Version classiqueVersion mobile

Une nécropole du second âge du fer à Ambrussum, Hérault

 | 
Bernard Dedet

Chapitre 5. Le mobilier funéraire et son apport à la datation du quartier de la nécropole

Texte intégral

1Après l’examen des tombes et des bûchers de crémation, et avant de synthétiser les apports de cette analyse et de les replacer dans leur contexte du sud de la France, il convient de déterminer les limites chronologiques de cette portion de la nécropole d’Ambrussum et de tenter de préciser la datation de chaque structure. Pour cela, on interrogera chaque catégorie d’objets découverts, vaisselle céramique, indigène, locale ou importée, les pièces d’habillement et de parure, l’armement et le fourniment, les monnaies, les ustensiles et les pièces indéterminées.

1. La vaisselle céramique

2Des vases, ou plutôt presque toujours des tessons, proviennent de toutes les sépultures, loculus et/ou dispositifs de recouvrement, des bûchers de crémation et du sol de la nécropole. Toutefois dans la tombe 17, seule la structure de recouvrement a fourni cette catégorie de matériel (fig. 88). Par ailleurs, on ne prendra pas en compte ici le matériel céramique découvert dans le remplissage du loculus de la tombe 22 dont la présence est peut-être involontaire, issue d’une couche antérieure.

3L’essentiel du mobilier céramique est constitué de vaisselle locale, non tournée. Parmi les vases importés, sont représentées surtout les productions à pâte claire massaliète, à vernis noir des ateliers de Rosas et l’amphore massaliète, tandis que les céramiques attiques à vernis noir, grises peintes massaliètes, à vernis noir de l’atelier des petites estampilles et campaniennes « A anciennes » sont exceptionnelles. Dans l’ensemble des sépultures, les vases non tournés comptent pour 94 % des restes céramiques et les vases tournés fins pour 6 %, se partageant à peu près équitablement entre les catégories à vernis noir et les pâtes claires. Il en va de même dans le bûcher B1, avec 94 % de non tournée, 4 % de vernis noir et 2 % de pâte claire.

  • 1 Les calculs ont été faits d’après les tableaux de matériel de Fiches 1983, p. 81 à 87, en excluant (...)

4Ce matériel céramique de la sphère funéraire ne semble guère différent de celui qui a été recueilli dans les niveaux d’habitat de la fin du ive et du iiie s. av. J.-C. atteints dans les sondages effectués sur l’oppidum d’Ambrussum, notamment dans le secteur IV (Fiches, Gutherz, Roux 1979 ; Fiches 1983). Dans ceux-ci figurent les mêmes catégories céramiques, selon des proportions semblables, entre 88 % et 94 % pour les vases non tournés, 2 à 5 % pour les vernis noirs et 4 à 8 % pour les pâtes claires1. Ce sont aussi les mêmes formes de récipients que ceux qui apparaissent dans la nécropole. Les vases utilisés à des fins funéraires paraissent donc les mêmes que ceux qui servent dans la vie quotidienne, sans préférence particulière.

1.1. La céramique non tournée

5La céramique non tournée comprend quatre grandes séries de récipients, les urnes, les couvercles, les coupes et les jattes.

1.1.2. Les urnes

6L’urne le plus fréquemment représentée dans la nécropole d’Ambrussum, pour ne pas dire presque exclusive, est la forme CNT-LOR U5d, et, semble-t-il, dans sa variante d, dont les caractéristiques sont :

  • un col tronconique rentrant lissé ;

  • un bord nettement déversé, avec souvent un méplat bien marqué vers l’intérieur ;

  • une lèvre arrondie, amincie ou aplatie ;

  • une panse ovoïde, au diamètre maximum situé dans sa partie supérieure, dont la surface est toujours peignée, soit horizontalement, soit verticalement, soit encore de manière oblique entrecroisée ;

  • une épaule plus ou moins marquée par un angle rentrant, toujours décorée d’une frise horizontale de motifs imprimés au peigne, exclusivement composée d’un alignement de dents de loup simples ou doubles, ou encore d’une file de coups imprimés obliques de même sens ou alternativement à droite et à gauche ;

  • un fond plat, dont le plan de pose peut être brut de finition ou peigné.

Fig. 89. Typologie des urnes non tournées du secteur fouillé de la nécropole d'Ambrussum.

Fig. 89. Typologie des urnes non tournées du secteur fouillé de la nécropole d'Ambrussum.

Fig. 90. Typologie des urnes non tournées du secteur fouillé de la nécropole d'Ambrussum (suite).

Fig. 90. Typologie des urnes non tournées du secteur fouillé de la nécropole d'Ambrussum (suite).

7Ce sont 14 urnes suffisamment complètes qui peuvent être classées dans CNT-LOR U5d, variante d : tombes T2, T5 (2 exemplaires), T11 (2 exemplaires), recouvrement T12/14, T16, T21, recouvrement T22/23, T24, T25, structure ST1, socle du bûcher B1 (2 exemplaires) (fig. 89 et 90, n° 1 à 7).

8À cette forme CNT-LOR U5d se rattachent probablement aussi de nombreux éléments fragmentaires :

  • des cols et/ou des bords : tombes T2 (loculus ou recouvrement : 2 exemplaires), T6 (recouvrement : 1 exemplaire), T10 (loculus : 2 exemplaires), T11 (loculus : 1 exemplaire ; recouvrement : 1 exemplaire), T12 (loculus : 2 exemplaires), T13 (loculus : 2 exemplaires), T15 (loculus : 1 exemplaire), T22 (loculus : 2 exemplaires), T24 (loculus : 1 exemplaire), structure ST3 (1 exemplaire), sol (au moins 6 exemplaires), bûcher B1 (socle : au moins 9 exemplaires ; fonctionnement : au moins 6 exemplaires) ;

  • des épaules décorées : tombes T10 (recouvrement : 1 exemplaire), T11 (recouvrement : 1 exemplaire), T14 (loculus : 1 exemplaire), T15 (loculus : 1 exemplaire), T19 (loculus : 1 exemplaire), T25 (loculus/recouvrement : 1 exemplaire), structure funéraire ST3 (1 exemplaire), sol (au moins 2 exemplaires), bûcher B1 (socle : au moins 2 exemplaires ; fonctionnement : au moins 6 exemplaires) ;

  • de nombreux tessons de panses peignées.

9Seule une urne de la structure ST 1, au profil suffisamment conservé, relève clairement d’une autre forme : CNT-LOR U5a2, à col concave muni d’un bord non replié à lèvre aplatie, se rattachant sans épaulement, par simple courbe et contre-courbe, à une panse arrondie, décorée, en sa partie supérieure d’un alignement d’impressions en dents de loup (fig. 90, n° 8).

10On notera aussi que la surface extérieure de quelques fonds plats porte parfois un ou plusieurs segments linéaires, larges et peu profonds, tracés avant cuisson dans la pâte molle : il peut s’agir de lignes croisées, mais ce n’est là qu’une possibilité vu le caractère incomplet de ces fonds.

11La forme CNT-LOR U5a2, ici exceptionnelle, est relativement ancienne dans le second Âge du Fer, connue aux ve et ive s. (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 917-918), mais elle est encore attestée dans la seconde moitié du iiie s. au Marduel (Py, Lebeaupin 1989, p. 181, fig. 59, n° 1 et 6).

12Les urnes de la forme très largement majoritaire CNT-LOR U5d, et notamment sa variante d, sont attestées abondamment à partir de la fin du ive et jusqu’au début du iie s. av. J.-C. dans la région du Languedoc oriental, à l’est comme à l’ouest d’Ambrussum, avec une morphologie, des proportions, une facture et une décoration comparables : par exemple, au iiie s., à Nages (Py 20062007, p. 315, fig. 38, n° 295), dans la région nîmoise (Py 1990a, p. 362, doc. 62) ou encore à Lattes (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 920-931).

13Pour sa part, le peignage, à la fois de la panse mais aussi de la face extérieure du fond des urnes, est une technique qui, dans la région, ne concerne que les ive, iiie et première moitié du iie s. av. J.-C. On le retrouve, par exemple, à Roque de Viou dans la seconde moitié du ive s. av. J.-C. (Garmy 1974, fig. 35 et 47), à Nages dans la première moitié du iiie s. av. J.-C. (Py 1978, p. 183, fig. 87 n° 15, 187, fig. 89 n° 2, 188) ou encore à Lattes à la fin du iiie s. av. J.-C. (Py 1990b, p. 91, fig. 2-18 n° 1).

