Version classiqueVersion mobile

La sculpture romaine en Occident

 | 
Vassiliki Gaggadis-Robin
, 
Pascale Picard

Le portrait romain en Gaule

Quelques portraits de Vesunna, capitale de la civitas des Pétrucores (Périgueux)

Stéphanie Mongibeaux

Résumé

Découverts pour la plupart au XIXe siècle, les portraits pétrucores que nous nous proposons de présenter dans cet article n’ont pu jusqu’à présent bénéficier que d’une étude sommaire. En effet, ils n’ont été que brièvement décrits par Émile Espérandieu dans son Recueil ou simplement signalés dans certains inventaires et catalogues des premiers musées de Périgueux. Le projet de publication d’un volume du Nouvel Espérandieu consacré à la sculpture pétrucore nous a offert l’opportunité de les redécouvrir et d’apprécier leur originalité. Cette dernière, associée à un contexte archéologique peu précis, voire inconnu, a occasionné de nombreux questionnements au cours de cette étude. Nous tenterons dans cet article de proposer des pistes d’analyse pour ces sculptures, de les replacer dans le contexte de la ville antique et de déterminer des liens stylistiques avec les productions des civitates voisines, ou plus lointaines.

Texte intégral

  • 1 Bost, Fabre 2001, 17.

1La civitas des Pétrucores était l’une des vingt-et-une cités de la province d’Aquitaine née de la réforme augustéenne de 16-13 av. J.-C. Ses limites étaient à peu près celles de l’actuel département de la Dordogne. Sa capitale, Vesunna, était à l’emplacement de Périgueux, l’actuelle préfecture du département. Hors de sa capitale, le territoire a livré très peu de portraits. Nous ne connaissons à ce jour aucun portrait impérial avéré et nous ne pouvons dénombrer que quatre portraits privés. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette relative pauvreté. En premier lieu, il est évident que Périgueux a connu plus de restructurations urbanistiques que les autres communes du département occasionnant ainsi plus de découvertes et un suivi archéologique plus précis de celles-ci. Le deuxième facteur est probablement lié à l’histoire de l’archéologie périgourdine puisque, dès le XVIIIe siècle et jusqu’aux débuts du XXe siècle, les érudits locaux ont presque exclusivement concentré leurs recherches sur Périgueux pour la période qui nous intéresse. Notons également le caractère profondément rural du territoire évoqué par J.-P. Bost et G. Fabre1. D’après ces deux auteurs, celui-ci aurait eu pour conséquence la très faible quantité d’inscriptions d’époque impériale découvertes hors capitale. Un parallèle avec la quantité de portraits pourrait être envisageable.

  • 2 Blanc et al. 2004, 16.

2Toutefois, le facteur sans doute le plus déterminant est lié à l’histoire de Vesunna (fig. 1). En effet, le rempart bâti au IV e siècle avec les blocs des monuments du Haut Empire démontés, contenait également de nombreux monuments funéraires à portraits, souvent peu retaillés. Si nous avons là sans doute l’explication la plus probable à cette disproportion quantitative entre le corpus des portraits de la capitale et celui du reste du territoire, nous avons aussi la raison pour laquelle les portraits découverts à Périgueux sont majoritairement des reliefs funéraires. On peut en dénombrer une quinzaine, à l’état fragmentaire ou entier. Les portraits en ronde bosse avérés sont beaucoup plus rares, d’autant plus ceux qui relèvent d’un contexte non funéraire. Seul le portrait d’un jeune garçon à la coiffure de type julio-claudien daté du Ier siècle a été découvert sur le site d’une domus. Il s’agit en outre du seul portrait en marbre découvert à Périgueux. En effet, à Périgueux, les portraits conservés, et plus largement, les sculptures conservées, sont majoritairement en calcaire. Un programme collectif de recherche2 a identifié les deux types de calcaires utilisés à Vesunna. Celui qui nous intéresse, car massivement employé pour la sculpture, était extrait des deux carrières de la ville. Ces deux exploitations à ciel ouvert ne fonctionnant qu’à la commande avaient pour particularité d’être très proches du centre monumental. Cette pierre est un calcaire coniacien C4 dit « calcaire à silex » car il présente des niveaux de silex plus ou moins abondants. Finement gréseux et fortement micacé, il contient en outre localement de nombreux fossiles. Ces inclusions, silex et fossiles, ont impliqué l’usage, avéré pour l’architecture, et probable pour la sculpture, d’un épais enduit peint pour les dissimuler.

