Version classiqueVersion mobile

Les amphores grecques dans le nord de l’Italie

 | 
Federica Sacchetti

Deuxième partie. Les amphores grecques de l’Italie du nord

Chapitre 2. Spina : les nécropoles de Valle Trebba et de Valle Pega et l’habitat de Valle Lepri di Comacchio (prov. de Ferrare)

Texte intégral

1. Bilan des études

  • 1 Pour les nécropoles de Spina : Negrioli 1924, p. 279-322 ; id. 1927, p. 143-198 ; Aurigemma 1936 ; (...)
  • 2 Sur les campagnes de fouilles des années 1924 et 1925, voir Negrioli 1924, p. 279-322 et Negrioli 1 (...)
  • 3 On trouvera une synthèse des fouilles de la nécropole de Valle Pega et des autres interventions réa (...)

1La découverte du site de Spina (fig. 69) est liée aux travaux d’assainissement hydraulique et d’aménagement agricole des bassins lagunaires ou ’valli’ de Comacchio (fig. 81), entrepris par l’État italien après la première guerre mondiale. Le site fut localisé en 1922, lors de la découverte des premières tombes de la nécropole septentrionale de la cité, à Valle Trebba1, l’une des ‘valli’ septentrionales de Comacchio. Les fouilles, qui se déroulèrent principalement entre 1922 et 1935 sous la direction d’A. Negrioli d’abord puis sous celle de S. Aurigemma, permirent de découvrir 1213 tombes et d’ouvrir le Musée Archéologique National de Spina à Ferrare2. En 1962, s’ajouta la découverte de 198 nouvelles tombes dans la même nécropole ; parallèlement, les fouilles menées dans l’autre nécropole de Spina, située au sud de Valle Pega, où, dès 1954, s’était portée l’attention des fouilleurs, P. E. Arias puis N. Alfieri, avaient mis au jour 2650 tombes3.

  • 4 Pour le mobilier publié, cf. Aurigemma 1960 ; Aurigemma 1965. On trouvera quelques informations gén (...)

2Les tombes des nécropoles de Spina, dont on déplore encore aujourd’hui l’absence d’une publication d’ensemble, sont célèbres pour la richesse des objets d’importation, tant d’Étrurie que de Grèce4. On dénombre plus de cent cinquante amphores commerciales provenant des 4061 tombes des nécropoles de Valle Trebba et de Valle Pega. La plus grande partie des amphores publiées appartient à des mobiliers datables entre le ive et le iiie s. av. J.-C., tandis que huit seulement (dont six venant de la nécropole de Valle Trebba et deux de celle de Valle Pega) se rapportent à la période comprise entre le ve et le début du ive s. av. J.-C.

  • 5 Pour l’habitat de Spina : Alfieri 1959a, p. 31 ; Id. 1959b, p. 89-102 ; Uggeri, Uggeri Patitucci 19 (...)
  • 6 Pour les recherches géomorphologiques qui ont conduit à la localisation de l’habitat de Spina, voir (...)

3À partir de 1956, fut entreprise la prospection de l’habitat5 qui fut partiellement localisé et ultérieurement fouillé grâce à N. Alfieri et aux recherches géomorphologiques de S. Patitucci Uggeri et de G. Uggeri (fig. 82). Dès le départ, il fut évident que les recherches devaient se concentrer sur les terres qui étaient émergées à l’époque antique, en d’autres termes, soit les dunes fluvio-maritimes des littoraux préromains qui avaient déjà servi de fil conducteur pour le repérage des divers noyaux de la nécropole de Valle Pega, soit les tertres fluviaux, tous deux décelables sur les photographies aériennes contemporaines de l’assainissement hydraulique des ’valli’ et précédant la bonification agraire. Ce fut un tertre fluvial, constitué d’un bras-mort antique du delta correspondant au Padovetere (ou Padiverio) dont parlent les sources médiévales - le fleuve Spinete des sources antiques -qui retint l’attention pour la recherche de l’habitat6. Les fouilles de 1956 ont reporté à la lumière sur le bord oriental de Valle Lepri un système de fondation de pala-fittes, témoignage d’une installation humaine du ive s. av. J.-C., ainsi qu’un canal rectiligne d’une quinzaine de mètres de largeur, provenant du Padovetere et dirigé vers l’est, que l’on interpréta comme un ouvrage hydraulique réalisé à l’époque étrusque pour faciliter les liaisons entre la ville et la côte. Le centre habité principal, découvert plus tard grâce aux travaux d’assainissement de l’ensemble de la Valle du Mezzano, fut décelé à l’angle nord-oriental de cette ‘valle’ et se situait dans la Valle Lepri.

Fig. 81. Carte hydrographique de la zone de Spina à l’époque protohistorique

Fig. 81. Carte hydrographique de la zone de Spina à l’époque protohistorique

(d’après Patitucci Uggeri, Uggeri 1993, fig. 16).

Fig. 82. Plan de l’habitat de Spina avec l’emplacement des zones fouillées

Fig. 82. Plan de l’habitat de Spina avec l’emplacement des zones fouillées

(d’après Patitucci Uggeri, Uggeri 1993, fig. 17).

  • 7 Voir à ce propos, en dernier, Harari 2003, notamment p. 21 et n. 20, avec références bibliographiqu (...)

4La cité ne fut donc pas construite sur la bande de dunes côtières d’époque étrusque, incontestablement trop exposées, mais sur une ligne de tertres dont la position, plus en arrière, était nettement plus favorable. En effet, le site se dressait au confluent d’un cours d’eau secondaire provenant du sud-ouest et du bras du Pô de Spina (ou Padovetere) cité par les sources antiques, pour contrôler à la fois la mer qui était à environ 3,5 km (les vingt stades du Pseudo-Scylax) et les deux voies fluviales qui permettaient la liaison respectivement avec la région des Apennins au sud-ouest, et avec la plaine du Pô au nord-ouest. Selon l’interprétation de G. Colonna, la fondation de Spina vers la fin du vie s. av. J.-C., lorsque Athènes, concurrençant sa rivale Égine, commença également à s’intéresser à la Haute Adriatique, doit être considérée comme une réponse des Étrusques de la plaine du Pô à la présence grecque de plus en plus massive et organisée sur les côtes de la Plaine Padane, au-delà du territoire qu’ils contrôlaient. Les Étrusques auraient donc fondé Spina pour « s’emparer des commerces du Caput Adriae » (Colonna 1974, p. 21), c’est-à-dire de la Haute Adriatique, et pour ne pas perdre ce rôle d’intermédiaires commerciaux entre le monde grec d’une part et celui des Celtes transalpins de l’autre, rôle qu’ils détenaient désormais depuis longtemps et qui dérivait étroitement du contrôle du territoire même de la Plaine Padane7. La chronologie des premières importations de céramique grecque de Spina, de production attique à figures noires et datées entre 540 et 520 av. J.-C. (Berti 1985, p. 194 ; Lippolis 2000, p. 111 ; Bruni 2004, p. 84), a plus récemment suggéré de situer la fondation de la ville autour de 540 av. J.-C. (Malnati, Manfredi 1991, p. 155).

