Version classiqueVersion mobile

Les amphores grecques dans le nord de l’Italie

 | 
Federica Sacchetti

Deuxième partie. Les amphores grecques de l’Italie du nord

Chapitre 5. Marzabotto (prov. de Bologne) : l’habitat

Texte intégral

1. Bilan des études

1Le centre étrusque de Marzabotto a été qualifié d’habitat « carovaniero » (Cristofani 1985, p. 94) ou mieux d’« itinerario » (Lippolis 2005, p. 146) en vertu de sa position particulière.

  • 1 La position stratégique de Marzabotto sur cette ligne directrice a été récemment reconfirmée par le (...)

2Édifié à proximité de la ligne de faîte des Apennins dans la vallée du Reno (fig. 69), d’importance stratégique pour les rapports entre l’Étrurie padane et l’Étrurie tyrrhénienne, le site de Marzabotto a dû jouer un rôle fondamental surtout vers Bologne d’une part et vers le terroir de Fiesole de l’autre1.

  • 2 En ce qui concerne la vaste bibliographie sur Marzabotto, cf. Sassatelli, Brizzolara 1991 (complet (...)

3Situé sur une ample terrasse naturelle (Pian di Misano) qui domine le fleuve Reno, le site qui s’étend sur vingt-cinq hectares est connu pour ses vestiges archéologiques depuis le xvie s. et dès les premières décennies du xixe s. a fait l’objet de nombreuses prospections et découvertes. À partir de la deuxième moitié du siècle dernier, la Soprintendenza archeologica de l’Émilie-Romagne, l’Université de Bologne, l’École française de Rome et les Universités de Ratisbonne et de Bonn2 y ont mené des fouilles de type extensif, dont certaines sont encore en cours aujourd’hui (fig. 88).

Fig. 88. Planimétrie de la cité étrusque de Marzabotto avec l’emplacement de zones fouillées

Fig. 88. Planimétrie de la cité étrusque de Marzabotto avec l’emplacement de zones fouillées

(DAO Stéphane Renault d’après Marzabotto. La casa 1 della Regio IV-Insula 2, Bologna, 2010).

  • 3 La définition d’« anciennes fouilles », désormais entrée dans l’usage commun, est adoptée depuis lo (...)

4Marzabotto représente un rare exemple de fouille extensive d’un habitat étrusque de vastes dimensions. En effet, bien que l’aire de la ville n’ait pas fait l’objet d’une enquête exhaustive, elle est connue dans son ensemble et nombreux sont les secteurs qui, à ce jour, ont été fouillés ou bien ont fait l’objet de sondages prospectifs. Outre les fouilles de l’acropole et des deux nécropoles, qui ont surtout suscité l’intérêt des premiers fouilleurs, différentes zones de l’habitat ont été fouillées au cours des « anciennes » mais aussi des nouvelles fouilles3.

5La tradition des études sur Marzabotto veut qu’à une première phase d’occupation étrusque du site, caractérisée par des cabanes éparses et appelée « Marzabotto I », succède une deuxième phase, appelée « Marzabotto II », mieux connue archéologiquement, et caractérisée par un programme d’urbanisation de l’espace selon un plan orthogonal complexe. La première phase, préurbaine, commence au milieu (Sassatelli 1989, p. 29-30) ou peu après le début du vie s. av. J.-C. (Malnati 1987 ; Malnati, Manfredi 1991, p. 132). La vaste littérature relative à ce site fait démarrer la deuxième phase, et par conséquent le moment de la « fondation urbaine » de « type colonial » de Marzabotto, au début du ve s. av. J.-C. Néanmoins une proposition récente, fondée sur le réexamen de ce que les recherches stratigraphiques de certaines zones ont révélé, fait remonter ce moment aux environs de 540 av. J.-C. (Lippolis 1998, p. 215 ; Id. 2005, p. 146, 153). C’est autour de cette date qu’auraient été réalisées la répartition générale de l’aire, la construction des premières structures publiques et l’organisation des activités artisanales complexes liées au travail des métaux. L’aménagement des espaces internes aux insulœ, où les premières constructions à usage privé en pierre sont datées de 520-510 av. J.-C., aurait été mise en place progressivement et caractérisée par de multiples restructurations (Massa-Pairault 1997, p. 197-201 ; Lippolis 2005, p. 146, 153) à propos desquelles on n’exclut pas, pour les phases les plus anciennes, l’emploi de matériaux périssables (Lippolis 1998, p. 215).

  • 4 Parmi les importations de céramiques grecques de cette phase, outre les productions attiques, a été (...)
  • 5 Étant donné que l’on ignore les contextes de découverte de ces produits corinthiens, comme d’ailleu (...)

6Parallèlement à ces considérations d’ordre urbanistique et structurel, et pour corroborer l’hypothèse qu’une phase de grand changement s’amorce vers 540 av. J.-C., on a fait appel à la chronologie du premier grand groupe de céramiques d’importation, pour la plupart de production attique, datables du milieu du vie s. av. J.-C.4. Cette donnée, connue depuis longtemps et désormais confirmée par les recherches récentes (Bentz, Reusser 2004a ; Baldoni 2008 ; Id. 2009), est apparue comme un « indice de la création d’un circuit commercial stable et d’une perspective de comportement économique et social, réellement innovatrice par rapport à la phase précédente » (Lippolis 2000, p. 103). Avant le milieu du vie s. av. J.-C., les seules céramiques d’importation grecque connues consistent en une kotyle et un aryballe globulaire du Corinthien Moyen et en un aryballe en couronne du Corinthien Moyen ou Tardif (Bermond Montanari 1987 ; Lippolis 2000, p. 109, n° 5.1, 5.3, 5.4, fig. 4-6, 8-10). En l’état actuel de nos connaissances, il semble qu’il ne s’agisse que d’attestations épisodiques d’une fréquentation commerciale de l’habitat étrusque plutôt que d’un système d’échanges organisés5 En tout état de cause, le deuxième quart du vie s. av. J.-C. peut être, pour le moment, considéré comme un terminus post quem par rapport à l’arrivée des produits grecs sur le site des Apennins.

7Après les débuts du ive s. av. J.-C., le site étrusque pâtit des conséquences de l’invasion celtique de l’Étrurie padane de 388 av. J.-C. (Tite-Live, V, 35) qui désorganise le système politico-économique mis en place par les Étrusques de la zone. La ville subit une occupation celtique relativement limitée (D. Vitali, dans Vitali, Brizzolara, Lippolis 2001), dont la documentation archéologique est actuellement fort modeste. Au cours du ive s., on peut noter des traces de restructurations internes aux insulae (Regio V, Insula 5, Maison 1) et la dernière phase d’occupation est caractérisée par la céramique à vernis noir avec décor à estampilles produite à Volterra dans le dernier quart du ive s. av. J.-C. (Malnati, Violante 1995, p. 103-106). Donc, à la suite de cette invasion historique, les échanges entre les deux versants de l’Apennin, grâce aussi à Marzabotto, ne semblent pas cesser jusqu’au dernier quart du ive s. Pourtant, les importations de céramique grecque semblent s’arrêter avant la fin du deuxième quart du ive s. av. J.-C. (Baldoni 2009, p. 243244, 246). Ce sont alors sans doute les Celtes qui jouent le rôle d’intermédiaires entre l’Étrurie tyrrhénienne et l’Étrurie padane, interrompant les échanges le long de la vallée du Reno vers Bologne (Sassatelli 1989, p. 83), ou du moins réduisant le rôle central détenu précédemment par la Felsina princeps Etruriae.

  • 6 Pour cette information, je remercie Sergio Sani, technicien des fouilles et inspecteur honoraire de (...)

8C’est grâce à un seul exemplaire presque complet qui semble avoir été trouvé sous le niveau de la route de la Plateia A, devant la Maison 6 de la Regio IV6 (cat. MA1, fig. 89) que la présence d’amphores commerciales grecques était connue à Marzabotto. L’amphore, de production corinthienne de type A, a été considérée à tort comme une sorte d’ unicum dans le cadre de la ville.

  • 7 Sandri 1972, notamment p. 336, n° 18, fig. 3.18 (correspondant à la « forme 8 » de Sandri, dont Ibi (...)
  • 8 Bouloumié 1976, notamment p. 98-99, pl. I.713135 (pied d’amphore de production corinthienne), I.132 (...)

9Certaines recherches du début des années 1970, consacrées à la céramique de production locale, notamment celles entreprises par P. Sandri sur le matériel de la Regio IV, Insula 1, Maison 47 et par B. Bouloumié sur la Regio IV, Insula 1, Maison 38, avaient déjà révélé la présence d’amphores commerciales (cat. MA44, 49). Ce matériel semble cependant ne pas avoir attiré l’attention des personnes qui se sont occupées de la matière, pas même à titre de comparaison ou de citation, et qui ont privilégié l’amphore corinthienne A exposée au Musée national étrusque « P. Aria » (Colonna 1985, n. 29 ; Sassatelli 1990, p. 89-90 et n. 111 ; Cattaneo Cassano 1995, p. 381, 391 et n. 8). D’autres fragments ont ensuite été publiés dans le cadre de la publication des fouilles menées par l’École française de Rome (Massa-Pairault 1997, p. 185-186, pour lesquels cat. MA76, 83-88, 112).

  • 9 Dans le cas de la Regio I, Insula 5 les données à ma disposition sont à jour jusqu’aux campagnes de (...)

10Au cours de ces recherches et grâce à la disponibilité de la Soprintendenza archeologica de l’Émilie-Romagne, j’ai pu procéder à un examen de tous les dépôts du Musée national étrusque « P. Aria » et revoir l’ensemble des objets archéologiques conservés et retrouvés à l’occasion des « anciennes » et des nouvelles fouilles. L’enquête a permis la récupération de milliers de tessons d’amphores grecques attribuables à environ cent soixante individus distincts dont 131/143 (nombre minimum/maximum) sont édités dans la présente publication. Je ne traiterai pas analytiquement les amphores provenant du Temple de la Regio I, Insula 5, encore en cours de fouille9.

11En ce qui concerne l’abondant matériel du site, je n’ai malheureusement pas pu disposer des données relatives aux contextes de fouille qui, quand elles existent, n’ont pas encore été publiées. Les datations proposées ici sont donc exclusivement fondées sur la typologie.

12Les amphores de Marzabotto sont identifiées par le sigle « MA » et proviennent des secteurs urbains suivants :

  • 10 La Plateia A a été fouillée à plusieurs reprises et dans des secteurs différents. Dans ce cas préci (...)
  • 11 Pour le Temple urbain de Marzabotto, toujours en cours de fouilles menées par le Département d’arch (...)
  • 12 Arias 1954 ; Saronio 1965 ; Iscrizioni e graffiti, p. 57-64, avec bibliographie complémentaire.
  • 13 Pour les maisons de la Regio IV, Insula 1 : Arias 1951, p. 221234 ; Id. 1953 ; Mansuelli 1962, p. 1 (...)
  • 14 Sassatelli et al. 2004, avec bibliographie précédente ; Brizzolara, Baldoni, Succi 2005.
  • 15 Pairault Massa 1978 ; Iscrizioni e graffiti, p. 137-153 ; Massa-Pairault 1997.
  • 16 Les questions soulevées par la conservation des objets découverts au cours des fouilles du xixe siè (...)
  • 17 Au sujet du niveau dit « niveau du vie », cf. Mansuelli 1965, p. 241-247 ; Mansuelli et al. 1970, p (...)
  • 18 En coïncidence avec l’ouverture du tunnel occidental de la galerie ferroviaire qui traverse le plat (...)
  • 19 Malnati 1990, p. 133-134 ; Id. 1991, p. 390-392 ; Iscrizioni e graffiti, p. 169-177 ; Malnati, Viol (...)
  • 20 Pour la « fonderie » de Marzabotto, voir Gentili 1968, p. 116117 ; Mansuelli et al. 1970, p. 53-71  (...)
  • 21 En ce qui concerne l’exploration de la route de la Plateia D et de la découverte du puits central, (...)
  • 22 Des interventions récentes et complètement inédites de la Surintendance Archéologique de l’Émilie-R (...)

Regiones I, II, III, IV – Plateia A10.
Regio I, Insula 5 – Temple urbain11
Regio II, Insula 1 – Four12
Regio IV – Insula 1 – Maisons 1, 2, 3, 4, 613.
Regio IV – Insula 2 – Maison 114.
Regio V – Insula 315
« Anciennes fouilles »16.
Regio V – Insula 4 – « niveau du VIe »17.
Regio V – Insulœ 4-5 – Sporadiques au-dessus de la galerie Ouest18.
Regio V – Insula 5 (secteur Nord) – Habitation et structures de production et Plateia A19.
Regio V – Insula 5 (secteur central) – Fonderie et Plateia A20
Regiones V et VII – Puits de la Plateia D21.
Regio VII Insula 2 – Puits près de la Plateia D22

2. Catalogue

Amphores de type corinthien A/A’

13MA1 (fig. 89 ; pl. XXIX)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Plateia A, devant la Maison 6.
Inventaire : n° 1018.
Type : corinthienne A, qu’on peut rapprocher des types 1 et 3 de Camarine-Rifriscolaro.
État de conservation : amphore presque entière, à laquelle il ne manque que le fond. Reconstituée à partir de nombreux fragments et restaurée. H. max. cons. : 95. Lèvre à marli horizontal, de section trapézoïdale, qui présente une légère cannelure à l’endroit de sa plus grande expansion. H. : 4 ; épaiss. max. : 7 ; diam. int./ext. embouchure : 20 / 35. Col tronconique. H. : 18 ; diam. min./max. : 28 / 32. Anses obliques légèrement ouvertes, « a bastoncello », de section circulaire. H. : 25 ; épaiss. max. : 5. Épaulement arrondi. Larg. max. : 15. Corps globulaire. H. : 73.
Surface ext., int. et fracture : beige clair (2.5YR8/ 2-2.5YR7/3).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, distribuées d’une manière homogène, inclusions orange de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, distribuées d’une manière non homogène et inclusions gris brun de dimensions moyennes et grandes, à fréquence très haute.
Appareil épigraphique : sur le col, près de la jonction supérieure d’une des anses, lettre grecque san incisée avant cuisson (Sacchetti 2010, p. 52-54, n° 9).
Observations et comparaisons : attribuée par G. Sassatelli à la production corinthienne A et datée entre la fin du vie et le début du ve s. av. J.-C. sans que des parallèles soient proposés. Pour le type de lèvre et pour les anses, on trouve un parallèle très proche dans Rizzo 1990, p. 55, fig. 345 (du Tumulus « della Speranza » de Cerveteri, daté sur la base du mobilier entre la fin du premier et le deuxième quart du viie s. av. J.-C.). Pour la forme générale, on renvoie à Koehler 1979, p. 97-98, pl. 3, n° 20, pl. 4, n° 21 (datée de la fin du premier quart du vie s. av. J.-C.). L’exemplaire en question se distingue par ses dimensions remarquables. Après la récente publication d’une nouvelle typo-chronologie pour les amphores corinthiennes A d’époque archaïque qui prend en compte les contextes de la nécropole de Camarine, la chronologie de cette amphore, pour laquelle j’avais déjà suggéré une datation dans le courant de la première moitié du vie s. av. J.-C. s’appuyant notamment sur la confrontation avec Koehler 1979, pl. 3, n° 20, peut être précisée ultérieurement. On peut en effet rapprocher l’exemplaire de Marzabotto aussi bien du type 3 de Camarine-Rifriscolaro (Sourisseau 2006, p. 137-138, note 42, fig. 4 à gauche), auquel renvoie l’évolution du corps à la forme sphérique, que du type 1 (Sourisseau 2006, p. 135, fig. 2 à gauche), que rappelle la partie supérieure de l’amphore, aux anses se détachant encore de la lèvre (à section trapézoïdale) et au col court. Le type 3 de Camarine-Rifriscolaro, correspondant à Koehler 1979, pl 3, n° 20 (Sourisseau 2006, note 42), est daté entre 580/570 et 550/540 av. J.-C. Le type 1 de Camarine-Rifriscolaro, correspondant au stade évolutif de la morphologie des amphores corinthiennes A traditionnellement attribué au viie s. av. J.-C. (Koehler 1979, pl. 1, n° 1-4), est maintenant daté entre le deuxième quart du viie et le premier quart du vie s. av. J.-C. sans qu’il soit possible de définir à l’heure actuelle un ultérieur affinement chronologique (Sourisseau 2006, p. 142). L’exemplaire en question pourrait appartenir à une phase de transition du type 1 au type 3 de Camarine-Rifriscolaro.
Chronologie : 580-540 av. J.-C.
Bibliographie : G. Sassatelli, in Mansuelli et al. 1982, p. 65, fig. 61 ; Sassatelli 1990, p. 89-90 et n. 111 ; G. Sassatelli, dans Iscrizioni e graffiti, p. 89, n° 121, pl. XVa, 121; Sacchetti 2010, p. 52-54, n° 9, fig. 4, pl. I, 9.

Fig. 89. Marzabotto, Museo Nazionale Etrusco P. Aria, inv. 1018.

Fig. 89. Marzabotto, Museo Nazionale Etrusco P. Aria, inv. 1018.

Amphore de type corinthien A en provenance de la Regio IV, Insula I. Cat. MAI

(photo F. Sacchetti).

14MA2 (pl. XXIX)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 2. Q au sud de la cour.
Inventaire : n° 2 caisse 1.
Type : corinthienne A.
État de conservation : portion de lèvre avec une brève partie du col. H. max. cons. : 3,1. Lèvre à marli horizontal, de section trapézoïdale. H. : 2 ; épaiss. max. : 4,2 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 12,4 / 20,6.
H. max. cons. : 2 ; diam. min./max. restituable : 14,2.
Surface ext., int. et fracture : jaune beige (10YR8/ 4-10YR7/4).
Inclusions : nombreuses inclusions blanches, orange (mudstone) et noirâtres, de dimensions petites, moyennes et grandes, à fréquence haute.
Observations et comparaisons : pour le type, Koehler 1978a, fig. 1.b, et Koehler 1981, pl. 98.f, datable entre le milieu du vie et le début du ve s. av. J.-C. (Lawall 1995, p. 59-60, variante A/1 ; Sourisseau 2006, type 4A et 4B). Pour la morphologie de la lèvre, Boss 1993, p. 334. L61, fig. 526, L61 ; et Di Sandro 1986, pl. 4, sg. 54.
Chronologie : milieu vie-début ve s. av. J.-C.

15MA3 (pl. XXIX)
Année de la fouille / trouvaille : 1964. Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Four. Q C4C5-B4B5
Inventaire : n° 6726.
Type : corinthienne A.
État de conservation : partie de lèvre. H. max. cons. : 2,3. Lèvre à marli horizontal, de section trapézoïdale. H. : 1,4 ; épaiss. max. : 4,1 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 11,8 / 19,6.
Surface ext., int. et fracture : rose orange (7.5YR7/4).
Inclusions : inclusions orange de dimensions grandes, moyennes et petites, à fréquence moyenne, inclusions blanches de dimensions moyennes et petites, à fréquence moyenne, et inclusions noirâtres de petites dimensions, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : on peut l’encadrer à l’intérieur de la production corinthienne de type A par sa forme et sa pâte céramique. La morphologie de la lèvre, dont la surface supérieure est presque plate, suggère une datation avant la fin du vie ou le début du ve s. av. J.-C. Pour le type, on renvoie à la fiche précédente.
Chronologie : milieu vie-début ve s. av. J.-C.

16MA4 (pl. XXIX)
Secteur : Regio V, Insulae 4-5.
Sporadique. Au-dessus de la galerie Ouest.
Inventaire : n° 58409/53.
Type : corinthienne A.
État de conservation : fond complet jusqu’à la jonction de la panse. H. max. cons. : 6,2. Fond cylindrique, avec un fin listel au niveau de la jonction de la panse. H. : 5 ; diam. min./max. : 5,3 / 6,9.
Surface ext., int. et fracture : orange (10YR7/6-10YR7/4).
Inclusions : inclusions orange de dimensions petites, moyennes et grandes, à fréquence moyenne, inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, et inclusions grises de dimensions moyennes et grandes, à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : par sa morphologie et sa pâte on peut l’attribuer au type A de Corinthe. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 1.b, actuellement datable entre la deuxième moitié du vie et le début du ve s. av. J.-C. (Lawall 1995, p. 59-60, variante A/1 ; Sourisseau 2006, type 4B). Pour la forme, d’une manière assez ponctuelle, Boss 1993, p. 334, L65, fig. 526. L65. Le fond en question présente un détail morphologique peu courant qui consiste en une saillie au niveau de la jonction de la partie inférieure de la panse. On remarque la même caractéristique dans des amphores corinthiennes A de la nécropole de Camarine datables dans le courant de la deuxième moitié du vie ou du début du ve s. av. J.-C. (Sourisseau 2006, fig. 8, type 4B) et de quelques contextes de l’Agora d’Athènes datables au plus tard du premier quart du ve s. (matériel inédit en cours d’étude par Mark Lawall).
Chronologie : milieu vie-débuts ve s. av. J.-C.

17MA5 (pl. XXIX)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Four. Q E1E2-D1D2.
Inventaire : n° 2871-2875.
Type : corinthienne A.
État de conservation : partie de lèvre, col et une anse entière, reconstitués à partir de fragments, ainsi que de nombreux fragments de parois sans doute appartenant au même individu mais non reconstituables. H. max. cons. : 18,5. Lèvre à marli horizontal, de section trapézoïdale. H. : 1,6 ; épaiss. max. : 3,7 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 10,8 / 17,9. Col cylindrique. H. : 6,5 ; diam. min./max. restituable : 12,8. Anses « a bastoncello » de section elliptique dans la partie supérieure et circulaire dans la partie inférieure. H. : 15,5 ; épaiss. max. : 2,9 / 2,2 x 4,2.
Surface ext. : rose (5YR7/3).
Surface int. : rose (5YR7/3).
Surface ext., int. et fracture : rose (5YR7/3).
Inclusions : inclusions brunes, blanches et noirâtres de dimensions petites, moyennes et grandes, à fréquence moyenne-haute.
Observations et comparaisons : à classifier dans le cadre du type A de Corinthe par sa morphologie et sa pâte céramique. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 1.c ; Ead. 1981, fig. 1.d. La chronologie de ce type est actuellement comprise entre la fin du vie et la fin du ve s. av. J.-C. (Lawall 1995, p. 60-61, variante A/2 ; Sourisseau 2006, type 4C). La position des attaches supérieures des anses, et notamment la séparation entre leur courbure et la lèvre, pourrait suggérer une datation avant la fin du vie ou au début du ve s. av. J.-C.
Chronologie : fin vie-début ve s. av. J.-C.

