Version classiqueVersion mobile

Une nécropole du second âge du fer à Ambrussum, Hérault

 | 
Bernard Dedet

Chapitre 4. Les structures funéraires découvertes dans les sondages 1979-1984 à la lumière des fouilles récentes

Texte intégral

1Des structures funéraires avaient déjà été découvertes dans des sondages profonds menés entre 1980 et 1984 par J.-L. Fiches, sous l’auberge de l’îlot 1 gallo-romaine et ses abords (voir supra, Introduction, § 3.). Sur un total de neuf repérées, huit avaient alors été fouillées, du moins partiellement dans le cadre très contraignant de ces sondages, mais non identifiées sur le terrain comme des vestiges funéraires, et elles ont fait l’objet d’une publication dans la monographie consacrée en 1989 aux recherches sur le quartier bas d’Ambrussum (Fiches dir. 1989, p. 29-39). Dans cet ouvrage, seuls les os humains sont étudiés structure par structure, tandis que le reste de la documentation mise au jour est examiné en bloc par catégories, et non par lieu ; de surcroît tous les vestiges céramiques ne sont pas alors pris en compte.

2Bien évidemment, les travaux en extension menés entre 1999 et 2003 autorisent une meilleure vision des tombes et permettent de mieux interpréter ce qui a été mis au jour au début des années 1980 de manière parfois lacunaire. Un réexamen de ces résultats à la lumière des recherches récentes est donc nécessaire. Reprendre ces données, c’est aussi rassembler, tombe par tombe, toute la documentation disponible et la compléter, et c’est également préciser sa place chronologique. En effet ces vestiges étaient datés d’une période allant de « la fin du iiie au milieu du iie s. av. J.-C. », essentiellement au vu de la céramique à vernis noir identifiée alors comme de la campanienne A (Fiches dir. 1989, p. 38).

  • 1 Dans cette publication, ces structures sont identifiées selon le numéro de la zone où elles ont été (...)

3Comme nous le verrons, l’essentiel du vernis noir que nous avons pu examiner relève en fait des productions des ateliers de Rosas et assimilés, tout comme celui des structures mises au jour dans les fouilles récentes, ce qui permet de remonter au plein iiie s. av. J.-C. la datation avancée en 1989 pour ces premières structures découvertes. Il est vrai qu’en ce milieu des années 1980, la reconnaissance par E. Sanmartí d’une fabrication de tels vases à Rosas et dans sa région est alors toute récente et que la diffusion de ces productions n’est pas encore perçue. En revanche, pour ce qui concerne les restes osseux humains il nous a suffi de reprendre les données publiées tombe à tombe par H. Duday (dans Fiches dir., 1989, p. 30-33)1.

  • 2 Le poids moyen des fragments osseux recueillis dans ces sondages est de 0,52 g sur l’ensemble des t (...)

4Le comptage des fragments d’os n’a pas été retenu ici. En effet, malgré le caractère particulièrement méticuleux de ces sondages, l’absence de tamisage lors de la fouille ne permet pas la comparaison des poids moyens des pièces récupérées entre ces deux phases des recherches2.

1. La structure ST1 ( = « Zone 01 ») : une portion de bûcher funéraire ?

5La structure ST1 n’a pas été complètement dégagée. Elle correspond à des vestiges reconnus dans un sondage stratigraphique de 6 m sur 3 m, réalisé en 1980 dans la voie Domitienne (Zone 01), entre l’auberge de l’îlot 1 et le bâtiment 40-42 (Fiches, Roux 1981, p. 19-26) (fig. 6). Ce sondage est poursuivi sur 6 m2, au-dessous du niveau de circulation le plus ancien correspondant à la création du quartier bas. Sous le radier (1057) qui constitue, sur 10 cm d’épaisseur, l’aménagement de la première chaussée, prennent place deux couches superposées, contenant notamment des restes humains incinérés (fig. 79, A et B) :

- couche 1058 (de - 261 à - 267) : « sur 6 cm d’épaisseur, argile grasse, très cendreuse, notamment sur un quart de m2 dans le carré J4 (charbons de bois abondants) » ; sa surface montre un léger pendage vers l’est ; la base est pratiquement horizontale, reposant à l’ouest (carrés J4 et J5) sur l’argile naturelle stérile, mais couvrant ailleurs la couche 1059 ;

- couche 1059 (de - 267 à - 275) : « sur 8 cm d’épaisseur, radier de cailloux à arêtes vives, reconnu sur 4 m2, dans les carrés K-L, dont on ne connaît pas l’extension vers l’est, le nord et le sud » (Fiches, Roux 1981, p. 26, complété par des renseignements de J.-L. Fiches). La cote NGF du sol à la base du niveau funéraire est de 12,06 m.

Os humains

6Le lot d’os humains incinérés recueilli compte 68 morceaux pour un poids de 71,2 g : 16 fragments (24,5 g) proviennent de la couche 1058 et 52 fragments (46,7 g) de la couche 1059. Deux éléments issus de ces deux couches ont pu être recollés. Ces restes appartiennent à, au moins, un sujet adulte (extrémité médiale de la clavicule soudée au corps) (analyse de H. Duday dans Fiches dir. 1989, p. 30-31) (fig. 79, C).

Mobilier

7Le mobilier, en particulier céramique, montre également que des tessons de plusieurs vases figurent à la fois dans la couche 1058 et dans la couche 1059.

8Couches 1058 et 1059 :

- 3 tessons d’un bol à vernis noir de l’atelier de Rosas, de forme Lamb. 27 ( = Puig 11.c), diam. ouv. : 150 mm ; diam. base : 50 mm ; au centre du fond, une estampille circulaire de 16 mm de diamètre, dont seule une moitié est conservée, avec rosette de six ou sept pétales (fig. 79, D, n° 1) ;

- 53 tessons, très souvent de très petite taille, d’une urne non tournée de forme CNT-LOR U5d, variante d ; col tronconique rentrant, bord déversé à lèvre arrondie ; panse ovoïde à peignage entrecroisé, épaule décorée d’impressions au peigne disposées en groupes d’inclinaison opposée, sur fond de peignage horizontal ; diam. ouv. : 159 mm ; diam. max. : 186 mm (fig. 79, D, n° 3).

- 2 tessons d’un fond plat d’urne non tournée ; diam. : 95 mm (fig. 79, D, n° 7).

9Couche 1058 :

- 1 tesson d’urne non tournée : bord évasé à lèvre arrondie avec méplat vers l’intérieur ; diam. ouv. : 120 mm (fig. 79, D, n° 5) ;

- 3 tessons d’une coupelle non tournée de forme CNT-LOR C5e1 : panse arrondie-convexe, embouchure rétrécie, bord convergent à lèvre aplatie et pied annulaire bas ; facture grossière, lissage ébauché sur les surfaces, un peu moins sommaire à l’extérieur qu’à l’intérieur ; diam. ouv. : 65 mm ; diam. max. : 74,5 mm ; haut. : 37 mm (fig. 79, D, n° 8).

