Version classiqueVersion mobile

La sculpture romaine en Occident

 | 
Vassiliki Gaggadis-Robin
, 
Pascale Picard

Le portrait romain en Gaule

Portrait d’un jeune homme d’Arry (dép. de la Moselle, arr. de Metz-Campagne)

Hannelore Rose
Traduction de Agnès Adam

Résumé

Au musée de Metz est conservé le portrait en pierre d’un jeune homme. Cette tête fût découverte juste avant 1930 dans la petite commune d’Arry proche de Metz, encastrée dans le mur d’une maison. Il s’agit d’une sculpture en ronde-bosse d’environ 25 cm de hauteur. Cette tête tient une place particulière parmi les sculptures romaines conservées au musée, étant donné qu’il y a peu de statues qui représentent des personnages, la majorité représentant des dieux. Cette tête date vraisemblablement du 2e quart du Ier s. ap. J.-C. tandis que la plupart des monuments en pierre ont été réalisés entre la deuxième moitié du IIe s. et le IIIe s. ap. J.-C. À l’aide de comparaisons j’essayerai de classer plus précisément l’origine et la date de cette œuvre.

Note de l’éditeur

Traduction Agnès Adam, Cologne, Musée Romain-Germanique. Mes remerciements s’adressent tout particulièrement à Dietrich Boschung, Marianne Tabaczek et Agnès Adam pour leur soutien, leurs conseils et des discussions animées.

Texte intégral

  • 1 N° d’inventaire 533, Clément 1933, 448, noB, fig. 8-9, Arachne-no90168 ; Esperandieu 1938, no7720
  • 2 Cette provenance se trouve chez Clément. On peut y lire : « D’après les traditions, cette tête au (...)

1En 1930 ou peu avant, on avait trouvé, dans le village d’Arry, une tête masculine en calcaire très bien conservée (fig. 1-3). Elle avait été maçonnée dans le mur d’une maison. On ne connaît pas la date exacte de sa découverte, mais on sait que le musée de la Cour d’Or de Metz l’avait achetée en novembre 19301. Cependant, sa provenance reste incertaine puisqu’il a été livré oralement, qu’elle ne serait pas d’Arry à l’origine, mais de Jouy-aux-Arches2. Tout comme Arry, Jouy-aux-Arches est une petite commune proche de Metz : Arry à environ 18 km et Jouy-aux-Arches à seulement 11 km.

Fig. 1. Portrait d’Arry, vue de trois quarts

(photo Laurianne Kieffer © Musée de La Cour d’Or, Metz Métropole).

Fig. 2. Portrait d’Arry. vue de face

Fig. 3. Portrait d’Arry. profil gauche

  • 3 Tacite, Histoires, I 63,1. Le nom de la ville se retrouve dans la table de Peutinger (Tabula Peut (...)
  • 4 Strabon, IV 193, Ptolémée, II 9,7.
  • 5 Rose 2005 [2007], 208, n.7 pour la bibliographie antérieure.
  • 6 Rose 2004 [2007], 147 n. 2, 11 et 14.

2Metz dont le nom antique est Dividorum Mediomatrici/Mediomatricorum3, chef-lieu de la civitas des Médiomatriques, était la plus grande et la plus importante agglomération de la région occupée par cette tribu celte4. De Metz et des environs immédiats sont originaires la plupart des vestiges en pierre trouvés sur le territoire des Médiomatriques. C’est le cas surtout de ceux en ronde-bosse. Deux facteurs expliquent cette accumulation de monuments : d’une part, une population romanisée riche qui s’occupait de l’ornementation sculptée des sanctuaires et qui se faisait ériger des monuments funéraires assez luxueux ; d’autre part, le fait, qu’à l’Antiquité tardive, on ait construit une forteresse à l’intérieur même de la ville. C’est ainsi qu’ont été réutilisés de nombreux éléments de constructions déjà existantes, en particulier des blocs et des stèles qui avaient la taille souhaitée. Il s’agit donc de pierres recyclées. Ceci explique aussi que les reliefs votifs ou funéraires constituent la plus grande partie des sculptures de cette région des Médiomatriques. À peu d’exceptions près, les sculptures en ronde-bosse sont réservées aux représentations divines. En revanche, dans tout l’ensemble de l’Est de la Gallia Belgica, on ne connaît que très peu d’exemples de portraits. Les renseignements fournis par les inscriptions ou des éléments figuratifs nous indiquent le peu d’intérêt porté aux fonctions officielles, comme celles de magistrat ou de militaire5. Le cursus honorum est tout aussi peu évoqué. Ce désintérêt des habitants de la Gallia Belgica (région Rhin-Moselle) pour le domaine de la politique se manifeste aussi par l’absence presque totale de statues ou d’inscriptions honorifiques. Apparemment, ici, le mérite personnel et le statut social ne se définissait pas par l’exercice de fonctions officielles6. C’est la raison pour laquelle les thèmes iconographiques sont apolitiques.