Fig. 1. Carte archéologique de la ville antique et localisation de G118

(d’après Girardy-Caillat, Saliège 2011, 30).

3Sculptées dans ce calcaire, les quatre têtes présentées à l’occasion de ce colloque peuvent être considérées comme inédites car elles étaient depuis plus d’un siècle conservées dans le cloître du musée du Périgord où elles n’étaient guère mises en valeur et encore moins à l’abri. C’est à l’occasion de l’une de nos séances de travail pour le Nouvel Espérandieu, en 2006, qu’il a été décidé qu’elles soient transférées au dépôt du musée Vesunna où elles sont encore conservées.

  • 3 Ces adjonctions n’apparaissent pas sur les clichés du recueil d’Émile Espérandieu daté de 1908.
  • 4 Je remercie Elisabeth Pénisson pour ces renseignements techniques ainsi que pour les clichés d’ex (...)

4Récemment, la conservatrice du musée, Elisabeth Pénisson les a confiées à la restauratrice nantaise Pascale Roumégoux qui, dans un premier temps, a procédé à leur dérestauration en retirant le socle sur lequel elles avaient été fixées et le col en plâtre qui avait été attribué à trois d’entre elles probablement au début du XXe siècle3. Elles ont été ensuite nettoyées, certaines finitions ont été effectuées au laser et des retouches colorées ont été faites à l’aquarelle sur les zones accidentées4. Ce travail de restauration, mettant en valeur certains détails peu visibles jusqu’à présent, nous a permis de redécouvrir ces sculptures et de tenter de les étudier plus précisément.

1. Portrait féminin G118 (fig. 2)

Fig. 2. Tête féminine G118, vue de face, profil droit, vue arrière

(Cliché Bernard Dupuy pour le musée Vesunna, Périgueux).

5Cette première tête est celle pour laquelle nous avons le plus d’informations. Ces dernières sont assez précises bien que datant de 1857. Nous les devons au rédacteur en chef du journal local l’écho de Vésone : Eugène Massoubre. Ce dernier s’est non seulement passionné pour l’installation de la voie de chemin de fer à Périgueux mais s’est aussi fait le devoir de décrire quotidiennement dans son journal les découvertes que celle-ci a occasionnées.

  • 1 Massoubre 15 mars 1857, 1.
  • 2 Girardy-Caillat 1998, 57.

6Dans un article daté du 15 mars 1857, Eugène Massoubre promet « de consigner […], comme une sorte de procès-verbal rigoureusement et consciencieusement exact, toutes les découvertes qui surgiront des travaux. Nulle circonstance ne sera négligée, la plus insignifiante en apparence pouvant avoir sa valeur »1. Cette démarche très moderne d’Eugène Massoubre et quelques découvertes ultérieures ont permis d’identifier plus tard, dans le quartier de la gare, l’une des deux nécropoles de Vesunna. Celle qui nous intéresse, dite de la gare, a été en fonction du Ier siècle à l’époque mérovingienne2. Grâce à ces rapports, nous disposons en outre d’une description relativement précise du contexte dans lequel cette tête a été découverte.

  • 3 Massoubre 20 mars, 1857, 1.

7Elle a été extraite du sol le 18 mars 1857, dans l’axe de la gare, à 20 mètres de la route du port (fig. 1). Non loin de là, d’après le journaliste, ont été recueillis de nombreux fragments de décor peint pouvant couvrir environ 10 m2 et des fragments de corniche de marbre3.

8S’il est difficile d’estimer en mètres la portée d’un « non loin de là », ce récit suivant au jour le jour l’avancée de la voie de chemin de fer, il est tout à fait envisageable que ces fragments aient été relativement proches.

  • 4 Courrier reçu par M. Gerardin, Archives départementales de la Dordogne, dossier 41Fi.
  • 5 Galy 1862, 19, no118.
  • 6 Espérandieu 1908, 254, no1308.