Pl. XXIX. Marzabotto.

18MA6 (pl. XXX)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 3. Espace destiné à la cour.
Inventaire : n° 63 caisse 17.
Type : corinthienne A.
État de conservation : fragment de lèvre avec un court segment du col. H. max. cons. : 5,2. Lèvre à marli horizontal, de section trapézoïdale. H. : 2,5 ; épaiss. max. : 3,9 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 11 / 18,1. Col cylindrique. H. max. cons. : 2,5 ; diam. min./max. restituable : 12,2 / 13.
Surface ext., int. et fracture : jaune beige (10YR7/4-10YR8/4).
Inclusions : inclusions orange (mudstone), brunes et blanches, de dimensions petites, moyennes et grandes, à fréquence haute.
Observations et comparaisons : pour le type, à lèvre presque horizontale, Koehler 1978a, fig. 1.c ; et Ead. 1981, fig. 1.d, attribuables au type A de Corinthe et datables entre la fin du vie et le ve s. av. J.-C. (Lawall 1995, p. 60-61, variante A/2 ; Sourisseau 2006, type 4C). Pour la forme, à la surface inférieure moulurée, Morselli, Tortorici 1985, fig. 7.1, et Di Sandro 1986, pl. 3, sg. 56.
Chronologie : fin vie-ve s. av. J.-C.

19MA7 (pl. XXX)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Maison 1.
US : 119 = 120.
Type : corinthienne A.
État de conservation : partie de lèvre, ébréchée au point de sa plus grande expansion, et une brève partie du col qui garde les traces de la jonction supérieure d’une anse. H. max. cons. : 4,1. Lèvre à marli horizontal, de section trapézoïdale. H. : 2,3 ; épaiss. max. : 3,6 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 11 / 18,2.
Surface ext., int. et fracture : beige (10YR7/4).
Inclusions : inclusions blanchâtres de dimensions moyennes et grandes, à fréquence haute, et inclusions orange brun (mudstone) de petites, moyennes et surtout grandes dimensions, à fréquence haute.
Observations et comparaisons : pour le type on renvoie à la fiche précédente.
Chronologie : fin vie-ve s. av. J.-C.

20MA8 (pl. XXX)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 3. Espace destiné à la cour.
Inventaire : n° 18 caisse 9.
Type : corinthienne A.
État de conservation : partie de fond. H. max. cons. : 3,3. Fond tronconique caréné. H. max. cons. : 3,3 ; diam. min./ max. restituable : 8,3 / 9,1.
Surface ext., int. et fracture : jaune beige (10YR8/4).
Inclusions : inclusions blanches, orange (mudstone) et grisâtres de petites, moyennes et grandes dimensions, à fréquence haute.
Observations et comparaisons : attribuable au type A de Corinthe par sa pâte et sa forme. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 1.c ; et Ead. 1981, fig. 1.d, datable entre la fin du vie et le courant du ve s. av. J.-C. (Lawall 1995, p. 60-61, variante A/2 ; Sourisseau 2006, type 4C). Pour la morphologie on trouve des parallèles de Caeré (Boss 1993, fig. 526. L68).
Chronologie : fin vie-ve s. av. J.-C.

21MA9 (pl. XXX)
Année de la fouille / trouvaille : 1953.
Secteur : Îlots sur la Plateia A.
Type : corinthienne A.
État de conservation : partie de fond sans la base d’appui. H. max. cons. : 4,3. Fond cylindrique. H. max. cons. : 4,3 ; diam. min./max. restituable : 5 / 6.
Surface ext., int. et fracture : beige (7.5YR8/3-10YR8/3).
Inclusions : inclusions orange et brunes de dimensions grandes et moyennes, à fréquence moyenne, et inclusions noirâtres et blanches, de dimensions petites et moyennes, à fréquence haute.
Observations et comparaisons : pour le type, corinthien A, actuellement datable entre le milieu du vie et dans le courant du ve s. av. J.-C., Koehler 1978a, fig. 1.b-c ; Ead. 1981, fig. 1.d.
Chronologie : fin vie-ve s. av. J.-C.

22MA10 (pl. XXX)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Four. Q D2D3-C2C3.
Inventaire : n° 5120.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : pied, reconstitué à partir de 2 fragments, et partie inférieure de la panse, reconstituée à partir de 99 fragments. H. max. cons. : 16. Fond cylindrique creux. H. : 5,5 ; diam. min./max. : 4,8 / 6,3.
Surface ext. : beige rosé (5YR7/3).
Surface int et fracture : orange rosé (2.5YR7/6).
Inclusions : inclusions blanches et noirâtres de petites dimensions à fréquence basse. Vacuoles.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore corinthienne du type A’ par les caractéristiques de la pâte céramique et par la morphologie du pied. Les exemplaires provenant des nécropoles de la chora de Métaponte (Morter, Leonard 1998, fig. 17.3) témoignent du fait que ce type de fond est documenté pendant tout le ve s. av. J.-C.
Chronologie : fin vie-ve s. av. J.-C.

23MA11 (fig. 90 ; pl. XXX)
Année de la fouille / trouvaille : 1961.
Secteur : Regio V, Insula 4.
‘Niveau du vie
Type : corinthienne A’.
État de conservation : partie supérieure d’amphore, reconstituée à partir de nombreux fragments et restaurée. H. max. cons. : 21,5. Lèvre à marli oblique, de section trapézoïdale. H. : 3 ; épaiss. max. : 4,5 ; diam. int./ext. embouchure : 10 / 17,7. Col tronconique, avec une rainure. H. 14 ; diam. min./max. : 11,3 / 13. Anses obliques, rentrantes, « a bastoncello », de section circulaire dont le diamètre, plus grand dans la partie supérieure, s’amincit dans la partie inférieure. H. : 16,4 ; épaiss. min./ max. : 3 / 3,2. Épaule. Larg. max. cons. : 8.
Surface ext., int. et fracture : jaunâtre (2.5Y7/3-2.5Y7/4).
Inclusions : inclusions blanches, grises et brunes, de petites dimensions à fréquence basse.
Observations et comparaisons : sa forme et sa pâte suggèrent son attribution à une amphore corinthienne de type A’. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 1.d ; Morter, Leonard 1998, fig. 17.3 (variantes attestées pendant tout le ve s. av. J.-C.). Pour la forme, Di Sandro 1986, pl. 6, cat. n° 57, 59. Si les indications relatives au contexte de provenance de cet exemplaire de Marzabotto sont exactes, sa datation vers la fin du vie s. sera préférable. En effet, la couche dite ’niveau du VIe’ semble s’être formée dans le troisième quart du vie s. av. J.-C. (Mansuelli 1965 ; Lippolis 2000, p. 103) mais le matériel provenant de ce contexte est inédit.
Chronologie : fin vie-ve s. av. J.-C.

Fig. 90. Marzabotto, amphore de type corinthien A’ en provenance de la Regio V, Insula IV, Strato del VI.

Fig. 90. Marzabotto, amphore de type corinthien A’ en provenance de la Regio V, Insula IV, Strato del VI.

Cat. MA11

(photo F. Sacchetti).

24MA12 (pl. XXX)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 814.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : embouchure presque complète, reconstituée à partir de 3 fragments, et de nombreux fragments de panse probablement appartenant au même individu, mais non reconstituables. H. max. cons. : 4,2. Lèvre à marli oblique, de section trapézoïdale. H. : 3,1 ; épaiss. max. : 3,4 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 10,5 / 16,1.
Surface ext., int. et fracture : beige très clair (10YR8/3).
Inclusions : inclusions blanches de petites dimensions, à fréquence basse, inclusions grises, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, et inclusions brun orange de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore corinthienne de type A’. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 1.d (datable entre le dernier quart du ve et le début du ive s. av. J.-C.), et Morter, Leonard 1998, fig. 17.3 (variantes datables du courant du ve s. av. J.-C.).
Chronologie : fin vie-ve s. av. J.-C.

25MA13 (pl. XXX)
Secteur : Regio V, Insulae 4-5.
Sporadique. Au-dessus de la galerie Ouest.
Inventaire : n° 58485/61.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : partie de lèvre. H. max. cons. : 4. Lèvre à marli oblique, de section trapézoïdale. H. : 2,5 ; épaiss. max. : 3,8 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 8,6 / 16.
Surface ext., int. et fracture : orange clair (5YR7/6). Inclusions : inclusions blanchâtres, brunes et orange (mudstone) de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore corinthienne de type A’. Pour le type, on renvoie à la fiche précédente.
Chronologie : fin vie-ve s. av. J.-C.

26MA14 (pl. XXX)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Plateia A, face à Q F-E du Four.
Inventaire : n° 4605.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : partie de lèvre. H. max. cons. : 4,2. Lèvre à marli oblique, de section trapézoïdale. H. : 2,1 ; épaiss. max. : 3,7 ; diam. int./ext. Restituable embouchure : 10 / 17,3.
Surface ext., int. et fracture : beige (10YR7/3).
Inclusions : inclusions brunes, blanches et noirâtres de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne. Observations et comparaisons : on renvoie à la fiche MA12.
Chronologie : fin vie-ve s. av. J.-C.

27MA15 (pl. XXX)
Année de la fouille / trouvaille : 1953.
Secteur : Îlots sur la Plateia A.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : portion de lèvre avec une courte partie du col qui garde la trace de l’attache supérieure d’une anse. H. max. cons. : 3,5. Lèvre à marli oblique, de section trapézoïdale, légèrement ouverte. H. : 2,5 ; épaiss. max. : 3,8 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 13 / 18,5.
Surface ext., int. et fracture : beige (7.5YR8/3-10YR8/3).
Inclusions : inclusions orange et brunes de dimensions grandes et moyennes, à fréquence moyenne, et inclusions noirâtres et blanches, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-haute.
Observations et comparaisons : on renvoie à la fiche MA12.
Chronologie : fin vie-ve s. av. J.-C.

Pl. XXX. Marzabotto.

28MA16 (pl. XXXI)
Année de la fouille / trouvaille : 1953.
Secteur : Îlots sur la Plateia A.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : lèvre fragmentaire avec une brève partie du col. H. max. cons. : 5,7. Lèvre à marli oblique, de section trapézoïdale. H. : 2,8 ; épaiss. max. : 1,6 ; larg. max. cons. embouchure : 4. Col. H. max. cons. : 2,9 ; larg. max. cons. : 4.
Surface ext., int. et fracture : beige (7.5YR8/3-10YR8/3).
Inclusions : inclusions orange et brunes de dimensions grandes et moyennes, à fréquence moyenne, et inclusions noirâtres et blanches, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-haute.
Observations et comparaisons : on renvoie à la fiche MA12.
Chronologie : fin vie-ve s. av. J.-C.

29MA17 (pl. XXXI)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Maison 1.
US : 365.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : portion de lèvre avec une brève partie du col. H. max. cons. : 4,7. Lèvre à marli oblique, de section trapézoïdale. H. : 3,8 ; épaiss. max. : 3 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 10,8 / 16,1.
Surface ext., int. et fracture : beige clair (10 YR8/3). Inclusions : inclusions blanchâtres de moyennes et grandes dimensions, à fréquence basse, et inclusions orange brun de petites et moyennes dimensions, à fréquence moyenne-haute. Absence de mudstone de grande dimension.
Engobe : traces d’engobe fin orange.
Observations et comparaisons : on renvoie à la fiche MA12.
Chronologie : fin vie-ve s. av. J.-C.

30MA18 (pl. XXXI)
Année de la fouille / trouvaille : 1970.
Secteur : Regio V, Insula 2 / Regio VII, Insula 2.
Structure : Puits de la Plateia D.
Inventaire : n° 225475.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : partie de lèvre et de col avec la jonction supérieure d’une anse. H. max. cons. : 8,5. Lèvre à marli oblique, de section trapézoïdale. H. : 2,3 ; épaiss. max. : 4,3 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 10 / 18,2. Col cylindrique. H. max. cons. : 6,5 ; diam. min./ max. restituable : 12,4.
Surface ext., int. et fracture : beige très clair (10YR8/2). Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence haute, inclusions orange brun de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, et inclusions noirâtres de petites dimensions, à fréquence basse. Observations et comparaisons : on renvoie à la fiche MA12.
Chronologie : fin vie-ve s. av. J.-C.

31MA19 (pl. XXXI)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 814.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : amphore presque entière mais non complètement reconstituable. La lèvre a pu être reconstituée à partir de deux fragments, les anses seulement en partie, grace à deux et trois fragments ; il reste aussi le fond de la panse avec la jonction du pied et de nombreux fragments de parois non assemblables. Lèvre à marli oblique, de section trapézoïdale. H. : 3,4 ; épaiss. max. : 3,7 ; diam. int./ext. embouchure : 11,3 / 17,2. Col cylindrique. Anses « a bastoncello », de section circulaire. H. : 20 ; épaiss. max. : 3,6.
Surface ext., int. et fracture : beige noisette (7.5YR6/6).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, distribuées d’une manière homogène, inclusions brun orange (mudstone) de moyennes et surtout grandes dimensions, à fréquence moyenne, distribuées d’une manière homogène.
Observations et comparaisons : amphore corinthienne de type A’. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 1.d (datable entre le dernier quart du ve et le début du ive s. av. J.-C.), et Morter, Leonard 1998, fig. 17.3 (variantes datables du courant du ve s. av. J.-C.). Le pied de la fiche qui suit appartient probablement au même individu et sa morphologie permet de proposer pour cet exemplaire une datation dans le courant de la seconde moitié du ve s. av. J.-C.
Chronologie : milieu ve-débuts ive s. av. J.-C.

32MA20 (pl. XXXI)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 814.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : pied, peut-être complet, mais dont la base est très endommagée. H. max. cons. : 3,2. Pied en bouton, arrondi en bas. H. max. cons. : 3 ;. diam. min./ max. : 3,7 / 4,2.
Surface ext., int. et fracture : beige noisette (7.5YR6/6).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, distribuées d’une manière homogène et inclusions brun orange de dimensions moyennes et grandes, à fréquence moyenne, distribuées d’une manière homogène.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore corinthienne de type A’. Pour le type du pied, Koehler 1978a, fig. 1.d (datable entre le dernier quart du ve et les débuts du ive s. av. J.-C.), et Morter, Leonard 1998, fig. 17.3 (variantes datables du courant de la seconde moitié du ve s. av. J.-C.). Appartenant probablement au même individu de la fiche précédente.
Chronologie : milieu ve-début ive s. av. J.-C.

33MA21 (pl. XXXI)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 814.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : lèvre complète avec une brève partie de col, reconstituées à partir de 12 fragments, et les deux anses complètes, dont une reconstituée à partir de 2 fragments. Restaurée. H. max. cons. : 21. Lèvre à marli oblique, de section trapézoïdale. H. : 3,2 ; épaiss. max. : 4 ; diam. int./ext. embouchure : 11,8 / 19,2. Anses obliques rentrantes, « a bastoncello », de section circulaire d’un diamètre différent, plus petit dans la partie inférieure et plus grand dans la partie supérieure. H. : 17,5 ; épaiss. max. : 3 / 3,8.
Surface ext., int. et fracture : orange (2.5YR5/8).
Inclusions : inclusions blanches et brunes de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène et inclusions grises de dimensions petites, moyennes et grandes, à fréquence moyenne-haute, distribuées d’une manière homogène. Absence de mudstone de grandes dimensions.
Engobe : traces d’engobe orange fin.
Observations et comparaisons : amphore corinthienne de type A’. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 1.d (datable entre le dernier quart du ve et le début du ive s. av. J.-C.), et Morter, Leonard 1998, fig. 17.3 (variantes datables du courant du ve s. av. J.-C.). Attribuable au même exemplaire de la fiche suivante, dont l’épaule fuyante (pour laquelle cf. Koehler 1978a, fig. 1.d) suggère une possible limitation de son arc chronologique à la seconde moitié du ve s. av. J.-C.
Chronologie : milieu ve-début ive s. av. J.-C.

34MA22 (pl. XXXI)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 814.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : amphore dont il reste une grande partie du col et du corps, et dont il ne manque que le fond. Reconstituée à partir de nombreux fragments et restaurée en deux parties qu’on ne peut pas assembler parfaitement. H. max. cons. : 59. Col tronconique. H. max. cons. : 12 ; diam. min./max. restituable : 11,6 / 14. Épaule arrondie. Larg. : 11. Corps ovoïde. H. max. cons. : 43 ; diam. max. : 40.
Surface ext., int. et fracture : orange (2.5YR5/8).
Inclusions : inclusions blanches et brunes de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène, et inclusions grises de petites, moyennes et grandes dimensions, à fréquence moyenne-haute, distribuées d’une manière homogène. Absence de mudstone de grandes dimensions.
Engobe : traces d’engobe orange fin.
Observations et comparaisons : appartenant au même exemplaire de la fiche précédente, à laquelle on renvoie pour les observations et les comparaisons.
Chronologie : milieu ve-débuts ive av. J.-C.

Pl. XXXI. Marzabotto.

35MA23 (pl. XXXI)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 3.
Inventaire : n° 15 caisse 17.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : pied. H. max. cons. : 2,6. Pied en bouton, arrondi dans la partie inférieure.
Surface ext., int. et fracture : orange (7.5YR6/6-7.5YR6/8).
Inclusions : inclusions blanches et brunes de dimensions petites, à fréquence moyenne-basse.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore corinthienne de type A’. Pour le type du pied, Koehler 1978a, fig. 1.d (datable entre le dernier quart du ve et le début du ive s. av. J.-C.), et Morter, Leonard 1998, fig. 17.3 (variantes datables du courant de la seconde moitié du ve s. av. J.-C.).
Chronologie : milieu ve-début ive s. av. J.-C.

36MA24 (pl. XXXII)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1. Jalon 12 ou 14.
Type : corinthienne A.
État de conservation : fragment de lèvre. H. max. cons. : 4,4. Lèvre à marli oblique, de section trapézoïdale, avec une fine cannelure au niveau de sa plus grande expansion. H. : 3,4 ; épaiss. max. : 3,1 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 11,6 / 16,3.
Surface ext. et int. : beige clair (10YR8/6).
Fracture : beige (10YR7/6).
Inclusions : inclusions blanches et grises de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, distribuées d’une manière homogène, et inclusions brun orange (mudstone) de dimensions petites, moyennes et grandes, à fréquence haute, distribuées d’une manière homogène.
Observations et comparaisons : pour le type, Koehler 1978a, fig. 1.e. L’obliquité très marquée de la surface de la lèvre suggère pour cet exemplaire un possible encadrement chronologique entre la fin du ve et le début du ive s. av. J.-C.
Chronologie : fin ve-début ive s. av. J.-C.

37MA25
Année de la fouille / trouvaille : 1971.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Fonderie. Q2 Aire F-H (coupe).
Type : corinthienne A.
État de conservation : partie de lèvre en mauvaises conditions. Dimensions max. fr. : 2,5 x 5. Lèvre à marli oblique, de section trapézoïdale. H. max. cons. : 2,5 ; larg. max. cons. embouchure : 5.
Surface ext., int. et fracture : jaune orange (2.5Y8/ 3-2.5Y8/4).
Inclusions : inclusions blanches, orange, brunes et grises, de petites, moyennes et grandes dimensions, à fréquence haute.
Observations et comparaisons : le mauvais état de conservation et les dimensions réduites ne permettent pas de suggérer un encadrement chronologique. Son appartenance à un exemplaire d’amphore corinthienne A a été proposée sur la base de la pâte caractéristique.
Chronologie : non déterminable.

38MA26 (pl. XXXII)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Maison 1, Pièce II.
US : 123.
Type : corinthienne A.
État de conservation : partie inférieure d’une anse avec la jonction de l’épaule. Dimensions max. fr. : 5,3 x 5. Anse « a bastoncello », de section circulaire. H. max. cons. : 3,5 ; épaiss. max. : 3,5.
Surface ext., int. et fracture : beige clair (10 YR8/3).
Inclusions : inclusions blanchâtres de dimensions moyennes et grandes, à fréquence basse, et inclusions brun orange (mudstone) de petites, moyennes et surtout grandes dimensions, à fréquence haute.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore de production corinthienne de type A sur la base du type caractéristique de la pâte.
Chronologie : non déterminable.

39MA27 (pl. XXXII)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Maison 1.
US : 180.
Type : corinthienne A.
État de conservation : anse presque complète, où manquent les deux attaches inférieure et supérieure. H. max. cons. : 11,7. Anse « a bastoncello », de section circulaire dans la partie inférieure et elliptique verticale au niveau de la jonction supérieure. H. max. cons. : 11,7 ; épaiss. max. : 3 /2, 2 x 4,1.
Surface ext., int. et fracture : beige (10YR7/4).
Inclusions : inclusions blanchâtres de dimensions moyennes et grandes, à fréquence basse, et inclusions brun orange (mudstone) de dimensions petites, moyennes et surtout grandes, à fréquence haute.
Observations et comparaisons : attribuable à la production corinthienne de type A sur la base de la pâte céramique et de la morphologie.
Chronologie : non déterminable.

40MA28
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 1.
Sporadique.
Inventaire : n° 46 caisse 1.
Type : corinthienne A.
État de conservation : partie d’anse en mauvais état de conservation. H. max. cons. : 5. Anse « a bastoncello ». H. max. cons. : 5 ; épaiss. max. : 3,5.
Surface ext., int. et fracture : jaune beige (10YR8/4-10YR7/4).
Inclusions : inclusions brun orange (mudstone) et inclusions grisâtres de dimensions petites, moyennes et grandes, à fréquence moyenne-haute, et inclusions blanchâtres de petites dimensions, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : sur la base de la pâte, on peut l’attribuer sans aucun doute à la production corinthienne de type A, mais son état de conservation et ses dimensions réduites empêchent de proposer tout encadrement chronologique.
Chronologie : non déterminable.

