Version classiqueVersion mobile

La sculpture romaine en Occident

 | 
Vassiliki Gaggadis-Robin
, 
Pascale Picard

Partie 2 - Nouvelles techniques d’investigations scientifiques

Une statuette en bronze trouvée en mer : Hercule et le sanglier d’Érymanthe

François Baratte

Résumé

Une statuette en bronze de très grande qualité, trouvée en mer et mise récemment en dépôt au musée départemental Arles antique, appartenait à un groupe représentant Hercule apportant au roi Eurysthée le sanglier d’Érymanthe qu’il venait de capturer. Cette scène, fréquente sur les sarcophages romains à partir de l’époque antonine, est connue depuis longtemps dans l’art. Lysippe notamment avait réalisé à Alizia un ensemble représentant les Douze travaux d’Héraklès. Dans l’antiquité tardive également, cette image, comme les autres exploits du héros, connaît une certaine faveur. La statuette du musée d’Arles, datée de la fin du Ier s. av. J.-C., reprend toutefois un modèle qui n’est pas le plus courant, mais que l’on retrouve sur quelques sarcophages d’Asie mineure et, dans la statuaire également, avec un groupe en ronde bosse trouvé à Ostie.

Texte intégral

  • 1 Arles 2012, 13-14, fig.9.
  • 2 C’est à l’amitié de Michel L’Hour, directeur du DRASSM, que je dois de pouvoir publier cette rema (...)

1La statuette en bronze qui fait l’objet de cette étude n’est pas totalement inédite (fig. 1), puisqu’elle avait été présentée lors de l’exposition « Arles. Les fouilles du Rhône » qui s’était tenue au musée du Louvre au printemps 20121. Avant sa mise en dépôt dans les collections du musée départemental Arles antique en février 2013, elle avait été déclarée en décembre 2010 au Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines du Ministère de la Culture par son propriétaire, qui en avait lui-même hérité de son père2. Ce dernier ne lui avait donné aucune indication sur la provenance de l’objet. D’autres, mieux informés sur les découvertes opérées dans le fleuve ou dans la mer à proximité d’Arles, seront peut-être en mesure de préciser cette donnée importante. Mais on observe au moins qu’il s’agit certainement d’une découverte sous-marine, comme le montrent la corrosion qui affectait la statuette et les concrétions qui en recouvraient certaines parties. La restauration de l’œuvre et l’étude technique ont été effectuées au Centre de recherche et de restauration des Musées de France par une équipe qui expose dans ce même volume les modalités et les résultats d’une intervention qui a contribué à mettre en évidence toute la qualité de cette œuvre et les particularités à bien des égards remarquables de son exécution.

Fig. 1. Hercule portant le sanglier d’Erymanthe. Statuette en bronze trouvée en mer

(Musée départemental Arles antique. © DRASSM).

2Elle appartenait en fait à un ensemble qui comportait plusieurs éléments distincts : un socle, sur lequel était posée la statuette, un personnage qui portait sur l’épaule gauche une masse exécutée à part, qui a disparu. Les traces de soudure à la partie supérieure du socle et sous les pieds du personnage attestent sans équivoque qu’ils étaient bien solidaires. D’autres traces de soudure confirment la présence d’un élément perdu, placé dans l’angle avant droit du socle, dont la base avait une forme circulaire.

  • 3 On manque d’une étude d’ensemble sur les socles de la petite statuaire en métal. Il est significa (...)
  • 4 On prendra un seul exemple : les socles des statuettes de la trouvaille de Weissenburg in Bayern, (...)
  • 5 Noll 1980, 27, no1, pl. 3 (statuette de Jupiter Dolichenus) ; 31, pl. 5 (statuettes de Jupiter et (...)
  • 6 Lavagne 1989, 80, no54, fig. en couverture.
  • 7 Höckmann 1994, 469-472 (avec un profil du socle, fig.5).
  • 8 Morricone 1950, 318, « casa dei bronzi ».

3Le socle, tout d’abord (fig. 2), mesure à sa base 18 cm sur 10 pour une hauteur de 7,5 cm ; à sa partie supérieure, la longueur est la même qu’en bas, mais la largeur n’est plus que de 8 cm. Creux, de section rectangulaire, il est relativement massif, très sobrement mouluré ; il repose en effet sur une bande plate qui laisse visible l’intérieur et dont le raccord aux parois est amorti par une doucine. Vers le haut, un quart-de-rond en forte saillie vient dégager la surface supérieure. Il y avait en outre au centre de la face avant une petite pièce qui est perdue. À la différence de certains autres socles plus richement décorés, par des moulures ou même des décors particuliers, niellés notamment, ou dont la forme est moins sobre, celui-ci est d’une grande simplicité qui ne pouvait en aucune façon faire concurrence à la statuette, mais qui suggère aussi une date haute pour l’ensemble3 ; la forme rectangulaire allongée correspond évidemment au mouvement du personnage et au fait qu’un autre élément se trouvait placé à l’avant4. De la simplicité toutefois on ne saurait inférer réellement une date. On rencontre en effet à date tardive des socles rectangulaires encore moins ornés, faits de tôles de bronze assemblées, sans aucune moulure, parfois sommaires dans leur exécution, comme dans le dépôt du sanctuaire de Dolichenus à Mauer an der Url, en Autriche5, parfois réalisés avec davantage de soins, comme à Mâlain, en Bourgogne, sous des statuettes du début du IIIe siècle6. On trouve en revanche assez fréquemment des socles carrés ou plus rarement rectangulaires qui diffèrent de celui de notre statuette par certains détails en partie basse notamment (petits pieds aux angles), mais qui sont moulurés de manière tout à fait analogue, aussi bien dans l’épave de Mahdia (Tunisie)7, pour la fin de l’époque hellénistique, que sous un Asklépios trouvé à Cos, daté du IIe siècle8.

