Version classiqueVersion mobile

Une nécropole du second âge du fer à Ambrussum, Hérault

 | 
Bernard Dedet

Conclusion générale

Texte intégral

1Vingt-deux sépultures accueillent, en tout, vingt-trois défunts, une aire de crémation est utilisée pour brûler au minimum quatre individus, dont une femme enceinte ou en couches, peut-être ceux pour lesquels plusieurs de ces tombeaux constituent la dernière demeure, un second foyer crématoire existe sans doute aussi, et, dans ce quartier de la nécropole d’Ambrussum, figurent également deux dispositifs annexes plutôt énigmatiques, l’ensemble inscrit entre le second quart du iiie s. et le tournant des iiie et iie s. av. J.-C.

2Le bilan de cette recherche peut paraître modeste si l’on considère qu’il s’agit d’une seule portion d’un cimetière sans doute beaucoup plus vaste, celui de l’un des oppida majeurs du second Âge du Fer languedocien, et dont l’usage a dû débuter plus tôt, au ve s. av. J.-C. lorsque les hommes vinrent habiter sur la colline du Dévès.

3Étant donné le nombre réduit de sépultures mises au jour ici, les conclusions ne peuvent être que provisoires et méritent confirmation. Néanmoins l’intérêt de cet échantillon est loin d’être limité puisque c’est la première fois qu’une nécropole de cette époque est découverte et partiellement explorée en Languedoc oriental et dans la région bas-Rhôdanienne, et, pour l’ensemble du sud de la France, la fouille d’une aire de crémation de cette importance est en quelque sorte une première, dépassant largement le cadre régional.

4Cette aire de crémation B1 a permis de brûler successivement plusieurs personnes, indifféremment hommes et femmes adultes si l’on en croit la symbolique de certains objets personnels, adolescents et enfants. Après chaque crémation, le prélèvement des restes pour l’ensevelissement dans la tombe, tant au niveau des os des défunts eux-mêmes que du mobilier personnel brûlé avec le corps, a été partiel mais soigné. En effet, ces vestiges n’apparaissent jamais mélangés dans les diverses sépultures : à l’exception d’un adulte et d’un très jeune enfant, celles-ci livrent chaque fois les restes d’un seul individu, du moins si l’on en croit l’absence de doublon et d’incompatiblité parmi les pièces osseuses, et les objets présumés masculins ou féminins ne sont pas non plus mêlés dans les tombes. Tessons isolés de vases et os de faune, également isolés, et dont les répartitions sur le bûcher diffèrent de celles des os des défunts et de leurs objets personnels, paraissent témoigner d’autres gestes, peut-être des repas cérémoniels pris par les survivants aux abords de cette structure durant la crémation ou en fin de celle-ci, et dont l’issue serait marquée par le bris des vases et l’abandon symbolique des restes céramiques et animaux sur le bûcher, mais aussi dans la tombe elle-même.

5Pour leur part, les sépultures fouillées à Ambrussum permettent d’expliquer, au moins partiellement, le manque de connaissances, qui existait avant cette découverte, concernant les pratiques funéraires de la première moitié du second Âge du Fer en Languedoc, plus spécialement dans la partie orientale de cette région, et en Provence. La mise en évidence de leurs vestiges suppose en effet des conditions bien particulières. De telles structures, fragiles, peuvent disparaître au fil du temps, au gré de l’érosion ou des travaux agricoles et autres actions humaines. Dépourvues de disposition architecturale remarquable et de dépôts d’objets complets, vases ou pièces métalliques, elles n’attirent guère l’attention en cas de mise au jour fortuite. Masquées par une épaisse couche alluviale, elles ne peuvent être décelées par une prospection de surface. Et n’oublions pas que leur découverte à Ambrussum est tout à fait inopinée, résultat de sondages profonds consécutifs aux recherches sur la station routière gallo-romaine postérieure qui les surmonte. Le récent dégagement de tombes souvent tout aussi ténues à Beaucaire en 2008 sur le site du Sizen-Collège Vigne confirme bien les causes de cette lacune : l’adoption alors, dans ce Midi méditerranéen situé à l’est du fleuve Hérault, de coutumes funéraires ne laissant que des traces modestes. Et de prime abord, le contraste est d’autant plus fort avec ce que l’on connaît, pour le moment, de la nécropole d’Ensérune qui, jusqu’ici constituait la référence pour le Midi de la France à cette époque. Cette recherche fournit donc un éclairage précis sur la gestion de la mort et des morts au iiie s. av. J.-C. dans une communauté indigène du Languedoc oriental. Et les coutumes funéraires de ces habitants de l’oppidum d’Ambrussum marquent trois enseignements principaux.