41MA29 (pl. XXXII)
Année de la fouille / trouvaille : 1953.
Secteur : Îlots sur la Plateia A.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : anse presque complète. H. max. cons. : 12,4. Anse « a bastoncello », de section circulaire ayant un diamètre plus petit en bas et plus grand dans sa partie haute. H. max. cons. : 12,4 ; épaiss. min./max. : 2,5 / 3,5.
Surface ext., int. et fracture : beige (7.5YR8/3-10YR8/3).
Inclusions : inclusions orange et brunes de dimensions grandes et moyennes, à fréquence moyenne, et inclusions noirâtres et blanches, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-haute.
Observations et comparaisons : attribuable au type corinthien A’.
Chronologie : non déterminabile.

42MA30 (pl. XXXII)
Année de la fouille / trouvaille : 1953.
Secteur : Îlots sur la Plateia A.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : anse presque complète. H. max. cons. : 12,3. Anse « a bastoncello », de section circulaire ayant un diamètre plus petit en bas et plus grand dans sa partie haute. Épaiss. min./max. : 2,4 / 3,4.
Surface ext., int. et fracture : beige (7.5YR8/3-10YR8/3).
Inclusions : inclusions orange et brunes de dimensions moyennes et grandes, à fréquence moyenne, et inclusions noirâtres et blanches, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-haute.
Observations et comparaisons : attribuable au type corinthien A’.
Chronologie : non déterminable.

43MA31 (pl. XXXII)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 814.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : anse complète, depuis l’attache inférieure presque jusqu’à l’attache supérieure. H. max. cons. : 15,6. Anses « a bastoncello », de section circulaire d’un diamètre différent, plus petit dans la partie inférieure et plus grand dans la partie supérieure. Épaiss. min./max. : 3,1 / 3,8.
Surface ext., int. et fracture : beige (7.5YR7/4).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites, moyennes et grandes, à fréquence moyenne, distribuées d’une manière homogène, et inclusions noires et brun orange de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, distribuées d’une manière uniforme. Absence de mudstone de grandes dimensions.
Engobe : traces d’un fin engobe orange.
Observations et comparaisons : attribuable au type corinthien A’.
Chronologie : non déterminable.

44MA32 (pl. XXXII)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Maison 1.
US : 316.
Type : corinthienne A’.
État de conservation : anse presque complète, reconstituée à partir de deux fragments. H. max. cons. : 17, 5 ; épaiss. max. : 3, 2. Anses obliques rentrantes, « a bastoncello », de section circulaire.
Surface ext., int. et fracture : orange rosé (7.5YR7/6).
Inclusions : inclusions blanches et gris noir de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, et inclusions brun rougeâtre de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, distribuées d’une manière non homogène. Absence de mudstone de grandes dimensions.
Engobe : traces d’engobe orange, fin.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore corinthienne de type A’ étant donné sa pâte céramique et la caractéristique de l’anse à section circulaire de diamètre constant.
Chronologie : non déterminable.

Amphores gréco-occidentales

45MA33 (pl. XXXII)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 4. Q12A
Inventaire : n° 29 caisse 1.
Type : corinthienne B.
État de conservation : pied incomplet, avec une petite partie du fond de la panse, reconstitué à partir de 4 fragments. H. max. cons. : 4,2. Pied en bouton, creux à l’intérieur. H. : 1,8 ; diam. min./max. : 4 / 4,6.
Surface ext., int. et fracture : jaune verdâtre (2.5Y7/4-2.5Y8/4).
Inclusions : pâte assez dépurée, avec quelques inclusions de petites dimensions grisâtres et blanches. Vacuoles.
Engobe : traces d’engobe à l’intérieur.
Observations et comparaisons : la morphologie du pied, de type tronconique bref et creux à l’intérieur, ainsi que le profil du fond de la panse, ample et bien distinct du pied, relient ce fragment à une amphore corinthienne de type B du deuxième ou du troisième quart du ve s. av. J.-C. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 2.b ; Ead. 1981, fig. 1.a, pl. 99.c. Pour la forme, Di Sandro 1981b, fig. 1, datée du milieu du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 480-425 av. J.-C.

46MA34 (pl. XXXII)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Plateia A-côté E, en face de Q DC du Four.
Inventaire : n° 8614. Type : corinthienne B.
État de conservation : partie de pied et fond de la panse. H. max. cons. : 4. Pied en bouton, légèrement creux à l’intérieur. H. max. cons. : 2 ; diam. min./max. : 4,9 / 6,9.
Surface ext. et int. : orange rouge (5YR7/6).
Fracture : jaune (10YR8/4).
Inclusions : inclusions orange, brunes et blanches, de petites dimensions, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : voir la fiche précédente.
Chronologie : 480-425 av. J.-C.

47MA35 (pl. XXXII)
Année de la fouille / trouvaille : 1953.
Secteur : Îlots sur la Plateia A.
Type : corinthienne B.
État de conservation : partie inférieure d’amphore. H. max. cons. : 9,8. Corps. H. max. cons. : 6, 4 ; diam. max. restituable : 17,2. Pied en bouton, épaissi et à base plate. H. : 3,4 ; diam. min./max. : 3 / 4,8.
Surface ext., int. et fracture : orange rosé (2.5YR7/4-2.5YR8/3).
Inclusions : inclusions blanches et noires de petites dimensions, à fréquence moyenne-haute.
Observations et comparaisons : le type de pied, tronconique bref, rattache l’exemplaire à la production corinthienne B du ve s. av. J.-C. La partie conservée du fond de la panse se distingue nettement du pied, comme c’est le cas pour les exemplaires du deuxième et du troisième quart du ve s. av. J.-C. (Koehler 1978a, fig. 2.b ; Ead. 1981, fig. 1.a, pl. 99.c.), mais son profil convexe pas trop prononcé rappelle plutôt le type de la fin du ve s. av. J.-C. (Koehler 1978a, fig. 2.c).
Chronologie : 425-400 av. J.-C.

48MA36 (pl. XXXII)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 4. Q13.
Inventaire : n° 15 caisse 1.
Type : corinthienne B.
État de conservation : fragment de lèvre avec un bref segment de col et l’attache supérieure d’une anse. H. max. cons. : 6,5. Lèvre en échine, légèrement ouverte. H. : 2,5 ; épaiss. max. 1,7 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 15,2 / 18,2. Col évasé, avec une rainure immédiatement au-dessous de la lèvre. H. max. cons. : 4 ; diam. min./max. restituable : 12,4 / 14,2. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 3,5 ; épaiss. max. : 4,7 x 2.
Surface ext., int. et fracture :jaunâtre (2.5Y8/2-2.5Y7/3).
Inclusions : inclusions jaunâtres (chamotte), brunes et orange de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne. Vacuoles.
Observations et comparaisons : la morphologie de la lèvre, du type en échine, ainsi que celle des anses surélevées dont la courbure s’écrase au-dessous de la lèvre, suggèrent une attribution à la production corinthienne de type B du dernier quart du ve s. av. J.-C. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 2.c.
Chronologie : 425-400 av. J.-C.

49MA37 (pl. XXXII)
Année de la fouille / trouvaille : 1971.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Four. Q2 Aire F-H (coupe).
Type : « forme 2 ».
État de conservation : partie de lèvre. H. max. cons. : 5,7. Lèvre en bourrelet gonflé, avec un fin listel de base. H. : 4,6 ; épaiss. max. : 2,5 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 11,2 / 15,6.
Surface ext., int. et fracture : beige (10YR8/3-10YR7/4).
Inclusions : inclusions blanches, grises, orange et rougeâtres, de petites dimensions, à fréquence moyenne. Écailles de mica argenté, doré et cuivré, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne. Pâte dure à la surface rugueuse.
Observations et comparaisons : pour le type, Py 1980, p. 5-6, notamment fig. 3.3 (de Nîmes), type Py 1 datable entre la seconde moitié du vie et le début du ve s. av. J.-C. ; pour la forme, Semeraro 1997, n° 172c, fig. 47. 172c. Des lèvres du même type proviennent de Spina (cat. SP19) et du Forcello (cat. FO26 et FO27). La pâte céramique de cet exemplaire suggère de le rapprocher de la production de Locres.
Chronologie : milieu vie-début ve s. av. J.-C.

Pl. XXXII. Marzabotto.

Amphores de l’Égée septentrionale

50MA38 (pl. XXXIII)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 3 B3-A3.
Type : Ring-toe Lawall.
État de conservation : pied avec un court segment du fond de la panse. H. max. cons. : 3,5. Pied tronconique creux, à base annulaire. H. : 2 ; diam. min./max. : 6 / 7.
Surface ext., int. et fracture : beige orange (7.5YR7/6).
Inclusions : inclusions blanches, brunes et grises de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène. Écailles de mica argenté et doré de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène.
Observations et comparaisons : pour le type, datable entre la fin du vie et les débuts du ve s. av. J.-C., Lawall 1995, p. 157-158, 163-166, fig. 65, (du dépôt E 14 :5 de l’Agora d’Athènes fermé vers 480 av. J.-C.) ; pour la forme, Schmid 2001, p. 148, 152, n° 4, note 22, pl. 4 (datée vers le début du ve s. av. J.-C.).
Chronologie : 525-480 av. J.-C.

51MA39 (pl. XXXIII)
Année de la fouille / trouvaille : 1971.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Four. Espace destiné à la cour.
Inventaire : n° 63/52.
Type : Ring-toe Lawall.
État de conservation : pied complet. H. max. cons. : 3. Pied tronconique, à base en anneau épaissi. H. : 3 ; diam. min./max. : 6,2 / 6,9.
Surface ext., int. et fracture : beige orange (7.5YR7/6-7.5YR7/8).
Inclusions : inclusions blanches, de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, et inclusions grises et orange de petites dimensions, à fréquence basse. Mica argenté fin, à fréquence basse. Vacuoles.
Observations et comparaisons : le profil du pied renvoie à la production nord-égéenne de la fin du vie ou du début du ve s. av. J.-C. Pour la forme, Lawall 1995, p. 157-158, 163-166, fig. 51, datée sur la base du contexte (dépôt E 14 :5 de l’Agora) de 480 av. J.-C. au plus tard ; et Schmid 2001, p. 148, 152, n° 5, note 23, pl. 5, datée entre la fin du vie et le début du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 525-480 av. J.-C.

52MA40 (pl. XXXIII)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 6.
Défoncement de vigne.
Inventaire : n° 36 caisse 11.
État de conservation : partie de lèvre et de col, reconstitué à partir de 2 fragments. H. max. cons. : 4,6. Lèvre en biseau, avec une rainure à la base, tant à l’int. qu’à l’ext. H. : 1,5 ; épaiss. max. : 1,3 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 9,4 / 11,9. Col cylindrique. H. max. cons. : 3,1 ; diam. min./max. restituable : 10,5.
Surface ext., int. et fracture : orange foncé (5YR6/6).
Inclusions : inclusions brunes, grises et blanches, de dimensions petites, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : attribuable à la production nord-égéenne. La morphologie de la lèvre, au caractère archaïsant à cause de son grossissement supérieur, pourrait suggérer une datation entre le dernier quart du vie et le premier quart du ve s. av. J.-C. Pour le type, Schmid 2001, n° 4, pl. 4, et n° 5, pl. 5, l’une et l’autre datables entre la fin du vie et le début du ve s. av. J.-C. ; pour la forme, Monachov 1999b, fig. 17.1, attribuée à Thasos et datée de 525-475 av. J.-C.
Chronologie : 525-480 av. J.-C.

53MA41 (pl. XXXIII)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 4. Q10.
Inventaire : n° 49 caisse 4.
État de conservation : partie de col avec le segment supérieur d’une anse. H. max. cons. : 5,5. Anses en ruban épaissi, de section elliptique, avec une arête centrale. H. max. cons. : 5 ; épaiss. max. : 4,3 x 2,1.
Surface ext., int. et fracture : orange (2.5YR5/6).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites, moyennes et grandes, à fréquence moyenne-haute, et inclusions grisâtres de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne. Vacuoles.
Observations et comparaisons : vu le détail morphologique de l’arête centrale, l’anse en question peut être attribuée à la production nord-égéenne d’époque archaïque tardive. Pour l’hypothèse récente qui considère cette caractéristique comme typique des exemplaires du début de série de la production thasienne, Spagnolo 2003, p. 624 et note 96, pl. III.2.
Chronologie : fin vie-début ve s. av. J.-C.

54MA42 (pl. XXXIII)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 4. Q12A.
Inventaire : n° 27 caisse 1.
État de conservation : segment inférieur d’une anse, reconstitué à partir de 2 fragments. H. max. cons. : 8,5. Anses en ruban épaissi, de section elliptique, avec une arête centrale et une impression digitale à l’emplacement de l’attache inférieure. H. max. cons. : 8 ; épaiss. max. : 3,9 x 2,4.
Surface ext., int. et fracture : orange intense (2.5YR5/6-2.5YR5/8).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions moyennes-grandes, à fréquence moyenne, et inclusions brunes et grisâtres de dimensions moyennes-petites, à fréquence moyenne-basse. Vacuoles.
Observations et comparaisons : attribuable probablement à la production nord-égéenne (peut-être Thasos) d’époque tardo-archaïque. Pour le type d’anse, avec arête centrale, Spagnolo 2003, p. 624 et note 96, pl. III.2 ; et Johnston 1990, n° 131-132, 177, fig. 12. Pour l’impression digitale appliquée en correspondance de son attache inférieure, constituant une autre caractéristique des fabriques nord-égéennes, Blondé, Muller, Mulliez 1991 ; Grandjean 1992 ; et Schmid 2001, avec de nombreux exemplaires datés entre la fin du vie et le ve s. av. J.-C.
Chronologie : fin vie-début ve s. av. J.-C.

55MA43 (pl. XXXIII)
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Fonderie.
Inventaire : n° D16-21a/1/8.
Type : Disc-toe Lawall.
État de conservation : partie du fond et de la panse. H. max. cons. : 8,5. Corps. H. max. cons. : 6,5 ; largh. max. cons. : 14,4. Pied tronconique plein, à base légèrement convexe et ombiliquée. H. : 2,1 ; diam. min./max. : 5,5 / 5,9.
Surface ext. : orange (7.5YR6/6-7.5YR6/8).
Surface int. : orange rosé (5YR6/6-5YR6/8).
Fracture : gris (2.5Y5/1).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-haute, distribuées d’une manière homogène. Inclusions noires de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées d’une manière non homogène. Écailles de mica argenté, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-haute.
Observations et comparaisons : attribuable à la production nord-égéenne. Pour le pied, du type discoidal, daté entre 480 et 440 av. J.-C., Lawall 1995, p. 158-159, 166-167, fig. 58, 66, respectivement du dépôt F 19 :4 de l’Agora, fermé autour de 450 av. J.-C., et du dépôt Q 12 :3, fermé autour de 480 av. J.-C. ; pour la forme, Schmid 2001, p. 148, 156, note 24, pl. 6, n° 6, datée autour de 460-450 av. J.-C. ; et Spagnolo 2003, pl. III. 6, 11. Sur le fond intérieur on remarque un résidu consistant de résine.
Chronologie : 480-440 av. J.-C.

56MA44 (pl. XXXIII)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 4.
Sporadique.
Inventaire : n° 24-25 caisse 13.
État de conservation : fragment de lèvre et col avec le segment supérieur d’une anse. H. max. cons. : 5,9. Lèvre en biseau, de section quadrangulaire. H. : 1,2 ; épaiss. max. : 1 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 10,4 / 12,1. Col cylindrique, avec une rainure légère au-dessous de la lèvre, au niveau de la jonction des anses. H. max. cons. : 4,5 ; diam. min./max. restituable : 11. Anses en ruban épaissi, de section elliptique. H. max. cons. : 3,5 ; épaiss. max. : 4,9 x 1,6.
Surface ext., int. et fracture : chamois rosé (7.5YR7/4).
Inclusions : inclusions brunes, grises et blanchâtres, de petites dimensions, à fréquence moyenne. Vacuoles.
Observations et comparaisons : le type de lèvre et l’écrasement latéral typique des attaches supérieures des anses, permettent d’attribuer l’exemplaire à la production nord-égéenne. Les lèvres des productions nord-égéennes, définies « en biseau » présentent de nombreuses variantes morphologiques. La petite lèvre de section quadrangulaire constitue un caractère archaïsant. Pour la forme à section quadrangulaire, Schmid 2001, n° 6, pl. 6, datable du deuxième quart du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 475-450 av. J.-C.
Bibliographie : Sandri 1972, fig. 3, 18 (pour le dessin).

57MA45 (pl. XXXIII)
Secteur : Regio V, Insulae 4-5.
Sporadique. Au-dessus de la galerie Ouest.
Inventaire : n° 58424/61.
Type : Middle Mendean Variant Lawall.
État de conservation : pied entier, jusqu’à la jonction du fond de la panse. H. max. cons. : 5,8. Pied court en bobine, à base convexe et ombiliquée. H. : 5,5 ; diam. min./max. : 4,9 / 6,9.
Surface ext. et int. : jaunâtre (10YR7/4-10YR7/6).
Fracture : rougeâtre (10R5/6).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence haute, et inclusions grises et noirâtres, de petites dimensions, à fréquence haute. Petites écailles de mica argenté.
Observations et comparaisons : le type de pâte et l’évasement de la base suggèrent son attribution à la production de Mendé. La hauteur encore modérée du pied, du type en bobine, permet de préciser son appartenance à la Middle Mendean Variant de M. Lawall. Pour le type, Lawall 1995, p. 121-122, fig. 38 ; pour la forme, Bonghi Jovino 1982, pl. 122.4 ; Papadopoulos, Paspalas 1999, fig. 2 ; et de manière ponctuelle, Monachov 1999b, fig. 27.4-5, datables, vu le contexte, de 450-425 av. J.-C.
Chronologie : 450-425 av. J.-C.

58MA46 (pl. XXXIII)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 3. Espace destiné à la cour.
Inventaire : n° 16 caisse 17.
Type : Stem-toe, variante 2 Lawall.
État de conservation : pied. H. max. cons. : 9,1. Pied en bobine allongé, à base convexe et ombiliquée. Diam. min./max. : 4,8 / 7,5.
Surface ext. et int. : orange (5YR6/6-5YR6/8).
Fracture : mauve (10R5/2-10R5/3).
Inclusions : inclusions blanches de petites dimensions, à fréquence basse. Mica distribué sur toute la surface.
Observations et comparaisons : pour le type, Lawall 1995, p. 141-143, fig. 53, datable du courant de la deuxième moitié du ve s. av. J.-C. ; pour la forme, Zeest 1960, pl. 6.16 ; Grandjean 1992, fig. 11.73 ; et Monachov 1999b, fig. 23.1, datée du troisième quart du ve s. av. J.-C. et attribuée au « Cercle de Thasos ».
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

59MA47 (pl. XXXIII)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Maison 1.
US : 316.
Type : Late Mendean Variant Lawall.
État de conservation : pied, légèrement ébréché, avec partie du fond de la panse. H. max. cons. : 13,6. Pied en bobine allongé, à base convexe et ombiliquée. H. : 9,3 ; diam. min./max. : 5,3 / 8,4.
Surface ext., int. et fracture : orange (7.5YR6/6).
Inclusions : inclusions blanches, de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse et moyenne, distribuées d’une manière assez homogène, et inclusions gris noir, de dimensions petites, à fréquence basse et moyenne, distribuées d’une manière homogène. Écailles de mica argenté de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne.
Engobe : engobe blanc, fin, visible aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.
Observations et comparaisons : la morphologie du pied, du type en bobine de hauteur moyenne, renvoie au type Late Mendean de M. Lawall. Les caractéristiques de la pâte semblent toutefois différentes de celles de la production de Mendé. Pour le type, Lawall 1995, p. 122-123, fig. 39 ; pour la forme, Papadopoulos, Paspalas 1999, fig. 4, datables entre 425 et 400 av. J.-C.
Chronologie : 425-400 av. J.-C.

60MA48 (pl. XXXIII)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 4.
Sporadique.
Inventaire : n° 48 caisse 13.
Type : Late Mendean Variant Lawall.
État de conservation : pied complet. H. max. cons. : 10,1. Pied en bobine allongé, à base convexe et ombiliquée. H. : 9,1 ; diam. min./max. : 4,5 / 8,7.
Surface ext. et int. : orange (5YR6/6-5YR5/8).
Fracture : chamois (10YR6/4).
Inclusions : inclusions grises et blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-haute. Mica fin à fréquence basse. Vacuoles.
Observations et comparaisons : attribuable à la production de Mendé. Pour le type, datable du dernier quart du ve s. av. J.-C., Lawall 1995, p. 122-123, fig. 39 ; pour la forme, Brasinskij 1976, fig. 3.
Chronologie : 425-400 av. J.-C.

Pl. XXXIII. Marzabotto.

61MA49 (fig. 91 ; pl. XXXIV)
Lieu de découverte : Marzabotto (Bo.)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 4. Q11.
Inventaire : n° 5 caisse 0.
Type : Late Mendean Variant Lawall.
État de conservation : pied avec la moitié inférieure de la panse, reconstituée à partir de 6 fragments. H. max. cons. : 23. Corps probablement piriforme ou biconique. H. max. cons. : 13,7 ; diam. max. : 26,4. Pied en bobine allongé, à base convexe et ombiliquée. H. : 9 ; diam. min./ max. : 5,4 / 8,9.
Surface ext., int. et fracture : chamois (7.5YR6/6-10YR6/6).
Inclusions : inclusions grises et blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-haute. Mica fin argenté à fréquence basse. Vacuoles.
Observations et comparaisons : attribuable à la production de Mendé. Pour le type, Lawall 1995, fig. 39 ; pour la forme, Monachov 1999b, fig. 22. 1, trouvée dans une tombe près de Steblev datée de 450 av. J.-C. et attribuée au « cercle de Thasos », peut-être Mendé.
Chronologie : 425-400 av. J.-C.
Bibliographie : Sandri 1972, fig. 8, 41 (pour le dessin).

