seul le secteur d’Aix-les-Bains et d’Annecy est documenté par des analyses réalisées à partir des sédiments prélevés dans les deux lacs (David, Farjanel, Jolly 2000 et 2001 ; Magny, Richard 1985). Avec toutes les limites liées à des analyses réalisées dans ce type de lac (leur grande taille fait que ces lacs recueillent la pluie pollinique locale mais surtout régionale), ce qu’elles révèlent est néanmoins conforme à ce qu’on observe ailleurs : l’exploitation y est ancienne, mais ne s’intensifie que tardivement, au Moyen Âge ou à l’époque moderne. En cela, ces analyses fournissent un premier élément de réponse quant à la place des villes dans l’exploitation du territoire.

11Les mêmes interrogations planent sur les vallées, pour lesquelles les découvertes archéologiques témoignent d’une densité d’occupation souvent très forte, à l’exemple du secteur des lacs des Alpes du Nord, de la vallée de l’Isère, des vallées du Buëch et de la Durance, ou du Valais et de la Vallée d’Aoste. C’est sans doute dans ces zones basses, pour lesquelles les données environnementales sont peu nombreuses, qu’on peut soupçonner une intensification plus importante des activités agro-pastorales. Encore faut-il que le peuplement y ait été plus important qu’à l’âge du Fer, ou que se soit mise en place une grande propriété foncière destinée à une mise en valeur systématique. C’est sans doute ici l’une des grandes difficultés que constitue la confrontation entre l’intérêt évident de grands propriétaires pour la terre, et une exploitation finalement rarement intensive du milieu. Les situations qu’on rencontre à l’échelle des Alpes montrent bien l’omniprésence, depuis les vallées jusqu’aux cimes, de la grande propriété. Celle-ci pourtant ne révèle pas partout des réalités identiques.

2.2.2. Exploitation de la montagne et investissements fonciers

12Il faut d’abord souligner l’intérêt précoce que certains Italiens ont accordé aux opportunités qu’offraient les terres de Transalpine. Les accusations contre Fonteius, principalement connues à travers sa défense assurée par Cicéron, montrent l’importance des investissements de riches Italiens dans le commerce, mais également dans la terre. On peut rappeler à ce propos un autre texte de Cicéron, le Pro Quinctio. Dans ce discours daté de 81 av. J.-C., Cicéron défend P. Quinctius, propriétaire d’une société qui faisait le commerce de produits gaulois. Il avait hérité de son frère un grand domaine en Gaule Transalpine, destiné à l’élevage et aux cultures (Quinct., III, 12). Cicéron ajoute plus loin (XXV, 79-80) que P. Quinctius possédait des terres qualifiées de saltus dans la province de Gaule, chez les Sebaginnii. En s’appuyant sur le fait que Cicéron précise que ce domaine est à 700 milles de Rome et au-delà des Alpes, et que le col du Montgenèvre était le plus pratiqué à cette époque, G. Barruol a proposé de localiser les terres de P. Quinctius dans les Préalpes, sans doute dans le secteur de Sisteron et Le Monêtier-Alemont (Barruol 1969, 291-293). Même si on ne peut l’affirmer, on peut supposer que les vastes étendues de saltus possédées par P. Quinctius dans les Alpes méridionales étaient l’objet d’une exploitation fondée sur l’agriculture et l’élevage, destinée à générer du profit. Il en est sans doute de même à Argenton, dans une petite vallée de moyenne montagne des Alpes méridionales où, à la même époque, un chevalier italien fait édifier son mausolée (Bérard 1997, 207-209). Ce personnage fortuné, comme Quinctius, possédait de toute évidence un domaine dans cette petite vallée isolée (1300 m). L’explication la plus souvent avancée est celle d’un domaine lié à l’exploitation minière. Cette hypothèse s’appuie avant tout sur la toponymie et la présence de minerai dans ce secteur, mais aucun indice d’exploitation antique n’a été découvert lors des prospections réalisées dans ce secteur (BSR PACA, 1995, 43-45). Comme le souligne P. Leveau dans l’introduction à la Carte Archéologique des Alpes-de-Haute-Provence, l’agriculture et l’élevage spéculatifs sont des pistes sans doute tout aussi valables pour expliquer l’implantation d’un domaine dans les montagnes (Bérard 1997, 69). L’exemple de Quinctius le démontre, et rappelle que certains secteurs des Alpes ont pu constituer des zones d’investissement rentables. L’accroissement des zones nouvellement conquises, et dans certains cas l’éviction des populations indigènes de la vie locale (les Salasses en particulier), ont en effet favorisé l’accaparement de certaines richesses ponctuelles, susceptibles de générer d’importants bénéfices. Les gisements miniers constituaient des opportunités que certaines grandes familles, jouant de leurs appuis, se sont appropriées. À ce titre, les gisements de La Bessa constituent le meilleur exemple, même si la prise en main des richesses aurifères est d’abord celle de l’État romain, qui en a laissé l’exploitation à des sociétés de publicains. La mise en place d’une exploitation à grande échelle montre en tout cas que lorsque les ressources présentaient des garanties de rentabilité, elles étaient exploitées de façon intensive. Bien qu’on soit plus mal documenté sur leur compte, les mines du neveu de Salluste (dans le territoire ceutron), ou l’omniprésence de grandes familles en Vallée d’Aoste montrent de la même façon un investissement privilégié dans des ressources rentables.

