Version classiqueVersion mobile

Les amphores grecques dans le nord de l’Italie

 | 
Federica Sacchetti

Deuxième partie. Les amphores grecques de l’Italie du nord

Chapitre 4. Bologne/Felsina : l’acropole et l’habitat

Texte intégral

1. Bilan des études

1Une série de fouilles réalisées dans l’aire de l’ancienne Villa Cassarini, située non loin du siège actuel de la Faculté d’Ingénierie de l’Université de Bologne, a permis de reconnaître dans ce lieu le site de l’acropole de la ville étrusque de Bologne « Felsina, vocitata tum cum princeps Etruriae esset » (Pline l’Ancien, Nat. Hist. III, 15).

  • 1 Concernant l’identification de l’Acropole de Felsina avec les vestiges mis au jour sur les terrains (...)

2Le terrain de l’ancienne Villa Cassarini se situe sur les premières pentes des collines, immédiatement au sud de l’habitat étrusque et presque à mi-chemin entre les deux grandes nécropoles de l’époque de Felsina : celle de la Certosa à l’ouest et celle des Giardini Margherita, à l’est1 (fig. 69 et 85).

Fig. 85. Plan de la ville de Bologne.

Fig. 85. Plan de la ville de Bologne.

En orange le secteur concerné par l’occupation d’époque felsinienne. Au n° 9 l’acropole de Villa Cassarini

Museo Civico Archeologico di Bologna).

  • 2 Sur les fouilles de 1906-1907, il n’existe que quelques rapports manuscrits d’E. Brizio, conservés (...)
  • 3 À propos des difficultés concernant la restitution planimétrique et architecturale des structures d (...)
  • 4 Sur les ex-voto de la Villa Cassarini, voir en général Gualandi 1974. Pour les inscriptions de cara (...)

3Les fouilles commencèrent entre 1906 et 1907 sous la direction d’E. Brizio, qui mourut avant d’avoir pu en publier les résultats, et furent reprises en 1963 par le Museo Civico Archeologico de Bologne ; mais ce n’est qu’en 1973, lors des travaux d’agrandissement de la Faculté d’Ingénierie, qu’il fut possible d’y réaliser une fouille extensive2. L’intervention archéologique d’urgence fut conduite par l’Institut d’Archéologie de l’Université de Bologne en collaboration avec la Soprintendenza archeologica d’Émilie-Romagne. On releva ainsi, sur ce site, trois phases superposées d’occupation : la première se référant à une installation collinaire de l’Âge du Bronze tardif ; la seconde de l’époque villanovienne ; et la troisième, plus récente et plus consistante, relative à la phase de Felsina. Les structures attribuables à cette dernière phase se limitaient à quelques pans de murs construits en petites pierres sèches et éclats de grès, ainsi que des traces de galets du dallage routier (fig. 86) ; mais leur état de dégradation ne permettait d’indiquer ni le nombre, ni la planimétrie, ni l’orientation exacte des édifices dont l’agencement architectural même était loin d’être clair3. L’hypothèse de la destination sacrée de cette aire repose sur la découverte de nombreux exvoto en bronze, parmi lesquels les petits bronzes bien connus représentant Héraclès avec les pommes d’or du jardin des Hespérides et Apollon avec sa lyre. Outre les ex-voto, est également attestée la présence des bases habituelles en pierre de travertin moulurées qui leur servaient de support, ainsi que celle de graffiti votifs sur des kylikes attiques à figures rouges4. L’intervention d’urgence menée en 1973, sous la direction de G. Gualandi, a fait l’objet de quelques publications, mais la majeure partie du matériel reste encore inédit.

Fig. 86. Bologne, Villa Cassarini, planimétrie de la fouille Gualandi

Fig. 86. Bologne, Villa Cassarini, planimétrie de la fouille Gualandi

(d’après Gualandi 1975, fig. 1).

4Grâce à la disponibilité de la Soprintendenza archeologica de l’Émilie-Romagne et du Museo Civico Archeologico de Bologne, il m’a été possible d’accéder au mobilier découvert au cours des différentes fouilles sur l’aire de l’acropole de Bologne ; ce qui m’a permis de découvrir une cinquantaine de fragments d’amphores de transport grecques correspondant à pas moins d’une douzaine d’individus. Il semble qu’aucune amphore commerciale ne provienne des contextes des riches nécropoles de la phase felsinienne étudiés jusqu’à présent, dont les seuls publiés sont ceux de l’ensemble sépulcral Arnoaldi (Macellari 2002).