  • 7 Clément 1933, 448, noB, fig. 8-9 ; Espérandieu 1938, no7720 ; Toussaint 1950, 95 ; Lutz 1991, 121 (...)

3Bien que cette tête d’Arry soit connue depuis longtemps, elle n’a guère attiré l’attention des spécialistes. En dehors de notes sur l’achat rédigées par Clément, de son inventaire par le « Recueil Général » d’Espérandieu, de son évocation dans le « Répertoire archéologique du Département de la Moselle » de Toussaint, ainsi que dans « La Moselle gallo-romaine » de Lutz et d’une courte description dans le guide du musée par Collot, on ne trouve rien à son sujet7. En fait, à part ses dimensions, la matière dont elle est faite et les conditions de son acquisition, on n’apprend rien. Ceci est d’autant plus regrettable qu’il s’agit de l’une des très rares sculptures en ronde-bosse du territoire des Médiomatriques, et que son état de conservation, ainsi que la qualité de son exécution permettent une comparaison stylistique et chronologique.

1. Description

  • 8 Cf. Andrikopoulou-Strack 1986, 84, noMG 37, pl.13 a; 85, noMG 38, pl.14 a; 86, noMG 86, pl.14 b.

4Cette tête en calcaire, grandeur nature, de 25 cm de hauteur, à la fois de 19 cm de largeur et de profondeur, est un travail en ronde-bosse. La cassure au niveau du cou et l’exécution détaillée de la partie arrière autorisent à dire qu’il s’agit d’une statue. C’est un portrait destiné à être vu de face, ce que soulignent les deux parties bien symétriques du visage et la musculature du cou. Bien que légèrement endommagé aux oreilles, au nez et au menton, son état de conservation est excellent. Le visage à l’aspect juvénile est lisse et de forme ovale. Il est dominé par un long nez droit à l’arête fine qui prend naissance entre deux sourcils bien tracés. L’ourlet des paupières délimite des yeux en amendes à la mi-ombre des arcades sourcilières. La paupière supérieure est formée par une ligne saillante tandis que la paupière inférieure, à peine dessinée, se fond avec le plan des joues. La bouche est harmonieusement placée à une certaine distance du nez entre des joues lisses et moelleuses. La lèvre supérieure est mince, la lèvre inférieure plus charnue. Le menton arrondi est, vu de profil, quelque peu lourd et proéminent. Seules les oreilles décollées dont la droite est abimée, interrompent un peu le contour régulier du crâne. Dans son ensemble, la coiffure se divise en trois zones superposées, la calotte du sommet n’étant sculptée que de manière rudimentaire, ce qui laisse penser que les cheveux avaient été peints8. En dessous, rabattues sur le front, suivent trois vagues de mèches curvilignes incisées qui, vues de devant, ont la même largeur et font le pourtour de la tête en changeant de direction d’une zone à l’autre. Les pointes de la rangée supérieure (au sommet) sont courtes et recourbées vers la droite, celles de la suivante vers la gauche et celles directement sur le front, à nouveau vers la droite. Ces dernières encadrent largement le front et se terminent en pointe devant l’oreille. Sous la calotte « chauve », cette division en trois zones de courants contraires se poursuit du côté droit et à l’arrière de la tête.

  • 9 Une explication plausible est que le sculpteur a eu des problèmes avec l’exécution de la courbure (...)