13Concernant l’économie domaniale, on insistera également sur l’existence de grandes propriétés aristocratiques, possédées par les indigènes les plus puissants. Ce sont ces mêmes notables qui intègrent les premiers le mode de vie romain. Une élite aux modes de vie proto-urbains, centralisée dans certains grands oppida (Genève en est l’exemple le mieux connu) a donc constitué une assise forte pour l’intégration et pour les changements de mode d’exploitation. Dans les campagnes, ces processus sont particulièrement évidents au Parc de La Grange, près de Genève, ou au Serre -la-Croix dans la vallée du Petit Buëch. Ces deux grandes villae, résidences rurales de l’élite voconce et allobroge, montrent l’emprise précoce de grands propriétaires sur la terre, en partie due à leur fidélité à Pompée puis César. La mise en évidence d’une grande propriété dans l’ensemble des Alpes occidentales confirme qu’il s’agit d’un phénomène uniforme, en tout cas dans les zones basses. Il faut par ailleurs rappeler que peu de villae et d’établissements ruraux témoignent d’une occupation antérieure à l’époque augustéenne. La nouvelle donne de cette période, qui est aussi celle du développement urbain, concerne donc également l’espace rural. Celui-ci est désormais occupé par un maillage de fermes, plus ou moins importantes, qui n’existaient pas auparavant. Cet aspect chronologique est décisif, car il montre que les changements majeurs de l’époque augustéenne dépassent largement le cas de la grande propriété. C’est une question plus générale sur laquelle on reviendra plus loin. En moyenne et haute montagne, la grande propriété se fait plus discrète, ou elle est en tout cas plus difficile à établir. Peu de villae sont connues dans les secteurs de moyenne montagne, ce qui n’exclut pas que ces espaces n’étaient pas intégrés dans la vie économique de domaines dont le centre était dans une vallée. Les bornes de la Chartreuse prouvent par ailleurs que l’intérêt pour les ressources de la terre ne concernaient pas seulement les espaces favorables à l’agriculture, mais également ceux susceptibles de livrer d’autres ressources, comme le bois, les pâturages ou le minerai. Elles rappellent les remarques de G. Fabre sur les Pyrénées, qui percevait à travers une série d’inscriptions le contrôle de certains espaces de montagne par quelques grandes familles (Fabre 2000). Dans les Alpes, cet attrait pour certaines ressources spécifiques apparaît toutefois ponctuel, et déterminé par la rentabilité de l’investissement. Cette question demande à être examinée, car elle contraste avec l’impression de stabilité du paysage donnée par la palynologie. Que la grande propriété se soit parfaitement adaptée au milieu alpin est incontestable ; que les campagnes aient connu de profondes restructurations l’est également. Le développement de villes et d’agglomérations secondaires conforte l’image d’un paysage en pleine évolution ; mais comment ces changements des structures économiques se manifestaient-ils dans la façon d’exploiter les ressources ?

2.2.3. Formes et modalités de l’intensification

14Dans le Champsaur, l’idée d’une dynamique de mise en valeur accélérée peut seulement être évoquée dans le secteur de Libouse. Il s’agit de la seule zone affectée à l’époque romaine par un déboisement important, associé à l’extension des espaces cultivés et pâturés. On peut imaginer que rapidement après l’intégration de ce secteur, les opportunités offertes par ce milieu très favorable aux activités agro-pastorales ont suscité l’intérêt d’un notable. Issu d’une famille locale ou investisseur étranger, on l’ignore ; mais l’installation dans ce secteur d’un domaine et la mise en valeur agricole et pastorale étaient de toute évidence liées à une recherche de profit, nécessaire pour atteindre ou justifier son rang. L’exemple du Champsaur montre néanmoins que ce phénomène a été ponctuel, puisqu’il ne concerne que le secteur de Libouse. Cette dynamique évoque donc une emprise par taches, dans laquelle un domaine intensivement exploité, pour des productions destinées à être commercialisées, côtoyait des bois, des friches et des landes, mais également sans doute des exploitations plus modestes à l’économie davantage tournée vers l’autarcie. C’est ce que révèle par exemple l’analyse réalisée à Sagne de Canne, où les activités agro-pastorales sont pratiquées de façon continue depuis le second âge du Fer, sans accentuation notable à l’époque romaine.