10Couche 1059 :

- 1 grand rivet de fixation d’ailettes d’umbo de bouclier, en fer ; tête discoïde plate, non décorée (diam. : 25 mm) ; tige repliée à angle droit, déterminant une épaisseur de 9 mm pour la planche du bouclier (fig. 79, D, n° 9) ;

- 1 tesson de bord de coupe à pâte claire « massaliète », de forme CL-MAS 236 ; traces de vernis ; diam. : 140 mm (fig. 79, D, n° 2) ;

- 1 tesson de fond d’une autre coupe à pâte claire « massaliète », de forme probable CL-MAS 236 ; vernis orangé (non dessiné) ;

- 3 tessons de la partie supérieure d’une urne non tournée de forme CNT-LOR U5a2, de facture grossière : col concave, bord non replié à lèvre aplatie, panse en courbe et contre-courbe sans épaulement, haut de la panse décoré d’impressions au peigne disposées en une ligne brisée sur fond de peignage horizontal, même lissage ébauché sur toute la surface, col et panse ; diam. ouv. : 160 mm ; diam. max. : 160,5 mm (fig. 79, D, n° 4) ;

- 1 tesson de bord d’une autre urne non tournée de facture grossière ; bord évasé à lèvre arrondie (fig. 79, D, n° 6).

11Couches 1058 ou 1059, non distinguées :

- 102 tessons, le plus souvent de petite taille, de plusieurs urnes non tournées, à panse ovoïde peignée et col lissé (non dessinés).

Conclusion

12L’extension de ces deux couches qui excède 4 m2 et leur composition, avec cendres, charbons de bois et pierres, l’absence de fosse du moins dans la partie reconnue, la nature du matériel, tant osseux que mobilier et l’abondance des tessons, autant de caractères qui plaident en faveur d’une portion de bûcher funéraire du même type que celui des fouilles récentes, plutôt que des restes d’une sépulture.

2. La tombe T2 ( = « Zone 10 »)

13En 1980, un sondage de 4 m2 mené jusqu’au substrat naturel dans l’angle nord-ouest de la pièce 10 de l’auberge, a permis de fouiller, sur environ 3 m2 de superficie, les vestiges d’une tombe (Fiches dir. 1989, p. 30) (fig. 6). Celle-ci comprend un loculus et une structure de recouvrement (US 10011-10012), partiellement fouillés dans le cadre du sondage ; le matériel provenant de l’un et de l’autre n’a pas été distingué (fig. 80, A).

14Le loculus, engagé sous un mur plus récent à l’ouest, est de plan arrondi ou ovalaire. Son seul axe observable, nord-sud, mesure 56 cm et sa profondeur est de 25 cm. Le sol (US 10012) à partir duquel la fosse est creusée est marqué, à proximité immédiate vers le sud, par une plaque d’argile cuite bordée d’une concentration de charbons et de cendres. Il est recouvert par une couche d’argile brune, de 4 cm d’épaisseur, contenant des cailloux, des nodules d’argile rouges, gris et marron, et des charbons de bois (US 10011). Cette couche s’épaissit à côté du loculus, vers l’est, jusqu’à 12 cm. La fosse est située en bordure ouest du sondage et la fin du recouvrement n’a, semble-t-il, pas été atteinte à la limite opposée du sondage, deux mètres à l’est. La cote NGF du sol à la base du niveau funéraire est de 11,80 m.

Fig. 79. Structure ST1

Fig. 79. Structure ST1

A : plan (d’après Fiches, Roux 1981, p. 7). B : coupe (d’après Fiches dir. 1989, p. 47). C : tableau de détermination des os humains (poids en grammes). D : mobilier (1 : céramique à vernis noir ; 2 : céramique à pâte claire massaliète ; 3-8 : céramique non tournée ; 9 : fer) (n° 9 d’après Feugère, Tendille in Fiches dir. 1989, p. 143).

Le défunt

15Cette tombe abritait au moins un sujet immature, très probablement adolescent, de sexe indéterminé. Trois pièces du mobilier, une fusaïole et une paire de pendants d’oreille, présentent une connotation féminine tandis qu’un talon de lance signale une symbolique masculine : la dominante féminine semble indiquer une adolescente, le talon de lance pouvant avoir été ramassé involontairement sur le bûcher.

16Le défunt est représenté par 68 g d’os incinérés, mais ce n’est là qu’une partie des os déposés puisque cette tombe n’a été qu’incomplètement dégagée (fig. 80, B). Cinq morceaux de diaphyse tibiale suggèrent une taille adulte, mais un sixième fragment appartenant à la partie proximale de la diaphyse du tibia a l’aspect du contact entre l’os et le cartilage de croissance. Ce fait indique donc qu’il s’agit d’un adolescent. Le sexe anthropologique ne peut pas être précisé (analyse de H. Duday dans Fiches dir ; 1989, p. 30-31).

17La couleur blanc crayeux révèle une température de crémation supérieure à 650° selon le barème de E. Bonnucci et G. Grazziani (1975) et les morceaux de diaphyses sont très souvent fissurés en ondes concentriques, indice d’une incinération d’os frais. Les os ont été placés directement, hors de tout contenant, à la fois dans le loculus et dans la structure de recouvrement.

18Dans le lot osseux recueilli, il apparaît que le crâne est sous-représenté, 11,6 % du poids d’os identifiés au lieu des 20,4 % attendus. Le tronc, avec 0,1 %, au lieu des 17 % du poids théorique, est presque complètement absent. Et, évidemment, avec 88,3 %, les membres sont surreprésentés (poids théorique de 62,6 %) (fig. 80, C).

Mobilier

19Objet personnel, armement :

  • 3 C’est également l’identification retenue par M. Feugère et C. Tendille dans Fiches dir. 1989, p. 36 (...)

20- Talon probable de lance, à douille, court, en fer, dépourvu de trous de fixation ; long. : 43 mm ; diam. ouv. : 26 mm (fig. 80, D, n° 6). Des objets aussi courts sont identifiés comme talon de lance à Gournay-sur-Aronde (par exemple Rapin, Brunaux 1988, pl. LIII, n° 1995)3.

