Version classiqueVersion mobile

Les amphores grecques dans le nord de l’Italie

 | 
Federica Sacchetti

Première partie. Bilan des études sur les amphores grecques des époques archaïque et classique

Chapitre 1. Les amphores corinthiennes et de type corinthien

Texte intégral

  • 1 Bien que quelques contributions des années 1930 distinguent déjà les deux formes principales suppos (...)

1La cité de Corinthe a vu naître et se développer une importante production d’amphores au sein de laquelle, dès les années 1930, on a cru pouvoir distinguer deux formes distinctes, distinction reprise et formalisée par C. G. Koehler, à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Ces deux formes sont connues sous l’appellation Corinthian A et Corinthian B1.

  • 2 Pour les études publiées par l’école Américaine d’Athènes, à part les ouvrages déjà cités (cf. n. 9 (...)
  • 3 Grace 1953, p. 108-109, n° 164-166.

2C’est donc essentiellement à l’école Américaine que nous devons les travaux typo-chronologiques pionniers sur ces productions et leur attribution à Corinthe ; à leurs résultats se sont ajoutées, plus récemment, les contributions de l’école Britannique d’Athènes dans le domaine des analyses physico-chimiques2. L’impulsion donnée par V. Grace a eu une suite remarquable à travers les études de C. G. Koehler, qui ont progressé grâce aux fouilles menées à Corinthe par l’école Américaine à la fin des années 1970 et notamment à la découverte du Punic Amphora Building, où on a découvert non seulement de nombreuses amphores importées du ve s. av. J.-C., mais aussi plusieurs amphores qui furent considérées de production locale. Sur la base de l’étude morphologique et de l’examen visuel de la pâte des amphores appartenant à cette production locale, C. G. Koehler a proposé l’existence de trois séries qu’elle a appelées Type A, Type A’ et Type B. Les trois séries peuvent être réduites à deux familles de formes principales, le groupe dit des Corinthian A et celui dit des Corinthian B, bien distinctes par leur morphologie, mais dont la production serait en partie contemporaine. Alors que la production locale de la forme A n’a jamais été discutée, puisqu’elle s’intègre parfaitement dans la tradition céramique de Corinthe, tant d’un point de vue morphologique que pour les caractéristiques de la pâte, l’attribution à la même cité de la production de la forme B, objet de nombreuses études et de débats scientifiques complexes, a été mise en doute par V. Grace la première, qui proposait déjà, plusieurs années avant les études approfondies de C. G. Koehler, de la rattacher à la colonie corinthienne de Corcyre3. Cette forme constituerait donc un type pour partie « extra-régional » car, tout en reconnaissant à Corinthe une production d’amphores de forme B, on sait aujourd’hui qu’il existe des éléments nombreux et de natures différentes qui montrent que ces amphores ont été produites par plusieurs centres de fabrication connus (probablement Corcyre) ou encore non identifiés. Corinthe serait donc la seule cité grecque de l’aire égéenne qui ait été productrice en même temps d’une forme amphorique « locale » et d’une forme de nature « extra-régionale ».

3Dans l’arc chronologique retenu par notre étude, les deux formes et les trois séries d’amphores attribuées par C. G. Koehler à la ville de Corinthe – c’est-à-dire la forme « locale », dans les deux séries A et A’, et la forme « extra-régionale » B – étaient toutes en phase de production.

4Dans les paragraphes qui suivent nous présenterons une synthèse des études typologiques et chronologiques concernant chacune des trois séries d’amphores actuellement attribuées à la cité de Corinthe, suivie par la description de la pâte et de la discussion relative aux lieux de production.

1. Les amphores de type corinthien A et A’

1.1. Le type A

  • 4 Koehler 1981, p. 454, 457 ; Ead. 1992, p. 269-270 et n. 13 ; Lawall 1995, p. 61.
  • 5 Morter, Leonard 1998. Sur plus d’une trentaine d’amphores corinthiennes signalées dans les nécropol (...)

5Les amphores corinthiennes de type A constituent la série la plus ancienne des productions corinthiennes car leur fabrication commence dès le milieu du viiie s. av. J.-C. et se poursuit sans interruption jusqu’à la fin du ive ou le début du iiie s. av. J.-C. Les exemplaires les plus archaïques d’amphores corinthiennes A proviennent de Corinthe et des nécropoles anciennes de Sicile et de Grande Grèce, notamment Métaponte, Géla ou Camarine. Elles étaient encore très largement exportées entre la fin du vie et la première moitié du ve s. av. J.-C., comme le montrent les nombreux exemplaires répertoriés notamment en Méditerranée occidentale. à partir du milieu du ve s. av. J.-C., en revanche, C. G. Koehler suppose une sensible diminution des exportations et donc probablement de la production du type A, car la plupart des exemplaires connus des ve et ive s. av. J.-C. proviennent de contextes corinthiens4. Les découvertes récentes des nécropoles des ve et ive s. dans la chora de Métaponte confirment cette hypothèse, puisque la plupart des amphores recueillies dans cette nécropole sont de type A’5

  • 6 Sur la genèse et le développement de ces amphores durant la période géométrique, voir : Pfaff 1988, (...)

6L’étude de la morphologie des amphores du type A, qui s’inscrit parfaitement dans la tradition morphologique des Storage jars géométriques locales6, a permis de définir une évolution typologique générale sur la base de laquelle il est possible de déterminer la datation des différentes variantes. Si nous ne disposons pas encore d’une véritable séquence typo-chronologique précise pour les périodes les plus anciennes de la production (viiie-viie s. av. J.-C.), l’évolution de la forme A, à partir du début du vie s. av. J.-C. et jusqu’à la disparition des exemplaires de ce type, est désormais beaucoup plus articulée et ancrée à une chronologie plus resserrée. Les données archéologiques à notre disposition montrent que le développement de la forme A ne se présente pas de manière tout à fait linéaire. Ce développement a dû consister en une évolution lente et continue, caractérisée aussi par la coexistence de plusieurs types et variantes, à l’intérieur de laquelle il est parfois difficile de distinguer un schéma évolutif progressif et une articulation chronologique précise. L’ancrage à des chronologies mieux définies des types et des variantes actuellement identifiés devrait nous permettre à l’avenir, soit de reconnaître une plus grande continuité de développement de la série ou bien, au contraire, de confirmer l’existence de formes différentes mais contemporaines, peut-être attribuables à la production de différents ateliers locaux.

1.1.1. Bilan des études

  • 7 Pour quelques exemplaires d’amphores corinthiennes de type A du viie s. av. J.-C., voir : Koehler 1 (...)

7Les conteneurs les plus anciens, datables du milieu du viiie et du courant du viie s. av. J.-C., sont assez facilement reconnaissables par leur forme trapue et massive. Ils présentent un profil de forme globulaire se rétrécissant assez graduellement vers le fond. Dans les exemplaires datables avant le milieu du vie s. av. J.-C., le pied ne se distingue pas nettement de la panse et présente une forme arrondie d’un diamètre considérable, il est creux à l’intérieur et aplati au-dessous. Les diamètres de l’embouchure et du col de ces amphores sont également remarquables. Le col, de forme cylindrique, est encore court, ainsi que les anses verticales qui présentent une courbure plus ou moins accentuée. Elles présentent une section ronde et sont implantées, en bas, sur l’épaule fuyante et, en haut, légèrement au-dessous d’une lèvre lourde. La lèvre est caractérisée par une forme à marli saillant, horizontale, au sommet plat, au bord extérieur mouluré ou émoussé et à section carrée ou, plus rarement, trapézoïdale7.

  • 8 Pour Métaponte et Géla et les attestations de la fin viiie-milieu viie s. av. J.-C., voir : Koehler (...)
  • 9 Pour la seconde moitié du viie s. av. J.-C. : Koehler 1978a fig. 1.a ; Ead. 1981, pl. 98.c ; Ead. 1 (...)
  • 10 Pour la fin du viie et pour le vie s. av. J.-C. : Koehler 1981, p. 451-452, pl. 98.c-e.
  • 11 Sourisseau 2006.

8La chronologie du début de série des amphores corinthiennes A, tout comme la séquence chronologique au cours de l’époque archaïque, est illustrée par les exemplaires trouvés dans les principaux contextes d’utilisation de ces produits dans la période de l’expansion du commerce corinthien vers l’Occident. Les plus anciens produits manufacturés (fig. 1) sont en effet attestés à l’intérieur des sépultures des côtes sud-orientale et centrale de Sicile et de Grande Grèce, notamment à Métaponte et à Géla, où entre la fin du viiie et le milieu du viie s. av. J.-C. ils étaient remployés comme urnes cinéraires ou pour la pratique funéraire de l’enchytrismos8. Des exemplaires du troisième et du dernier quart du viie s., qui témoignent d’après C. G. Koehler d’un premier stade évolutif de la forme (fig. 2), ont été trouvés dans un contexte de Corinthe, l’Anaploga Well9, et pour le vie s. av. J.-C.10, les nombreux exemplaires de la nécropole de Rifriscolaro permettent aujourd’hui d’appréhender l’évolution typo-chronologique de la série jusqu’au début du ve s. av. J.-C.11.

Fig. 1. Amphore de type corinthien A.

Fig. 1. Amphore de type corinthien A.

Metaponto ( ?)

(D’après Koehler 1981, pl. 98.b).

Fig. 2. Amphore de type corinthien A.

Fig. 2. Amphore de type corinthien A.

Corinthe, inv. C-62-644

(d’après Koehler 1978a, fig. 1.a).

  • 12 Koehler 1981, p. 451, n. 10, et Ead. 1992, n. 9.
  • 13 La classification typo-chronologique proposée par J.-Chr. Sourisseau, comme il l’a lui-même indiqué (...)

9Le fort potentiel du matériel de la nécropole de Rifriscolaro à Camarine pour la définition de la séquence typo-chronologique des amphores corinthiennes A du vie s. av. J.-C., déjà souligné en son temps par C. G. Koehler12, à permis à J.-Chr. Sourisse au de fournir une importante contribution à la sériation typologique de la classe au cours de l’époque archaïque, surtout pour le vie s. av. J.-C. : six types, dont un est subdivisé en trois variantes, situés entre le début du vie et le début du ve s. av. J.-C. ont été caractérisés13.

  • 14 Sourisseau 2006, p. 135, fig. 2, 8. Le type correspond à Koehler 1979, pl. 1, n° 1-4, et Ead. 1981, (...)

10Le type 1 de Camarine-Rifriscolaro (fig. 3, type 1) est défini comme un conteneur au profil général sphérique mais légèrement allongé dans sa partie inférieure. Il présente une lèvre du type à marli, dont le sommet est légèrement arrondi et convexe, la face inférieure rectiligne et à peu près horizontale, le profil extérieur vertical ou légèrement concave et l’épaisseur plus ou moins accentuée à la jonction avec le col. Le col présente une hauteur inférieure par rapport à sa largeur et se rétrécit vers le haut en prenant une forme tronconique. Les anses, massives et de section ronde, sont implantées immédiatement au-dessous du bord et retombent sur l’épaule près de la jonction avec le col, ce qui peut leur donner par conséquent un profil légèrement rentrant. La panse, sphérique, se rétrécit vers le fond et se termine en un large pied de forme cylindrique, creux à l’intérieur, aplati au-dessous et avec un profil extérieur marqué par une légère inflexion carénée14.

Fig. 3. Tableau typo-chronologique des amphores corinthiennes A de la nécropole de Camarina-Rifriscolaro

Fig. 3. Tableau typo-chronologique des amphores corinthiennes A de la nécropole de Camarina-Rifriscolaro

(d’après Sourisseau 2006, fig. 8).

  • 15 Sur cet aspect, voir la mise au point récent de P Pelagatti (2006) et de C. W. Neeft (2006) sur la (...)
  • 16 Pour une liste d’amphores attribuables à ce type et datées entre le second et le dernier quart du v (...)
  • 17 Sourisseau 2006, p. 142.

11Le type, correspondant aux plus anciens exemplaires décrits par C. G. Koehler et qu’elle date du viie s. av. J.-C., pourrait avoir connu, d’après J.-Chr. Sourisseau, une utilisation jusqu’aux premières années du vie s. av. J.-C. Ainsi, en plus des exemplaires de la nécropole de Camarine où, conformément à la date de fondation traditionnelle (598 av. J.-C.), on ne connait pas de matériel antérieur au début du vie s. av. J.-C.15, une lèvre qu’on peut assimiler à cette forme a été trouvée dans les fouilles de Marseille, également fondée vers 600 av. J.-C.16. Une séquence chronologique plus articulée des amphores qu’on peut rattacher à ce type dans le courant du viie s. av. J.-C., ainsi qu’une éventuelle définition morphologique d’un ou de plusieurs sous-types du début du vie s. sont cependant impossibles à déterminer en l’état actuel17.