15Ce paysage qu’on peut dresser avec précision dans le Champsaur est sans doute valable pour la plupart des régions de moyenne montagne. On peut par exemple supposer que les analyses palynologiques du plateau d’Évian révèlent une même dynamique dans laquelle la grande propriété a conduit à une intensification de la mise en valeur et à l’extension des terres cultivées et des prairies (diagramme de La Beunaz). Là encore, on doit imaginer la volonté de propriétaires d’intensifier leur production, peut-être de la spécialiser. La place de l’élevage, peut-être également de l’exploitation forestière peut révéler la mise en place d’une économie à forte valeur pastorale, destinée à approvisionner un marché urbain proche de plus en plus important (Thonon), et en l’occurrence consommateur de combustibles à cause du développement de l’artisanat potier. En haute montagne, on observe de la même façon des espaces - majoritaires - dominés par une forêt dense, qui parfois n’ont jamais été parcourus par les troupeaux, et des pâturages et des forêts éclaircies fréquentés par le bétail. Comme en moyenne montagne, le pastoralisme est souvent modéré, et rarement plus intensif qu’auparavant. C’est ce qu’on observe dans le Dévoluy, dans le secteur du lac du Lauzon ou dans la vallée de l’Ellero (Rifugio Mondovi), dans la vallée des Merveilles ou dans l’Argentiérois (Fangeas). Dans certains cas seulement, les données palynologiques mettent en évidence une accentuation de la charge pastorale : dans le Taillefer, dans la vallée de Fontanalba et dans la Valletournenche. La haute montagne apparaît donc comme l’espace qui est touché le plus marginalement par la mise en place probable d’activités pastorales importantes basées sur l’estive. Elle ressort comme une zone fréquentée comme elle l’était auparavant, et seulement par les populations pour lesquelles la montagne était familière. Cependant, les débats autour des formes d’élevage, des bénéfices que pouvait procurer la mise en place d’un grand élevage extensif et la richesse réelle des Alpes en espaces à pâturer (forêts, prairies d’altitude) méritent qu’on pose la question de l’intérêt de la haute montagne dans les nouveaux fonctionnements économiques.

2.2.4. La fréquentation de la haute montagne et le développement de l’élevage

16Comme pour les vallées et la moyenne montagne se pose la question des raisons de la présence plus importante qu’on observe en haute montagne. Dans un paysage encore dominé par la forêt, et en tout cas très peu fréquenté par les troupeaux, certains lieux privilégiés voient une arrivée massive de bétail. On peut penser que de grands propriétaires possédaient des troupeaux importants, qu’ils envoyaient l’été en haute montagne. Comme on l’a déjà souligné, l’origine de ces troupeaux ne peut être déterminée. L’hypothèse de déplacements lointains, si elle ne peut être totalement écartée, ne trouve pas vraiment de confirmations dans les Alpes. Les modes d’exploitation nouveaux, représentés en Provence par les bergeries de la Crau, ne trouvent nulle part de parallèle dans les Alpes occidentales. Les troupeaux étaient emmenés en haute montagne l’été pour des raisons difficiles à établir. Il faut en tout cas écarter l’argument d’une surcharge dans les zones basses et en moyenne montagne, qui présentaient de nombreux espaces favorables au pâturage, y compris l’été. Il est certain que la pratique de l’estive était connue depuis le Néolithique, et qu’elle s’est maintenue par la suite. On peut penser qu’aux origines, les raisons premières n’étaient pas économiques, et que les bienfaits qu’apportait l’estive au bétail étaient secondaires ; peut-être suivait-il plutôt les hommes dans leurs déplacements liés au commerce entre vallées, à la recherche de minerai ou de silex, et bien entendu à la chasse. Pour la période romaine, la fréquentation de la haute montagne devait également avoir des objectifs divers. Dans le cas de la grande propriété, on sait par les exemples de l’Italie centrale et par les agronomes que les avantages de l’estive pour le bétail étaient connus. On ne peut donc exclure que dans certains secteurs des Alpes, les troupeaux de certains domaines étaient emmenés dans les montagnes pour y profiter de la qualité de l’herbe. Les bornes du massif de la Chartreuse montrent ainsi que ces espaces étaient délimités par des propriétaires privés, peut-être pour éviter les empiètements. La datation augustéenne de la seule borne conservée indique la précocité de cet intérêt pour la montagne. Mais de toute évidence, il ne reste nulle trace d’un élevage extensif basé sur des grandes migrations estivales. Qu’il ait existé est probable, dans la plaine du Rhône, dans les grandes vallées alpines ou dans certains secteurs de moyenne montagne. Mais les possibilités entrevues dans la Crau, où l’estive pouvait se faire dans des zones humides provençales, montre que les solutions alternatives aux déplacements verticaux, vers la haute montagne, doivent être privilégiées.

17Les sites découverts dans le piémont pyrénéen nous éclairent justement sur les modalités de l’élevage en montagne (Réchin 2000 et 2006). L’intérêt des sites pastoraux qui y ont été étudiés est double : ils sont bâtis de façon rudimentaire et situés dans le piémont, dans des zones de plaine et de moyenne montagne. Ces constructions en pierre sèche, sans mortier ni tuiles, sont en contraste total avec les changements de modes de construction qu’on observe dans les villes et les grands établissements ruraux proches. Cette caractéristique fait de ces sites des parallèles remarquables à ceux identifiés et fouillés dans les montagnes pyrénéennes. Ils constituent, au même titre que ces derniers, les indices d’une présence temporaire de bergers dans les zones basses, et en dehors d’établissements ruraux. Il s’agit en général de vastes étendues sur lesquelles ont été retrouvés de grands foyers aménagés avec des galets (1 m-1,50 m de diamètre), mais également des petits bâtiments quadrangulaires semi-ouverts (ils sont formés de seulement deux murs à angle droit) avec des aménagements (dont la toiture) en matériaux périssables. F. Réchin souligne l’importance du caractère temporaire et éphémère de ces implantations, sans élévation en dur et privées de tout aménagement domestique pérenne. La présence de grands foyers non abrités et très frustes laisse penser que les bergers revenaient périodiquement à un même endroit, et réaménageaient ces espaces de vie (dont les foyers) à chaque fois. Ces sites pyrénéens posent donc la question de l’existence de communautés au mode de vie largement fondé sur le pastoralisme. C’est une hypothèse qui avait déjà été émise par les préhistoriens pour le Néolithique et pour l’âge du Bronze. Il est évident que les bergers qui pratiquaient le pastoralisme avant la conquête ont poursuivi cette activité, mais on ignore dans quel cadre : encadraient-ils des troupeaux de grands domaines ou de communautés dans le cadre de propriétés collectives ? Possédaient-ils leur propre bétail, dans le cadre d’activités spécialisées ou dans une économie agro-pastorale qui incluait l’estive ? De toute évidence, la fréquentation pastorale de la montagne a peu changé dans les pratiques quotidiennes, et rarement dans son importance. Que les enjeux économiques autour de l’élevage aient évolué est certain, que la destination des productions ait changé l’est également, mais ces changements sont difficiles à évaluer à partir de la documentation dont on dispose.

