Version classiqueVersion mobile

Les amphores grecques dans le nord de l’Italie

 | 
Federica Sacchetti

Première partie. Bilan des études sur les amphores grecques des époques archaïque et classique

Chapitre 5. Les productions amphoriques de l’Égée orientale

Texte intégral

1L’aire de l’Égée orientale, qui comprend à la fois les côtes de l’Asie Mineure et les îles en face de cette même côte, a été, dès l’époque archaïque et jusqu’à l’époque hellénistique, un foyer de production important de différentes formes d’amphores exportées très tôt vers l’Occident.

2Parmi les productions grecques orientales attestées en Italie du nord, on trouve à la fois des séries amphoriques bien caractérisées et qui ont fait l’objet d’études approfondies (Chios et Clazomènes), mais aussi des séries dont l’identification et la définition sont plus difficiles à établir. La difficulté principale pour ces séries réside dans un phénomène de production qui dépasse le simple caractère local. Nous sommes donc confrontés à des productions qualifiées de « régionales » ou même « extra-régionales », suivant en cela les définitions proposées par M. Lawall, et qui sont partagées par de multiples centres de production. C’est le cas notamment des groupes connus respectivement sous les noms de « Samos-Milet » et de « Solokha I ».

3La définition précise de ces deux « groupes » demeure cependant partielle et, à y regarder de près, il règne encore une certaine confusion, notamment en ce qui concerne leur développement diachronique d’ensemble. L’hétérogénéité à l’intérieur de chacun des groupes est évidente, tant d’un point de vue morphologique que des pâtes. Le phénomène doit probablement être mis au compte de la multiplicité des ateliers contemporains, parfois localisés dans des zones très éloignées les unes des autres, et qui en adaptant localement un prototype commun, ont introduit des variantes de détails, probablement issus de la tradition vasculaire locale.

1. La production amphorique attribuée à Chios

  • 1 Grace 1953, p. 105 ; Grace, Savvatianou-Petropoulakou 1970 ; Whitbread 1995, p. 135.

4La production d’amphores à Chios est un phénomène ancien qui n’a pas connu d’interruption depuis le viie s. jusqu’au ier s. av. J.-C. L’importance du commerce lié aux amphores dans le cadre de l’économie et de l’histoire de l’île est attestée notamment par la présence de l’amphore comme emblème de Chios sur ses émissions monétaires jusqu’au iiie s. av. J.-C.1.

  • 2 En ce qui concerne les monnaies, il s’agit respectivement d’une émission avec un sphinx assis devan (...)

5L’attribution à Chios de la forme d’époque tardo-archaïque et classique à col « bombé », ainsi que de son évolution vers le type à col droit du dernier quart du ve s. av. J.-C., a d’abord été mise en évidence par V. Grace sur la base de la représentation de ces deux types de conteneurs sur deux émissions monétaires de l’île datées du ve s. av. J.-C. Dans le cas de la forme à col bombé, l’attribution a été confirmée ultérieurement par les analyses archéométriques et par la présence de l’effigie de l’amphore sur une gemme attribuée au tailleur Dexamenos de Chios2.

  • 3 .Sur la production d’époque archaïque, voir : Dupont 1998, p. 146-151, fig. 23.1-23.2. Sur les amph (...)
  • 4 Sur la zone suburbaine de Kophinà : Anderson 1954 ; pour Emporio : Boardman 1967 ; pour la zone du (...)
  • 5 Pour la Mer Noire : Brašinskij 1980 et Brašinskij, Marčenko 1984 ; pour l’épave de la Pointe Lequin (...)

6Le tableau d’ensemble du développement morphologique de la production chiote peut être considéré comme bien défini, aussi bien pour l’époque archaïque, sur laquelle se sont concentrées les recherches de P. Dupont, que pour la production du ve s. av. J.-C., qui a bénéficié d’importants points d’ancrages typochronologiques grâce aux exemplaires livrés par les contextes du Céramique et de l’Agora d’Athènes, étudiés respectivement par U. Knigge et M. Lawall3. À ces fonds fondamentaux, il faut également ajouter les découvertes de Chios même et de ses alentours4, les contextes funéraires du secteur de Elizavetovskoe, sur la Mer Noire, ainsi que les épaves de la Pointe Lequin 1A, de Cala Sant Vicenç et de Géla5.

1.1. Bilan des études

  • 6 Pour le début de la série, voir : Slaska 1986, p. 55-56 ; sur la morphologie de ce type initial, vo (...)
  • 7 Pour la définition du type chiote sans engobe qui précéderait la fabrication des types à engobe, vo (...)

7Les types les plus anciens, que P. Dupont date de la seconde moitié du viie s. av. J.-C., sont caractérisés par une panse large et ovoïde, un col court cylindrique à lèvre épaissie, des anses à section elliptique et un court et large pied tronconique creux à la base, en forme d’anneau. Compte tenu de la présence d’un engobe blanc-crème sur l’ensemble de la surface externe du vase, le type est généralement qualifié white slipped. Sur cet engobe sont réalisées des décors peints de couleurs sombres, généralement brun ou rouge. Le décor consiste en d’amples bandes horizontales, réalisées sur la lèvre, à la base du col et sur la panse : trois bandes rapprochées sur l’épaule et deux plus éloignées sur la partie inférieure de l’amphore. Toujours sur l’épaule, au-dessus des trois bandes supérieures, un décor caractéristique en forme de « S » couché est généralement apposé. Une bande peinte forme un anneau autours des jonctions supérieures et inférieures des anses, qui portent également une bande peinte verticale sur leur surface externe. Cette bande verticale, relativement longue, rejoint généralement les bandes horizontales placées dans la partie inférieure de la panse6. La définition des types anciens de Chios et leur chronologie est cependant discutée. Pour M. Slaska, par exemple, les exemplaires qui ouvrent la série au milieu du viie s. av. J.-C. présenteraient un engobe transparent mince, de la même couleur que l’argile ou un peu plus clair, alors que les types white slipped n’apparaîtraient pas avant la fin du viie s. av. J.-C. pour continuer dans le courant de la première moitié du siècle suivant. Ces amphores, surtout les exemplaires fragmentaires, seraient donc difficiles à distinguer de la série contemporaine de Clazomènes qui, bien qu’elle présente le même système décoratif du type chiote white slipped, est dépourvue de l’engobe blanc7.

  • 8 Sur le type : Dupont 1998, fig. 23.1, f-h ; de Marinis 1999, p. 265-266, fig. 7.2, avec références (...)

8L’évolution morphologique de la série, dans le courant de la première moitié et du troisième quart du vie s. av. J.-C., se caractérise par l’apparition d’une forme plus élancée, avec l’épaule nettement fuyante. La panse présente alors son diamètre maximal environ à mi-hauteur, et le pied tronconique a un diamètre réduit. C’est à sa morphologie fusiforme que le type doit la dénomination de bobbin type par laquelle cette forme est généralement connue dans la bibliographie. L’engobe blanchâtre et un décor de couleur brun-rouge analogue à celui du type précédent white slipped est toujours présent8.

  • 9 Sur l’évolution morphologique des productions des trente dernières années du vie s. av. J.-C., corr (...)
  • 10 Long, Miro, Volpe 1992.

9Entre la fin du second et le troisième quart du vie s. av. J.-C., on assiste à la production concomitante de deux types d’amphores de production chiote. En effet, alors que la série white slipped semble encore en cours de production, une nouvelle forme chiote apparaît, connue sous le nom de type « Lambrino A1 » ou Zeest’s funnel-necked (fig. 38 a-b), dont la production est attestée jusqu’en 510 av. J.-C., lorsqu’elle évolue vers le type « Lambrino A2 » (fig. 38 c et fig. 40, première à gauche) documenté entre 510 et 490 av. J.-C. Les formes « Lambrino A » ne présentent plus la forme fusiforme typique de la première moitié du siècle, mais un profil plutôt piriforme, une lèvre en bourrelet légèrement épaissie et un col cylindrique se distinguant nettement de l’épaule. Le col peut être haut et légèrement évasé ou bien bref et au profil rectiligne. Le pied, plus haut qu’auparavant mais également plus étroit, peut être défini de forme cylindrique creuse à base annulaire. L’engobe blanc-crème n’est presque plus présent et le décor est plus simple que celui des types précédents, se limitant à une bande de peinture sur la lèvre, à une ou deux lignes horizontales minces tracées sur l’épaule et à une ligne courant verticalement le long des anses9. Un élément important pour la datation du type « Lambrino A est constitué par la présence d’exemplaires de cette forme dans les épaves de la Pointe Lequin 1A et de Cala Sant Vicenç, dont les naufrages sont datés respectivement vers 515 et 510 av. J.-C.10.

Fig. 38. Amphores de Chios de la deuxième moitié du vie s. av. J.-C. : types « Lambrino A »

Fig. 38. Amphores de Chios de la deuxième moitié du vie s. av. J.-C. : types « Lambrino A »

(d’après Dupont 1998, fig. 23.2.a-c).

10Durant la période de transition entre le vie et le ve s. av. J.-C., les amphores de la série adoptent une forme marquée par le gonflement du col, qui détermine le passage entre les types « Lambrino A » et les types appelés swollen-necked (Dupont 1998 ; de Marinis 1999) ou bulging-neck types (Lawall 1995), caractéristiques de la fin du vie et des premiers trois quarts du ve s. av. J.-C.

  • 11 Knigge 1976, p. 23-24.
  • 12 Lawall 1995, p. 89-92.

11Entre la fin du vie et les trois premiers quarts du ve s. av. J.-C., d’après la classification récente de R. de Marinis, on peut distinguer quatre variantes d’amphores swollen-necked assimilables au sous-type dit early bulgy et une au sous-type later bulgy. Aux quatre variantes du type swollen-necked/early bulgy de R. de Marinis correspondent grosso modo les deux premières variantes du type à col bombé, désignées C/1 et C/2 dans la classification proposée par U. Knigge pour les amphores du Céramique d’Athènes11 et récemment reprise par M. Lawall, qui à travers l’étude des fonds de l’Agora a pu en préciser le cadre chronologique12. Au sous-type connu sous le nom de later bulgy correspond enfin la variante C/3 de U. Knigge.

  • 13 Pour Chios : Anderson 1954, p. 139, n, 51, fig. 8.51 ; pour égine : Johnston 1990, p. 38-40, fig. 1 (...)
  • 14 De Marinis 1999, p. 266, fig. 7.4 et notes 71-74, avec références bibliographiques relatives aux dé (...)

12La série des amphores chiotes à col bombé commence donc à la fin du vie s. av. J.-C. et continue d’exister tout en évoluant jusque dans le courant du ve s. av. J.-C. avancé. La variante la plus ancienne du type d’après la sériation de R. de Marinis est datable autour du passage entre le vie et le ve s. av. J.-C. sur la base de quelques exemplaires trouvés dans des contextes d’époque tardo-archaïque de l’espace égéen telle la zone suburbaine de Kophinà à Chios, le temple d’Aphaïa à Égine et en Mer Noire, notamment Elizavetovskoe et Histria13. Cette variante archaïque présente un panse ovoïde assez large, une lèvre légèrement épaissie, un col bref au gonflement encore peu marqué et un pied de forme presque cylindrique, creux et à la base en anneau. Les exemplaires de cette forme présentent de la peinture sur la lèvre, un décor peint de deux lignes minces horizontales sur l’épaule, une sur le bas de la panse et parfois des petits cercles sur le col ou sur l’épaule14 (fig. 39 a).

  • 15 Knigge 1976, p. 23-24 ; Dupont 1998, fig. 23.2, d ; de Marinis 1999, p. 266-267, fig. 7.5. Pour la (...)
  • 16 Lawall 1995, p. 90, fig. 19, 23-25 (variante C/1).
  • 17 Sur ces observations : Lawall 1995, p. 90 et note 9, avec références bibliographiques à des exempla (...)
  • 18 P Dupont définit aussi dans sa classification une variante de ce type : with unpeinted rim (Dupont (...)
  • 19 Lawall 1995, p. 90 (variante C/1). Pour une interprétation du timbre circulaire, voir : Eiseman, Ri (...)

13L’étape évolutive suivante de la sériation de R. de Marinis doit être située entre la fin du ve s. et 480 av. J.-C. et je crois qu’elle pourrait correspondre à la variante C/1 di U. Knigge (fig. 39 b et fig. 40, deuxième à gauche). La chronologie de cette variante, déjà bien établie sur la base de la documentation du puits Q 12 :3 de l’Agora, daté entre 520 et 490 av. J.-C., ainsi que de la cargaison de l’épave de Gela, datée entre 500 et 480 av. J.-C., a été confirmée par l’étude de différents autres dépôts de l’Agora d’Athènes15. Les amphores chiotes livrées par ces contextes sont caractérisées par un profil plus sensiblement piriforme qu’auparavant, dû à un épaulement plus marqué et plus aplati. Les anses, de section elliptique à circulaire, sont brèves et rentrantes dans la partie inférieure16. Le pied, de forme cylindrique plus marquée, présente en général une profonde cavité centrale et une base en anneau légèrement épaissi au profil rentrant en bas. On peut cependant affirmer, sur la base de l’observation de nombreux exemplaires, que tant le profil du pied que la profondeur et la forme de sa cavité sont assez variables17. Le décor peint est limité à la lèvre, à de simples et fines lignes horizontales qui peuvent être situées au-dessous de la lèvre ou sur l’épaule, et à une ligne verticale courant parfois le long de la surface externe des anses18. Sur les exemplaires de l’Agora d’Athènes, outre ce type de décor, M. Lawall a pu souvent observer un double motif en boucle (curlicue motif) représenté sur l’épaule, immédiatement au-dessous du timbre circulaire imprimé pour tester la densité de l’argile en phase de séchage.19

Fig. 39. Tableau typochronologique des amphores de Chios au ve s. av. J.-C.

Fig. 39. Tableau typochronologique des amphores de Chios au ve s. av. J.-C.

(d’après de Marinis 1999, fig. 7.4-7.9).

Fig. 40. Amphores de Chios : types Lambrino 2, C/1, C/2 (en haut) et C/3 de U. Knigge (à gauche). Agora inv. A-P2422, P24873, P21971, P2371

Fig. 40. Amphores de Chios : types Lambrino 2, C/1, C/2 (en haut) et C/3 de U. Knigge (à gauche). Agora inv. A-P2422, P24873, P21971, P2371

(© American School of Classical Studies at Athens : Agora Excavations).

  • 20 Pour le type : Knigge 1976, p. 23-24 ; Dupont 1998, fig. 23.2, f ; de Marinis 1999, p. 267, fig. 7. (...)
  • 21 Sur la définition de cette troisième variante, voir : de Marinis 1999, p. 267, fig. 7.6. Pour les e (...)
  • 22 Pour une description des anses de cette forme, voir : Lawall 1995, p. 90, fig. 20 (variante C/2).
  • 23 Lawall 1995, p. 91, fig. 31.

14La forme évolue nettement entre 480 et 440 av. J.-C., datation attribuée à la variante C/2 de U. Knigge correspondant à la troisième variante de R. de Marinis20 (fig. 39 c et fig. 40, troisième à gauche). La première partie de la période, entre 480 et 450 av. J.-C., est illustrée par des exemplaires d’Elizavetovskoe, et située dans le temps sur la base de la découverte d’une amphore complète dans le colmatage du puits H 6 :5 de l’Agora, lui-même daté de 470-460 av. J.-C. Plusieurs autres exemplaires provenant de dépôts plus récents, dont le dépôt N 7 :3, mais datés au plus tard vers 440 av. J.-C. sont également connus21. Il s’agit d’un conteneur qui, bien qu’il ne présente pas d’importantes variations morphologiques avec les exemplaires précédents, est caractérisé par une forme générale visiblement plus allongée et par un profil plus fuselé. Les anses, implantées sur une épaule fuyante plus que dans les types précédents, sont plus longues et plus recourbées dans la partie supérieure et moins rentrantes dans la section inférieure, car elles descendent vers l’épaule en se tenant plus proches du col22. Le pied est encore du type cylindrique creux à l’intérieur avec une base en anneau et une profonde cavité à la base. Le profil du pied serait, selon R. de Marinis, plus rentrant dans sa partie inférieure que pour la variante précédente. Cette remarque ne semble pas recouper complètement les observations de M. Lawall sur le matériel de l’Agora qui considère ce détail morphologique comme non déterminant en matière chronologique23.

  • 24 Sur l’amphore P21971 de l’Agora : Grace 1953, p. 104, n° 150, et Ead. 1961, fig. 44 (seconde à part (...)
  • 25 De Marinis 1999, p. 267-268, fig. 7. 7.
  • 26 M. Lawall utilise la même amphore P21971 comme illustration du type C/2 (Lawall 1995, p. 90, n. 11, (...)
  • 27 De Marinis 1999, p. 268.

15La quatrième et dernière variante du type early bugly identifiée par R. de Marinis se situerait vers 450 av. J.-C., datation établie sur la base de l’amphore P21971 du contexte N 7 :3 de l’Agora d’Athènes, daté entre 460 et 440 av. J.-C., et de quelques exemplaires d’Histria24. Les conteneurs appartenant à cette variante ne présenteraient pas de différences substantielles par rapport à la variante précédente, si ce n’est le profil du pied, toujours de type cylindrique creux à l’intérieur, mais légèrement concave et non rentrant et présentant même une carène à l’extérieur, à proximité de la base en anneau25 (fig. 39 d). Cette quatrième variante de la proposition typologique de R. de Marinis, absente dans la typologie de U. Knigge et de M. Lawall26, s’avère assez difficile à caractériser au regard des éléments qui définissent la troisième. Le même R. de Marinis a d’ailleurs remarqué que « le due varietà databili al secondo quarto e alla metà del V secolo sono difficilmente distinguibili quando si conservano solamente frammenti del collo, delle anse, della spalla (...) »27. Quoi qu’il en soit, au regard de la rareté des exemplaires documentés pour cette nouvelle variante décrite par R. de Marinis, de l’absence de modifications morphologiques significatives, d’une chronologie qui semble se confondre avec celle de la variante précédente et des doutes émis par M. Lawall sur le caractère non pertinent en termes chronologiques des variations morphologiques des pieds, je crois qu’il est plus prudent d’éviter une fragmentation excessive du cadre typo-chronologique des amphores de Chios au ve s. av. J.-C. La présence à Chios de plusieurs ateliers parallèles et contemporains pourrait expliquer la raison pour laquelle on trouve documentés des exemplaires qui présentent de légères variations par rapport à un modèle général par ailleurs assez bien défini, sans que ces variations puissent toutefois justifier la création d’une variante en tant que telle.

  • 28 Sur la définition du sous-type later bulgy, voir : de Marinis 1999, p. 268-269, fig. 7. 8, avec réf (...)
  • 29 Pour la chronologie du sous-type later bulgy, ou variante C.3 : Lawall 1995, p. 99-102, avec référe (...)

16Au troisième quart du ve s. av. J.-C. est daté le sous-type de la série swollen-necked désigné later bulgy et correspondant à la variante C/3 de U. Knigge (fig. 39 e et fig. 40, quatrième à gauche). Le caractère distinctif le plus significatif de cette variante concerne la forme du col. Celui-ci est articulé en deux parties placées l’une sur l’autre : dans la partie supérieure le profil bombé conserve donc la rondeur caractéristique des types swollen-necked qui se sont affirmés à partir de la fin du vie s. av. J.-C. ; la partie inférieure est de forme cylindrique s’ouvrant largement vers le bas, avec un profil dans la continuité de l’épaulement qui adopte une allure concave. La morphologie générale du pied est modifiée par rapport au sous-type précédent early bulgy et se caractérise maintenant par une forme cylindrique grossie. La base, en anneau, présente une cavité centrale de profondeur modérée mais de toute façon susceptible de variations tout à fait secondaires28. Le passage du sous-type early bulgy aux sous-types later bulgy est illustré par sa découverte dans le remblai le plus récent du Punic Amphora Building de Corinthe, dont le plus ancien niveau ne contenait que des sous-types early bulgy. La chronologie est confirmée par l’attestation des premiers exemplaires de cette forme dans le contexte N 7 :3 de l’Agora d’Athènes, clos vers 440 av. J.-C., et des derniers dans les dépôts M 17 :7 et R 13 :14, l’un et l’autre clos en 425 av. J.-C.29

  • 30 Sur ce type : Lawall 1995, p. 91-92, fig. 22, 33-36 ; de Marinis 1999, p. 269, fig. 7. 9.
  • 31 Sur la chronologie de cette phase fondamentale, voir : Lawall 1995, p. 102-103 et note 66.
  • 32 Grace 1961, fig. 45-47.

17Dans le courant du dernier quart du ve s. av. J.-C., la série swollen-necked disparait lorsque le sous-type later bulgy est remplacé par un conteneur dont l’originalité la plus évidente est l’abandon du caractère bombé du col. Les nouvelles amphores « à col droit », ou straight-neck type (fig. 39 f et fig. 41), ont un col cylindrique au profil rectiligne et une épaule plus haute et plus aplatie que dans la série précédente. La forme du pied subit également une modification car sa terminaison perd la forme cylindrique pour adopter une forme tronconique avec base en anneau et cavité centrale. On trouve parfois à la base des anses un timbre représentant un sphinx et une amphore du type ancien à col bombé30. La chronologie de cette forme est établie une fois de plus par l’étude des contextes de l’Agora d’Athènes. Ici, les exemplaires les plus anciens proviennent du dépôt R 13 :4, clos en 425 av. J.-C., et cinq des huit contextes datés du dernier quart du ve s. av. J.-C. et contenant des amphores chiotes ont exclusivement livré le type à col droit31. C’est à partir de ce type à col cylindrique, qui reste inchangé jusqu’au début du vie s. av. J.-C., que se développeront ensuite les formes des amphores chiotes du ive s. av. J.-C. et des siècles suivants, caractérisées par des cols de plus en plus longs, des épaulements de plus en plus aplatis, et des pieds de plus en plus hauts32.

  • 33 Grace, Savvatianou-Petropoulakou 1970, p. 359-360 ; Grace 1979a, p. 121-122.

18On a longtemps estimé que l’introduction des amphores chiotes du type later bulgy, ainsi que leur remplacement par le type straight-neck, ancrés dans un cadre chronologique bien défini, était liés à un événement historico-économique bien précis, c’est-à-dire la promulgation du décret de Klearchos de 449-448 av. J.-C.33 Ce décret impose les nouveaux standards des poids et des mesures athéniens auxquels tous les membres de la ligue de Délos devaient se conformer. Chios devait donc s’aligner sur les nouveaux standards athéniens et selon V. Grace, ce règlement trouve une illustration dans les changements de capacité des amphores. Ainsi elle observe que le sous-type later bulgy était de 8 choes chiotes environ, ce qui correspondait à 7 choes attiques, alors que les amphores du sous-type early bulgy ne pouvaient contenir que 7 choes chiotes. Les amphores du type later bulgy auraient donc, selon V. Grace, un terminus post quem de type historique, fixé en 449-448 av. J.-C., qui est aussi confirmé par les données archéologiques. L’accroissement de la capacité des conteneurs du nouveau type later bulgy a dû impliquer une augmentation du prix unitaire des amphores de vin de Chios, ayant, à son avis, pour conséquence une chute des ventes non seulement à cause du prix mais aussi du fait que le marché aurait eu des difficultés à accepter ces conteneurs qui, malgré leurs plus grandes dimensions, conservaient la forme ancienne au col bombé. D’après la spécialiste américaine, ce fut pour résoudre ce problème de perte de garantie auprès des acheteurs que dans le dernier quart du ve s. av. J.-C. aurait été introduite la nouvelle forme à col droit. Ce nouveau modèle, qui se distingue nettement du « style » auparavant reconnu comme originaire de Chios, a dû recevoir au début une véritable marque de garantie par l’apposition d’un timbre où, à côté d’un sphinx, apparaissait une amphore du type ancien à col bombé.

Fig. 41. Amphore de Chios de type straight neck.

Fig. 41. Amphore de Chios de type straight neck.

Agora inv. SS 1839

(© American Schoolof Classical Studies at Athens : Agora Excavations).

