Version classiqueVersion mobile

Les Alpes occidentales romaines

 | 
Maxence Segard

Deuxième partie. L’économie de la ‎montagne alpine : exploitation des ‎ressources naturelles dans les Alpes ‎occidentales à l’époque romaine

Chapitre V. Les données paléoenvironnementales et l’exploitation des ressources

Texte intégral

1En l’espace de quelques décennies, les apports des données paléobotaniques ont considérablement changé de statut et ont acquis une place notable dans la réflexion sur les activités humaines. C’est particulièrement évident dans les études portant sur des séquences issues de milieux humides. Les recherches les plus avancées n’évoquent plus seulement un impact des communautés humaines, mais tendent à identifier cet impact, à le caractériser en termes d’activités, d’intensité et de pratiques. Les parties supérieures des séquences ne sont plus uniquement considérées comme celles où les dynamiques naturelles sont masquées ou perturbées par le développement d’activités humaines : elles sont des indicateurs fiables et parfois les uniques révélateurs des modes de vie et des modes d’exploitation des populations passées. Pour parvenir à cette lecture, les palynologues profitent des avancées méthodologiques, notamment la constitution de référentiels actuels fondés sur des relevés de pluie pollinique dans différents types de paysage caractéristiques : prairies pâturées, sous-bois pâturés, champs cultivés, vergers, etc. (Mazier 2006). Cette orientation nouvelle procède souvent de collaborations avec les archéologues, et de travaux menés conjointement sur des espaces identiques.

2Dans les Alpes occidentales, les recherches paléoenvironnementales entreprises durant les trente dernières années concernent plus de 170 sites distincts, localisés dans la plupart des massifs. Certains ne documentent pas ou très peu les périodes récentes, que celles-ci soient absentes de la sédimentation ou qu’elles ne soient pas datées précisément. D’autres concernent spécifiquement les derniers millénaires. Leur mise en série permet d’avoir un panorama général de l’histoire de la végétation dans ce massif. Même si les études elles-mêmes se sont globalement désintéressées du « paramètre humain », elles ont ponctuellement mis en évidence des épisodes durant lesquels la végétation a connu des modifications dues à la présence de communautés humaines et à la pratique de différentes activités. Ces ruptures dans l’histoire de la végétation, témoins indirects de déboisements, de mise en culture ou du pâturage, méritent d’être expliquées de façon précise, non seulement en termes de pratiques, mais également dans le cadre d’une histoire économique qui intègre les différentes formes d’exploitation du milieu par l’homme. La lecture et l’interprétation de ces données autorisent une double approche. Chaque site étudié restitue d’abord une vision locale ou régionale, spécifique à un milieu donné, à un contexte historique et à l’évolution des communautés humaines proches. Les données sur la végétation témoignent de l’impact de l’exploitation des ressources végétales (bois, pâturage, agriculture). L’introduction de la géochimie du plomb a permis de compléter ce tableau, et de mieux évaluer l’importance parfois mal connue des activités minières et métallurgiques. L’interprétation de ces données est bien entendu impossible en l’absence de travaux sur les sources écrites et de recherches archéologiques. C’est sur cette spécificité de l’apport de chaque discipline qu’est fondé le succès de la collaboration établie dans les Alpes du Sud. Dans le Champsaur en particulier, les opérations archéologiques en haute montagne et les analyses polliniques sur des zones humides du plateau constituent deux séries de documents complémentaires qui peuvent être lus de façon parallèle et croisée.

3Le second intérêt que présentent les données paléoenvironnementales est qu’elles témoignent des évolutions dans la longue durée. La restitution de l’histoire du couvert végétal ou de la pollution atmosphérique par les particules de plomb permet de percevoir des dynamiques sur le long terme. Elle met en lumière les seuils, les ruptures dans l’intensité des modes d’exploitation. C’est seulement dans ce cadre diachronique que les spécificités de chaque période peuvent être mises en évidence. Pour cette raison, les opérations archéologiques qui se sont concentrées dans le Champsaur et la vallée de Freissinières se sont intéressées à l’ensemble des périodes, depuis la Préhistoire jusqu’à l’époque actuelle. Confrontés aux informations apportées par les études paléoenvironnementales, leurs résultats peuvent apporter un éclairage distinct mais complémentaire sur les dynamiques de peuplement et d’exploitation de la montagne (Segard, Walsh, Court-Picon 2003 ; Walsh, Mocci, Court-Picon et al. 2005). Dans cette démarche, les évolutions qui interviennent à l’époque romaine peuvent être comprises à la lumière de ce qu’on sait des populations et de leurs modes de vie aux périodes précédentes.

4Les données paléoenvironnementales permettent donc une approche au niveau local (échelle du site, du versant, de la micro-région), qui constitue un poste d’observation du comportement d’une société particulière, comportement qui varie d’un site à l’autre, d’une vallée à l’autre, d’un plateau à l’autre et bien entendu d’une période à l’autre. Cette approche est celle qui offre une vision nuancée et contrastée, démontrant la variété des situations dans l’espace et dans le temps. De façon parallèle, les données paléoenvironnementales permettent de distinguer une évolution globale du milieu et du poids de l’homme et de ses activités sur le paysage. Cette approche est plus difficile à rapprocher directement des données historiques et archéologiques, mais elle permet de saisir, pour les différentes époques ou pour différentes régions, de grandes tendances. Suivre cette double démarche est nécessaire. Si on se concentre sur l’époque romaine, elle permet de montrer la particularité de certains secteurs et la façon dont ils ont été mis en valeur et exploités. L’examen détaillé de nombreux cas situés dans des régions différentes met ainsi en évidence qu’il n’existe pas pour cette période de dynamique unique. En même temps, la mise en parallèle de tous les exemples considérés ici permet de mettre en avant un modèle, forcément simplificateur, des évolutions qui interviennent à l’époque romaine. C’est cette lecture à deux échelles qui permet de comprendre les évolutions dans un cadre aussi vaste que les Alpes occidentales.

5Les données palynologiques disponibles couvrent l’intégralité des Alpes occidentales, peu de massifs n’étant pas concernés. Elles permettent donc un examen détaillé et comparatif des différentes régions. La seule lacune est liée à la rareté des études sur les zones humides dans les zones basses, principalement les fonds de vallée. L’importance des activités humaines, et de l’élevage en particulier, dans ces espaces est donc difficile à évaluer à partir des données polliniques. C’est d’autant plus dommageable que c’est dans ces secteurs que la connaissance sur le peuplement est la plus approfondie. La plupart des études concernent donc la moyenne et la haute montagne, en relation avec la localisation de la plupart des lacs et tourbières. Ceux-ci occupent des altitudes très variées (jusqu’à 2400-2500 m) et des milieux diversifiés qui recouvrent non seulement des différences climatiques (Alpes du Nord/Alpes du Sud) mais également topographiques (plateaux, replats dans des versants) ou de végétation (prairies alpines, landes, forêt). Ce spectre très large de milieux demande à être présenté à travers les différentes études qui les ont étudiés. Cette présentation privilégie certains travaux qui ont fourni des informations précises et directement exploitables dans le cadre d’une réflexion archéologique. Il s’agit principalement du Champsaur, région des Alpes du Sud très bien documentée grâce aux travaux de M. Court-Picon, et où la documentation paléoenvironnementale peut s’appuyer sur les recherches archéologiques récentes. Ces données constituent une base de réflexion, un modèle de fonctionnement d’une micro-région qui peut être confronté aux exemples issus d’autres régions.

1. Le Champsaur et la Haute-Durance, témoignage micro-régional des dynamiques agro-pastorales en moyenne et haute montagne

6Le Champsaur est une région naturelle qui correspond au haut bassin du Drac, qui longe la bordure occidentale du massif du Pelvoux (supra fig. 65). Il est composé de deux grandes unités. Au sud, la partie drainée par le Drac correspond à un plateau qui s’élève en pente douce vers le Nord jusqu’aux massifs qui le bordent. Le Haut-Champsaur correspond au bassin amont du Drac et de ses affluents. Il s’agit de secteurs de moyenne et haute montagne dont l’altitude culmine au Vieux Chaillol à 3163 m. La partie orientale est organisée autour de deux vallées profondes drainées par le Drac et le Drac Blanc (ou Drac de Champoléon). Le Champsaur est encadré au nord par le Valgaudemard, profonde vallée de direction est-ouest, et au sud par le bassin de Gap. Il est limité à l’ouest par le Dévoluy et à l’est par la ligne de crête qui limite le bassin versant du Drac de celui de la Durance. C’est dans les vallées et les massifs situés sur le versant oriental de ces crêtes qu’ont eu lieu les opérations archéologiques entreprises en Haute-Durance (Walsh, Mocci 2003). Celles menées dans le Champsaur se sont concentrées sur les espaces de haute montagne, entre le Vieux Chaillol et les crêtes qui forment la limite orientale du Champsaur (Palet Martinez, Ricou, Segard 2003). Les travaux des palynologues ont privilégié le plateau du Champsaur (Court-Picon 2003 et 2007).

7Parmi toutes les données archéologiques et paléoenvironnementales, la plupart des périodes sont documentées, depuis le Mésolithique jusqu’à nos jours. L’époque romaine est bien identifiée et datée dans la plupart des analyses polliniques réalisées dans le Champsaur, à l’exception du Laus du Villardon (hiatus dans la sédimentation ?), des Caves et des Clos (la sédimentation commence plus tard). Il faut ajouter qu’au Laus des Combettes et à Lesdiguières, le début de la sédimentation est daté de l’époque romaine. Il est donc impossible d’y comparer la situation de l’époque romaine avec celles qui précèdent. L’ensemble des informations que livrent les analyses polliniques peut être lu à travers les connaissances sur l’occupation de ce secteur des Alpes du Sud, en intégrant ce qu’on sait du contexte historique régional. Comprises ensemble, ces données permettent de dresser un panorama de l’occupation d’une micro-région partagée entre moyenne et haute montagne.

1.1. Les sites étudiés par les palynologues

8Les sites, tous étudiés par M. Court-Picon (à l’exception du Villardon) concernent différents secteurs du Champsaur.

9Trois sont situés en périphérie nord-occidentale : Lesdiguières, le Laus du Villardon et Le Clos-La Fauvie. Située sur la bordure occidentale du Champsaur, sur un vaste replat qui domine à l’ouest le Drac, la tourbière du Laux du Villardon (1100 m) a livré une séquence longue de 6 m qui couvre l’ensemble de l’Holocène (Pothin 2000). La zone humide du Clos-La Fauvie est située immédiatement en contrebas, à 980 m. Les sédiments prélevés ne concernent qu’une période comprise entre le Moyen Âge et aujourd’hui. Un peu plus au nord-ouest, la zone humide de Lesdiguières est située en limite du Champsaur, au pied d’un château. Elle est en rive gauche du Drac, un peu au sud de la confluence de cette rivière avec la Séveraisse, qui draine le Valgaudemard. La séquence de 2,60 m représente un peu moins de 2000 ans de dépôts. Sur la partie centrale du plateau, trois sites ont été étudiés : Les Caves (1145 m), le Laus des Combettes (1175 m) et le Lauza (1140 m). Les deux premiers sont très proches l’un de l’autre. Ils sont situés sur les pentes douces qui s’élèvent vers le nord, en rive droite du Drac, à hauteur du village de Saint-Julien-en-Champsaur. La séquence des Caves ne concerne que l’époque médiévale et moderne ; celle du Laus des Combettes commence à l’époque romaine. La tourbière du Lauza est située plus à l’est, au nord-est de Saint-Léger-les-Mélèzes ; située à environ 500-600 m du Drac, elle est sur un replat dans la pente qui domine le lit de la rivière. La sédimentation est enregistrée depuis le Tardiglaciaire. Il faut ajouter les trois sites de Libouse (1455 m), Sagne de Canne (1365 m) et Faudon (1577 m). Le premier est une tourbière située sur le versant qui s’étend entre le Cuchon (2002 m) et le Drac, à environ 1,5 km au sud du Lauza (fig. 76).

Fig. 76. Vue du secteur du Lauza et de Libouse depuis le Nord

Fig. 76. Vue du secteur du Lauza et de Libouse depuis le Nord

(Photographie aérienne orthonormée et modèle numérique de terrain. Données IGN, réalisation M. Segard)

10L’étude pollinique concerne une séquence sédimentaire de presque 4,50 m représentant l’histoire de la végétation depuis près de 10 000 ans. Les deux sites de Sagne de Canne et du lac de Faudon sont quant à eux en périphérie méridionale du plateau. La tourbière de Sagne de Canne est localisée sur le plateau entre le col Bayard et le col de Manse (fig. 77). Les sédiments prélevés représentent 7 m de dépôts, dont les 3 m supérieurs correspondent à l’ensemble de l’Holocène. Le lac de Faudon est situé dans une petite combe dont l’altitude décroît progressivement du nord-ouest vers le sud-est (fig. 78). La carotte prélevée se distingue par l’importance de la sédimentation, puisque sa base, à 6,60 m de profondeur, ne remonte pas au-delà de l’âge du Bronze. Enfin, le lac des Lauzons, est situé dans le vallon d’Isola, dans le bassin du Drac Blanc. Plus précisément, il est sur un petit replat à 2190 m d’altitude, dans un paysage de pelouses alpines et de landes à éricacées (fig. 79). Des fouilles archéologiques réalisées à proximité, sur le même replat, ont livré des niveaux d’occupation de l’âge du Bronze dans une cabane en pierre sèche (Palet Martinez, Ricou, Segard 2003). Les sédiments étudiés par M. Court-Picon représentent une épaisseur de 1,65 m et couvrent les 15 000 dernières années. Cette petite zone humide de haute montagne constitue un parallèle à celui de Fangeas, situé dans la haute vallée de Freissinières, en contrebas du plateau de Faravel. Des carottages réalisés en 2001 dans cette petite zone humide située à 2000 m d’altitude ont conduit à y réaliser des analyses géochimiques et palynologiques destinées à éclairer sur les modalités de l’occupation d’un espace déjà bien documenté par les recherches archéologiques.

Fig. 77. Vue du secteur de Sagne de Canne depuis le Nord-Ouest

Fig. 77. Vue du secteur de Sagne de Canne depuis le Nord-Ouest

(Photographie aérienne orthonormée et modèle numérique de terrain. Données IGN, réalisation M. Segard)

Fig. 78. Vue du vallon de Faudon et des vestiges du village médiéval

Fig. 78. Vue du vallon de Faudon et des vestiges du village médiéval

(M. Segard)

Fig. 79. Vue du vallon d’Isola avec localisation des sites pastoraux et de la zone humide du lac des Lauzons

Fig. 79. Vue du vallon d’Isola avec localisation des sites pastoraux et de la zone humide du lac des Lauzons

(Photographie aérienne orthonormée et modèle numérique de terrain. Données IGN, réalisation M. Segard)

1.2. Occupation et exploitation agro-pastorale avant l’époque romaine

11Les données archéologiques et paléoenvironnementales acquises lors des travaux récents ont contribué à renouveler les connaissances sur les occupations préhistoriques et protohistoriques du secteur du Champsaur et de la haute Durance, jusqu’alors à peine documenté pour ces périodes. Elles permettent de dresser un cadre général qui restitue les modalités de l’occupation de cette région des Alpes méridionales. Il s’agit ici non pas de décrire en détail ces données, mais de les confronter aux exemples archéologiques et aux témoignages paléoenvironnementaux provenant d’autres régions alpines pour identifier les particularités de l’occupation de la montagne avant la période romaine.

1.2.1. Premières occupations et premières activités pastorales

Le Mésolithique, première période de conquête de la haute montagne

12Le dernier épisode glaciaire du Würm (-70 000 à -15 000 ans) a conduit à l’englacement d’une grande partie de l’arc alpin. Dans les Alpes méridionales, les conditions climatiques ont ainsi repoussé la limite supérieure de la forêt à des altitudes proches de 800-1000 m (Reille, Andrieu, Beaulieu 1996, 155). Durant toute cette période, les différentes espèces végétales ont persisté dans des refuges, où la péjoration du climat était atténuée (vallées abritées et bien exposées par exemple). Rapidement, en même temps que les glaces se retirent progressivement, la reconquête des espaces montagnards jusque là inaccessibles est accompagnée d’une exploration par les groupes humains. C’est ce que montrent les découvertes archéologiques, qui témoignent de cet intérêt rapide pour la montagne dès le Paléolithique. Plusieurs exemples présentés dans un ouvrage récent consacré à la Préhistoire alpine montrent ainsi que durant la dernière glaciation, certains secteurs temporairement désenglacés ont été fréquentés (Curdy, Praz 2002). Ces occupations les plus anciennes ne sont documentées ni par les découvertes archéologiques ni par les données paléoenvironnementales dans le Champsaur. L’occupation au Mésolithique l’est davantage grâce aux nombreux sites de cette période identifiés lors des prospections dans les vallées de la Haute-Durance. Les travaux des préhistoriens dans les Alpes françaises du Nord, en Suisse et en Italie confirment que cette période correspond à une première phase d’exploration d’espaces jusqu’alors délaissés. Ces gisements de haute montagne, caractérisés par des épandages de matériaux lithiques, sont liés à des activités cynégétiques, mais également à la recherche de ressources lithiques. Désormais, ces espaces autrefois en marge (voire encore englacés) font partie des territoires de chasse couramment fréquentés, de même que des zones d’approvisionnement en matières premières. En haute montagne, les groupes humains trouvent sans doute des conditions de chasse favorables : abondance de gibier, mais aussi milieu plus ouvert, moins forestier que dans les étages inférieurs, qui rend la pratique de la chasse plus aisée (Morin, Chaffenet 2003 : 11). La connaissance des implantations en vallée et en moyenne montagne est moins bonne, en relation avec les faibles indices que laissent ces occupations.

