Version classiqueVersion mobile

Les Alpes occidentales romaines

 | 
Maxence Segard

Troisième partie. Histoire d’un paysage, ‎histoire de terroirs : les Alpes ‎occidentales à l’époque romaine

Introduction

Texte intégral

1La mise en série des sources écrites et des données archéologiques et paléoenvironnementales offre un panorama complet des régions alpines à deux points de vue. Tout d’abord, c’est l’ensemble des milieux qui est documenté, depuis les vallées jusqu’aux sommets. Cet aspect est d’une grande importance lorsqu’on s’intéresse à l’exploitation des ressources d’une région de montagne, tant ces secteurs contrastés offrent d’opportunités complémentaires. Le deuxième avantage, déjà souligné à plusieurs reprises, est l’apport particulier de chacun des types de sources utilisées. Leur lecture parallèle permet ainsi d’utiliser les unes pour compléter les lacunes propres à chacune. On touche ici paradoxalement une limite de cette approche, liée aux intérêts et aux spécificités des disciplines mises à contribution. Les données archéologiques sont très abondantes dans les vallées, les villes, agglomérations et établissements ruraux y témoignant d’une mise en valeur souvent forte. On dispose malheureusement de très peu de données sur le milieu naturel sur ces espaces, capables de préciser l’ampleur de cette mise en valeur et éventuellement sa nature (céréaliculture, élevage) et de fournir une comparaison avec la montagne. Ces espaces de moyenne et haute montagne, souvent au cœur des problématiques des paléoenvironnementalistes, sont au contraire bien documentés en ce qui concerne l’exploitation du milieu, mais les découvertes archéologiques y sont moins nombreuses. C’est ce qui rend précieux les programmes archéologiques qui y sont développés, là où les données sur le peuplement sont susceptibles d’être éclairées par les disciplines du paléoenvironnement.

2De plus, et c’est là tout l’intérêt d’une mise en série à l’échelle des Alpes occidentales, les données sont finalement plus nombreuses qu’on l’imaginait, et concernent l’ensemble de cette vaste fenêtre d’étude. Des zones d’ombre demeurent évidemment, par exemple concernant les modes d’exploitation ou la propriété foncière. Mais les indices de toutes natures s’éclairent mutuellement. Nombre d’entre eux, qu’on pensait isolés, peuvent ainsi contribuer à restituer un modèle général de l’exploitation du milieu alpin. L’étude d’ensemble de cette série de données montre en effet la possibilité d’élaborer un discours qui tient compte des particularités locales et régionales, et qui montre les évolutions sur le long terme. La connaissance des modes d’exploitation de la montagne à l’époque romaine peut ainsi s’enrichir de celle des pratiques antérieures et postérieures ; cette démarche autorise une remise en perspective des particularités et des spécificités de la période romaine. La présentation des données a par ailleurs tenu compte de la particularité des espaces de haute montagne, de leur occupation saisonnière et des activités qu’on y pratique. Dans cette analyse, ces spécificités doivent être à nouveau considérées, même si étudier la haute montagne ne peut se faire de façon indifférente par rapport à la moyenne montagne et aux vallées : ceux qui fréquentent la haute montagne durant la saison estivale sont aussi ceux qui habitent les zones basses le reste de l’année. Cette évidence pose le problème des rapports entre vallée et montagne et de la complémentarité des milieux. La montagne offre un éventail de milieux qui constituent un système dans lequel l’exploitation des ressources peut être étalée tout au long de l’année. L’exploitation de la haute montagne pour le pâturage, pour le bois ou le minerai entre dans ce système, et elle est le fait de populations qui l’intègrent dans leur rythme agro-pastoral. Mais ne peut-elle pas être également une activité spécialisée, et révéler des modes d’exploitation différents ? Tous ces questionnements et les réponses qui ont pu y être apportées permettent d’écrire les premiers jalons d’une histoire économique des régions alpines, qui permet de cerner les enjeux de l’exploitation des ressources, depuis la production jusqu’à leur commercialisation. Le développement de la grande propriété, l’émergence de marchés urbains et d’une économie spéculative doivent y être confrontés au maintien d’une économie de montagnards qui, si elle n’était pas totalement en marge, définissait ses propres impératifs.

3La seconde question qu’il faut aborder est celle des pratiques. Les sources écrites et archéologiques apportent des éléments de réponse permettant de dresser un panorama qui relève de l’histoire sociale et économique. Elles montrent les évolutions qu’ont engendrées la conquête et l’intégration des régions alpines. De leur côté les données environnementales renseignent sur l’importance de l’impact des activités humaines sur le couvert végétal et même en termes de pollution. Ces informations issues pour la plupart des analyses palynologiques, ont elles-même des limites méthodologiques. Les incertitudes pèsent par exemple sur les espèces cultivées (seul le seigle peut être distingué des autres céréales), mais également sur la résolution chronologique, seules des tendances à l’échelle d’un ou plusieurs siècles pouvant être dégagées. Pour parvenir à une étude fondée sur des rythmes décennaux, il faut des conditions spécifiques. Des études réalisées sur des séquences sédimentaires où les dépôts annuels peuvent être comptés permettent ainsi parfois d’aller jusqu’aux pratiques, aux rythmes de travail et de mise en valeur à l’échelle d’une génération (Stebich, Brüchmann, Kulbe et al. 2005). C’est pourquoi on peut attendre beaucoup des études en cours sur le lac de La Roche-de-Rame, dans la haute vallée de la Durance, qui présente une sédimentation à lamines annuels (Richer en cours).

4En l’état de la documentation cependant, une histoire des gestes, des pratiques et des rythmes agro-pastoraux ou de l’organisation des terroirs paraît impossible pour les Alpes romaines. Quelques éléments de réponse peuvent cependant être apportés. Les données paléoenvironnementales sur le Champsaur en particulier, par la résolution des analyses et la précision des déterminations, apportent des informations précieuses sur les espèces cultivées, mais surtout sur la place relative des champs, des prairies et des prés. Réfléchir sur la place de l’agriculture, de l’élevage et de la production herbagère ne peut se passer de ces données. On ne peut par ailleurs se passer d’une lecture attentive des agronomes, dont les textes sont souvent riches en détails, même s’ils se rapportent le plus souvent à des contextes particuliers (régions méditerranéennes, conseils pour gérer de grands domaines). La comparaison avec des périodes plus récentes documentées par les textes ou même actuelles est une autre possibilité (Rendu 2000). Certaines périodes, qu’on imagine pourvues d’une riche documentation, souffrent cependant des mêmes lacunes des sources écrites et archéologiques. C’est notamment le cas dans les Alpes méridionales, où la documentation sur le Moyen Âge, si elle existe bien, ne doit pas être surestimée (Durand 2004). Par ailleurs, cette démarche part du présupposé d’une continuité des pratiques, tandis que les enjeux et les contextes économiques évoluent. C’est d’autant plus vrai dans les régions alpines, où la montagne est souvent perçue comme un conservatoire de pratiques intemporelles, à l’abri des évolutions que subissent les plaines (Duclos, Mallen 1998).

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search