Fig. 2. Socle de la statuette d’Hercule. On observe la trace de la soudure des pieds du héros, et, à l’avant, la trace circulaire correspondant au pithos d’Eurysthée

  • 9 Nous ne développons pas ces aspects techniques, qui seront repris dans l’étude signalée plus haut

4La statuette elle-même mesure 31 cm de hauteur, pour une envergure de 16 cm. Elle a été réalisée en fonte pleine de qualité imparfaite dans la mesure où on observe de nombreuses reprises dans le dos, sur les bras et sur les cuisses notamment (fig. 3) : des pièces, en partie conservées, mais dont plusieurs ont aussi disparu, venaient rattraper les défauts de coulée9. Elle avait été exécutée en plusieurs morceaux : les deux bras et les jambes avaient été fondus à part et mis en place après coup. Les raccords sont souvent visibles à l’œil nu, mais ils ont été observés encore plus complètement au moment de la restauration. Le travail de surface est soigné, de nombreux détails ont été, très normalement, repris à froid, les cheveux, la barbe et le pubis notamment, ou encore les bourses, soigneusement dégagées. La pupille est creusée d’un trou circulaire, relativement important et les yeux étaient incrustés d’argent, comme les lèvres l’étaient de cuivre, leur donnant ainsi une couleur rouge. Il en allait de même pour la pointe des seins. Le nombril lui aussi était creux. Trois éléments au moins, en dehors des bras et des jambes, étaient rapportés : la partie supérieure de l’objet (une massue) que le personnage tenait dans sa main droite, qui venait s’enfiler dans la partie qui était serrée dans la main, évidée à cet effet, la draperie qui s’enroulait autour du bras gauche, et l’objet volumineux (un sanglier, pensons-nous) que le personnage maintenait de la main gauche sur son épaule.

Fig. 3. Hercule, détail des épaules et de la nuque

5La statuette est en bon état : on ne déplore la disparition que de deux phalanges de l’index gauche, de la partie supérieure de la massue, de l’essentiel du vêtement, et du sanglier. On observe des traces de rouille sur la nuque et les épaules.

6Le personnage, Hercule, nous y reviendrons, est debout, un peu tassé sur lui-même sous l’effet de la charge qu’il porte, en marche (fig. 4), ou plus exactement saisi à l’instant où il vient de suspendre sa marche, arrêtant son élan, en appui sur la jambe droite, le pied bien à plat ; la jambe gauche est en arrière, posée sur la pointe du pied. Le buste est légèrement rejeté en arrière. Le bras droit est replié vers l’avant, la main refermée à hauteur du torse sur un objet cylindrique, en fait le bas du manche de la massue. Le gauche est levé à hauteur de la tête : la main presque à plat maintenait sur l’épaule une charge lourde et volumineuse. La présence de cette masse, qui a disparu, explique la position de la tête, décalée vers la droite et dont le cou est enfoncé entre les épaules. La tête est penchée vers l’avant, légèrement tournée vers la gauche : le personnage regardait vers l’objet disparu qui se trouvait à l’avant du socle. Nu, le personnage ne portait qu’un pan de vêtement, réalisé à part (sans doute s’agissait-il d’une tôle mince), dont il ne reste pratiquement rien, sinon quelques lambeaux sur l’épaule gauche, mais qui pendait sans doute vers l’avant.

Fig. 4. Hercule portant le sanglier d’Erymanthe.

Vue du côté gauche (© DRASSM).

7La musculature est impressionnante, presque hypertrophiée comme on s’en rend compte en examinant les jambes, cuisses et mollets, les bras ou le dos (fig. 5). La nuque est massive. La tête, allongée, est recouverte par une chevelure bouclée relativement peu abondante, aux mèches courtes, peu épaisses, qui dégagent largement les oreilles (fig. 6). Elle est marquée par un début de calvitie : l’implantation des cheveux remonte très haut vers le sommet du crâne dont l’avant est à peine recouvert par quelques mèches rares et plates coiffées vers l’avant, laissant le front libre. La barbe, au contraire, comme la moustache, est drue, très soignée, volumineuse et mange tout le bas du visage. Elle est organisée en deux masses de longues mèches bouclées disposées symétriquement de part de d’autre de l’axe du visage. Enroulées sur elles-mêmes, elles sont très méticuleusement individualisées par des sillons plus ou moins profonds. La bouche, plutôt petite, à peine entrouverte, est noyée dans cette masse. Le front, haut et bossué, est marqué par une profonde ride. Les pommettes sont bien dessinées, les yeux, enfoncés sous les arcades sourcilières osseuses, sont larges, aux grandes pupilles profondément creusées. Le regard est dirigé vers le bas. Le nez est court, fort et pointu. De ce visage, comme du reste du corps, se dégage une impression de puissance remarquable.

