Version classiqueVersion mobile

Les amphores grecques dans le nord de l’Italie

 | 
Federica Sacchetti

Première partie. Bilan des études sur les amphores grecques des époques archaïque et classique

Chapitre 4. Les productions amphoriques de l’Égée septentrionale

Texte intégral

1La région de l’Égée septentrionale est surtout connue pour les productions amphoriques de la cité de Mendé et de l’île de Thasos. Depuis longtemps identifiés sur la base des timbres, les deux ateliers présentent d’importantes analogies au point de vue morphologique. Par conséquent, la distinction entre les deux séries n’est pas facile, notamment en ce qui concerne la production moins connue des époques tardo-archaïque et classique. La difficulté est d’autant plus importante qu’on sait aujourd’hui qu’il existe d’autres productions, issues d’ateliers situés hors de Mendé et de Thasos, et qui présentent des caractéristiques morphologiques également très proches.

  • 1 Pour cet atelier, encore mal connu, repéré sur la base des timbres, voir en premier lieu : Rhomiopo (...)

2Entre l’époque tardo-archaïque et la période classique, dans l’aire de l’Egée septentrionale, devait donc exister une sorte de « koinè nord-égéenne » qui, de manière analogue à ce qui se manifeste au même moment dans le cadre d’une « koinè sud-ionienne » (cf. infra I, 5 § 3), se caractérise par la production de modèles amphoriques similaires issus de plusieurs ateliers dispersés dans une région assez vaste correspondant à l’aire de la péninsule Chalcidique, comprise entre le cours du fleuve Axios à l’ouest et l’île de Thasos à l’est. Parmi les localités actives aux époques tardo-archaïque et classique dans cette production d’amphores de type « régional », en plus de Mendé et de Thasos, qui sont placés aux deux extrémités de cet espace, il faut citer par exemple Acanthos, comme en témoignent des timbres amphoriques incluant les lettres AKAN imprimées sur des amphores du groupe, ainsi que la découverte de fours de potiers1. Cependant, à en juger par l’hétérogénéité des pâtes et l’abondance de variantes attestées par rapport aux modèles qu’on pourrait définir comme standards, beaucoup d’autres ateliers nord-égéens attendent encore une identification précise.

1. La production amphorique attribuée à Mendé

  • 2 Pour les exemplaires d’Athènes, voir : Grace 1953, p. 106-107, n° 161-162, fig. 5, pl. 40 et Ead. 1 (...)

3Malgré l’état encore insuffisant des recherches sur les amphores commerciales fabriquées à Mendé, les documentations d’Athènes, de Corinthe et de l’épave de Porticello, en Calabre, ont cependant permis de distinguer quelques variantes typologiques datées dans un arc chronologique allant du dernier quart du vie au ive s. av. J.-C.2.

  • 3 Pour la première identification du type voir : Grace 1949, p. 182, 186, pl. 20, 1 ; Grace 1953, p. (...)
  • 4 Grace 1953, n° 161.

4Nous devons l’identification des amphores de Mendé à V. Grace qui, entre la fin des années 1940 et le début des années 1950, a attribué à la cité de la péninsule Chalcidique une anse avec un timbre représentant Dionysos, le bras tendu, tenant sans doute un canthare, et assis à l’envers sur un âne3. Cette représentation fut associée par la spécialiste à une série de monnaies de Mendé du troisième quart du ve s. av. J.-C. et cette chronologie s’accordait bien avec la datation du dépôt R 13 :1 de l’Agora d’Athènes, clos vers 400 av. J.-C., d’où provenait ce fragment timbré ayant le numéro d’inventaire SS6917. Cette anse timbrée constitua pour V. Grace le point de départ qui lui permit ensuite d’attribuer à Mendé d’autres fragments de plus grandes dimensions et de définir enfin les caractéristiques générales de la morphologie et de la pâte des amphores produites par cette cité vers la fin du ve s. av. J.-C.4. Récemment, M. Lawall, ayant accès au matériel amphorique des dépôts de l’Agora, a pu établir une classification typo-chronologique de cette série pour le ve s. av. J.-C. Le point de départ de ce classement repose sur les exemplaires timbrés plus récents. Grâce à l’association des caractéristiques de leurs pâtes avec les principaux traits morphologiques identifiés par V. Grace comme des éléments caractérisant la production de Mendé, M. Lawall a pu retracer l’évolution morphologique de la série à partir du début du ve s. av. J.-C. Il s’agit donc d’un processus de classification qui, partant de l’identification des exemplaires les plus récents et dont le lieu de fabrication était garanti par les timbres, a construit à rebours l’identification des exemplaires plus anciens susceptibles d’appartenir au même atelier de production et dépourvus de timbres.

1.1. Bilan des études

  • 5 À ce propos, il faut signaler l’importante contribution de S. Ju. Monachov sur les amphores de la M (...)
  • 6 Je fais allusion, par exemple, aux deux amphores du Forcello (De Marinis 1996, p. 334, fig. 7-9 ; C (...)
  • 7 Exemplaires nord-égéens du début de la série et provenant de contextes datés sur une base stratigra (...)

5Les plus anciens exemplaires des amphores de Mendé sont datés de la fin du vie s. av. J.-C. Ces exemplaires, qui n’ont pas encore fait l’objet d’une description et d’un encadrement chronologique précis à l’exception de quelques exemplaires publiés5, présentent des caractéristiques qui les distinguent sans aucun doute des exemplaires du ve s. av. J.-C., notamment la forme du pied. Alors que dans l’évolution suivante de la série le pied présente une forme « en bobine », dans les exemplaires datables avant la fin du vie siècle il est court et évasé, de forme tronconique et sa base en anneau a une circonférence modérée6. La panse de ces premiers exemplaires est ovoïde, le col cylindrique au profil légèrement concave et les anses à section biconvexe présentent des impressions digitales caractéristiques à leur base. La lèvre, de petites dimensions et épaissie, est légèrement ouverte et se distingue du col par un ou deux ressauts. L’épaississement peut être observé vers l’intérieur ou bien vers l’extérieur ; dans ce deuxième cas, il est dû au profil latéral oblique de la lèvre qui détermine une section triangulaire (fig. 21)7.

Fig. 21. Amphore nord-égéenne.

Fig. 21. Amphore nord-égéenne.

Athènes, Céramique, sépulture

(d’après Schmid 2001, pl. 4).

  • 8 Pour ces caractéristiques morphologiques, voir l’exemplaire de Vico Equense publié par N. Di Sandro (...)
  • 9 Pour le fragment le plus ancien des contextes de l’Agora, voir : Lawall 1995, p. 120, et n. 12 ; po (...)

6Au début du ve s. av. J.-C., la morphologie des amphores de la série présente des modifications qui semblent rester stables jusqu’au milieu du siècle (fig. 22). Les exemplaires appartenant à cette première variante du ve siècle, Early Mendean Variant selon la définition de M. Lawall, ont une lèvre courte, plutôt épaissie et anguleuse à l’extérieur qui est définie wedge-shaped. Sa morphologie est assez irrégulière, de même que la manière dont elle se joint au col, qui varie d’un individu à l’autre. Les anses, en ruban épaissi, sont assez caractéristiques. Leurs attaches présentent souvent des bavures d’argile, conséquence sans aucun doute de l’opération de jonction de l’anse au col et à l’épaule. Des impressions digitales caractérisent en général les attaches inférieures. La panse, de forme ovoïde, présente des bandes fines horizontales peintes dans la moitié inférieure. Le pied, défini disc-shaped toe, est tronconique, de hauteur modérée et présente un plan d’appui discoïde légèrement concave au milieu et au profil latéral évasé8. La chronologie de cette forme se base, pour le premier quart du ve siècle, sur un unique fragment trouvé dans le dépôt D 15 :1 de l’Agora et sur un second exemplaire, lui aussi fragmentaire, d’Égine, tandis que pour le second quart du siècle, les attestations d’amphores de Mendé provenant de contextes clos de l’Agora d’Athènes deviennent relativement plus consistantes : dépôts F 19 :4, N 7 :3 et C 18 :4b, tous clos avant 440 av. J.-C. C’est évidemment grâce à ces exemplaires, bien qu’ils soient encore peu nombreux, qu’il a été possible de suggérer une description de la forme des amphores de Mendé de la première moitié du ve s. av. J.-C.9.