5En ce qui concerne l’habitat d’époque étrusque (Taglioni 1999), au-dessus duquel s’élève le centre historique de Bologne, un fragment d’amphore commerciale grecque provient des fouilles de Via Santa Caterina (Baldoni, Morico, Pini 2007, p. 65) entreprises entre 1988 et 1993 dans le secteur méridional de l’aire occupée par la cité de Felsina (Malnati, Violante 1995, p. 107). Trois autres individus proviennent des fouilles de Viale Aldini, sur les pentes de l’acropole de la Villa Cassarini, et ont été attribués au sanctuaire situé juste au-dessus (Calastri, Desantis 2011, p. 205-206). Il faut toutefois rappeler que nombreuses sont les fouilles menées ces dernières années dans le centre urbain de Bologne (Malnati 2011) dont le mobilier est encore entièrement inédit, ce qui rend impossible toute vérification.

6Les amphores de Bologne/Felsina sont indiquées dans le catalogue qui suit par le sigle « FE ».

2. Catalogue

Amphores de type corinthien A/A’

7FE1 (pl. XXVII)
Lieu de découverte : Bologne, Viale Aldini.
Année de la fouille / trouvaille : 2007-2008.
US : 229.
État de conservation : fragment de lèvre. Lèvre à marli de section triangulaire.
Observations et comparaisons : attribué par les éditeurs à une amphore corinthienne de type A ou A’.
Chronologie : ve s. av. J.-C.
Bibliographie : Calastri, Desantis 2011, p. 198, 205-206, n. 22, fig. 6, n° 3.

8FE2 (pl. XXVII)
Lieu de découverte : Bologne, Viale Aldini.
Année de la fouille / trouvaille : 2007-2008.
US : 229.
État de conservation : fragment d’anse.
Observations et comparaisons : attribué par les éditeurs à une amphore corinthienne de type A ou A’.
Chronologie : non déterminable.
Bibliographie : Calastri, Desantis 2011, p. 198, 205-206, n. 22, fig. 6, n° 2.

Amphores gréco-occidentales

9FE3 (pl. XXVII)
Lieu de découverte : Bologne, Villa Cassarini.
Année de la fouille / trouvaille : 1973.
Secteur : Zone D partie Nord.
Inventaire : n° 41891.
État de conservation : fragment de lèvre avec une partie de col conservant les traces de l’attache supérieure d’une anse. H. max. cons. : 6,4. Lèvre en échine. H. : 2,2 ; épaiss. max. : 2,4 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 12 / 16,8. Col évasé qui présente une fine rainure immédiatement au-dessous de la lèvre. H. max. cons. : 4,2 ; diam. min./max. restituable : 11,8 / 13.
Surface ext., int. et fracture : jaune très clair (2.5YR8/ 2-2.5Y7/3).
Inclusions : inclusions blanches, grises et orange, de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées de manière homogène. Mica argenté fin, à fréquence basse.
Engobe : traces d’engobe.
Observations et comparaisons : la morphologie de la lèvre indique son appartenance à la production corinthienne du type B du ve s. av. J.-C. Ses dimensions réduites ne permettent pas d’en préciser ultérieurement la chronologie. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 2.b-c ; et Ead. 1981, fig. 1.a, pl. 99.c., datables entre le deuxième et le dernier quart du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 480-400 av. J.-C.

Amphores de l’Égée septentrionale

10FE4 (pl. XXVII)
Lieu de découverte : Bologne, Viale Aldini.
Année de la fouille / trouvaille : 2007-2008.
US : 229.
Type : nord-égéenne, Late Mendean Variant Lawall.
État de conservation : partie de col et anse.
Observations et comparaisons : attribuée par les chercheurs qui l’ont publiée à une amphore de Mendé. Vu les proportions du col et de l’anse, je crois qu’on peut l’encadrer vraisemblablement dans la Middle Mendean Variant de Mark Lawall, datable du dernier quart du ve s. av. J.-C. Pour le type, Lawall 1995, fig. 39-40.
Chronologie : fin ve s. av. J.-C.
Bibliographie : Calastri, Desantis 2011, p. 198, 205-206, n. 21, fig. 6, n° 1.