13Durant toute cette période, les activités pratiquées sont celles inhérentes à toute communauté non sédentaire. Elles relèvent de l’exploitation opportuniste des ressources naturelles, typique des sociétés qui ne maîtrisent pas encore l’agriculture. Pour cette raison, les communautés de la Préhistoire ancienne ne contribuent que très modestement et surtout très localement à la modification du paysage, ce qui explique que leurs activités ne sont pas observables à travers les enregistreurs paléoenvironnementaux. C’est seulement les prémices puis le développement des activités agro-pastorales qui vont conduire à des modifications notables et croissantes du paysage.

Les premiers défrichements et le développement des activités agricoles et pastorales au Néolithique

14Seules quelques découvertes isolées d’outillage lithique hors de tout contexte attestent l’occupation du Champsaur au Néolithique, principalement en moyenne montagne. Aucun indice de ce type n’a été repéré lors des travaux réalisés dans le Haut-Champsaur, qu’il s’agisse des prospections ou des sondages. En revanche, quelques gisements de haute montagne ont été découverts dans la Haute-Durance. De même, les travaux réalisés dans d’autres massifs alpins et dans la vallée du Buëch témoignent d’une occupation assez dense dont les modalités sont difficiles à établir (Morin 1998 et 2000). Les différentes fouilles réalisées dans les Alpes du Nord montrent que l’émergence de sociétés sédentaires pratiquant des activités agro-pastorales est progressive. Ces évolutions interviennent à des rythmes variables dans les différentes régions alpines (Beeching, Berger, Brochier et al. 2000). L’archéologie permet de cerner ces évolutions, particulièrement à travers l’étude du mobilier. Celle-ci permet d’observer des progrès technologiques, des influences extérieures, mais également l’émergence de nouveaux besoins liés aux activités agro-pastorales. L’apparition de la céramique pour le stockage et la préparation culinaire en est le meilleur exemple. L’étude de la faune montre également de façon claire les mutations de sociétés qui passent d’une économie basée sur la chasse à des modes de subsistance dans lesquels l’animal domestique prend une part croissante. Ces changements de mode de vie, parfois difficiles à appréhender par l’archéologie, peuvent être perçus à travers l’étude du milieu. Les activités humaines, désormais basées sur l’agriculture et l’élevage, sont liées à une sédentarisation accrue des groupes humains. Elles nécessitent donc des terres à pâturer et à cultiver.

Déboisements en clairières et balbutiement des activités agricoles

15Trois des zones humides étudiées dans le Champsaur documentent une occupation au Néolithique en moyenne montagne : Sagne de Canne, Libouse et le Laus du Villardon (fig. 80-83). L’analyse réalisée à Corréo, dans le bassin du Petit Buëch, témoigne également des évolutions de cette période (Nakagawa 1998, 94-97). Dans les quatre cas, le couvert forestier très dense qui s’est mis en place depuis le début de l’Holocène est affecté par un déboisement d’importance variable. Le recul local de la forêt est associé à l’apparition de plantes cultivées et des indicateurs de la présence de troupeaux. Les données polliniques permettent d’observer un phénomène aux caractères presque toujours identiques, la tourbière de Sagne de Canne constituant une exception remarquable. Les premiers indices d’agriculture et d’élevage sont souvent fugaces et peu marqués. À Corréo par exemple, les données polliniques indiquent une ouverture très réduite de la forêt dès le milieu du Ve millénaire av. J.-C. Dans le Champsaur, l’ampleur est plus importante, mais l’ouverture du milieu et la mise en valeur conservent leur caractère éphémère. Ce phénomène est celui qu’on observe dans de nombreuses autres régions, le Jura en particulier (Richard 2004). Les premiers indices d’agriculture et d’élevage sont brefs et correspondent à des activités restreintes dans l’espace. C’est ce que les auteurs scandinaves ont appelé landnam, littéralement « prise de terre ». L’expression décrit un déboisement ou un défrichement d’ampleur limitée, destiné à la mise en valeur de surfaces assez peu étendues. Ces terres s’appauvrissent et sont ensuite abandonnées et reconquises par la forêt. D’autres espaces sont alors défrichés et mis en culture. C’est le principe de l’agriculture itinérante, fondée sur un besoin peu important en terres et sur une connaissance peu avancée des principes d’épuisement - et donc d’enrichissement - des terres. Ce mode de mise en valeur est semble-t-il celui qui prime au début du Néolithique dans les Alpes, mais également dans le Jura. Il est bien décrit pour les Alpes méridionales par les textes du XVe s. (Mouthon 2004, 316). Cependant, l’hypothèse d’un épuisement des sols qui nécessite le déplacement régulier demander à être nuancée (Pétrequin 1992, 234). Cette idée s’appuie sur des modèles actuels d’agriculture sur brûlis (« slash and burn »), souvent en milieu tropical, dans lesquels ces pratiques conduisent effectivement à un appauvrissement des sols. En fait, la pratique d’une agriculture mobile, qui change régulièrement de terroir, est également liée à une gestion pragmatique du temps de travail, en fonction des moyens techniques disponibles. Le défrichement de nouveaux espaces peut être compris comme la mise en oeuvre d’un travail plus efficace et plus rapide que le nettoyage régulier des espaces cultivés, envahis par les mauvaises herbes, mais surtout par les buissons, les arbres et les arbustes pionniers. Ce sont de telles pratiques que révèlent les données polliniques dans les Alpes du Sud, qui montrent par ailleurs la précocité des activités pastorales, enregistrées à Sagne de Canne et à Libouse dès le VIe millénaire av. J.-C. Mais pour en revenir à l’exemple de la tourbière de Sagne de Canne, ce qui marque encore davantage le déboisement qui intervient aux alentours du col de Manse est qu’il n’est pas aussi éphémère que celui observé ailleurs. Bien que la forêt reconquière certains espaces, le maintien à des taux importants des plantes indicatrices d’activités humaines atteste que les environs de la tourbière de Sagne de Canne continuent d’être fréquentés et exploités. La présence constante de micro-charbons en est la preuve, témoin d’un entretien par le feu des terres mises en valeur. La palynologie montre ainsi une remarquable continuité des activités humaines durant 3000 ans, jusqu’au milieu du IIIe millénaire av. J.-C.

Fig. 80. Diagrammes d’anthropisation des sites du Champsaur

Fig. 80. Diagrammes d’anthropisation des sites du Champsaur

(d’après Walsh et al. 2005 et Court-Picon 2007)

Fig. 81. Diagramme palynologique simplifié de la tournière de Sagne de Canne

Fig. 81. Diagramme palynologique simplifié de la tournière de Sagne de Canne

(Walsh et al. 2005)

Fig. 82. Diagramme palynologique simplifié du Laus du Villardon

Fig. 82. Diagramme palynologique simplifié du Laus du Villardon

(Walsh et al. 2005)

Fig. 83. Diagramme palynologique simplifié de la tournière de Libouse

Fig. 83. Diagramme palynologique simplifié de la tournière de Libouse

(Walsh et al. 2005).

Premières estives au Néolithique ancien

16L’apparition des activités agro-pastorales est également perçue en haute montagne, où elles se révèlent souvent plus discrètes. Les donnés paléoenvironnementales y montrent les premiers indices de la présence de bétail en altitude, contemporains des premiers signes de recul de la forêt. C’est ce que montre l’analyse réalisée au lac des Lauzons (Court-Picon 2003, 216-218). Des défrichements locaux de la sapinière y sont observés dès le milieu du VIe millénaire av. J.-C., associés aux premiers témoignages de pâturage par du bétail (fig. 84). Cette fréquentation par les troupeaux est assez modeste, mais elle se maintient et s’intensifie plus tard, vers le milieu du IIIe millénaire av. J.-C. On retrouve une situation peu différente dans le site homonyme du Lac du Lauzon (1980 m), près du col de la Croix-Haute qui sépare le bassin du Buëch du Trièves (Argant 2000). La forêt y est attaquée pour la première fois au milieu du IVe millénaire av. J.-C., la présence constante des céréales et de certaines plantes liées à l’occupation humaine (plantain, Rumex, Chénopodes) témoignant d’activités agro-pastorales proches (fig. 85). Ces deux exemples montrent l’émergence précoce de communautés humaines qui pratiquent le pastoralisme en haute montagne. Les données paléoenvironnementales montrent que dès cette époque, des troupeaux étaient emmenés pour pâturer dans ces secteurs. Elles montrent également que le milieu n’était pas alors nécessairement déboisé. L’image de zones de prairies d’altitude doit être écartée au profit de celle de zones semi-boisées, voire totalement boisées avec des clairières. L’existence d’un couvert forestier n’est d’ailleurs pas un obstacle au pâturage.

Fig. 84. Diagramme palynologique du lac des Lauzons

Fig. 84. Diagramme palynologique du lac des Lauzons

(Court-Picon 2003)

Fig. 85. Diagramme palynologique du lac des Lauzons

Fig. 85. Diagramme palynologique du lac des Lauzons

(Argant 2000)

17Quel qu’ait été le milieu, les données paléoenvironnementales viennent confirmer l’idée d’une émergence de l’estive dès le Néolithique, phénomène déjà montré par D. Galop dans les Pyrénées, et connu dans la plupart des régions de montagne. La bonne connaissance du milieu acquise depuis plusieurs millénaires l’a sans doute facilitée. Les modalités en sont en revanche plus difficiles à établir. Les différentes fouilles montrent par exemple une cohabitation forte de la chasse et de l’élevage, comme à l’Aulp-du-Seuil (Bintz 1999). Les premiers agriculteurs sont encore des chasseurs, et l’élevage ne supplante que tardivement l’animal sauvage dans l’alimentation, comme le montrent également les fouilles de la Grande Rivoire dans le Vercors (Picavet 1999). La recherche de matériaux lithiques devait également continuer à être importante. Le fait que les sites du Néolithique découverts en haute montagne dans les Alpes du Sud soient tous des sites de plein air n’est pas anodin. Ils témoignent peut-être d’une fréquentation mobile et peu pérenne. Il est en tout cas difficile d’évaluer la part des activités pastorales dans l’économie, et même la place des bergers, certaines hypothèses évoquant la possibilité de groupes semi-nomades spécialisés (Beeching 1999b, 558). Ces données sur la haute montagne doivent de toute façon être comprises en les confrontant aux données sur la moyenne montagne : les agriculteurs-éleveurs du bassin du Drac et des vallées de la Haute-Durance emmenaient leurs troupeaux, pour des raisons qui nous échappent en grande partie, lors de leurs déplacements estivaux en haute montagne, à la recherche de gibier et de pierre à tailler.

1.2.2. La fin du Néolithique et les âges des Métaux : mise en place d’un paysage agro-pastoral en moyenne et en haute montagne

18Même si les dynamiques qu’on observe sont variées, l’examen des données archéologiques et paléoenvironnementales montre que les indices d’exploitation agro-pastorale se font plus nombreux et plus réguliers à partir de la fin du Néolithique. Ils témoignent de toute évidence d’une sédentarisation aboutie, et de la mise en place d’un paysage occupé de façon plus durable. Dans le Champsaur, les occupations les plus anciennes mises au jour en haute montagne remontent à cette période. L’intensification de l’occupation est également remarquable dans les données environnementales. Pour tout le Néolithique, les seules données indiquant des activités humaines proviennent du Champsaur (à l’exception de Corréo). Pour les périodes qui suivent, ces indices se multiplient, et les diagrammes polliniques qui témoignent d’une emprise agro-pastorale sont très nombreux dans l’ensemble des Alpes occidentales. Dans le Champsaur, toutes les séquences sédimentaires qui ont enregistré cette période montrent l’émergence, à des rythmes variables, d’un paysage mis en valeur, cultivé et pâturé.

La constitution de terroirs en moyenne montagne

19Les analyses polliniques réalisées dans le Champsaur montrent des dynamiques relativement similaires. Dans certains cas comme à Libouse, la mise en valeur est ancienne et continue : elle commence vers 4000 av. J.-C., mais la réelle intensification est plus tardive, vers 3000 av. J.-C. À partir de cette époque et jusqu’au Bronze final, la récurrence du pollen de céréales et d’adventices est un indicateur clair d’activités agricoles proches. L’importante phase de développement agricole et pastoral amorcée à cette époque marque le début d’une dynamique progressive d’ouverture du milieu. Elle conduit à une diversification des espèces forestières, et surtout à la constitution d’un paysage où champs et prairies tiennent une place de plus en plus importante. Le niveau le plus bas atteint par la forêt, associé à la présence forte d’indicateurs d’activités agro-pastorales, est daté du Bronze final (vers 1200 av. J.-C.). Cette accentuation nette des activités humaines, mais aussi leur maintien sont observés également en contrebas au Lauza, à Sagne de Canne, au Villardon et au lac de Faudon. L’intensification de la mise en valeur ne présente cependant pas le même visage partout ; elle est parfois modérée, parfois brutale, et n’intervient pas forcément à des époques identiques. À Sagne de Canne par exemple, les activités humaines sont très peu importantes jusque vers 1500 av. J.-C. La forêt subit alors une nouvelle attaque, plus violente encore que celle enregistrée quatre mille ans plus tôt. La hausse des plantes cultivées, des plantes de prairies et des indicateurs pastoraux témoigne alors d’une phase de conquête destinée à la mise en culture et au pâturage du bétail. Au Villardon au contraire, le début des activités humaines est précoce, vers 2500 av. J.-C., mais celles-ci demeurent très modestes et affectent peu le milieu forestier, jusqu’à la fin de l’âge du Fer au moins.

20De façon générale, c’est entre le milieu du IIe millénaire av. J.-C. et le début du Ier millénaire av. J.-C. (Bronze final) qu’on peut observer presque partout une intensification des activités humaines, associée à un recul de la forêt bien marqué. C’est ce qui intervient vers 1500 av. J.-C. à Sagne de Canne, où la mise en place d’un paysage ouvert est durable, les espaces mis en valeur étant continuellement entretenus. Le même recul brutal de la forêt est observé à la même époque au Lauza, dans un milieu jusque là totalement dominé par l’arbre (fig. 86). L’apparition à des taux très importants des plantes liées à l’élevage et au développement de pelouses pâturées indique le rôle premier des activités humaines dans cette modification marquée du paysage. Les taux forts de plantes cultivées et des anthropochores confirment quant à eux le développement d’activités agricoles et pastorales à proximité. La situation dans le secteur du lac de Faudon est proche, le recul de la forêt y étant daté de la fin du IIe millénaire av. J.-C. (fig. 87). On y constate la progression discrète des plantes liées aux activités agricoles et au pâturage, mais également le développement du hêtre, qui suggère des coupes sélectives du sapin (Court-Picon 2003, 219). Dans les Alpes du Sud, on ignore à peu près tout des modes de construction et de la place qu’y tenait le bois, dont on peut cependant supposer qu’elle était centrale. L’exemple du Jura, où les habitats lacustres livrent une exceptionnelle documentation sur les modes de construction et, montre la place majeure du sapin, qui était coupé dans les montagnes car il était de meilleure qualité que le hêtre ou d’autres espèces présentes aux alentours des lacs (Pétrequin, Arbogast, Magny et al. 2003, 61-62).

Fig. 86. Diagramme palynologique simplifié de la tourbière du Lauza

Fig. 86. Diagramme palynologique simplifié de la tourbière du Lauza

(Walsh et al. 2005)

Fig. 87. Diagramme palynologique du lac de Faudon

Fig. 87. Diagramme palynologique du lac de Faudon

(Court-Picon 2003)

21Dans l’ensemble, les données polliniques montrent que le Ier millénaire av. J.-C. s’inscrit dans la continuité et correspond à une période durant laquelle les terres mises en valeur sont entretenues et même progressivement étendues. Seul le site de Libouse témoigne d’une situation discordante, où des phases d’emprise forte et de déprise se succèdent à partir de 1200 av. J.-C. L’analyse pollinique y montre un paysage qui s’enfriche rapidement à partir de cette période, puis qui dès la fin du premier âge du Fer est à nouveau victime d’un déboisement qui atteint une ampleur jusqu’alors jamais atteinte. L’explosion des plantes liées à l’élevage, mais également des plantes cultivées atteste une mise en valeur complémentaire des nouvelles terres défrichées. Cette phase de renouveau des activités dans le secteur de Libouse est relativement brève ; les activités humaines s’intensifient pour atteindre leur apogée vers le Ve s. av. J.-C. Cette période marque le début d’une reconquête par les arbres de certains espaces abandonnés par l’homme. Le processus est similaire aux dynamiques de déprise observées plus tôt, et s’interrompt vers le IIIe-IIe s. av. J.-C. Il montre que le deuxième âge du Fer correspond ici, dans le secteur de Libouse, à une période durant laquelle les espaces mis en valeur au premier âge du Fer ont été délaissés en grande partie et abandonnés à la reconquête forestière.

