Version classiqueVersion mobile

Les amphores grecques dans le nord de l’Italie

 | 
Federica Sacchetti

Conclusions

Texte intégral

1Le développement du commerce dans la vallée du Pô et dans le reste de l’Italie du nord entre le vie et le ve s. av. J.-C. est un thème central du débat scientifique de ces dernières années à propos du rôle des Étrusques dans le système des échanges. L’attention des chercheurs s’est en effet concentrée non seulement sur l’organisation socio-politique, mais également sur les potentialités économiques et sur les rapports internes de la région, dans l’effort de restituer le cadre général des dynamiques et des itinéraires commerciaux. Ce cadre se présente dans son complexe très articulé, l’Étrurie padane se proposant comme le carrefour des intérêts commerciaux de différents groupes ethniques dès une époque très ancienne.

  • 1 Pour la situation historico-économique et les contacts culturels attestés dans la région padane ent (...)
  • 2 Pour une synthèse de la situation des importations et des contacts commerciaux et culturels de la r (...)
  • 3 Sur le floruit de l’Étrurie padane vers le milieu du vie s. av. J.-C. et la naissance d’un système (...)

2Le territoire padan fut traversé dès l’époque villanovienne par un important itinéraire commercial1. À la suite de l’insertion progressive des partenaires commerciaux grecs, dans le courant de la première moitié du vie s. av. J.-C., le rôle de centre des intérêts économiques et culturels exercé depuis toujours par la région atteignit son acmé après le milieu du siècle et pendant le siècle suivant2. Dans cette période, les échanges se sont totalement réorganisés sous l’effet du changement des conditions politico-économiques internationales qui toucha d’un côté le monde grec, et de l’autre le monde celtique, en impliquant l’intermédiaire étrusque. La manifestation la plus éclatante du phénomène consista dans la nouvelle physionomie fédérale prise par la région étruscopadane dans la diffusion du modèle urbain à travers la nouvelle fondation de Bologne/Felsina, et dans la fondation ou l’implication d’autres cités et habitats, tels Adria, Spina, Marzabotto, et le Forcello. Cette réorganisation doit être examinée en liaison avec la nécessité de soutenir et de renforcer des activités commerciales de plus en plus complexes et désormais décidément projetées vers la Côte Adriatique septentrionale3. Que le développement et l’organisation du territoire et des centres urbains aient été intimement liés au progrès des activités commerciales est prouvé par le fait que les centres principaux ont été fondés dans des endroits stratégiques le long des routes qui reliaient Felsina, princeps de la dodécapole padane, aux points-clés des principales routes commerciales qui traversaient son territoire : la route orientale, qui dans les villes adriatiques d’Adria et de Spina voyait se mélanger plusieurs composantes ethniques, et notamment les éléments étrusque et grec ; la route méridionale, qui à travers la ligne de faîte des Apennins contrôlée par le centre de Marzabotto conduisait à l’Étrurie tyrrhénienne et surtout à la zone minière ; et enfin la route septentrionale, qui à travers l’axe Pô-Mincio et le port fluvial du Forcello garantissait les liaisons avec les populations de l’Italie nord-occidentale et du monde celtique transalpin. Ce système complexe et articulé permet à la région étrusco-padane de s’insérer pleinement dans les parcours commerciaux les plus importants de la fin du vie et du ve s. av. J.-C.

3Dans les trente dernières années, la reprise des fouilles archéologiques de quelques centres parmi les plus importants de la région étrusco-padane, tels Adria, Spina et Marzabotto, et la découverte de nouveaux sites, comme le Forcello, et San Basilio, ont permis de reconsidérer sous une lumière nouvelle certains aspects déjà traités dans le passé, de fournir un tableau beaucoup plus complexe qu’on ne l’imaginait des modalités d’occupation du territoire padan, notamment de l’aire du delta, et ont enfin contribué à porter au premier plan des problématiques jamais affrontées auparavant.

  • 4 Vallet, Villard 1961, notamment p. 312 ; Vallet 1962. Sur l’argument sont ensuite revenus à plusieu (...)

4Parmi ces dernières, une place tout à fait évidente est occupée par les amphores de transport, catégorie d’importations négligée jusqu’ici par les études traditionnelles à cause des difficultés d’identification et de classification, Ces lacunes étaient particulièrement évidentes entre la seconde moitié du vie et les débuts du ive s. av. J.-C, période où se développe l’Étrurie padane. Les lacunes d’un cadre historico-économique traditionnellement reconstitué sur la base exclusive de céramiques de table et de biens de prestige, en excluant complètement les conteneurs destinés au transport et au commerce de biens de première nécessité, sont tout à fait claires et ont été depuis longtemps dénoncées de plusieurs côtés4.

  • 5 Sassatelli 1993, notamment p. 183, 211-213, avec bibliographie ; Id. 2008, avec mise à jour des réf (...)

5L’examen des sources littéraires et archéologiques montre que, mises à part les matières premières comme les métaux, l’objet principal des échanges dans l’aire padane était les produits de l’agriculture et de l’élevage5. Certaines de ces marchandises, à cause de leur nature périssable, ne peuvent évidemment être étudiées que de manière indirecte, à travers l’analyse des récipients utilisés pour les transporter, et principalement les amphores destinées au commerce de l’huile et surtout du vin, qui constituaient sans aucun doute les produits d’échange privilégiés des emporoi grecs.

6Comme en témoigne la documentation du secteur centro-méridional de la péninsule italienne, leur importation en Occident commence au moins à la fin du viiie s. av. J.-C. Mais ce n’est qu’au début du vie qu’elle touche aussi le marché septentrional, pour le conquérir à partir de la seconde moitié du siècle. Cette évolution est la conséquence, non seulement de la réorganisation de l’Étrurie padane qu’on vient d’examiner, mais aussi des nouveaux choix de politique agraire mis en place en Grèce sous Pisistrate. Ces choix, comme cela est bien connu, privilégièrent les productions de type intensif comme la vigne et l’olivier, dont les dérivés connurent un surplus de production destiné à l’exportation, et provoquèrent l’abandon progressif des cultures extensives de blé et de céréales, qu’on allait maintenant chercher dans d’autres marchés comme celui du riche arrière-pays padan.

