Version classiqueVersion mobile

Les amphores grecques dans le nord de l’Italie

 | 
Federica Sacchetti

Deuxième partie. Les amphores grecques de l’Italie du nord

Chapitre 1. Le littoral et la chora d’Adria

Texte intégral

1Les recherches effectuées au cours des vingt dernières années ont contribué de manière importante au développement de nos connaissances sur les phases des époques archaïque et classique d’Adria, dont le rôle stratégique dans le cadre de l’Adriatique ressort clairement de la racine commune des termes Adria-as et Adrias-ou utilisés par les Grecs pour définir respectivement la cité et la mer qui lui faisait face.

2Une série d’interventions de fouilles programmées et quelques découvertes occasionnelles ont aussi permis d’identifier quelques sites proches de la cité d’Adria et sans doute reliés à celle-ci. Parmi ces centres, trois, San Basilio di Ariano Polesine, San Cassiano di Crespino et Le Balone di Rovigo, ont restitué des amphores commerciales grecques (fig. 70).

1. Adria (prov. de Rovigo) : les nécropoles et l’habitat (fig. 69)

1.1 Bilan des études

3Adria a été l’un des centres les plus anciens et les plus importants des gros trafics commerciaux qui ont envahi le territoire padan dès la première moitié du vie s. av. J.-C.

  • 1 Sur la question complexe de la plus ancienne présence grecque dans l’Adriatique septentrionale et d (...)

4La fondation d’Adria remonte au début du vie s. av. J.-C., et en tout cas bien avant celle de Spina, non seulement en raison de la précocité de ses premiers contacts commerciaux avec l’aire daunienne (Bonomi 2003, p. 140 n. 1), datables vers la fin du viie et le début du vie s. av. J.-C., et avec le monde grec, dont sont témoins la céramique du corinthien moyen datée de 580-570 av. J.-C. (Bonomi 1991, pl. I, 5-6 ; Ead. 2000a, p. 122) et la céramique attique contemporaine (Bonomi 1991, pl. 35, 1 ; Ead. 1997, p. 32, fig. 20 ; Ead. 2000a, p. 122-123) - donc antérieures d’un demi siècle environ à la documentation de Spina - mais aussi par le fait que ce fut Adria et non pas Spina qui donna son nom au secteur septentrional de la mer sur laquelle donnaient les deux cités portuaires1.

Fig. 69. Carte du Nord de l’Italie.

Fig. 69. Carte du Nord de l’Italie.

Emplacement des sites concernés par les échanges d’amphores commerciales grecques dans le secteur compris entre les Apennins et les Alpes

(F. Sacchetti).

Fig. 70. Carte du delta septentrional du Pô à l’époque protohistorique (en ligne continue le littoral fossile ; en pointillé le littoral actuel).

Fig. 70. Carte du delta septentrional du Pô à l’époque protohistorique (en ligne continue le littoral fossile ; en pointillé le littoral actuel).

Emplacement des sites qui ont livré des amphores grecques

(DAO F. Sacchetti d’après Peretto 1994, fig. 5).

5Le site choisi se trouvait dans une zone particulièrement stratégique du point de vue de l’activité commerciale. La cité, située dans un territoire marécageux et sujet aux divagations du Pô (le Pô d’Adria des sources littéraires), se trouvait à l’époque à 14 kilomètres seulement de la mer et pouvait en même temps disposer des matières premières, des ressources agricoles et de l’élevage offertes par son riche arrière-pays.

  • 2 La présence à Adria de Grecs, et plus particulièrement d’Éginètes, est clairement attestée par la d (...)
  • 3 Pour les composantes ethnolinguistiques d’Adria, identifiées grâce à la documentation épigraphique, (...)
  • 4 C’est vers le milieu du vie s. av. J.-C. que l’on fait remonter les premières attestations de bucch (...)
  • 5 Pour les définitions politico-institutionnelles « Adria emporion » et « Adria polis », cf. en derni (...)
  • 6 Pour la documentation sporadique relative à ces localités du territoire d’Adria cf. De Min, Iacopaz (...)

6D’après les données archéologiques, et en particulier épigraphiques, l’aire d’Adria devait être habitée par des Vénètes et fréquentée dans un but commercial par des Grecs et des Étrusques, qui s’intégrèrent bientôt au tissu social de la cité. Quant aux Grecs, que les inscriptions ont révélé être des Éginètes, on discute encore s’ils étaient organisés en une véritable apoikia, plus précisément celle qui d’après Strabon (VIII, 6, 16) fut envoyée par Égine dans la deuxième moitié du vie s. av. J.-C.2, ou bien s’ils s’étaient simplement insérés dans un emporion déjà actif et préexistant (Braccesi 1977, p. 128-133). En ce qui concerne les Étrusques, il s’agissait probablement de peuples de l’Étrurie méridionale intérieure, en particulier de Volsinii3, dont la présence est attestée par les données archéologiques à partir du milieu du vie s. av. J.-C. et qui furent peut-être remplacés seulement dans le courant du ve s. av. J.-C. par les Étrusques padans4La conséquence de la situation favorable de l’emporion fluvial d’Adria fut l’accroissement démographique et le développement économique de tout le territoire avoisinant. On peut situer vers le dernier quart du vie s. av. J.-C. la transformation d’Adria d’emporion (« Adria I ») en polis (« Adria II »)5. L’un des indices les plus évidents du nouveau statut politico-administratif du site est l’éclosion dans son arrière-pays de plusieurs habitats dont témoignent le plus souvent des trouvailles sporadiques, à Taglio di Po, Borsea, Contarina et Gavello6, et quelquefois une documentation plus consistante dans les cas de l’emporion de San Basilio, du complexe d’habitations de San Cassiano et de la petite nécropole, avec la zone afférente d’habitat, de Le Balone.

  • 7 On fait remonter vers le milieu du vie s. av. J.-C. la datation d’un aryballe globulaire de product (...)

7Les nécropoles découvertes autour de la ville d’Adria sont presque exclusivement datées de l’époque hellénistique et elles ont donc livré principalement des amphores des ive, iiie et iie s. av. J.-C. qui ont été intégralement publiées par A. Toniolo (Toniolo 2000). Les sépultures les plus anciennes, datables de la fin du vie et du ve s. av. J.-C., découvertes occasionnellement dans les différents groupes de nécropoles, ne contenaient pas d’amphores. On ne connaissait qu’une amphore seulement d’Adria appartenant à l’époque tardo-archaïque et provenant probablement d’une des nécropoles, vu qu’elle était conservée intégralement. L’exemplaire, conservé aujourd’hui dans le Musée Archéologique National d’Adria, a été découvert au xixe siècle et intégré dans la collection de la famille Bocchi ; sur le contexte de sa découverte on ne dispose d’aucune information (Cattaneo Cassano 1995 ; Cattaneo 1996, p. 319-321). Ce n’est que vers le milieu des années 1980 que la fouille conduite dans la nécropole de Cà Cima (Bonomi 1995 ; Ead. 1997 ; Bonomi, Camerin, Tamassia 2002), avec des sépultures datables à partir au moins du milieu du vie s. av. J.-C.7, a permis de mettre au jour trois tombes (T. 2, 11, 17) dont les mobiliers contenaient des amphores commerciales, dont l’étude m’a été confiée. En ce qui concerne l’habitat d’Adria, il est très peu connu d’un point de vue archéologique, car l’implantation ancienne s’étend au-dessous du secteur sud-ouest du centre actuel, ce qui rend évidemment impossible une fouille extensive qui, comme tout le laisse imaginer, pourrait restituer une quantité importante de matériel amphorique. Les recherches de Via San Francesco, conduites dans les années 1980, ont en effet livré des fragments d’amphores archéologiquement contextualisés et publiés rapidement par les auteurs de la fouille (Bonomi, Camerin, Tamassia 2003). En outre, la fouille de Via Ex Riformati, réalisée en 2004, a restitué un peu moins de deux cents fragments amphoriques, qu’on peut attribuer à une quinzaine d’individus, que j’ai pu repérer et étudier à la demande de S. Bonomi, responsable de l’enquête archéologique. Bien que les contextes et le matériel susceptible de dater cette fouille, complètement inédite, n’aient pas encore été étudiés, j’ai pu disposer, grâce à la générosité de S. Bonomi, de renseignements préliminaires relatifs à la datation des niveaux les plus anciens du secteur d’habitat, autour de 550 av. J.-C.

8Aucune amphore commerciale ne semble provenir des fouilles du xixe siècle de Francesco Antonio Bocchi dans l’aire des Jardins Publics (Donati, Parrini 1999).

9Les amphores d’Adria présentées ci-dessous, quatre individus de la nécropole et douze de l’habitat, sont indiquées par le sigle « AD ». Elles sont publiées dans Sacchetti 2012, avec la même dénomination.

1.2. Catalogue

Amphores du type corinthien A’

  • 8 Munsell Soil Colour Charts, Baltimore 1975.

10AD1 (pl. I)
Année de la fouille / trouvaille : 2004.
Secteur : Via Ex Riformati.
Sporadique.
État de conservation : embouchure, conservée pour la moitié de sa circonférence, et partie du col portant la trace de la jonction supérieure d’une anse. H. max. cons. : 6,9. Lèvre à marli, oblique, à section trapézoïdale. H. : 4,1 ; épaiss. max. : 3,4 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 12 / 19. H. max. cons. col : 2,8 ; diam. min./max. restituable : 14 / 14,4.
Surface ext. et int. : gris clair (2.5Y7/2)8.
Fracture : gris (2.5Y6/1).
Inclusions : inclusions gris-brun de petites, moyennes et grandes dimensions à fréquence haute ; inclusions blanches de petites et moyennes dimensions à fréquence moyenne-basse ; et inclusions noires de petites dimensions a fréquence moyenne-basse.
Observations et comparaisons : l’obliquité accentuée de la lèvre, qui s’écrase lourdement sur les anses, est une caractéristique morphologique qui distingue les amphores de production corinthienne A’ entre la seconde moitié du ve et le ive s. av. J.-C. Pour ce type, Koehler 1978a, fig. 1.d-e. La couleur de la pâte virant au gris, bien qu’elle soit documentée pour cette classe, pourrait être due à des phénomènes post-dépositionnels. En effet, la boue gris-bleuâtre dans laquelle elle baignait a modifié la couleur d’une grande partie des objets céramiques découverts.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

11AD2 (pl. I)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Via S. Francesco - Secteur C.
US : 266.
État de conservation : fragment de pied avec une partie du fond de la panse. H. max. cons. : 9,5. Pied en bouton, au profil caréné, arrondi en bas. H. : 2,9 ; diam. min./ max. : 2 / 5,4.
Surface ext. et int., fracture : beige-rose.
Inclusions : petites inclusions lithiques et inclusions grossières.
Engobe : engobe jaune clair.
Observations et comparaisons : attribuée par les éditeurs à la production corinthienne A’ et datée autour du milieu du ve s. av. J.-C. sur la base de la stratigraphie et après confrontation morphologique, tout à fait ponctuelle, avec Koehler 1981, fig. 1.b.
Chronologie : vers 450 av. J.-C.
Bibliographie : Bonomi, Camerin, Tamassia 2003, p. 205, n° 37, fig. 3, 2.

Amphores gréco-occidentales

12AD3 (fig. 71; pl. II)
Collection Bocchi.
Inventaire n° : IG 20570.
Type : corinthienne B.
État de conservation : entière. H. totale : 38 ; diam. emb. : 14 ; diam. max. panse : 35. Lèvre en échine, légèrement ouverte. Col cylindrique, légèrement concave, avec une cannelure profonde située un peu au-dessous de la lèvre. Anses obliques ouvertes, en ruban épaissi, à section elliptique. Épaule aplatie. Corps piriforme. Pied en bouton creux à l’intérieur, au profil caréné et plat en bas.
Surface ext. et int. : jaune pâle (2.5Y8/2).
Fracture : jaune (2.5Y8/4).
Inclusions : argile épurée avec inclusions blanches et brunes de petites dimensions à fréquence basse. Mica presque complètement absent.
Observations et comparaisons : attribuée par M.C. Cattaneo à la production corinthienne B et datée de la période de passage du vie au ve s. av. J.-C. Pour ce type, on renvoie à Koehler 1978a, fig. 2.b ; 1981, fig. 1.a, pl. 99.c ; daté dans un premier temps du deuxième quart du ve s. av. J.-C., une chronologie plus ample a été cependant proposée plus récemment, couvrant aussi une période de superposition avec le type plus archaïque de la série, entre la fin du vie et les débuts du ve s. av. J.-C. (Gauer 1975, pl. 7, n° 5, 8; Roberts 1986, p. 64-67, n° 416-417, fig. 41, pl. 18; Lawall 1995, p. 72). L’amphore, conservée au Musée National d’Adria, a été trouvée au xixe siècle et intégrée à la collection de la famille Bocchi. Le lieu et le contexte de la découverte sont inconnus. On sait que la trouvaille a eu lieu génériquement dans la « zone d’Adria » et l’intégrité de l’exemplaire nous suggère qu’elle provient d’un contexte funéraire. Ses dimensions réduites indiquent qu’il s’agit d’un exemplaire fractionnaire.
Chronologie : 500-480 av. J.-C.
Bibliographie : Cattaneo Cassano 199+5, p. 384, pl. V.1; Cattaneo 1996, p. 320, fig. 2; Toniolo 2000, p. 175, fig. 409-410.

Fig. 71. Adria, amphore de type corinthien B de la Collezione Bocchi.

Fig. 71. Adria, amphore de type corinthien B de la Collezione Bocchi.

Cat. AD3

(© Soprintendenza per : Beni Archeologici del Veneto).

13AD4 (fig. 72; pl. II)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Cà Cima.
Structure : Tombe 11.
Inventaire n° : IG 9653.
Type : corinthienne B.
État de conservation : entière, reconstituée à partir de nombreux fragments. H. tot. : 48,8. Lèvre en échine. H. : 2 ; épaiss. max. : 1,6 ; diam. int./ext. embouchure : 12,8 / 13, 8. Col cylindrique, avec double rainure au-dessous de la lèvre. H. : 6,4 ; diam. min./max. : 10,8. Anses obliques, légèrement ouvertes, en ruban épaissi, à section elliptique. H. : 8,4 ; épaiss. max. : 3,4 x 2. Épaule aplatie. Larg. : 15. Corps piriforme, au profil légèrement caréné dans la moitié inférieure. H. : 37 ; diam. max. : 39,2. Pied en bouton, creux à l’intérieur et plat en bas. H. : 3,2 ; diam. min./max. : 2 / 4,4.
Surface ext. : orange rosé (10R6/4-10R6/6-5YR7/4).
Surface int. et fracture : orange (10R6/4-10R6/6).
Inclusions : argile très épurée avec inclusions blanches, grises et brunes de petites dimensions à fréquence basse.
En surface, de rares écailles de mica argenté très fines.
Engobe : engobe crème.
Observations et comparaisons : pour ce type, Koehler 1978a, fig. 2.b, et Ead. 1981, fig. 1.a, pl. 99.c ; traditionnellement daté du deuxième quart du ve s. av. J.-C., remonté plus récemment autour de 500 av. J.-C. (Lawall 1995, p. 72, sur la base de Gauer 1975, pl. 7, n° 5, 8 et Roberts 1986, p. 64-67, n° 416-417, fig. 41, pl. 18). Une datation dans les vingt premières années du ve s. av. J.-C., suggérée par la forme archaïsante des anses, encore brèves et non surélevées, et du pied, en bouton encore court, est confirmée par l’ensemble du mobilier de la tombe 11 de la nécropole de Cà Cima (Bonomi, Camerin, Tamassia 2002, p. 5-6).
Chronologie : 500-480 av. J.-C.