Une fréquentation continue et modérée de la haute montagne

22Les différentes structures découvertes dans le Haut-Champsaur et dans le bassin de la Haute-Durance attestent une occupation des espaces de haute montagne durant les deux derniers millénaires av. J.-C. Le diagramme du lac des Lauzons fournit un autre témoignage de cette occupation. Le pâturage modéré qui est pratiqué dans le vallon d’Isola s’accentue de façon très nette à partir de 2500 av. J.-C. environ. L’impact du pastoralisme devient plus marqué et conduit en particulier à une réduction plus marquée de la forêt aux alentours du lac. Les espaces ouverts sont envahis par les herbacées de prairies liées au piétinement du bétail (Poacées, plantains, Rumex, armoise). La cabane fouillée à proximité de la zone humide, occupée au Bronze ancien et moyen, témoigne de cette fréquentation pastorale (Palet Martinez, Ricou, Segard 2003, 206-207). Le recul de la forêt se poursuit de façon progressive durant tout l’âge du Bronze, suggérant une accentuation modérée de la pression pastorale. L’ensemble de l’âge du Fer s’inscrit dans cette même dynamique de pâturage qui s’intensifie progressivement, dans un paysage qui s’ouvre de plus en plus.

La fin du Néolithique et l’âge du Bronze, une période-clé de l’occupation de la montagne

23Les dynamiques mises en évidence dans le Champsaur pour les trois derniers millénaires permettent de dégager une tendance forte : désormais, la mise en valeur de terres conduit presque systématiquement à une installation durable, ou du moins à une pérennisation des espaces ouverts. De façon presque systématique, les sites qui témoignent de telles dynamiques témoignent de modifications trop importantes pour que la végétation retrouve son état antérieur. On peut parler de l’aboutissement d’un mode de vie apparu au Néolithique ancien, qui a vu progressivement se développer des sociétés à l’économie fondée de façon croissante sur l’agriculture et l’élevage. Durant les trois premiers millénaires du Néolithique (VIe-IVe millénaire), c’est la diversité des situations qui primait, entre groupes aux modes de vie itinérants et encore largement fondés sur la prédation, et groupes aux activités agro-pastorales déjà affirmées. À partir du IIIe millénaire av. J.-C., on constate une stabilisation des groupes humains et un mode de subsistance fondé sur une maîtrise de l’agriculture et de l’élevage. Cette accentuation n’est synchrone ni à l’échelle micro-régionale (Champsaur par exemple) ni à une échelle plus large (Alpes du Sud ou même Alpes occidentales). Dans de nombreux cas, la pluie pollinique n’a même enregistré aucune signe d’une dynamique de conquête de terres à mettre en valeur, et reflète un milieu encore dominé par la forêt.

24Les données archéologiques sont malheureusement peu abondantes, qu’il s’agisse du Champsaur ou des Alpes occidentales en général. Les rares synthèses sur l’âge du Bronze et l’âge du Fer évoquent très peu l’habitat, les modes de vie et l’économie, et s’appuient davantage sur le mobilier afin de définir des ensembles culturels et des circuits de commercialisation (Bocquet 1997). Certains travaux entrepris dans les Préalpes du sud et sur le versant italien permettent toutefois d’interpréter de façon plus précise les dynamiques mises en évidence par les palynologues. La stabilisation des groupes humains et des espaces mis en valeur, perceptible à partir du IIIe-IIe millénaires av. J.-C., peut-être en partie associée à une diversification de l’outillage lithique, puis à la découverte et la maîtrise de la métallurgie. L’amélioration des outils et des techniques en général permet un accroissement des ressources et donc un élargissement des communautés sur un même territoire. Il est en outre avéré que les populations alpines ont alors une meilleure connaissance des espèces cultivées. C’est ce que constate R. Nisbet dans le Piémont, sur la base d’analyses carpologiques (Nisbet 1999, 50). Il s’agit d’une période de diversification durant laquelle apparaissent la quasi-totalité des espèces cultivées. Diverses fouilles d’habitat de l’âge du Bronze montrent que cette évolution concerne l’ensemble des Alpes occidentales. C’est ce que révèlent les niveaux de la seconde moitié du IIe millénaire av. J.-C. du site de moyenne montagne de Kastelltschuggen (Haut-Valais, 1620 m), où la carpologie montre la diversité des cultures, en particulier des céréales et des légumineuses (Vallesia, 50, 1995, 406-407). De même en Ligurie, où tous les sites ayant fait l’objet d’études paléobotaniques ont livré de nombreuses espèces distinctes (Maggi, Nisbet 1990, 282). On trouve également des céréales en grandes quantités en haute montagne : sur le site de Roc del Col (2083 m), dans le val Chisone par exemple (Nisbet 1999, 53-54). Des milliers de grains de blé tendre (Tricitum aestivum) et des meules provenant d’une fosse montrent que les céréales sont alors couramment cultivées et qu’elles sont transportées en haute montagne, sans doute durant les déplacements estivaux, pour y être consommées.

25On constate de façon parallèle au développement des activités dans les vallées et en moyenne montagne, la progression du pastoralisme en haute montagne. C’est ce que révèlent l’analyse palynologique du lac du Lauzon et les opérations archéologiques entreprises dans les Alpes du Sud. Plusieurs sites illustrent cette fréquentation de la haute montagne : Jujal, col du Palastre et lac des Lauzons II dans le Champsaur, Faravel VIIId et Faravel XIX dans la vallée de Freissinières (Walsh, Mocci, Court-Picon et al. 2005).

26L’une des caractéristiques de ces sites est qu’ils sont tous bâtis en pierre sèche (supra fig. 64). Deux sont des cabanes ovoïdes, deux des enclos de taille moyenne (de quelques mètres à une vingtaine de mètres de diamètre à Jujal). Ce ne sont pas -loin de là- les premiers témoins d’une fréquentation de ces secteurs situés au-delà de 2000 m. De plus, l’occupation n’est sans doute pas plus dense que durant les périodes antérieures, même si on peut penser que ces sites reflètent une recherche de nouveaux espaces et de diversification des territoires exploités (Marzatico 1992, 432). Ces enclos et cabanes sont en revanche les premiers indices archéologiques d’une fréquentation de la haute montagne à caractère pastoral. La construction en pierre sèche témoigne d’une façon différente d’appréhender ces espaces. À plus basse altitude, les aménagements agraires marquent cette même volonté d’implantation durable. Ainsi en Ligurie à Castellaro de Uscio (721 m), un système de terrasses a été aménagé afin de retenir les sols cultivés (Maggi, Nisbet 1990, 282-283). Un tel dispositif révèle le soin apporté aux espaces mis en valeur, et une volonté d’entretien sur le long terme. F. Marzatico fait un même constat dans les Alpes centrales, où la multiplication des sites à l’âge du Bronze est associée à une mise en valeur du territoire fondée sur des aménagements en pierre (Marzatico 1992, 431-432). En haute montagne, l’adoption de la pierre sèche indique sans doute que les communautés ont désormais des destinations récurrentes lors de leurs déplacements estivaux. Dans les zones basses, où cohabitent agriculture et élevage, l’emploi des constructions en pierre sèche marque une implantation stable et durable. Les aménagements agraires (enclos, terrasses, murs de délimitation) sont autant de symboles d’un territoire défini et stabilisé, mais montre peut-être aussi la nécessité croissante de faire coexister sur un même espace des champs et du bétail. La découverte sur le plateau de Faravel d’une structure sur poteaux de l’âge du Fer (la seule occupation de cette période mise en évidence par les sondages réalisés depuis 1998) invite néanmoins à nuancer la généralisation de la pierre sèche (Walsh, Mocci 2003, 190-191). Ce site situé à 2150 m d’altitude montre la nécessité de prendre en compte, pour toutes les périodes, des formes d’occupation qui n’ont pas laissé de traces aussi remarquables que les structures en pierre.

1.3. Le Champsaur et la Haute-Durance à l’époque romaine : témoignages archéologique et paléoenvironnemental de l’occupation d’un milieu de moyenne et haute montagne

27Ce que révèlent les données archéologiques et paléoenvironnementales permet de restituer une histoire de la montagne sur le long terme, marquée par l’apparition puis l’emprise croissante des activités humaines. Elles témoignent du façonnement du paysage par les communautés humaines, qui se manifeste par le recul de la forêt et la mise en place d’espaces habités, cultivés et pâturés. Cette dynamique éclaire sur une emprise qui s’affirme progressivement durant le Ier millénaire av. J.-C., le plus souvent ponctuellement, et dans un milieu encore largement dominé par la forêt. C’est sur cette base qu’on peut examiner la question des évolutions qui interviennent durant la période romaine, traditionnellement associée à des changements de modes d’exploitation et à l’intensification de la mise en valeur des campagnes.

1.3.1. Données historiques et archéologiques

  • 67 G. Barruol pense que Gap a été une cité autonome dès 69 ap. J.-C. (Barruol 1969 : 290-291).

28La question de la conquête de ce secteur pose le problème de la localisation des peuples alpins connus par les sources écrites, et de l’organisation administrative de cette région. La seule certitude qu’on ait concerne les peuples du bassin de la Haute-Durance qui, depuis Chorges au sud, ont été soumis en même temps que les autres peuples fédérés autour de Cottius puis ont été intégrés dans les Alpes Cottiennes. On sait également que le bassin de Gap était sans doute au cœur du territoire des Avantici, rattachés en même temps que les Bodiontici à la Narbonnaise en 69 par Galba (Pline, III, 37). On ignore à quel district ils appartenaient après la conquête (Alpes Cottiennes, Maritimes ?), et on sait que Gap, la seule ville connue, est devenue chef-lieu au Bas-Empire. Il est vraisemblable que ce peuple et son territoire ont été attribués à la cité voconce dont ils formaient l’extrémité orientale au Haut-Empire (après 69)67. La question de la haute vallée du Drac, de l’autre côté de la ligne de crête, pose celle de la localisation des Tricores évoqués par Strabon (IV, 6, 5) : après les Voconces vient ce peuple, les Ucennes puis les Médulles qui occupent les sommets. Les Ucennes sont habituellement localisés dans la région très montagneuse de l’Oisans (moyenne et haute Romanche), les Médulles dans la vallée de la Maurienne. Tous sont considérés comme rattachés après la conquête à la cité de Vienne (Ucennes) et aux Alpes Cottiennes (Médulles). Les arguments topographiques et toponymiques ont suggéré de placer les Tricores dans le bassin du Drac, dont ferait ainsi partie le Champsaur (Barruol 1969, 325-330). A contrario, J.-P. Jospin pense que le Valgaudemard comme l’ensemble du Champsaur étaient hors du territoire tricore à la fin de l’âge du Fer (Jospin 2000, 233). Les modalités de la conquête et de l’intégration administrative de ce secteur des Alpes du Sud sont donc mal connues, selon qu’on attribue le Champsaur aux Tricores, aux Avantici (bassin de Gap) ou pourquoi pas aux Caturiges de la région de Chorges et Embrun. On imagine de toute façon difficilement qu’un peuple alpin ait constitué une cité autonome dénuée par ailleurs de tout centre urbain. L’absence des Tricores sur le Trophée de la Turbie montre qu’ils étaient déjà soumis avant la conquête des régions alpines par Auguste. Cette réalité et leur absence également de l’arc de Suse écartent leur rattachement aux district puis à la province des Alpes Cottiennes. Cette double absence suggère en revanche l’hypothèse la plus probable, c’est-à-dire l’intégration des Tricores dans le territoire voconce durant le Ier s. av. J.-C. En l’absence de toute documentation complémentaire, on peut raisonnablement penser que le haut bassin du Drac, qu’il soit l’ancien territoire des Avantici ou des Tricores, constituait la partie orientale de la cité voconce au Haut-Empire. La seule inscription du Champsaur, au Forest-Saint-Julien, est d’ailleurs localisée par Hirschfeld à l’extrémité orientale du territoire voconce. Il faut par ailleurs retenir deux éléments importants : d’abord la localisation de l’espace qui nous intéresse à cheval sur deux entités distinctes n’avait sans doute aucune incidence sur la vie des populations qui franchissaient quotidiennement les crêtes ; par ailleurs, ce secteur de montagne était au cœur d’un réseau de voies et de centres urbains nombreux (Gap, Chorges, Embrun et Briançon) qui ont très tôt favorisé les contacts et la diffusion du modèle romain.

29Les rares indices archéologiques connus pour le Champsaur témoignent d’ailleurs d’une occupation assez importante, au moins dans les zones basses (supra fig. 65). Les deux découvertes les plus remarquables proviennent de la partie occidentale du plateau, au Forest-Saint-Julien et à Saint-Laurent-du-Cros. Sur le premier site, à proximité de la confluence de Drac et du torrent d’Ancelle, de nombreux murs ont été vus à plusieurs reprises. Le mobilier collecté au même endroit (tuiles, mobilier métallique, céramique) confirme l’existence d’un établissement important dont on ne connaît ni l’étendue ni le plan. Une dédicace à Mars (CIL, XII, 1550) provient également de ce site. L’importance de ces découvertes a conduit plusieurs auteurs à envisager l’identification du site à la station Geminae de la Table de Peutinger, sur un itinéraire entre Luc et Briançon distinct de celui qui passait par La Bâtie-Montsaléon, Gap et la vallée de la Durance. Rien ne confirme cette localisation, d’autant plus qu’on ignore totalement le tracé de cette voie qui, si elle évitait le Gapençais, devait franchir un ou deux massifs par des cols difficiles et élevés (Dévoluy puis Haut-Champsaur ou Oisans). Le second site important est situé à trois kilomètres à l’est, au hameau du Cros. Plusieurs importants fragments de statuaire en bronze y ont été découverts lors de travaux (Ganet 1995, 148). Une main avec une bague, un bras d’enfant, un pied chaussé d’une crépide et trois fragments d’une jambe proviennent de plusieurs statues plus grandes que nature (fig. 88-90). Il faut y ajouter un buste d’Hermès double haut de 30 cm (fig. 91). On ignore tout du contexte de la découverte, et si les éléments de statues étaient associés à des structures bâties. Les hypothèses les plus couramment reprises considèrent qu’elles appartiennent à un sanctuaire dédié à Jupiter. La présence de statues de personnages civils (main baguée, enfant, pied avec une sandale) peut également suggérer un mausolée ou même une villa. Ce site, comme celui du Forest-Saint-Julien, atteste en tout cas une occupation confirmée par des découvertes ponctuelles de murs ou de mobilier en différents endroits du plateau, comme par exemple au hameau de Montorcier, où un mur en petit appareil et une statuette, ainsi que des fragments de bijou en or ont été mis au jour. Ces découvertes témoignent d’une occupation dense du plateau, secteur d’altitude moyenne et présentant des conditions favorables à l’implantation et aux activités agro-pastorales. Le constat est identique dans la vallée de la Durance, où la ville de Briançon et la station routière de Rama témoignent en même temps de l’importance de la vallée de la Durance à l’époque romaine, axe majeur de franchissement des Alpes, l’un des principaux pour joindre la Gaule méridionale à l’Italie. Ces sites relativisent par ailleurs l’idée d’un isolement des populations de ces secteurs de montagne, qui disposaient à peu de distance (une journée de marche) du modèle urbain, et dont on imagine mal qu’elles n’avaient aucun contact avec les populations romanisées des vallées.