2.2.5. Les mines, entre grande exploitation et approvisionnement du marché local

18Cette évolution peu flagrante de la montagne ne concerne pas seulement les ressources végétales, et donc les activités agricoles et pastorales. On l’observe de façon parallèle pour d’autres ressources, en particulier minérales. Celles-ci posent un problème différent, qui est celui de la disponibilité des ressources. La pierre et le métal étaient présents partout, parfois en abondance, mais pas forcément de bonne qualité ou difficiles d’accès. Ainsi, les traces d’exploitation du minerai ou de la pierre sont extrêmement rares, surtout si on les compare aux indices dont on dispose pour le Moyen Âge. Cette comparaison montre d’ailleurs que les richesses existaient, mais qu’elles n’étaient pour la plupart pas exploitées. Ce qui nous ramène à la définition même du minerai, toute roche suffisamment riche en métal pour que son exploitation soit rentable. Il faut comprendre derrière cette définition le caractère très relatif du mot, et surtout que des moyens techniques tels que les engins mécaniques et la poudre ont permis d’exploiter des roches trop pauvres pour être extraites auparavant. Cette parenthèse n’explique pas la « frénésie » minière de l’époque médiévale, qui a conduit à multiplier les exploitations dans tout l’arc alpin et jusqu’aux endroits les plus inaccessibles, et cela avec des moyens techniques peu différents de ceux de l’époque romaine. Elle renvoie en revanche à celle de la rentabilité d’une exploitation romaine, dans un contexte de disponibilité croissante en métaux d’autres régions de l’Empire.

19De façon générale, les indices dont on dispose plaident pour un investissement qui s’est concentré sur certaines ressources privilégiées dont la rentabilité était assurée. L’exploitation de l’or de La Bessa, mais également les mines chez les Ceutrons montrent ainsi l’importance accordée à ces richesses par l’État et les propriétaires privés. Mais ces exemples sont aussi des cas isolés, peut-être même des exceptions. Les gisements de La Bessa ont dû leur exploitation considérable à une conjonction de facteurs favorables. L’extraction de l’or à grande échelle n’a d’ailleurs peut-être pas survécu aux évolutions de la fin de la République et du début de l’Empire, si on s’appuie sur les indices très minces d’une exploitation postérieure au Ier s. av. J.-C. La concurrence d’autres grands gisements contrôlés par Rome a vraisemblablement conduit à délaisser l’or du Piémont, moins rentable. De même, on peut poser la question de l’épuisement des mines des Ceutrons évoqué par Pline : témoigne-t-il d’un épuisement réel des gisements, ou doit-on comprendre que exploitation était désormais peu rentable ? Il est certain que par leur envergure, les immenses districts ibériques ou de Méditerranée orientale alimentaient une grande partie du marché. Il ne faut par ailleurs pas occulter les centres de production d’autres provinces, plus modestes certes, mais quand même très importants, qu’on connaît aujourd’hui très bien dans le Languedoc et le piémont pyrénéen (Domergue et al. 2006). Les recherches menées dans le massif des Pyrénées, au Pays Basque en particulier, montrent l’importance de certains secteurs dont la production devait être écoulée sur le marché local et régional. Ces gisements de dimensions très variables, rarement documentés par les sources écrites, ont été mis en évidence par des recherches intensives sur le terrain. Mais dans les Alpes, et malgré l’ancienneté et le dynamisme de l’archéologie minière, seuls quelques secteurs peuvent s’apparenter à ces modes d’exploitation. On perçoit par exemple à La Plagne, dans la vallée de l’Isère, une exploitation d’envergure moyenne, localisée et sans doute principalement destinée à alimenter d’Aime et la vallée. La longue durée de l’exploitation, depuis l’époque augustéenne jusqu’au IVe s., témoigne de l’intérêt que représentaient des gisements proches du marché urbain, d’autant plus rentables que leur principal débouché était peu éloigné. Exploités avant même la création de la province, ils l’ont toujours été par la suite. La présence d’une villa à proximité des mines plaide pour placer là un notable ceutron ou italien, attiré par les possibilités de s’enrichir. L’exemple du neveu de Salluste témoigne de cette frénésie de l’investissement foncier, qui s’est reporté dès la conquête vers la terre et toutes les richesses susceptibles d’être exploitées.

