Version classiqueVersion mobile

La sculpture romaine en Occident

 | 
Vassiliki Gaggadis-Robin
, 
Pascale Picard

Partie 2 - Nouvelles techniques d’investigations scientifiques

Études des sculptures en marbre découvertes à Arles dans le Rhône : bilan des premières analyses

Pascale Picard

Résumé

Les fouilles archéologiques subaquatiques menées dans le Rhône depuis 2007 ont renouvelé le faciès du matériel archéologique lié au dépotoir portuaire au profit d’un matériel urbain révélant des sculptures décoratives. Issues de contextes variés, privés, cultuels ou politiques, 67 pièces fragmentaires, de bronze, de calcaire ou de marbre, sont concernées et précisent notre connaissance de la rive droite du fleuve à Arles. Des investigations scientifiques ont permis des analyses technologiques et géologiques déterminant les carrières d’origines des marbres. À ce stade de la recherche, une prédominance de l’usage de marbres orientaux d’importation s’affirme pour la statuaire qui, dans certains cas pourrait être issues d’un atelier situé à Arles.

Entrées d'index

Géographique :

Rhône

Texte intégral

  • 1 Le bilan de ces travaux dans le catalogue d’exposition : Long, Picard 2009.

1Depuis plus de vingt ans, les fouilles archéologiques subaquatiques menées à Arles, dans le Rhône, sous la direction de Luc Long (DRASSM) sont déterminantes et permettent de préciser notre connaissance de l’activité portuaire, des réseaux commerciaux et de la navigation sur le fleuve depuis son embouchure en Méditerranée1. Ce n’est qu’à partir de 2005 que le faciès du mobilier archéologique mis au jour évolue de manière significative, au moment où les zones de recherches s’étendent en amont du pont autoroutier, sur la rive droite. Elles passent alors d’un dépotoir portuaire, principalement chargé d’amphores et de céramiques, à un dépotoir urbain où émergent les gravats de constructions romaines successives.

2Un gisement lapidaire, essentiellement constitué de fragments de sculptures et d’architectures, est alors découvert, en zone 5. Issu de la sphère publique, privée et religieuse, il impose désormais une nouvelle approche de l’histoire de l’actuel quartier de Trinquetaille, situé face à la ville, entre les deux ponts contemporains.

  • 2 Philippe Mellinand 2009, Rapport de fouilles INRAP.
  • 3 Luc Long Rapport de fouilles 2012 et bilan scientifique DRASSM à paraître.

3La répartition de cet ensemble, le long des quais, se déverse sur une quarantaine de mètres depuis le bord, en suivant la pente de la berge vers le centre du chenal. Là, par 5 à 15 m de fond, les vestiges désolidarisés affleuraient à peine à la surface du limon, sous l’effet incisif du courant. La proximité d’un four à chaux mis en évidence par des fouilles terrestres, à proximité immédiate du fleuve, au niveau de l’ancienne gare maritime, pourrait être en connexion avec ces vestiges subaquatiques2. Il oriente vers l’hypothèse d’un contexte tardif lié à une crue ou à l’érosion par le Rhône d’un groupe lapidaire destiné au recyclage, stocké à l’origine près du four3.

  • 4 Long, Picard 2009, 376.
  • 5 Rothé, Heijmans 2008, 629, 661, 685.

4En effet, ce quartier, pour lequel Jean-Maurice Rouquette parle de « malédiction », est voué aux réaménagements et à la destruction systématique depuis l’antiquité et ne retrouve un équilibre qu’à l’époque contemporaine4. De cette rive droite, à l’époque antique, nous ne conservions jusque-là qu’assez peu de sculptures. Les fouilles terrestres n’avaient livré qu’un petit ensemble n’excédant pas une dizaine de pièces, parmi lesquelles la tête de satyre du Louvre, une petite tête de Minerve ou encore une petite Vénus en bronze conservée à Arles5. Ce contexte souligne l’importance historique de cet ensemble tout autant que le potentiel du fleuve qui devient un site déterminant conservant la trace de l’occupation de cette rive. De 2005 à 2009 les fouilles successives permettent de constituer et d’étudier 60 sculptures fragmentaires, majoritairement en marbre et 7 en bronze. Soit, un corpus de 67 fragments de sculptures.