5Si l’on considère maintenant le profil gauche (fig. 3), on a une toute autre impression. La rangée médiane allant du front au cou est régulière. La rangée supérieure perd à mi-chemin son aspect ondulé et devient plus large. À partir de l’oreille, les cheveux sont peignés tout droit et descendent jusque dans la nuque en passant sous la bande médiane qui semble avoir été posée par-dessus. Ainsi, la bande médiane ressemble à un diadème, tandis que du côté droit (fig. 1), elle fait vraiment partie intégrante de la chevelure. Cette incertitude en ce qui concerne l’interprétation de la zone médiane – diadème ou pas – est uniquement due à la façon dont est taillé le profil gauche. C’est là sans doute le résultat d’une simplification de style qui ne rend pas clairement la structure de la coiffure9.

2. Analyse comparative

6Cette tête se laisse facilement mettre en parallèle avec des portraits privés du 2e quart du Ier s. ap. J.-C. Comme on manque d’exemples dans tout le l’Est de la Gallia Belgica, il est difficile d’en trouver dans les environs immédiats. Toutefois, un exemple provenant de Neumagen (Noviomagus Treverorum), le territoire des Trévires qui sont les voisins du Nord, s’y prête. D’autres existent à Cologne (Colonia Claudia Ara Agrippinensium) en Rhénanie, c’est-à-dire dans la province qui deviendra plus tard la Germanie Inférieure, et, tout au Sud, à Labarthe-Inard (dép. de Haute-Garonne) dans la province de la Gallia Narbonensis.

  • 10 Provient de Neumagen (1878) des fondations du mur d’enceinte « beim Simon, Haus 207 », conservé a (...)
  • 11 Au Ier s. ap. J.-C., dans la région rhénane, beaucoup de statues funéraires se terminent en bloc (...)
  • 12 Von Massow 1932, 82, no21, fig. 54, pl.13.

7Le portrait masculin en calcaire d’un monument funéraire de Neumagen10 (fig. 4-6) en est très proche. Haut de 32 cm, également de grandeur nature, il se termine par une masse aplatie sur le cou. Les traits du visage imberbe sont juvéniles. Travaillé en ronde-bosse, il a dû, lui aussi, faire partie d’une statue11. Comme ce portrait a disparu, on s’en tiendra à la description de von Massow12 qui l’avait vu : les sourcils abimés semblent avoir été légèrement tombants. Par-dessous, un peu enfoncés, se situent les grands yeux en amendes bordés par de larges paupières. La paupière supérieure est courbe, la paupière inférieure est presqu’un trait droit. Les joues sans rides sont bien modelées. Le nez fortement endommagé était droit et assez court. Des rides à peine visibles s’étendent des ailes du nez aux coins d’une bouche petite et fermée. Les lèvres minces et taillées avec précision lui confèrent un caractère très individuel. La lèvre supérieure est sinueuse, la lèvre inférieure est plus épaisse. Forées aux commissures, elles sont marquées par de petites fossettes. La bouche s’intègre harmonieusement dans l’ensemble du visage. La mâchoire est carrée et le menton prononcé. Le front est encadré par de larges mèches incisées ordonnées en pinces et en fourchettes. En revanche, la calotte de la tête n’a été exécutée que sommairement.

Fig. 4. Portrait de Neumagen, profil droit

(photo H. Thörnig, Rheinisches Landesmuseum Trier).

Fig. 5. Portrait de Neumagen, vue de face

(photo H. Thörnig, Rheinisches Landesmuseum Trier).

Fig. 6. Portrait de Neumagen, profil gauche

(photo H. Thörnig, Rheinisches Landesmuseum Trier).

  • 13 Von Massow 1932, 82.
  • 14 Andrikopoulou-Strack 1986, 87-88.

8Tandis que von Massow, en se basant sur le style de la coiffure, date cette tête de l’époque de Trajan13, Andrikopoulou-Strack la range, grâce à des particularités stylistiques – telle la frange sur le front –, parmi une série de portraits qu’elle a étudiés et qu’elle date à l’époque claudienne14. Du fait de l’aspect moins recomposé et des traits plus adoucis du visage, on peut effectivement la placer à l’époque claudienne tardive.

  • 15 Trouvé à Cologne, Neußer Straße/Schenkendorfstraße. Conservé au Musée Romain-Germanique de Cologn (...)
  • 16 Nod’inv. RGM 437 est en ronde-bosse, nod’inv. RGM 438 se termine en bloc aplati dans le cou.