Fig. 22. Amphore nord-égéenne (Mendé).

Fig. 22. Amphore nord-égéenne (Mendé).

Athènes, Agora, inv. P21987

(d’après Grace 1953, fig. 5.161).

  • 10 Sur ces considérations, voir Lawall 1995, p. 120-121.
  • 11 Pour les amphores de la Mer Noire : Brašinskij 1976, p. 68, 72, fig. 1-2 ; pour l’Agora d’Athènes : (...)

7L’étape suivante de l’évolution de la série, définie Middle Mendean Variant, occupe le troisième quart du ve siècle (fig. 23), lorsque les attestations d’amphores de Mendé deviennent nettement plus nombreuses, probablement en liaison avec un accroissement de la production ainsi que de ses exportations10. Les amphores comprises dans cet arc chronologique se distinguent des précédentes surtout par le type du pied allongé, en forme d’une courte bobine, ou short stem-toe, évasé vers le bas et au fond ombiliqué. La lèvre, plus amincie, présente encore la forme « en coin », aiguisée en haut et légèrement ouverte ; à la base il est possible d’observer une cannelure ou un ressaut. La panse conserve la forme ovoïde des exemplaires de la première moitié du siècle et présente parfois, comme ces derniers, des bandes peintes. Les anses ne présentent pas non plus de variations remarquables et conservent les caractéristiques de la bavure d’argile et des impressions digitales à la base des anses. La datation au troisième quart du siècle des exemplaires de cette forme est confirmée non seulement par des exemplaires de la Mer Noire, mais aussi par des attestations des dépôts M 17 :7 et R 13 :4 de l’Agora d’Athènes, tous deux clos vers 425 av. J.-C. et dont le second comprenait cinq exemplaires entiers11.

Fig. 23. Amphore nord-égéenne (Mendé).

Fig. 23. Amphore nord-égéenne (Mendé).

Athènes, Agora, inv. P23777

(d’après Papadopoulos, Paspalas 1999, fig. 2).

  • 12 Pour la Mer Noire : Brašinskij 1976, p. 70, fig. 3. Sur la documentation de l’Agora : Lawall 1995, (...)

8Dans le dernier quart du ve s. av. J.-C., on remarque une évolution morphologique de la série de Mendé (fig. 24). Les amphores datables de cette période, Late Mendean Variant, commencent à présenter une forme plus élancée et anguleuse qui caractérise clairement l’évolution qui va s’accomplir au ive s. av. J.-C. La lèvre conserve, bien qu’avec des variations, la forme générale en coin. Le col, toujours cylindrique et au profil concave, s’allonge et se resserre légèrement, alors que l’épaulement devient plus aplati et se distingue aussi bien du col que de la panse, donnant ainsi au corps de l’amphore un profil piriforme. Les anses en ruban épaissi s’amincissent et s’allongent légèrement à cause de l’allongement du col mais conservent les caractéristiques tant des impressions digitales aux jonctions inférieures que de l’implantation irrégulière sur l’épaule. Le détail le plus caractéristique de cette forme de fin ve s. av. J.-C. reste de toute façon le pied en bobine, évasé vers le bas et au fond ombiliqué, mais désormais plus allongé et formant un profil continu avec le fond de la panse. La datation au dernier quart du ve s. av. J.-C. de cette forme est proposée sur la base de la documentation de la Mer Noire et de contextes de l’Agora d’Athènes clos en 410 (Dépôt S 16 :1), ou au plus tard en 390 av. J.-C. (Dépôt Q 15 :2)12.

Fig. 24. Amphore nord-égéenne (Mendé).

Fig. 24. Amphore nord-égéenne (Mendé).

Athènes, Agora, inv. P23683

(d’après Papadopoulos Paspalas 1999, fig. 4.

  • 13 Pour l’épave de Porticello et la description de amphores de Mendé, dites Type 1C, voir : Eiseman 19 (...)

9Au passage entre le ve et le ive s. av. J.-C., la morphologie générale des amphores de Mendé change de manière évidente : le corps de l’amphore, nettement élancé, prend une forme biconique et assume les caractéristiques du haut col tronconique, des anses surélevées et convergentes, de l’épaule aplatie et au profil concave et enfin du pied en bobine, caractéristiques bien connues pour les exemplaires de l’épave de Porticello (fig. 25)13.

Fig. 25. Amphores nord-égéenne (Mendé).

Fig. 25. Amphores nord-égéenne (Mendé).

Épaves de Porticello

(d’après Eiseman 1973, fig. 1).

1.2. Centres de production

10On l’a vu, les caractéristiques morphologiques générales des amphores attribuées à Mendé sont communes à plusieurs autres amphores de production nord-égéenne. Ce qui différencie de la production spécifique de la cité de Mendé est donc surtout le type de pâte. La matrice argileuse des amphores de Mendé a une couleur plus ou moins intense, avec des nuances variables du beige au rouge-chamois, à l’orange, mais virant parfois au rougeâtre. La pâte extrêmement grossière et micacée, souvent caractérisée par des inclusions de quartz de dimensions considérables, apparaît à une première analyse visuelle comme l’un des éléments les plus distinctifs de la production de Mendé dans le cadre de la koinè nord-égéenne.

  • 14 Whitbread 1995, p. 198-209, notamment, p. 200-203.
  • 15 Pour les résultats de ces lames minces et les observations de type chronologique qui en sont la con (...)

11La pâte des amphores de Mendé a fait depuis longtemps l’objet d’un programme d’analyses pétrographiques. Sur une base documentaire d’un peu plus de vingt échantillons datés entre la seconde moitié du ve et le début du ive s. av. J.-C. et provenant des fouilles de Corinthe, I. K. Whitbread a pu identifier deux groupes qui se différencient entre eux par la texture de la matrice argileuse, mais non par le type d’inclusions dans la pâte. Alors que le Group 1 de I. K. Whitbread présente une argile assez dépurée et micacée, peut-être tamisée et pétrie, avec du sable ayant la fonction de liant. Le Group 2 présente au contraire une argile moins dépurée et, même si dans la pâte de ce second groupe était présent un liant, celui-ci est plus difficilement identifiable à cause d’une argile plus boueuse14. L’attribution à Mendé de la production est enfin confirmée par des analyses effectuées sur des échantillons d’argiles provenant de la zone nord et sud de Mendé. Ces analyses ont en effet montré les analogies entre la texture de ces échantillons d’argiles et celle des échantillons d’amphores du Group 2, et leur composition minéralogique est compatible avec celle de l’un et de l’autre groupe. D’après I. K. Whitbread, il n’est pas possible d’associer ces deux groupes distincts à des phases chronologiques différentes de la production. Toutefois les observations visuelles, suivies par les analyses des lames minces de trois échantillons que M. Lawall a pu effectuer sur des exemplaires de contextes bien datés de l’Agora d’Athènes pourraient suggérer l’emploi d’une pâte plus fine et moins homogène pour les amphores datées avant 440 av. J.-C., plus dure et moins homogène au contraire pour les amphores postérieures à cette date15.

2. La production amphorique attribuée à Thasos

  • 16 La première étude sur les timbres amphoriques de Thasos est due à A. M. et A. Bon (Bon 1957). Plus (...)
  • 17 Grandjean 1992.
  • 18 Lawall 1995, p. 129-148.