5S’agissant des amphores commerciales, S. De Luca De Marco a étudié celles des nécropoles dont elle a publié quatre-vingt-quinze exemplaires entiers sur plus de cent cinquante retrouvés (De Luca De Marco 1979, p. 571, n. 1). Sur ces quatre-vingt-quinze exemplaires, quatre seulement sont datables avant le tournant du ve au ive s. av. J.-C. Plus récemment, P. Desantis (Desantis 1993 ; Ead. 1996) publie deux autres amphores du ve s. av. J.-C.pro-venant de la nécropole de Valle Trebba.

6Les amphores archaïques tardives et classiques provenant des fouilles de l’habitat sont plus nombreuses et leur étude a été confiée à P. Desantis (Desantis 1989).

7Une quarantaine d’amphores déjà publiées sont prises ici en considération pour leur éventuel encadrement chronologique entre la deuxième moitié du vie et le début du ive s. av. J.-C. Dans le catalogue qui suit, elles sont identifiée par le sigle ‘SP’.

2. Catalogue

Amphore corinthienne de type A’

8SP1 (pl. VIII)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55000.
État de conservation : partie de la lèvre, du col ainsi que la moitié supérieure d’une anse reconstituées à partir de deux fragments. H. max. cons. : 11. Lèvre à marli, oblique, à section trapézoïdale. Diam. restituable embouchure : 16. Col évasé. Anses obliques légèrement rentrantes, « a bastoncello », à section circulaire.
Surface ext., int. et fracture : beige rosé (7.5YR7/4).
Inclusions : inclusions blanches, rouges et grises, dont quelques-unes de grandes dimensions.
Observations et comparaisons : attribuée à la production corinthienne A’ par P. Desantis, et datée du milieu du ve s. av. J.-C. Une datation dans le courant de la première moitié du ve s. av. J.-C. est suggérée par la position des anses, dont la courbure n’est pas encore écrasée par la lèvre. Pour le type, Morter, Leonard 1998, fig. 17. 3 (variantes datables avant 450 av. J.-C.). Pour la forme, Cavalier 1985, fig. 4.a-b (datables de la première moitié du ve s. av. J.-C. sur la base de parallèles avec des exemplaires de l’Agora d’Athènes, pour lesquels cf. Lawall 1995, p. 65 et n. 42).
Chronologie : 500-450 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 103-104, 117, n° 1, pl. I, 1.

Amphores gréco-occidentales

9SP2 (pl. VIII)
Lieu de découverte : Valle Trebba, Comacchio.
Inventaire n° 45049.
Structure : Tombe 603.
Type : corinthienne B.
État de conservation : entière. H. : 40,2 ; diam. embouchure : 13,7. Lèvre en échine. Col évasé, légèrement concave, avec une cannelure au-dessous de la lèvre. Anses verticales, en ruban épaissi, à section elliptique. Épaule aplatie. Corps piriforme, panse légèrement carénée. Pied en bouton, arrondi en bas.
Observations et comparaisons : attribuée par S. De Luca De Marco à la production corinthienne du type B et datée vers le milieu du ve s. av. J.-C. sur la base de confrontations avec des exemplaires athéniens (Grace 1953, n. 3, p. 108-109, n° 164-166). Pour le type, Koehler 1978a, fig. 2.b, et Ead. 1981, fig. 1.a, pl. 99.b-c, datable entre la fin du vie et le troisième quart du ve s. av. J.-C. (Lawall 1995, p. 72). Une datation dans la première moitié du ve s. av. J.-C. a été proposée pour l’amphore en question par D. Baldoni, suggérée par le mobilier, qui comprenait de la céramique attique datable du premier et du deuxième quart du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 500-450 av. J.-C.
Bibliographie : De Luca De Marco 1979, p. 572, pl. I, n° 1; Baldoni 1984, p. 48-49, fig. 19.

10SP3 (pl. IX)
Lieu de découverte : Valle Trebba, Comacchio.
Sporadique.
Type : corinthienne B.
État de conservation : amphore commerciale entière.
Lèvre en échine. Col évasé, légèrement concave, avec une cannelure au-dessous de la lèvre. Anses verticales, en ruban épaissi, à section elliptique. Épaule aplatie. Corps piriforme, à panse légèrement carénée. Pied en bouton, arrondi en bas et légèrement épaissi.
Observations et comparaisons : attribuée par S. De Luca De Marco à la production corinthienne du type B et datée vers le milieu du ve s. av. J.-C. sur la base de parallèles avec des exemplaires athéniens (Grace 1953, n. 3, p. 108-109, n° 164-166). Pour le type nous renvoyons à la fiche précédente. Une datation dans la première moitié du ve s. av. J.-C. est aussi suggérée par les confrontations avec des exemplaires provenant de contextes funéraires d’Adria (cat. AD3 e AD6).
Chronologie : 500-450 av. J.-.C.
Bibliographie : De Luca De Marco 1979, p. 572, pl. I, 2.

11SP4 (pl. IX)
Lieu de découverte : Valle Trebba, Comacchio.
Inventaire n° 45085.
Structure : Tombe 267.
Type : corinthienne B.
État de conservation : entière. Dimensions : non repérées. Lèvre en échine. Col légèrement évasé et concave, avec une cannelure au niveau de la jonction des anses. Anses verticales, en ruban épaissi. Épaule aplatie. Corps piriforme, à panse carénée dans sa partie inférieure. Pied en bouton, au profil caréné, arrondi en bas et creux à l’intérieur.
Appareil épigraphique : « signe en forme de croix » orthogonal (Sacchetti 2010, p. 38-41, n° 1, pl. I, 1).
Observations et comparaisons : attribuée par P. Desantis à la production corinthienne B et datée avant le milieu du ve s. av. J.-C. sur la base de confrontations et du contexte. Pour le type, voir cat. SP2. Le contexte de la découverte de l’exemplaire (enregistré comme sporadique mais attribué par P. Desantis à la Tombe 267 de Valle Trebba) comprend de la céramique attique datée du deuxième quart du ve s. av. J.-C. (Patitucci 1971, p. 6, pl. 5, 5).
Chronologie : 480-450 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1993, p. 159, note 19-20, fig. 1, n° 2 ; Ead. 1996, p. 353, n. 7, fig. 1, 2 ; Sacchetti 2010, p. 38-41, n° 1, pl. I, 1.

12SP5 (pl. X)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio
Inventaire n° 55033.
Type : corinthienne B.
État de conservation : amphore commerciale, conservée pour sa partie supérieure, de la lèvre jusqu’à une partie de l’épaulement, avec le segment supérieur des anses, reconstituée à partir de nombreux fragments. H. max. cons. : 11,5. Lèvre en échine, ouverte. Diam. embouchure : 12. Col cylindrique, avec une cannelure au niveau de la jonction supérieure des anses. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. Surface ext., int. et fracture : jaune pâle à reflets verdâtres (10YR8/2).
Inclusions : pâte riche en inclusions de petites dimensions. Engobe : engobe jaune pâle, poudreux au toucher.
Observations et comparaisons : attribuée par P. Desantis à la production corinthienne du type B et datée du milieu du ve s. av. J.-C. Pour le type, datable entre la fin du vie et le troisième quart du ve s. av. J.-C., cf. cat. SP2 ; pour la forme, Di Sandro 1981b, p. 7, fig. 1, 3.2.
Chronologie : 480-425 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 104, 117, n° 3, pl. I, 3.