20Cette revue générale de la place de la grande propriété et de son intégration dans une économie ouverte, où l’approvisionnement du marché urbain, local, régional ou lointain est central et constitue une grande source de profit, confirme l’idée de régions alpines aux nombreuses richesses. Mais celles-ci, dont l’existence est incontestable, n’étaient pas accessibles partout, ou demandaient un investissement important. C’est sans doute l’une des raisons qui explique que l’exploitation minière soit aussi discrète dans les Alpes occidentales. Par ailleurs, la réorganisation des campagnes est d’abord perceptible dans les vallées. L’occupation y est peu différente de celle qu’on retrouve dans les régions de plaine périphériques (vallée du Rhône, plaine du Pô, Plateau suisse). Le développement contemporain des villes contribue à compléter le modèle économique romain, où le marché urbain croissant est alimenté par l’économie domaniale qui exploite les campagnes. Ce schéma se vérifie parfaitement dans les régions les mieux documentées, par exemple dans la région des lacs, entre Genève et Chambéry. Mais dans ce modèle économique, la montagne elle-même, qui surplombe ces vallées et ces bassins, ne peut être ignorée. Elle est justement considérée comme marginale, en dehors de l’économie de marché ou au mieux périphérique. L’image offerte par les agglomérations indigènes du Haut-Valais ne fait qu’accréditer cette hypothèse, tant elle vérifie le schéma de populations montagnardes à peine affectées par les évolutions que connaissent les régions proches. Cette image demande à être examinée de plus près, car elle nous ramène aux clichés sur l’hostilité, l’austérité de la montagne, où seules les populations locales peuvent survivre dans le cadre d’une économie traditionnelle peu évoluée.

2.3. Une économie traditionnelle en mouvement

2.3.1. Importance des données paléoenvironnementales

  • 70 L’expression est de G. Duby, dans les discussions qui suivent les communications du colloque.

21C’est sans doute pour les secteurs de moyenne et de haute montagne que les données paléoenvironnementales fournissent les données les plus précieuses. Elles ont d’autant plus de valeur qu’elles viennent souvent pallier la carence des sources écrites et des données archéologiques. Une certitude est en tout cas établie : les déboisements forts et systématiques existent, mais ils sont médiévaux. Cette période apparaît dans son ensemble comme une véritable conquête de terres nouvelles à cultiver et à mettre en valeur. On la perçoit partout, depuis les fonds de vallées jusqu’à la haute montagne. Elle concerne la céréaliculture, les cultures herbagères, les vergers, l’élevage et les mines. Cette intensification est connue par les textes, et elle est remarquable dans les données palynologiques, qui la mettent en évidence presque systématiquement. Même les diagrammes les plus imprécis (de notre point de vue), destinés à montrer d’abord les évolutions globales du climat sur le long terme, enregistrent ces dynamiques d’emprise qu’on observe, selon les sites, depuis le haut Moyen Âge jusqu’à l’époque moderne. On ne reviendra pas sur ce phénomène, particulièrement bien démontré à partir des sources écrites, qui demanderait cependant à être relu à la lumière des informations apportées par les disciplines paléoenvironnementales (Falque-Vert 1997 ; Carrier 2001). On signalera seulement que les communications au colloque sur la croissance agricole au Moyen Âge avaient montré pour la plupart que les origines de ce développement d’un paysage intensément mis en valeur étaient anciennes, et qu’il fallait souvent chercher au haut Moyen Âge les « frémissements de surface »70 de dynamiques qui deviennent plus tard spectaculaires. Les données palynologiques le confirment, et témoignent parfois d’entreprises de déboisement violentes dès les VIIe-VIIIe s. Cette parenthèse sur l’époque médiévale doit seulement nous rappeler la discrétion de la période romaine. Car à côté des quelques grandes exploitations où a pu se développer une économie spéculative, ce sont des activités agricoles et pastorales ténues, peu marquées qui dominent, sans compter tous les secteurs qui paraissent avoir été complètement délaissés. Cette situation n’est pas particulière aux Alpes, et on la retrouve dans la plupart des massifs. Les travaux des palynologues dans les Pyrénées et dans le Jura, les plus avancées en termes d’identification et de caractérisation des activités humaines, démontrent une même stabilité des terroirs, loin de tout modèle d’intensification généralisée fréquemment associé à la période romaine. Ces caractéristiques témoignent de toute évidence de spécificités propres à l’exploitation des milieux montagnards.