12À l’exception de quelques études consacrées aux timbres amphoriques, et uniquement à ceux qui ne sont pas antérieurs à la fin du ve s. av. J.-C., les amphores de Thasos attendent encore de faire l’objet d’une étude typologique d’ensemble16. Toutefois, on dispose de travaux partiels parmi lesquels celui de A. M. et A. Bon, qui ont proposé une classification des amphores de Thasos en distinguant trois types principaux : le premier daté entre la fin du ve et le iiie s. av. J.-C., le second entre la deuxième moitié du ive et le début du iiie s. av. J.-C. et un troisième situé au iiie s. av. J.-C. Y. Grandjean a isolé plus récemment un quatrième type associé à des contextes de fin ve et du début ive s. av. J.-C. et, grâce aux recherches conduites par l’École française d’Athènes dans le quartier de la Porte du Silène à Thasos17, nous disposons également d’une documentation qui couvre la fourchette chronologique du début de la série, entre la fin du vie et le ve s. av. J.-C. Bien que les fouilles de l’École française d’Athènes aient comblé une grave lacune dans la documentation, une véritable sériation typologique à l’intérieur du ve s. av. J.-C. n’a pas encore été proposée et l’on doit à M. Lawall une tentative d’identification de quelques types thasiens appartenant au ve s. av. J.-C. et leur encadrement chronologique sur la base des association des contextes clos de l’Agora d’Athènes18

2.1. Bilan des études

  • 19 Garlan 1988, p. 168, n° 75/2081 ; Johnston 1991, p. 363-365, pl. 96.1 ; Grandjean 1992, p. 581-583, (...)
  • 20 Sur cette proposition fondée sur la base de la documentation de Géla (Spagnolo 2003, pl. IV.2), d’é (...)
  • 21 à ce propos, voir : Lawall 1995, p. 133-134.

13Les recherches récemment conduites à Thasos, dans le quartier de la Porte du Silène, ont permis d’identifier et de définir le type amphorique du début de la série thasienne, qui peut être encadré entre la fin du vie et le début du ve s. av. J.-C. Il s’agit du type défini double-banded rim type19, qui doit son nom à la morphologie de la lèvre, à section quadrangulaire, sur laquelle on trouve deux listels horizontaux, en relief et de hauteur égale mais dont celui du dessus est toujours plus saillant que celui de dessous (fig. 26). Les amphores de ce type sont caractérisées par un col cylindrique au profil variable, mais en tout cas toujours plutôt court, une épaule arrondie et une panse de forme dans l’ensemble globulaire ou ovoïde. Le pied de hauteur variable a une forme en bouton (fig. 27). Les anses de ces amphores tardo-archaïques de production thasienne seraient caractérisées non seulement par une impression digitale à la base, mais aussi par une gorge moulurée verticale au centre sur la surface externe. Alors que les impressions digitales semblent communes à toutes les productions amphoriques de la koinè nord-égéenne entre la fin du vie et le ve s. av. J.-C., la gorge sur l’anse pourrait être propre à la production de l’île de Thasos de la fin vie s. av. J.-C.20 L’encadrement chronologique de ce type exclusivement sur la base de la documentation des fouilles du quartier de la Porte du Silène présente néanmoins quelques difficultés. En effet, les contextes de provenance des amphores présentent un terminus post quem situé entre la fin du ve et le iiie s. av. J.-C., bien que le matériel trouvé à l’intérieur soit majoritairement daté avant la première moitié du ve s. av. J.-C. Par ailleurs, certains contextes de l’Agora d’Athènes révèlent au contraire pour ce type une chronologie plus précise, située entre la fin du vie et le début du ve s. av. J.-C., puisqu’il est présent fréquemment dans des dépôts datés avant 480 av. J.-C.21 Les amphores de ce type de la porte du Silène à Thasos sont donc probablement en position résiduelle.

Fig. 26. Amphore nord-égéenne (Thasos).

Fig. 26. Amphore nord-égéenne (Thasos).

Thasos, quartier de la Porte du Silène, inv. 75/3511

(d’après Grandjean 1992, fig. 1. 2).

Fig. 27. Amphore nord-égéenne (Thasos).

Fig. 27. Amphore nord-égéenne (Thasos).

Thasos, quartier de la Porte du Silène, inv. 75/3511

(d’après Grandjean 1992, fig. 3. 16-18)

14M. Lawall, s’appuyant aussi sur l’analyse de la pâte de quelques échantillons de l’Agora d’Athènes, a pu isoler pour le ve s. av. J.-C. deux types d’amphores : le ring-toe type et le stem-toe-type, qu’il attribue à la production de Thasos. Ce faisant, il comble une importante lacune dans nos connaissances relatives à la production thasienne du plein ve s. av. J.-C., entre les amphores tardo-archaïques caractérisées par Y. Grandjean et A W. Johnston et celles de la fin ve et du ive s. av. J.-C., identifiées par A. M. Bon et A. Bon et dont les variantes ont été postérieurement décrites par Y. Grandjean.

  • 22 à propos de la définition morphologique et de l’encadrement chronologique de ce premier type du ve (...)

15Les amphores définies ring-toe type présentent une lèvre en forme de coin se distinguant nettement d’un col court, dont la hauteur est presque complètement occupée par les attaches supérieures des anses. Le corps de ces amphores, à épaule arrondie et panse se rétrécissant en bas, est de forme ovoïde. Le pied, d’où le type prend son nom, est court, en anneau au profil évasé et caractérisé par une protubérance centrale de la base de forme conique (fig. 28). Les légères variations dans la forme de la lèvre, dans l’inclinaison des anses et dans le profil même du pied qu’on peut observer dans les exemplaires attribuables à ce type amphorique ne semblent pas constituer des variantes chronologiques, même si on connaît une variante caractérisée par le pied en disque avec une dépression semi-circulaire de la base. Le type, bien représenté par un exemplaire entier du Céramique d’Athènes daté vers 500 av. J.-C., peut être attribué à la première moitié du v e s. av. J.-C., et peut-être plus précisément au premier quart du siècle, étant donné sa présence dans des dépôts de l’Agora d’Athènes clos avant 480 av. J.-C. et sa représentation moins importante dans des contextes datés entre 460 et 440 av. J.-C.22.

Fig. 28. Amphore nord-égéenne (Thasos ?).

Fig. 28. Amphore nord-égéenne (Thasos ?).

Athènes, Agora, E 14 : 5

(d’après Lawall 1995, fig. 51).

  • 23 Brašinskij 1980, pl. 8 ; Garlan 1988, fig. 11.
  • 24 Zeest 1960, pl. 6.16.
  • 25 à propos du second type d’amphore probablement thasienne du ve s. av. J.-C., isolé par M. Lawall, v (...)

16Le type stem-toe type se décompose en deux variantes morphologiques. La première, de forme plus massive, est en un conteneur assez semblable aux amphores de Mendé du troisième quart du ve s. av. J.-C. (type Middle Mendean Variant), caractérisé par la lèvre en forme de coin, le corps piriforme plutôt élargi dans sa partie supérieure et le pied court en bobine évasé vers le bas et avec une base en ombilic (fig. 29). On peut la rapprocher au type Pithoid Thasian décrit d’abord par I. B. Brašinskij et ensuite par Y. Garlan (fig. 31)23. La seconde variante correspond à une amphore à la forme générale plus élancée, mais avec une lèvre toujours en forme de coin et au pied en bobine plus haut qui présente une concavité de base dont le profil prolonge de manière plus graduelle celui du fond de la panse (fig. 30). On peut la rapprocher du type Unstamped Thasian de I. B. Zeest24, dont on connaît différents exemplaires provenant des fouilles de la Porte du Silène (fig. 32). Ce type, sous ses deux variantes, peut être encadré d’un point de vue chronologique dans la seconde moitié du v e s. av. J.-C. Les premiers exemplaires sont en effet attestés dans des contextes du milieu du ve s. av. J.-C., comme le dépôt N 7 :3 de l’Agora d’Athènes clos vers 440 av. J.-C., mais leur présence devient de plus en plus fréquente dans les contextes de la seconde moitié du siècle, tant de l’Agora que du Céramique d’Athènes, d’où proviennent en particulier deux exemplaires entiers de la première variante décrite25. Les deux variantes du type stem-toe de production probablement thasienne pourraient constituer les prototypes ou du moins les modèles des deux types thasiens de la fin ve et du ive s. av. J.-C. Plus précisément, du type Unstamped Thasian pourrait dériver le biconical type de la fin du ve s. av. J.-C., tandis que la variante Pithoid Thasian pourrait être considérée comme le type précurseur des amphores top-shaped type du ive s. av. J.-C. Donc, les types amphoriques considérés de manière hypothétique comme thasiens de la première et de la seconde moitié du ve s. av. J.-C. par M. Lawall, et déjà identifiés en partie par I. B. Brašinskij et I. B. Zeest, constituent bien un lien morphologique entre les amphores sûrement thasiennes de la fin du vie s. av. J.-C. et celles de la fin du ve et du ive s. av. J.-C.