21Objets personnels, parure et habillement :

- Deux pendants d’oreille en bronze, semblables, en forme de croissant renflé en sa partie centrale, s’amincissant vers les deux extrémités pointues, qui sont rapprochées ; diam. : 13 mm (fig. 80, D, n° 1 et 2) ;

- Morceau de grand anneau en pâte de verre, de couleur vert d’eau transparent, lisse, sans décor ; diam. ext. : 50 mm ; diam. int. : 34 mm ; haut. : 11 mm (fig. 80, D, n° 3) ;

- Fibule en bronze dont il manque le pied, le porte-ardillon et l’ardillon ; arc foliacé de section plate, sans trace d’une éventuelle fixation de l’extrémité du pied ; ressort bilatéral à huit spires sur un axe en fer ; corde interne, enroulée autour de la tête de l’arc ; long. cons. : 55 mm ; larg. au ressort : 27 mm. Elle a subi l’action du feu (fig. 80, D, n° 4). Les caractères morphologiques de la partie conservée semblent indiquer que l’on a peut-être affaire à une fibule à pied discoïde (type 11 de C. Tendille 1978).

22Objet personnel, ustensile :

- Fusaïole modelée en terre cuite ; en forme de disque à bordure épaissie ; perforation décentrée ; diam. 31 mm ; ép. 10 à 15 mm (fig. 80, D, n° 5).

23Matériel céramique :

- 12 tessons d’une coupe en pâte claire massaliète de forme CL-MAS 433, incomplète ; diam. ouv. 110 mm ; haut. 48 mm (fig. 80, D, n° 7) ;

- 2 morceaux d’anse(s) d’une coupe à pâte claire massaliète (fig. 80, D, n° 8 et 9) ; appartiennent peut-être au vase précédent ;

- Au moins 6 morceaux des parties supérieure et inférieure d’une urne non tournée de forme CNT-LOR U5d, variante d ; col tronconique rentrant, bord déversé à lèvre arrondie, panse ovoïde peignée, fond plat ; l’état de conservation ne permet pas de noter la présence d’un éventuel décor sur l’épaule ; diam ouv. : 135 mm ; diam. max. rest. : env. 165 mm ; haut. rest. : env. 190 mm (fig. 80, D, n° 10) ;

- 1 tesson de col rentrant, bord déversé d’urne non tournée, de forme probable CNT-LOR U5d ; diam. ouv. : 150 mm (fig. 80, D, n° 11) ;

- 3 tessons de bord déversé d’urne non tournée de forme probable CNT-LOR U5d ; diam. ouv. : 150 mm (fig. 80, D, n° 12) ;

- 2 tessons d’épaule et de panse d’urne non tournée, peut-être la même que l’exemplaire précédent : décor, très soigné, d’impressions au peigne formant une ligne brisée ; peignage horizontal très fin sur la panse (fig. 80, D, n° 13) ;

- 1 tesson d’épaule d’urne non tournée de forme probable CNT-LOR U5d : décor d’une double ligne brisée ; peignage horizontal sur la panse (fig. 80, D, n° 14) ;

- 1 tesson d’épaule d’urne non tournée : décor peu soigné d’impressions obliques, peignage horizontal sur la panse (fig. 80, D, n° 15) ;

- 284 tessons appartenant à plusieurs vases non tournés, urnes et coupes, représentés chacun par un petit nombre de morceaux (non dessinés).

Fig. 80. Tombe T2

Fig. 80. Tombe T2

A : coupe (d’après Fiches dir ; 1989, p. 30). B : tableau de détermination des os humains (poids en grammes). C : répartition du poids des os par grandes régions anatomiques ( % par rapport au total déterminé). D : mobilier (1, 2, et 4 : bronze ; 3 : verre ; 5 : terre cuite modelée ; 6 : fer ; 7-9 : céramique à pâte claire massaliète ; 10-15 : céramique non tournée) (n° 1, 2, 4 et 6 d’après Feugère, Tendille in Fiches dir. 1989, p. 36 et 143).

3. La structure funéraire ST3 ( = « Zone 19 ») : une portion de dispositif de recouvrement de tombe ?

24En 1981, un sondage profond, de 2,4 m de long sur 1,2 m de large, a été mené dans l’angle nord-ouest de la pièce 19 de la ferme-auberge, jusqu’au substrat naturel (fig. 6). Sous le niveau de fondation de cet édifice, un niveau de circulation antérieur (19013) et une couche stérile d’alluvions du Vidourle, (19014), il a permis de reconnaître, sur environ 3 m2, une couche cendreuse horizontale (19015), d’une épaisseur moyenne de 10 cm. Celle-ci est riche en charbons de bois, surtout vers l’ouest, et elle renferme, dispersés, des os humains incinérés, 144 tessons de vases et 5 petits clous. Elle repose sur le sol naturel (19016) (fig. 81, A). La cote NGF du sol à la base du niveau funéraire est de 11,39 m. Les limites de cette couche 19015 débordent, semble-t-il de tous les côtés, le cadre de la fouille. Ces vestiges pourraient correspondre à une portion d’une structure de recouvrement d’une tombe dont le loculus se situerait à l’extérieur du sondage, à proximité immédiate.

Le défunt

25Du défunt, sont attestés 63,4 g d’os incinérés, éparpillés au sein de la couche 19015, hors de tout contenant. (fig. 81, B). Ils proviennent d’un sujet de taille adulte, robuste si l’on en croit un pilastre fémoral bien dégagé. Le sexe anthropologique ne peut pas être précisé (analyse de H. Duday dans Fiches dir. 1989, p. 31). Bien évidemment, ce n’est là qu’une partie des os déposés dans cette tombe.

26La couleur blanc crayeux révèle une température de crémation supérieure à 650° selon le barème de E. Bonnucci et G. Grazziani (1975), et les morceaux de diaphyses sont très souvent fissurés en ondes concentriques, indice d’une incinération d’os frais.

27Dans ce lot, le poids des restes crâniens correspond à 20,3 % du poids d’os identifiés, soit le poids théorique (20,4 %) ; le tronc est absent et les membres sont surreprésentés, 79,6 % pour un poids théorique de 63,5 % (fig. 81, C).

Mobilier

28Matériel céramique

29Portions de vases :

- Portion d’un petit bol à vernis noir de l’atelier de Rosas, de forme Lamb. 27 à bord parallèle ( = Puig 10.b), 6 tessons non jointifs représentant moins de 10 % du vase ; diam. ouv. : 120 mm ; diam. base : 35 mm (fig. (fig. 81, D, n° 1) ;

- Portion (13 tessons) de la partie inférieure d’une grande urne non tournée ; panse ovoïde à peignage vertical, et horizontal à la base ; fond légèrement creux ; haut. cons. : 78 mm ; diam. fond : 95 mm (fig. 81, D, n° 7).

30Tessons de vases isolés :

- 1 tesson d’urne non tournée de forme probable CNT-LOR U5d ; col tronconique rentrant, bord déversé ; diam. ouv. : 120 mm (fig. 81, D, n° 2).