13SP6 (pl. X)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55032.
Type : corinthienne B.
État de conservation : amphore commerciale, conservée pour sa partie supérieure, de la lèvre jusqu’à une partie de l’épaulement, y compris les anses, l’une fragmentaire. H. max. cons. : 13. Lèvre en échine, ouverte, se terminant par un secteur aplati et ouvert. Diam. embouchure : 15. Col cylindrique, qui présente une cannelure au niveau de la jonction supérieure des anses. Anses obliques rentrantes, en ruban épaissi, à section elliptique.
Surface ext. : jaune pâle à reflets verdâtres (10YR8/2).
Surface int. : jaune pâle à reflets verdâtres (10YR8/2).
Fracture : jaune pâle à reflets verdâtres (10YR8/2).
Inclusions : pâte riche en inclusions de petites dimensions.
Engobe : engobe jaune pâle, poudreux au toucher.
Appareil épigraphique : sur le col, entre les anses, la lettre ny (Sacchetti 2010, p. 41-44, n° 2, pl. II, 2).
Observations et comparaisons : voir la fiche précédente.
Chronologie : 480-425 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 104, 117, n° 4, pl. I, 4.

14SP7
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55035.
Type : corinthienne B.
État de conservation : partie de la lèvre et du col reconstituée à partir de deux fragments. H. max. cons. : 10. Lèvre en échine. Diam. restituable embouchure : 12. Col avec une cannelure au-dessous de la lèvre et à la jonction de l’épaule.
Surface ext., int. et fracture : jaune pâle à reflets verdâtres (10YR8/2).
Inclusions : pâte riche en inclusions de petites dimensions.
Engobe : engobe jaune pâle, poudreux au toucher.
Observations et comparaisons : on renvoie à cat. SP5.
Chronologie : 480-425 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 104, 117, n° 5.

15SP8
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55036.
Type : corinthienne B.
État de conservation : fragment de lèvre avec un court segment du col. H. max. cons. : 4,5. Lèvre en échine. Diam. restituable embouchure : 14. Col avec double cannelure immédiatement au-dessous de la lèvre.
Surface ext., int. et fracture : jaune pâle à reflets verdâtres (10YR8/2).
Inclusions : pâte riche en inclusions de petites dimensions.
Engobe : engobe jaune pâle, poudreux au toucher.
Observations et comparaisons : on renvoie à cat. SP5.
Chronologie : 480-425 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 104, 117-118, n° 6.

16SP9
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55038.
Type : corinthienne B.
État de conservation : fragment de lèvre et col avec un segment d’une anse. H. max. cons. : 10. Lèvre en échine. Diam. restituable embouchure : 14. Col avec une cannelure immédiatement au-dessous de la lèvre. Anses en ruban épaissi.
Surface ext., int. et fracture : jaune pâle à reflets verdâtres (10YR8/2).
Inclusions : pâte riche en inclusions de petites dimensions.
Engobe : engobe jaune pâle, poudreux au toucher.
Observations et comparaisons : on renvoie à cat. SP5.
Chronologie : 480-425 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 104, 118, n° 7.

17SP10 (pl. X)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55045.
Type : corinthienne B.
État de conservation : deux fragments du pied et du fond de la panse. H. max. cons. : 10. Corps vraisemblablement globulaire. Pied en bouton, légèrement creux à l’intérieur, qui présente une encoche à la jonction de la panse. Diam. max. restituable : 5.
Surface ext., int. et fracture : jaune-verdâtre (10YR8/2).
Inclusions : inclusions de petites dimensions à fréquence haute.
Engobe : engobe jaune pâle, poudreux au toucher.
Observations et comparaisons : attribué par P. Desantis à la production corinthienne B. La morphologie du pied, du type tronconique encore bref, et du fond de la panse, ample et arrondi, suggèrent une chronologie entre le second et le troisième quart du ve s. av. J.-C. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 2.b ; Ead. 1981, fig. 1.a, pl. 99.c. ; Lawal 1995, p. 72.
Chronologie : 480-425 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 118, n° 8, pl. II, 1.

18SP11 (pl. X)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55043.
Type : corinthienne B.
État de conservation : pied et une partie du fond de la panse. H. max. cons. : 10. Corps vraisemblablement globulaire. Pied en bouton, creux à l’intérieur, avec une encoche à la jonction de la panse. Diam. max. restituable : 4,3.
Surface ext., int. et fracture : beige rosé (7.5YR8/4).
Inclusions : inclusions grises, de dimensions moyennes à basse fréquence.
Engobe : engobe rosé, poudreux au toucher.
Observations et comparaisons : voir la fiche précédente.
Chronologie : 480-425 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 118, n° 9, pl. II, 2.

19SP12 (pl. X)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55081.
Type : corinthienne B.
État de conservation : fragment de lèvre avec un bref segment du col. Dimensions max. fr. : 3,9 x 4,3. Lèvre en échine, avec une fine cannelure à la base.
Surface ext., int. et fracture : blanchâtre (10YR8/2).
Inclusions : pâte sableuse.
Engobe : engobe de consistance farineuse au toucher. Observations et comparaisons : P. Desantis propose d’assigner cet exemplaire à la production des amphores massaliètes, et plus exactement au type Py 6 (Py 1980, p. 14-15, fig. 9). Cependant, dans la description de la pâte, les grosses écailles de mica typiques de cette production ne sont pas mentionnées et la morphologie de cette lèvre semblerait rappeler les amphores de production corinthienne type B du ve s. av. J.-C. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 2.b-c.
Chronologie : 480-400 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 113, 120, n° 40, pl. VII, 6.

20SP13 (pl. X)
Lieu de découverte : Valle Trebba, Comacchio.
Sporadique.
Type : corinthienne B.
État de conservation : entière. Dimensions : non repérées. Lèvre en échine, ouverte. Col évasé, légèrement concave, avec double cannelure au-dessous de la lèvre. Épaule arrondie. Corps ovoïde, à panse légèrement carénée. Anses obliques rentrantes, en ruban épaissi, à section elliptique. Pied en bouton, arrondi en bas.
Observations et comparaisons : définie par S. De Luca De Marco comme corinthienne B et située chronologiquement entre la fin du ve et la première moitié du ive s. av. J.-C. sur la base de la confrontation avec Grace 1953, n. 3, n° 107, pl. 34, datée du dernier quart du ve s. av. J.-C. et, d’après la spécialiste qui a publié l’amphore de Spina, aux caractères morphologiques plus archaïsants par rapport à l’exemplaire en question. Toutefois, la forme ovoïde du corps, non encore élancé, ainsi que la morphologie du pied, non encore fuselé jusqu’à prendre une forme véritablement pointue, suggèrent de ne pas baisser la datation au-delà de la fin du ve s. av. J.-C. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 2.c ; et Lawall 1995, fig. 17, du dépôt 19 :9 de l’Agora fermé vers 410 av. J.-C.
Chronologie : 425-400 av. J.-C.
Bibliographie : De Luca De Marco 1979, p. 572-573, pl. I, 3.