  • 18 Sourisseau 2006, p. 135-137, fig. 3, 8. Le type correspond à Koehler 1979 pl. 1, n° 6, pl. 2, n° 9- (...)

12Le type 2 de Camarine-Rifriscolaro (fig. 3, type 2) est un conteneur de forme encore sphérique mais qui se rétrécit davantage vers le fond. La lèvre à marli présente une section quadrangulaire avec un profil extérieur concave ; le sommet de la lèvre horizontal ou légèrement rentrant est caractérisé par un chanfrein aussi bien à l’extrémité interne que, plus souvent, à l’extrémité externe, et la surface inférieure légèrement concave présente un angle extérieur souvent saillant. Le col, large, est massif et de forme cylindrique. Les anses présentent, selon l’endroit, un épaississement ou un aplatissement, ce qui leur donne une double section : circulaire dans la partie inférieure et elliptique dans la partie supérieure. Elles se rattachent au col juste au-dessous de la lèvre, avec un resserrement évident de leur section. Le pied, toujours de forme cylindrique, creux à l’intérieur et aplati au-dessous, est moins large que dans le type précédent et présente un profil arrondi en bas et caréné en haut18.

  • 19 Pour une liste de ces attestations les plus archaïques, Sourisseau 2006, p. 136-137, n° 37-39.
  • 20 Sourisseau 2006, p. 136-137, n. 40 ; Koehler 1981, p. 451, n. 11, pl. 98, c ; Ead. 1992, n. 9, pl. (...)

13Le début de la production de ce type, déjà défini par C. G. Koehler comme une première évolution morphologique de la forme A, est attesté à Corinthe peu avant le milieu du viie s. av. J.-C. et, dans les contextes de référence les mieux documentés en Occident, quelques amphores de ce type sont datées de la deuxième moitié du siècle19. Le matériel de Camarine permet de fixer la limite chronologique la plus basse de la production de ce type au premier quart du vie s. av. J.-C., en accord avec la chronologie proposée par C. G. Koehler et compte tenu des associations observées avec la céramique corinthienne20.

  • 21 Sourisseau 2006, p. 137-138, fig. 4, 8. Le type correspond à Koehler 1979 pl. 3, n° 20, et Ead. 198 (...)

14Le type 3 de Camarine-Rifriscolaro (fig. 3, type 3) correspond à un conteneur de forme sphérique, massive et assez trapue, dont la largeur maximale est souvent situé au niveau de l’épaule. La lèvre, du type à marli, présente une section quadrangulaire plutôt allongée et est caractérisée par une légère inclinaison vers l’extérieur. Le sommet de la lèvre peut donc présenter un profil légèrement convexe avec, à ses extrémités de petits chanfrein ou, au contraire, un léger épaississement au niveau du col. Le bord extérieur de la lèvre est convexe de manière moins accentuée et son épaisseur est sensiblement inférieure par rapport au type précédent. Le col, de forme cylindrique, est large et sa hauteur souvent inférieure à sa largeur. Pour les anses, de possibles variations ont été observées : dans certains cas, elles présentent, dans la partie supérieure, un épaississement lié à un écrasement latéral, ce qui leur confère, comme dans le cas du type précédent, une double section ronde et elliptique. Elles ont cependant une courbure moins accentuée, et donc un profil plus rectiligne. Elles sont généralement implantées, dans la partie haute, juste contre la surface inférieure de la lèvre. Dans d’autres cas, les anses conservent leur section ronde ainsi qu’un profil plus courbe et sont implantées, en haut, sous la lèvre. Le pied cylindrique, creux à l’intérieur et plat au-dessous, présente un profil caréné relativement bas21.

  • 22 Koehler 1981, p. 452, pl. 98.d ; Sourisseau 2006, p. 138.

15La chronologie de ce type, généralement daté entre la fin du premier et le deuxième quart du vie s. av. J.-C. d’après le travail de C. G. Koehler, a été récemment confirmée et précisée sur la base des contextes de Camarine. Dans la nécropole de Rifriscolaro, en l’état actuel, cette forme n’est jamais attestée en association avec du matériel datable du premier ou du dernier quart du vie s. av. J.-C., ce qui laisse supposer une diffusion entre 580/570 et 550/540 av. J.-C.22.

  • 23 La plus grande finesse des amphores du type 4 a été observée notamment pour les variantes 4B et 4C. (...)

16Le type 4 de Camarine-Rifriscolaro (fig. 3, type 4A-C) présente une réduction des dimensions et une finesse des parois ainsi que des détails morphologiques dénotant une évidente rupture au niveau technique de cette forme par rapport aux types précédents23. La lèvre est du type à marli à section quadrangulaire et, bien qu’elle soit parfois légèrement pendante vers l’extérieur, elle est généralement horizontale. Le col, cylindrique et élancé, présente une hauteur normalement supérieure à sa largeur. Les anses, minces, montrent une nette courbure supérieure caractérisée par un épaississement lié à un écrasement latéral déjà observé pour les deux types précédents. Elle est cependant aplatie, dans sa partie supérieure, au niveau de la lèvre à laquelle elle est en général directement attachée, et présente un rétrécissement évident de la section dans la zone centrale et non dans la zone inférieure. Le panse, nettement sphérique, se rétrécit sensiblement vers le pied qui, en fonction de certains détails morphologiques, a permis de distinguer trois variantes du type.

17La variante 4A est caractérisée par un pied de forme cylindrique à tronconique étroite, creux à l’intérieur, aplati au-dessous, au profil arrondi et se distinguant de la panse par un ressaut placé assez haut.

18La variante 4B présente un pied creux de forme cylindrique étroite, aplati au-dessous, au profil rectiligne et se distinguant de la panse par un ressaut généralement bien marqué.

  • 24 Sourisseau 2006, p. 138-139, fig. 5, 8. La variante A du type 4 de Camarine-Rifriscolaro trouve un (...)

19La variante 4C présente un pied cylindrique, creux à l’intérieur, aplati au-dessous, et le bord inférieur au profil légèrement caréné24.

  • 25 Koehler 1979 p. 14-15.

20La chronologie de ces trois formes a été située entre le milieu du vie et le début du ve s. av. J.-C. par C. G. Koehler qui, bien que manquant d’éléments de comparaison chronologique précis, a proposé de les considérer, sur la base du style, comme des productions se succédant l’une après l’autre suivant une évolution cohérente et linéaire25. Des découvertes récentes dans des contextes datés permettent maintenant, d’une part d’en établir un encadrement chronologique plus sûr confirmant pour partie la proposition de C. G. Koehler, et de l’autre, de supposer la coexistence partielle des trois formes, en écartant l’idée de leur succession dans le temps.

  • 26 Pour la nécropole de Camarina (T. 449 encore inédite), où une amphore de ce type se trouvait en ass (...)
  • 27 Pour un répertoire de ces contextes voir Sourisseau 2006, n. 48. J.-Chr. Sourisseau avance cependan (...)

21Le type 4 semble en effet avoir fait son apparition vers le milieu ou, au plus bas, dans le troisième quart du vie s. av. J.-C., du moins dans sa variante 4A, comme le montrent certains éléments contextuels de Camarine, et avoir eu une continuité d’utilisation au moins jusqu’à 490 av. J.-C., date proposée pour l’épave de Gela qui transportait des amphores de ce type, notamment la variante 4B26. Il serait toutefois hasardeux pour l’instant de déterminer une succession éventuelle des variantes du type 4 et de leur chronologie relative, compte tenu du fait que les trois variantes sont présentes sans distinction dans des contextes datables entre le milieu du vie et le premier quart du ve s. av. J.-C.27.

  • 28 Sourisseau 2006, p. 140, fig. 6, 8. Ce type pourrait correspondre à Koehler 1979 pl. 6, n° 34.

22Le type 5 de Camarine-Rifriscolaro (fig. 3, type 5) plutôt rare, est décrit comme un conteneur dont la morphologie générale est proche de celle des types 2 et 3. Il a cependant été distingué du fait de l’absence des caractéristiques morphologiques de détail propres à chacun des deux types. La lèvre, du type à marli horizontal, présente une section quadrangulaire généralement sans chanfrein. Le col, de forme cylindrique, a une hauteur plus ou moins égale à la largeur. Les anses, à section ronde, sont implantées sur le col immédiatement au-dessous de la lèvre et descendent plus ou moins obliquement sur l’épaule. La partie inférieure de la panse se rétrécit progressivement en descendant vers le pied de forme cylindrique. Celui-ci est creux à l’intérieur et présente un profil caréné. Le fond peut être complètement plat ou présenter un profil caractérisé par une légère convexité centrale28.

  • 29 Pour ces limites chronologiques et les contextes relatifs, voir Sourisseau 2006, p. 150, n. 50-51.

23La rareté de ce type d’amphore rend son encadrement chronologique particulièrement difficile. Les données dont nous disposons actuellement, provenant en particulier de contextes du sud de la France, suggèrent un arc chronologique de diffusion compris entre le milieu du vie et le premier quart du ve s. av. J.-C.29.

  • 30 Sourisseau 2006, p. 140-141, fig. 7-8. Ce type correspond à Koehler 1979 p. 16, pl. 6, n° 35-36, 38
  • 31 Sourisseau 2006, n. 57.

24Le type 6 de Camarine-Rifriscolaro (fig. 3, type 6) correspond à un conteneur encore sphérique mais à profil plus rétréci vers le bas par rapport aux types précédents du fait des dimensions plus réduites du pied. Celui-ci est toujours de forme cylindrique et creux à l’intérieur et se distingue maintenant nettement de la partie inférieure de la panse. Il est moins profond et est privé du profil externe caréné traditionnel. La lèvre est du type à marli, horizontal, ou plus souvent légèrement pendante, et présente une section trapézoïdale avec une légère concavité de son extrémité. Le col, de hauteur et largeur réduites, peut avoir une forme cylindrique, tronconique ou un profil concave. Les anses, plutôt fines, sont du type à section circulaire. Elles sont implantées, en haut, immédiatement au-dessous de la lèvre, tandis qu’en bas la jonction sur l’épaule est très éloignée de la base du col, ce qui entraîne une allure oblique assez prononcée du profil des anses. La minceur des parois de ce type les rapproche des conteneurs du type 430. D’après J.-Chr. Sourisseau, le type 6 illustre une forme autonome par rapport à la ligne évolutive des amphores corinthiennes A et, plus exactement, constituerait la première étape de la série A’, qui, comme nous le verrons plus avant, se développe dans le courant du ve s. av. J.-C.31.

  • 32 Panvini 2001, p. 131, pl. XXII, n° 130.
  • 33 Pour Camarine : T. 611A de la nécropole de Rifriscolaro, encore inédite (Sourisseau 2006, n. 54, av (...)

25Pour la chronologie du type 6, C. G. Koehler a proposé, sur une base stylistique, les années 540-520 av. J.-C. Des découvertes récentes suggèrent de faire descendre au moins la limite chronologique plus basse de cette forme aux années 490-480 av. J.-C. Une amphore du type 6 faisait en effet partie de la cargaison de l’épave de Géla, datée précisément autour de 490 av. J.-C.32. C’est aussi vers la fin du vie et le début du ve s. av. J.-C. que renvoient les exemplaires de la nécropole de Camarine ainsi que ceux d’un contexte bien daté de Zancle. Bien qu’on ne manque pas d’attestations d’amphores du type 6 dans des contextes compris dans une fourchette chronologique plus ample, d’après J.-Chr. Sourisseau, la limite chronologique la plus haute doit aussi être abaissée autour de 510 av. J.-C.33.

26Comme l’avait déjà pensé et proposé C. G. Koehler, sur une base stylistique, l’évolution morphologique des amphores corinthiennes A du vie s. av. J.-C., illustrée par les découvertes de Camarine, confirme sur une base archéologique, l’existence d’un développement progressif de la forme, des types les plus anciens jusqu’aux types datés de la période de transition entre la fin du vie et le début du ve s. av. J.-C. Les contextes de Camarine permettent également de mieux distinguer la morphologie de chacun des types et d’en préciser la chronologie, ainsi que d’observer la coexistence de variantes contemporaines du même type qui se situent à la transition entre le vie et le ve s. av. J.-C.