Fig. 5. Hercule portant le sanglier, vu de dos

Fig. 6. Hercule, tête

8Dans l’ensemble, l’exécution, sans être parfaite – elle est parfois un peu brutale, marquant par exemple très fortement les arêtes des mollets – est soignée. On remarque tout particulièrement l’attention portée aux parties pileuses, avec le souci d’établir un contraste en termes à la fois de volume et de traitement entre la chevelure, rare et aux mèches plates, et la barbe très dense et gonflée. Les poils du pubis, de la même manière, sont travaillés en détail (fig. 7), disposés en deux mèches symétriques, sinueuses, enroulées à leur extrémité de manière très maniériste, dont nous n’avons pas retrouvé d’équivalent et qui constituent une sorte de signature de l’artisan. Du corps musculeux se dégage l’impression d’une force irrésistible. Mais l’attitude elle aussi est très élaborée : la silhouette se présente dans un contrapposto marqué, la ligne oblique des hanches s’opposant à celle, nettement plus marquée, des épaules. Les deux pieds sont presque dans l’alignement l’un de l’autre, en très léger décalage. La pondération est excellente, jambe droite en avant, jambe gauche en retrait, au bras droit abaissé, plus exactement replié vers le bas, répondant le bras gauche levé. Mais on tiendra compte évidemment dans cette appréciation de l’absence d’une grosse masse qui reposait sur l’épaule gauche, et de la plus grande partie d’un objet (une massue sans aucun doute) qui, tenue dans la main droite, effleurait l’épaule : l’équilibre réel de la statuette pouvait être un peu différent. On ne peut non plus faire abstraction du fait qu’il s’agissait d’un groupe dont les deux éléments, l’homme d’une part, et ce qui reposait à l’avant du socle d’autre part, étaient étroitement liés par le regard, un lien qui commandait aussi l’attitude et l’équilibre du personnage principal : un mouvement très bien rendu de marche suspendue dans l’instant, d’un léger recul devant l’objet ou la silhouette qui surgissait à l’avant.

Fig. 7. Hercule détail du ventre, des hanches et des cuisses.

On notera le traitement particulier des poils du pubis

(© DRASSM).

  • 10 Le taureau de Crète, évoqué judicieusement par B. Palma (Palma 1978-1980, 138), qui signale même (...)
  • 11 Salomonson 1979.
  • 12 Comme on le voit bien sur les sarcophages.

9L’allure générale du personnage, sa musculature, le type du visage et la présence, même partielle, d’un attribut bien identifiable, la massue (dont la partie supérieure venait s’enfiler dans le manche tenu de la main droite) ne laissent pas de doute sur l’identité de la figure représentée : il s’agit évidemment d’Hercule, même si on doit noter que la coiffure n’est pas exactement celle que l’on rencontre habituellement : le début de calvitie renvoie plutôt à Silène, ou à certains satyres âgés alors que la chevelure d’Hercule couvre généralement aussi le haut du front. Le vêtement porté sur l’épaule gauche pouvait donc être la léonté, mais rien dans ce qui subsiste ne permet de le confirmer : les quelques restes encore présents sur l’épaule font davantage penser à un tissu qu’à une peau de bête. Quant à la masse que le héros tenait sur son épaule, il peut difficilement s’agir d’autre chose que du sanglier d’Erymanthe, qu’il était parti chasser sur les ordres d’Eurysthée et qu’il rapportait vivant au roi10. La trace circulaire sur le socle s’expliquerait alors très bien : il s’agirait de la base du pithos ou du cratère dans lequel celui-ci, terrifié à la vue d’Hercule et de l’animal monstrueux, encore vivant, que ce dernier menace de jeter sur lui, s’était réfugié, comme on le voit déjà dans la peinture de vases grecque : une image si familière au répertoire antique que certaines représentations du prophète Daniel entre les lions sur les lampes sorties des ateliers d’Afrique du nord ou sur le rebord de plats de céramique sigillée réalisés à partir de la fin du IV e siècle s’en sont directement inspirées11. La disproportion considérable que l’on devine entre la figure du héros et celle qui occupait l’extrémité du socle correspondrait tout à fait à ce qu’elle que l’on observe ailleurs dans l’iconographie. Elle est fréquente également dans les autres groupes illustrant les différents exploits du héros, y compris statuaires, dans lesquels ses adversaires sont bien souvent beaucoup plus petits que lui12.

  • 13 Boardmann 1990, no1705 et 1706.
  • 14 Brommer 1986, 18-19; Boardmann 1990, no1761 (et fig.). Pour les monnaies de Postume, Schulte 1983 (...)
  • 15 Jongste 1992.
  • 16 Excellente photographie dans Cazes 1999, 88.
  • 17 Salomonson 1979, pl. 27 (sans Eurysthée) (coll. archéologique de l’université d’Utrecht) et pl. 4 (...)