Fig. 91. Marzabotto, fond d’amphore nord-égéenne en provenance de la Regio IV, Insula I, Casa 4.

Fig. 91. Marzabotto, fond d’amphore nord-égéenne en provenance de la Regio IV, Insula I, Casa 4.

Cat. MA49

(photo F. Sacchetti).

62MA50 (pl. XXXIV)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Plateia A-côté E, devant Q DC du Four.
Inventaire : n° 8613.
Type : Late Mendean Variant Lawall.
État de conservation : partie de pied. Pied en bobine. H. max. cons. : 6,7 ; diam. min./max. : 6,1 / 8,6.
Surface ext. et int. : orange clair (7.5YR7/6).
Fracture : mauve rosé (5YR6/4).
Inclusions : inclusions blanches de petites dimensions, à fréquence basse, et inclusions orange de petites dimensions, à fréquence haute. Écailles de mica argenté de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : attribuable à la production de Mendé de la fin du ve s. av. J.-C. Pour le type, Lawall 1995, fig. 39 ; et Brasinskij 1976, fig. 3, datées du dernier quart du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 425-400 av. J.-C.

63MA51 (pl. XXXIV)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 6.
Défoncement de vigne.
Inventaire : n° 10 caisse 6.
Type : Biconical Lawall.
État de conservation : partie de lèvre avec une brève partie de col et le segment supérieur d’une anse, reconstitué à partir de 2 fragments. H. max. cons. : 6,9. Lèvre en biseau, légèrement ouverte. H. : 1,8 ; épaiss. max. : 1,5 ; larg. max. cons. embouchure : 3,2. Col. H. max. cons. : 5,2 ; larg. max. cons. : 5,7. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 4,5 ; épaiss. max. : 3,5 x 2.
Surface ext., int. et fracture : orange rosé (5YR7/6-5YR6/6).
Inclusions : inclusions blanches de petites dimensions, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : attribuable à la production nord-égéenne et à rapprocher du type « biconical » de M. Lawall assigné à la production de Thasos du dernier quart du ve s. av. J.-C. Pour le type, Lawall 1995, p. 135, fig. 43-44 ; et Blondé, Muller, Mulliez 1991, fig. 3.16.
Chronologie : 425-400 av. J.-C.

64MA52 (pl. XXXIV)
Année de la fouille / trouvaille : 1991.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Maison 1. Pièce XII.
État de conservation : segment inférieur d’une anse (h. max. cons. : 7,6) et fragment d’épaule (dimensions max. fr. : 5 x 5,7) non reconstituables.
Anses en ruban épaissi, à section elliptique, avec impression digitale au niveau de la jonction inférieure. H. max. cons. : 7,6 ; épaiss. max. : 2,1 x 3,9.
Surface ext., int. et fracture : orange rougeâtre (5YR5/6).
Inclusions : inclusions blanchâtres, gris noir et brunes de petites dimensions, à fréquence très basse, distribuées d’une manière homogène. Écailles de mica argenté de dimensions petites et moyennes, à fréquence très haute.
Observations et comparaisons : la pâte céramique et l’impression digitale à la base de l’anse suggèrent de l’attribuer à la production nord-égéenne. Pour cette caractéristique, cf. Blondé, Muller, Mulliez 1991, avec de nombreux exemplaires datables entre la fin du vie et le ve s. av. J.-C.
Chronologie : non déterminabile.

65MA53 (pl. XXXIV)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Maison 1.
US : 352.
État de conservation : partie d’épaule portant des traces de la jonction inférieure d’une anse (dimensions max. fr. 10,4 x 9,8) avec impression digitale et un fragment de paroi (dimensions max. fr. : 4,9 x 5,4 ) non assemblables.
Surface ext., int. et fracture : beige orange (7.5YR6/6).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-basse distribuées d’une manière non homogène. Écailles de mica doré et argenté de dimensions petites et moyennes à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : on renvoie à la fiche précédente.
Chronologie : non déterminabile.

66MA54 (pl. XXXIV)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 3.
État de conservation : partie inférieure d’une anse, depuis la jonction de l’épaule jusqu’à la courbure supérieure. H. max. cons. : 9,6. Anses en ruban épaissi, de section elliptique, avec impression digitale au niveau de la jonction inférieure. Épaiss. max. : 2 x 4,3.
Surface ext., int. et fracture : orange (2.5YR6/8).
Inclusions : inclusions de petites dimensions blanches et grises, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène. Écailles de mica argenté et doré de dimensions petites, à fréquence moyenne, distribuées d’une manière homogène.
Observations et comparaisons : on renvoie à la fiche MA52.
Chronologie : non déterminabile.

67MA55 (pl. XXXIV)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 814.
État de conservation : fragment d’épaule avec l’attache inférieure d’une anse. Dimensions max. fr. : 7,4 x 9. Anses en ruban épaissi, à section elliptique, avec impression digitale au niveau de la jonction inférieure. H. max. cons. : 3,5 ; épaiss. max. : 2,8 x 5.
Surface ext. : beige (7.5YR7/6).
Surface int. et fracture : rosée (5YR6/4).
Inclusions : inclusions blanchâtres, orange et noires de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène. Écailles de mica argenté de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, distribuées d’une manière homogène.
Observations et comparaisons : on renvoie à la fiche MA52.
Chronologie : non déterminable.

68MA56 (pl. XXXIV)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 1.
Sporadique.
Inventaire : n° 17 caisse 1.
État de conservation : anse, presque complète, manquant de l’attache supérieure. H. max. cons. : 10,4. Anses en ruban épaissi, à section elliptique, avec impression digitale au niveau de la jonction inférieure. H. max. cons. : 10,4 ; épaiss. max. : 4,2 x 1,3.
Surface ext., int. et fracture : orange (5YR7/8-5YR6/8). Inclusions : inclusions de petites dimensions blanches, noirâtres et brunes, à fréquence haute. Mica fin à fréquence basse distribué sur toute la surface.
Engobe : traces d’engobe.
Observations et comparaisons : on renvoie à la fiche MA52.
Chronologie : non déterminable.

69MA57 (pl. XXXIV)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 4. Q10.
Inventaire : n° 65 caisse 5.
État de conservation : partie inférieure d’une anse, jusqu’à la jonction de l’épaule. H. max. cons. : 7,2. Anses en ruban épaissi, à section elliptique, avec impression digitale au niveau de l’attache inférieure. H. max. cons. : 7 ; épaiss. max. : 3,9 x 2,2.
Surface ext. et int. : orange jaune (5YR 6/6).
Fracture : orange foncé (5YR6/4-5YR6/5).
Inclusions : inclusions gris foncé de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, et inclusions blanc crème de dimensions moyennes-grandes, à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : on renvoie à la fiche MA52.
Chronologie : non déterminable.

70MA58 (pl. XXXIV)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Plateia A-côté E, devant Q DC du Four.
Inventaire : n° 8615.
État de conservation : partie de col avec l’attache supérieure d’une anse. Dimensions max. fr. : 7 x 4,5. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 4,5 ; épaiss. max. : 3,9 x 1,8.
Surface ext., int. et fracture : beige jaune (10YR8/6).
Inclusions : inclusions orange, noirâtres et blanches de petites dimensions et à fréquence basse.
Observations et comparaisons : probablement attribuable à une amphore de production nord-égéenne sur la base de la pâte et de l’écrasement latéral de l’attache de l’anse.
Chronologie : non déterminable.

Pl. XXXIV. Marzabotto.

Amphores de l’Égée orientale

71MA59 (pl. XXXV)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 3. Espace destiné à la cour.
Inventaire : n° 40 caisse 17.
Type : chiote,
Swollen-necked, Early bulgy, variante C/1 ou C/2 Knigge-Lawall.
État de conservation : pied avec une brève partie du fond de la panse. H. max. cons. : 7,7. Pied cylindrique creux, à base en anneau légèrement épaissi. H. : 4 ; diam. min./ max. : 4,9 / 5,2.
Surface ext., int. et fracture : jaune orange (7.5YR7/ 6-7.5YR6/6).
Inclusions : inclusions grisâtres, blanches et brunes de petites dimensions et à fréquence moyenne distribuées d’une manière homogène. Mica fin, argenté, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : pour le type, datable entre le début et le milieu du ve s. av. J.-C., Lawall 1995, fig. 25, 31 ; Dupont 1998, fig. 23.2, d-f ; et de Marinis 1999, p. 266-268, fig. 7. 4-7. Pour la morphologie du pied, Boss 1993, p. 325-326 et note 40, fig. 522. L38, attribuée dubitativement à la production samienne ou chiote ; et Dupont 1999, fig. 30. 2, 5, datées entre 490 et 460 av. J.-C.
Chronologie : 500-450 a.C.

72MA60 (pl. XXXV)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Plateia A, devant Q G-F du Four.
Inventaire : n° 3961.
Type : chiote,
Swollen-necked, Early bulgy, variante C/1 ou C/2 Knigge-Lawall.
État de conservation : partie de pied. H. max. cons. : 3,5. Pied cylindrique creux, à base annulaire. H. : 3,5 ; diam. min./max. restituable : 5,4 / 5,9.
Surface ext., int. et fracture : brun orange (5YR5/6).
Inclusions : inclusions blanches, noirâtres et brunes de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-haute.
Observations et comparaisons : la morphologie du pied renvoie à la production chiote de la première motié du ve s. av. J.-C. et plus exactement au type « swollen-necked, early bulgy », variante C/1 ou variante C/2. Pour le type, voir la fiche précédente. Pour la forme, Monachov 1999b, fig. 19.7-9, datées du deuxième quart du ve s. av. J.-C. ; et Monachov 2003a, pl. 6. 5.
Chronologie : 500-450 av. J.-C.

73MA61 (pl. XXXV)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 6.
Défoncement de vigne.
Inventaire : n° 73 caisse 1.
Type : chiote,
Swollen necked, Later bulgy, variante C/3 Knigge-Lawall.
État de conservation : fragment de pied. H. max. cons. : 6,3. Pied cylindrique creux, épaissi, à base annulaire. H. : 4 ; diam. min./max. : 4,9 / 5,9.
Surface ext. et int. : orange jaunâtre (7.5YR 6/6).
Fracture : verdâtre (2.5Y5/3-2.5Y5/4).
Inclusions : inclusions blanches, noires et brunes de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-basse.
Engobe : traces d’engobe brun gris.
Observations et comparaisons : la morphologie du pied permet de situer l’exemplaire dans le cadre de la production chiote et de l’attribuer au type « swollen-necked, later bulgy ». Pour le type, datable du troisième quart du ve s. av. J.-C., Lawall 1995, p. 91, fig. 21, 32 ; et de Marinis 1999, p. 268-269, fig. 7.8.
Chronologie : 450-425 av. J.-C.

74MA62 (pl. XXXV)
Secteur : Regio V, Insulae 4-5.
Sporadique. Au-dessus de la galerie Ouest.
Inventaire : n° 58405/15.
Type : chiote,
Swollen-necked, Later bulgy, variante C/3 Knigge-Lawall ou Straight-neck type.
État de conservation : pied complet, jusqu’à la jonction du fond de la panse. H. max. cons. : 5,8. Pied cylindrique creux, épaissi, à base annulaire. H. : 5 ; diam. min./max. : 4,2 / 5,5.
Surface ext. et int. : orange (5YR5/6).
Fracture : rougeâtre (2.5YR6/6-2.5YR6/8).
Inclusions : inclusions blanches, grises et brunes de dimensions petites et moyennes, à fréqunce haute. Mica à fréquence basse.
Engobe : traces d’engobe crème.
Observations et comparaisons : attribuable à la variante plus récente du type chiote à col gonflé (datable du troisième quart du ve s. av. J.-C.) ou bien, étant donné son diamètre réduit et la hauteur de la carène latérale, au type chiote à col droit (datable du dernier quart du ve s. av. J.-C.). Pour le premier type, voir la fiche précédente.
Pour le second, Lawall 1995, p. 91-92, fig. 22, 35. Pour la forme, Ibid. fig. 32 (variante C/3).
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

75MA63 (pl. XXXV)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 3. Espace destiné à la cour et au puits. Inventaire : n° caisse 14.
Type : chiote, Swollen-necked.
État de conservation : fragment de col avec le segment supérieur d’une anse. H. max. cons. : 5. Col gonflé. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 4 ; épaiss. max. : 4 x 2.
Surface ext., int. et fracture : orange (5YR6/8-5YR 7/8).
Inclusions : inclusions grisâtres et brunes de petites dimensions, à fréquence basse et inclusions blanches de petites dimensions, à fréquence moyenne. Mica absent. Vacuoles.
Observations et comparaisons : attribuable à la production chiote par les caractéristiques de la pâte et par la morphologie enflée du col. Pour le type, sûrement « swollen-necked » mais sans qu’il soit possible d’en préciser ni le sous-type, ni la variante, de Marinis 1999, p. 266-269, fig. 7.4-8, datables entre le début et le troisième quart du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 500-425 av. J.-C.

76MA64 (pl. XXXV)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Four. Q E-D.
Inventaire : n° 2045.
Type : chiote, Swollen-necked.
État de conservation : partie de col et segment supérieur d’une anse. H. max. cons. : 5,5. Col gonflé. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 6 ; épaiss. max. : 4,2 x 2,3.
Surface ext. et int. : beige (7.5YR7/4).
Fracture : orange brun (7.5YR6/6).
Inclusions : inclusions blanches et brunes de dimensions moyennes et petites, à fréquence basse, et inclusions noirâtres de petites dimensions, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : attribuable à l’un des types chiotes « swollen-necked », sans qu’il soit possible d’en préciser ni le sous-type, ni la variante. Pour le type, datable entre le début et le troisième quart du ve s. av. J.-C., de Marinis 1999, p. 266-269, fig. 7.4-8
Chronologie : 500-425 av. J.-C.

77MA65 (pl. XXXV)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Maison 1.
US : 355.
Type : chiote.
État de conservation : partie inférieure d’anse. Dimensions max. fr. : 7,1 x 6,1. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 2,3 ; épaiss. max. : 3,3.
Surface ext. et int. : brun rouge (2.5YR5/4-2.5YR6/4).
Fracture : rougeâtre (2.5YR5/8).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, distribuées d’une manière homogène, et inclusions gris noir, de petites dimensions, à fréquence moyenne-basse, distribuées d’une manière non homogène. Mica argenté très fin, à fréquence très basse.
Engobe : traces d’engobe crème, fin.
Observations et comparaisons : les caractéristiques de la pâte suggèrent son attribution à la production de Chios.
Chronologie : non déterminable.

78MA66 (pl. XXXV)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 14 = 4.
Type : Samos-Milet, S/2 Lawall.
État de conservation : pied et nombreux fragments de parois qu’il n’est pas possible d’assembler. H. max. cons. : 2,2. Pied tronconique creux, à base en anneau caréné. H. : 2 ; diam. min./max. restituable : 5,4 / 7,1.
Surface ext. : orange rougeâtre (10R5/8).
Surface int. et fracture : orange rosé (10R5/6).
Inclusions : argile dépurée, presque complètement privée d’inclusions et de mica. Inclusions brun gris de petites dimension, à fréquence très basse. Écailles très fines de mica doré, presque imperceptibles, à fréquence basse, diffusées d’une manière homogène.
Engobe : traces d’engobe crème, très fin.
Observations et comparaisons : pour le type, Knigge 1976, pl. 49.3, correspondant à la variante tardo-archaïque du type S/2 de M. Lawall ; pour la forme, Dupont 1998, fig. 23.7, f, attribué à la production milé-sienne de la seconde moitié du vie s. av. J.-C. et défini « conical belly later type ».
Chronologie : 525-480 av. J.-C.

79MA67 (pl. XXXV)
Année de la fouille / trouvaille : 1991.
Secteur : Regio VII, Insula 2.
Structure : Puits près de la Plateia D. Q.R. 180
Inventaire : n° 2669.
Type : Samos-Milet, S/1 Lawall.
État de conservation : partie de pied. H. max. cons. : 4,2. Pied tronconique, à base en anneau épaissi. H. : 4 ; diam.
min./max. : 5,4 / 6,8.
Surface ext. et int. : beige (7.5YR7/4).
Fracture : rosé (2.5YR7/3).
Inclusions : pâte dépurée, avec inclusions blanches, grises et brunes, de petites dimensions, à fréquence basse. Mica fin, doré, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : le pied en question peut être classé dans la forme tardo-archaïque du type S/1 de la classification de M. Lawall. Pour le type, Lawall 1995, fig. 77 ; et Dupont 1998, fig. 23.9, b.
Chronologie : 525-480 a.C.

80MA68 (pl. XXXV)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 3. Area F.H.T.V.
Inventaire : n° 71323.
Type : Samos-Milet, S/1 ou S/3 Lawall.
État de conservation : partie de col au niveau de la jonction de l’épaule.
Dimensions max. fr. : 4,4 x 6,5. Col évasé et au profil légèrement convexe, avec un listel au niveau de la jonction de l’épaule. H. max. cons. : 4,4 ; diam. min./max. restituable : 6,5
Surface ext. et fracture : noisette chamois (7.5YR7/4-7.5YR7/6).
Surface int. : orange (5YR7/8-7.5YR7/6).
Inclusions : inclusions noirâtres, brunes et blanches de petites dimensions et à fréquence basse. Mica fin et distribué sur toute la surface.
Observations et comparaisons : le profil du col, caractérisé par un fin listel de base situé en correspondance de la jonction de l’épaule, suggère son attribution à la production de Samos-Milet de la fin du vie ou du début du ve s. av. J.-C. En particulier pour l’emplacement du listel, en bas et non encore au milieu, voir Dupont 1982, fig. 6-7 ; Roberts 1986, fig. 4. 413, datable de 480 av. J.-C. (P24870 de l’Agora) ; et Lawall 1995, fig. 76-77, l’une et l’autre provenant du dépôt E 14 :5 de l’Agora datable vers 480 av. J.-C. L’exemplaire en question peut donc être attribué à la variante tardo-archaïque du type S/1 ou au type S/3 de M. Lawall, datables entre 525 et 480 av. J.-C.
Chronologie : 525-480 av. J.-C.

81MA69 (pl. XXXV)
Année de la fouille / trouvaille : 1970.
Secteur : Regio V, Insula 2 / Regio VII, Insula 2.
Structure : Puits de la Plateia D.
Inventaire : n° 225504.
Type : Samos-Milet, S/1 Lawall.
État de conservation : amphore dont il reste l’embouchure complète (reconstituée à partir de 3 fragments), une anse (reconstituée à partir de 3 fragments dont l’un ne s’accorde pas parfaitement) et une partie de l’épaule et de la panse reconstituées à partir de 39 fragments de paroi. H. max. cons. : 16,3. Lèvre à tore, épaissie, légèrement ouverte. H. : 2 ; épaiss. max. : 2 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 13,2 / 14,2. Col cylindrique. H. max. cons. : 5 ; diam. min./max. : 11,4. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 13,2 ; épaiss. max. : 4,2 x 2,1.
Surface ext. : brun rougeâtre (5YR5/6).
Surface int. et fracture : brun mauve (2.5YR5/6).
Inclusions : inclusions blanchâtres de dimensions moyennes-petites, à fréquence haute, et inclusions noirâtres de petites dimensions, à fréquence basse. Mica fin argenté et doré, à fréquence basse. Vacuoles.
Engobe : traces d’engobe crème sur la surface intérieure.
Observations et comparaisons : on peut l’attribuer au groupe Samos-Milet et la rapprocher des formes de fin vie-début ve ou du deuxième quart du ve s. av. J.-C. du type S/1 de M. Lawall (pour lequel cf. Lawall 1995, p. 178-180, fig. 69, 77 ; et Di Sandro 1981b, fig. 3.3).
Chronologie : 525-450 av. J.-C.

82MA70 (pl. XXXV)
Année de la fouille / trouvaille : 1953.
Secteur : Îlots sur la Plateia A.
Type : Samos-Milet, S/1 Lawall.
État de conservation : partie de lèvre avec un bref segment du col. H. max. cons. : 3,8. Lèvre en amande, épaissie, légèrement ouverte. H. : 2,4 ; épaiss. max. : 1,8 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 11 / 12,9. Col évasé. H. max. cons. : 1,4 ; diam. min./max. restituable : 9,3 / 9,9.
Surface ext., int. et fracture : chamois brun (10YR6/3-10YR6/4).
Inclusions : inclusions blanches et orange de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, et inclusions noires de petites dimensions, à fréquence basse. Mica fin disséminé.
Observations et comparaisons : pour le type, voir la fiche précédente.
Chronologie : 525-480 av. J.-C.

83MA71 (pl. XXXV)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 2-5-9-10-11.
Type : Samos-Milet, S/2 Lawall.
État de conservation : partie de lèvre avec un bref segment du col. H. max. cons. : 3,4. Lèvre en amande, épaissie, légèrement ouverte. H. : 2 ; épaiss. max. : 1,7 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 13 / 13,8.
Surface ext., int. et fracture : orange (5YR6/6).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, distribuées d’une manière homogène ; inclusions brun orange et grises de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène. Écailles de mica argenté et doré de petites dimensions, à fréquence moyenne-haute.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore du groupe Samos-Milet, probablement du type S/2 Lawall, mais sans aucune possibilité de distinguer entre la forme de fin vie-début ve et celle du deuxième quart du ve s. av. J.-C., étant donné l’absence d’autres éléments du conteneur. Pour la première forme, Knigge 1976, pl. 49. 3 ; pour la seconde, Grace 1971, fig. 3. 1 ; Lawall 1995, p. 177, 181-182, fig. 70-71 ; pour la morphologie de la lèvre, qu’on peut rapprocher des types « Zeest’s Samian », voir Monachov 2003a, pl. 25. 4.
Chronologie : 525-450 a.C.