9Si l’on prend en considération cette série de portraits traités par Andrikopoulou-Strack, il y en a deux15 (fig. 7-8) trouvés à Cologne qui entrent en ligne de compte et qui font référence à celui d’Arry. Tous deux proviennent du même cimetière, ont dû être exécutés dans un même atelier, vu les détails très ressemblants du visage, et ont peut-être fait partie du même monument funéraire16. Caractéristiques pour ces deux têtes imberbes en calcaire, de grandeur nature, sont les grands yeux en amendes, délimités par des paupières supérieures lourdes alors que les paupières inférieures ne sont pas vraiment démarquées et se fondent avec le haut des joues. Tout cela est complété par des sourcils en arc de cercle qui se rejoignent à la racine du nez, un front bas, une bouche fermée aux coins tombants ainsi qu’un menton massif et fuyant.

10La tête no d’inventaire RGM 437 (fig. 7) a la même disposition de cheveux que celle d’Arry, la coiffure étant également répartie en quatre zones superposées. Dans les deux zones inférieures, les mèches sont séparées les unes des autres par des incisions et, vues de devant, recourbées vers la droite. En ce qui concerne les deux rangées supérieures, on ne devine que le contour des boucles. Ici, le haut et l’arrière de la tête ont été travaillés et les mèches grossièrement ébauchées. À l’arrière, on ne retrouve plus la disposition en quatre zones.

Fig. 7. Portrait de Cologne, no d’inv. RGM 437, Arachne-no94154, vue de face

  • 17 Cf. note 9.

11Venons-en à la tête nd’inventaire RGM 438 (fig. 8). Ici, on s’est contenté de sculpter la zone de mèches qui entourent le front, tandis que la calotte est laissée à nu. Dans ce cas, on peut supposer que les cheveux avaient été peints17.

Fig. 8. Portrait de Cologne, no d’inv. RGM 438, Arachne-no 94155, vue de face

12L’agencement de la coiffure de ces deux références en plusieurs rangées rappelle le portrait d’Arry.

  • 18 Trouvé à Cologne au bord du Rhin (« Rheinufer ») (1979) ; conservé au Musée Romain-Germanique de (...)
  • 19 Andrikopoulou-Strack 1986, 58.

13Il faut également signaler la ressemblance avec la tête d’un personnage sur un bloc en calcaire trouvé à Cologne, au bord du Rhin18. On peut y voir en relief un homme en tunique et en toge dont sont conservées la tête (à part la calotte) et la moitié du torse. Cette tête se laisse aussi très bien comparer à celle d’Arry : même forme ovale du visage, oreilles décollées, menton fort et mèches curvilignes sur le front à l’exception de la fourchette centrale. Ceci vaut surtout pour les sourcils linéaires, les grands yeux en amendes, la forme des paupières et la bouche bien dessinée aux lèvres pleines. La datation d’Andrikopoulou-Strack à l’époque claudienne tardive est absolument convaincante19.

  • 20 Esperandieu 1966, no8895 ; Labrousse 1951, 130-131.Renseignement aimablement communiqué par J.-Ch (...)

14Citons, à présent, encore un portrait qui entre dans cette catégorie. Il présente des caractéristiques et des éléments de style communs. Il s’agit de celui de Labarthe-Inard (dép. de Haute-Garonne), en marbre, haut de 32 cm et par conséquent, de grandeur nature20. Certains détails sont traités de façon différente, comme les yeux délimités par d’épaisses paupières qui se détachent de l’épiderme.

15Cependant, la forme de la tête, le menton lourd, les oreilles légèrement décollées, les mèches curvilignes sont autant de points comparables avec les portraits déjà évoqués. On peut ainsi le dater encore plus précisément qu’Espérandieu, au Ier s. ap. J.-C., mais plus exactement au 2e quart du Ier s. ap. J.-C.

16La forme de la tête, certains détails de la physionomie et la coiffure en font un groupe bien spécifique. En dehors du matériel utilisé (calcaire, marbre), du style attribuable à des ateliers bien particuliers, il y a des ressemblances évidentes entre les aspects du style et des motifs. Rappelons le front orné de larges mèches incisées, la chevelure divisée en rangées, les oreilles plus ou moins décollées, les sourcils linéaires qui se rejoignent à la racine du nez, les grands yeux en amendes et la paupière inférieure qui se fond avec le plan des joues, la bouche petite et fermée dont la lèvre supérieure est fine et la lèvre inférieure plus charnue sans oublier le menton lourd. Il s’agit ici de portraits conventionnels répondant à la mode du moment (« Zeitgesicht »), mode qui suit les portraits de la famille impériale. Ceci explique les caractéristiques communes à tous ces portraits privés. C’est ainsi qu’on peut dater la tête d’Arry dans le 2e quart du Ier s. ap. J.-C. et en conclure, qu’à cette époque, il existait un développement de style commun à toutes les provinces de la Gaule et de la région rhénane.