1.1.3. Les couvercles

14Rares au demeurant, les couvercles se partagent à peu près équitablement entre deux grands types de formes :

  • CNT-LOR V2a, à fond annulaire bas, paroi rectiligne, bord dans la continuité de celle-ci et lèvre aplatie ou arrondie, ou encore, plus rarement, amincie : recouvrement tombes T12/14 (1 exemplaire), T13 (loculus : 1 exemplaire), T20 (loculus : 1 exemplaire), T24 (recouvrement : 1 exemplaire), bûcher B1 (socle : 3 exemplaires ; fonctionnement : 1 exemplaire) (fig. 91, n° 1 et 2) ;

  • CNT-LOR V2b, à fond annulaire bas, paroi concave, bord dans la continuité de celle-ci et lèvre aplatie ou arrondie, ou encore, plus rarement, amincie : recouvrement tombes T12/14 1 exemplaire), T23 (loculus : 1 exemplaire), structure ST3 (1 exemplaire), bûcher B1 (socle : 8 exemplaires ; fonctionnement : 1 exemplaire) (fig. 91, n° 3 à 5).

15En outre, la forme CNT-LOR V1b, à fond annulaire bas, paroi rectiligne, bord dans la continuité de celle-ci mais terminée par une lèvre formant un biseau ou un méplat vers l’intérieur, est représentée par un exemplaire (tombe T6).

16Ces trois formes de couvercles sont très communes en Languedoc oriental à partir du ve s. av. J.-C. et durant tout le second Âge du Fer (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 954-966).

1.1.4. Les coupes et coupelles

17Assez rares, également, les coupes se répartissent en trois grands types de formes :

  • CNT-LOR C1, à panse arrondie-convexe, embouchure évasée, bord divergent à lèvre arrondie ou aplatie : tombes T6 (1 exemplaire), T17 (recouvrement : 1 exemplaire), T23 (loculus : 1 exemplaire), T24 (recouvrement : 1 exemplaire), bûcher B1 (socle : 10 exemplaires ; fonctionnement : 6 exemplaires) (fig. 91, n° 6 à 8) ;

  • CNT-LOR C2, à panse arrondie-convexe, embouchure rétrécie, bord convergent à lèvre arrondie ou aplatie : tombe T6 (1 exemplaire), sol, bûcher B1 (socle : 8 exemplaires ; fonctionnement : 7 exemplaires) (fig. 91, n° 10 et 11) ;

  • CNT-LOR C4, à panse carénée, embouchure rétrécie, bord convergent à lèvre aplatie : bûcher B1 (fonctionnement : 4 exemplaires) (fig. 91, n° 13) ;

18Les variantes munies d’une anse CNT-LOR C1d et CNT-LOR C2d sont attestées par un spécimen chaque fois, respectivement dans le bûcher 1 (fonctionnement) et dans la tombe T11 (recouvrement) (fig. 91, n° 9 et 12).

19Aucun de ces exemplaires ne présente de profil complet. Cependant, les morceaux de bases indiquent que ces vases sont équipés d’un fond plat ou, plus rarement, annulaire bas, mais jamais creux.

Fig. 91.

Fig. 91.

Typologie des coupes-couvercle (1-5), des coupes et coupelles (6-14) et des jattes (15-18) non tournées du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.

20La catégorie de très petite taille, dite coupelle, est attestée par un spécimen de forme CNT-LOR C5e1 dans la structure ST1 (fig. 91, n° 14).

21Les formes de coupes CNT-LOR C1, CNT-LOR C2 et CNT-LOR C4 sont très fréquentes dans la région au milieu de l’Âge du Fer et jusqu’à la fin du iiie s. av. J.-C. À partir du iie s. av. J.-C. elles se raréfient peut-être en liaison avec la montée des importations de coupes à vernis noir (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 842, 851 et 864). La forme de coupelle CNT-LOR C5e1, attestée toujours très ponctuellement, est peut-être inspirée de la forme Puig 1C de l’atelier des productions à vernis noir de Rosas ou Lamb. A25 de la Campanienne A.

1.15. Les jattes

22Les jattes sont présentes sous plusieurs formes et variantes, attestées chaque fois par de très rares, voire uniques exemplaires :

  • CNT-LOR J1a, à panse tronconique évasée, bord à lèvre arrondie lisse : tombe 19 (loculus : 1 exemplaire) ;

  • CNT-LOR J1b, à panse tronconique évasée, bord à lèvre arrondie portant des coups imprimés obliques : bûcher B1 (socle : 2 exemplaires) (fig. 91, n° 15) ;

  • CNT-LOR J1c : à panse tronconique évasée, bord à lèvre aplatie lisse, avec aplatissement vers l’extérieur : tombe T6 (1 exemplaire) ;

  • CNT-LOR J1e, variante 1, à panse tronconique évasée ou arrondie, bord à lèvre élargie et aplatie, avec aplatissement horizontal : tombe T24 (recouvrement : 1 exemplaire), sol, bûcher B1 (fonctionnement : 1 exemplaire) (fig. 91, n° 16) ;

  • CNT-LOR J1e, variante 3, à panse tronconique évasée ou arrondie, bord à lèvre élargie et aplatie, avec aplatissement incliné vers l’intérieur : bûcher B1 (socle : 1 exemplaire) (fig. 91, n° 17) ;

  • CNT-LOR J1f, de même forme que la précédente mais avec bord à lèvre aplatie et portant des coups imprimés obliques : bûcher B1 (fonctionnement : 1 exemplaire) (fig. 91, n° 18).

23Ces formes sont connues en Languedoc oriental durant le second Âge du Fer jusqu’au iie s. av. J.-C. (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 871-886).

1.2. La céramique importée fine

24La vaisselle tournée fine, importée, comprent les productions « massaliètes » à pâte claire et à pâte grise peinte, les vases attiques à vernis noir, ceux, également à vernis noir des ateliers des petites estampilles, de Rosas, et campanienne A et enfin les vases gris de la Côte catalane.

1.2.1. La céramique à pâte claire massaliète

25La céramique à pâte claire massaliète est représentée par des vases ouverts ou fermés, dont l’état de fragmentation ne permet pas toujours de préciser la forme.

26Parmi les vases ouverts, outre un pied annulaire bas de coupe indéterminée (fig. 92, n° 9), on reconnaît les formes suivantes :

  • le bol CL-MAS 236, à vasque à courbure continue, bord convergent, lèvre arrondie ou amincie et pied annulaire bas : structure ST1 (1 exemplaire) ; bûcher B 1 (socle : 1 exemplaire) (fig. 92, n° 1 et 2). Cette forme apparaît au début du ive s., connaît une fréquence maximum au iiie s. puis disparaît au milieu du iie s. av. J.-C. (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 643-646) ;

  • le bol CL-MAS 237, qui se distingue du précédent par un bord replié vers l’intérieur du vase : bûcher B1 (fonctionnement : 1 exemplaire) (fig. 92, n° 3). Cette forme, apparue dès la fin du ve s., connaît aussi un maximum de fréquence au iiie s., mais semble disparaître un peu plus tôt que la précédente, dans le premier quart du iie s. av. J.-C. (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 646-649);

  • le bol CL-MAS 321, à vasque à courbure continue, bord vertical ou évasé, lèvre arrondie ou amincie et pied annulaire bas : 1 exemplaire aux morceaux répartis dans les loculus des tombes T12 et T13, et 1 exemplaire dans le loculus de la tombe T14 (fig. 92, n° 4 et 5). Cette forme admet une fourchette chronologique très large avec une apparition dès le ve s. et une disparition dans le courant du iie s. av. J.-C. (Bats 1988, p. 175 ; Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 654-656). Ces deux vases ont une estampille circulaire imprimée au centre du fond à l’intérieur, et, dans le cas le mieux conservé, il s’agit d’une rosette à six pétales, à l’instar des vases à vernis noir ;

  • la coupe à anses CL-MAS 433, à vasque à inflexion basse, paroi légèrement concave au-dessus de la carène, bord à lèvre arrondie, anses horizontales et pied annulaire bas : tombe 2 (1 exemplaire), sol et bûcher B1 (socle : 1 exemplaire) (fig. 92, n° 6 à 8). La datation de cette forme, qui imite la coupe attique Lamb. A42Ba, couvre les ive et iiie s. av. J.-C. (Bats 1988, p. 177 (forme F434) ; Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 696-697).

27À côté de fragments de cruches ou d’œnochoés de forme indéterminée (fig. 86, n° 12 à 18) figure une forme identifiable :

28– la cruche CL-MAS 525, à col incurvé, bord concave, panse ovoïde, anse verticale et fond annulaire bas : bûcher B 1 (socle : 2 ou 3 exemplaires) (fig. 92, n° 10 et 11). La chronologie de cette forme s’étend du ive au iie s. av. J.-C. (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 721).

Fig. 92. Typologie de la céramique importée du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.

Fig. 92. Typologie de la céramique importée du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.