  • 34 Lawall 1995, p. 58-61, fig. 9-10.

27Il est intéressant de noter que pour ce moment problématique du passage au ve s. av. J.-C., M. Lawall34, sur la base de l’étude des amphores corinthiennes A de l’Agora d’Athènes et notamment sur l’observation de l’évolution des lèvres, aboutit à des conclusions analogues. En suivant le schéma évolutif proposé par C. G. Koehler, il observe que le phénomène d’inclinaison de la lèvre vers l’extérieur semble commencer dans le premier quart du ve s. av. J.-C. Toutefois, les exemplaires provenant des contextes clos de l’Agora suggèrent une période, si brève soit-elle, de coexistence des lèvres à marli horizontal et à marli oblique, qu’il distingue respectivement sous l’appellation des variantes A/1 et A/2.

28La variante A/1 (fig. 4) serait caractérisée par des détails morphologiques encore archaïsants, tels la lèvre à marli horizontal ou légèrement oblique, un profil fin, ni moulurée ni chanfreiné comme pour les types plus anciens, et un pied cylindrique à profil externe rectiligne. La variante A/1 de l’Agora pourrait correspondre aux types 4A et 4B de Camarine-Rifriscolaro à lèvre à marli horizontal.

Fig. 4. Amphore de type corinthien A.

Fig. 4. Amphore de type corinthien A.

Athènes, Agora, inv. P12795

(d’après Koehler 1978a, fig. 1.b).

  • 35 Le conservatisme morphologique de la variante A/2 dans le courant du ve s. av. J.-C. est documenté (...)
  • 36 Pour l’amphore C-37-2037 de Corinthe, cf. Koehler 1798 a, fig. 1.c ; Ead. 1981, pl. 98.g.

29La variante A/2 (fig. 5-6) présente des éléments plus innovants par rapport aux types plus archaïques et même à la variante A/1, tels que la lèvre à marli oblique vers l’extérieur et la base cylindrique étroite à profil externe concave et pied chanfreiné. Ces éléments spécifiques seraient à la base de l’évolution morphologique de la production corinthienne du ve s. av. J.-C., dont l’évolution dans le courant du siècle serait caractérisée par une évolution régulière et continue, sans ruptures morphologiques nettes. L’évolution typo-chronologique ne serait perceptible que sur la base de la variation des proportions entre les différentes parties du conteneur35. La variante A/2 de l’Agora, identifiée par M. Lawall sur la base de l’observation des lèvres, et la variante 4C de Camarine-Rifriscolaro, reconnue par J.-Chr. Sourisseau sur la base de la variation des pieds, sont équivalentes. Les travaux parallèles des deux auteurs s’accordent dans l’identification commune à leurs types respectifs de l’exemplaire C-37-2037 de Corinthe36.

Fig. 5. Amphore de type corinthien A.

Fig. 5. Amphore de type corinthien A.

Corinthe, inv. C-37-2037

(d’après Koehler 1978a, fig. 1.c).

Fig. 6. Amphore de type corinthien A.

Fig. 6. Amphore de type corinthien A.

Corinthe, inv. C-34-933

(d’après Koehler 1981, fig. 1.d).

  • 37 Koehler 1979, p. 14.
  • 38 Long, Miro, Volpe 1992, p. 227, fig. 46.2-3.
  • 39 Voir notamment les ensembles D 15 :1 et H 12 :15. Sur ces dépôts, cf. Lawall 1995, p. 60, n. 14.
  • 40 Voir par exemple les dépôts M 17 :4 et A 18-19 :1. Pour ces considérations, voir Lawall 1995, p. 60 (...)

30Les exemplaires de la variante A/1 de M. Lawall sont surtout documentés dans des contextes clos de la fin vie s. av. J.-C.37, ainsi que dans l’épave de la Pointe-Lequin 1A, datée vers la fin du vie s. av. J.-C.38, mais d’autres proviennent de contextes de l’Agora datés au plus tard vers 480 av. J.-C.39. Quelques exemplaire présents dans d’autres contextes de l’Agora, clos vers 460-450 av. J.-C., mais contenant beaucoup d’objets plus anciens, ne peuvent être considérés comme des preuves suffisamment fiables de l’existence de cette variante au cours de la première moitié du ve s. av. J.-C.40.

  • 41 Lawall 1995, p. 60, n. 17.
  • 42 Campbell 1938, n° 201.
  • 43 Pease 1937, p. 302-302, n° 200 ; Lawall 1995, p. 61, n. 19.
  • 44 Lawall 1995, p. 60-61, n. 18.

31Le début de la production de la variante A/2 dès la fin du vie s. av. J.-C. est documentée par sa présence dans les mêmes contextes de l’Agora où est attestée la variante A/1 (dépôts D 15 :1 et H 12 :15)41, ainsi que dans un puits de Corinthe publié par M. Campbell42. L’existence de cette variante pendant tout le ve s. av. J.-C. est désormais démontrée par des attestations dans des contextes de Corinthe de la fin du siècle43 et dans cinq dépôts contemporains de l’Agora : M 17 :4 ; C 18 :4c ; A 20 :6 ; B 13 :5 ; B 13 :644. Elles sont néanmoins beaucoup plus rares que les amphores de type A’.

  • 45 La forme globulaire des amphores corinthiennes de type A du ive s. est clairement identifiable, not (...)

32Au ive s. av. J.-C. (fig. 7), les principales évolutions morphologiques enregistrées concernent la lèvre et le pied, alors que le profil globulaire de la panse reste inchangé tout au long du siècle, jusqu’à la disparition de la production au début du iiie s. av. J.-C45. La lèvre, du type à marli de section triangulaire, avec un profil externe très oblique, une section plutôt massive et un fort écrasement du bord dû à l’attache haute des anses. Les anses, dont les l’attache inférieure est légèrement rentrante, gardent encore la double section due à l’écrasement de leur partie supérieure. Le pied, maintenant nettement séparé de la panse par un rétrécissement net à sa jonction avec le fond, prend la forme d’un bouton, de dimensions considérablement réduites, plein dans sa partie interne, au profil externe caréné et à la partie inférieure étroite et aplatie.

Fig. 7. Amphore de type corinthien A.

Fig. 7. Amphore de type corinthien A.

Corinthe, inv. C-71-393

(d’après Koehler 1978a, fig. 1.e).

1.1.2. Centres de production

  • 46 Sur ce point, voir Vandiver, Koehler 1986, p. 182, 187.
  • 47 Pour les caractéristiques de la pâte des amphores corinthiennes de type A, voir essentiellement Jon (...)
  • 48 Pour des observations sur les pithoi et leur analogie avec les amphores de type A, cf. Berlingò 199 (...)

33Le conservatisme propre aux amphores corinthiennes A, caractérisé dans le domaine morphologique par la continuité d’une tradition qui, à partir de la période géométrique, se structure à travers des changements graduels et plutôt lents jusqu’au début du iiie s. av. J.-C., s’accorde parfaitement avec les caractéristiques technologiques de leur fabrication. On retiendra notamment l’usage d’une technique de montage réservant une large part de modelage manuel associée à un tournage seulement partiel46, pendant presque toute la période de production et une persistance sur la longue durée des mêmes caractéristiques de la pâte. Les amphores corinthiennes présentent en effet une pâte bien reconnaissable qui garde des caractéristiques constantes pendant toute la période de leur production. L’analyse visuelle montre, sur la surface extérieure, une argile aux couleurs variables, avec des nuances qui vont du beige-jaune au beige-orange (MSC 7.5YR7/4-7/6), tandis que la section peut être grise (MSC 5YR6/1) avec des couches externes rougeâtres (MSC 2.5YR6/6-7.5YR7/6), entièrement rouge, ou entièrement grise. Sa matrice argileuse a une consistance particulièrement dure et très fine et présente de nombreuses inclusions de dégraissants, de dimensions petites, moyennes et grandes et aux angles vifs, principalement de couleur brun-orange (mudstone), gris (tuffite) et blanc47. Comme on l’a observé, il s’agit d’un type de pâte très proche de celle qu’on utilisait à Corinthe pour la réalisation de pithoi, de terres cuites architectoniques, ainsi que de lampes et de lécythes destinés à contenir de l’huile48.

  • 49 Farnsworth 1964, p. 224-225.
  • 50 Farnsworth 1970, p. 10-11 ; et Farnsworth, Perlman, Asaro 1977, p. 457, 459.
  • 51 Whitbread 1995.
  • 52 Pour de récentes analyses pétrographiques d’amphores corinthiennes A, voir également Iceland 1988, (...)
  • 53 Sur ce point, voir en particulier Whitbread 19S6, p. 97-100, et Id. 1995, p. 26S-270.

34L’argile des amphores corinthiennes de type A a fait l’objet de nombreuses analyses physico-chimiques et pétrographiques. Dans les années 1960-70, les analyses pétrographiques et NAA menées par M. Farnsworth et décrivant la pâte des amphores corinthiennes A comme « tempered with a sedimentary rock called mudstone »49, avaient permis de situer l’origine de l’argile dans un secteur situé sur les pentes de l’Acrocorinthe et de montrer que d’autres productions céramiques de Corinthe présentaient les même caractéristiques physiques50. Plus récemment, les analyses pétrographiques de I. K. Whitbread51 ont confirmé les résultats de M. Farnsworth en ce qui concerne la relation entre la pâte des amphores corinthiennes A et l’argile de Corinthe52. En outre, l’analyse des inclusions de mudstone et la vérification de la présence de deux groupes distincts par leurs dimensions (coarse angular mudstones et mudstone breccia) a montré qu’une partie au moins de ces inclusions présentes dans la pâte des amphores corinthiennes A était spécialement ajoutée comme liant à une matrice argileuse soigneusement pétrie au cours d’un processus de fabrication particulièrement soigné et complexe53.

35Les analyses pétrographiques de M. Farnsworth et I. K. Whitbread confirment donc l’origine corinthienne des amphores de type A, déjà supposée sur la base des nombreux exemplaires restitués par les fouilles de Corinthe et surtout du lien morphologique et technologique étroit avec la tradition locale des storage jars d’époque géométrique.

  • 54 Lawall 1995, p. 62-63 avec commentaires et références bibliographiques.
  • 55 Cf. Bonghi Jovino, Donceel 1969, p. 106 et Albore Livadie 19S5, p. 139 (Nola) ; Koehler 1979 p. 29, (...)
  • 56 Sourisseau 2011, p. 1SS-1S9, fig. 6, 13 et 14. Ces amphores, désignées sous l’appellation de type 1 (...)

36Si tous ces éléments confirment bien l’attribution à Corinthe des amphores de la forme A, il faut néanmoins signaler, en restant prudent sur leur pertinence, les résultats d’analyses NAA publiés par une équipe de l’Université de Manchester qui localisent les carrières d’argile de la plus grande partie de leurs échantillons de forme A dans l’aire de Mégalopolis54. Mieux documentées par ailleurs dans les publications archéologiques, notamment en Grande Grèce, en Sicile et en Albanie, on signalera également l’existence de productions de type A dont la morphologie ainsi que la pâte qui les composent ne correspondent pas, de toute évidence, à des fabrications corinthiennes55. Elles sont au moins pour partie issues d’ateliers grecs occidentaux, notamment de Calabre, alors que des productions indigènes sicé-liotes plus rares ont également été identifiées56. Quoi qu’il en soit, toutes ces amphores non corinthiennes se distinguent maintenant assez facilement, sur la base de critères à la fois morphologiques et de l’aspect de leur pâte, des productions véritablement corinthiennes.

1.2. Le type A’

  • 57 La définition de cette série de type A’, outre Koehler 1979, p. 16-19, est exposée clairement dans (...)
  • 58 Sur ces considérations, cf. Koehler 1979 p. 731 ; Ead. 1981, p. 454, 457 ; et, plus récemment, Ead. (...)
  • 59 Exemplaires des T. 191-3 et T. 293-2 (Morter, Leonard 1998, p. 734, 741 et 745). Outre ces deux exe (...)