- 1 tesson de bord déversé d’urne non tournée ; diam. ouv. : 180 mm (fig. 81, D, n° 3) ;

- 1 tesson de bord déversé d’urne non tournée (fig. 81, D, n° 4) ;

- 1 tesson de bord déversé d’urne non tournée (fig. 81, D, n° 5) ;

- 2 tessons de panse d’urne non tournée de forme probable CNT-LOR U5d : panse ovoïde à peignage horizontal et oblique ; épaule décorée d’impressions au peigne peu soignées formant une ligne brisée ; diam. max. rest. : env. 200 mm (fig. 75, D, n° 6) ;

- 1 tesson de fond légèrement creux d’une grande urne non tournée) ; diam. fond : 110 mm (fig. 81, D, n° 9) ;

- 1 tesson de fond annulaire d’une urne ou d’une coupe non tournée ; diam. fond : 60 mm (fig. 81, D, n° 10) ;

- 1 tesson de bord d’un grand couvercle non tourné de forme CNT-LOR V2a ou V2b, (fig. 81, D, n° 8) ;

- 1 anse horizontale de coupe non tournée, de section circulaire (fig. 81, D, n° 11) ;

- 118 tessons appartenant à plusieurs vases non tournés, urnes et coupes, représentés chacun par un petit nombre de morceaux (non dessinés).

Fig. 81. Tombe T3

Fig. 81. Tombe T3

A : coupes (d’après Fiches, Roux 1982, p. 10). B : tableau de détermination des os humains (poids en grammes). C : répartition du poids des os par grandes régions anatomiques ( % par rapport au total déterminé). D : mobilier (1 : céramique à vernis noir ; 2-11 : céramique non tournée).

4. La tombe T4 ( = « Zone 11 »)

31En 1983, un sondage profond, de 2 m2, contre le mur nord de la salle 11, mit au jour partiellement les vestiges de la tombe 4 sous le niveau de construction des murs de l’auberge et différentes couches de remblais et d’alluvions (fig. 6). Ces restes comprennent un loculus (11026), intégralement mis au jour et une structure de recouvrement (11025) partiellement fouillée dans le cadre du sondage (Chazelles et al., 1984, p. 5 ; Fiches dir., 1989, p. 30). La cote NGF du sol à la base du niveau funéraire est de 11,43 m.

32Le loculus (11026) arrondi, mesure 50 à 57 cm de diamètre et 20 cm de profondeur. Il est creusé dans la terrasse alluviale naturelle dépourvue de tout vestige anthropique. Il renferme de nombreux os humains incinérés, dispersés, et des charbons de bois, mais il est dépourvu de tout objet mobilier. Il est recouvert, ainsi que le sol environnant à partir duquel il fut aménagé, par une couche de limon brun foncé, très argileux et compact, de 15 cm d’épaisseur (US 11025). Cette couche, riche également en charbons de bois, contient des os humains incinérés, dispersés, et quelques tessons de vases non tournés. Il s’agit en fait d’une portion de la structure de recouvrement de la tombe.

Le défunt

33Le défunt est représenté par 299,1 g d’os incinérés (fig. 82, A). On a affaire à un adulte sans doute relativement âgé, si l’on en croit les sutures crâniennes synostosées entièrement sur la face endocrânienne, plus incomplètement sur la face exocrânienne, ainsi que des signes diffus d’atteintes dégénératives (arthrose), parfois très évoluées. C’est un sujet remarquablement robuste : reliefs crâniens puissants et moulurés, insertions musculaires sur les grands os longs des membres très fortement marquées, épiphyse distale du radius droit volumineuse. Il y a donc de fortes présomptions pour qu’il s’agisse d’un homme (analyse de H. Duday dans Fiches dir. 1989, p. 30-31).

Fig. 82. Tombe T4

Fig. 82. Tombe T4

A : tableau de détermination des os humains (poids en grammes). B : répartition du poids des os par grandes régions anatomiques ( % par rapport au total déterminé).

34La crémation du cadavre a été irrégulière. Le crâne, dont les restes sont, pour la plupart, volumineux, et la partie supérieure du rachis sont faiblement brûlés, tandis que, pour le reste du squelette, la couleur blanc crayeux révèle une température de crémation supérieure à 650° selon de barème le E. Bonnucci et G. Grazziani (1975), et les morceaux de diaphyses sont très souvent fissurés en ondes concentriques, indice d’une incinération d’os frais.

35Les pièces osseuses sont réparties dans le loculus (271,7 g) et dans les vestiges du recouvrement (27,4 g), et les deux lots ne montrent ni doublets et ni pièces morphologiquement incompatibles. On notera cependant que les os du pied et du cou-de-pied proviennent tous du recouvrement. Le loculus ayant été découvert complet, on peut considérer que l’on a retrouvé la quasi-totalité du lot déposé dans ce lieu. Il n’en va pas de même pour les os de la superstructure qui, elle, n’a été que partiellement fouillée.

36Le poids d’os déposés dans le loculus représente 16,7 % du poids moyen d’un squelette d’adulte brûlé, 1627,1 g selon McKinley (1993) et la part découverte dans le recouvrement n’en constitue que 1,7 %.

37Pour l’ensemble du lot découvert, le crâne est très surreprésenté : 48 % du poids identifié au lieu des 20,4 % attendus. Cela se fait au détriment des membres, 41,7 % alors que la valeur théorique est de 62,6 %, tandis que le tronc montre une sous-représentation habituelle, 10,3 % au lieu des 17 % attendus. Cette valeur anormalement forte de l’indice pondéral crânien résulte d’une particularité du bûcher plutôt que d’un tri intentionnel : en effet, cette région a été moins brûlée que le reste du corps (fig. 82, B).

38Qu’il s’agisse du loculus ou de la superstructure, les restes osseux sont dispersés hors de tout contenant.

Mobilier

39Si le loculus est dépourvu de tout mobilier, la structure de recouvrement a livré un tesson de vase à pâte claire et des tessons de vases non tournés dont quatre bords et un décor (non dessinés). Les charbons de bois recueillis dans la structure de recouvrement (25 fragments) et surtout dans le loculus (312 fragments) appartiennent essentiellement à des bois de chauffe, du Chêne pubescent. Cependant, sept morceaux d’Érable champêtre, quatre morceaux de Frêne et deux de Hêtre peuvent indiquer la présence de mobilier en bois (analyse de L. Chabal dans Fiches dir. 1989, p. 33-35).