1-18 : céramique à pâte claire massaliète ; 19 et 21 : céramique grise peinte massaliète ; 22 : amphore massaliète.

1.2.2. La céramique grise peinte massaliète

29Très rare dans ce secteur de la nécropole d’Ambrussum, la céramique grise peinte massaliète n’est attestée que par des tessons de coupes de formes GR-PEINTE 2 ou 4, à bord vertical et pied annulaire bas : tombe T12 (loculus : 1 exemplaire) et bûcher B 1 (socle : 2 à 5 exemplaires) (fig. 92, n° 19 à 21). Ces formes datent de la seconde moitié du ive et du iiie s. av. J.-C. (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 1118 et 1121).

1.2.3. La céramique attique à vernis noir

30La céramique attique à vernis noir est représentée seulement par deux fragments : un tesson informe dans le niveau de fonctionnement du bûcher B1 et par un bord de bolsal AT-VN 532-561, sur le sol de la nécropole près de la tombe T25. Cette dernière forme est bien présente dans des strates comprises entre la fin du ve et le milieu du iiie s. av. J.-C. à Lattes et dans le reste du Languedoc oriental ainsi que dans la région du bas-Rhône (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 1161-1163).

1.2.4. La céramique de l’atelier des petites estampilles

31Le seul vase attribuable à l’atelier italien des petites estampilles est de forme PET-EST 2783, variante 3, un bol à vasque à profil bombé et bord convergent, de dimension moyenne (bûcher B1, socle) (fig. 93, n° 23). Il s’agit là de la forme la plus répandue dans cette catégorie de céramique à vernis noir, datable entre le dernier quart du ive s. et le milieu de la seconde moitié du iiie s. av. J.-C. (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 1161-1163).

1.25. La céramique à vernis noir de l’atelier de Rosas

32Les vases de l’atelier de Rosas constituent la catégorie de céramique à vernis noir la mieux représentée dans le secteur exploré de la nécropole d’Ambrussum. Plusieurs formes sont présentes :

  • la coupelle de forme Puig 2, à panse carénée près d’un bord convergent à lèvre amincie et arrondie (Puig 2006, p. 307) : tombes T11 (1 exemplaire) et T6 (1 exemplaire) (fig. 93, n° 1 et 2) ;

  • la coupe de forme Puig 10b, à panse convexe continue, bord parallèle à lèvre arrondie (Puig 2006, p. 308-309) : structure ST3 (1 exemplaire) (fig. 93, n° 3) ;

  • le bol de forme Puig 11a, à panse convexe continue, peu bombée, bord divergent à lèvre arrondie (Puig 2006, p. 312-313) : tombe T6 (1 exemplaire) (fig. 93, n° 4) ;

  • le bol de forme Puig 11b, à panse convexe continue, peu bombée, bord parallèle à lèvre arrondie (Puig 2006, p. 316) : tombes T11 (recouvrement, 1 exemplaire) et T17 (recouvrement, 1 exemplaire), bûcher 1 (socle : 4 exemplaires ; fonctionnement : 6 exemplaires) (fig. 93, n° 5 à 15) ;

  • le bol de forme Puig 11c, à panse convexe continue, peu bombée, bord convergent à lèvre arrondie (Puig 2006, p. 316) : structure ST1 (1 exemplaire estampillé d’une rosette de six ou sept pétales), bûcher 1 (socle : 1 exemplaire) (fig. 93, n° 16 et 17) ;

  • plusieurs exemplaires de bol Puig 11, dont la forme du bord ne peut être précisée, sont également présents dans la tombe T5 et le bûcher B1 (socle et fonctionnement) ;

  • la coupe de forme Puig 13a, à panse à carène adoucie, partie supérieure de la panse évasée et bord déversé à lèvre à ressaut (Puig 2006, p. 324-329) : tombe T12 (1 exemplaire décoré de quatre palmettes parallèles entourées d’un cercle de guillochis) (fig. 93, n° 19) ;

  • la kylix de forme Puig 33, à panse carénée avec partie supérieure évasée et bord déversé à lèvre arrondie (Puig 2006, p. 340-341) : tombe T25 (loculus : 1 exemplaire) et sol (fig. 93, n° 20 et 21) ;

  • un fond de coupe non classable figure dans le socle du bûcher (fig. 93, n° 22) et des tessons informes dans diverses structures, tombes T10, T11, T15, T17, T19, recouvrement de T22-23, sol et bûcher 1 (socle et fonctionnement).

33Toute cette production de céramique de Rosas s’inscrit entre le dernier quart du ive s. et la fin du iiie s. av. J.-C. (Puig 2006, p. 466-471). À Lattes, la courbe de ces importations montre un maximum de fréquence centré autour du milieu du iiie s. av. J.-C., dans les second et troisième quarts de ce siècle (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 1217-1218 et fig. 190).

1.2.6. La céramique campanienne A

34En total contraste avec la céramique de l’atelier de Rosas, la campanienne A ancienne apparaît très rare ici : un tesson informe dans la tombe 11 et un fond de bol CAMP-A 27a-b, portant une rosette au dessin très fin dans la tombe 13 (fig. 93, n° 24). Cette dernière forme est importée en Gaule du Sud à partir du milieu du iiie s. et reste la plus diffusée jusqu’au début du siècle suivant, et la finesse des pétales de la rosette est un critère d’ancienneté dans la série (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 453-464).

1.2.7. Céramique à vernis noir de Rosas ou Campanienne A ancienne

35L’identification atelier de Rosas ou Campanienne A ancienne est problématique pour un bord de coupe Lamb. 27, provenant du sol, trois tessons informes issus du socle du bûcher 1 et sept autres informes de la couche de fonctionnement du même bûcher.

1.2.8. La céramique grise de la Côte catalane

36La céramique de la Côte catalane est ici tout à fait exceptionnelle. Un seul tesson de gobelet de forme non déterminable précisément COT-CAT Gb0 est attesté : panse carénée et anse verticale, provenant du sol aux abords de la tombe T11. La datation de ces gobelets s’échelonne du ive s. à la première moitié du ier s. av. J.-C. (Py dir. 1993, p. 395).

1.3. Les amphores

37Le secteur exploré de la nécropole d’Ambrussum livre d’assez nombreux tessons d’amphore massaliète, et c’est là le seul type d’amphore qui y est attesté. Un bord y figure, de forme A-MAS bd9 : tombe T11 (loculus) (fig. 92, n° 22). Pour le reste, il s’agit essentiellement de petits tessons de panses et plus rarement d’anses : tombes T11 (recouvrement : 2 tessons), T12 (loculus : 2 tessons), recouvrement T12-14 (1 tesson), T23 (1 tesson), T25 (recouvrement : 1 tesson), sol (6 tessons), bûcher B1 (socle : 23 tessons ; fonctionnement : 24 tessons).

38L’amphore massaliète pourvue d’un bord de type 9 caractérise la dernière phase de la production de ces récipients, comprise entre le début du iiie s. et le milieu du iie s. av. J.-C., et elle est particulièrement fréquente durant la seconde moitié du iiie s. et le premier quart du siècle suivant (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 191-192). On rapprochera ce fait de l’absence de découverte, dans cette partie de la nécropole du moins, de tout reste d’amphores italiques et gréco-italiques. Si l’amphore italique ne semble pas présente dans la région avant le dernier tiers du iie s. av. J.-C. (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 97), pour sa part, l’amphore gréco-italique arrive en nombre en Languedoc oriental dès le premier quart de ce siècle, et notamment à Lattes où elle représente déjà alors 20 % des tessons d’amphore découverts sur le site (Ibid., p. 45). Une telle exclusivité de l’amphore massaliète et l’absence des productions amphoriques gréco-italiques et italiques contribuent donc à fixer un terminus ante quem à la fin du iiie s. ou au tournant du iie s. av. J.-C. pour ce quartier de la nécropole d’Ambrussum.

2. Les pièces d’habillement et de parure

39Les pièces d’habillement et/ou de parure comprennent des chaînes ceintures, des éléments métalliques de ceinture en matière périssable, des fibules, des pendants d’oreille, des torques, des bracelets et/ou anneaux de cheville et des perles entrant dans la composition de colliers ou de bracelets.

2.1. Chaîne-ceinture en bronze dite « féminine »

40Le type de chaîne-ceinture présent dans la nécropole d’Ambrussum se compose d’une suite de maillons doubles alternant avec des anneaux auxquels sont accrochées des chaînettes terminées par des pendentifs coniques, l’ensemble se fermant au moyen d’une agrafe, le tout en bronze. De nombreux éléments, maillons doubles, anneaux, petits maillons de chaînettes, pendentifs et agrafes du loculus proviennent de la tombe 19 (fig. 94, n° 1), tandis qu’un maillon double est issu du recouvrement commun aux tombes T22 et T23, et un autre, du niveau de fonctionnement du bûcher B 1 (fig. 94, n° 2 et 3).