  • 34 Grace 1979a, p. 121-122 ; Wallace 1986, p. 88.
  • 35 Pour une discussion sur la datation controversée du décret et son éventuelle relation avec le chang (...)
  • 36 En dernier lieu : Lawall 2000, p. 22, n. 1, avec bibliographie.
  • 37 De Marinis 1999, p. 271-272, avec bibliographie.
  • 38 Brashiskij 1984, p. 170-175.

19Toutefois, des doutes sur la relation existant entre les deux événements ont été successivement exprimés par V. Grace elle même et par M. B. Wallace34. La datation incertaine du décret (449 av. J.-C. ou peut-être 425 av. J.-C.), ainsi que de la relation difficile à établir entre cette décision politique et un réel changement de la capacité des amphores de Chios35, apparaissent comme des difficultés majeures. Il subsiste par ailleurs des problèmes métrologiques complexes concernant tant le système attique lui-même, ses rapports avec le système chiote36, que la correspondance entre ces systèmes et notre système métrique décimal37. Il faut rappeler enfin que les études conduites sur un certain nombre d’exemplaires complets ont montré l’extrême variabilité de la capacité des amphores chiotes à l’intérieur d’un même type38.

1.2. Centres de production

  • 39 Dupont 1982, p. 198 ; Id. 1983, p. 24, 30-31.
  • 40 Whitbread 1995, p. 138-144.

20L’attribution à l’île de Chios de la série amphorique qu’on vient de décrire a été confirmée par un programme d’analyses effectuées sur la pâte. Si les analyses chimiques mises en œuvre par P. Dupont avaient déjà donné des résultats positifs en ce sens39, les analyses pétrographiques qui les ont suivies, effectuées par I. K. Whitbread40, ont confirmé non seulement le résultat précédent, mais ont aussi permis de distinguer deux groupes pour le ve s. av. J.-C.

21Le premier groupe renvoie aux amphores de type swollen-necked / early bulgy. Il est constitué d’une matrice argileuse de couleur brun-rougeâtre, avec des dégraissants de différentes dimensions incluant des fragments de quartz, de feldspaths gris, de calcaire blanc et de particules minérales de couleur brun-rouge foncé. La pâte présente de très nombreuses vacuoles, ce qui semble être un élément caractéristique de ce groupe.

  • 41 Les recherches sur les pâtes des amphores de Chios, initiées par p. Dupont et R. E. Jones (Jones 19 (...)

22Le second groupe renvoie quant à lui aux exemplaires les plus récents, c’est-à-dire les amphores du type later bulgy et celles à col droit. Il est constitué de matrices argileuses de couleur variable, du brun clair au jaune-rougeâtre, avec une section interne allant du gris rosé au brun clair. Les dégraissants présents dans ces pâtes, moins nombreux et de plus petites dimensions, incluent des fragments de quartz et de feldspaths gris clair et blancs, des fragments de calcaire de couleur jaune pâle et de rares écailles de mica argenté41.

  • 42 Anderson 1954, p. 169 et Dupont 1982, p. 98.

23Les différences d’aspects de pâtes qui affectent les productions chiotes d’époque archaïques et celles d’époque classique est un phénomène qui a déjà été remarqué par simple analyse visuelle par I. K. Anderson et ensuite par p. Dupont42. Cette dernière distinction au sein des productions du ve s. av. J.-C., mise en évidence par I. K. Whitbread, grâce aux résultats d’analyses pétrographiques, montre toutefois que les amphores du groupe 2, c’est-à-dire celles de la seconde moitié du ve s. av. J.-C., ont une composition proche de celle des amphores archaïques à engobe.

  • 43 Lawall 1995, p. 95-103.
  • 44 Dupont 1998, p. 151.

24La variabilité visuelle des pâtes correspondant globalement aux étapes importantes de l’évolution morphologique de la série, ainsi que la réapparition à la fin du ve s. av. J.-C. d’une pâte utilisée à l’époque archaïque, autorisent à penser que l’organisation de la production d’amphores de Chios relevait d’un nombre assez important d’ateliers distincts, actifs dans la fabrication de formes différentes. Toutefois, il apparaît difficile de considérer qu’à une forme particulière et donc à un arc chronologique spécifique corresponde strictement un type de pâte. En revanche leur coexistence, au moins partielle, pourrait expliquer la présence des variantes qui viennent d’être évoquées et qu’on peut observer au cours de tout le ve s. av. J.-C.43. Par ailleurs, la proximité à la fois géographique et géologique de l’île avec le territoire d’Erythrée, situé en face sur le continent, suggère de ne pas exclure l’hypothèse de fabrications d’amphores de type chiote sur la terre ferme, où d’autres productions céramiques chiotes étaient imitées44.

1.3. Contenu

  • 45 Pour une synthèse sur les sources qui mentionnent les qualités du vin de Chios : Grace 1934, p. 296

25De nombreuses sources littéraires célèbrent la renommée du vin de Chios, considéré comme un des plus réputés dans l’Antiquité. Comme nous en informe Plutarque, à l’époque de Socrate une amphore de ce vin était payée à Athènes cent drachmes, c’est-à-dire l’équivalent de cent jours de salaire d’un ouvrier spécialisé45.

  • 46 Mattingly 1981, pl. I, b.

26Un autre document sur l’importance de la viticulture pour l’économie de l’île est l’effigie de la grappe de raisin sur une émission monétaire d’époque classique, sur laquelle elle est associée à une amphore clairement identifiée comme une amphore de Chios46.

  • 47 Roberts 1986, p. 66-67.
  • 48 Lawall 2000, p. 18, 32, n° 20-21.

27Enfin, l’observation de restes de poix sur des exemplaires d’Athènes47, ainsi que la récente relecture de quelques graffiti commerciaux sur des amphores fragmentaires de forme straight-neck48 semblent confirmer la vocation vinaire de ces conteneurs.

1.4. Diffusion dans la Méditerranée occidentale

  • 49 Sur la diffusion du type en Sicile : Albanese Procelli 1997b, p. 105-106. Plus récemment, pour Himè (...)
  • 50 Pour Cumes : Savelli 2006, p. 112-113 ; pour Pithécusses : Di Sandro 1986, p. 53-54 ; pour Calatia  (...)
  • 51 Pour l’Étrurie méridionale, voir en particulier : Boitani 1985 ; Rizzo 1990 et Slaska 1986, p. 55-5 (...)
  • 52 Sur la diffusion générale du type archaïque : Slaska 1986, p. 55-57, n. 7, avec références bibliogr (...)
  • 53 Pour Margëlliç : Ceka 1986, p. 89. Sur la documentation de Marseille et de la Provence en général, (...)
  • 54 Docter 2000, p. 72-74, n° 12-17, fig. 10, a-f ; Id. 2007, p. 660.

28Les premiers exemplaires d’amphores chiotes sont arrivés en Occident dès le début de leur production. Des amphores chiotes du type white slipped sont en effet attestées en Sicile, où elles ont été trouvées dans plusieurs sépultures de Mylai, Camarine, Himère et Naxos, ainsi que dans des contextes d’habitat ou cultuels à Himère, Mégara Hyblaea, Monte San Mauro et Naxos49. Le type est également documenté en Campanie, à Cumes, à Pithécusses, à Calatia et à Vélia, ainsi qu’en Basilicate, à Siris50. En Étrurie méridionale, notamment à Gravisca et dans les nécropoles de Caeré et de Vulci, les amphores produites à Chios représentent l’une des séries les plus abondamment attestées avec celles de Clazomènes et de Samos51. Il s’agit aussi bien d’exemplaires sans engobe blanc que du type white slipped, datables entre le milieu du viie et le milieu du vie s. av. J.-C., période de leur plus ample diffusion52. D’autres exemplaires de pleine époque archaïque, datés d’avant le milieu du vie s. av. J.-C., sont documentés dans l’arrière-pays albanais, à Margëlliç, mais aussi le long des côtes françaises, à Marseille, à Saint-Blaise, aux Baou de Saint-Marcel, à L’Arquet, à Tamaris, à Château-Virant, et enfin en Espagne, à Toscanos et peut-être à Huelva53. Dans l’aire méridionale du bassin méditerranéen occidental, la présence d’amphores chiotes est signalée à Carthage, où les attestations commencent dans la phase du début de la production54.

29Le cadre de la diffusion des types plus récents d’amphores chiotes, de production postérieure au milieu du vie s. av. J.-C., se présentait, encore récemment, difficile à préciser. La redéfinition d’une cadre typo-chronologique plus précis et l’avancée des recherches de terrain permettent actuellement de compléter, au moins partiellement, l’inventaire concernant la Méditerranée occidentale et la péninsule italienne en particulier.

  • 55 Vandermersch 1989, p. 94 (pour les exemplaires archaïques) et p. 101-102 (pour ceux du ve s. av. J. (...)

30En Grande Grèce, la présence d’amphores chiotes récentes est signalée surtout à Caulonia. Les exemplaires les plus anciens sont datés, sur la base de la stratigraphie, entre la seconde moitié du vie et le premier tiers du ve s. av. J.-C. À la même phase chronologique tardo-archaïque appartiennent quelques exemplaires trouvés le long de la côte ionienne de la péninsule italienne, tels des fragments provenant de Sybaris et surtout de Locres ; sur le littoral tyrrhénien méridional d’autres témoignages sont également fournis par Medma et par la nécropole de Métauros. Du plein ve s. av. J.-C. sont datés deux pieds trouvés dans l’habitat de Caulonia, quelques fragments de Vélia récemment publiés, et d’autres, nombreux, de Locres qui descendent jusqu’au ive s. av. J.-C.55

  • 56 Albanese Procelli 1997b, p. 106, avec détails et références bibliographiques. Sur le site de la Mon (...)
  • 57 Sur les amphores chiotes de l’épave archaïque de Géla : Freschi 1991 ; Panvini 1991 ; Parker 1992, (...)

31Des amphores de Chios datées du vie à la fin du ve s. av. J.-C. proviennent de nombreux sites de Sicile. Les découvertes concernent des contextes d’habitats, comme à Géla, Mégara Hyblaea, Monte Saraceno, Montagna di Ramacca, Naxos et Sélinonte, ainsi que des contextes funéraires, comme à Camarine, Himère, Leontinoï, Mylai, Monte San Mauro et Naxos56. D’un intérêt particulier est la découverte de nombreux exemplaires du type early bulgy dans la cargaison de l’épave archaïque de Géla, datée du début du ve s. av. J.-C.57.

  • 58 Zevi 1985, notamment p. 119, n. 5, avec bibliographie antérieure.

32Pour le Latium, on peut signaler la présence d’une amphore chiote à Rome, provenant des stratigraphies de l’habitat archaïque58.

  • 59 Pour Gravisca : Slaska 1978, p. 228 et Ead. 1985, p. 19 ; pour Tarquinia : Scotti 1986, p. 171 et E (...)
  • 60 Boss 1993, p. 325 (fragments datables dans le courant du vie s. av. J.-C.). Le pied L38, que M. Bos (...)

33En Étrurie méridionale, à partir du milieu du vie s. av. J.-C., on ne connaît aucune attestation de la présence d’amphores chiotes provenant des nécropoles, mais on en trouve dans les contextes d’habitat. Gravisca a fourni des attestations des types du ve s. av. J.-C. et quelques exemplaires tant archaïques que du ve s. av. J.-C. sont maintenant attestés dans le secteur de Tarquinia59. Quelques exemplaires fragmentaires appartenant à des amphores chiotes datables du courant du vie s. av. J.-C. sont documentés dans les habitats de Caeré, où il existe peut-être aussi d’autres attestations de plein ve s. av. J.-C., et de Regae, où les fragments trouvés ont été datés entre la fin du vie et le milieu du ve s. av. J.-C.60

  • 61 Pancrazzi 1982, p. 336, 341, fig. 2.17-18. O. Pancrazzi a attribué à une production de Chios deux t (...)
  • 62 Cygielman, De Tommaso 1998, p. 93-101 (épave A).
  • 63 Milanese, Mannoni 1986, p. 134, fig. 8, 4-5 et Milanese 1987, p. 196, n° 446, fig. 91, 446, e p. 22 (...)

34Dans le secteur nord-tyrrhénien, la présence d’amphores chiotes est signalée dans l’habitat de Pise, où leur apparition peut être située dans la deuxième moitié du vie s. av. J.-C. Toutefois, quelques fragments attribuables au type à col bombé témoignent de la continuité de leur importation dans le courant du ve s. av. J.-C.61 Un groupe d’amphores chiotes faisait partie de la cargaison de l’épave A de Punta Ala, près de Castiglione della Pescaia, datée entre la fin du vie s. et la première moitié du ve s. av. J.-C.62 Plus au nord, trois exemplaires fragmentaires du type chiote à col bombé ont été trouvés lors des fouilles de l’habitat de Gênes63.

  • 64 Sur l’épave de la Pointe Lequin 1A : Pomey et al. 1988, p. 32-35 ; Long, Miro, Volpe 1992, p. 199-2 (...)
  • 65 Pour la Provence : Sourisseau 1997, p. 134.

35Le long du littoral français, les découvertes concernent principalement l’épave de la Pointe Lequin 1A64, datée vers 515 av. J.-C. ainsi que des attestations, surtout à Marseille, mais aussi à Arles, Saint-Pierre-lès-Martigues, Saint-Blaise et Mont-Garou65.

  • 66 Sur l’épave de Cala Sant Vicenç : Nieto, Santos 2008 ; sur Emporion : Sanmartì Grego et al. 1991 et (...)

36En ce qui concerne l’Espagne, signalons les attestations de l’épave de Cala Sant Vicenç, datée vers 510 av. J.-C., les découvertes d’Emporion et celles du gisement sous-marin d’El Cabanyal-Malvarrosa. Enfin, et pour une période un peu plus tardive, on doit signaler la présence d’amphores chiotes à col droit dans la cargaison du bateau marchand d’El Sec, qui a fait naufrage près de Palma de Majorque et qui transportait de nombreux exemplaires datés du milieu du ive s. av. J.-C.66.

2. La production amphorique attribuée à Clazomènes

  • 67 Sur les analyses archéométriques des pâtes : Dupont 1982, p. 194 ; Id. 1983, p. 25-26, 31, fig. 18. (...)
  • 68 Lambrino 1938, n. 1, p. 114-118, fig. 76-80, 87, 89.1, 90b.
  • 69 Zeest 1960, n. 2, p. 69-72, pl. II.6 a-b.
  • 70 Doğer 1986, p. 464-465, n. 7-13 et Lawall 1995, p. 48, n. 2, l’un et l’autre avec références biblio (...)
  • 71 CVA, Russie, XVII, p. 10, pl. 4, M485.
  • 72 Sur cette catégorie de vases : Cook, Dupont 1998, p. 52, n. 44.

37Le premier à suggérer d’attribuer à Clazomènes l’une des productions amphoriques grecques orientales d’époque archaïque a été P. Dupont. Sa proposition, qui s’appuie sur les résultats des analyses des argiles effectuées sur un vaste échantillonnage, a été ultérieurement confirmée par la découverte de déchets de cuisson dans les niveaux archaïques de la cité même de Clazomènes67. Il a ainsi attribué à ce site nord-ionien la fabrication d’une série amphorique à bandes peintes, caractérisée par une lèvre épaissie du type en bourrelet, un col bref cylindrique ou se resserrant légèrement vers le bas, une panse ovoïde et un pied cylindrique haut et large à base en anneau et de profil concave. Cette série, décrite la première fois par M. F. Lambrino68, a ensuite été classée par I. B. Zeest dans la catégorie dite with broad bands69. On trouve dans la bibliographie ce type d’amphores désignées comme telle ou de manière plus générique comme « grecque orientale »70. Une œnochoé grecque orientale, récemment publiée71 et attribuée à une production nord-ionienne définie Mixed Technique Style72, présente un décor constitué d’une frise d’amphores dont la forme peut être assimilée à celle des conteneurs attribués à Clazomènes. Ce vase, qui pour le moment reste isolé, est un élément supplémentaire permettant de confirmer l’attribution de cette série d’amphores au secteur de Clazomènes.

  • 73 Doğer 1986, p. 462 ; Sezgin 2004, p. 169, n. 7, avec références bibliographiques.
  • 74 Dupont 1998, p. 151 ; Sezgin 2004, p. 169, 171, n. 14.
  • 75 Doğer 1986, p. 461-462, fig. 1-2 ; Sezgin 2004, p. 170-173, fig. 1-2, 5 (Group I et Group II).
  • 76 Dupont 1998, p. 154.
  • 77 L’hypothèse de localisation d’un des ateliers de production à Téos est fondée sur l’observation cro (...)

38D’après E. Doğer, se basant sur l’observation d’éléments morphologiques et décoratifs, la production amphorique de Clazomènes a pu être commune, durant certaines périodes anciennes, avec celle de sa voisine Chios73. En effet, les amphores à décor de bandes et de « S » couchés sur l’épaule, caractéristiques de l’époque archaïque, ont généralement été considérées par le passé comme spécifiquement chiotes74. Les trouvailles récentes de Clazomènes ont néanmoins confirmé que la cité avait bien produit, durant l’époque archaïque ancienne (viie s. av. J.-C.), une série avec un système décoratif analogue75. À partir de la fin du viie s. av. J.-C., les nombreuses variantes qu’on peut observer à l’intérieur de la série clazoménienne ont laissé imaginer l’existence de plusieurs ateliers, dans lesquels étaient fabriquées des amphores de formes similaires et avec le même décor mais qui se différenciaient uniquement par quelques détails morphologiques, et qui pouvaient être situés dans différents centres de la région nord-ionienne76. Parmi ceux-ci, outre Clazomènes et les éventuels ateliers chiotes différents de ceux qui produisaient la série chiote plus connue, on a proposé comme centre producteur les cités de Téos, Colophon, Erythrée et peut-être Smyrne, notamment pour la production initiale de la série77.

39Les exemplaires publiés de la série clazoménienne, trouvés principalement en Mer Noire, avaient déjà permis à P. Dupont de distinguer des variantes morphologiques, définies A, B, C, D, E. Seul le type A permettait de suivre un développement morphologique entre la fin du viie et le début du ve s. av. J.-C. (Dupont 1998, p. 151-155, fig. 23.3).

  • 78 Sezgin 2004. On remarquera que la classification typologique des amphores clazoméniennes proposée p (...)

40Les découvertes effectuées dans le cadre des fouilles de Clazomènes archaïque, et notamment celles de conteneurs entiers utilisés pour les sépultures d’enfants à enchytrismos dans les nécropoles de Yildiztepe et d’Akpinar, ont récemment permis à Y. Sezgin de proposer une autre classification préliminaire des amphores clazoméniennes. Celles-ci ont été ainsi subdivisées en six groupes78.

2.1. Bilan des études

  • 79 Cf. : Doğer 1986, p. 462 ; Dupont 1998, p. 152, fig. 23.3a.
  • 80 Docter 2000, p. 75, fig. 11, b, qui propose d’établir un parallèle entre ce fragment et un exemplai (...)
  • 81 Cette datation a été proposée par Y. Sezgin sur la base d’exemplaires provenant de contextes différ (...)

41Le début de la production des amphores de Clazomènes a été situé par E. Doger et P. Dupont79 vers la fin du viie s. av. J.-C. R.F. Docter a récemment proposé de remonter la date de démarrage de la production sur la base d’un fragment trouvé dans un contexte de Toscanos daté entre 675 et 640 av. J.-C.80 Une proposition chronologique analogue, entre 650 et 620 av. J.-C., a été proposée par Y. Sezgin81 qui attribue à cette période son Group I.

  • 82 Sur le décor de la série de Chios : Dupont 1982, p. 194-196 ; Id. 1998, p. 146-148, fig. 23.3. Sur (...)
  • 83 Sezgin 2004, p. 170, n. 10. À propos du problème d’une hypothétique production chiote archaïque san (...)

42Le Group I définit par Y. Sezgin est le moins homogène de la série. Il regroupe quatre types amphoriques qui se distinguent par leur morphologie et leur décor. Les caractéristiques communes sont le col court, l’épaulement large et arrondi, ainsi que la panse ovoïde se rétrécissant de manière prononcée vers le pied, dont le diamètre est très ample et le profil extérieur légèrement concave. Les variations morphologiques les plus marquées se manifestent au niveau de la lèvre, qui peut être épaissie ou bien du type triangulaire. On peut également remarquer une certaine diversité des décors, notamment des combinaisons de bandes peintes en marron. Elles se trouvent sur la lèvre, sur le col, le long des anses, sur l’épaule et sur la partie supérieure de la panse. On trouve parfois sur l’épaule le motif décoratif en « S » couché que la série de Clazomènes partage avec celle de Chios. Cependant, alors que dans la production chiote ce motif survit jusqu’au milieu ou vers le troisième quart du vie s. av. J.-C., dans celle de Clazomènes il semble limité à la seconde moitié du viie s. av. J.-C.82 Ce qui permettrait de distinguer les deux séries, hormis la pâte, serait selon Sezgin l’absence de white slip dans la production de Clazomènes83.

  • 84 Sezgin 2004, p. 172-173. Les exemplaires de référence pour cette proposition de datation dans les t (...)
  • 85 Doğer 1986, p. 468, fig. 13 (type 5A) ; Dupont 1998, p. 155, n. 82, fig. 23.3h (type E). p. Dupont (...)

43Le second groupe de la série clazoménienne (Group II) est daté entre 63G et 66G av. J.-C. Il est caractérisé par une lèvre en bourrelet, un col cylindrique, une épaule arrondie et fuyante, une panse ovoïde, un pied large et haut au profil concave. Le décor, qui dans quelques cas seulement conserve la présence du « S » couché sur l’épaule, consiste principalement en des bandes horizontales situées à la hauteur de la lèvre, de l’épaule et de la panse. Sur quelques exemplaires, ce décor linéaire se place aussi à la base du col et des anses. Le long des ces mêmes anses, une bande verticale se prolongeant jusqu’à l’intersection avec la bande horizontale inférieure peut même être observée. C’est à partir des amphores attribuées à ce groupe que le décor à double bande sur l’épaule devient une caractéristique de la série84. à la même phase chronologique est assigné un exemplaire sans décor qui semble pour l’instant constituer un unicum85.

  • 86 Sezgin 2004, p. 174-175. Des exemplaires attribuables à ce groupe ont été largement exportés. C’est (...)

44Le troisième groupe identifié par Y. Sezgin (Group III), daté entre 63G et 6GG/39G av. J.-C., est contemporain du groupe précédent, dont il standardise certaines caractéristiques. ll s’agit d’amphores à la lèvre épaissie, au profil en forme de bec, au col évasé, à la panse ovoïde et au pied ample creux à l’intérieur et au profil concave. Le motif du « S » réalisé horizontalement sur l’épaule semble avoir complètement disparu du système décoratif86

  • 87 Sur les données chronologiques dont on dispose à Clazomènes et dans d’autres sites pour la datation (...)

45Entre 600 et 575 av. J.-C. est situé le Group IV (fig. 42), qui regroupe des conteneurs dont la morphologie générale est plus élancée par rapport aux formes précédentes87. Le décor consiste en une bande sur la lèvre, deux bandes rapprochées sur l’épaule, une autre au milieu de la panse et une dernière dans sa partie inférieure. Une dernière bande verticale est placée sur les anses et rejoint la bande horizontale inférieure de la panse. L’attache inférieure des anses est soulignée par une cercle peint.

Fig. 42. Amphores de Clazomènes.

Fig. 42. Amphores de Clazomènes.

Group IV de Sezgin 2004, fig. 10-11.

  • 88 Sezgin 2004, p. 175-176.

46On date entre 575 et 550 av. J.-C. le Group V (fig. 43), que Y. Sezgin a décrit en s’appuyant sur de rares exemplaires fragmentaires. Sur la base de l’unique amphore entière attribuable à ce groupe, la forme a été distinguée de celle du groupe suivant par le profil de la lèvre, moins ouverte, et par sa morphologie générale plus trapue. En ce qui concerne le décor, la double bande sur l’épaule demeure inchangée88.