6En premier lieu il apparaît qu’une grande part de ces usages s’inscrit dans la tradition régionale. C’est d’abord l’accès au cimetière, qui est réglementé en fonction de l’âge au décès : les plus jeunes, ceux qui sont morts en phase périnatale ou durant leur première année d’existence, n’y sont pas admis ; seulement une partie des jeunes enfants de un à six ans, de l’ordre de la moitié d’entre eux, peut y accéder. Par ailleurs, si l’on en croit la symbolique des objets accompagnant les morts adultes, y sont accueillis en nombre équivalent les hommes et les femmes. Pour ces défunts bénéficiant de tombes « normales », l’incinération que l’on constate à Ambrussum est le mode de traitement du corps exclusif dans cette région depuis le vie s. av. J.-C., soit depuis quelque trois siècles. La présence, parmi les tombes, d’un bûcher crématoire utilisé à plusieurs reprises est bien attestée depuis la fin de l’Âge du Bronze en Languedoc. Le mode de dépôt des os humains, directement dans le loculus, hors de tout contenant, est tout aussi traditionnel dans cette région. Cette formule n’est cependant pas exclusive en Languedoc, au cours des siècles antérieurs, mais côtoie un autre procédé majoritaire dans la plupart des nécropoles plus anciennes, mais ici non usité, l’emploi du vase ossuaire. Et il n’est pas jusqu’à la mise en place d’une part des restes osseux du défunt dans le dispositif de recouvrement des tombeaux qui ne soit également attesté plus anciennement dans le Midi de la France. Il en va de même de l’accompagnement du défunt. Pourvoir le mort de ses objets personnels plus ou moins complets, brûlés avec lui et fragmentés, va de pair, dans le Midi depuis le vie s., avec le dépôt des restes humains dans le loculus hors de tout contenant. Mettre aussi dans la tombe un matériel différencié selon l’âge et le sexe est un usage qui plonge également ses racines dans le passé régional.

7Certaines de ces pratiques dont témoigne Ambrussum peuvent n’avoir qu’une implantation locale, telle l’exclusivité du mode de dépôt des restes humains en pleine terre, sans vase-ossuaire. En effet, vers la même époque, à 25 km de là, à Nîmes, pour la tombe de la Roussillone, on utilise l’ossuaire, et, un peu plus loin, à Beaucaire, dans la nécropole du Sizen-collège Vigne, tombes avec ou sans ossuaire se côtoient. Autre particularisme local à Ambrussum, ces dépôts de petites portions de squelettes de porcs, de chèvres ou de moutons, incomplètement prélevées sur le bûcher, qui se distinguent fortement des volailles entières et des quartiers de moutons, de chèvres et de porcs non brûlés qui figurent à Ensérune.

8Mais d’autres caractéristiques apparaissent comme des nouveautés en Languedoc oriental, ou du moins tranchent nettement par rapport à ce que l’on connaissait pour le premier Âge du Fer.

9Cette portion de la nécropole d’Ambrussum marque d’abord un traitement solennel de la mort désormais ouvert à un plus grand nombre de défunts ayant dépassé la petite enfance qu’auparavant. Au premier Âge du Fer, les tumulus des Garrigues du Languedoc oriental, comme ceux des Grands Causses du sud du Massif central, de Provence et des Alpes méridionales, répartis en petits groupes ou disséminés sur de vastes espaces, n’accueillaient finalement qu’un nombre restreint de sujets. Ici à Ambrussum, on a affaire à une agglomération d’un nombre important de sépultures modestes et d’encombrement réduit sur un petit espace, à la différence des tumulus antérieurs. Et, pour une autre communauté du Languedoc oriental, les récentes fouilles de la nécropole de Beaucaire/Le Sizen-Collège Vigne fournissent une image semblable (Carme, Demangeot 2010, p. 69). À cet égard, la comparaison d’ Ambrussum au iiie s. av. J.-C. avec La Pailletrice à Pérols, près de Montpellier vers 500 av. J.-C., dans le même contexte de plaine littorale, est éloquente. Alors que dans la partie fouillée du complexe tumulaire de la Pailletrice quatre tombes sont groupées sur une surface de 4000 m2 (Daveau, Dedet 2010), à Ambrussum ce sont vingt-deux sépultures et vingt-trois défunts qui se répartissent sur une superficie environ dix fois moindre. Cette densité accrue va de pair avec une surface et une architecture fortement amoindries, puisqu’on passe d’enclos en périphérie des tertres de 13 à 17,8 m de diamètre à la Pailletrice, à des recouvrements n’excédant pas un diamètre de 3 m à Ambrussum.