Fig. 29. Amphore nord-égéenne (Thasos ?).

Fig. 29. Amphore nord-égéenne (Thasos ?).

Athènes, Agora, R 13 :1

(d’après Lawall 1995, fig. 52).

Fig. 30. Amphore nord-égéenne (Thasos ?).

Fig. 30. Amphore nord-égéenne (Thasos ?).

Athènes, Agora, O 19:4

(d’après Lawall 1995, fig. 53).

Fig. 31. Amphore nord-égéenne (Thasos)

Fig. 31. Amphore nord-égéenne (Thasos)

(d’après Garlan 1988, fig. 11).

Fig. 32. Amphore nord-égéenne (Thasos).

Fig. 32. Amphore nord-égéenne (Thasos).

Thasos, quartier de la Porte du Silène, inv. 73/3766

(d’après Grandjean 1992, fig. 11.73).

  • 26 Type I de A.M. et A. Bon (1957, p. 16-19, fig. 2-3,5.a). Pour ce type voir également la synthèse de (...)
  • 27 Bon 1957, p. 16, note 3-4, fig. 1.
  • 28 Pour les autres dépôts de l’Agora dans lesquels on trouve des fragments d’amphores thasiennes bicon (...)

17Les amphores de Thasos datables entre la fin du ve et le début du ive s. av. J.-C., qu’on peut attribuer au premier type de la classification de A. M. et A. Bon, sont caractérisées par un profil très élancé et effilé qui leur confère un aspect biconique (fig. 33). La lèvre, petite et ouverte, présente une section triangulaire. Le col, très long, est de forme cylindrique, même s’il devient légèrement évasé vers l’épaule. Les longues anses à section biconvexe présentent des attaches inférieures légèrement enfoncées par rapport aux attaches supérieures et sont marquées par des impressions digitales à la base. L’épaule est très aplatie et carénée. Le pied extrêmement long présente une forme cylindrique évasée vers le fond, ce qui le fait ressembler au pied du type en bobine typique des amphores de Mendé. À la différence de ces dernières, cependant, la base se présente concave en-dessous, avec une profonde et large dépression centrale en forme de cône26 (fig. 34). Il est intéressant d’observer que l’image de cette classe d’amphores thasiennes, dont la production continue jusqu’au iiie s. av. J.-C., apparaît souvent sur les émissions monétaires et sur les timbres, surtout sur ceux de Krini, où l’amphore est représentée au-dessus d’un tour27. Il s’agit du type amphorique récemment défini biconical type par M. Lawall qui, grâce aux associations des contextes clos de l’Agora d’Athènes, a pu en établir un encadrement chronologique plus précis au dernier quart du ve s. av. J.-C., s’appuyant sur le fait que les premiers rares fragments de cette forme, ainsi que l’amphore complète P4752 du dépôt G 12 :21, sont documentés dans des contextes clos entre 410 et 400 av. J.-C.28.

Fig. 33. Amphore nord-égéenne (Thasos).

Fig. 33. Amphore nord-égéenne (Thasos).

Thasos, quartier de la Porte du Silène, inv. 79/S 80

(d’après Grandjean 1992, fig. 7.47.

Fig. 34. Amphore nord-égéenne (Thasos).

Fig. 34. Amphore nord-égéenne (Thasos).

Thasos, Agora, Puits public, inv. 84.264.94, 84.170.38

(d’après Blondè, Muller, Mulliez 1991, fig. 3.16 et 3.19).

2.2. Centres de production

  • 29 Bon 1957, p. 14.
  • 30 Pour cette observation voir aussi : Grace 1961, p. 24 et De Marinis 1988, n. 22.

18A. M. et A. Bon remarquaient déjà en leur temps qu’« il n’y a pas une argile thasienne, mais toute une série »29. Ainsi, les pâtes varient du type avec une argile de couleur rouge intense et des inclusions importantes, au type avec une argile rosée ou orange et des dégraissants de dimensions moyennes, jusqu’au type avec une argile couleur ocre clair et des inclusions fines. Il faut toutefois considérer que malgré ces fortes différences d’aspects, un trait commun semble être l’abondante présence d’écailles de mica, parfois de dimensions considérables et une structure interne généralement de couleur grisâtre30.

  • 31 Pour les ateliers amphoriques de Thasos, voir : Garlan 1986 ; Jones 1986, p. 280-286 ; Garlan 1979. (...)
  • 32 Les analyses sur quelques échantillons d’amphores de Thasos ont conduit à l’identification de deux (...)
  • 33 Pour l’atelier de Kalonero, voir en particulier : Garlan 1986, p. 221-225.

19La diversité des aspects de pâtes a été mise en relation avec la dispersion des nombreux ateliers de l’île, situés non seulement dans et aux abords de la cité de Thasos mais aussi le long de la côte méridionale et orientale de l’île. Une quinzaine d’ateliers ont en effet été identifiés, dont quatre seulement ont fait l’objet d’une véritable publication, parmi lesquels un seul, celui du site de Keramidi sur la côte méridionale de l’île, a livré du matériel du ve s. av. J.-C., tandis que les autres fournissent une documentation relative au ive s. av. J.-C.31 I. K. Whitbread, qui a exécuté des analyses pétrographiques sur un nombre important d’échantillons thasiens, estime que la diversité des pâtes attestées, n’est en fait, en grande partie, qu’une illusion visuelle. Ainsi, si l’activité de plusieurs ateliers est une donnée qui doit être prise en considération pour expliquer l’extrême hétérogénéité des pâtes, les récentes recherches de I. K. Whitbread ont cependant montré, tant à l’analyse visuelle qu’à travers l’étude des lames minces, qu’elles se répartissent uniquement en deux groupes. Au Group 1 d’I. Whitbread correspondent des argiles allant du rouge clair-orange au jaune pâle (de 2.5 YR 6/6 à 10 YR 7/5), avec des inclusions de petites dimensions de consistance dure, soumises à un procédé de cuisson très soigné. Au contraire, le Group 2 rassemble des argiles de couleur brune (de 2.5 YR 6/6 à 2.5 YR 6/4), avec des inclusions plus grossières et dont la cuisson a été moins soignée32. Indépendamment de la distinction de ces deux groupes, dont le plus grossier, le Group 2, a été principalement attribué à l’atelier repéré à Kalonero, sur la côte orientale de l’île33, tandis que la localisation des ateliers des amphores du Group 1 ne peut être mieux précisée, les analyses effectuées ont en tout cas assuré l’origine thasienne, non seulement des amphores du ive s. av. J.-C. attribuées à l’île dans un premier temps uniquement sur la base des timbres, mais aussi de celles du ve s. av. J.-C. considérées du point de vue morphologique comme la série archaïque de ces amphores timbrées.

3. Les productions amphoriques des centres nord-égéens non identifiés

20En dehors des ateliers thasiens et de Mendé qui viennent d’être évoqués, il reste à envisager d’autres productions de fabrication nord-égéenne dont il est encore aujourd’hui difficile de préciser la ou les origines et qui sont généralement désignées par des dénominations conventionnelles parfois confuses.

21Parmi celles-ci, deux séries amphoriques de classification difficile ont été attribuées, du moins pour partie, à la production nord-égéenne. Il s’agit des séries désignées dans la bibliographie spécialisée sous les dénominations Zeest’s Samian type, ou pseudo-Samian, voire Zeest’s Protothasian type, dont les ateliers de fabrication devaient être nombreux et non circonscrits à l’aire nord-égéenne.

  • 34 Tandis que la définition pseudo-Samian a été utilisée pour la première fois à la fin des années soi (...)

