Version classiqueVersion mobile

La sculpture romaine en Occident

 | 
Vassiliki Gaggadis-Robin
, 
Pascale Picard

Partie 2 - Nouvelles techniques d’investigations scientifiques

Identification des provenances des marbres blancs des sculptures trouvées dans le Rhône à Arles

Philippe Bromblet et Philippe Blanc

Résumé

Une sélection d’une trentaine d’œuvres sculptées en marbre blanc trouvées dans le Rhône à Arles a été échantillonnée et étudiée dans le but d’identifier la provenance du marbre. Les pièces analysées qui ont été datées de différentes époques, s’avèrent être constituées de marbres blancs de diverses provenances. On constate une nette prédominance du marbre de Carrare (Lunense) avec une dizaine d’œuvres réalisées dans ce matériau. Les carrières d’Asie Mineure (Dokimeion, Aphrodisias, Proconnèse) et du Mont Pentéli sont aussi largement représentées. D’autres origines (îles de Thasos et Naxos) ne sont représentées que par quelques exemplaires.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Blanc, Bromblet, Leroux 2009 [2012].

1La collaboration entre le Centre interdisciplinaire de conservation et de restauration du patrimoine (CICRP) et l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC) a été initiée avec la participation du Laboratoire de recherche des monuments historiques(LRMH) en 2009 pour l’étude de la nature du marbre de la tête trouvée en 2006 dans le Rhône et attribuée à César. Quatre autres pièces sorties du fleuve en 2006 ont été analysées dans la foulée : une statue de Neptune, une tiare, un portrait de Lépide et une tête de Vénus. Les résultats de cette première étude ont été présentés à l’occasion du congrès ASMOSIA qui s’est tenu à Tarragone en 2009. Ils ont été publiés dans les Actes de ce congrès1. Par la suite, une sélection de vingt pièces sorties du Rhône durant la fouille de l’été 2007 et de cinq pièces issues de la fouille de l’été 2008 a été analysée à la demande du Musée départemental de l’Arles antique. À ce jour, une trentaine d’éléments sculptés en marbre blanc a donc été étudiée pour tenter d’identifier le marbre de chaque sculpture et avoir une première idée de la diversité des fournitures de marbre qui ont servi à réaliser ces œuvres.

2. Méthodologie

  • 2 Blanc et Bromblet 2009.
  • 3 Moens, De Paepe, Waelkens 1995, Lazzarini 2004a, Attanasio, Brilli, Ogle 2006.

2La méthodologie suivie est basée sur une succession d’observations et d’analyses qui sont aujourd’hui traditionnellement mises en œuvre pour la détermination des marbres blancs exploités durant l’antiquité2. Elles ont été décrites par plusieurs auteurs dans des ouvrages ou des articles de revue de référence3.

3Dans un premier temps, le marbre est observé sur l’ensemble de l’œuvre et décrit macroscopiquement in situ à l’œil nu et à l’aide de la loupe. Sont relevés les veinages (couleur, régularité, densité…), la couleur, l’odeur dégagée après une percussion au marteau et, à l’aide de la loupe binoculaire, la taille maximum des grains (noté MGS pour maximum grain size), les minéraux accessoires tel que la pyrite (FeS2), les micas, la chlorite qui sont caractéristiques de certains marbres antiques. Malheureusement, ces observations ne sont pas toujours discriminantes ni même possibles. Il est fréquent par exemple qu’une patine recouvrant partiellement ou totalement l’œuvre masque les grains et gêne l’évaluation de leur taille maximum.

4Dans un second temps, si ce premier examen ne s’est pas avéré suffisant pour identifier le marbre, un prélèvement de quelques millimètres est effectué au scalpel ou avec un petit burin, dans un plan de cassure, sur une zone non ou peu visible de la sculpture.

5Il faut noter que certaines œuvres trop petites, trop fragiles, sans aucun défaut apparent (zone de cassure, d’altération) ne peuvent pas être échantillonnées.

6Les prélèvements référencés sont ramenés au laboratoire pour différents types d’investigation.

  • 4 Barbin et al. 1992, Blanc 1995, Lazzarini 2004a et b, Attanasio, Brilli, Ogle 2006.