10Certes, cette concentration de tombes sur un espace limité et situé à proximité de l’agglomération des vivants est bien connue en Languedoc occidental depuis le Bronze final III, comme par exemple à Mailhac, mais, à l’est du fleuve Hérault, c’est une nouveauté au second Âge du Fer et la nécropole de Castelnau-le-Lez/Mermoz en usage aux ve-ive s. av. J.-C., à deux kilomètres de Y oppidum de Sextantio (Ott et al. 2010) annonce la situation d’ Ambrussum.

11Autre fait nouveau en ce milieu de l’Âge du Fer du Midi de la France, c’est le nombre important de tombes à arme : 35 % des adultes de cette portion de la nécropole d’ Ambrussum en sont pourvus. Comme adultes présumés masculins et féminins s’équilibrent ici, une telle fréquence de dépôts de ce type d’objets pourrait signifier que tous les hommes en âge de combattre emportent des armes dans leur tombe. Mais, de ce point de vue, le cas d’Ambrussum n’apparaît pas exceptionnel au second Âge du Fer et n’est pas isolé en Languedoc, la proportion d’armes livrées par la nécropole d’Ensérune en fait foi (voir supra chap. 7, § 9.).

12Cet accroissement de la quantité des tombes à armement peut être rapproché de plusieurs autres faits régionaux qui se produisent la fin du ive s. et au iiie s. av. J.-C.

13C’est d’abord une période de construction de grands remparts monumentaux, non seulement sur l’oppidum d’Ambrussum même mais aussi sur de nombreux autres habitats du Languedoc oriental, comme par exemple ceux de Nages et de Roquecourbe.

14C’est aussi celle de la découverte de restes d’armes dans les habitats languedociens et provençaux contemporains, éléments d’épées, de fourreaux et de leur suspension, de lances et de boucliers, semblables à ceux trouvés dans les tombes. Ces objets, très exceptionnels dans les habitats de la région jusqu’à la fin du ive s. deviennent beaucoup moins rares au iiie s. av. J.-C., et cela en dehors de tout contexte cultuel comme celui que montrent les dépôts de têtes humaines coupées du Cailar, dans le Gard (Girard, Roure 2009). Cette augmentation est notable, par exemple, dans l’habitat de l’Île à Martigues (Rétif 2000, p. 178-181) ou encore dans celui de Lattes. Ainsi, sur ce dernier site, la présence de ces objets dans les maisons est multipliée par sept au iiie s. av. J.-C. par rapport au siècle précédent : alors qu’on ne compte que 0,2 armes pour 1000 tessons de vases au ive s. av. J.-C., cette proportion passe à 1,4 armes au siècle suivant (Paterno 2004, p. 355-357 et fig. 10).

15C’est également le moment d’une déprise humaine importante dans tout l’arrière-pays languedocien, de la basse-Ardèche au Lauragais, indiquée par la désertion d’un grand nombre d’agglomérations. Ce phénomène est d’ailleurs bien marqué dans les environs proches d’ Ambrussum, par exemple sur les habitats gardois de Villevieille et de Gailhan, en amont dans le bassin du Vidourle, ou à La Madeleine (Tornac) et à Vié-Cioutat (Mons) un peu plus loin dans celui du Gard.

16Cet ensemble de faits paraît souligner une époque moins sûre qu’auparavant, peut-être troublée, et un besoin accru de protection. On n’en déduira pas pour autant des populations vivant sur le pied de guerre et ces tombes à arme ne sont sans doute pas celles de « guerriers » stricto sensu. L’accompagnement d’armes ne relève probablement pas d’un statut dominant, d’une « classe » affichant les instruments de son pouvoir. Il s’agit sans doute plutôt de marquer tout simplement dans les tombes la présence d’hommes capables de défendre, de leur vivant, le village et la communauté villageoise, ses terroirs, ses récoltes et ses troupeaux, lorsque les circonstances le nécessitent.

17D’ailleurs, une certaine uniformité caractérise ces sépultures à arme ; peu de différences dans la quantité et la qualité des objets y sont sensibles. Rien n’évoque ici les individus pourvus de signes d’opulence particulière, les nombreux objets et instruments de « banquet » qui accompagnaient autrefois les dépôts d’armes de certaines tombes languedociennes et provençales, par exemple dans la région de Mailhac aux viie et au vie s. av. J.-C., avec les défunts de la tombe 68 du Grand Bassin I et de celle de Corno-Lauzo (Taffanel, Taffanel 1960 ; Taffanel, Taffanel 1962), ou dans les Garrigues montpelliéraines, avec le tumulus du Frouzet B1 au vie s. et encore au siècle suivant, la tombe de Font de la Vie (Dedet 1995a ; Dedet 1995b).