41Ce type de chaîne-ceinture a été reconnu, parmi d’autres, comme caractéristique de la phase moyenne de la Tène et qualifiée de « féminine » par J. Déchelette (1927, p. 736-741). Ce dernier donne la photographie d’un exemplaire provenant de l’oppidum de Nages, semblable à celui de la tombe 19 (Déchelette 1927, p. 505, fig. 419). Un maillon double à moulure simple, fort proche de ceux d’Ambrussum mais abandonné en cours de fabrication, a été découvert à Lattes dans une couche de restructuration d’une maison de la deuxième moitié du iiie s. av. J.-C. (Tendille, Manniez 1990, p. 100-101, n° 16). Cette découverte a un double intérêt. Elle atteste une production locale de ces chaînes-ceintures, et elle date celle-ci du plein milieu du iiie s. av. J.-C. (Feugère 1990b, p. 364).

  • 2 Ces objets sont conservés dans la collection Grand à Gallargues, et j’en dois la connaissance à J.- (...)

42Les fouilles du docteur Marignan faites sur l’oppidum d’Ambrussum vers 1910, ont aussi procuré une agrafe de ceinture et des maillons doubles tout à fait comparables à ceux de la tombe 19, mais évidemment, on n’en connaît pas le contexte précis2. Et de fait, des maillons doubles et des pendentifs de même forme que les exemplaires d’Ambrussum sont bien attestés dans plusieurs habitats du Languedoc central jusqu’au Var : ainsi à Lattes, des chaînons doubles dans des niveaux du dernier quart du iiie s. (Feugère 1990a, p. 191-193, n° 15 et 16) ou du milieu du iie s. av. J.-C. (Py 1994b, p. 396397, n° 1076), et des pendentifs dans une couche du premier quart du iie s. (Tendille, Manniez 1990, p. 101102, n° 23 ; Feugère 1990a, p. 193-194, n° 36), à Nages, à Mauressip, au Mont-Cavalier (Nimes), au Marduel, hors contexte ou dans des couches datées du iie ou de la première moitié du ier s. av. J.-C., mais sur des sites toutefois déjà habités au iiie s. av. J.-C. (Tendille 1980, p. 107-109). De tels objets sont également connus en dehors de la région, et notamment sur le Plateau suisse, et selon G. Kaenel (1990, p. 275), ils se généralisent au tout début de La Tène C1. Ainsi, une chaîne semblable figure dans la tombe 8 de Vevey, canton de Vaud, datée de La Tène B2/C1 (Martin-Kilcher 1981, p. 137, fig. 27, n° 4). Elle est aussi munie de pendentifs similaires à ceux qui équipent la chaîne d’Ambrussum, pendentifs que l’on retrouve encore à Ollon-La Combe Sala, dans le même canton, datés de la transition La Tène B2-C1, soit le milieu et la deuxième moitié du iiie s. av. J.-C. (Kaenel 1990, p. 85-86 et p. 384, pl. 18, n° 14).

Fig. 93. Typologie de la céramique importée à vernis noir du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.

Fig. 93. Typologie de la céramique importée à vernis noir du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.

1-22 : ateliers de Rosas ; 23 : Petites Estampilles ; 24 : Campanienne A ancienne.

Fig. 94. Typologie des objets d’habillement du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.

Fig. 94. Typologie des objets d’habillement du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.

1-4 : chaîne-ceinture et éléments de ceinture ; 7-14 : fibules.

2.2. Autre ceinture

43Dans la tombe T7 des pièces en bronze montées sur sangle, anneaux, agrafe à crochet, agrafe à anneau, appartiennent à une ceinture dont on ne connaît aucun parallèle (fig. 94, n° 4a-4f). Selon l’avis d’André Rapin, il ne semble pas s’agir d’une suspension de fourreau d’épée mais plutôt d’une simple ceinture (Feugère, Tendille dans Fiches dir. 1989, p. 35).

2.3. Fibules

44Les fibules trouvées durant les fouilles de la nécropole relèvent de deux schémas différents.

45Le premier schéma est celui de la fibule à pied discoïde recourbé sur l’arc et décoré d’éléments de corail rivetés, à arc de section arrondie ou aplatie et à ressort bilatéral à six ou huit larges spires avec corde extérieure ou intérieure. De tels objets figurent en fer dans le recouvrement de la tombe T25, et en bronze dans le niveau de fonctionnement du bûcher B1. Des exemplaires très fragmentaires en bronze sont également attestés dans les loculus des tombes T2, T15 et T19, ainsi que sur le sol aux abords de la tombe T11. Le plateau discoïdal porte soit un seul cabochon (tombes 15 et 25), soit un assemblage de plusieurs éléments triangulaires rayonnants, ceints d’une bordure circulaire (tombes T19 et bûcher B1) (fig. 94, n° 5 à 10).

46Ce type de fibule est bien attesté dans le Midi méditerranéen et plusieurs exemplaires découverts dans des habitats sont bien datés par le contexte des céramiques importées : au Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard) dans les trois derniers quarts du ive s. av. J.-C. (Py, Lebeaupin 1989, p. 161, fig. 40, n° 3), à La Ramasse (Clermont-l’Hérault), au ive et début du iiie s. av. J.-C. (Garcia, 1993, p. 280, fig. 141, n° 27), dans l’Île de Martigues, Bouches-du-Rhône, dans le dernier quart du ive s. et durant le iiie s. av. J.-C. (Rétif 2000, p. 175-177), ou encore sur Y oppidum de Nages, Gard, en sa première phase d’occupation placée dans la première moitié du iiie s. av. J.-C. (Py 1978, p. 269 et 270, fig. 128, n° 1). À Ensérune, de tels spécimens se rencontrent dans des tombes de la première moitié du iiie s. av. J.-C. : tombes 55 (Jannoray 1955, p. 243, fig. 32), 3-1988, 5-1988 et 6-1988 (Schwaller et al 1995). Il s’agit du type 11 de la classification de C. Tendille consacrée au fibules de la région nîmoise (Tendille 1978).

47Cette série s’apparente aux fibules dites de Münsingen, bien connues en Gaule interne et en Suisse et datées de la seconde moitié du ive et de la première moitié du iiie s. av. J.-C. La fibule de la tombe 25 d’Ambrussum se rapproche du « type idéal » des fibules de Münsingen trouvées en Champagne défini par Charpy (1995, p. 353 et 358). Elle trouve d’autres comparaisons en Champagne (Hatt, Roualet 1977, p. 14 et 29, pl. XI, n° 7, 8 et 11 : Tène ancienne IIIa) et sur le plateau suisse (Kaenel 1990, p. 239 : La Tène B1-B2) et notamment dans la tombe 16 de Vevey (Martin-Kilcher 1981, p. 114, fig. 9) ou dans la tombe 171 de Münsingen (Peyer 1991, p. 343, fig. 9, n° 7).

48Le second schéma est celui des fibules en fer à long pied recourbé et fixé au sommet de l’arc par deux petites griffes. Il regroupe trois spécimens (fig. 94, n° 11 à 13).

49Dans la tombe T21, un exemplaire avec, sur le pied, une grosse bille confectionnée dans la masse même du métal (fig. 94, n° 11), de type 13b de R. Gebhard daté à La Tène C1, soit entre 275 et 200 av. J.-C. (Gebhard 1991, p. 15-16, 80-81, 95 et pl. 16, n° 203). C’est un type classique du monde celtique continental, dont l’apparition est quelque peu postérieure à la fibule à pied discoïde recourbé sur l’arc et décoré d’éléments de corail rivetés. Avec une perle plus ou moins importante, on en trouve par exemple dans le Bassin parisien dès le second quart du iiie s. à Saint-Maur-des-Fossés, Val-de-Marne ou à Allonne, Oise, ou encore à La Haute-Grève à Gouaix, Seine-et-Marne (Leconte 1990-1991, p. 74-75, fig. 24 ; Paris 1998, p. 312, fig. 34, n° 1 p. 313, fig. 35, n° 1 et fig. 36, n° 1 ; Séguier et al 2010, p. 96 et 159, tombe 1056), en Bourgogne, dans la tombe 12 des Pâtures à Châtenay-sur-Seine ou dans la tombe 1 de l’enclos 1 de Tillies à Vix (Mordant 1977, p. 51, fig. 6, n° 2 et 3 ; Baray, Chaume, Millet 2007, p. 212, fig. 25, p. 213, fig. 27 et p. 218), dans le Centre à Sceaux-du-Gâtinais, Loiret (Augier et al 2007, p. 126-127, fig. 8, n° 11), en Auvergne, à Clermont-Ferrand/La Grande Borne (Deberge et al 2007, p. 188, fig. 13, n° 65) ou encore sur le Plateau suisse, comme dans les tombes 17 et 18 de Vevey, canton de Vaud, datées de La Tène B2/C1 (Martin-Kilcher 1981, p. 141, fig. 30, n° 6 et 7) ou dans les tombes de Gumefens, canton de Fribourg (Schwab 1995). Dans le Midi méditerranéen de la France, ce second type est rare. Il est présent en Languedoc occidental mais de manière assez discrète : tombe 45 d’Ensérune (Feugère et al 1994, p. 269, fig. 28, n° 9 et p. 277) ou l’habitat de la Cité à Carcassonne au iiie s. av. J.-C. (Rancoule, Solier 1972, p. 145-146). En Languedoc oriental, il n’apparaît pas dans l’inventaire de la région nîmoise (Tendille 1978), ni dans celui de l’habitat de l’Île à Martigues, Bouches-du-Rhône (Rétif 2000), ni encore à Lattes (Raux 1994 ; Paterno 2004). Dans cette région, il est cependant attesté dans un des dépôts rituels du Cailar (Gard), datés du iiie s. av. J.-C. (Girard, Roure 2009, p. 200 et 204, pl. 2, n° 13) et un exemplaire, en bronze, de Peyre-Haute à Guillestre dans les Hautes-Alpes est très proche de l’exemplaire d’Ambrussum, avec un pied pourvu d’une sphère de dimension voisine (Willaume 1991, p. 211).