Fig. 88. Saint-Laurent-du-Cros : bras d’enfant en bronze

Fig. 88. Saint-Laurent-du-Cros : bras d’enfant en bronze

(L. Damelet - CCJ, avec l’autorisation du Musée Départemental de Gap)

Fig. 89. Saint-Laurent-du-Cros : pied chaussé d’une crépide

Fig. 89. Saint-Laurent-du-Cros : pied chaussé d’une crépide

(M. Segard, avec l’autorisation du Musée Départemental de Gap)

Fig. 90. Saint-Laurent-du-Cros : main baguée en bronze

Fig. 90. Saint-Laurent-du-Cros : main baguée en bronze

(M. Segard, avec l’autorisation du Musée Départemental de Gap)

Fig. 91. Saint-Laurent-du-Cros : buste d’Hermès en bronze

Fig. 91. Saint-Laurent-du-Cros : buste d’Hermès en bronze

(Ganet 1995)

30En haute montagne, aucune découverte ancienne n’est signalée, et l’occupation est seulement documentée par les opérations archéologiques récentes. À ce jour, les prospections et les sondages ont mis en évidence trois occupations d’époque romaine : une sur le plateau de Faravel et deux dans le Champsaur (col du Palastre et Rocher Roux). Les trois structures sont situées à des altitudes élevées, entre 2200 m et 2450 m. Il faut y ajouter trois autres sites qui ont livré des niveaux datés de l’époque romaine, mais dont la caractérisation est délicate : Clot Lamiande, Cheval de Bois, Vallon de la Vallette, tous les trois dans le Champsaur. Seuls deux sites ont livré un niveau d’occupation en relation directe avec une structure en pierre sèche. Il s’agit d’une petite cabane circulaire (Faravel XIV) et d’une cabane rectangulaire (Rocher Roux). La première, de taille modeste (10 m2 environ), est située sur un petit replat à 2450 m (Walsh, Mocci 2003, 192-193). La structure est délimitée par des murs en pierre sèche construits en blocs de schiste non équarris (fig. 92-93). La fouille réalisée dans cette cabane n’a mis en évidence aucun aménagement et aucun mobilier archéologique. Seuls quelques charbons de bois provenant d’un foyer ou lié à un incendie partiel ont été découverts. Ils indiquent une période comprise entre 110 av. J.-C. et 130 ap. J.-C. centrée sur le changement d’ère. Une série de terrasses et d’enclos situés à proximité n’a pas été datée, mais peut appartenir à une même phase d’occupation. Ils constitueraient un ensemble associant espaces pour le bétail et habitation pour les hommes. La cabane de Rocher Roux (2340 m) occupe une petite éminence sur le versant qui domine la haute vallée du Drac. De forme rectangulaire et de taille plus importante (30 m2), elle est associée à d’autres structures non datées dispersées sur 9000 m2 (fig. 94 ; Palet Martinez 2003). Un niveau d’occupation scellé par un niveau d’effondrement (blocs de pierre et lauzes) y a été daté du IIIe-IVe s.

Fig. 92. Site de Faravel XIV

Fig. 92. Site de Faravel XIV

(photographie K. Walsh)

Fig. 93. Plan de la cabane de Faravel XIV

Fig. 93. Plan de la cabane de Faravel XIV

(V. Dumas, dans Walsh et Mocci 2003)

Fig. 94. Plan du site de Rocher Roux

Fig. 94. Plan du site de Rocher Roux

(Palet Martinez et Segard 2002)

31Dans les autres cas, la relation entre les niveaux datés de l’époque romaine et les structures en pierre sèche n’est pas certaine ou mal établie. C’est surtout le cas sur le site du Col du Palastre (2200 m), où le sondage réalisé dans un enclos ovoïde de 60 m2 a livré une occupation d’époque romaine (Ier-IIe s.), mais antérieure à la construction de l’enclos lui-même (Palet Martinez, Segard 2002). L’occupation à l’époque romaine de ce replat situé sur le versant qui domine le bassin du Drac est assurée, sans qu’on puisse la caractériser (fig. 95-97).

Fig. 95. Secteur du Palastre et de la vallée du Touron

Fig. 95. Secteur du Palastre et de la vallée du Touron

(Photographie aérienne orthonormée et modèle numérique de terrain. Données IGN, réalisation M. Segard).

Fig. 96. Plan du site du col du Palastre

Fig. 96. Plan du site du col du Palastre

(Palet Martinez et Segard 2002)

Fig. 97. Vue du site du col du Palastre

Fig. 97. Vue du site du col du Palastre

(photographie J.M. Palet Martinez)

Fig. 98. Vue du secteur du Pré de la Chaumette

Fig. 98. Vue du secteur du Pré de la Chaumette

(Photographie aérienne orthonormée et modèle numérique de terrain. Données IGN, réalisation M. Segard).

Fig. 99. Plan du site du col du Cheval de Bois

Fig. 99. Plan du site du col du Cheval de Bois

(Palet Martinez 2001)

Fig. 100. Plan du site de Clot Lamiande

Fig. 100. Plan du site de Clot Lamiande

(Palet Martinez et Segard 2002)

Fig. 101. Plan du site du Vallon de la Valette

Fig. 101. Plan du site du Vallon de la Valette

(Palet Martinez 2003)

32Les trois autres indices d’époque romaine identifiés dans le Champsaur sont plus difficiles à interpréter. À Cheval de Bois (2360 m), les structures occupent un espace réduit d’environ 200 m2 (17 m sur 12 m) sur un petit replat dans la pente (fig. 98-99). L’une d’elle, un mur rectiligne en pierre sèche de 8-10 m, a été l’objet d’un sondage (Palet Martinez, Ricou, Segard 2003, 208). Un niveau épais de 10-12 cm, contenant de nombreux charbons, a été daté de la fin de l’Antiquité, précisément du Ve-VIe s. ap. J.-C. Sa connexion avec le mur est incertaine, et la nature de ce niveau ne permet pas de le caractériser. La fonction du mur n’a pas davantage pu être établie. La même incertitude pèse à Clot Lamiande et au Vallon de la Vallette, où il existe des problèmes de stratigraphie et de datation liés aux problèmes de l’archéologie de la montagne (sédimentation faible, perturbations, réoccupations multiples). Le premier est sur le versant du Palastre qui domine le bassin du Drac (supra fig. 95). Situé dans un petit vallon, à 2140 m, il associe deux ensembles composés d’un enclos et d’une cabane, sur une surface totale d’environ 800 m2 (fig. 100). Le sondage réalisé dans l’un des enclos a livré une séquence de 35-40 cm d’épaisseur qui témoigne de processus complexes associant destruction et effondrement du mur, et sans doute colluvionnement (Palet Martinez, Segard 2002). Le niveau le plus profond, daté du VIIIe-IXe s., correspond à une occupation antérieure à la construction de l’enclos (cailloutis compact et charbons de bois). Un niveau situé au-dessus, composé d’une fine couche de limon et de cailloutis, sous un bloc effondré provenant du mur, a été daté de la fin de l’époque romaine (Ve-VIe s.). Bien que l’hypothèse d’une erreur de datation ne puisse être écartée, on retiendra plutôt la possibilité d’un apport de sédiments depuis la pente qui domine l’enclos. Ce niveau est en tout cas sans rapport avec l’enclos, et son origine ne peut être déterminée. Une même incohérence a été constatée au Vallon de la Vallette, dans une petite vallée de la haute vallée du Drac Blanc (supra fig. 98 et fig. 101).

33Un sondage a été réalisé sur un enclos ovale de 100 m2 bâti avec des blocs de fondation surmontés d’empierrements de pierres plus petites (Palet Martinez 2003). Un niveau antérieur à la construction de l’enclos a été mis au jour. Très charbonneux, il contenait plusieurs tessons de céramique qui se rattachent à des faciès connus dans les Alpes du Sud au XIe-XIIIe s. ap. J.-C. La datation des charbons indique de son côté les deux premiers siècles de notre ère. L’incohérence peut s’expliquer ici aussi par un apport de sédiments depuis la pente qui domine l’enclos, ou par l’absence de différenciation entre les niveaux antiques et ceux du Moyen Âge, dont l’épaisseur totale ne représente que quelques centimètres. Ce vallon a connu de façon certaine une occupation au haut Moyen Âge (dans un autre enclos) puis une occupation au XIe-XIIIe s. La datation d’époque romaine peut correspondre à une occupation antérieure qui n’a pas été repérée. Elle atteste en tout cas un incendie ou un feu à cette époque, dont l’origine ne peut être déterminée.

34Ces différents exemples témoignent d’abord des difficultés rencontrées lors de la fouille de telles structures, qui livrent des séquences très perturbées et peu épaisses. Il en résulte bien entendu une interprétation délicate des niveaux et de leur connexion avec les structures visibles. Le second enseignement des travaux sur la montagne est la relative importance de la période romaine, qui correspond à une phase durant laquelle la fréquentation de la haute montagne est assez élevée. Ces sites doivent en effet être rapportés à la quarantaine d’occupations distinctes mises en évidence lors des opérations réalisées dans le Champsaur et les différentes vallées de la Haute-Durance. D’un point de vue quantitatif, l’époque romaine (les cinq premiers siècles de notre ère) est mieux représentée que le millénaire qui précède (trois occupations), et seule la période 1000-1500 ap. J.-C. est mieux représentée (huit sites). L’occupation médiévale, représentée par douze sites distincts, témoigne d’une fréquentation intensive de la montagne à cette époque, et très précocement d’ailleurs. Il faut en outre y ajouter les nombreuses structures non datées, mais qui du point de vue typologique appartiennent de toute évidence à des phases d’occupation qui ne remontent pas au-delà du Moyen Âge. Les grandes cabanes rectangulaires et carrées en particulier ont livré des niveaux d’occupation qui se sont révélés à chaque fois d’époque médiévale (Walsh, Mocci 2003, 193-195). Elles évoquent les sites pastoraux (cellae) du Dauphiné qui associent des espaces d’habitat et un jacium, l’enclos pour parquer le bétail (Falque-Vert 1997, 238-239). Rien ne permet au contraire d’attribuer une forme de structures ou des modes de construction à la période romaine. Deux cabanes ont été identifiées, mais aucune structure liée au bétail. La forme assez irrégulière de la cabane de Faravel XIV rappelle davantage les sites des époques antérieures que les formes presque stéréotypées qui apparaissent au Moyen Âge. Dans les autres sites, les constructions en pierre sèche visibles sont des réempierrements, des réutilisations modernes d’aménagements existants. Les structures datées de la période romaine appartiennent en effet à des ensemble de vestiges témoignant d’une fréquentation sur la longue durée. C’est ce qu’on constate à Rocher Roux, dont les alpages très riches ont été fréquentés également au Moyen Âge et à l’époque moderne (Palet Martinez 2003). Les sondages réalisés sur d’autres structures attestent l’imbrication d’occupations de périodes distinctes sur d’autres sites : une occupation du Bronze final ainsi qu’une cabane carrée et un vaste enclos ovoïde de l’époque moderne au col du Palastre, une cabane ronde du IXe-XIIe s. et une occupation du VIIIe-IXe s. à Clot Lamiande, une petite structure ronde du XIe-XIIe s. à Cheval de Bois, et deux occupations du haut Moyen Âge et du XIe-XIIe s. au vallon de la Vallette. Cette réalité, si elle n’induit pas un déterminisme de l’implantation des sites pastoraux, rappelle que les espaces de haute montagne, fréquentés et parcourus durant les périodes qui ont précédé, le sont toujours à l’époque romaine, même si les données archéologiques ne permettent pas réellement de caractériser cette occupation. Le constat est identique sur les hauts plateaux du Vercors où l’occupation d’époque romaine est attestée en plusieurs endroits à 1600-1700 m (Morin, Picavet 2004, 76-77 et 85). Comme dans le Champsaur, le mobilier découvert provient de niveaux antérieurs à des sites pastoraux modernes encore en élévation. Cette absence de toute relation avec des structures bâties pose la question, comme pour les périodes précédentes, des modalités de cette fréquentation de la montagne. Sur ces questions, les données paléoenvironnementales sont encore d’un grand recours, car leur confrontation avec les données archéologiques apporte des éléments de réponse sur l’importance de la mise en valeur agricole et pastorale.

1.3.2. Agriculture et élevage dans le Champsaur à l’époque romaine à travers les données paléoenvironnementales : des situations contrastées pour un paysage en mosaïque

35Presque toutes les zones humides étudiées par les palynologues dans le Champsaur ont enregistré les évolutions du paysage à l’époque romaine. Les données les plus intéressantes proviennent des longues séquences déjà évoquées pour les périodes antérieures : Sagne de Canne, Libouse, lac de Faudon, lac des Lauzons et Lauza. Situés en différents endroits du plateau, et même en haute montagne pour l’un d’entre eux (lac des Lauzons), ces sites fournissent un témoignage d’une grande valeur sur l’exploitation des ressources végétales à l’époque romaine. L’étude réalisée à Fangeas, fondée sur les analyses palynologiques et géochimiques, permet en outre d’intégrer à cette réflexion la question des activités minières et métallurgiques dans l’économie montagnarde.

36L’ensemble de ces données permet de restituer une histoire d’un milieu de moyenne et de haute montagne dans laquelle il n’est pas possible de dégager une tendance forte et homogène pour la période romaine. Comme lors des siècles (et même des millénaires) qui ont précédé, certains secteurs connaissent une exploitation intensive pendant que d’autres sont désaffectés. Si l’époque romaine correspond bien à une nouvelle étape dans le façonnement du paysage, elle ne constitue pas pour autant un seuil décisif, et l’hypothèse souvent avancée d’un milieu largement dévolu aux cultures et au bétail est largement tempérée par les données polliniques. Dans certains cas, des évolutions apparaissent, mais à des époques différentes. Si on considère l’ensemble du Champsaur, on peut dresser le tableau d’un paysage par endroits fortement mis en valeur, où l’arbre a une place de plus en plus réduite ; mais à la même époque, d’autres secteurs parfois proches sont laissés à l’abandon. L’exemple du Lauza et de Libouse le démontre avec force, car les dynamiques qui y ont été mises en évidence sont contemporaines, mais opposées (supra fig. 80 ; Court-Picon 2007). C’est d’autant plus remarquable que ces deux zones humides sont proches, séparées seulement de 1,5 km. Au Lauza, l’emprise très forte de communautés humaines sur le paysage est constatée durant tout l’âge du Fer, signalant que les abords du lac sont entretenus, toujours cultivés et pâturés. Cette dynamique de mise en valeur et d’entretien est ralentie à partir du Ier s. av. J.-C., période d’apogée des activités agricoles et pastorales. Elle est suivie d’un déclin rapide des indicateurs d’activités agricoles et pastorales et de l’ensemble des plantes liées à l’établissement de communautés humaines. La traduction la plus spectaculaire de cette dynamique est la progression forte des arbres, qui retrouvent très rapidement des taux supérieurs à 80 %. Le hêtre, mais aussi l’aulne, profitent des espaces abandonnés pour se développer, de même que le sapin. Les marqueurs d’activités humaines atteignent leurs taux les plus faibles aux alentours du IIe s. ap. J.-C. Pour autant, les courbes continues de plantes nitrophiles, de plantes de prairies et de plantes cultivées montrent que le secteur du Lauza, en grande partie délaissé, est encore exploité, mais de façon beaucoup moins intensive, permettant ainsi aux friches et aux arbres de reconquérir les espaces abandonnés. Paradoxalement, le recul des terres mises en valeur va de pair avec l’apparition régulière des arbres cultivés, qui peut néanmoins témoigner d’une situation à une échelle plus large. Cette phase de déprise marquée (d’autant plus quand on la compare au millénaire qui précède) contraste avec la dynamique observée à la même époque à Libouse. Le recul marqué des activités humaines observé à la fin de l’âge du Fer s’achève en effet autour du changement d’ère, alors que la forêt a retrouvé un niveau important. Cette période de haut niveau forestier précède un déboisement fort qui affecte toutes les espèces à l’exception du chêne. Ce recul des arbres, moins fort que celui observé au deuxième âge du Fer, est associé à la progression importante des plantes nitrophiles et de celles liées à la formation d’espaces pâturés, de pelouses et de prairies. La hausse moins nette des céréales traduit une mise en valeur diversifiée de territoires sans doute enfrichés mais pas encore totalement reboisés. Cette période marque également l’apparition et le développement des arbres cultivés : noyer et châtaignier, mais également olivier, indicateur de cultures lointaines. Dans les deux cas, le changement d’ère (avec toute l’imprécision des datations) marque des trajectoires différentes pour ces secteurs proches. La désaffection marquée dans le bassin du Drac est ainsi associée à un regain évident des défrichements et de la mise en valeur sur le versant qui le domine. Au Lauza comme à Libouse, ces dynamiques se maintiennent jusqu’à la fin de l’époque romaine : la forêt continue de reculer dans le secteur de Libouse, tandis qu’un peu plus bas la forêt progresse au détriment d’anciennes terres cultivées et pâturées. Au IVe-Ve s., ces deux secteurs connaissent, comme quatre siècles plus tôt, des évolutions opposées. À Libouse, les champs et les espaces mis en valeur sont délaissés et livrés aux arbres pionniers (hêtre, mélèze, épicéa, noisetier). En contrebas, la même époque correspond à une rupture nette et marque le début d’une période de reconquête. L’ensemble des arbres témoigne d’une réduction drastique de la forêt, sans doute plus importante encore que celle survenue à l’âge du Bronze et à l’âge du Fer. En témoigne par exemple la quasi-disparition de l’aulne, espèce pourtant très vivace et prompte à se développer sur les terrains les plus pauvres. L’abondance des micro-charbons, des plantes cultivées et des indicateurs pastoraux reflète le réinvestissement du secteur du Lauza par des groupes humains. La palynologie dépeint ici un paysage qui est de nouveau déboisé et défriché, cultivé et pâturé. L’émergence des arbres cultivés montre par ailleurs que l’intensification qu’on observe entre les derniers siècles de l’époque romaine et durant le haut Moyen Âge correspond également à un changement dans les modes d’exploitation. On fait le même constat d’ailleurs à Libouse, où la déprise du IVe-Ve s. est très brève, puisque les arbres sont rapidement éradiqués afin de ménager des terres cultivées et pâturées. Cette nouvelle phase de conquête agraire atteint son apogée au IXe-Xe s. Elle voit en particulier un premier développement majeur de la céréaliculture. À Libouse comme au Lauza, le haut Moyen Âge (et même la fin de l’Antiquité dans le bassin du Drac) est une phase d’extension des espaces cultivés et pâturés, mais aussi une période de changement majeur : une place plus importante est désormais accordée à la céréaliculture.