11FE5 (pl. XXVII)
Lieu de découverte : Bologne, Villa Cassarini.
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Via Vallescura - zone A.
Inventaire : n° 6583.
État de conservation : fragment de lèvre avec un court segment du col portant la trace de la jonction supérieure d’une anse. H. max. cons. : 2,3. Lèvre en échine, ouverte.
H. : 2 ; épaiss. max. : 1,7.
Surface ext. : chamois brun.
Surface int. et fracture : orange intense.
Inclusions : inclusions blanches, de petites dimensions, à fréquence haute, distribuées d’une manière homogène. Mica fin répandu.
Observations et comparaisons : la petite lèvre en échine légèrement ouverte ainsi que les caractéristiques de l’argile suggèrent de situer l’exemplaire vraisemblablement dans le cadre des productions nord-égéennes, peut-être de Mendé, de la fin du ve ou du début du ive s. av. J.-C. Pour le type, Lawall 1995, fig. 40 (Late Mendean variant, datable du dernier quart du ve s. av. J.-C.). Pour la forme de la lèvre, se reporter aussi à Eiseman 1973, fig. 1 (’Type 1C’ de l’épave de Porticello) ; Monachov 1999b, fig. 29 ; Monachov 2003a, pl. 62, 4 (datables déjà du début du ive s. av. J.-C.).
Chronologie : fin ve-début ive s. av. J.-C.

Amphores de l’Égée orientale

12FE6 (pl. XXVII)
Lieu de découverte : Bologne, Via Santa Caterina.
Année de la fouille / trouvaille : 1988-1993.
Type : Samos-Milet.
État de conservation : fragment de lèvre et col.
Dimensions : non repérées. Lèvre en amande, épaissie dans sa partie supérieure. Anses en ruban épaissi, de section elliptique. Col au profil concave.
Observations et comparaisons : attribué par D. Baldoni à une amphore gréco-orientale, le fragment, provenant de la ive phase d’implantation d’habitat détectée dans l’aire de la Via Santa Caterina, est datable entre la fin du vie et le milieu environ du ve s. av. J.-C. Il peut appartenir à une amphore du groupe Samos-Milet. La fracture du col, au niveau de la jonction de l’épaule, empêche de vérifier soit la présence du listel caractérisant les formes de fin vie-premier quart du ve s. des types S/1 et S/3 de M. Lawall (Lawall 1995, p. 178-179, fig. 77 ; p. 184-185, fig. 76), soit son absence, ce qui était le cas pour la forme contemporaine du type S/2 (Kigge 1976, pl. 49.3 ; Lawall 1995, p. 181-182). Ses proportions permettent en tout cas de situer l’exemplaire dans le cadre des formes datables entre la fin du vie et le premier quart du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 525-480 av. J.-C.
Bibliographie : Baldoni, Morico, Pini 2007, p. 65, fig. 13, 83.

13FE7 (pl. XXVII)
Lieu de découverte : Bologne, Villa Cassarini.
Année de la fouille / trouvaille : 1973.
Secteur : Zone D, partie Nord.
Inventaire : n° 41974.
Type : Solokha I.
État de conservation : fragment de lèvre. H. max. cons. : 3,6. Lèvre à marli oblique, de section triangulaire, ouverte. H. : 3,1 ; épaiss. max. : 2 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 12,8 / 16,4.
Surface ext., int. et fracture orange (7.5YR6/6).
Inclusions : inclusions blanches, brun gris et orange, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-basse, distribuées d’une manière homogène. Écailles de mica doré, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-haute. Surface vacuolaire.
Engobe : traces d’engobe crème.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore du groupe Solokha I du début de la série (seconde moitié du ve s. av. J.-C.). Pour le type, Lawall 1995, p. 220-221, fig. 89-90, respectivement du dépôt S 16 :1 de l’Agora d’Athènes, fermé vers 410 av. J.-C., et du dépôt H 13 :4, fermé vers 390 av. J.-C.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