5. La tombe T5 ( = « Zone 31 »)

40En 1983, un sondage de 2 m2 pratiqué dans la « zone 31 » de la cour de l’auberge à partir du sol correspondant à l’installation du quartier a permis de fouiller partiellement les vestiges de la tombe T5 (fig. 6). Ceux-ci comprennent un loculus funéraire (31049) creusé dans le sol naturel vierge, et une couche (31047) surmontant ces derniers et correspondant sans doute à une portion de la structure de recouvrement de la tombe (Chazelles et al. 1984, p. 5 ; Fiches dir. 1989, p. 30). La cote NGF du sol à la base du niveau funéraire est de 11,43 m (fig. 83, A).

41Le loculus (31049) est creusé dans la terrasse alluviale naturelle dépourvue de tout vestige anthropique (31048). Arrondi, il mesure 50 à 60 cm de diamètre à l’ouverture et 15 cm de profondeur. Il renferme les restes osseux humains incinérés, dispersés hors de tout contenant, deux perles en corail ainsi que les tessons de trois vases incomplets. Il est recouvert, ainsi que le sol environnant, par une couche de limon brun foncé (31047), très argileux, de 20 cm d’épaisseur, riche en charbons de bois. Cette strate pourrait correspondre à la structure de recouvrement de la tombe. Ses limites n’ont pas été atteintes dans le cadre étroit du sondage ; seul le loculus a pu être intégralement fouillé.

Le défunt

42Le défunt est représenté par 144,1 g d’os incinérés, provenant tous du loculus 31049 (fig. 83, B). L’âge au décès, compris entre huit et douze ans, peut être déduit de différents indices : une racine de dent monoradiculée dont l’apex est en voie de fermeture (probablement l’incisive permanente latérale inférieure gauche) ; des racines de deux dents pluriradiculées (sans doute une première et une deuxième molaires permanentes inférieures), dont les apex sont entièrement fermés pour l’une, encore béants pour l’autre ; un morceau de corps de la mandibule avec alvéole de molaire déciduale ; côte immature (tête et trois points tubérositaires non soudés) ; plusieurs épiphyses d’os longs des membres montrant la persistance du cartilage de croissance ; aspect très immature de la symphyse pubienne gauche (analyse de H. Duday dans Fiches dir. 1989, p. 31).

43La couleur blanc crayeux révèle une température de crémation supérieure à 650° selon le barème de E. Bonnucci et G. Grazziani (1975), et les morceaux de diaphyses sont très souvent fissurés en ondes concentriques, indice d’une incinération d’os frais. Les os ont été placés dans le loculus hors de tout contenant.

Fig. 83. Tombe T5

Fig. 83. Tombe T5

A : coupe (d’après Fiches dir ; 1989, p. 41). B : tableau de détermination des os humains (poids en grammes). C : répartition du poids des os par grandes régions anatomiques ( % par rapport au total déterminé). D : mobilier (1 et 2 : corail ; 3 : céramique à vernis noir ; 4 et 5 : céramique non tournée).

44Avec 18,4 % du poids d’os identifiés, l’indice pondéral céphalique crânien est un peu inférieur à la valeur théorique (20,4 %) ; le tronc est très sous-représenté, 9,2 % au lieu des 17 % attendus et les membres sont surreprésentés, 72,4 % pour un poids théorique de 62,6 % (fig. 83, C).

Mobilier

45Objets personnels, parures :

- 2 perles aménagées dans des segments de branchette de corail. Le départ des ramifications a été poli. Dans les deux cas, l’une des extrémités correspond à la section sciée et polie, l’autre est une cassure. Ces deux perles ont subi l’action du feu. Dimensions : n° 1 : long. cons. : 14 mm ; diam. : 13 mm ; n° 2 : long. cons. : 12 mm ; diam. : 8 mm (fig. 83, D, n° 1 et 2).

46Matériel céramique :

- Portion d’une grande urne non tournée de forme CNT-LOR U5d, variante d, 59 tessons représentant environ 50 % du récipient ; col tronconique rentrant à surface lissée, bord déversé à lèvre aplatie avec méplat vers l’intérieur, panse ovoïde peignée sub-horizontalement en haut et en bas, obliquement dans la partie centrale, épaule décorée de grandes impressions de peigne disposées en une ligne brisée, fond plat ; diam. max. : 210 mm ; haut. : 238 mm (fig. 77, D, n° 4) ;

- 2 tessons de la partie supérieure d’une grande urne non tournée de forme CNT-LOR U5d, variante d, soit moins de 5 % du vase ; col tronconique rentrant à surface lissée, bord déversé à lèvre amincie, épaule décorée d’une large ligne horizontale incisée ; panse ovoïde dont le haut est peigné verticalement ; diam. ouv. : 160 mm (fig. 83, D, n° 5) ;

- 1 fond de bol à vernis noir de l’atelier de Rosas, de forme Lamb. 27 ( = Puig 11), diam. base : 52 mm ; au centre du fond, estampille circulaire de 17 mm de diamètre, avec rosette à neuf pétales en forme de larmes autour d’un bouton central (rosette de série A de Puig) (fig. 83, D, n° 3).

6. La tombe T6 ( = « Zone 36 »)

47En 1984, la poursuite d’un sondage ouvert en 1982 dans la zone 36 a permis d’atteindre, sur 6 m2, les niveaux antérieurs aux remblais de mise en place de l’auberge et correspondant à la nécropole. Il s’agit d’un loculus (36018) intégralement fouillé et, sur le sol naturel environnant, des restes d’une structure de recouvrement de la tombe (36017), reconnus sur 5 m2 (Fiches dir. 1989, p. 20, 22 et 30) (fig. 6).

48Le loculus 36018 mesure 70 cm de diamètre à l’ouverture mais il est peu profond, 12 cm au maximum, creusé dans la terrasse alluviale naturelle (fig. 84, A, B et C). Il a livré, outre des restes osseux humains incinérés dispersés hors de tout contenant, une perle en verre, une rondelle en céramique et de nombreux tessons de vases incomplets. À l’est, la surface du sol naturel est marquée par des cailloux aux arêtes vives formant un empierrement (36017) parmi lequel figurent quelques os brûlés, tandis que des charbons de bois entourent le loculus sur 1 m environ. Le loculus, cet empierrement et la majeure partie du reste de la surface du sol fouillé dans ce sondage est recouvert, sur 5 m2, par une couche de limon argileux épaisse de 10 à 20 cm, riche en charbons de bois (36016). Celle-ci correspond probablement à une structure de recouvrement de la tombe. Seule sa limite occidentale semble avoir été atteinte par les fouilleurs, à moins de 1 m du loculus.

Le défunt

49Le défunt est représenté par 157,6 g d’os incinérés (fig. 84, D). C’est un adulte car le corps de la première vertèbre thoracique montre un listel soudé, mais sans doute peu âgé, tous les segments de sutures conservés étant entièrement libres sur les faces exo- et endocrânienne. Le sexe ne peut être déterminé (analyse de H. Duday dans Fiches dir. 1989, p. 31).