10Mais il convient de regarder les choses d’un peu plus près. Certes, l’épisode du sanglier, le troisième généralement des épreuves imposées au héros, est fréquemment représenté, notamment sur les reliefs qui illustrent la suite canonique du Dodekathlos, déjà parmi les métopes du temple de Zeus à Olympie ou celles du temple d’Héphaïstos à Athènes13, mais aussi sur toutes sortes d’autres supports, jusque sur des monnaies d’Alexandrie ou d’Asie mineure (Héraclée du Pont), mais aussi sur une belle série d’aurei de Postume14. Ce sont les sarcophages qui, à l’époque romaine, fournissent la série d’images la plus complète15. Elles apparaissent aussi bien sur des cuves sorties des ateliers de Rome que sur celles provenant d’Asie Mineure. Le vase y est généralement présent, avec ou sans la figure du roi de Mycènes qui en émerge. Mais l’épisode figurait aussi parmi les reliefs découverts dans la villa de Chiragan, à Martres-Tolosane16, où il ne subsiste plus que sous forme fragmentaire, ou sur les pilastres sculptés de la basilique sévérienne de Leptis Magna. Bien d’autres supports reprennent encore la même image, jusqu’à une date tardive, en particulier au IV e siècle la céramique sigillée africaine17.

  • 18 Devambez 1937, 35-44, pl. VIII-XII.

11En revanche, les attestations du groupe dans la ronde bosse sont moins nombreuses. Parmi les bronzes de grande dimension, une statue fragmentaire de l’époque classique (V e siècle ?), provenant de Tarse, conservée au musée archéologique d’Istanbul, pourrait représenter le héros, le sanglier sur l’épaule. Juvénile, le regard baissé vers la droite, il a le bras gauche replié au-dessus de l’épaule. La main tenait un petit élément grossièrement cylindrique, interprété par certains comme la queue du sanglier18. L’interprétation est plausible, surtout lorsqu’on rapproche ce qui reste de cette œuvre – essentiellement le torse et un bras – de la statuette d’Arles. Mais elle n’est pas complètement assurée.

  • 19 Salle des animaux. H : 1,47 m. Amelung 1995, II, 350-351, no141, et 1908, pl. 34 ; Helbig1963, (...)

12Il existe toutefois une autre statue, d’époque romaine, en marbre, de facture assez médiocre et passablement restaurée il est vrai. Conservée aujourd’hui dans les collections du Vatican, elle avait été découverte vers 1775 à Ostie par le peintre et antiquaire Gavin Hamilton avec trois autres groupes représentant le héros opposé successivement à Géryon, Cerbère et Diomède19. On peut raisonnablement envisager l’idée qu’il y ait eu un ensemble complet de douze groupes. Nous y revenons plus loin.

  • 20 Coupe de céramique sigillée claire au Römisch-Germanisches Zentralmuseum de Mayence : un Hercule (...)

13La statuette en bronze offre donc une représentation, d’autant plus remarquable qu’elle est rare dans la statuaire, de cet exploit du héros, ou plutôt de sa conclusion tragi-comique, puisque c’est cet épisode-là qui a retenu l’intérêt de la plupart des artisans depuis la fin de l’époque archaïque, bien plus que la capture elle-même. Toutefois deux difficultés surgissent à son propos. La première tient au type d’Hercule utilisé. On sait en effet que dans les représentations des Douze Travaux, le héros est représenté sous un double aspect : tantôt comme un jeune homme imberbe, tantôt comme un homme dans la force de l’âge, barbu. Ces deux types se répartissent à égalité entre les différents épisodes. Or le retour de la chasse au sanglier appartient normalement aux épisodes (les six premiers des Travaux) qui mettent en scène un Hercule juvénile : c’est le cas à Chiragan comme sur les sarcophages, mais ce l’est aussi sur la statue d’Ostie. Même sur d’autres supports, sur la céramique africaine notamment, cette règle est largement respectée, même si elle connait quelques exceptions20 ; mais cela s’explique peut-être par la date tardive de ces objets, et une image plus stéréotypée du héros, dont la barbe est probablement devenue un attribut caractéristique.

  • 21 Jongste 1992, passim ; bonne photographie du sarcophage conservé au Palais Altemps dans Zanker, E (...)
  • 22 Robert 1897, 143-146, no126; Morey 1924, 47-48, fig.83-84; Ferrari 1966, 37-38, « Roma G »; Jongs (...)
  • 23 Robert 1897, 147-148, no127; Jongste 1992, sarcophage K.1, 117-118, fig.73.

14Seconde difficulté, la plupart des images qui illustrent l’épisode du sanglier montrent Hercule de profil vers la droite (quand il s’agit de reliefs) tenant le sanglier sur l’épaule gauche, mais de la main droite ramenée derrière la tête, attitude normale puisqu’il menace de jeter l’animal encore vivant sur Eurysthée21. Parmi les sarcophages, nous n’en avons trouvé que deux, tous deux sortis des ateliers d’Asie mineure, sur lesquels le héros est dans une attitude très proche de celle qu’il a ici : il tient en effet sa massue au creux du bras droit, et l’animal seulement du bras gauche. La comparaison est donc déterminante. Le premier est conservé dans la collection Torlonia. On sait les difficultés d’accès à celle-ci : nous n’avons pu examiner le relief nous-même ; or C. Robert signale, dans le corpus des sarcophages22, que la pièce est très restaurée. La médiocre photographie publiée nous semble suggérer que justement le bras droit fait partie de ces restaurations : il faudrait être assuré par un examen direct que le geste retenu par les restaurateurs est bien celui d’origine. Mais cette impression est corroborée par un second exemplaire, conservé à la Villa Borghèse : Hercule, du type juvénile comme il est habituel, est presque de face23. Surtout, la statue d’Ostie mentionnée plus haut utilise un schéma identique.