  • 6 Pour l’hypothèse, amplement acceptée ensuite (cf. Sassatelli 1990, p. 89-90 ; Id. 1993, p. 209), no (...)
  • 7 Cf. dernièrement les cartes de répartition de Pape 2000.
  • 8 Les plus anciens pépins de raisin cultivé découverts jusqu’ici en Italie septentrionale semblent po (...)
  • 9 Voir les cartes de diffusions dressées par M.C. Cattaneo et R. de Marinis (Cattaneo Cassano 1995, p (...)
  • 10 La possibilité d'un transvasement du vin des amphores dans des conteneurs de matière périssable pou (...)

7Selon une opinion courante, le vin grec qui arrivait aux emporia de la côte septentrionale de l’Adriatique ne devait être destiné qu’en partie à la consommation locale, son ultime et principale destination étant vraisemblablement le marché celtique au-delà des Alpes6. À l’appui de cette hypothèse, plusieurs arguments ont été énoncés : avant tout la diffusion de céramiques attiques et de vases en bronze étrusques, destinés à la consommation du vin, dans le territoire de Golasecca et les centres celtiques transalpins7 ; ensuite les attestations littéraires et archéologiques relatives à une production vinicole dans l’aire de la Haute Adriatique au moins à partir du ve s.8 ; enfin et surtout, l’absence ou la faible diffusion des amphores vinaires grecques dans les sites de l’Italie du nord en dehors des localités considérées comme des lieux de transit pour ces marchandises vers le monde transalpin, c’est-à-dire les ports où elles faisaient escale comme Spina et Adria, ou les centres d’où l’on imagine que la redistribution vers le nord avait lieu, comme le Forcello. Sur la base du tableau de diffusion des amphores grecques tracé il y a quelques années on pouvait en effet observer leur présence presque exclusive dans des localités situées sur les voies d’eau : dans l’aire du delta, comme à Adria, à San Basilio et à Spina ; ou bien le long des itinéraires fluviaux qui allaient vers le nord, comme à Le Balone, sur une branche du Pô, et au Forcello, à la confluence entre le Pô et le Mincio. En dehors de ces parcours fluviaux, les attestations étaient rares, limitées aux trois localités de Poviglio, Marzabotto et sans doute Este, et tout à fait isolées, chaque site comptant une unique présence amphorique9. Donc, les centres étrusques au sud du Pô comme Bologne et Marzabotto, la région des lacs lombards et la région paléo-vénète et rhétique et enfin les pays au-delà des Alpes, bien qu’insérés dans le circuit commercial de la céramique attique, semblaient être exclus de celui des amphores. Celles-ci, attestées le long de la côte, semblaient arrêter leur parcours en direction nord au Forcello. Selon l’hypothèse qui fut alors avancée, au Forcello, à l’endroit où le Mincio devenait plus difficilement navigable, la route fluviale fut abandonnée pour une route terrestre conduisant à la zone de piémont et aux défilés des Alpes ; pour ce faire, on a jugé qu’il devait être plus pratique de transvaser le vin dans des outres de peau et des tonneaux en bois10.

  • 11 Cf. Pape 2000, avec cartes de diffusion et aussi Ciurletti 1996, où sont répertoriées des iconograp (...)

8Dans ces conteneurs, le vin devait ainsi être redistribué dans le territoire interne, aussi bien auprès des populations celtiques transalpines, considérées comme les principaux destinataires de cette marchandise, qu’auprès des populations paléo-vénètes, rhétiques et du territoire de Golasecca en deçà des Alpes. Dans ces territoires, la consommation du vin est documentée par la diffusion de la vaisselle à boire, importée ou de production locale11

  • 12 Je fais allusion à la position plus modérée de M. Gras (Gras 1998, p. 60-61), qui tout en étant per (...)

9Quelques voix plus prudentes, ou même discordantes, ont récemment mis en garde contre des reconstructions des dynamiques historico-commerciales basées sur des données encore partielles. Elles mettaient en avant une série d’arguments qui pouvaient contredire le cadre ainsi dessiné et suggérer une plus grande participation de l’aire étrusco-padane tout entière non seulement au commerce mais également à la consommation du vin grec, ou même contester que les produits alimentaires grecs qui arrivaient aux ports de la Haute Adriatique12 fussent destinés aux régions au nord des Alpes.

10L’étude d’ensemble des amphores grecques dans le territoire compris entre les Apennins et les Alpes permet aujourd’hui de nourrir ce débat. La contribution fournie par le matériel inédit des fouilles anciennes et récentes permet de combler certaines lacunes ou d’en proposer une explication possible. L’analyse globale des importations du territoire permet de sortir des limites de chaque site pour considérer la région dans son ensemble.

11Une première observation générale concerne donc la carte de diffusion des amphores grecques importées dans ce secteur de la péninsule italienne entre le vie et les débuts du ive s. av. J.-C. (fig. 69 et 95).

12Sur la base de la nouvelle carte, il est évident que l’impression de vide général ou de défaut de documentation dans les sites principaux de l’aire padane, Adria, San Basilio, Bologne et Marzabotto, a été conditionnée par l’état des études et des publications.

13En effet, la diffusion des amphores commerciales dans le territoire padan est assez capillaire, concernant tous les principaux sites étrusques. La quantité d’individus documentés dans les différents sites peut être considérée comme proportionnelle aux aires d’habitat explorées suivant les méthodes modernes de la fouille stratigraphique. La présence inattendue d’amphores dans les centres situés à l’intérieur, loin des parcours commerciaux qui menaient aux Alpes, témoigne de la totale implication du marché padan dans l’importation de produits alimentaires de la Grèce, non seulement pour leur acheminement vers d’autres destinations mais aussi pour leur consommation locale. Tant la région septentrionale au-delà du Pô (ce à quoi on s’attendait), que le secteur padan central et apenninique, étaient en effet pleinement intéressés par le circuit commercial qui acheminait les produits alimentaires (et non seulement artisanaux) d’origine méditerranéenne dans les principaux centres contrôlés dans la région par les Étrusques.

