Version classiqueVersion mobile

Une nécropole du second âge du fer à Ambrussum, Hérault

 | 
Bernard Dedet

Annexe 4. Les restes carpologiques de la nécropole d’Ambrussum : intrusions ou offrandes ?

Nuria Rovira

Texte intégral

Introduction

1La nécropole d’Ambrussum (275-200 av. n. è.), comprenant environ deux douzaines de tombes et un ustrinum, a fait l’objet d’un échantillonnage systématique. La présence de restes carpologiques étant assez rare dans les deux types de structures, la question se pose de savoir s’il s’agit d’offrandes brûlées en même temps que les corps ou bien d’intrusions accidentelles de graines.

Matériels et méthode

2L’échantillonnage de l’ustrinum et des tombes a été réglé par la méthode de fouille employée. Ainsi, concernant l’ustrinum, 309 échantillons correspondant aux différents carrés des unités stratigraphiques de fonctionnement fouillées ont été prélevés et tamisés à l’eau sur une maille de 0,5 mm. Au total, 573,75 litres de sédiment ont été tamisés. Seuls 21 prélèvements ont livré des restes carpologiques (Us 17109, 17113, 17114, 17130, 17132 et 17164).

3Parmi les vingt-trois tombes attestées, seules douze ont fait l’objet d’un prélèvement et d’un tamisage systématiques de la totalité du sédiment, tant du loculus que de la superstructure. Un total de 55 échantillons a été tamisé (mailles de 4, 2 et 0,5 mm), ce qui correspond à 2307,3 litres de sédiment. Les seules tombes ayant livré des restes carpologiques sont la 12, 14, 16, 17, 18, 21 et 22, ce qui correspond à 10 prélèvements.

4Tous les carpo-restes sont carbonisés et généralement assez fragmentés. Néanmoins, leur bon état de conservation général a permis une détermination taxonomique assez précise pour la plupart d’entre eux. L’identification des carpo-restes a été réalisée à l’aide d’une collection de référence de semences actuelles personnelle, ainsi que d’atlas taxonomiques spécialisés (Brouwer, Stahlin 1975 ; Beijerinck 1976 ; Cappers, Bekker, Jans 2005).

Résultats de l’analyse carpologique

5Au total, 94 carpo-restes ont été collectés, dont 63 dans les tombes et 31 dans l’ustrinum. De façon globale, douze taxons végétaux ont été identifiés, la plupart appartenant au groupe des plantes cultivées (céréales, légumineuses et fruits). Il est cependant intéressant de noter que, même en nombre très réduit, les principales espèces économiques méditerranéennes de l’Âge du Fer sont présentes sur le site (Marinval-Ruas 1991 ; Buxó 1992 ; Alonso, Buxó, Rovira 2008 ; Alonso, Rovira 2010 ; Bouby 2010).

Les céréales

6Parmi les céréales, trois espèces sont attestées : l’orge vêtue (Hordeum vulgare), le blé commun (Triticum aestivum/durum) et le millet commun (Panicum miliaceum). Le faible nombre de restes ainsi que le nombre réduit d’attestation, ne permettent pas de juger de leur importance, mais les deux premières espèces sont assez récurrentes.

Les légumineuses

7Le groupe des légumineuses est représenté essentiellement par deux taxons, la lentille (Lens culinaris) et la vesce (Vicia sp.). Deux autres carpo-restes ont été déterminés comme Vicia/Pisum en raison de leur grande taille, mais ils ne conservent pas suffisamment de critères morphologiques pour permettre de préciser leur identification.

Fig. 135. Distribution dans la couche de fonctionnement de l’aire de crémation B1 des taxons végétaux issus de l’analyse des restes carpologiques.

Fig. 135. Distribution dans la couche de fonctionnement de l’aire de crémation B1 des taxons végétaux issus de l’analyse des restes carpologiques.

Les symboles correspondent aux taxons identifiés et la couleur au nombre de restes par carré.

Les fruits

8Au total, cinq taxons font partie de la catégorie des fruits : le raisin (Vitis vinifera), la cornouille (Cornus mas), la noisette (Corylus avellana), le gland (Quercus sp.) et la prune (Prunus cf. domestica). Le raisin est le seul taxon que l’on peut attribuer sans aucun doute au groupe des plantes cultivées. Le prunier et le noisetier ont pu être également cultivés mais le faible nombre de restes ne permet pas de l’affirmer. En revanche, le cornouiller mâle est une espèce exploitée par ses fruits, mais qui a priori n’aurait pas fait l’objet d’une mise en culture. Quant aux restes de Quercus sp., espèce prédominante dans le bûcher funéraire (Cenzon, Durand dans ce volume), seule une cupule a été collectée et aurait pu arriver sur le bûcher en même temps que le combustible. À l’exception du raisin, tous les autres taxons ne sont attestés que de façon ponctuelle.

Plantes rudérales

9Un seul taxon, le chardon aux ânes (Onopordum acanthium), fait partie des espèces rudérales qui poussent dans les milieux ouverts et anthropisés.

Discussion : les carpo-restes et leur contexte d’attestation

10Afin de répondre à la question initialement posée sur l’éventualité d’un dépôt d’offrandes végétales avec le défunt ou bien sur le caractère intrusif des carpo-restes attestés dans la nécropole d’Ambrussum, une analyse différenciée entre les tombes et le bûcher est proposée.