Fig. 72. Adria, nécropole de Cà Cima, Tombe 11.

Fig. 72. Adria, nécropole de Cà Cima, Tombe 11.

Cat. AD4

(© Soprintendenza per : Beni Archeologici del Veneto).

14AD5
Année de la fouille / trouvaille : 1995.
Secteur : Cà Cima.
Structure : Tombe 2.
Inventaire n° : IG AD 8916.
Type : corinthienne B.
État de conservation : moitié inférieure d’amphore, reconstituée à partir de fragments. Pied en bouton. H. : 2,5 ; diam. min./max. : 3.
Surface ext., int. et fracture : beige clair.
Observations et comparaisons : pour le type, voir la fiche précédente. Sur la base du mobilier de la tombe 2 de Cà Cima (Bonomi, Camerin, Tamassia 2002, p. 11), la datation de cet exemplaire peut être circonscrite aux vingt premières années du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 500-480 av. J.-C.

15AD6 (fig. 73; pl. II)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Cà Cima.
Structure : Tombe 17.
Inventaire n° : IG 9939.
Type : corinthienne B.
État de conservation : entière, reconstituée à partir de nombreux fragments. H. tot. : 36,6. Lèvre en amande, ouverte. H. : 2,6 ; épaiss. max. : 1,4 ; diam. int./ext. embouchure : 13,6 / 13,8. Col évasé, une cannelure au-dessous de la lèvre. H. : 7,4 ; diam. min./max. : 10 / 11,6. Anses obliques, légèrement ouvertes en ruban épaissi, à section elliptique. H. : 8,8 ; épaiss. max. : 3,2 x 1,6. Épaule aplatie. Larg. : 10. Corps piriforme, au profil légèrement caréné dans la moitié inférieure. H. : 23,2 ; diam. max. : 30,8. Pied en bouton, légèrement creux à l’intérieur et plat en bas. H. : 3,2 ; diam. min./max. : 3 / 4,8.
Surface ext., int. et fracture : jaune-beige (10YR7/4).
Inclusions : inclusions blanches, grises et brunes de dimensions petites-moyennes, à fréquence moyenne. Des vacuoles sont visibles en surface. Mica presque complètement absent.
Observations et comparaisons : pour le type, on renvoie à cat. AD4. Vu ses dimensions réduites, l’amphore constitue un exemplaire fractionnaire. Les amphores fractionnaires sont plus difficilement datables sur une base morphologique, mais une datation entre le premier et le deuxième quart du ve s. av. J.-C. est dans ce cas corroborée par le reste du mobilier (Bonomi, Camerin, Tamassia 2002, p. 11).
Chronologie : 480-460 av. J.-C.

Fig. 73. Adria, nécropole de Cà Cima, Tombe 17.

Fig. 73. Adria, nécropole de Cà Cima, Tombe 17.

Cat. AD6

(© Soprintendenza per : Beni Archeologici del Veneto).

16AD7 (pl. I)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Via S. Francesco - Secteur C.
US : 266.
Type : corinthienne B.
État de conservation : fragment de lèvre avec une petite partie du col. H. max. cons. : 4,6. Lèvre en échine, légèrement ouverte. H. : 2,6 ; épaiss. max. : 1,9 ; diam. int./ ext. restituable embouchure : 11,6 / 15.
Surface ext., int. et fracture : gris.
Inclusions : inclusions très fines.
Engobe : engobe jaunâtre.
Observations et comparaisons : attribuée par les éditeurs à la production corinthienne B et datée de la seconde moitié du ve s. av. J.-C. sur la base de la stratigraphie. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 2.b-c, et Ead. 1981, fig. 1.a, pl. 99.c, datables entre 480 et 400 av. J.-C.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.
Bibliographie : Bonomi, Camerin, Tamassia 2003, p. 205, n° 36, fig. 3, 1.

17AD8 (fig. 74 ; pl. I)
Année de la fouille / trouvaille : 2004.
Secteur : Via Ex Riformati - Secteur 3.
US : 8/9.
Type : « forme 1 α ».
État de conservation : fond complet avec la jonction de la partie inférieure de la panse. H. max. cons. : 4,3. Fond cylindrique caréné. H. : 3,2 ; diam. min./max. : 4,9 / 6,4.
Surface ext. et int. : gris (2.5Y6/1-GLEY1 4/1).
Fracture : gris clair-beige (2.5Y6/2).
Inclusions : argile épurée, avec des inclusions grises de petites dimensions à fréquence basse et des inclusions blanches de petites dimensions à fréquence très basse. Tant en surface qu’en fracture, du mica fin argenté à fréquence basse.
Appareil épigraphique : sur le fond extérieur, un graffiti au trait peu profond et assez régulier tracé après la cuisson avec une pointe fine. La marque consiste de deux chi (de l’alphabet étrusque ou vénétique) en combinaison, disposés à angle droit, dont l’un fait face à un signe en forme de « ramo secco » (Sacchetti 2011, cat. n° 1, fig. 2, pl. I. 1).
Observations et comparaisons : pour la forme, Panvini 2001, fig. 46, 5 (de l’épave de la Pointe Lequin) ; Semeraro 1997, fig. 5 (de Brindes), 48, 171b et 171d (de Leuca), fig. 228, 985 et 986 (de Ruffano) ; Tigano 2002, p. 69 (de Mylai), toutes datées de la seconde moitié ou du dernier quart du vie s. av. J.-C.
Chronologie : 550-490 av. J.-C.
Bibliographie : Sacchetti 2011, cat. n° 1, fig. 2, pl. I. 1.

Fig. 74. Adria, via Ex Riformati, fond d’amphore gréco-occidentale de forme « 1α » avec graffito.

Fig. 74. Adria, via Ex Riformati, fond d’amphore gréco-occidentale de forme « 1α » avec graffito.

Cat. AD8

(photo F. Sacchetti).

18AD9 (pl. I)
Année de la fouille / trouvaille : 2004.
Secteur : Via Ex Riformati.
US : 150.
Type : « forme 1 α ».
État de conservation : fond complet avec une partie inférieure de la panse. H. max. cons. : 10,2. H. max. cons. panse : 7,2. Fond cylindrique caréné. H. : 3 ; diam. min./ max. : 6,5 / 7.
Surface ext., int. et fracture : beige (10YR6/3).
Inclusions : argile épurée avec inclusions brunes, grises et blanchâtres de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées de manière uniforme. Écailles de mica argenté de petites dimensions, à fréquence très basse. Vacuoles, dont quelques-unes même de dimensions considérables, visibles aussi bien en surface qu’en fracture.
Appareil épigraphique : sur le fond extérieur, deux traits parallèles incisés avant la cuisson à l’aide d’une pointe moyennement épaisse et avec un sillon profond et régulier (Sacchetti 2011, cat. n° 2, fig. 3, pl. I. 2).
Observations et comparaisons : pour la forme, on renvoie à la fiche précédente.
Chronologie : 550-490 av. J.-C.
Bibliographie : Sacchetti 2011, cat. n° 2, fig. 3, pl. I. 2.

19AD10 (pl. I)
Année de la fouille / trouvaille : 2004.
Secteur : Via Ex Riformati.
US : 72.
Type : « forme 1 α ».
État de conservation : fragment de fond, manquant de la base, avec la jonction à la panse. H. max. cons. : 5,6. Fond cylindrique caréné. H. max. cons. : 1, 7 ; diam. min./max. restituable : 6,1 / 6,5.
Surface ext., int. et fracture : gris clair (2.5Y7/2-2.5Y5/1).
Inclusions : argile épurée avec inclusions blanchâtres et grises de petites et moyennes dimensions, à fréquence très basse, distribuées d’une manière non uniforme. Mica argenté très fin à fréquence très basse.
Observations et comparaisons : malgré le mauvais état de conservation, la forme du fond permet de l’attribuer sans difficulté à la « forme 1 α ». Cf. Koehler 1978a, fig. 2.a ; Sourisseau 2011.
Chronologie : 550-490 av. J.-C.

20AD11 (pl. I)
Année de la fouille / trouvaille : 2004.
Secteur : Via Ex Riformati.
US : 72.
Type : « forme 1 α ».
État de conservation : fragment de l’embouchure avec un très court segment du col qui présente la trace de la jonction supérieure d’une anse. H. max. cons. : 5,2. Lèvre en bourrelet gonflé, légèrement ouverte. H. : 3,5 ; épaiss. max. : 2,5 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 11,6 / 15,4. Col avec une cannelure fine immédiatement au-dessous de la lèvre. H. max. cons. : 1, 7 ; diam. min./ max. restituable : 11,5 / 11,9.
Surface ext. et int. : jaune clair-verdâtre (2.5Y7/3).
Fracture : jaune très pâle (2.5Y8/2-5Y7/2).
Inclusions : argile épurée avec inclusions blanchâtres et grises de petites dimensions à fréquence basse, distribuées de manière assez uniforme. Écailles de mica argenté de petites dimensions, à fréquence très basse. De nombreuses vacuoles, visibles aussi bien en surface qu’en fracture, de dimensions parfois considérables.
Observations et comparaisons : pour la forme Semeraro 1997, n° 253 (de Muro Tenente), n° 1011 (de Torre San Giovanni) et, en particulier, n° 919a (d’Otrante), toutes datées dans la seconde moitié du vie s. av. J.-C.
Chronologie : 550-490 av. J.-C.

Amphores de l’Égée septentrionale

21AD12 (pl. I)
Année de la fouille / trouvaille : 2004.
Secteur : Via Ex Riformati.
US : Tranchée E-O Sud US 43.
Type : nord-égéenne.
État de conservation : départ supérieur d’une anse avec jonction au col. Dimensions max. fr. : 6,4 x 5,9. Anses en ruban épaissi, à section elliptique, avec une arête centrale. H. max. cons. : 3,5 ; épaiss. max. : 4,1 x 2,1.
Surface ext. et int. : brun (7.5YR5/3-7.5YR4/2).
Fracture : brun-orange (5YR5/4-5YR5/6).
Inclusions : argile très épurée, avec inclusions blanchâtres et noires de petites dimensions à fréquence basse, visibles surtout en section. En surface et en fracture, écailles de mica argenté de dimensions petites et moyennes à fréquence moyenne-haute. En section, des vacuoles.
Observations et comparaisons : pour la forme, Johnston 1990, n° 131-132, 177, fig. 12, et Grandjean 1992, fig. 1.2, 4.26, 9.63. D’après la pâte céramique, l’anse en question peut être attribuée à une production thasienne et le détail morphologique de l’arête centrale suggère une datation vers la fin du vie s. av. J.-C. Pour le type, Spagnolo 2003, p. 624 et n. 96, pl. III. 2. Tant en surface qu’en fracture l’exemplaire présente par endroit des taches bleues probablement dues à des phénomènes survenus après la déposition. De nombreux fragments céramiques issus de la fouille présentent en effet une couleur de la pâte virant au gris bleuté imputable à la boue dans laquelle ils ont été trouvés. Le fragment a dû aussi probablement être exposé à une très haute température qui a complètement modifié sa couleur en surface.
Chronologie : 525-500 av. J.-C.

22AD13 (pl. I)
Année de la fouille / trouvaille : 2004.
Secteur : Via Ex Riformati.
US : 72.
Type : nord-égéenne.
État de conservation : segment central d’une anse, près de sa courbure. H. max. cons. : 7,4. Anses en ruban épaissi, à section elliptique, avec une arête centrale. H. max. cons. : 7,4 ; épaiss. max. : 3,3 x 2,1.
Surface ext. et int. : brun-noirâtre (GLEY1 4/1).
Fracture : brun-orange (5YR5/6).
Inclusions : argile épurée avec des inclusions blanches de petites dimensions, à très basse fréquence, distribuées de manière uniforme, et de très rares inclusions de couleur brun-grisâtre (chamotte). En surface et en fracture, écailles de mica argenté de petites dimensions à fréquence moyenne-haute.
Observations et comparaisons : voir la fiche précédente.
Chronologie : 525-500 av. J.-C.

Amphores de l’Égée orientale

23AD14 (pl. I)
Année de la fouille / trouvaille : 1994.
Secteur : Via S. Francesco - Secteur C.
US : 266 B.
Type : chiote, Swollen-necked, Early bulgy. Variante : C/2 Knigge-Lawall.
État de conservation : fragment de lèvre et col. H. max. cons. : 9,5. Lèvre en cordon, ouverte. H. : 1,3 ; épaiss. max. 1,4 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 8 / 9,5. Col bombé. H. max. cons. : 7,4 ; diam. min./max. : 8,6 / 10.
Surface ext., int. et fracture : chamois rosé.
Inclusions : de rares inclusions blanches et du mica fin.
Observations et comparaisons : attribuée par les éditeurs à une production chiote. Pour le type, Lawall 1995, p. 90-91, fig. 20, 26-27 ; Dupont 1998, fig. 23, 2. f ; de Marinis 1999, p. 267, fig. 7.6, datable du deuxième quart du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 475-450 av. J.-C.
Bibliographie : Bonomi, Camerin, Tamassia 2003, p. 205, n° 55, fig. 3, 7.

24AD15 (pl. I)
Année de la fouille / trouvaille : 2004.
Secteur : Via Ex Riformati.
US : 500 B.
Type : Samos-Milet, S/1 ou S/3 Lawall.
État de conservation : anse entière. H. max. cons. : 13. Anses verticales en ruban épaissi, à section elliptique. H. : 12,5 ; épaiss. max. : 3,5 x 2,3.
Surface ext. et int. : beige (7.5YR7/3-7.5YR6/4).
Fracture : beige-orange (2.5YR6/4).
Inclusions : argile épurée avec inclusions brun-orange, grises et blanches de petites dimensions, à fréquence moyenne-basse, distribuées de manière uniforme. En surface, des vacuoles et de très fines écailles de mica doré à fréquence très basse.
Observations et comparaisons : pour le type, Dupont 1998, fig. 23.9.b. Sur la base des caractéristiques morphologiques et de la pâte on propose d’attribuer l’anse à une amphore gréco-orientale, notamment du groupe Samos-Milet. Une datation entre la fin du vie et les débuts du ve s. av. J.-C. est non seulement suggérée par l’anse brève, mais aussi corroborée par le contexte de la découverte. L’affinité de la pâte de l’anse en question avec celle du col fragmentaire objet de la fiche suivante, à laquelle on renvoie, rend vraisemblable l’appartenance des deux fragments à un seul individu.
Chronologie : 525-480 av. J.-C.