  • 24 Cologne, Römisch-Germanisches Museum, inv. KL 544. La Baume, Salomonson s. d., 149, no598 (fig.);(...)

15On voit donc bien qu’en fait, si la présentation avec un bras par-dessus la tête en direction de l’épaule opposée est la plus fréquente dans la sculpture, il existait aussi d’autres cartons, plus rares cependant. A Chiragan par exemple, le héros qui a posé sa massue, tient le sanglier à bras le corps, les deux mains nouées ; sur un petit bronze de Delphes, c’est à deux bras que l’animal est tenu sur l’épaule. Sur d’autres supports, la céramique africaine à reliefs d’applique en particulier, appartenant sans doute à des séries qui représentaient successivement les différents épisodes du cycle des Douze Travaux, c’est bien le même type que celui de la statuette qui avait été repris : massue dans la main droite, animal sur l’épaule gauche maintenu par la main gauche24 (fig. 8). Si le carton qui s’était le plus généralement imposé est celui qui revient notamment sur la plupart des sarcophages, d’autres avaient aussi rencontré un certain succès, prolongé jusqu’à la fin de l’antiquité.

Fig. 8. Hercule et Eurysthée. Coupe en céramique sigillée claire. Seconde moitié du IVe s. Cologne, Römisch-Germanisches Museum,inv. KL 1544

(© Römisch-Germanisches Museum Köln).

  • 25 Salomonson 1979, 35. Les épisodes suivants sont attestés jusqu’à présent : Cerbère, le sanglier d (...)
  • 26 Jongste 1992, sarcophages J1 et J2, 109-112, fig.65-67.

16La statuette du musée d’Arles, par ses dimensions, une trentaine de centimètres, appartenait à la catégorie des bronzes décoratifs. Elle devait à coup sûr attirer les regards par la manière dont elle s’inscrit dans l’espace, et pouvait sans aucun doute s’imposer pour elle-même. Mais on peut aussi aisément imaginer qu’elle appartenait à une série complète des Douze Travaux, comme il en existait sur les reliefs, sans doute aussi dans la céramique africaine25 et dans la sculpture en pierre, illustrée par les quatre groupes conservés d’Ostie. Plaident d’ailleurs en ce sens un certain nombre de sarcophages d’Asie Mineure à structure architecturale très marquée, dans les entrecolonnements desquels sont placées les figures successives d’Hercule, en fort relief, proches de la ronde bosse et posées sur de petits socles moulurés qui rappellent clairement ceux des statuettes en bronze ; deux exemples suffiront, un sarcophage provenant peut-être d’Athènes, conservé au British Museum, un autre découvert à Pergé, conservé à Antalya26, sur lesquels les personnages sont debout sur des socles très travaillés. Si ce mode de présentation très attaché aux volumes et soucieux d’évoquer la grande plastique est caractéristique de ce type de sarcophages, il n’en demeure pas moins qu’il reflète sans aucun doute un souci de la part des artisans de mettre en évidence des modèles issus de la statuaire. Cette constatation s’impose pour la statuette d’Arles, dont les rapports à la grande statuaire nous paraissent évidents, et se sont trouvés confirmés par l’étude technique.

  • 27 Moreno 1981, 192-194 ; Moreno 1995.
  • 28 Sur ces questions, on se reportera tout particulièrement à Moreno 1981, 190-1932 et Moreno 1984, (...)
  • 29 Moreno 1995, 266-277.
  • 30 Maiuri 1933, 310-321, no3 et 4, pl. XXV-XXX ; Painter 2001, 55-56.
  • 31 Palma 1978-1980, 137-147. B. Palma propose une étude détaillée du groupe statuaire d’Ostie, bien (...)
  • 32 Au Musée de la Villa Giulia : Lisippo 1995, 60-63, no4.9.1.
  • 33 Au Musée archéologique de Chieti : Lisippo 1995, 103-106, no4.14.1.
  • 34 Peristylhaus II. H : 24 cm. Le rapprochement est d’autant plus intéressant que l’attitude du per (...)

