Version classiqueVersion mobile

Une nécropole du second âge du fer à Ambrussum, Hérault

 | 
Bernard Dedet

Préface

Jean-Luc Fiches

Texte intégral

1Ambrussum doit sa notoriété aux recherches que nous avons pu y conduire durant quatre décennies : dans les années 1970, la fouille de l’oppidum qui domine le Vidourle a porté sur le rempart gaulois, l’habitat préromain et la ville du Haut-Empire ; depuis 1980, l’exploration a concerné l’agglomération routière gallo-romaine, qui s’est développée en piémont, le long de la voie Domitienne. De manière inattendue, alors que L’oppidum n’a pas fait l’objet de fouilles depuis plus de trente ans, ce sont ces recherches extensives dans le lit majeur du Vidourle qui ont fait progresser la connaissance d’Ambrussum au second Âge du Fer. C’est donc pour moi un grand plaisir d’ouvrir ce livre de Bernard Dedet consacré à un nouveau volet de nos connaissances sur ce site majeur, celui des tombes et des pratiques funéraires des habitants de cet oppidum, un siècle environ avant la conquête de la Gaule transalpine. L’intérêt des découvertes de ce chercheur au début des années 2000 dépasse d’ailleurs largement le cadre local, puisqu’il s’agit d’une des très rares nécropoles actuellement connues du milieu du second Âge du Fer qui concernent le monde indigène du Sud de la France.

2Cette nécropole, nous l’avions découverte par surprise, en quelque sorte, quelque vingt-cinq ans plus tôt, lors de la première tranche de travaux développés, entre 1980 et 1985, dans le relais routier gallo-romain. On avait eu alors le souci de rechercher les niveaux d’occupation les plus anciens de la terrasse alluviale, c’est pourquoi des sondages et des fouilles en tranchée furent pratiquées sous l’auberge mise au jour et dans la rue qui la desservait et dont on a rapidement compris qu’il s’agissait de la voie Domitienne. Il faut bien reconnaître cependant que ces recherches visaient d’abord à recueillir des données sur le paléo-environnement et à retrouver des traces de cultures dans un terroir proche de l’oppidum ; elles se sont d’ailleurs révélées fructueuses à cet égard. Mais une première surprise fut de rencontrer, dans tous ces sondages, un niveau d’occupation parfois marqué par un empierrement du sol naturel et comportant le plus souvent une « fosse-foyer », désignée ainsi car on ne soupçonnait pas, tout au long des opérations de terrain, qu’on était en présence de tombes - ce qui explique qu’au terme de la fouille une tranchée ait été réalisée sans plus de précaution à la pelle mécanique pour lire les relations stratigraphiques existant réellement entre les différentes parties de l’îlot. On pensait avoir à faire à un habitat hors les murs que le matériel recueilli permettait alors de dater entre 250 et 175 av. J.-C. Ce n’est, autre surprise, qu’au cours de la préparation de la publication parue en 1989, « L’oppidum d’Ambrussum et son territoire. Fouilles au quartier du Sablas », que l’étude des ossements a révélé qu’il s’agissait de restes humains incinérés, ce qu’il était difficile de soupçonner en l’absence d’ossuaire.

3Lorsque la fouille de l’agglomération routière reprit en 1993, priorité fut donnée à la caractérisation des îlots mis au jour sur plus d’un hectare sans qu’il ait été jugé nécessaire de les fouiller jusque dans leur état le plus ancien ; il s’agissait surtout de localiser les différents équipements et services du relais routier gallo-romain pour en dégager l’organisation d’ensemble. Mais en 1998, à l’issue de deux programmes triennaux, d’autres axes de recherche étaient envisagés. Déjà cette année-là, la mise en route d’un projet collectif de géoarchéologie sur la vallée du Vidourle avait permis de réaliser, près du pont romain et perpendiculairement au Vidourle, une tranchée profonde de 5,50 m. On y a distingué dix phases de dérèglement hydrologique, d’ampleur et d’intensités inégales, au cours de l’Antiquité. On y a aussi reconnu, dans le fond, une occupation de la période 275-175 av. J.-C., caractérisée par un mur appareillé, des fosses et des sols aménagés ; ainsi l’habitat a très tôt débordé de l’enceinte pour investir la berge du fleuve dans une période où la plaine présentait un drainage naturel et une stabilité importants.

4C’est dans ce contexte qu’il a été décidé d’explorer plus avant le quartier de la nécropole entrevu entre 1980 et 1985. Les sondages pratiqués alors dans la zone 1 étaient restés limités, leur superficie cumulée ne dépassant pas 40 m2. Or, la cour de cet îlot, présenté dans son état augustéen (soit 1 m seulement au-dessus du sol de la nécropole), offrait un espace de 400 m2 environ dans lequel le niveau funéraire avait été peu touché ; il a donc été décidé d’investir ce secteur non bâti et facile d’accès en programmant cinq tranches de travaux de sorte qu’à l’issue de chaque campagne annuelle la partie explorée était remblayée avec les déblais entreposés à proximité.

5Mais cette opération n’a pu être engagée et menée à bien que grâce à la compétence et à la disponibilité de Bernard Dedet. Il a conduit la fouille avec la rigueur du spécialiste en archéologie funéraire. Comme en témoigne cet ouvrage, il a assuré lui-même l’analyse minutieuse de la plupart des éléments mis au jour, sachant aussi s’entourer de collaborateurs grâce à qui l’étude la plus complète et la plus précise a pu être réalisée. Si ce quartier de la nécropole d’Ambrussum devient aujourd’hui un site de référence pour l’archéologie funéraire protohistorique du Midi de la France, on le doit à sa connaissance intime de ce domaine de recherche. Mais c’est également grâce à ses qualités pédagogiques, déjà appréciées par les fouilleurs sur le terrain, qu’une partie de l’exposition réalisée dans le bâtiment d’accueil ouvert à l’entrée du site en 2011, permet au public le plus large de comprendre tout l’intérêt de ces traces ténues, révélant des pratiques dont le sens nous échappait naguère.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search