84MA72 (pl. XXXV)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 3. Espace destiné à la cour, dallage du puits.
Inventaire : n° 115 caisse 16.
Type : Samos-Milet, S/2 ou S/3 Lawall.
État de conservation : fragment de lèvre. H. max. cons. : 2,3. Lèvre en amande, légèrement épaissie. H. : 2,1 ; épaiss. max. : 1,6 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 15,4 / 16. Surface ext., int. et fracture : orange chamois (5YR 6/6-5YR5/6).
Inclusions : inclusions noirâtres et blanches de dimensions petites, à fréquence basse. Mica fin, à fréquence basse, distribué sur toute la surface. Vacuoles.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore du groupe Samos-Milet. Le profil en échine pourrait renvoyer au type S/2 (pour lequel cf. la fiche précédente) ou au type S/3 de M. Lawall (pour lequel cf. Lawall 1995, fig. 76, datable entre 525 et 480 a.C.). Pour la forme, Morselli-Tortorici 1985, fig. 8. 1, 4, de Gravisca, attribuées à Samos.
Chronologie : 525-450 av. J.-C.

Pl. XXXV. Marzabotto.

85MA73 (pl. XXXVI)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Four. Q F2F3-E2E3.
Inventaire : n° 1682.
Type : Samos-Milet, S/2 Lawall.
État de conservation : partie de lèvre : H. max. cons. : 3.5. Lèvre en amande, légèrement épaissie et ouverte. H. : 2,1 ; épaiss. max. : 1,5 diam. int./ext. restituable embouchure : 12,6 / 13,9.
Surface ext., int. et fracture : beige (7.5YR7/4).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, et inclusions brunes et noirâtres de petites dimensions, à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : pour le type (qu’on peut rapprocher des types dits « Zeest’s Samian »), Knigge 1976, pl. 49.3, et Grace 1971, fig. 3. 1, correspondant aux deux formes du type S/2 de M. Lawall datables entre le dernier quart du vie et la première moitié du ve s. av. J.-C. Pour la morphologie, Morselli-Tortorici 1985, fig. 8. 4, et Monachov 2003a, pl. 26. 3.
Chronologie : 525-450 av. J.-C.

86MA74 (pl. XXXVI)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 2. Q sud de la cour.
Inventaire : n° 10 caisse 3.
Type : Samos-Milet, S/2 Lawall.
État de conservation : partie de lèvre et de col portant la trace de la jonction supérieure d’une anse. H. max. cons. : 5.6. Lèvre épaissie, de section trapézoïdale. H. : 2 ; épaiss. max. : 1,8 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 15,4 / 16,8. Col vraisemblablement cylindrique ou évasé. H. max. cons. : 3,5 ; diam. min./max. restituable : 13,8.
Surface ext., int. et fracture : orange (7.5YR7/6-7.5YR6/6).
Inclusions : pâte dépurée, presque complètement dépourvue d’inclusions. Mica fin à fréquence haute sur toute la surface.
Observations et comparaisons : pour la morphologie de la lèvre, anguleuse et assimilable aux types « Zeest ’s Samian », on peut l’attribuer aux formes datables entre la fin du vie et le milieu du ve s. av. J.-C. du type S/2 de M. Lawall. Pour ces formes, voir respectivement, Knigge 1976, pl. 49.3 ; et Grace 1971, fig. 3.1. Pour la morphologie, Dupont 1998, p. 176-177, fig. 23.8, i ; et Monachov 2003a, pl. 19. 8.
Chronologie : 525-450 av. J.-C.

87MA75 (pl. XXXVI)
Sporadique.
Inventaire : n° 18 (de la caisse 23 ‘Sporadicv’).
Type : Samos-Milet, S/1 Lawall.
État de conservation : deux fragments de lèvre et court segment du col portant la trace de la jonction supérieure d’une anse. H. max. cons. : 3,7. Lèvre en amande, épaissie à l’extérieur, légèrement ouverte. H. : 2,1 ; épaiss. max. : 2 ; diam. int./ext. restituable bouche : 15 / 17,1. Col évasé. H. max. cons. : 1,1 ; diam. min./max. restituable : 13 / 14.
Surface ext. et int. : orange brun (5YR6/6).
Fracture : gris (GLEY 2).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-basse, inclusions brun noirâtre de petites dimensions, à fréquence basse. Mica fin à fréquence basse.
Observations et comparaisons : la morphologie de la lèvre rappelle de très près le type S/1 du groupe Samos-Milet de la classification de M. Lawall, et notamment ses deux formes les plus archaïques, pour lesquelles on renvoie à Roberts 1986, fig. 4.413, et Di Sandro 1981b, fig. 3.3.
Chronologie : 525-450 av. J.-C.

88MA76 (pl. XXXVI)
Secteur : Regio V, Insula 3.
Structure : rigole entre w et w’.
Type : Samos-Milet, S/1 Lawall.
État de conservation : amphore presque entière, reconstituée à partir de fragments, manquant de la partie inférieure de la panse et de l’attache inférieure de l’anse.
Dimensions : non repérées. Lèvre épaissie, Légèrement ouverte. Col évasé. Anses verticales, en ruban épaissi, à section elliptique. Épaule fuyante. Corps vraisemblablement globulaire ou piriforme.
Surface ext., int. et fracture : rougeâtre orange.
Inclusions : inclusions grisâtres et blanchâtres de petites dimensions, à fréquence moyenne. Mica.
Observations et comparaisons : attribuée à Samos par Fr.-H. Massa-Pairault et confrontée notamment avec de Marinis 1988, fig. 110, 2 (cat. FO61). Par la forme ovoïde du corps l’exemplaire peut être rapproché de la variante du type S/1 Lawall datée du deuxième quart du ve s. av. J.-C. (Lawall 1995, p. 179-180 ; Di Sandro 1981b, fig. 3.3).
Chronologie : 480-450 av. J.-C.
Bibliographie : Fr.-H. Massa-Pairault, in Massa-Pairault 1997, p. 185-186, pl. XIX.

89MA77 (pl. XXXVI)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 4. Q12A.
Inventaire : n° 28 caisse 1.
Type : Samos-Milet, S/1 Lawall.
État de conservation : partie de col, reconstituée à partir de 2 fragments, depuis la jonction de l’épaule jusqu’à l’attache supérieure des anses. H. max. cons. : 9. Col tronconique, avec un listel situé dans sa partie médiane. H. max. cons. : 9 ; largh. max. cons. : 11.
Surface ext. et int. : chamois (7.5YR6/6).
Fracture : orange (5YR5/8-5YR 5/6).
Inclusions : inclusions blanches, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, et inclusions brunes et grisâtres, de petites dimensions, à fréquence basse. Mica à fréquence haute.
Observations et comparaisons : le listel du col est typique des formes du groupe Samos-Milet et sa position médiane permet de situer l’exemplaire dans le cadre des formes du deuxième quart (Di Sandro 1981b, fig. 3.3) ou de la seconde moitié du ve s. av. J.-C. (Grace 1971, p. 76, fig. 3.3) du type S/1 de M. Lawall.
Chronologie : 480-400 av. J.-C.

90MA78 (pl. XXXVI)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 3. Espace destiné à la cour.
Inventaire : n° 37 caisse 17.
Type : Samos-Milet, S/1 Lawall.
État de conservation : partie de col avec le segment supérieur d’une anse. Col qui présente un listel placé immédiatement au-dessous de la jonction supérieure des anses. H. max. cons. : 6,2 ; larg. max. cons. : 8,1. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 3,8 ; épaiss. max. : 3,9 x 1,7.
Surface ext. et int. : orange (7.5YR6/6).
Fracture : orange intense (7.5YR6/8).
Inclusions : inclusions brunes et noirâtres de petites dimensions, à fréquence basse, et inclusions blanches de petites dimensions, à fréquence moyenne-haute.
Vacuoles.
Observations et comparaisons : le listel placé immédiatement au-dessous de la jonction supérieure de l’anse caractérise les amphores du groupe Samos-Milet, attribuées par M. Lawall à son type S/1 et datables entre le deuxième quart et la fin du ve s. av. J.-C. (cf. fiche précédente).
Chronologie : 480-400 av. J.-C.

Pl. XXXVI. Marzabotto.

91MA79 (pl. XXXVII)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A devant la Maison 1.
US : 14 = 4.
Type : Samos-Milet, S/1 Lawall.
État de conservation : amphore dont n’est conservée que la moitié supérieure jusqu’au départ de l’épaule, reconstituée à partir de 12 fragments et restaurée. Anses manquantes. H. max. cons. : 19. Lèvre en amande, haute et légèrement épaissie, ouverte. H. : 3,2 ; épaiss. max. : 1,4 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 11,4 / 13,7. Col tronconique avec un listel médian situé au-dessous des attaches des anses. H. max. cons. 11,5 ; diam. min./ max. restituable : 9 / 11,2. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 3 ; épaiss. max. : 2,2 x 4,2. Épaule fuyante. Larg. max. cons. : 5,5.
Surface ext. : orange rougeâtre (10R5/8).
Surface int. et fracture : orange rosé (10R5/6).
Inclusions : argile dépurée, presque complètement dépourvue d’inclusions et de mica. Inclusions brun gris de petites dimensions, à fréquence très basse. Écailles très fines de mica doré, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène.
Engobe : engobe crème.
Observations et comparaisons : attribuable au type S/1 de M. Lawall. Pour le type, Lawall 1995, fig. 73, et Grace 1971, p. 76, fig. 3. 3. Pour la forme, Lawall 1995, fig. 74, provenant d’un dépôt de l’Agora daté vers 410 av. J.-C., et Dupont 1998, fig. 23.9, d, attribuée à la production milésienne de la première moitié du ve s. av. J.-C. (type ‘high lip’). La pâte céramique de cet exemplaire étant identique à celle de l’exemplaire de la fiche suivante, trouvé dans le même niveau et correspondant à la moitié inférieure d’une amphore du même type, on peut avancer l’hypothèse que les deux parties appartenaient à un seul individu.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

92MA80 (pl. XXXVII)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant de la Maison 1.
US : 14 = 4.
Type : Samos-Milet, S/1 Lawall.
État de conservation : amphore dont est conservée la moitié inférieure jusque sous l’épaule, reconstituée à partir de nombreux fragments et restaurée. Il est impossible d’assembler plusieurs autres fragments de la panse qui se sont conservés. H. max. cons. : 45. Corps ovoïde. H. max. cons. : 45 ; diam. max. : 32,6. Pied cylindrique plein, épaissi, à base ombiliquée. H. : 4,1 ; diam. min./max. : 4,8 / 6.
Surface ext. : orange rougeâtre (10R5/8).
Surface int. et fracture : orange rosé (10R5/6).
Inclusions : argile dépurée, presque complètement dépourvue d’inclusions et de mica. Inclusions brun gris de petites dimensions, à fréquence très basse. Écailles très fines de mica doré, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène.
Engobe : engobe crème.
Observations et comparaisons : pour la forme du pied, Dupont 1998, fig. 23.9, g, attribué à la production milésienne du milieu du ve s. av. J.-C. (type « thickened rim »). Appartenant sans doute au même individu de la fiche précédente.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

Pl. XXXVII. Marzabotto.

93MA81 (pl. XXXVIII)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Plateia A, devant le Q F-E du Four.
Inventaire : n° 4603.
Type : Samos-Milet, S/1 Lawall.
État de conservation : partie de pied. H. max. cons. : 4. Pied cylindrique plein, épaissi, à base ombiliquée. H. : 3,2 ; diam. min./max. : 4,2 / 4,8.
Surface ext., int. et fracture : brun orange (5YR5/6).
Inclusions : inclusions noirâtres, brunes et blanches de dimensions petites, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : pour le type S/1 Lawall, datable du courant de la seconde moitié du ve s. av. J.-C., Lawall 1995, fig. 73. Pour la forme, Dupont 1998, fig. 23.9, g.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

94MA82 (pl. XXXVIII)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Four. Q E2E3-D2D3.
Inventaire : n° 3156.
Type : Samos-Milet, S/1 Lawall.
État de conservation : partie de pied. H. max. cons. : 2,6. Pied cylindrique plein, épaissi, à base ombiliquée. Diam. min./max. restituable : 5.
Surface ext., int. et fracture : brun orange (5YR5/6).
Inclusions : inclusions noirâtres, brunes et blanches de petites dimensions, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : voir la fiche précédente.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

95MA83 (pl. XXXVIII)
Secteur : Regio V, Insula 3.
Inventaire : n° 71-38 a.
Type : Samos-Milet ( ?).
État de conservation : fragment de lèvre. Lèvre épaissie, légèrement ouverte.
Surface : orange.
Observations et comparaisons : Fr.-H. Massa-Pairault pense qu’on peut comparer cette lèvre à cat. MA76 (qu’elle attribue à Samos) mais aussi à Sandri 1972, n° 18 (cat. MA44, maintenant attribuée à la production nord-égéenne). Exemplaire appartenant au même individu de la fiche qui suit.
Chronologie : non déterminable.
Bibliographie : Fr.-H. Massa-Pairault, in Massa-Pairault 1997, p. 186, pl. I, 6 a.

96MA84 (pl. XXXVIII)
Secteur : Regio V, Insula 3.
Inventaire : n° 71-38b.
Type : Samos-Milet ( ?).
État de conservation : fragment d’anse. Anse en ruban épaissi, à section elliptique.
Surface : orange.
Observations et comparaisons : associé par Fr.-H. Massa-Pairault à la lèvre de la fiche précédente.
Chronologie : non déterminable.
Bibliographie : Fr.-H. Massa-Pairault, in Massa-Pairault 1997, p. 186, pl. I, 6 b.

97MA85 (pl. XXXVIII)
Lieu de découverte : Marzabotto (Bo)
Secteur : Regio V, Insula 3.
Inventaire : n° 71-51D.
Type : Samos-Milet ( ?).
État de conservation : fragment de lèvre. Lèvre épaissie, légèrement ouverte.
Surface : orange.
Observations et comparaisons : Fr.-H. Massa-Pairault le rapproche de la lèvre de la fiche MA83.
Chronologie : non déterminable.
Bibliographie : Fr.-H. Massa-Pairault, in Massa-Pairault 1997, p. 186, pl. III, 8 a.

98MA86 (pl. XXXVIII)
Secteur : Regio V, Insula 3.
Inventaire : n° 71-51D.
Type : Samos-Milet ( ?).
État de conservation : fragment d’anse. Anse « a bastoncello », de section circulaire.
Surface : orange.
Observations et comparaisons : associé par Fr.-H. Massa-Pairault à la lèvre de la fiche précédente.
Chronologie : non déterminable.
Bibliographie : Fr.-H. Massa-Pairault, in Massa-Pairault 1997, p. 186, pl. III, 8 b.

99MA87 (pl. XXXVIII)
Secteur : Regio V, Insula 3.
Inventaire : n° 71-42 b.
Type : Samos-Milet ( ?).
État de conservation : fragment de lèvre. Lèvre en amande, légèrement épaissie.
Observations et comparaisons : d’après Fr.-H. Massa-Pairault le fragment, qu’elle attribue à une amphore commerciale, appartient au même individu de la fiche suivante. La morphologie de la lèvre, du type en amande légèrement épaissie, pourrait rappeler les formes du groupe Samos-Milet ; mais, faute d’un examen visuel, on ne peut avoir aucune certitude.
Chronologie : non déterminable.
Bibliographie : Fr.-H. Massa-Pairault, in Massa-Pairault 1997, p. 186, pl. I, 10 b.

100MA88 (pl. XXXVIII)
Secteur : Regio V, Insula 3.
Inventaire : n° 71-42 a.
Type : Samos-Milet ( ?).
État de conservation : partie d’anse. Anse en ruban épaissi, de section elliptique.
Observations et comparaisons : Fr.-H. Massa-Pairault attribue cette anse au même individu de la fiche précédente.
Chronologie : non déterminable.
Bibliographie : Fr.-H. Massa-Pairault, in Massa-Pairault 1997, p. 186, pl. I, 10 a.

101MA89 (pl. XXXVIII)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 8.
État de conservation : col, non complet et reconstitué à partir de 8 fragments, ainsi que de nombreux fragments de la panse qu’il n’est pas possible d’assembler. H. max. cons. : 11 4. Col évasé. Diam. min./max. restituable : 9,1 / 10,6.
Surface ext., int. et fracture : orange (5YR6/8).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène, et inclusions brunes et grises de petites dimensions, à fréquence très basse, distribuées d’une manière homogène. Mica très fin, argenté, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : les conditions de l’exemplaire ne permettent pas de l’encadrer sur une base morphologique, mais l’analyse visuelle de la pâte pourrait suggérer une provenance gréco-orientale.
Chronologie : non déterminable.

102MA90 (pl. XXXVIII)
Année de la fouille / trouvaille : xix secolo.
Secteur : Regio V, Insulae 3-4.
Inventaire : n° 1604.
État de conservation : amphore commerciale dont il reste la partie centrale d’une anse, jusqu’à sa courbure. H. max. cons. : 10. Anses en ruban épaissi, de section elliptique. H. max. cons. : 10 ; épaiss. max. : 4,4 x 2,5.
Surface ext. et int. : beige orange (7.5YR6/6-7.5YR6/4).
Fracture : brun foncé (7.5YR5/3-7.5YR4/3).
Inclusions : inclusions grises, brunes et blanches, de petites dimensions, à fréquence moyenne-haute. Mica fin diffusé.
Engobe : traces d’engobe.
Apparat épigraphique : lettre grecque chi incisée avant cuisson (Sacchetti 2010, p. 54-55, cat. n° 10).
Observations et comparaisons : attribuée par E. Govi à une amphore de table, l’anse appartient plus probablement à une amphore commerciale pour laquelle toute proposition d’encadrement typologique et chronologique s’avère douteux. On se limitera à signaler sa possible origine gréco-orientale sur la base des caractéristiques de la pâte.
Chronologie : non déterminable.
Bibliographie : E. Govi, in Iscrizioni e graffiti, n° 48, p. 40-41, pl. Via, 48 ; Sacchetti 2010, p. 54-55, cat. n° 10, pl. II, 10.

103MA91 (pl. XXXVIII)
Année de la fouille / trouvaille : 1992.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Maison 1.
US : Q I, 1.
État de conservation : partie supérieure d’une anse avec la jonction du col. H. max. cons. : 3. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 3 ; épaiss. max. : 3,7 x 2,2.
Surface ext., int. et fracture : beige clair (10YR7/4).
Inclusions : inclusions blanches, à fréquence basse, inclusions grises de petites dimensions, à fréquence moyenne, et inclusions brun orange de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées d’une manière assez homogène. Fines écailles de mica argenté à fréquence basse.
Observations et comparaisons : étant donné le mauvais état de conservation du fragment et surtout l’absence de détails mophologiquement distinctifs, on en propose, sur la base de la pâte, une attribution générique à la production gréco-orientale.
Chronologie : non déterminable.

104MA92 (pl. XXXVIII)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 2-5-9-10-11.
État de conservation : partie de col avec la jonction supérieure d’une anse. Dimensions max. fr. : 6 x 6,3. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 4 ; épaiss. max. : 1,7 x 5,2.
Surface ext. et int. : beige (7.5YR7/6).
Fracture : orange rosé (5YR6/6).
Inclusions : inclusions blanches, brunes et grises de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène. Écailles de mica argenté de petites dimensions, à fréquence basse, diffusées d’une manière homogène.
Engobe : engobe crème, mince sur la surface extérieure.
Observations et comparaisons : attribuable à la production gréco-orientale sur la base de la pâte.
Chronologie : non déterminable.

105MA93 (pl. XXXVIII)
Année de la fouille / trouvaille : 1990.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 802.
Type : Solokha I.
État de conservation : partie de lèvre et de col, reconstituée à partir de 2 fragments, ainsi que de nombreux fragments de parois de panse probablement appartenant au même individu mais dont l’assemblage s’avère impossible. H. max. cons. : 7,6. Lèvre à marli oblique, de section triangulaire, à la surface supérieure aplatie. H. : 2,9 ; épaiss. max. : 2,5 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 14 / 17,9. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 5 ; épaiss. max. : 2,2 x 4,3.
Surface ext. et int. : orange clair (5YR6/6).
Fracture : orange (5YR6/8).
Inclusions : argile très dépurée. Inclusions blanches et grises de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène. Peu de mica, très fin, argenté, diffusé en surface.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore du groupe Solokha I. Pour le type, Lawall 1995, p. 220, fig. 88, du dépôt N 7 :3 de l’Agora fermé vers 440 av. J.-C. La morphologie de la lèvre, à la surface supérieure plate et hozontale, caractérise les exemplaires situés en tête de série et datés vers le milieu du ve s. av. J.-C.
Chronologie : vers 450 av. J.-C.

106MA94 (pl. XXXVIII)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 4. Q12A.
Inventaire : n° 49 caisse 9.
Type : Solokha I.
État de conservation : partie de lèvre. H. max. cons. : 3. Lèvre à marli oblique, de section triangulaire, légèrement ouverte. H. : 2,4 ; épaiss. max. : 2,5 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 12,4 / 16,5.
Surface ext., int. et fracture : brun chamois (10YR5/3).
Inclusions : inclusions grisâtres et blanches de petites dimensions, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : pour le type, Lawall 1995, p. 220, fig. 88, du dépôt N 7 : 3 de l’Agora, fermé autour de 440 av. J.-C. ; pour la forme, Desantis 1989, n° 31, pl. IV.1 (cat. SP38), de Spina. On en propose une datation vers le milieu du ve s. av. J.-C. étant donné la surface supérieure de la lèvre à peu près horizontale, caractéristique morphologique décrite pour les exemplaires du début de la série du groupe Solokha I.
Chronologie : vers 450 av. J.-C.