Fig. 43. Amphore de Clazomènes.

Fig. 43. Amphore de Clazomènes.

Group V de Sezgin 2004, fig. 12.

  • 89 Dupont 1998, p. 154, fig. 23.3c.

47Entre 550 et 530/20 av. J.-C., on remarque à Clazomènes un vide documentaire concernant les amphores de transport, qui a été interprété par Y. Sezgin comme la conséquence de l’invasion de la cité par les Perses en 547 av. J.-C. Des amphores clazoméniennes datables du troisième quart du vie s. av. J.-C. sont cependant connues dans d’autres contextes de la Méditerranée et de la Mer Noire et ont permis à P. Dupont de caractériser, pour cette phase, dans le cadre de son Type A (fig. 44), un conteneur de forme plus élancée, au col plus haut, au corps ovoïde avec un profil plus sinueux et au pied cylindrique se distinguant plus nettement du fond de la panse89.

Fig. 44. Amphore de Clazomènes.

Fig. 44. Amphore de Clazomènes.

Type A de Dupont 1998, fig. 23.3.c.

  • 90 Sezgin 2004, p. 176-178, fig. 13-14. Pour la chronologie du groupe, Ibid. n. 89-99, avec bibliograp (...)

48C’est dans le dernier quart du vie s. av. J.-C. que s’inscrit le Group VI de Y. Sezgin. D’après l’auteur, durant cette phase, la production des amphores de Clazomènes connait une forte standardisation (fig. 45). Sur la base de la documentation de la nécropole de Yildiztepe et des déchets de cuisson du quartier artisanal de la cité, il distingue deux variantes principales à l’intérieur de ce groupe. La première renvoie à un type de conteneur de forme plutôt trapue et au pied bref évasé. La seconde à des amphores plutôt fuselées à haut pied cylindrique avec une profonde cavité à la base. Dans les deux cas, le décor ne présente pas de variations par rapport au groupe précédent90.

Fig. 45. Amphores de Clazomènes.

Fig. 45. Amphores de Clazomènes.

Group VI de Sezgin 2004, fig. 13-14.

  • 91 Sezgin 2004, p. 177.
  • 92 Dupont 1982, p. 201, n. 47-48, avec références bibliographiques.
  • 93 Lawall 1995, p. 51, n. 14.
  • 94 Doğer 1986, p. 469, fig. 15-18.

49Rien ne nous permet d’être sûr qu’après la destruction de Clazomènes par les Perses en 494 av. J.-C. et la fin de la révolte ionienne, les ateliers de production des amphores soient restés actifs dans la cité. Vu l’absence de trouvailles d’amphores dans les contextes de Clazomènes postérieurs à cette date, Y. Sezgin suggère qu’il faut envisager une interruption de la production d’amphores91. P. Dupont a cependant observé que des découvertes effectuées dans des secteurs d’importation pourraient témoigner d’une continuation de la production, du moins au début du ve siècle92. L’étude systématique des amphores de l’Agora d’Athènes par M. Lawall a confirmé que des exemplaires attribuables à la série clazoménienne sont présents dans six dépôts clos avant 480 av. J.-C. et dans un dépôt clos avant le milieu du siècle93. Enfin, le fait qu’on puisse montrer que dans le courant du ive s. av. J.-C. les ateliers amphoriques de Clazomènes étaient en activité, produisant les types 6 A-B de Doger, ainsi que le type « à lèvre champignon » dans des fours datés du troisième quart du ive s. av. J.-C., suggère une continuité de la production pendant tout le ve s. av. J.-C.94.

2.2. Centres de production

  • 95 Doğer 1986, p. 466-467, fig. 1.
  • 96 Dupont 1982, p. 200-201 ; Id. 1983, p. 25.
  • 97 Dupont 1982, p. 200 ; Id. 1983, p. 26.

50L’attribution à Clazomènes de la série décrite ci-dessus se fonde sur plusieurs types de données archéologiques, parmi lesquelles on retiendra la fréquence très élevée de ces formes dans les fouilles de la cité et la découverte de déchets de cuisson sur le site d’un quartier artisanal95. Cependant, la preuve la plus solide de cette attribution réside dans les résultats de la vaste campagne d’analyses archéométriques XRF conduite par P. Dupont et qui a abouti à l’identification d’un important et unique groupe chimique dont seuls se distinguent les échantillons prélevés à Téos. Toutefois, ceux-ci se différencient de manière significative par des variantes morphologiques, notamment par la position des anses96. La découverte à Clazomènes de nombreux fours de potiers destinés à la production d’amphores peut dès lors être considérée comme une confirmation de cette attribution97.

  • 98 Doğer 1986, p. 466 ; Johnston 1990, p. 42.

51La pâte des amphores de Clazomènes se présente sous la forme d’une argile assez fine, vacuolaire et micacée, avec des inclusions de mica de grandes dimensions ou de cristaux de quartz. La couleur de la surface varie du rouge clair au rosé, mais la section est habituellement grise ou couleur mauve98.

2.3 Contenu

52Les sources littéraires ne fournissent pas beaucoup d’informations sur les activités agricoles de Clazomènes à l’époque archaïque, mais les données disponibles concernant les périodes postérieures indiquent aussi bien une production vinicole (Pline, Nat. Hist., XIV, 74) qu’une production d’huile d’olive (Pseudo-Aristote, Economique, II, 2, 16) qui pouvaient être destinées à l’exportation.

  • 99 Roberts 1986, p. 66 (Athènes) et Sourisseau 1997, I, p. 121 (Marseille).
  • 100 Pour la possible utilisation de la poix comme isolant pour les conteneurs à huile, voir : Dupont 19 (...)
  • 101 Dupont 1998, p. 155, n. 80-81, avec bibliographie ; Sezgin 2004, p. 178, n. 100-104.

53L’utilisation de ces amphores pour le transport du vin de Clazomènes, coupé avec de l’eau de mer, a été suggérée par les résidus résineux trouvés sur la surface interne d’un certain nombre d’exemplaires d’époque archaïque99. La présence de poix à l’intérieur d’une amphore de transport pourrait cependant suggérer de ne pas exclure l’emploi du conteneur pour d’autres types de marchandises100. La production d’huile de la cité a été confirmée par l’archéologie grâce à la découverte d’une installation artisanale datée du vie s. av. J.-C.101.

2.4. Diffusion dans la Méditerranée occidentale

  • 102 Sur la diffusion des exemplaires du début de série (Group I) : Sezgin 2004, p. 172, avec la liste d (...)

54Les exemplaires les plus anciens de la série ont été trouvés dans la cité même de Clazomènes, mais il existe des attestations provenant des colonies de la Mer Noire et des côtes de la Méditerranée102. Pendant toute la période de la production amphorique de Clazomènes, du moins jusqu’à la révolte ionienne, c’est la Mer Noire qui constitue la zone de plus grande diffusion des amphores de Clazomènes. Dans les sites les plus importants de la région, comme Istros et Olbia, cette production représente entre 20 et 30 % des importations amphoriques. Cependant, après l’attribution de la production à la cité nord-ionienne, d’autres exemplaires provenant de différentes régions de la Méditerranée ont été publiés.

  • 103 Sur les présences d’amphores clazoméniennes en Méditerranée orientale de la deuxième moitié du viie(...)

55En ce qui concerne la Méditerranée orientale, outre les exemplaires d’Asie Mineure et de Chypre, des amphores clazoméniennes sont signalées dans toute l’aire égéenne, à Corinthe, Athènes, Égine, Théra et en Crète, ainsi que sur le delta du Nil, plus précisément à Tanis et à Abusir103

  • 104 Pour les sites de Sicile, voir : Vassallo 1999, p. 346-347, Id. 2003, p. 346-347, n° 30, fig. 8, 30 (...)

56En Méditerranée occidentale, plusieurs exemplaires ont été découverts en Sicile, à Himère, à Messine, dans la nécropole de Camarine, à Naxos et dans l’épave de Gela104.

  • 105 Pour le Salento : Semeraro 1997, p. 61, n° 80-81 (Cavallino), p. 105-106, n° 201 (Masseria Fano), p (...)

57En Grande Grèce, les amphores de Clazomènes sont documentées dans le Salento, à Cavallino, Vaste, Masseria Fano et Ruffano, ainsi qu’à Siris, à l’Incoronata de Métaponte et à Cumes105.

  • 106 Pour Gravisca : Slaska 1978, p. 229-230, pl. 100, fig. 30 ; pour Vulci : Rizzo 1990, p. 104-109 ; p (...)

58D’autres exemplaires sont connus en Étrurie tyrrhénienne, en particulier à Gravisca, à Vulci, à Cerveteri et, plus au nord, dans l’épave du Giglio et à San Rocchino di Massarosa106

  • 107 Pour Marseille, voir : Sourisseau 1997, I, p. 120 et plus récemment, Sourisseau 2000, p. 141, fig. (...)

59La côte méridionale de la France fournit une ample documentation provenant de Marseille et d’autres sites, comme Arles, Saint-Pierre-lès-Martigues, Saint-Blaise et Pech Maho. Quelques exemplaires se trouvaient dans les épaves de Bon Porté 1, du Dattier et de la Pointe Lequin 1A107.

  • 108 Pour Emporion : Aquilué Abadías et al. 2000, p. 329-330, fig. 39, 3-5. Pour Toscanos : Docter 2000, (...)
  • 109 Docter 2000, p. 74, fig. 2, 6 ; Id. 2007, p. 660-661.

60En péninsule Ibérique, des exemplaires ont été signalés à Emporion, Toscanos et Malaga108. Enfin, sur la côte de la Méditerranée sud-occidentale, un fragment d’amphore provenant des fouilles de Carthage a été attribué avec prudence à la production de Clazomènes109.

3. Les amphores de type samien, milésien et du groupe « Samos-Milet »

61À l’île égéenne de Samos et à la cité de Milet, située en face sur la côte anatolienne, sont respectivement assignées deux célèbres productions amphoriques d’époque archaïque. Cependant les analyses récemment menées sur les pâtes des amphores habituellement attribuées à Samos et à Milet suggèrent que des multiples centres de production de l’Égée orientale étaient impliqués dans la production d’amphores de « type samien » et de « type milésien » dès l’époque archaïque. Aux périodes archaïque tardive et classique, on sait même que Samos, Milet et probablement d’autres centres grecs orientaux, se partagent la fabrication de formes amphoriques communes, ou en tout cas dérivant d’un modèle commun. Celui-ci est généralement désigné sous le nom d’amphores du groupe « Samos-Milet ».

  • 110 Dupont 1998, p. 177.

62Des analyses chimiques et pétrographiques effectuées sur les pâtes de ces amphores ont confirmé le rôle que Samos et la chora de Milet ont joué dans la fabrication de ces formes. Toutefois, certains éléments indiquent aussi la possibilité que d’autres centres, nombreux mais dont on ignore encore aujourd’hui la localisation, étaient impliqués dans cette fabrication. Compte tenu des nombreuses variantes morphologiques attestées et d’une certaine diversité des pâtes documentées, le groupe Samos-Milet apparaît comme une production de type « régional » parfois qualifiée de « South Ionian amphoric koine »110.

  • 111 Pour une synthèse pionnière sur les amphores samiennes, voir : Grace 1971. Plus récemment, voir les (...)
  • 112 Dupont 1982, p. 203-206 ; Id. 1983, p. 27-28 ; Id. 1998, p. 164-169, pour la production de Samos, e (...)
  • 113 A propos des détails qui permettent de distinguer la série milésienne de celle de Samos, voir en de (...)

63L’usage de matrices monétaires samiennes dans le timbrage de certaines amphores de la série a abouti, dans un premier temps, à l’attribution de cette production amphorique à Samos et c’est à V. Grace que l’on doit ces premiers travaux de synthèse. Depuis l’œuvre pionnière de V. Grace, les travaux de P. Dupont et de M. Lawall ont largement contribué à éclaircir une situation relativement complexe111. sur la série amphorique de Samos, P. Dupont a proposé une distinction interne, entre une production samienne proprement dite et une production milésienne112. Cette distinction fondée sur la morphologie et corroborée par les analyses sur les pâtes, ne concerne pas la forme générale de l’amphore mais plutôt certains éléments de détail, dont le plus important est la morphologie des lèvres : plus hautes et plus minces pour la série milésienne (high lip), plus épaisses pour les productions samiennes (thickened rim). Par ailleurs, soulignons aussi d’autres caractéristiques spécifiques de la production milésienne : les anses qui peuvent être aussi bifides ou trifides, le listel que l’on observe sous la lèvre jusqu’à la fin du vie s. av. J.-C. et la cannelure ou encore le ressaut marqué à la base du col, ce dernier étant d’ailleurs tout à fait analogue à celui des amphores peintes du style de Fikellura113.

  • 114 À ce sujet, voir : Dupont 1998, p. 176-177, et surtout l’exemple de la fig. 23.8, i.

64Tout en reconnaissant que ces détails formels sont spécifiques à la production milésienne, P. Dupont lui-même admet pourtant que la caractérisation des deux ateliers n’est pas sans poser de problèmes, surtout pour les époques tardo-archaïque et classique. En effet, à partir de la fin du vie s. av. J.-C., on assiste à une multiplication des variantes morphologiques des lèvres, que l’on pourrait qualifier d’intermédiaires par rapport à celles reconnues comme typiques de l’une ou de l’autre production, de sorte que - selon P. Dupont - dans le cadre de la production milésienne non seulement sont attestées des formes très diverses, mais on trouve aussi des lèvres épaissies, en tous points semblables à celles de l’atelier de Samos114.

65La difficulté liée à la caractérisation des deux ateliers que nous connaissons dans le cadre de cette koinè sud-ionienne, associée à l’impossibilité d’identifier les autres centres qui devaient être sûrement impliqués dans la production de cette série amphorique régionale, conduit à une certaine prudence tant dans la distinction trop nette entre les deux fabriques, que dans l’attribution trop sûre en faveur de l’une ou de l’autre localité, notamment pour les périodes archaïque tardive et classique. C’est pourquoi, nous ne maintiendrons la distinction entre les fabriques de Samos et de Milet, que pour les amphores produites avant la fin de la seconde moitié du vie s. av. J.-C., lorsque les caractères morphologiques des deux ateliers sont encore identifiables. En revanche, en ce qui concerne toutes les amphores de la série sud-ionienne, datées entre la fin du vie et la fin du ve s. av. J.-C., nous avons choisi l’appellation communément utilisée de groupe de Samos-Milet.

66La localisation récente, dans la cité nord-ionienne d’Érythrées, d’un atelier qui produisait différentes séries d’amphores aux formes proches de celles de la zone sud-ionienne donne la mesure de la complexité du système productif et commercial de l’aire grecque orientale au cours du ve s. av. J.-C.

3.1. Bilan des études

  • 115 Dupont 1998, p. 164-165.
  • 116 Dupont 1998, p. 168.

67En ce qui concerne les amphores samiennes, P. Dupont a proposé quelques modifications au classement de V. Grace, dont la plus évidente est, comme nous l’avons déjà souligné, la distinction entre la production de Samos et celle de Milet. Mais d’autres modifications ont été introduites successivement dans le classement général des formes attribuées à Samos. Or, si les découvertes les plus récentes ont en effet confirmé la validité substantielle de la reconstitution de V. Grace pour la première moitié du vie av. J.-C.115, elles ont également souligné la nécessité d’apporter quelques modifications à la définition des types de la seconde moitié du siècle116.

Les amphores de type samien

  • 117 Docter 2000, p. 69 et fig. 1 ; Id. 2007, p. 658-659.

68Pour ce qui est de la production de Samos, les exemplaires les plus anciens qu’on peut lui attribuer sont traditionnellement situés, du point de vue chronologique, dans la période comprise entre la fin du viie et le milieu environ du vie s. av. J.-C. Néanmoins, au vu des données stratigraphiques, des fragments d’amphores samiennes de Carthage ont été datés dès le troisième quart du viiie et jusqu’à la fin viie s. av. J.-C. Cette datation haute est par ailleurs confirmée par leur présence dans des contextes clos de Toscanos. En se fondant sur les découvertes provenant de ces deux établissements, R. F. Docter a proposé de remonter la date du début de la production amphorique de Samos117.

  • 118 Sur la première série, voir : Dupont 1998, p. 165, fig. 23.6, a-d ; sur la seconde série, Ibid., p. (...)

69Parmi les plus anciens produits dont on connaît la forme complète, on distingue deux séries : la première dite massive echinus rim type (fig. 46 a-d) et la seconde pear-shaped type118 (fig. 46 e-g). Ces deux types, différents mais néanmoins contemporains, ont en commun une épaisse lèvre en échine, (moins prononcée dans le second type), un col court, tronconique, plus ou moins évasé mais nettement distinct de l’épaule grâce à une sorte de ressaut. Les anses présentent un profil coudé et une section biconvexe. Le pied bas et creux est de forme tronconique. Ce qui varie, en revanche, d’une série à l’autre, c’est la forme de la panse : ovoïde à l’épaule arrondie dans le cas du massive echinus rim type, piriforme avec une épaule fuyante ou aplatie dans celui du pear-shaped type.

Fig. 46. Amphores de type samien archaïque

Fig. 46. Amphores de type samien archaïque

(d’après Dupont 1998, fig. 23.6).

  • 119 Dupont 1998, fig. 23.9, b.
  • 120 Pour l’épave de la Pointe Lequin 1A : Long, Pomey, Sourisseau 2002, p. 50-54 ; pour le contexte de (...)

70Dans la seconde moitié du vie s. av. J.-C. la forme générale du conteneur commence à devenir graduellement plus élancée annonçant la morphologie des types du ve s. av. J.-C. La panse, de forme ovoïde, trouve sa largeur maximale au milieu de la panse et l’épaule s’abaisse graduellement et devient plus fuyante par rapport aux formes précédentes. Cette mutation dans la forme de l’épaulement, sur lequel sont implantées les attaches inférieures des anses, entraîne l’allongement de celles-ci qui adoptent une forme coudée légèrement relevée, et dont l’attache supérieure est située non pas immédiatement sous la lèvre, mais à la base du col comme dans les exemplaires plus anciens. Le col demeure plutôt court et la lèvre s’épaissit mais ne présente plus de manière accentuée la forme « en échine ». Une variation plus nette par rapport aux exemplaires de la première moitié du vie av. J.-C. se manifeste dans la forme plus massive du pied toujours tronconique, mais avec un profil caréné et une base en anneau légèrement épaissi replié vers intérieur119 (fig. 48 b). La chronologie de cette forme est encadrée par quelques exemplaires de l’épave de la pointe Lequin 1A, datée vers 515 av. J.-C. et par le Stoa Gutter Well de l’Agora d’Athènes, daté entre 520 et 480 av. J.-C.120.

Les amphores de type milésien

  • 121 Concernant la diffusion des exemplaires les plus anciens reconnus comme milésiens, voir : Dupont 19 (...)

71Sur la base de la documentation de la Mer Noire, de l’Égée méridionale et de la Grande Grèce, les exemplaires les plus anciens de la production archaïque de Milet sont, eux aussi, traditionnellement datés à partir de la fin du viie s. av. J.-C. Toutefois, une étude récente d’A. Naso, fondée sur un contexte clos issu des fouilles récentes de Milet, propose de remonter la chronologie du début de la série à la fin du viiie s. av. J.-C. Malheureusement, le mobilier daté du viie s. av. J.-C. provenant de ce contexte, est beaucoup trop fragmentaire pour permettre la reconstitution de formes complètes121.

  • 122 Dupont 1998, p. 174, fig. 23.7, a.

72Les amphores les plus anciennes des ateliers de Milet, dont on connaît la forme complète, sont donc celles qui, jusqu’à présent, sont datées de la fin du viie s. av. J.-C. (fig. 47 a). Elles présentent une panse ovoïde (d’où leur nom ovoid belly early type), un pied court creux, de forme tronconique et des anses coudées de section biconvexe. Leur particularité réside dans le col, plutôt court et légèrement évasé, bien distinct de l’épaule grâce à une cannelure. Il existe également des cannelures soulignant la lèvre amincie et concave à l’intérieur, du type couramment appelé « en amande »122.

  • 123 Dupont 1998, p. 174, fig. 23.7, b.

73Entre le deuxième et le troisième quart du vie s. av. J.-C, une nouvelle forme se répand, dite ovoid belly middle type (fig. 47 b), moins élancée que la précédente, à cause du diamètre de la panse qui se dilate ainsi que du col qui s’élargit et, avec un profil légèrement convexe, prend un aspect renflé. Dans cette série également, des cannelures distinguent le col de l’épaule et de la lèvre en amande. Les anses, de section biconvexe, sont coudées. Le pied court est creux et de forme tronconique123.

  • 124 Pour la bibliographie relative à la diffusion de ces types et à leur chronologie, voir : Dupont 199 (...)

74Dans la seconde moitié du vie av. J.-C., en dehors de l’évolution du type ovoid belly, d’autres types d’amphores milésiennes sont documentés, dont la morphologie générale plus fuselée que dans les précédentes annonce les formes du ve siècle av. J.-C. La datation de ces types dans la seconde moitié du vie s. av. J.-C. est suggérée par quelques découvertes effectuées en Mer Noire et en Méditerranée124.

  • 125 Dupont 1998, p. 174-175, fig. 23.7, e.

75Le type appelé ovoid belly later type (fig. 47 e) est l’évolution évidente du type précédent ovoid belly middle type auquel il s’apparente tant par la forme de la panse que par celle du col. Ce dernier, de forme tronconique, se distinguant de l’épaule ainsi que de la lèvre « en amande » par une cannelure, apparaît légèrement renflé en raison de son profil convexe. Le pied court est creux et de forme tronconique125.

  • 126 Dupont 1998, p. 174, fig. 23.7, c. Selon P. Dupont, la fonction des cannelures qui apparaissent, da (...)

76Toujours au troisième quart du vie s. av. J.-C. peut être attribué le type broad belly later type (fig. 47 c), un conteneur à la panse ovoïde plus haute et plus large que le type ovoid belly et caractérisé par de légères carènes vers le milieu et vers le fond de la panse. Le pied est très bas, plutôt large, creux et de forme tronconique. Le col tronconique est plutôt étroit par rapport à la panse, dont il se distingue par une cannelure. On relève d’autres cannelures au-dessous de la lèvre126.

Fig. 47. Amphores de type milésien archaïque

Fig. 47. Amphores de type milésien archaïque

(d’après Dupont 1998, fig. 23.7).

  • 127 Dupont 1998, p. 175, fig. 23.7, d.

77Dans la seconde moitié du vie s. av. J.-C., on rencontre un autre type encore, appelé ogival belly later type (fig. 47 d) du fait de la forme ovoïde de la panse et de l’épaule aplatie qui rapprochent son profil de celui des amphores du style de Fikellura. Le col est évasé et nettement distinct de l’épaulement grâce à un ressaut situé au niveau de l’épaule. La lèvre « en amande » nettement ouverte se distingue du col par un listel. Le pied est bas, creux et de forme tronconique. Les anses peuvent également être du type bifide127.

  • 128 Dupont 1998, p. 175, fig. 23.7, f.

78Le dernier type datable de la seconde moitié du vie s. av. J.-C. est le conical belly later type (fig. 47 f), un conteneur au corps piriforme et à l’épaule très aplatie. Son pied creux, de forme tronconique, est bas et de petit diamètre. Le col est bien distinct de l’épaule ainsi que de la lèvre très ouverte « en amande »128.

Les amphores du groupe « Samos-Milet »

  • 129 À ce sujet, voir : Dupont 1998, notamment p. 176-177.

79À partir de la fin du vie et pendant tout le ve s. av. J.-C., il semble très difficile, en s’appuyant uniquement sur l’aspect morphologique, de distinguer les amphores produites à Samos de celle de celles fabriquées à Milet. En effet, dans le cadre de la koinè sud-ionienne, on produit pendant cette période des conteneurs commerciaux à la morphologie plus fuselée qu’auparavant et dont l’évolution, commune et parallèle, ne présente de différences que pour certains détails (fig. 48)129. C’est à cette série amphorique des époques tardo-archaïque et classique que renvoie la définition du groupe Samos-Milet.