50Dans la tombe T24 figure un exemplaire plus allongé de forme proche mais une lacune au niveau du pied ne permet pas de savoir si celui-ci était pourvu ou non d’une perle (fig. 94, n° 12). Il s’agit du type 13c ou 14 de R. Gebhard, daté également à La Tène C1, soit entre 275 et 200 av. J.-C. (Gebhard 1991, p. 15-17, 95 et pl. 18). Cette fibule peut être rapprochée d’objets similaires, dont le pied, mieux conservé, est pourvu d’une nodosité, qui sont issus de la nécropole de La Haute-Grève (Gouaix, Seine-et-Marne) et qui sont placés au milieu du iiie s. av. J.-C. (Séguier et al 2010, p. 100, 120 et 156157, tombes 1029 et 1050).

51Des environs du recouvrement de la tombe T22 provient une petite fibule à long ressort (fig. 94, n° 13) du type 23 de R. Gebhard, qui admet à Manching une fourchette plus large, La Tène C1 jusqu’à la fin de La Tène C2, soit entre 250 et 150 av. J.-C. (Gebhard 1991, p. 22, 86 et 95 et pl. 42, n° 643). Un exemplaire semblable est daté du milieu du iie s. av. J.-C. sur le site de Gandaillat à Clermont-Ferrand (Deberge et al. 2007, p. 189, fig. 14, n° 19). Il pourrait donc s’agir d’un des objets les plus récents de la nécropole, mais pas forcément ; et outre son imprécision chronologique, on soulignera que cette fibule peut tout aussi bien provenir du recouvrement de la tombe qu’avoir été abandonnée sur le sol de la nécropole ultérieurement à l’installation de cet ensevelissement.

2.4. Pendants d’oreille

52Les pendants d’oreille, présents dans deux tombes, en argent (tombe T19) ou en bronze (tombe T2) sont de même forme, très simple, en croissant renflé dans la partie centrale et s’amincissant vers les deux extrémités pointues qui se chevauchent légèrement (fig. 95, n° 1 et 2). Dans le Midi de la France, on rencontre de tels objets, en bronze ou en métal précieux, depuis le Bronze final IIIb jusqu’au début du ier s. av. J.-C. sans évolution typologique (Tendille 1980, p. 99-101). C’est d’ailleurs, semble-t-il, le seul type de pendant d’oreille représenté alors, avant le dernier siècle antérieur au changement d’ère. Tout près d’Ambrussum, l'oppidum de Roque de Viou à Saint-Dionisy, Gard, en a livré un, en bronze, daté de la fin du ive ou du début du iiie s. par le contexte (Tendille 1980, p. 100). Un autre, également en bronze, provient de la tombe 5 de Mourrel-Ferrat (Olonzac, Hérault), datée du dernier quart du ive s. av. J.-C. ou du début du siècle suivant (Janin et al. 2000, p. 224, fig. 6, n° 54). Cet objet apparaît aussi dans plusieurs contextes funéraires d’Ampurias depuis le milieu du ive s. av. J.-C. (inhumation Marti 26), à la fin du ive et au début du iiie s.av. J.-C. (inhumation Marti 96 et 109), ainsi que dans la première moitié du iie s.av. J.-C. (incinération Las Corts 27) (Almagro 1953, p. 61, 93, 100 et 296).

2.5. Torques

53Le torque filiforme en bronze, à système de fermeture comportant un anneau, est représenté ici par un ou deux exemplaires dans le niveau de fonctionnement du bûcher B1 (fig. 95, n° 3 et 4). Bien que fréquemment figuré dans la statuaire, cet objet de parure est considéré comme très rare dans le sud de la France au second Âge du Fer (Tendille 1980, p. 100-101). Mais cela tient peut-être à la rareté des tombes connues pour cette période. En effet, dix exemplaires à tige lisse, tous inédits, sont signalés à Ensérune (Feugère et al. 1994, p. 240). Un exemplaire proche de celui d’Ambrussum provient de l’habitat de l’Île à Martigues (Bouches-du-Rhône), daté vers la première décennie du iie s. av. J.-C. (Rétif 2000, p. 170-171, fig. 9, n° 245). De toutes manières, par son élaboration élémentaire, cet objet n’est pas ici un marqueur chronologique précis.

2.6. Bracelets et/ou anneaux de cheville

Les bracelets sont en verre ou en bronze

54On soulignera d’abord que le bracelet en verre est exceptionnel dans les tombes d’Ambrussum. Un seul exemplaire est attesté, en verre transparent avec un décor plastique de filets jaune opaque (groupe 4, forme 9, Haevernick 1960), qui provient du recouvrement de la tombe T11 (fig. 95, n° 14). Dans cette couleur, ce type de bracelet n’est attesté régionalement qu’à Ensérune (Feugère et al. 1994, p. 274, fig. 32, n° 5) et n’entre pas dans le classement de R. Gebhard (1989) ni dans les compléments proposés par M. Feugère (1992). D’une manière générale, ces bracelets en verre n’apparaissent dans la région que vers le milieu du iiie s. av. J-C. ; ils y sont très rares avant le dernier quart de ce siècle et ne deviennent relativement abondants qu’au siècle suivant, à Nages ou à Lattes par exemple (Feugère et al. 1994, p. 244 ; Feugère, Py 1989 ; Paterno 2004). Leur rareté dans la partie fouillée de la nécropole d’Ambrussum peut donc résulter de la datation ancienne de cette dernière.

Fig. 95. Typologie des objets de parure du secteur fouillé de la nécropole d’’Ambrussum.

Fig. 95. Typologie des objets de parure du secteur fouillé de la nécropole d’’Ambrussum.

1 et 2 : pendants d’oreille ; 3 et 4 : torques ; 5-14 : bracelets ; 15-27 : perles.

Plus nombreux, les bracelets en bronze ressortissent à plusieurs types :

551) Le bracelet fin, à section ovale ou demi-circulaire en « D », sans décor visible : dans les tombes T11 (loculus et recouvrement), T15 (loculus), T23 (loculus ; deux ou trois exemplaires) et T25 (fig. 95, n° 7 à 12). L’état de fragmentation de ces pièces ne permet pas de savoir s’il s’agit d’exemplaires ouverts ou fermés, sauf peut-être pour un élément des abords de la tombe T11 car le ruban s’amincit vers une des cassures (fig. 95, n° 11). De tels bracelets en bronze sont courants en Languedoc oriental. Il s’agit du type 2 de la classification des bracelets établie par C. Tendille pour la région nîmoise, qui admet une chronologie très large, depuis le vie s. jusqu’au ier s. av. J.-C. (Tendille 1979, p. 64-67).

562) Le bracelet épais, à section ovale ou demi-circulaire en « D », sans décor visible : dans le loculus de la tombe 15 (fig. 95, n° 13). Là encore, vu la fragmentation de l’objet, on ne sait si ce spécimen est ouvert ou fermé. C’est également un objet courant, dans sa version non décorée, au second Âge du Fer du Midi méditerranéen. Il correspond au type 6 des bracelets classés par C. Tendille (Tendille 1979, p. 72-73).