37Respectant la distinction initiale de deux différentes familles d’amphores de production corinthienne, les formes A et B, c’est notamment à la suite des études conduites sur le matériel du Punic Amphora Building de Corinthe que C. G. Koehler identifie une troisième production locale qu’elle considère, du fait de ses étroites affinités morphologiques et technologiques avec la forme A, comme assimilable à la même série en la désignant sous l’appellation de type A’. Cette distinction est par ailleurs rendue nécessaire vis-à-vis de la série de type A par la mise en évidence de différences morphologiques sensibles ainsi que par l’observation d’une pâte particulière constituant ces objets. Cette pâte est perçue comme étant composée de l’argile fine et claire des productions de type B, mais avec les mêmes inclusions de mudstone caractéristiques des amphores de type A57. Les exemplaires les plus anciens du type A’ sont datés de la fin du vie s. av. J.-C., mais ce n’est qu’à partir du milieu du ve s. av. J.-C. que leur distinction par rapport au type A se dessine plus clairement. Leur production ne se substitue donc pas à celle des amphores de type A, mais se développe parallèlement jusqu’à la disparition du type A, vers la fin du ive et/ou le début du iiie s, av. J.-C., et le remplace au iiie et dans la première moitié du iie s. av. J.-C., jusqu’à la destruction de la cité en 146 av. J.-C. Pendant cette période comprise entre le début du iiie et le milieu du iie s. av. J.-C., on évoque une augmentation relative des exportations d’amphores corinthiennes A’, sur la base des cargaisons des épaves de Stentinello, près de Syracuse, et de Savelletri, près de Brindes ; c’est pourquoi C. G. Koehler considère que le type A’ constituait le conteneur commercial corinthien essentiellement destiné à l’exportation58. Les contextes de la Méditerranée occidentale auraient été la destination principale de ce commerce, ce que les découvertes récentes des nécropoles de la chora de Métaponte pourraient confirmer, au moins pour le ve s. av J.-C. En effet la plupart des amphores attestées dans les nécropoles de Pantanello et Saldone sont attribuables à la forme corinthienne A’. Seuls deux exemplaires ont été attribués à la forme A59

38On retiendra donc qu’il existe d’importantes affinités morphologiques entre les conteneurs contemporains de type A et de type A’ même si, dans la première moitié du ve s. av. J.-C., les amphores de type A’ se distinguent par un profil général plus élancé et par quelques détails morphologiques. À partir du milieu du ve s. av. J.-C. l’aspect de la pâte des amphores de type A’ se caractérise aussi par un type de pâte différent, constitué par une argile plus claire, dans les nuances de jaune et de rose, par une raréfaction des éléments de dégraissant grossiers (mudstone) et une fréquence plus élevée d’inclusions lithiques plus fines.

1.2.1. Bilan des études

  • 60 Koehler 1979 p. 16, n° 36-38 ; Ead. 1992, p. 270.
  • 61 Morter, Leonard 1998.

39Les premières attestations d’amphores corinthiennes A’ se situent vers la fin du vie s. av. J.-C.60, mais ces exemplaires les plus anciens partagent encore plusieurs détails avec la production contemporaine des amphores de type A, plus spécialement avec la variante A/2 de M. Lawall. La véritable différenciation morphologique par rapport à la version contemporaine de la forme A ne se réalise que vers le milieu du ve s. av. J.-C., lorsque la pâte de la série A’ commence à présenter des caractéristiques différentes de celles de la série A. On a aussi observé récemment qu’à partir de la même période, les dimensions des amphores de la série A’ ont tendance à diminuer61.

  • 62 Pour la description de la forme du début de la série, voir Koehler 1981, p. 454-456 ; Ead. 1992, p. (...)

40Entre la fin du vie et le milieu du ve s. av. J.-C. (fig. 8) les amphores corinthiennes A’ présentent une panse assez allongée et de forme ovoïde dont on situe le diamètre maximum au niveau de l’épaule arrondie et légèrement fuyante. Le col cylindrique, plus étroit et plus haut, conserve le profil rectiligne de la forme A. Les anses présentent une section circulaire sur toute leur hauteur sans le rétrécissement médian caractérisant la forme A à partir du ve s. av. J.-C. La lèvre, du type à marli oblique, de section triangulaire, comme celle de la forme A contemporaine (variante A/2 de M. Lawall), est écrasée sur l’attache supérieure des anses. Le pied, plutôt court, garde encore la forme cylindrique au profil concave et chanfreiné de la série A, mais il a un diamètre plus étroit et surtout il se présente désormais plein à l’intérieur62.

Fig. 8. Amphore de type corinthien A’.

Fig. 8. Amphore de type corinthien A’.

Lipari, nécropole, Tombe 1102

(d’après Cavalier 1985, fig. 4.a).

  • 63 Campbell 1938, n° 202-203 ; Koehler 1979 p. 16, n° 37-38.
  • 64 Koehler 1981, p. 456.
  • 65 Lawall 1995, p. 65.

41La chronologie du début de production de la série A’ dans cette variante plus ancienne est située par C. G. Koehler à la fin du vie s. av. J.-C. sur la base de la présence d’un exemplaire dans un contexte corinthien daté entre la fin du vie et le début du ve s. av. J.-C.63. La fabrication et la diffusion de la forme jusqu’au milieu du ve s. av. J.-C. est confirmée par la documentation de la première phase du Punic Amphora Building de Corinthe64, datée du second quart du siècle, ainsi que par deux contextes de l’Agora d’Athènes (C 9 :6 et B 18 :15), clos avant 450 av. J.-C.65

  • 66 Pour la forme des amphores corinthiennes A’ de la seconde moitié du ve s. av. J.-C., cf. Koehler 19 (...)

42À partir du milieu du ve s. (fig. 9), la lèvre à marli oblique et section triangulaire de la série A’ devient plus épaisse et plus haute. L’inclinaison du sommet de la lèvre est accentuée ainsi que l’écrasement de l’attache supérieure des anses. Tous ces éléments permettent de distinguer nettement l’évolution du type des formes plus anciennes de type A’ et aussi des formes contemporaines de type A. Les anses, au profil arqué, présentent une section ronde sur toute leur extension, mais le diamètre de la partie inférieure est nettement moins important que celui de la partie supérieure. Le col cylindrique, plus haut et étroit, perd son profil droit qui devient légèrement concave. Le pied, plein et bien distinct de la panse par un resserrement à la base, présente maintenant une forme conique brève, du type en bouton66

Fig. 9. Amphore de type corinthien A’.

Fig. 9. Amphore de type corinthien A’.

Corfou, Musée Archéologique, sans inv.

(d’après Koehler 1978a, fig. 1.d).

  • 67 Pour les contextes de Corinthe, cf. Pease 1937, p. 302-303, fig. 34, n° 199 ; Koehler 1981, p. 456, (...)
  • 68 Di Sandro 1981b, p. 6, fig. 1 (Pontecagnano) ; Morter, Leonard 1998, fig. 17.3 (chora de Métaponte)
  • 69 Koehler 1978a, fig. 1.d et fig. 3.d ; Ead. 1992, pl. 2.b.

43La datation de cette forme dans la seconde moitié du ve s. av. J.-C. a été établie grâce à la découverte de plusieurs exemplaires dans des contextes corinthiens datés du troisième quart du ve s. av. J.-C.67 et par plusieurs références à des découvertes occidentales, essentiellement funéraires, notamment la tombe 350 de Pontecagnano et plusieurs sépultures de la chora de Métaponte68. La persistance de cette forme dans le courant du ive s. av. J.-C. a été proposée par C. G. Koehler sur la base d’un exemplaire hors contexte, récupéré en mer près de Corcyre69.

  • 70 Morter, Leonard 1998, p. 733-734, fig. 17.1-17.3.

44Les nombreuses amphores corinthiennes A’ réutilisées pour les sépultures à enchytrismos ou déposées dans les tombes d’adultes des nécropoles de Pantanello et Saldone, dans la chora de Métaponte, ont permis de confirmer l’évolution générale de la forme déjà suggérée par C. G. Koehler pour le ve s. Toutefois, le schéma évolutif typo-chronologique, tel qu’il est présenté par C. G. Koehler n’est peut-être pas aussi simple et linéaire. Ainsi, la riche documentation de ces nécropoles permet également de mettre en évidence l’existence de variantes contemporaines qui associent différentes combinaisons du col, de la panse et du pied (fig. 10). L’existence de ces variantes rend donc extrêmement difficile l’établissement d’une séquence typo-chronologique plus serrée au cours du ve s. av. J.-C. La seule observation qu’il est possible d’ajouter est d’ordre tout à fait général et concerne la tendance à la diminution de la taille des amphores, à partir du milieu du ve s. av. J.-C. En effet, si les exemplaires datés de la première moitié du ve s. dépassent en général les 60 cm de hauteur et les 39 cm de diamètre maximum de la panse, ceux de la seconde moitié du siècle ne s’inscrivent plus que dans une série de valeurs comprises entre 52 et 72 cm de hauteur et entre 32 et 45 cm de diamètre maximum de la panse70. C’est un critère typo-chronologique tout à fait intéressant et qui semble pertinent, mais qu’il est difficile de mettre en œuvre dans le cadre d’une étude sur du matériel fragmentaire.

Fig. 10. Tableau des variantes des amphores corinthiennes A’ des nécropoles de la chora de Metaponto dans le courant du ve s. av. J.-C.

Fig. 10. Tableau des variantes des amphores corinthiennes A’ des nécropoles de la chora de Metaponto dans le courant du ve s. av. J.-C.

(échelle 1/20)

(d’après Morter, Leonard 1998, fig. 17.3).

1.2.2. Centres de production

45À l’exception des exemplaires du début de série qui semblent présenter la même argile et les inclusions de mudstone des amphores de type A, la pâte des amphores corinthiennes A’, à partir du milieu du ve s. av. J.-C., apparaît différente, plus proche de la plupart des types communs de la céramique de Corinthe. Une simple analyse visuelle permet d’observer que la couleur de l’argile sur la surface extérieure varie entre le jaune clair et le rose pâle (MSC 10YR8/2-8/3-7.5YR7/4), tandis qu’en section elle est généralement rose (MSC 5YR8/4-7.5YR7/4). La matrice argileuse est fine et présente des inclusions minuscules de quartz et de silex ainsi que des fragments de mudstone.

  • 71 Pour les analyses effectuées sur la pâte des amphores corinthiennes A’, cf. Whitbread 1995, notamme (...)
  • 72 Farnsworth, Perlman, Asaro 1977, p. 457, 459, 463.

46Les différents types de pâte des amphores corinthiennes A’ ont été eux aussi soumis aux analyses chimiques et pétrographiques suite à l’identification du type par C. G. Koehler et ont abouti aux mêmes conclusions que pour le type A71. Ainsi, parmi les échantillons analysés par M. Farnsworth et dont l’origine corinthienne était confirmée par la composition chimique, il y avait peut-être deux exemplaires du type A’72, mais ce n’est qu’avec les analyses comparées de I. K. Whitbread qu’on a eu la certitude de l’origine locale de la pâte caractéristique du type A’. Les analyses de I. K. Whitbread ont aussi permis d’isoler deux groupes d’échantillons qu’on peut différencier initialement sur la base de la technique de préparation de l’argile. Le premier groupe, correspond à des échantillons associés à des amphores corinthiennes A’ du type le plus ancien. Ce groupe présente les mêmes caractéristiques que les échantillons du type A, notamment la même présence d’inclusions de mudstone complémentaires en plus de celles déjà naturellement contenues dans la matrice argileuse. Le second groupe correspond, quant à lui, à des échantillons d’amphores du type A’ plus tardives. L’analyse de ce groupe révèle moins d’attention et de soin apportés dans la composition de la matrice argileuse, qui ne contient que les inclusions de mudstone déjà naturellement présentes.

  • 73 H. Iceland, in Morter, Leonard 1998, p. 748-753.

47Sur la base de ces résultats, H. Iceland a proposé la distinction entre amphores corinthiennes type A et type A’ des nécropoles de la chora de Métaponte73.

1.3. Contenu

  • 74 Koehler 1981, p. 452 ; Vandiver, Koehler 1986, p. 204-205 ; Koehler 1992, p. 277-278, e n. 47-48.
  • 75 Charlin, Gassend, Lequément 1979, p. 21-22 ; et Koehler 1986, p. 52, e n. 15-16, tous les deux avec (...)
  • 76 La possible altération du goût de l’huile au contact avec un revêtement résineux avait été déjà sup (...)
  • 77 Pour cette possibilité, en faveur de laquelle se déclare depuis quelque temps P. Dupont (Dupont 199 (...)