14FE8 (pl. XXVII)
Lieu de découverte : Bologne, Villa Cassarini.
Année de la fouille / trouvaille : 1973.
Secteur : Sondage 1.
Inventaire : n° 41956.
Type : Solokha I.
État de conservation : embouchure complète, reconstituée à partir de quatre fragments, et une petite portion du col. H. max. cons. : 4. Lèvre à marli oblique, de section triangulaire, ouverte. H. : 2,1 ; épaiss. max. : 2,2 ; diam. int./ext. embouchure : 12,6 / 16,6. Col évasé. H. max. cons. : 2 ; diam. min./max. restituable : 10 / 11,1.
Surface ext. et int. : rose clair (5YR7/4).
Fracture : rose orange (5YR7/6).
Inclusions : inclusions blanches de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées d’une manière homogène, et inclusions de couleur brun gris et orange de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-basse, distribuées d’une manière homogène. Mica argenté fin, à fréquence basse.
Engobe : engobe jaune clair, compact et très homogène.
Observations et comparaisons : voir la fiche précédente.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

15FE9 (pl. XXVII)
Lieu de découverte : Bologne, Villa Cassarini.
Année de la fouille / trouvaille : 1973.
Secteur : Secteur 1. Sondage 1. Prof. 1.09 m.
Inventaire : n° 41945.
Type : Solokha I.
État de conservation : embouchure, conservée sur presque la moitié de sa circonférence, reconstituée à partir de trois fragments : H. max. cons. : 3,6. Lèvre à marli oblique, de section triangulaire. À la base du bord, un fin listel. H. : 2,1 ; épaiss. max. : 2,8 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 12,4 / 17,2.
Surface ext. et int. : orange chamois (7.5YR6/6).
Fracture : orange brun (5YR5/6).
Inclusions : argile assez dépurée avec inclusions blanches et brunes (chamotte) de petites dimensions, à fréquence moyenne. Mica fin argenté et doré à fréquence moyenne. Vacuoles.
Observations et comparaisons : voir la fiche FE7.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

PI. XXVII. Felsina.

16FE10 (pl. XXVIII)
Lieu de découverte : Bologne, Villa Cassarini.
Année de la fouille / trouvaille : 1973.
Secteur : Secteur D au Sud.
Inventaire : n° 41615.
Type : Solokha I.
État de conservation : partie de lèvre, reconstituée à partir de quatre fragments, et de col, reconstitué à partir de trois fragments, un fragment de col avec la jonction de l’épaule, un fragment de l’épaule avec la jonction inférieure de l’anse, et 7 fragments de paroi, non reconstituables mais presque certainement appartenant au même individu. H. max. cons. : 17. Lèvre à marli oblique, de section triangulaire, ouverte. H. : 2,4 ; épaiss. max. : 2,3 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 14,2 / 17,2. Col cylindrique. H. max. cons. : 12 ; diam. min./max. : 12. Anses en ruban épaissi, à section elliptique, avec une impression digitale au niveau de la jonction inférieure. H. max. cons. : 4,5 ; épaiss. max. : 4 x 4,5. Épaule arrondie. Larg. max. cons. : 7,5.
Surface ext., int. et fracture : beige (10YR8/4-10YR7/4).
Inclusions : inclusions blanches de petites dimensions, à basse fréquence, distribuées d’une manière homogène et inclusions de couleur gris brun et noisette de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-basse, distribuées d’une manière homogène. Mica fin argenté.
Engobe : traces d’engobe mince, blanchâtre.
Observations et comparaisons : pour le type, au col allongé, Lawall 1995, p. 220-221, fig. 90 (du dépôt H 13 :4 de l’Agora d’Athènes, fermé vers 390 av. J.-C.). Pour la forme, on renvoie à cat. SP34.
Chronologie : 410-390 av. J.-C.