17Toutes les caractéristiques de l’Hercule d’Arles renvoient manifestement, pour ce qui est du modèle, au début de la période hellénistique, plus particulièrement à l’art de Lysippe. Or on sait bien que le sculpteur s’était intéressé à plusieurs reprises à Héraklès, créant plusieurs types devenus fameux, comme l’Héraklès Epitrapézios et l’Héraklès au repos27. On sait encore par Strabon que le sculpteur avait exécuté pour le sanctuaire d’Héraklès à Alyzia, en Acarnanie, sans doute vers 314 av. J.-C., un groupe représentant les douze travaux du héros, transporté à Rome, sans doute à l’époque de Flamininus, autour de 196 av. J.-C.28. Il s’agissait sans doute, de l’avis général, de statues de bronze dont l’influence pourrait bien avoir été importante29. Les deux coupes en argent du trésor de la maison du Ménandre à Pompéi en conserveraient semble-t-il assez fidèlement le souvenir30 : sur la coupe, d’où Eurysthée est absent, c’est bien à deux bras qu’Héraklès tient le sanglier. La statuette d’Arles, pour sa part, comme la statue du Vatican, est en fait plus éclectique. Se mêlent vraisemblablement dans ce type l’influence d’autres sculpteurs de l’époque hellénistique31. Mais, si on peut apercevoir les influences qui marquaient le modèle suivi par le bronzier, reste à situer l’œuvre dans le temps. La référence à l’art de Lysippe est claire ; il suffit de comparer la statuette d’Arles à quelques autres œuvres qui illustrent l’art du sculpteur : pour la force de la mise en place dans l’espace et la manière de suggérer les mouvements, le superbe Alexandre chasseur de L’Aquila32, ou pour la puissance de certains détails de facture le remarquable Hercule au repos de Sulmona33, même si le type et le traitement de la coiffure sont très différents. Mais cette référence ne doit pas tromper : le caractère excessif de certains volumes et des gestes, quelques imperfections de facture, la combinaison sensible d’influences diverses, l’apparition de détails presque maniéristes (le traitement du pubis en particulier) donnent davantage l’impression de l’élaboration après coup d’une figure à certains égards composite que d’une reprise fidèle d’un modèle fameux, et nous paraît s’inscrire assez bien dans l’atmosphère qui marque la fin de l’âge hellénistique : le satyre du petit ensemble découvert dans l’une des maisons de Pergame, daté du 1er s. av. J.-C., nous parait offrir de ce point de vue un bon parallèle et des points de repère intéressants par rapport à la statuette d’Arles34.

18En apprécier l’origine est plus délicat, d’autant plus qu’aucune indication n’a été fournie, nous l’avons dit, sur le lieu de la découverte. À titre d’hypothèse cependant, ne pourrait-on pas voir dans le fait que le type d’Hercule ici utilisé, un seul bras pour porter le sanglier, le second tenant la massue, se trouve dans la sculpture sur des sarcophages issus des ateliers micrasiatiques, un indice sur ce point ? Il n’y aurait après tout rien d’étonnant à ce que la statuette, d’une puissance impressionnante, bien supérieure à celle de la statue d’Ostie, et qui reprend à notre sens, avec une force particulière, un modèle de la grande statuaire provienne d’Asie mineure. Elle constitue en tout cas une manifestation supplémentaire du nombre, de la richesse et de la qualité des œuvres qui, destinées au commerce d’art, circulaient à travers la Méditerranée.

Bibliographie

Amelung [1908] 1995 : W. Amelung, Die Sculpturen des Vaticanischen Museums, I-II. Berlin/New York, de Gruyter, 1995, 935 + 768p. (réimpression photomécanique en un volume de la 1ère éd. en 2 vol. , Berlin, 1908 pour le vol. II ; les planches n’ont pas été réimprimées).

Arles 2012 : J.-L. Martinez (dir.), Arles. Les fouilles du Rhône. Un fleuve pour mémoire, Catalogue d’exposition, musée du Louvre, 9 mars - 25 juin 2012, Arles, Louvre éditions/Actes Sud, 2012, 48 p.

Boardmann 1990 : J. Boardmann, Héraklès, LIMC, V, 1, Zürich-Munich, Artemis, 1990, 5-16, 43-48.

Brommer 1971 : F. Brommer, Denkmälerliste zur griechischen Heldensage. 1. Heracles, Marburg, Elwert, 1971, 167 p.

Brommer 1986 : F. Brommer, Die zwölf Taten des Helden in antiker Kunst und Literatur, Darmstadt, 5e éd., Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1986 (1ère éd. 1953), 87 p.

Cazes 1999 : D. Cazes, Le musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse, Paris, Somogy, 1999, 191 p.

Devambez 1937 : P. Devambez, Grands bronzes du musée de Stamboul, Paris, de Boccard, 1937, 123 p., 44 pl.

Ferrari 1966 : G. Ferrari, Il commercio dei sarcofagi asiatici, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1966, 115 p., 27 pl.

Garbsch, Overbeck 1989 : J. Garbsch, B. Overbeck, Spätantike zwischen Heidentum und Christentum, Catalogue d’exposition, Prähistorische Staatsammlung München, 20 décembre 1989 - 1er avril 1990, Munich, Prähistorische Staatsammlung, 1989, 232 p. 570 fig. , 17 pl. couleurs.

Helbig4 I 1963 : W. Helbig, Die Päpstlichen Sammlungen im Vatikan und Lateran, Tübingen, 4e éd., Wasmuth, 1963, 844 p.

Höckmann 1994 : U. Höckmann, Die Hermesstatuette, in : G. Hellenkemper Salies, H.-H. von Prittwitz und G. Gaffron, Bauchhenß (éd.), Das Wrack. Der antike Schiffsfund von Mahdia, 1, Cologne, Rheinland-Verlag, 1994, 469-481.

Jongste 1992 : P. Jongste, The twelve labours of Hercules on Roman sarcophagi, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1992, 158 p., 88 fig. (Studia archaeologica 59).

Kellner, Zahlhaas 1993 : H.-J. Kellner, G. Zahlhaas, Der Römische Tempelschatz von Weissenburg i. Bay., Mayence, von Zabern, 1993, 162 p., 37 fig. , 114 pl.

La Baume, Salomonson s.d. : P. La Baume, J.W. Salomonson, Römische Kleinkunst : Sammlung Karl Löffler, Cologne, s.d., 187 p., 72 pl. (Wissenschaftliche Kataloge des Römisch-Germanisches Museums Köln, III).

