Version classiqueVersion mobile

Une nécropole du second âge du fer à Ambrussum, Hérault

 | 
Bernard Dedet

Annexe 3. Les restes de poissons de la nécropole d’Ambrussum

Gaël Piquès

Texte intégral

1Le tamisage du remplissage des tombes à incinération et des couches de fonctionnement du bûcher funéraire B1 de la nécropole (-275/-200) a fourni au total une centaine de restes d’ichtyofaune. Dans ce contexte funéraire, la question a été de déterminer si ces restes de poissons pouvaient correspondre à des offrandes.

1. L’ichtyofaune du bûcher funéraire B 1

2Les couches de soubassement et de fonctionnement du bûcher ont été prélevées par carré et tamisées dans leur intégralité à l’aide de tamis d’une maille minimale de 0,5 mm.

3Le soubassement aménagé a livré seulement 11 restes qui se répartissent entre les couches 17121 et 17122 (fig. 132). Il s’agit principalement de dents isolées de Sparidés pouvant être attribuées à de la daurade royale (Sparus aurata), représentée ici par deux molaires réniformes. À cela s’ajoutent une vertèbre de muge (famille des Mugilidés), une vertèbre de Cyprinidés ainsi qu’une écaille, une épine de nageoire (acanthotrich) et une esquille indéterminées. À noter qu’aucun de ces restes n’est brûlé à l’exception d’une des deux molaires réniformes de daurade qui présente une couleur gris-bleu. Compte tenu de sa composition, ce matériel ne peut être assimilé à un dépôt primaire mais plutôt à des restes épars rapportés avec le sédiment ayant servi à l’aménagement du soubassement du bûcher.

4Le matériel des couches de fonctionnement du bûcher (Us 17109, 17113, 17114, 17130, 17132) se compose quant à lui de 39 restes. Si l’on fait abstraction des dents isolées de Sparidés, des épines de nageoires et des côtes indéterminées, il se réduit à seulement 11 restes :

  • une vertèbre d’anguille, Anguilla anguilla ;

  • deux vertèbres de loup, Dicentrarchus labrax, pouvant appartenir au même individu ;

  • deux vertèbres de perche, Perca fluviatilis, également attribuable à un même individu ;

  • trois restes de daurade, un fragments de dentaire, un de prémaxillaire et un autre de dentaire ou prémaxillaire ;

  • un fragment d’otolithe et une esquille d’os crânien indéterminés.

5Pour la daurade, on obtient un nombre minimum de deux individus d’après le décompte et la mesure des molaires réniformes isolées. Il s’agit de daurades dont la longueur totale est de 500 à 600 mm (2 à 3 kg) et de 350 à 400 mm (0,5 à 1 kg). Les autres poissons représentés sont de petits spécimens, d’environ 150 mm (0,05 kg) pour la perche et de 320 mm (environ 0,3 kg) pour le loup.

6Globalement l’ichtyofaune des niveaux de fonctionnement du bûcher se trouve en dehors des concentrations d’os humains, là où les tessons de céramiques sont les plus nombreux. Des déplacements post-dépositionnels sont observés. En l’occurrence à partir des fragments de dentaires et prémaxillaires de daurades, circonscrits au carré AA12, mais dont les dents sont éparpillées en périphérie sur un rayon d’1,50 m (fig. 133). Enfin la majorité des restes montre des traces de feu, plus ou moins légères, qui n’arrivent toutefois pas au stade de la carbonisation (fig. 134). Aucun d’entre eux ne présente de couleur blanc bleuté ou blanc crayeux qui indiquerait, comme pour les os humains, une température de chauffe de plus de 350°C (Bonucci, Graziani 1975, Piquès 2004). L’hypothèse d’offrandes de poissons sur le bûcher au moment de la crémation peut donc être exclue. Il pourrait s’agir en revanche de restes de repas jetés sur le foyer presque éteint. Toutefois aucune portion anatomique, que ce soit de la tête ou du corps, n’est représentée par plus de deux restes. Cela implique dans cette hypothèse le prélèvement d’une partie des ossements, à l’occasion peut être d’un nettoyage du foyer ou d’un ramassage des cendres. Le fait est que leur disparition par combustion semble peu probable compte tenu du faible degré de chauffe des os conservés.

Fig. 133. Répartition spatiale des restes d’ichtyofaune des couches de fonctionnement de l’aire de crémation B1

Fig. 133. Répartition spatiale des restes d’ichtyofaune des couches de fonctionnement de l’aire de crémation B1

(Us 17019, 17113, 17114, 17130, 17132).

Fig. 134. Inventaire des restes brûlés et non brûlés des couches de fonctionnement de l’aire de crémation B1.

Fig. 134. Inventaire des restes brûlés et non brûlés des couches de fonctionnement de l’aire de crémation B1.

2. L’ichtyofaune des tombes

7Le loculus de chacune des tombes ainsi que leur superstructure a été tamisé à une maille minimale de 0,5 mm. Quelques restes de poissons ont ainsi été recueillis dans le loculus des tombes n° 12, 13, 16 et 18. Ces os qui ne sont pas brûlés ne constituent pas des assemblages pouvant évoquer une offrande. Il s’agirait plutôt de restes de poissons rapportés avec le sédiment ayant servi à combler le loculus. En voici l’inventaire :

  • Tombe 12 : une épine de nageoire ;

  • Tombe 13 : deux vertèbres de Sciaenidés pouvant être attribués au même individu ;

  • Tombes 16 : quatre épines de nageoires et un lépidotriche ;

  • Tombes 18 : une écaille, un fragment de vertèbre, un lépidotriche et une côte.

8En conclusion, aucun témoignage évident d’offrande de poisson n’est attesté ici, que ce soit dans les tombes ou dans les couches de fonctionnement du bûcher. Quant au rejet de restes de consommation sur le bûcher, rien ne nous certifie qu’il s’agit d’une pratique rituelle en relation avec les funérailles du défunt.

9Au-delà de ce contexte funéraire, il faut souligner que ces échantillons sont les seules données ichtyofauniques antérieures à la période romaine dont on dispose pour Ambrussum. Le reste de la documentation étant issu pour l’essentiel des niveaux du Haut-Empire de l’agglomération routière (Piquès 2009).

10Malgré leur faible nombre, les quelques restes d’ichtyofaune de la nécropole nous renseignent tout au moins sur l’origine des poissons consommés au iiie s. av. n. è. Il s’agit en partie du produit d’une pêche locale pratiquée dans le fleuve Vidourle dont les représentants sont ici la perche, les cyprinidés et vraisemblablement l’anguille. À cela s’ajoute la consommation d’espèces marines ou lagunaires, comme le muge et le loup qui remontent toutefois assez haut les fleuves et qui, à l’instar de l’anguille, pouvaient être pêchés dans le Vidourle. La daurade royale et les Sciaenidés, en revanche, témoignent sans ambiguïté de l’acheminement de produits marins ou lagunaires pêchés à un peu plus de 20 km du site.

Table des illustrations

Titre Fig. 133. Répartition spatiale des restes d’ichtyofaune des couches de fonctionnement de l’aire de crémation B1
Crédits (Us 17019, 17113, 17114, 17130, 17132).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 134. Inventaire des restes brûlés et non brûlés des couches de fonctionnement de l’aire de crémation B1.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search