17FE11 (fig. 87 ; pl. XXVIII)
Lieu de découverte : Bologne, Villa Cassarini.
Année de la fouille / trouvaille : 1973.
Secteur : Sondage 1. Inventaire : n° 41955.
Type : Solokha I.
État de conservation : partie de lèvre, col et une anse complète, reconstitués à partir de 11 fragments. H. max. cons. : 17,5. Lèvre à marli oblique, de section triangulaire, ouverte. H. : 2,1 ; épaiss. max. : 2,3 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 12,8 / 16,8. Col évasé. H. max. cons. : 10 ; diam. min./max. restituable : 10,3 / 11,3. Anses verticales, en ruban épaissi, à section elliptique. H. : 15 ; épaiss. max. : 2,3 x 4,3.
Surface ext., int. et fracture orange (7.5YR6/6-7.5YR7/6).
Inclusions : inclusions blanches, brun gris et orange, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-basse, distribuées d’une manière homogène. Mica doré fin, à fréquence basse. Surface vacuolaire.
Engobe : traces d’engobe mince, couleur crème.
Observations et comparaisons : pour le type, voir la fiche précédente.
Chronologie : 410-390 av. J.-C.

Fig. 87. Bologne, Villa Cassarini, col d’amphore du groupe Solokha I.

Fig. 87. Bologne, Villa Cassarini, col d’amphore du groupe Solokha I.

Cat. FE11

(photo F. Sacchetti).

18FE12 (pl. XXVIII)
Lieu de découverte : Bologne, Villa Cassarini.
Année de la fouille / trouvaille : mars 1907.
Secteur : « zone du temple ».
Inventaire : n° 4317.
Type : Solokha I.
État de conservation : pied et partie inférieure de la panse, reconstitués à partir de deux fragments. H. max. cons. : 11. Pied tronconique à base annulaire. H. : 3,3.
Diam. max. : 7,5.
Surface ext. et int. : jaunâtre.
Fracture : rose chamois.
Engobe : traces d’engobe clair.
Inclusions : argile dépurée, avec inclusions blanches et noirâtres de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-basse. Vacuoles.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore du type Solokha I du début de la série. Pour le type, Lawall 1995, p. 220-221, fig. 89-90, 93 (datables du courant de la seconde moitié du ve s. av. J.-C.). Sur le fond extérieur, on observe une concentration d’inclusions, qui est fréquente dans ce type d’amphores aussi bien de l’Italie du nord (cf. cat.FE13, MA104, MA105, MA106), que de l’Agora d’Athènes (Lawall 1995, p. 220-221 et notes 5, 8-9, fig. 93). Sur la surface extérieure du pied on remarque des zones noircies sans doute à cause de phénomènes post-dépositionnels.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

19FE13 (pl. XXVIII)
Lieu de découverte : Bologne, Villa Cassarini.
Année de la fouille / trouvaille : 1912 ( ?).
Secteur : « zone du temple ».
Inventaire : n° 4379.
État de conservation : pied et une petite partie du fond de la panse. H. max. cons. : 5. Pied tronconique à base en anneau. H. : 3. Diam. max. : 7,9.
Surface ext. et int. : chamois.
Fracture : orange.
Engobe : traces d’engobe blanchâtre. Inclusions : argile dépurée, avec inclusions blanches et noirâtres de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : pour le type, on renvoie à la fiche précédente. Comme dans l’exemplaire qui précède, ici aussi on remarque sur le fond extérieur une concentration d’inclusions.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

20FE14 (pl. XXVIII)
Lieu de découverte : Bologne, Villa Cassarini.
Année de la fouille / trouvaille : 1912 ( ?).
Secteur : « zone du temple ».
Inventaire : n° 4380.
Type : Solokha I.
État de conservation : pied. H. max. cons. : 4,3. Pied tronconique à base en anneau. H. : 3. Diam. max. : 7,7.
Surface ext. et int. : brun noirâtre.
Fracture : gris.
Inclusions : argile dépurée, avec inclusions blanches et noirâtres de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse. Mica fin à fréquence basse particulièrement concentré sur le fond extérieur.
Observations et comparaisons : pour le type, voir cat. FE9. La couleur de la pâte céramique (virant au gris) de cet exemplaire est sans doute le résultat de phénomènes post-dépositionnels et plus exactement de la permanence dans un milieu humide, comme semble le confirmer la présence d’incrustations calcaires en surface.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

