Version classiqueVersion mobile

Les amphores grecques dans le nord de l’Italie

 | 
Federica Sacchetti

Première partie. Bilan des études sur les amphores grecques des époques archaïque et classique

Chapitre 2. Les productions grecques occidentales

Texte intégral

1On situe désormais dans la partie occidentale de la Méditerranée la production de plusieurs séries amphoriques. Elles sont vraisemblablement fabriquées par plusieurs centres distincts, dans le cadre d’une « koinè occidentale » qui trouve des parallèles, au même moment dans les koinès amphoriques de l’Égée septentrionale et orientale. La chronologie du début des ces séries amphoriques grecques occidentales est traditionnellement située vers le milieu ou la seconde moitié du vie s. av. J.-C., toutefois, des travaux récents suggèrent une chronologie plus haute, dans la première moitié du siècle.

  • 1 On doit à V. Gassner (2003b, p. 179-182) et à J.-Chr. Sourisseau (2011) les propositions les plus r (...)

2Les connaissances relatives à ces productions grecques occidentales sont encore pour partie incertaines et les tentatives de synthèse récentes se sont révélées encore partielles1. En effet, si la chronologie et les grandes zones de production apparaissent plus clairement, la plupart des lieux précis de fabrication restent inconnus. Par ailleurs, on ne dispose pas encore d’une classification typologique suffisamment précise, commune et admise de tous. Enfin, on n’a pas encore trouvé un accord sur leurs dénominations, ce qui est source de grande confusion.

3En Italie du nord, les formes des productions grecques occidentales attestées sont celles de l’époque archaïque et du début de l’époque classique. Il s’agit de deux séries amphoriques pour lesquelles il est difficile de choisir une terminologie assurée pour les désigner, tant les classifications typo-chronologiques comme la localisation des centres de production sont encore incertains. La terminologie traditionnelle distingue entre les amphores dites « corinthiennes B archaïques » et les amphores dites « ionio-massaliètes ». Bien qu’ils correspondent à des types morphologiques assez précis et qui trouvent des équivalents dans les travaux typologiques récents, ces deux dénominations, souvent mal interprétées ont donné lieu par le passé à de nombreuses confusions. C’est pourquoi, et par souci de clarté, nous utiliserons le cadre typologique récemment proposé par J.-Chr. Sourisseau qui présente l’avantage de distinguer assez précisément la morphologie des deux types en question, sans préjuger de leurs lieux de productions.

1. Les amphores du groupe « corinthien B archaïque » ou grecques occidentales de forme 1α

  • 2 Pour la définition de ces deux types, voir Koehler 1981, p. 452-453, pl. 99 : d, e ; Ibid., p. 453- (...)
  • 3 Whitbread 1995, p. 278-285, pour une discussion sur le sujet.
  • 4 Sourisseau 2011.
  • 5 Contrairement à la terminologie choisie antérieurement d’amphores « ionio-corinthienne » (Sacchetti(...)
  • 6 Koehler 1981, p. 452-454, pl. 99, a.

4Les amphores de ce groupe présentent des caractères morphologiques généraux assez réguliers (fig. 15), bien qu’elles se distinguent les unes des autres par des variantes de formes et par leurs pâtes. D’abord attribuées à la production corinthienne par C. G. Koehler et désignées « Corinthiennes B », la pâte de ces amphores est néanmoins très différente de l’autre production corinthienne, dite corinthienne A. C. G. Koehler admet également que d’autres productions présentant les mêmes caractéristiques morphologiques sont possibles, notamment à Corcyre, mais aussi dans le secteur occidentale de la Méditerranée. Ainsi, elle signale l’existence d’amphores dont la forme générale et les détails de la lèvre en bourrelet gonflé renvoient à la forme d’époque archaïque du type B, ainsi que des formes proches, et connues depuis longtemps en Italie méridionale, en Sicile et dans le sud de la France. Il s’agirait des types « often called by archaeologists there Ionian » et « sometimes called Graeco-Massaliote » (Koehler 1981, p. 453, pl. 99, d-e, et pl. 99, f) qui, par l’extrême variété des pâtes attestées dans les deux cas, semblent suggérer une pluralité de centres de production2. Alors qu’au type Graeco-Massaliote (qu’on appellera ici « ionio-massaliète » ou grecque occidentale de forme 2 cf. infra I, 2 § 2) C. G. Koehler avait reconnu quelques traits distinctifs par rapport à son type B archaïque de Corinthe, le type Ionian (qu’on appellera ici « corinthien B archaïque » ou grecque occidentale de type 1α) fut considéré comme difficilement discernable de la production présumée corinthienne de son type B archaïque, tant la morphologie générale et certains traits de détail, notamment l’ensemble lèvre/col et le pied, apparaissent similaires. Ainsi, d’après C. G. Koehler, les amphores du groupe « corinthien B archaïque » sont donc « più o meno simili alle corinzie B arcaiche senza che possano identificarsi con esse » (C. G. Koehler dans Colonna 1985, p. 10 et n. 26). L’opinion de la spécialiste des amphores corinthiennes a donc imposé une tendance à distinguer un groupe corinthien B archaïque de production corinthienne et un autre de production grecque occidentale. Cependant, en l’état actuel des recherches, il subsiste de nombreux doutes quant à l’existence effective d’un atelier corinthien de la forme en question, dont la production semble plutôt se concentrer dans l’Occident grec3. Compte tenu de ces difficultés, les amphores présentant cette morphologie particulière sont souvent désignées dans la bibliographie sous les appellations imprécises suivantes : « ioniennes » / ioniche / ionian, ou « ionio-corinthiennes » / ionio-corinzie, ou plus fréquemment « de type corinthien B » / di forma corinzia B ou di tipo corinzio B, ou encore corinzie B. Pour éviter les confusions induites par la multiplicité de ces dénominations traditionnelles, souvent déroutantes, V. Gassner et J.-Ch. Sourisseau ont adopté respectivement les définitions Randform 1 (Gassner 2003b) et « A-MGR 1 » (Sourisseau 1993) pour désigner ce groupe. Elles sont désormais dénommées « forme 1α » dans les derniers travaux sur la question4. Par conséquent, on définira ici5 « corinthiennes B archaïques » ou amphores « grecques occidentales de forme 1α », toutes les amphores qu’on peut rapprocher par leur forme de celles que C. G. Koehler attribue à des productions corinthiennes et qu’elle définit comme « early type B jars »6, et ceci, malgré la variété observée des pâtes.

Fig. 15. Amphore du groupe « corinthien B archaïque » ou grecque occidentale de forme 1α.

Fig. 15. Amphore du groupe « corinthien B archaïque » ou grecque occidentale de forme 1α.

Milazzo, nécropole méridionale, Tombe 15, inv. 16440

(d’après Tigano 2000, p. 69).

  • 7 Pour certaines de ces observations relatives à la morphologie, voir Koehler 1981, p. 453 ; Slaska 1 (...)

5Ces amphores sont en général caractérisées par une lèvre en bourrelet gonflé, dont l’épaisseur maximale est située à mi-hauteur, un col cylindrique avec un ressaut ou, plus rarement, une cannelure au sommet, des anses en ruban épaissi, un corps globulaire, un fond cylindrique creux à l’intérieur et présentant une base plate carénée7

  • 8 Koehler 1981, p. 453.
  • 9 C’est le cas par exemple des sites du Salento, pour lesquels voir en dernier lieu Semeraro 1997. Po (...)
  • 10 Gassner 2003b ; Sourisseau 1993 et Sourisseau 2011, avec la bibliographie antérieure.
  • 11 Pour la possible production de Sybaris : Sourisseau 1997, I. p. 95-96, Id. 2000, p. 140 ; Spagnolo (...)
  • 12 Gassner 2003b, p. 193-195.
  • 13 Docter sous presse.
  • 14 Gassner 2003b, p. 185, n. 67 ; Ead. 2003a, p. 96, n. 18
  • 15 Je tiens à remercier C. W. Neeft qui m’a donné la possibilité de consulter l’article de R. Docter e (...)
  • 16 Preka-Alexandri 1992.
  • 17 Kourkoumélis-Rodostamos 1988.
  • 18 Docter sous presse.