21SP14 (pl. XI)
Lieu de découverte : Valle Trebba, Comacchio.
Inventaire n° 45974.
Sporadique.
Type : corinthienne B.
État de conservation : entière. Dimensions : non repérées. Lèvre du type en échine. Col cylindrique. Épaule arrondie. Corps ovoïde allongé. Anses en ruban épaissi, obliques et rentrantes. Pied en bouton arrondi.
Appareil épigraphique : marque en forme de trident (Sacchetti 2010, p. 44-45, n° 3, pl. I, 3).
Observations et comparaisons : attribuée par P. Desantis à la production corinthienne B et datée entre 420 et 390 av. J.-C. sur la base de confrontations avec Koehler 1979, p. 36, 185, pl. 39, n° 233-237, et pl. 40, n° 239. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 2.c., datable du dernier quart du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 425-400 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1993, p. 159, notes 22-23, fig. 1, n° 3 ; Ead. 1996, fig. 1, 3 ; Sacchetti 2010, p. 44-45, n° 3, pl. I, 3.

22SP15 (pl. XI)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55054.
Type : « forme 1 α ».
État de conservation : fragment de lèvre et col. H. max. cons. : 5,8. Lèvre en bourrelet gonflé. Diam. restituable embouchure : 14,4. Col cylindrique, avec une rainure au-dessous de la lèvre.
Surface ext., int. et fracture : gris clair (10YR8/3).
Inclusions : pâte sableuse riche en écailles de mica de petites dimensions.
Observations et comparaisons : P. Desantis propose d’attribuer cet exemplaire à la production des amphores massaliètes, et plus exactement au type Py 6 (pour lequel cf. Py 1980, p. 14-15, fig. 9).
Sur la base du dessin publié on propose sa possible attribution au groupe « corinthien B archaïque » Pour le type, Koehler 1981, pl. 99, a. Les amphores de ce groupe sont datables entre les débuts du vie et les débuts du ve s. av. J.-C. Étant donné la chronologie du site de Spina, la limite chronologique la plus haute de cet exemplaire ne pourra remonter avant le milieu du vie s. av. J.-C.
Chronologie : 550-490 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 113, 120, n° 36, pl. VII, 2.

23SP16 (pl. XI)

24Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55055.
Type : « forme 1 α ».
État de conservation : fragment de lèvre et col. H. max. cons. : 5. Lèvre en bourrelet gonflé, aplatie au-dessus. Diam. restituable embouchure : 15. Col cylindrique ayant une profonde cannelure immédiatement au-dessous de la lèvre. Surface ext., int. et fracture : gris clair (10YR6/2).
Inclusions : pâte sableuse riche en écailles de mica de dimensions petites et moyennes.
Observations et comparaisons : voir la fiche précédente.
Chronologie : 550-490 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 113, 120, n° 37, pl. VII, 3.

25SP17 (pl. XI)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55079.
Type : « forme 1 α ».
État de conservation : fragment de lèvre avec un court segment du col. H. max. cons. : 3,8. Lèvre en bourrelet gonflé. Diam. restituable embouchure : 14,5. Col avec une cannelure immédiatement au-dessous de la lèvre.
Surface ext., int. et fracture : gris (10YR7/4).
Inclusions : pâte riche en inclusions et écailles de mica.
Observations et comparaisons : voir cat. SP15.
Chronologie : 550-490 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 113, 120, n° 38, pl. VII, 4.

26SP18 (pl. XI)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55082.
Type : « forme 1 α ».
État de conservation : fragment de lèvre avec un court segment du col. H. max. cons. : 3,5. Lèvre en bourrelet gonflé, aplatie au-dessus. Diam. restituable embouchure : 14. Col avec une cannelure au-dessous de la lèvre.
Surface ext., int. et fracture : grisâtre (10YR7/2).
Inclusions : pâte riche en inclusions et écailles de mica.
Observations et comparaisons : on renvoie à cat. SP15.
Chronologie : 550-490 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 113, 120, n° 39, pl. VII, 5.

27SP19 (pl. XI)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55052.
Type : « forme 2 ».
État de conservation : fragment de lèvre et col avec la jonction d’une anse. H. max. cons. : 6,7. Lèvre en bourrelet gonflé, ouverte, avec un léger ressaut à la base. Diam. restituable embouchure : 13, 5.
Surface ext., int. et fracture : rosée (7.5YR8/4).
Inclusions : pâte à consistance compacte avec de nombreuses écailles de mica de petites dimensions.
Engobe : engobe clair.
Observations et comparaisons : attribuée par P. Desantis au type Py 3 de la production massaliète et datée vers le milieu du ve s. av. J.-C. Sur la base du dessin publié, je proposerais son appartenance au type Py 1 (Py 1980, p. 5-6, fig. 3.1, 3), datable entre la seconde moitié du vie et le premier quart du ve s. av. J.-C. (Sourisseau 1997, I, p. 29-30).
Chronologie : 550-475 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 113, 120, n° 34, pl. VII, 1.

28SP20
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55053.
Type : « forme 2 ».
État de conservation : fragment de lèvre et col avec la jonction d’une anse. H. max. cons. : 4. Lèvre en bourrelet gonflé, avec un fin ressaut à la base. Diam. restituable embouchure : 12. Anses en ruban épaissi, à section elliptique.
Surface ext., int. et fracture : brun rosé (5YR6/6).
Inclusions : pâte à consistance compacte avec de nombreuses écailles de mica.
Observations et comparaisons : attribuée par P. Desantis au type Py 3 de la production massaliète et datée vers le milieu du ve s. av. J.-C. Le dessin du fragment n’a pas été publié mais il est défini par P. Desantis comme semblable en tous points à celui de la fiche précédente, à laquelle on renvoie pour les considérations de caractère typologique et chronologique.
Chronologie : 550-475 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 113, 120, n° 35.

Amphores de l’Égée septentrionale

29SP21 (pl. XII)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55024.
Type : Middle Mendean Variant Lawall.
État de conservation : pied complet. H. max. cons. : 5,7. Pied en bobine, bref, avec base d’appui convexe et ombiliquée. h. : 5,7. Diam. min./max. : 7,2.
Surface ext., int. et fracture : rosée (7.5YR8/4).
Inclusions : mica.
Engobe : engobe blanchâtre.
Observations et comparaisons : attribuée par P. Desantis à la production de Mendé et datée du troisième quart du ve s. av. J.-C. après confrontation avec Anderson 1954, p. 155, fig. 10, 274 f. Pour le type, Lawall 1995, fig. 38.
Chronologie : 450-425 a.C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 110, 120, n° 30, pl. V, 4.

30SP22 (pl. XII)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55016.
Type : Middle Mendean Variant Lawall.
État de conservation : partie supérieure d’amphore, de la lèvre à l’épaulement. H. max. cons. : 22. Lèvre en coin, ouverte, avec la surface extérieure moulurée. Diam. embouchure : 11. Col tronconique, légèrement concave. Anses verticales, en ruban épaissi, à section elliptique, avec des impressions digitales au niveau de la jonction inférieure.
Surface ext., int. et fracture : rosée (5YR6/6).
Inclusions : argile riche en mica.
Engobe : engobe blanchâtre, poudreux au toucher.
Observations et comparaisons : voir la fiche précédente.
Chronologie : 450-425 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 110, 119, n° 27, pl. V, 2.

31SP23 (pl. XII)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55017.
Type : Middle Mendean Variant Lawall.
État de conservation : amphore conservée de la lèvre à l’épaulement. H. max. cons. : 15,5. Lèvre en coin, ouverte, à la surface extérieure moulurée. Diam. embouchure : 10,6. Col tronconique au profil concave. Anses verticales, en ruban épaissi, à section elliptique, avec des impressions digitales au niveau de la jonction inférieure. Épaule fuyante.
Surface ext., int. et fracture : rosée (5YR7/4).
Inclusions : argile avec mica.
Engobe : engobe blanchâtre, poudreux au toucher.
Observations et comparaisons : on renvoie à cat. SP21.
Chronologie : 450-425 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 110, 119, n° 28, pl. V, 1.