22Au même cadre géographique sont également attribuées quelques séries qui présentent des affinités stylistiques avec les productions de Mendé et de Thasos, bien qu’elles s’en distinguent par des détails morphologiques et par leur pâte, connues sous la dénomination de Zeest’s Thasian Circle34.

Zeest’s Samian et Zeest’s Protothasian

  • 35 Pour les séries Zeest’s Samian et Protothasian on renvoie à Dupont 1998, p. 178-186, avec bibliogra (...)
  • 36 Zeest 1960, p. 79-80, pl. VI, 15.
  • 37 Peristeri-Otatzi 1986, p. 496, fig. 1-14 ; Dupont 1998, p. 182, n. 248-249.
  • 38 Zeest 1960, p. 70, pl. I, 3.
  • 39 Grace 1971, p. 73, fig. 2, 4, pl. 15, 3.
  • 40 Ruban 1991.
  • 41 Pour cette observation et pour les problèmes d’interprétation qu’elle a suscités, cf. : Dupont 1998 (...)
  • 42 Dupont 1998, p. 178-186.

23Les Zeest’s Samian, ou pseudo-Samian, et les plus petites Zeest’s Protothasian consistent en deux séries diffusées surtout en Mer Noire et qui semblent appartenir à une même série du fait des détails de la lèvre en échine, parfois à profil suspendu en gouttière et de leur pied annulaire bas multicaréné. P. Dupont les a considérées comme deux étapes évolutives du même type dont le développement pourrait se situer respectivement entre la seconde moitié du vie et le début du ve s. av. J.-C. et la fin du vie et le milieu du ve s. av. J.-C.35. La production des Zeest’s Protothasian a été attribuée par I. B. Zeest à l’aire nord-égéenne sur la base de l’observation de la pâte et du profil particulier du pied, mis en relation avec celui des amphores de Thasos du ive s. av. J.-C.36. La fabrication nord-égéenne de cette série semble confirmée par quelques découvertes de Thasos et surtout d’Abdère, colonie de Téos37. La production des Zeest’s Samian a été dans un premier temps attribuée à Samos par I. B. Zeest sur la base de la pâte38. Reprenant à son compte l’hypothèse, V. Grace a considéré les Zeest’s Samian comme une étape de la production amphorique de Samos, située dans la période du passage entre le vie et le ve s. av. J.-C.39 V. V. Ruban a, en revanche plus récemment, attribué les Zeest’s Samian et les Zeest’s Protothasian à des ateliers de Milet40, où par ailleurs ces formes semblent particulièrement bien attestées41. L’origine et la plus grande partie de la production des Zeest’s Samian ont été plus récemment encore réattribuées par P. Dupont au cadre nord-égéen sur la base des analogies morphologiques entre ces amphores et les Zeest’s Protothasian42.

  • 43 Dupont 2007 ; Monachov 2003b.
  • 44 Dupont 1998, p. 183.
  • 45 Dupont 2007, p. 621-623.
  • 46 Gassner 2003b, p. 123-129; Ead. 2003a, p. 96-97; Ead. 2005, p. 37.
  • 47 Kerschner, Mommsen 2005, p. 125-126.
  • 48 Carlson 2003, p. 584-587.
  • 49 Dupont 2010.

24Dans la mesure où les deux séries sont désormais considérées comme des étapes évolutives de la même forme, les définitions de Zeest’s Samian et Zeest’s Protothasian sont souvent utilisées indifféremment par les chercheurs, avec une préférence pour la seconde dénomination qui en évoque l’origine nord-égéenne43. Cependant, la variabilité des pâtes et de la morphologie des lèvres et des pieds a suggéré l’hypothèse que ces deux séries étaient fabriquées par plusieurs ateliers44. C’est pourquoi P. Dupont n’a pas exclu la possibilité d’une production en partie partagée entre l’aire nord-égéenne et celle de Samos et de Milet, dans le cadre de laquelle la caractérisation des variantes locales est loin d’être clairement définie et reste aujourd’hui une source de confusion. Par ailleurs et comme le fait remarquer P. Dupont, le fait que les productions de ve s. av. J.-C. du « groupe Samos-Milet » partage des caractéristiques communes avec les amphores identifiées par I. B. Zeest complique la question, surtout en présence de formes non complètes45. V. Gassner, s’appuyant sur les résultats d’analyses effectuées sur les pâtes, a récemment suggéré d’attribuer certains exemplaires se rapprochant de ces formes à une production régionale ionienne, qu’elle identifie avec la zone comprise entre l’aire milésienne et la péninsule de Karaburun46. M. Kerschner a, quant à lui, proposé de localiser l’un des ateliers à Éphèse ou dans le secteur du golfe d’Ephèse47. L’existence d’ateliers grecs-orientaux pour la fabrication d’amphores proches de celles identifiées par I. B. Zeest a également été proposée, suite à la découverte d’un exemplaire du ve siècle portant un timbre qu’on a voulu attribuer à la cité d’Érythrées34448. À la suite de cette trouvaille, P. Dupont est revenu sur le sujet et bien qu’il n’abandonne pas la « piste pontique », avec une attention particulière pour Thasos et à Maronée, il suggère maintenant une « piste nord-ionienne », en considérant en particulier les cas de Téos et de Chios49.

25Pour toutes ces raisons, ces séries seront encore mentionnées dans le chapitre consacré aux productions grecques orientales (cf. infra I, 5 § 3).

Zeest’s Thasian Circle et les productions nord-égéennes non identifiées du ve s. av. J.-C.

  • 50 Zeest 1960, p. 81-82.

26La définition d’amphores du Thasian Circle a été créée par I. B. Zeest50 et a été employée couramment pour classer une série de types amphoriques d’époque classique qui, tout en présentant des analogies avec les amphores de Thasos du ve s. av. J.-C., ne correspondaient parfaitement à aucun des types standards reconnus à l’époque. Actuellement, l’opinion courante est que ces amphores doivent être attribuées à de nombreux ateliers situés bien au-delà de l’aire thasienne et qu’il faudrait rechercher notamment dans la péninsule de Chalcidique, sans exclure la possibilité de productions dans les sites de l’Égée septentrionale déjà connus pour la fabrication d’une série amphorique propre, tels que Mendé, Thasos et Acanthos.

  • 51 Dupont 1998, p. 186-190, pl. 23, 13.

27P. Dupont a eu le mérite de réattribuer au cercle de Thasos de I. B. Zeest quelques formes amphoriques d’époque tardo-archaïque et d’avoir distingué parmi ces formes trois types différents (A, B et C) en fonction de leur morphologie générale51. En ce qui concerne le ve s. av. J.-C., un cadre typo-chronologique pour quelques-unes des amphores produites par ces centres encore inconnus de l’Égée septentrionale a été proposé par M. Lawall sur la base du matériel de l’Agora d’Athènes. Cette proposition permet d’encadrer ces exemplaires fragmentaires dont l’attribution à tel ou tel atelier de Mendé, Thasos ou Acanthos serait hasardeuse. Il montre également comment la morphologie de l’ensemble des amphores de ce groupe générique, qu’elles proviennent d’un atelier connu ou non, s’inscrit dans une évolution homogène, cohérente bien que parallèle. Il illustre ainsi et surtout appuie fortement l’hypothèse de l’existence d’un style et d’une tradition amphorique nord-égéenne qu’on peut assimiler à tout point de vue à une véritable « production régionale » à propos de laquelle il est permis de parler de koinè nord-égéenne.

28Le matériel des contextes de l’Agora d’Athènes a permis à M. Lawall de distinguer trois types successifs à partir de l’évolution de trois formes de pieds : ring-toe type, disc-toe type, conical-base type.

  • 52 Lawall 1995, p. 157-158, n. 178-181, fig. 56-57, avec références bibliographiques, et, p. 162-164, (...)

29Les amphores du ring-toe type (fig. 35) sont caractérisées par un pied bas de forme tronconique ayant une base en anneau avec une cavité centrale. La panse présente une forme ovoïde, le col plutôt court a un profil cylindrique ou tronconique, la lèvre est en forme de coin et les anses de section elliptique présentent des impressions digitales à la base. La chronologie de cette forme peut se situer entre la fin du vie et le premier quart du ve s. av. J.-C., étant présente dans quelques contextes de l’Agora clos vers 480 a. J.-C. et dans d’autres contextes contemporains du Céramique d’Athènes52.