37Cette situation particulière perçue à travers ces deux exemples suggère un paysage en mosaïque où se juxtaposent, parfois sur un espace réduit, des espaces mis en valeur, souvent depuis longtemps, et des terres encore en forêt, ou reconquises par les friches et les arbres après leur abandon. Cette juxtaposition est par ailleurs variable dans le temps, et il n’existe pas de dynamique unique. C’est ce que révèlent les autres sites étudiés par les palynologues. À Sagne de Canne par exemple, la forêt est à son niveau le plus bas à la fin de l’âge du Fer, et il faut supposer pour cette époque un paysage presque entièrement ouvert, cultivé et pâturé de façon intensive, résultat d’une dynamique de déboisement et d’entretien commencée plus de mille ans auparavant. Cette forte emprise se maintient durant les deux premiers siècles de notre ère. Le plateau, s’il est en partie cultivé, est alors surtout livré aux prairies de fauche et aux activités pastorales. Ce paysage très occupé se modifie profondément à partir du IIe-IIIe siècle : les prairies sont moins entretenues tandis que la pression des troupeaux est nettement moins marquée, même si les indicateurs pastoraux laissent penser que les alentours étaient encore fréquentés de façon régulière. En tout cas, ces activités pastorales sont nettement moins intensives et se déroulent dans un paysage reconquis par des espèces qui profitent d’un entretien de moins en moins important des terres. La présence à des taux peu élevés de céréales témoigne peut-être de l’existence de petites surfaces cultivées ou de cultures un peu plus éloignées. Cette période de désaffection importante du vaste replat situé entre le col de Manse et le col Bayard se maintient durant plusieurs siècle, jusqu’au Xe siècle.

38Au lac de Faudon au contraire, comme au Laus des Combettes et à Lesdiguières, les données polliniques indiquent une stabilité du paysage à l’époque romaine. Dans le vallon de Faudon, la fin de l’âge du Fer et l’époque romaine correspondent à des périodes dans la continuité des siècles qui précèdent. L’époque romaine s’inscrit dans une dynamique ancienne de conquête de terres et de développement des cultures et de l’élevage. On y observe seulement une nette intensification des déboisements, principalement au détriment de la sapinière qui avait commencé à se régénérer durant l’âge du Fer. Cependant, l’extension des terres mises en valeur semble relativement modérée. Elle doit se comprendre dans une gestion peu différente de celle des siècles qui précèdent. Les arbres sont encore présents, peut-être dans les secteurs les plus pentus et les moins favorables aux cultures. Rien n’empêche par ailleurs de penser à une pratique du pâturage en sous-bois, dans le cadre d’un élevage diversifié et à petite échelle, complémentaire des activités agricoles. La discrétion de l’époque romaine doit se comprendre comme la preuve que ces territoires étaient déjà anciennement peuplés, mis en valeur et exploités. Il s’agissait avant tout de les entretenir, au mieux de les étendre progressivement. Bien que le début de la sédimentation y soit daté de l’époque romaine, les deux sites de Lesdiguières et du Laus des Combettes révèlent un même paysage ouvert, travaillé et fréquenté par le bétail dès cette période, mais qui ne subit pas de modifications majeures (fig. 102). Dans les deux cas, l’analyse palynologique indique un milieu où coexistent des champs cultivés, des espaces ouverts pour le bétail et des prés. Au Laus des Combettes, les taux bas des arbres dès le changement d’ère suggèrent que la forêt avait dans ce secteur du plateau une place assez réduite, et accrédite l’hypothèse d’un milieu très ouvert. Près de Lesdiguières, l’intensification des activités agro-pastorales est un peu plus tardive, vers le début du haut Moyen Âge.

Fig. 102. Diagramme palynologique du Laus des Combettes

Fig. 102. Diagramme palynologique du Laus des Combettes

(Court-Picon 2003)

39En haute montagne, la séquence du lac des Lauzons nous renseigne sur l’intensité des activités humaines à l’époque romaine dans ces espaces. Parcouru régulièrement par des troupeaux peu importants depuis plusieurs millénaires, le vallon d’Isola a été l’objet d’une fréquentation pastorale modérée, les données polliniques évoquant des troupeaux de petites dimensions jusqu’à la fin de l’âge du Fer. Les pasteurs les faisaient en particulier pâturer sur le replat du lac des Lauzons, destination finale de l’estive ou simple étape dans des circuits itinérants. L’impact croissant du pastoralisme à partir de l’époque romaine se traduit de façon nette par le recul brutal des arbres, principalement des conifères qui peuplaient les versants du vallon. Ces déboisements qui interviennent vers le changement d’ère conduisent à la formation de prairies pâturées (accentuation de l’armoise, des Chénopodes, des plantains, de Rumex), mais aussi d’un couvert arbustif héliophile dans les secteurs les moins pâturés (genévrier, aulne, bouleau). Cet épisode marque le début d’une longue période d’intensification du pâturage, qui conduit à une réduction drastique de la forêt et de toutes les espèces ligneuses. L’apogée de l’extension des espaces pâturés intervient au XIIIe-XIVe s. L’ensemble du Moyen Âge est marqué par une fréquentation continue par d’importants troupeaux qui entraîne l’éradication totale des arbres.

40Les analyses réalisées à Fangeas (2000 m), dans la haute vallée de Freissinières, apportent un autre regard sur l’exploitation de la haute montagne. La zone humide, située de l’autre côté de la ligne de crête qui sépare le bassin de Drac du bassin de la Durance, est au cœur des espaces qui ont fait l’objet d’opérations archéologiques (fig. 104 ; Walsh, Mocci 2003). Les apports conjoints de l’archéologie et des analyses paléoenvironnementales y permettent une histoire complète des activités humaines (Walsh, Richer 2006 ; fig. 103 - fig. 105). La palynologie restitue un milieu fréquenté de façon sporadique par des petits troupeaux, et toujours dans un milieu dominé par la forêt durant tout l’âge du Bronze et une grande partie de l’âge du Fer. Cette fréquentation pastorale discrète confirme les données archéologiques qui témoignent sur le plateau de Faravel d’une présence continue de groupes humains. Au deuxième âge du Fer, la forêt recule brutalement au profit des espaces ouverts et des pelouses. En même temps, le pic de Rumex et les occurrences régulières de plantains et d’urticacées témoignent d’un pastoralisme local plus important. Au tournant du changement d’ère, la palynologie enregistre un nouveau recul des arbres, mais qui concerne principalement les espèces situées à des étages inférieurs (sapin, hêtre), l’aulne et le mélèze. Les surfaces en pelouse d’altitude s’étendent, même si localement le pastoralisme est en retrait. C’est à partir de cette période que la signature isotopique du plomb change de façon très nette (Segard, Véron, Beaulieu et al. 2005). Ce changement révèle un apport en plomb anthropique lié à une exploitation minière ou à des activités métallurgiques. On ignore en revanche dans quel rayon il faut rechercher les traces de ces activités. Le facteur d’enrichissement progresse en effet très peu, ce qui indique un apport de particules de plomb assez faible. On peut penser à une exploitation minière à des altitudes plus basses qui aurait conduit à l’exploitation de la forêt pour l’abattage au feu ou la réduction du minerai. La présence de gisements en contrebas du replat de Fangeas accrédite cette hypothèse, même si les traces d’exploitation les plus récentes de remontent pas au-delà du Xe-XIe s. (Py en cours). Il en est de même à L’Argentière-la-Bessée, où aucun vestige antérieur au Xe s. n’est connu (Ancel 1997). Cette absence de données archéologiques souligne ici l’importance des données géochimiques qui, à défaut d’attester une exploitation d’époque romaine dans le secteur de Fangeas, attirent l’attention sur la possibilité qu’elle ait existé. Elles permettent également d’insister sur le fait que cette exploitation, à Fangeas comme dans d’autres régions alpines, a pu revêtir des formes et une ampleur peu spectaculaires (grattages de surface), et que ses vestiges, lorsqu’ils n’ont pas été détruits lors de travaux postérieurs, sont très difficiles à identifier et dater.

Fig. 103. Diagramme pollinique de la tourbière du bas-marais de Fangeas

Fig. 103. Diagramme pollinique de la tourbière du bas-marais de Fangeas

(J.-L. de Beaulieu, In Walsh et Richer 2006)

Fig. 104. Vue du secteur de Fangeas depuis le sud

Fig. 104. Vue du secteur de Fangeas depuis le sud

(Photographie aérienne orthonormée et modèle numérique de terrain. Données IGN, réalisation M. Segard)

Fig. 105. Résultats des analyses géochomiques sur le bas-marais de Fangeas

Fig. 105. Résultats des analyses géochomiques sur le bas-marais de Fangeas

(A. Véron et M. Segard)

41À travers ces situations variées, qui décrivent aussi bien la moyenne que la haute montagne, apparaît l’image d’une exploitation agro-pastorale assez forte, mais pas homogène dans l’espace, et finalement pas beaucoup plus intensive qu’à l’âge du Fer. La tendance générale qu’on observe à l’époque romaine est celle d’un entretien général des terres mises en valeur, et d’une extension modérée des terroirs. Ce paysage, hérité de processus naturels et d’interventions humaines anciennes, continue à se transformer, parfois de façon radicale, mais le plus souvent dans la continuité des siècles qui ont précédé. Cette diversité du comportement des sociétés, de leur aire d’emprise et de l’intensité de leurs activités se retrouve après l’époque romaine. Il faut d’ailleurs rappeler que la période médiévale est très bien documentée et datée dans les diagrammes polliniques, et que ceux-ci mériteraient un examen détaillé consacré spécifiquement à cette période tant ils recèlent d’informations sur l’exploitation du milieu. On ne citera ici que quelques exemples qui permettent d’examiner les évolutions des siècles qui suivent la période romaine. Le haut Moyen Âge est ainsi à Faudon une période d’interruption de la longue phase de mise en valeur commencée 2500 ans plus tôt. Dès la fin de l’époque romaine, le couvert forestier se régénère, principalement par le biais de pinèdes dont le développement est favorisé par des sols peu riches. Les courbes de plantes nitrophiles et de céréales témoignent cependant du maintien partiel des activités humaines, mais dans un milieu en cours de reboisement. Cette période de désaffection relative du site dure jusqu’au IXe s., qui marque le début d’une phase de mise en valeur intensive du secteur de Faudon. Peut-être faut-il mettre cette période en rapport avec l’installation d’une communauté humaine importante à proximité, dont témoignerait le village abandonné situé en tête de vallon. C’est à la même époque (Xe s.) que dans le secteur de Sagne de Canne se remet en place une dynamique de déboisement et de mise en valeur agricole et surtout pastorale, tandis que le haut Moyen Âge apparaissait comme une période de recul de l’emprise humaine. Cette période apparaît pourtant, en différents points du plateau (Villardon, Lauza, Libouse, Lauzons) comme une phase de conquête forte, caractérisée par une extension des espaces cultivés et pâturés. Ainsi au Villardon, en périphérie du plateau du Champsaur, le VI-VIIe s. correspond à une explosion de l’ensemble des indicateurs de culture et d’élevage. L’abondance du pollen de céréales, de seigle et d’adventices (bleuet) témoigne de l’extension nette des champs aux dépens des arbres. On remarque aussi que l’extension des espaces cultivés ne réduit en rien la part de l’élevage. Cette forte emprise se prolonge jusqu’à nos jours, traduisant une pérennité des activités agricoles et pastorales dans un environnement déboisé. L’accentuation de la céréaliculture est également nette au Lauza et à Libouse, indiquant des modifications à la fin de l’Antiquité et au haut Moyen Âge des pratiques et peut-être de l’économie rurale, davantage fondée sur les cultures que sur l’élevage.

2. L’exploitation de la montagne dans les Alpes occidentales à travers les données paléoenvironnementales : quelques cas complémentaires

42Ce panorama, centré sur un espace limité, montre l’utilité de l’approche micro-régionale afin de percevoir avec finesse et nuance les évolutions des modes d’exploitation. Cette vision demande à être mise en perspective dans un cadre plus général. L’activité des paléoenvironnementalistes permet de disposer d’exemples dans la plupart des massifs, mais également en moyenne comme en haute montagne. Bien que de nombreux sites étudiés ne soient d’aucun secours pour appréhender la période romaine, ceux qui la documentent permettent de balayer toute la diversité des Alpes occidentales, et de tester à une échelle plus large les tendances observées dans le Champsaur et en Haute-Durance.

2.1. La moyenne montagne, espace des activités agro-pastorales

43Neuf sites concernent des espaces situés à des altitudes inférieures à 1500-1600 m. Cinq d’entre eux sont situés dans les Alpes méridionales : le lac de Saint-Léger (entrée de la vallée de l’Ubaye), la tourbière de Corréo (vallée du Petit Buëch), le lac de Praver, le lac des Boites et la tourbière de Mont-Sec (bassin de la Romanche). Il faut y ajouter la tourbière de Beunaz dans le Chablais, le lac de Villa dans la Vallée d’Aoste, la zone humide de Saint-Julien-de-Ratz dans la plaine du Dauphiné et le Lago Piccolo di Avigliana dans le Piémont. Ces deux derniers ne sont pas des sites de montagne. Ils présentent cependant l’intérêt de donner un aperçu des évolutions qui interviennent sur la bordure occidentale et orientale des Alpes, dans des secteurs qu’on suppose marqué par l’agriculture et dont on connaît la densité du peuplement.

44Parmi les données suffisamment bien datées, plusieurs indiquent un milieu qui, durant la période romaine, demeure largement dominé par le couvert forestier dense qui s’est mis en place depuis le début de l’Holocène. Deux sites situés de part et d’autre de la vallée de la Romanche d’abord, témoignent du maintien d’un paysage forestier affecté en rien par des activités humaines (Nakagawa 1998, 21-23, 97-100 et 103-104). Au lac des Boites (1570 m) et à la tourbière de Mont-Sec (1130 m), le taux très élevé du pollen d’arbre traduit en effet un paysage densément boisé, la forêt conservant sa prééminence jusqu’au Moyen Âge. Cette vallée très fréquentée, parcourue par une importante voie transalpine, et a priori favorable au développement d’activités agricoles et pastorales, n’a pas été exploitée de façon intensive, et le paysage est resté largement dominé par la forêt. Ce constat est proche de celui qu’on peut faire à partir de l’analyse palynologique réalisée à Corréo (1090 m), sur une terrasse au contact du bassin de Gap et du Petit Buëch (Nakagawa 1998, 20 et 94-97). Ce secteur reproduit des conditions naturelles proches de celles du Champsaur : altitude modérée, influence forte du climat méditerranéen et topographie peu marquée. Il est en outre un endroit de passage important, sur la voie qui reliait l’Italie à la vallée du Rhône. Au premier âge du Fer, cette zone a subi un déboisement brutal qui a affecté le pin et le sapin. Cette dernière essence ne retrouvera d’ailleurs jamais par la suite son importance passée. Bien que les traces de céréaliculture demeurent très discrètes, le rôle de l’homme dans cette dynamique est sans équivoque, et peut-être lié au développement privilégié de l’élevage. Dans les siècles qui suivent, les espaces ouverts sont partiellement reconquis par des arbres pionniers, mais la présence continue de plantes liées à la présence de bétail et des céréales montre que, malgré la reconstitution de la couverture forestière, des groupes humains continuent de pratiquer des activités à peu de distance. Ce secteur proche de Gap et d’une station routière (Ad Fines), où on connaît de nombreux établissements ruraux, était densément occupé et parcouru par une voie transalpine. La période romaine s’y inscrit cependant dans une dynamique d’avancée très modérée des prairies et des cultures, dans un milieu où la forêt conserve une place prééminente. Ce paysage aux transformations discrètes et lentes est également celui qui est décrit par les données palynologiques du lac de Villa (820 m) et du lac de Saint-Léger (1308 m). Le premier, situé dans le val d’Ayas (Vallée d’Aoste), domine la vallée de la Doire Baltée (fig. 106). De façon générale, l’époque romaine y correspond à une période de stabilité du paysage, seulement marquée par l’apparition de la culture du noyer (Brugiapaglia 1996). Les changements de la période romaine, qui se traduisent dans la Vallée d’Aoste par l’intense circulation transalpine, le développement urbain et l’émergence de grands domaines, ne doivent pas masquer le maintien d’une économie de moyenne montagne fondée sur des pratiques anciennes (qui n’excluent pas l’innovation), qui contribue au maintien d’un paysage où les espaces mis en valeur sont encore cernés par la forêt. Cette image de continuité de la période romaine est également perceptible à Saint-Léger, même si elle décrit un milieu affecté anciennement par les activités humaines. Sur ce replat entre les vallées de l’Ubaye et de la Blanche, affluents de la Durance, le tournant des IIIe et IIe millénaires av. J.-C. a marqué le début des activités humaines à proximité du lac (Digerfeldt, Beaulieu, Guiot et al. 1997, 238-239). Agriculture et élevage se sont maintenues par la suite durant l’âge du Bronze et l’âge du Fer (fig. 107). La palynologie indique que la période romaine se situe dans cette dynamique peu prononcée d’extension des terres cultivées et pâturées. Céréales et plantains traduisent des activités agricoles et pastorales modérées, sans changements majeurs par rapport aux deux millénaires qui précèdent. Tout juste peut-on noter une tendance peu prononcée d’extension des terroirs vers le IVe-Ve s., qui s’inscrit davantage dans la continuité de l’exploitation des siècles qui précèdent, que dans une dynamique réelle d’intensification des cultures et de l’élevage. Comme dans d’autres exemples (Villardon, Libouse, Lauza), ce n’est qu’au début du Moyen Âge (VIIIe-Xe s.) que le développement de la céréaliculture, le début de la culture du chanvre et la présence plus marquée du bétail révèlent l’extension des espaces mis en valeur.