573) Le bracelet ou anneau de cheville moulé, ouvert, formé d’une succession d’oves pleins et peu proéminents, reliés l’un à l’autre par une moulure, chacune des deux extrémités étant constituée par un de ces oves : un exemplaire dans le loculus de la tombe T19 (fig. 95, n° 5). Cet objet n’est guère attesté dans le Midi de la France, si on excepte un exemplaire proche provenant du Castelet à Fontvieille, (Bouches-du-Rhône) et attribué au « second Âge du Fer » (Guillaumet, Rapin 2000, p. 80, fig. 3). Il est, en revanche, tout à fait comparable à des anneaux de cheville de la nécropole du Grand-Mont à Pogny, dans la Marne, datés du milieu du iiie s. av. J.-C. et que l’on a rapprochés de modèles celtiques d’Europe centrale (Kruta 1985, p. 31-34 et fig. 3). La photographie de l’un des spécimens de Pogny (Charpy 1991, p. 247) montre une très grande similitude avec celui d’Ambrussum, avec des oves pleins et peu galbés. La forme de ce dernier n’est pas sans rappeler aussi celle de bracelets de Suisse occidentale, dont les oves sont cependant creux, par exemple dans la tombe 1-4 de Broc « Villa Cailler » (Fribourg), datée de La Tène B2, soit la fin du ive et la première moitié du iiie s. av. J.-C. (Kaenel 1990, p. 137 et 431, pl. 65, n° 20), ou dans la tombe 6 de Gumefens « Pra Perrey » (Fribourg), à la transition de La Tène B2 - C1, soit le milieu du iiie s. av. J.-C. (Schwab 1995, p. 246 et p. 249), ou encore en Bavière, à Traubing (Krämer 1985, p. 128 et pl. 66, n° 2).

2.7. Perles en pâte de verre

Plusieurs catégories de perles en pâte de verre apparaissent dans les tombes d’Ambrussum

58Les grosses perles cylindriques en pâte de verre bleu, à trois rangs de protubérances ornées d’un filet blanc ou jaune opaque, en spirale (type IV-1-1 de Zepezauer 1989, p. 113-114), sont attestées dans la tombe T24 (deux exemplaires dans le recouvrement) et dans le niveau de fonctionnement du bûcher B1 (deux exemplaires) (fig. 95, n° 15 à 18). Tout près d’Ambrussum, l’oppidum de Nages (Gard) a livré de telles parures dans des niveaux datés de la seconde moitié du iiie et du début du iie s. av. J.-C. (Py 1978, p. 292-293 ; Py 20062007, p. 292, fig. 14, n° 100 et p. 295). En Suisse et en Allemagne du Sud ces objets apparaissent dès le second quart du iiie s. (transition de La Tène B2-C1) et leur usage se poursuit jusqu’à la première moitié et le milieu du iie s. av. J.-C. (La Tène C2) (Zepezauer 1989, p. 117118). À titre d’exemples, on rapprochera les spécimens languedociens de ceux de Saint-Martin, dans le Valais, et de la tombe 1 de Chancy/Passeiry, dans le canton de Genève (Peyer 1991, p. 343, fig. 9, n° 11 et 12 ; Kaenel 1990, p. 248 et p. 370, pl. 4, n° 5), ou encore de la tombe 15 de Vevey dans le canton de Vaud, datée de la Tène B2/C2 (Martin-Kilcher 1981, p. 141, fig. 30, n° 3).

59La grosse perle annulaire en pâte de verre bleu, ornée d’un rang de spirales se terminant vers l’extérieur par une cédille et formées d’un très fin filet jaune opaque, est présente dans le niveau de fonctionnement du bûcher B1 (fig. 95, n° 19). Elle relève du type I-1 de M.A. Zepezauer (1989, p. 110) et admet la même chronologie que la précédente. Avec un décor identique, et notamment la même cédille terminant la spirale, une perle semblable provient de l’habitat de la Comtasse à Bouranville, Meurthe-et-Moselle, mais hors de tout contexte daté (Thomas 1998).

60La grosse perle annulaire en pâte de verre bleu, ornée d’un filet ondulant jaune opaque figure dans le recouvrement des tombes T22 et T23, et un spécimen semblable mais de module moyen provient du niveau de fonctionnement du bûcher B1 (fig. 95, n° 20 et 21). Ce type de perle est attesté en Suisse occidentale à la même période : un exemplaire est associé à une grosse perle en pâte de verre bleu, à protubérances ornées d’un filet blanc ou jaune opaque en spirale du type IV-1-1 de Zepezauer dans la tombe 1 de Chancy/Passeiry (canton de Genève) (Kaenel 1990, p. 248 et p. 370, pl. 4, n° 3 et 4). La même association se retrouve dans la tombe 35 de Steinbichel à Manching, en Bavière, datée de la seconde moitié du iiie s. av. J.-C. (Krämer 1985, p. 86 et pl. 21, n° 15).

61Les perles annulaires moyennes en pâte de verre bleu uni sont issues des loculus des tombes T22 et T25, du recouvrement des tombes T22 et T23 et du niveau de fonctionnement du bûcher B1 (fig. 95, n° 22 à 24). Elles sont bien connues régionalement, par exemple au Marduel dès la première moitié du iiie s. av. J.-C. (Py, Lebeaupin 1989, p. 168 et p. 174, fig. 52, n° 2), ou à Nages dans la seconde moitié de ce siècle (Py 1978, p. 292 et p. 293, fig. 138, n° 28).

62Les petites perles filiformes, presque toujours bleu opaque, que l’on trouve dans la tombe T22, le niveau de fonctionnement du bûcher B1 et sur le sol aux abords de la tombe T11 (fig. 95, n° 25 à 27), ont leurs correspondants, dans la région, au Marduel au cours de la seconde moitié du iiie s. av. J.-C. (Py, Lebeaupin 1989, p. 184 et p. 185, fig. 62, n° 6 et 7).

3. L’armement et le fourniment

3.1. Pointe et talon de lance

63Une seule pointe de lance, en fer, est attestée, dans le loculus de la tombe T12 (fig. 96, A, n° 1). Avec une lame triangulaire à tranchants rectilignes et carène très basse, et une longue douille, cet objet se rattache au type Ia distingué par A. Rapin à Gournay, datable des trois premiers quarts du iiie s. av. J.-C. Il se différencie nettement des exemplaires postérieurs par la forme de sa lame et la longueur de la douille (Brunaux, Rapin 1988, p. 132-134).

64Trois sépultures ont livré chacune un talon de lance en fer, le loculus de la tombe T21, le recouvrement de la tombe T25 et la tombe T2 (fig. 96, A, n° 2 à 4). Dans les trois cas, il s’agit d’une douille conique courte, large et à pointe mousse, dépourvue de trou de fixation. Celle de la tombe 21 est décorée de trois moulures vers le bord. Par leurs proportions et leur mode de fixation – le cornet s’emboîtant simplement à l’extrémité de la hampe taillée en forme de cône – ces talons sont bien différents de ceux de la fin du premier Âge du Fer, comme les exemplaires de l’aven de Plérimond (Boyer, Dedet, Marchand 2006, p. 183-186) ou ceux de la Pailletrice à Pérols, Hérault (Daveau, Dedet 2008, p. 57-58). Leurs caractères morphologiques les intègrent par contre à la série des talons à douille du second Âge du Fer, plus ou moins courts, sans variation notable durant cette période (Brunaux, Rapin 1988, p. 104-106).

3.2. Épée, fourreau et suspension

65Une extrémité distale de lame d’épée en fer, dans son fourreau également en fer, provient du niveau de fonctionnement du bûcher B1. Mais cet objet est en grande partie fondu, presque à l’état de scorie, ce qui interdit toute notation typologique aussi bien pour l’épée que pour le fourreau. L’épée est aussi attestée par des rivets en fer, qui fixent les éléments de garniture de la poignée : un exemplaire dans le loculus de la tombe T14, cinq dans celui de la tombe T21, un dans le recouvrement des tombes T12 et T14 et un dans celui de la tombe T25, et trois autres enfin dans le niveau de fonctionnement du bûcher B1 (fig. 96, B, n° 1 à 11). C’est la découverte, dans des tombes à inhumation, de tels objets en place, par paires de part et d’autre de la soie de la poignée d’une épée qui permet cette identification, comme par exemple la sépulture 3 de La Hourgnotte à Liry, Ardennes datée du iiie s. av. J.-C. (Duval 19711972, p. 60 et pl. 3, n° 2 à 5). Ces rivets, longs de 18 à 24 mm, sont pourvus d’une tête discoïde, de diamètre identique (10 à 11 mm) à chacune des deux extrémités, légèrement bombée d’un côté et légèrement concave de l’autre, avec ou sans petit bourrelet périphérique, mais sans décor. Des pièces semblables, mais à têtes décorées, équipent l’épée de la tombe 163 d’Ensérune, enfouie au début du iiie s. av. J.-C. (Rapin, Schwaller 1987, p. 167170 et fig. 11).