9En 1858, l’ingénieur en chef des travaux, M. Gerardin, remet au musée de Périgueux cette tête et le matériel découvert durant la durée de son contrat4. Elle réapparait ensuite dans les sources en 1862, à l’occasion de la publication du catalogue du musée de Périgueux5. Son auteur, le conservateur Édouard Galy, se trompant d’une année pour sa découverte, se contente de la décrire brièvement. En 1908, Émile Espérandieu, l’inclut à son Recueil6 et semble reprendre le propos d’Édouard Galy.

10Haute de 27,5 cm, large de 16 cm, avec une épaisseur de 19 cm, cette première sculpture offre une bonne illustration de la composition du calcaire coniacien précédemment décrit. En effet, de couleur légèrement jaunâtre, elle présente des fossiles sur son profil droit et la partie postérieure du crâne.

11Cette tête a été brisée de manière oblique à la base du cou. Le volume des oreilles a en grande partie disparu, seule la silhouette de son oreille droite est encore visible. La pointe du nez a été brisée à une époque récente et de nombreux éclats affectent la surface de la pierre, notamment au niveau de la partie supérieure de la coiffure, sur la pommette gauche et la joue droite. Un éclat plus important crée une dépression à la naissance du nez. On peut noter des épaufrures sur l’angle interne de la paupière gauche et à l’extrémité de l’arcade sourcilière droite. Remarquons toutefois que l’état de conservation de cette tête est relativement bon.

  • 7 Je remercie chaleureusement André Merle, tailleur de pierre et sculpteur, pour ses remarques avis (...)

12Si l’on considère l’ensemble de la sculpture, l’usage des outils semble quelque peu rude et parfois maladroit. Notons en outre que la surface des joues est marquée de traces de ciseau et de gradine s’accentuant sous les paupières inférieures. De plus, l’épiderme est sillonné par ce qui semble être l’effet de l’action d’une râpe7.

13Cette tête, légèrement inclinée vers l’arrière, est le portrait d’une femme d’âge mûr. Le visage, de forme ovale présente un front assez court sillonné de trois rides profondes. Des rides du lion sont gravées de manière maladroite et légèrement désaxée entre les arcades sourcilières. Celles-ci, en arête, sont surmontées d’un large canal qui s’adoucit vers les tempes. Les yeux, en amande, bien ouverts, présentent un globe oculaire lisse et bombé. Ses paupières supérieures sont épaisses et leur dessin se prolonge sur les tempes. Elles sont délimitées par un profond sillon peu net repris au ciseau. Le nez est large et droit, les narines sont assez schématiques.

14En revanche, la représentation des sillons naso-géniens et du sillon naso-labial est plus précise. Ce dernier surmonte une petite bouche délicate qui semble esquisser un léger sourire. La commissure des lèvres est d’ailleurs marquée par un petit creux. Le menton, fort, s’arrondit à la pointe. Il surmonte un cou épais, qui semble comme gonflé. À sa base et sur une partie de la nuque, un reste de représentation de vêtement est encore visible.

15La coiffure est la particularité de ce portrait. La chevelure partagée par une raie médiane, descend de chaque côté du visage en d’épais crans. Une mèche est dégagée devant chaque oreille et se termine en pointe au niveau du lobe. Derrière chaque pavillon, ce qui s’apparente à une natte se détache de l’ensemble de manière artificielle. Il s’agit sans doute de la représentation de nattes postiches.

16Celles-ci, s’épaississant, descendent jusqu’à la nuque où elles se croisent pour remonter ensuite vers le sommet du crâne. À cet endroit, elles se fondent l’une dans l’autre pour former une espèce de couronne très légèrement triangulaire vue de dessus.

17Il convient de remarquer que, hormis les quelques rares incisions visibles sur la partie crantée de la coiffure, l’ensemble ne présente aucune indication du détail des mèches.

18Si l’on associe ce constat aux fossiles bien visibles et aux traces d’outils laissées apparentes, nous pensons que cette sculpture était couverte d’un enduit et supposons que ces détails étaient peut-être peints.

19D’emblée, Eugène Massoubre a reconnu en cette tête au caractère réaliste, un portrait.

  • 8 Massoubre 1857, 68.

20S’essayant à la dater, il s’est fondé sur une comparaison avec les portraits monétaires. Il a proposé tout d’abord une liste d’impératrices du IIIe siècle, pour ensuite réorienter sa datation vers le IIe siècle8. Cette hésitation est compréhensible au vu de la composition de la coiffure.