Fig. 106. Diagramme palynologique du lac de Villa, Vallée d’Aoste

Fig. 106. Diagramme palynologique du lac de Villa, Vallée d’Aoste

(Brugiapaglia 1996

Fig. 107. Diagramme palynologique du lac de Saint-Léger

Fig. 107. Diagramme palynologique du lac de Saint-Léger

(Digerfeldt et al. 1997).

45Ces différents exemples sont l’illustration d’un milieu qui, durant la période romaine, n’est affecté par aucune intensification des activités humaines et ne témoigne pas de réelles modifications des modes d’exploitation. Ce constat est valable pour certains secteurs spécifiques. L’exemple du Champsaur montre par ailleurs que l’absence d’emprise apparente ne doit pas masquer un paysage souvent profondément modifié par les déboisements et mises en valeurs plus anciens. D’autres exemples révèlent également des secteurs où l’accélération de la mise en valeur et le changement des modes d’exploitation sont manifestes. Le lac de Praver (1170 m) d’abord présente l’intérêt de se situer dans la vallée de la Romanche, à proximité du lac des Boites et à une altitude identique (Nakagawa, Beaulieu, Kitagawa 2000). Comme au lac des Boites et à Mont-Sec, le milieu reste dominé par une hêtraie-sapinière dense, mais seulement jusqu’au IIe-Ier s. av. J.-C. (fig. 108). À partir de cette période, le secteur de Praver connaît trois phases successives d’accentuation des activités humaines, qui révèlent à chaque fois une gestion différente du milieu. La première, à partir du IIe-Ier s. av. J.-C., correspond à une déforestation importante qui affecte uniquement le sapin. Cette particularité et la rareté des indicateurs d’agro-pastoralisme suggèrent une gestion raisonnée de la forêt : le sapin est coupé en priorité car il est un meilleur bois d’ouvrage, et parce qu’il se régénère vite. C’est d’ailleurs ce qui arrive, puisque le sapin reconquiert progressivement les espaces d’où il avait été presque éradiqué. Cette longue période de reboisement correspond à l’ensemble de l’époque romaine. En l’absence d’entretien des espaces ouverts et de mise en place de cultures ou de prairies, le sapin se régénère, confirmant que la coupe de la fin de l’âge du Fer était destinée à un besoin en bois, et non pas à une recherche de terres à exploiter. La destination de ce bois est en revanche inconnue, et on ne peut suivre T. Nakagawa qui propose qu’il ait servi à approvisionner Grenoble. On sait par Cicéron que le bourg de Cularo existait au milieu du Ier s. av. J.-C., mais on ignore son importance ; le développement urbain de Grenoble est plus tardif, à partir de l’époque augustéenne et surtout durant le Ier s. ap. J.-C. On peut en outre douter de la nécessité d’un approvisionnement aussi lointain, dans un milieu alpin largement dominé par la forêt, y compris sur les abords immédiats des fonds de vallées. Il faut sans doute plutôt pencher pour un déboisement lié à des besoins locaux qu’aucune découverte archéologique ne permet cependant d’identifier. La reconquête forestière se fait graduellement pendant toute l’époque romaine, et c’est seulement au Ve-VIe s. que les abords du lac sont complètement déboisés pour la première fois. Le sapin et le hêtre sont désormais concernés, la palynologie montrant la quasi-disparition de ces deux espèces dans le voisinage du lac. Celui-ci se situe dans un milieu ouvert, dominé par les prairies et où commencent à pousser quelques pins et épicéas qui profitent de leurs propriétés colonisatrices. Cette ouverture du milieu forestier n’est pas sélective, contrairement à ce qui s’était passé quelques siècles auparavant. Elle a pour objectif premier l’aménagement et l’extension de zones cultivées et pâturées que révèle l’augmentation très nette des céréales et du noyer, de même que celle des nitrophiles et rudérales. On observe aussi l’apparition dans de très fortes proportions du chanvre. Elle indique une culture de cette plante à proximité du lac ; celui-ci était vraisemblablement utilisé pour le rouissage afin de séparer l’écorce de la tige filamenteuse. Cette particularité rapproche le lac de Praver de celui de Saint-Léger, où la même époque correspondait au développement de la culture du chanvre. La fin de l’Antiquité et le début du haut Moyen Âge correspondent en tout cas à une période de conquête agraire, dans un milieu jusque là largement dominé par les arbres. Le recul drastique de la forêt y est lié à la mise en valeur agricole des terres défrichées, et à l’établissement de groupes humains dont on n’a aujourd’hui aucune connaissance archéologique. Durant tout le haut Moyen Âge, le paysage aux alentours du lac évolue peu et demeure constamment entretenu. Cette gestion continue des ressources végétales perdure jusqu’au XII-XIIIe s., période d’éradication de la forêt et d’accentuation nette de l’agriculture et de la pression pastorale. Elle est l’aboutissement d’une emprise progressive sur ce secteur de moyenne montagne, qui a vu l’arbre reculer au profit des espaces mis en valeur. Cet exemple présente en cela des caractéristiques exceptionnelles par la nature de l’emprise humaine dont il témoigne. Il montre la possibilité d’identifier des activités agricoles et pastorales, mais également une activité sylvicole dont on ne connaît rien par ailleurs.

Fig. 108. Diagramme palynologique du lac de Praver

Fig. 108. Diagramme palynologique du lac de Praver

(Nakagawa 1998 et Nakagawa et al. 2000b)

  • 68 F. Guiter estime que la date qui marque le début de cette phase est trop vieille et que ce déboisem (...)

46Un second exemple mérite également d’être développé, car il révèle une même dynamique de mise en valeur, cette fois liée à l’extension des terroirs sur le plateau qui surplombe la rive méridionale du lac Léman. La séquence prélevée dans la tourbière de La Beunaz permet de restituer l’histoire de la végétation depuis environ 5000 ans (fig. 109 ; Guiter 2003, 137-162 ; Guiter, Andrieu-Ponel, Beaulieu et al. 2005). Comme dans de nombreux secteurs de moyenne montagne, la palynologie permet d’identifier les premiers indices d’activités agricoles et pastorales, associées à l’ouverture de la forêt, dès l’âge du Bronze (Bronze ancien/moyen). Elle suggère pour l’ensemble de l’âge du Bronze un paysage forestier pâturé et parsemé d’espaces ouverts entretenus par le feu (champs et prairies). Le premier âge du Fer marque un premier seuil d’accentuation des activités humaines, perceptible à travers le recul des arbres et l’importance croissante des herbacées et des rudérales68. Le changement d’ère marque un changement brutal du couvert végétal. Les Cichorioideae et les pics de micro-charbons indiquent la recrudescence des feux, sans doute à la fois pour déboiser et défricher, mais également pour l’entretien des espaces ouverts. Le noyer, déjà présent auparavant, se développe réellement à partir de cette période, témoignant de la culture de cet arbre sur le plateau. Les données polliniques témoignent cependant de la mise en place d’un paysage ouvert, surtout parcouru par les troupeaux et dans lequel les cultures ont une place secondaire. Cette fréquentation accrue aux abords de la tourbière et la dégradation des sols aux alentours contribuent au comblement progressif du marais. Dans cet exemple, le paysage est progressivement ouvert depuis au moins le Bronze ancien, mais les phases d’emprise successives demeurent néanmoins relativement modérées et n’affectent pas de façon radicale le milieu forestier avant l’époque romaine. Le Haut-Empire marque le début d’une longue période de recul de la forêt et d’accentuation des activités humaines. L’agglomération romaine de Thonon, située à environ 8 km à l’ouest, témoigne des évolutions qu’a connues ce secteur à partir de l’époque augustéenne. L’agglomération n’apparaît qu’à partir du début du Ier s. ap. J.-C., et elle se développe dans les décennies qui suivent. Les structures d’habitat, mais également artisanales s’étendent alors sur une surface estimée à quatre ou cinq hectares. L’agglomération, mais également les nombreuses découvertes archéologiques sur le plateau d’Evian témoignent de la mise en place d’un réseau d’habitat lié à l’exploitation des ressources de ce secteur. Le diagramme de La Beunaz montre que ces changements dans l’occupation des campagnes peuvent révéler des évolutions de modes d’exploitation, et dans certains secteurs une intensification de la mise en valeur. On n’avancera pas l’hypothèse très hasardeuse d’une relation directe entre le développement de Thonon et les dynamiques révélées à La Beunaz. Le site de Thonon permet cependant d’insister de façon plus générale sur les modifications qu’a pu introduire localement l’urbanisation, en termes d’approvisionnement en bois de construction, en combustible pour l’artisanat et bien entendu en produits agricoles.

Fig. 109. Diagramme palynologique de La Beunaz

Fig. 109. Diagramme palynologique de La Beunaz

(Guiter et al. 2005).

47On terminera par deux sites situés en marge de la chaîne alpine, l’un dans la zone de collines au contact entre la plaine du Dauphiné et les contreforts du massif de la Chartreuse (zone humide de Saint-Julien-de-Ratz, 650 m), l’autre en bordure de la plaine du Pô, à proximité du débouché de la vallée de la Doire Ripaire (Lago Piccolo di Avigliana, 356 m). L’étude du premier présente un milieu qui, comme à La Beunaz, connaît des changements majeurs à l’époque romaine (Clerc 1988). Le couvert végétal est en réalité affecté dès la fin de l’âge du Fer par une dynamique marquée de mise en culture et de développement de l’élevage (fig. 110). Cette mise en valeur intensive est également caractérisée par les premiers indices nets de culture du noyer, voire du châtaignier. L’analyse pollinique montre également l’apparition et la présence dans d’importantes proportions de chanvre ou de houblon, plantes largement employées pour le textile et la fabrication de cordages. En même temps apparaissent les premières occurrences de vigne, qui demeure régulièrement présente par la suite. Il s’agit de l’un des rares témoignages polliniques pouvant témoigner de la viticulture à une époque aussi haute chez les Allobroges. Cette phase témoigne d’un milieu qui, dès l’époque préromaine et les décennies qui suivent la conquête, était largement ouvert et soumis à une mise en valeur continue et forte. L’ensemble de la période romaine s’inscrit dans la continuité de cette dynamique. Ce secteur est toujours exploité de façon intensive ; les activités humaines sont alors fondées sur une économie agro-pastorale qui inclue la viticulture et l’arboriculture, même si la place de ces deux cultures est difficile à établir. Un établissement aussi considérable que celui de La Buisse confirme l’image d’un milieu soumis à une exploitation intensive (Jospin 2004). Adossée à la montagne du Ratz, à moins de 5 km au sud-ouest de la zone humide, cette villa témoigne de la mise en place d’une grande propriété qui devait sa prospérité à l’exploitation de domaines à cheval entre la plaine et les premiers reliefs. On soulignera cependant ici, comme dans les montagnes, la grande variabilité des situations : au Grand Lemps (456 m), à quelques kilomètres de Saint-Julien-de-Ratz, une autre analyse pollinique témoigne d’une grande discrétion des activités humaines jusqu’à la fin de l’époque romaine et le début du haut Moyen Âge. C’est seulement alors qu’on constate l’éclaircissement important de la forêt ainsi que l’apparition et l’explosion de tous les indicateurs qui attestent le développement rapide des cultures et de l’élevage (noyer, châtaignier, céréales, plantains, Rumex, Humulus). Dans le Piémont enfin, une étude récente offre également l’image du paysage dans les zones de plaine qui bordent le massif alpin. Le carottage réalisé dans le Lago Piccolo di Avigliana donne l’image d’un milieu dont la mise en valeur s’accentue nettement à partir de la fin de l’âge du Bronze et durant le Ier millénaire av. J.-C. (Finsinger, Tinner 2006, 251-254). Cependant, la présence régulière et croissante de céréales, de noyer, de châtaignier et de plantes liées à l’implantation humaine remonte comme dans le Dauphiné aux cinq derniers siècles avant notre ère (fig. 111). La période romaine s’inscrit dans cette phase d’accentuation progressive de l’emprise sur le territoire. Dans un secteur du territoire de Turin dont on connaît bien les modalités du peuplement à l’époque romaine, on perçoit mieux l’impact, modéré mais sans doute aussi très inégal dans l’espace, d’implantations telles que les villae d’Almese et Caselette, ou même de l’agglomération d’Avigliana. Comme souvent, la mise en place d’un paysage dominé par les cultures et les espaces ouverts, traduit par l’explosion de tous les marqueurs anthropiques, est datée du Moyen Âge.

Fig. 110. Diagramme palynologique de la zone humide de Saint-Julien-de-Ratz

Fig. 110. Diagramme palynologique de la zone humide de Saint-Julien-de-Ratz

(Clerc 1988)

Fig. 111. Diagramme palynologique du Lago Piccolo di Avigliana

Fig. 111. Diagramme palynologique du Lago Piccolo di Avigliana

(Finsinger et Tinner 2006)

2.2. La haute montagne, un espace aux ressources variées

48Les histoires très variées de la végétation perçues en moyenne montagne trouvent leur parallèle à plus haute altitude, donnant l’image d’espaces parfois délaissés, d’autres fois fréquentés et intensivement exploités. Tous ces témoignages permettent d’insister sur la place que conservent les arbres en haute montagne, qu’il s’agisse de véritables forêts ou de boisements plus clairsemés. Si l’image d’espaces vierges de toute fréquentation par les groupes humains ne doit dans certains cas pas être écartée, l’exemple de la vallée de l’Arve, documenté par les données environnementales et archéologiques, incite à s’interroger sur les usages dont pouvait faire l’objet la montagne, couverte ou non de forêts.

2.2.1. Un paysage de haute montagne dominé par l’arbre

49Comme dans le bassin de la Romanche, certains sites témoignent d’un milieu très peu affecté par les activités humaines, ou en tout cas dans lequel les arbres constituent toujours une composante majeure. C’est la situation observée à la tourbière de Raux (1770 m), sur le replat de la Montagne de Ceüse, vaste plateau herbeux qui domine le bassin de la Durance (Nakagawa 1998, 19-20). À l’époque romaine, le plateau est couvert par la forêt, et les taux bas voire nuls de céréales et des plantes nitrophiles et rudérales révèlent sa faible mise en valeur et qu’il n’était pas un lieu privilégié pour les troupeaux. C’est seulement plus tard, mais à une époque indéterminée (Moyen Âge ?), qu’une phase de recul marqué de la forêt correspond à la mise en place de pelouses pâturées. Ce constat est également celui qu’on peut faire dans la Vallée des Merveilles. Ce secteur du Mercantour est connu pour ses très nombreuses gravures rupestres datées pour la plupart de la fin du Néolithique et du Bronze ancien (Lumley 1995, 39). Six zones humides, situées entre 2000 m et 2400 m, offrent la possibilité d’évaluer l’impact et les modalités de la fréquentation humaine attestée par les gravures rupestres préhistoriques mais également postérieures (Beaulieu 1977 ; Kharbouch 1996). La lecture de ces travaux montre une emprise humaine très faible ; l’ensemble des données témoigne d’un paysage qui, sans être entièrement boisé, a été longtemps dominé par l’arbre qui atteignait ce vallon de haute montagne. La période la mieux documentée par l’archéologie (fin du Néolithique et âge du Bronze ancien) correspond à une époque de stabilité du milieu qui n’est affecté par aucune dynamique de déboisement. La rareté des indices de pastoralisme confirme l’hypothèse d’un paysage qui, s’il connaissait une fréquentation qui a laissé des vestiges spectaculaires, n’était pas une destination majeure pour les troupeaux. Cet état demeure jusqu’à nos jours, ce que confirme d’ailleurs l’étude des insectes conservés dans le lac Long Inférieur (Ponel, Andrieu-Ponel, Parchoux et al. 2001, 810).