6Malgré ces caractéristiques communes, le groupe des amphores de « forme 1α » ou « corinthien B archaïque » apparaît extrêmement hétérogène. Les proportions entre les différentes parties du conteneur sont variables et une série de variantes morphologiques concernant surtout la lèvre, le col et les anses peuvent aisément être observées8, notamment si on compare les découvertes des sites qui ont livré d’abondantes attestations9. L’ensemble de ces variantes n’a pas encore fait l’objet d’un répertoire permettant d’élaborer une classification qui tienne compte non seulement de ces éléments morphologiques, mais aussi des différentes pâtes observées ainsi que des contextes stratigraphiques de découverte, qui permettrait peut-être, si ce n’est de localiser, du moins de distinguer les ateliers producteurs des amphores de ce groupe et les caractéristiques morphologiques propres à chacun d’entre eux. Dans cette optique, une proposition préliminaire, basée sur une campagne d’analyses des pâtes, a été initiée par V. Gassner et une étude globale des productions occidentales est actuellement en cours de la part de J.-Chr. Sourisseau10. C’est donc à ces contributions récentes que nous renvoyons pour les questions complexes concernant les productions occidentales de la « forme 1α » ou « corinthienne B archaïque » qu’on a cru pouvoir identifier jusqu’à ce jour. Les recherches en cours n’ont pas encore abouti à des conclusions définitives, ni non plus à un accord suffisamment unanime de la part des spécialistes. En l’état actuel des recherches, des productions de ce type ont été attribuées à Sybaris (ou à un centre non identifié situé entre Crotone et Kaulonia), à Kaulonia, à Locres et à l’aire du détroit de Messine11. D’autres productions documentées en Grande Grèce restent toutefois non identifiées. On imagine que quelques-unes sont à rechercher dans d’autres centres de Calabre12, mais je crois que d’autres encore, notamment celles qui sont documentées dans le secteur Nord-Adriatique, pourraient être attribuées à l’aire Adriatique méridionale. Dans cette zone doit être situé l’atelier identifié par R. Docter à Butrinthos13 pour lequel on dispose déjà de quelques informations14, mais qui est encore inédit15. Dans le même secteur, il n’est pas sûr que la production corcyréenne de la forme corinthienne B16 puisse être datée dès le vie s. av. J.-C. L’atelier de Corcyre a en effet fourni des données relatives à une production d’un type morphologique plus tardif, comprise entre la seconde moitié du ve et le iiie s. av. J.-C. et, bien que l’hypothèse d’une fabrication locale ait été avancée pour la forme archaïque17, on ne dispose d’aucune donnée objective permettant de l’étayer. Sur ce dossier, il faudrait néanmoins vérifier si la production définie par R. Docter à Butrinthos comme « local production from Corfù-Butrint area »18 pourrait ou non correspondre à une production attribuable à l’atelier de Corcyre.

  • 19 Koehler 1981, p. 452.
  • 20 Pour Agde, Nickels 1990 et Nickels 1995, p. 61 ; pour Belsh, Ceka 1983, p. 209, pl. III, 4-5 ; pour (...)
  • 21 Pour Marseille et Camarine, voir en dernier lieu Sourisseau 2011.

7En ce qui concerne les questions de chronologie, relevons que les exemplaires de « forme 1α » ou « corinthiennes B archaïques » les plus anciens reconnus à Corinthe sont datés, selon C. G. Koehler, à partir de 525 av. J.-C.19 Par contre, la chronologie des attestations occidentales est plus haute : en Albanie, en Italie et en France, quelques exemplaires attribuables à ce groupe sont datables, sur une base stratigraphique, du deuxième quart du vie s. av. J.-C. au plus tard. Une datation de ce type est suggérée par les fragments provenant de contextes d’Agde, en Gaule méridionale (avant le milieu du vie s. av. J.-C.), de Belsh, en Illyrie méridionale (600-550 av. J.-C.), de Leuca (600-550 av. J.-C.), de Siris (avant le milieu du vie s. av. J.-C.) et aussi de Pithécusses (600-550 av. J.-C.). À Marseille, on en trouve déjà dans les couches de la phase de fondation de la cité, c’est-à-dire entre 600 et 580 av. J.-C.20. Enfin, dans la nécropole de Camarine, les exemplaires les plus anciens sont associés à des vases corinthiens du Corinthien Moyen, ce qui confirme cette datation haute21.

  • 22 Sur ces découvertes, voir en dernier lieu Sourisseau 2011, avec bibliographie.

8Néanmoins, la phase durant laquelle ces amphores sont le plus diffusées correspond à la seconde moitié du vie s. av. J.-C., avec notamment des attestations dans les épaves de la Pointe Lequin 1A et de Cala Sant Vicenç. Les exemplaires les plus tardifs revoient au début du ve s. av. J.-C., avec en particulier l’épave de Géla22.

1.1. Centres de production

  • 23 Pour ce programme, voir Pelagatti 1995, p. 407 et Sourisseau 2011, p. 175.
  • 24 Sur l’ensemble de ces programmes, voir le bilan proposé dans Sourisseau 2011, p. 174 et suiv.

9Différents programmes d’analyses pétrographiques et physico-chimiques ont été initiés ces dernières années dans le but de déterminer l’origine des amphores grecques occidentales archaïques. Le premier, promu par le Centre Jean Bérard, sous la direction de M. Bats, est resté inédit23. Plus récemment, une collaboration entre l’Insitut für Klassische Archäologie de l’Université de Vienne et le Dipartimento di Discipline Storiche de l’Université de Naples « Federico II » a permis la mise en œuvre d’un vaste programme d’analyses sur les productions céramiques magno-grecques, sous la direction de V. Gassner. Des équipes des Universités de Turin (Dipartimento di Scienze Antropologiche, Archeologiche e Storico-Territoriali, Dipartimento di Chimica Analitica et Dipartimento di Scienze Mineralogiche e Petrologiche) et de Parme (Dipartimento di Chimica) se sont occupées de la caractérisation physico-chimique et pétrographique des amphores de Locres, où, dans l’aire de la Stoa à ‘U’, M. Barra Bagnasco avait repéré et fouillé des ateliers d’amphores caractérisés par leurs déchets de cuisson. Le Servizio per i Beni Archeologici de la Soprintendenza ai Beni Culturali e Ambientali di Messina, le Dipartimento di Fisica de l’Université de Messine et le Dipartimento di Scienze Geologiche de l’Université de Catane ont enfin lancé un programme d’analyses sur les amphores découvertes en Sicile, et notamment à Messine et à Gela24

10Les aspects visuels des pâtes de la plupart des amphores de ce type et répertoriées dans notre enquête, confrontées à tout ce que j’ai pu voir en Grande Grèce et en Gaule méridionale, notamment celles qui proviennent de l’aire du delta du Pô, de Marzabotto et, en partie du moins du Forcello, ne semblent appartenir à aucune des productions mentionnées plus haut. Les pâtes des amphores de « forme 1α » ou « corinthiennes B archaïques » de l’Italie du nord peuvent en revanche être classées en deux groupes. Le premier est caractérisé par une pâte presque complètement dépourvu d’inclusions, à la surface extrêmement lisse au toucher. La consistance est généralement dure et compacte, parfois plus tendre et poussiéreuse. La couleur de l’argile est très claire, variant du jaune pâle-blanchâtre au verdâtre. Le deuxième groupe présente des argiles ayant les mêmes nuances, auxquelles s’ajoutent aussi le beige et le chamois pâle, et semble se distinguer par la présence de rares dégraissants lithiques blanchâtres (sans doute du quartz) et gris, de dimensions moyennes à grandes (0,5 mm environ). La couleur de la pâte de quelques individus provenant d’Adria présente une couleur grise. Il s’agit probablement d’un phénomène de transformation chimique intervenu après le dépôt de ces objets en milieu humide et vaseux.

  • 25 Les quelques fragments d’amphores de forme « corinthienne B » d’époque archaïque et du ve s. av. J. (...)
  • 26 Pour les fouilles de Phoinike, voir De Maria, Gjongecaj 2007, avec la bibliographie précédente.
  • 27 Docter sous presse.

11Il est intéressant de constater qu’on reconnaît les deux mêmes pâtes pour les amphores dites corinthiennes B évoluées du ve siècle (cf. I, l § 2.2) trouvées dans la même zone et à Bologne. Par ailleurs, la même comparaison peut être faite concernant les amphores des deux mêmes types provenant des fouilles récentes de Phoinike dans l’Épire méridionale. D’après les analyses miné-ralogiques et pétrographiques exécutées sur les argiles des exemplaires de Phoinike, il s’agirait d’une fabrication « locale »25. Dans la mesure où les attestations de Phoinike sont très peu nombreuses et qu’on ne connaît pas, jusqu’à présent, de phase archaïque de la cité26, il serait peut-être plus opportun d’envisager une production régionale, plutôt que spécifiquement locale, peut-être la même que celle reconnue par R. Docter et R. Sauer dans la documentation de la cité voisine de Butrinthos27. On peut espérer que les recherches futures pourront expliquer si, pour le matériel archaïque de ces deux établissements de l’Albanie méridionale, il s’agit des productions d’un même atelier, comme celui de Corcyre bien caractérisé pour les époques classique et hellénistique, ou bien, s’il s’agit d’un autre atelier à rechercher sur la terre ferme en face de l’île.