14Il faudra par conséquent redimensionner l’idée que les marchandises grecques arrivées en Italie du nord, et notamment le vin, étaient presque exclusivement destinées au marché transalpin.

  • 13 Voir en dernier Baldoni 2009, p. 246-249, qui traite de la situation spécifique de Marzabotto, mais (...)

15Fondamentalement, le commerce des céramiques grecques décorées, amplement diffusées dans le territoire avec une nette préférence pour les formes utilisées pour la consommation du vin13, ne devait pas être séparé de celui des produits consommés à l’occasion des cérémonies d’origine grecque que les peuples étrusques de l’aire padane ont adoptées à partir de la deuxième moitié du vie s. av. J.-C.

16La caractéristique que semblent en effet partager les sites de diffusion des amphores de l’Italie septentrionale est leur participation au système fédéral étrusco-padan.

  • 14 Bonomi 2003, fig. 4. Il s’agit d’une lèvre d’amphore du groupe Solokha I datable du courant de la s (...)
  • 15 Bonomi 2004, avec bibliographie précédente.
  • 16 La présence d’une amphore grecque, corinthienne B pour la précision, à Este a été signalée de maniè (...)

17En l’état actuel de nos connaissances, il semblerait que l’aire paléo-vénète ainsi que l’aire celtique de la culture de Golasecca se soient tenues plutôt en marge de ce phénomène. En ce qui concerne l’aire paléo-vénète, il n’y a actuellement qu’une seule amphore commerciale grecque documentée à Padoue (fig. 93)14, où le problème de la faible présence de céramique grecque décorée a été également longtemps débattu15. Je n’ai trouvé, en revanche, aucune confirmation concernant la possible présence d’une amphore corinthienne B signalée à Este16.

Fig. 93. Padoue, Via San Francesco (Palazzo Zabarella), lèvre d’amphore du groupe Solokha I

Fig. 93. Padoue, Via San Francesco (Palazzo Zabarella), lèvre d’amphore du groupe Solokha I

Soprintendenza per i Beni Archeologici per il Veneto).

  • 17 Carta archeologica della Lombardia. V. Brescia. La città, Modena 1996, II, p. 43. Il s’agirait d’un (...)
  • 18 Gambari 1993, p. 128, n. 8-9 (type Py 3).

18Pour ce qui concerne l’aire de la culture de Golasecca, un fragment de panse appartenant à une amphore commerciale grecque a été trouvé dans l’habitat de Brescia17. Les seuls autres fragments d’amphores commerciales que je connaisse provenant de cette zone viennent de l’habitat de Briccola de Castelletto Ticino, mais ils sont à attribuer à la production étrusque et sont datables entre la fin du viie et le milieu du vie s. av. J.-C.18.

  • 19 Macellari 1990, p. 265-266, pl.LXXIX, 2. Il s’agit d’un fragment de lèvre d’amphore de ‘forme 2’ av (...)

19Pour revenir au secteur étrusco-padan, où sont concentrées les découvertes, la diffusion des amphores ne semble pas, d’après nos connaissances actuelles, avoir atteint la zone à l’Ouest du territoire de Mantoue, et notamment du site du Forcello. La trouvaille occasionnelle d’un fragment d’amphore grecque à Case Carpi de Poviglio, dans l’Émilie occidentale (fig. 94), est actuellement tout à fait isolée19.

Fig. 94. Reggio Emilia, Civici Musei, lèvre d’amphore gréco-occidentale de « forme 2 » ou « 3 » en provenance de Poviglio, lieu-dit Case Carpi

Fig. 94. Reggio Emilia, Civici Musei, lèvre d’amphore gréco-occidentale de « forme 2 » ou « 3 » en provenance de Poviglio, lieu-dit Case Carpi

(photo F. Sacchetti).

  • 20 Les amphores grecques de Verucchio, provenant de contextes d’habitat du ve s. av. J.-C., ont été an (...)

20Donc, le circuit de distribution des amphores semble avoir touché fondamentalement les centres principaux de l’Étrurie padane : Adria-San Basilio, Spina, Bologne, Marzabotto, le Forcello et Verucchio20.

Fig. 95. Carte de répartition des amphores commerciales grecques dans le territoire compris entre les Apennins et les Alpes.

Fig. 95. Carte de répartition des amphores commerciales grecques dans le territoire compris entre les Apennins et les Alpes.

Nombre d’amphores supérieur à 30 individus (points de grande taille) : 1. San Basilio ; 2. Spina ; 3. Forcello ; 4. Marzabotto. Nombre d’amphores compris entre 15 et 30 individus (points de taille moyenne) : 5. Bologne ; 6. Adria. Nombre d’amphores inférieur à 15 individus (points de petite taille) : 7. San Cassiano ; 8. Le Balone ; 9. Padoue ; 10. Poviglio ; 11. Brescia ; 12. Verucchio.

(F. Sacchetti).

  • 21 Dans ce calcul, outre les individus présentés dans les catalogues des sites (cf. supra p. 106 et 11 (...)

21Quant aux contextes de provenance des amphores, il s’agit presque exclusivement de zones d’habitat. Treize amphores uniquement sur les 324/342 individus21 pris en considération dans ce volume proviennent de contextes funéraires. Huit d’entre elles viennent des nécropoles de Spina et cinq d’Adria et de son territoire. En l’état actuel des connaissances on ne peut que se limiter à observer un phénomène qu’il est très difficile d’interpréter. En effet, d’une part, les études sur le rituel funéraire de l’Étrurie padane sont encore insuffisantes. D’autre part, la coutume de l’offrande de vin dans ces quelques tombes du Nord de l’Italie ne peut être reliée ni à la culture étrusque, compte tenu du manque total d’amphores dans les milliers de tombes connues à Bologne et Marzabotto (cf. supra p. 209 et p. 261), ni à la culture grecque, étant donné la rareté d’amphores dans les contextes funéraires des cultures grecques entre la fin du vie s. et le courant du ve s. av. J.-C.