50La crémation du cadavre a été fortement poussée. La couleur blanc crayeux révèle une température de crémation supérieure à 650° selon le barème de E. Bonnucci et G. Grazziani (1975), et les morceaux de diaphyses sont très souvent fissurés en ondes concentriques, indice d’une incinération d’os frais.

51Les restes osseux sont dispersés hors de tout contenant, aussi bien dans le loculus, qui a livré l’essentiel du lot, soit 152,2 g., que dans la superstructure (5,4 g, mais cette dernière n’a pas été entièrement fouillée). Les deux lots ne montrent ni doublets et ni pièces morphologiquement incompatibles. Au contraire, deux morceaux jointifs d’une même diaphyse proviennent chacun de l’une de ces deux structures.

52Le poids des os recueillis dans le loculus représente 9,4 % du poids moyen d’un squelette d’adulte brûlé, 1627,1 g selon McKinley (1993) et la part découverte dans le recouvrement n’en constitue qu’une infime part, 1,7 %. Pour l’ensemble du lot découvert, le crâne est surreprésenté : 29,1 % du poids identifié au lieu des 20,4 % attendus. Il en va de même, dans une moindre mesure cependant, des membres, 66,6 % au lieu de 62,6 %. Le tronc pour sa part présente une très forte sous-représentation, 4,3 % pour un poids théorique de 17 % (fig. 84, E).

Fig. 84. Tombe 6

Fig. 84. Tombe 6

A, B et C : plan et coupes (d’après Fiches dir. 1989, p. 18 et 22). D : tableau de détermination des os humains (poids en grammes). E : répartition du poids des os par grandes régions anatomiques ( % par rapport au total déterminé).

Fig. 85. Tombe T6

Fig. 85. Tombe T6

Mobilier (1 et 2 : céramique à vernis noir ; 3-21 : céramique non tournée).

Mobilier du loculus

53Objet personnel, parure :

- Une « perle à spirale protubérante en pâte de verre » (Fiches dir. 1989, p. 36, non figuré) ; cette perle n’a pas été retrouvée ; il pourrait s’agir d’un objet comparable à une perle du loculus de la tombe 24 (fig. 40, B, n° 4).

54Matériel céramique :

- Portion d’un bol à vernis noir de l’atelier de Rosas, de forme Lamb. 27 ( = forme Puig 11.a), 36 tessons correspondant à environ 50 % du vase ; diam. ouv. : 145 mm ; diam. base : 60 mm (fig. 85, n° 1) ;

- 1 tesson de bord de coupelle de l’atelier de Rosas, de forme Lamb 24-25 ( = forme Puig 2.a) ; diam. ouv. : 60 mm (fig. 85, n° 2) ;

- 1 tesson d’urne non tournée : col tronconique rentrant et bord déversé ; diam. ouv. : 130 mm (fig. 85, n° 3) ;

- 1 tesson d’urne non tournée : col tronconique rentrant et bord déversé avec méplat vers l’intérieur ; diam. ouv. : 130 mm (fig. 85, n° 4) ;

- 1 tesson d’urne non tournée : bord déversé ; diam. ouv. : 180 mm (fig. 85, n° 5) ;

- 1 tesson d’urne non tournée : bord déversé avec méplat vers l’intérieur (fig. 85, n° 6) ;

- 1 tesson d’urne non tournée : bord déversé avec méplat vers l’intérieur (fig. 85, n° 7) ;

- 1 tesson d’urne non tournée : bord déversé avec méplat vers l’intérieur (fig. 85, n° 8) ;

- 1 tesson d’urne non tournée : fond plat ; diam. fond : 60 mm (fig. 85, n° 9) ;

- 1 tesson d’urne non tournée : fond creux ; diam. fond : 75 mm (fig. 85, n° 10) ;

- 1 tesson de fond annulaire de coupe non tournée ; diam. fond : 100 mm (fig. 85, n° 11).

- 1 tesson de grand couvercle de forme CNT-LOR V1b : bord à facette vers l’intérieur, surface intérieure peignée ; diam. ouv. : 300 mm (fig. 85, n° 12) ;

- 1 tesson de couvercle non tourné de forme CNT-LOR V2b : bord aminci ; diam. ouv. : 180 mm (fig. 85, n° 13) ;

- 1 tesson d’une grande coupe non tournée de forme CNT-LOR C2 : panse arrondie-convexe, embouchure rétrécie, bord rentrant à lèvre arrondie ; diam. ouv. : 230 mm (fig. 85, n° 14) ;

- 1 tesson de bord d’une coupe non tournée de forme CNT-LOR C1 : panse arrondie-convexe, embouchure évasée, bord divergent à lèvre arrondie ; diam. ouv. : 160 mm (fig. 85, n° 15).

55Divers :

- 1 moitié de rondelle taillée dans un tesson de panse de grande urne non tournée, percée au centre d’un trou effectué à partir des deux faces ; diam. : 51 mm ; diam. perforation : 12 mm (fig. 85, n° 16).

56Mobilier du sol empierré :

- 35 tessons de bord, col et panse d’urne non tournée de forme probable CNT-LOR U5d ; bord déversé, panse ovoïde peignée ; diam. ouv. : 250 mm (fig. 85, n° 17) ;

- 4 tessons d’urne non tournée de forme CNT-LOR U5d : col tronconique rentrant, panse ovoïde peignée horizontalement, épaule décorée d’une rangée d’impressions au peigne inclinées et de sens alterné (fig. 85, n° 18) ;

- 1 tesson de jatte non tournée de forme CNT-LOR J1c : panse tronconique, bord aplati lisse, avec aplatissement vers l’extérieur ; diam. ouv. : 220 mm (fig. 85, n° 19) ;

- 293 tessons de panses de plusieurs vases non tournés, urnes et coupes (non dessinés).

57Mobilier du recouvrement :

- 1 tesson de col et bord de petite urne non tournée ; diam. ouv. : 120 mm (fig. 85, n° 20) ;

- 1 tesson d’épaule d’urne non tournée : panse ovoïde peignée, décor d’une rangée d’impressions au peigne inclinées et de même sens (fig. 85, n° 21) ;

- 1 petit tesson de bord d’urne non tournée (non dessiné) ;

- 1 petit tesson de bord de coupe non tournée (non dessiné).