25AD16 (pl. I)
Année de la fouille / trouvaille : 2004.
Secteur : Via Ex Riformati.
US : 500 B.
Type : Samos-Milet, S/1 ou S/3 Lawall.
État de conservation : fragment de col et deux fragments de paroi, non reconstituables mais appartenant peut-être au même individu. H. max. cons. : 7. Col cylindrique, avec un léger ressaut en correspondance de la jonction à l’épaulement. H. max. cons. : 4,4 ; diam. min./max. restituable : 9,6.
Surface ext. et int. : beige (7.5YR7/3).
Fracture : beige-orange (2.5YR6/4-7.5YR6/6).
Inclusions : argile épurée avec inclusions brun-orange, grises et blanches de petites dimensions, à fréquence moyenne-basse, distribuées de manière uniforme. En surface, des vacuoles et de très fines écailles de mica doré à fréquence très basse.
Observations et comparaisons : le détail morphologique du listel à la jonction entre le col et l’épaule, ainsi que les caractéristiques de la pâte, suggèrent l’attribution du fragment à la production du groupe Samos-Milet de la fin d vie s. av. J.-C. La chronologie proposée est basée sur le contexte stratigrafique de la fouille et sur la comparaison avec les variantes archaïques des types S/1 et S/3 de M. Lawall (pour lesquelles, respectivement, Roberts 1986, pl. 17.413, et Lawall 1995, fig. 76), l’une et l’autre caractérisées par la présence d’un listel en correspondance du passage du col à l’épaulement. La lèvre de l’amphore n’étant pas conservée, il n’est pas possible d’indiquer de manière précise l’appartenance de l’exemplare d’Adria à l’un ou à l’autre type. Le fragment est probablement attribuable au même individu que celui de la fiche précédente.
Chronologie : 525-480 av. J.-C.

2. San Basilio di Ariano Polesine (Prov. de Rovigo) : l’habitat (fig. 69)

2.1. Bilan des études

  • 9 L’étude géomorphologique de l’aire de l’ « Isola di Ariano », où surgit l’habitat, est due à R. Per (...)
  • 10 Les premiers sondages dans l’aire de l’habitat archaïque, conduits par M. De Min en 1983 (De Min 19 (...)
  • 11 Bruni 1994 ; Bonomi 2000a, p. 122 et n. 9.
  • 12 Salzani, Vitali 1991, p. 418, fig. 13 ; Bonomi 2000a, p. 122 et n. 10-12 ; Salzani, Vitali 2003, p. (...)
  • 13 De Min, Iacopazzi 1986, p. 173-174 ; De Min 1988, p. 85.
  • 14 Salzani, Vitali 1988 ; Id. 1991 ; Cattaneo 1996, p. 323 ; Salzani, Vitali 2003 ; Colonna 2003.
  • 15 Sassatelli 1993, p. 185.

26L’habitat de la bande côtière d’Adria qui fut considéré, dès les premières découvertes, comme le plus important « centre satellite » de la cité, a été repéré à 20 km environ au sud, au lieu-dit San Basilio, dans la commune d’Ariano Polesine (fig. 75). Le centre a été découvert au début des années quatre-vingt du siècle dernier dans le secteur occidental d’une dune marine appartenant au littoral fossile d’époque étrusque, à quelques centaines de mètres de la rive septentrionale du Pô de Goro, dans cette ancienne aire du delta lagunaire aujourd’hui connu comme l’ « Île d’Ariano ». L’habitat se trouvait donc à cette époque près de la mer, sur la rive septentrionale d’un paléo-lit du Pô qu’on peut identifier d’une manière quasi certaine avec l’ancien Pô d’Ariano et qui dans certains trajets est de nouveau parcouru aujourd’hui par l’actuel Pô de Goro9. Les fouilles, effectuées à plusieurs reprises et avec des sondages limités dans le « Podere Forzello », ont permis de déterminer l’existence de plusieurs phases d’implantation. Celles-ci peuvent être attribuées à des réfections successives des structures d’habitation à la suite d’exondations fluviales répétées et datables de la période comprise entre le premier ou le deuxième quart du vie et la fin du ve s. av. J.-C.10. L’ancienneté des premiers témoignages du site, constitués de céramique daunienne (Bonomi 2003, p. 140, n. 1) et de céramique étrusco-corinthienne de production de Vulci datée autour de 600 av. J.-C.11, de kotylai corinthiennes datables à partir de 580-570 av. J.-C.12 et de céramique paléovénète à dater vers le milieu du vie s. av. J.-C.13, a souligné sa contemporanéité avec Adria, en suggérant que San Basilio, plus proche de la mer qu’Adria, ait été le premier avant-poste grec dans l’aire du delta. Cette éventualité a été suggérée comme une hypothèse de travail, sans pour autant écarter la possibilité qu’Adria elle-même ait structuré « cet avant-poste stratégique sur la mer » (Salzani, Vitali 1991, p. 419). Une hypothèse fondée sur le matériel archéologique, composé surtout de céramique étrusco-padane et bucchero mais aussi de céramique vénète et d’importations grecques, suggère qu’à San Basilio, tout comme dans la voisine Adria, se serait instaurée une cohabitation de groupes ethniquement hétérogènes constitués de Vénètes, Grecs et Étrusques. L’implantation, située entre Adria et Spina, qui a livré du matériel d’importation grecque la rapprochant beaucoup d’Adria, mais également beaucoup d’objets en bucchero la reliant au territoire étrusque, aurait gravité selon quelques-uns autour du centre d’Adria14, tandis que, selon d’autres, elle aurait constitué un avant-poste du territoire étrusco-padan dans le cadre d’un projet général de contrôle et d’endiguement de la présence grecque qui s’élargissait de plus en plus au nord du territoire contrôlé par les Étrusques15. En considérant que le bucchero est maintenant bien attesté même dans les phases archaïques d’Adria, où d’ailleurs il semble appartenir, en partie au moins, à une production locale (Donati, Parrini 1999, p. 590 et n. 82, 609-612), je penche plutôt pour l’hypothèse que l’habitat de San Basilio se rattache à l’influence de cette cité, plus proche du point de vue géographique et plus similaire par sa civilisation que ne l’était le territoire étrusque gravitant autour de Bologne. Le fait que le matériel le plus récent de la première phase de l’habitat ne va pas au-delà des dernières décennies du ve s. av. J.-C. pourrait être expliqué par le nouveau rôle prédominant rempli par Adria, comme semblerait le montrer la nouvelle documentation relative à la céramique attique, dans le courant du ive s. av. J.-C. (Bonomi 2000a ; Wiel-Marin 2005).

Fig. 75. Ariano Polesine, lieu-dit San Basilio, terrain Forzello, photo aérienne

Fig. 75. Ariano Polesine, lieu-dit San Basilio, terrain Forzello, photo aérienne

(d’après Salzani, Vitali 2003, fig. 1).

  • 16 Pour les amphores publiées de San Basilio, cf. Cattaneo Cassano 1995 ; Cattaneo 1996, p. 323-326.

27La présence d’amphores commerciales grecques parmi le matériel d’importation découvert à l’occasion de la fouille de l’habitat de San Basilio a été rapportée par Cattaneo16, à qui fut confiée l’étude des amphores provenant des premières recherches archéologiques conduites par M. De Min.

  • 17 Il s’agit des deux objets attribués d’abord par J. C. Szylàgyi à la seconde moitié du Corinthien Mo (...)

28Quant aux fouilles qui ont suivi dans cette zone sous la direction de L. Salzani et D. Vitali, j’ai été chargée de l’étude du matériel amphorique dégagé. L’analyse du matériel provenant des contextes de cette fouille susceptibles de fournir une datation, et dont des notices préliminaires ont été déjà publiées, n’est pas encore complétée, mais le terminus post quem des importations du monde grec est assuré par deux kotylai assignées respectivement au Corinthien Moyen et au Corinthien Tardif17. Dans l’attente de la conclusion l’étude et de la publication des contextes, le deuxième quart du vie s. av. J.-C. constitue donc le terme chronologique le plus haut qui sera ici pris en considération relativement à des productions datables dans un arc chronologique plus ample. Sur l’indication de S. Bonomi, à l’époque Directrice du Musée Archéologique National d’Adria (dans les réserves duquel est conservé le matériel de la fouille de San Basilio), et avec l’accord de M. De Min, qui a conduit les premières recherches archéologiques dans la zone, j’ai pu aussi prendre vision du matériel de ces premières fouilles.

29L’habitat de San Basilio a restitué 400 fragments environ d’amphores grecques, appartenant à une quarantaine d’individus qui sont catalogués ci-dessous avc le sigle « SB ». Les fragments sont publiés dans Sacchetti 2012 avec la même numérotation.

2.2. Catalogue

Amphores gréco-occidentales

30SB1 (pl. III)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 2.
US : 9. 10. 11.
Type : corinthienne B.
État de conservation : partie de lèvre et col avec la jonction supérieure d’une anse. H. max. cons. : 9,9. Lèvre en échine. H. : 2,2 ; épaiss. max. : 2,1 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 11, 8 / 15, 9. Col cylindrique. H. max. cons. : 6. Diam. min./max. restituable : 12,6. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 3 ; épaiss. max. : 2,2 x 4.
Surface ext., int. et fracture : beige clair (10YR8/2).
Inclusions : inclusions grisâtres et blanches de petites dimensions, à fréquence basse, et inclusions blanches, de dimensions moyennes-petites, à fréquence basse.
Engobe : traces d’engobe gris.
Observations et comparaisons : l’emplacement des anses, qui ne sont pas encore écrasées contre la lèvre en échine, suggère un encadrement chronologique entre le premier et le troisième quart du ve s. av. J.-C. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 2.b, et Ead. 1981, pl. 99.c, traditionnellement daté du deuxième quart du ve s. av. J.-C. Pour la possibilité d’une chronologie plus ample du type, Lawall 1995, p. 70, 72-73.
Chronologie : 500-425 av. J.-C.

31SB2 (pl. III)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 2.
US : 1.
Type : corinthienne B.
État de conservation : fragment de lèvre et col. H. max. cons. : 6,5. Lèvre en échine, légèrement ouverte. H. : 3,5 ; épaiss. max. : 1,8 ; larg. max. cons. embouchure : 10,7. Col ayant une cannelure légèrement au-dessous de la lèvre. H. max. cons. : 3 ; larg. max. cons. : 9,4.
Surface ext., int. et fracture : blanc-verdâtre.
Inclusions : inclusions de petites dimensions blanchâtres et brunes à fréquence très basse. Mica argenté très fin à fréquence basse.
Observations et comparaisons : voir la fiche précédente.
Chronologie : 500-425 av. J.-C.
Bibliographie : Salzani, Vitali 2003, fig. 18 (pour le dessin).

32SB3 (pl. III)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 2.
US : 9. 10. 11.
Type : corinthienne B.
État de conservation : fond avec une partie du pied, manquant de la base. H. max. cons. : 6,5. Pied cylindrique creux, au profil moulé. H. max. cons. : 1,8 ; diam. min./ max. restituable : 5,1 / 5,5.
Surface ext., int. et fracture : beige clair (10YR8/2).
Inclusions : inclusions grisâtres et blanches de petites dimensions, à fréquence basse, et inclusions blanches, de dimensions moyennes-petites, à fréquence basse.
Engobe : traces d’engobe gris.
Observations et comparaisons : attribuable à la production corinthienne B et datable entre le premier et le troisième quart du ve s. av. J.-C. sur la base du type, pour lequel, Koehler 1978a, fig. 2.b, et Lawall 1995, p. 70, 72-73.
Chronologie : 500-425 av. J.-C.

33SB4 (pl. III)
Secteur : « Podere Forzello ».
Inventaire n° : IG 44663.
Type : corinthienne B.
État de conservation : fragment de lèvre. Dimensions max. cons. : 7,5 x 4. Lèvre en échine, ouverte, avec une fine cannelure de base. H. : 3 ; épaiss. max. : 2,2 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 12,6 / 16,5.
Surface ext. et int. : beige (10YR7/3).
Surface int. : beige (10YR7/3).
Fracture : beige rosé (7.5YR7/3).
Inclusions : inclusions blanchâtres, grises et brunes de petites dimensions, à fréquence haute, distribuées de manière assez uniforme et inclusions blanches et orange de dimensions petites et moyennes, à fréquence bassse, distribuées de manière non homogène. Rares écailles de mica argenté de petites dimensions.
Observations et comparaisons : attribué par M.C. Cattaneo à la production corinthienne du type B. Pour le type de lèvre, Koehler 1978a, fig. 2.b-c ; et Koehler 1981, fig. 1.a, pl. 99.c., datables entre le deuxième et le dernier quart du ve s. av. J.-C. mais avec des attestations datables aussi de la période de transition du vie au ve s. av. J.-C. (Lawall 1995, p. 72).
Chronologie : ve s. av. J.-C.
Bibliographie : Cattaneo Cassano 1995, p. 383, pl. VI, 2; Cattaneo 1996, p. 323, fig. 3, 2.

34SB5 (pl. III)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 2.
US : 1.
Type : corinthienne B.
État de conservation : partie de fond, manquant de la base. H. max. cons. : 3,1 ; larg. max. cons. 5.
Surface ext. : beige rosé (5YR7/3-10YR8/2).
Surface int. et fracture : jaune clair (10YR8/3).
Inclusions : inclusions noirâtres, de petites dimensions, à fréquence moyenne-haute ; inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse et rares inclusions brunes de dimensions petites et moyennes.
Observations et comparaisons : attribuable par son profil et sa pâte à un exemplaire de forme corinthienne B. L’absence de la base du fond empêche d’en préciser la datation.
Chronologie : non définissable.

35SB6 (pl. III)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 2. US : 1.
Type : corinthienne B.
État de conservation : partie du fond de la panse jusqu’à la jonction du pied.
Surface ext. : jaune clair (2.5YR8/2).
Surface int. et fracture : jaune verdâtre (2.5YR7/2).
Inclusions : inclusions grisâtres et blanches de dimensions moyennes-petites, à fréquence basse. Surface légèrement vacuolaire.
Observations et comparaisons : attribuée par M.C. Cattaneo à la production corinthienne du type B. L’absence d’éléments morphologiques conservés susceptibles de suggérer une datation ne permet pas de fixer une date pour cet exemplaire.
Chronologie : non définissable.
Bibliographie : Cattaneo Cassano 1995, p. 383, pl. VI, 3; Cattaneo 1996, p. 323, fig. 3, 3.

36SB7 (pl. III)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 2.
US : 9. 10. 11.
Type : corinthienne B.
État de conservation : anse presque complète, reconstituée à partir de quatre fragments et conservant sa jonction supérieure et une partie de la jonction avec l’épaule. H. max. cons. : 9,7. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. Épaiss. max. : 2 x 3,5.
Surface ext., int. et fracture : jaune clair (2.5Y8/2).
Inclusions : inclusions grisâtres et blanches de petites dimensions, à fréquence basse, et inclusions blanches, de dimensions moyennes-petites, à fréquence basse.
Engobe : traces d’engobe gris.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore corinthienne du type B par sa morphologie et sa pâte, sans aucune possibilité d’en préciser la chronologie.
Chronologie : non définissable.