5La prise en charge de sculptures aussi exceptionnelles que le portrait représentant César, nous a incitée à « questionner ces oeuvres » dans le contexte d’un programme d’analyses scientifiques. Ainsi, le musée départemental de l’Arles antique, où sont déposées les collections arlésiennes du DRASSM, a engagé depuis 2009 plusieurs collaborations : avec le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) pour l’analyse des bronzes ; avec le Centre Interrégional de conservation et de restauration du patrimoine à Marseille (CICRP) pour l’analyse du lapidaire.

  • 6 Mille, Nicot, Robcis 2009, 172-179.

6L’étude technologique des bronzes, sur laquelle nous ne reviendrons pas, a donné des résultats publiés dans le catalogue de 20096, tandis que des analyses complémentaires font ici même l’objet d’une nouvelle communication sur les procédés de dorure employés dans l’Antiquité.

  • 7 Blanc, Bromblet, 2009, 84-87 ; ainsi que les communications des mêmes auteurs dans ce volume.

7La partie lapidaire mérite quant à elle un commentaire des résultats obtenus pour la sculpture qui font également l’objet d’un rendu dans ce recueil. Des protocoles de coopération ont été engagés avec le CICRP, de 2009 à 2011, afin d’assurer des campagnes de prélèvements systématiques permettant de réaliser, à terme, une analyse géologique exhaustive du corpus. Il s’agissait d’identifier l’origine des marbres mais aussi d’effectuer des recherches de polychromie7.

1. Les analyses géologiques

8Sur l’ensemble du corpus concerné 53 % des résultats sont encore en attente, aussi le commentaire proposé doit être considéré comme un rendu d’expérience en cours dont l’issue est tributaire des futurs engagements budgétaires et de la mobilisation des partenaires. Les orientations qu’il est néanmoins possible de projeter à cette étape de la recherche sont intéressantes et méritent d’être exposées.

9Les 28 analyses réalisées permettent de dessiner des ensembles regroupant les sculptures par origines de marbres ou de calcaire (fig. 1 à 8). La répartition graphique ci-dessous permet, en l’état, de voir s’amorcer des tendances prédominantes. Elles font apparaître l’importance des carrières de marbres orientaux qui devancent l’usage du marbre italien de Carrare, tandis que le calcaire apparaît comme le matériau le moins représenté.

Fig. 1. Calcaire

Togatus, 32 x 110 x 73,5 cm, inv. rho.2009.16.105 (inédit en cours d’étude). Tête d’homme, 34,7 x 21,4 x 26,2 cm, inv. rho.2009.16.316 (inédit en cours d’étude). Fragment de base sculptée appartenant à un monument funéraire, 25,5 x 102 x 55,8 cm et 39 x 44 x 19 cm, 25,28 kg, inv. rho.2007.05.1952-1924, Ie s. ap. J.-C.

(MDAA © J.-L. Maby, 2ASM).

Fig. 2. Marbre de Carrare

Portrait de jeune fille, 30 x 16,5 x 15 cm, 8,48 kg, inv. rho.2007.00.1941, milieu du Ie s. ap. J.-C. Portrait d’homme dit de Lépide, 28,5 x 17,5 x 21,5 cm, 17,42 kg, inv. rho.2007.00.1940, milieu du Ie s. av. J.-C. Tête de Mars, 34,4 x 24 x 27,3 cm, inv. rho.2009.13.110 (inédit en cours d’étude). Portrait d’homme fragmentaire, 21,5 x 18,5 x 18,5 cm, 6,7 kg, inv. rho.2005.00.1004, début du IIIe s. ap. J.-C. Fragment sculpté d’une tête de taureau, 41.5x34.3x22.3, inv. rho.2008.15.37, I-IIe s. ap. J.-C. Base de sculpture, pieds et drapé, 21 x 47 x 29 cm, 35,5 kg, inv. rho.2007.00.1945. Base de sculpture, pieds de divinité, 22 x 39 x 24 cm, 25 kg, inv. rho 2007.00.1956.