107MA95 (pl. XXXVIII)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Four. Q B-A.
Inventaire : n° 7476.
Type : Solokha I
État de conservation : partie de lèvre : H. max. cons. : 2,6. Lèvre à marli oblique, de section triangulaire. H. : 2,6 ; épaiss. max. : 3,1 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 14,6 / 18,5.
Surface ext., int. et fracture : chamois (10YR6/4).
Inclusions : inclusions blanches, grises et orange de petites dimensions et à fréquence basse. Mica fin argenté à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : pour le type, Lawall 1995, p. 220-221, fig. 88-90. Le repli, encore très léger, de la lèvre suggère une datation dans la seconde moitié du ve s. av. J.-C. (Lawall 1995, p. 220-221, fig. 91-92, respectivement des dépôts R 13 :1 e B 13 :6 de l’Agora, datables vers 400 av. J.-C.).
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

108MA96 (pl. XXXVIII)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Four. Q C-B.
Inventaire : n° 5638.
Type : Solokha I.
État de conservation : partie de lèvre : H. max. cons. : 3. Lèvre à marli oblique, de section triangulaire. H. : 2,6 ; épaiss. max. : 3,1 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 14,6 / 18,5.
Surface ext., int. et fracture : chamois (10YR6/4).
Inclusions : inclusions blanches, grises et orange de petites dimensions, à fréquence basse. Mica fin argenté à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore du groupe Solokha I et datable du courant de la seconde moitié du ve s. av. J.-C. Pour le type et la chronologie, voir la fiche précédente.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

Pl. XXXVIII. Marzabotto.

109MA97 (pl. XXXIX)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Four. Q C-B.
Inventaire : n° 5594.
Type : Solokha I.
État de conservation : partie de lèvre : H. max. cons. : 3,2. Lèvre à marli oblique, de section triangulaire. H. : 2,8 ; épaiss. max. : 3 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 14,4 / 18,5.
Surface ext., int. et fracture : chamois (10YR6/4).
Inclusions : inclusions blanches, grises et orange de petites dimensions et à fréquence basse. Mica fin argenté à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : voir cat. MA95.
Chronologie : 450-400 av J.-.C.

110MA98 (pl. XXXIX)
Secteur : Regio IV, Insula 1.
Structure : Maison 4. Q11.
Inventaire : n° 6 caisse 0.
Type : Solokha I.
État de conservation : amphore dont il reste la moitié supérieure, depuis l’embouchure jusqu’à l’épaule, reconstituée à partir de fragments. De nombreux fragments de parois appartiennent vraisemblablement au même individu, mais il est impossible de les assembler. H. max. cons. : 23. Lèvre à marli oblique, de section triangulaire, légèrement ouverte. H. : 2,6 ; épaiss. max. : 3,2 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 13,4 / 17,8. Col cylindrique, au profil légèrement concave. H. : 15 ; diam. min./ max. : 11. Anses verticales, en ruban épaissi, de section elliptique, avec une impression digitale au niveau de la jonction inférieure. H. : 13,5 ; épaiss. max. : 4,1 x 2,3. Épaule aplatie. Larg. : 9,5.
Surface ext., int. et fracture : orange chamois (7.5YR6/ 6-7.5YR7/6).
Inclusions : inclusions grisâtres et brunâtres de petites dimensions, à fréquence basse, et inclusions blanches, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-basse.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore du groupe Solokha I. Par la forme déjà allongée du col on propose son encadrement chronologique au moment de transition du ve au ive s. av. J.-C. Pour le type, Lawall 1995, p. 220-221, fig. 90, du dépôt H 13 :4 de l’Agora d’Athènes, fermé autour de 390 av. J.-C.
Chronologie : 410-390 av. J.-C.

111MA99 (fig. 92 ; pl. XXXIX)
Secteur : Regio V, Insulae 4-5.
Sporadique. Au-dessus de la Galerie Ouest.
Inventaire : n° 58480/85.
Type : Solokha I.
État de conservation : amphore dont il reste la partie inférieure, épaulement exclu, reconstituée à partir de nombreux fragments et restaurée. H. max. cons. : 37. Corps vraisemblablement ovoïde. H. max. cons. : 33 ; diam. max. : 39,8. Pied tronconique, à base en anneau épaissi. H. : 3,2 ; diam. min./max. : 6 / 8,2.
Surface ext., int. et fracture : jaune (2.5Y7/3-2.5.Y7/4).
Inclusions : inclusions blanches, grises et brunes de petites dimensions, à fréquence basse. Mica presque absent.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore du groupe Solokha I et datable du courant de la seconde moitié du ve ou des débuts du ive s. av. J.-C. Pour le type, Lawall 1995, p. 220-221, fig. 88-90, 93 (du dépôt N 7 :3 de l’Agora, fermé vers 440 av. J.-C., du dépôt S 16 :1, fermé vers 410 av. J.-C., et du dépôt H 13 :4, fermé vers 390 av. J.-C.).
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

Pl. XXXIX. Marzabotto.

Fig. 92. Marzabotto, découverte isolée, inv. 58480/85.

Fig. 92. Marzabotto, découverte isolée, inv. 58480/85.

Fond d’amphore du groupe Solokha I. Cat. MA99

(photo F. Sacchetti).

112MA100 (pl. XL)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Four. Q C3C4-B3B4.
Inventaire : n° 6489.
Type : Samos-Milet.
État de conservation : pied complet et partie inférieure de la panse reconstituée à partir de 72 fragments. H. max. cons. : 16. Corps ovoïde. H. max. cons. : 12 ; diam. max. : 20,4. Pied tronconique creux, à base en anneau légèrement épaissi. H. : 2,4 ; diam. min./max. : 5 / 6,2.
Surface ext., int. et fracture : brun rougeâtre (5YR5/6).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, et inclusions noirâtres de petites dimensions, à fréquence basse. Mica fin, argenté et doré, à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : attribuable à la production du groupe Samos-Milet et datable entre la fin vie et le début du ve s. av. J.-C. sur la base de la comparaison avec les exemplaires de l’épave de la Pointe Lequin (Long, Miro, Volpe 1992, fig. 44.1-3), daté vers 515 av. J.-C. Pour la forme, voir également Dupont 1998, fig. 23.9, b (datée du dernier quart du vie s. av. J.-C.), et Voigtländer 1983, fig. 27.167 (datée du vie s. av. J.-C.).
Chronologie : fin vie-début ve s. av. J.-C.

113MA101 (pl. XL)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 814.
Type : Solokha I.
État de conservation : pied complet et partie du fond de la panse reconstituée à partir de 2 fragments. H. max. cons. : 13,5. Pied tronconique creux, à base en anneau épaissi. H. : 3,3 ; diam. min./max. : 5,9 / 7,6.
Surface ext. : orange (10R5/8).
Surface int.et fracture : orange rosé (10R5/6).
Inclusions : inclusions blanches, grises et brunes de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène. Écailles de mica argenté et doré de petites dimensions, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : on renvoie à cat. MA99.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

114MA102 (pl. XL)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Maison 1.
US : 351.
Type : Solokha I.
État de conservation : pied complet. H. max. cons. : 3,4. Pied tronconique creux, à base en anneau légèrement épaissi. Diam. min./max. : 6,3 / 8,5.
Surface ext., int. et fracture : beige clair (10YR7/4).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, inclusions grises de petites dimensions, à fréquence basse, et inclusions brun orange de dimensions petites et moyennes distribuées d’une manière non homogène et concentrées sur le fond. Fines écailles de mica argenté, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : on renvoie à cat. MA99.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

115MA103 (pl. XL)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : Regio V, Insula 5. Structure : Plateia A devant la Maison 1.
US : 10.
Type : Solokha I.
État de conservation : pied, complet mais à la surface inférieure ébréchée, avec une brève partie du fond de la panse. H. max. cons. : 5,4. Pied tronconique creux, à base en anneau épaissi. H. : 3,5 ; diam. min./max. : 6,4 / 8,3.
Surface ext. et int. : beige orange (7.5YR7/6).
Fracture : orange (2.5YR5/6).
Inclusions : inclusions blanches, brunes et grises de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène. Écailles de mica argenté de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène.
Observations et comparaisons : on renvoie à cat. MA99.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

116MA104 (pl. XL)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 814.
Type : Solokha I.
État de conservation : pied complet, reconstitué à partir de 4 fragments. H. max. cons. : 3,7. Pied tronconique creux, à base en anneau épaissi. H. : 3,1 ; diam. min./ max. : 6,1 / 7,4.
Surface ext., int. et fracture : orange intense (5YR6/8-5YR5/8).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène, et inclusions grises et brunes de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène. Écailles de mica argenté et doré de petites dimensions, à fréquence basse.
Engobe : engobe crème, fin.
Observations et comparaisons : vu sa morphologie, on peut l’assigner à la série initiale du groupe Solokha I. Pour le type, datable de la seconde moitié du ve s. av. J.-C., Lawall 1995, p. 220-221, fig. 88-90. Dans le creux central de la surface extérieure du pied on remarque une concentration de dégraissants et un relief central, ce dernier étant visible éaglement dans le fond intérieur. L’une et l’autre de ces caractéristiques sont décrites pour plusieurs exemplaires de la forme Solokha I des contextes de l’Agora d’Athènes datables avant la fin du ve s. av. J.-C. (Lawall 1995, p. 220-221 et notes 5, 8-9, fig. 93). Sur d’autres amphores du groupe Solokha I de Bologne et de Marzabotto il a été également possible de remarquer ces particularités (cf. cat. FE9, FE10, MA105, MA106).
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

117MA105 (pl. XL)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Four. Q D2D3-C2C3.
Inventaire : n° 5121.
Type : Solokha I.
État de conservation : pied, extrêmement fragmentaire, et 14 fragments de parois de la panse vraisemblablement appartenant au même individu, bien qu’il soit impossible de les assembler. Pied probablement tronconique creux, à base en anneau légèrement épaissi. H. max. cons. : 2 ; diam. min./max. restituable : 5,4 / 7,9.
Surface ext. et int. : beige jaune (10YR8/6).
Fracture : orange rosé (5YR6/6).
Inclusions : inclusions orange, noirâtres et blanches de petites dimensions et à fréquence basse.
Observations et comparaisons : pour le type, Lawall 1995, fig. 88-90, 93. Malgré l’état fragmentaire du pied en question, l’hypothèse d’attribution au type Solokha I est corroborée, non seulement par la partie du profil conservée, mais également par la présence d’un résidu sableux dans le creux extérieur du pied. Cette accumulation de dégraissants est caractéristique des amphores Solokha I de la seconde moitié du ve s. av. J.-C. (cf. la fiche précédente).
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

118MA106 (pl. XL)
Année de la fouille / trouvaille : 1953.
Secteur : Îlots sur la Plateia A.
Type : Solokha I.
État de conservation : pied. H. max. cons. : 4. Pied tronconique creux, à base en anneau épaissi. H. max. cons. : 3,7 ; diam. min./max. : 5,1 / 7,8.
Surface ext., int. et fracture : chamois brun (10YR6/3-10YR6/4).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites, moyennes et grandes, à fréquence moyenne, inclusions orange de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, et inclusions noires de petites dimensions, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : pour le type, Lawall 1995, p. 220-221, fig. 88-90. On signale la présence d’un résidu sableux dans la pâte, très évident dans le creux extérieur du pied, qui a été reconnu comme l’une des caractéristiques de plusieurs amphores Solokha I datables de la seconde moitié du ve s. av. J.-C. (cf. MA104).
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

119MA107 (pl. XL)
Année de la fouille / trouvaille : 1992.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Maison 1.
US : 319.
Type : Solokha I.
État de conservation : partie de col et épaule reconstitués à partir de 5 fragments. H. max. cons. : 11,7. Col tronconique. H. max. cons. : 9 ; diam. min./max. restituable : 10,9 / 13,9. Épaule aplatie. Larg. max. cons. : 6.
Surface ext. et int. : beige orange (7.5YR6/6).
Fracture : beige (7.5YR7/6).
Inclusions : argile dépurée, presque entièrement dépourvue d’inclusions. Inclusions brun orange et inclusions grises de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène.
Observations et comparaisons : sans doute attribuable à une amphore du groupe Solokha I. L’absence des éléments morphologiques les plus caractérisants, ainsi que la lèvre ou le pied, nous empêche de déterminer son encadrement chronologique.
Chronologie : non déterminable.

120MA108 (pl. XL)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 814.
Type : Solokha I.
État de conservation : partie supérieure d’une anse, jusqu’à sa courbure, avec un bref segment du col et de nombreux fragments de paroi de la panse qu’il est impossible d’assembler. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 4,5 ; épaiss. max. : 2,2 x 4,2.
Surface ext. et int. : orange intense (5YR6/8).
Fracture : orange rosé (2.5YR6/8).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène et inclusions brunes et grises de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène. Mica très fin, argenté, à fréquence basse, distribué d’une manière homogène.
Observations et comparaisons : pour la forme et la pâte, on renvoie à cat. MA93, attribuable à une amphore Solokha I du début de la série. Sur la base de cette confrontation on propose d’encadrer l’anse en question au même type. Appartenant paut-être au même individu de la fiche qui suit.
Chronologie : non déterminable.

121MA109 (pl. XL)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 814.
Type : Solokha I.
État de conservation : partie supérieure d’une anse, jusqu’à sa courbure, et de nombreux fragments de paroi de la panse qu’il est impossible d’assembler. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 7 ; épaiss. max. : 2,2 x 4,2.
Surface ext. et int. : orange intense (5YR6/8).
Fracture : orange rosé (2.5YR6/8).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène, et inclusions brunes et grises de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène. Mica argenté très fin, à fréquence basse, distribué d’une manière homogène.
Observations et comparaisons : atttibuable peut-être au même individu de la fiche précédente, à laquelle on renvoie pour les observations.
Chronologie : non déterminable.

122MA110 (pl. XL)
Année de la fouille / trouvaille : 1953.
Secteur : Îlots sur la Plateia A.
Type : Solokha I.
État de conservation : partie d’une anse. H. max. cons. : 12. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. Épaiss. max. : 2 x 4,1.
Surface ext., int. et fracture : beige rosé (7.5YR8/3).
Inclusions : inclusions blanches et noirâtres de petites dimensions, à fréquence très basse.
Observations et comparaisons : attribuable peut-être à une amphore du type Solokha I.
Chronologie : non déterminable.

123MA111 (pl. XL)
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Regio II, Insula 1.
Structure : Four. Q D-C.
Inventaire : n° 4686.
Type : Solokha I.
État de conservation : partie de col avec la jonction supérieure d’une anse. H. max. cons. : 6. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 1,2 ; épaiss. max. : 4,6 x 2,8.
Surface ext., int. et fracture : chamois (10YR6/4).
Inclusions : inclusions blanches, grises et orange de petites dimensions et à fréquence basse. Mica fin argenté à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : l’état de conservation insuffisant du fragment et l’absence d’éléments morphologiquement caractérisants de l’amphore appellent à beaucoup de prudence dans sa définition typo-chronologique ; cependant les caractéristiques de la pâte céramique, très proches de celles des fragments qui font l’objet des fiches MA95, MA96 e MA97, tous attribuables au type Solokha I, autorisent à rapprocher aussi l’exemplaire en question de cette production.
Chronologie : non déterminable.

Amphores de production non identifiée23

  • 23 Parmi les objets livrés par les fouilles de la ville de Marzabotto, ont été trouvés vingt-quatre fr (...)

124MA112 (pl. XL)
Secteur : Regio V, Insula 3.
Inventaire : n° 73-15.
État de conservation : segment d’anse, depuis la jonction inférieure jusqu’au début de sa courbure. Dimensions : non repérées. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. Surface ext., int. et fracture : rosée.
Apparat épigraphique : Fr.-H. Massa-Pairault et D. Briquel signalent la présence d’un graffito incomplet, consistant dans un « signe en forme de croix » (Sacchetti 2011, n° 8, p. 250, pl. I, 8).
Observations et comparaisons : attribué par les éditeurs à une amphore commerciale.
Chronologie : non déterminable
Bibliographie : Fr.-H. Massa-Pairault, in Massa-Pairault 1997, p. 186, pl. VII, 5 ; D. Briquel, in Massa-Pairault 1997, n° 48, p. 152 ; D. Briquel, in Iscrizioni e graffiti, n° 239, p. 149, pl. XXX, 239 ; Sacchetti 2011, p. 250, n° 8, pl. I, 8.

125MA113 (pl. XL)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : Regio V, Insula 5.
Structure : Plateia A, devant la Maison 1.
US : 27.
État de conservation : segment d’anse, depuis la jonction inférieure au niveau de l’épaule, jusqu’à sa courbure supérieure, reconstitué à partir de deux fragments. H. max. cons. : 8,5. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. Épaiss. max. : 2 x 5.
Surface ext., int. et fracture : beige rosé.
Inclusions : argile dépurée, avec de petites inclusions.
Apparat épigraphique : L. Malnati y voit un graffito numéral étrusque consistant dans deux « signes en forme de croix » et trois traits parallèles (Sacchetti 2011, cat. n° 9, p. 250, pl. I, 9).
Observations et comparaisons : l’état du fragment ne permettent d’identifier avec précision ni le type d’amphore ni le centre de production, alors que la datation des dernières décennies du vie s. av. J.-C. a été proposée par L. Malnati sur une base stratigraphique.
Chronologie : 525-500 av. J.-C.
Bibliographie : L. Malnati, dans Iscrizioni e graffiti, n° 288, p. 177, pl. XXXVI, 288; Johnston 2004, p. 784, pl. G. 3, fig. 4, n° 200; Sacchetti 2011, cat. n° 9, p. 250, pl. I, 9.

Pl. XL. Marzabotto.

Amphores du type corinthien A/A’

126MA114 (pl. XLI)
Année de la fouille / trouvaille : 1998.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 407.
Inventaire n° : 4087.
État de conservation : pied et partie inférieure de la panse. H. max. cons. : 13,5. Pied en forme de bouton, plein à l’intérieur, aplati à la base. H. : 3,5 ; diam. min./ max. : 2,7 / 4,5.
Surface ext., int. et fracture : jaune-rose (7.5YR8/ 4-10YR8/4).
Inclusions : inclusions de couleur blanc, gris, orange (mudstone) et brun, de petites, moyenne et grande taille, très fréquentes.
Observations et comparaisons : pour le type, Koehler 1978a, fig. 1.d ; et Koehler 1981, fig. 1.b, daté à la deuxième moitié du ve ou au début du ive s. av. J.-C. Pour la forme, Di Sandro 1986, tav. 6, sg. 68. Les tessons de céramique attique découverte dans le même contexte sont datables du troisième ou quatrième quart du ve s. (Brizzolara-Baldoni-Succi 2005). Au même individu appartient sans doute le col d’amphore inv. n° 1998.407/4088.
Chronologie : 450-375 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 161, p. 84, fig. 77.161.

127MA115 (pl. XLI)
Année de la fouille / trouvaille : 1996.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 1.
Inventaire n° : 2778.
État de conservation : partie de la lèvre et du col. H. max. cons. : 7. Lèvre en marli, oblique, a section trapézoïdale. H. : 2,7 ; épais. max. : 2,7 ; diam. int./ext. embouchure : 7,6 / 12,3.
Surface ext., int. et fracture : beige (10YR8/4-10YR7/4).
Inclusions : inclusions de couleur blanchâtre, gris et brun, de petite, moyenne et grande taille à fréquence moyenne-haute et inclusions de couleur orange (mudstone) de moyenne et grande taille à haute fréquence.
Observations et comparaisons : pour le type, Koehler 1978a, fig. 1.d-e, respectivement A’ et A ; pour la forme, précisément Di Sandro 1986, pl., 6, sg. 57.
Chronologie : 450-375 av J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 160, p. 84, fig. 76.160.

Amphores gréco-occidentales

128MA116 (pl. XLI)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 1Q11A.
Inventaire n° : 1475.
Type : corinthienne B.
État de conservation : fragment de pied lacunaire au niveau de la base. H. max. cons. : 2,7. Pied en forme de bouton, creux à l’intérieur. H. max. cons. : 2,7 ; diam. 4,5.
Surface ext., int. et fracture : beige (10YR7/4).
Inclusions : inclusions de couleur gris et brun, de petite taille et à faible fréquence.
Observations et comparaisons : bien que fort fragmentaire et abimé, il s’agit d’un pied de type tronconique avec dépression centrale intérieure, ce qui caractérise les amphores de type corinthien B entre le deuxième et le dernier quart du ve s. av. J.-C. Pour ce type, Koehler 1978a, fig. 2.b-c ; et Ead. 1981, fig. 1.a.
Chronologie : 480-400 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 159, p. 84, fig. 76.159.

129MA117 (pl. XLI)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 66.
Inventaire n° : 1566.
Type : gréco-occidentale, forme 1α.
État de conservation : partie de la lèvre et du col. H. max. cons. : 6,5. Lèvre en bourrelet, penchée vers l’extérieur. H. : 2,9 ; épais. max. : 1,7 ; diam. int./ext. embouchure : 12,2 / 14,4. Col cylindrique avec cannelure en dessous de la lèvre. H. : 3,5 ; diam. min./ max. : 11,9.
Surface ext., int. et fracture : beige clair (10YR8/3-10YR8/4).
Inclusions : pâte épurée avec inclusions de couleur gris et orange de petit taille et à faible fréquence.
Observations et comparaisons : pour la morphologie, voir précisément, Semeraro 1997, fig. 208. 942a (de Otranto, datée sur la base du contexte à la fin du vie s. av. J.-C. ; et Ceka 1986, tav. III, 5 (en provenance de Belsh, datée sur la base du contexte à la première moitié du vie s. av. J.-C.).
Chronologie : 550-490 av. J.-C.
Bibliographie : Sassatelli, Brizzolara 1990, p. 36, tav. XIIa (pour l’image) ; de Marinis 2010, n° 157, p. 84, fig. 76.157.

130MA118 (pl. XLI)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 65.
Inventaire n° : 4336.
Type : gréco-occidentale, forme 2.
État de conservation : pied restauré par 5 fragments. H. max. cons. : 7,5. Pied cylindrique caréné. H. : 2,5 ; diam. min./max. : 6,9 / 7,3.
Surface ext., int. et fracture : rose (10YR8/4).
Inclusions : inclusions de couleur blanc de petite taille, à haute fréquence, et inclusions grises et brunes de petite taille, à fréquence moyenne. Mica de couleur argent, or et cuivre en écailles de petite et moyenne taille à haute fréquence.
Observations et comparaisons : pour la forme voir, Di Sandro 1986, p. 30, tav. 4, sg. 65, comparée avec Py 1980, fig. 1, tipo 1C ; et Tigano 2002, p. 71, en provenance de la Tomba 41 de la nécropole de Milazzo, datée au dernier tiers du vie s. av. J.-C.
Chronologie : 540-500 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 158, p. 84, fig. 76.158.