  • 9 Rosso 2012, 276.
  • 10 Maurin, Navarro Caballero 2010, 307, no108.
  • 11 Fittschen, Zanker 1983, 12, no11. Je tiens à remercier M. le Professeur J.-Ch. Balty pour les con (...)

21Le goût pour les crans et ondulations s’est développé sous Hadrien, comme l’a rappelé Emmanuelle Rosso9. Nous en avons un exemple bien daté à Bordeaux avec la stèle funéraire de Domitia Peregrina10. Toutefois, l’agencement des nattes du portrait pétrucore pourrait également rappeler la mode féminine de l’époque sévérienne. Ce qui n’exclut en rien la représentation des crans qui étaient encore en vogue à cette époque. Cependant, l’absence de chignon est étrange. D’autre part, si l’on considère le fait que les globes oculaires de ce portrait sont parfaitement lisses, on peut être tenté de proposer une datation plus haute. Le fragment d’un portrait de Sabine, conservé dans les réserves du musée du Capitole à Rome11, présente un agencement de mèches sur la partie postérieure du crâne qui pourrait être quelque peu comparable. Notons toutefois que le croisement se fait plus haut sur la tête et que la coiffure est plus souple.

  • 12 Rémy, Mathieu 2009, 19.

22Selon certains auteurs12, il arrivait que les dames de la Gaule romaine simplifient des coiffures trop complexes, peut-être en avons-nous là un exemple, ou bien est-ce le résultat d’une mauvaise compréhension par le sculpteur de la mode en faveur à l’époque de la réalisation de ce portrait ?

  • 13 Fejfer 2008, 356.

23La représentation sans concession des marques du temps n’est guère surprenante pour un portrait privé ainsi que l’a expliqué Jane Fejfer13. Ce phénomène, d’autant plus prégnant en Gaule, n’est malheureusement pas un critère de datation.

  • 14 Barbet 2008, lire la partie sur la méthode de datation, 23 à 24 et celle sur les couleurs 29 à 30

24Si l’on se tourne vers le contexte archéologique, nous ne sommes guère plus avancés puisque les fragments de marbre et de décors peints ont disparu. En ce qui concerne ces derniers, la description d’Eugène Massoubre, très précise, n’apporte rien de significatif au point de vue chronologique. En effet, si l’on se réfère à l’ouvrage d’Alix Barbet14, les couleurs décrites ont été utilisées du Ier au IV e siècle en Gaule romaine.

25En revanche, les motifs décrits : des roses, semblent bien confirmer le contexte funéraire.

  • 15 Bost, Fabre 2001. Ces auteurs ont pu reconnaître dans le corpus épigraphique de Vesunna une douza (...)
  • 16 Tardy 2005, 124.
  • 17 Girardy-Caillat 2011, 36-37.

26Tout en restant prudent (rappelons que nous n’avons aucune stratigraphie certifiant que ces fragments étaient associés à ce portrait) on peut malgré tout être tenté de penser que ce portrait aurait pu appartenir à un grand monument funéraire. Cette hypothèse n’a a priori rien d’incohérent pour Vesunna puisque la présence, dès l’époque augustéenne, de grands mausolées dans la ville est attestée par les travaux de Jean-Pierre Bost et Georges Fabre15 et de Dominique Tardy. Cette dernière, se fondant sur la localisation des remplois dans le rempart du IV e siècle, a en outre émis l’hypothèse de l’existence, dès le Haut-Empire, d’une voie débouchant de la Porte Normande et se dirigeant vers la nécropole (fig. 1), le long de laquelle auraient été installées des concessions funéraires attribuées à de grands mausolées16. Le lieu de découverte de ce portrait correspondrait tout à fait. Se pose alors à nouveau la question de la datation. En effet, au IIIe siècle la crise a engendré une désaffection des notables pour Vesunna qui commençaient à négliger l’entretien de l’équipement monumental et préféraient séjourner de plus en plus, voire s’installer, à la campagne17. La nécropole de la gare était encore utilisée au IIIe siècle, mais nous sommes en droit de nous demander si la construction ou l’entretien de grands monuments funéraires était encore d’actualité.

27Au vu de ces divers éléments et interrogations, nous proposons d’identifier cette tête comme un portrait funéraire du IIe ou, avec plus de réserves du IIIe siècle.