(MDAA © J.-L. Maby, 2ASM).

Fig. 3. Marbre pentélique

Neptune, 157 cm, inv. RHO.2007.05.1966, deuxième moitié du II s. ap. J.-C. Homme assis, 27 x 32 x 23,6 cm, inv. RHO.2009.12.108. Base fragmentaire sculptée d’un sabot de bovidé, 24,5 x 45 x 19 cm, 20,44 kg, inv. RHO.2007.00.1951. Statuette inachevée, 26 x 15,3 x 14,2 cm, inv. RHO.2009.380.241. (MDAA © J.-L. Maby, 2ASM).

Fig. 4. Marbre de Proconnèse, île de Marmara

Esculape, 46,5 x 17 x 13 cm, 12,58 kg, inv. RHO.2007.00.1944, IIe s. ap. J.-C. Masque cornier d’un couvercle de sarcophage, 44 x 27 x 5,5 cm, 10,54 kg, inv. RHO.2007.00.1948, milieu du IIIe s. ap. J.-C. Tête hermaïque féminine, 13,8 x 8,1 x 5,8 cm, inv. RHO.2004.00.1535.

(MDAA © J.-L. Maby, 2ASM).

Fig. 5. Marbre de Dokimeion

Fragment de tête masculine couronnée, 14,5 x 23,5 x 10 cm, 4,36 kg, inv. RHO.2007.05.1958. Torse sur piédouche, 46 x 48 x 23 cm, 40 kg, inv. RHO.2007.05.1946, début du Ie s. ap. J.-C. Portrait d’homme dit de César, 39,5 x 22 x 18 cm, 20,5 kg, inv. RHO.2007.05.1939, 1ère moitié du Ie s. av. J.-C.

(MDAA © J.-L. Maby, 2ASM).

Fig. 6. Marbre de Thasos, cap Vathy

Pôlos d’Artémis éphésienne fragmentaire, 52 x 25 x 21 cm, 25,28 kg, inv. RHO.2007.00.1947, IIe s. ap. J.-C. Relief votif fragmentaire décoré d’un Dioscure, 39 x 28 x 17 cm, 31,46 kg, inv. RHO.2007.00.1954, IIe s. ap. J.-C. Relief fragmentaire d’un édicule décoré de figures féminines en procession, 36,6 x 32,6 x 15,2 cm, inv. RHO.2009.300.315 (inédit en cours d’étude).

(MDAA © J.-L. Maby, 2ASM).

Fig. 7. Marbre d’Aphrodisias 1 et 2

Tête d’homme barbu, 22,5 x 17,4 x 16,4 cm, RHO.2009.13.317 (inédit en cours d’étude). Relief votif fragmentaire décoré d’un Dioscure, 52 x 38 x 7,5 cm, 18,36 kg, inv. RHO.2007.05.1953, IIe s. ap. J.-C. Corps feminine drapé, 22 x 61,5 x 40,5 cm, inv. RHO.2009.09.109 (inédit en cours d’étude).

(MDAA © J.-L. Maby, 2ASM).

Fig. 8. Marbre de Naxos Mélanès ou d’Aphrodisias 1

Bacchus en pied fragmentaire, buste 37,5 x 21,5 x 14,5 cm, 16,44 kg, inv. RHO.2007.00.1943, fin du IIe s. ap. J.-C. Tête de vénus, 24 x 17,7 x 19,5 cm, 8,5 kg, inv. RHO.2008.13.23, milieu du IIIe s. ap. J.-C.