Lisippo 1995 : Lisippo. L’arte e la fortuna, Catalogue d’exposition, Rome, Palazzo delle esposizioni, Milan, Fabbri ed., 1995, 520 p.

Lavagne 1989 : H. Lavagne (dir.), Les dieux de la Gaule romaine, Catalogue d’exposition, Villa Vauban, Luxembourg, 14 avril - 5 juin 1989, Luxembourg, 1989, 124 p.

Maiuri 1933 : A. Maiuri, La casa del Menandro e il suo tesoro di argenteria, Rome, Libreria dello Stato, 1933, 508 p.

Moreno 1981 : P. Moreno, Modelli lisippei nell’arte decorativa di età repubblicana ed augustea, in : X. Lafon, G. Sauron (éd.), L’art décoratif à Rome à la fin de la République et au début du Principat, Actes de la table-ronde organisée par l’École française de Rome (10-11 mai 1979), Rome, École française de Rome, 1981, 173-227.

Moreno 1984 : P. Moreno, Iconografia lisippea delle imprese di Eracle. MEFRA, 96,1, 1984, 117-174.

Moreno 1995 : P. Moreno, Imprese di Eracle, in : Lisippo. L’arte e la fortuna, Catalogue d’exposition, Rome, 1995, 266-277.

Morey 1924 : C. R. Morey, The Sarcophagus of Claudia Antonia Sabina and the Asiatic Sarcophagi, Princeton, American Society for the Excavation to Sardis, 1924, 111 p. (Sardis V, 1).

Morricone 1950 : L. Morricone, Scavi e ricerche a Coo (1935-1943) : Relazione preliminare. III, Bollettino d’Arte, 35, 1950, 316-331.

Noll 1980 : R. Noll, Das Inventar des Dolichenusheiligtums von Mauer an der Url (Noricum), Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften,1980, 2 vol. , 125 p., 56 pl.

Painter 2001 : K. S. Painter, The insula of the Menander at Pompeii. IV : the silver treasure, Oxford, Oxford University Press, 2001, 318p.

Palma 1978-1980 : B. Palma, Un gruppo ostiense dei Musei Vaticani : le Fatiche di Eracle, Rendiconti della Pontificia Accademia Romana di Archeologia, 51-52, 1978-1980, 137-156.

Pinkwart 1972 : D. Pinkwart, Drei späthellenistische Bronzen vom Burgberg in Pergamon, in : E. Boehringer (dir.), Pergamon. Gesammelte Aufsätze, Berlin, de Gruyter, 1972 (Pergamenische Forschungen 1), 115-139, 28 fig. 

Robert 1897 : C. Robert, Die antiken Sarkophag-reliefs, 3, Einzelmythen, 1, Actaeon-Hercules, Berlin, 1897.

Salomonson 1979 : J. W. Salomonson, Voluptatem spectandi non perdat sed mutet : observations sur l’iconographie du martyre en Afrique Romaine, Amsterdam/Oxford/New York, North-Holland Publishing Company, 1979, 100 p., 63 fig. 

Schulte 1983 : B. Schulte, Die Goldprägung der gallischen Kaiser von Postumus bis Tetricus, Aarau, Sauerländer, 1983, 189 p., 28 pl. (Typos, 4).

Spätantike 1983 : Spätantike und frühes Christentum, Catalogue d’exposition, Liebighaus Francfort, décembre 1983 - mars 1984, Francfort, 1983, 698 p.

Weidemann 1990 : K. Weidemann, Spätantike Bilder des Heidentums und Christentums, Mayence, von Zabern, 1990, 40 p., 51 fig. 

Zanker, Ewald 2004 : P. Zanker, B. J. Ewald, Mit Mythen leben. Die Bilderwelt der römischen Sarkophage, Munich, Hirmer, 2004, 389 p.

Notes

1 Arles 2012, 13-14, fig.9.

2 C’est à l’amitié de Michel L’Hour, directeur du DRASSM, que je dois de pouvoir publier cette remarquable statuette : qu’il trouve ici l’expression de toute ma gratitude. La cellule de conservation préventive de ce même service et en particulier Nathalie Huet, m’ont fourni avec beaucoup de générosité et de patience de nombreuses photographies de cette œuvre. Claude Sintès et Pascale Picard, respectivement directeur du musée départemental Arles antique et conservatrice responsable des collections archéologiques au sein de cette même institution, m’ont donné toutes facilités pour examiner l’objet : je les en remercie bien vivement. Je dois à la disponibilité amicale de Sarah Berraho d’avoir pu disposer aisément d’une copie de l’article de B. Palma (Palma 1978-1980) ; je lui en exprime ma vive gratitude, comme à Mme Friederike Naumann-Steckner, stellvertretende Direktorin du Römisch-Germanisches Museum de Cologne, qui a bien voulu me procurer la photographie de la fig.8. La statuette a été enregistrée au DRASSM comme bien culturel maritime en janvier 2011. N° d’inventaire 12 991 et 12 992.

3 On manque d’une étude d’ensemble sur les socles de la petite statuaire en métal. Il est significatif par exemple que le profil en soit aussi rarement dessiné dans les publications.