1.2. Contenu

  • 28 Sourisseau 2011.

12Compte tenu de la multiplicité des centres de production potentiels, il est difficile de tenir une position univoque sur le dossier du ou des contenus de ces amphores. Toutefois, et bien que des analyses sur les possibles contenus n’aient pas été exécutées, l’opinion courante est que leur destination principale était en général vinaire. C’est en particulier la position adoptée concernant la possible production sybarite d’amphores de « forme lα », d’une part parce que les sources littéraires mentionnent l’existence à Sybaris d’une production vinicole importante à l’époque archaïque, mais aussi parce que la plupart de ces amphores, lorsqu’elles sont retrouvées en contextes humides (épaves ou comblements portuaires) portent toujours un revêtement de poix bien caractérisé sur la surface interne28.

1.3. Diffusion dans la Méditerranée occidentale

  • 29 Sur la riche documentation concernant les sites du Salento cités, voir en dernier lieu Semeraro 199 (...)

13Les amphores de « forme 1α » ou « corinthiennes B archaïques » sont très bien documentées dans les sites du Salento, notamment dans le secteur adriatique, tels Brindes, Torre Santa Sabina, Oria, Muro Tenente, Valesio, Cavallino, Rocavecchia, Torre dell’Orso, Otrante, Vaste et Leuca. On en connaît aussi plusieurs exemplaires provenant des centres du Salento de la façade ionienne, comme Masseria Fano, Torre San Giovanni et Ruffano29.

  • 30 Pour Corfou, voir Koehler 1981, p. 453 ; pour Selcë et Belsh : Ceka 1983, p. 209, pl. III, 4-5 ; po (...)

14Sur la côte orientale de l’Adriatique des découvertes sont signalées dans le bras de mer en face de Corfou et d’autres à Selcë, à Margëlliç, à Treport et à Belsh, en Illyrie méridionale30.

  • 31 Pour Siris-Policoro, Spagnolo 2002, p. 34, n. 40, avec bibliographie. Pour Sybaris, Gassner 2003b, (...)

15Sur la côte ionienne de la Grande Grèce, des exemplaires du groupe sont attestés à Siris-Policoro, à Sybaris, à Caulonia, et à Locres31.

  • 32 Pour Camarine, en dernier lieu, Sourisseau 2011 ; pour Naxos, Lentini, Savelli, Blackman 2009, avec (...)
  • 33 Sur l’épave de Plemmirio, datée vers le milieu du vie s. av. J.-C., Wilson 1988, p. 115-116 ; Parke (...)
  • 34 Sur l’épave archaïque de Géla, datée du premier quart du ve s. av. J.-C., voir : Freschi 1991 ; Pan (...)
  • 35 Sur les épaves du Cap d’Ognina, voir : La Fauci 2002, avec un tableau de correspondance entre l’anc (...)

16En Sicile ces amphores sont bien documentées à Camarine, à Naxos, à Messine, à Mylai, à Himère, à Géla32 et dans les cargaisons des épaves tardo-archaïques de Plemmirio33, de Géla34 et du Cap d’Ognina (Ognina nord I et Ognina sud 3)35.

  • 36 Pour Pithécusses, Di Sandro 1986, p. 34-38 ; pour Cumes, Savelli 2006, p. 118-120 ; pour Nocera, Al (...)
  • 37 Albore Livadie 1985, p. 139.
  • 38 Sur les nécropoles de Caeré et de Tarquinia, voir Boitani 1985, p. 25 ; sur les contextes d’habitat (...)
  • 39 Savelli sous presse.

17Pour la Campanie, les attestations sont également assez nombreuses, notamment à Pithécusses, à Cumes, à Nocera, à Agropoli, à Piano di Sorrento et à Fratte36. Deux exemplaires ont été récupérés grâce à une opération de récupération sous-marine et sont conservés dans la Tour de Cetara, tandis qu’un troisième, identifié à l’intérieur d’une collection privée, doit probablement être attribuée au territoire de Gragnano37. La documentation de l’Étrurie est concentrée dans la zone côtière méridionale, où sont attestés quelques exemplaires dans les nécropoles et les habitats respectifs de Caeré et de Tarquinia. Des trouvailles, plus nombreuses encore, sont signalées dans les emporia de Pyrgi et de Gravisca38. En Étrurie interne, quelques amphores de « Forme 1α » probables ont été signalées dans l’habitat de Petriolo-Chiusi39.

  • 40 Pour La Liquière, Py 1990, p. 534. Pour Agde, Nickels 1990 et Nickels 1995, p. 61. Pour Le Cayla de (...)

18Dans le sud de la France, de nombreux exemplaires ont été récupérés à l’occasion des fouilles des sites de Marseille, Arles, Saint-Pierre-lès-Martigues, Saint-Blaise, La Liquière, Agde, Le Cayla de Mailhac et Pech Maho. D’autres proviennent des cargaisons des épaves d’Antibes, de Bon Porté 1 et de la Pointe Lequin 1A40.

  • 41 Van den Boom 1990, p. 263-266, notamment, fig. 3, 8. Plus récemment, van den Boom, Pape 2000. À pro (...)

19Quelques exemplaires sont arrivés jusqu’au site de la Heuneburg, en Allemagne, où ils se trouvent associés à des amphores plus nombreuses et relevant de la catégorie dite « ionio-massaliète » ou de « forme 2 »41.

  • 42 Pour Emporion, Aquilué Abadías et al. 2000, p. 333, fig. 40 ; pour Illa d’en Reixac (Ullastret, prè (...)

20Plus à l’ouest, le long des côtes de l’Espagne, on connaît des exemplaires trouvés à Emporion, Illa d’en Reixac et dans l’épave de Cala Sant Vicenç42.

  • 43 Morel 1990c, p. 75.

21Sur les côtes méridionales de la Méditerranée, les amphores de « forme 1 » ou « corinthiennes B archaïques » sont attestées à Carthage43

2. Les amphores du groupe « ionio-massaliète » ou grecques occidentales de forme 2

  • 44 Parmi les premiers à dénoncer le caractère ambigue de la terminologie utilisées et à souhaiter qu’o (...)
  • 45 Gassner 2003b.
  • 46 Sourisseau 1993.
  • 47 Sourisseau 2011.

22Parfois dans les mêmes contextes où l’on enregistre la présence d’amphores relevant de la « forme 1 » ou « corinthien B archaïque », on trouve fréquemment des exemplaires qu’on peut aussi attribuer au groupe des productions grecques d’Occident, plus particulièrement dans des contextes datés entre la seconde moitié du vie et le courant du ve s. av. J.-C. Ces amphores présentent des affinités morphologiques fortes avec le groupe qui vient d’être décrit, bien qu’elles s’en différencient par certains détails de la lèvre, du col et du pied (fig. 16). Malgré ces différences, elles ont parfois été confondues et, comme pour le groupe précédent, elles ont aussi été identifiées de manière un peu confuse, ce que traduit la terminologie les désignant : « Ionien », « de type ionien » / ionico, « pseudo-ionien », « ionien occidental » / cd. ionico, « ionio-massaliète » / ionio-massaliota, « de type massaliète » / ionico-marsigliese, cd. massaliota, di tipo massaliota, « italo-grec » / massaliota, Graeco-Massaliote, ou anfore tirreniche. Voici quelques-unes seulement des dénominations relevées dans la bibliographie44. Récemment, V. Gassner a choisi la définition de Randform 345 et J.-Chr. Sourisseau celle de « A-MGR 2 »46 ou « forme 2 »47

Fig. 16. Amphore du groupe « ionio-massaliète ou grecque occidentale de forme 2 ».

Fig. 16. Amphore du groupe « ionio-massaliète ou grecque occidentale de forme 2 ».

Milazzo, nécropole méridionale, Tombe 41, inv. 16441

(d’après Tigano 2000, p. 71).

  • 48 Sur l’origine de la définition, voir Morel 1990b, p. 283, n. 6.
  • 49 L’idée d’une attribution du groupe à l’aire grecque orientale a été proposée par Fr. Villard (1960, (...)
  • 50 Sur les indices historiques et archéologiques qui ont conduit à considérer Vélia comme une cité pro (...)
  • 51 Pour l’hypothèse, désormais dépassée, d’un prototype phocéen, voir Gras 1987, p. 44. Pour l’hypothè (...)
  • 52 La non définition de types d’amphores grecques occidentales est très tôt apparue comme un problème, (...)