7Un premier fragment (le plus gros) est imprégné sous vide par une première résine (araldite® 2020 bicomposante Huntsman) puis découpé et poli pour être collé sur une lame de verre par une résine d’induration de surface et de collage très fluide (araldite® Géofix). Le bloc est alors rectifié très lentement jusqu’à ce que l’épaisseur de roche atteigne trente micromètres. Cette lame mince permet une étude pétrographique du matériau sous microscope polarisant et l’examen de sa luminescence superficielle sous faisceau électronique. On parle alors de la cathodoluminescence et du cathodofaciès du marbre (appareillage Cathodyn OPEA France 15 KV et 450 μA, clichés caméra CCD 25 s à 1 s). Ces observations permettent de disposer d’un faisceau de critères de reconnaissance variés : maximum grain size (MGS), taille moyenne des grains, contact entre les cristaux (droit, courbe, suturé, engrené…), texture (homéo ou hétéroblastique), fabrique (mosaïque, mortier…), cathodofaciès. Les diverses données obtenues sur chaque échantillon sont ensuite comparées avec celles qui ont été publiées dans la littérature pour les carrières de marbres blancs exploitées dans l’antiquité4. Il est ainsi possible de proposer les hypothèses de provenance pour le marbre de chacune des œuvres étudiées.

8Dans certains cas, une analyse minéralogique est réalisée par diffraction des rayons X (Bruker D8 Focus, Co, 35 kv x 40 mA) pour contrôler la composition minéralogique du marbre, en particulier la présence de dolomite que l’examen en cathodoluminescence peut laisser entrevoir.

9Les critères pétrographiques peuvent suffire à la détermination de provenances, cependant des analyses isotopiques confortent ces hypothèses, elles sont nécessaires à l’établissement du raisonnement pluridisciplinaire préconisé par la communauté des spécialistes réunis dans l’association ASMOSIA (Association for the Study of Marble and Other Stones used In Antiquity). Ces analyses sont effectuées sur un second fragment (voire quelques grains) de l’ordre de la dizaine de milligrammes, qui est réduit en poudre fine et envoyé au laboratoire de chimie isotopique (Université Paris 6) pour le dosage de C12, C13, O16 et O18 par spectrométrie de masse (Scira 9 de VG Instruments) et la détermination des ratios isotopiques du carbone ∆(C12/C13) et de l’oxygène ∆(O16/O18).

  • 5 Herz 1987 et 1990, Gorgoni et al. 2002, Attanasio, Brilli, Ogle 2006.

10Les ratios isotopiques obtenus sur les échantillons représentent de véritables signatures isotopiques qui seront comparées avec ceux des marbres blancs des principales carrières antiques publiées dans la littérature5. Ces comparaisons se font généralement sur des graphiques où sont figurés sous formes d’ellipsoïdes statistiques les domaines des ratios typiques des marbres de chaque carrière antique.

11À partir des observations et des analyses variées qui ont été réalisées, il est possible de proposer les hypothèses de provenance les plus plausibles pour le marbre de chacune des œuvres étudiées.

3. Résultats

Carrare Lunense

12Dix pièces présentent toutes les caractéristiques du marbre de Carrare : marbre à grain fin (0,2 à 0,3 mm), MGS 0,4 à 0,5 mm, présence éventuelle de veines, de vacuoles, contacts droits à courbes, texture homéoblastique et fabrique de type mosaïque avec de nombreux points triples, cathodofaciès homogène brun.

13Portrait de Lépide (1940)
pied de Vénus (1945)
buste de jeune fille (1941)
bucrane (X 15971)
tête mutilée (X 15113)
pied de dauphin (1956)
imago clipeata (1949)
frise de corniche
frise de perles et pirouettes (RHO 0823)
tête de Mars (13 110)

14Les signatures isotopiques des échantillons se situent bien dans l’ellipsoïde du marbre de Carrare (fig. 1).