28Les trois têtes suivantes sont de provenance locale. Nous partons du principe qu’elles ont été découvertes à Périgueux, car très rares sont les sculptures provenant du reste du département dont l’origine n’est pas spécifiée précisément dans les sources habituelles.

2. Tête féminine 2000.3.67 (fig. 3)

Fig. 3. Tête féminine 2000.3.67, vue de face, vue arrière

(Cliché Bernard Dupuy pour le musée Vesunna, Périgueux).

  • 1 Espérandieu 1928, 192, no7558.

29Cette première tête n’apparaissant qu’en 1928 dans le recueil d’Émile Espérandieu1 est une petite tête féminine haute de 20 cm sur 16,5 cm de large, avec une épaisseur de 15,5 cm. Elle semble avoir subi de nombreux chocs et la surface de la pierre est très usée. La pointe du nez a disparu et l’élément que nous appellerons, pour plus de facilité, sa couronne, a été brisé au niveau du sommet du crâne. Le modelé de ce visage est assez médiocre, sans grand relief. Les arcades sourcilières, peu saillantes, surmontent de petits yeux en amande presque bridés. Le globe oculaire est bombé. La bouche est à peine détaillée, elle est légèrement entrouverte par un trait de trépan et semble s’affaisser vers sa gauche. Les joues sont très larges et plates, les pommettes ne sont pas indiquées. Les oreilles ne semblent pas représentées autrement que par un relief non détaillé. Le menton est lourd au-dessus du cou relativement fin.

30La coiffure semble divisée par une raie médiane. Les cheveux, relâchés dans le cou, paraissent simplement retenus au niveau des oreilles. Là encore, aucune indication de mèche n’est visible, à part peut-être au niveau du profil droit.

  • 2 Nerzic 1989, 318.

31L’arrière de la coiffure n’est pas clair, s’agissait-il d’un catogan ou d’une large tresse repliée ? Le retour de la masse de cheveux sur les côtés du cou ne plaide pas beaucoup en faveur de la première hypothèse. Pour la seconde, l’élément perturbant est cette espèce de couronne qui aurait été recouverte par la tresse. De plus, l’absence de détail : végétal ou de mèches de cheveux, nous empêche de définir ce que cet élément peut être. Bien que cette sculpture soit difficilement compréhensible, nous n’excluons pas la possibilité qu’il puisse s’agir d’un portrait funéraire dont la coiffure aurait été mal interprétée. Le peu de réalisme du visage, ressemblant ici étrangement à une sculpture grecque archaïque, serait caractéristique d’une période tardive, si l’on en croit l’ouvrage de Chantal Nerzic2, mais cette couronne et les dimensions de cette tête posent problème. Nous restons donc dans l’incertitude aussi bien pour sa datation que pour son identification.

32Nous disposons d’un peu plus d’élément pour les deux têtes suivantes que nous présentons ensemble du fait de leurs similitudes stylistiques évidentes.

3. Têtes masculine G119 (fig. 4) et féminine 2000.3.24 (fig. 5)

Fig. 4. Tête masculine G119, vue de face, profil droit, profil gauche

Fig. 4. Tête masculine G119, vue de face, profil droit, profil gauche

(Cliché Bernard Dupuy pour le musée Vesunna, Périgueux).

Fig. 5. Tête féminine 2000.3.24, vue de face, profil droit, profil gauche

(Cliché Bernard Dupuy pour le musée Vesunna, Périgueux).

  • 1 Galy 1862, 20, no119.
  • 2 Espérandieu 1908, 238, no1270.

33La première a été découverte avant 1862 puisqu’elle apparaît dans le catalogue du musée1. La seconde n’y est pas mentionnée mais est incluse dans le recueil d’Émile Espérandieu de 19082. Ce dernier a commis l’erreur de la confondre avec le portrait de la gare précédemment présenté. De ce fait, cette tête a longtemps été considérée comme provenant de ce quartier, toutefois toutes les recherches effectuées dans ce sens n’ont rien donné.

34Si l’on considère la première tête individuellement, on peut être tenté de penser, comme Émile Espérandieu, qu’il s’agissait d’une tête féminine portant la coiffure simple que l’on retrouve sur de nombreuses stèles funéraires gallo-romaines. Toutefois, son association avec la deuxième semble infirmer cette identification. Les caractères nettement plus féminins de la deuxième tendent à masculiniser la première.