37SB8 (pl. III)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 2.
US : 9. 10. 11.
Type : « forme 1 α » ou corinthienne B.
État de conservation : segment inférieur d’une anse avec la jonction de l’épaule. H. max. cons. : 5. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 4,5 ; épaiss. max. : 2,2 x 4,1.
Surface ext., int. et fracture : jaune clair (2.5Y8/2).
Inclusions : inclusions grisâtres et blanches de petites dimensions, à fréquence basse, et inclusions blanches, de dimensions moyennes-petites, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore de production occidentale, sans aucune possibilité d’en préciser la chronologie.
Chronologie : non définissable.

38SB9 (pl. III)
Année de la fouille / trouvaille : 1983.
Secteur : « Podere Forzello ».
Inventaire n° : IG 45618. Type : « forme 1 α » ou corinthienne B.
État de conservation : court segment d’épaule reconstitué à partir de trois fragments. Dimensions max. cons. : 9,5 x 4,6.
Surface ext. et int. : jaune pâle-verdâtre (5Y8/2).
Inclusions : argile épurée avec inclusions blanchâtres, brunes et grises de petites dimensions, à fréquence basse, distribuées de manière uniforme. Rarissimes écailles fines de mica argenté.
Appareil épigraphique : graffito alphanumérique tracé après cuisson avec une pointe de grandes dimensions. Le graffito apparaît incomplet mais il semble possible d’y lire, sur la gauche, un lien alphabétique réalisé avec un trait peu profond et régulier (bien que délabré par endroits) et sur la droite une barre verticale incisée plus en profondeur (Sacchetti 2010, p. 47-49, cat. n° 6, fig. 2, pl. II. 6, III. 6).
Observations et comparaisons : par le type de la pâte le fragment en question pourrait appartenir à un exemplaire de « forme 1 α » ou bien à une amphore corinthienne du type B, mais l’absence d’éléments morphologiques conservés susceptibles d’indiquer une datation impose évidemment la prudence quant à son encadrement typo-chronologique.
Chronologie : non définissable.
Bibliographie : Sacchetti 2010, p. 47-49, cat. n° 6, fig. 2, pl. II. 6, III. 6.

39SB10 (pl. III)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 2.
US : 1.
Type : « forme 1 α » ou corinthienne B.
État de conservation : fragment de col avec jonction de l’épaule. H. max. cons. : 3, 6. Col cylindrique. H. max. cons. : 2, 3 ; larg. max. cons. 3, 1.
Surface ext. : beige rosé (5YR7/3-10YR8/2).
Surface int. : beige (10YR8/2).
Fracture : jaune clair (10YR8/3).
Inclusions : inclusions noirâtres, de petites dimensions, à fréquence moyenne-haute ; inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse ; et rares inclusions brunes de dimensions petites et moyennes.
Observations et comparaisons : attribuable par sa pâte à un exemplaire de production occidentale.
Chronologie : non définissable.

40SB11 (pl. III)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello ».
US : 31.
Type : « forme 1 α ».
État de conservation : partie de lèvre et de col avec traces de la jonction supérieure d’une anse. H. max. cons. : 5,3. Lèvre en bourrelet gonflé. H. : 2,6 ; épaiss. max. : 2 ; diam. int./ext. restituable : 11,2 x 14,8. Col qui présente une ample cannelure immédiatement au-dessous de la lèvre.
Surface ext., int. et fracture : gris-jaunâtre (2.5YR7/2).
Inclusions : inclusions noirâtres, brunes et blanches, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-basse.
Observations et comparaisons : la morphologie de la lèvre, du type en bourrelet gonflé, et la présence d’une cannelure au-dessous, permettent de la situer à l’intérieur du groupe de « forme 1 α ».
Pour le type, Koehler 1978a, fig. 2.a et Sourisseau 2011 ; pour la forme, assez proche, Semeraro 1997, fig. 208.949, d’Otrante.
Chronologie : 575/550-490 av. J.-C.

41SB12 (pl. III)
Lieu de découverte : San Basilio, Ariano Polesine (Ro).
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello ».
US : 31.
Type : « forme 1 α ».
État de conservation : fragment de lèvre. H. max. cons. : 3,9. Lèvre en bourrelet gonflé. H. : 3 ; épaiss. max. : 1,8 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 12 x 15,2.
Surface ext., int. et fracture : gris-verdâtre (5Y6/1-5Y6/2).
Inclusions : inclusions noirâtres, brunes et blanches, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : sa morphologie indique son appartenance à la production du groupe de « forme 1 α ». Pour le type, Koehler 1978a, fig. 2.a ; pour la forme, Semeraro 1997, fig. 98.320, d’Oria.
Chronologie : 575/550-490 av. J.-C.

Pl. III. San Basilio.

42SB13 (pl. IV)
Année de la fouille / trouvaille : 1983.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 1.
Type : « forme 1 α ».
État de conservation : amphore commerciale dont la partie supérieure est conservée, de la lèvre jusqu’à une partie de l’épaule, reconstituée à partir de trois fragments. H. max. cons. : 14. Lèvre en bourrelet gonflé, ouverte. H. : 3,1 ; épaiss. max. : 2,2 ; diam. int./ext. embouchure : 12 / 15,2. Col cylindrique, légèrement évasé, avec un haut ressaut immédiatement au-dessous de la lèvre et un fin ressaut à la base. H. : 6,8 ; diam. min./max. : 11,9. Anses verticales, en ruban épaissi, à section elliptique. H. : 9 ; épaiss. max. : 2,3 x 3,7. Épaule aplatie. Larg. max. cons. 9.
Surface ext. : beige rosé (5YR7/3-10YR8/2).
Surface int. : beige (10YR8/2).
Fracture : jaune clair (10YR8/3).
Inclusions : inclusions noirâtres, de petites dimensions, à fréquence moyenne-haute ; inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, et rares inclusions brunes de dimensions petites et moyennes.
Observations et comparaisons : attribuée par M.C. Cattaneo au groupe « corinthien B archaïque ». Pour le type, Koehler 1978a, fig. 2.a ; pour la forme de la lèvre, spécifiquement, Semeraro 1997, fig. 208. 942a (d’Otrante, datée sur base stratigraphique de la fin du vie s. av. J.-C.) ; Ceka 1986, pl. III, 5 (de Belsh, datable sur la base du contexte de la première moitié du vie s. av. J.-C.). Dans le cadre de l’Italie septentrionale on signale son analogie morphologique avec un exemplaire de Marzabotto (Sacchetti 2005, cat. MA41).
Chronologie : 575/550-490 av. J.-C.
Bibliographie : Cattaneo Cassano 1995, p. 385, pl. VI, 5; Cattaneo 1996, p. 324, fig. 3, 5.

43SB14 (pl. IV)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Saggio 2.
US : 9.
Type : « forme 1 α ».
État de conservation : anse complète. H. max. cons. : 12, 3. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. : 12, 3 ; épaiss. max. : 2, 3 x 4.
Surface ext., int. et fracture : gris-jaunâtre (2.5YR8/2-2.5YR7/1).
Inclusions : inclusions noirâtres, brunes et blanches, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-basse.
Observations et comparaisons : sa morphologie et sa pâte indiquent une probable appartenance à une amphore de « forme 1 α ».
Chronologie : 575/550-490 av. J.-C.

44SB15 (pl. IV)
Secteur : « Podere Forzello ».
US : 34.
Type : « forme 1 α ».
État de conservation : partie de fond, reconstituée à partir de deux fragments. H. max. cons. : 5,1. Fond cylindrique au profil caréné. H. : 2,5 ; diam. min./max. restituable : 5,1 / 7. Surface ext. et int. : chamois-gris (10YR6/2-10YR6/3).
Fracture : beige-gris (10YR7/4).
Inclusions : inclusions noires et brunes à fréquence moyenne, de petites dimensions, et rares inclusions blanches de grandes dimensions. Mica argenté à fréquence basse distribué sur toute la surface.
Appareil épigrafique : sur le fond extérieur, au centre, signe circulaire incisé avant la cuisson à l’aide d’une pointe fine et avec un trait peu profond et régulier (Sacchetti 2010, p. 46-47, cat. n° 5, pl. II. 5, III. 5).
Observations et comparaisons : attribuable à une amphore de « forme 1 α ». Pour le type, Koehler 1978a, fig. 2.a et Sourisseau 2011 ; pour la forme, Slaska 1990, pl. 9.
Chronologie : 575/550-490 av. J.-C.
Bibliographie : Sacchetti 2010, p. 46-47, cat. n° 5, pl. II. 5, III. 5.

Amphores de l’Égée septentrionale

45SB16 (pl. IV)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Saggio 2.
US : 1.
Type : nord-égéenne.
État de conservation : partie de lèvre et col, complet jusqu’à la jonction de l’épaule, avec des traces de la jonction supérieure d’une anse. H. max. cons. : 8,4. Lèvre en coin, ouverte, avec un léger ressaut de base. H. : 1,7 ; épaiss. max. : 1,5 ; larg. max. cons. embouchure : 8,5. Col tronconique. H. : 6,5 ; larg. max. cons. : 10,7.
Surface ext. et int. : chamois (2.5YR6/4).
Fracture : mauve (2.5YR6/3).
Inclusions : inclusions de petites dimensions blanches et noirâtres à fréquence moyenne-basse. Mica fin, argenté, à fréquence basse.
Engobe : traces d’engobe blanchâtre.
Appareil épigraphique : sur le col, entre les anses, trait vertical brun-noirâtre peint avant la cuisson. Le dipinto est coupé en bas par la fracture horizontale du col de l’amphore, en correspondance de la jonction de l’épaule, et immédiatement à sa gauche est située la fracture verticale (Sacchetti 2010, p. 49-50, cat. n° 7, fig. 3, pl. II. 7, III. 7).
Observations et comparaisons : la lèvre du type en coin renvoie sans aucun doute à la production nord-égéenne et le col, encore court, permet de circonscrire la datation entre la fin du vie et la première moitié du ve s. av. J.-C. Pour le type de lèvre, on renvoie en général aux exemplaires de Roberts 1986, fig. 43, du dépôt Q 12 :3 de l’Agora datable entre 520 et 480 av. J.-C. Pour le détail de la forme ouverte de la lèvre et du fin ressaut de base, cf. plus spécifiquement Schmid 2001, p. 146, 152, n° 4, pl. 4, Kat. Nr. 4, datable du début du ve s. Pour la forme, Monachov 1999b, fig. 18. 1-2, de la fosse n° 69 d’Olbia, datables sur la base du contexte et de comparaisons entre 490 et 470 av. J.-C. ; et Schmid 2001, Kat. Nr. 3-7, pl. 3-7, datables entre la fin du vie et la première moitié du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 525-480 av. J.-C.
Bibliographie : Salzani, Vitali 2003, fig. 18 (pour dessin) ; Sacchetti 2010, p. 49-50, cat. n° 7, fig. 3, pl. II. 7, III. 7.

46SB17 (pl. IV)
Année de la fouille / trouvaille : 1987.
Secteur : « Podere Forzello ».
US : 9.
Type : nord-égéenne, Disc-toe Lawall.
État de conservation : pied avec partie du fond de la panse. H. max. cons. : 5,1. Pied tronconique plein, à base légèrement convexe et ombiliquée. H. : 2,4 ; diam. min./max. restituable : 5,2 / 5,4.
Surface ext. : chamois (10YR6/3-10YR6/4).
Surface int. : rougeâtre (2.5YR6/6).
Fracture : mauve (2.5YR5/4).
Inclusions : inclusions noirâtres de petites dimensions, à fréquence moyenne-haute, et inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse. Mica argenté, fin, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : attribuable à la production nord-égéenne et plus précisément au type disc-toe de M. Lawall, sans qu’il soit possible d’indiquer son lieu de production. Pour le type, Lawall 1995, p. 158-159, fig. 66, datable dans le courant de la première moitié du ve s. av. J.-C. ; pour la forme, Spagnolo 2003, pl. II.4, de production thasienne et datable déjà à partir de la fin du vie s. av. J.-C. Pour la possibilité d’une datation de la forme dès la prériode de transition du vie au ve s. av. J.-C., Lawall 1995, p. 132-134, 158-159.
Chronologie : 500-440 av. J.-C.

47SB18 (pl. IV)
Année de la fouille / trouvaille : 1983.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage dans la fosse à l’ouest de la plantation de pêchers.
Type : nord-égéenne.
État de conservation : partie inférieure d’une anse. H. max. cons. : 8,6. Anses en ruban épaissi, à section elliptique, avec impression digitale à la base. H. max. cons. : 8,6 ; épaiss. max. : 2 x 3,2.
Surface ext. et int. : rose-gris (5YR7/1).
Fracture : mauve (2.5YR6/2).
Inclusions : inclusions noires de petites dimensions, à fréquence haute, et inclusions blanches et orange, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : le type de la pâte et la présence d’une impression digitale à la base de l’anse indiquent son appartenance à la production nord-égéenne. Pour le type de l’anse on renvoie en général à Blondé, Muller, Mulliez 1991 ; Grandjean 1992 ; Schmid 2001. Chronologie : non définissable.

48SB19 (pl. IV)
Année de la fouille / trouvaille : 1987.
Secteur : « Podere Forzello ».
Ier niveau à cote -20.
Type : nord-égéenne.
État de conservation : départ inférieur d’une anse avec la jonction de l’épaule. H. max. cons. : 10,2. Anses en ruban épaissi, à section elliptique, avec impression digitale à la base. H. max. cons.10,2 : épaiss. max. : 2,1 x 3,1.
Surface ext. : beige rosé (2.5YR7/6).
Surface int. et fracture : orange rosé (2.5YR6/4).
Inclusions : inclusions brunes, blanches et noirâtres de petites dimensions, à fréquence moyenne. Écailles de mica argenté de petites dimensions, à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : voir la fiche précédente.
Chronologie : non définissable.

49SB20 (pl. IV)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 2 (approfondissement pompe).
US : 9. 10. 11.
Type : nord-égéenne.
État de conservation : secteur supérieur d’une anse avec une partie de la jonction du col. H. max. cons. : 4,6. Anses en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. : 4,6 ; épaiss. max. : 2,2 x 3,4.
Surface ext. et int. : mauve (5YR6/3).
Fracture : brune (5YR5/4).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-basse, et inclusions noirâtres de petites dimensions, à fréquence basse. Rares écailles de mica argenté.
Engobe : engobe blanchâtre.
Observations et comparaisons : on suggère l’attribution à une fabrique nord-égéenne, en raison non seulement du type de la pâte, mais aussi du caractéristique écrasement latéral de l’anse. Pour le type, cf. cat. SB18.
Chronologie : non définissable.