2.3.2. Le fonctionnement de l’économie de la montagne

22Les différentes sources insistent sur le maintien en moyenne et en haute montagne de pratiques économiques peu différentes de celles de l’âge du Fer. Le même constat dans les Pyrénées, principalement à partir des données paléoenvironnementales, a conduit à distinguer deux grands types de fonctionnement des sociétés agro-pastorales (Bonhôte, Davasse, Dubois et al. 1997, 319). Leur examen montre que leur validité dépasse de loin le cadre de ce massif. Ces deux systèmes correspondent globalement à deux étapes successives dans une évolution de l’emprise humaine sur le paysage, depuis les balbutiements des activités agricoles et pastorales : un « modèle autarcique », mis en place dès le Néolithique et surtout à partir de l’âge du Bronze, et un « système ouvert » initié au Moyen Âge. Dans le premier cas, il s’agit d’une économie associant la mise en valeur des zones exploitables toute l’année et la fréquentation pastorale de la haute montagne. Ce système a une influence très limitée sur les forêts, en dehors des zones boisées proches des zones habitées et cultivées. C’est dans ce modèle d’exploitation qu’on observe la mise en place de clairières qui s’élargissent progressivement, et qui conduit à un paysage en taches, qui définissent autant d’emprises fixées dans l’espace qui s’étendent ou parfois se rétractent. Dans ce système, les communautés disposent toujours de territoires, plus ou moins étendus, qui ne sont pas cultivés. Les bois, les landes, les friches et les pâturages de haute montagne constituent autant de marges de sécurité permettant de diversifier les productions ou d’étendre au besoin les zones mises en valeur. Le « système ouvert » procède quant à lui d’un cumul de dynamiques diverses qui tendent à désorganiser le modèle autarcique. Des facteurs tels que la croissance démographique, l’ouverture de marchés urbains ou encore l’intensification des activités minières et métallurgiques, mettent à mal un système dans lequel les communautés, quelle que soit leur importance, disposaient toujours de plusieurs espaces distincts dont elles tiraient de quoi vivre. L’émergence de ce fonctionnement, qui se fait à des rythmes variés, conduit à une occupation de l’ensemble du territoire, en particulier des espaces forestiers jusque là exploités de façon marginale. Les sources écrites rendent très bien compte de ces évolutions au Moyen Âge dans le Haut-Dauphiné ; les travaux d’H. Falque-Vert y montrent la gestion de plus en plus difficile de la cohabitation entre cultures vivrières, culture herbagère et bétail.

23Ces deux modèles rendent évidemment compte de façon schématique de réalités diverses. Ils sont cependant globalement applicables partout, même si les rythmes du passage d’un système à l’autre peuvent être très variables. Ils traduisent en tout cas parfaitement la réalité alpine. Si on doit dégager une spécificité romaine, il faut justement la voir dans sa position au carrefour de ces deux dynamiques : globalement, à l’échelle des Alpes occidentales, mais aussi d’un massif, d’un plateau ou d’une vallée, l’exploitation du territoire continue d’être concentrique, centrée sur la ferme, et son impact s’amenuise rapidement quand on s’éloigne des terres mises en valeur. La montagne présentait de nombreux espaces qui ne présentaient pas d’intérêt économique majeur, d’accès et d’exploitation difficiles, et donc où l’investissement n’était pas rentable. Ces secteurs sont ceux où s’est maintenue une population locale, continuant de pratiquer au quotidien des activités agro-pastorales, associées à une exploitation opportuniste de ressources qui demandaient peu de travail. Le blé de trois mois évoqué par Pline et les agronomes traduit ces pratiques agricoles indigènes, adaptées à des milieux difficiles, peu propices à l’agriculture mais où une économie diversifiée était cependant possible. En cela, la période romaine s’inscrit en de nombreux points dans le modèle « autarcique », même si le terme lui-même ne convient sans doute pas. Car en même temps, le maintien dans les campagnes d’une population peu aisée, aux modes de vie et aux pratiques quotidiennes peu différents des périodes précédentes, ne signifie pas une ignorance des évolutions qui interviennent alors. La période romaine est aussi celle durant laquelle se développe une exploitation intensive ciblée sur des espaces particuliers ou des ressources particulières. La particularité de la période romaine est incarnée par cette juxtaposition de la petite exploitation traditionnelle et de la grande propriété destinée au profit, de l’économie vivrière et de l’ouverture de marchés urbains. Il ne s’agit pas d’une opposition entre des populations de vallées prospères et ouvertes sur l’économie de marché, et des populations montagnardes isolées, pauvres et qui se contentent de survivre en exploitant des territoires austères. Ces deux systèmes sont en réalités plus imbriqués, communiquent par capillarité et entretiennent de nombreuses relations. C’est ce qu’évoque Strabon lorsqu’il décrit les populations des montagnes qui viennent commercialiser leurs productions dans les villes. Ces contacts bien établis entre populations de montagnes et monde urbain laissent cependant de vastes zones d’ombre sur la place des villes dans la diffusion du modèle social et économique, sur l’intégration des ressources de la montagne dans le marché urbain, et de façon plus générale sur la place de la montagne dans la vie des populations alpines.