Fig. 1. Diagramme isotopique Δ (C12/C13) vs Δ (O16/O18) montrant les ellipsoïdes correspondant aux principales carrières antiques et le positionnement des œuvres étudiées

Aphrodisias

15Les marbres de deux pièces : un corps de Vénus drapé (09 109) et un relief avec Dioscure (1953) ont été identifiés comme provenant des carrières d’Aphrodisias 1 et 2 respectivement. Ce sont des marbres à grain moyen, à MGS compris entre 0,8 et 1,5 mm, à veines droites fines, à contacts courbes engrenés, à texture hétéroblastique et à fabrique de type mosaïque. Une tête de poète (13 317) plus grossière (MGS 4 mm) appartient au même groupe. Ces marbres présentent des passées bréchifiées. Leur cathodoluminescence est faible (bleue-brune) avec des cloisons intergranulaires orangées conférant un cathodofaciès très particulier à ces matériaux.

16Les signatures isotopiques de ces trois marbres se situent dans les deux ellipsoïdes qui contraignent les carrières d’Aphrodisias 1 et Aphrodisias 2.

Dokimeion

  • 6 Barbin et al., 1992.

17Les marbres de quatre pièces : la tête de César, le fragment d’une tête masculine (1958), un placage de feuilles d’acanthe (1950), un torse (1946) ont été déterminés comme provenant des carrières de Dokimeion. Ce sont des marbres à grain fin à grossier avec un MGS variant de 0,5 à 3 mm, des contacts suturés à engrenés, une texture hétéroblastique, une fabrique de type mosaïque à mortier et un cathodofaciès caractérisé par une cathodoluminescence zonée de rose à orange, caractéristique depuis le cœur vers la surface de nombreux grains6.

18Les signatures isotopiques des cinq échantillons étudiés (dont deux pour la tête de César) se situent dans le vaste ellipsoïde du marbre de Dokimeion.

Proconnèse (Île de Marmara)

19Quatre marbres : une petite tête d’Hermès (X 16210), un masque cornier (1948), une statue d’Esculape acéphale (1944), une base de colonne (1807) proviennent très vraisemblablement des carrières de Proconnèse. Ce sont des marbres à grain grossier, qui dégagent quand on les frappe une forte odeur d’hydrogène sulfuré et montrent des veines droites grises à noires. Ils se caractérisent par un MGS de 2 à 3 mm. Les trois marbres échantillonnés (il n’a pas été possible d’échantillonner la petite tête d’Hermès étant donné sa taille) montrent des contacts droits à courbes, une texture hétéroblastique et une fabrique en mosaïque ou de type mortier. La cathodoluminescence est bleue et faible, homogène.

20Les signatures isotopiques des 3 marbres échantillonnés se positionnent dans l’ellipsoïde du marbre de Proconnèse.

Mont Pentéli

21Les deux échantillons (surface et profondeur) pris sur la grande statue de Neptune et celui prélevé sur la base avec sabot de cervidé (1951) correspondent à un marbre à grain fin (MGS 0.5 mm) avec des contacts courbes à suturés, une texture homéoblastique à hétéroblastique, une fabrique de type mosaïque et une cathodoluminescence orange et jaune. Ces traits caractérisent le marbre du Mont Pentéli.

22Les signatures isotopiques des deux échantillons de la statue de Neptune se superposent et tombent indubitablement dans l’ellipsoïde bien discriminé du marbre du Mont Pentéli. Avec un ∆(O16/O18) inférieur à -10,5, le point correspondant à la base avec sabot de cervidé se situe à l’extrémité du graphe dans l’ellipsoïde du marbre de Naxos qui est un marbre très grossier (MGS > 2 mm) et à proximité de celui du marbre du Mont Pentéli plus fin (MGS < 2 mm). Les caractéristiques pétrographiques permettent de privilégier l’hypothèse du marbre du Mont Pentéli. De la même façon, deux des sculptures remontées en 2008 (une statue de Vénus inachevée (09 241) et la partie inférieure d’une statue d’Héraklès (12 108) se positionnent à la limite de l’ellipsoïde du marbre pentélique et dans celui des marbres de Naxos, mais les textures, la taille moyenne des grains, le MGS à 0,5 mm permettent de les ranger aussi parmi les marbres du Mont Pentéli.