Fig. 48. Amphores du groupe « Samos-Milet »

Fig. 48. Amphores du groupe « Samos-Milet »

(d’après Dupont 1998, fig. 23.9).

  • 130 À propos de la description des formes du ve s. av. J.-C., voir : Dupont 1998, p. 165, 168-169, fig. (...)

80Les variantes que l’on observe dans les détails morphologiques de cette série permettent de déterminer, pour le ve s. av. J.-C., trois types contemporains que M. Lawall a désignés S/1, S/2 et S/3, et dont il a retracé l’évolution avec rigueur grâce à l’étude comparée des associations des contextes clos de l’Agora d’Athènes130.

81Le type S/1, le plus commun des trois, est décrit comme un conteneur à panse arrondie, muni d’une lourde lèvre en bourrelet épaissie à l’extérieur et arrondie. On note également un ressaut à la base du col. À l’exception de ces trois caractéristiques générales, les autres parties de ce conteneur présentent, entre la fin du vie et le cours du ve s. av. J.-C., une évolution morphologique dont on peut suivre ponctuellement les étapes.

  • 131 M. Lawall fait précisément observer l’analogie existant entre ce type de pied annelé et celui des a (...)
  • 132 En ce qui concerne les exemplaires d’Égine, voir : Johnston 1990, p. 47-49, fig. 7, 9-10 ; pour les (...)

82Entre la fin du vie s. et 480 av. J.-C. (fig. 47-50), le ressaut qui se trouve sur le col du type S/1 est situé au niveau de l’épaulement. L’épaulement est large et la panse se resserrant vers le bas, donnent à l’amphore une morphologie piriforme. Le pied est souvent bas, de petit diamètre, de forme tronconique avec une base annulaire et peut présenter un profil plus ou moins caréné et facetté (fig. 51)131. Toutefois, dans les contextes de l’Agora clos en 480 av. J.-C., ont été aussi trouvés, bien que rarement, des pieds de forme à tendance cylindrique, épaissis et légèrement creux en bas (fig. 52), premières manifestations de la morphologie qui caractérise les pieds de la l’évolution du type S/1. Sa chronologie comprise entre la fin du vie s. et 480 av. J.-C. est donc fondée par les exemplaires de certains dépôts de l’Agora, datés avant 480 av. J.-C., mais aussi par les découvertes du sanctuaire d’Aphaïa à Égine132.

Fig. 49. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.

Fig. 49. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.

Athènes, Agora, inv. P24870

(d’après Roberts 1986, fig. 41.413).

Fig. 50. Col d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.

Fig. 50. Col d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.

Athènes, Agora, E 14 :5

(d’après Lawall 1995, fig. 77, en haut).

Fig. 51. Fond d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.

Fig. 51. Fond d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.

Athènes, Agora, R 12 :1

(d’après Lawall 1995, fig. 78).

Fig. 52. Fond d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.

Fig. 52. Fond d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.

Athènes, Agora, E 14 :5

(d’après Lawall 1995, fig. 77, en bas).

  • 133 Concernant l’amphore de la tombe 73 de Fratte qui était associée à des objets importés du milieu du (...)

83Entre 480 et 450 av. J.-C. (fig. 53), le col du type S/1 s’allonge et le ressaut caractéristique est placé plus haut que pour la forme précédente. L’ensemble de la morphologie subit également un allongement qui confère à ce type un aspect plus élancé dit « en bobine ». Le pied est désormais cylindrique, épaissi, creux à la base, avec un étranglement net au niveau de la jonction panse/ pied (fig. 54, en haut). La chronologie est fondée sur des contextes de l’Agora clos vers le milieu du ve s. av. J.-C. et confirmée, par exemple, par l’exemplaire de la tombe 73 de Fratte133.

Fig. 53. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.

Fig. 53. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.

Fratte, Tomba 73

(d’après Di Sandro 1981b, fig. 3.3).

Fig. 54. Fonds d’amphores du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.

Fig. 54. Fonds d’amphores du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.

Athènes, Agora, F 19 :4 (en haut) et B 15 :1 (en bas)

(d’après Lawall 1995, fig. 75).

  • 134 Pour ces contextes d’Athènes, voir : Lawall 1995, p. 181 et n.26.
  • 135 A titre documentaire, on peut signaler que c’est à partir de ces exemplaires de l’Agora, notamment (...)

84Entre 450 et 400 av. J.-C. (fig. 55), la dernière variante du type S/1 se caractérise par un allongement général de la forme bien qu’elle garde dans le détail les caractéristiques du stade précédent : panse en bobine, col long marqué au milieu par un ressaut qui est l’élément distinctif de ce type (fig. 56) et enfin pied cylindrique épaissi, plus ou moins creux à la base et avec un étranglement supérieur net à la jonction panse/pied (fig. 54, en bas). C’est surtout grâce aux exemplaires de l’Agora d’Athènes, où de nombreux dépôts clos avant 410 av. J.-C. ont livré des exemplaires fragmentaires de cette forme134, que l’on a pu établir la chronologie de ce dernier stade évolutif135.

Fig. 55. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.

Fig. 55. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.

Athènes, Agora, S 16 :1, inv. P27530/P27531

(d’après Grace 1971, fig. 3.3).

Fig. 56. Col d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.

Fig. 56. Col d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.

Athènes, Agora, C 19 :9

(d’après Lawall 1995, fig. 74).

85Le type S/2, se distingue du précédent par trois détails : la panse moins arrondie et plus anguleuse ; la lèvre plus anguleux, bien qu’encore épaisse ; l’absence du ressaut sur le col. Malgré ces différences avec le type S/1, on perçoit, en analysant l’évolution du type S/2 au cours de la deuxième moitié du ve s. av. J.-C., une tendance à l’uniformisation des deux types S/1 et S/2, qui en rend la distinction très difficile.

  • 136 Pour l’amphore du Céramique : Knigge 1976, p. 101 et n. 50, pl. 49.3 ; pour Milet : Voigtlânder 198 (...)

86Entre la fin du vie siècle et 480 av. J.-C. (fig. 57), outre les détails mentionnés ci-dessus, le type S/2 se caractérise par un profil à l’épaule large et aplatie qui se rétrécit dans la partie inférieure de la panse, comme le montrent un exemplaire complet du Céramique d’Athènes, un col milésien et d’autres fragments provenant des contextes H 12 :15 e D 15 :1 de l’Agora, tous clos en 480 av. J.-C.136.

Fig. 57. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/2 de M. Lawall.

Fig. 57. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/2 de M. Lawall.

Athènes, Céramique

(d’après Knigge 1976, pl. 49.3).

  • 137 En ce qui concerne cette proposition, voir Grace 1953, p. 109 et n. 167, pl. 40, fig. 5, et Ead. 19 (...)

87Entre 480 et 450 av. J.-C. (fig. 58), étant donné la rareté et l’état fragmentaire des exemplaires retrouvés, l’évolution morphologique du type S/2 est plus malaisée à déterminer. Toutefois, un exemplaire restitué par V. Grace à partir de l’amphore fragmentaire P21986, du contexte N 7 :3 de l’Agora, clos en 440 av. J.-C., permet d’illustrer le type. Il s’agit d’une amphore munie d’un col cylindrique sans ressaut, avec une lèvre épaissie vers l’extérieur et anguleux. La restitution proposée évoque une profil muni d’un épaulement large et plat, mais avec une panse plus renflée dans sa partie inférieure par rapport aux exemplaires du stade précédent et par un pied bas, cylindrique, trapu, se rétrécissant à la jonction avec le fond de la vasque et présentant une profonde cavité à la base137.

Fig. 58. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/2 de M. Lawall.

Fig. 58. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/2 de M. Lawall.

Athènes, Agora, N 7 :3. inv. P21984a (col) et P21984b (fond)

(d’après Grace 1971, fig. 3.1).

  • 138 Au sujet de ce dépôt de l’Agora et sur les autres ayant restitué des exemplaires du type S/2 de la (...)

88Dans la deuxième moitié du ve s. av. J.-C. (fig. 59), l’évolution du type S/2 est plus facile à caractériser, et, comme nous l’avons déjà indiqué, elle s’aligne sur celle du type S/1. La forme de la panse est en effet plus arrondie du fait d’un épaulement plus fuyant. Le col, toujours sans ressaut, s’allonge et est surmonté d’une lèvre plus basse. Enfin, le pied est encore de type cylindrique, étranglé dans sa partie supérieure et très creux dans sa partie inférieure. La chronologie est établie avec certitude grâce à de nombreux exemplaires retrouvés dans des contextes de l’Agora d’Athènes clos entre 425 et 410 av. J.-C., parmi lesquels l’amphore complète P18988, provenant du contexte C 19 :9 clos en 410 av. J.-C.138

Fig. 59. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/2 de M. Lawall.

Fig. 59. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/2 de M. Lawall.

Athènes, Agora, C 19 :9, inv. P18988

(d’après Grace 1971, fig. 3.2).

  • 139 Lawall 1995, p. 178, 184-185, fig. 76, 79.
  • 140 Ruban 1991 ; Voigtlânder 1986, n° 99, 659-660, fig. 30.
  • 141 Pour Milet : Voigtländer 1983, n° 182 ; pour Égine : Johnston 1990, n° 107-109. Pour les sites de l (...)
  • 142 À ce sujet, voir le raisonnement de M. Lawall (1995, p. 185, et n. 43).

89En revanche, en raison de la forme plus ventrue de sa panse, du ressaut sur le col et de la morphologie de son pied en anneau au profil émoussé, le type S/3 (fig. 60-61) présente beaucoup plus d’analogies avec le type S/1. Il s’en distingue néanmoins par sa lèvre en quart de cercle, plus haute, plus fine et plus ouverte. Le type S/3 est documenté aussi bien dans une version à anses en ruban épaissi, que dans celle à anses bifides, ou encore dans une version hybride caractérisée par une anse bifide et l’autre en ruban épaissi. Si les deux autres types sont parfaitement contemporains, la synchronie du troisième n’est attestée que pendant la brève période comprise entre la fin du vie et le premier quart du ve s. av. J.-C.139. La plupart des exemplaires répertoriées de ce type s’inscrivent dans des contextes dont la datation ne dépasse pas la fin du vie s. av. J.-C.140 Cependant, des exemplaires documentés par des contextes clos en 480 av. J.-C. de Milet, du sanctuaire d’Aphaïa à Égine et de l’Agora d’Athènes, témoignent de sa persistance jusqu’au début du ve s. av. J.-C.141 En revanche, sa présence est résiduelle dans les dépôts de l’Agora clos après 480 av. J.-C.142

Fig. 60. Col d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/3 de M. Lawall.

Fig. 60. Col d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/3 de M. Lawall.

Athènes, Agora, E 14 :5

(d’après Lawall 1995, fig. 76).

Fig. 61. Lèvre d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/3 de M. Lawall.

Fig. 61. Lèvre d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/3 de M. Lawall.

Athènes, Agora, Rectangular Rock Cut Shaft

(d’après Lawall 1995, fig. 79).

90La continuité de la production du groupe Samos-Milet au cours du ive s. av. J.-C. a depuis longtemps été mise en relation avec la série controversée des amphores dites à mushroom rim du ive s. av. J.-C., elles-mêmes associées aux amphores de la seconde moitié du ve s. av. J.-C. à lèvre de section triangulaire, dites « attiques » par V. Grace. Ces amphores, dont un débat scientifique récent a confirmé la relation partielle avec Samos, tout en excluant une production attique, sont aujourd’hui conventionnellement désignées par les spécialistes sous l’appellation de groupe « Solokha I » (cf. infra I, 5 § 4). Comme l’attestent les caractéristiques de certaines pâtes et surtout la présence de timbres identifiés par V. Grace comme samiens sur des exemplaires de ce groupe hétérogène, la production de cette forme devait aussi compter, parmi ses nombreux ateliers, une fabrique samienne.

Érythrées

  • 143 Carlson 2003, p. 583-585.
  • 144 Sur l’épave de Tektaş Burnu : Carlson 2003, notamment p. 583-587, fig. 5 et 8, pour l’amphore pseud (...)

91L’une des 195 amphores constituant la cargaison de l’épave de Tektag Burnu, dont la forme a d’abord été définie Zeest’s Samian ou pseudo-Samian143, porte un timbre avec le monogramme EPY imprimé sur le col. Ce timbre, comparé aux émissions monétaires, laisse présumer que la cité nord-ionienne d’Érythrées a été le centre producteur d’une forme proche de la série en question, attribuée habituellement avec prudence à des ateliers grecs orientaux ou nord égéens (cf. supra I, 4 § 3). Cette découverte pourrait corroborer les résultats des analyses archéométriques effectuées sur des exemplaires de la série Zeest’s Samian trouvés en Mer Noire et qui ont mis en évidence l’existence de quatre groupes chimiques que P. Dupont attribue respectivement à la Thrace, à Milet, à Samos et à Chios. Comme l’a suggéré D. Carlson, étant donné la proximité géologique de Chios et d’Érythrées, déjà soulignée par P. Dupont, il est possible que le groupe identifié comme chiote par P. Dupont soit en réalité attribuable à la cité de la péninsule de Çegme, située sur la côte d’en face144.

  • 145 À ce propos : Carlson 2003, p. 583-584 et Carlson, Lawall 2007, p. 34.
  • 146 Carlson, Lawall 2007, p. 33-34, fig. 2.

92La forme des amphores de l’épave de Tektag Burnu (fig. 62), dont la cargaison est datée du troisième quart du ve s. av. J.-C., se caractérise par une grosse lèvre en quart de cercle, un col court cylindrique et une panse ovoïde. Le pied, de type cylindrique épaissi et creux à l’intérieur, présente une certaine variabilité dans l’articulation de son profil145. Cette morphologie générale, définie « archaïsante » par rapport à la date qu’on peut en donner sur une base archéologique, rapproche cette production nord-ionienne d’époque classique de la tradition sud-ionienne d’époque archaïque146.

Fig. 62. Amphore du groupe « Samos-Milet », attribuée à Érythrées.

Fig. 62. Amphore du groupe « Samos-Milet », attribuée à Érythrées.

Épave de Tekta§ Burnu

(d’après Carlson, Lawall 2007, fig. 2).

93En effet, même si dans sa description des amphores du groupe Samos-Milet provenant de l’Agora d’Athènes, M. Lawall ne fait pas spécifiquement allusion aux formes problématiques du Zeest’s Samian type, les caractéristiques du pied en anneau, caréné et émoussé qu’il décrit dans certains cas pour le premier stade d’évolution de son type S/1 (entre la fin du vie siècle et 480 av. J.-C.), ne sont pas très éloignées de celles que l’on observe dans ces formes. De la même manière, je crois que l’on peut associer à ces mêmes formes aussi bien la lèvre du type S/1 que celle du type S/2 (variantes archaïques), l’une et l’autre à section quadrangulaire.

  • 147 Carlson, Lawall 2007, p. 34, n. 19-20, fig. 3.
  • 148 Carlson, Lawall 2007, p. 34-35, fig. 4-5.

94En traçant les grandes lignes d’une première classification typologique de la production amphorique d’Érythrées pour la période allant du milieu du ve au iie s. av. J.-C., D. Carlson et M. Lawall ont proposé d’attribuer à cette ville la fabrication d’une forme très proche du type Lawall S/1, de la seconde moitié du ve s. av. J.-C. et dont elle est contemporaine. Une des amphores de l’épave de Tektag Burnu et au moins trois autres exemplaires de l’Agora d’Athènes, de Makri et de Gordion pourraient être associés à cette « minor branch of Eritrean production », ce qui montrerait que la cité d’Érythrées a produit différentes formes contemporaines et ayant toutes un lien avec la tradition sud-ionienne147. Ce lien pourrait trouver confirmation dans le développement ultérieur de la série. En effet, au ive s. av. J.-C., différents timbres certifient l’attribution à Érythrées d’amphores du type mushroom rim148.

95Tous ces indices s’associent donc pour suggérer qu’il existe une koinè amphorique du ve s. av. J.-C. à laquelle participe probablement l’Ionie dans son ensemble et dont les nombreuses variantes morphologiques ainsi que les ateliers de production ne sont pas encore très bien définis.

3.2. Centres de production

96À l’analyse visuelle, la pâte des amphores de Samos se caractérise par une matrice argileuse souvent de couleur rouge ou rougeâtre intense, parfois chamois rosé ou encore gris orangé et, dans certains cas, sa structure interne est d’un ton brun. La pâte, fine et de consistance compacte, contient de menues écailles de mica argenté visibles surtout en surface et de très rares petites inclusions composées de fragments de roche brun foncé et de calcaire jaunâtre.

  • 149 À propos des observations relatives aux pâtes des amphores de Milet : Dupont 1982, p. 205, n. 77 ; (...)
  • 150 Dupont 1998, p. 174 ; 7d. 2000, p. 58.

97Toujours selon une analyse exclusivement autoptique, les amphores de Milet se caractérisent par des pâtes plutôt fines mais plus granuleuses et surtout plus micacées que celles des productions samiennes, et par des matrices argileuses de couleur orange ou orange rosé149. Certains considèrent que la concentration de mica doré, visible non seulement en surface mais également en section, est l’élément qui distingue les amphores produites à Milet de celles produites à Samos. Cependant, P. Dupont signale l’existence d’exemplaires attribuables à la fabrique milésienne qui ne contiennent aucune trace de mica150.

  • 151 Kerschner, Mommsen 2005 (analyses exécutées sur du matériel provenant des fouilles d’Éphèse).
  • 152 Greene, Lawall, Polzer 2008, notamment p. 688, n. 20.

98Malgré les critères distinctifs (tant dans la forme que dans la pâte) traditionnellement rappelés pour les deux séries d’époque archaïque de Samos et de Milet, leur distinction ainsi que leur attribution aux deux ateliers, sont en fait beaucoup plus complexes que ce qu’on pouvait imaginer il y a encore quelques années. De récentes analyses archéométriques (NAA) effectuées sur des amphores de « type milésien » d’époque archaïque ont révélé l’existence d’au moins trois groupes dont un seulement (« Herkunftsgruppe A ») peut être attribué avec certitude à Milet151. On ne peut donc plus exclure que pour ces productions d’époque archaïque, il faille envisager une participation régionale à la production de la même forme de la part de différents ateliers. Dans le même sens semblent aussi aller les observations faites à l’occasion de la récente publication de l’épave de Pabuç Burnu. Ainsi, de sa cargaison, datée du second quart du vie s. av. J.-C., on trouve des amphores dont la forme est semblable à celles traditionnellement attribuées à Samos ou a Milet. Cependant, certaines d’entre celles-ci présentent une pâte qui, à l’analyse visuelle, semblent devoir être attribuées à Halicarnasse.152

  • 153 En ce qui concerne les analyses chimiques, voir notamment : Dupont 1982, p. 204, 206-208 ; Id. 1983 (...)

99Les pâtes des amphores de la série Samos-Milet ont fait l’objet de nombreuses analyses. Rappelons, tout d’abord, les premières recherches de p. Dupont qui ont constitué le fondement même de sa proposition de distinction des deux ateliers, grâce à l’identification chimique d’un groupe pertinent à Milet. Nous disposons aujourd’hui d’une contribution plus récente : les analyses pétrographiques d’I. Whitbread sur la production de Samos. Ces dernières ne se sont pas révélées concluantes car, selon lui, il n’y a pas lieu de distinguer plusieurs groupes à partir des échantillons qu’il a analysés. Ceci pourrait être dû soit à une production issue du même centre, soit à une ressemblance géologique entre l’île Samos et le continent (Milet), raison qui pourrait ne pas permettre de différencier avec précision les deux fabriques153

  • 154 Lawall 1995, p. 187-188.
  • 155 Voigtländer 1983, p. 85-101, avec référence aux importations attiques.

100Bien que ces résultats ne soient pas vraiment satisfaisants et qu’il soit souhaitable d’approfondir les recherches, M. Lawall a récemment proposé quelques observations intéressantes au sujet des centres de production du groupe Samos-Milet et de la possibilité concrète d’attribuer les différents types à des ateliers bien distincts. En ce qui concerne les formes du ve s. av. J.-C., M. Lawall observe qu’en croisant certains résultats obtenus par p. Dupont et I. Whitbread, on peut émettre l’hypothèse d’une attribution samienne des types S/1 et S/2. Ceux-ci sont similaires, du point de vue de la morphologie, entre eux et avec la forme archaïque qu’I. Whitbread a analysée et qu’il considère, ainsi que le type S/2, compatible avec la géologie de Samos. En revanche, il attribuerait à Milet le type S/3, que P. Dupont a inclus dans le groupe chimique milé-sien et qui est nettement distinct, chimiquement parlant, du type S/1154. Cette probable relation entre les trois types du ve siècle et les deux centres de Samos et de Milet est d’autant plus fondée si l’on prend en considération certains éléments de nature archéologique et historique. Les deux types, S/1 et S/2, hypothétiquement attribués à Samos, présentent non seulement une évolution commune et synchronique, que l’on peut suivre grâce aux exemplaires trouvés dans des contextes dont la datation est comprise entre la fin du vie et la fin du ve s. av. J.-C., mais aussi une tendance à l’uniformisation morphologique dans la seconde moitié du ve s. av. J.-C. Les attestations du type S/3, en revanche, se limitent à la charnière des vie-ve s. av. J.-C., sans que l’on puisse discerner un développement postérieur au cours du ve siècle. Enfin, à l’aspect archéologique s’ajoutent les éléments historiques concernant ces deux centres : on ne peut pas ne pas faire le lien entre la disparition du type S/3 dans le deuxième quart du ve s. av. J.-C. et la destruction de Milet par les Perses qu’Hérodote (VI, 21-22) situe en 494 av. J.-C. Que ce soient les sources historiques, qui rappellent la présence des troupes milésiennes à Mycale en 479 ou la documentation archéologique de Milet relative aux niveaux postérieurs au sac des Perses155, elles révèlent comment, après un laps de temps assez court, compris entre 494 et 479 av. J.-C., la cité a dû réactiver ses relations politico-économiques avec les zones limitrophes et avec l’Attique. Selon M. Lawall, la reprise de l’activité économique a signifié une relance des ateliers amphoriques qui ont dû s’adapter aux modèles samiens à bord épaissi, après l’interruption de la fabrication du type S/3 à lèvre amincie. Cette hypothèse pourrait expliquer le nombre des fabriques qui ont produit le type S/1 à lèvre épaissie, dans la deuxième moitié du ve s. av. J.-C. En tout état de cause, au-delà de la distinction entre la production de Samos et celle de Milet, la grande diversité des pâtes pour la production de la même forme, au cours du ve s. av. J.-C., fait penser à l’existence de plusieurs ateliers que l’on doit rechercher non seulement à Samos et à Milet, mais aussi, comme nous l’avions évoqué précédemment, dans toute la Carie. Toute la zone côtière de la péninsule anatolienne située en face de Samos a dû en effet produire des amphores de type régional dont les différences morphologiques locales, bien identifiables entre la fin du viie et la fin du vie s. av. J.-C., se sont progressivement atténuées tout au long du siècle suivant pour confluer dans une koinè amphorique sud-ionienne pour laquelle il est difficile de préciser la localisation des ateliers.

  • 156 Carlson, Lawall 2007, p. 33.

101La production d’Érythrées serait caractérisée par une pâte « reddish yellow (5 YR 6/6) to pale brown (7.5 YR 6/6) over a bluish-gray or dark red core, with a moderate scatter of silt-sized black and more numerous white inclusions, and little to no mica »156.

3.3. Contenu

Les amphores de type samien

  • 157 Au sujet des sources littéraires, papyrologiques et numisma-tiques qui soutiennent la thèse que les (...)

102Dès les premières recherches, on a considéré que la production amphorique de Samos était dévolue au stockage et au transport de l’huile d’olive dont la réputation est connue dans l’Antiquité par différentes sources littéraires. Signalons notamment le papyrus n° 59015 de Zénon, daté de 259-258 av. J.-C., qui mentionne des conteneurs samiens et milésiens pour l’huile. Dans le même ordre d’idée, V. Grace a mis l’accent sur le lien existant entre l’amphore (du groupe dit aujourd’hui Samos-Milet) et le rameau d’olivier relevé sur certaines monnaies de l’île157.