66Des restes de plaque avers de fourreaux d’épée en tôle de fer, montrant le bord en gouttière, figurent dans les loculus des tombes 21 et 25 ainsi que dans le niveau de fonctionnement du bûcher B 1 (fig. 96, C, n° 1 à 4). Ces objets ne signalent cependant pas de précision chronologique à l’intérieur du second Âge du Fer.

67Les éléments métalliques, en bronze ou en fer, se rapportant à des ceintures et ceinturons vraisemblablement destinés à la suspension de fourreaux d’épées, ont été trouvés dans plusieurs tombes (fig. 96, D, n° 1 à 17) :

  • un à quatre anneaux dans les tombes T12, T14, T18 et T21 ;

  • un passant en fer dans les tombes 14 (un exemplaire dans le loculus de la tombe 14 et un dans le dispositif de recouvrement commun aux tombes T12 et T14), ainsi que dans le niveau de fonctionnement du bûcher B1, et sur le sol aux abords de la tombe T11 ;

  • une agrafe à crochet, en bronze, dans les tombes T12, T14, T18 et T21. Ces agrafes de ceinture sont de deux types : à ouverture rectangulaire séparée du crochet par un élargissement plein ou ajouré (tombes T12, T14 et T21), ou bien à anneau prolongé directement par le crochet (tombe T18).

Fig. 96. Typologie des pièces d’armement et de fourniment du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.

Fig. 96. Typologie des pièces d’armement et de fourniment du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.

A : pointes (1) et talons (2-4) de lance. B : rivets de garniture de poignée d’épée. C : morceaux de plaques de fourreau. D : éléments de suspension de fourreau (2, 4, 7-12, 15 : anneaux ; 1, 5, 14, 17 : passants ; 3, 6, 13, 16 : agrafes). E : rivets d’ailettes d’umbo (1-4) et fragment d’orle (5) de bouclier.

68Ces objets sous-entendent une mode de suspension à lanières de cuir, en usage au ive s. puis, après une interruption, à partir du dernier quart du iiie av. J.-C. Les éléments de la suspension par chaîne métallique, en vogue du début à la fin du iiie s. av. J.-C. en Gaule interne (Rapin 1990, p. 289-290 ; Lejars 1994, p. 55-62) et présente aussi, régionalement, dans les tombes d’Ensérune (Rapin, Schwaller 1987) et les dépôts rituels du Cailar (Girard, Roure 2009), manquent complètement dans ce secteur de la nécropole d’Ambrussum.

69Les deux types de crochets de ceinture ici présents, sont datés, dans le domaine continental celtique du plein iiie s. av. J.-C. à la première moitié du siècle suivant. Ceux du premier type sont semblables à un exemplaire provenant de la tombe 63 du Faubourg de Connantre à la Fère-Champenoise, Marne (Duval 1976, p. 469, fig. 10, n° 1a ; Brunaux, Lambot 1987, p. 168, fig. 32, n° 3), et celui du second est comparable aux spécimens de la Grande-Borne à Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme (Deberge et al 2007, p. 188, fig. 13, n° 98 et 99). L’usage de ces crochets de ceinture persiste dans la première moitié du siècle suivant (Brunaux, Lambot 1987, p. 126-129).

3.3. Bouclier

70De boucliers sont issus deux rivets en fer d’ailettes d’umbo, repliés à angle droit, à grosse tête cylindrique plate non décorée. L’un provient de la structure ST1, l’autre du recouvrement commun aux tombes T12 et T14 (fig. 96, E, n° 1 et 2). C’est un modèle courant durant la phase La Tène C1, soit les trois premiers quarts du iiie s. av. J.-C. (Brunaux, Lambot 1987, p. 130). Le repli de ces deux rivets détermine une épaisseur de la planche du bouclier de l’ordre de 10 mm, qui est alors la plus courante (Brunaux, Rapin 1988, p. 32). Découverts dans le loculus de la tombe T25, deux autres rivets en fer, à petite tête cylindrique plate, le mieux conservé replié à angle, semblent également provenir de la fixation des ailettes d’un umbo (fig. 96, E, n° 3 et 4).

71Un petit segment d’orle en fer, du niveau de fonctionnement du bûcher B1, provient également, semble-t-il, d’un bouclier (fig. 96, E, n° 3).

4. Monnaies

72Deux oboles de Marseille en argent ont été découvertes dans le niveau de fonctionnement du bûcher B1 (fig. 97, n° 30 et 31). Elles appartiennent au type OBM-11 de M. Py, oboles à la roue et MA avec tête à gauche sans favoris. Leur datation s’inscrit entre le début du iiie et la première moitié du ier s. av. J.-C. (Py 2006, p. 47-54).

5. Ustensiles

73Au rang des ustensiles, figurent trois fusaïoles en terre cuite, dans le loculus de la tombe T23, dans la tombe T2 et dans le niveau de fonctionnement du bûcher B1 (fig. 97, n° 27 à 29). Bien qu’il ne s’agisse pas là d’une catégorie d’objets autorisant une datation précise, on notera cependant que les deux spécimens biconiques (tombe T23 et bûcher B1) relèvent de la forme majoritaire au second Âge du Fer (Py 1990a, p. 453-456 ; Raux 1999, p. 480, fig. 22 et p. 482).

6. Objets à usage indéterminé

74Plusieurs éléments métalliques pourraient appartenir à la décoration de poignées d’épée, de ceintures en cuir ou encore de coffrets en bois :

  • deux petits clous en fer à tête discoïde plate et décorée, dans le loculus de la tombe T14 (fig. 97, n° 1 et 2) ;

  • deux petits clous en fer à tête discoïde plate non décorée et deux autres à tête discoïde bombée, dans le loculus de la tombe T21 (fig. 97, n° 3 à 6) ;

  • un petit clou en fer à tige courte dans le niveau de fonctionnement du bûcher B1 (fig. 97, n° 7) ;

  • un petit clou en fer à tête discoïde plate non décorée, dans le loculus de la tombe T18 (fig. 97, n° 9) ;

  • un autre à tête discoïde légèrement bombée et non décorée, dans le recouvrement des tombes T12-T14 (fig. 97, n° 8) ;

  • dans le loculus de la tombe T21, quatre petites lamelles en fer, en ruban légèrement sinueux et ondulé, pointu à une extrémité et coupé en biais à l’autre, avec des bords chanfreinés portant de légères indentations ; chacune est pourvue d’au moins un fin rivet rectiligne et très pointu (fig. 97, n° 10 à 13) ;

  • un ruban en fer replié deux fois, dans le loculus de la tombe T14 (fig. 97, n° 14) ;

  • une applique tronconique à bélière, en fer, dans le loculus de la tombe T25 (fig. 97, n° 16) ;

  • une tête de clou ( ?) en bronze, décorée de renflements, dans le loculus de la tombe T21 (fig. 97, n° 15) ;

  • un anneau large et très plat en fer, dans le bûcher B1 (fig. 97, n° 17).

Fig. 97. Typologie des autres objets du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.

Fig. 97. Typologie des autres objets du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.

1-26 : rivets, clous, lamelles, anneaux ; 27-29 : fusaïoles ; 30 et 31 : monnaies.

75Enfin, à côté des anneaux en bronze plus ou moins complets et des morceaux de tiges ou de fiches en fer, un certain nombre d’objets ont une destination encore plus problématique :

  • 1 grand clou en fer dans le loculus de la tombe T23 (fig. 97, n° 26) ;

  • trois clavettes en fer (non restaurées) dans le niveau de fonctionnement du bûcher B1 (fig. 97, n° 22 à 24) ;

  • une lamelle en fer légèrement recourbée dans le recouvrement de la tombe T24 (fig. 97, n° 25) ;

  • un morceau de plaque en bronze coulée, présentant un orifice circulaire bordé d’un bourrelet, dans le loculus de la tombe 18 (fig. 97, n° 20).