22On se limitera donc à mettre en évidence que ces présences constituent des exceptions dans le rituel funéraire de l’Étrurie padane et que ces exceptions se concentrent dans les zones portuaires du delta du Pô. On serait donc tenté de penser que cette particularité dépend d’une situation propre aux sites étrusques « de frontière », vu le caractère multiethnique, bien connu et typique des ports, qui distingue les deux centres du delta du Pô.

23Une observation complémentaire concernant ces découvertes est que la presque totalité des amphores faisant partie de mobiliers funéraires est de production gréco-occidentale. Dix des treize amphores provenant de contextes funéraires appartiennent en effet au type corinthien B (cat. AD3-AD6 ; LB2 ; SP2-SP4 ; SP13-SP14) (fig. 72, 73, 79, 80), deux au groupe gréco-oriental Solokha I (cat. SP39-SP40) et une est de production nord-égéenne (cat. SP 28). Leur chronologie est comprise entre les débuts du ve et les débuts du ive s. av. J.-C.

  • 22 Cf. Sacchetti 2012.

24Du point de vue du niveau chronologique, on a pu établir que le début des importations d’amphores devait se situer dans le courant du deuxième quart du vie s. av. J.-C. et qu’il concerne l’aire septentrionale du delta du Pô, notamment Adria et San Basilio22. Ce n’est qu’après le milieu et surtout à partir de la fin du siècle qu’on peut en enregistrer la diffusion dans le reste du territoire étrusco-padan, excepté sans doute un cas isolé documenté à Marzabotto (cf. supra p. 214-215, cat. MA1).

  • 23 Identification et détermination de F.M. Gambari (Gambari 1993, p. 128, notes 8-9). Les autres ampho (...)

25Les amphores attestées dans le Nord de l’Italie ne concernent que les productions du monde grec. À l’heure actuelle, les productions phénico-puniques ou étrusques, ne sont pas documentées dans ce territoire, à l’exception d’une amphore étrusque de type Py 3, produite à Caere entre la fin du viie et le milieu du vie s. av. J.-C., trouvée dans l’habitat de Briccola de Castelletto Ticino, dans l’aire de la culture de Golasecca23

  • 24 Johnston & Jones 1978 et Rizzo 1990.

26En revanche, presque toutes les séries amphoriques connues dans le monde grec sont attestées dans le Nord de l’Italie. En l’état actuel des recherches, seules manquent les amphores de Marseille, parmi les productions de l’Occident grec, et les amphores laconiennes et de Lesbos parmi les productions de la Grèce propre et de l’Est. L’absence également des amphores SOS peut sans doute s’expliquer par des raisons chronologiques. En effet la forme SOS Late II, la plus récente, est datable entre le dernier quart du viie et le premier quart du vie s. a.C.24. Par conséquent, l’interruption de sa production se situe juste avant les plus anciennes importations d’amphores dans le secteur nord-adriatique et bien avant l’épanouissement du système économique étrusco-padan engendrant la floraison des échanges avec le monde grec.

27Il est assez difficile de quantifier pour les différents sites les importations des diverses macro-aires de productions (Grèce d’Occident, Grèce de l’Est, Égée septentrionale, Grèce propre) à cause de l’insuffisance de la documentation sur les ports d’arrivée des marchandises méditerranéennes et de l’absence d’un site emporique représentatif.

  • 25 Bonomi 2000a.
  • 26 Pubblico Giardino (Donati, Parrini 1999) ; via San Francesco (Bonomi, Camerin, Tamassia 2003). Cett (...)
  • 27 Lippolis 2000, p. 111 ; Bruni 2004, p. 84.
  • 28 Patitucci Uggeri, Uggeri 1993, en particulier p. 24-25.
  • 29 Salzani, Vitali 2003.

28En effet, l’habitat étrusque d’Adria, le port le plus septentrional et le plus anciennement actif, étant donné que sa documentation remonte à la première moitié du vie s.25, se trouve en dessous de la ville moderne. Seules les anciennes fouilles de 1878 du Pubblico Giardino et celles récentes et en partie inédites de via San Francesco et de via Ex Riformati ont pu mettre au jour des couches du vie et du ve s. av. J.-C., mais sur des surfaces réduites26. L’habitat de Spina, actif à partir de 540 av. J.-C.27, a été découvert dans les années 1970 à l’occasion des travaux d’assainissement des marais de Valle Lepri, du côté de Comacchio. Il n’a été exploré que par quelques sondages et il a été fouillé sur une surface également très limitée : une bande de terrain de 200 m x 20 m dont on prévoyait l’élimination pour des exigences d’assainissement28. À ces deux ports s’ajoute aujourd’hui le site côtier de San Basilio, fouillé sur une surface de 103 m2 grâce à l’ouverture de deux tranchées de 7 m x 2 m et de 8,9 m x 2 m29.

29Mais nos réflexions sont également conditionnées par le manque d’homogénéité des contextes du territoire padan. Dans les seuls cas du Forcello et de Marzabotto, deux sites de l’intérieur, il est possible de suivre le comportement économique en s’appuyant sur des données provenant de l’exploration de vastes secteurs d’habitat entre le milieu du vie et les débuts du ive s. av. J.-C., données témoignant donc de toute la période considérée dans cette étude.

30Pour cet arc chronologique, les documentations archéologiques de Bologne et de Spina sont de type presque exclusivement funéraire et les amphores provenant de secteurs limités d’habitat n’ont qu’une valeur indicative. En plus, à Bologne, le secteur qui a restitué le plus grand nombre d’amphores est celui de l’acropole de la cité étrusque, c’est-à-dire un contexte de sanctuaire qui ne reflète pas nécessairement les situations réelles de la consommation de l’habitat et où, comme on l’a suggéré (cf. supra p. 209), le contexte d’où proviennent les amphores est probablement limité à la seconde moitié du ve s. av. J.-C. En ce qui concerne l’aire septentrionale du delta du Pô, les secteurs d’habitat qui ont fait l’objet d’enquêtes dans le courant des dernières années et sur lesquels il a été possible de faire une recherche extensive, même sur des surfaces réduites, concernent surtout les phases d’époque archaïque (Adria-Via Ex Riformati et San Basilio), tandis que les recherches conduites sur les contextes du milieu et de la seconde moitié du ve s. ont été jusqu’ici plus limitées (Adria-Via San Francesco).