Fig. 35. Amphore nord-égéenne.

Fig. 35. Amphore nord-égéenne.

Athènes, Agora, inv. P24888

(d’après Roberts 1986, fig. 43.426).

  • 53 À ce propos, voir : Lawall 1995, p. 158-159 et notes 184-190. Pour l’amphore P24893 : Roberts 1986, (...)

30La forme disc-toe type (fig. 36) se distingue par un pied massif au profil cylindrique ou légèrement tronconique et une base discoïde légèrement convexe avec une dépression semi-circulaire centrale. Le col et les anses de ce type amphorique sont plus longs que dans la forme précédente. Les anses conservent la présence des impressions digitales à la base, vers leur jonction avec l’épaule. La lèvre est toujours en forme de coin mais se présente souvent plus massive, arrondie à l’extérieur, avec un marli supérieur plus incliné vers l’extérieur. Le type est attesté dans des contextes athéniens, tant de l’Agora que du Céramique, datés entre 480 et 440 av. J.-C., mais quelques exemplaires plus anciens proviennent de contextes antérieurs à 480 av. J.-C., comme l’exemplaire P24893 provenant du Stoa Gutter Well étudié par S. Roberts et clos vers 480 av. J.-C.53.

Fig. 36. Amphore nord-égéenne.

Fig. 36. Amphore nord-égéenne.

Athènes, Agora, inv. P24893

(d’après Roberts 1986, fig. 43.424).

  • 54 Lawall 1995, p. 159-160, n. 192-194, fig. 62.

31Les amphores définies conical-base type (fig. 37) doivent leur nom au pied tronconique plus haut que celui du type ring-toe mais encore caractérisé par une base en anneau. À la différence du type ring-toe, le pied du conical-base présente en outre un profil légèrement caréné tandis qu’il est dépourvu de convexité centrale à la base. La panse des amphores de ce type est de forme ovoïde, mais au profil plus élancé par rapport aux deux types précédents. La forme de la lèvre est variable : soit un profil en coin proche des celui des amphores tardo-archaïque du type ring-toe, soit une forme au profil plus arrondi caractéristique du type disc-toe plus récent. La chronologie proposée pour cette forme est incertaine et comprise entre le début du ve s. et 425 av. J.-C. La superposition chronologique de cette forme avec les deux types précédents explique probablement la présence de deux formes de lèvres associées et leurs analogies respectives avec les deux autres types du ve s. av. J.-C. L’ample arc chronologique du type conical-base est suggéré sur la base des exemplaires fragmentaires trouvés aussi bien dans le contexte R 12 :1 de l’Agora clos en 480 av. J.-C., que dans d’autres également de l’Agora et du Céramique d’Athènes clos entre le milieu et le troisième quart du ve s. av. J.-C.54.

Fig. 37. Amphore nord-égéenne.

Fig. 37. Amphore nord-égéenne.

Athènes, Agora, R 12 :1

(d’après Lawall 1995, fig. 62).

4. Contenu

  • 55 Pour les sources sur le vin de Thasos, voir le riche dossier pro­posé par Fr. Salviat (Salviat 1986 (...)
  • 56 Roberts 1986, p. 68-70.
  • 57 Carlson 2003, p. 589-590.

32L’île de Thasos est souvent citée dans les sources pour la haute qualité de son vin, mis souvent au niveaux des vins de Chios. La cité de Mendé fut également productrice d’un vin considéré comme de très haute qualité et pour le commerce duquel Athénée signale la réalisation d’une forme amphorique particulière55. Cela autorise à supposer que le contenu principal des amphores produites dans l’aire nord-égéenne était le vin. L’hypothèse pourrait être confirmée par la présence de résidu résineux observé à l’intérieur des amphores attribuées à ces productions et provenant de l’Agora d’Athènes56. La même observation a pu être faite à l’intérieur du fond d’une amphore de fabrication nord-égéenne provenant de Marzabotto et signalée dans ce volume. Il nous faut cependant rappeler que neuf des dix amphores de Mendé de l’épave de Tektag Burnu avaient été remplies de poix, tandis que la dixième contenait de la viande de bœuf57. Il est toutefois probable qu’on soit, dans ce cas précis en face d’une utilisation secondaire de ces amphores, dans le cadre d’un commerce de petit cabotage.

5. Diffusion dans la Méditerranée occidentale

33Les amphores qu’on peut rattacher à la koinè nord-égéenne, très répandues en Mer Egée et surtout en Mer Noire, semblent au contraire avoir connu en Occident une diffusion plus limitée. On les trouve néanmoins ponctuellement en Méditerranée occidentale, principalement dans l’aire ionienne et tyrrhénienne, et plus rarement le long du littoral adriatique.

  • 58 Landolfi 1999, p. 150, n. 61-62.

34En ce qui concerne l’Adriatique, un vide documentaire dans le secteur le plus méridional a été récemment comblé par la découverte d’une amphore de Thasos trouvée dans la Tombe 69 de la nécropole de Numana-Sirolo et d’une amphore de Mendé datable peut-être de la période de transition du ve au ive s. av. J.-C. et faisant partie du mobilier de la Tombe 117 de la même nécropole58. La découverte de ces amphores de transport dans cette nécropole, ainsi que dans celle de Camerano, commence à combler un vide d’attestations amphoriques qui soulevait quelque perplexité, au regard de l’abondance de la céramique attique et d’autres biens de prestige en provenance de Mer Égée et de l’Orient qui sont arrivés jusqu’à la région picénienne. L’attestation dans l’aire de l’Adriatique centrale d’amphores qu’on peut attribuer à la koiné nord-égéenne me paraît particulièrement significative en considération des découvertes de l’Italie du nord, où la documentation relative à ces productions s’est révélée plutôt riche si on la compare avec la rareté des attestations occidentales en général.

  • 59 Pour l’épave de Porticello : Eiseman 1973 ; Eiseman 1975 ; Eiseman 1979 ; Eiseman, Ridgway 1987 ; E (...)

35Dans la Calabre ionienne, dans un secteur proche du Détroit, il faut noter la présence du bateau marchand de Porticello qui transportait, entre autres produits, des amphores de Mendé et de Thasos datées entre la fin du ve et le début du vie s. av. J.-C. Les amphores nord-égéennes sont documentées par ailleurs dans l’habitat de Caulonia. On connaît aussi un fragment d’anse avec un timbre de Thasos provenant de l’habitat de Tiriolo59.

  • 60 Pour Himère : Vassallo 2003, p. 343-346, fig. 7 ; Pour Camarine : Sourisseau 2002, p. 548, et Id. 2 (...)

36En ce qui concerne la Sicile, on peut signaler les exemplaires anciens, datables de la seconde moitié ou de la fin du vie siècle et identifiés comme des productions nord-égéennes d’Himère et de Camarine60.

  • 61 Pour le cas de Géla : Spagnolo 2003 ; pour le site de Montagna di Ramacca : Albanese Procelli 2003, (...)

37Correspondant plutôt à des productions du ve s. av. J.-C., on retiendra les attestations de Géla (identifiées comme des productions de Mendé ou du moins nord-égéennes), de l’habitat indigène de Montagna di Ramacca, à Colle Madore, de Lipari et de Naxos, dont les exemplaires sont datés du courant du ve s. av. J.-C.61

  • 62 Pour Vico Equense : Di Sandro 1981, p. 10-11 ; pour Pithécusses : Di Sandro 1986, p. 82-84 ; pour V (...)

38Quelques exemplaires considérés de fabrique nord-égéenne sont signalés en Campanie, à Vico Equense, à Cumes, à Pithécusses et à Vélia62.

  • 63 Pancrazzi 1982, p. 338, fig. 2.21.
  • 64 Sur le matériel provenant du port de Civitavecchia, en partie attribué à une épave et en partie réc (...)