Amphores de l’Égée septentrionale

131MA119 (pl. XLI)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 1Q12B.
Inventaire n° : 977.
État de conservation : fragment d’anse correspondant à la partie inférieure. H. max. cons. : 6,5. Anse à section elliptique avec nervure centrale et empreinte digitale en correspondance du point de jonction inférieur. H. max. cons. : 6,5 ; épais. max. : 3,9 x 2,7.
Surface ext., int. et fracture : orange-brun (10R5/8).
Inclusions : inclusions de couleur blanc de taille moyenne, à moyenne fréquence, et inclusions grises et brunes de petite taille, à faible fréquence. Mica en écailles de petite et moyenne taille. Vacuoles.
Observations et comparaisons : pour la morphologie de l’anse, avec nervure centrale, voir Spagnolo 2003, p. 624 et n. 96, pl. III.2, attribuée à la première production amphorique de Thasos.
Chronologie : 525-500 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 134, p. 78, fig. 73.134.

132MA120 (pl. XLI)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 64.
Inventaire n° : 4134.
État de conservation : anse complète. H. max. : 14,2. Anse à section elliptique, avec nervure centrale et empreinte digitale. H. max. cons. : 14 ; épais. max. : 4 x 2,7.
Surface ext., int. et fracture : orange-brun (10R6/8-10R5/8).
Inclusions : inclusions de couleur blanc de petite et moyenne taille, à fréquence moyenne, et inclusions de couleur brun de petite taille, à fiable fréquence. Mica fin et diffus.
Observations et comparaisons : pour ce type, attribué à production tardo-archaïque de Thasos, voir Spagnolo 2003, p. 624 et n. 96, pl. III.2.
Chronologie : 525-500 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 135, p. 78, fig. 73.135.

133MA121 (pl. XLI)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 51.
Inventaire n° : 2830.
Type : Stem-toe, variante 2 Lawall.
État de conservation : pied manquant de la surface de base. H. max. cons. : 9,8. Pied en bobine. H. max. cons. : 8,5 ; diam. min./max. : 5,7 / 7.
Surface ext., int. et fracture : orange-rose (7.5YR7/4-7.5YR7/6).
Inclusions : inclusions de couleur blanc, orange, gris et noirâtre, de petite taille, à faible fréquence.
Observations et comparaisons : bien que lacunaire au niveau de la surface de base, ce pied en forme de bobine renvoie à production nord-égéenne de la deuxième moitié du ve s. av. J.-C. Pour ce type voir Lawall 1995, fig. 53.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 140, p. 79, fig. 74.140.

134MA122 (pl. XLI)
Année de la fouille / trouvaille : 1998.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 400-7.
Inventaire n° : 827.
Type : Biconical Lawall.
État de conservation : partie de lèvre et de col. H. max. cons. : 4. Lèvre en coin, penchée vers l’extérieur. H. : 1,5 ; épais. max. : 1, 4 ; diam. int./ext. embouchure : 10,4 / 12,2. Col cylindrique. H. max. cons. : 2,3 ; diam. min./max. : 10,4.
Surface ext., int. et fracture : rougeâtre (10R5/6-10R5/8).
Fracture : rougeâtre (10R5/6-10R5/8).
Inclusions : pâte plutôt épurée avec inclusions de couleur blanc et gris-noir de petite taille, à faible fréquence. Mica fin.
Observations et comparaisons : pour le type, « biconical », Lawall 1995, p. 135, fig. 43-44, daté du dernier quart du ve s. av. J.-C. ; pour la forme de la lèvre, Monachov 1999, fig. 11.6-7, les deux attribuées à Thasos et datées de la deuxième moitié du ve s. av. J.-C. sur la base du contexte. Probablement appartenant au même individu du fragment de la fiche suivante, non jointif.
Chronologie : 425-400 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 132, p. 78, fig. 73.132.

135MA123 (pl. XLI)
Année de la fouille / trouvaille : 1998.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 400-7.
Inventaire n° : 828.
Type : Biconical Lawall.
État de conservation : parti de lèvre et de col. H. max. cons. : 4. Lèvre en coin, penchée vers l’extérieur. H. : 1,5 ; épais. max. : 1,4 ; diam. int./ext. embouchure : 10,4 / 12,2. Col cylindrique. H. max. cons. : 2,3 ; diam. min./ max. : 10,4.
Surface ext., int. et fracture : rougeâtre (10R5/6-10R5/8). Inclusions : pâte assez épurée avec inclusions de couleur blanc et gris-noir de petite taille, à faible fréquence. Mica fin diffus.
Observations et comparaisons : sans doute appartenant au même individu du fragment de la fiche précédente, à laquelle on renvoie.
Chronologie : 425-400 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 132, p. 78, fig. 73.132.

136MA124 (pl. XLI)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 1.
Inventaire n° : 1411.
État de conservation : partie inférieure d’anse. H. max. cons. : 5,7. Anse à section elliptique avec empreinte digitale en correspondance du point de jonction. H. max. cons. : 5,7 ; épais. max. : 3,9 x 1,9.
Surface ext. : orange (5YR6/6-5YR7/6).
Surface int. : orange (5YR6/6-5YR7/6).
Fracture : orange (5YR6/6-5YR7/6).
Inclusions : inclusions de couleur blanc, de moyenne taille, à haute fréquence, et inclusions de couleur noirâtre et orange-rose, de petite taille. Mica fin à faible fréquence.
Observations et comparaisons : attribué à production nord-égéenne sur la base de la pâte et du détail morphologique de l’empreinte digitale à la base. Comme il le montre la riche documentation recueilli dans Blondé, Muller, Mulliez 1991, Grandjean 1992, et Schmid 2001.
Chronologie : non définissable.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 136, p. 78, fig. 73.136.

137MA125 (pl. XLI)
Année de la fouille / trouvaille : 1991.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 210.
Inventaire n° : 3438.
État de conservation : partie de la lèvre et du col. Dim. max. cons. : 3,6 x 5,8. Lèvre en coin. H. : 1,5 ; épais. max. : 1,4 ; diam. int. / ext. embouchure : 14,8 / 17,4.
Surface ext., int. et fracture : orange (5YR6/6).
Inclusions : inclusions de couleur blanc et noir de petite taille, à faible fréquence. Mica fin, argenté, à faible fréquence.
Observations et comparaisons : pour le type, Schmid 2001, Kat. Nr. 4, Abb 4, et Kat. Nr. 5, Abb. 5, datables entre la fin du vie et le début du ve s. av. J.-C. ; pour la forme, Roberts 1986, fig. 43, d’’un dépôt l’Agora d’Athènes datable entre la fin du vie et le 480 av. J.-C. Une datation entre la fin du vie et la première moitié du ve s. av. J.-C. est confortée par la présence, dans le même contexte, d’un fragment de cratère attique à f.r. datable entre 480 et 460 av. J.-C. (Brizzolara, Baldoni, Succi 2005).
Chronologie : 525-480 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 143, p. 81.

138MA126 (pl. XLI)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 22.
Inventaire n° : 3135.
Type : Double-banded rim type.
État de conservation : partie de la lèvre et du col. H. max. cons. : 7,7 ; h. de la lèvre : 2,4 ; larg. max. cons. : 6,6. Surface : rougeâtre (MSC 5.5YR 6/7).
Inclusions : inclusions de couleur rougeâtre, brun et noir à haute fréquence.
Observations et comparaisons : pour le type, Johnston 1990 ; Lawall 1995, p. 132-135, fig. 42.
Chronologie : fin vie s. av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 133, p. 78, fig. 73.133.

139MA127 (pl. XLI)
Année de la fouille / trouvaille : 1996.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 386.
Inventaire n° : 2273.
Type : nord-égéenne. Stem-toe, variante 2 Lawall.
État de conservation : pied fragmentaire. H. max. cons. : 8 ; diam. ric. base : 7,3.
Surface : orange (MSC 5YR 6/8).
Inclusions : nombreuses inclusions blanches et mica. Vacuoles.
Observations et comparaisons : pied en forme de bobine renvoyant à la production nord-égéenne de la deuxième moitié du ve s. av. J.-C. Pour ce type, Lawall 1995 ? Fig. 53.
Chronologie : deuxième moitié du ve s. av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 141, p. 79, fig. 74.141.

Pl. XLI. Marzabotto.

Amphores de l’Égée orientale

140MA128 (pl. XLII)
Année de la fouille / trouvaille : 1997.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 360.
Inventaire n° : 2429.
Type : Samos-Milet. S/1 Lawall.
État de conservation : pied. H. max. cons. : 4. Pied tronconique, au profil en carène. H. : 2 ; diam. min. / max. : 4,4 / 5,2.
Surface ext., int. et fracture : orange clair (5YR7/8-5YR6/8).
Inclusions : inclusions de couleur blanc, jaunâtre et orange, de petite taille et faible fréquence.
Observations et comparaisons : pour le type, Lawall 1995, p. 177-179, fig. 178 ; pour la morphologie, qui se rapproche des types « Zeest’s Samian », Zeest 1960, pl. I.3, n. 2, 70 ; et Dupont 1998, fig. 23.12, h. Une datation entre la fin du vie et le début du ve est confirmé par le donné stratigraphiques. De l’US 360 viennent, en effet, une lekythos et un skyphos à f.n., une coupe à v.n. attiques datés entre la fin du vie et les premières années du ve s. av. J.-C. (cf. Brizzolara, Baldoni, Succi 2005).
Chronologie : 525-480 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 139, p. 79, fig. 74.139.

141MA129 (pl. XLII)
Année de la fouille / trouvaille : 1991.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 204.
Inventaire n° : 4100.
Type : Samos/Milet. S/2 Lawall.
État de conservation : partie de la lèvre et du col. H. max. cons. : 9. Lèvre en petit bourrelet. H. : 1,7 ; épais. max. : 1,1 ; diam. int. / ext. embouchure : 12,4 / 13,6. Col évasé avec ressaut en dessous de la lèvre.
Surface ext., int. et fracture : orange (5YR7/8-7.5YR7/6).
Inclusions : pâte plutôt épurée avec inclusions de couleur blanc, noir, gris et brun de petite taille à faible fréquence. Mica doré en écailles de petite et moyenne taille, à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : pour le type, Grace 1971, fig. 3. 1, correspondent à la variante du type S/2 Lawall datables entre le deuxième quart et le milieu du ve s. av. J.-C. (Lawall 1995, p. 182-183).
Chronologie : 480-450 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 148, p. 82, fig.75.148.

142MA130 (pl. XLII)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 1Q8B.
Inventaire n° : 556.
Type : Samos-Milet.
État de conservation : partie de la lèvre. H. max. cons. : 4,2. Lèvre en amande. H. : 2,4 ; épais. max. : 1,5 ; diam. int. / ext. embouchure : 14 / 15,5.
Surface ext., int. et fracture : orange-beige (7.5YR7/4). Inclusions : pâte assez épurée.
Inclusions de couleur blanc, brune et noir de petite taille, à faible fréquence. Mica fin doré.
Observations et comparaisons : attribué au groupe Samos-Milet pour la morphologie et pour la pâte. Pour la forme voir Morselli, Tortorici 1985, fig. 8.1, définie samienne, et Monachov 2003, tav. 25.6.
Chronologie : 525-480 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 145, p. 81, fig.74.145.

143MA131 (pl. XLII)
Année de la fouille / trouvaille : 1993.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 1
Inventaire n° : 462.
Type : Samos-Milet.
État de conservation : partie de la lèvre. H. max. cons. : 3. Lèvre en amande avec subtile cannelure à la base. H. : 2,5 ; épais. max. : 1, 4 ; diam. int./ext. embouchure : 5,5.
Surface ext., int. et fracture : orange (5YR6/6-5YR7/6).
Inclusions : inclusions de couleur noir, brun-orange et blanc de petite taille, à fréquence moyenne. Mica fin, doré, à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : la morphologie de la lèvre, à la section en amande, renvoie à la production du groupe Samos-Milet entre la deuxième moitié du vie et la première moitié du ve s. av. J.-C. (Dupont 1998, fig. 23.9, a-c). Pour la forme, Morselli, Tortorici 1985, fig. 8. 1, 4, en provenance de Gravisca, définies samiennes, et Monachov 2003, pl. 24. 6. Sans doute référable au même individu du fragment de la fiche suivante (fragment non jointif).
Chronologie : 525-450 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 147, p. 82, fig.75.147.

144MA132 (pl. XLII)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 22.
Inventaire n° : 3453.
Type : Samos-Milet.
État de conservation : fragment de la lèvre. H. max. cons. : 3,5. Lèvre en amande avec légère cannelure en dessous. H. : 2,6 ; épais. max. : 1,5 ; diam. int./ext. embouchure : 4,1.
Surface ext., int.etfracture :noisette (7.5YR6/4-7.5YR5/4).
Inclusions : inclusions de couleur blanc de taille petite et moyenne, à moyenne fréquence, et inclusions de couleur noir et brun de petite taille, à moyenne fréquence. Mica fin doré à moyenne fréquence. Vacuoles.
Observations et comparaisons : Référable, sans doute, au même individu du fragment de la fiche précédente (non jointif).
Chronologie : 525-450 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 147, p. 82, fig.75.147.

145MA133 (pl. XLII)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 1Q8B.
Inventaire n° : 519.
Type : Samos-Milet.
État de conservation : partie de la lèvre. H. max. cons. : 3,5. Lèvre en amande, avec léger grossissement, supérieurement aplati. H. : 2,9 ; épais. max. : 1,6 ; diam. int./ ext. embouchure : 3,3.
orange (7.5YR6/6).
Fracture : orange (7.5YR6/6).
Inclusions : pâte épurée avec inclusions de couleur blanc taille moyenne-petite, à faible fréquence, et inclusions de couleur gris et brun, de petite taille, à faible fréquence. Mica fin doré. Vacuoles.
Observations et comparaisons : pour le type, Dupont 1998, fig. 23.9, a-c, datables entre la deuxième moitié du vie et le milieu du ve ; pour la forme, avec aplatissement de la partie supérieure, Monachov 1999a, fig. 12, renvoyée au cercle se Samos et datée du deuxième quart du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 525-450 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 146, p. 81-82, fig.75.146.

146MA134 (pl. XLII)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 328.
Inventaire n° : 1180.
Type : Samos-Milet. S/2 Lawall.
État de conservation : partie de la lèvre et du col. H. max. cons. : 3,5. Lèvre en amande, avec léger grossissement, supérieurement aplati. H. : 2 ; épais. max. : 1,8 ; diam. int./ext. embouchure : 11/12,3.
Surface ext., int. et fracture : orange (5YR6/8).
Inclusions : pâte plutôt épurée avec inclusions de couleur gris, brun et blanc de petite taille, à faible fréquence. Mica fin à faible fréquence.
Observations et comparaisons : pour le type, Knigge 1976, pl. 49.3 ; et Grace 1971, fig. 3. 1, correspondent aux variantes du type S/2 Lawall datables entre la fin du vie et le milieu du ve s. av. J.-C. (Lawall 1995, p. 181-183) ; pour l’aplatissement supérieure de la lèvre, Monachov 1999a, fig. 12, attribuée au « cercle de Samos » et datée au deuxième quart du ve s. av. J.-C. Du même contexte, l’US 328, vient un tesson de stemless cup datable entre 450 et 430 av. J.-C. (Brizzolara, Baldoni, Succi 2005).
Chronologie : 525-450 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 149, p. 82, fig. 75.149.

147MA135 (pl. XLII)
Année de la fouille / trouvaille :
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 352.
Inventaire n° : 1763.
Type : Samos-Milet. S/2 Lawall.
État de conservation : partie de la lèvre et du col. H. max. cons. : 3. Lèvre en amande, avec léger grossissement, supérieurement aplati. H. : 2 ; épais. max. : 1,9 ; diam. int./ext. embouchure : 11/14,8.
Surface ext., int. et fracture : orange (5YR6/6-5YR6/8).
Inclusions : pâte assez épurée avec inclusions de couleur gris, brune et blanc de petite taille, à faible fréquence. Mica fin à faible fréquence.
Observations et comparaisons : pour le type Knigge 1976, pl. 49.3 ; et Lawall 1995, fig. 70-71 ; pour l’aplatissement de la lèvre, caractéristique des types samiens de Zeest, Monachov 2003, pl. 25.7.
Chronologie : 525-450 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 150, p. 82, fig. 75.150.

148MA136 (pl. XLII)
Année de la fouille / trouvaille : 1991.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 210.
Inventaire n° : 3437.
Type : Samos-Milet. S/2 Lawall.
État de conservation : partie de la lèvre. H. max. cons. : 3.6. Lèvre en amande, avec léger grossissement, supérieurement aplati. H. : 2,5 ; épais. max. : 1,5 ; diam. int./ext. embouchure : 4,5.
Surface ext. : beige (7.5YR7/6).
Surface int. et fracture : orange (5YR5/8-5YR6/8).
Inclusions : inclusions de couleur blanc, gris et brun de petite taille, à faible fréquence. Vacuoles.
Observations et comparaisons : pour la lèvre, que l’on peut assigner aux deux premières variantes du type S/2 Lawall, cf. Knigge 1976, pl. 49.3 ; et Grace 1971, fig. 3. 1. Du même contexte, l’US 210, vient un fragment de cratère attique à figures rouges datable entre 480 et 460 av. J.-C. (Brizzolara, Baldoni, Succi 2005).
Chronologie : 525-450 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 144, p. 81, fig. 74.144.

149MA137 (pl. XLII)
Année de la fouille / trouvaille : 1996.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 1Q21B.
Inventaire n° : 2425.
Type : Samos-Milet. S/2 Lawall.
État de conservation : partie de la lèvre. H. max. cons. : 3.7. Lèvre en amande, grossi. H. : 2,3 ; épais. max. : 1,6 ; diam. int./ext. embouchure : 3,4.
Surface ext., int. et fracture : beige (10YR7/4-10YR6/4).
Inclusions : inclusions de couleur blanc et brun de petite taille, à faible fréquence. Mica fin doré.
Observations et comparaisons : pour le type, Knigge 1976, pl. 49.3 ; et Lawall 1995, fig. 70-71 ; pour la forme, Morselli, Tortorici 1985, fig. 8. 1. Datable entre le dernier quart du vie et le milieu du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 525-450 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 142, p. 81, fig. 74.142.

150MA138 (pl. XLII)
Année de la fouille / trouvaille : 1996.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 1Q21B.
Inventaire n° : 2426.
Type : Samos-Milet. S/1 Lawall.
État de conservation : pied. H. max. cons. : 4,7. Pied de forme cylindrique, plein, grossi, à la surface de base concave.
H. : 3,2 ; diam. min./max. : 4,4/5,2.
Surface ext., int. et fracture : brun-rougeâtre (5YR6/6-5YR5/6).
Inclusions : inclusions blanches et grises de petite taille, à faible fréquence. Mica fin doré à haute fréquence. Vacuoles.
Observations et comparaisons : le type de pied renvoie à la production du groupe Samos-Milet du milieu ou de la deuxième moitié du ve s. av. J.-C. (Dupont 1998, fig. 23.9, g). Pour ce type on renvoie à un fragment en provenance de l’Agora d’Athènes datable sur la base du contexte (dépôt F 19 :4) du milieu du ve s. av. J.-C. (Lawall 1995, fig. 75), et à un exemplaire également de l’Agora (P27531 du dépôt S 16 :1) datables du dernier quart du ve s. av. J.-C. (Grace 1971, p. 76, fig. 3.3 ; Lawall 1995, fig. 73). La morphologie du pied en permet un encadrement dans la variante plus récente du type S/1 de M. Lawall.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 155, p. 83, fig. 75.155.

151MA139 (pl. XLII)
Année de la fouille / trouvaille : 1995.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 1 Q20.
Inventaire n° : 291.
Type : Solokha I.
État de conservation : partie du pied. H. max. cons. : 6,4. Pied tronconique creux avec base en anneau. H. : 3 ; diam. min./max. : 6,5/7,8.
Surface ext., int. et fracture : orange-rose (5YR7/4-5YR7/6). Inclusions : pâte épurée.
Inclusions blanches de petite taille, à faible fréquence, visible surtout en section. Inclusions noires de petite taille, à fréquence moyenne, uniformément diffusées. Mica argenté à faible fréquence.
Engobe : engobe blanchâtre plutôt épais.
Observations et comparaisons : pour le type, Lawall 1995, p. 220-221, fig. 88-90, 93 ; pour la forme, Slaska 1978, pl. 95.7, de Gravisca ; Pancrazzi 1982, p. 336, fig. 2.16, de Pise ; Maggiani, Paribeni 1990, p. 145, n. 25, fig. 78.25, de Casa Baldi di Pozzi ; Massa 1993, p. 349, n. 4, de Pise ; Boss 1993, fig. 522. L26, L27, de Caere ; Scotti 1999, tav. 89. 1, de Tarquinia.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

152MA140 (pl. XLII)
Année de la fouille / trouvaille : 1996.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 386.
Inventaire n° : 1716.
Type : Solokha I.
État de conservation : pied. H. max. cons. : 5. Pied tronconique creux, avec surface d’appui en anneau. H. : 2,5 ; diam. min./max. : 5,5/6,4.
Surface ext., int. et fracture : orange-brun (5YR6/6-5YR5/6).
Inclusions : inclusions de couleur blanc de taille petite et moyenne, à faible fréquence, et inclusions de couleur noir de petite taille, à fréquence moyenne. Mica doré, fin, à haute fréquence.
Engobe : traces d’engobe de couleur crème sur la surface extérieure.
Observations et comparaisons : pour le type, datable dans le courant de la deuxième moitié du ve s. av. J.-C., Lawall 1995, p. 220-221, fig. 88-90, 93.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 153, p. 82, fig. 75.153.