50Les analyses réalisées au lac du Lauzon (Dévoluy, 1980 m) et à Rifugio Mondovi (Vallée Ellero, 1760 m) révèlent pour leur part, comme dans certains exemples de moyenne montagne, un paysage occupé et exploité avant l’époque romaine, et qui continue à l’être sans modifications notables. Au Lac du Lauzon, la fréquentation pastorale est discrètement perçue par la pluie pollinique depuis le Néolithique (Argant 2000). Elle est continue durant tout l’âge du Bronze, même si l’intensité du pâturage est très inégale et qu’on peut distinguer une succession de phases « calmes » et de périodes durant lesquelles les activités pastorales s’intensifient (supra fig. 85). Se dégage l’image d’un secteur couramment parcouru par les troupeaux, mais de façon alternative. Les périodes suivantes (âge du Fer et période romaine) s’inscrivent dans cette dynamique qui voit le pollen de plantes liées à la présence de troupeaux de plus en plus abondant, même si l’époque romaine apparaît comme une phase de recul des activités pastorales. La fin de l’Antiquité marque au contraire le début d’une phase de reconquête, marquée par la réduction de la forêt à toutes les altitudes liée à l’extension des terres cultivées et pâturées. Dans les Alpes Maritimes, l’analyse réalisée sur le site de Rifugio Mondovi offre une image similaire (Ortu, David, Caramiello 2003). Les premiers indices d’activités humaines sont plus récents qu’au Lac du Lauzon, puisqu’ils remontent au premier âge du Fer (fig. 112). Le recul modéré de la sapinière est lié à des déboisements sélectifs du sapin par l’homme qui favorisent le développement du hêtre et de l’aulne. Les indices de fréquentation pastorale sont à cette époque peu abondants à proximité de la tourbière. Cette dynamique se poursuit et s’accentue légèrement aux alentours du changement d’ère. Le recul du sapin contribue alors à la mise en place d’un paysage de plus en plus ouvert, comme le montre la progression des plantes de pelouse. Les indices d’activités humaines demeurent cependant très modérés et signalent seulement une présence discrète des communautés humaines. L’ensemble de la période romaine correspond à une alternance de phases de recul de la forêt et d’apaisement local des activités humaines. L’effet cumulé des déboisements successifs conduit cependant à un paysage dans lequel la forêt a une place de plus en plus réduite. La discrétion, depuis l’âge du Fer jusqu’à nos jours, des indicateurs d’activités agricoles et pastorales suggère des déboisements liés à une utilisation privilégiée de la sapinière pour la production de bois, et témoigne d’une fréquentation assez peu marquée par les troupeaux.

Fig. 112. Diagramme pollinique de Rifugio Mondovi

Fig. 112. Diagramme pollinique de Rifugio Mondovi

(Ortu et al. 2003).

2.2.2 Agriculture, pastoralisme et exploitation minière en montagne : l’exemple de la vallée de l’Arve

51L’image d’un milieu montagnard dominé par la forêt, le plus souvent peu pénétrée par les groupes humains, est également celle qui peut être dressée à partir des analyses palynologiques réalisées sur quatre zones humides de la vallée de l’Arve, qui mène du bassin de Genève au Mont-Blanc (fig. 113 ; Beaulieu, Kostenzer, Reich 1993). L’étude de ces sites situés sur les deux versants et étagés entre 1290 m et 2210 m permet de dresser le tableau d’une haute vallée largement dominée par un couvert forestier dense. À Grange des Chavants (1290 m), à environ 1 km de la borne-limite romaine du col de la Forclaz, un déboisement à partir du VIIe-IXe s. atteste une mise en valeur agro-pastorale ancienne, à l’image de la dynamique de conquête de terres nouvelles au haut Moyen Âge qu’on observe dans d’autres massifs. Sur le même versant, l’étude réalisée à Prarion (1820 m) témoigne d’un milieu forestier dominant jusqu’à une période récente (époque moderne ?), indiquant que le secteur de la borne de la Forclaz était à l’époque romaine couvert par les arbres. Les évolutions perçues en rive droite (la Flatière, 1430 m et L’Aiguillette des Houches, 2210 m) sont identiques. Dans les deux cas, le milieu forestier dense n’est pas affecté ou seulement tardivement par l’agriculture et l’élevage. La mise en série des quatre sites renforce l’idée d’une grande discrétion des activités humaines dans la haute vallée de l’Arve à l’époque romaine. Ce constat pose la question des bornes-limites découvertes dans ce secteur et de leur interprétation, qui s’est orientée vers l’hypothèse d’une délimitation de territoires en relation avec des conflits d’usage de pâturages (Rémy 2004b, 246). Ces suggestions s’appuient avant tout sur l’idée que le seul usage important dont ils pouvaient faire l’objet était le pastoralisme. Cet argument a d’ailleurs été utilisé pour montrer que ce secteur était l’objet d’une fréquentation par les troupeaux et déboisé depuis l’époque romaine (Carrier 2001, 171-172). Les données polliniques indiquent de façon évidente le contraire. Elles n’infirment pourtant en rien l’hypothèse de limites de pâturages, les bois représentant des lieux favorables aux troupeaux.

Fig. 113. Vestiges archéologiques et études paléoenvironnementales dans la haute vallée de l’Arve

Fig. 113. Vestiges archéologiques et études paléoenvironnementales dans la haute vallée de l’Arve

(Modèle Numérique de Terrain. Données NASA, réalisation M. Segard).

52Les découvertes archéologiques de Passy et les données géochimiques sur le lac d’Anterne orientent par ailleurs vers une question, celle des activités minières et métallurgiques dans la vallée de l’Arve. Le lac, situé à 2060 m dans le massif qui borde la vallée au nord, a fait l’objet d’une étude sédimentologique et géochimique qui a montré l’existence de deux pics de concentration de plomb (Arnaud 2003, 141-143). Ces deux valeurs maximales correspondent à des taux plus importants que ceux enregistrés pour les années 1970, lors des émissions maximales de plomb par les carburants. Le pic le plus ancien est daté du IIe-IIIe s., et le second du haut Moyen Âge. Le XIe s. marque en outre le début d’une augmentation légère et continue des concentrations. Ces fortes concentrations reflètent une contamination locale liée à des activités minières ou métallurgiques proches, susceptibles de générer d’importantes quantités de particules de plomb. Elles ont conduit, pour la période romaine, à réexaminer différents indices archéologiques et épigraphiques disponibles pour la vallée de l’Arve (Arnaud, Serralongue, Winiarski et al. 2005 et 2006). Il faut d’abord rappeler l’existence d’une galerie souterraine creusée dans le rocher au Châtelard, dans la boucle que fait l’Arve à l’est de Passy. Reconnue sur 42 m, elle devait atteindre 65-70 m pour une hauteur de 1,70-1,80 m et une largeur comprise entre 0,70 et 0,90 m. L’examen précis de cette galerie longtemps considérée comme un aqueduc a montré la présence d’un dispositif de vannes aux deux extrémités permettant d’en faire un réservoir. Il faut ajouter à ces aménagements hydrauliques d’autres structures mal datées observées au XIXe s. : à l’ouest, un canal à ciel ouvert creusé dans le schiste (canal des « Egratz »), et surtout dans le vallon du Châtelard des bassins connus par des découvertes anciennes mais aujourd’hui disparus. S’ajoutent à ce dossier le temple des Outards à Passy et surtout les trois dédicaces qui en proviennent (ILN, Vienne, 547-548-549) : deux de ces inscriptions mentionnent un duumvir au trésor, l’une un triumvir chargé du domaine public. Les structures hydrauliques et la présence de notables de la cité ont conduit à voir dans ce secteur de la vallée d’autres témoignages des activités minières attestées dans la vallée par la géochimie. L’importance de la galerie et du canal plaide en tout cas pour des activités de grande ampleur, peut-être liées à la transformation de minerai. La force hydraulique pouvait en particulier être utilisée pour le concassage et le lavage de la roche, et l’eau était nécessaire pour les activités métallurgiques. Cette hypothèse, qui rappelle celle proposée pour le pont-aqueduc du Pondel en Vallée d’Aoste, souffre cependant de la même absence de toute installation métallurgique, même si les vestiges du vallon du Châtelard sont interprétés prudemment dans ce sens (Arnaud, Serralongue, Winiarski et al. 2005, 250). On ne connaît pas davantage de vestiges d’extraction de la période romaine, mais seulement d’époque moderne dans le secteur de Servoz et des Houches (plomb argentifère et cuivre).

53Ces différents éléments constituent une étonnante concentration de vestiges dans cette vallée aux confins de la cité de Vienne et des Alpes Grées et Pennines, même si des relations directes entre eux sont difficiles à établir, en particulier la place à accorder à la présence de magistrats de Vienne à Passy. L’importance de ces personnages dans la cité pourrait suggérer qu’ils étaient là pour régler certaines affaires ; la gestion de mines était déjà une hypothèse implicitement avancée par J. Serralongue dans la Carte Archéologique de la Gaule (Bertrandy, Chevrier, Serralongue 1999, 79). On sait d’ailleurs que la possession et l’exploitation de mines par une cité étaient possibles, bien qu’il s’agisse d’une situation assez peu répandue (Domergue 1990, 236-237). Ces personnages venaient-ils dans la haute vallée de l’Arve pour des tâches précises qu’ils devaient y exécuter ? A contrario, ne peut-on pas plutôt penser que la présence de magistrats révèle simplement l’importance du sanctuaire, qui justifiait qu’on s’y déplaça de loin. Avec toutes ses inconnues, le dossier de la vallée de l’Arve méritait d’être développé pour deux raisons majeures. Les différentes données archéologiques, épigraphiques et paléoenvironnementales qui pouvaient paraître dispersées et qui n’avaient jamais réellement suscité l’intérêt permettent de dresser aujourd’hui un tableau général de l’exploitation agro-pastoral et minière de ce secteur. D’une vallée sur laquelle on pensait ne rien pouvoir écrire ressort l’image d’un territoire de montagne qui a fait l’objet d’activités économiques dont on commence à percevoir l’importance. On peut d’ailleurs penser que la voie qui emprunte la vallée de l’Arve, attestée par des milliaires dans le secteur d’Annemasse, doit être comprise non seulement comme un passage privilégié vers le Valais, mais également vers un secteur d’activité qui nécessitait d’être desservi. Le second enseignement est d’ordre méthodologique, car l’exemple de la haute vallée de l’Arve témoigne de la nécessité des collaborations avec les disciplines du paléoenvironnement pour mener une archéologie de la montagne. Ce sont en effet des données palynologiques et géochimiques qui ont conduit à réexaminer la documentation archéologique et épigraphique, et à renouveler les questionnements autour de l’exploitation de ce secteur. En attirant l’attention sur des données jusque là inexploitées et sur le potentiel de cette vallée, elles ont en même temps encouragé de nouvelles recherches archéologiques et paléoenvironnementales destinées à préciser ces premières pistes.

2.2.3. Une intensification ponctuelle et rare

54Seules quelques zones humides étudiées par les palynologues témoignent d’une dynamique d’intensification nette des activités humaines à l’époque romaine : le Lac des Grenouilles près du Mont Bégo, deux sites du Taillefer et le Lac de Loditor dans la Vallée d’Aoste. Le lac des Grenouilles est situé à presque 2000 m d’altitude, dans la vallée de Fontanalba, voisine de la Vallée des Merveilles et située au nord-est du Mont Bégo (fig. 114). Ce paysage de haute montagne est resté dominé par la forêt malgré une fréquentation pastorale aux alentours du lac au tournant du IVe et du IIIe millénaire av. J.-C. (Kharbouch 2000, 892-893). Le pastoralisme est à cette période peu important et s’estompe même, favorisant la progression d’espèces pionnières jusqu’au niveau du lac au moins (fig. 115). C’est plus tardivement que la pluie pollinique signale une dégradation forte de la forêt. Cette phase de déboisement est identifiée au IIIe-IVe s. ap. J.-C., même si elle a pu débuter plus tôt (en raison d’un possible hiatus dans la sédimentation, immédiatement antérieur à cette date). La chute du pollen d’arbres (de 60-80 % à environ 10 % du total) témoigne en tout cas de la mise en place rapide d’un milieu très ouvert dominé par les pelouses. Les chénopodes et les plantains témoignent du rôle premier des activités pastorales dans la constitution de ce paysage. Ce changement majeur de la végétation indique que dès l’époque romaine, et ensuite durant une longue période, les alentours immédiats du lac des Grenouilles ont été fréquentés par des troupeaux importants, et que le pâturage a contribué fortement au repli de la forêt à des altitudes inférieures. La chute brutale des espèces de moyenne montagne montre que ces espaces ont également été affectés par les déboisements et que la forêt y est devenue nettement moins dense. L’intensification du pastoralisme à partir de la fin de l’époque romaine doit donc être comprise dans le cadre d’une dynamique de mise en valeur plus générale de ce secteur, qu’on ne retrouve cependant pas dans la Vallée des Merveilles. Une même dynamique a été identifiée dans le Taillefer, prolongement de la chaîne de Belledonne dont il est séparé par la gorge de la Romanche. L’étude palynologique et entomologique des lacs Canard (2055 m) et Fourchu (2070 m), sur un plateau au cœur du massif, a livré des informations sur l’histoire du milieu depuis environ 8000 ans dans laquelle la place des activités humaines a pu être évaluée (fig. 116-118 ; Ponel, Beaulieu, Tobolski 1992). Les indices d’un pastoralisme de haute montagne très discret apparaissent durant le deuxième âge du Fer et se prolongent à l’époque romaine, dans un milieu cependant toujours dominé par la forêt. C’est seulement le IIIe-IVe s. qui marque le début d’une exploitation pastorale plus intense. Cette période correspond à une modification du couvert forestier, qui voit le déclin du pin à crochets au profit de l’épicéa. L’absence totale de troncs dans le lac Canard à partir de l’âge du Fer vient confirmer l’hypothèse d’une réduction, sinon d’une disparition de la forêt de pin à l’époque romaine aux abords du lac et même sur le plateau (Edouard, Tessier, Thomas 1991, 136). Le rôle des activités pastorales est central dans cette dynamique : a partir du IIIe-IVe s., la végétation aux alentours du Lac Canard est caractérisée par une recrudescence d’herbacées favorisées par la présence de troupeaux. À la même époque au lac Fourchu, la pluie pollinique enregistre un développement des plantes de pelouses et des nitrophiles (Rumex, orties, plantain lancéolé). La progression des insectes coprophages et de milieu ouvert sont autant d’indices qui confirment une exploitation pastorale qui se développe alors sur l’ensemble du plateau du Taillefer. L’avancée nette des céréales et du noyer à la même époque montre que cette phase de forte emprise s’inscrit dans une phase de mise en valeur qui affecte également les zones basses. Comme dans de nombreux autres sites étudiés, c’est au Moyen Âge qu’interviennent des changements importants, fortement ressentis par la végétation. Au Lac Canard, les sédiments les plus récemment déposés enregistrent une hausse très nette de toutes les plantes indiquant un fort développement du pastoralisme au XIe-XIIe s.

Fig. 114. Vue du secteur de la vallée des Merveilles et du vallon de Fontanalba

Fig. 114. Vue du secteur de la vallée des Merveilles et du vallon de Fontanalba

(Modèle Numérique de Terrain. Données IGN, réalisation M. Segard).

Fig. 115. Diagramme palynologique du lac des Grenouilles (Alpes Maritimes)

Fig. 115. Diagramme palynologique du lac des Grenouilles (Alpes Maritimes)

(Kharbouch 2000).

Fig. 116. Diagramme palynologique du lac Canard - Canard 1a

Fig. 116. Diagramme palynologique du lac Canard - Canard 1a

(Ponel et al. 1992).

Fig. 117. Diagramme palynologique du lac Canard - Canard 1b

Fig. 117. Diagramme palynologique du lac Canard - Canard 1b

(Ponel et al. 1992).

Fig. 118. Diagramme palynologique du lac Fourchu

Fig. 118. Diagramme palynologique du lac Fourchu

(Ponel et al. 1992).