50SB21 (pl. IV)
Année de la fouille / trouvaille : 1983.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 1.
Type : nord-égéenne.
État de conservation : fragment de lèvre. H. max. cons. : 3,2. Lèvre en coin, avec une fine cannelure à la base. H. : 2.4 ; épaiss. max. 1,4 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 13, 2 / 16.
Surface ext. : chamois (2.5YR6/4).
Surface int. : mauve (2.5YR6/3).
Fracture : mauve intense (2.5YR5/3).
Inclusions : inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-haute, et inclusions noirâtres de petites dimensions, à fréquence moyenne. Mica argenté et doré très fin, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : le fragment, assigné d’une manière dubitative par M.C. Cattaneo à une fabrique milésienne, est attribuable à la production nord-égéenne de la fin du vie ou du ve s. av. J.-C. Pour la forme, Roberts 1986, fig. 43 (notamment, pour la fine cannelure à la base de la lèvre, l’exemplaire n° 424), du dépôt Q 12 :3 de l’Agora datable entre 520 et 480 av. J.-C. Les dimensions réduites du fragment suggèrent cependant d’être prudents sur une excessive limitation chronologique, car des lèvres analogues à celle en question caractérisent la production nord-égéenne de tout le ve s. av. J.-C., comme le montre l’ample documentation publiée dans : Blondé, Muller, Mulliez 1991 ; Grandjean 1992 ; Schmid 2001.
Chronologie : non définissable.
Bibliographie : Cattaneo Cassano 1995, p. 387, pl. VI, 4 ; Cattaneo 1996, p. 324, fig. 3, 4.

Pl. IV. San Basilio.

Amphores de l’Égée orientale

51SB22 (pl. V)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 2.
US : 7/7bis.
Type : chiote, Lambrino A ou swollen-necked, early bulgy, variante C/1 Knigge-Lawall.
État de conservation : fragment d’anse. H. max. cons. : 4.5 ; épaiss. max. cons. : 2,6 x 1,5.
Surface : chamois-beige (7.5YR6/4).
Fracture : chamois rosé (5YR6/4).
Inclusions : inclusions grisâtres et blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-basse.
Observations et comparaisons : les caractéristiques de la pâte et la présence d’une fine ligne rouge qui parcourt l’anse sur toute sa longueur, suggèrent l’appartenance à une amphore chiote. Ce détail décoratif, ainsi que l’absence de white slip permettent de l’attribuer soit aux types Lambrino A1/A2 (Lambrino 1938, p. 110-112, fig. 71-72 ; Dupont 1998, p. 148-149, fig. 23.2, a-c.), datables de la seconde moitié du vie s. av. J.-C., soit à la variante plus archaïque (C1 Knigge-Lawall) du type swollen-necked, early bulgy (cf. Knigge 1976, p. 23-24 ; Lawall 1995, p. 89-90 ; Dupont 1998, fig. 23.2, d), datable du premier quart du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 550-475 av. J.-C.

52SB23 (pl. V)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 2.
US : 1.
Type : chiote, swollen-necked.
État de conservation : fragment de pied. H. max. cons. : 2. Pied cylindrique creux, avec base en anneau épaissi. H. max. cons. : 2 ; diam. min./max. restituable : 4,6 / 5.
Surface ext. et int. : beige (7.5YR7/3).
Fracture : orange (5YR7/3-5YR7/4).
Inclusions : inclusions noirâtres, de petites dimensions, à fréquence haute, inclusions blanches de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne. Rares écailles minces de mica argenté.
Observations et comparaisons : sa forme et sa pâte témoignent de son attribution à la production de Chios. La morphologie de sa base d’appui, épaissie et repliée vers l’intérieur suggèrent son appartenance aux formes swollen-necked et par conséquent une datation entre le premier et le troisième quart du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 500-425 av. J.-C.

53SB24 (pl. V)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 2.
US : 10.
Type : clazoménienne.
État de conservation : partie de l’épaulement avec la jonction inférieure d’une anse. Épaule fuyante. Larg. max. cons. 11,3. Anses en ruban épaissi. H. max. cons. : 3,5 ; épaiss. max. cons. : 1 x 2,5.
Surface ext. et int. : beige rosé (5YR7/4-10YR7/4).
Fracture : brun-mauve (2.5YR5/4-2.5YR5/6).
Inclusions : inclusions noirâtres et brunes de petites dimensions, à fréquence basse, et inclusions blanches, de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse. Mica argenté à fréquence basse.
Engobe : traces d’engobe blanchâtre à l’intérieur. Vernis : vernis brun-rouge étalé à grands coups de pinceau sur l’épaule, horizontalement, et sur l’anse, verticalement. La bande en vernis brun-rouge parcourant l’anse verticalement se prolongeait sans doute en bas, le long du corps de l’amphore, en dépassant la bande de vernis horizontale qui décorait l’épaule.
Observations et comparaisons : sa pâte et sa décoration indiquent son appartenance à la production de Clazomènes, mais, vu l’absence d’éléments morphologiques conservés susceptibles de fournir une datation, on ne peut qu’indiquer une collocation générique dans le cadre du vie s. av. J.-C. (cf. en dernier, Sezgin 2004, avec bibliographie antérieure), sans cependant remonter avant 575 av. J.-C. en raison du contexte de la découverte.
Chronologie : 575/550-500 av. J.-C.

54SB25 (pl. V)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello ».
US : 31.
Type : milésienne.
État de conservation : fragment de lèvre avec une petite partie du col. H. max. cons. : 4. Lèvre en amande avec un ressaut de base. H. : 2,2 ; épaiss. max. : 0,9 ; larg. max. cons. embouchure : 2,5.
Surface ext. et int. : beige (7.5YR8/3).
Fracture : chamois (7.5YR6/4).
Inclusions : inclusions noirâtres et blanches de petites dimensions et à fréquence très basse. Écailles de mica doré, de dimensions moyennes et petites, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : la morphologie de la lèvre, à section en amande et avec un ressaut en dessous, ainsi que son épaisseur particulièrement mince, attestent son attribution à la production milésienne d’époque archaïque. Cette morphologie est caractéristique tant des formes de la seconde moitié du viie s. av. J.-C. (Naso 2005, fig. 2, cat. 4), que des formes datables de la première moitié ou au plus tard du troisième quart du vie s. av. J.-C. (Dupont 1998, fig. 23.8, e). La chronologie du site de la découverte fixe pour cet exemplaire un terminus post quem à 575 av. J.-C.
Chronologie : 575/550-525 av. J.-C.

55SB26 (fig. 76 ; pl. V)
Secteur : « Podere Forzello ».
US : 40.
Type : milésienne.
État de conservation : fragment de lèvre. H. max. cons. : 5. Lèvre en amande soulignée par un ressaut prononcé à la base. H. : 2 ; épaiss. max. : 0,8 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 15 / 15,4.
Surface ext. et int. : beige-chamois (7.5YR7/4).
Fracture : chamois-mauve (7.5YR6/2).
Inclusions : inclusions noirâtres, de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, et inclusions blanches, de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse. Écailles de mica doré de petites dimensions, à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : pour la morphologie et l’encadrement chronologique, on renvoie à la fiche précédente.
Chronologie : 575/550-525 av. J.-C.

Fig. 76. Ariano Polesine, lieu-dit San Basilio, lèvre d’amphore de type milésien archaïque.

Fig. 76. Ariano Polesine, lieu-dit San Basilio, lèvre d’amphore de type milésien archaïque.

Cat. SB26

(photo F. Sacchetti).

56SB27 (pl. V)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello ».
US : 35.
Type : milésienne.
État de conservation : fragment de lèvre avec un petit segment du col. H. max. cons. : 4,8. Lèvre en amande soulignée par un ressaut à la base. H. : 2 ; épaiss. max. : 0,9 ; larg. max. cons. embouchure : 3,3.
Surface ext. et int. : beige (7.5YR8/3).
Fracture : chamois (7.5YR6/4).
Inclusions : inclusions noires et blanches de petites dimensions et à fréquence très basse. Écailles de mica doré de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : voir la fiche SB25.
Chronologie : 575/550-525 av. J.-C.

57SB28 (pl. V)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : « Podere Forzello ».
US : 56.
Type : milésienne.
État de conservation : lèvre, ébréchée, avec un court segment du col. H. max. cons. : 5,5. Lèvre en amande soulignée par un ressaut à la base. H. : 1,5 ; épaiss. max. 1 ; larg. max. cons. embouchure : 1,5.
Surface ext., int. et fracture : beige (10YR7/4).
Inclusions : inclusions noires et blanches de petites dimensions, à fréquence basse. Écailles de mica doré de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-basse.
Observations et comparaisons : voir la fiche SB25.
Chronologie : 575/550-525 av. J.-C.

58SB29 (pl. V)
Secteur : « Podere Forzello ».
Type : Samos-Milet, S/1 Lawall.
État de conservation : fragment de lèvre avec un court segment du col. Dimensions : non repérées. Lèvre en cordon, arrondie à l’intérieur et à l’extérieur, avec un renfoncement à la base. Col cylindrique qui présente un ressaut au-dessous de la lèvre.
Observations et comparaisons : non identifiée par M.C. Cattaneo qui en publie le dessin. La morphologie de la lèvre suggère l’attribution au groupe Samos-Milet et en particulier aux types dits Zeest’s Samian. Cette forme présente une certaine analogie avec le type S/1 di M. Lawall et notamment, par la ligne incisée au-dessous de la lèvre, avec sa version la plus archaïque, datable entre la fin du vie s. av. J.-C. et 480 av. J.-C. (Lawall 1995, p. 178-179 ; Roberts 1986, pl. 17.413).
Chronologie : 525-480 av. J.-C.
Bibliographie : Cattaneo Cassano 1995, pl. VI, 6 (pour le dessin) ; Cattaneo 1996, fig. 3, 6 (pour le dessin).

59SB30 (pl. V)
Année de la fouille / trouvaille : 1988.
Secteur : « Podere Forzello ».
US : 56.
Type : Samos-Milet, S/3 Lawall.
État de conservation : fragment de lèvre. H. max. cons. : 4,8. Lèvre en amande avec une arête marquée à la base. H. : 3,1 ; épaiss. max. : 1,1 ; diam. int./ext. Restituable embouchure : 17 / 17, 2.
Surface ext. : chamois (7.5YR6/4).
Surface int. : orange (7.5YR6/6).
Fracture : gris (7.5YR6/1-7.5YR6/2).
Inclusions : inclusions noirâtres et brunes de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne-basse, et rares inclusions blanches de dimensions moyennes. Écailles de mica argenté et doré de dimensions moyennes et petites, à fréquence moyenne-haute.
Observations et comparaisons : par la forme de la lèvre, haute, fine et ouverte, elle est attribuable à la variante sans ressaut de base du type S/3 de M. Lawall, exclusivement attesté dans des contextes d’époque archaïque tardive. Pour le type, Lawall 1995, p. 178, 184-185, fig. 76 ; pour la forme, Monachov 2003a, pl. 17.3.
Chronologie : 525-480 av. J.-C.

60SB31 (pl. V)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 2.
US : 15.
Type : Samos-Milet, S/3 Lawall.
État de conservation : partie de lèvre et de col avec une anse complète. Reconstituée à partir de deux fragments. H. max. cons. : 11,8. Lèvre en amande, légèrement ouverte. H. : 2,5 ; épaiss. max. : 1,4 ; larg. max. cons. embouchure : 11. Col cylindrique, au profil légèrement concave. H. max. cons. : 4,8 ; larg. max. cons. 7,3. Anses verticales, en ruban épaissi, à section elliptique. H. max. cons. 8,5 ; épaiss. max. : 3,4 x 1,8.
Surface ext., int. et fracture : chamois clair (7.5YR7/4).
Inclusions : inclusions noirâtres et blanches de petites dimensions, à fréquence basse. Mica argenté fin, à fréquence basse.
Observations et comparaisons : par la forme de la lèvre, l’exemplaire peut être attribué au type S/3 de la classification de M. Lawall (Lawall 1995, p. 178, 184-185, fig. 76, 79).
Chronologie : 525-480 av. J.-C.
Bibliographie : Salzani, Vitali 2003, fig. 18 (pour le dessin).

61SB32 (pl. V)
Année de la fouille / trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 2.
US : 7.
Type : Samos-Milet, S/1 Lawall.
État de conservation : pied et partie du fond de la panse, reconstitué à partir de deux fragments. Deux autres fragments de la panse, non reconstituables, appartiennent sans doute au même individu. H. max. cons. : 10,2. Pied cylindrique plein, épaissi, à base ombiliquée. H. : 3,1 ; diam. min./max. : 4,6 / 5,6.
Surface ext. et fracture : gris-mauve (7.5YR6/2).
Surface int. : mauve (5YR6/3).
Inclusions : inclusions de petites dimensions blanchâtres et noirâtres, à fréquence très basse. Écailles de mica argenté de petites et moyennes dimensions, à fréquence moyenne.
Observations et comparaisons : pour le type nous renvoyons à un fragment de l’Agora (dépôt F 19 :4) datable encore du milieu du ve s. av. J.-C., sur base stratigraphique (Lawall 1995, fig. 75), et au fond d’un exemplaire lui aussi de l’Agora (P27531 du dépôt S 16 :1) mais datable du dernier quart du ve s. av. J.-C. (Grace 1971, p. 76, fig. 3.3 ; Lawall 1995, fig. 73). Pour la forme, Dupont 1998, fig. 23.9, g. La morphologie du pied en question ne permet donc pas de l’encadrer avec précision dans le contexte de la variante plus récente du type S/1 de M. Lawall.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.
Bibliographie : Salzani, Vitali 2003, fig. 18 (pour le dessin).

62SB33 (pl. V)
Année de la fouille I trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello ».
US : 7.
Type : Samos-Milet, SI1 ou SI3 Lawall.
État de conservation : fragment de col. Dimensions max. cons. : 2,3 x 3,2. Col avec un fin ressaut. H. max. cons. : 3,2 ; larg. max. cons. 2,3.
Surface ext., int. et fracture : chamois (7.5YR6I4).
Inclusions : inclusions noirâtres et blanches de petites dimensions, à basse fréquence. Écailles de mica doré, de petites dimensions, à basse fréquence.
Observations et comparaisons : malgré les dimensions réduites du fragment, le ressaut conservé autorise sa probable attribution au groupe Samos-Milet, sans qu’il soit pour autant possible de distinguer entre les types SI1 et SI3 de M. Lawall, l’un et l’autre caractérisés par ce détail morphologique (Lawall 1995, p. 177-185). L’absence d’éléments morphologiques conservés susceptibles d’indiquer une datation empêche de préciser un encadrement chronologique.
Chronologie : non définissable.

63SB34 (pl. V)
Année de la fouille I trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 2.
US : 1.
Type : Solokha I.
État de conservation : fragment de pied. Pied tronconique creux, à base annulaire.
Surface ext. et int. : beige rosé (7.5YR8I3).
Fracture : orange-mauve (5YR7I6-5YR6I4). Inclusions : inclusions blanches et grises de petites dimensions, à fréquence moyenne, et inclusions brunes de petites dimensions, à basse fréquence.
Observations et comparaisons : définie « attique » par M.C. Cattaneo. Pour le type, datable dans le courant de la seconde moitié du ve s. av. J.-C., Grace 1953, p. 101102 ; Grace 1971, p. 72 ; et, en dernier, Lawall 1995, p. 220-221, fig. 93.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.
Bibliographie : Cattaneo Cassano 1995, p. 388, pl. VI, 7; Cattaneo 1996, p. 326, fig. 3,7.