Thasos cap Vathy

23Trois pièces, la tiare (1947), un relief avec Dioscure et cheval (1954), un fragment d’édicule (300-315) sont constituées d’un marbre à grain grossier (MGS de 2 à 4 mm), purement dolomitique (Ca,Mg(CO3)2), avec des contacts courbes à engrenés entre grains, une texture hétéroblastique et une fabrique de type mortier avec des zones broyées. La cathodoluminescence est sombre et rouge (650 nm), caractéristique de la dolomite. Ces paramètres permettent d’identifier les marbres de Thasos et en particulier de la carrière du Cap Vathy.

24Les rapports isotopiques des trois marbres se situent dans la limite de l’ellipsoïde des marbres de Thasos cap Vathy et confirment l’hypothèse faite à partir des examens précédents.

Naxos Mélanès (ou Aphrodisias 1 ?)

25Un torse de Bacchus (1943) et une tête de Vénus (X15019) sont constitués d’un marbre blanc-gris à grain grossier (MGS > 2 mm), avec des contacts suturés à engrenés entre les grains, une texture homéoblastique à hétéroblastique et une fabrique de type mosaïque à mortier.

26La luminescence de la calcite est bleue, faible et très sombre, mais des cristallisations tardives à luminescence orange localisées à la périphérie et dans des cassures du grain confèrent au marbre un faciès spécifique.

27Les rapports isotopiques pour les échantillons de ces deux œuvres sont très proches l’un de l’autre et se situent dans deux ellipsoïdes distinguant des marbres à grain grossier, d’une part les marbres extraits de la carrière de Naxos Mélanès, d’autre part les marbres de la carrière Aphrodisias 1. Ils sont aussi très proches du domaine du marbre de Proconnèse. Le cathodofaciès est voisin de celui des marbres d’Aphrodisias décrits plus haut (cathodoluminescence faible, cloisons intergranulaires plus luminescentes…). La taille des grains est relativement peu élevée par rapport au marbre de Naxos (MGS entre 3 et 12 mm). Si on peut écarter l’hypothèse Proconnèse en raison des données isotopiques et de la taille des grains (MGS), il est difficile de trancher entre les deux autres hypothèses : Naxos Mélanès ou Aphrodisias 1.

28Trois œuvres n’ont pas pu être échantillonnées étant donné leur petite taille, l’absence de zone de cassure franche ou leur relative fragilité qui n’autorise pas l’utilisation d’un outil à percussion pour obtenir un fragment : une petite tête d’Hermès (X 16210) en marbre à grain moyen, un buste de jeune fille (1941) en marbre à grain fin, une tête de Vénus (1942) en marbre à grain grossier. Le marbre veiné à grain moyen de la petite tête d’Hermès dégage une forte odeur d’hydrogène sulfuré à la percussion. Il pourrait s’agir d’un marbre du Proconnèse. Les caractéristiques macroscopiques des deux autres œuvres n’ont pas permis de déterminer la provenance du matériau.

4. Conclusions

29En croisant les observations et les différents résultats d’analyse et en les comparant avec les données publiées dans la littérature sur les carrières antiques, il est possible de proposer des hypothèses de provenance pour le marbre de chacune des œuvres échantillonnées à ce jour. Des incertitudes persistent en particulier pour deux pièces entre le marbre de Naxos (plus probable) ou d’Aphrodisias.

30Vingt-sept déterminations ont été faites sur le corpus de trente pièces étudiées et sept provenances géographiques ont été identifiées, toutes situées sur le pourtour méditerranéen à l’Est d’Arles (fig. 2). On constate une nette prédominance du marbre de Carrare (Marmor Lunense) avec une dizaine d’œuvres réalisées dans ce matériau. Les marbres pyrénéens pourtant exploités à l’antiquité, sont totalement absents. Par contre, plusieurs sculptures ont été réalisées dans des marbres de carrières d’Asie Mineure : Dokimeion (quatre oeuvres), Aphrodisias (quatre œuvres) et l’île de Proconnèse (quatre œuvres). Les autres provenances sont le Mont Pentéli (quatre œuvres) et les îles de Thasos (carrière du Cap Vathy) et de Naxos Mélanès en mer Egée, qui sont représentées par trois et deux œuvres respectivement.

Fig. 2. Carte de localisation géographique des carrières de provenance des marbres blancs des éléments sculptés remontés du Rhône à Arles

(fond de carte Google Earth).