48L’utilisation des amphores du type A pour le transport de l’huile a été suggéré par C. G. Koehler sur la base de l’observation de la pâte, très proche voire identique de celle de lampes, lécythes et autres conteneurs à huile fabriqués à Corinthe aux ve et ive s. av. J.-C. Ce type de pâte a été considéré, d’une part, apte à résister à l’érosion provoquée par ce produit sur les parois de l’amphore, et d’autre part, suffisamment imperméable à un contenu de ce type pour pouvoir se passer de tout revêtement intérieur74. D’après les sources, dans le cas de conteneurs à huile, ce revêtement pouvait consister en cire, gomme ou bien lie d’huile d’olive75. La possibilité d’un revêtement en poix est au contraire normalement exclue dans le cas d’un contenu d’huile, car en contact avec les matières grasses la poix se dissout partiellement, ce qui modifie le goût du produit76. Des recherches récentes suggèrent toutefois que, en dépit de l’opinion générale et de ce qu’on sait par les sources, un revêtement de poix à l’intérieur des amphores pouvait être possible même dans le cas de l’huile77. Le sujet est évidemment délicat et pour un approfondissement futur il faudra aussi considérer le problème complexe de la réutilisation des amphores.

49Les amphores corinthiennes A’ présenteraient au contraire une pâte plus perméable, c’est pourquoi C. G. Koehler admet la possibilité qu’il y ait eu à l’origine un revêtement de résine, cire, gomme, lie d’huile d’olive ou d’un autre matériau qui ne fût pas susceptible d’en abîmer le contenu, bien qu’à sa connaissance aucune amphore de ce type ne conserve un revêtement intérieur (Koehler 1992, p. 277-278).

50Une étude plus récente, portant sur de nombreuses amphores des types A et A’ provenant des fouilles de Marseille-place Jules-Verne, où le matériel archéologique était conservé dans un milieu humide et anaérobie, donc optimal pour la conservation des revêtements intérieurs organiques, a apporté une contribution à la discussion sur ce thème. Sur une partie de ces amphores, J.-Chr. Sourisseau a pu observer des résidus de poix, ce qui pourrait suggérer une double utilisation de cette forme au moins dans l’intervalle chronologique auquel se rapporte le matériel en question, c’est-à-dire entre la seconde moitié du vie et la fin du ve s. av. J.-C. (Sourisseau 1997, I, p. 90).

  • 78 Sur cette hypothèse on consultera toutefois la discussion critique de M. Gras (2010, p. 110-116).

51À une conclusion analogue conduiraient les observations de J.-P. Brun concernant la production de l’huile en Méditerranée dans l’Antiquité. D’après ce spécialiste, dans l’Antiquité, l’huile aurait été produite pour une consommation presque exclusivement locale et la grande diffusion d’amphores corinthiennes A dans la Méditerranée occidentale trouverait une explication uniquement si l’on admettait qu’elles étaient destinées au commerce du vin78.

1.4. Diffusion dans la Méditerranée occidentale79

  • 79 L’inventaire qui va suivre n’a pas de prétention à l’exhaustivité. Il signale seulement les princip (...)
  • 80 Pour les amphores corinthiennes A de l’habitat de Pale, sur l’île de Céphalonie, cf. d’Agostino, So (...)

52Les amphores corinthiennes A ont connu une diffusion parmi les plus larges en Occident, dès les époques les plus anciennes. À partir de la fin du viiie et ensuite durant tout le viie s. av. J.-C., leur distribution capillaire en Sicile et en Grande Grèce trouve son équivalent sur les rives de la Mer Ionienne et de la Basse Adriatique. Des amphores corinthiennes qu’on peut faire remonter à ces périodes sont en effet présentes dans l’habitat de Pale (sur l’île de Céphalonie) et dans les colonies corinthiennes de Corcyre et d’Ambracie. Dans la région illyrienne méridionale et épirote, dans le territoire de l’Albanie actuelle, des amphores corinthiennes du type A attribuables à ces époques hautes sont documentées aussi bien le long de la côte à Durrës et à Treport, que dans l’arrière-pays immédiat, à Belsh, Berat et Selcë, Margëlliç80.

  • 81 Sur ce sujet, cf. D’Andria 1985, notamment p. 347.
  • 82 Sur la distribution des amphores corinthiennes A et A’ on renvoie en dernier à : Semeraro 1997, p. (...)
  • 83 Berlingò 1995, p. 246-428, avec bibliographie antérieure, à laquelle il faut ajouter pour la docume (...)

53Dans les Pouilles, le phénomène du commerce massif corinthien d’époque archaïque, qui commence dès le début du viiie s. av. J.-C.81, est bien documenté à la fois le long des côtes adriatiques du Salento (Oria, Vaste, Muro Leccese, Otrante, Torre dell’Orso, Rocavecchia, Cavallino, Valesio, Torre Santa Sabina, Ceglie Messapica et Egnathia) et des côtes ioniennes (Leuca, Ruffano, Porto Cesareo, San Pancrazio et Tarente)82. Dans le courant des vie, ve et ive s. av. J.-C., les importations corinthiennes dans la péninsule salentine, bien qu’elles aient diminué, ne connaissent pas d’interruptions. Des témoignages sont fournis par Vaste, avec un exemplaire de la première moitié du vie s. av. J.-C. et un autre de la variante A’ du milieu du ve s. av. J.-C. ; par Cavallino, où existe une riche documentation relative à la première moitié du vie s. av. J.-C., par Otrante, à partir du vie s. av. J.-C. avancé jusqu’au ive s. av. J.-C. avec également des attestations de la variante A’, et enfin par Torre San Giovanni (Ugento), avec des fragments datables dans le courant du même siècle83.

  • 84 Je fais allusion à la Tombe 64 de Numana-Sirolo, signalée récemment par M. Landolfi (1999, p. 150, (...)

54Le long de la côte centrale de l’Adriatique occidentale, le vide de la documentation, qui semble confirmer la description strabonienne d’une aire caractérisée par une présence de lieux alímenoi en opposition à une côte orientale riche en sites eulímenoi, a été récemment documentée par la découverte de quelques amphores corinthiennes A’ datées de la période de transition entre la fin du ve et le début du ive s. av. J.-C. dans des contextes funéraires de Numana-Sirolo84. Il s’agit d’une donnée particulièrement significative qui laisse entrevoir la possibilité qu’une enquête thématique consacrée à l’étude des amphores dans cette zone fournirait probablement beaucoup d’éléments nouveaux.

  • 85 Pour Durrës, cf. Tartari 1982, pl. I, 1 (outre la série corinthienne, pour l’époque hellénistique, (...)

55Sur la côte orientale de l’Adriatique, les amphores corinthiennes A et A’ sont documentées à partir de l’époque tardo-archaïque à Durrës, où elles ne semblent pas être associées à d’autres fabriques jusqu’à l’époque hellénistique, et aussi à Treport ainsi que dans l’arrière-pays, à Margëlliç, où au contraire on les trouve associées à des amphores corinthiennes du type B85

  • 86 Pour la Siritide, cf. Berlingò 1995, avec références bibliographiques. Pour le matériel archaïque t (...)
  • 87 Pour le matériel de ve s. trouvé en Basilicate, voir Berlingò 1995, p. 424-426, avec indications su (...)

56En Grande Grèce, dans les nécropoles archaïques de Siris, les amphores de transport étaient remployées pour les sépultures à enchytrismos ou comme conteneurs cinéraires et parmi celles-ci la production corinthienne de type A du viie s. av. J.-C. est nettement prépondérante, avec un tiers des attestations. Du viie s. sont également datés les exemplaires du secteur de Métaponte, aussi bien de la chora que de l’Incoronata, où les amphores corinthiennes de type A sont la série la mieux représentée parmi les nombreuses classes amphoriques signalées86. Dans le courant du ve s. av. J.-C., la documentation du territoire de Métaponte est plutôt consistante et présente surtout des amphores appartenant au type A’ de la classification de C. G. Koehler, attestées ensuite jusqu’au ive s. av. J.-C.87. Les amphores de ces espaces funéraires constituent le groupe connu le plus important en dehors de la ville même de Corinthe.

  • 88 Berlingò 1995, p. 422-424, avec bibliographie antérieure. Sur l’ample documentation de Caulonia, vo (...)
  • 89 Sur ces attestations, voir Vandermersch 1989.
  • 90 Sur les importations de conteneurs à huile de Corinthe sur la côte ionienne dans le courant du ive (...)
  • 91 Vandermersch 1989, p. 108.

57En Calabre, les attestations les plus archaïques, relatives aux viiie et viie siècles, viennent de Sybaris, Crotone et Caulonia dans des quartiers d’habitation, mais aussi dans les nécropoles de Métauros et de Reggio. Des amphores corinthiennes du type A du vie s. av. J.-C. sont signalées à Locres Épizéphyrienne, avec une documentation qui descend ensuite (variantes A et A’), jusqu’à l’époque classique ; situation comparable à Sybaris-Thourioi et surtout à Caulonia88. Dans ce dernier site, où on trouve de nombreuses séries amphoriques, le type corinthien A est le mieux représenté pour l’époque archaïque et les attestations se poursuivent nombreuses dans le courant du ve s. av. J.-C. D’autres exemplaires sont connus à Héraclée, ainsi qu’à Crotone, Locres et Medma89. Au ive s. av. J.-C., les importations d’amphores corinthiennes A, bien qu’elles soient plutôt rares, sont néanmoins présentes à Caulonia ainsi qu’à Héraclée, en Basilicate, mais aussi en Calabre, à Sybaris, à Crotone, à Medma et à Santa Maria del Cedro, au lieu-dit Mergellina90. Au iiie s. av. J.-C., la diminution abrupte de la présence des amphores corinthiennes A dans l’habitat de Caulonia semble s’inscrire dans un phénomène plus large qui touche l’ensemble de l’aire ionienne, où l’unique attestation connue est un fragment d’Acquappesa daté de la première moitié du siècle91.

  • 92 Pour les amphores corinthiennes en Sicile, on consultera la synthèse de p. Pelagatti spécialement c (...)
  • 93 Koehler 1979, p. 29, n. 25. Pour l’observation, voir également Albanese Procelli 1997, p. 95-96, n. (...)
  • 94 Cf. Albanese Procelli 2003, notamment, p. 37-38.
  • 95 Pour Lipari cf. Cavalier 1985.
  • 96 Pour l’épave de Plemmirio, datée vers le milieu du vie s. av. J.-C., cf. Wilson 1988, p. 115-116 ; (...)
  • 97 Pour l’épave archaïque de Géla, datée du premier quart du ve s. av. J.-C., cf. Freschi 1991 ; Panvi (...)
  • 98 Sur le bateau de Punta Braccetto, dont la datation longuement débattue pourrait maintenant, à mon a (...)
  • 99 Pour ces deux épaves de Capo d’Ognina, datés de la période de transition du vie au ve s. av. J.-C., (...)
  • 100 Pour l’épave connue sous le nom de « Syracuse A », cf. Koehler 1981, p. 17 et Parker 1992, n° 1091, (...)
  • 101 La Fauci 2002.
  • 102 Pour l’épave de Filicudi, cf. Käpitan 1978, p. 274-275, fig. 7 ; Koehler 1979, p. 236 ; Ead. 1981, (...)

58Les exemplaires de Sicile couvrent un arc chronologique allant de la fin du viiie s. av. J.-C. jusque vers le milieu du ve s. av. J.-C.92. Néanmoins, les amphores des viie et vie s. av. J.-C. constituent le lot le plus important, en provenance essentiellement de contextes funéraires. Mais on en connaît aussi provenant de zones d’habitat et même de contextes cultuels. C. G. Koehler avait avancé l’hypothèse d’une production locale de conteneurs de type A en se basant sur l’observation de la différence de la pâte de quelques exemplaires siciliens, notamment de Sélinonte et de Camarine93. D’un contexte d’habitat, à Montagna di Ramacca, ont été signalées des amphores de type corinthienne A et A’ datables dès la seconde moitié du ve s. av. J.-C.94 De nombreux exemplaires d’amphores corinthiennes A et A’ proviennent des fouilles de Lipari, dont la documentation commence dès l’époque archaïque et se poursuit au moins jusqu’au ve s. av. J.-C.95 Les découvertes sous-marines, particulièrement importantes pour une approche des routes commerciales, sont assez nombreuses en Sicile. On peut noter une concentration remarquable des découvertes renvoyant aux époques tardo-archaïque et classique. Il s’agit souvent de découvertes isolées, notamment à Acicastello-Acitrezza, Syracuse, Torre di Gaffe, mais aussi d’épaves de bateaux marchands, d’époques tardo-archaïque (Plemmirio96, Géla97, Camarine-Punta Braccetto98) et deux des épaves de Capo d’Ognina (Ognina nord I et Ognina sud 3)99, et d’autres datables de la deuxième moitié du ve s. av. J.-C., ainsi que ceux de Syracuse A-Scoglio della Galera100, de Capo d’Ognina (Ognina sud 4)101 et de l’île de Filicudi-Capo Graziano102.