  • 158 Sur la possibilité que du vin ait également été transporté dans ces amphores, voir : Dupont 1982, p (...)
  • 159 Roberts 1986, p. 46, 65 n° 412-413.

103Cependant, les sources littéraires antiques mentionnent également une production vinicole samienne, fort peu prisée d’ailleurs, du moins à l’époque romaine. C’est l’argument mis en avant par P. Dupont qui insiste sur le binôme vin samien/coupes ioniennes également samiennes158. La découverte de résidus de nature résineuse dans deux amphores attribuées à Samos a rouvert le débat en ce sens, et ouvre la possibilité effective que ces amphores ont pu être utilisées peut-être avant tout pour le commerce de l’huile, mais également pour celui du vin159.

Les amphores de type milésien

  • 160 Sur l’hypothèse que les amphores milésiennes étaient des conteneurs à huile, voir : Grace 1971, p. (...)
  • 161 En ce qui concerne le vin, voir : Dupont 1982, p. 206 ; pour les autres produits, voir : Naso 2005, (...)

104Il en va de même pour les amphores de Milet qui sont considérées comme principalement liée au transport de l’huile issue d’une production oléicole dont l’existence semble bien documentée dans toute la Carie. Les sources littéraires (Aristote, Politique, I, 4, 5) et papyrologiques (papyrus de Zénon n° 59015) confirmeraient cette destination. Ajoutons que l’interprétation fonctionnelle que propose p. Dupont du ressaut en collerette placé sur le col de certaines variantes d’amphores de production milésienne - éviter l’épandage de l’huile - pourrait aller dans ce sens160. Néanmoins, étant donné la localisation d’une production de coupes ioniennes à Milet, le même chercheur n’exclut pas qu’une partie des amphores milésiennes aient été destinées au transport du vin. Récemment, A. Naso a proposé qu’elles aient pu également servir pour le commerce des olives, des herbes médicinales comme l’hellébore, ainsi que des produits liés à l’industrie de la laine, ressources très réputées de l’économie milésienne161

Les amphores du groupe ‘Samos-Milet’

105Compte tenu des difficultés que pose la distinction entre les ateliers de production des amphores du groupe Samos-Milet, le problème des marchandises que ces dernières contenaient s’en trouve encore évidemment compliqué. Néanmoins, la localisation générale de ces ateliers dans l’Ionie méridionale suggère que la problématique touchant les contenus des productions plus archaïques de Samos et Milet est la équivalente à celle concernant ces amphores. L’effigie d’une amphore de ce groupe associée à un rameau d’olivier sur des émissions monétaires samiennes tendrait à confirmer que, en partie du moins, ces amphores contenaient de l’huile.

106La multiplicité des lieux de productions laisse toutefois ouverte la question d’une pluralité des contenus différents.

Érythrées

  • 162 Carlson 2003, p. 589-590.

107Au moins un des exemplaires découverts dans l’épave de Tektag Burnu et attribué à la production d’Érythrées, a été employé pour le stockage de viande bovine162. Nous ne disposons pas d’éléments suffisants pour établir s’il s’agissait d’un usage primaire ou secondaire du conteneur.

3.4. Diffusion dans la Méditerranée occidentale

  • 163 Pour les nécropoles de l’Étrurie méridionale : Boitani 1985, p. 25. Pour le Petriolo : Savelli sous (...)
  • 164 Pour la Sicile, voir la synthèse de R. M. Albanese Procelli (Albanese Procelli 1997, p. 107-108). P (...)
  • 165 Pour Métauros : Sabbione 1981a ; Id. 1981b ; Id. 1987 (également pour la documentation samienne de (...)
  • 166 Pour l’Incoronata de Métaponte, en dernier lieu : Stea 2000. Pour Siris : Berlingò 1986.
  • 167 Pour Cumes : Savelli 2006, p. 113-114 ; pour Pithécusses : Di Sandro 1986, p. 69-76, 121 ; pour Cap (...)
  • 168 Pour la Provence : Sourisseau 1997, I, p. 143. Pour Huelva : Rouillard 1991, p. 177. Pour Toscanos  (...)
  • 169 Docter 2000, p. 69, n° 1-3, fig. 8, a-c (amphores de Samos) et p. 76, n. 26, avec bibliographie ant (...)

108Les formes les plus anciennes des séries amphoriques de Samos et de Milet sont assez répandues en Italie où nous connaissons de nombreux exemplaires en Étrurie, notamment à Caeré, Tarquinia et Vulci, dans les habitats du Petriolo et de Murlo, dans l’épave du Giglio-Campese et dans la seconde épave du Giglio163. Elles sont aussi diffusées en Sicile, en particulier dans la nécropole de Camarine qui en a restitué de nombreux exemplaires, mais aussi de Butera, Géla, Himère, Monte San Mauro, Naxos, Mégara Hyblaea et Mylae164. Des exemplaires qui pourraient être samiens, ou plus génériquement grecs orientaux, datés entre le viie et le milieu du vie s. av. J.-C., sont signalés également de l’autre côté du détroit, à Métauros, sur le littoral tyrrhénien de la Calabre165. Dans le secteur ionien, en Basilicate, des amphores milésiennes datées du viie s. av. J.-C. ont été découvertes dans l’habitat de l’Incoronata de Métaponte et dans la nécropole de Siris166. En Campanie, on a trouvé des amphores milésiennes et samiennes à Cumes, Pithécusses, Capoue, Nuceria et Fratte167. En continuant vers l’Occident, les deux séries sont attestées en Provence, à Marseille, à Saint-Blaise et à Tamaris, mais aussi en Espagne, probablement à Huelva et à Toscanos168. Sur les côtes méridionales de la Méditerranée, les types archaïques de Milet et surtout de Samos sont documentés à Carthage169.

  • 170 Pour les découvertes d’amphores dans le Salento, voir : Semeraro 1997, p. 392-393 (définies comme d (...)
  • 171 Pour la distribution en Sicile, voir : Albanese Procelli 1997, p. 107, avec références bibliographi (...)
  • 172 Panvini 2001, notamment p. 72, 75, pl. XXIII.137 (définie comme samienne), pl. XXV. 147 (amphore sa (...)

109En ce qui concerne le groupe, plus problématique, de Samos-Milet, d’époque tardo-archaïque et classique, il est documenté dans le Salento à travers quelques exemplaires trouvés à Oria, Cavallino, Soleto, Vaste et Masseria Fano170. En Sicile, la présence de ce groupe est attestée par un petit nombre d’exemplaires pourtant distribués sur de nombreux sites, comme Catane, Himère, Camarine, Géla, Monte Saraceno, Motyé, Ramacca-Montagna, Sélinonte, Naxos et peut-être Colle Madore et Morgantina171. Quelques exemplaires complets proviennent de la nécropole de Lentini et de l’épave de Géla, qui a livré aussi un exemplaire fragmentaire172. Il faut signaler, à Camarine et à Géla, la présence de la forme Zeest’s Samian.

  • 173 Pour Vélia : Gassner 2003, p. 121-122 ; pour Fratte : Di Sandro 1981, p. 7-8 ; Albore Livadie 1985, (...)

110Le long de la côte tyrrhénienne méridionale, quelques amphores du groupe Samos-Milet datables de la fin du vie et du ve s. av. J.-C. ont été récemment signalées à Vélia. Toujours en Campanie, un autre exemplaire a été trouvé dans la nécropole de Fratte et un fragment du type Zeest’s Samian, déjà documenté à Vélia, provient des fortifications de Cumes173.

  • 174 Pour l’habitat de Caeré : Boss 1993, p. 325-326 ; pour Pyrgi : Colonna 1985, p. 10.
  • 175 Pour Tarquinia : Scotti 1999, p. 273-274 ; pour Gravisca : Slaska 1985, p. 19-20 et Fortunelli 2007 (...)

111En Étrurie méridionale on en connaît des exemplaires provenant des fouilles urbaines de Caeré et de l’emporion di Pyrgi174. D’autres attestations sont signalées dans l’habitat de Tarquinia, où les fragments contextualisés remontent à la fin du vie s. av. J.-C., et surtout dans l’aire sacrée de Gravisca, dont la documentation couvre également le ve s. av. J.-C. Dans l’arc chronologique compris entre la fin du vie et la première moitié du ve s. av. J.-C. sont situées enfin les nombreuses attestations de Regae et l’unique amphore du groupe Samos-Milet trouvée à la Doganella175.

  • 176 Pour les amphores du groupe Samos-Milet de Chianciano Terme : Paolucci, Rastrelli 1999, p. 28, n° 2 (...)

112Dans l’Étrurie interne, plusieurs amphores de ce groupe ont été découvertes à Chiusi, à Chianciano Terme, à Sarteano et à Camporsevoli176.

  • 177 Pour Pise, voir principalement : Pancrazzi 1982, p. 336, 341, fig. 2.14-16 et fig. 2.19-20 (ces der (...)
  • 178 Pour Punta Ala (épave A) : Cygielman, De Tommaso 1998, p. 93-101.
  • 179 Milanese, Mannoni 1986, p. 133, fig. 8, 2 et Milanese 1987, p. 224,596, fig. 100, 596.

113En Étrurie septentrionale, le centre qui a restitué la plus abondante documentation est l’habitat de Pise, mais un fragment du début du ve s. av. J.-C. a également été trouvé à Fossa Nera di porcari, le long de la vallée du Serchio, et un autre à San Rocchino di Massarosa177. Des amphores du groupe Samos-Milet faisaient partie de la cargaison du bateau marchand qui fit naufrage à Punta Ala, près de Castiglione della Pescaia178. Plus au nord, deux exemplaires du groupe Samos-Milet proviennent des fouilles de l’habitat de Gênes179.

  • 180 Pour les sites de Provence : Sourisseau 1997, I, p. 143. Pour l’épave de la Pointe Lequin 1A : Pome (...)
  • 181 Pour Emporion : Sanmartí Grego et al. 1991 et Aquilué Abadías et al. 2000, p. 330-333, fig. 40.1-2. (...)

114Des amphores attribuées au même groupe ont été aussi trouvées dans le sud de la France. On en connaît à Marseille, à Arles, à Saint-Pierre-lès-Martigues, à Saint-Baise et dans la cargaison de l’épave de la Pointe Lequin 1A180. D’autres attestations occidentales viennent enfin d’Emporion, en Espagne, et de Carthage, en Tunisie181.

4. Les amphores du groupe « Solokha I »

  • 182 Zeest 1960, p. 91-92, pl. XIV-XVI, 32.
  • 183 Zeest 1960, pl. XV, 32b ; Mancevič 1987, p. 50, n° 31.1, et fig. a p. 51.
  • 184 Sur les premières fouilles du tumulus de Solokha, qui se sont déroulées entre 1912 et 1913, voir : (...)

115Deux formes amphoriques d’époque classique, généralement désignées types « Solokha I » et « Solokha II »182, doivent leur dénomination au kourgane scythe éponyme découvert près de Velikaja Znamenka, sur la rive gauche du fleuve Dniepr, sur le territoire de l’Ukraine actuelle. La tombe latérale du kourgane, fouillée par I. N. Veselovski en 1913 et aujourd’hui datée du premier quart du ive s. av. J.-C., a livré trois exemplaires de la forme I (fig. 63)183 et huit de la forme II184. Il s’agit donc de deux formes distinctes, dont la dénomination n’a bien entendu aucun rapport avec leur lieu de production, mais renvoie au lieu de la découverte des ces premiers exemplaires.

Fig. 63. Amphore du groupe Solokha I.

Fig. 63. Amphore du groupe Solokha I.

Kurgan de Solokha

(d’après Doulgéri-Intzessiloglou, Garlan 1990, fig. 35.a).

116Les amphores dites « Solokha I », qui nous intéressent plus particulièrement dans le cadre de cette étude, constituent un groupe d’amphores de type « extra-régional », car les différentes pâtes utilisées dans la fabrication de la même forme indiquent que la production est partagée par de nombreux centres distincts. La plupart d’entre eux n’ont pas encore été identifiés avec précision. Il semble néanmoins très probable que la fabrication de cette série, doive être située dans l’aire de l’Égée orientale et méridionale. Ainsi, les principaux centres supposés et souvent évoqués seraient Clazomènes, Samos, Cos, Cnide et Rhodes. Toutefois nous manquons de données claires, notamment pour les périodes les plus anciennes de la production, en particulier la seconde moitié du ve s. av. J.-C.

  • 185 Grace 1953.
  • 186 Grace 1953, p. 101-102, n° 147, pl. 39, n° 147 ; Ead. 1971, p. 74, 78-79 et note 68. Sur l’impact d (...)

117Les amphores du groupe « Solokha I » ont d’abord été identifiées par V. Grace comme attiques. C’est en examinant quelques exemplaires de l’Agora d’Athènes, qu’elle a construit l’hypothèse d’une origine attique de cette production dont la genèse serait située dans le courant du ve s. av. J.-C.185 La forme aurait ensuite été adoptée par divers ateliers de l’Égée orientale, notamment à Samos, dans le courant du siècle suivant186.

  • 187 Grace 1953, p. 101-103. Pour une nouvelle attribution de l’amphore P12760 aux productions de l’Égée (...)

118La forme aurait ensuite graduellement évoluée vers des types à lèvre plus lourdes de section triangulaire, jusqu’à aboutir à la forme de type « mushroom rim ». Pour construire son schéma évolutif, V. Grace met en relation, sur la base de leur morphologie, plusieurs amphores des dépôts de l’Agora, notamment les exemplaires P21970 (du contexte N 7 :3), P16526 et P9429. Elle mobilise également l’amphore P12760 du contexte G 11 :3, qui, avec sa lèvre courte, aurait constitué le point de départ possible de la série au début du ve s. av. J.-C. Le problème est qu’on sait aujourd’hui, grâce aux travaux de M. Lawall, que cette amphore doit plus probablement être identifiée comme une production nord-égéenne187. La série définie par V. Grace apparaît donc construite à partir d’éléments hétérogènes, ce qui a introduit de nombreuses confusions dans les déterminations proposées dans les publications de matériel dans l’ensemble du bassin méditerranéen pendant de très nombreuses années.

119Pour les amphores de la forme Solokha I on manque donc, aujourd’hui encore, non seulement de publications de synthèse sur leur évolution typo-chronologique, mais aussi d’un accord de la part du monde scientifique sur leur dénomination et leur aire de production. C’est donc sur la base des rares publications d’amphores de la forme Solokha I et des résultats des nouvelles études récemment effectuées sur les exemplaires de l’Agora d’Athènes qu’on en propose ci-dessous une description morphologique et une synthèse de l’évolution typo-chronologique.

4.1. Bilan des études

  • 188 Sur ces observations, voir Lawall 1995, p. 220-221 et notes 5, 8-9, fig. 93. La présence du revêtem (...)
  • 189 La morphologie générale du pied des amphores de type « Solokha I » rappelle de très près le pied d’ (...)

120La production des amphores du groupe « Solohka I » a dû probablement commencer vers le milieu du ve s. av. J.-C. pour ne disparaitre que dans le courant du ive s. av. J.-C. Les exemplaires de la seconde moitié du ve s. av. J.-C., qui nous intéressent ici, sont caractérisés par une forme globalement ovoïde, une épaule arrondie et une panse qui se rétrécit légèrement dans la partie inférieure. Le col, plutôt étroit, est de forme cylindrique au profil rectiligne. La lèvre, du type à section triangulaire, est particulièrement caractéristique de cette série. Les anses, en ruban épaissi, retombent verticalement de la moitié supérieure du col sur l’épaule, où une impression digitale caractéristique marque la base externe de l’attache inférieure. Le pied, de forme tronconique, est massif. Sa base en anneau épaissi présente une profonde cavité semi-circulaire qui, surtout pour les exemplaires les plus anciens, est caractérisée par la présence fréquente d’un revêtement sableux ou, plus rarement, par une petite protubérance centrale188. Cette forme du pied, qui rappelle un gros anneau de préhension, est un élément fortement caractéristique du type189.

  • 190 Lawall 1995, p. 220, note 4, fig. 88, 93.

121Le début de la série peut être situé vers le milieu du ve s. av. J.-C. sur la base des premiers exemplaires d’un contexte de l’Agora d’Athènes clos avant 440 av. J.-C. En effet, bien qu’un fragment de lèvre soit signalé dans un dépôt plus ancien (C 8 :4b), clos vers 450 av. J.-C. mais non exempt de contaminations, c’est du contexte N 7 :3, clos autour de 440 av. J.-C., que provient de manière fiable le lot le plus ancien d’amphores de forme « Solokha I »190. Il comprend plusieurs fragments ainsi que l’amphore complète P21970 (fig. 64) examinée et signalée par V. Grace en son temps. Ces exemplaires de début de série présentent la lèvre typique à section triangulaire caractérisant le groupe pendant toute la période de son évolution. Toutefois, les dimensions sont encore réduites et la surface supérieure est plate et horizontale ce qui apparait comme un caractère d’ancienneté. Le pied est de forme tronconique (fig. 65).

Fig. 64. Amphore du groupe Solokha I.

Fig. 64. Amphore du groupe Solokha I.

Athènes, Agora, N 7 :3, inv. P21970

(© American Schoolof Classical Studies at Athens : Agora Excavations).

Fig. 65. Fonds d’amphores du groupe Solokha I.

Fig. 65. Fonds d’amphores du groupe Solokha I.

Athènes, Agora, N 7 :3

(d’après Lawall 1995, fig. 93).

  • 191 Lawall 1995, p. 220, notes 6, fig. 89, 91-92.

122D’autres contextes de l’Agora clos autour de 425 av. J.-C. et de 410 av. J.-C., période durant laquelle les attestations sont de plus en plus nombreuses, ont livré des exemplaires fragmentaires ainsi qu’un exemplaire complet (P27418 ; fig. 66) issu du contexte S 16 :1 (clos vers 410 av. J.-C.)191. Ces derniers exemplaires présentent les mêmes caractéristiques que l’amphore P21970 (fig. 64), mais avec des lèvres plus massives munies d’un marli supérieur légèrement oblique vers l’extérieur. Le profil des lèvres documentées dans cette seconde moitié du ve s. av. J.-C. par ailleurs variable, peut présenter différents degrés d’inclinaison et un angle rentrant à la jonction du col plus ou moins marqué. Ce qui caractérise en général leur morphologie est l’obliquité encore modérée de la surface supérieure, dont l’ampleur est toujours moindre par rapport à la surface inférieure (fig. 67). Le pied est de type tronconique.

Fig. 66. Amphore du groupe Solokha I.

Fig. 66. Amphore du groupe Solokha I.

Athènes, Agora, S 16 :1, inv. P27418

(© American Schoolof Classical Studies at Athens : Agora Excavations).

Fig. 67. Cols d’amphores du groupe Solokha I.

Fig. 67. Cols d’amphores du groupe Solokha I.

Athènes, Agora, R 13 :1 (à gauche) et B 13 :6 (à droite)

(d’après Lawall 1995, fig. 91-92).

  • 192 Lawall 1995, p. 220-221, notes 7-9, fig. 90.

123La période de transition entre le ve et le ive s. av. J.-C. marque une évolution morphologique qui touche essentiellement la partie supérieure des amphores du groupe « Solokha I ». Si l’on met en rapport l’exemplaire complet P24211 (fig. 68) du dépôt H 13 :4, clos vers 390 av. J.-C., avec ceux qui proviennent de contextes clos deux décennies auparavant, on voit bien que le col et les anses sont plus longs, l’épaulement plus ample et aplati et la lèvre plus pendante en raison de l’obliquité plus marquée de la surface supérieure du bord. Le pied, toujours de forme tronconique, peut présenter un profil latéral concave192.

Fig. 68. Amphore du groupe Solokha I.

Fig. 68. Amphore du groupe Solokha I.

Athènes, Agora, H 13 :4, inv. P24211

(© American Schoolof Classical Studies at Athens : Agora Excavations).

  • 193 Sur le développement général de la forme « Solokha I » au ive s. av. J.-C., voir Lawall 1995, p. 22 (...)
  • 194 Pour El Sec, Cerdá 1987 (« type El Sec N1-3 ») ; pour Chypre-Mazotos, Demesticha 2011.
  • 195 Ce n’est pas par hasard que les amphores dites « attiques » du ve s. av. J.-C. ont parfois été cons (...)

124Le développement de la forme se poursuit au moins jusqu’au troisième quart du ive s. av. J.-C., mais sans qu’il soit possible de définir, à l’heure actuelle, un rythme d’évolution typo-chronologique précis. Les exemplaires du ive siècle présentent des formes plus fluides par l’absence d’accidents, mais on peut identifier des variantes aussi bien dans les détails des lèvres et des pieds que dans le profil de la panse193. En général ils sont caractérisés par une lèvre à section triangulaire qui devient de plus en plus pendante, comme dans les amphores du tumulus de Solokha. Les épaves d’El Sec (première moitié du ive s. av. J.-C.) et de Chypre-Mazotos (troisième quart du ive s. av. J.-C.) transportaient de nombreuses amphores dont la morphologie est analogue à celle des exemplaires du tumulus de Solokha194 ; elles suggèrent que l’inversion des proportions entre les deux faces inférieure et supérieure de la lèvre, qui finit ainsi par prendre une forme définie aussi « en col de cygne » et qui semble inaugurer le début de la série dite à mushroom rim, ou à « lèvre champignon », se produit avant le milieu du ive s. av. J.-C.195.

4.2. Centres de production

  • 196 Grace 1953, p. 101. Sur la distinction entre productions supposées attiques et samiennes : Ead. 197 (...)
  • 197 Pour la Méditerranée occidentale, voir par exemple de Marinis 1988, p. 218 et Maggiani, Paribeni 19 (...)
  • 198 Ces observations sont fondées, non seulement sur les amphores de forme « Solokha I » de l’Italie se (...)

125Traitant des amphores de l’Agora d’Athènes qu’elle définissait comme attiques, V. Grace196 en a décrit la pâte comme étant plutôt fine, à l’argile claire, variant du rose au chamois, mais parfois grise en section et dépourvue de quantités remarquables d’écailles de mica, ce qui, à son avis, la distinguait nettement des productions samiennes. C’est cette description qui a servi de base aux attributions successives à la production supposée attique de plusieurs exemplaires de forme « Solokha I » provenant de contextes de l’Égée, de la Mer Noire et de la Méditerranée occidentale197 Cependant, l’examen visuel des pâtes d’un plus ample échantillonnage de la forme « Solokha I » montre son extrême variabilité et la distinction très claire de ces séries par rapport aux amphores de production samienne ou milésienne. L’éventail chromatique des matrices argileuses est vaste, des tonalités claires du beige, du chamois et du rose à celles, intenses, de l’orange et du rouge. La consistance et la sensation au toucher de la surface, lisse et compacte ou bien poudreuse et vacuolaire est également très variable. La même observation s’applique aussi aux types et à la densité des inclusions, à commencer par la présence plus ou moins fréquente de fines écailles de mica198

126En dépit de l’homogénéité des formes, une telle variabilité des pâtes doit correspondre à une multiplicité de centres producteurs, même si la plupart d’entre eux n’ont pas encore été localisés et si nos connaissances relatives aux débuts de la production, et donc à l’origine de la forme, restent incertaines. Les centres indiqués au cours des années comme des lieux de fabrication du groupe « Solokha I » sont nombreux et leur proposition de localisation s’appuie sur des arguments divers.

  • 199 Grace 1953, p. 101-102, n° 147.
  • 200 Grace 1971, p. 74, 78.

127L’hypothèse la plus répandue, et celle qui a rencontré la plus large audience de la part du monde scientifique, est celle de V. Grace qui, comme on l’a déjà dit, estime que la forme du ve siècle doit être attribuée au milieu attique199, tandis que des centres de productions successifs, du ive siècle, se seraient installés dans l’Égée orientale, notamment à Samos, probablement après 365 av. J.-C. par l’intermédiaire des clérouques athéniens200 Le problème est que la théorie de V. Grace reposait au moins pour partie sur l’identification comme attique de l’amphore P12760 de l’Agora aujourd’hui considérée comme issue d’un atelier nord-égéen.