23La dénomination « ionio-massaliète »48, probablement la plus fréquente, est une construction conceptuelle qui traduit à la fois la difficulté d’identification de la série, mais aussi l’idée d’un lien culturel entre l’Ionie et les établissements coloniaux occidentaux d’origine ionienne, en particulier Marseille. Le terme « massa-liète » s’impose du fait de l’affinité morphologique observée entre les exemplaires relevant de ce groupe et ceux qui appartiennent à la production archaïque de Marseille, identifiée comme telle depuis longtemps. L’association avec le terme « ionien » traduit quant à lui l’idée de l’existence de prototypes grecs orientaux, en reprenant une terminologie simplificatrice désignant les amphores grecques orientale dans leur ensemble49. On rappellera qu’à ce propos, on a même formulé l’hypothèse de l’existence d’une production amphorique de Phocée, qui précisément dans les années de la chute de la cité (à partir de 540 av. J.-C.) aurait été imitée par ses colonies occidentales : Marseille et peut-être aussi Vélia, voire Aléria50. Une autre hypothèse voyait dans la production milésienne, qui présente de fortes affinités morphologiques avec les groupes occidentaux, un éventuel prototype aux productions occidentales51. Quoi qu’il en soit, jusqu’au début des années 1980, les chercheurs se sont contentés de ces distinctions simples : les amphores ioniennes et/ou ionio-massaliètes désignant donc globalement les différentes productions encore mal connues de la Grèce de l’Est et une masse hétérogène de productions grecques occidentales52.

  • 53 Py 1980, p. 1-2, fig. 1. Cette forme « à panse en toupie et col cylindrique » est dite 1 car il s’a (...)
  • 54 Py 1980, p. 1-3, notamment n. 17 pour la description des pâtes identifiables comme marseillaises. P (...)

24La première tentative de définition du groupe « ionio-massaliète » est celle de M. Py, à l’occasion de la présentation de sa classification des lèvres des amphores massaliètes. Observant la variété des pâtes des exemplaires de la forme 153 (la plus ancienne, correspondant à la forme Bertucchi 1), à laquelle sont associées des lèvres correspondant à ses types 1, 2 et 3, il proposa d’utiliser « provisoirement le terme ionio-massaliète pour désigner toute la série d’amphores archaïques de provenance non assurée - pour la plupart occidentales, et pour beaucoup déjà marseillaises - qui précède l’apparition des amphores dites massaliètes, c’est-à-dire celles dont la pâte très micacée correspond d’assez près à l’argile utilisée dans la suite de la production marseillaise » (Py 1980, p. 3). Exception faite donc pour tous les individus munis d’une lèvre de forme 1 dont la pâte considérablement micacée permet l’attribution à l’atelier de Marseille54, il était, selon l’auteur, préférable d’adopter la définition plus prudente de « ionio-massaliète » pour toutes les amphores dont la forme renvoie au type marseillais le plus archaïque, mais dont le centre de production, en l’absence d’analyses des argiles, reste incertain.

  • 55 Pour le débat sur les « ionio-massaliètes » voir notamment Bats 1990c, Id. 1990a, Morel 1990b et Sl (...)

25Dans le cadre du débat qui s’est développé à ce propos à l’occasion du congrès de Lattes consacré aux amphores de Marseille, ont été exprimés de nouveau les problèmes concernant, d’une part, l’extrême hétérogénéité du groupe et, d’autre part, les difficultés que posent l’usage de définitions globalisantes, apparemment pratiques mais ambiguës55.

  • 56 Récemment caractérisées par J.-Chr. Sourisseau (2011).
  • 57 Pour Belsh, voir Ceka 1983, p. 209, pl. III, 6 ; pour Leuca, en dernier lieu, Semeraro 1997, p. 94, (...)

26Conscient de ces difficultés, on peut néanmoins considérer que la production de cette forme, en général, a commencé peu après le milieu du vie s. av. J.-C., date à laquelle on fait remonter les productions de Locres et de Marseille, pour disparaitre dans le courant de la première moitié du ve s. av. J.-C. Pour Marseille la date qui marque la fin de la production est située vers 475 av. J.-C., lorsque la forme archaïque Bertucchi 1 est remplacée par le forme Bertucchi 2 (Bats 1990c, p. 10 ; Sourisseau 1998a, p. 139). Un terminus ante quem au début du ve siècle semble être confirmé aussi pour la production de Locres (Barra Bagnasco 1992, p. 210, 230-231, n° 179-180), tandis que pour les autres centres de la Grande Grèce récemment évoqués on ne dispose pas de données certaines à ce propos. On notera cependant l’existence de productions non massaliètes, dites de forme 356, qui caractérisent l’évolution de la production des centres de Grande Grèce dans le courant de la première moitié du ve s. av. J.-C. et qui se distinguent par une morphologie un peu plus élancée et un col plus haut. On notera également que quelques exemplaires, datés sur une base stratigraphique, pourraient aussi révéler une datation légèrement plus haute pour l’apparition de cette forme et nécessiteraient donc des vérifications. Je fais allusion à deux fragments de lèvre de Belsh, dans la chora d’Apollonia, et de Leuca, provenant de contextes de la première moitié du vie s. av. J.-C., qui par leur morphologie pourraient appartenir au groupe « ionio-massaliète »57

  • 58 Bertucchi 1992, p. 37-51.
  • 59 Py 1980. Le type Py 1, actuellement datée entre la seconde moitié du vie et le premier quart du ve (...)
  • 60 Pour la caractérisation de ce cadre et pour la concordance entre les typologies de G. Bertucchi (19 (...)
  • 61 Pour quelques-unes de ces observations morphologiques, voir Slaska 1990, n. 20 et Albanese Procelli (...)
  • 62 Pour une présentation préliminaire des détails qui pourraient caractériser certaines productions : (...)

27Dans l’attente d’une meilleure définition des productions de cette série grecque occidentale archaïque, on a choisi d’utiliser ici la définition « ionio-massaliète » ou « grecque occidentale de forme 2 » pour désigner toutes les amphores typologiquement similaires mais dont la pâte est variable (à l’unique exception de celle de Marseille fortement micacée). Elles correspondent morphologiquement au type 1 de la classification de G. Bertucchi58 (fig. 17), sont munies de lèvres de types 1 (fig. 18,1), 2 (fig. 18,2) et 3 (fig. 18,3) de la classification de M. Py59 et leur chronologie renvoie à l’intervalle situé entre 540 et 475 av. J.-C.60. Ces amphores, bien que présentant un vaste éventail de variations morphologiques de détail, sont caractérisées par une lèvre traditionnellement définie « en bourrelet », rabattue et conservant parfois une cavité en forme de goutte visible en section, soulignée en bas par un mince ressaut, un col cylindrique, des anses en ruban épaissi, l’épaule fortement aplatie, le corps piriforme défini « en toupie », le pied cylindrique plein du type « en bouton » ou bien tronconique à la base plate ou légèrement concave61. Toutefois, nous ne disposons pas encore d’une classification typo-chronologique qui tienne compte des variantes morphologiques attribuables aux différents ateliers et de leur évolution précise62.

Fig. 17. Amphore massaliète archaïque

Fig. 17. Amphore massaliète archaïque

(d’après Py 1980, fig. 1, formel.a).

Fig. 18. Les trois premiers types de bords d’amphores massaliètes selon Py 1980, fig. 2. 1-3

Fig. 18. Les trois premiers types de bords d’amphores massaliètes selon Py 1980, fig. 2. 1-3

2.1. Centres de production

28En l’état actuel des études, l’opinion généralement acceptée est que les ateliers produisant cette série d’amphores étaient nombreux en Occident : à Marseille, mais aussi dans l’aire magno-grecque et peut-être sicéliote.

  • 63 Benoit 1965 et Villard 1960.
  • 64 Sourisseau 1998a.
  • 65 Reille-Abbas 1992.
  • 66 Pour ces considérations, voir Sourisseau 1997, I, p. 28-30 et Id. 1998 a.

29Pour ce qui concerne l’atelier de Marseille, on sait aujourd’hui qu’en plus de la production caractéristique à pâte micacée, certaines amphores de cette forme et constituées de la pâte « feldspathique », ou « non micacée » décrite par F. Benoit et Fr. Villard63, ont également été produites à Marseille. La découverte ancienne d’un four, en activité entre 540 et 500 av. J.-C. à l’emplacement de l’ancienne rue Négrel, accompagnée de nombreux rebuts de cuisson caractéristiques, tant dans le secteur de la rue Négrel que dans le secteur de la Bourse64, l’a montré, ainsi que les analyses pétrographiques menées sur ces objets bien des années plus tard65. Les amphores produites lors de cette période à Marseille sont caractérisées uniquement par des bords de type 1 et 2. Cette première production précède donc la fabrication, à partir de la fin du vie s. av. J.-C., des mêmes amphores en pâte micacée, mais qui portent des bords non seulement de type 1 et 2 mais aussi de type Py 366.