L’ustrinum

11Un total de cinq taxons végétaux a été identifié dans le niveau de fonctionnement de l’ustrinum : l’orge vêtue, le blé commun, la lentille, le raisin et la prune (fig. 135). En général, le nombre de carpo-restes par carré est très faible (de 1 à 4 restes). Le volume de sédiment tamisé par carré varie en moyenne entre 0,5 et 10 litres. La plupart des carrés n’ont livré qu’un seul carpo-reste, ce qui correspond donc à un seul taxon. Leur répartition spatiale est plutôt aléatoire et aucune concentration de taxons n’est attestée.

12Concernant le socle de l’ustrinum, l’orge vêtue, le blé commun et une légumineuse indéterminée (Vicia/Pisum) ont été identifiés. Ces attestations suivent la même tendance observée dans la couche de fonctionnement de cette structure.

13En définitive, aucun dépôt volontaire de graines ou de produits végétaux ne peux être identifié. L’hypothèse que ces carpo-restes soient des intrusions provenant soit de la matrice sédimentaire, soit de leur rejet dans le feu au cours de la combustion semble à retenir. Dans ce dernier cas, il pourrait s’agir de produits végétaux consommés lors du rituel d’incinération qui ont été jetés dans le bûcher, mais rien ne permet de l’affirmer.

Les tombes

14Les carpo-restes attestés dans les tombes sont également peu nombreux (fig. 136). On note la présence de trois céréales (orge vêtue, millet commun et blé commun), d’une légumineuse (vesce), de trois fruits (cornouille, noisette et gland) et d’une espèce rudérale (chardon aux ânes).

15En général, les tombes présentent entre 1 et 3 restes par structure. La seule exception est la tombe 14, avec 21 restes dans les deux couches de la superstructure et 31 restes dans le loculus. Il s’agit pour la plupart de caryopses de céréales et de pépins de raisin. Aucun élément archéologique observé ou collecté dans cette tombe semble la distinguer du reste. De ce fait, la présence plus abondante de restes carpologiques pourrait être simplement fruit du hasard.

16En définitive, concernant les activités qui sont à l’origine de ces restes, aucun élément ne permet d’affirmer une fois de plus qu’ils soient issus d’une activité volontaire liée à des pratiques cultuelles. Ainsi, il semble envisageable que ces carpo-restes étaient contenus dans la matrice sédimentaire dans laquelle les tombes (loculus) ont été creusées et qui a servi également à leur recouvrement (superstructure). Il s’agirait donc de déchets de consommation.

Conclusions

17À notre connaissance, l’utilisation de produits végétaux dans les pratiques funéraires de l’âge du Fer en France méditerranéenne reste rare. Le seul exemple connu est celui de la nécropole de Peyraube (Lamelouze, Gard), plus exactement du tumulus de Peyraube 6 (Dedet, Gauthey 1994). Le dépôt correspondait à un amas de sédiment foncé situé à proximité de la région où reposait le défunt. L’analyse chimique des composants organiques montre qu’il ne s’agit pas de résidus de combustion, mais de produits végétaux décomposés sur place : une gerbe de graminées (sauvages ou cultivées ?) ou bien un tissu (en lin ?). Ce tumulus est daté entre le viiie et la première moitié du vie s. avant notre ère.

Fig. 136. Taxons végétaux identifiés dans les tombes (SE = superstructure ; L = loculus).

Fig. 136. Taxons végétaux identifiés dans les tombes (SE = superstructure ; L = loculus).

18Une seconde offrande végétale de ce type, cette fois-ci dans le Nord de la France, a été identifiée sur la nécropole d’Esvres (Indre-et-Loire) dans une tombe d’enfant datée de la fin de l’âge du Fer (Verdin 2010). Dans ce cas, l’analyse des phytolithes a permis de mettre en évidence un probable dépôt d’aiguilles de conifères dans un vase, de millet dans un autre, puis d’un possible coussin de millet sous la tête du défunt. En parallèle, le corps aurait pu reposer sur une litière de paille.

19En ce qui concerne les dépôts d’offrandes végétales alimentaires, en particulier de graines, de fruits, de préparations culinaires (dont des pains/galettes) ou de boissons, quelques exemples existent pour l’âge du Bronze (Marinval 1986). Dans l’Est de la France, un dépôt de millet commun a été retrouvé dans une sépulture de la nécropole de Dampierre (Doubs) et un amas constitué de blé amidonnier, blé tendre/dur, orge vêtue et avoine rude est issu du tertre funéraire de Maisod (Jura) ; dans le Nord-Ouest, il faut noter la découverte de noisettes dans le caveau sous le cairn de Kernonen (Finistère). En fait, il faut attendre la période gallo-romaine pour que ce type d’offrandes soit répandu et abondant, surtout en contexte de crémation (Marinval 1993, 2004 ; Pradat 1994 ; Bouby, Marinval 2004 ; Preiss, Matterne, Latron 2005 ; Ruas, Bouby, Pradat 2006).

20Pour conclure, dans le cas de la nécropole de la fin du iiie s. av. n. è. d’Ambrussum, l’analyse des restes carpologiques ne permet pas d’affirmer l’utilisation de produits végétaux comme offrandes pour les défunts dans les tombes ou la crémation volontaire de végétaux dans le bûcher.

Table des illustrations

Titre Fig. 135. Distribution dans la couche de fonctionnement de l’aire de crémation B1 des taxons végétaux issus de l’analyse des restes carpologiques.
Légende Les symboles correspondent aux taxons identifiés et la couleur au nombre de restes par carré.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 136. Taxons végétaux identifiés dans les tombes (SE = superstructure ; L = loculus).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1285/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

Auteur

Archéobotaniste (carpologue). Associée à l’équipe Archéologie des Milieux et des Ressources, UMR 5140 Archéologie des Sociétés Méditerranéennes. 390, avenue de Pérols, 34970 Lattes (France). E-mail : nuriarovirab@yahoo.es

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search