  • 103 Pour Cumes, Savelli 2006, p. 110-111 ; pour Vélia, Gassner
  • 104 Sur la documentation amphorique de Pontecagnano, Nola et Vico Equense, Di Sandro 1981, p. 5-6 et, p (...)

59En Campanie aussi, les importations d’amphores corinthiennes A commencent vers la fin du viiie s. av. J.-C., en particulier à Pithécusses, dans la nécropole de San Montano et surtout dans la décharge Gosetti. On doit probablement situer avant le milieu du viie s. av. J.-C. deux conteneurs corinthiens de Pontecagnano. Cette catégorie est aussi attestée par un exemplaire isolé de la seconde moitié du vie s. av. J.-C. dans la nécropole de Vico Equense et par un autre exemplaire contemporain dans la nécropole de Nola pour lequel a été cependant avancée l’hypothèse d’une probable production locale. Les amphores corinthiennes A du vie s. av. J.-C. de Cumes et de Vélia ont été publiées récemment103. Pour le ve s. av. J.-C., si l’on excepte un exemplaire de la variante A’ d’une tombe de Pontecagnano daté de la seconde moitié du siècle, les attestations sont nettement concentrées à Pithécusses, où la décharge Gosetti a livré le groupe le plus important d’amphores corinthiennes A et A’ qu’on peut situer entre la première moitié du ve et le milieu du ive s. av. J.-C.104.

  • 105 Pour les observations sur le Latium vetus et un essai de synthèse, voir Zevi 1985. Pour les amphore (...)

60Les études concernant les amphores de transport dans les contextes du Latium sont encore rares. En dehors des quelques données livrées par les publications des nécropoles de Decima, Laurentina et Ficana, mais où la présence de conteneurs commerciaux archaïques est limitée au type phénicien, on attend encore un examen global des données provenant de contextes d’habitat. Malgré tout, la présence d’amphores de transport d’importation commence à être signalée dans les fouilles d’habitat à Rome, avec la publication de fragments d’amphores corinthiennes A dans le secteur de la Regia. Signalons également la présence d’un fragment isolé d’une probable amphore corinthienne A à Ficana, daté, sur une base stratigraphique, de la première moitié du vie s. av. J.-C.105.

  • 106 Pour une synthèse sur les amphores corinthiennes A, cf. Berlingò 1995, p. 429-430. Pour la nécropol (...)
  • 107 Cf. Slaska 1982 et Slaska 1985. La diminution observée concerne à la fois les amphores étrusques et (...)
  • 108 Pour la Doganella, voir Perkins-Walker 1990, p. 139, fig. 40. 18.

61En Étrurie méridionale, les importations les plus anciennes d’amphores corinthiennes remontent au deuxième quart et à la seconde moitié du viie s. av. J.-C., en retard par rapport à ce qu’on observe dans les régions plus méridionales. Les objets connus proviennent de deux tombes de Caeré ainsi que de contextes d’habitat à Tarquinia. On note un accroissement de la documentation connue pour le vie s. av. J.-C., avec les attestations de la nécropole de Vulci, et surtout celles des emporia de Gravisca et de Pyrgi ainsi que celles des deux centres urbains en relation de Tarquinia et de Caeré. On notera que les exemplaires de la seconde moitié du vie s. apparaissent plus nombreux que ceux de la première partie du siècle. Quelques fragments d’amphores corinthiennes A, peu nombreux, datés vers la fin du vie et le début du ve s. av. J.-C. proviennent aussi des fouilles de Regae (Regisvilla)106. Dans le courant du ve siècle, les attestations provenant des trois contextes emporiques subsistent, bien qu’on enregistre une diminution générale des découvertes d’amphores. Les amphores corinthiennes A ne dépassent pas, dans l’ensemble, une dizaine de fragments107. Signalons enfin un fragment d’amphore corinthienne A à la Doganella108.

  • 109 Pour Pise, on consultera les travaux d’O. Pancrazzi (1982 ; Ead. 1993) et les publications consacré (...)

62En Étrurie septentrionale, de nombreux fragments d’amphores corinthiennes A et A’ des vie et ve s. av. J.-C. ont été restitués par les fouilles de Pise. Deux attestations datées de la période fin vie – début ve s. av. J.-C. proviennent de San Rocchino di Massarosa. Signalons enfin un probable fragment d’époque tardo-archaïque trouvé à Piari, dans la haute vallée du Serchio109.

  • 110 Pour les amphores inédites du territoire de Chiusi, cf. Paolucci 2006, p. 422-423. Pour Sarteano, l (...)

63En Étrurie interne, quelques exemplaires encore inédits ont été récemment signalés dans le territoire de Chiusi, où la présence d’amphores corinthiennes A et A’ est également attestée dans une sépulture du milieu du ve s. av. J.-C. de Sarteano et par un fragment des débuts du même siècle à Petriolo. Un exemplaire de la seconde moitié du viie – premier quart du vie s. av. J.-C. provient de Murlo110.

  • 111 Il s’agirait de plusieurs fragments non identifiés explicitement mais caractérisés par un examen pé (...)

64En Ligurie, la présence de fragments d’amphores de production corinthienne est signalée à Gênes111.

  • 112 Pour l’épave de la Pointe Lequin 1A, Pomey et al. 1988, p. 32-33 ; Parker 1992, p. 323, n° 846, map (...)
  • 113 Pour Emporion, cf. Sanmarti Grego et al. 1991 et Aquilué Abadías et al. 2000, p. 329, fig. 39.1-2. (...)
  • 114 Pour le bateau d’El Sec, Cerdá 1987 ; pour Cerro del Prado, Rouillard 1991, p. 177.

65À l’ouest de la péninsule italienne, les amphores corinthiennes A des époques archaïque et classique sont attestées dans la cargaison de l’épave de la Pointe Lequin 1A, près de Porquerolles et datée vers 515 av. J.-C., à Marseille, à Arles, à Saint-Pierre-lès-Martigues, à Saint-Blaise et au Cayla de Mailhac112. En Espagne, les sites d’Emporion, Alorda Park et le gisement sous-marin d’El Cabanyal-Malvarrosa ont restitué des amphores corinthiennes A datées entre la seconde moitié du vie et le ve s. av. J.-C. À Toscanos, il semble que les importations commencent déjà dans la phase initiale de production de la série113. Des amphores corinthiennes A datées du courant du ive s. av. J.-C. sont aussi signalées dans l’épave d’El Sec, près de Majorque et de Cerro del Prado, près de Cadix114

  • 115 Cf. Morel 1990c, p. 76-78 et Docter 2000, p. 68, fig. 6.

66Dans l’aire méridionale du bassin de la Méditerranée, des exemplaires d’amphores corinthiennes A sont signalés à Carthage. Les plus anciens sont datés du début du viie s. av. J.-C.115.

2. Les amphores de type corinthien B ou corcyréennes

  • 116 Pease 1937, n. 200-201 et Campbell 1938, p. 604-605.
  • 117 Grace 1953, p. 108-109. Sur la question, voir aussi les travaux de C. G. Koehler 1981, p. 452, n. 1 (...)
  • 118 Bulle 1934, p. 207, fig. 19.
  • 119 Koehler 1981, p. 452, n. 14. Pour les premières analyses effectuées sur les pâtes des exemplaires d (...)
  • 120 Pour les fours de potiers de Corfou, voir Kourkoumélis-Rodostamos 1988 et Preka-Alexandri 1992.
  • 121 En dernier lieu sur ce problème, Koehler 1992.

67Dès les premières études sur les amphores « corinthiennes », il est apparu nécessaire de distinguer deux types totalement différents, à la fois par la pâte, mais également par la forme générale116. Lorsque, plus tard, les deux formes ont été désignées respectivement A et B par C. G. Koehler, des doutes ont été émis sur la production corinthienne de la forme B, malgré la ressemblance de sa pâte avec celle des productions corinthiennes contemporaines. V. Grace a suggéré de l’attribuer à la production de Corcyre117, suivant en cela une suggestion de H. Bulle118 qui, le premier, avait signalé à Corfou une amphore du type B avec un timbre en forme d’étoile à sept/huit branches, plutôt commun sur les amphores de cette série, et l’avait rapproché d’un type monétaire de Corcyre du ive s. av. J.-C. V. Grace observa également que les caractéristiques morphologiques de ces conteneurs s’apparentaient de façon assez précise avec les kerkyraìous amphoreìs décrites par le Pseudo-Aristote (De mirabilis auscultationibus, 104, p 839b.8). Les études postérieures sur les amphores dites corinthiennes B se sont donc logiquement concentrées sur le problème de leur(s) lieu(x) de production et sur la difficulté que pose le fait d’attribuer à la même cité deux types amphoriques (types A et B) aux caractéristiques techniques et morphologiques si différentes. En développant la suggestion de V. Grace sur le lien entre les amphores du type B et Corcyre et en s’appuyant sur les études effectuées sur la pâte de quelques échantillons, C. G. Koehler, proposa l’hypothèse de l’existence d’une production corcyréenne parallèle à la production corinthienne119. Des découvertes plus récentes ont ensuite confirmé qu’à Corcyre, du moins entre la deuxième moitié du ve et le milieu du iiie s. av. J.-C., une production d’amphores du type B, documentée par la découverte de fours de potiers avec leurs déchets de cuissons120, était bien attestée. Toutefois, C. G. Koehler a considéré que Corcyre ne pouvait être perçue comme le centre promoteur de la production de ces amphores, d’abord parce que les exemplaires trouvés à Corinthe sont supérieurs en nombre et couvrent un arc chronologique plus large qu’à Corcyre, mais aussi parce que dans les cargaisons d’un certain nombre d’épaves les amphores de type B sont souvent associées avec des amphores corinthiennes de type A. Sur la base de ces remarques, on a donc admis que le principal centre de production des amphores du type B était effectivement la cité de Corinthe qui, sur la base d’une sorte d’accord commercial, permettait à sa colonie sur l’île de Corfou de produire elle aussi la même forme amphorique121. Les nombreuses études sur les pâtes des amphores corinthiennes B conduites spécifiquement dans le but de déterminer leur lieu de production ont confirmé ce point de vue, car quelques-uns des échantillons examinés ont révélé des rapprochements avec l’argile de Corfou, tandis que d’autres ont été trouvés plus proches des groupes de référence de Corinthe.

  • 122 Cf. Koehler 1981, p. 453, pl. 99, d-e (Ionian), et pl. 99, f (Graeco-Massiliote).
  • 123 Koehler 1981, p. 453-454. Sur le problème de la filiation des séries cf. infra I, 2.

68Notons cependant, avec C. G. Keohler, certains points qui demeurent problématiques dans la caractérisation de la série corinthienne de type B. Ainsi, l’auteur signale prudemment la forte ressemblance morphologique des exemplaires qu’elle considère du début de la série avec des productions amphoriques, considérées comme non corinthiennes, de la Méditerranée occidentale et qui sont parfois désignées comme Ionian et/ou Graeco-Massiliote122°. Ces productions, caractérisées par une remarquable variété de pâtes, devaient être communes à de nombreux centres dont on ignorait, à l’époque, la localisation. Ces similitudes morphologiques associées à une diffusion essentiellement occidentale des amphores corinthiennes du type B, a suggéré une étroite relation entre leur forme initiale et ces deux séries amphoriques de l’Occident grec. Toutefois, la nature du rapport qui les unit, ainsi que le sens de leur probable filiation, est encore très discuté123.

  • 124 Koehler 1981, p. 452 ; Ead. 1992, n. 46-48.

69Enfin, pour expliquer l’existence à Corinthe de deux séries d’amphores bien distinctes morphologiquement et produites parallèlement durant une longue période, C. G. Koehler propose l’hypothèse d’une différenciation fonctionnelle : le type A, dont la pâte est proche de celle des lampes et des lécythes, était sans doute destiné au transport de l’huile, tandis que le type B, dont certains exemplaires conservent parfois des traces de résidus résineux à l’intérieur, semble plutôt réservé au transport du vin124.