(MDAA © J.-L. Maby, 2ASM).

10Cette répartition permet de souligner la prédominance de l’utilisation de marbres orientaux pour la sculpture. La facture de cet ensemble (fig. 3 à 8), est variable mais demeure d’une qualité remarquable. Du buste de César, qu’il faut considérer comme l’exemple rare d’une telle excellence dans le portrait, à la parfaite maîtrise de la sculpture de Neptune (fig. 3) ou d’Esculape (fig. 4), les 18 pièces concernées témoignent, pour la plupart, de canons stéréotypés parfaitement interprétés. Leurs styles révèlent également des manières de sculpter différentes qui impliquent des productions d’ateliers variés de très bon niveau actifs entre le Ier s. av. J.-C. et le IIIe s. ap. J.-C. et principalement au second siècle.

11Ce constat enrichit la connaissance de la circulation des matériaux mais aussi celle de la situation des ateliers. En effet, la découverte d’une sculpture inachevée de petite taille, en marbre pentélique, peut confirmer la présence d’un atelier à Arles utilisant du marbre grec d’importation (fig. 9).

Fig. 9. Statuette inachevée

inv. RHO.2009.380.241

(MDAA © 2ASM).

12Il s’agit d’un bloc quadrangulaire de marbre tout juste dégrossi témoignant d’une sculpture en cours d’exécution. Un plan de cassure oblique et irrégulier, qui limite la figure à sa partie inférieure, traduit probablement l’accident de taille qui a conduit l’ébauche au rébus. Le bloc a été épannelé puis équarri avant d’être affiné à la gradine ou au ciseau. Il est plus abouti sur la face, l’arrière reste brut. On distingue, au niveau de la plinthe, à l’avant, trois éclats qui indiquent des points d’ancrages destinés à immobiliser le bloc durant la taille. Ce détail indique que le relief de la sculpture pouvait être affiné sur un bloc maintenu à plat. Malgré l’état d’inachèvement, on devine les formes d’un prototype qui émerge de la masse du bloc et s’apparente à celui d’une Vénus pudique, du type Médicis ou du Capitole. On distingue le geste de la main devant le pubis et le mouvement de deux cuisses qui amorcent un contrapposto, tandis qu’un pilier d’appui se dessine à droite. Ce fragment est important pour la connaissance de la technique de la sculpture d’époque romaine et sa pratique à Arles, tandis qu’il donne à la caractérisation des origines géologiques des marbres tout son sens.

  • 8 Long 2013, 60, fig. 24.

13L’ensemble sculpté en marbre de carrare concerne des portraits de belle facture qu’il s’agisse du portrait de jeune fille ou du portrait d’homme dit de Lépide ou encore d’une effigie de Mars encore inédite (fig. 2)8. Le corpus est de qualité et obéit aux mêmes chronologies d’exécution que précédemment.

  • 9 Long 2013, 61, fig. 29.

14Les sculptures exécutées dans un calcaire local, bien qu’en minorité et manifestement plus sommaire dans le traitement, livrent cependant un bel exemplaire de torse fragmentaire d’un togatus inédit (fig. 1)9. Cette dernière catégorie atteste l’activité d’ateliers locaux rompus à la pratique de la sculpture au contact d’influences venues de Rome ou de Grèce.

2. Restitution de la recherche de polychromie, un autre aspect de l’analyse des reliefs sculptés du Rhône

  • 10 Blanc, Picard, 2009, 122-123.

15Le 15 février 2011, Nicolas Bouillon, ingénieur d’études au CICRP à Marseille, a procédé à l’examen d’une tête de Vénus afin de préciser la nature d’éventuelles traces de polychromie (fig. 10). Cet examen devait compléter les premières analyses de Philippe Blanc qui avait identifié dans la chevelure du noir d’ivoire ou noir animal10.