35La première tête haute de 34 cm de haut sur 24 cm de large, avec une épaisseur de 20 cm, a été brisée à la base du cou, qui a sans doute été retravaillée pour la restauration du début du XXe siècle. La partie postérieure du crâne a disparu, le sommet du crâne a été bûché et la pointe du menton, brisée. La grosse mèche surmontant son œil gauche a également été brisée et un éclat affecte son arcade sourcilière gauche. La pierre, riche en fossiles, donne un aspect rugueux à ce visage aux formes pleines qui était probablement peint. Les arcades sourcilières, matérialisées par une arête, surmontent de grands yeux dont les pupilles ont été profondément creusées au trépan. Celles-ci, décentrées, orientent le regard du personnage vers le ciel. Le nez, droit et large présente des narines rondes, bien dessinées. La bouche, entrouverte sur de petites dents espacées, semble s’affaisser vers sa droite et de profil, une forte avancée des lèvres est notable.

36La coiffure est épaisse. Les cheveux sont ramenés vers le visage en de grosses mèches, en rouleaux, séparées par de profondes gorges. L’étrangeté réside ici dans le fait que chaque mèche se termine en trois courtes digitations qui rappellent la représentation de rangs de sépales retournés que l’on trouve dans le décor architectonique. L’épaisseur et l’organisation des masses de cheveux rappellent, dans un traitement plus simplifié, celle des portraits des jeunes garçons de l’époque antonine. Le modelé plein du visage semble confirmer que nous sommes en présence du portrait d’un tout jeune homme.

37Les caractères énoncés pour cette tête se retrouvent pour la suivante, mais de manière plus fine et surtout dans des dimensions plus réduites. En effet, celle-ci mesure 23,5 cm de haut sur 26 cm de large avec une épaisseur de 14 cm.

38Nous avons là, les mêmes pupilles profondément creusées, le même regard dirigé vers le ciel et la même bouche à l’expression amère. En revanche, l’aspect anguleux des arcades sourcilières est nettement plus accentué ici, les joues sont moins pleines. Le nez plus droit. Et enfin, la coiffure semble plus courte et plus gonflée, mais une bonne partie en a disparu. Elle présente en outre ce même traitement végétalisé mais de manière moins évidente. La partie postérieure du crâne a complètement disparu et nous remarquons un arrachement plat sur son côté droit qui peut laisser penser que ce portrait était en haut relief. Si l’on observe les profils, il se serait alors agi d’un très haut relief. Ces deux sculptures appartenaient elles au même ensemble ? Leur ressemblance indiscutable peut le laisser penser, il reste à savoir dans quel contexte.

  • 3 Galy 1862, 20, no119.
  • 4 Espérandieu 1908, 238, no1270.

39Édouard Galy a identifié la première tête comme celle d’un bacchant couronné de feuillage3, sans doute à cause du traitement de la coiffure. Émile Espérandieu, la jugeant « fort barbare », a estimé qu’il s’agissait de la représentation d’une déesse plutôt qu’un portrait4. Toutefois, le caractère individualisé de ces deux représentations laisse penser qu’il s’agit bien de portraits.

  • 5 Maurin, Navarro Caballero 2011, 370-371, no162.
  • 6 Musée de site Vesunna no2000.3.4.

40Le traitement des pupilles et l’expression amère de la bouche se retrouvent sur de nombreux portraits funéraires notamment celui du mausolée de Faverolles. Plus proche de Périgueux, à Bordeaux, est conservé le portrait de Martinus, qui présente le même regard et la même expression5. Dans le corpus des portraits funéraires en relief de Vesunna, nous n’avons rien de comparable. Seul un portrait féminin d’époque antonine pourrait apporter quelques points de comparaisons stylistiques tels la représentation des arcades sourcilière en arête et le modelé du visage6.

  • 7 Durand 1920, 15, pl. XIV.
  • 8 Tardy 2005, 119-120.