32SP24 (pl. XII)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55019.
Type : Middle Mendean Variant Lawall.
État de conservation : partie supérieure d’une amphore, de la lèvre à la jonction du col et de l’épaule, avec les anses incomplètes. H. max. cons. : 13,5. Lèvre en coin, légèrement ouverte. Diam. embouchure : 11,5. Col de forme tronconique, au profil légèrement concave. Anses en ruban épaissi, à section elliptique.
Surface ext. : rougeâtre (5YR6/8).
Surface int. : rougeâtre (5YR6/8).
Fracture : rougeâtre (5YR6/8).
Inclusions : argile riche en mica et avec des vacuoles.
Observations et comparaisons : on renvoie à cat. SP21.
Chronologie : 450-425 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 110, 119-120, n° 29, pl. V, 3.

33SP25 (pl. XII)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55023.
Type : Ring-toe Lawall.
État de conservation : pied avec un morceau de la partie inférieure du corps. H. max. cons. : 14,5. Pied tronconique creux, à base annulaire. Diam. min./max. restituable : 6.
Surface ext. et int. : rosée (7.5YR8/4).
Fracture : gris.
Inclusions : mica fin.
Engobe : engobe beige en surface.
Observations et comparaisons : attribué par P. Desantis à la production samienne du ve s. sur la base de Grace 1971, p. 72. Vu l’apport des recherches plus récentes, on suggère son appartenance à la production nord-égéenne d’époque tardo-archaïque. Pour le type, Lawall 1995, fig. 51 ; pour la forme, Schmid 2001, p. 148, n. 22, pl. 4, datable entre la fin du vie et les débuts du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 525-480 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 107-110, 119, n° 25, pl. IV, 6.

34SP26 (pl. XII)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55026.
État de conservation : pied et fond de la panse. H. max. cons. : 8. Pied tronconique à profil concave et base d’appui en anneau. Diam. min./max. : 5,3.
Surface ext., int. et fracture : rosée (5YR7/4).
Inclusions : inclusions blanches et inclusions noires de petites dimensions.
Engobe : traces d’engobe.
Observations et comparaisons : définie par P. Desantis « attique », selon l’attribution bien connue de V. Grace, et datée de la fin du ve s. av. J.-C. La morphologie de ce pied pourrait plutôt suggérer une production nord-égéenne de la première moitié du ve s. av. J.-C., lorsque le pied court en anneau de la première production évolue vers la forme en bobine courte. Ce stade, qu’on peut rapprocher de la « early mendean variant » de la production de Mendé (Lawall 1995, fig. 37), est datable de la première moitié du ve s. av. J.-C. Pour la forme, Schmid 2001, p. 148, 156, n° 6, pl. 6, n° 6, datable de 460-450 av. J.-C.
Chronologie : 500-450 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 110, 120, n° 33, pl. VI, 3.

35SP27 (pl. XII)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55018.
État de conservation : partie supérieure d’une amphore, de la lèvre à l’épaulement. H. max. cons. : 14,5. Lèvre en coin. Diam. embouchure : 12. Col cylindrique. Anses circulaires, en ruban épaissi, à section elliptique, avec impression digitale au niveau de la jonction inférieure. Surface ext., int. et fracture : rougeâtre (5YR6/6).
Inclusions : pâte à consistance sableuse, avec de petites inclusions blanches, grises et micacées.
Engobe : restes d’engobe blanchâtre.
Observations et comparaisons : P. Desantis propose d’attribuer l’exemplaire à la production chiote de la fin du ve s. av. J.-C., sur la base de la confrontation avec l’exemplaire de la Tombe 642 de Valle Trebba (cf. fiche suivante) et avec Grace 1961, fig. 35, où apparaissent plusieurs amphores datées de la période de la destruction persane. D’après les dessins publiés des deux amphores de Spina on suggère son attribution à la production nord-égéenne. Vu la hauteur encore modérée du col, on propose une datation dans le deuxième quart du ve s. av. J.-C. Pour le type, Grace 1953, fig. 5.161 ; et Lawall 1995, fig. 60-61. L’impression digitale à la base des anses est un trait caractéristique des productions ampho-riques nord-égéennes de la fin du vie et du ve s. av. J.-C. (Blondé, Muller, Mulliez 1991 ; Grandjean 1992 ; Schmid 2001).
Chronologie : 480-450 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 107, 118-119, n° 18, pl. III, 3.

36SP28 (pl. XIII)
Lieu de découverte : Valle Trebba, Comacchio.
Structure : Tombe 642.
Inventaire n° 45011.
Type : Disc-toe Lawall.
État de conservation : entière. Dimensions : non repérés. Lèvre en coin, amincie et ouverte. Col tronconique, légèrement concave. Anses verticales, en ruban épaissi. Épaule fuyante. Corps ovoïde. Pied tronconique plein, à base légèrement convexe et ombiliquée.
Appareil épigraphique : impression circulaire sur un côté du col et marque alpha sur l’autre (Sacchetti 2010, p. 45-46, n° 4, pl. I, 4).
Observations et comparaisons : S. De Luca De Marco et P. Desantis attribuent l’exemplaire à la production chiote. Vu sa morphologie, on propose maintenant son attribution à la production nord-égéenne. Pour le type, Lawall 1995, fig. 58, 66, respectivement du
dépôt F 19 :4 de l’Agora, fermé vers 450 av. J.-C., et du dépôt Q 12 :3, datable entre 520 et 480 av. J.-C. ; Roberts 1986, fig. 43, n° 424 ; Schmid 2001, p. 148, 156, n° 6, pl. 6, 6, daté de 460-450 av. J.-C. Une datation vers le milieu du ve s. av. J.-C. est corroborée aussi par la présence à l’intérieur du mobilier d’une oenochoé attique à figures rouges que Beazley attribue au Peintre de Hasselmann (Arv2, p. 1138, n° 46).
Chronologie : 480-440 av. J.-C.
Bibliographie : De Luca De Marco 1979, p. 575, pl. III, n° 8; Desantis 1993, p. 158, fig. 1, n° 1; Ead. 1996, p. 350, fig. 1, 1; Sacchetti 2010, p. 45-46, n° 4, pl. I, 4.

37SP29 (pl. XIII)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55015.
État de conservation : partie supérieure, de la lèvre à l’épaulement. H. max. cons. : 20,5. Lèvre en cordon. Diam. embouchure : 12,5. Col cylindrique. Anses circulaires, en ruban épaissi, à section elliptique, avec impression digitale au niveau de la jonction inférieure. Épaule fuyante. Surface ext., int. et fracture : rouge (2.5YR6/8).
Inclusions : pâte à consistance sableuse, avec de très fines inclusions blanches et grises et de mica.
Engobe : restes d’engobe blanchâtre.
Observations et comparaisons : P. Desantis attribue l’amphore à la production chiote du troisième quart du ve s. av. J.-C. par confrontation avec Grace 1934, p. 303304, fig. 1.1-2 (la première assignée à Chios, la seconde non classifiée) et avec Grace 1961, fig. 44-45 (attribuées l’une et l’autre à Chios). On suggère une possible attribution de l’exemplaire à la production nord-égéenne de la seconde moitié du ve s. av. J.-C. Pour la forme, Grandjean 1992, fig. 11.71. À cette production renvoie également le détail de l’impression digitale à la jonction inférieure des anses (Blondé, Muller, Mulliez 1991 ; Grandjean 1992 ; Schmid 2001).
Chronologie : 450-400 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 107, 119, n° 19, pl. III, 4.