153MA141 (pl. XLII)
Année de la fouille / trouvaille : 1995.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 303.
Inventaire n° : 1351.
Type : Solokha I.
État de conservation : partie du pied correspondant à la moitié de la circonférence. H. max. cons. : 3. Pied tronconique creux avec surface de base en anneau et au profil caréné. H. : 3 ; diam. min./max. : 6,1/7,1.
Surface ext., int. et fracture : orange clair (5YR7/6-5YR6/6).
Inclusions : inclusions de couleur blanc de taille moyenne et petite, à faible fréquence, et inclusions de couleur gris et orange de petite taille, à fréquence moyenne. Mica doré en écailles de petite et moyenne taille, à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : pour le type, Lawall 1995, p. 220-221, fig. 88-90, 93, daté dans le courant de la deuxième moitié du ve s. av. J.-C. Du même contexte, l’US 303, vient un fragment de cratère attique à vernis noir de datation incertaine (Brizzolara, Baldoni, Succi 2005).
Chronologie : 450-400 av. J.-C.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 154, p. 82, fig. 75.154.

154MA142
Année de la fouille / trouvaille : 1995.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 1.
Inventaire n° : 199.
Type : Samos-Milet. S/1 ou S/2 Lawall.
État de conservation : fragment de la lèvre. H. max. cons. : 3,7 ; larg. 3,2 ; épais. : 2.
Surface : orange (MSC 5YR 6/8).
Observations et comparaisons : pour le type, cf. Lawall 1995.
Chronologie : non définissable.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 151, p. 82.

155MA143 (pl. XLII)
Année de la fouille / trouvaille : 1992.
Secteur : Regio IV, Insula 2.
Structure : Casa 1.
US : 237.
Inventaire n° : 2381.
Type : Samos-Milet.
État de conservation : fragment de la lèvre. H. max. cons. : 2,7 ; larg. 4,2 ; h. de la lèvre : 1,8 ; épais. : 1,4.
Surface : beige claire (MSC 7.5YR 7/4).
Engobe : traces d’engobe jaune-blanchâtre.
Chronologie : non définissable.
Bibliographie : de Marinis 2010, n° 152, p. 82, fig. 75.152.

Pl. XLII. Marzabotto.

3. Analyses des données (graphiques 13-16)

  • 24 Les interventions plus récentes (Lippolis 2005) effectuées dans l’aire déjà intéressée par les foui (...)
  • 25 Comme il va ressortir d’une manière évidente de la consultation du catalogue, le matériel que j’ai (...)

156Les amphores de Marzabotto proviennent des secteurs d’habitat et des zones artisanales, des sondages effectués le long des rues (plateiai) et de l’aire sacrée récemment fouillée dans l’aire urbaine (cf. supra II, 5 § 1) Aucune amphore n’est signalée sur l’acropole, où les recherches principales ont été effectuées au xixe s., lorsque ce type d’objet, qui ne présentait aucun intérêt pour les fouilleurs, n’était pas conservé (Vitali, Brizzolara, Lippolis 2001)24. De même, les mobiliers des 295 tombes des nécropoles (Marchesi 2005), tout comme c’est le cas de la voisine Bologne, n’ont restitué aucune amphore commerciale. La documentation de Marzabotto, ainsi que celle du Forcello proviennent donc exclusivement de quartiers d’habitation et fournit l’occasion d’analyser le phénomène commercial des importations amphoriques au moment de la plus grande prospérité de l’Étrurie padane. Il faut cependant souligner que, à la différence de ce qui se passe pour le Forcello, l’histoire des fouilles de Marzabotto, site prospecté à plusieurs reprises et par différentes équipes pendant plus d’un siècle et demi de recherches archéologiques, est telle que dans la plupart des cas on n’a pas pu se servir des données stratigraphiques pour la datation des amphores25. Au-delà du débat sur la chronologie des différentes phases d’occupation du site (Marzabotto I et II), le terminus post quem pour l’arrivée d’importations grecques peut être fixé au deuxième quart du vie s. av. J.-C., époque à laquelle remontent une kotyle et un aryballe globulaire du Corinthien Moyen et un aryballe en couronne du Corinthien Moyen ou Tardif (Bermond Montanari 1987 ; Lippolis 2000, p. 109, n° 5.1, 5.3, 5.4, fig. 4-6, 8-10).

  • 26 Je rappelle que nos connaissances sur la phase la plus archaïque de Marzabotto, interceptée uniquem (...)
  • 27 Comme on l’a déjà remarqué (Baldoni 2009, p. 249, n. 40), les connaissances actuelles sur les impor (...)
  • 28 Pour les amphores de forme 1a, cf. cat. MA117 ; pour celles de forme 2, cf. cat. MA37 (de possible (...)
  • 29 Outre les amphores chiotes insérées dans le catalogue (cat. MA59-MA65), d’autres individus attribua (...)

157C’est sans doute à la période des premières importations grecques, dans le deuxième quart du vie s. (cf. supra, p. 212) qu’il convient de faire remonter la plus ancienne amphore commerciale grecque actuellement documentée à Marzabotto, elle aussi de production corinthienne et attribuable au type A (cat. MA1). Ce cas semble actuellement isolé26 mais il s’inscrit sans difficulté dans le cadre des premières importations corinthiennes, arrivées sur le site probablement à travers les cols des Apennins (Lippolis 2000, p. 102). C’est dans le courant de la deuxième moitié, plus probablement vers la fin du vie s. av. J.-C., que les attestations d’amphores deviennent plus consistantes, en conformité avec les données fournies par la céramique décorée grecque, à ce moment-là de production attique (Locatelli 1997 ; Lippolis 2000, p. 103 ; Benz, Reusser 2004b ; Brizzolara, Baldoni, Succi 2005 ; Baldoni 2008 ; Id. 2009, p. 243-246). Les données relatives à la céramique attique suggèrent de dater autour de 540 av. J.-C. une première phase qui marque un changement net dans le comportement social et économique ainsi que la création d’un système d’échanges commerciaux stables (Lippolis 1998 ; Id. 2000, p. 103 ; Id. 2005) et de situer dans le dernier quart du siècle un accroissement des importations27. Entre la seconde moitié du vie et les débuts du ve s. av. J.-C., les importations d’amphores concernent les productions gréco-orientales et nord-égéennes, alors qu’on relève un pourcentage minime pour les importations gréco-occidentales archaïques (une amphore de ’forme 1α’ et deux de ’forme 2’) attestées à Marzabotto28. Pendant le ve s. av. J.-C. les productions gréco-orientales (groupe Samos-Milet, Chios et groupe Solokha I) continuent d’être les mieux attestées. Viennent ensuite les amphores corinthiennes du type A/A’ et les nord-égéennes. Un nombre tout à fait réduit de fragments peut se rapporter à des amphores corinthiennes de type B, attribuables à la production corinthienne/corcyréenne et peut-être à d’autres ateliers occidentaux (cat. MA33-MA36). Dans le détail, on peut observer que les amphores chiotes sont concentrées dans le courant de la première moitié ou au plus tard avant le troisième quart du ve s. av. J.-C., leur documentation étant limitée presque exclusivement aux types ’swollen-necked29. Une considération analogue peut être faite pour les amphores du groupe Samos-Milet, pour lequel il est cependant plus délicat d’opérer une distinction chronologique à l’intérieur du siècle basée sur les données typologiques. Dans le courant de la seconde moitié du ve s., toujours dans le cadre des productions gréco-orientales, les amphores du groupe Solokha I sont au contraire bien documentées dans les formes initiales de la série. Exception faite pour l’exemplaire du type A’ provenant du « niveau du vie » (cat. MA11), il n’est pas possible de préciser ultérieurement la chronologie des nombreuses amphores corinthiennes A/A’ dans la phase comprise entre la fin du vie et le ve s. av. J.-C, période pendant laquelle leur forme ne semble pas subir des variations chronologiquement significatives. Pour ce qui concerne ces formes amphoriques, je me limiterai donc à en souligner le pourcentage particulièrement important. Encore plus intéressant s’avère le rapport quantitatif entre les amphores corinthiennes A/A’ et les quelques amphores corinthiennes de type B. À Marzabotto, en effet, leur proportion réciproque est inversée par rapport à celle qu’on observe dans les autres sites du secteur géographique analysé.

Graphique 13. Marzabotto : tendance des importations d’amphores grecques dans la période étudiée

Graphique 13. Marzabotto : tendance des importations d’amphores grecques dans la période étudiée

(deuxième-troisième quart du vie-début du ive s. av. J.-C.).

Graphique 14. Marzabotto : données quantitatives concernant les importations des différents groupes amphoriques dans le courant de toute la période examinée

Graphique 14. Marzabotto : données quantitatives concernant les importations des différents groupes amphoriques dans le courant de toute la période examinée

(deuxième-troisième quart du vie-début du ive s. av. J.-C.).

Graphique 15. Marzabotto : données quantitatives des importations des différents groupes amphoriques entre le deuxième-troisième quart du vie et le début du ve s. av. J.-C.

Graphique 15. Marzabotto : données quantitatives des importations des différents groupes amphoriques entre le deuxième-troisième quart du vie et le début du ve s. av. J.-C.

Graphique 16. Marzabotto : données quantitatives des importations des différents groupes amphoriques entre la fin du vie et la fin du ve s. av. J.-C.

Graphique 16. Marzabotto : données quantitatives des importations des différents groupes amphoriques entre la fin du vie et la fin du ve s. av. J.-C.

158Il est difficile de préciser le moment où le commerce d’amphores grecques à Marzabotto a été interrompu. Les données qu’on a pu tirer de la céramique attique suggèrent une certaine continuité dans le flux des importations de céramique décorée grecque jusqu’à la première moitié du ive s. av. J.-C., malgré une diminution prévisible après l’invasion celtique des débuts du siècle (Locatelli 1997 ; Massa-Pairault 1997 ; Benz, Reusser 2004b ; Brizzolara, Baldoni, Succi 2005 ; Baldoni 2009, p. 243-246). Dans le cas des amphores, leur datation s’appuyant exclusivement sur une base typologique ne permet pas dans la plupart des cas de distinguer les formes de fin ve de celles du ive s. initial ou de la première moitié du ive s. av. J.-C.

159L’impression générale qu’on en reçoit est de toute façon celle d’un afflux assez constant de marchandises dans le courant de tout le ve s., d’un probable développement dans le courant de la seconde moitié du siècle et d’une diminution après l’invasion celtique.

Notes

1 La position stratégique de Marzabotto sur cette ligne directrice a été récemment reconfirmée par les découvertes de Prato-Gonfiente, site étrusque sur le versant méridional de la ligne de faîte des Apennins (Poggesi et al. 2005).

2 En ce qui concerne la vaste bibliographie sur Marzabotto, cf. Sassatelli, Brizzolara 1991 (complet mais mis à jour jusqu’à 1989) ; et plus récemment Massa-Pairault 1997 ; Vitali, Brizzolara, Lippolis 2001 ; Culti, forma urbana e artigianato a Marzabotto, Bentz, Reusser 2004a ; Id. 2008 ; Id. 2011, tous avec références bibliographiques.

3 La définition d’« anciennes fouilles », désormais entrée dans l’usage commun, est adoptée depuis longtemps pour désigner de façon générale toutes les campagnes de fouilles intervenues avant la Seconde Guerre mondiale. Pour une liste détaillée des campagnes de fouilles effectuées à Marzabotto, voir Lippolis 2005, p. 153-157 (« regesto degli interventi di scavo »), avec références bibliographiques mises à jour en 2003. Pour les interventions successives, cf.

Bentz, Reusser 2004a et Id. 2011.

4 Parmi les importations de céramiques grecques de cette phase, outre les productions attiques, a été également identifié un fragment de céramique à figures noires de production chalcidienne, se référant au Groupe des Amphores Inscrites (570-530 av. J.-C.), et daté, au vu de la stratigraphie, des environs de 540 av. J.-C. (Lippolis 2000, p. 110, n° 5.9, fig. 12, avec bibliographie).

5 Étant donné que l’on ignore les contextes de découverte de ces produits corinthiens, comme d’ailleurs de la plupart du matériel mis au jour au cours des fouilles « anciennes », leur provenance de Marzabotto a longtemps été sujette à caution, à commencer déjà par E. Brizio (Brizio 1886). Bien qu’actuellement ces positions du passé soient obsolètes (Sassatelli 1989, p. 30-32 ; Lippolis 2000, p. 102), la difficulté de référer ces objets à une présence stable persiste chez les partisans de la chronologie « basse » de l’occupation et de la fondation de Marzabotto ; et la propension à les expliquer par une simple fréquentation du site considéré comme point de passage des marchandises et des influences culturelles est encore à l’ordre du jour.

6 Pour cette information, je remercie Sergio Sani, technicien des fouilles et inspecteur honoraire de la Surintendance, présent au moment de la découverte fortuite de l’amphore.

7 Sandri 1972, notamment p. 336, n° 18, fig. 3.18 (correspondant à la « forme 8 » de Sandri, dont Ibid., p. 327) et p. 339, n° 41, fig. 8.41. Les deux fragments ont été attribués par P. Sandri à des « amphores à vin ou à huile » et sont, tous deux, considérés aujourd’hui comme appartenant à la production nord-égéenne.

8 Bouloumié 1976, notamment p. 98-99, pl. I.713135 (pied d’amphore de production corinthienne), I.13212 (pied d’amphore nord-égéenne, probablement de Mendé), non identifiées par le chercheur mais reconnues toutefois comme des amphores, auxquelles viendront s’ajouter une lèvre d’amphore corinthienne A, (voir pl. I.113135), et quelques fragments d’anses visibles sur la même planche. La forme 7 de Sandri (pour laquelle cf. Sandri 1972, p. 327, fig. 3.17) qui, selon l’opinion de B. Bouloumié, (Bouloumié 1976, p. 99) serait à attribuer à une amphore de production étrusque semblable à celles restituées par l’épave d’Antibes, est, en revanche, reconnue par P. Sandri comme une forme de production locale sans pertinence avec les catégories d’amphores commerciales.

9 Dans le cas de la Regio I, Insula 5 les données à ma disposition sont à jour jusqu’aux campagnes de fouilles 1999-2005 et ont été prises en compte dans ma Thèse de Doctorat (Sacchetti 2005).

10 La Plateia A a été fouillée à plusieurs reprises et dans des secteurs différents. Dans ce cas précis, on se réfère aux fouilles effectuées par P. E. Arias en 1953, sur toute son extension (Arias 1953 ; Id. 1954).

11 Pour le Temple urbain de Marzabotto, toujours en cours de fouilles menées par le Département d’archéologie de l’Université de Bologne, cf. Verger, Kermorvant 1994 ; Sassatelli et al. 2004 ; Sassatelli, Govi 2005.

12 Arias 1954 ; Saronio 1965 ; Iscrizioni e graffiti, p. 57-64, avec bibliographie complémentaire.

13 Pour les maisons de la Regio IV, Insula 1 : Arias 1951, p. 221234 ; Id. 1953 ; Mansuelli 1962, p. 14-27 ; Id. 1962a ; Id. 1963, p. 44-62 ; Sandri 1972, p. 319-340 ; Bouloumié 1976, p. 95-140 ; Durante, Gervasini 1987, p. 316-325 ; Iscrizioni e graffiti, p. 71-89 ; Bentz, Reusser 2004a ; Id. 2011.

14 Sassatelli et al. 2004, avec bibliographie précédente ; Brizzolara, Baldoni, Succi 2005.

15 Pairault Massa 1978 ; Iscrizioni e graffiti, p. 137-153 ; Massa-Pairault 1997.

16 Les questions soulevées par la conservation des objets découverts au cours des fouilles du xixe siècle à Marzabotto sont assez complexes. Exposés depuis 1886 dans cinq salles de la Villa Aria, ils furent transférés dans la métairie de Pian di Misano qui fut détruite par les bombardements en 1944. Les objets rescapés, pour la plupart très endommagés, furent installés dans le Musée construit entre 1949 et 1950, restructuré en 1958 et agrandi selon son aménagement actuel, en 1979. Ces péripéties ont évidemment compromis toute tentative de reconstitution de la provenance exacte de ces pièces qui, hormis quelques cas rares, sont à répertorier de façon générale comme provenant de l’aire des « fouilles anciennes ». Pour la bibliographie concernant les fouilles du xixe siècle, cf. Lippolis 2005, p. 153-157 et Baldoni 2009, p. 17-22, avec références.

17 Au sujet du niveau dit « niveau du vie », cf. Mansuelli 1965, p. 241-247 ; Mansuelli et al. 1970, p. 53-71 ; Saletti 1970, p. 279283 ; Malnati 1987, p. 125-137 ; Iscrizioni e graffiti, p. 157-167.

18 En coïncidence avec l’ouverture du tunnel occidental de la galerie ferroviaire qui traverse le plateau dans son secteur sud-oriental, et donc aux environs de l’aire des Insulœ 4 et 5 de la Regio V, quelques fragments d’amphores ont été retrouvés fortuitement. Malheureusement, ces derniers sont hors contexte et l’on ignore les circonstances exactes de leur découverte.

19 Malnati 1990, p. 133-134 ; Id. 1991, p. 390-392 ; Iscrizioni e graffiti, p. 169-177 ; Malnati, Violante 1995, p. 103-106.

20 Pour la « fonderie » de Marzabotto, voir Gentili 1968, p. 116117 ; Mansuelli et al. 1970, p. 53-71 ; Sassatelli 1990, p. 69-74 ; Iscrizioni e graffiti, p. 179-188 ; Locatelli 2005.

21 En ce qui concerne l’exploration de la route de la Plateia D et de la découverte du puits central, voir Tripponi 1967 ; Gentili 1978 ; Iscrizioni e graffiti, p. 189-190.

22 Des interventions récentes et complètement inédites de la Surintendance Archéologique de l’Émilie-Romagne – notamment aux fins de vider le puits découvert dans le secteur de tête de l’Insula 2, voisin de la Plateia D – ont conduit à la récupération de nouveau matériel dont un fragment de pied d’une amphore de transport grecque.

23 Parmi les objets livrés par les fouilles de la ville de Marzabotto, ont été trouvés vingt-quatre fragments d’anses appartenant à des amphores commerciales de production non identifiable. On fournit ci-dessous une fiche détaillée uniquement de deux exemplaires qui se distinguent par la présence de graffiti.

24 Les interventions plus récentes (Lippolis 2005) effectuées dans l’aire déjà intéressée par les fouilles du xixe s. n’ont de toute façon restitué aucun fragment amphorique.

25 Comme il va ressortir d’une manière évidente de la consultation du catalogue, le matériel que j’ai pu étudier provient de nombreuses interventions réalisées dans la zone surtout dans le courant du siècle dernier pour lesquelles, exception faite pour le cas de la Regio V, Insula III, n’ont été publiées que des relations préliminaires. Pour ces considérations, (cf. supra II, 5 § 1).

26 Je rappelle que nos connaissances sur la phase la plus archaïque de Marzabotto, interceptée uniquement dans quelques secteurs pour la plupart inédits, sont encore très lacunaires (cf. supra II, 5 § 1).

27 Comme on l’a déjà remarqué (Baldoni 2009, p. 249, n. 40), les connaissances actuelles sur les importations attiques à Marzabotto dans le courant du vie s. av. J.-C. doivent être considérées comme partielles, vu l’absence d’éditions exhaustives du matériel des contextes plus archaïques connus jusqu’ici.

28 Pour les amphores de forme 1a, cf. cat. MA117 ; pour celles de forme 2, cf. cat. MA37 (de possible production locrienne) et MA118.

29 Outre les amphores chiotes insérées dans le catalogue (cat. MA59-MA65), d’autres individus attribuables aux formes « swollen-necked » viennent de l’aire du temple de la Regio I, Insula I qui est encore en cours de fouille et dont les matériels n’a pas été inséré ici par les raisons déjà exposées (cf. supra II,. 5 § 1), mais ils ont été pris en considération dans Sacchetti 2005.

Table des illustrations

Titre Fig. 88. Planimétrie de la cité étrusque de Marzabotto avec l’emplacement de zones fouillées
Crédits (DAO Stéphane Renault d’après Marzabotto. La casa 1 della Regio IV-Insula 2, Bologna, 2010).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Fig. 89. Marzabotto, Museo Nazionale Etrusco P. Aria, inv. 1018.
Légende Amphore de type corinthien A en provenance de la Regio IV, Insula I. Cat. MAI
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Légende Pl. XXIX. Marzabotto.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 90. Marzabotto, amphore de type corinthien A’ en provenance de la Regio V, Insula IV, Strato del VI.
Légende Cat. MA11
Crédits (photo F. Sacchetti).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Pl. XXX. Marzabotto.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Pl. XXXI. Marzabotto.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Pl. XXXII. Marzabotto.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Pl. XXXIII. Marzabotto.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 91. Marzabotto, fond d’amphore nord-égéenne en provenance de la Regio IV, Insula I, Casa 4.
Légende Cat. MA49
Crédits (photo F. Sacchetti).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Légende Pl. XXXIV. Marzabotto.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Pl. XXXV. Marzabotto.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Pl. XXXVI. Marzabotto.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Pl. XXXVII. Marzabotto.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Pl. XXXVIII. Marzabotto.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Pl. XXXIX. Marzabotto.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 92. Marzabotto, découverte isolée, inv. 58480/85.
Légende Fond d’amphore du groupe Solokha I. Cat. MA99
Crédits (photo F. Sacchetti).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Pl. XL. Marzabotto.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Pl. XLI. Marzabotto.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Légende Pl. XLII. Marzabotto.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 13. Marzabotto : tendance des importations d’amphores grecques dans la période étudiée
Légende (deuxième-troisième quart du vie-début du ive s. av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 14. Marzabotto : données quantitatives concernant les importations des différents groupes amphoriques dans le courant de toute la période examinée
Légende (deuxième-troisième quart du vie-début du ive s. av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 15. Marzabotto : données quantitatives des importations des différents groupes amphoriques entre le deuxième-troisième quart du vie et le début du ve s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 16. Marzabotto : données quantitatives des importations des différents groupes amphoriques entre la fin du vie et la fin du ve s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1260/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search