64SB35 (pl. V)
Année de la fouille I trouvaille : 1989.
Secteur : « Podere Forzello », Sondage 2.
US : 1.
Type : Solokha I.
État de conservation : fragment de pied. H. max. cons. : 2. Pied en anneau épaissi. H. max. cons. : 2 ; larg. max. cons. 3,9.
Surface ext. : beige rosé (5YR7/3-10YR8/2).
Surface int. : beige (10YR8/2).
Fracture : jaune clair (10YR8/3).
Inclusions : inclusions noirâtres, de petites dimensions, à fréquence moyenne-haute, inclusions blanches de petites et moyennes dimensions, à basse fréquence, et rares inclusions brunes de petites et moyennes dimensions.
Observations et comparaisons : attribuable par la morphologie à une amphore du groupe Solokha I de la seconde moitié du ve s. av. J.-C. Pour le type, Lawall 1995, p. 220-221, fig. 93.
Chronologie : 450-400 av. J.-C.

Pl. V. San Basilio.

3. San Cassiano di Crespino (Rovigo) : l’habitat (fig. 69)

3.1. Bilan des études

  • 18 Pour les recerches archéologicques conduites à San Cassiano, cf. Harari 1999 ; Id. 2002 ; Id. 2004a (...)

65Dans la commune de Crespino (prov. de Rovigo), au lieu-dit San Cassiano, une enquête extensive a été conduite sur une petite implantation de la chora d’Adria qui présente des caractères étrusques marqués aussi bien par la récurrence de la céramique étrusco-padane (face à l’absence de classes typiquement vénètes) que par les données épigraphiques18.

66Le site, situé aujourd’hui à 15 km au sud-ouest d’Adria, le long de la rive gauche du Pô, devait être établi, à l’époque étrusque, à 6 km environ au sud de la branche septentrionale du Pô, le Pô d’Adria des sources anciennes, actuellement correspondant au Canalbianco.

67L’aire, objet de recherches de la part d’une équipe de l’Université de Pavie sous la direction de M. Harari, a restitué les vestiges d’un complexe d’édifices de pla-nimétrie et de typologie différentes, mais caractérisés par la même orientation N-S et par leur intégration dans un projet intentionnel et cohérent qui prévoyait aussi un système de canalisation des eaux à travers des fosses parallèles orientées par rapport aux édifices (fig. 77).

Fig. 77. Crespino, lieu-dit San Cassiano, plan synthétique de la zone explorée pendant les campagnes de fouille 1996-2002

Fig. 77. Crespino, lieu-dit San Cassiano, plan synthétique de la zone explorée pendant les campagnes de fouille 1996-2002

(d’après Harari 2004, fig. 2).

68Au cours des neuf campagnes menées sur le site de San Cassiano (1995-1998 ; 2000-2004) ont été isolés 332 fragments provenant peut-être d’amphores, dont l’étude m’a été confiée. On peut maintenant prendre en compte 316 fragments appartenant à des amphores commerciales grecques, essentiellement des fragments de parois, mais aussi 11 fragments de formes : lèvre, col, anses, pied/fond. Il est bien évident que c’est exclusivement sur la base de ces fragments qu’il est possible d’obtenir des indications fiables quant à la provenance ou au type des conteneurs, à leur fourchette chronologique et au nombre même d’individus attestés à San Cassiano.

69Les secteurs de l’aire fouillée ayant livré des amphores appartiennent pour la plupart à la première phase du grand oikos occidental (217) objet de recherches entre 1995 et 1998, dans les sondages profonds dénommés êta, kappa et iota. D’autres, moins nombreux, proviennent de la zone examinée entre 2000 et 2004 à l’est du deuxième canal de bonification ou de drainage. On a mis au jour ici un second complexe (41), compris entre le deuxième et le troisième canal, où les amphores ont été trouvées principalement dans les sondages phi et sigma et dans ce cas aussi elles doivent être attribuées à la première phase de l’édifice. En ce qui concerne la chronologie de cette phase, les données disponibles à l’heure actuelle suggèrent de la situer entre la fin du vie et les débuts du ve s. (Harari 1999, p. 629 ; Id. 2004a, p. 27).

70Les seuls individus qu’il a été possible de distinguer parmi les fragments amphoriques de San Cassiano sont identifiés dans les fiches qui suivent par le sigle « SC ». Ils sont publiés dans Sacchetti 2012 avec la même numérotation.

3.2. Catalogue

Amphores gréco-occidentales (forme 1α)

71SCI (pl. VI)
Année de la fouille / trouvaille : 1997.
Secteur : sondage Êta.
Structure : au nord du grand oikos.
US : 4056.
Inventaire n° : 4056 / 3.
État de conservation : partie de fond, reconstitué à partir de deux fragments. H. max. cons. : 3. Fond cylindrique au profil inférieurement caréné. H. : 2 ; diam. min./max. restituable : 5 / 5,3.
Surface ext. : gris-beige (2.5Y7/2-2.5Y6/2).
Surface int. et fracture : gris (2.5Y6/2).
Inclusions : inclusions blanchâtres de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, et inclusions grises et brunes de petites dimensions, à fréquence moyenne. Mica argenté fin, à basse fréquence. Quelques vacuoles.
Observations et comparaisons : pour le type, Koehler 1978a, fig. 2.a.
Chronologie : 510-490 av. J.-C.

72SC2 (pl. VI)
Année de la fouille / trouvaille : 2002.
Secteur : tranchée 2002.
US : 8001.
Inventaire n° : 8001 / 28.
État de conservation : fond, presque complet et reconstitué à partir de trois fragments, et fragment de paroi probablement relatif au même individu. H. max. cons. : 4. Fond cylindrique caréné. H. : 2 ; diam. min./ max. : 7 / 7,8.
Surface ext. : blanchâtre (5Y8/1-5Y8/2).
Surface int. et fracture : gris-beige (2.5Y8/2-2.5Y7/2).
Inclusions : pâte épurée avec inclusions blanchâtres de dimensions petites et moyennes, à fréquence basse, et inclusions orange, de petites dimensions, à fréquence basse. Mica fin argenté à fréquence très basse.
Observations et comparaisons : pour le type, Koehler 1981, p. 452-453, pl. 99.a, d-e ; pour la forme, Semeraro 1997, fig. 48.171d, de Leuca, datée du dernier quart du vie s. av. J.-C. ; Tigano 2002, p. 69, de la nécropole de Mylai, datée sur la base du mobilier de la seconde moitié du vie s. av. J.-C. ; et Long, Miro, Volpe 1992, fig. 46.5, de l’épave de la Pointe Lequin, datable sur la base de la cargaison au dernier quart du vie s. av. J.-C.
Chronologie : 510-490 av. J.-C.

73SC3 (pl. VI)
Année de la fouille / trouvaille : 2002.
Secteur : tranchée 2002.
US : 8001.
Inventaire n° : 8001 / 27.
État de conservation : anse presque complète. H. max. cons. : 13,7. Anses verticales, en ruban épaissi, à section elliptique, avec deux cannelures fines et irrégulières sur la face extérieure. H. max. cons.13,7 ; épaiss. max. : 5 x 2,5.
Surface ext., int. et fracture : blanchâtre (5Y8/1-5Y8/2).
Inclusions : pâte épurée, avec inclusions blanches de petites et moyennes dimensions, à basse fréquence, et inclusions orange, de petites dimensions, à basse fréquence. Mica fin argenté à fréquence très basse.
Observations et comparaisons : l’anse, vu le type de la pâte, fait probablement partie du même individu de la fiche précédente. La définition du type et la chronologie proposées s’appuient donc sur cette hypothèse.
Chronologie : 510-490 av. J.-C.

74SC4 (pl. VI)
Année de la fouille / trouvaille : 1998.
Secteur : sondage Kappa.
Structure : grand oikos, pièce nord.
US : 5401.
Inventaire n° : 5401 / 22.
État de conservation : fragment de lèvre, à la surface supérieure lacunaire, et 27 fragments de paroi non reconstituables mais appartenant sans doute au même individu. H. max. cons. : 3. Lèvre en bourrelet gonflé, qui présente une très fine cannelure à la jonction avec le col. H. max. cons. : 2,4 ; épaiss. max. : 2,2 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 10,6 / 15.
Surface ext. et fracture : gris clair (2.5Y7/2-2.5Y6/2).
Surface int. : gris-brun (2.5Y5/2).
Inclusions : inclusions blanchâtres, grises et brunes, de dimensions moyennes, à fréquence moyenne-haute. Mica argenté à fréquence très basse.
Observations et comparaisons : pour la forme, Semeraro 1997, fig. 208. 919a-d, d’Otrante.
Chronologie : 510-490 av. J.-C.

75SC5 (pl. VI)
Année de la fouille / trouvaille : 1998.
Secteur : sondage Êta.
Structure : au nord du grand oikos.
US : 5012.
Inventaire n° : 5012 / 10.
État de conservation : fragment de lèvre, à la surface supérieure lacunaire. H. max. cons. : 3,7. Lèvre en bourrelet gonflé, légèrement ouverte. H. max. cons. : 2,3 ; épaiss. max. : 2,1 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 10,8 / 15.
Surface ext., int. et fracture : beige clair (2.5Y8/2).
Inclusions : pâte épurée, avec inclusions grises et orange, de petites dimensions, à fréquence très basse. Mica argenté fin, à fréquence moyenne. Vacuoles.
Observations et comparaisons : pour la forme, Semeraro 1997, fig. 208. 919a-d, d’Otrante.
Chronologie : 510-490 av. J.-C.

76SC6 (pl. VI)
Année de la fouille / trouvaille : 2003.
Secteur : Sondage Phi.
Structure : IIeoikos, Ière phase.
US : 9406.
Inventaire n° : 9406 / 10.
État de conservation : partie de lèvre, reconstituée à partir trois fragments. H. max. cons. : 3,2. Lèvre en bourrelet gonflé. H. : 2,2 ; épaiss. max. : 2,3 ; diam. int./ ext. restituable embouchure : 11 / 14,9.
Surface ext. et int. : beige clair (2.5Y8/2).
Fracture : beige-gris (2.5Y7/2).
Inclusions : pâte épurée, avec inclusions grises et brunes de petites dimensions, à fréquence très basse. Mica fin argenté à basse fréquence. Vacuoles, de petites dimensions mais nombreuses.
Observations et comparaisons : pour la forme, plutôt similaires, Semeraro 1997, fig. 208.942b, 943, dont la première est datée entre la fin du vie et le début du ve s. av. J.-C.
Chronologie : 510-490 av. J.-C.

77SC7 (pl. VI)
Année de la fouille / trouvaille : 2003.
Secteur : sondage Phi.
Structure : IIeoikos, Ière fase.
US : 9403.
Inventaire n° : 9403 / 5-7.
État de conservation : fragment de lèvre, lacunaire en correspondance de la surface supérieure, et deux fragments de paroi, non reconstituables mais probablement appartenant au même individu. H. max. cons. : 3. Lèvre en bourrelet gonflé. H. max. cons. : 2,2 ; épaiss. max. : 2, 3 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 11,2 / 15.
Surface ext. et int. : beige clair (2.5Y8/2).
Fracture : beige-gris (2.5Y7/2).
Inclusions : pâte épurée, avec inclusions grises et brunes de petites dimensions, à fréquence très basse. Mica fin argenté à basse fréquence. De nombreuses vacuoles de petites dimensions.
Observations et comparaisons : pour la forme, on renvoie à la fiche précédente.
Chronologie : 510-490 av. J.-C.

78SC8
Année de la fouille / trouvaille : 1996.
Secteur : sondage Êta.
Structure : au nord du grand oikos.
US : 3034.
Inventaire n° : 3034 / 90.
État de conservation : partie de fond, manquant du plan d’appui, et trois fragments de paroi non reconstituables mais probablement appartenant au même individu. H. max. cons. : 3,2. Fond cylindrique caréné. H. max. cons. : 2,5 ; diam. min./max. restituable : 5 / 5,8.
Surface ext. : gris-beige (2.5Y7/2-2.5Y6/2).
Surface int. : grisâtre (2.5Y6/2-2.5Y4/1).
Fracture : gris (2.5Y6/2).
Inclusions : inclusions blanchâtres de dimensions petites et moyennes, à fréquence moyenne, et inclusions grises et brunes de petites dimensions, à fréquence moyenne. Mica argenté fin, à basse fréquence. Quelques vacuoles.
Observations et comparaisons : pour le type, Koehler 1981, p. 452-453, pl. 99.a, d-e.
Chronologie : 510-490 av. J.-C.

Amphores du type à la brosse (Agora 1502)

79SC9 (fig. 78 ; pl. VI)
Année de la fouille / trouvaille : 1998.
Secteur : sondage Kappa.
Structure : grand oikos, pièce nord.
US : 5404.
Inventaire n° : 5404 / 8.
État de conservation : fragment de lèvre. H. max. cons. : 3,5. Lèvre épaissie et saillante. H. : 2,5 ; épaiss. max. I, 8 ; diam. int./ext. restituable embouchure : 11 / 13.
Surface ext. et int. : beige rosé clair (10YR8/2-10YR7/3).
Fracture : beige rosé (7.5YR7/4).
Inclusions : argile épurée avec de rares inclusions orange (chamotte) de petites dimensions. Mica fin argenté et doré à basse fréquence. Quelques vacuoles.
Observations et comparaisons : pour le type, Sparkes, Talcott 1970, p. 192, 341, cat. 1502, pl. 64, datable entre le milieu du vie et 480 av. J.-C. Par sa morphologie on peut la comparer à un exemplaire du Forcello de Bagnolo San Vito daté, sur base stratigraphique, de la période de transition du vie au ve s. av. J.-C. (de Marinis 2007, p. 166, fig. 112, 1). Le fragment de San Cassiano présente une abrasion marquée de la surface (ce qui est le cas d’une grande partie du matériel céramique provenant du site) et ne conserve que de faibles traces de la peinture originaire dans la partie supérieure de la lèvre.
Chronologie : 510-480 av. J.-C.

Fig. 78. Crespino, lieu-dit San Cassiano, lèvre d’amphore « à la brosse ».

Fig. 78. Crespino, lieu-dit San Cassiano, lèvre d’amphore « à la brosse ».

Cat. SC9

(photo F. Sacchetti).

Pl. VI. San Cassiano.

80SC10
Année de la fouille / trouvaille : 1997.
Secteur : sondage Iota.
Struttura : grand oikos, pièce sud.
US : 4417.
Inventaire n° : 4417 / 74.
État de conservation : partie de col gardant des traces de la jonction inférieure d’une anse. Dimensions max. fr. : 11 x 5,2. Col probablement cylindrique. H. max. cons. : 5,2 ; diam. in./max. restituable : 10.
Surface ext. et int. : beige rosé clair (10YR8/2-10YR7/3).
Fracture : beige rosé (7.5YR7/4).
Inclusions : pâte épurée, presque complètement dépourvue d’inclusions et contenant du mica argenté et doré.
Observations et comparaisons : l’attribution au type à la brosse et la chronologie sont suggérées par la possible appartenance du fragment au même exemplaire que celui de la fiche précédente, à laquelle on renvoie pour les observations et pour les comparaisons.
Chronologie : 510-480 av. J.-C.