Fig. 10. Tête de Vénus du type du Capitole

Fig. 10. Tête de Vénus du type du Capitole

inv. RHO.2008.13.23, MDAA, macrophotographie des zones examinées

(MDAA © O.Guillon, CICRP).

16Après un premier examen à la loupe binoculaire, il s’agissait d’identifier un amas résiduel blanc localisé au coin de l’œil de la sculpture par microfluorescence X, une analyse élémentaire non destructive. Nous avons pu y voir les cristaux anthracites et clairs liés par de la calcite blanche qui composent le marbre identifié par ailleurs, par Philippe Blanc, comme originaire de la carrière de Mélanès à Naxos en Grèce. Cette constitution explique la forte présence de phosphore et de calcium sur l’ensemble de l’objet. Les résidus blancs quant à eux présentent des traces de plomb insuffisantes à l’identification d’un pigment de préparation blanche, de même que les traces de cuivre, fer, zinc et autres.

17L’incision de la paupière supérieure rehaussée de noir dessine l’œil en un trait de matière dont il reste trace sur le marbre et confirme l’existence d’un rehaut. Bien que les analyses n’aient pu confirmer d’éventuelles autres traces de pigments ou de préparation sur le visage, l’hypothèse d’une sculpture polychrome demeure.

  • 11 Lʼexpérience, relatée par le film de Saléha Gerdane (des Racines et des Ailes, 2009), a permis d’ (...)

18La même année, une expérience virtuelle permettait d’envisager l’hypothèse d’une restitution des parties lacunaires de cette tête de Vénus (fig. 11 et 12). La reconstitution de l’apparence originale de la divinité obtenue par la réintégration des zones usées ou lacunaires devait servir de support à l’évocation de la couleur d’une Antiquité polychrome (fig. 13). C’est ainsi qu’une collaboration avec un spécialiste de la 3D, Thomas Roussel (Pixologic), permettait d’appliquer les fonctionnalités du logiciel d’animation Zbrush, utilisé pour le film Avatar de James Cameron, au domaine de l’archéologie11. La reconstitution virtuelle de cette sculpture permet de localiser les traces sombres, visibles à l’œil nu ayant fait l’objet des analyses citées précédemment et présentes dans les infractuositiés et incisions du visage. Les couleurs proposées ne sont que des suggestions.

Fig. 11. Tête de Vénus du type du Capitole

inv. RHO.2008.13.23, MDAA. Comparaison du modèle avec une sculpture complète conservée au Louvre (inv. MR 370)

(MDAA © A. Coste).

Fig. 12. Reconstitution virtuelle de la Vénus du Rhône

(© T. Roussel, Pixologic).

Fig. 13. Restitution virtuelle de la polychromie

(© T. Roussel, Pixologic).

19L’ensemble de ces études menées entre 2009 et 2011 témoignent de la diversité des moyens d’analyses mis en œuvre afin d’étudier ce fonds spectaculaire par sa qualité aussi bien que par son contexte de découverte.

Bibliographie

Blanc, Bromblet 2009 : Ph. Blanc, Ph. Bromblet, Déterminer l’origine des marbres sculptés : méthode d’étude, in : Long, Picard 2009, 84-87.

Blanc, Picard, 2009 : Ph. Blanc, Ph. Picard, Étude de la polychromie de la tête de Vénus et Tête de Vénus du type du Capitole, in : Long, Picard 2009, 122-123.

Long 2013 : L. Long, Dépotoir urbain de la rive droite du Rhône, in : Bilan scientifique DRASSM 2009, 56-62.

Long, Duperron 2015 : L. Long, G. Duperron, Le dépotoir urbain de Trinquetaille, in : Bilan scientifique DRASSM 2011, 66-70.