31En général, on peut de toute façon observer quelques tendances partagées par tous les sites dans le secteur du delta du Pô, septentrional et méridional.

32Dans cette aire les productions amphoriques les mieux attestées dans le courant du vie s. av. J.-C. sont les productions grecques d’Occident, attribuables en particulier au groupe « corinthien B archaïque » (ou « forme 1α ») et datables de la seconde moitié du siècle.

33Les premières importations de la Grèce de l’Est remontent au deuxième quart du vie s. av. J.-C. et vers la fin du siècle semblent commencer les importations de l’Égée du nord et de rare amphores du type « à la brosse ». Dans le courant du ve s. av. J.-C., les productions les mieux documentées dans ce secteur sont encore gréco-occidentales, désormais avec le type corinthien B évolué, toujours suivies par les productions de la Grèce de l’Est et celles d’Égée du nord. Les amphores corinthiennes A/A’ sont très rares et limitées au milieu ou à la seconde moitié du siècle.

  • 30 En se limitant à l’aire occidentale de la Méditerranée, un passage analogue peut être remarqué à Vé (...)
  • 31 Pour les découvertes d’amphores de ce groupe hétérogène dans la forme du ive s. av. J.-C., voir en (...)

34Au ve s., les deux sites les mieux documentés, le Forcello et surtout Marzabotto, présentent une situation particulière, différente de celle du delta, puisque les amphores les mieux attestées sont celles de la Grèce de l’Est. À l’intérieur des productions gréco-orientales, on peut observer une concentration d’amphores de Chios et du groupe Samos-Milet avant le troisième quart du ve s. On a l’impression que la place occupée dans le marché adriatique par ces productions a été remplacé dans la seconde moitié du ve et au début du vie s. av. J.-C. par le groupe Solokha I30. La production de cette forme amphorique était probablement partagée par plusieurs centres de l’aire égéenne orientale et méridionale, ceux-là mêmes qui avaient participé à la production des amphores du groupe Samos-Milet. L’incidence remarquable des amphores attribuables au groupe Solokha I dans l’Italie septentrionale est à souligner. Il faut en effet rappeler que ce groupe est connu presque exclusivement grâce à des découvertes effectuées dans l’aire égéenne et datables, sauf pour Athènes, surtout dans le courant du ive s. av. J.-C.31, alors qu’il semble pratiquement absent dans la Méditerranée occidentale (cf. supra I, 5 § 4.4). Les découvertes du Nord de l’Italie témoignent donc du grand intérêt exercé par cette zone au cours de la deuxième moitié du ve s. av. J.-C. et de sa totale implication dans les circuits commerciaux de longue distance liés à la Mer Égée.

  • 32 Observations personnelles pour Marzabotto ; observations de R. de Marinis pour le Forcello - cf. ca (...)

35Dans le courant du ve s. av. J.-C., dans les deux sites, on trouve également bien documentées les amphores de l’Égée du nord. L’identification des différents centres de production de cette aire est encore très difficile, mais la morphologie et la pâte des amphores de Mendé, bien connue par son vin, sont assez caractéristiques. On peut ainsi noter que, tant à Marzabotto qu’au Forcello, les importations de Mendé semblent se concentrer dans la deuxième moitié du ve s. av. J.-C. (formes Middle et Late Mendean)32.

36On notera une certaine différence entre les deux sites pour les amphores grecques d’Occident, pratiquement absentes à Marzabotto, aussi bien au vie (« forme 1α » et « forme 2 ») qu’au ve s. (type corinthien B), tandis qu’elles sont bien documentées dans toute l’aire du delta et au Forcello. Sur ce site, en effet, au vie s., les amphores de production occidentale archaïque couvrent la moitié environ des importations et dans le courant du ve s. les amphores du type corinthien B en représentent encore un bon pourcentage.

37Ce pourcentage du Forcello est à peu près équivalent à celui des amphores de type corinthien A/A’, bien représentées dans la phase plus récente de l’habitat, mais totalement absentes des contextes antérieurs au deuxième quart du ve s. av. J.-C. (de Marinis 2007, p. 159).

38Il en va de même pour le secteur du delta, septentrional et méridional, où la présence de ce type amphorique, tout comme au Forcello, est datable du milieu ou du courant de la seconde moitié du ve s. av. J.-C.

39À Marzabotto, en revanche, on remarque un fort pourcentage d’amphores de type corinthien A/A’, dans des formes et des contextes de pleine époque archaïque.

40Ce qui distingue donc Marzabotto du reste de l’aire examinée est, d’une part, la considérable quantité d’amphores corinthiennes A/A’ et, de l’autre, la faible présence des amphores de production occidentale, aussi bien au vie que dans le courant du ve s. av. J.-C.

  • 33 Cf. respectivement supra I, 1 § 2.2 et I, 2 § 1.1.

41Les dénominations utilisées conventionnellement pour ces productions occidentales étant souvent trompeuses, il n’est pas superflu de rappeler une fois de plus qu’une partie de ces productions pouvait être localisée dans l’Est de la Mer Ionienne ou le Sud de l’Adriatique, aussi bien au vie qu’au ve s. av. J.-C.33

  • 34 Docter sous presse. Cette contribution, bien qu’elle soit encore inédite, a été déjà mentionnée aus (...)

42Pour ce qui concerne l’époque archaïque, c’est dans cette zone qu’il faut situer la fabrique identifiée par R.F. Docter sur la base des analyses pétrographiques du matériel de Butrint, encore inédit (cf. supra I, 2 § 1.1)34. Des recherches ultérieures pourront peut-être déterminer si les amphores de la cité de l’Albanie méridionale sont attribuables au même atelier corcyréen actif aux époques classique et hellénistique (Kourkoumélis-Rodostamos 1988 ; Preka-Alexandri 1992) ou bien à une autre fabrique à rechercher sur la terre ferme d’en face.