  • 67 Pelagatti 1982, p. 722, n. 117.
  • 68 Colonna 1985 ; Slaska 1990, p. 231 et n. 28 ; Albanese Procelli 1997b, p. 110-111 et n. 45-46, avec (...)
  • 69 Dans le secteur de la « stoa en U » de Locres : Lattanzi 1989, p. 560-561. Pour les analyses sur le (...)

30La question des centres de production non massaliètes se pose depuis de nombreuses années et c’est à P. Pelagatti que nous devons les premières remarques sur la diffusion importante de ces amphores de type « ionio-massaliètes » principalement dans l’aire tyrrhénienne67. Elle remarque alors leur apparition précoce et leur remarquable concentration, plus précisément sur les côtes tyrrhéniennes de Sicile, de Campanie et d’Étrurie méridionale. À partir de ces remarques, l’idée d’une production principalement tyrrhénienne des amphores du groupe « ionio-massaliète » a recueilli depuis longtemps l’accord des spécialistes68. L’état des connaissances a remarquablement progressé ces dernières années grâce aux contributions déjà mentionnées de M. Barra Bagnasco, qui a découvert un atelier de la production de Locres69, de V. Gassner, qui à partir du matériel de Vélia a mis en place un vaste programme d’analyses élargi à de nombreux centres de Grande Grèce, de G. Spagnolo, qui a travaillé sur le matériel de Messine et de Gela, et de J.-Chr. Sourisseau, qui a confirmé l’existence d’une production massaliète d’amphores de forme « ionio-massaliète » à pâte non micacée.

  • 70 Pour Locres : Barra Bagnasco 1992 ; Ead. 1993 ; Ead. 1995 ; Gassner 2003b, p. 189-191 ; Spagnolo 20 (...)

31L’ensemble de ces travaux et plus particulièrement les approches archéométriques ont permis de distinguer différents ateliers de production de la forme « ionio-massaliète » qui coïncident seulement en partie avec ceux du groupe « corinthien B archaïque ». C’est le cas pour Locres, Kaulonia, et les productions non identifiées de la Calabre et de la zone du détroit de Messine. En revanche, d’autres ateliers ne semblent avoir produit que la forme « ionio-massaliète ». C’est le cas des ateliers de Vélia, de Poséidonia, d’un centre lucanien non identifié mais proche de Vélia et de Poséidonia, de la zone du golfe de Naples et de Marseille70.

2.2. Contenu

  • 71 Morel 1990b, p. 283 ; Bertucchi 1992, p. 193-210, avec références aux sources anciennes ; Sourissea (...)
  • 72 Pour le contenu des amphores de Locres : Barra Bagnasco 1992, 227-228 ; Spagnolo 2002, p. 38, n. 81 (...)

32Compte tenu de la grande variété des centres de productions, et de la même manière que pour les amphores grecques occidentales de forme 1α, il apparaît difficile de généraliser la destination en termes de contenus de l’ensemble du groupe. Toutefois une tendance générale semble se dégager qui considère le vin comme le produit principal. En ce qui concerne Marseille par exemple, aux nombreuses sources attestant l’importance de la production vinicole locale s’ajoutent les très nombreuses observations de dépôts de substances résineuses visibles sur les parois internes des conteneurs71. On suppose une destination analogue pour les productions amphoriques de Locres et, en général, pour celle de la Grande Grèce et de la Sicile72.

2.3. Diffusion dans la Méditerranée occidentale

33Les amphores du groupe « ionio-massaliète » sont largement répandues en Occident mais il a été remarqué depuis longtemps que leur présence est particulièrement concentrée dans l’aire tyrrhénienne.

  • 73 Pour le fragment de lèvre de Belsh, déjà mentionné, voir Ceka 1983, p. 209, pl. III, 6. Pour Trepor (...)
  • 74 Du moins ceux qu’il est possible de distinguer sur la base des dessins publiés par M. G. Semeraro ( (...)

34Dans l’aire ionienne-adriatique, les découvertes d’amphores appartenant au groupe « ionio-massaliète » sont beaucoup moins nombreuses que celles du groupe voisin « corinthien B archaïque ». Il faut néanmoins signaler la possible présence d’au moins un fragment à Belsh, dans la chora d’Apollonia, de deux fragments à Treport sur la côte albanaise73, et d’autres dans le Salento, notamment à Leuca et à Ruffano74

  • 75 Pour Caulonia : Vandermersch 1989, p. 94-95 ; pour Locres : Barra Bagnasco 1992 ; pour Reggio de Ca (...)

35Le long du littoral ionien de la Calabre, des amphores « ionio-massaliètes » sont signalées à Caulonia, à Locres et à Reggio de Calabre75.

  • 76 Pour une liste détaillée des sites de Sicile et la bibliographie correspondante, voir Albanese Proc (...)
  • 77 Pour les amphores de Messine : Spagnolo 2002.
  • 78 Pour Punta Braccetto : Wilson 1988, p. 116 ; Parker 1992, n° 915, p. 346, map 11 ; Di Stefano 1995.
  • 79 Pour l’épave de Plemmirio : Wilson 1988, p. 115-116 ; Parker 1992, n° 835, p. 319-320, map 11.
  • 80 Sur les amphores du groupe « ionio-massaliète » de l’épave archaïque de Géla, en dernier lieu : Pan (...)

36La diffusion capillaire du groupe en Sicile a été soulignée par R. M. Albanese Procelli qui en signale la présence à Mylai, Himère, Palerme, Motyé, Sélinonte, Agrigente, Camarine, Mégara Hyblaea, Catane, Naxos, Lipari et dans de nombreux autres sites moins importants76. Plus récemment, sa présence a aussi été constatée à Messine77. Des amphores appartenant au groupe « ionio-massaliète » faisaient partie des cargaisons des épaves de Camarine-Punta Braccetto78, de Plemmirio79 et de Géla80.

  • 81 Colonna 1985, n. 23, avec la bibliographie de référence.
  • 82 Pour les amphores « ionio-massaliètes » en Campanie : Di Sandro 1981a ; Albore Livadie 1985, p. 139 (...)

37Ces amphores apparaissent relativement nombreuses le long de la côte tyrrhénienne méridionale avec les attestations de Vélia, Poséidonia81, Fratte, Pontecagnano, Vietri sul Mare, Vico Equense, Pompéi, Pithécusses et Cumes82.

  • 83 Sur les amphores « ionio-massaliètes » en Étrurie, voir Slaska 1990, avec références bibliographiqu (...)

38L’Étrurie méridionale a également fourni une documentation assez importante, notamment pour la seconde moitié du vie s. av. J.-C. Dans le territoire de Tarquinia, un exemplaire d’amphore du groupe « ionio-massaliète » est attesté dans la nécropole, quelques-uns proviennent de l’habitat et d’autres encore, en grand nombre, de l’aire sacrée de Gravisca. En ce qui concerne le territoire de Vulci, une amphore provient de la nécropole et plusieurs fragments de son port Regae. Caeré a restitué quelques exemplaires provenant de l’habitat et plusieurs fragments du sanctuaire de Pyrgi83

  • 84 Pour l’Île d’Elbe : Zecchini 1978, p. 103, pl. 22 ; Maggiani 1981, p. 188 et Zecchini 2001, pl. 57. (...)
  • 85 Milanese, Mannoni 1986, fig. 8, 6 ; Milanese 1987, p. 225, n° 601, fig. 100, 601 (type Py 1). Pour (...)

39La documentation de l’Étrurie du nord est incontestablement moins riche que celle du secteur méridional, mais des exemplaires d’amphores du groupe « ionio-massaliète » ont été signalés dans les îles d’Elbe et de Capraia, à Populonia et surtout à Pise et dans son arrière-pays, comme à Fossa Nera di Porcari le long de la vallée du Serchio et à San Rocchino di Massarosa sur la côte de la Versilia84. Plus au nord, en Ligurie, le groupe est documenté dans l’habitat de Gênes85.

  • 86 Sur la diffusion des amphores du groupe « ionio-massaliète » dans ce secteur, voir Nickels 1983 ; A (...)