55Le lac de Loditor (1950 m) enfin est dans la Valletournenche, vallée qui s’étend du versant sud du Cervin jusqu’à la Doire Baltée. Un déboisement très net à l’époque romaine affecte un couvert forestier alors très dense (fig. 119 ; Brugiapaglia 1996, 36 et 68-69). Le recul de la pinède et l’avancée des pelouses aux alentours du lac sont associés à la progression du noyer qui témoigne de cultures à une altitude plus basse. Le déboisement est d’abord régulier, traduisant des pratiques peu intensives et une extension des terrains de parcours des troupeaux. Le maintien de l’aulne et du mélèze et la progression de l’épicéa montrent d’ailleurs que certains espaces ouverts (peut-être par le feu) n’étaient pas exploités et étaient reconquis par les arbustes et les arbres. L’ouverture du milieu n’est donc pas totale, et les activités humaines ont dû être pratiquées dans un milieu associant des espaces ouverts et des espaces forestiers. Ce paysage évoque une emprise modérée qui associe sans doute prairies, pâturage en sous-bois et peut-être exploitation du bois. Les données polliniques suggèrent en tout cas de voir l’époque romaine comme une période de mise en place progressive d’un paysage semi-ouvert et pâturé. Les céréales sont assez discrètes, et une culture locale est exclue. En revanche, la progression nette du pollen de céréales à partir du Ve-VIe s. témoigne de la mise en place de cultures à des altitudes plus basses, grâce au bon ensoleillement dont bénéficie ce versant, et conformément à ce qu’on observe à la même époque dans d’autres régions alpines.

Fig. 119. Diagramme palynologique du lac de Loditor

Fig. 119. Diagramme palynologique du lac de Loditor

(Brugiapaglia 1996)

2.2.4. La question du lac Cristol et de la tourbière de Santa Anna

  • 69 Documentation non publiée fournie par B. Ancel, CCSTI de L’Argentière-la-Bessée.

56On terminera sur deux cas particuliers qui témoignent tous deux d’un recul net de la forêt à l’époque romaine dont l’origine demande à être discutée, et qui montrent en même temps toute la richesse des données paléoenvironnementales et des questionnements auxquels elles peuvent conduire. Le premier est le lac de Cristol (2248 m), dans les massifs qui dominent les vallées de la Clarée et de la Guisane (Briançonnais). La présence de troncs fossiles dans ce lac aujourd’hui en milieu supra-forestier a conduit les paléoenvironnementalistes à entreprendre plusieurs études (Fauquette 1995 ; Nakagawa 1998 ; Nakagawa, Édouard, Beaulieu 2000). Elles ont en particulier permis d’évaluer l’importance passée du pin cembro, question essentielle car l’importance décroissante de cette essence est largement due au développement des activités humaines en moyenne et haute montagne (Talon, Carcaillet, Thinon 1998, 7-8). Les analyses palynologiques témoignent d’un milieu forestier dominé par le pin jusqu’au deuxième âge du Fer, qui marque le recul brutal de cette essence (fig. 120-121). Cet épisode de réduction forte de la forêt contribue à la formation d’un couvert végétal constitué d’une « mosaïque de pelouse et de lande » et conduit à la descente définitive de la limite supérieure de la forêt, comme l’atteste l’absence totale de troncs postérieurs à l’âge du Fer dans le lac (Fauquette 1995, 61-62 et 66-67). Dès cette période, la forêt devait être proche de son niveau actuel (soit environ 100 m plus bas que le lac). Par la suite, durant l’époque romaine et jusqu’à nos jours, le niveau de la forêt a peu évolué, et n’a jamais regagné les abords du lac. Les données polliniques suggèrent un entretien des espaces ouverts et le maintien d’une végétation steppique, mais également la discrétion des indicateurs clairs de pastoralisme ou de toute autre activité humaine. Ce constat pose la question de l’inadéquation entre le développement modéré des plantes indicatrices de pastoralisme et la chute brutale de la forêt dès la fin de l’âge du Fer. Cette question vaut d’ailleurs également pour les périodes qui suivent (époque romaine, Moyen Âge), durant lesquelles la forêt continue de reculer à des altitudes inférieures. Le déboisement progressif du secteur de Cristol et du versant n’est à aucun moment associé à une intensification du pastoralisme comme on peut le constater ailleurs. Il faut se reporter vers d’autres hypothèses, dont celle de la production de bois. C’est celle qui a été retenue par T. Nakagawa qui s’appuie sur les travaux de H. Küster qui a mis en évidence une série de diagrammes palynologiques témoignant d’une exploitation du sapin à l’époque romaine (Küster 1994). Il est cependant improbable que ce massif, peu accessible, ait été l’objet d’une exploitation destinée à alimenter en bois d’œuvre un marché (Briançon en particulier) qui avait à disposition des versants proches encore boisés. C’est d’autant moins probable que l’attaque de la forêt concerne indistinctement plusieurs espèces, sans sélection des essences, contrairement à ce qu’on observe à Praver. L’hypothèse d’une production de bois pour des besoins locaux mérite en revanche d’être examinée, notamment en relation avec des activités minières. Certains gisements sont connus dans ce secteur par des textes médiévaux et modernes (cuivre principalement)69. Aucune trace d’exploitation d’époque romaine n’est cependant connue, mais cette piste ouverte par la palynologie attire l’attention sur les traces ténues que peuvent laisser des activités minières anciennes (extraction, charbonnage, réduction), et demanderait à être suivie à travers des travaux de terrain, seuls capables de vérifier et approfondir ce que révèlent les données paléoenvironnementales.

Fig. 120. Diagramme palynologique du lac de Cristol - carotte CRISTOL 1

Fig. 120. Diagramme palynologique du lac de Cristol - carotte CRISTOL 1

(Fauquette 1995)

Fig. 121. Diagramme palynologique du lac de Cristol

Fig. 121. Diagramme palynologique du lac de Cristol

(Nakagawa et al. 2000a).

57Les données palynologiques acquises à Santa Anna (2304 m), dans la vallée d’Aoste, mènent à des questionnements identiques (Brugiapaglia 1996, 41-42 et 74-75). Cette tourbière localisée dans la haute vallée de Gressoney, en rive gauche de la Doire, est aujourd’hui dans un milieu de pelouses alpines entourées de landes à rhododendrons et genévriers nains, et parsemées d’arbustes d’aulne et d’épicéas en contrebas. Ce secteur était entièrement englacé durant le Petit Âge Glaciaire et au moins jusqu’au XIXe s., le glacier descendant jusqu’à environ 2000 m. La végétation locale, qui s’est progressivement mise en place durant l’Holocène, est dominée par les arbres jusqu’à l’âge du Fer (fig. 122). Les arbres (pin et sapin) reculent en effet nettement vers le milieu du Ier millénaire av. J.-C. Les indices d’activités humaines sont très réduits, mais le caractère brutal du recul de la forêt suggère une origine humaine. Comme au lac Cristol, on ne connaît pas davantage l’origine de ce déboisement en haute montagne, et l’hypothèse du pastoralisme peut être écartée. Comme dans le Briançonnais, l’hypothèse d’une exploitation du bois pour les activités minières peut être avancée, mais encore une fois autant comme une piste de recherche que comme une explication aux dynamiques enregistrées par la tourbière. L’activité minière est connue dans la vallée de Gressoney pour des périodes récentes. Ainsi, des gisements d’or ont été exploités à l’époque moderne et contemporaine dans le Mont Stolemberg (3202 m), sur l’autre versant de la vallée. Cette montagne et les crêtes qui encadrent la vallée de Gressoney à l’est constituent la limite de la vallée d’Aoste. Sur leur autre versant s’étendent les collines du Piémont et la vallée du Pô. Ce rappel n’est pas anodin : c’est justement sur ce versant, à La Bessa, qu’ont été découverts les vestiges d’exploitation de gisements d’or de la fin de la République. On ne peut évidemment rapprocher de façon directe le déboisement observé dans la vallée de Gressoney et les activités minières qui ont lieu à plus de 30 km (à vol d’oiseau), en dehors de la vallée. Mais encore une fois, comme dans la vallée de l’Arve et comme à Cristol, les données paléoenvironnementales ouvrent des pistes et posent des questions qu’on ne peut balayer du revers de la main. Elles témoignent de l’impact sur le milieu qu’ont pu avoir, dès l’âge du Fer, des activités dont on sait qu’elles ont été importantes, comme à La Bessa ou chez les Lépontes (Bergonzi, Piana Agostinetti 1997). Elles attirent ici également l’attention sur la reconquête forestière qui intervient à partir du Haut-Empire, le paysage retrouvant une physionomie proche de celle qu’il avait mille ans plus tôt, même s’il est désormais dominé par l’épicéa. Cette reconquête par l’arbre, reflet d’un abandon de l’exploitation de ce secteur, peut offrir un autre écho à la rareté des traces d’exploitation minière du Haut-Empire en Vallée d’Aoste et à La Bessa, dans laquelle il faut peut-être voir une réorientation de l’approvisionnement en métal et la part croissante des grands districts d’autres provinces.

Fig. 122. Diagramme palynologique de la tourbière de Santa Anna

(Brugiapaglia 1996)

Notes

67 G. Barruol pense que Gap a été une cité autonome dès 69 ap. J.-C. (Barruol 1969 : 290-291).

68 F. Guiter estime que la date qui marque le début de cette phase est trop vieille et que ce déboisement, associé aux premiers pollens de noyer et de châtaignier, remonte plutôt à l’époque romaine. Le problème de la Juglans line a été évoqué plus haut ; deux datations obtenues sur d’autres niveaux marquent en outre le Ier-IIe s. ap. J.-C.

69 Documentation non publiée fournie par B. Ancel, CCSTI de L’Argentière-la-Bessée.

Table des illustrations

Titre Fig. 76. Vue du secteur du Lauza et de Libouse depuis le Nord
Crédits (Photographie aérienne orthonormée et modèle numérique de terrain. Données IGN, réalisation M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 77. Vue du secteur de Sagne de Canne depuis le Nord-Ouest
Crédits (Photographie aérienne orthonormée et modèle numérique de terrain. Données IGN, réalisation M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 78. Vue du vallon de Faudon et des vestiges du village médiéval
Crédits (M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 79. Vue du vallon d’Isola avec localisation des sites pastoraux et de la zone humide du lac des Lauzons
Crédits (Photographie aérienne orthonormée et modèle numérique de terrain. Données IGN, réalisation M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 80. Diagrammes d’anthropisation des sites du Champsaur
Crédits (d’après Walsh et al. 2005 et Court-Picon 2007)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-5.png
Fichier image/png, 265k
Titre Fig. 81. Diagramme palynologique simplifié de la tournière de Sagne de Canne
Crédits (Walsh et al. 2005)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-6.png
Fichier image/png, 64k
Titre Fig. 82. Diagramme palynologique simplifié du Laus du Villardon
Crédits (Walsh et al. 2005)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-7.png
Fichier image/png, 41k
Titre Fig. 83. Diagramme palynologique simplifié de la tournière de Libouse
Crédits (Walsh et al. 2005).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-8.png
Fichier image/png, 48k
Titre Fig. 84. Diagramme palynologique du lac des Lauzons
Crédits (Court-Picon 2003)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-9.png
Fichier image/png, 103k
Titre Fig. 85. Diagramme palynologique du lac des Lauzons
Crédits (Argant 2000)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-10.png
Fichier image/png, 39k
Titre Fig. 86. Diagramme palynologique simplifié de la tourbière du Lauza
Crédits (Walsh et al. 2005)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-11.png
Fichier image/png, 48k
Titre Fig. 87. Diagramme palynologique du lac de Faudon
Crédits (Court-Picon 2003)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-12.png
Fichier image/png, 117k
Titre Fig. 88. Saint-Laurent-du-Cros : bras d’enfant en bronze
Crédits (L. Damelet - CCJ, avec l’autorisation du Musée Départemental de Gap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 89. Saint-Laurent-du-Cros : pied chaussé d’une crépide
Crédits (M. Segard, avec l’autorisation du Musée Départemental de Gap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 90. Saint-Laurent-du-Cros : main baguée en bronze
Crédits (M. Segard, avec l’autorisation du Musée Départemental de Gap)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 91. Saint-Laurent-du-Cros : buste d’Hermès en bronze
Crédits (Ganet 1995)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 92. Site de Faravel XIV
Crédits (photographie K. Walsh)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 93. Plan de la cabane de Faravel XIV
Crédits (V. Dumas, dans Walsh et Mocci 2003)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-18.png
Fichier image/png, 267k
Titre Fig. 94. Plan du site de Rocher Roux
Crédits (Palet Martinez et Segard 2002)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-19.png
Fichier image/png, 13k
Titre Fig. 95. Secteur du Palastre et de la vallée du Touron
Crédits (Photographie aérienne orthonormée et modèle numérique de terrain. Données IGN, réalisation M. Segard).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 96. Plan du site du col du Palastre
Crédits (Palet Martinez et Segard 2002)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-21.png
Fichier image/png, 20k
Titre Fig. 97. Vue du site du col du Palastre
Crédits (photographie J.M. Palet Martinez)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 98. Vue du secteur du Pré de la Chaumette
Crédits (Photographie aérienne orthonormée et modèle numérique de terrain. Données IGN, réalisation M. Segard).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 99. Plan du site du col du Cheval de Bois
Crédits (Palet Martinez 2001)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-24.png
Fichier image/png, 17k
Titre Fig. 100. Plan du site de Clot Lamiande
Crédits (Palet Martinez et Segard 2002)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-25.png
Fichier image/png, 21k
Titre Fig. 101. Plan du site du Vallon de la Valette
Crédits (Palet Martinez 2003)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-26.png
Fichier image/png, 23k
Titre Fig. 102. Diagramme palynologique du Laus des Combettes
Crédits (Court-Picon 2003)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-27.png
Fichier image/png, 65k
Titre Fig. 103. Diagramme pollinique de la tourbière du bas-marais de Fangeas
Crédits (J.-L. de Beaulieu, In Walsh et Richer 2006)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-28.png
Fichier image/png, 95k
Titre Fig. 104. Vue du secteur de Fangeas depuis le sud
Crédits (Photographie aérienne orthonormée et modèle numérique de terrain. Données IGN, réalisation M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 105. Résultats des analyses géochomiques sur le bas-marais de Fangeas
Crédits (A. Véron et M. Segard)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-30.png
Fichier image/png, 20k
Titre Fig. 106. Diagramme palynologique du lac de Villa, Vallée d’Aoste
Crédits (Brugiapaglia 1996
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-31.png
Fichier image/png, 38k
Titre Fig. 107. Diagramme palynologique du lac de Saint-Léger
Crédits (Digerfeldt et al. 1997).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-32.png
Fichier image/png, 47k
Titre Fig. 108. Diagramme palynologique du lac de Praver
Crédits (Nakagawa 1998 et Nakagawa et al. 2000b)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-33.png
Fichier image/png, 33k
Titre Fig. 109. Diagramme palynologique de La Beunaz
Crédits (Guiter et al. 2005).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-34.png
Fichier image/png, 650k
Titre Fig. 110. Diagramme palynologique de la zone humide de Saint-Julien-de-Ratz
Crédits (Clerc 1988)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-35.png
Fichier image/png, 41k
Titre Fig. 111. Diagramme palynologique du Lago Piccolo di Avigliana
Crédits (Finsinger et Tinner 2006)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-36.png
Fichier image/png, 38k
Titre Fig. 112. Diagramme pollinique de Rifugio Mondovi
Crédits (Ortu et al. 2003).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-37.png
Fichier image/png, 64k
Titre Fig. 113. Vestiges archéologiques et études paléoenvironnementales dans la haute vallée de l’Arve
Crédits (Modèle Numérique de Terrain. Données NASA, réalisation M. Segard).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Fig. 114. Vue du secteur de la vallée des Merveilles et du vallon de Fontanalba
Crédits (Modèle Numérique de Terrain. Données IGN, réalisation M. Segard).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 115. Diagramme palynologique du lac des Grenouilles (Alpes Maritimes)
Crédits (Kharbouch 2000).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-40.png
Fichier image/png, 35k
Titre Fig. 116. Diagramme palynologique du lac Canard - Canard 1a
Crédits (Ponel et al. 1992).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-41.png
Fichier image/png, 59k
Titre Fig. 117. Diagramme palynologique du lac Canard - Canard 1b
Crédits (Ponel et al. 1992).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-42.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 118. Diagramme palynologique du lac Fourchu
Crédits (Ponel et al. 1992).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-43.png
Fichier image/png, 31k
Titre Fig. 119. Diagramme palynologique du lac de Loditor
Crédits (Brugiapaglia 1996)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-44.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 120. Diagramme palynologique du lac de Cristol - carotte CRISTOL 1
Crédits (Fauquette 1995)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-45.png
Fichier image/png, 26k
Titre Fig. 121. Diagramme palynologique du lac de Cristol
Crédits (Nakagawa et al. 2000a).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-46.png
Fichier image/png, 22k
Crédits (Brugiapaglia 1996)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/129/img-47.png
Fichier image/png, 36k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search