39En Étrurie, l’unique attestation d’amphores nord-égéennes vient de Pise, où quelques fragments appartenant probablement à une production de Mendé de la fin du ve s. av. J.-C. ont été récupérés dans les fouilles de la Piazza dei Cavalieri63. Je suis cependant de l’avis qu’au moins une des amphores récupérées dans le port de Civitavecchia et classée de manière hypothétique comme samienne, pourrait être attribuée à une production de Mendé de la seconde moitié du ve s. av. J.-C.64.

  • 65 Pour la Provence : Sourisseau 1997, I, p. 157. Pour Emporion : Aquilué Abadías et al. 2000, p. 333, (...)

40À l’est de la péninsule italienne, les amphores de production nord-égéenne sont plutôt rares. En Gaule méridionale, quelques exemplaires sont signalés à Marseille, à Arles, à Saint-Pierre-lès-Martigues et dans l’épave de la Pointe Lequin 1A. En péninsule ibérique, un fragment d’époque tardo-archaïque, attribué au « Cercle de Thasos » de I. B. Zeest, a été découvert à Emporion, sur la côte catalane. Enfin, d’autres exemplaires de production nord-égéenne du milieu du ive s. av. J.-C. faisaient partie de la cargaison du bateau marchand d’El Sec65.

Notes

1 Pour cet atelier, encore mal connu, repéré sur la base des timbres, voir en premier lieu : Rhomiopoulou 1986. La notice de la découverte de fours à Acanthos (Garlan 1989, p. 480, et n. 11 ; Grandjean 1992, p. 578, et n. 29) laisse supposer que la cité était le siège de la production des amphores timbrées attribuées dans un premier temps à Amphipolis (Nikolaïdou-Patera 1986).

2 Pour les exemplaires d’Athènes, voir : Grace 1953, p. 106-107, n° 161-162, fig. 5, pl. 40 et Ead. 1961, fig. 43 (on trouve la même amphore dans Biers 1980, p. 235). Pour la documentation de Corinthe : Williams 1978, p. 19, fig. 5. Pour les amphores de Mendé de l’épave de Porticello : Eiseman 1973, p. 13-15.

3 Pour la première identification du type voir : Grace 1949, p. 182, 186, pl. 20, 1 ; Grace 1953, p. 106-107, notes 161-162.

4 Grace 1953, n° 161.

5 À ce propos, il faut signaler l’importante contribution de S. Ju. Monachov sur les amphores de la Mer Noire (Monachov 1999b), où la forme la plus ancienne a été largement diffusée. Plus récemment et fondamentale pohur les repères chronologiques fournis, voir la publication de S. G. Schmid (2001).

6 Je fais allusion, par exemple, aux deux amphores du Forcello (De Marinis 1996, p. 334, fig. 7-9 ; Cf. infra cat. FO39-FO40), datées par R. De Marinis entre la fin du vie et le tout début du ve s. av. J.-C. sur la base de la comparaison avec deux exemplaires du puits Q12 :3 de l’Agora d’Athènes (Grace 1961, fig. 35), antérieur à la destruction perse de 480 av. J.-C. et contenant de la céramique attique datée entre 520 et 490 av. J.-C. (Thompson 1855, p. 62).

7 Exemplaires nord-égéens du début de la série et provenant de contextes datés sur une base stratigraphique, dans : Schmid 2001.

8 Pour ces caractéristiques morphologiques, voir l’exemplaire de Vico Equense publié par N. Di Sandro (1981b, p. 10-11, fig. 3.4) et daté ensuite par le même auteur du milieu du ve s. av. J.-C. (Di Sandro 1986, p. 82) sur la base des analogies relevées avec les exemplaires athéniens publiés par V. Grace et provenant du dépôt N 7 :3 (Grace 1953, p. 106-107, n° 161-162). L’exemplaire est reproduit aussi dans Bonghi Jovino 1982, p. 83, pl. 45.3, 122.4.

9 Pour le fragment le plus ancien des contextes de l’Agora, voir : Lawall 1995, p. 120, et n. 12 ; pour l’exemplaire du temple d’Aphaïa à égine : Johnston 1990, n° 135 ; pour les dépôts de l’Agora clos en 440 av. J.-C. et qui ont livré des amphores de Mendé : Grace 1953, p. 106-107, n° 161-162 et Lawall 1995, p. 120 et n. 15.

10 Sur ces considérations, voir Lawall 1995, p. 120-121.

11 Pour les amphores de la Mer Noire : Brašinskij 1976, p. 68, 72, fig. 1-2 ; pour l’Agora d’Athènes : Lawall 1995, p. 122 et notes 19 et 21.

12 Pour la Mer Noire : Brašinskij 1976, p. 70, fig. 3. Sur la documentation de l’Agora : Lawall 1995, p. 122-124. Des amphores de cette forme proviennent également de l’épave d’Alonnesos (Mantzouka 2004, pl. 36-37).

13 Pour l’épave de Porticello et la description de amphores de Mendé, dites Type 1C, voir : Eiseman 1973, p. 14, n° 4-5, fig. 1, Type 1c : n°. 4, et Eiseman, Ridgway 1987, notamment p. 39-40, où la proposition chronologique avancée oscille entre la fin du ve et le début du ive s. av. J.-C. Au contraire, D. Gill (1987) propose pour l’épave une datation vers 425 av. J.-C., qui cependant ne s’accorde pas avec la proposition typo-chronologique de C. J. Eiseman et de M. Lawall.

14 Whitbread 1995, p. 198-209, notamment, p. 200-203.

15 Pour les résultats de ces lames minces et les observations de type chronologique qui en sont la conséquence, voir Lawall 1995, p. 119 et n. 11.

16 La première étude sur les timbres amphoriques de Thasos est due à A. M. et A. Bon (Bon 1957). Plus récemment, le sujet a également été traité par V. Grace (Grace 1985) et surtout par Y. Garlan (en dernier : Garlan 1999, avec bibliographie précédente). Pour la définition d’une typologie des amphores de Thasos, il y a quelques années encore, on devait s’appuyer sur la classification établie par A. M. et A. Bon, dans le cadre de leur étude sur les timbres amphoriques (Bon 1957, p. 13-26). Pour une synthèse, voir aussi Whitbread 1995, p. 165-167.

17 Grandjean 1992.

18 Lawall 1995, p. 129-148.

19 Garlan 1988, p. 168, n° 75/2081 ; Johnston 1991, p. 363-365, pl. 96.1 ; Grandjean 1992, p. 581-583, n° 2, 7, 10, 16-18, 26, 28, 61-62.

20 Sur cette proposition fondée sur la base de la documentation de Géla (Spagnolo 2003, pl. IV.2), d’égine (Johnston 1990, n° 131-132, 177, fig. 12) et de l’île même de Thasos (Grandjean 1992, fig. 1.2, 4.26, 9.63.), voir : Spagnolo 2003, p. 624 e n. 96.

21 à ce propos, voir : Lawall 1995, p. 133-134.

22 à propos de la définition morphologique et de l’encadrement chronologique de ce premier type du ve s. av. J.-C., voir : Lawall 1995, p. 140-141.

23 Brašinskij 1980, pl. 8 ; Garlan 1988, fig. 11.

24 Zeest 1960, pl. 6.16.

25 à propos du second type d’amphore probablement thasienne du ve s. av. J.-C., isolé par M. Lawall, voir : Lawall 1995, p. 137-138, 141-143, fig. 52-53, avec bibliographie.

26 Type I de A.M. et A. Bon (1957, p. 16-19, fig. 2-3,5.a). Pour ce type voir également la synthèse de I. K. Whitbread (1995, p. 165-166.).

27 Bon 1957, p. 16, note 3-4, fig. 1.

28 Pour les autres dépôts de l’Agora dans lesquels on trouve des fragments d’amphores thasiennes biconical type, voir : Lawall 1995, p. 135 e n. 85.

29 Bon 1957, p. 14.

30 Pour cette observation voir aussi : Grace 1961, p. 24 et De Marinis 1988, n. 22.

31 Pour les ateliers amphoriques de Thasos, voir : Garlan 1986 ; Jones 1986, p. 280-286 ; Garlan 1979. Pour le site de Keramidi en particulier : Garlan 1986, p. 229-230.