41Si l’on revient aux mèches de cheveux, un rapprochement peut se faire avec deux modillons de corniche découverts par l’archéologue Charles Durand dans le rempart en 19117. Datés du premier tiers du IIe siècle par Dominique Tardy, ils témoignent, d’après cette dernière, du goût de l’époque à Vesunna pour la végétalisation des décors figurés8. Cette végétalisation aurait-elle pu gagner les portraits ? Rien n’est moins sûr. Peut-être faut-il simplement voir ici le travail d’un sculpteur peu habile dans le traitement des coiffures qui aurait utilisé une technique qu’il maîtrisait mieux.

42Ces diverses observations nous conduisent à considérer que nous avons là deux portraits funéraires dont la coiffure de l’un, ainsi que le rapprochement fait avec le portrait féminin d’époque antonine, permettent de proposer une datation au IIe siècle.

43Pour conclure, il semble évident que ce corpus est bien mince pour en dégager des caractéristiques, si ce n’est des traits que l’on peut qualifier de provinciaux. Il est également très délicat de trouver de nouveaux points de comparaison avec les productions des cités voisines si l’on excepte les rapprochements qui ont déjà été faits depuis longtemps avec Burdigala. Quant aux comparaisons avec les productions plus lointaines, les quelques détails similaires nous font plus entrer dans le domaine de l’intuition que dans celui d’une recherche scientifique sérieuse. Il ne nous reste plus qu’à espérer que les travaux de restructuration du quartier de la gare, programmés par la mairie de Périgueux, nous apportent de nouveaux éléments de connaissance de la nécropole et, mieux encore de nouveaux portraits pour enrichir ce dossier.

Bibliographie

Bibliographie

Barbet 2008 : A. Barbet, La peinture murale en Gaule romaine, Paris, Éditions A. et J. Picard, 2008, 392p.

Balty 2008 : J.-C. Balty, Sculptures antiques de Chiragan. Les portraits romains, I.5, La Tétrarchie, Toulouse, Musée Saint-Raymond, Musée des Antiques de Toulouse, 2008, 151p.

Blanc et al. 2004 : A. Blanc, C. Girardy-Caillat, J. Lorenz, E. Penisson, D. Tardy, L’approvisionnement en pierre de Périgueux antique (sculpture, décor architectonique et décor plaqué), in Carrières et constructions IV, 126e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 2001, 13-37.

Bost, Fabre 2001 : J.-P. Bost, G. Fabre, Inscriptions latines d’Aquitaine (ILA) Pétrucores, Bordeaux, Ausonius Éditions, 2001, 304p.

Durand 1920 : C. Durand, Fouilles de Vésone (Compte-Rendu de 1912-1913), Périgueux, imprimerie de l’U.A.P., 1920, 108p.

Espérandieu 1908 : E. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, t. II, Aquitaine, Paris, Imprimerie nationale, 1908, 478p.

Espérandieu 1928 : E. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, t. X, Supplément (suite) et tables générales du recueil, Paris Imprimerie nationale, 1928, 291p.

Fejfer 2008 : J. Fejfer, Roman portraits in context, Berlin/New York, W. de Gruyter, 2008, 592p.

Fittschen, Zanker 1983 : K. Fittschen, P. Zanker, Katalog der römischen Porträts in den Capitolinischen Museen und den anderen kommunalen Sammlungen der Stadt Rom, Band III, Kaiserinnen- und Prinzessinnenbildnisse Frauenporträts, Mainz am Rhein, P. von Zabern, 1983, 2 vol. , 139 p., 222 p. de pl.

Galy 1862 : E. Galy, Catalogue du musée archéologique du département de la Dordogne, Périgueux Imprimerie Dupont, 1862, 130p.

Girardy-Caillat 1998 : C. Girardy-Caillat, Périgueux antique, Paris, Éditions du patrimoine, Imprimerie nationale éditions, (collection Guides archéologiques de France 35), 1998, 96p.

Girardy-Caillat 2011 : C. Girardy-Caillat, Vesunna, Civitas Petrucoriorum Ie-V e siècle, in A.-M. Cocula (dir.), Histoire de Périgueux, Périgueux Éditions Fanlac, 2011, 335p.

Massoubre 1857 : E. Massoubre, Chronique locale, in L’Echo de Vésone, Périgueux impr. Dupont, 1857, PRE417, Archives départementales de la Dordogne.

Maurin, Navarro Caballero 2010 : L. Maurin, M. Navarro Caballero, Inscriptions latines d’Aquitaine (ILA), Bordeaux, Bordeaux, Ausonius éditions, 2010, 688p.