Amphores de l’Égée orientale

38SP30 (pl. XIII)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55028.
Type : chiote, Swollen-necked, Early bulgy, variante C/1 ou C/2 Knigge-Lawall.
État de conservation : pied complet. H. max. cons. : 7,6. Pied cylindrique creux, à base en anneau épaissi et légèrement replié vers l’intérieur. Diam. min./max. : 5,2.
Surface ext., int. et fracture : rosée (7.5YR7/6).
Inclusions : inclusions blanches, grisâtres, rougeâtre et mica.
Engobe : engobe clair en surface.
Observations et comparaisons : P. Desantis attribue le pied à la production chiote de la fin du vie-début du ve s. sur la base de confrontations avec des exemplaires provenant de contextes de l’Agora (Roberts 1986, p. 67, fig. 42, n° 419-421). Au vu des plus récentes études sur la classification des amphores chiotes, on propose d’attribuer le pied au type de production chiote connu sous le nom de swollen-necked, early bulgy, datable entre le début et le milieu du ve s. av. J.-C. Pour le type, Lawall 1995, fig. 31, sans qu’il soit possible de distinguer entre les variantes C/1 et C/2 ; Dupont 1998, fig. 23.2, d-f ; et de Marinis 1999, p. 266-268, fig. 7. 4-7.
Chronologie : 500-450 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 107, 119, n° 20, pl. IV, 1.

39SP31 (pl. XIII)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55025.
Type : chiote ( ?).
État de conservation : pied et partie du fond de la panse. H. max. cons. : 7,8. Pied tronconique creux, à base en anneau légèrement épaissi. Diam. min./max. : 6.
Surface ext. et int. : chamois rosé (10YR7/3).
Fracture : gris.
Inclusions : inclusions blanches, grisâtres et mica.
Engobe : engobe beige.
Observations et comparaisons : attribuée par P. Desantis à la production chiote de la fin vie-début ve s. av. J.-C. sur la base de confrontations avec des exemplaires de l’Agora d’Athènes (Roberts 1986, p. 67, fig. 42, n° 419-421). On observera, en regardant le dessin publié, qu’une forme aussi évasée du pied s’écarte de la norme dans le cadre de la production de Chios.
Chronologie : non déterminable.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 107, 119, n° 21, pl. IV, 2.

40SP32 (pl. XIII)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55027.
Type : chiote.
État de conservation : pied avec une petite partie du fond de la panse. H. max. cons. : 9. Pied tronconique creux, à base annulaire. Diam. min./max. : 6.
Surface ext. et int. : chamois rosé (5YR7/4).
Fracture : gris.
Inclusions : inclusions blanches et grisâtres, de petites dimensions. Mica.
Engobe : restes d’engobe blanchâtre.
Observations et comparaisons : classée par P. Desantis comme chiote et encadrée dans le ive s. sur la base de confrontations avec des exemplaires de Chios (Anderson 1954, p. 169, fig. 9. 54g). La morphologie du pied peut renvoyer tant aux formes de la première moitié du ive s. av. J.-C. (Cerdá 1987, fig. 124, 623), qu’à celles de la seconde moitié du ve s. av. J.-C. (de Marinis 1999, fig. 7, 8-9 ; Monachov 2003a, pl. 7-8).
Chronologie : non déterminable.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 107, 119, n° 23, pl. IV, 5.

41SP33 (pl. XIV)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55030.
Type : Samos-Milet, S/1 Lawall.
État de conservation : pied avec un morceau de la partie inférieure du corps. H. max. cons. : 10,5. Pied tronconique creux, à base en anneau caréné. Diam. min./max. : 6.
Surface ext. et int. : rouge foncé (2.5YR6/8).
Fracture : gris.
Inclusions : mica à fréquence haute.
Observations et comparaisons : attribué par P. Desantis à la production samienne du ve s. sur la base de la description de V. Grace (Grace 1971, p. 72). La morphologie du pied, du type tronconique creux à base annulaire, autorise maintenant d’encadrer l’amphore de Spina dans la forme tardo-archaïque du type S/1 de la récente classification de M. Lawall. Pour la forme, cf. Roberts 1986, fig.4. 413.
Chronologie : 525-480 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 107-110, 119, n° 26, pl. IV, 7.

42SP34 (pl. XIV)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55005.
Type : Solokha I.
État de conservation : fragment de lèvre, col et anse privée de la jonction inférieure. H. max. fr. : 20,5. Lèvre à marli oblique, à section triangulaire, légèrement ouverte. Diam. restituable embouchure : 18. Col évasé. Anses en ruban épaissi, à section elliptique.
Surface ext., int. et fracture : rouge (5YR6/8).
Inclusions : inclusions blanches et noires de petites dimensions.
Engobe : restes d’engobe superficiel farineux au toucher.
Observations et comparaisons : classée par P. Desantis comme amphore ’attique’ sur la base de V. Grace (Grace 1953, p. 101-102) et datée de la fin du ive s. av. J.-C. L’exemplaire, maintenant attribuable au type Solokha I, peut être daté entre la fin du ve et les débuts du ive s. av. J.-C. à cause de l’inclinaison de la lèvre et des proportions du col et des anses. Pour le type, Lawall 1995, p. 220-221, fig. 90, du dépôt H 13 :4 de l’Agora d’Athènes, fermé vers 390 av. J.-C.
Chronologie : 410-390 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 110, 120, n° 32, pl. VI, 2.

43SP35 (pl. XIV)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55046.
Type : Solokha I ( ?).
État de conservation : anse presque complète, sans la jonction supérieure. H. max. cons. : 16. Anse verticale, en ruban épaissi, à section elliptique, avec une impression digitale au niveau de la jonction inférieure. Surface ext., int. et fracture : rosée (7.5YR8/4).
Inclusions : inclusions blanches et noirâtres de petites dimensions.
Engobe : restes d’engobe rosé poudreux au toucher.
Observations et comparaisons : attribuée par P. Desantis à une amphore corinthienne B d’époque hellénistique sur la base de la confrontation qu’elle a proposée pour le type de marque avec un exemplaire de Gela. La caractéristique de l’impression digitale correspondant à la jonction inférieure de l’anse et son profil pourraient suggérer au contraire l’appartenance de cet exemplaire au type Solokha I. Pour le type, Lawall 1995, p. 220-221, fig. 91-92. Chronologie : non déterminable.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 104-107, 118, n° 16, pl. III, 1.