7. La tombe T7 ( = « Fosse B »)

58En 1984, une tranchée longue de près de 18 m a été creusée à la pelle mécanique dans la cour de l’auberge afin de lire, sur les bermes, les relations stratigraphiques existant réellement entre les couches observées jusque là dans les différents sondages de cette cour et la partie est de l’édifice (fig. 6). Sous le sol correspondant à la création de l’îlot, prennent place des colluvions et alluvions de limon (31042 et 31047). Au-dessous, une fosse (« fosse B ») creusée à partir de la surface du sol naturel a été observée dans la berme sud de la tranchée (fig. 86, A et B). Seule la partie conservée du remplissage de cette structure a été fouillée. Elle a livré un matériel dispersé : outre des restes osseux humains incinérés, plusieurs tessons de vases en céramique et quatorze objets en bronze se rapportant probablement à une ou plusieurs ceintures. À l’évidence, il s’agit là du loculus d’une tombe, reconnue et fouillée en partie seulement.

Fig. 86

Fig. 86

Fosses A, B et C. Plan et coupes d’après Fiches dir ; 1989, p. 14, 19 et 64).

59On ne dispose pas de renseignement sur ce loculus, creusé dans la terrasse alluviale naturelle. D’après la coupe publiée (Fiches dir. 1989, p. 19, fig. 6), il a la forme d’une cuvette à fond arrondi, d’environ 115 cm à l’ouverture sur son axe sud/ouest-nord/est et 20 cm de profondeur maximum. La cote NGF du sol à la base du niveau funéraire est de 11,43 m.

60Cette portion de loculus fouillée a livré 309,5 g d’os humains incinérés, se rapportant à deux individus, un adulte de sexe non déterminé, mais dont l’équipement mobilier semble indiquer une femme, et un enfant d’environ un an (fig. 87, A).

Les défunts

61L’adulte est représenté par 299,6 g d’os (analyse de H. Duday dans Fiches dir. 1989, p. 31-32). La détermination de l’âge résulte de plusieurs indices : listels vertébraux soudés, épiphyses des os longs soudées également, apex de dents permanentes fermés. Le sexe anthropologique ne peut être appréhendé. L’enfant, âgé d’environ un an, est attesté par 9,9 g d’os : des morceaux de voûte crânienne, un pédicule de vertèbre thoracique, le corps d’une vertèbre lombaire inférieure, probablement L5, et quelques épiphyses ou os courts. Bien évidemment, vu le caractère incomplet de la fouille, il ne s’agit pas là de la totalité des os déposés dans le loculus ; cependant, on soulignera la disproportion des deux lots, les os de l’enfant ne représentant que 3,2 % du poids total et 3,8 % du nombre de fragments récupérés.

62La crémation des cadavres a été fortement poussée. La couleur blanc crayeux révèle une température de crémation supérieure à 650° selon le barème de E. Bonnucci et G. Grazziani (1975), et les morceaux de diaphyses sont très souvent fissurés en ondes concentriques, indice d’une incinération d’os frais. Les restes osseux ont placés directement dans le loculus, hors de tout contenant.

63Pour l’ensemble du lot découvert, mais il s’agit presque exclusivement de l’adulte, le crâne est sous-représenté : 11,1 % du poids identifié au lieu des 20,4 % attendus. Il en va de même du tronc 7,2 % pour un poids théorique de 17 %. Avec 81,7 % au lieu des 62,6 % théoriques, les membres sont surreprésentés (fig. 87, B).

Mobilier du loculus

64Objets personnels, parure et habillement :

65Quinze pièces en bronze paraissent se rapporter à une ceinture, plutôt qu’à une suspension de fourreau dont on ne connaît aucun parallèle :

- 1 agrafe en bronze, incomplète ; plaque triangulaire non ajourée, prolongée d’un côté par une tige plate, dont l’extrémité manque, et terminée de l’autre par un crochet ; la face principale de la plaque s’orne de onze doubles cercles estampés ; le crochet a la forme d’une tête d’animal allongée, deux creux évoquant les yeux et dégageant une arête nasale ; long. cons. : 88 mm ; larg. max. : 31 mm (fig. 87, C, n° 1) ;

- 1 anneau circulaire en bronze, à tige de section en D ; une forte usure en un point du côté intérieur, de la dimension du crochet de l’agrafe précédente, semble indiquer qu’il s’agit de la boucle correspondante ; diam. : 23 mm ; ép. 4 mm. Cet objet porte des traces de passage sur le bûcher (fig. 87, C, n° 2) ;

66- 2 extrémités de sangle en bronze, une grande et une petite, fortement apparentées par la facture et la décoration, appartenant probablement à la même ceinture :

♦ Grande terminaison de sangle, en bronze ; talon rectangulaire creux dans lequel s’engage une sangle maintenue par deux rivets ; à l’opposé de la sangle, le talon se prolonge par un appendice échancré sur lequel est riveté un anneau plat et épais ; la face principale du talon est décorée : deux lignes gravées vers la sangle, une ligne gravée vers l’anneau, échancrures et rivet en relief sur l’appendice ; long. tot. : 58 mm ; larg. talon : 27 mm ; diam. anneau : 39 mm ; ép. anneau : 5 mm ; ép. logement sangle : 3 mm (fig. 87, C, n° 3) ;

♦ Petite terminaison de sangle, en bronze ; talon rectangulaire creux dans lequel s’engage une sangle maintenue par deux rivets ; à l’opposé de la sangle, le talon se prolonge par un appendice échancré sur lequel est rivetée une boucle rectangulaire prolongée par un appendice losangique ; la face principale du talon est décorée de deux lignes gravées sur le corps et d’échancrures et rivet en relief sur l’appendice ; long. tot. : 44 mm ; larg. talon : 19 mm ; ép. logement sangle : 3 mm. Cet objet montre des traces de passage sur le bûcher, son talon étant en partie fondu (fig. 87, C, n° 4).

- 7 anneaux circulaires en bronze, larges, très plats, comme affûtés vers l’extérieur ; petite perforation centrale ; diam. : 30 à 36 mm ; ép. 1,5 à 2 mm. La similitude de facture de ces pièces permet de penser qu’elles font partie de la même pièce d’habillement, par exemple cousues sur une ceinture. Ces objets sont passés sur le bûcher (fig. 87, C, n° 5 à 11) ;

- 1 anneau circulaire en bronze, à tige large de section en lenticulaire ; diam. : 29 mm ; ép. 4 mm. Cet objet est passé sur le bûcher (fig. 87, C, n° 12) ;

- 1 anneau circulaire en bronze, à tige mince de section lenticulaire ; diam. : 30 mm ; ép. 2,5 mm. Cet objet est passé sur le bûcher (fig. 87, C, n° 13) ;

- 1 moitié d’anneau circulaire en bronze, à tige mince de section lenticulaire aplatie ; diam. : 32 mm ; ép. 2,5 mm (fig. 87, C, n° 14) ;

- 1 morceau de tige pointue en bronze, de section ronde de 2 mm au maximum ; il peut s’agir d’un ardillon de fibule ou d’une extrémité d’aiguille ou d’épingle ; long. cons. : 30 mm (fig. 87, C, n° 15).