  • 201 Mancevič 1987, notamment p. 123. S.
  • 202 Voir à ce propos : Brasinskij 1984, p. 43-45 ; Doulgéri-Intzessiloglou, Garlan 1990, p. 388 ; Lawal (...)
  • 203 Empereur, Picon 1986, p. 112.

128L’hypothèse d’une production nord-égéenne de la forme « Solokha I » a été proposée par A. Mancevič201 sur la base de la comparaison entre une amphore représentée sur un type monétaire frappé à Toronè (dans la péninsule Sithonia) entre la fin du vie et le début du ve s. av. J.-C.et la forme caractéristique des amphores Solokha I. L’hypothèse apparaît néanmoins discutable. D’une part la série monétaire identifiée semble un peu trop ancienne vis-à-vis des amphores évoquées, quant au rapprochement morphologique entre les deux types de documents il apparait plutôt improbable. Si l’hypothèse de la production nord-égéenne ne convainc pas totalement la plupart des spécialistes202, les nombreuses propositions qui se sont orientées vers l’Égée orientale et méridionale sont en général plus largement acceptées203.

  • 204 Zeest 1960, p. 91-94, tav. 14-16. Quant aux observations concernant les liens présumés entre les de (...)

129I. Zeest a suggéré comme centres de production des amphores du groupe « Solokha I » les îles de Rhodes et de Cos. Cette hypothèse tire son origine de l’analogie morphologique présumée du type « Solokha I » avec une forme amphorique plus récente, le type « Ust-Labinskaja », aux anses bifides, dont la production est attestée aussi bien à Rhodes qu’à Cos. Le type « Ust-Labinskaja », selon I. Zeest, pourrait être interprété comme une évolution de la forme « Solokha I » aux iiie et iie s. av. J.-C. et il pourrait aussi être mis en rapporta-vec les amphores mushroom rimmed de la Méditerranée occidentale, définies ensuite comme gréco-italiques204

  • 205 Brašinskij 1984, p. 43-45.
  • 206 Avram 1989.

130Sur cette base, la proposition de I. Zeest de localiser un atelier pour la production d’amphores du groupe Solokha I à Cos a été accueillie favorablement même par I. Brasinskij205 qui admettait pourtant l’existence de plusieurs centres producteurs pour le groupe « Solokha I ». A. Avram a même suggéré que Cos avait aussi produit un type d’amphores sans anses bifides, et donc plus proche encore de la forme « Solokha I », dont quelques exemplaires timbrés seraient documentés à Histria206 La relation entre Cos et les amphores du groupe « Solokha I », qui récemment encore était exclusivement fondée sur ces analogies morphologiques constatables, a récemment reçu une importante confirmation archéologique.

  • 207 Sur la fouille de l’atelier de l’île de Cos, voir. : Kantzia 1994, p. 332-335, fig. 5 (pour le type (...)
  • 208 Vanderpool, Mccredie, Steinberg 1962, p. 33, n° 6, pl. 19.
  • 209 Certains éléments archéologiques en contexte, mais inédits de Cos semblent suggérer une chronologie (...)

131En 1991 en effet, dans le site de l’ancienne Halasarna, l’un des six dèmes de Cos, a été fouillé un atelier d’amphores dont la pâte, d’après une analyse visuelle, a été reconnue par Ch. Kantzia comme locale207 Des trois types d’amphores qu’il a été possible de distinguer et dont la typologie précise est en cours d’élaboration, les types Cos I et Cos II présentent des affinités morphologiques remarquables avec la forme « Solokha I » du ive s. av. J.-C., à commencer par la forme de la lèvre à section triangulaire. Le type Cos I, qui présente la particularité d’être muni d’anses bifides rappelant la tradition tardo-archaïque de Milet, a été daté de la première moitié du ive s. av. J.-C. en raison de la ressemblance morphologique de son pied avec celui des amphores contemporaines du groupe « Solokha I ». Le type Cos II, qui se distingue du type I surtout par l’absence des anses bifides et par son pied en bobine, a été mis en parallèle avec un exemplaire trouvé dans la péninsule de Koroni, sur la côte orientale de l’Attique208 et daté, du fait de cette ressemblance, de la première moitié du iiie s. av. J.-C209. Plus globalement, l’activité de cet atelier de Cos a été datée à partir de la première moitié du ive s. av. J.-C. Il pourrait toutefois avoir été actif dès le courant du ve s. av. J.-C.

  • 210 Grace 1963, p. 322-323, fig. 1, n° 1-3, 5.
  • 211 Grace 1971, notamment p. 56-57, 62-67, 74 et n. 57, 78, pl.12.10, 13.53.
  • 212 Cf. : Brašinskij 1984, p. 45 ; Cerdá 1987, p. 447, n. 1 ; Cerdá 1989, p. 65, 88 ; Blondé, Muller, M (...)
  • 213 Il s’agit d’exemplaires provenant des contextes de l’Agora B 13 :5, A-B 21-22 :1 pour lesquels on r (...)

132En ce qui concerne l’hypothèse de la production rho-dienne, elle a été corroborée par la publication de la part de V. Grace d’un fonds d’amphores de type mushroom-rimmed portant des timbres rhodiens210. Mais la théorie de V. Grace selon laquelle les amphores qu’elle qualifiait d’attiques étaient aussi produites, dans la seconde moitié du ive s. av. J.-C., dans l’Égée orientale, n’était pas limitée à l’île de Rhodes. Elle évoquait également une production à Samos, sur la base de deux amphores du groupe « Solokha I » trouvées à Samos et datées de la seconde moitié du ive s. av. J.-C., qui portaient deux timbres que V. Grace a reconnus comme originaires de l’île. Il s’agit d’un monogramme et d’une tête de lion qui trouvent de bonnes comparaisons avec un type monétaire samien contemporain211- Sur cette base, l’hypothèse samienne a donc été très largement suivie212, du moins pour le ive s. av. J.-C. Le problème reste néanmoins ouvert pour les périodes plus anciennes, dans la mesure où une éventuelle production samienne de ce type dans la seconde moitié du ve s. av. J.-C. ne s’appuie que sur la découverte, dans des contextes de l’Agora datés de la fin du ve s. av. J.-C., de quelques exemplaires dont la pâte est très proche de celle des amphores dont la production est certainement samienne213

  • 214 Börker 1986, p. 473-478.
  • 215 Sur l’attribution à Cnide de la forme, voir Monachov 2003a, p. 101-104, fig. 71, 1 (type Cnide I ou (...)

133On a aussi attribué à la cité de Cnide une production d’amphores de type « Solokha I », d’abord sur la base de quelques exemplaires pourvus d’un timbre représentant la proue d’un bateau reconnu comme cnidien214. L’hypothèse a ensuite été confirmée par la découverte, dans la péninsule cnidienne, de fours de potiers avec leurs déchets de cuisson caractéristiques de la forme en question. Par ailleurs, des analyses pétrographiques effectuées sur les pâtes des exemplaires portant le timbre représentant la proue d’un bateau ont confirmé une origine cnidienne215

  • 216 Doğer 1986, p. 469-471, type 7, fig. 18.

134D’autres fours du ive s. av. J.-C. et ayant produit des amphores de forme « Solokha I » ont également été découverts à Clazomènes. Les exemplaires identifiés, définis comme « amphores à lèvre champignon » et considérés par E. Doger comme une imitation des productions « attique » ou « samienne », avec une allusion évidente aux travaux de V. Grace, doivent très probablement être identifiés comme des amphores de forme « Solokha I », datées, sur la base du contexte, du troisième quart du ive s. av. J.-C.216

  • 217 Sur l’hypothèse relative à l’attribution à Skopélos d’une production d’amphores du groupe « Solokha (...)
  • 218 L’assimilation de la forme « Péraréthos II » au type « Solokha I » est néanmoins acceptée par certa (...)

135Si, dans le but d’identifier les lieux de production du groupe « Solokha I », la plupart des spécialistes ont orienté leurs recherches vers l’aire égéenne orientale ou méridionale, une autre hypothèse situe en revanche un éventuel atelier du groupe « Solokha I » dans les Sporades septentrionales. D’après A. Doulgéri-Intzessiloglou et Y. Garlan, l’île de Skopélos (l’ancienne Péparéthos) aurait pu fabriquer des amphores attribuables à ce groupe. Toutefois, si des amphores du groupe « Solokha I » caractéristiques des productions du ive s. av. J.-C. (amphores dites « Péparéthos II ») ont bien été découvertes sur place, l’atelier connu sur l’île renvoie essentiellement à la production d’amphores de type « Solokha II » (dites amphores « Péparéthos I ») et peut-être seulement, et à partir d’une documentation très restreinte, à une éventuelle production de types « Solokha I ». Cette hypothèse est défendue avec force par ses partisans s’appuyant sur la découverte de quelques fragments du type I dans les ateliers de Skopélos, identifiés avec certitude comme producteurs du type II217. On observera, cependant, que malgré une indéniable ressemblance entre les amphores de type « Péparéthos II » et celles du groupe « Solokha I », l’analogie morphologique n’apparait pas aussi nette que nécessaire218 C’est pourquoi nous resterons prudente vis-à-vis de cette hypothèse.

  • 219 Sanmartí Grego et al. 1995, p. 33-35, fig. 6-9, attribuées à une production magno-grecque en raison (...)

136La ressemblance morphologique de la lèvre de la forme du ive siècle avec celle d’éventuelles productions contemporaines de Grande Grèce, bien différentes dans le développement du col et de la partie inférieure du conteneur, a enfin suggéré une provenance magno-grecque ou sicilienne des amphores trouvées dans un contexte d’Emporion daté du ive s. av. J.-C.219. L’hypothèse apparaît encore néanmoins fragile, du moins insuffisamment documentée.

  • 220 Sur les analyses de pâtes des amphores « Solokha I » de Vélia, voir : Gassner 2005, p. 40-42, fig. (...)

137Pour conclure, la variété des pâtes dans lesquelles la forme a été réalisée dès l’origine de la série, associée aux témoignages archéologiques nombreux concernant les productions du ive s. av. J.-C., autorisent à penser que déjà, dès le ve s. av. J.-C., les centres de production pouvaient être divers. Ceux qui sont actuellement identifiés, pour la forme du ve s. av. J.-C., sont situés dans l’aire de l’Égée orientale. Une production localisée entre Éphèse, Samos et Milet a été suggérée par les résultats des analyses effectuées sur les pâtes d’exemplaires du ve s. av. J.-C. de Vélia et un atelier milésien produisant cette forme est actuellement en cours d’étude220.

  • 221 Sur les amphores de l’épave de Kyrenia : Grace 1971, p. 78-79 et n. 68. Pour les résultats des anal (...)

138Par ailleurs, une des amphores de l’épave de Kyrenia à Chypre (type X), qui d’après les indications de V. Grace pourrait correspondre à la phase évoluée du ive siècle de la forme en question, soumise à des analyses pétrographiques par I. K. Whitbread, s’est révélée compatible avec des amphores samiennes de l’Agora d’Athènes et de l’Héraion de Samos221

  • 222 En faveur de l’existence d’une sorte de koinè des productions amphoriques du ive s. av. J.-C. dans (...)

139Le type « Solokha I » constitue donc une forme amphorique de type « extra-régional » dont la production était vraisemblablement partagée par plusieurs ateliers situés dans une aire assez vaste mais essentiellement en milieu égéen oriental et méridional. Ces ateliers menaient, au même moment et de manière parallèle, leurs activités de production et d’exportation d’un type de conteneur ayant la même morphologie, et ceci, peut-être en vertu d’une sorte d’accord commercial222

4.3. Contenu

  • 223 Grace 1953, p. 102.
  • 224 Sur cette hypothèse, voir Lawall 2000, p. 18, 46-47, n° 54, p. 51, n° 66.

140En ce qui concerne le type de marchandise contenu dans ces amphores, on ne dispose pas, à l’heure actuelle, de données objectives bien établies. L’hypothèse que ces amphores aient pu être utilisées indifféremment pour le transport du vin et de l’huile a été avancée, car sur la paroi interne de quelques fragments d’amphores du groupe « Solokha I », et non de toutes, il a été possible d’observer des traces d’un revêtement blanc dont la fonction aurait été d’assurer l’étanchéité du conteneur223. Cependant, la nature de ce résidu et sa fonction précise n’a été confirmée par aucune analyse de laboratoire. L’observation de la présence de résidus résineux nous amène à la même conclusion. On n’a pu en observer que rarement, et il faut rappeler que ce type de revêtement est très périssable. Toutefois, certains indices épigraphiques ponctuels plaident pour un usage si ce n’est systématique, du moins occasionnel de cette forme d’amphore pour le transport de l’huile224.

141Il est donc difficile d’établir une tendance générale dont la définition est par ailleurs rendue difficile du fait de la pluralité des centres de production.

4.4. Diffusion dans la Méditerranée occidentale des amphores du groupe « Solokha I »

  • 225 Pour une synthèse sur les découvertes de la Mer Noire : Doulgéri-Intzessiloglou, Garlan 1990, p. 38 (...)
  • 226 Pour Vélia, voir en dernier lieu : Gassner 2005, p. 40-41, avec la bibliographie antérieure. Pour l (...)
  • 227 Gianfrotta 1981, p. 80, n. 64, fig. 34 (définie comme gréco-italique et comparée à une amphore publ (...)

142Les amphores du groupe « Solokha I » ont connu une vaste diffusion en Mer Égée et surtout en Mer Noire225. Leur présence en Méditerranée occidentale, en revanche, est apparemment très faible et concentrée presque exclusivement dans l’aire géographique qui fait l’objet de cette étude. En dehors de ces exemplaires, tous datés dans le courant de la seconde moitié du ve s. av. J.-C., seuls quelques autres fragments contemporains sont connus à ce jour, provenant de la côte tyrrhénienne de la péninsule italienne : à Vélia, en Campanie, à Casa Baldi de Pozzi-Seravezza, à Versilia, et peut-être à Gênes, en Ligurie226. On doit probablement attribuer au ive s. av. J.-C. une amphore provenant d’une récupération sous-marine près des côtes de l’Étrurie méridionale227.

  • 228 Cerdá 1987. Je crois qu’on pourrait attribuer, du moins en partie, au groupe « Solokha I » les amph (...)
  • 229 Sanmartí Grego et al. 1995, p. 33-35, fig. 6-9, attribuées à une production magno-grecque. Pour la (...)

143Certaines amphores appartenant à la cargaison de l’épave d’El Sec, datée du milieu du ive s. av. J.-C., pourraient être à mon avis attribuées à ce groupe228. À la même série, on peut aussi rattacher quelques amphores trouvées dans des contextes du ive s. av. J.-C. d’Emporion229.

  • 230 Cibecchini 2007, p. 51, avec un tableau de concordance entre les nombreuses dénominations.

144Il est difficile d’établir avec certitude si la faible quantité et la carte de diffusion des exemplaires trouvés en Méditerranée occidentale reflète un état effectif des découvertes ou plutôt une carence des recherches. Il est vrai que les possibilités de confusions sont nombreuses, notamment dans les contextes du ive s. av. J.-C., avec certaines productions « magno-grecques » ou « gréco-italiques anciennes »230 et que les fouilleurs contournent souvent la difficulté en renonçant à prendre parti dans un débat qui, à l’échelle d’un site et de quelques objets, est évidemment marginal. L’examen de la documentation de l’Italie du nord a d’ailleurs montré que les amphores du groupe « Solokha I », en particulier celles de la seconde moitié du ve s. av. J.-C., souffrait d’un fort déficit d’identification et qu’il fallait donc rétablir la part effective de la diffusion de ces productions à un niveau supérieur à ce qu’on imaginait auparavant.

Notes

1 Grace 1953, p. 105 ; Grace, Savvatianou-Petropoulakou 1970 ; Whitbread 1995, p. 135.

2 En ce qui concerne les monnaies, il s’agit respectivement d’une émission avec un sphinx assis devant une amphore à col bombé (Grace 1934, p. 296 et Ead. 1953, p. 105) et d’une autre sur laquelle on a reconnu la représentation de la forme la plus évoluée à col droit (Grace 1979b, fig. 45). Pour la gemme de Dexamenos représentant une amphore du type later bulgy, voir : Boardman 1970, p. 194-197, pl. 470 ; Grace 1979a, p. 120-121, pl. XXXV, 6.

3 .Sur la production d’époque archaïque, voir : Dupont 1998, p. 146-151, fig. 23.1-23.2. Sur les amphores chiotes de la nécropole du Céramique : Knigge 1976, notamment, p. 23-24. U. Knigge a identifié pour le ve siècle trois variantes qu’elle a définies C/1, C/2 et C/3. La même terminologie a été reprise dans l’étude de M. Lawall des exemplaires de l’Agora, à partir de laquelle il a établi la chronologie des variantes du ve s. av. J.-C. : Lawall 1995, p. 88-115.

4 Sur la zone suburbaine de Kophinà : Anderson 1954 ; pour Emporio : Boardman 1967 ; pour la zone du petit port de Limnia, sur la côte occidentale de l’île : Dupont 1982, p. 198 ; pour les amphores récupérées dans le bras de mer compris entre Chios et la côte anato-lienne : Grace 1953, p. 105.

5 Pour la Mer Noire : Brašinskij 1980 et Brašinskij, Marčenko 1984 ; pour l’épave de la Pointe Lequin 1A : Long, Pomey, Sourisseau 2002, p. 50-54, avec bibliographie précédente ; pour l’épave de Cala Sant Vicenç : Nieto, Santos 2008 ; pour l’épave de Géla, voir en dernier lieu : Panvini 2001.

6 Pour le début de la série, voir : Slaska 1986, p. 55-56 ; sur la morphologie de ce type initial, voir : Dupont 1998, p. 146-148, n. 37, fig. 23.1, a-e, et dernièrement la synthèse de R. De Marinis (1999, p. 263-265, fig. 7. 1), avec références bibliographiques aux exemplaires de Thasos, Rhodes, Milazzo, Caere et Athènes qui fournissent des repères chronologiques ponctuels pour la forme. R. F Docter signale cependant quelques fragments d’amphores chiotes de Toscanos qui pourraient être datés dans le courant du deuxième quart du viie s. av. J.-C. (Docter 2000, p. 74 e fig. 4-5).

7 Pour la définition du type chiote sans engobe qui précéderait la fabrication des types à engobe, voir : Slaska 1986, p. 55-56. Sur le problème de la série similaire de Clazomènes, voir récemment : Sezgin 2004, p. 170-172.

8 Sur le type : Dupont 1998, fig. 23.1, f-h ; de Marinis 1999, p. 265-266, fig. 7.2, avec références bibliographiques concernant les nombreuses trouvailles d’amphores de cette forme depuis les côtes de l’Asie Mineure jusqu’à la Provence. Le bobbin type présente des bandes plus fines et un « S» couché de forme plus allongée par rapport au type white slip.

9 Sur l’évolution morphologique des productions des trente dernières années du vie s. av. J.-C., correspondant aux types Lambrino A1 et A2 (Lambrino 1938, p. 110-112, fig. 71-72), voir également : Dupont 1998, p. 148-149, fig. 23.2, a-c. Sur ce sujet, voir en dernier lieu : de Marinis 1999, p. 266, fig. 7.3, avec renvois bibliographiques aux exemplaires constituant une référence chronologique pour le type.

10 Long, Miro, Volpe 1992.

11 Knigge 1976, p. 23-24.

12 Lawall 1995, p. 89-92.

13 Pour Chios : Anderson 1954, p. 139, n, 51, fig. 8.51 ; pour égine : Johnston 1990, p. 38-40, fig. 1-2.8, 36 ; pour Elizavetovskoe : Brašinskij 1984, pl. VII, 3 et VIII ; pour Histria : Condurachi 1954, fig. 166-167 et Id. 1966, pl. 52, n° 368-369. Pour d’autres références bibliographiques aux types chiotes à col bombé les plus anciens : Lawall 1995, p. 89, note 5 et p. 96, note 26.

14 De Marinis 1999, p. 266, fig. 7.4 et notes 71-74, avec références bibliographiques relatives aux découvertes d’amphores de ce type ; Lawall 1995, p. 89-90, fig. 19, 23-25.

15 Knigge 1976, p. 23-24 ; Dupont 1998, fig. 23.2, d ; de Marinis 1999, p. 266-267, fig. 7.5. Pour la chronologie de la variante C/1 sur la base de la documentation de l’Agora, ainsi que sur la base d’autres contextes (principalement ceux du Céramique d’Athènes) : Lawall 1995, p. 96-97 et note 35. Pour le matériel du puits Q 12 :3 de l’Agora, daté entre 520 et 490 av. J.-C. : Roberts 1986, notamment p. 67, n° 419-420, fig. 42 ; pour l’épave de Géla : Fiorentini 1990, p. 27-28, pl. XII. 1, 3, XIV.1-6 et Panvini 1997, p. 137-138, fig. 8. L’épave, dans laquelle on trouve de la céramique attique datable entre 500 et 480 av. J.-C., transportait une cargaison d’amphores parmi lesquelles les productions chiotes toutes attribuables à cette variante du type early bulgy, représentaient environ 60 % des amphores.

16 Lawall 1995, p. 90, fig. 19, 23-25 (variante C/1).

17 Sur ces observations : Lawall 1995, p. 90 et note 9, avec références bibliographiques à des exemplaires contemporains dont les pieds présentent des formes différentes.

18 P Dupont définit aussi dans sa classification une variante de ce type : with unpeinted rim (Dupont 1998, fig. 23.2, e) qui n’est attestée par un exemplaire.

19 Lawall 1995, p. 90 (variante C/1). Pour une interprétation du timbre circulaire, voir : Eiseman, Ridgway 1987, p. 41-42 et, plus récemment : Carlson 2003, p. 586.

20 Pour le type : Knigge 1976, p. 23-24 ; Dupont 1998, fig. 23.2, f ; de Marinis 1999, p. 267, fig. 7.6 ; Lawall 1995, p. 90-91, fig. 20, 26-27, 31 (variante C/2).

21 Sur la définition de cette troisième variante, voir : de Marinis 1999, p. 267, fig. 7.6. Pour les exemplaires de la Mer Noire : Brašinskij 1980, p. 15-16, pl. 1-3, et Id. 1984, pl. VII, 5-6 e VIII, 4. L’amphore complète P 27727 du contexte H 6 :5 de l’Agora est inédite. Pour celle-ci et pour le reste de la documentation de l’Agora : Lawall 1995, p. 97-98, note 37.

22 Pour une description des anses de cette forme, voir : Lawall 1995, p. 90, fig. 20 (variante C/2).

23 Lawall 1995, p. 91, fig. 31.

24 Sur l’amphore P21971 de l’Agora : Grace 1953, p. 104, n° 150, et Ead. 1961, fig. 44 (seconde à partir de droite) ; pour les exemplaires d’Histria, : Condurachi 1954, p. 369, fig. 100-111, 163.

25 De Marinis 1999, p. 267-268, fig. 7. 7.

26 M. Lawall utilise la même amphore P21971 comme illustration du type C/2 (Lawall 1995, p. 90, n. 11, fig. 20).

27 De Marinis 1999, p. 268.

28 Sur la définition du sous-type later bulgy, voir : de Marinis 1999, p. 268-269, fig. 7. 8, avec références aux attestations du type à Histria : Condurachi 1966, p. 161, pl. 86, 89, à Elizavetovskoe : Brašinskij 1980, p. 107, n° 6-12, pl. 1, 8, 11 ; Id. 1984, pl. I, 3, VII, 7 ; VIII, 5-6, à égine et Marathon. Pour le type, correspondant à la variante C/3 d’U. Knigge et M. Lawall, voir : Knigge 1976, p. 23-24 ; Lawall 1995, p. 91, fig. 22, 28-30.

29 Pour la chronologie du sous-type later bulgy, ou variante C.3 : Lawall 1995, p. 99-102, avec références aux dépôts cités et discussion.