2.3.3. Populations rurales, marchés urbains et grande exploitation : les incertitudes de l’exploitation de la montagne

24La juxtaposition, parfois dans des espaces limités, de modes d’exploitation très différents pose la question des rapports qu’entretenaient les populations rurales et les marchés urbains, mais également leur insertion dans des structures foncières nouvelles et, pourquoi pas, les rapports de dépendances éventuels entre les montagnards et la grande propriété. La première évidence est la place prédominante des populations indigènes dans l’exploitation des ressources des régions alpines, depuis le plus modeste paysan jusqu’aux plus grands propriétaires. Seule la Vallée d’Aoste, et la Transpadane et la Ligurie en générale, révèlent des situations différentes, liées aux conditions de la conquête de ces régions. En dehors de ces territoires, les Alpes occidentales n’ont pas connu d’attributions de terres, et la place de l’investissement par des Italiens paraît réduite. C’est en tout cas ce que révèlent les inscriptions, seules sources susceptibles de nous informer sur les origines des grands propriétaires. Les populations qui exploitent les campagnes alpines, depuis les vallées jusqu’aux sommets, sont donc les mêmes qui les exploitaient avant la conquête. Ces populations présentent des niveaux d’intégration très divers. Les sites du Haut-Valais, par leur organisation collective et le caractère indigène de leur construction, révèlent de toute évidence des populations peu affectées par les restructurations foncières. Elles rappellent certaines hypothèses émises à propos de la vallée du Louron (Hautes-Pyrénées), où G. Fabre pense qu’il existait une propriété collective, dont les termes sont largement issus de statuts juridiques préromains (Fabre 1986, 71). Cette hypothèse rejoint les réflexions sur l’élevage dans le piémont des Pyrénées (Réchin 2000). Les sites pastoraux identifiés dans des régions de colline et de moyenne montagne révèlent l’existence de populations aux modes de vie inchangés : emploi d’outils en silex, de céramique presque exclusivement de tradition préromaine, et pauvreté générale du mobilier. Ces abris temporaires de bergers posent la question du statut de leurs occupants : s’agissait-il de bergers qui accompagnaient les troupeaux de grands domaines, ou qui continuaient de pratiquer leurs activités comme auparavant ? Ces deux solutions ont de toute évidence coexisté, et ce sont les populations locales, quel que soit leur statut, qui y ont joué un rôle central. On peut penser que les bornes de propriété de la Chartreuse étaient d’ailleurs destinées à la nécessité d’affirmer des droits sur des espaces qui, jusqu’alors, étaient considérés par les populations locales comme dévolus à des usages collectifs. Elles reflèteraient en cela des conflits d’usage liés à l’introduction dans ces secteurs de montagne d’un type de propriété et d’exploitation jusque là inconnu. Le statut des terres et les modalités de leur exploitation se révèlent de toute façon difficiles, voire impossible à déterminer. Le maintien d’une économie fondamentalement vivrière, fondée sur une recherche prioritaire d’autosubsistance, n’empêche en rien une adaptation ou au moins une connaissance des règles nouvelles de l’économie romaine.

25En particulier l’une des nouveautés de la période romaine est le développement d’un réseau d’agglomérations qui s’étend dans la plupart des vallées principales. Le paysage se structure davantage autour d’elles et des grands axes routiers. De fait, les populations rurales étaient pour la plupart à moins d’une journée de marche d’une agglomération. Celle-ci abritait une population de paysans, mais constituait également le centre où pouvaient être commercialisées les productions des grands propriétaires comme celles des petits exploitants. La présence d’un marché à Aix-les-Bains, ainsi que d’un campus pecuarium où devaient être parqués les animaux, indique la place centrale que devait tenir le vicus dans l’économie régionale. On peut supposer, à l’image de ce qu’on sait pour l’Italie centrale, que les paysans venaient périodiquement (l’inscription d’Aix mentionne les nundinae) pour y vendre leur bétail et éventuellement en acheter. Le fait que le seul document mentionnant un parc à bétail en Gaule soit dans les Alpes n’est sans doute pas anodin. De la même façon, on doit supposer que des villes telles que Aime et Martigny ont servi de lieu central de commerce pour les productions agricoles et pastorales des populations de deux provinces qui n’étaient dotées d’aucune autre ville importante. La présence dans leur nom du mot forum, qu’on retrouve également dans deux villes du versant oriental (Forum Germa[---] et Forum Vibii), rappelle qu’elles devaient constituer le centre urbain de régions rurales, et jouer un rôle administratif mais également économique. De même, la place des agglomérations comme lieux de rassemblement des populations des campagnes est aujourd’hui bien établie, et des sites tels que Gilly, La Bâtie-Montsaléon ou Châteauneuf en sont de très bons exemples. Les productions variées des régions de montagne pouvaient être échangées, commercialisées, et le développement de villes et d’agglomérations, qui étaient autant de lieux de marché, a finalement renforcé cette économie traditionnelle : celle-ci y trouvait un moyen de vendre facilement ses productions secondaires, celles dont les populations urbaines et des plaines ne disposaient pas. Loin de l’image de marginalité par rapport à une économie romaine, productive et spéculative, l’économie montagnarde s’y intégrait parfaitement et en constituait un maillon essentiel. L’apparition d’établissements ruraux nombreux, souvent de dimensions modestes, révèle d’ailleurs l’existence d’une catégorie de paysans « moyens », qui ont su profiter des opportunités et de la multiplication des débouchés. Ces établissements incarnent l’intégration des populations alpines dans un réseau économique nouveau, en gardant souvent des fonctionnements quotidiens peu différents.