Nerzic 1989 : C. Nerzic, La sculpture en Gaule romaine, Paris, Éditions Errance, 1989, 343p.

Rémy, Mathieu 2009 : B. Remy, N. Mathieu, Les femmes en Gaule romaine, Ie siècle av. J.-C. - V e siècle ap. J.-C., Paris, Éditions Errance, 2009, 239p.

Rosso 2012 : E. Rosso, Portrait d’une inconnue Inv. Ra 79 = 30.136, in J.-C. Balty, D. Cazes, E. Rosso, Sculptures antiques de Chiragan. Les portraits romains, I.2, le siècle des Antonins, Toulouse, Musée Saint-Raymond, Musée des Antiques de Toulouse, 2012, 272-277.

Tardy 2005 : D. Tardy, Le décor architectonique de Vesunna (Périgueux antique), Bordeaux, Aquitania supplément 12, 2005, 145p.

Notes

1 Bost, Fabre 2001, 17.

2 Blanc et al. 2004, 16.

3 Ces adjonctions n’apparaissent pas sur les clichés du recueil d’Émile Espérandieu daté de 1908.

4 Je remercie Elisabeth Pénisson pour ces renseignements techniques ainsi que pour les clichés d’excellente qualité qu’elle m’a fournis pour cette communication.

1 Massoubre 15 mars 1857, 1.

2 Girardy-Caillat 1998, 57.

3 Massoubre 20 mars, 1857, 1.

4 Courrier reçu par M. Gerardin, Archives départementales de la Dordogne, dossier 41Fi.

5 Galy 1862, 19, no118.

6 Espérandieu 1908, 254, no1308.

7 Je remercie chaleureusement André Merle, tailleur de pierre et sculpteur, pour ses remarques avisées quant à l’usage des outils.

8 Massoubre 1857, 68.

9 Rosso 2012, 276.

10 Maurin, Navarro Caballero 2010, 307, no108.

11 Fittschen, Zanker 1983, 12, no11. Je tiens à remercier M. le Professeur J.-Ch. Balty pour les conseils et orientations bibliographiques qu’il m’a donnés à la suite de cette communication.

12 Rémy, Mathieu 2009, 19.

13 Fejfer 2008, 356.

14 Barbet 2008, lire la partie sur la méthode de datation, 23 à 24 et celle sur les couleurs 29 à 30.

15 Bost, Fabre 2001. Ces auteurs ont pu reconnaître dans le corpus épigraphique de Vesunna une douzaine de mentions de grands monuments funéraires  : 54, 61, 64, 68, 72, 74, 77 ( ?), 81, 84, 86 ( ?), 107, 123.

16 Tardy 2005, 124.

17 Girardy-Caillat 2011, 36-37.

1 Espérandieu 1928, 192, no7558.

2 Nerzic 1989, 318.

1 Galy 1862, 20, no119.

2 Espérandieu 1908, 238, no1270.

3 Galy 1862, 20, no119.

4 Espérandieu 1908, 238, no1270.

5 Maurin, Navarro Caballero 2011, 370-371, no162.

6 Musée de site Vesunna no2000.3.4.

7 Durand 1920, 15, pl. XIV.

8 Tardy 2005, 119-120.

Table des illustrations

Crédits (d’après Girardy-Caillat, Saliège 2011, 30).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12788/img-2.png
Fichier image/png, 985k
Crédits (Cliché Bernard Dupuy pour le musée Vesunna, Périgueux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12788/img-4.png
Fichier image/png, 589k
Crédits (Cliché Bernard Dupuy pour le musée Vesunna, Périgueux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12788/img-6.png
Fichier image/png, 574k
Titre Fig. 4. Tête masculine G119, vue de face, profil droit, profil gauche
Crédits (Cliché Bernard Dupuy pour le musée Vesunna, Périgueux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12788/img-7.png
Fichier image/png, 376k
Crédits (Cliché Bernard Dupuy pour le musée Vesunna, Périgueux).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12788/img-9.png
Fichier image/png, 499k

Auteur

Professeur des écoles, étudiante en Master 2 archéologie recherche Université Bordeaux III, 64 rue Clos Chassaing 24000 Périgueux, smongibeaux@hotmail.fr ou smongibeau@aol.com

© Publications du Centre Camille Jullian, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search