21FE15 (pl. XXVIII)
Lieu de découverte : Bologne, Villa Cassarini.
Année de la fouille / trouvaille : 1964.
Secteur : Via Vallescura - II carrière. Zone I - couche B.
Inventaire : n° 4820.
Type : Solokha I.
État de conservation : anse, conservée de la courbure jusqu’à l’attache inférieure, brève partie de l’épaule et deux amples fragments de paroi (inventaire n° 4819), qu’il n’est pas possible de reconstituer mais qui appartiennent sans doute au même individu. H. max. cons. : 16. Anses en ruban épaissi, à section elliptique, avec une impression digitale à la base. H. : 10,5 ; épaiss. : 4,4 x 2,2.
Surface ext. et int. : beige rosé.
Fracture : orange chamois.
Inclusions : argile dépurée, avec inclusions blanches et noirâtres de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse. Rares et fines écailles de mica.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore du groupe Solokha I par la particularité de l’impression digitale à la base de la jonction inférieure. La hauteur encore modérée de l’anse suggère son encadrement chronologique avant la fin du ve s. av. J.-C. Pour le type, Lawall 1995, p. 220-221, fig. 91-92 (des dépôts de l’Agora d’Athènes R 13 :1 et B 13 :6, fermés vers 400 av. J.-C.).
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

22FE16 (pl. XXVIII)
Lieu de découverte : Bologne, Villa Cassarini.
Année de la fouille / trouvaille : 1973.
Secteur : Secteur D au nord du mur dit ’mur B’.
Inventaire : n° 42064.
Type : Solokha I.
État de conservation : fragment d’anse, au niveau de la jonction inférieure, avec impression digitale. H. max. cons. : 4,5. Anses en ruban épaissi, à section elliptique, avec impression digitale à la base.
Surface ext., int. et fracture orange noisette (7.5YR7/6-10YR6/4).
Inclusions : argile dépurée, avec inclusions blanches et noirâtres de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, distribuées d’une manière non homogène. Mica argenté de dimensions petites et moyennes, à fréquence très basse. Vacuoles.
Observations et comparaisons : étant donné la caractéristique de l’impression digitale à la base de l’attache inférieure, le fragment est probablement à attribuer à une amphore du groupe Solokha I. Pour le type, voir la fiche précédente.
Chronologie : non déterminable.

Pl. XXVIII. Felsina

3. Analyse des données

23Les amphores commerciales provenant des fouilles de Bologne que nous avons eu la possibilité d’étudier ne peuvent pas être considérées comme représentatives, du point de vue de la quantité, des importations qui ont dû réellement parvenir dans la ville et du rôle de caput Etruriae qui lui est reconnu aussi par les sources littéraires de l’Antiquité.

  • 5 Pour l’habitat étrusque de Bologne : Taglioni 1999 (où sont rassemblées toutes les données disponib (...)

24Cela dépend sans aucun doute de l’état de la documentation et des fouilles du site, qui a connu une continuité d’occupation depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours et pour lequel les recherches ont porté presque exclusivement sur les aires des nécropoles5. Une confirmation de la coutume qui semble caractériser les cultures grecques ou d’influence culturelle grecque à partir du vie s. tardif et pendant le courant du ve s. av. J.-C. (Colonna 1985) vient de la constatation qu’aucune tombe parmi les milliers de cette phase fouillées à Bologne n’a restitué d’amphores commerciales dans son mobilier. La documentation amphorique de Bologne vient exclusivement du petit secteur d’habitation récemment fouillé dans la Via Santa Caterina (Baldoni, Morico, Pini 2007), où, sur la base de ce qui a été publié, on ne peut signaler qu’un seul individu (cat. FE6), et de l’aire de l’acropole de Villa Cassarini, d’où j’ai pu repérer une cinquantaine de fragments attribuables à douze individus (cat. FE3, FE5, FE7-FE16). À la même aire de l’acropole on peut également rattacher les trois fragments d’amphores provenant des fouilles de Viale Aldini, dans le secteur de l’habitat situé sur les pentes de la Villa Cassarini (cat. FE1-FE2, FE4). Les amphores qui proviennent de l’aire de l’acropole ont été trouvées à l’occasion de différentes interventions de fouille (en 1907, en 1912, en 1964 et surtout en 1973) sur lesquelles on dispose d’une documentation particulièrement problématique ne permettant pas l’utilisation des contextes pour déterminer la datation des amphores. Compte tenu des typologies documentées, parmi lesquelles les amphores du groupe Solokha I dans la forme initiale de la série (cat. FE7-FE16) sont prédominantes, je pense que le matériel que j’ai pu sélectionner se réfère à un contexte datable entre la deuxième moitié du ve et le début du ive s. av. J.-C., en conformité avec cette typologie amphorique qui n’a pas fait son apparition avant le milieu du ve s. av. J.-C. Sont enfin documentées la production nord-égéenne, représentée par un seul individu, datable des années de transition entre le ve et le ive s. (cat. FE5), et la production occidentale des amphores « corinthiennes B », elle aussi documentée par un unique individu, dont la forme est génériquement datable entre le deuxième et le dernier quart du ve s. av. J.-C. (cat. FE3). La seule amphore provenant de l’habitat est attribuable au groupe Samos-Milet et peut être datée, sur la base aussi du contexte, entre la fin du vie et le début du ve s. av. J.-C. (cat. FE6). Les trois fragments trouvés dans le secteur d’habitat situé sur les flancs de l’acropole, mais considérés comme provenant de l’acropole, sont à rattacher au type corinthien A/A’ du ve s. av. J.-C. (cat. FE1-FE2) et à la production nord-égéenne de la fin de ce siècle (cat. FE4).