26Une dernière remarque importante concerne les aspects chronologiques de ces évolutions. L’une des spécificités mises en évidence dans les Alpes occidentales est l’importance de l’époque augustéenne dans la structuration du territoire. C’est à cette époque que la plupart des villes sont créées ou se développent réellement, et qu’apparaissent la plupart des agglomérations secondaires et des établissements ruraux. C’est peu surprenant dans les provinces alpines, dont la conquête est tout juste achevée, et où le développement urbain est en fait plus tardif, et plutôt de l’époque de Claude. Chez les Voconces et les Allobroges en revanche, la situation est différente, l’apparition d’un réseau d’agglomération intervenant au moins un siècle après la conquête, dans les dernières décennies du Ier s. av. J.-C. La situation n’est pas fondamentalement différente en Transpadane, où on peine à trouver les traces de villes ou d’un habitat dispersé avant le début des campagnes augustéennes dans les Alpes. L’exemple de Cavour/Forum Vibii montre d’ailleurs que le titre de forum, et le processus d’intégration institutionnelle en général, n’ont eu aucun effet sur le développement urbain, au moins avant la première moitié du Ier s. ap. J.-C. Ces remarques mettent en avant l’importance de la mise en place d’un réseau de voies à partir de cette période, voulue par l’État et rendue possible par la conquête de l’ensemble des Alpes occidentales. Comme elles l’ont été dans le sud de la Gaule ou en Cisalpine, les voies ont constitué des vecteurs de romanisation le long desquels se sont développées la plupart des agglomérations. Jusqu’alors, en l’absence de centres urbains, seules les populations italiennes ou les plus romanisées, intégrées dans les circuits économiques nouveaux, ont profité des opportunités offertes par la conquête des régions alpines et l’intégration possible dans une économie ouverte. C’est l’ouverture de voies empruntant les grandes vallées, et le développement qu’elles ont généré, qui ont donné accès au modèle économique et social à une grande partie de la population. La multiplication des établissements ruraux et le développement d’agglomérations, qui sont autant de points de convergence des populations rurales, sont les meilleurs témoins de cette dynamique d’intégration.

27Ce système global, mis en évidence à l’échelle d’un ensemble aussi vaste que les Alpes occidentales, est conforté par la mise en série et la lecture croisée des différentes sources. Ce modèle général est évidemment également contesté par chaque fenêtre ouverte, chaque cas particulier, reflet de situations locales contrastées. Ce constat est sans doute valable pour n’importe quelle région de l’Empire, mais le milieu montagnard, par certains conservatismes dont il témoigne, le rend plus flagrant. « L’irréalisable puzzle » évoqué en introduction peut cependant être complété, et les lacunes des sources qu’on aurait pu penser être un obstacle majeur se révèlent finalement moins irréversibles qu’on l’imaginait. Pour cela, il était nécessaire d’élargir, parfois très loin, l’espace d’étude. Le jeu d’échelles nécessitait d’ouvrir des fenêtres, d’approfondir les recherches localement, mais également de les confronter entre elles. La situation locale est d’autant plus parlante qu’elle est confrontée à son environnement micro-régional. C’est ce laboratoire local et régional qui a permis d’élaborer un modèle plus général et nuancé à la fois. Les zones d’ombre annoncées en introduction, et qu’il semblait difficile d’éclaircir, demeurent pour certaines des vides inéluctables dans un essai de synthèse. Qu’il s’agisse de la propriété et de l’appropriation de la terre, de la gestion des espaces collectifs, des circuits de commercialisation, de certaines activités (l’exploitation de la forêt par exemple), ou encore des pratiques agro-pastorales, les incertitudes demeurent, même si certains points ont pu être éclairés. Les disciplines du paléoenvironnement en particulier, montrent la possibilité de mieux saisir l’intensité des activités humaines, de les caractériser parfois et d’évaluer les spécificités de la période romaine. Des données historiques et archéologiques qu’on pensait isolées retrouvent de fait une valeur nouvelle et contribuent à une connaissance plus fine du peuplement des milieux alpins et des modalités de leur exploitation. Comme dans les Pyrénées, c’est la reprise de l’enquête archéologique qui a surtout permis de renouveler la documentation tout autant que les problématiques. À ce titre, les travaux entrepris dans les Alpes du Sud, en moyenne et haute montagne, ont apporté une lumière nouvelle sur l’exploitation de ces espaces. Ce qu’on pouvait présumer à partir des recherches réalisées quelques années plus tôt dans les Pyrénées a été montré dans les Alpes. Dans cette démarche, l’apport conjoint de l’archéologie et des disciplines paléoenvironnementales s’est révélée riche en enseignements. C’est la reprise des travaux qui a permis de mieux comprendre les données anciennes, rarement interprétées dans un cadre plus large. La mise en série de données sur l’occupation du sol, sur les agglomérations en particulier, a permis de sortir chaque site de son contexte propre, d’en percevoir les spécificités et de dégager de grandes tendances valables à l’échelle des Alpes occidentales. Les clichés sur la montagne, sur son occupation et sur exploitation peuvent ainsi tomber un à un ; s’ils ne peuvent souvent être formellement infirmés eux-mêmes, ils sont en tout cas encadrés par des réalités nouvelles, des problèmes nouveaux qui sont souvent suffisants pour montrer l’invalidité d’images caricaturales. Le panorama qui se dégage est celui qui peut sans doute être dressé pour la plupart des provinces. Les innovations romaines sont d’abord celles des populations indigènes, qui adoptent à des rythmes variables les nouveautés d’un système socio-économique différent. Les régions alpines, par la diversité des milieux, par la juxtaposition de populations parfaitement romanisées et de communautés fortement ancrées dans des modes de vie inchangés, accentuent des contrastes qui existaient partout. La structuration nouvelle du paysage, autour des voies, centrée sur les villes et les agglomérations, constitue un cadre nouveau, mais pas forcément strict, qui autorisait aux populations des adaptations aux modalités multiples, à des degrés et à des rythmes différents.

Notes

70 L’expression est de G. Duby, dans les discussions qui suivent les communications du colloque.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search