43D’après un examen visuel, le matériel de l’Albanie présente des pâtes céramiques semblables à celles de plusieurs exemplaires de l’aire étudiée dans ce volume, mais ce n’est qu’avec la poursuite des recherches dans cette direction que l’on pourra identifier l’origine des amphores gréco-occidentales d’époque archaïque si bien attestées dans la Haute Adriatique et déterminer le rôle éventuel de Corcyre et du secteur ionien oriental / adriatique méridional dans leur commerce (Sacchetti 2012).

44En ce qui concerne la forme dite corinthienne B du ve s. av. J.-C., attribuée dans un premier temps à Corinthe, les lieux de production restent pour l’instant difficiles à préciser. Il existe deux exceptions, limitées uniquement au ve s. av. J.-C. : l’atelier identifié dans le quartier artisanal de Corcyre (Corfou) et la fabrique qui a été attribuée à Apollonia, dans l’Illyrie méridionale (Mano 1971 ; Desy 1982 ; Whitbread 1995, p. 283), qui pourrait avoir été en activité dès ce moment-là (Ceka 1986, p. 89). L’examen visuel des pâtes des amphores corinthiennes B des fouilles de Corcyre a cependant fait penser que la fabrique corcyréenne aurait pu être flanquée d’autres productions, à rechercher peut-être en Épire (Kourkoumélis-Rodostamos 1988, p. 113), où l’on connaît maintenant les amphores corinthiennes B de forme évoluée étudiées à Butrint par R.F. Docter et définies comme « local production from Corfù-Butrint » (Docter sous presse). De plus en plus d’indices viennent appuyer l’hypothèse d’une concentration de la production du type corinthien B dans l’aire comprise entre la basse Adriatique et la Merlonienne.

45La variété des pâtes qu’on peut parfois observer dans les amphores du type corinthien B de l’Italie du nord suggère de ne pas exclure qu’elles proviennent de sites différents, qu’on ne peut pas actuellement préciser, mais qui s’insérerait dans le même problématique que les amphores « corinthiennes B archaïques » (ou « forme 1α »). Les exemplaires de l’une et de l’autre série que j’ai pu analyser dans la Haute Adriatique sembleraient présenter des pâtes très semblables.

  • 35 Ces publications ont également souligné l’anomalie du comportement de Marzabotto par rapport à la c (...)

46Marzabotto semble partiellement en marge de ce système. Ici les productions occidentales sont rares et les premières importations d’amphores, encore isolées, pourraient être liées aux routes apenniniques qui ont véhiculé sur le site avant le milieu du vie s. les céramiques méso- et tardo-corinthiennes déjà mentionnées (cf. p. 212), la céramique étrusco-corinthienne (Lippolis 2000, p. 102-103, 109, n° 5.2, 5.5) et le bucchero d’importation (Malnati, Macellari 1989, p. 30-31)35, à moins d’envisager la mise en place de rapports d’échanges précoces avec le secteur septentrional du delta du Pô (Adria et San Basilio) pour une époque où la zone littorale est encore mal connue. C’est au contraire aux relations avec l’aire du delta, et notamment avec son secteur méridional (Spina), qu’il faudra probablement rattacher les amphores grecques arrivées en plus grand nombre sur le site de l’Apennin entre la fin du vie et le début du ive s. av. J.-C. Dans cette phase, les liens commerciaux entre Marzabotto et Spina sont justifiés par le nouveau rôle joué par les deux cités dans la restructuration de l’Étrurie padane de la part de Bologne (Sassatelli 1990) et ils ont été récemment mis en relief par l’analyse de la céramique décorée (Lippolis 2000, p. 103-106 ; Baldoni 2009, p. 245).

  • 36 À Pise, les productions occidentales archaïques sont documentées par quelques fragments attribuable (...)
  • 37 La publication du matériel datant, provenant de ces contextes, permettra sans doute de préciser la (...)
  • 38 Cf. Poggesi et al. 2005, p. 272, où l’on fait mention de la découverte de fragments d’amphores étru (...)
  • 39 Sur les rapports apenniniques entre l’Étrurie tyrrhénienne et la vallée du Reno, et donc Marzabotto (...)

47Je ne peux toutefois m’empêcher d’observer que la grande quantité d’amphores corinthiennes A/A’ (datables exclusivement sur une base typologique) et la faible quantité d’amphores de production occidentale, tant du vie que du ve s., semblent distinguer Marzabotto du reste de l’aire padane et le rapprocher plutôt de ce que nous savons de Pise et d’autres sites trans-apenniniques du versant étrusco-tyrrhénien septentrional36. Il n’est pas à exclure que Marzabotto, encore au ve s., ait pu bénéficier de relations directes et privilégiées avec l’aire tyrrhénienne grâce à sa position sur les routes reliant les deux versants des Apennins. Cette observation devra un jour être reconsidérée à la lumière de la publication des contextes fouillés au cours du xxe s. à Marzabotto37, de l’avancement souhaité des recherches sur le delta padan méridional (notamment Spina) ainsi que de la publication des amphores de Prato-Gonfienti38. La proximité géographique et culturelle de ce nouveau site étrusque découvert sur l’autre versant de l’Apennin permettra de mieux définir la position de Marzabotto le long des routes qui reliaient l’Étrurie tyrrhénienne à l’Étrurie padane39.

Notes

1 Pour la situation historico-économique et les contacts culturels attestés dans la région padane entre le ixe et le vie s. av. J.-C. nous renvoyons à Sassatelli 1986, p. 11-36 et Id. 1990, p. 53-58 (pour Bologne) ; Id. 1996 et Id. 1999, en particulier p. 71-87 (pour Verucchio). Pour une synthèse récente cf. Morigi Govi, Marchesi 2000 et Sassatelli, Donati 2005.

2 Pour une synthèse de la situation des importations et des contacts commerciaux et culturels de la région padane au moment de l’intensification des échanges avec le monde grec, nous renvoyons à Sassatelli 1993, notamment p. 180-182, avec références bibliographiques précédentes. Plus récemment G. Sassatelli lui-même (Id. 1998, notamment p. 36-38 ; Id. 1999, notamment p. 71-87 ; Id. 2008) et d’autres auteurs sont revenus sur le sujet avec une remise en discussion du problème ou la mise à jour du tableau des découvertes : Bruni 1994 ; Bruni 1998 ; Bonomi 2000a ; Lippolis 2000 ; Bermond Montanari 2003 ; Bonomi 2003 ; Colonna 2003 ; Harari 2003.