3. Considération sur la fonction de ce portrait

  • 21 Ceci est le cas des têtes de Neumagen et de Cologne trouvées dans un cimetière.
  • 22 Lieu de fouille : Cologne, Chlodwigplatz, cimetière sud de la CCAA. Conservé au Musée Romain-Germ (...)

17Pour terminer, on peut se poser la question : de quel type de monument faisait-il partie ? La surface de la cassure au cou et l’exécution en ronde-bosse, nous indique qu’il s’agit avec certitude de la tête d’une statue sans doute placée sur un monument funéraire. D’ailleurs, comme on vient de le démontrer ci-dessus, elle n’entre pas dans la catégorie des statues honorifiques. Et, n’oublions pas que tous les exemples présentés dont on a pu déterminer la fonction, sont des statues funéraires21. On peut donc en conclure que la tête d’Arry fait, elle aussi, partie de ce type. On peut même l’imaginer sur un mausolée, comme celui de L. Poblicius22 conservé au Musée Romain-Germanique de Cologne. En tout cas, cette tête a été taillée pour pouvoir être contemplée de tous les côtés. Et on peut très bien se la représenter placée sur un monument de cette importance, érigé bien en vue, sur le terrain d’une villa, sur une hauteur au bord d’un fleuve ou d’une route.

18Ainsi donc, le portrait d’Arry prend une place à part parmi les sculptures en pierre du musée de Metz et, ceci, à cause de sa datation au 2e quart du Ier s. ap. J.-C., de la qualité de son exécution et du fait qu’il est, jusqu’à présent, le seul du genre.

Bibliographie

Andrikopoulou-Strack 1986 : J.-N. Andrikopoulou-Strack, Grabbauten des 1. Jahrhunderts n. Chr. im Rheingebiet. Untersuchungen zu Chronologie und Typologie. Beihefte der Bonner Jahrbücher Band 43. Bonn, Rheinland-Verlag GmbH Köln in Kommission bei Dr. Rudolf Habelt GmbH, 1986, 202p., 44p. de pl.

Bechert 2007 : T. Bechert, Germania Inferior. Eine Provinz an der Nordgrenze des Römischen Reiches, Mainz am Rhein, Philipp von Zabern, 2007, 167 p.

Braemer 2001 [2003] : F. Braemer, Le rôle de l’histoire de la géographie et de la géologie dans la sculpture du monde romain, in : P. Noelke, F. Naumann-Steckner, B. Schneider (dir.), Romanisaition und Resistenz in Plastik, Architektur und Inschriften der Provinzen des Imperium Romanum, VII. Internationales Kolloquium über Probleme des Provinzialrömischen Kunstschaffens, 2001, Köln, Mainz am Rhein, Philipp von Zabern, 2003, 695-706.

Clément 1933 : R. Clément, Fouilles archéologiques et accessions nouvelles au Musée Lapidaire de Metz, Annuaire de la société d’ histoire et d’archéologie de la Lorraine, 42, 1933, 437-449.

Collot 1992 : G. Collot, La civilisation gallo-romaine dans la cité des médiomatriques : Monuments et sanctuaires de l’eau, la vie à la maison, le commerce, les cultes, 1ère partie, Metz, Édition des Musées de Metz, 1964/1992, 47 p.

Espérandieu 1938 : E. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine. Tome XI, Supplément, Paris, Imprimerie Nationale, 126 p.

Espérandieu 1966 : E. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine. Tome XV, Suppléments (Suite), Paris, Presses Universitaires de France, 173p. ; 117p. de. pl.

Labrousse 1951 : M. M. Labrousse, Xe Circonscription Historique – Haute-Garonne, Gallia, IX, 1951, 126–140.

Lutz 1991 : M. Lutz, La Moselle gallo-romaine. Société d’Histoire et d’Archéologie de Lorraine, Section de Sarrebourg Tome 4. Chroniques historiques Tome 4, Sarrebourg, Société d’Histoire et d’Archéologie de Lorraine, Section de Sarrebourg 1991, 362 p.