Long, Picard 2009 : L. Long et P. Picard (dir.), César le Rhône pour mémoire, vingt ans de fouilles dans le fleuve à Arles, Arles, Actes Sud, musée départemental Arles antique, 2009, 396 p.

Mellinand, Sivan 2011 : P. Mellinand, O. Sivan, Gare maritime, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Bouches-du-Rhône, Arles, rapport d’opération, diagnostic archéologique, Inrap Méditerranée, déposé au SRA-PACA, Aix-en-Provence, juillet 2011. 270 p.

Mille, Nicot, Robcis 2009 : B. Mille, F. Nicot, D. Robcis, Traitements de restauration et étude technique de la victoire en bronze doré, in : Long, Picard 2009, 172-179.

Rothé, Heijmans 2008 : M.-P. Rothé, M. Heijmans, Carte Archéologique de la Gaule :13/5. Arles, Crau, Camargue, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2008, 912 p.

Notes

1 Le bilan de ces travaux dans le catalogue d’exposition : Long, Picard 2009.

2 Philippe Mellinand 2009, Rapport de fouilles INRAP.

3 Luc Long Rapport de fouilles 2012 et bilan scientifique DRASSM à paraître.

4 Long, Picard 2009, 376.

5 Rothé, Heijmans 2008, 629, 661, 685.

6 Mille, Nicot, Robcis 2009, 172-179.

7 Blanc, Bromblet, 2009, 84-87 ; ainsi que les communications des mêmes auteurs dans ce volume.

8 Long 2013, 60, fig. 24.

9 Long 2013, 61, fig. 29.

10 Blanc, Picard, 2009, 122-123.

11 Lʼexpérience, relatée par le film de Saléha Gerdane (des Racines et des Ailes, 2009), a permis d’explorer une facette de lʼarchéologie expérimentale.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12922/img-1.png
Fichier image/png, 59k
Légende Togatus, 32 x 110 x 73,5 cm, inv. rho.2009.16.105 (inédit en cours d’étude). Tête d’homme, 34,7 x 21,4 x 26,2 cm, inv. rho.2009.16.316 (inédit en cours d’étude). Fragment de base sculptée appartenant à un monument funéraire, 25,5 x 102 x 55,8 cm et 39 x 44 x 19 cm, 25,28 kg, inv. rho.2007.05.1952-1924, Ie s. ap. J.-C.
Crédits (MDAA © J.-L. Maby, 2ASM).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12922/img-3.png
Fichier image/png, 347k
Légende Portrait de jeune fille, 30 x 16,5 x 15 cm, 8,48 kg, inv. rho.2007.00.1941, milieu du Ie s. ap. J.-C. Portrait d’homme dit de Lépide, 28,5 x 17,5 x 21,5 cm, 17,42 kg, inv. rho.2007.00.1940, milieu du Ie s. av. J.-C. Tête de Mars, 34,4 x 24 x 27,3 cm, inv. rho.2009.13.110 (inédit en cours d’étude). Portrait d’homme fragmentaire, 21,5 x 18,5 x 18,5 cm, 6,7 kg, inv. rho.2005.00.1004, début du IIIe s. ap. J.-C. Fragment sculpté d’une tête de taureau, 41.5x34.3x22.3, inv. rho.2008.15.37, I-IIe s. ap. J.-C. Base de sculpture, pieds et drapé, 21 x 47 x 29 cm, 35,5 kg, inv. rho.2007.00.1945. Base de sculpture, pieds de divinité, 22 x 39 x 24 cm, 25 kg, inv. rho 2007.00.1956.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12922/img-5.png
Fichier image/png, 365k
Crédits Neptune, 157 cm, inv. RHO.2007.05.1966, deuxième moitié du II s. ap. J.-C. Homme assis, 27 x 32 x 23,6 cm, inv. RHO.2009.12.108. Base fragmentaire sculptée d’un sabot de bovidé, 24,5 x 45 x 19 cm, 20,44 kg, inv. RHO.2007.00.1951. Statuette inachevée, 26 x 15,3 x 14,2 cm, inv. RHO.2009.380.241. (MDAA © J.-L. Maby, 2ASM).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12922/img-7.png