31Cette étude menée sur un corpus d’une trentaine d’œuvres apporte des données complémentaires aux études stylistiques pour approfondir la connaissance d’œuvres pour lesquelles les archéologues disposent de peu d’informations en raison du contexte de fouille particulier.

Bibliographie

Attanasio, Brilli, Ogle 2006 : D. Attanasio, M. Brilli, N. Ogle, The isotopic signature of classical marbles, Rome, Studia archaeologica 145, L’Erma di Brestschneider, 2006, 297 p.

Barbin et al. 1992 : V. Barbin, K. Ramseyer, D. Decrouez, S.J. Burns, J. Chamay and J.L. Maier, Cathodoluminescence of white marbles : an overview, Archaeometry, 34, 1992, 175-183.

Blanc, Bromblet 2009 : Ph. Blanc, Ph. Bromblet, Déterminer l’origine des marbres sculptés : méthode d’étude, in : L. Long et P. Picard (dir.), César le Rhône pour mémoire, vingt ans de fouilles dans le fleuve à Arles, Arles, éd. Actes Sud/Musée départemental Arles Antique, 2009, 84-87.

Blanc, Bromblet, Leroux 2009 [2012] : Ph. Blanc, Ph. Bromblet, L. Leroux, White marbles provenance study of Caesar’s head and other major sculptures found in the Rhône river at Arles (France), in : A. Gutierrez Garcia, M. Pilar Lapuente and I. Rodà (eds.), Proceedings of the IX ASMOSIA Conference, Tarragona 8-13 june 2009, Tarragona, Institut Català d’Arqueologia Clàssica, Documenta 23, 2012, 401-406.

Blanc 1995 : Ph. Blanc, Caractérisation des marbres blancs par cathodoluminescence, in : Entretiens d’archéologie et d’histoire, Approches scientifiques et historiques, Saint-Bertrand-de-Comminges, 1995, 59-70.

Gorgoni et al. 2002 : C. Gorgoni, L. Lazzarini, P. Pallante and B. Turi, An updated and detailed mineropetrographic and C-O stable isotopic reference database for the main Mediterranean marbles used in antiquity, in : J.J. Hermann, N. Herz, R. Newman (eds.), Proceedings of the V ASMOSIA Conference on Interdisciplinary studies on ancient stones, Boston june 1998, Archetype Publications, Londres, 2002, 115-131.

Herz 1987 : N. Herz, Carbon and oxygen isotopic ratio : a database for classical Greek and roman marble, Archeometry, 29, 1987, 35-43.

Herz 1990 : N. Herz, Stable isotope analysis of greek and roman marble : provenance, association, authenticity, Journal Getty Museum, 1990, 101-110.

Lazzarini 2004a : L. Lazzarini, Pietre e marmi antichi. Nature, caratterizzazione, origine, storia d’uzo, diffusione, collezionismo, Padova, CEDAM, 2004, 194 p.

Lazzarini 2004b : L. Lazzarini, Archaeometric aspects of white and coloured marbles used in antiquity : the state of the art, Periodico de Mineralogica, 73, 2004, 113-125.

Moens, De Paepe et Waelkens 1995 : L. Moens, P. De Paepe et M. Waelkens, Approche multidisciplinaire pour déterminer l’origine des marbres blancs, in : Entretiens d’archéologie et d’histoire, Approches scientifiques et historiques, Saint Bertrand de Comminges, 1995, 33-47.

Notes

1 Blanc, Bromblet, Leroux 2009 [2012].

2 Blanc et Bromblet 2009.

3 Moens, De Paepe, Waelkens 1995, Lazzarini 2004a, Attanasio, Brilli, Ogle 2006.

4 Barbin et al. 1992, Blanc 1995, Lazzarini 2004a et b, Attanasio, Brilli, Ogle 2006.

5 Herz 1987 et 1990, Gorgoni et al. 2002, Attanasio, Brilli, Ogle 2006.

6 Barbin et al., 1992.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12977/img-2.png
Fichier image/png, 280k
Crédits (fond de carte Google Earth).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12977/img-4.png
Fichier image/png, 613k

Auteurs

© Publications du Centre Camille Jullian, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search