40Dans le sud de la France les amphores du groupe « ionio-massaliète » sont présentes à Marseille, Saint-Pierre-lès-Martigues, Saint-Blaise, Agde, Le Cayla de Mailhac, Pech Maho, et dans les cargaisons des épaves de Bon Porté 1, du Dattier, de la Pointe Lequin 1A et de la Palud 286.

  • 87 Pour Lyon et son territoire, pour Bragny-sur-Saône et pour le Mont Lassois, voir la bibliographie c (...)
  • 88 Koehler 981,p. 453, n. 19, avec la bibliographie antérieure. Plus récemment, pour la Heuneburg : va (...)

41Dans l’Europe centro-septentrionale, les amphores du groupe « ionio-massaliète », avec celles de production massaliète de forme évoluée, semblent actuellement constituer les conteneurs de transport d’origine méditerranéenne les plus diffusés. Les découvertes sont concentrées en France, le long du cours du Rhône et de la Saône, par exemple à Lyon et Bragny-sur-Saône, mais également à Vix-Mont Lassois, à Salins-Le Camp du Château et à Bourges87. Relativement nombreuses sont les attestations de la Heuneburg, en Allemagne88.

  • 89 Pour Emporion, Aquilué Abadías et al. 2000, p. 333-334, fig. 40 ; pour le reste de la côte catalane (...)

42En péninsule ibérique, les découvertes d’amphores « ionio-massaliètes » concernent surtout la côte catalane, avec Emporion, La Cadira del Bisbe, Tarragone, El Puig Castellar de Santa Coloma de Gramenet, mais aussi la région de Valence, avec El Puig de la Nau, El Puig de la Misericòrdia et les gisements sous-marins d’El Cabanyal-Malvarrosa et de Las Rocas de las Barbadas89.

  • 90 Morel 1990c, p. 74, fig. 8 et Id. 1990a, notamment, p. 270-272.

43Enfin, le long des côtes méridionales de la Méditerranée occidentale, quelques exemplaires du groupe ont été trouvés à Carthage90.

Notes

1 On doit à V. Gassner (2003b, p. 179-182) et à J.-Chr. Sourisseau (2011) les propositions les plus récentes relatives à la caractérisation et à l’évolution morphologique de ces séries.

2 Pour la définition de ces deux types, voir Koehler 1981, p. 452-453, pl. 99 : d, e ; Ibid., p. 453-454, pl. 99 : f.

3 Whitbread 1995, p. 278-285, pour une discussion sur le sujet.

4 Sourisseau 2011.

5 Contrairement à la terminologie choisie antérieurement d’amphores « ionio-corinthienne » (Sacchetti 2005; Ead, 2010 ; Ead, 2011).

6 Koehler 1981, p. 452-454, pl. 99, a.

7 Pour certaines de ces observations relatives à la morphologie, voir Koehler 1981, p. 453 ; Slaska 1990, p. 231-232; Albanese Procelli 1997b, p. 111-113.

8 Koehler 1981, p. 453.

9 C’est le cas par exemple des sites du Salento, pour lesquels voir en dernier lieu Semeraro 1997. Pour une synthèse récente sur les présences d’amphores grecques occidentales archaïques en Grande Grèce, voir Savelli 2009, avec la liste des attestations et Sourisseau 2011.

10 Gassner 2003b ; Sourisseau 1993 et Sourisseau 2011, avec la bibliographie antérieure.

11 Pour la possible production de Sybaris : Sourisseau 1997, I. p. 95-96, Id. 2000, p. 140 ; Spagnolo 2002, p. 136 ; Sourisseau 2011. Voir néanmoins les réserves exprimées par V. Gassner (2003b, p. 186-188) sur cette attribution et sur la proposition de chercher l’atelier « sybarite » entre Crotone et Kaulonia. Sur l’atelier supposé de Caulonia, voir Gassner 2003b, p. 188-189. Pour Locres, voir Barra Bagnasco 1992, p. 208-211 ; Ead. 1993 ; Ead. 1995 ; Barone et al. 2002, p. 99-100 ; Spagnolo 2002, p. 37-38 ; Gassner 2003b, p. 189-191. Pour la zone du détroit de Messine, Gassner 2003b, p. 193-195.

12 Gassner 2003b, p. 193-195.

13 Docter sous presse.

14 Gassner 2003b, p. 185, n. 67 ; Ead. 2003a, p. 96, n. 18

15 Je tiens à remercier C. W. Neeft qui m’a donné la possibilité de consulter l’article de R. Docter encore sous presse.

16 Preka-Alexandri 1992.

17 Kourkoumélis-Rodostamos 1988.

18 Docter sous presse.

19 Koehler 1981, p. 452.

20 Pour Agde, Nickels 1990 et Nickels 1995, p. 61 ; pour Belsh, Ceka 1983, p. 209, pl. III, 4-5 ; pour Leuca, en dernier lieu, Semeraro 1997, n° 172 a-b, d-f ; pour Siris, Corchia, Pancrazzi, Tagliente 1982, p. 23, pl. 13, 9-10 et Berlingò 1986 ; pour Pithécusses, De Caro, Gialanella 1998, p. 343 ; pour Marseille, Sourisseau 1997, I, p. 92, n. 187 et Sourisseau 2011, p. 178, fig. 7 (attribution à une production sybarite).

21 Pour Marseille et Camarine, voir en dernier lieu Sourisseau 2011.

22 Sur ces découvertes, voir en dernier lieu Sourisseau 2011, avec bibliographie.

23 Pour ce programme, voir Pelagatti 1995, p. 407 et Sourisseau 2011, p. 175.

24 Sur l’ensemble de ces programmes, voir le bilan proposé dans Sourisseau 2011, p. 174 et suiv.

25 Les quelques fragments d’amphores de forme « corinthienne B » d’époque archaïque et du ve s. av. J.-C. de Phoinike sont encore inédits et ont été signalés dans la thèse de Doctorat d’Erika Vecchietti. Je remercie le prof. Sandro De Maria (Université de Bologne, Département d’Archéologie), qui avec Shpresa Gjongecaj (Institut Archéologique de Tirane) dirige la fouille de Phoinike, ainsi que Erika Vecchietti et Elisa Esquilini, qui ont exécuté des analyses sur les pâtes de ces amphores, de m’avoir montré les échantillons des argiles et permis de les confronter avec ceux dont je dispose.

26 Pour les fouilles de Phoinike, voir De Maria, Gjongecaj 2007, avec la bibliographie précédente.

27 Docter sous presse.

28 Sourisseau 2011.

29 Sur la riche documentation concernant les sites du Salento cités, voir en dernier lieu Semeraro 1997, p. 44, fig. 5 (Brindes), p. 55, n° 25-28, p. 61, n° 79 (Cavallino), p. 91-94, n° 171 a-f, 172 a-b, d-f, (Leuca), p. 105, n° 198-199 (Masseria Fano), p. 129, n° 253-254 (Muro Tenente), p. 154, n° 320, p. 156, n° 324 (Oria), p. 247, n° 919 a-d, p. 250, n° 942 a-d, 943, p. 251, n° 949 (Otrante), p. 255, n° 954 (Rocavecchia), p. 269-271, n° 979-983, 985-987, 992-993 (Ruffano), p. 277, n° 1010 (Torre dell’Orso), p. 277, n° 1011 (Torre San Giovanni), p. 279, n° 1030 a-d (Torre Santa Sabina), p. 285, n° 1058 (Valesio), p. 294, n° 1090, p. 302, n° 1129, 1132-1122 (Vaste).

30 Pour Corfou, voir Koehler 1981, p. 453 ; pour Selcë et Belsh : Ceka 1983, p. 209, pl. III, 4-5 ; pour Margëlliç : Ceka 1986 ; pour Treport : Bereti 1992.

31 Pour Siris-Policoro, Spagnolo 2002, p. 34, n. 40, avec bibliographie. Pour Sybaris, Gassner 2003b, p. 187-188, avec références bibliographiques. Pour Caulonia, Vandermersch 1989, p. 94-95. Pour Locres, Barra Bagnasco 1992, n° 184, p. 210-231 et Gassner 2003b, p. 190.

32 Pour Camarine, en dernier lieu, Sourisseau 2011 ; pour Naxos, Lentini, Savelli, Blackman 2009, avec bibliographie ; pour Messine, Spagnolo 1999 et Ead. 2002 ; pour Mylae, Tigano 2002, p. 69 ; pour Himère et Géla, Spagnolo 2002, p. 34, note 40, avec références bibliographiques.

33 Sur l’épave de Plemmirio, datée vers le milieu du vie s. av. J.-C., Wilson 1988, p. 115-116 ; Parker 1992, n° 835, p. 319-320, map 11.