18Bien évidemment, la prolifération de tombes modestes et l’augmentation du nombre de défunts armés dépassent le cadre strict des usages funéraires puisqu’ils sont le reflet de modifications sans doute profondes dans la société, sur le plan social, économique et politique. Or le rôle de Marseille est prépondérant dans l’évolution des populations de la région, de leurs activités économiques, de la structuration et de la forme de leur habitat, bref de leur cadre de vie. Malgré cela, aucun des usages funéraires des Grecs des colonies de Marseille ou d’Agde, qui pour leur part restent marqués du sceau de l’hellénisme, n’a d’influence sur la gestion de la mort chez les Indigènes d’Ambrussum, et ce, dans cette région parcourue par la voie Héracléenne et particulièrement ouverte aux contacts avec les marchands méditerranéens (Dedet 2011). Au demeurant, une telle imperméabilité entre ces deux milieux culturels coexistant dans le Midi méditerranéen de la France au second Âge du Fer n’est pas le propre du seul domaine des tombes ; elle peut également être constatée dans la sphère religieuse non strictement mortuaire (Golosetti 2009).

  • 1 Traduction R. Combès, Paris, les Belles Lettres (coll. CUF), 2003.

19Les rites funéraires massaliètes reflètent bien plutôt les coutumes grecques de l’époque, accueillant les morts périnatals au cimetière de la cité, bien souvent à l’intérieur d’un vase, inhumant les enfants, inhumant certains adultes, incinérant d’autres adultes, ne plaçant dans la tombe que très peu de matériel, souvent même rien du tout, et généralement simplement les objets souillés ayant servi à la toilette du mort, aux actions liées à la cérémonie des adieux, à des libations et à des offrandes de couronnes de fleurs (Moliner et al. 2003 ; Dedet 2011). Cette simplicité que manifestent les vestiges rejoint l’impression que donne Valère Maxime des obsèques marseillaises : « on amène les morts à leur sépulture en les transportant sur un chariot, sans lamentations ni plaintes. Le deuil ne dure que le jour des obsèques, avec un sacrifice groupant les gens de la maison, accompagné d’un banquet qui rassemble toutes les relations » (Valère Maxime, Faits et dits mémorables, II, 6-7)1.

20De leur côté, les usages funéraires des indigènes d Ambrussum sont traditionnels, et ne paraissent ni transformés ni seulement modifiés au contact des influences grecques. Cette imperméabilité entre les deux milieux culturels en ce domaine s’explique sans doute parce que l’on se situe au plus profond des préoccupations humaines, et elle doit sans doute refléter deux conceptions de la mort fondamentalement différentes.

21Pour les massaliètes des iv e, iiie et iie s. av. J.-C., comme pour le commun des mortels de la Grèce d’alors, en dehors des cercles intellectuels ou philosophiques, la mort c’est d’abord l’arrêt des plaisirs de la vie, et un séjour vague au royaume des ombres, l’Hadès, sans repère ni espoir d’aucun accomplissement, une mort sans horizon.

  • 2 Traduction J.-L. Brunaux 1996, p. 190.

22Au contraire, pour les indigènes, la mort n’est pas une fin de l’existence, mais un au-delà où le défunt peut entrer pour survivre sous différentes conditions et échapper en quelque sorte à elle. Elle lui ouvre la porte d’un monde autre où le double du défunt va survivre avec le double des objets qui ont symbolisé son existence terrestre. Dans le texte sur plomb déposé dans une sépulture de la nécropole de l’Hospitalet-du-Larzac en Aveyron, on trouve notamment mention en langue gauloise, du monde visible (vodercos), de la mort (nepos) et du monde invisible de l’outre-tombe (antumnos) (Vernhet 1995). Certes, ce document date du ier s. ap. J.-C., mais il fournit des termes et des notions religieuses indigènes, et issu d’un Larzac éloigné des centres urbains, il concerne un milieu autochtone, héritier direct du passé local. Non seulement les morts ont une autre vie dans cet au-delà, mais en plus les « nouveau-morts » peuvent leur transmettre des messages à ces morts plus anciens et à des divinités, moyennant le passage sur le bûcher d’objets matériels. Et d’ailleurs Diodore de Sicile, décrivant les mœurs des Gaulois de Gaule du Sud dans la première moitié du Ier s. av. J.-C., ne laisse aucun doute à ce sujet : « au cours des funérailles, ils jettent dans le feu des lettres écrites à des parents déjà morts, comme si ces derniers pouvaient les lire » (Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, V, 28, 6)2. En fait, dans le monde indigène de la région nîmoise et du bas-Rhône, il faut attendre la fin du ier s. av. J.-C. pour qu’apparaisse une transformation progressive du rituel concernant la mort des adultes attestant une intégration de pratiques en usage dans l’Empire romain.

Notes

1 Traduction R. Combès, Paris, les Belles Lettres (coll. CUF), 2003.

2 Traduction J.-L. Brunaux 1996, p. 190.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search