44SP36 (pl. XIV)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55029.
Type : Solokha I.
État de conservation : pied complet. H. max. cons. : 4. Pied tronconique creux, à base en anneau légèrement épaissi. Diam. min./max. : 6,7.
Surface ext. et int. : rosée (7.5YR8/4).
Fracture : gris.
Inclusions : inclusions blanches, grisâtres et rougeâtres de petites dimensions. Mica.
Engobe : restes d’engobe clair en surface.
Observations et comparaisons : classée par P. Desantis comme amphore chiote. La morphologie et les proportions du pied pourraient toutefois reconduire au stade d’évolution de la fin du ve-milieu du ive s. av. J.-C. de la série Solokha I. Pour le type, Lawall 1995, p. 220221, fig. 90 (datable entre fin du ve et début du ive s. av. J.-C.) ; Zeest 1960, pl. XV, 32 (datées entre la fin du ve et le premier quart du ive s. av. J.-C. dans Brasinskij 1965 et Mancevic 1987 et de la seconde moitié du ive s. av. J.-C. dans Farmakovskiy 1914) ; Cerdâ 1987, fig. 117, 519, et fig. 118, 536 (datables autour du milieu du ive s. av. J.-C.).
Chronologie : 410-350 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 119, n° 22, pl. IV, 3.

45SP37 (pl. XIV)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55022.
Type : Solokha I.
État de conservation : pied avec une grande partie du fond de la panse et une ample portion de l’épaulement. H. max. cons. : 12,5. Pied tronconique creux, à base en anneau légèrement épaissi. Diam. min./max. : 8.
Surface ext., int. et fracture : beige rosé (7.5YR7/6).
Inclusions : inclusions blanches de petites dimensions.
Engobe : restes d’engobe blanchâtre en surface.
Observations et comparaisons : classée par P. Desantis comme amphore chiote. Étant donné son profil et les proportions du pied, l’exemplaire pourrait entrer dans le cadre du type Solokha I. Pour le type, Lawall 1995, fig. 88-89, 93, de dépôts de l’Agora fermés avant la fin du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 119, n° 24, pl. IV, 4.

46SP38 (pl. XIV)
Lieu de découverte : Valle Lepri, Comacchio.
Inventaire n° 55034.
Type : Solokha I.
État de conservation : fragment de lèvre avec un court segment du col et une anse complète. H. max. cons. : 17. Lèvre à marli oblique, de section triangulaire. Diam. restituable embouchure : 15. Col évasé. Anses obliques rentrantes, en ruban épaissi, à section elliptique, avec impression digitale au niveau de la jonction inférieure. Surface ext., int. et fracture : rosée (10YR7/4).
Inclusions : argile à pâte fine et de consistance compacte, avec inclusions blanchâtres de petites dimensions. Observations et comparaisons : défini ’attique’ par P. Desantis et daté de la fin du ve s. av. J.-C. Les proportions générales et l’inclinaison de la lèvre vers l’extérieur, à peine perceptible, permettent aujourd’hui de situer l’exemplaire au début de la série Solokha I, vers le milieu du ve s. av. J.-C. Pour le type, Lawall 1995, p. 220, fig. 88, du dépôt N 7 :3, fermé vers 440 av. J.-C.
Chronologie : autour de 450 av. J.-C.
Bibliographie : Desantis 1989, p. 110, 120, n° 31, pl. VI, 1.

47SP39 (pl. XIV)
Lieu de découverte : Valle Pega, Comacchio.
Sporadique.
Type : Solokha I.
État de conservation : entière. Dimensions : non repérées. Lèvre à marli oblique, de section triangulaire. Col cylindrique, légèrement concave. Anses obliques rentrantes, en ruban épaissi, à section elliptique, avec une impression digitale à la jonction inférieure. Épaule fuyante. Corps ovoïde. Pied tronconique creux, à base en anneau caréné.
Observations et comparaisons : S. De Luca De Marco attribue l’exemplaire à la production chiote après confrontation avec Grace 1953, p. 101, n° 147, pl. 39. Le parallèle établi avec l’exemplaire de l’Agora choisi par S. De Luca De Marco est tout à fait convaincant, mais l’amphore publiée par V. Grace se rapportait à la production ’attique’. L’exemplaire d’Athènes (pour lequel on renvoie en dernier à Lawall 1995, p. 220, fig. 88, d’un contexte fermé vers 440 a.C.) et celui de Spina sont maintenant attribués au type Solokha I, et plus précisément à la forme initiale de la série.
Chronologie : autour de 450 av. J.-C.
Bibliographie : De Luca De Marco 1979, p. 576, pl. III, 9.

48SP40 (pl. XIV)
Lieu de découverte : Valle Pega, Comacchio. Sporadique.
Inventaire n° 40550.
Type : Solokha I.
État de conservation : entière. Dimensions non repérées. Lèvre à marli oblique, à section triangulaire, ouverte et pendante. Col cylindrique, au profil légèrement concave. Anses obliques rentrantes, en ruban épaissi, à section elliptique. Épaule arrondie. Corps ovoïde. Pied en anneau au profil concave et base épaissie.
Observations et comparaisons : définie comme chiote et attribuée aux dernières décennies du ive s. av. J.-C. par S. De Luca De Marco. L’amphore est à rattacher au type Solokha I. La morphologie du pied et surtout de la lèvre, qui pend vers le bas, suggèrent l’attribution de l’exemplaire à la phase évoluée de la production de la série. Sur la base de la comparaison avec les amphores du tumulus de Solokha (Zeest 1960, pl. XIV-XVI, 32) et avec les exemplaires du type N13 de l’épave d’El Sec (Cerdá 1987, fig. 117-118), on propose une datation dans le courant de la première moitié du ive s. av. J.-C.
Chronologie : 400-350 a.C.
Bibliographie : De Luca De Marco 1979, p. 576, pl. III, 10.

3. Analyses des données (graphiques 5-8)

49La plus grande partie des amphores étudiées provient du petit secteur de l’habitat qui a été l’objet de recherches dans la seconde moitié du siècle dernier à Valle Lepri. Huit individus proviennent des aires des nécropoles de Valle Trebba (cat. SP2-SP4, SP13-SP14, SP28) et de Valle Pega (cat. SP39-SP40), fouillées à plusieurs reprises respectivement à partir de 1922 et de 1924 (cf. supra II, 2 § 1) Dans trois cas seulement (cat. SP2, SP4, SP28) il a été possible de remettre les amphores en contexte (respectivement les tombes 603, 267 et 642 de Valle Trebba).

  • 8 La publication très attendue du matériel qui est encore en cours d’étude et la récente reprise des (...)

50Les données quantitatives des amphores de Spina actuellement publiées ne sont certes pas proportionnelles à l’importance et à la fonction du site, qui dans le courant du ve s. av. J.-C. joua le rôle de port principal du système fédéral étrusco-padan8. La documentation dont on dispose aujourd’hui, et qui a été ici reprise, permet en tout cas de faire le point sur une situation que l’on peut considérer comme représentative des importations amphoriques parvenues jusqu’à l’aire méridionale du delta du Pô.

Graphique 5. Spina : tendance des importations d’amphores grecques dans la période examinée

Graphique 5. Spina : tendance des importations d’amphores grecques dans la période examinée

(troisième quart du vie-début du ive s. av. J.-C.).

Graphique 6. Spina : données quantitatives concernant les importations des différents groupes amphoriques pendant toute la période examinée

Graphique 6. Spina : données quantitatives concernant les importations des différents groupes amphoriques pendant toute la période examinée

(troisième quart du vie-début du ive s. av. J.-C.).