Fig. 87. Tombe T7

Fig. 87. Tombe T7

A : tableau de détermination des os humains (poids en grammes). B : répartition du poids des os par grandes régions anatomiques ( % par rapport au total déterminé). C : mobilier (1-15 : bronze) (1-15 d’après Feugère, Tendille dans Fiches dir. 1989, p. 36).

67Matériel céramique :

68Le matériel céramique découvert dans le loculus n’a pas été retrouvé. Sont seulement signalés, mais non figurés (Fiches dir. 1989, p. 19) :

  • 4 Ce tesson, comme le suivant est rapporté à de la « cam­panienne A » dans la publication de J.-L. Fi (...)

- 1 bord de coupe à vernis noir4 de forme Lamb A28a-b ;

- 1 fond de vase à vernis noir ;

- 4 bords et 1 fond en céramique non tournée.

8. La tombe T8 ? ( = « Fosse C »)

69La berme septentrionale de la tranchée de 1984, qui vient d’être évoquée pour la tombe T7, a révélé, de son côté, une autre fosse (« fosse C ») au même niveau que celui de cette tombe T7 (fig. 6 ; fig. 86, A). Creusée également à partir de la surface du sol naturel où des traces charbonneuses ont été notées (cote NGF de 11,33 m), cette fosse n’a pas été fouillée alors. Elle présente dans la coupe (Fiches dir. 1989, p. 19, fig. 6) une largeur de 32 cm et une profondeur maximale de 18 cm (fig. 86, C). Il pourrait s’agir du loculus d’une autre tombe.

9. La structure funéraire ST9 : un foyer parafunéraire ? ( = « FoyerA »)

70Enfin, dans la berme sud de cette tranchée de 1984, un foyer lenticulaire a été observé à la surface du sol naturel, à la cote 11,29 m NGF (fig. 6 ; fig. 80, A et B). D’après la coupe publiée (Fiches dir. 1989, p. 19, fig. 6) l’un de ses axes mesure environ 50 cm. Les restes de cette structure, prélevés et tamisés à l’eau, n’ont fourni que des charbons de bois : 221 fragments de Chêne vert, 8 de Chêne pubescent et 3 indéterminables (analyse de L. Chabal dans Fiches dir. 1989, p. 34, fig. 13).

7116. Ce tesson, comme le suivant est rapporté à de la « campanienne A » dans la publication de J.-L. Fiches de 1989, mais faute d’avoir pu les ré-examiner, nous ne reprendrons pas cette qualification.

Fig. 88. Tableau synoptique des associations de mobilier déposé dans les tombes et présents dans les bûchers de crémation

Fig. 88. Tableau synoptique des associations de mobilier déposé dans les tombes et présents dans les bûchers de crémation

Notes

1 Dans cette publication, ces structures sont identifiées selon le numéro de la zone où elles ont été découvertes, « zones 01, 10, 11, 19, 31 et 36 », et « fosses A, B et C » pour trois d’entre elles. Nous leur avons donc attribué une numérotation continue, tout en signalant l’appellation primitive entre parenthèse dans les sous-titres.

2 Le poids moyen des fragments osseux recueillis dans ces sondages est de 0,52 g sur l’ensemble des tombes (valeur citée par Duday dans Fiches dir. 1989, p. 30).

3 C’est également l’identification retenue par M. Feugère et C. Tendille dans Fiches dir. 1989, p. 36 et p. 143, fig. 97, n° 18, où cet objet est, par erreur, attribué à la « Période I’ (vers 100-50 av. n. è.) ».

4 Ce tesson, comme le suivant est rapporté à de la « cam­panienne A » dans la publication de J.-L. Fiches de 1989, mais faute d’avoir pu les ré-examiner, nous ne reprendrons pas cette qualification.

Table des illustrations

Titre Fig. 79. Structure ST1
Légende A : plan (d’après Fiches, Roux 1981, p. 7). B : coupe (d’après Fiches dir. 1989, p. 47). C : tableau de détermination des os humains (poids en grammes). D : mobilier (1 : céramique à vernis noir ; 2 : céramique à pâte claire massaliète ; 3-8 : céramique non tournée ; 9 : fer) (n° 9 d’après Feugère, Tendille in Fiches dir. 1989, p. 143).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 80. Tombe T2
Légende A : coupe (d’après Fiches dir ; 1989, p. 30). B : tableau de détermination des os humains (poids en grammes). C : répartition du poids des os par grandes régions anatomiques ( % par rapport au total déterminé). D : mobilier (1, 2, et 4 : bronze ; 3 : verre ; 5 : terre cuite modelée ; 6 : fer ; 7-9 : céramique à pâte claire massaliète ; 10-15 : céramique non tournée) (n° 1, 2, 4 et 6 d’après Feugère, Tendille in Fiches dir. 1989, p. 36 et 143).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1275/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 81. Tombe T3
Légende A : coupes (d’après Fiches, Roux 1982, p. 10). B : tableau de détermination des os humains (poids en grammes). C : répartition du poids des os par grandes régions anatomiques ( % par rapport au total déterminé). D : mobilier (1 : céramique à vernis noir ; 2-11 : céramique non tournée).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1275/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 82. Tombe T4
Légende A : tableau de détermination des os humains (poids en grammes). B : répartition du poids des os par grandes régions anatomiques ( % par rapport au total déterminé).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1275/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 83. Tombe T5
Légende A : coupe (d’après Fiches dir ; 1989, p. 41). B : tableau de détermination des os humains (poids en grammes). C : répartition du poids des os par grandes régions anatomiques ( % par rapport au total déterminé). D : mobilier (1 et 2 : corail ; 3 : céramique à vernis noir ; 4 et 5 : céramique non tournée).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1275/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 84. Tombe 6
Légende A, B et C : plan et coupes (d’après Fiches dir. 1989, p. 18 et 22). D : tableau de détermination des os humains (poids en grammes). E : répartition du poids des os par grandes régions anatomiques ( % par rapport au total déterminé).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1275/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 85. Tombe T6
Légende Mobilier (1 et 2 : céramique à vernis noir ; 3-21 : céramique non tournée).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1275/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 86
Légende Fosses A, B et C. Plan et coupes d’après Fiches dir ; 1989, p. 14, 19 et 64).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1275/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 87. Tombe T7
Légende A : tableau de détermination des os humains (poids en grammes). B : répartition du poids des os par grandes régions anatomiques ( % par rapport au total déterminé). C : mobilier (1-15 : bronze) (1-15 d’après Feugère, Tendille dans Fiches dir. 1989, p. 36).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1275/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 88. Tableau synoptique des associations de mobilier déposé dans les tombes et présents dans les bûchers de crémation
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1275/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 466k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search