3 Sur le floruit de l’Étrurie padane vers le milieu du vie s. av. J.-C. et la naissance d’un système fédéral lié, d’un côté au développement du phénomène urbain, de l’autre au nouvel intérêt des Étrusques padans pour l’Adriatique, cf. Sassatelli 1990, p. 58-69 ; Id. 1993, p. 183-189 ; Malnati 1996, p. 184-185 (avec proposition ‘à la hausse’ en termes chronologiques) ; Sassatelli 1999, p. 87-93.

4 Vallet, Villard 1961, notamment p. 312 ; Vallet 1962. Sur l’argument sont ensuite revenus à plusieurs reprises d’autres auteurs (Martelli 1985, p. 177 ; Ead. 1989, p. 784 ; Sassatelli 1993, p. 190).

5 Sassatelli 1993, notamment p. 183, 211-213, avec bibliographie ; Id. 2008, avec mise à jour des références bibliographiques.

6 Pour l’hypothèse, amplement acceptée ensuite (cf. Sassatelli 1990, p. 89-90 ; Id. 1993, p. 209), nous renvoyons principalement à R. de Marinis qui, ayant développé cette idée à la suite des abondantes découvertes d’amphores du Forcello (de Marinis 1988, notamment p. 211-213), l’a ensuite soutenue à plusieurs reprises (dernièrement, Id. 1996, p. 340-341, et Id. 2007, avec références bibliographiques précédentes).

7 Cf. dernièrement les cartes de répartition de Pape 2000.

8 Les plus anciens pépins de raisin cultivé découverts jusqu’ici en Italie septentrionale semblent pouvoir être datés du ve s. av. J.-C. Il s’agit des découvertes de l’habitat rhéto-euganéen d’Archi di Castelrotto (Nisbet 1987). Du ive s. av. J.-C. est datable l’édifice rhétique de Nomi, au lieu-dit Bersaglio, avec les restes probablement d’un tonneau carbonisé en association avec un égouttoir et un gobelet (Marzatico 1995, p. 523-529 ; Ciurletti 1996, p. 454-455). D’après P. Desantis, une production locale de vin entre la fin du ive et le début du iiie s. av. J.-C. serait indirectement attestée aussi par la découverte de quelques rebuts de cuisson d’amphores à Spina, témoignages d’une production locale de conteneurs pour le transport (Desantis 1989, p. 116-117, et n. 75-78).

9 Voir les cartes de diffusions dressées par M.C. Cattaneo et R. de Marinis (Cattaneo Cassano 1995, pl. VII ; Cattaneo, de Marinis 1996, fig. 5). Dernièrement voir aussi de Marinis 2007, p. 157.

10 La possibilité d'un transvasement du vin des amphores dans des conteneurs de matière périssable pour affronter des trajets sur terre, déjà proposée d’une manière générale par G. Colonna (Colonna 1985, p. 276), a été soutenue pour le cas spécifique du Forcello par R. de Marinis (de Marinis 1988, p. 213) qui a prétendu que la résine de pin d’Alep qu’on étalait sur la paroi interne des amphores grecques devait stabiliser les caractéristiques chimico-physiques du vin en lui permettant, non seulement d’affronter sans problèmes le transport sur de longues distances, mais aussi de ne pas tourner une fois transvasé dans un conteneur différent d'une amphore (en dernier, de Marinis 1996, p. 340, avec bibliographie précédente). Sur ce sujet, nous renvoyons à Lawall 2000, note 18 avec bibliographie.

11 Cf. Pape 2000, avec cartes de diffusion et aussi Ciurletti 1996, où sont répertoriées des iconographies relatives à la consommation du vin dans des productions artisanales locales comme celle de l’art des situles.

12 Je fais allusion à la position plus modérée de M. Gras (Gras 1998, p. 60-61), qui tout en étant persuadé que la destination du vin grec qui arrivait à Spina se trouvait au-delà des Alpes, ne semble pas écarter l’hypothèse de son utilisation de la part des cités de l’Étrurie padane, et à celle plus nette de D. Vitali (Vitali 1998, p. 267-270) qui avance quelques arguments en faveur de l’exclusion d'un destinataire transalpin en ce qui concerne le vin et l’huile grecs qui débarquaient dans les ports de la Haute Adriatique.

13 Voir en dernier Baldoni 2009, p. 246-249, qui traite de la situation spécifique de Marzabotto, mais qui ne fournit ni de comparaisons ni de références bibliographiques concernant la situation des autres sites étrusco-padans.

14 Bonomi 2003, fig. 4. Il s’agit d’une lèvre d’amphore du groupe Solokha I datable du courant de la seconde moitié du ve s. av. J.-C. et provenant des fouilles de Via San Francesco-Palazzo Zabarella, dont l’étude m’a été confiée par Simonetta Bonomi. Pour le type, cf. Lawall 1995, p. 220-221, fig. 88-92.

15 Bonomi 2004, avec bibliographie précédente.

16 La présence d’une amphore grecque, corinthienne B pour la précision, à Este a été signalée de manière dubitative par R. de Marinis qui ne fournit pas d’indications ultérieures à ce propos (de Marinis 1996, fig. 5, p. 340).

17 Carta archeologica della Lombardia. V. Brescia. La città, Modena 1996, II, p. 43. Il s’agirait d’une amphore identifiée comme « attique » ou « samienne » sur la base de la pâte céramique. Il pourrait donc également être question d'un fragment d’amphore du groupe Solokha I (cf. supra I, 5 § 4, pour les dénominations utilisées en littérature pour définir les amphores de cette série).

18 Gambari 1993, p. 128, n. 8-9 (type Py 3).

19 Macellari 1990, p. 265-266, pl.LXXIX, 2. Il s’agit d’un fragment de lèvre d’amphore de ‘forme 2’ avec une lèvre de type Py 3 (Py 1980, p. 8, fig. 5) datable du courant de la première moitié du ve s. av. J.-C.