Marcks 2008 : C. Marcks, Eine römische Frauenbüste im Museum Laténium, Neuchâtel, Helvetia Archaeologica, 153, 39/2008, 27-38.

von Massow 1932 : W. von Massow, Die Grabdenkmäler von Neumagen. Römische Grabmäler des Mosellandes und der angrenzenden Gebiete, 2, Berlin, Leipzig, Walter de Gruyter & Co., 1932, 296 p., 68 p. de pl.

Rose 2005 [2007] : H. Rose, Privatheit als öffentlicher Wert – Zur Bedeutung der Familie auf Grabmonumenten der Gallia Belgica, in : E. Walde (dir.), Die Selbstdarstellung der römischen Gesellschaft in den Provinzen im Spiegel der Steindenkmäler, IX. Internationales Kolloquium über Probleme des Provinzialrömischen Kunstschaffens, 2005, Innsbruck, (Ikarus, Innsbrucker Klassisch archäologische Universitäts-Schriften, 2), Innsbruck, University Press, 2007, 207–224.

Rose 2004 [2007] : H. Rose, Vom Ruhm des Berufs. Darstellungen von Händlern und Handwerkern auf römischen Grabreliefs in Metz, in : F. Hölscher, T. Hölscher (dir.), Römische Bilderwelten. Von der Wirklichkeit zum Bild und zurück. Kolloquium der Gerda Henkel Stiftung am Deutschen Archäologischen Institut Rom 15-17 März 2004, (Archäologie und Geschichte, 12) Heidelberg, Verlag Archäologie und Geschichte, 2007, 135-169.

Toussaint 1950 : M. Toussaint, M. Toussaint, Répertoire Archéologique du Département de la Moselle (Période gallo-romaine), Nancy, Société d’impressions typographiques, 1950, 254 p.

Notes

1 N° d’inventaire 533, Clément 1933, 448, noB, fig. 8-9, Arachne-no90168 ; Esperandieu 1938, no7720.

2 Cette provenance se trouve chez Clément. On peut y lire : « D’après les traditions, cette tête aurait été apportée de Jouy-aux-Arches. » Par la suite, c’est ce qui a été retenu par les scientifiques.

3 Tacite, Histoires, I 63,1. Le nom de la ville se retrouve dans la table de Peutinger (Tabula Peutingeriana).

4 Strabon, IV 193, Ptolémée, II 9,7.

5 Rose 2005 [2007], 208, n.7 pour la bibliographie antérieure.

6 Rose 2004 [2007], 147 n. 2, 11 et 14.

7 Clément 1933, 448, noB, fig. 8-9 ; Espérandieu 1938, no7720 ; Toussaint 1950, 95 ; Lutz 1991, 121 ; Collot 1992, 27, no84 avec fig. 

8 Cf. Andrikopoulou-Strack 1986, 84, noMG 37, pl.13 a; 85, noMG 38, pl.14 a; 86, noMG 86, pl.14 b.

9 Une explication plausible est que le sculpteur a eu des problèmes avec l’exécution de la courbure des mèches. Car, s’il avait continué à maintenir une structure curviligne vers la droite – vu à partir du spectateur – dans la zone extérieure, cela aurait conduit à ce qu’elle s’éloigne du visage derrière l’oreille gauche. Ceci aurait été, surtout dans la partie inférieure, un élément de coiffure très inhabituel. Pour atténuer cet effet et, cependant garder le caractère fondamental de la coiffure, le sculpteur a, dans cette partie, fait descendre les cheveux droit dans la nuque. Une autre explication pourrait être le fait qu’il a travaillé moins soigneusement une surface peu destinée à être vue.

10 Provient de Neumagen (1878) des fondations du mur d’enceinte « beim Simon, Haus 207 », conservé au Rheinisches Landesmuseum de Trèves, nod’inv. 993, disparu, Arachne-no18926 ; Andrikopoulou-Strack 1986, 87-88 ; 174, noMG 32, pl.16 a.

11 Au Ier s. ap. J.-C., dans la région rhénane, beaucoup de statues funéraires se terminent en bloc dans la nuque. L’exemple représentatif le plus connu est constitué par les statues du monument funéraire de L. Poblicius (no d’inv. RGM 73,244, 73,246, Arachne-no94535 ; no d’inv. RGM 73,222, Arachne-no94536). Andrikopoulou-Strack explique cela par le fait que ces statues étaient placées dans les édicules des mausolées et par conséquent, peu visibles du devant. Cf. Andrikopoulou-Strack 1986, 57 n.249.