30 Sur ce type : Lawall 1995, p. 91-92, fig. 22, 33-36 ; de Marinis 1999, p. 269, fig. 7. 9.

31 Sur la chronologie de cette phase fondamentale, voir : Lawall 1995, p. 102-103 et note 66.

32 Grace 1961, fig. 45-47.

33 Grace, Savvatianou-Petropoulakou 1970, p. 359-360 ; Grace 1979a, p. 121-122.

34 Grace 1979a, p. 121-122 ; Wallace 1986, p. 88.

35 Pour une discussion sur la datation controversée du décret et son éventuelle relation avec le changement présumé de la capacité des amphores chiotes de la seconde moitié du ve s. av. J.-C., voir : Lawall 2000, p. 4-7 et notes 5-8, avec références bibliographiques.

36 En dernier lieu : Lawall 2000, p. 22, n. 1, avec bibliographie.

37 De Marinis 1999, p. 271-272, avec bibliographie.

38 Brashiskij 1984, p. 170-175.

39 Dupont 1982, p. 198 ; Id. 1983, p. 24, 30-31.

40 Whitbread 1995, p. 138-144.

41 Les recherches sur les pâtes des amphores de Chios, initiées par p. Dupont et R. E. Jones (Jones 1986, p. 740), ont été récemment complétées par l’importante contribution de I. K. Whitbread, auquel nous renvoyons aussi pour une synthèse des résultats obtenus par les deux auteurs précédents (Whitbread 1995, p. 138-144). à ce propos, voir aussi : Lawall 1995, p. 93-96 et de Marinis 1999, p. 263.

42 Anderson 1954, p. 169 et Dupont 1982, p. 98.

43 Lawall 1995, p. 95-103.

44 Dupont 1998, p. 151.

45 Pour une synthèse sur les sources qui mentionnent les qualités du vin de Chios : Grace 1934, p. 296.

46 Mattingly 1981, pl. I, b.

47 Roberts 1986, p. 66-67.

48 Lawall 2000, p. 18, 32, n° 20-21.

49 Sur la diffusion du type en Sicile : Albanese Procelli 1997b, p. 105-106. Plus récemment, pour Himère : Vassallo 2003, p. 342, n° 23, fig. 6, 23.

50 Pour Cumes : Savelli 2006, p. 112-113 ; pour Pithécusses : Di Sandro 1986, p. 53-54 ; pour Calatia : Albore Livadie 1985, p. 139 ; pour Vélia : Gassner 2003b, p. 122-123 ; pour Siris : Berlingò 1986.

51 Pour l’Étrurie méridionale, voir en particulier : Boitani 1985 ; Rizzo 1990 et Slaska 1986, p. 55-56, avec la bibliographie antérieure.

52 Sur la diffusion générale du type archaïque : Slaska 1986, p. 55-57, n. 7, avec références bibliographiques.

53 Pour Margëlliç : Ceka 1986, p. 89. Sur la documentation de Marseille et de la Provence en général, voir : Sourisseau 1997, I, p. 134. Pour Toscanos : Docter 2000, p. 72-74, n° 18-25, fig. 10, g-n. Pour Huelva : Rouillard 1991, p. 177.

54 Docter 2000, p. 72-74, n° 12-17, fig. 10, a-f ; Id. 2007, p. 660.

55 Vandermersch 1989, p. 94 (pour les exemplaires archaïques) et p. 101-102 (pour ceux du ve s. av. J.-C.). Sur les amphores chiotes archaïques de Métauros : Sabbione 1981a ; Sabbione 1981b ; Sabbione 1987. Pour Locres : Barra Bagnasco 1992. Pour Vélia : Gassner 2003b, p. 122-123.

56 Albanese Procelli 1997b, p. 106, avec détails et références bibliographiques. Sur le site de la Montagna di Ramacca, en dernier lieu : Albanese Procelli 2003, notamment p. 39 ; pour Naxos, voir dernièrement : Lentini, Savelli, Blackman 2007, p. 89, et 7d. 2009, p. 102-103, fig. 17 ; pour Camarine : Sourisseau 2002, p. 548, et Id. 2006, p. 133 et fig. 1.

57 Sur les amphores chiotes de l’épave archaïque de Géla : Freschi 1991 ; Panvini 1991 ; Parker 1992, n° 441, p. 188-189, map 11 ; Panvini 1993 ; Id. 1997 et Id. 2001, p. 64-70, pl. XVII.97-102, XVIII.103-108, XIX.109-114, XX.115-120, XXI.121-126, XXII.127.

58 Zevi 1985, notamment p. 119, n. 5, avec bibliographie antérieure.

59 Pour Gravisca : Slaska 1978, p. 228 et Ead. 1985, p. 19 ; pour Tarquinia : Scotti 1986, p. 171 et Ead. 1999, p. 272-273.

60 Boss 1993, p. 325 (fragments datables dans le courant du vie s. av. J.-C.). Le pied L38, que M. Boss attribue de manière dubitative à un atelier samien ou chiote (Ibid., p. 325-326, L38, fig. 522.L38), doit plutôt être attribué, à mon avis, à une production chiote de la première moitié du ve s. av. J.-C.

61 Pancrazzi 1982, p. 336, 341, fig. 2.17-18. O. Pancrazzi a attribué à une production de Chios deux types dont le premier me semble plutôt devoir être assigné à une production de Samos-Milet, comme l’avait déjà proposé A. Maggiani (1990b, p. 94), du moins pour un fragment de pied. En l’absence d’une publication exhaustive du matériel trouvé à Pise, je crois qu’il est plus prudent de situer le début des importations d’amphores chiotes vers une période qui n’est pas antérieure au début du ve s. av. J.-C. En faveur du caractère archaïque des premières importations d’amphores chiotes à Pise, voir néanmoins : Bonamici 1996, p. 22.

62 Cygielman, De Tommaso 1998, p. 93-101 (épave A).

63 Milanese, Mannoni 1986, p. 134, fig. 8, 4-5 et Milanese 1987, p. 196, n° 446, fig. 91, 446, e p. 224, n° 595, fig. 100, 595.

64 Sur l’épave de la Pointe Lequin 1A : Pomey et al. 1988, p. 32-35 ; Long, Miro, Volpe 1992, p. 199-243 ; Parker 1992, n° 846, p. 323, map 5 ; Gras 1996, p. 168-169 ; Long, Pomey, Sourissea 2002, p. 50-54.

65 Pour la Provence : Sourisseau 1997, p. 134.

66 Sur l’épave de Cala Sant Vicenç : Nieto, Santos 2008 ; sur Emporion : Sanmartì Grego et al. 1991 et Aquilué Abadías et al. 2000, p. 330, fig. 39.6-7. Pour El Cabanyal-Malvarrosa, voir : Fernández, Gomez, Ribera 1988, p. 318, fig. 2.3. Pour le bateau d’El Sec : Arribas et al. 1987.

67 Sur les analyses archéométriques des pâtes : Dupont 1982, p. 194 ; Id. 1983, p. 25-26, 31, fig. 18. Sur les déchets de cuisson de Clazomènes : Doğer 1986, p. 467.

68 Lambrino 1938, n. 1, p. 114-118, fig. 76-80, 87, 89.1, 90b.

69 Zeest 1960, n. 2, p. 69-72, pl. II.6 a-b.

70 Doğer 1986, p. 464-465, n. 7-13 et Lawall 1995, p. 48, n. 2, l’un et l’autre avec références bibliographiques.

71 CVA, Russie, XVII, p. 10, pl. 4, M485.

72 Sur cette catégorie de vases : Cook, Dupont 1998, p. 52, n. 44.

73 Doğer 1986, p. 462 ; Sezgin 2004, p. 169, n. 7, avec références bibliographiques.

74 Dupont 1998, p. 151 ; Sezgin 2004, p. 169, 171, n. 14.

75 Doğer 1986, p. 461-462, fig. 1-2 ; Sezgin 2004, p. 170-173, fig. 1-2, 5 (Group I et Group II).

76 Dupont 1998, p. 154.

77 L’hypothèse de localisation d’un des ateliers de production à Téos est fondée sur l’observation croisée de données archéologiques et archéométriques (Dupont 1982, p. 200-201 ; Id. 1983, p. 26). Pour les autres centres proposés comme de possibles lieux de production : Sezgin 2004, p. 172, et n. 8, 18.

78 Sezgin 2004. On remarquera que la classification typologique des amphores clazoméniennes proposée par Y. Sezgin est uniquement basée sur les exemplaires qu’il a lui-même directement analysés et provenant des fouilles de la cité. La chronologie de la série s’appuie par contre sur des exemplaires provenant de contextes différents.

79 Cf. : Doğer 1986, p. 462 ; Dupont 1998, p. 152, fig. 23.3a.

80 Docter 2000, p. 75, fig. 11, b, qui propose d’établir un parallèle entre ce fragment et un exemplaire de la nécropole de Pithécusses (Tombe n° 397) daté, sur la base du contexte, de la fin du viiie s. av. J.-C. L’exemplaire de Pithécusses, considéré de production « protochiote » par G. Buchner et D. Ridgway (1993, p. 429, pl. 211, 227), a été attribué à une production clazoménienne par A. W. Johnston (Docter 2000, p. 75, avec références bibliographiques).

81 Cette datation a été proposée par Y. Sezgin sur la base d’exemplaires provenant de contextes différents, tels Chypre (nécropole de Salamine), Histria, Kommos, Carthage et Cerveteri (Sezgin 2004, p. 172, n. 25-30, avec références bibliographiques).

82 Sur le décor de la série de Chios : Dupont 1982, p. 194-196 ; Id. 1998, p. 146-148, fig. 23.3. Sur le décor de la série de Clazomènes : Sezgin 2004, p. 171, n. 13, p. 178, n° 5, fig. 5.

83 Sezgin 2004, p. 170, n. 10. À propos du problème d’une hypothétique production chiote archaïque sans engobe blanc, cf. supra I, 5 § 1.1.

84 Sezgin 2004, p. 172-173. Les exemplaires de référence pour cette proposition de datation dans les trente dernières années du viie s. av. J.-C. proviennent de Salamine de Chypre, de la Mer Noire et de tombes à enchytrismos de la nécropole d’Akpinar, à Clazomènes (Ibid., n. 35-39, avec références bibliographiques).

85 Doğer 1986, p. 468, fig. 13 (type 5A) ; Dupont 1998, p. 155, n. 82, fig. 23.3h (type E). p. Dupont a proposé l’hypothèse que cet exemplaire sans décor avait pu servir au transport de l’huile d’olive, à la différence de la plupart des amphores clazoméniennes qui pouvaient en revanche servir au transport du vin. Compte tenu du caractère isolé de l’attestation, je suis d’avis qu’on ne peut exclure que la peinture originale de cet exemplaire se soit effacée. E. Doğer signale d’ailleurs que la lèvre conserve des traces de peinture.

86 Sezgin 2004, p. 174-175. Des exemplaires attribuables à ce groupe ont été largement exportés. C’est sur les contextes de leur découverte, ainsi que sur quelques contextes de Clazomènes même, que s’appuie la datation proposée (Ibid., p. 174, n. 41-49).

87 Sur les données chronologiques dont on dispose à Clazomènes et dans d’autres sites pour la datation du groupe, voir : Sezgin 2004, p. 174-175, n. 50, 52-57, avec renvois bibliographiques.

88 Sezgin 2004, p. 175-176.

89 Dupont 1998, p. 154, fig. 23.3c.

90 Sezgin 2004, p. 176-178, fig. 13-14. Pour la chronologie du groupe, Ibid. n. 89-99, avec bibliographie.

91 Sezgin 2004, p. 177.

92 Dupont 1982, p. 201, n. 47-48, avec références bibliographiques.

93 Lawall 1995, p. 51, n. 14.

94 Doğer 1986, p. 469, fig. 15-18.

95 Doğer 1986, p. 466-467, fig. 1.

96 Dupont 1982, p. 200-201 ; Id. 1983, p. 25.

97 Dupont 1982, p. 200 ; Id. 1983, p. 26.

98 Doğer 1986, p. 466 ; Johnston 1990, p. 42.

99 Roberts 1986, p. 66 (Athènes) et Sourisseau 1997, I, p. 121 (Marseille).

100 Pour la possible utilisation de la poix comme isolant pour les conteneurs à huile, voir : Dupont 1998, p. 182 et n. 257 et Romanus et al. 2009. Pour le transport de marchandises autres que le vin et l’huile dans des amphores enduites avec de la poix, voir : Charlin, Gassend, Lequément 1979, p. 22 et n. 27.

101 Dupont 1998, p. 155, n. 80-81, avec bibliographie ; Sezgin 2004, p. 178, n. 100-104.

102 Sur la diffusion des exemplaires du début de série (Group I) : Sezgin 2004, p. 172, avec la liste des sites et les références bibliographiques.

103 Sur les présences d’amphores clazoméniennes en Méditerranée orientale de la deuxième moitié du viie à la fin du vie s. av. J.-C., voir : Sezgin 2004.

104 Pour les sites de Sicile, voir : Vassallo 1999, p. 346-347, Id. 2003, p. 346-347, n° 30, fig. 8, 30, et Id. 2003, p. 346-347, fig. 8, n° 30 ; Spagnolo 2002, p. 33 ; Sourisseau 2002, p. 548, et Id. 2006, p. 133 et fig. 1 ; Albanese Procelli 1997a ; Panvini 2001, p. 74, tav. XXV, 146.

105 Pour le Salento : Semeraro 1997, p. 61, n° 80-81 (Cavallino), p. 105-106, n° 201 (Masseria Fano), p. 271-272, n° 994 (Ruffano), p. 305, n° 1162 (Vaste) ; pour Siris : Berlingò 1993, p. 11, fig. 21 ; pour l’Incoronata : Cavagnera 1995, p. 46, fig. 41-42 ; pour Cumes : Savelli 2006, p. 113, tav. 25.

106 Pour Gravisca : Slaska 1978, p. 229-230, pl. 100, fig. 30 ; pour Vulci : Rizzo 1990, p. 104-109 ; pour Cerveteri : Ibid., p. 22. Dans ces derniers cas il s’agit de deux exemplaires identifiés comme chiotes mais qui d’après Y. Sezgin devraient être attribués à la série de Clazomènes en raison de l’absence de l’engobe blanc qui caractérise la production contemporaine et similaire de Chios (Sezgin 2004, p. 172, n. 30). Pour l’épave du Giglio : Bound 1985 ; pour San Rocchino di Massarosa : Maggiani 1990b, p. 94, n° 49-50, fig. 44.

107 Pour Marseille, voir : Sourisseau 1997, I, p. 120 et plus récemment, Sourisseau 2000, p. 141, fig. 2, 145, pl. 3 a-3 b, 146, pl. 4 a-4b. Pour Pech Maho, voir : Gailledrat, Solier 2004, p. 333, fig. 273, 2.

108 Pour Emporion : Aquilué Abadías et al. 2000, p. 329-330, fig. 39, 3-5. Pour Toscanos : Docter 2000, p. 76, fig. 11 a, n° 26. Pour Malaga : Cisneros Garcia et al. 2000, p. 196, fig. 9, 11.

109 Docter 2000, p. 74, fig. 2, 6 ; Id. 2007, p. 660-661.

110 Dupont 1998, p. 177.

111 Pour une synthèse pionnière sur les amphores samiennes, voir : Grace 1971. Plus récemment, voir les contributions suivantes : Slaska 1978 ; Mattingly 1981 ; Dupont 1982 ; Dupont 1983 ; Johnston 1993. En particulier Dupont 1982 et Id. 1983 pour certaines corrections des attributions de V. Grace. Sur les amphores de Samos d’époque archaïque, on dispose aujourd’hui de la synthèse de p. Dupont (1998, p. 164-169, fig. 23.6, 23.9, a-c). Sur les productions plus récentes : Lawall 1995, p. 176-195.

112 Dupont 1982, p. 203-206 ; Id. 1983, p. 27-28 ; Id. 1998, p. 164-169, pour la production de Samos, et p. 170-177, pour la production de Milet.

113 A propos des détails qui permettent de distinguer la série milésienne de celle de Samos, voir en dernier lieu : Dupont 1998, notamment p. 174 et 176. En ce qui concerne les analogies entre les amphores milésiennes et les amphores peintes du style de Fikellura, voir : Dupont 1983, p. 28, 34, fig. 19 et Id. 1998, p. 174 et n.190.

114 À ce sujet, voir : Dupont 1998, p. 176-177, et surtout l’exemple de la fig. 23.8, i.

115 Dupont 1998, p. 164-165.

116 Dupont 1998, p. 168.

117 Docter 2000, p. 69 et fig. 1 ; Id. 2007, p. 658-659.

118 Sur la première série, voir : Dupont 1998, p. 165, fig. 23.6, a-d ; sur la seconde série, Ibid., p. 165, fig. 23.6, e-g, avec références bibliographiques aux exemplaires qui fournissent des éléments chronologiques utiles à l’encadrement des deux types dans la première moitié du vie s. av. J.-C.

119 Dupont 1998, fig. 23.9, b.

120 Pour l’épave de la Pointe Lequin 1A : Long, Pomey, Sourisseau 2002, p. 50-54 ; pour le contexte de l’Agora d’Athènes : Roberts 1986, n° 435 (P24883), 439 (P24901), fig. 44, pl. 19.

121 Concernant la diffusion des exemplaires les plus anciens reconnus comme milésiens, voir : Dupont 1998, p. 174 et n. 196-199, avec références bibliographiques. Sur la proposition de remonter la chronologie du début de la série : Naso 2005, notamment p. 75, auquel on renvoie également pour les observations et la morphologie particulière (des lèvres notamment) de ces toutes premières attestations, hélas fragmentaires.

122 Dupont 1998, p. 174, fig. 23.7, a.

123 Dupont 1998, p. 174, fig. 23.7, b.

124 Pour la bibliographie relative à la diffusion de ces types et à leur chronologie, voir : Dupont 1998, p. 174-175.

125 Dupont 1998, p. 174-175, fig. 23.7, e.

126 Dupont 1998, p. 174, fig. 23.7, c. Selon P. Dupont, la fonction des cannelures qui apparaissent, dans la deuxième moitié du vie s. av. J.-C., sur tous les types de la série serait de contenir l’écoulement accidentel de l’huile contenue dans les amphores (Dupont 1998, p. 175, fig. 23.8, c-e).

127 Dupont 1998, p. 175, fig. 23.7, d.

128 Dupont 1998, p. 175, fig. 23.7, f.

129 À ce sujet, voir : Dupont 1998, notamment p. 176-177.

130 À propos de la description des formes du ve s. av. J.-C., voir : Dupont 1998, p. 165, 168-169, fig. 23.9, c, pour la production concernant Samos, et p. 176, fig. 23.9, d-g, pour celle de Milet ; pour les amphores du groupe Samos-Milet de l’Agora d’Athènes : Lawall 1995, p. 177-185.

131 M. Lawall fait précisément observer l’analogie existant entre ce type de pied annelé et celui des amphores contemporaines du Nord de l’Égée (Lawall 1995, p. 179 et n. 14).

132 En ce qui concerne les exemplaires d’Égine, voir : Johnston 1990, p. 47-49, fig. 7, 9-10 ; pour les contextes de l’Agora : Lawall 1995, p. 178 et n.12.

133 Concernant l’amphore de la tombe 73 de Fratte qui était associée à des objets importés du milieu du ve s. av. J.-C., voir Di Sandro 1981b, fig. 3 ; Sur les dépôts de l’Agora : Lawall 1995, p. 180 et n.20.

134 Pour ces contextes d’Athènes, voir : Lawall 1995, p. 181 et n.26.

135 A titre documentaire, on peut signaler que c’est à partir de ces exemplaires de l’Agora, notamment les fragments P27530 et P27531 du dépôt S 16 :1, que V. Grace avait établi le type de la fin du ve s. av. J.-C. qu’elle attribuait à Samos : Grace 1971, fig. 3.3.

136 Pour l’amphore du Céramique : Knigge 1976, p. 101 et n. 50, pl. 49.3 ; pour Milet : Voigtlânder 1983, p. 70, fig. 28.172, et peut-être aussi fig. 27.176 ; pour l’Agora : Lawall 1995, p. 182 et n. 30.

137 En ce qui concerne cette proposition, voir Grace 1953, p. 109 et n. 167, pl. 40, fig. 5, et Ead. 1971, p. 76, 109, fig. 3.1.

138 Au sujet de ce dépôt de l’Agora et sur les autres ayant restitué des exemplaires du type S/2 de la seconde moitié du ve s. av. J.-C. : Lawall 1995, p. 183.

139 Lawall 1995, p. 178, 184-185, fig. 76, 79.

140 Ruban 1991 ; Voigtlânder 1986, n° 99, 659-660, fig. 30.

141 Pour Milet : Voigtländer 1983, n° 182 ; pour Égine : Johnston 1990, n° 107-109. Pour les sites de l’Agora - Stoa Cutter Well : Roberts 1986, p. 70-72, n° 438, 443, fig. 44, pl. 19 ; dépôts H 12 :15 ; E 14 :5 ; R 12 :1 (tous clos en 480 av. J.-C.) : Lawall 1995, p. 184-185 et n. 42.

142 À ce sujet, voir le raisonnement de M. Lawall (1995, p. 185, et n. 43).

143 Carlson 2003, p. 583-585.

144 Sur l’épave de Tektaş Burnu : Carlson 2003, notamment p. 583-587, fig. 5 et 8, pour l’amphore pseudo-Samian ou Zeest’s Samian avec timbre EPY. À propos des analyses de P. Dupont sur les amphores Zeest’s Samian : Ibid. n. 29. Sur la proximité géologique de Chios et du territoire d’Érythrées situé en face : Dupont 1998, p. 151. Sur la production amphorique d’Érythrées, voir en dernier lieu : Carlson, Lawall 2007. Malgré les découvertes de Tekta§ Burnu, P Dupont a réaffirmé sa conviction qu’un des ateliers producteurs de cette forme doit être cherché à Chios ou à Téos plutôt qu’à Érythrées (Dupont 2010, p. 40, 43).

145 À ce propos : Carlson 2003, p. 583-584 et Carlson, Lawall 2007, p. 34.

146 Carlson, Lawall 2007, p. 33-34, fig. 2.

147 Carlson, Lawall 2007, p. 34, n. 19-20, fig. 3.

148 Carlson, Lawall 2007, p. 34-35, fig. 4-5.

149 À propos des observations relatives aux pâtes des amphores de Milet : Dupont 1982, p. 205, n. 77 ; Slaska 1986, p. 60 ; de Marinis 1988, p. 217 ; Id. 1996, p. 335.

150 Dupont 1998, p. 174 ; 7d. 2000, p. 58.

151 Kerschner, Mommsen 2005 (analyses exécutées sur du matériel provenant des fouilles d’Éphèse).

152 Greene, Lawall, Polzer 2008, notamment p. 688, n. 20.

153 En ce qui concerne les analyses chimiques, voir notamment : Dupont 1982, p. 204, 206-208 ; Id. 1983, p. 27 ; Id. 1986, p. 60-62, 68. Sur les analyses pétrographiques : Whitbread 1995, p. 124-127.

154 Lawall 1995, p. 187-188.

155 Voigtländer 1983, p. 85-101, avec référence aux importations attiques.

156 Carlson, Lawall 2007, p. 33.

157 Au sujet des sources littéraires, papyrologiques et numisma-tiques qui soutiennent la thèse que les amphores de Samos étaient destinées au transport de l’huile : Grace 1971, p. 79-82.

158 Sur la possibilité que du vin ait également été transporté dans ces amphores, voir : Dupont 1982, p. 206, et n. 86-87 ; Shipley 1987, p. 16-17, 61 et Dupont 2002.

159 Roberts 1986, p. 46, 65 n° 412-413.

160 Sur l’hypothèse que les amphores milésiennes étaient des conteneurs à huile, voir : Grace 1971, p. 82 ; Dupont 1982, p. 206, n. 83 ; Johnston 1990, p. 61 ; Whitbread 1995, p. 122 ; Albanese Procelli 1997b, p. 105 ; Dupont 1998, p. 175 et n. 208-209, avec bibliographie et références aux sources.