34 Sur l’épave archaïque de Géla, datée du premier quart du ve s. av. J.-C., voir : Freschi 1991 ; Panvini 1991 ; Parker 1992, n° 441, p. 188-189, map 11 ; Panvini 1993 ; et en dernier lieu, Panvini 2001, notamment p. 72-73, pl. XXIV. 140-141 (amphores définies respectivement comme « ionio-massaliètes » et « gréco-occidentales », mais probablement toutes les deux à rattacher au groupe « corinthien B archaïque »).

35 Sur les épaves du Cap d’Ognina, voir : La Fauci 2002, avec un tableau de correspondance entre l’ancien et le nouveau système de dénomination des nombreuses épaves trouvées dans la zone.

36 Pour Pithécusses, Di Sandro 1986, p. 34-38 ; pour Cumes, Savelli 2006, p. 118-120 ; pour Nocera, Albore Livadie 1985, p. 139 ; pour Agropoli, Piano di Sorrento et Fratte, on consultera le tableau de distribution des exemplaires trouvés en Campanie dans Savelli 2006, p. 118, avec bibliographie.

37 Albore Livadie 1985, p. 139.

38 Sur les nécropoles de Caeré et de Tarquinia, voir Boitani 1985, p. 25 ; sur les contextes d’habitat des deux centres, on consultera respectivement Boss 1993, p. 325-327 et Scotti 1986, p. 171 ainsi que Scotti 1999, p. 269-270 ; pour Pyrgi, Colonna 1985, p. 10 ; pour Gravisca, Slaska 1985, p. 19.

39 Savelli sous presse.

40 Pour La Liquière, Py 1990, p. 534. Pour Agde, Nickels 1990 et Nickels 1995, p. 61. Pour Le Cayla de Mailhac et Pech Maho, voir : Gailledrat, Taffanel et Taffanel 2002, p. 176, fig. 153, 1-2 et Gailledrat, Solier 2004, p. 333. Pour les autres découvertes du sud de la France ; Sourisseau 1997, l, p. 91.

41 Van den Boom 1990, p. 263-266, notamment, fig. 3, 8. Plus récemment, van den Boom, Pape 2000. À propos de ces présences, voir aussi Morel 1995, p. 351, 361 et Albanese Procelli 1997b, p. 116 et n. 56. La diffusion des amphores grecques en Europe centrale est en cours d’étude dans le cadre du projet européen AGAME (Archaic and classical Greek Amphoras in north-western Mediterranean area and central Europe : diffusion, origin and contents) (FP7-PEOPLE-2009-IEF) - F. Sacchetti.

42 Pour Emporion, Aquilué Abadías et al. 2000, p. 333, fig. 40 ; pour Illa d’en Reixac (Ullastret, près de Girona), Rouillard 1991, p. 173 ; pour Cala Sant Vicenç, Santos Retolaza 2008.

43 Morel 1990c, p. 75.

44 Parmi les premiers à dénoncer le caractère ambigue de la terminologie utilisées et à souhaiter qu’on parvienne à une plus grande clarté à ce sujet, on rappellera le rôle joué par P. Pelagatti (Pelagatti 1978 ; Pelagatti 1982, p. 722, n. 115) et, pour un véritable débat, les réflexions de M. Gras (voir notamment Gras 1987, p. 44-45, et Gras 1996). Voir également, dans le même état d’esprit, Albanese Procelli 1997b, p. 110. Malgré cela, ce groupe continue d’être souvent assimilé au groupe des amphores « corinthiennes B archaïques » par l’usage indistinct d’appellations globalisantes très imprécises (souvent les fameuses « amphores ioniennes » ).

45 Gassner 2003b.

46 Sourisseau 1993.

47 Sourisseau 2011.

48 Sur l’origine de la définition, voir Morel 1990b, p. 283, n. 6.

49 L’idée d’une attribution du groupe à l’aire grecque orientale a été proposée par Fr. Villard (1960, p. 50).

50 Sur les indices historiques et archéologiques qui ont conduit à considérer Vélia comme une cité productrice d’amphores, voir Gras 1987, p. 44 ; Morel 1988 ; Gras 1996, p. 134.

51 Pour l’hypothèse, désormais dépassée, d’un prototype phocéen, voir Gras 1987, p. 44. Pour l’hypothèse d’un lien morpho-stylistique avec un éventuel prototype milésien, Id. 1996, p. 130-133, 137.

52 La non définition de types d’amphores grecques occidentales est très tôt apparue comme un problème, notamment dans les travaux de C. G. Koehler, à propos des amphores qualifiées de « ionian » et qui constituaient une difficulté majeure pour la définition claire de la production supposée corinthienne de type B (Koehler 1981). Remarques allant dans le même sens dans les travaux de M. Gras (Gras 1978, p. 175-176 ; Id. 1987, p. 44 ; et Id. 1996, p. 130).

53 Py 1980, p. 1-2, fig. 1. Cette forme « à panse en toupie et col cylindrique » est dite 1 car il s’agit de la forme la plus ancienne des amphores massaliètes, bien que sa caractérisation par les spécialistes soit, elle, tardive. Elle n’est pas signalée dans la première classification des amphores massaliètes de F. Benoît (Benoît 1955, p. 32-43 et Id. 1965, p. 182-185), où elle correspond cependant au type appelé « feldspathique » dont la forme n’était pas précisée. On la trouve, en revanche, dans les travaux postérieurs : Liou 1975 ; Joncheray 1976b ; Wallon 1979.

54 Py 1980, p. 1-3, notamment n. 17 pour la description des pâtes identifiables comme marseillaises. Pour les pâtes des amphores de Marseille, voir aussi : Benoît 1955 ; Id. 1965, p. 182-185 ; Bats 1990a, p. 289 ; Bertucchi 1992, p. 42-43. à ce sujet, notamment pour le cas de la production archaïque, Reille-Abbas 1992, et Sourisseau 1998a.

55 Pour le débat sur les « ionio-massaliètes » voir notamment Bats 1990c, Id. 1990a, Morel 1990b et Slaska 1990.

56 Récemment caractérisées par J.-Chr. Sourisseau (2011).

57 Pour Belsh, voir Ceka 1983, p. 209, pl. III, 6 ; pour Leuca, en dernier lieu, Semeraro 1997, p. 94, n° 172 c, avec bibliographie.

58 Bertucchi 1992, p. 37-51.

59 Py 1980. Le type Py 1, actuellement datée entre la seconde moitié du vie et le premier quart du ve s. av. J.-C., est caractérisé par le profil arrondi obtenu par un repli de la paroi du col vers l’extérieur. Cette technique entraîne la formation d’une cavité en forme de goutte plus ou moins accentuée visible en section. Immédiatement au-dessous de la lèvre, on remarque généralement un ressaut en forme de cordonnet. Ce type de lèvre est généralement défini « en bourrelet gonflé » et est le plus caractéristique du groupe « ionio-massaliète ». Le type Py 2 se distingue du type 1 par son profil moins gonflé et par un aplatissement du sommet, qui devient plus ou moins oblique vers l’extérieur. Dans le type 2 aussi on peut voir en section la cavité caractéristique et au-dessous le ressaut en forme de cordonnet. Il est caractéristique de la première moitie du ve. Le type Py 3 présente un profil allongé et assez arrondi, bien que quelques-unes de ses variantes aient le sommet aplati et oblique vers l’extérieur. On trouve ce dernier type de lèvre associé, non seulement avec des amphores de forme Bertucchi 1, mais aussi de forme Bertucchi 2 et il est attesté uniquement dans la version à pâte micacée typique de la production de Marseille. Bien que déjà présent dans des contextes du premier quart du ve s. av. J.-C., ses attestations sont plus fréquentes dans le courant du deuxième quart du siècle.

60 Pour la caractérisation de ce cadre et pour la concordance entre les typologies de G. Bertucchi (1990 et 1992) et de M. Py (1980), voir notamment Bats 1990c, p. 10 et Id. 1990a, p. 289-290. La même position est également exprimée par M. Slaska (1990, p. 231).

61 Pour quelques-unes de ces observations morphologiques, voir Slaska 1990, n. 20 et Albanese Procelli 1997b, p. 113.

62 Pour une présentation préliminaire des détails qui pourraient caractériser certaines productions : Gassner 2003b et Ead. 2003a. Pour une synthèse partielle de la diffusion des différentes productions dans le cadre de la Grande Grèce, voir Savelli 2009. Sur ce point, voir également Sourisseau 2011.