  • 125 Lawall 1995, p. 69-74.

70La production des amphores corinthiennes de type B ne semble pas avoir commencé avant le dernier quart du vie s. av. J.-C., pour se poursuivre sans interruption jusqu’au sac de la cité par le général romain Mummius en 146 av. J.-C. Dans la longue période qui marque le développement de la production, les évolutions morphologiques qui se sont évidemment produites ont permis à C. G. Koehler de proposer, la première, une classification typo-chronologique sur la base des exemplaires trouvés dans les fouilles de Corinthe, de l’Agora d’Athènes et de quelques centres de Grande Grèce et de Sicile. L’étude récente conduite par M. Lawall125 sur les amphores provenant de contextes clos de la fin vie et du ve s. av. J.-C. de l’Agora d’Athènes, a permis de préciser, pour cette période au cœur de notre travail, une définition typochronologique plus serrée et plus sûre qui complète opportunément les travaux de C. G. Koehler.

2.1. Bilan des études

  • 126 La chronologie du début de série du type B, tout comme son origine, représente un problème particul (...)
  • 127 Pour les anaphores corinthiennes du type B datables encore entre la fin du vie et les premières ann (...)

71Les exemplaires les plus anciens attribués à la production corinthienne de type B, datés par C. G. Koehler entre le dernier quart du vie et le premier quart du ve s. av. J.-C.126, présentent une panse à peu près piriforme, une large épaule aplatie et des parois qui se rétrécissent vers le pied (fig. 11). Le pied, qui ne se distingue pas encore nettement du fond de la panse dont il prolonge le profil, est de forme cylindrique. Le dessous est plat et le profil externe est chanfreiné. Ces détails de forme présentent de fortes analogies avec les amphores du type A contemporaines. Les anses verticales, courtes, en ruban épais et à section elliptique irrégulière, ont une courbure arrondie et relevée. Elles sont implantées, en haut, immédiatement au-dessous de la lèvre. Le col est bref, cylindrique et se distingue nettement de l’épaule. La lèvre, au profil extrêmement arrondi et épais, en bourrelet, se distingue du col par une cannelure ou par un listel en relief, tout comme celle des amphores dites « ionio-corinthiennes » contemporaines, avec lesquelles ce type partage, outre la forme générale, plusieurs détails morphologiques127.

Fig. 11. Amphore de type « corinthien B archaïque ».

Fig. 11. Amphore de type « corinthien B archaïque ».

Corinthe, inv. C-37-2042

(d’après Koehler 1978a, fig. 2.a).

  • 128 Cf. : Campbell 1938, n. 192-193.
  • 129 Pour ces contextes, nous renvoyons respectivement à : Roberts 1986, P24126 ; Lawall 1995, p. 71, n. (...)
  • 130 Cf. : Lawall 1995, p. 71-72, n. 70.

72La chronologie de cette forme initiale est confirmée par la présence du type dans un contexte clos de Corinthe daté du début du ve s. av. J.-C.128, ainsi que dans le Stoa Gutter Well d’Athènes, dans les contextes H 12 :15 et R 12 :1 toujours de l’Agora, et enfin dans les fouilles du temple d’Aphaïa à égine, tous clos avant 480 av. J.-C.129. Quelques fragments isolés attribuables à ce type archaïque, trouvés dans des contextes postérieurs de Corinthe et d’Athènes, ont été considérés comme résiduels130.

  • 131 Pour la forme des amphores corinthiennes B datables entre 480 et 425 av. J.-C., cf. : Gauer 1975, p (...)

73Vers 480 av. J.-C., la forme corinthienne B subit une transformation radicale : la lèvre devient aplatie au sommet avec un profil extérieur rectiligne ou légèrement arrondi, en échine, toujours caractérisé par la présence d’une ou de plusieurs cannelures fines ou de listels à la jonction avec le col. C’est un caractère qu’on peut observer jusqu’à la fin du ive s. av. J.-C. Le col, légèrement évasé et aux parois concaves, est bref, comme les anses, dont le profil ne diffère pas beaucoup de celui des exemplaires du début de série. La panse globulaire a une épaule arrondie et son diamètre maximum est situé à mi-hauteur. Le pied, maintenant plein, se distingue nettement du fond arrondi, la jonction étant souvent soulignée par une cannelure ou une gorge et présente une forme tronconique brève. À l’intérieur, on note l’existence d’une cavité peu profonde (fig. 12)131.

Fig. 12. Amphore de type corinthien B.

Fig. 12. Amphore de type corinthien B.

Corinthe, inv. C-75-69

(d’après Koehler 1978a, fig. 2.b).

  • 132 Koehler 1979 p. 34 ; Ead. 1981, p. 454.
  • 133 Gauer 1975, pl. 7, n° 5, 8.
  • 134 Il s’agit du contexte H 12 :15 (Lawall 1995, p. 72) et du Stoa Gutter Well (Roberts 1986, p. 64-67, (...)
  • 135 Panvini 2001.

74Cette seconde forme, que C. G. Koehler situe entre 480 et 450 av. J.-C.132, d’après les plus récentes études de M. Lawall aurait connu une période de coexistence entre la fin du vie et le début du ve s. av. J.-C. avec la forme plus ancienne, les deux types étant l’un et l’autre présents dans un contexte d’Olympie daté de la fin vie s. av. J.-C.133 et dans d’autres contextes de l’Agora clos avant 480 av. J.-C.134. Dans l’épave archaïque de Gela on retrouve d’ailleurs la même association135

  • 136 Pour Olympie, cf. Gauer 1975, pl. 7, n° 6-7, pl. 9, n° 1 ; pour Thasos, cf. : Grandjean 1992, p. 54 (...)

75Ce type continue d’exister et de se développer au moins jusqu’à 425 av. J.-C., comme semblent le montrer quelques exemplaires provenant de contextes clos datés du troisième quart du ve s. av. J.-C. à Olympie, à Thasos, à Athènes et à Corinthe même136

  • 137 Pour la morphologie des exemplaires de la fin ve siècle, voir par exemple Gauer 1975, fig. 9.2 ; Ko (...)

76Dans le dernier quart du ve s. av. J.-C., la panse devient plus élancée et présente un aspect légèrement piriforme avec une épaule brève au profil concave en haut et un fond se resserrant légèrement en descendant vers le pied. Le pied en bouton, dans la continuité du profil inférieur de la panse tout en gardant la forme tronconique pleine avec une légère cavité interne comme pour les exemplaires précédents, est plus court et aussi plus arrondi en bas. La lèvre garde la forme en échine du type précédent, bien que son profil ouvert vers l’extérieur soit plus accentué, ce qui souligne nettement la jonction anguleuse de la base du bord avec le col. La jonction bord/col est toujours soulignée par une ou plusieurs lignes en creux ou en relief. Le col s’allonge, ainsi que les anses qui accentuent aussi vers le haut leur courbure en comprimant les parois du col et le bord extérieur de la lèvre, ce qui en provoque un écrasement souvent bien marqué (fig. 13)137. Il s’ensuit une déformation de l’embouchure, qui devient elliptique ou prend la forme d’un huit.

Fig. 13. Amphore de type corinthien B.

Fig. 13. Amphore de type corinthien B.

Corinthe, inv. C-72-118

(d’après Koehler 1978a, fig. 2.c).

  • 138 La plupart des exemplaires de ce type proviennent des contextes A 20 :6, B 13 :6, O 19 :4, C 19 :9, (...)
  • 139 Gauer 1975, pl. 9, n° 1-2 (pour le contexte du troisième quart du ve s. av. J.-C.), et pl. 8, n° 14 (...)

77La datation de cette forme au dernier quart du ve s. av. J.-C. se fonde sur les exemplaires, nombreux, provenant de cinq contextes de l’Agora d’Athènes clos avant la fin du siècle, alors que seuls deux exemplaires isolés ont été trouvés dans deux dépôts clos avant 425 av. J.-C.138. La chronologie suggérée par les découvertes de l’Agora est confirmée par l’absence du type dans un contexte clos d’Olympie daté du troisième quart du ve s. av. J.-C., où en revanche la forme plus ancienne est documentée ; par contre, il est bien présent dans un autre contexte clos daté du dernier quart du ve s. av. J.-C.139

  • 140 Les exemplaires datables notamment de la seconde moitié du ive s. av. J.-C. sont bien documentés et (...)

78La forte déformation du col, déjà bien attestée pour les exemplaires du dernier quart et la fin du ve s. av. J.-C. demeure une caractéristique de ceux du ive s. av. J.-C. pour lesquels ce caractère est même accentué. Ils se différencient néanmoins des précédents par une allure plus élancée et piriforme due à l’allongement du col et des anses, à la présence d’une ample épaule aplatie et à la disparition de tout élément de distinction entre le fond de la panse et le pivot plein qui en prolonge le profil (fig. 14)140.

Fig. 14. Amphore de type corinthien B.

Fig. 14. Amphore de type corinthien B.

Athènes, Agora, inv. P6395

(d’après Koehler 1978a, fig. 2.d).

  • 141 Gauer 1975, pl. 8, n° 9-13.

79Ce type, caractéristique du ive s. av. J.-C. même s’il trouve son origine dans le courant du dernier quart du ve s. av. J.-C., est bien attesté par la découverte de quelques exemplaires dans un contexte d’Olympie daté de la première moitié du ive s. av. J.-C.141.

2.2. Centres de production

80L’attribution à Corinthe du type B d’époque archaïque de la part de C. G. Koehler est particulièrement problématique. La tendance la plus récente des spécialistes est de ne pas distinguer la production corinthienne présumée de cette forme des nombreuses productions qui ont été identifiées ou qu’on a suggéré d’identifier dans la Méditerranée occidentale (cf. infra I, 2 § 1.1).

  • 142 Sur les pâtes des amphores corinthiennes de type B, les principales études sont dues à R. E. Jones (...)
  • 143 Cf. Koehler 1992.

81Pour ce qui concerne les amphores corinthiennes B de forme évoluée, la pâte de cette classe se distingue nettement, à l’analyse visuelle, de celle de la production parallèle d’amphores de type A. Elle se rapproche plutôt de celle utilisée dans la fabrication du type A’, après le milieu du ve s. av. J.-C. La matrice argileuse des amphores corinthiennes B est en effet fine et caractérisée par des couleurs claires, souvent semblable à celle qui est typique des productions de céramique fine corinthienne, variant du beige au jaune (MSC 5YR8/4-7.5YR7/4) et englobant de rares et fines inclusions de quartz et de silex. Les inclusions de mudstone et de tuffite qu’on trouve, bien qu’en quantités et dimensions différentes, tant dans le type A que dans le type A’142 sont en revanche totalement absentes. D’après C. G. Koehler, les exemplaires produits à partir du troisième quart du ive s. av. J.-C. seraient, en partie au moins, caractérisés par une argile d’une couleur plus proche de l’orange (MSC 2.5YR6/6) et par la présence en surface d’une couche d’argile semi-liquide couleur chamois, absente sur les amphores de production plus ancienne, dont la surface était simplement lissée143.

  • 144 Pour cette observation concernant le caractère plus grossier des pâtes des plus anciens exemplaires (...)
  • 145 Sur les premières analyses pétrographiques exécutées sur des échantillons d’amphores de type B, cf. (...)
  • 146 Cf. Jones 1986, p. 115-121, 176-189, 712-720, 739.
  • 147 Sur ces observations, voir la discussion argumentée proposée par I. Whitbread (1995, notamment p. 2 (...)