32 Les analyses sur quelques échantillons d’amphores de Thasos ont conduit à l’identification de deux classes de pâtes qui présentent en tout cas des analogies de base (Whitbread 1995, p. 167-176). Pour les analyses sur les amphores thasiennes voir également la contribution de R. E. Jones dans : Recherches sur les amphores, p. 279-285.

33 Pour l’atelier de Kalonero, voir en particulier : Garlan 1986, p. 221-225.

34 Tandis que la définition pseudo-Samian a été utilisée pour la première fois à la fin des années soixante (Lordkipanidze 1968, p. 40), les dénominations précédentes et encore aujourd’hui utilisées Zeest’s Samian type, Zeest’s Protothasian type, Zeest’s Thasian Circle sont dues à I. B. Zeest (Zeest 1960, p. 70, 79-80, pl. I, 3, VI, 15).

35 Pour les séries Zeest’s Samian et Protothasian on renvoie à Dupont 1998, p. 178-186, avec bibliographie ; Id. 1999, p. 153-157 ; Id. 2000, p. 58 ; Id. 2007, p. 621-623.

36 Zeest 1960, p. 79-80, pl. VI, 15.

37 Peristeri-Otatzi 1986, p. 496, fig. 1-14 ; Dupont 1998, p. 182, n. 248-249.

38 Zeest 1960, p. 70, pl. I, 3.

39 Grace 1971, p. 73, fig. 2, 4, pl. 15, 3.

40 Ruban 1991.

41 Pour cette observation et pour les problèmes d’interprétation qu’elle a suscités, cf. : Dupont 1998, p. 183 ; et Id. 2007, p. 622. Le haut pourcentage de fragments appartenant à des amphores Zeest’s Samian et Protothasian des fouilles récentes de Milet-Kalabaktepe a été confirmé par l’étude d’A. Naso, d’après laquelle au moins une partie de ces fragments serait de production locale (Naso 2005, p. 77, n. 24).

42 Dupont 1998, p. 178-186.

43 Dupont 2007 ; Monachov 2003b.

44 Dupont 1998, p. 183.

45 Dupont 2007, p. 621-623.

46 Gassner 2003b, p. 123-129; Ead. 2003a, p. 96-97; Ead. 2005, p. 37.

47 Kerschner, Mommsen 2005, p. 125-126.

48 Carlson 2003, p. 584-587.

49 Dupont 2010.

50 Zeest 1960, p. 81-82.

51 Dupont 1998, p. 186-190, pl. 23, 13.

52 Lawall 1995, p. 157-158, n. 178-181, fig. 56-57, avec références bibliographiques, et, p. 162-164, fig. 64-65.

53 À ce propos, voir : Lawall 1995, p. 158-159 et notes 184-190. Pour l’amphore P24893 : Roberts 1986, p. 69, n° 424, fig. 43.

54 Lawall 1995, p. 159-160, n. 192-194, fig. 62.

55 Pour les sources sur le vin de Thasos, voir le riche dossier pro­posé par Fr. Salviat (Salviat 1986) ; pour la qualité du vin de Mendé : Biers 1980, p. 235 ; Whitbread 1995, p. 199 et Papadopoulos, Paspalas 1999, avec renvois aux sources littéraires. Pour la péninsule de Chalcidique en général, voir également : Salviat 1990.

56 Roberts 1986, p. 68-70.

57 Carlson 2003, p. 589-590.

58 Landolfi 1999, p. 150, n. 61-62.

59 Pour l’épave de Porticello : Eiseman 1973 ; Eiseman 1975 ; Eiseman 1979 ; Eiseman, Ridgway 1987 ; Empereur, Garlan 1987, p. 108 ; Gill 1987 ; Parker 1992, n° 879, p. 332-333, map 11. Pour Caulonia : Vandermersch 1989, p. 108-109, avec bibliographie antérieure.

60 Pour Himère : Vassallo 2003, p. 343-346, fig. 7 ; Pour Camarine : Sourisseau 2002, p. 548, et Id. 2006, p. 133 et fig. 1.

61 Pour le cas de Géla : Spagnolo 2003 ; pour le site de Montagna di Ramacca : Albanese Procelli 2003, p. 40 ; pour Colle Madore : Polizzi 1999, p. 225, n° 401-402, fig. 222, n° 401-402 ; pour Lipari : Cavalier 1985, p. 65, n° 61, fig. 16.f ; pour Naxos : Lentini, Savelli, Blackman 2007, p. 89 et Id. 2009, p. 102-103, fig. 16.

62 Pour Vico Equense : Di Sandro 1981, p. 10-11 ; pour Pithécusses : Di Sandro 1986, p. 82-84 ; pour Vélia : Gassner 2003, p. 120-121.

63 Pancrazzi 1982, p. 338, fig. 2.21.

64 Sur le matériel provenant du port de Civitavecchia, en partie attribué à une épave et en partie récupéré par des filets de pêche, voir : Sonno 1997, p. 78, 81, fig. 19.

65 Pour la Provence : Sourisseau 1997, I, p. 157. Pour Emporion : Aquilué Abadías et al. 2000, p. 333, fig. 40.3. Pour l’épave d’El Sec : Cerdá 1987 et Cabrera, Rouillard 2003.

Table des illustrations

Titre Fig. 21. Amphore nord-égéenne.
Légende Athènes, Céramique, sépulture
Crédits (d’après Schmid 2001, pl. 4).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 22. Amphore nord-égéenne (Mendé).
Légende Athènes, Agora, inv. P21987
Crédits (d’après Grace 1953, fig. 5.161).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 23. Amphore nord-égéenne (Mendé).
Légende Athènes, Agora, inv. P23777
Crédits (d’après Papadopoulos, Paspalas 1999, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 24. Amphore nord-égéenne (Mendé).
Légende Athènes, Agora, inv. P23683
Crédits (d’après Papadopoulos Paspalas 1999, fig. 4.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 25. Amphores nord-égéenne (Mendé).
Légende Épaves de Porticello
Crédits (d’après Eiseman 1973, fig. 1).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 26. Amphore nord-égéenne (Thasos).
Légende Thasos, quartier de la Porte du Silène, inv. 75/3511
Crédits (d’après Grandjean 1992, fig. 1. 2).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 27. Amphore nord-égéenne (Thasos).
Légende Thasos, quartier de la Porte du Silène, inv. 75/3511
Crédits (d’après Grandjean 1992, fig. 3. 16-18)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 28. Amphore nord-égéenne (Thasos ?).
Légende Athènes, Agora, E 14 : 5
Crédits (d’après Lawall 1995, fig. 51).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 29. Amphore nord-égéenne (Thasos ?).
Légende Athènes, Agora, R 13 :1
Crédits (d’après Lawall 1995, fig. 52).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 30. Amphore nord-égéenne (Thasos ?).
Légende Athènes, Agora, O 19:4
Crédits (d’après Lawall 1995, fig. 53).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 31. Amphore nord-égéenne (Thasos)
Crédits (d’après Garlan 1988, fig. 11).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 32. Amphore nord-égéenne (Thasos).
Légende Thasos, quartier de la Porte du Silène, inv. 73/3766
Crédits (d’après Grandjean 1992, fig. 11.73).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 33. Amphore nord-égéenne (Thasos).
Légende Thasos, quartier de la Porte du Silène, inv. 79/S 80
Crédits (d’après Grandjean 1992, fig. 7.47.
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 34. Amphore nord-égéenne (Thasos).
Légende Thasos, Agora, Puits public, inv. 84.264.94, 84.170.38
Crédits (d’après Blondè, Muller, Mulliez 1991, fig. 3.16 et 3.19).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 35. Amphore nord-égéenne.
Légende Athènes, Agora, inv. P24888
Crédits (d’après Roberts 1986, fig. 43.426).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 36. Amphore nord-égéenne.
Légende Athènes, Agora, inv. P24893
Crédits (d’après Roberts 1986, fig. 43.424).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 37. Amphore nord-égéenne.
Légende Athènes, Agora, R 12 :1
Crédits (d’après Lawall 1995, fig. 62).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1252/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 8,5k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search