Fichier image/png, 303k
Légende Esculape, 46,5 x 17 x 13 cm, 12,58 kg, inv. RHO.2007.00.1944, IIe s. ap. J.-C. Masque cornier d’un couvercle de sarcophage, 44 x 27 x 5,5 cm, 10,54 kg, inv. RHO.2007.00.1948, milieu du IIIe s. ap. J.-C. Tête hermaïque féminine, 13,8 x 8,1 x 5,8 cm, inv. RHO.2004.00.1535.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12922/img-9.png
Fichier image/png, 325k
Légende Fragment de tête masculine couronnée, 14,5 x 23,5 x 10 cm, 4,36 kg, inv. RHO.2007.05.1958. Torse sur piédouche, 46 x 48 x 23 cm, 40 kg, inv. RHO.2007.05.1946, début du Ie s. ap. J.-C. Portrait d’homme dit de César, 39,5 x 22 x 18 cm, 20,5 kg, inv. RHO.2007.05.1939, 1ère moitié du Ie s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12922/img-11.png
Fichier image/png, 292k
Légende Pôlos d’Artémis éphésienne fragmentaire, 52 x 25 x 21 cm, 25,28 kg, inv. RHO.2007.00.1947, IIe s. ap. J.-C. Relief votif fragmentaire décoré d’un Dioscure, 39 x 28 x 17 cm, 31,46 kg, inv. RHO.2007.00.1954, IIe s. ap. J.-C. Relief fragmentaire d’un édicule décoré de figures féminines en procession, 36,6 x 32,6 x 15,2 cm, inv. RHO.2009.300.315 (inédit en cours d’étude).
Crédits (MDAA © J.-L. Maby, 2ASM).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12922/img-13.png
Fichier image/png, 273k
Légende Tête d’homme barbu, 22,5 x 17,4 x 16,4 cm, RHO.2009.13.317 (inédit en cours d’étude). Relief votif fragmentaire décoré d’un Dioscure, 52 x 38 x 7,5 cm, 18,36 kg, inv. RHO.2007.05.1953, IIe s. ap. J.-C. Corps feminine drapé, 22 x 61,5 x 40,5 cm, inv. RHO.2009.09.109 (inédit en cours d’étude).
Crédits (MDAA © J.-L. Maby, 2ASM).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12922/img-15.png
Fichier image/png, 368k
Légende Bacchus en pied fragmentaire, buste 37,5 x 21,5 x 14,5 cm, 16,44 kg, inv. RHO.2007.00.1943, fin du IIe s. ap. J.-C. Tête de vénus, 24 x 17,7 x 19,5 cm, 8,5 kg, inv. RHO.2008.13.23, milieu du IIIe s. ap. J.-C.
Crédits (MDAA © J.-L. Maby, 2ASM).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12922/img-17.png
Fichier image/png, 250k
Légende inv. RHO.2009.380.241
Crédits (MDAA © 2ASM).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12922/img-19.png
Fichier image/png, 762k
Titre Fig. 10. Tête de Vénus du type du Capitole
Légende inv. RHO.2008.13.23, MDAA, macrophotographie des zones examinées
Crédits (MDAA © O.Guillon, CICRP).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12922/img-20.png
Fichier image/png, 629k
Légende inv. RHO.2008.13.23, MDAA. Comparaison du modèle avec une sculpture complète conservée au Louvre (inv. MR 370)
Crédits (MDAA © A. Coste).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12922/img-22.png
Fichier image/png, 344k
Crédits (© T. Roussel, Pixologic).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12922/img-24.png
Fichier image/png, 235k
Crédits (© T. Roussel, Pixologic).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12922/img-26.png
Fichier image/png, 41k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search