12 Von Massow 1932, 82, no21, fig. 54, pl.13.

13 Von Massow 1932, 82.

14 Andrikopoulou-Strack 1986, 87-88.

15 Trouvé à Cologne, Neußer Straße/Schenkendorfstraße. Conservé au Musée Romain-Germanique de Cologne, nod’inv. RGM 437, Arachne-no94154 et nod’inv. RGM 438, Arachne-no94155, La base de données Arachne (http://arachne.uni-koeln.de/drupal/) présente aussi des vues de profil. Cf. Andrikopoulou-Strack 1986, 86-87 ; 174-175, noMG 34 + MG 35, pl.15 a + b. Récemment, on a trouvé sur l’ancien lieu de découverte de ces deux statues Niehler Straße 33 à Cologne-Nippes, la base d’un monument funéraire dont la taille laisse supposer qu’il s’agit d’un mausolée. Musée Romain-Germanique FB 2011.027. Renseignement fourni par Elisabeth Maria Spiegel.

16 Nod’inv. RGM 437 est en ronde-bosse, nod’inv. RGM 438 se termine en bloc aplati dans le cou.

17 Cf. note 9.

18 Trouvé à Cologne au bord du Rhin (« Rheinufer ») (1979) ; conservé au Musée Romain-Germanique de Cologne, nod’inv. RGM 79,400.102, Arachne-no221171. Cf. Andrikopoulou-Strack 1986, 57-58, 139-140, 187, noU 7, pl.8 a + 34 d ; Bechert 2007, 33, fig. 20.

19 Andrikopoulou-Strack 1986, 58.

20 Esperandieu 1966, no8895 ; Labrousse 1951, 130-131.Renseignement aimablement communiqué par J.-Ch. Balty. Dans la région de la Garonne, on trouvait du marbre blanc de haute qualité. Ce qui explique que ce portrait privé est en marbre. Cf. Braemer 2001 [2003], 702.

21 Ceci est le cas des têtes de Neumagen et de Cologne trouvées dans un cimetière.

22 Lieu de fouille : Cologne, Chlodwigplatz, cimetière sud de la CCAA. Conservé au Musée Romain-Germanique de Cologne, calcaire, Arachne-no2100184. La forme du monument funéraire correspond, d’après la typologie d’Andrikopoulou-Strack à celle d’un mausolée. Cf. Andrikopoulou-Strack 1986, 162, fig. 1a + 2, noMG 1 avec la bibliographie antérieure.

Table des illustrations

Crédits (photo Laurianne Kieffer © Musée de La Cour d’Or, Metz Métropole).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12527/img-2.png
Fichier image/png, 542k
Crédits (photo Forschungsarchiv für Antike Plastik http://arachne.uni-koeln.de/​item/​marbilder/​2016162).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12527/img-4.png
Fichier image/png, 559k
Crédits (photo Forschungsarchiv für Antike Plastik http://arachne.uni-koeln.de/​item/​marbilder/​2016163).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12527/img-6.png
Fichier image/png, 642k
Crédits (photo H. Thörnig, Rheinisches Landesmuseum Trier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12527/img-8.png
Fichier image/png, 678k
Crédits (photo H. Thörnig, Rheinisches Landesmuseum Trier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12527/img-10.png
Fichier image/png, 595k
Crédits (photo H. Thörnig, Rheinisches Landesmuseum Trier).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12527/img-12.png
Fichier image/png, 690k
Crédits (Foto : Rheinisches Bildarchiv 185 147 http://arachne.uni-koeln.de/​item/​marbilder/​685717).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12527/img-14.png
Fichier image/png, 793k
Crédits (Foto : Rhein. Bildarchiv 185 151 http://arachne.uni-koeln.de/​item/​marbilder/​685723).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12527/img-16.png
Fichier image/png, 776k

Auteur

Docteur / Collaboratrice scientifique / Fritz Thyssen Stiftung, Arbeitskreis Bodendenkmäler im Rheinland, Apostelnkloster 13-15, 50672 Köln, h.rose_uni-koeln@gmx.net

Agnès Adam (Traducteur)

© Publications du Centre Camille Jullian, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search