4 On prendra un seul exemple : les socles des statuettes de la trouvaille de Weissenburg in Bayern, plus tardifs bien sûr que la statuette d’Hercule. Un d’entre eux est niellé : Kellner, Zahlhaas 1993, pl. 3 ; plusieurs ont des formes complexes et des moulures abondantes. Mais les socles niellés se rencontrent déjà fréquemment dans les trouvailles pompéiennes.

5 Noll 1980, 27, no1, pl. 3 (statuette de Jupiter Dolichenus) ; 31, pl. 5 (statuettes de Jupiter et de Junon). Date : IIIe s.

6 Lavagne 1989, 80, no54, fig. en couverture.

7 Höckmann 1994, 469-472 (avec un profil du socle, fig.5).

8 Morricone 1950, 318, « casa dei bronzi ».

9 Nous ne développons pas ces aspects techniques, qui seront repris dans l’étude signalée plus haut.

10 Le taureau de Crète, évoqué judicieusement par B. Palma (Palma 1978-1980, 138), qui signale même l’existence d’un groupe statuaire fragmentaire traitant ce sujet (Palma 1978-1980, 138 et fig.3) alors dans le commerce des antiquités, ne peut être retenu, l’attitude du héros, qui regarde vers Eurysthée, suffisant à écarter cette hypothèse.

11 Salomonson 1979.

12 Comme on le voit bien sur les sarcophages.

13 Boardmann 1990, no1705 et 1706.

14 Brommer 1986, 18-19; Boardmann 1990, no1761 (et fig.). Pour les monnaies de Postume, Schulte 1983, 41-44 et 106-116, pl. X-XII (légende : HERCVLI - ERVMANTINO).

15 Jongste 1992.

16 Excellente photographie dans Cazes 1999, 88.

17 Salomonson 1979, pl. 27 (sans Eurysthée) (coll. archéologique de l’université d’Utrecht) et pl. 46 (Cologne, RGM, coll. Löffler, KL 1544).

18 Devambez 1937, 35-44, pl. VIII-XII.

19 Salle des animaux. H : 1,47 m. Amelung 1995, II, 350-351, no141, et 1908, pl. 34 ; Helbig1963, I, 81, no111 (voir p. 73, no96) ; Palma 1978-1979, 137-156.

20 Coupe de céramique sigillée claire au Römisch-Germanisches Zentralmuseum de Mayence : un Hercule barbu se dresse devant l’hydre, Weidemann 1990, fig.19.

21 Jongste 1992, passim ; bonne photographie du sarcophage conservé au Palais Altemps dans Zanker, Ewald 2004, 233, fig.209, bon exemple du schéma le plus habituellement utilisé.

22 Robert 1897, 143-146, no126; Morey 1924, 47-48, fig.83-84; Ferrari 1966, 37-38, « Roma G »; Jongste 1992, sarcophage K.6, 122-123, fig.78.

23 Robert 1897, 147-148, no127; Jongste 1992, sarcophage K.1, 117-118, fig.73.

24 Cologne, Römisch-Germanisches Museum, inv. KL 544. La Baume, Salomonson s. d., 149, no598 (fig.); Spätantike 1983, no178, 3; Garbsch, Overbeck 1989, 177-210, no210.

25 Salomonson 1979, 35. Les épisodes suivants sont attestés jusqu’à présent : Cerbère, le sanglier d’Erymanthe, les pommes d’or, le lion de Némée, complétés par d’autres images non-canoniques (Hercule et la Victoire, par exemple) : Weidemann 1999, fig. 16-21.

26 Jongste 1992, sarcophages J1 et J2, 109-112, fig.65-67.

27 Moreno 1981, 192-194 ; Moreno 1995.

28 Sur ces questions, on se reportera tout particulièrement à Moreno 1981, 190-1932 et Moreno 1984, 143-147.

29 Moreno 1995, 266-277.

30 Maiuri 1933, 310-321, no3 et 4, pl. XXV-XXX ; Painter 2001, 55-56.

31 Palma 1978-1980, 137-147. B. Palma propose une étude détaillée du groupe statuaire d’Ostie, bien différent cependant, et à notre sens très inférieur à la statuette d’Arles.

32 Au Musée de la Villa Giulia : Lisippo 1995, 60-63, no4.9.1.

33 Au Musée archéologique de Chieti : Lisippo 1995, 103-106, no4.14.1.

34 Peristylhaus II. H : 24 cm. Le rapprochement est d’autant plus intéressant que l’attitude du personnage n’est pas si éloignée de celle de l’Hercule d’Arles. Pinkwart 1972, 115-139.

Table des illustrations

Crédits (Musée départemental Arles antique. © DRASSM).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13137/img-2.png
Fichier image/png, 260k
Crédits (© DRASSM).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13137/img-4.png
Fichier image/png, 319k
Crédits (© DRASSM).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13137/img-6.png
Fichier image/png, 482k
Crédits Vue du côté gauche (© DRASSM).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13137/img-8.png
Fichier image/png, 244k
Crédits (© DRASSM).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13137/img-10.png
Fichier image/png, 246k
Crédits (© DRASSM).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13137/img-12.png
Fichier image/png, 393k
Légende On notera le traitement particulier des poils du pubis
Crédits (© DRASSM).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13137/img-14.png
Fichier image/png, 532k
Crédits (© Römisch-Germanisches Museum Köln).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/13137/img-16.png
Fichier image/png, 505k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search