161 En ce qui concerne le vin, voir : Dupont 1982, p. 206 ; pour les autres produits, voir : Naso 2005, p. 78-79, avec références bibliographiques.

162 Carlson 2003, p. 589-590.

163 Pour les nécropoles de l’Étrurie méridionale : Boitani 1985, p. 25. Pour le Petriolo : Savelli sous presse. Pour Murlo : Nielsen, Phillips 1997, p. 93, fig. 21-23. Pour l’épave archaïque du Giglio : Bound, Vallintine 1983 ; Bound 1985 ; Abbate Edlmann, Giachi 1989 ; Rendini 1988 ; Parker 1992,451, p. 192, map 7 ; Cristofani 1995. Pour la « seconde épave du Giglio » : Rendini 1988, p. 193, fig. 2.

164 Pour la Sicile, voir la synthèse de R. M. Albanese Procelli (Albanese Procelli 1997, p. 107-108). Plus récemment pour Himère : Vassallo 2003, p. 342-343, fig. 6, n° 24-26 ; pour Camarine : Sourisseau 2002 p. 548, et Id. 2006, p. 133 et fig. 1.

165 Pour Métauros : Sabbione 1981a ; Id. 1981b ; Id. 1987 (également pour la documentation samienne de Mylai).

166 Pour l’Incoronata de Métaponte, en dernier lieu : Stea 2000. Pour Siris : Berlingò 1986.

167 Pour Cumes : Savelli 2006, p. 113-114 ; pour Pithécusses : Di Sandro 1986, p. 69-76, 121 ; pour Capoue et Fratte : Di Sandro 1981, p. 7-8.

168 Pour la Provence : Sourisseau 1997, I, p. 143. Pour Huelva : Rouillard 1991, p. 177. Pour Toscanos : Docter 2000, p. 69-70, n° 4-6, fig. 8, d-f (amphores de Samos) et p. 76, n° 28, fig. 11, c (amphores de Milet).

169 Docter 2000, p. 69, n° 1-3, fig. 8, a-c (amphores de Samos) et p. 76, n. 26, avec bibliographie antérieure (amphore peut-être de Milet). En dernier lieu, voir aussi : Docter 2007, p. 658-659 (pour les amphores de Samos) et p. 661 (pour l’amphore attribuée de façon hypothétique à une fabrique milésienne).

170 Pour les découvertes d’amphores dans le Salento, voir : Semeraro 1997, p. 392-393 (définies comme des amphores samiennes), avec renvois aux fiches du catalogue. Le fragment d’Oria (Semeraro 1997, p. 212, n° 699) pourrait être attribué à une forme milésienne d’époque archaïque. D’après M. G. Semeraro, un fragment d’Otrante pourrait aussi être attribué à une production samienne (Semeraro 1997, p. 247, n° 920).

171 Pour la distribution en Sicile, voir : Albanese Procelli 1997, p. 107, avec références bibliographiques. Plus récemment, pour le site de la Montagna di Ramacca : Albanese Procelli 2003, p. 39. Pour Sélinonte : Mertens et al. 2004, p. 444-445. Pour Naxos : Lentini, Savelli, Blackman 2007, p. 89, et Id. 2009, p. 102-103, fig. 15. Pour Colle Madore : Polizzi 1999, p. 225, n° 398-400, fig. 221, n° 398, 222, n° 400. Pour Himère : Vassallo 2003, p. 342-343, fig. 6, n° 24-26. Pour Camarine : Sourisseau 2002, p. 548 et Id. 2006, fig. 1 (aussi forme Zeest’s Samian). Pour Géla : Spagnolo 2003, p. 627-628 (forme Zeest’s Samian).

172 Panvini 2001, notamment p. 72, 75, pl. XXIII.137 (définie comme samienne), pl. XXV. 147 (amphore samienne fragmentaire) et pl. XXV. 149 (définie comme milésienne).

173 Pour Vélia : Gassner 2003, p. 121-122 ; pour Fratte : Di Sandro 1981, p. 7-8 ; Albore Livadie 1985, p. 138-139 ; pour Cumes : Savelli 2006, pp. 115-116.

174 Pour l’habitat de Caeré : Boss 1993, p. 325-326 ; pour Pyrgi : Colonna 1985, p. 10.

175 Pour Tarquinia : Scotti 1999, p. 273-274 ; pour Gravisca : Slaska 1985, p. 19-20 et Fortunelli 2007, p. 268-269, pl. 28, G1 ; pour Regae : Morselli, Tortorici 1985, p. 33-34 ; pour la Doganella : Perkins, Walker 1990, fig. 40. 19 (définie comme « ionio-massaliète »).

176 Pour les amphores du groupe Samos-Milet de Chianciano Terme : Paolucci, Rastrelli 1999, p. 28, n° 2.23-2.24, fig. 2.23-2.24 (définies respectivement comme samienne et chiote), p. 28 et p. 72, n° 21.8, fig. 21.8 (Tombes n° 2 et 21 de la nécropole de la Pedata et de la nécropole des Morelli), et Paolucci 1992, p. 80, n° 124-125 (de la Via della Libertà) ; pour Sarteano, lieu-dit Palazzina, Tombe 13 : Rastrelli 1997, p. 79 et Minetti, Rastrelli 2001, p. 22, n° 13.7 ; pour les exemplaires de Chiusi, lieu-dit Paccianese et lieu-dit San Vincenzo : Rastrelli 1993, p. 125, pl. XII ; pour les exemplaires inédits signalés dans le cadre de Musées et collections, voir : Rastrelli 1993, p. 125 n. 52 et Paolucci, Rastrelli 1999, p. 28, n° 2.23 ; pour un exemplaire de la Tombe de l’Inscription de Poggio Renzo : Martelli, Nasorri 2000, p. 98. Pour une liste récente des attestations provenant du territoire de Chiusi avec signalement d’exemplaires inédits : Paolucci 2006, p. 422-424.

177 Pour Pise, voir principalement : Pancrazzi 1982, p. 336, 341, fig. 2.14-16 et fig. 2.19-20 (ces derniers exemplaires, attribués par O. Pancrazzi à son « tipo 2 » de Chios, appartiennent plus probablement au groupe Samos-Milet), Bruni 1993, p. 290 et Massa 1993, p. 349-351. Pour Fossa Nera di Porcari : Ciampoltrini 1994, p. 77. Pour San Rocchino : Maggiani 1990b, p. 94,51, fig. 44.51.

178 Pour Punta Ala (épave A) : Cygielman, De Tommaso 1998, p. 93-101.

179 Milanese, Mannoni 1986, p. 133, fig. 8, 2 et Milanese 1987, p. 224,596, fig. 100, 596.

180 Pour les sites de Provence : Sourisseau 1997, I, p. 143. Pour l’épave de la Pointe Lequin 1A : Pomey et al. 1988, p. 32-35 ; Long, Miro, Volpe 1992, p. 199-243 ; Parker 1992, n° 846, p. 323, map 5 ; Gras 1996, p. 168-169.

181 Pour Emporion : Sanmartí Grego et al. 1991 et Aquilué Abadías et al. 2000, p. 330-333, fig. 40.1-2. Pour Carthage : Morel 1990c, p. 75, fig. 8.13-15.

182 Zeest 1960, p. 91-92, pl. XIV-XVI, 32.

183 Zeest 1960, pl. XV, 32b ; Mancevič 1987, p. 50, n° 31.1, et fig. a p. 51.

184 Sur les premières fouilles du tumulus de Solokha, qui se sont déroulées entre 1912 et 1913, voir : Farmakovskiy 1914. Les travaux postérieurs ont fait l’objet de rapports préliminaires (pour lesquels la bibliographie est commodément rassemblée dans Doulgéri-Intzessiloglou, Garlan 1990, n. 33). Il faut attendre la publication posthume des études qu’A. Mancevic a consacré au sujet (Mancevič 1987) pour disposer d’une documentation à peu près complète. La chambre centrale (violée) et la chambre latérale (intacte) qui contenait les onze amphores ont fait l’objet de propositions de datation dès la première publication. Ainsi B.V. Farmakovskiy considérait que la chambre centrale était la plus ancienne et devait être située entre le milieu du ve et le milieu du ive s. av. J.-C., alors que la chambre latérale, plus récente, pouvait être datée de la seconde moitié du ive s. av. J.-C. Ces propositions chronologiques ont été révisées, notamment par Brasinskij (1965) et Mancevič (1987) qui considèrent que les deux sépultures seraient à peu près contemporaines ou qu’elles se succèdent dans le temps dans un intervalle assez court, situé entre la fin du ve (tombe centrale) et le premier quart du ive s. av. J.-C. (tombe latérale).

185 Grace 1953.

186 Grace 1953, p. 101-102, n° 147, pl. 39, n° 147 ; Ead. 1971, p. 74, 78-79 et note 68. Sur l’impact des travaux de V. Grace sur ces amphores, voir par exemple, pour le cas des études conduites sur du matériel provenant d’Italie : de Marinis 1988 ; Desantis 1989 ; Maggiani, Paribeni 1990 ; Cattaneo Cassano 1995 ; Cattaneo, De Marinis 1996. Sur le matériel publié de l’Égée et de la Mer Noire, voir Lawall 1995, p. 223-224, n. 23.

187 Grace 1953, p. 101-103. Pour une nouvelle attribution de l’amphore P12760 aux productions de l’Égée septentrionale, voir : Lawall 1995, p. 223-224 et n. 23, avec une analyse historiographique précise et pertinente des conséquences de cette confusion introduite par V. Grace dans l’identification des séries de forme Solokha I et de production nord-égéenne.

188 Sur ces observations, voir Lawall 1995, p. 220-221 et notes 5, 8-9, fig. 93. La présence du revêtement sableux sous le pied, aussi que la caractéristique de la protubérance centrale sont presque systématiques sur les exemplaires de la seconde moitié du ve s. av. J.-C. En revanche, ces caractéristiques de détail sont observées de manière moins systématique sur les exemplaires attribués à la période de transition entre le ve et le ive s. av. J.-C.

189 La morphologie générale du pied des amphores de type « Solokha I » rappelle de très près le pied d’autres types, notamment du groupe Samos-Milet, mais il est possible d’observer que le type « Solokha I » s’en distingue par de plus grandes dimensions (le diamètre est d’environ 5-6 cm) et par la concavité marquée du creux semi-circulaire de base.

190 Lawall 1995, p. 220, note 4, fig. 88, 93.

191 Lawall 1995, p. 220, notes 6, fig. 89, 91-92.

192 Lawall 1995, p. 220-221, notes 7-9, fig. 90.

193 Sur le développement général de la forme « Solokha I » au ive s. av. J.-C., voir Lawall 1995, p. 221-222 et note 17-18, avec références bibliographiques.

194 Pour El Sec, Cerdá 1987 (« type El Sec N1-3 ») ; pour Chypre-Mazotos, Demesticha 2011.

195 Ce n’est pas par hasard que les amphores dites « attiques » du ve s. av. J.-C. ont parfois été considérées comme « proto-gréco-italiques », c’est-à-dire correspondant au prototype du type le plus ancien (type A1) d’amphore gréco-italique (Lyding Will 1982, p. 341, n. 4). Sur ce thème, voir également Lawall 2005, p. 33 et note 14.

196 Grace 1953, p. 101. Sur la distinction entre productions supposées attiques et samiennes : Ead. 1971, p. 74, 78.

197 Pour la Méditerranée occidentale, voir par exemple de Marinis 1988, p. 218 et Maggiani, Paribeni 1990.

198 Ces observations sont fondées, non seulement sur les amphores de forme « Solokha I » de l’Italie septentrionale, mais aussi sur de nombreux exemplaires, notamment ceux de l’Agora d’Athènes que j’ai pu examiner grâce à la disponibilité de l’École Américaine. Pour une description précise des quatre types de pâte en fonction desquels il a été possible de classer les exemplaires de l’Agora, voir : Lawall 1995, p. 222. Il est à remarquer que la pâte n° 3 est décrite comme « quite similar to the fabric of some Samian-Milesian examples ». Des recherches personnelles en cours sur le matériel de Milet tendent à confirmer cette hypothèse.

199 Grace 1953, p. 101-102, n° 147.

200 Grace 1971, p. 74, 78.

201 Mancevič 1987, notamment p. 123. S.

202 Voir à ce propos : Brasinskij 1984, p. 43-45 ; Doulgéri-Intzessiloglou, Garlan 1990, p. 388 ; Lawall 1995, p. 225-226.

203 Empereur, Picon 1986, p. 112.

204 Zeest 1960, p. 91-94, tav. 14-16. Quant aux observations concernant les liens présumés entre les deux formes amphoriques et sur l’opportunité même de considérer le type Ust-Labinskaja comme un type en soi plutôt qu’une simple évolution de la forme « Solokha I », voir : Lawall 1995, p. 226 et n. 32. Pour une brève discussion sur le rapport entre le type Ust-Labinskaja, la forme « Solokha I » et les amphores gréco-italiques, voir : Lyding Will 1982, p. 341, n. 4 et Lawall 1995, p. 226 et n. 33. Pour une analyse spécifique du problème des amphores gréco-italiques et de leurs dérivations de la tradition locale plutôt que d’une tradition égéenne, voir : Vandermersch 1994 et plus récemment Cibecchini 2007.

205 Brašinskij 1984, p. 43-45.

206 Avram 1989.

207 Sur la fouille de l’atelier de l’île de Cos, voir. : Kantzia 1994, p. 332-335, fig. 5 (pour le type Cos I), et p. 335-337, fig. 6 (pour le type Cos II). Pour une synthèse récente et une esquisse de typologie des trois formes amphoriques produites à Cos, mais uniquement sur la base de la morphologie du pied, voir : Georgopoulos 2004.

208 Vanderpool, Mccredie, Steinberg 1962, p. 33, n° 6, pl. 19.

209 Certains éléments archéologiques en contexte, mais inédits de Cos semblent suggérer une chronologie plus haute. Sur ce point, voir la notice préliminaire : Georgopoulos 2004, n. 30.

210 Grace 1963, p. 322-323, fig. 1, n° 1-3, 5.

211 Grace 1971, notamment p. 56-57, 62-67, 74 et n. 57, 78, pl.12.10, 13.53.

212 Cf. : Brašinskij 1984, p. 45 ; Cerdá 1987, p. 447, n. 1 ; Cerdá 1989, p. 65, 88 ; Blondé, Muller, Mulliez 1991.

213 Il s’agit d’exemplaires provenant des contextes de l’Agora B 13 :5, A-B 21-22 :1 pour lesquels on renvoie à : Lawall 1995, notamment p. 222, 228 et n. 45, 229 et n. 51.

214 Börker 1986, p. 473-478.

215 Sur l’attribution à Cnide de la forme, voir Monachov 2003a, p. 101-104, fig. 71, 1 (type Cnide I ou Elizavetovski). Sur les fours de potiers de Cnide, voir Tuna et al. 1991, p. 39-43 ; sur les analyses pétrographiques, voir en dernier lieu : Whitbread 1995, p. 107-116.

216 Doğer 1986, p. 469-471, type 7, fig. 18.

217 Sur l’hypothèse relative à l’attribution à Skopélos d’une production d’amphores du groupe « Solokha I », voir : Doulgéri-Intzessiloglou, Garlan 1990, notamment p. 386-388, fig. 35 ; Les analyses chimiques menées par M. Picon (1990) semblent montrer que les amphores du groupe « Solokha II » découvertes entre 1912 et 1913 dans le kourgane éponyme proviennent si ce n’est des ateliers de Skopélos, du moins du secteur des Sporades septentrionales. En revanche, aucune indication claire n’est donnée concernant le groupe des éventuelles productions locales de forme supposée « Solokha I ».

218 L’assimilation de la forme « Péraréthos II » au type « Solokha I » est néanmoins acceptée par certains (Georgopoulos 2004, p. 131), peut-être parce qu’il permet de soutenir l’hypothèse attrayante qui voudrait que toutes les amphores du kourgane de Solokha aient été fabriquées à Skopélos (Doulgéri-Intzessiloglou, Garlan 1990, p. 388). La démonstration définitive de cette hypothèse reste, de notre point de vue, encore à faire.

219 Sanmartí Grego et al. 1995, p. 33-35, fig. 6-9, attribuées à une production magno-grecque en raison de la ressemblance morphologique avec les productions magno-grecques du ive siècle, objets de l’étude de Chr. Vandermersch (1986a et 1986b), notamment les productions locriennes du ive s. av. J.-C. identifiée par M. Barra Bagnasco (1989a et 1989b).

220 Sur les analyses de pâtes des amphores « Solokha I » de Vélia, voir : Gassner 2005, p. 40-42, fig. 3 (« Scherbentyp A 23 »). Une production de la forme « Solokha I » à Milet est en cours d’étude de ma part dont l’attribution à un atelier milésien a été confirmée par des analyses NAA effectuées par H. Mommsen (Archaeometry Group, Universität Bonn).

221 Sur les amphores de l’épave de Kyrenia : Grace 1971, p. 78-79 et n. 68. Pour les résultats des analyses réalisées sur la pâte, Whitbread 1995, p. 127-130.

222 En faveur de l’existence d’une sorte de koinè des productions amphoriques du ive s. av. J.-C. dans cette région, avant l’établissement d’un type spécifique pour chaque cité, voir les commentaires de J.-Y. Empereur et M. Picon sur la localisation des fours pour la production de la forme « mushroom-rimmed » (Empereur, Picon 1986, notamment p. 112).

223 Grace 1953, p. 102.

224 Sur cette hypothèse, voir Lawall 2000, p. 18, 46-47, n° 54, p. 51, n° 66.

225 Pour une synthèse sur les découvertes de la Mer Noire : Doulgéri-Intzessiloglou, Garlan 1990, p. 386, avec références bibliographiques. Plus récemment, voir Monachov 2003.

226 Pour Vélia, voir en dernier lieu : Gassner 2005, p. 40-41, avec la bibliographie antérieure. Pour l’exemplaire fragmentaire de Casa Baldi di Pozzi, voir Maggiani, Paribeni 1990, p. 145, n° 25, fig. 78.25. Pour le pied de Gênes, attribué à une production samienne : Milanese, Mannoni 1986, p. 133, fig. 8, 3.

227 Gianfrotta 1981, p. 80, n. 64, fig. 34 (définie comme gréco-italique et comparée à une amphore publiée par A. Mancevič).

228 Cerdá 1987. Je crois qu’on pourrait attribuer, du moins en partie, au groupe « Solokha I » les amphores « type El Sec N ». Après les avoir définies dans un premier temps comme samiennes, suivant les travaux de V. Grace (1971), D. Cerdá les a ensuite classées en trois groupes distincts : « type El Sec N1 », « type El Sec N2 », « type El Sec N2 », après une confrontation avec la spécialiste américaine, qui admettait la possibilité d’une attribution à Samos uniquement pour le groupe N1 (Cerdá 1987, p. 447, n. 1).

229 Sanmartí Grego et al. 1995, p. 33-35, fig. 6-9, attribuées à une production magno-grecque. Pour la diffusion en Espagne des exemplaires susceptibles d’appartenir à cette forme : Sanmartí Grego et al. 1995, p. 35.

230 Cibecchini 2007, p. 51, avec un tableau de concordance entre les nombreuses dénominations.

Table des illustrations

Titre Fig. 38. Amphores de Chios de la deuxième moitié du vie s. av. J.-C. : types « Lambrino A »
Crédits (d’après Dupont 1998, fig. 23.2.a-c).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 39. Tableau typochronologique des amphores de Chios au ve s. av. J.-C.
Crédits (d’après de Marinis 1999, fig. 7.4-7.9).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 40. Amphores de Chios : types Lambrino 2, C/1, C/2 (en haut) et C/3 de U. Knigge (à gauche). Agora inv. A-P2422, P24873, P21971, P2371
Crédits (© American School of Classical Studies at Athens : Agora Excavations).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 41. Amphore de Chios de type straight neck.
Légende Agora inv. SS 1839
Crédits (© American Schoolof Classical Studies at Athens : Agora Excavations).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 42. Amphores de Clazomènes.
Légende Group IV de Sezgin 2004, fig. 10-11.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 43. Amphore de Clazomènes.
Légende Group V de Sezgin 2004, fig. 12.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 44. Amphore de Clazomènes.
Légende Type A de Dupont 1998, fig. 23.3.c.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 45. Amphores de Clazomènes.
Légende Group VI de Sezgin 2004, fig. 13-14.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 46. Amphores de type samien archaïque
Crédits (d’après Dupont 1998, fig. 23.6).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 47. Amphores de type milésien archaïque
Crédits (d’après Dupont 1998, fig. 23.7).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 48. Amphores du groupe « Samos-Milet »
Crédits (d’après Dupont 1998, fig. 23.9).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 49. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.
Légende Athènes, Agora, inv. P24870
Crédits (d’après Roberts 1986, fig. 41.413).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 50. Col d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.
Légende Athènes, Agora, E 14 :5
Crédits (d’après Lawall 1995, fig. 77, en haut).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 51. Fond d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.
Légende Athènes, Agora, R 12 :1
Crédits (d’après Lawall 1995, fig. 78).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 52. Fond d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.
Légende Athènes, Agora, E 14 :5
Crédits (d’après Lawall 1995, fig. 77, en bas).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 53. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.
Légende Fratte, Tomba 73
Crédits (d’après Di Sandro 1981b, fig. 3.3).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 54. Fonds d’amphores du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.
Légende Athènes, Agora, F 19 :4 (en haut) et B 15 :1 (en bas)
Crédits (d’après Lawall 1995, fig. 75).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 55. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.
Légende Athènes, Agora, S 16 :1, inv. P27530/P27531
Crédits (d’après Grace 1971, fig. 3.3).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 56. Col d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/1 de M. Lawall.
Légende Athènes, Agora, C 19 :9
Crédits (d’après Lawall 1995, fig. 74).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 57. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/2 de M. Lawall.
Légende Athènes, Céramique
Crédits (d’après Knigge 1976, pl. 49.3).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 58. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/2 de M. Lawall.
Légende Athènes, Agora, N 7 :3. inv. P21984a (col) et P21984b (fond)
Crédits (d’après Grace 1971, fig. 3.1).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 59. Amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/2 de M. Lawall.
Légende Athènes, Agora, C 19 :9, inv. P18988
Crédits (d’après Grace 1971, fig. 3.2).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 60. Col d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/3 de M. Lawall.
Légende Athènes, Agora, E 14 :5
Crédits (d’après Lawall 1995, fig. 76).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 61. Lèvre d’amphore du groupe « Samos-Milet », Type S/3 de M. Lawall.
Légende Athènes, Agora, Rectangular Rock Cut Shaft
Crédits (d’après Lawall 1995, fig. 79).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 62. Amphore du groupe « Samos-Milet », attribuée à Érythrées.
Légende Épave de Tekta§ Burnu
Crédits (d’après Carlson, Lawall 2007, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 63. Amphore du groupe Solokha I.
Légende Kurgan de Solokha
Crédits (d’après Doulgéri-Intzessiloglou, Garlan 1990, fig. 35.a).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 64. Amphore du groupe Solokha I.
Légende Athènes, Agora, N 7 :3, inv. P21970
Crédits (© American Schoolof Classical Studies at Athens : Agora Excavations).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 65. Fonds d’amphores du groupe Solokha I.
Légende Athènes, Agora, N 7 :3
Crédits (d’après Lawall 1995, fig. 93).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 66. Amphore du groupe Solokha I.
Légende Athènes, Agora, S 16 :1, inv. P27418
Crédits (© American Schoolof Classical Studies at Athens : Agora Excavations).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 67. Cols d’amphores du groupe Solokha I.
Légende Athènes, Agora, R 13 :1 (à gauche) et B 13 :6 (à droite)
Crédits (d’après Lawall 1995, fig. 91-92).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 68. Amphore du groupe Solokha I.
Légende Athènes, Agora, H 13 :4, inv. P24211
Crédits (© American Schoolof Classical Studies at Athens : Agora Excavations).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1253/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 357k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search