Amphores de production non identifiée

81SC11
Année de la fouille / trouvaille : 2002.
Secteur : sondage Sigma.
Structure : IIeoikos, Ière phase.
US : 8009.
Inventaire n° : 8009 / 13.
État de conservation : fragment de l’attache inférieure d’une anse.
Surface ext., int. et fracture : beige clair (2.5Y8/2).
Inclusions : inclusions brunes, de petites dimensions, à basse fréquence. Mica fin argenté à basse fréquence. Vacuoles.
Observations et comparaisons : le mauvais état de conservation du fragment ne permet pas de formuler un encadrement typologique. Sa provenance des niveaux de la première phase du site suggère une chronologie autour de la période de transition du vie au ve s. av. J.-C., mais l’absence d’éléments morphologiques caractérisants nous oblige à le considérer de datation incertaine.
Chronologie : non déterminable.

4. Le Baione de Rovigo : la nécropole et l’habitat (fig. 69)

4.1. Bilan des études

  • 19 Alberti 1986, p. 317-324.

82La découverte d’un site archéologique au lieu-dit Le Baione, dans le territoire méridional de la commune de Rovigo, eut lieu en 1985 à l’occasion de travaux publics effectués à proximité de la voie rapide Transpolesana19. L’intervention dans cette aire a consisté en deux campagnes de sondages, en 1978 et en 1988, mais aucune intervention extensive n’a encore été faite. La Surintendance Archéologique de la région de la Vénétie et le Musée « dei Grandi Fiumi » de Rovigo ont pu vérifier, à ces occasions-là, la présence d’une aire probablement destinée aux habitations et d’une aire réservée à la nécropole.

  • 20 Pour la fouille et la documentation de la nécropole on renvoie à Salzani 1991 et Id. 1994.
  • 21 Marinetti 1994.
  • 22 Pour la navigabilité endolagunaire de l’aire septentrionale du delta du Pô, cf. Peretto 1999.

83Seules quatre tombes ont été mises au jour. Le secteur principal de la nécropole semble en effet se trouver juste au-dessous du tracé de la voie rapide Transpolesana20La typologie funéraire, consistant en inhumations dans des fosses ou des caisses en bois, comme les mobiliers funéraires, comprenant un service complet de vases pour le banquet et pour le symposium, présentent des analogies étroites avec les tombes de Spina et de Bologne. De plus, sur le pied d’un bol faisant partie d’un des mobiliers on voit un graffito indiquant un gentilice à terminaison en - alu, forme typique des gentilices étrusco-padans21. Plutôt qu’à des Paléovénètes, tous ces éléments suggèrent l’attribution de la nécropole et de l’habitat associé à des populations étrusques, dont la présence dans l’arrière-pays d’Adria dans le courant du ve s. av. J.-C. est aussi documentée par d’autres centres probablement installés le long d’un trajet conduisant aux sites étrusco-padans du territoire de Mantoue22.

  • 23 Pour la documentation de fouille relative au repérage du quartier d’habitation on renvoie à Salzani (...)

84La présence de l’habitat est confirmée par une série de structures, chenaux et fosses de différentes formes et dimensions comblées de matériel céramique et de restes d’animaux, dont l’interprétation n’est pas encore claire. Le matériel trouvé rappelle de très près les typologies des formes céramiques documentées dans les contextes étrusco-padans du ve s. av. J.-C., tandis qu’on remarque l’absence totale de matériel clairement identifiable comme paléo-vénète23.

85Quant aux amphores commerciales, un exemplaire fragmentaire vient de la zone de l’habitat et une amphore entière faisait partie du mobilier de la Tombe 1 de la petite nécropole (fig. 79 et 80). Les amphores de Le Balone sont indiquées dans le catalogue qui suit par le sigle « LB ». Elles sont publiées dans Sacchetti 2012 avec la même numérotation.

Fig. 79. Rovigo, lieu-dit Le Baione, Tombe 1

Fig. 79. Rovigo, lieu-dit Le Baione, Tombe 1

(D’après R. Peretto éd, Baione. Insediamento etrusco presso un ramo del Po, Padova 1994, fig. 26-27).

Fig. 80. Rovigo, lieu-dit Le Baione, amphore de type corinthien B de la Tombe 1

Fig. 80. Rovigo, lieu-dit Le Baione, amphore de type corinthien B de la Tombe 1

(d’après Baione. Insediamento etrusco presso un ramo del Po, Padova, 1994, fig. 50).

4.2. Catalogue

Amphore corinthienne A

86LB1 (pl. VII)
Secteur C.
État de conservation : pied complet. Dimensions : non repérées. Pied en bouton, au profil caréné, à base plate.
Observations et comparaisons : attribué par L. Salzani à une amphore corinthienne du type A. Pour le type, Cavalier 1985, fig.4.a, datable de la première moitié du ve s. av. J.-C. Pour la forme, Di Sandro 1986, pl. 6, sg. 69.
Chronologie : 500-450 av. J.-C.
Bibliographie : Salzani, Peretto, Zerbinati 1988, p. 32, fig. 4. 12 ; Salzani 1994, fig. 25, 22.

Amphore gréco-occidentale (« corinthienne B ») (fig. 80)

87LB2 (pl. VII)
Structure : Tombe 1.
État de conservation : entière. H. tot. : 42. Lèvre en échine, légèrement ouverte. Col cylindrique, légèrement évasé, avec une profonde cannelure immédiatement au-dessous de la lèvre. Anses verticales, en ruban épaissi, à section elliptique. Épaule arrondie. Corps globulaire avec une rayure sur le fond de la panse. Pied en bouton, arrondi en bas, assez allongé.
Surface ext., int. et fracture : jaune clair (2.5Y8/3).
Inclusions : inclusions fines blanches, rougeâtres et noires et probablement quelques fragments de silex.
Engobe : quelques traces d’engobe dans la partie inférieure.
Observations et comparaisons : attribuée par R. de Marinis à la production corinthienne B et datée vers le milieu du ve s. av. J.-C. sur la base du mobilier. Pour le type, Koehler 1978a, fig. 2.b, et Ead. 1981, fig. 1, a, pl. 99.c, daté entre le second et le troisième quart du ve s. av. J.-C.
Chronologie : milieu du ve s. av. J.-C.
Bibliographie : Salzani 1991 ; de Marinis 1994, fig. 73 ; Salzani 1994, fig. 28, 7 et 50 ; de Marinis 1996, p. 320.

Pl. VII. Le Balone.

5. Analyse des données (graphiques 1-4)

88Les sites de la bande côtière et de la chora d’Adria ont jusqu’ici restitué dans l’ensemble plusieurs centaines de fragments amphoriques, correspondant à un nombre minimum/maximum de 62/64 individus, calculé sur la base du protocole de Lattes. De ceux-ci, 35 proviennent de San Basilio, 15/16 d’Adria, 10/11 de San Cassiano et 2 de la petite nécropole et de l’aire d’habitat de Le Balone.

Adria

89Le site d’Adria (cf. supra II, 1 § 1), qui encore il y a quelques années n’avait restitué aucune attestation amphorique, si l’on excepte la découverte au xixe s. de l’exemplaire entier de la collection Bocchi, a récemment fourni d’appréciables confirmations archéologiques de la présence prévisible d’amphores commerciales grecques. Trois amphores entières, ou presque entièrement reconstituables, faisaient partie des mobiliers de la nécropole de Cà Cima (cat. AD4-AD6), et deux-cents autres fragments d’amphores ont été trouvés lors des fouilles des quartiers d’habitation de Via San Francesco et de Via Ex Riformati. Ces recherches récentes permettent à l’heure actuelle de disposer pour Adria d’une quinzaine d’individus.

90Malgré les récentes acquisitions, le matériel amphorique trouvé à Adria est encore peu abondant par rapport aux potentialités d’un site portuaire qui joua un rôle historique et économique déterminant dans le cadre des plus anciens contacts des régions de l’Adriatique septentrionale avec la Grèce. Cette faible quantité dépend de la surface fouillée, très limitée, pour les niveaux d’habitat du vie et ve s. av. J.-C. La documentation aujourd’hui disponible permet de toute façon de fournir un premier tableau que nous considérerons comme représentatif des productions amphoriques parvenues à Adria et de la date de leur arrivée.

  • 24 Pour la céramique corinthienne : Bonomi 1991, pl. I, 5-6 ; Ead. 2000a, p. 122. Pour les premières i (...)
  • 25 Bonomi 1988, p. 67, 81-82.
  • 26 Pour une synthèse sur la tendance des importations de céramique figurée grecque à Adria, voir Board (...)

91Le début des importations d’amphores se situe autour du milieu du vie s. av. J.-C., pratiquement en correspondance avec les données déjà connues sur les premières importations de céramique grecque figurée, qui remontent au deuxième quart du vie s. av. J.-C. et qui sont de production corinthienne (ou peut-être corcyréenne) et attique24. Pour la seconde moitié du même siècle et le premier quart du suivant on assiste à une concentration de découvertes. En face de cette augmentation des présences d’amphores, on remarque également le développement consistant et constant des importations attiques pour la seconde moitié du vie et le premier quart du ve s. av. J.-C. Cette époque de relations commerciales complexes avec la Grèce, phase d’hégémonie d’Adria dans l’aire de la Haute-Adriatique, est documentée aussi par la présence isolée de céramiques décorées corinthennes, gréco-orientales et laconiennes25. Ensuite, la diminution des présences amphoriques vers les décennies centrales du ve s. av. J.-C. semble correspondre également à une diminution des importations attiques à partir du milieu du siècle, bien que des découvertes récentes en aient augmenté le nombre26.

Graphique 1. Bande côtière et chora d’Adria : tendance des importations d’amphores grecques dans la période considérée

Graphique 1. Bande côtière et chora d’Adria : tendance des importations d’amphores grecques dans la période considérée

(deuxième-troisième quarts du vie-fin du ve s. av. J.-C.).

  • 27 Sur le floruit d’Adria : Colonna 1974 ; Bonomi 1988 ; et Colonna 2003, notamment p. 61. Sur les lac (...)
  • 28 Par exemple, pour la phase problématique du ive s. av. J.-C., les plus récentes recherches sur les (...)

92Ces données ne sont pas surprenantes pour la période ancienne (à partir du troisième quart du vie), au vu de ce que nous savons de l’ancienneté des importations égéennes dans la partie Nord du delta. Pour la seconde période (à partir de la fin du vie s.), on peut avancer deux explications : soit c’est la conséquence de l’hégémonie d’Adria dans la haute Adriatique du dernier quart du vie au premier quart du ve s. av. J.-C., comme l’ont bien décrit notamment S. Bonomi et G. Colonna, soit il faut y voir l’effet de l’état incomplet de nos connaissances sur l’habitat et sur les nécropoles d’Adria au ve s. av. J.-C.27, phase pour laquelle on a récemment souligné la continuité de la prospérité économique et du développement culturel de la cité (Bonomi 2003, p. 142)28.

Graphique 2. Bande côtière et chora d’Adria : données quantitatives des importations des différents groupes d’amphores pendant toute la période examinée

Graphique 2. Bande côtière et chora d’Adria : données quantitatives des importations des différents groupes d’amphores pendant toute la période examinée

(deuxième-troisième quarts du vie-fin du ve s. av. J.-C.).

93Les productions amphoriques les plus fréquemment attestées sont les gréco-occidentales archaïques, et en particulier la « forme 1 α », mais dans le dernier quart du vie s. av. J.-C. sont aussi documentées les productions nord-égéennes, ainsi que le groupe Samos-Milet.

94Au ve s. av. J.-C., la production pour laquelle on enregistre le maximum de présences est celle des amphores corinthiennes du type B. Jusqu’au milieu du ve s. av. J.-C. sont aussi documentés les ateliers gréco-orientaux, avec le groupe Samos-Milet et avec la production chiote respectivement dans le premier et dans le deuxième quart du siècle. Ce n’est qu’après le milieu du ve s. av. J.-C. qu’on enregistre les rares amphores corinthiennes A’.

Le littoral d’Adria : San Basilio

95Le matériel amphorique du site de San Basilio comprend quatre-cents fragments environ appartenant au moins à trente-cinq individus (cf. supra II, 1 § 2). Ceux-ci proviennent d’une surface de fouille de 103 m2 à laquelle il faut ajouter deux tranchées de 7 x 2 m et 8,9 x 2 m.

  • 29 Sur les importations grecques les plus anciennes de San Basilio : Salzani, Vitali 1991, p. 418, fig (...)

96Le début des importations amphoriques est daté entre le second et le troisième quart du vie s. av. J.-C., pratiquement en correspondance avec les données fournies par les présences les plus anciennes de la céramique corinthienne. Dans le dernier quart du siècle on peut remarquer sa nette augmentation, en concomitance avec le début des importations attiques, qui semblent à l’heure actuelle continuer jusqu’aux débuts ou au milieu du ve s. av J.-C.29. Après une diminution dans le premier quart du ve s. av. J.-C., elles deviennent constantes jusque vers la fin du siècle.

  • 30 Salzani, Vitali 1991, p. 418, fig. 13 (en bas) ; Bonomi 2000a, p. 122 ; Salzani, Vitali 2003, p. 11 (...)

97Les premières attestations datables avec une certaine précision, c’est-à-dire pas avant le deuxième quart du vie à cause du terminus post quem fourni par la céramique corinthien moyen et pas au-delà du troisième quart du siècle pour des raisons de typologie, sont de production gréco-orientale et de type milésien de pleine tradition archaïque. Il s’agit de quatre lèvres de même forme dont une (cat. SB28) provient de la même unité stratigraphique (US 56) qui a livré un fragment de kotyle corinthien moyen considéré comme le plus ancien du site30. Au plan quantitatif, dans le courant du vie s., les productions les plus documentées sont les grecques d’Occident, plus précisément la « forme 1 α ». Les amphores de cette forme sont datables dans le courant du vie s. av. J.-C. sans qu’il y ait une possibilité de préciser ultérieurement la chronologie sur une base exclusivement morphologique. La datation des exemplaires de San Basilio, pour lesquels on ne dispose pas encore des données chronologiques de tous les contextes, ne pourra pas remonter avant le deuxième quart du siècle en raison du terminus post quem mentionné plus haut (importations du Corinthien moyen). Les productions gréco-occidentales sont numériquement suivies par les gréco-orientales, parmi lesquelles se distingue par son unicité dans tout le territoire de l’Italie septentrionale un exemplaire de Clazomènes, et enfin par les nord-égéennes. Au cours du ve s. av. J.-C., les importations les plus nombreuses sont les corinthiennes B, et donc une fois de plus les fabriques occidentales qui, comme au siècle précédent, sont suivies par celles de la Grèce de l’Est et de l’Égée septentrionale.

Graphique 3. Bande côtière et chora d’Adria : données quantitatives des importations des différents groupes d’amphores entre les deuxième-troisième quart du vie et les débuts du ve s. av. J.-C.

Graphique 3. Bande côtière et chora d’Adria : données quantitatives des importations des différents groupes d’amphores entre les deuxième-troisième quart du vie et les débuts du ve s. av. J.-C.

Graphique 4. Bande côtière et chora d’Adria : données quantitatives des importations des différents groupes d’amphores entre la fin du vie et la fin du ve s. av. J.-C.