20 Les amphores grecques de Verucchio, provenant de contextes d’habitat du ve s. av. J.-C., ont été analysées dans le cadre d’une Thèse de l’École de Spécialisation de l’Université de Bologne (Paola Poli, Verucchio. Pian del Monte. Casa del Podere Parma. Le ceramiche attiche e i materiali di importazione, Università degli Studi di Bologna, a.a. 1998/1999), dont la publication est en cours de préparation. Les amphores de Verucchio ne pouvaient donc pas être prises en considération dans le cadre de ce volume, mais je juge important d’en signaler au moins l’existence et je voudrais remercier Paola Poli et Patrizia von Eles (Soprintendenza per i Beni Archeologici de l’Émilie-Romagne) de m’en avoir donné l’autorisation.

21 Dans ce calcul, outre les individus présentés dans les catalogues des sites (cf. supra p. 106 et 114, tableaux 1-2) j’ai aussi considéré le fragment de Padoue et celui de Case Carpi de Poviglio mentionnés ci-dessus.

22 Cf. Sacchetti 2012.

23 Identification et détermination de F.M. Gambari (Gambari 1993, p. 128, notes 8-9). Les autres amphores étrusques connues en Italie septentrionale concernent Gênes et la Ligurie.

24 Johnston & Jones 1978 et Rizzo 1990.

25 Bonomi 2000a.

26 Pubblico Giardino (Donati, Parrini 1999) ; via San Francesco (Bonomi, Camerin, Tamassia 2003). Cette dernière fouille n’a pas atteint les niveaux les plus anciens. La fouille de via Ex Riformati, très récente et qui a atteint les niveaux du vie s. a.C., est encore inédite. Je remercie S. Bonomi pour avoir bien voulu me confier l’étude des amphores en provenance de ces contextes.

27 Lippolis 2000, p. 111 ; Bruni 2004, p. 84.

28 Patitucci Uggeri, Uggeri 1993, en particulier p. 24-25.

29 Salzani, Vitali 2003.

30 En se limitant à l’aire occidentale de la Méditerranée, un passage analogue peut être remarqué à Vélia (Gassner 2005, notamment p. 43).

31 Pour les découvertes d’amphores de ce groupe hétérogène dans la forme du ive s. av. J.-C., voir en dernier Demesticha 2011, p. 44-45, avec bibliographie. Pour les découvertes en milieu égéen datables encore du ve s. av. J.-C., cf. Lawall 1995, p. 218-233 (Athènes).

32 Observations personnelles pour Marzabotto ; observations de R. de Marinis pour le Forcello - cf. catalogue supra et en dernier de Marinis 2007, p. 172.

33 Cf. respectivement supra I, 1 § 2.2 et I, 2 § 1.1.

34 Docter sous presse. Cette contribution, bien qu’elle soit encore inédite, a été déjà mentionnée aussi par d’autres chercheurs (cf. Gassner 2003b, p. 185, n. 67 ; Ead. 2003a, p. 96, n. 18). J’exprime ici tous mes remerciements à R.F. Docter et à C. Neeft qui m’ont donné la possibilité de la lire.

35 Ces publications ont également souligné l’anomalie du comportement de Marzabotto par rapport à la cité de Bologne même pendant cette phase historique, ainsi que ses contacts privilégiés et directs avec l’aire trans-apenninique et avec le territoire de l’Emilie centro-occidentale, qui du moins dans sa phase archaïque entretient à son tour des contacts directs avec l’aire tyrrhénienne.

36 À Pise, les productions occidentales archaïques sont documentées par quelques fragments attribuables à la « forme 2 ». On n’a pas de témoignages, au contraire, du groupe « corinthien B archaïque » (ou « forme 1α ») ni des amphores corinthiennes B du ve s. av. J.-C. Les amphores corinthiennes A et A’ entre la fin du vie et le ve s. av. J.-C. sont en revanche bien documentées. Pour les amphores de Pise : Pancrazzi 1982 ; Ead. 1993 ; Pancrazzi 1993 ; Massa 1993 ; Bonamici 1996. Pour les amphores des sites mineurs du versant tyrrhénien septentrional, cf. Maggiani 1990b ; Bonamici 1996 (San Rocchino de Massarosa ) ; Maggiani, Paribeni 1990 (Casa Baldi de Pozzi, Seravezza) ; Ciampoltrini 1994 (Fossa Nera de Porcari).

37 La publication du matériel datant, provenant de ces contextes, permettra sans doute de préciser la chronologie des amphores corinthiennes A/A’ génériquement datables entre la fin du vie et le ve s. sur une base exclusivement morphologique.

38 Cf. Poggesi et al. 2005, p. 272, où l’on fait mention de la découverte de fragments d’amphores étrusques du type Py 4 et de « typologies gréco-orientales ».

39 Sur les rapports apenniniques entre l’Étrurie tyrrhénienne et la vallée du Reno, et donc Marzabotto, cf. Maggiani 1985 ; Ciampoltrini, Notini 1987 ; Malnati, Macellari 1989 ; Millemaci 1999 ; Id. 2001 ; Poggesi et al. 2005, p. 273).

Table des illustrations

Titre Fig. 93. Padoue, Via San Francesco (Palazzo Zabarella), lèvre d’amphore du groupe Solokha I
Crédits (© Soprintendenza per i Beni Archeologici per il Veneto).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1261/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 94. Reggio Emilia, Civici Musei, lèvre d’amphore gréco-occidentale de « forme 2 » ou « 3 » en provenance de Poviglio, lieu-dit Case Carpi
Crédits (photo F. Sacchetti).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1261/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 95. Carte de répartition des amphores commerciales grecques dans le territoire compris entre les Apennins et les Alpes.
Légende Nombre d’amphores supérieur à 30 individus (points de grande taille) : 1. San Basilio ; 2. Spina ; 3. Forcello ; 4. Marzabotto. Nombre d’amphores compris entre 15 et 30 individus (points de taille moyenne) : 5. Bologne ; 6. Adria. Nombre d’amphores inférieur à 15 individus (points de petite taille) : 7. San Cassiano ; 8. Le Balone ; 9. Padoue ; 10. Poviglio ; 11. Brescia ; 12. Verucchio.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1261/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 499k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search