51Faute de données provenant des contextes, il est impossible de préciser le moment où les importations amphoriques de Spina ont commencé. Au vu des données typologiques, ce moment peut être en tous cas situé dans le courant de la deuxième moitié du vie s. av. J.-C., en concomitance avec le début des importations de céramique attique vers 540 av. J.-C. (Berti 1985, p. 194-195, fig. 12 ; Lippolis 2000, p. 111 ; Bruni 2004, p. 84). Le pic maximal des importations amphoriques semble se situer dans le deuxième quart du ve s. av. J.-C., ce qui correspond à la phase d’affirmation de l’emporion étrusco-padan méridional. Dans le cas de Spina il n’est pas possible de proposer un parallèle avec les données sur les importations de céramique grecque décorée dans le courant du siècle (Boardman 1979 ; Giudice 2004, fig. 17-20) étant donné la diversité des contextes de provenance : presque exclusivement d’habitat pour les amphores et presque exclusivement funéraire pour la céramique attique.

Graphique 7. Spina : données quantitatives des importations des différents groupes amphoriques entre le troisième quart du vie et le début du ve s. av. J.-C.

Graphique 7. Spina : données quantitatives des importations des différents groupes amphoriques entre le troisième quart du vie et le début du ve s. av. J.-C.
  • 9 Sur la continuité de la fonction économique de Spina dans les courant du ive s. av. J.-C. : Sassate (...)

52Comme le montrent les données de l’habitat (Desantis 1989) et surtout des nécropoles (De Luca De Marco 1979), les importations d’amphores à Spina continuèrent au cours du ive s. av. J.-C., et donc aussi après le changement des équilibres politiques de l’aire padane déterminé par l’invasion celtique des débuts du siècle9.

Graphique 8. Spina : données quantitatives des importations des différents groupes amphoriques entre la fin du vie et la fin du ve s. av. J.-C.

Graphique 8. Spina : données quantitatives des importations des différents groupes amphoriques entre la fin du vie et la fin du ve s. av. J.-C.

53Dans le courant de la seconde moitié du vie s. av. J.-C. les typologies les plus présentes sont constituées par les groupes gréco-occidentaux archaïques (« corinthien B archaïque » et « ionio-massaliète »). Les amphores nord-égéennes peuvent remonter probablement déjà à la période de transition du vie au ve s. av. J.-C. mais sont surtout du ve s. av. J.-C., alors que les amphores gréco-orientales du groupe Solokha I se datent dans la seconde moitié du Ve et au début du ive s. av. J.-C. Presque complètement absentes sont les amphores de Chios, celles du groupe Samos-Milet et les amphores corinthiennes A’, documentées par des présences isolées. Les amphores les mieux attestées au cours du ve s. sont une fois de plus celles de probable production occidentale, maintenant sous la forme dite corinthienne B. Des huit amphores datables du courant du ve s. av. J.-C. provenant des contextes funéraires de Spina, cinq sont du type corinthien B, deux appartiennent au groupe Solokha I et une est attribuée à la production nord-égéenne.

Notes

1 Pour les nécropoles de Spina : Negrioli 1924, p. 279-322 ; id. 1927, p. 143-198 ; Aurigemma 1936 ; id. 1960 ; id.. 1965 ; De Luca De Marco 1979, p. 571-600 ; Berti 1993, p. 33-45 ; Camerin 1993, p. 267-272 ; Desantis 1993, p. 157-181 ; Guzzo 1993, p. 219-229 ; Parrini 1993, p. 273-286 ; Sassatelli 1993, p. 179, 199 ; Desantis 1996, p. 346-372.

2 Sur les campagnes de fouilles des années 1924 et 1925, voir Negrioli 1924, p. 279-322 et Negrioli 1927, p. 143-198 ; pour les interventions successives, voir Aurigemma 1936.

3 On trouvera une synthèse des fouilles de la nécropole de Valle Pega et des autres interventions réalisées par N. Alfieri au cours des mêmes années sur ce site, dans Alfieri 1993, p. 17-18, n. 39, avec bibliographie précédente.

4 Pour le mobilier publié, cf. Aurigemma 1960 ; Aurigemma 1965. On trouvera quelques informations générales sur le mobilier des tombes de Spina, avec références spécifiques aux rares tombes publiées, dans Camerin 1993, p. 267-272 et Parrini 1993, p. 273-286. Les produits des échanges entre Grecs et Étrusques documentés à Spina et sur tout le territoire de la plaine du Pô ont été minutieusement analysés par G. Sassatelli (Sassatelli 1993, p. 189-205).

5 Pour l’habitat de Spina : Alfieri 1959a, p. 31 ; Id. 1959b, p. 89-102 ; Uggeri, Uggeri Patitucci 1974, p. 69-97 ; Alfieri 1981, p. 3-11 ; Berti 1985 ; Alfieri 1987, p. 177-179 ; Id. 1988, p. 283-288 ; Desantis 1989, p. 103-127 ; Uggeri 1991 ; Alfieri 1993, p. 3-18 ; Braccesi, Coppola 1993, p. 71-79 ; Colonna 1993, p. 131-143 ; Malnati 1993, p. 145-177 ; Patitucci Uggeri, Uggeri 1993, p. 21-31 ; Sassatelli 1993, p. 179-217 ; Torelli 1993, p. 53-69.

6 Pour les recherches géomorphologiques qui ont conduit à la localisation de l’habitat de Spina, voir Alfieri 1993, p. 18 et Patitucci Uggeri, Uggeri 1993, p. 21-22.

7 Voir à ce propos, en dernier, Harari 2003, notamment p. 21 et n. 20, avec références bibliographiques.

8 La publication très attendue du matériel qui est encore en cours d’étude et la récente reprise des fouilles de l’habitat permettront évidemment de jeter une lumière nouvelle sur la question des importations amphoriques du site.

9 Sur la continuité de la fonction économique de Spina dans les courant du ive s. av. J.-C. : Sassatelli 1993 ; Id. 2004 ; Id. 2008. Pour la continuité des importations de céramique attique pendant le ive s. av. J.-C. : Curti 1993 ; Guermandi 1998 ; Giudice 2004, p. 184, fig. 21 ; Govi 2006. On rappellera qu’on a fait ici le choix de ne pas traiter de cette phase chronologique qui s’écarte des problématiques historiques et économiques du système étrusco-padan centré sur Bologne/Felsina.

Table des illustrations

Titre Fig. 81. Carte hydrographique de la zone de Spina à l’époque protohistorique
Crédits (d’après Patitucci Uggeri, Uggeri 1993, fig. 16).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 82. Plan de l’habitat de Spina avec l’emplacement des zones fouillées
Crédits (d’après Patitucci Uggeri, Uggeri 1993, fig. 17).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1257/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Pl. VIII. Spina.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1257/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Légende Pl. IX. Spina.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1257/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Pl. X. Spina.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1257/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Pl. X. Spina.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1257/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Pl. XII. Spina.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1257/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Pl. XIII. Spina.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1257/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Pl. XIV. Spina.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1257/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Graphique 5. Spina : tendance des importations d’amphores grecques dans la période examinée
Légende (troisième quart du vie-début du ive s. av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1257/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Graphique 6. Spina : données quantitatives concernant les importations des différents groupes amphoriques pendant toute la période examinée
Légende (troisième quart du vie-début du ive s. av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1257/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique 7. Spina : données quantitatives des importations des différents groupes amphoriques entre le troisième quart du vie et le début du ve s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1257/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 8. Spina : données quantitatives des importations des différents groupes amphoriques entre la fin du vie et la fin du ve s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1257/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search