63 Benoit 1965 et Villard 1960.

64 Sourisseau 1998a.

65 Reille-Abbas 1992.

66 Pour ces considérations, voir Sourisseau 1997, I, p. 28-30 et Id. 1998 a.

67 Pelagatti 1982, p. 722, n. 117.

68 Colonna 1985 ; Slaska 1990, p. 231 et n. 28 ; Albanese Procelli 1997b, p. 110-111 et n. 45-46, avec une description de l’examen visuel des pâtes attestées en Sicile et les hypothèses sur les différentes aires de production, dont une doit probablement être située dans l’espace sicéliote ou en tout cas sud tyrrhénien.

69 Dans le secteur de la « stoa en U » de Locres : Lattanzi 1989, p. 560-561. Pour les analyses sur les pâtes et l’identification d’une production locale : Barra Bagnasco 1992, p. 208-211 ; Ead. 1993 ; Ead. 1995. Pour une description des pâtes locriennes, voir Albanese Procelli 1997b, n. 45.

70 Pour Locres : Barra Bagnasco 1992 ; Ead. 1993 ; Ead. 1995 ; Gassner 2003b, p. 189-191 ; Spagnolo 2002, p. 37-38 ; Barone et al. 2002, p. 99-100. Pour les productions de Kaulonia : Gassner 2003b, p. 188-189. Pour les productions non identifiées de la Calabre et pour celles de l’aire du détroit de Messine : Gassner 2003b, p. 193-195. Pour Vélia : Gassner 2003b, p. 195-197 et Ead. 2006, p. 497-501, fig. 7. Pour Poséidonia : Gassner 2003b, p. 197-201. Pour les centres non identifiés près de Poséidonia et de Vélia et pour l’aire du Golfe de Naples, voir respectivement : Gassner 2003b, p. 201-201 et Ibid. p. 202-203. Pour la production massaliète archaïque : Sourisseau 1998a, avec bibliographie.

71 Morel 1990b, p. 283 ; Bertucchi 1992, p. 193-210, avec références aux sources anciennes ; Sourisseau 1997, I, p. 34, pour les données concernant les résidus de nature résineuse provenant des fouilles de Marseille.

72 Pour le contenu des amphores de Locres : Barra Bagnasco 1992, 227-228 ; Spagnolo 2002, p. 38, n. 81. Plus généralement sur ce sujet : Colonna 1985, p. 10, n. 25, avec de nombreuses références aux sources ; Morel 1988 ; Vandermersch 1994, notamment p. 60, avec références bibliographiques ; Gras 1996, p. 134.

73 Pour le fragment de lèvre de Belsh, déjà mentionné, voir Ceka 1983, p. 209, pl. III, 6. Pour Treport : Bereti 1992, pl. II.29-30.

74 Du moins ceux qu’il est possible de distinguer sur la base des dessins publiés par M. G. Semeraro (1997, p. 94, n° 172 c, et p. 271, n° 991).

75 Pour Caulonia : Vandermersch 1989, p. 94-95 ; pour Locres : Barra Bagnasco 1992 ; pour Reggio de Calabre : Gassner 2003, p. 192.

76 Pour une liste détaillée des sites de Sicile et la bibliographie correspondante, voir Albanese Procelli 1997, p. 416-420.

77 Pour les amphores de Messine : Spagnolo 2002.

78 Pour Punta Braccetto : Wilson 1988, p. 116 ; Parker 1992, n° 915, p. 346, map 11 ; Di Stefano 1995.

79 Pour l’épave de Plemmirio : Wilson 1988, p. 115-116 ; Parker 1992, n° 835, p. 319-320, map 11.

80 Sur les amphores du groupe « ionio-massaliète » de l’épave archaïque de Géla, en dernier lieu : Panvini 2001, p. 72, pl. XXIII.138, XXIV. 139.

81 Colonna 1985, n. 23, avec la bibliographie de référence.

82 Pour les amphores « ionio-massaliètes » en Campanie : Di Sandro 1981a ; Albore Livadie 1985, p. 139-140 ; Di Sandro 1990. Pour publication récente d’amphores « ionio-massaliètes » à Vélia et à Cumes, voir respectivement : Gassner 2003 et Savelli 2006, p. 120-121.

83 Sur les amphores « ionio-massaliètes » en Étrurie, voir Slaska 1990, avec références bibliographiques. À cette contribution fondamentale il faut ajouter, pour Tarquinia : Scotti 1986, p. 171 et Ead. 1999, p. 271-272 ; pour Caeré, Boss 1993, p. 328-332.

84 Pour l’Île d’Elbe : Zecchini 1978, p. 103, pl. 22 ; Maggiani 1981, p. 188 et Zecchini 2001, pl. 57. 4. Pour l’Île de Capraia : Pancrazzi 1982, p. 342, fig. 3.28. Pour Populonia : Romualdi 1993, p. 604-606. Pour Pise : Pancrazzi 1982, p. 338-339 ; Ead. 1993 ; Massa 1993, p. 370. Pour Fossa Nera di Porcari : Ciampoltrini 1994, p. 77, fig. 9.3. Pour San Rocchino di Massarosa : Maggiani 1990b, p. 92, n° 45, fig. 42.

85 Milanese, Mannoni 1986, fig. 8, 6 ; Milanese 1987, p. 225, n° 601, fig. 100, 601 (type Py 1). Pour les attributions à une production massaliète spécifique d’époque tardo-archaïque : Milanese 1987, p. 225, n° 599-600, fig. 100, 599-600 (type Py 2), et p. 260, n° 762, fig. 112, 762 (type Py 3). Sur la diffusion des amphores proprement massaliètes en Ligurie : Milanese 1990.

86 Sur la diffusion des amphores du groupe « ionio-massaliète » dans ce secteur, voir Nickels 1983 ; Arcelin 1990, notamment p. 199-201 ; Bats 1990b, notamment p. 210-211. Sur l’origine marseillaise de beaucoup d’exemplaires i Bats 1990a, p. 289, avec bibliographie. Sur la possibilité d’une provenance magno-grecque ou sicéliote d’une partie des amphores du groupe « ionio-massaliète » trouvées en Gaule méridionale : Morel 1995, p. 351, 361. Révision récente de la documentation en Provence et des épaves de la côte méridionale de la Gaule : Sourisseau 1997, l, p. 25-26. Pour Agde i Nickels 1990. Pour le Cayla de Mailhac i Gailledrat, Taffanel et Taffanel 2002, p. 83, fig. 74, 11-14, p. 176, fig. 153, 4-14, et fig. 154. Pour Pech Maho : Gailledrat, Solier 2004, p. 333.

87 Pour Lyon et son territoire, pour Bragny-sur-Saône et pour le Mont Lassois, voir la bibliographie citée dans Lüscher 1996, p. 348-351 ; pour Bourges : Sourisseau, Tichit 2007, p. 261-262 ; pour le Camp du Château : Kimmig 1983, et Villard 1988, p. 337, fig. 2. De nombreux signalements d’amphores dites « massaliètes » d’époque archaïque devront être vérifiés. Sur ce sujet le programme européen AGAME (Archaic and classical Greek Amphoras in north-western Mediterranean area and central Europe : diffusion, origin and contents) (FP7-PEOPLE-2009-lEF) - F. Sacchetti, est en cours.

88 Koehler 981,p. 453, n. 19, avec la bibliographie antérieure. Plus récemment, pour la Heuneburg : van den Boom 1990, p. 263-266, et van den Boom, Pape 2000.

89 Pour Emporion, Aquilué Abadías et al. 2000, p. 333-334, fig. 40 ; pour le reste de la côte catalane : Alaminos et al. 1991, p. 282-283 ; pour El Cabanyal-Malvarrosa i Fernández, Gomez, Ribera 1988, p. 320-321, fig. 4 ; pour les autres sites du secteur de Valence : Oliver Foix, Gusi Jener 1991, p. 206 (fragments souvent attribués à une production proprement massaliète).

90 Morel 1990c, p. 74, fig. 8 et Id. 1990a, notamment, p. 270-272.

Table des illustrations

Titre Fig. 15. Amphore du groupe « corinthien B archaïque » ou grecque occidentale de forme 1α.
Légende Milazzo, nécropole méridionale, Tombe 15, inv. 16440
Crédits (d’après Tigano 2000, p. 69).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 16. Amphore du groupe « ionio-massaliète ou grecque occidentale de forme 2 ».
Légende Milazzo, nécropole méridionale, Tombe 41, inv. 16441
Crédits (d’après Tigano 2000, p. 71).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1250/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 17. Amphore massaliète archaïque
Crédits (d’après Py 1980, fig. 1, formel.a).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1250/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 18. Les trois premiers types de bords d’amphores massaliètes selon Py 1980, fig. 2. 1-3
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1250/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 11k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search