Graphique 4. Bande côtière et chora d’Adria : données quantitatives des importations des différents groupes d’amphores entre la fin du vie et la fin du ve s. av. J.-C.

La chora d’Adria : San Cassiano et Le Balone

  • 31 Cf. à ce propos les graphiques relatifs au matériel du site de San Cassiano di Crespino, pour leque (...)

98Dans la chora d’Adria le complexe de San Cassiano a livré plus de trois-cents fragments amphoriques (cf. supra II, 1 § 3). Ils représentent un pourcentage assez élevé de l’ensemble des importations grecques trouvées sur le site31, et les fragments caractéristiques appartiennent à une dizaine d’individus.

  • 32 Je dois les informations sur les contextes de San Cassiano à la gentille collaboration de l’équipe (...)

99Les types identifiables dans un matériel amphorique, malheureusement très fragmenté et fortement abrasé en surface, sont tous attribuables par leur typologie à l’époque archaïque et proviennent, d’après la stratigraphie, de la phase initiale du site32, correspondant au moment de la mise en œuvre des fondations trachytiques des structures et actuellement datée entre la fin du vie et les débuts du ve s. av. J.-C.

100La production la mieux documentée est celle des amphores occidentales de « forme 1 α ». La chronologie de ce groupe est comprise entre les débuts du vie s. av. J.-C. et 490 av. J.-C., mais la datation des exemplaires de San Cassiano, en raison de la stratigraphie, ne pourra pas remonter avant la dernière décennie du vie s. av. J.-C.

  • 33 Cf. de Marinis 2007, p. 166, fig. 112, 1-2, pour lequel cf. cat. FO78 e FO79).

101Deux fragments, appartenant peut-être au même individu, sont attribuables à la forme Agora 1502 du type « à la brosse », probablement mais non sûrement de production attique. Le type est datable entre le milieu du vie s. et 480 av. J.-C., mais, pour des raisons stratigraphiques, dans ce cas aussi le vase n’est pas antérieur aux dernières années du vie s. av. J.-C., trouvant son parallèle dans les deux autres uniques exemplaires d’amphores « à la brosse » actuellement connus de l’aire padane, et plus exactement du Forcello de Mantoue33.

102Un peu plus à l’ouest de San Cassiano, la petite nécropole de Le Balone et la zone d’habitat lui étant reliée qu’il a été possible d’explorer (cf. infra II, 1 § 4), ont livré uniquement deux amphores commerciales (respectivement cat. LB2 et LB1). Les deux exemplaires sont attribuables au type A et au type B de Corinthe et peuvent être situés respectivement dans la première moitié et vers le milieu du ve s. av. J.-C.

Notes

1 Sur la question complexe de la plus ancienne présence grecque dans l’Adriatique septentrionale et du rapport entre Adria et Spina, dont les grandes lignes sont présentées dans la contribution toujours fondamentale de G. Colonna (Colonna 1974), on renvoie à la récente mise à jour du même spécialiste (Id. 2003). Pour une synthèse et une mise à jour des plus anciennes importations grecques d’Adria, cf. Bonomi 2000a. Pour les premières importations grecques de Spina, datées entre 540 et 520 av. J.-C., cf., en dernier, Bruni 2004, notamment p. 84.

2 La présence à Adria de Grecs, et plus particulièrement d’Éginètes, est clairement attestée par la documentation épigraphique (Colonna 1974 ; Guarducci 1978), peut-être dans une véritable apoikia, dont la présence dans le territoire des « Umbri » est documentée également par les sources littéraires (Colonna 1974, p. 10-13 ; Id. 2003).

3 Pour les composantes ethnolinguistiques d’Adria, identifiées grâce à la documentation épigraphique, on renvoie aux contributions de Colonna et Guarducci citées à la note précédente et, en dernier lieu, à Maggiani 2002, notamment, p. 57-58, avec d’amples références bibliographiques, et Colonna 2003, p. 166-168, avec bibliographie. Pour les récentes acquisitions sur les phases de l’habitat d’Adria et sur ses composantes culturelles, Bonomi, Camerin, Tamassia 2003, notamment p. 207, avec références bibliographiques.

4 C’est vers le milieu du vie s. av. J.-C. que l’on fait remonter les premières attestations de bucchero à Adria et c’est entre 520 et 460 av. J.-C. que l’on situe les inscriptions étrusques, volsiniennes, documentées dans la cité (cf. bibliographie citée à la note précédente). Pour les données épigraphiques et archéologiques concernant l’introduction d’Adria dans les itinéraires commerciaux étrusco-padans, on renvoie respectivement à Maggiani 2002, p. 58 et n. 25, et à Bonomi 2003.

5 Pour les définitions politico-institutionnelles « Adria emporion » et « Adria polis », cf. en dernier Colonna 2003 ; pour les définitions archéologiques chronologiquement correspondantes « Adria I » et « Adria II », cf. Donati, Parrini 1999.

6 Pour la documentation sporadique relative à ces localités du territoire d’Adria cf. De Min, Iacopazzi 1986, p. 171-172 ; et en dernier, Peretto, Vallicelli, Wiel-Marin 2003, avec bibliographie.

7 On fait remonter vers le milieu du vie s. av. J.-C. la datation d’un aryballe globulaire de production corinthienne provenant d’une des tombes plus anciennes (Bonomi 2000a, p. 123 et n. 15, avec bibliographie).

8 Munsell Soil Colour Charts, Baltimore 1975.

9 L’étude géomorphologique de l’aire de l’ « Isola di Ariano », où surgit l’habitat, est due à R. Peretto (en dernier, Peretto 1999).

10 Les premiers sondages dans l’aire de l’habitat archaïque, conduits par M. De Min en 1983 (De Min 1984, p. 822 ; De Min, Iacopazzi 1986 ; De Min 1988), ont été suivis par d’autres interventions de fouille, entre 1987 et 1989, sous la direction de L. Salzani et D. Vitali (Salzani, Vitali 1988 ; Id. 1991 ; Id. 2003). Après une période d’abandon, qui a suivi les dernières décennies du ve s. av. J.-C. (Salzani, Vitali 2003, p. 118), l’aire fut occupée par un vaste habitat d’époque romaine.

11 Bruni 1994 ; Bonomi 2000a, p. 122 et n. 9.

12 Salzani, Vitali 1991, p. 418, fig. 13 ; Bonomi 2000a, p. 122 et n. 10-12 ; Salzani, Vitali 2003, p. 118, n. 8, fig. 17.

13 De Min, Iacopazzi 1986, p. 173-174 ; De Min 1988, p. 85.

14 Salzani, Vitali 1988 ; Id. 1991 ; Cattaneo 1996, p. 323 ; Salzani, Vitali 2003 ; Colonna 2003.

15 Sassatelli 1993, p. 185.

16 Pour les amphores publiées de San Basilio, cf. Cattaneo Cassano 1995 ; Cattaneo 1996, p. 323-326.

17 Il s’agit des deux objets attribués d’abord par J. C. Szylàgyi à la seconde moitié du Corinthien Moyen (à ce sujet, cf. les contributions de L. Salzani et D. Vitali citées dans le texte), dont l’un a été assigné par S. Bonomi de préférence au Corinthien Tardif I (Bonomi 2000a, p. 122 et n. 11 avec comparaisons).

18 Pour les recerches archéologicques conduites à San Cassiano, cf. Harari 1999 ; Id. 2002 ; Id. 2004a ; Id. 2004b.

19 Alberti 1986, p. 317-324.

20 Pour la fouille et la documentation de la nécropole on renvoie à Salzani 1991 et Id. 1994.

21 Marinetti 1994.

22 Pour la navigabilité endolagunaire de l’aire septentrionale du delta du Pô, cf. Peretto 1999.

23 Pour la documentation de fouille relative au repérage du quartier d’habitation on renvoie à Salzani, Peretto, Zerbinati 1988 et à Salzani 1994.

24 Pour la céramique corinthienne : Bonomi 1991, pl. I, 5-6 ; Ead. 2000a, p. 122. Pour les premières importations de céramique attique : Bonomi 1991, pl. 35, 1 ; Ead. 1997, p. 32, fig. 20 ; Ead. 2000a, p. 122-123). Pour la céramique attique d’Adria on renvoie aussi à Bonomi 1988 ; Ead. 2000 b ; Vallicelli 2004 ; et Wiel-Marin 2005.

25 Bonomi 1988, p. 67, 81-82.

26 Pour une synthèse sur la tendance des importations de céramique figurée grecque à Adria, voir Boardman 1979 et Bonomi 1988, p. 67. Plus récemment, cf. : Giudice 2004, fig. 14-20 ; et Wiel-Marin 2005, p. 89. Pour quelques observations sur les céramiques attiques du ve s. provenant des fouilles de l’habitat d’Adria, cf. aussi les considérations de Bonomi 2003, p. 142 et Bonomi, Camerin, Tamassia 2003, p. 207.

27 Sur le floruit d’Adria : Colonna 1974 ; Bonomi 1988 ; et Colonna 2003, notamment p. 61. Sur les lacunes dans nos connaissances sur la phase du vie et du ve s. av. J.-C. d’Adria, récemment comblées par quelques découvertes dans l’habitat (Bonomi, Camerin, Tamassia 2003) e dans les nécropoles (là. 2002), Bonomi 1988, p. 67.

28 Par exemple, pour la phase problématique du ive s. av. J.-C., les plus récentes recherches sur les céramiques attiques à figures rouges des nécropoles et de l’habitat d’Adria (cf. respectivement : Bonomi 2000a ; Wiel-Marin 2005) ont augmenté le nombre d’attestations connues en modifiant ainsi la tendance des importations précédemment connue pour cette phase historique.

29 Sur les importations grecques les plus anciennes de San Basilio : Salzani, Vitali 1991, p. 418, fig. 13 ; Bonomi 2000a, p. 122 et n. 10-12 ; Salzani, Vitali 2003, p. 118, n. 8, fig. 17. On peut dater autour de 600 av. J.-C. une kotyle étrusco-corinthienne que S. Bruni considère de production de Vulci (Bruni 1994 et Id. 1998, n. 24). Si pour le matériel corinthien, comme on le verra mieux ci-après, l’hypothèse d’une provenance à travers l’Adriatique est désormais largement acceptée, ce produit etrusco-corinthien constitue un indice de l’intérêt porté par l’Étrurie propre à la région du delta du Pô (Bonomi 2000a, p. 122). D’après S. Bruni, le vase serait arrivé dans l’aire de la Haute Adriatique grâce à la médiation de Bologne (Bruni 1994, p. 189) : pour G. Colonna, il serait au contraire arrivé via Volsinii-Verucchio (Colonna 2003, p. 158). Outre cette kotyle il faut aussi rappeler l’oenochoé trilobée récemment assignée par S. Bonomi à la même production (Bonomi 2000a, p. 122 et n. 9). La céramique attique, en cours d’étude, semble datable entre les dernières décennies du vie et les débuts ou le milieu du ve s. av. J.-C. (Salzani, Vitali 1991, p. 417 ; Id. 2003, p. 118).

30 Salzani, Vitali 1991, p. 418, fig. 13 (en bas) ; Bonomi 2000a, p. 122 ; Salzani, Vitali 2003, p. 118, n. 8, fig. 17 (le second de la colonne de droite).

31 Cf. à ce propos les graphiques relatifs au matériel du site de San Cassiano di Crespino, pour lequel on renvoie en dernier à Harari 2004a, fig. 4-5.

32 Je dois les informations sur les contextes de San Cassiano à la gentille collaboration de l’équipe de l’Université de Pavie dirigée par le Prof. Maurizio Harari qui a conduit les fouilles du site (dont la publication est en préparation).

33 Cf. de Marinis 2007, p. 166, fig. 112, 1-2, pour lequel cf. cat. FO78 e FO79).

Table des illustrations

Titre Fig. 69. Carte du Nord de l’Italie.
Légende Emplacement des sites concernés par les échanges d’amphores commerciales grecques dans le secteur compris entre les Apennins et les Alpes
Crédits (F. Sacchetti).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 70. Carte du delta septentrional du Pô à l’époque protohistorique (en ligne continue le littoral fossile ; en pointillé le littoral actuel).
Légende Emplacement des sites qui ont livré des amphores grecques
Crédits (DAO F. Sacchetti d’après Peretto 1994, fig. 5).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 71. Adria, amphore de type corinthien B de la Collezione Bocchi.
Légende Cat. AD3
Crédits (© Soprintendenza per : Beni Archeologici del Veneto).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 72. Adria, nécropole de Cà Cima, Tombe 11.
Légende Cat. AD4
Crédits (© Soprintendenza per : Beni Archeologici del Veneto).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 73. Adria, nécropole de Cà Cima, Tombe 17.
Légende Cat. AD6
Crédits (© Soprintendenza per : Beni Archeologici del Veneto).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 74. Adria, via Ex Riformati, fond d’amphore gréco-occidentale de forme « 1α » avec graffito.
Légende Cat. AD8
Crédits (photo F. Sacchetti).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Légende Pl. I. Adria.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2M
Légende Pl. II. Adria.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Titre Fig. 75. Ariano Polesine, lieu-dit San Basilio, terrain Forzello, photo aérienne
Crédits (d’après Salzani, Vitali 2003, fig. 1).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende Pl. III. San Basilio.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 7,1M
Légende Pl. IV. San Basilio.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 7,1M
Titre Fig. 76. Ariano Polesine, lieu-dit San Basilio, lèvre d’amphore de type milésien archaïque.
Légende Cat. SB26
Crédits (photo F. Sacchetti).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Pl. V. San Basilio.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7M
Titre Fig. 77. Crespino, lieu-dit San Cassiano, plan synthétique de la zone explorée pendant les campagnes de fouille 1996-2002
Crédits (d’après Harari 2004, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 78. Crespino, lieu-dit San Cassiano, lèvre d’amphore « à la brosse ».
Légende Cat. SC9
Crédits (photo F. Sacchetti).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Pl. VI. San Cassiano.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 79. Rovigo, lieu-dit Le Baione, Tombe 1
Crédits (D’après R. Peretto éd, Baione. Insediamento etrusco presso un ramo del Po, Padova 1994, fig. 26-27).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 80. Rovigo, lieu-dit Le Baione, amphore de type corinthien B de la Tombe 1
Crédits (d’après Baione. Insediamento etrusco presso un ramo del Po, Padova, 1994, fig. 50).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Pl. VII. Le Balone.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Titre Graphique 1. Bande côtière et chora d’Adria : tendance des importations d’amphores grecques dans la période considérée
Légende (deuxième-troisième quarts du vie-fin du ve s. av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 2. Bande côtière et chora d’Adria : données quantitatives des importations des différents groupes d’amphores pendant toute la période examinée
Légende (deuxième-troisième quarts du vie-fin du ve s. av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Graphique 3. Bande côtière et chora d’Adria : données quantitatives des importations des différents groupes d’amphores entre les deuxième-troisième quart du vie et les débuts du ve s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Graphique 4. Bande côtière et chora d’Adria : données quantitatives des importations des différents groupes d’amphores entre la fin du vie et la fin du ve s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1256/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search