Notes

1 Concernant l’identification de l’Acropole de Felsina avec les vestiges mis au jour sur les terrains de l’ancienne Villa Cassarini, voir la synthèse de C. Taglioni (Taglioni 1999, p. 63), avec bibliographie. Sur Bologne étrusque, consulter de façon générale Sassatelli, Donati 2005, avec références bibliographiques.

2 Sur les fouilles de 1906-1907, il n’existe que quelques rapports manuscrits d’E. Brizio, conservés aux Archives du Musée Civique Archéologique de Bologne (Sassatelli 1986, note 60), dont R. Pettazzoni a publié un bref compte rendu (Pettazzoni 1917, cc. 221-308). La documentation des fouilles de ces années-là a été ensuite réexaminée par A. Ammirati et G. Morico (Ammirati, Morico 1984, p. 72-99). Pour la campagne de fouille de courte durée de 1963, voir Gualandi 1970, p. 54-58 ; pour l’intervention plus importante de 1973, cf. notamment Gualandi 1975, p. 316-345.

3 À propos des difficultés concernant la restitution planimétrique et architecturale des structures du sanctuaire, voir Sassatelli 1986, p. 38-41.

4 Sur les ex-voto de la Villa Cassarini, voir en général Gualandi 1974. Pour les inscriptions de caractère votif documentées dans la Villa Cassarini, Sassatelli 1986, p. 39.

5 Pour l’habitat étrusque de Bologne : Taglioni 1999 (où sont rassemblées toutes les données disponibles jusqu’à cette date) ; Baldoni, Morico, Pini 2007 ; Calastri, Desantis 2011 (pour la publication des fouilles plus récentes). Les nécropoles étrusques de la ville ont été étudiées à partir de la seconde moitié du xixe s. et ont fait l’objet de plusieurs Thèses de Doctorat, mais elles restent fondamentalement inédites à l’exception de la nécropole Arnoaldi (Macellari 2002). Pour une vision d’ensemble des connaissances concernant Bologne étrusque, on renvoie à Sassatelli, Donati 2005, avec bibliographie, et Malnati 2011.

Table des illustrations

Titre Fig. 85. Plan de la ville de Bologne.
Légende En orange le secteur concerné par l’occupation d’époque felsinienne. Au n° 9 l’acropole de Villa Cassarini
Crédits (© Museo Civico Archeologico di Bologna).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1259/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 86. Bologne, Villa Cassarini, planimétrie de la fouille Gualandi
Crédits (d’après Gualandi 1975, fig. 1).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1259/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende PI. XXVII. Felsina.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1259/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 87. Bologne, Villa Cassarini, col d’amphore du groupe Solokha I.
Légende Cat. FE11
Crédits (photo F. Sacchetti).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1259/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Pl. XXVIII. Felsina
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1259/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search