7. Datation des tombes

76Parmi les différentes catégories d’objets énumérées ci-dessus qui apportent des éléments de chronologie plus ou moins précis, on retiendra celles qui sont les mieux datées :

  • Céramique non tournée : si coupes, couvercles et jattes évoquent une large période, du milieu de l’Âge du Fer à la fin du iie s. av. J.-C., la fourchette est plus étroite pour les urnes, qui s’inscrivent entre la fin du ive et le début du iie s. av. J.-C ;

  • Parure en pâte de verre, les grosses perles à décor ocellé ou spiralé, entre le second quart du iiie s. et le milieu du iie s. av. J.-C ;

  • Fibules en fer : les fibules à pied discoïde recourbé sur l’arc, à plateau décoré d’appliques de corail et ressort bilatéral à six ou huit spires, entre environ 325 et 250 av. J.-C. ; les fibules à long pied recourbé, muni ou non d’une boule et agrafé au sommet de l’arc, et à ressort court, relevant des types 13b et 13c ou 14 de R. Gebhard, entre environ 275 et 200 av. J.-C. ; la petite fibule de même forme mais au ressort long du type 23 de R. Gebhard, entre environ 250 et 150 av. J.-C. (objet découvert sur le sol de la nécropole) ;

  • Autres parures en bronze : les chaînes-ceintures à maillons doubles en bronze, dite féminine, et le bracelet ou anneau de cheville à oves pleins et peu proéminents, au milieu du iiie s. av. J.-C ;

  • Armement : le type de suspension de fourreau d’épée, de la deuxième moitié iiie au début iie s. av. J.-C ;

  • Amphore massaliète : le spécimen muni d’un bord de forme A-MAS bd9, datable entre 300-150 av. J.-C. environ, avec un maximum de fréquence entre 250 et 175 environ ;

  • Céramique à vernis noir : la présence très restreinte de l’attique à vernis noir ; celle, également très discrète de l’atelier des petites estampilles, avec le bol PET-EST 2783, datable de 325-225 environ ; la suprématie des productions des ateliers de Rosas, qui ont fonctionné entre environ 325 et 200 av. J.-C., avec une période maximum d’exportation entre environ 275 et 225 ; en regard, la rareté de la campanienne A, attestée par un bol CAMP-A 27a-b avec rosette aux pétales très fins, une forme importée dans la région dès le milieu du iiie s. av. J.-C. et qui fait partie des plus anciennes productions de cette catégorie que l’on y rencontre ;

  • Céramique grise peinte massaliète : seconde moitié du ive et iiie s. av. J.-C. (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 1118 et 1121) ;

  • Céramique à pâte claire : la coupe CL-MAS 433 couvre les ive et iiie s. av. J.-C. (Bats 1988, p. 177 (forme F 434) ; Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 696697) ; le bol CM-MAS 236 apparaît au début du ive s., connaît une fréquence maximum au iiie s. puis disparaît au milieu du iie s. av. J.-C. (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 643-646) ; le bol CM-MAS 321 apparaît dès le ve s. et disparaît dans le courant du iie s. av. J.-C. (Bats 1988, p. 175 ; Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 654-656), mais les exemplaires attestés ici ont une rosette semblable à celle des vases à vernis noir de Rosas.

77Les parts relatives des différentes catégories de céramiques à vernis noir, attique, petites estampilles, Rosas et campanienne A, comparées aux courbes de ces séries attestées à Lattes (Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 1160, fig. 177), suggèreraient une fourchette réduite aux deuxième et troisième quarts du iiie s. av. J.-C. La grande majorité du reste du matériel, céramique, métallique ou en pâte de verre ne la contredit pas. Seules les agrafes de ceinture de suspension d’épée ne sont pas datées avant la deuxième moitié du iiie s., voire environ 225 av. J.-C., en Gaule intérieure. On remarquera cependant, qu’on dispose là, à Ambrussum, des premiers spécimens de ce type d’agrafes découverts en contexte, avec des céramiques d’importation méditerranéennes autorisant une datation d’apparition peut-être un peu plus ancienne que celle qui est admise jusqu’ici à partir des contextes de Gaule interne.

78Concernant le terminus ante quem, on soulignera l’absence de tout reste d’amphores italiques et gréco-italiques, dans cette partie de la nécropole du moins. Si la première catégorie ne semble pas présente dans la région avant le dernier tiers du iie s. av. J.-C., l’amphore gréco-italique, elle, arrive plus précocement en Languedoc oriental dès le premier quart de ce siècle, et en quantité importante (voir dans ce chapitre, § 13.). Dans le matériel amphorique de cette portion de la nécropole d’Ambrussum, cette double absence et l’exclusivité des productions massaliètes contribuent donc à fixer un terminus ante quem au tournant du iie s. av. J.-C.

79La datation de ce quartier de la nécropole d’Ambrussum paraît donc comprise entre les environs de 275 et les environs de 200 ou le tout début du iie s. av. J.-C. Dans ce laps de temps, est-il possible de préciser la place chronologique de chacune des structures mises au jour ? L’exercice semble bien risqué mais mérite d’être tenté néanmoins.

80Plusieurs sépultures pourraient être placées plutôt dans la partie ancienne de cette fourchette, vers le second quart et le milieu du iiie s. av. J.-C., grâce à des éléments particuliers du mobilier : les tombes T2 (fibule), T15 (fibule), T19 (fibule et chaîne-ceinture) et T25 (fibule).

81À l’inverse, d’autres tombes pourraient être légèrement plus récentes, dernier quart du iiie et début du iie s. av. J.-C. : les sépultures T11 (bracelet en verre, céramique campanienne A ancienne), T13 (céramique campanienne A ancienne), T18 (crochet de ceinture) et T24 (fibule).

82Entre ces deux groupes, soit dans les troisième et quatrième quarts du iiie s. av. J.-C., pourraient se situer les tombes T5, T6, T12, T14, T17 et T21 et les structures ST1 et ST3.

83Enfin, pour une dernière série, les tombes T7, T16, T20, T22 et T23, aucun élément du mobilier ne permet de proposer une quelconque précision à l’intérieur de cette fourchette chronologique.

  • 3 Sur les liens entre les tombes fouillées et ce bûcher, voir infra, chap. 6, § 6.1.

84Pour sa part, le bûcher crématoire B1 paraît bien fonctionner dès le début de cette période, mais également jusque vers la fin du iiie s. av. J.-C., puisqu’on y retrouve des objets semblables à ceux des tombes T19 et T25, mais aussi T243.

85On le voit, cette tentative de classement chronologique des diverses structures funéraires reste imprécise et hypothétique. Mieux vaut donc, dans l’étude des pratiques funéraires, envisager ce quartier dans son ensemble, représentant une étape de la nécropole d’Ambrussum, comprise entre le second quart du iiie s. et la fin du iiie s. av. J.-C. ou le tout début du siècle suivant.

Notes

1 Les calculs ont été faits d’après les tableaux de matériel de Fiches 1983, p. 81 à 87, en excluant amphores et dolia et en ne prenant en compte que la vaisselle non tournée et la céramique tournée fine. On n’est pas entré dans le détail des déterminations des catégories de vernis noir, car, lors de la publication des sondages de l’habitat, à la fin des années 70 et au début des années 80, il était trop tôt pour reconnaître les productions des ateliers de Rosas qui venaient tout juste d’être identifiées et la majeure partie de ces vases était alors attribuée à de la campanienne A (voir supra, chap. 4).

2 Ces objets sont conservés dans la collection Grand à Gallargues, et j’en dois la connaissance à J.-L. Fiches.

3 Sur les liens entre les tombes fouillées et ce bûcher, voir infra, chap. 6, § 6.1.

Table des illustrations

Titre Fig. 89. Typologie des urnes non tournées du secteur fouillé de la nécropole d'Ambrussum.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 90. Typologie des urnes non tournées du secteur fouillé de la nécropole d'Ambrussum (suite).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1276/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 91.
Légende Typologie des coupes-couvercle (1-5), des coupes et coupelles (6-14) et des jattes (15-18) non tournées du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1276/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 92. Typologie de la céramique importée du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.
Légende 1-18 : céramique à pâte claire massaliète ; 19 et 21 : céramique grise peinte massaliète ; 22 : amphore massaliète.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1276/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 93. Typologie de la céramique importée à vernis noir du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.
Légende 1-22 : ateliers de Rosas ; 23 : Petites Estampilles ; 24 : Campanienne A ancienne.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1276/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 94. Typologie des objets d’habillement du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.
Légende 1-4 : chaîne-ceinture et éléments de ceinture ; 7-14 : fibules.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1276/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 95. Typologie des objets de parure du secteur fouillé de la nécropole d’’Ambrussum.
Légende 1 et 2 : pendants d’oreille ; 3 et 4 : torques ; 5-14 : bracelets ; 15-27 : perles.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1276/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 96. Typologie des pièces d’armement et de fourniment du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.
Légende A : pointes (1) et talons (2-4) de lance. B : rivets de garniture de poignée d’épée. C : morceaux de plaques de fourreau. D : éléments de suspension de fourreau (2, 4, 7-12, 15 : anneaux ; 1, 5, 14, 17 : passants ; 3, 6, 13, 16 : agrafes). E : rivets d’ailettes d’umbo (1-4) et fragment d’orle (5) de bouclier.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1276/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 97. Typologie des autres objets du secteur fouillé de la nécropole d’Ambrussum.
Légende 1-26 : rivets, clous, lamelles, anneaux ; 27-29 : fusaïoles ; 30 et 31 : monnaies.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1276/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 327k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search