82Les pâtes des amphores corinthiennes B ont fait l’objet de nombreuses études physico-chimiques et pétrographiques dans le but de déterminer la ou plutôt les origines de cette série. Malgré les multiples analyses exécutées avec des techniques différentes, le problème des amphores corinthiennes B reste aujourd’hui encore particulièrement complexe et controversé. Si les premières analyses pétrographiques effectuées dans les années 1970 par M. Farnsworth sur des échantillons contenant des inclusions plus grossières et attribués en général à des amphores plus anciennes de la série144, ont abouties à la conclusion que la série était fabriquée avec de l’argile blanche de l’Acrocorinthe, les analyses par activation neutronique conduites plus tard par le même chercheur sur des échantillons contenant des inclusions plus fines, semblent démontrer que Corinthe et Corcyre avaient pu produire ces amphores145. Les analyses physico-chimiques plus récentes (optical émission spectroscopy et Môssbauer spectroscopy) exécutées par R. E. Jones sur les pâtes de quelques échantillons n’apportent pas de renseignements supplémentaires ou contradictoires, car elles indiquent que certains échantillons présentent de fortes similitudes chimiques avec l’échantillon de référence de Corinthe alors que d’autres sont conformes à l’échantillon de référence de Corcyre146. Les études pétrographiques de I. K. Whitbread, quant à elles, ont permis d’isoler quatre groupes sur la base du caractère plus ou moins grossier des inclusions de la pâte. Le premier groupe (Class 1) rassemble des exemplaires de la fin du vie-et/ou de la première moitié ve s. av. J.-C. caractérisés par des inclusions plus grossières ; le second (Class 2) des échantillons de la deuxième moitié du ve s. av. J.-C., le troisième et le quatrième (Class 3 et Class 4) des échantillons d’amphores datables entre la fin du ive et le iiie s. av. J.-C. I. K. Whitbread, tout en admettant qu’il n’y a pas de preuves pour exclure une production du type B à Corinthe, rappelle que beaucoup d’éléments indiquent l’existence d’un autre centre producteur et il exprime de forts doutes sur l’origine corinthienne du type B, étant donné son originalité vis-à-vis de la tradition morphologique et surtout technique des types A et A’ et plus généralement de la production vasculaire corinthienne. D’un point de vue technique, la fabrication des amphores de type B est caractérisée, dès l’origine, par l’usage exclusif du tour, alors que celle des types A et A’ fait encore une large part au modelage, au moins jusqu’au début du ve s. av. J.-C. Par ailleurs, l’absence de mudstone dans la pâte des exemplaires les plus anciens de la série B, inclusions qui caractérisent la production du type A mais aussi les premières productions du type A’147, apparaît également comme un élément fort de différenciation des procédés techniques.

  • 148 D’après l’évaluation de C. G. Koehler (1992, p. 273), les amphores corinthiennes B trouvées à Corin (...)
  • 149 Sur les arguments en faveur d’une production corcyréenne d’amphores de type B, voir Koehler 1981 ; (...)

83Pour conclure, et bien que la concentration d’amphores du type B dans les fouilles de Corinthe ait poussé C. G. Koehler à attribuer leur production à la cité148, les seuls indices directs et incontestables de leur lieu de fabrication proviennent de sa colonie occidentale de Corcyre, à laquelle les sources littéraires attribuent effectivement une série amphorique. On y a trouvé des structures artisanales et des déchets de cuisson datables entre la seconde moitié du ve et le milieu du iiie, avec une certaine concentration dans le courant du ive s. av. J.-C.149. L’opinion initiée par C. G. Koehler, selon laquelle Corinthe et Corcyre auraient produit des amphores de type B, sur la base d’une sorte d’accord commercial consentit par Corinthe à sa colonie ne trouve donc, à l’heure actuelle, pas de confirmation archéologique. Il est désormais exclu que ces amphores de type B aient pu constituer une production exclusive de Corinthe et même, les éléments qui poussent à douter de l’origine au moins pour partie corinthienne de la série sont nombreux.

  • 150 J’ai emprunté ces définitions (« locale », « régionale », « extrarégionale ») aux observations de M (...)
  • 151 Mano 1971 ; Desy 1982 ; Ceka 1986, p. 89 (pour le ve s. av. J.C.) ; Desy, De Paepe 1990, p. 215 (po (...)

84Pour l’instant, la position la plus prudente consiste à considérer les amphores de type B comme une production « extra-régionale »150 fabriquée non seulement à Corcyre, peut-être Corinthe, mais aussi dans d’autres centres, notamment de l’aire ionienne-adriatique. Une production de forme B d’époque classique et hellénistique a en effet été attribuée à Apollonia, dans l’Illyrie méridionale151. Par ailleurs, l’examen visuel des pâtes des amphores corinthiennes B de Corcyre a fait supposer à d’autres auteurs que l’atelier corcyréen n’était pas le seul et que d’autres productions étaient à rechercher peut-être en Épire (Kourkoumélis-Rodostamos 1988, p. 113). Une partie des amphores corinthiennes B d’époque classique de Butrinte est aujourd’hui attribuée à une « local production from Corfù-Butrint » (Docter sous presse). Enfin, suite à la découverte de déchets de cuisson, un atelier de la forme du ive s. av. J.-C. a été récemment localisé à Pharos, en Croatie (Katic 2004).

  • 152 Gassner 2003b, p. 183-186, 213 (pour Vélia – « Randform 5 ») ; Docter sous presse (pour Butrinte).

85La plupart des indices, y compris des analyses physico-chimiques152, nous amènent donc à penser que le principal secteur de production de cette forme amphorique était l’aire ionienne-adriatique.

  • 153 Vandermersch 1994, p. 64. L’examen visuel de certaines de ces amphores montre qu’elles partagent pa (...)

86Il faut néanmoins rappeler, pour finir, que ces amphores correspondent également à la forme MGS I de Chr. Vandermersch, selon lequel, elles pourraient avoir été produites dans le secteur du Golfe de Tarente et celui compris entre Métaponte et Sybaris/Thourioi153.

2.3. Contenu

  • 154 Cf. : Koehler 1981, p. 452, et n. 16 ; Ead. 1986, p. 50-52, avec références bibliographiques et aux (...)
  • 155 Pour les deux dernières observations, voir Sedda 1989, p. 126-127.

87Les dépôts résineux présents à l’intérieur de quelques amphores corinthiennes B de l’Agora d’Athènes et de Carthage ont conduit C. G. Koehler à penser que cette forme était destinée au transport du vin. D’après les sources, en effet, dans le cas des conteneurs pour le vin un traitement avec une substance résineuse était conseillé. Il permettait d’obtenir l’étanchéité du conteneur, ce qui évitait à l’oxygène d’entrer en contact avec le contenu à travers les pores des parois d’argile, activant un procès dégénératif154. Le vin produit dans l’Antiquité avait un degré alcoolique bas, ce qui facilitait l’agression de la part des agents pathogènes qui provoquent la transformation du vin en vinaigre. Ce type de revêtement de l’amphore aurait aussi permis d’en aromatiser le contenu155

88On a opposé à cette idée l’observation que, d’après les sources, le vin de Corinthe était un produit de qualité médiocre (Athen., Deipnosophistae I, 30f = Alexis fr. 290 Edmonds). Cependant, la localisation d’une production de cette forme à Corcyre (Preka-Alexandri 1992) constitue un argument valide en faveur de l’utilisation de ces amphores pour transporter le vin. D’après les sources, en effet, dans les époques classique et hellénistique dans l’île de Corfou il y avait une production viticole très développée, au point de justifier l’utilisation tant de la grappe de raisin que de l’amphore sur les émissions monétaires de la fin du vie et de la première moitié du ve s. av. J.-C. (Kourkoumélis-Rodostamos 1988, p. 92-98, 157, 160 ; Id. 1992).

2.4. Diffusion dans la Méditerranée occidentale156

  • 156 Sont exclues de ce catalogue non exhaustif les amphores de forme archaïque que C. G. Koehler a attr (...)
  • 157 Semeraro 1997, p. 63, n° 95 (Cavallino), p. 105, n° 197 (Masseria Fano), p. 154-156, n° 321-322, p. (...)

89La présence d’amphores corinthiennes B est attestée dans le Salento, aussi bien sur la côte adriatique, (Oria, Cavallino et peut-être à Vaste), que sur la façade ionienne (Masseria Fano et Ruffano). Une épave datée de la seconde moitié du ve s. av. J.-C, en face de la côte de Gallipoli, transportait une cargaison d’amphores corinthiennes B157.

  • 158 Il s’agit des tombes Numana-Sirolo n° 6, 178 et 185 et des tombes n° 90 et 100 de Camerano (Cf. Lan (...)

90Plus au nord, le long de la côte adriatique des Marches, des amphores corinthiennes B de fin ve s. av. J.-C. ont été signalées dans des contextes funéraires de Sirolo-Numana et de Camerano158.

  • 159 Ceka 1986, p. 89.
  • 160 Cf. Bereti 1992, pl. II-III.

91Dans l’Adriatique orientale, les amphores corinthiennes de type B sont documentées non seulement à Corfou, mais aussi à Margëlliç, site de l’arrière-pays albanais où, à partir du ve s. av. J.-C., il semble que soit aussi attestée la production apolloniate du type159. À Treport, sur la côte de l’Albanie, on signale des amphores corinthiennes B datables entre l’époque tardo-archaïque et le ive s. av. J.-C.160.

  • 161 Pour le secteur de Métaponte, cf. Lo Porto 1992 et Morter, Leonard 1998.

92Dans l’aire ionienne, en Basilicate, quelques exemplaires d’amphores corinthiennes B sont signalés dans le territoire de Métaponte, trouvés dans des sépultures du milieu du ve s. av. J.-C.161.

  • 162 Pour Caulonia et Crotone, cf. Vandermersch 1989, p. 99-101, 103, 108.

93En Calabre, les amphores corinthiennes B sont présentes dans l’habitat de Caulonia, où elles sont documentées dès l’époque tardo-archaïque et jusqu’à l’époque hellénistique, et à Crotone, par quelques exemplaires du ive et du iiie s. av. J.-C.162.

  • 163 Pour Sélinonte, Dehl-Von Kaenel 2004, p. 444 ; pour Lipari, Cavalier 1985.
  • 164 Pour le bateau de Capo Rasocolmo, cf. Koehler 1981, p. 45 et Parker 1992, n° 248, p. 122, map 11.
  • 165 Pour les amphores corinthiennes B de la « seconde épave de Géla », découverte en 1990, Panvini 2001 (...)
  • 166 Pour l’épave de Capo d’Ognina connu sous la dénomination « sud 4 », cf. : La Fauci 2002.
  • 167 Pour l’épave dite « Siracusa A », cf. Koehler 1981, p. 17 et Parker 1992, n° 1091, p. 405-406, map (...)
  • 168 Pour l’épave de Filicudi, cf. Kâpitan 1978, p. 274-275, fig. 7 ; Koehler 1979, p. 236 ; Ead. 1981, (...)
  • 169 Pour l’épave de Marzamemi H, cf. Parker 1978, p. 629-631, pl. CXXXVIII, fig. 1-2 ; Parker 1992, n° (...)

94En Sicile, où la documentation est plutôt consistante pour le ive s. av. J.-C., un groupe d’amphores corinthiennes B datables du milieu et de la deuxième moitié du ve s. av. J.-C. a été récemment signalé dans le site indigène de la Montagna di Ramacca, dans la province de Catane, et des exemplaires d’amphores corinthiennes B du ve s. proviennent des fouilles de Lipari163. Enfin, des amphores corinthiennes B faisaient partie de la cargaison de l’épave de Capo Rasocolmo164 qui fit naufrage près du détroit de Messine entre 450 et 400 av. J.-C., du bateau dit « seconde épave de Géla »165 daté vers le milieu du ve s. av. J.-C., de l’épave de Capo d’Ognina désignée ’Ognina sud 4’166 datée de la seconde moitié du ve s. av. J.-C., de celle de Syracuse A-Scoglio della Galera, datée du troisième quart du ve s. av. J.-C.167, du bateau de même époque de l’île de Filicudi-Capo Graziano168, et enfin de l’épave de Marzamemi H169, datable entre 425 et 375 av. J.-C.

  • 170 Pour Vélia, Gassner 2003 ; pour Pontecagnano et Vico Equense, Di Sandro 1981, p. 7 et Albore Livadi (...)

95Le long de la côte tyrrhénienne, en Campanie, des exemplaires d’amphores corinthiennes B ont été signalés à Vélia et dans les nécropoles de Pontecagnano et de Vico Equense170.

  • 171 Cygielman, De Tommaso 1998.

96En ce qui concerne l’Étrurie, la documentation relative aux amphores corinthiennes B semble être limitée à l’épave de Castiglione della Pescaia-Punta Ala, datée entre la fin du vie et la première moitié du ve s. av. J.-C.171.

  • 172 Pour Marseille, Sourisseau 1997, I, p. 97. Pour Cerro Macareno, cf. Rouillard 1991, p. 177 ; pour E (...)

97Dans les régions situées plus à l’ouest, le type corinthien B est documenté par quelques exemplaires à Marseille et dans la péninsule ibérique, où des attestations sont signalées à Cerro Macareno (près de La Rinconada), dans le secteur de Séville et dans le gisement sous-marin d’El Cabanyal-Malvarrosa, près de Valence, dans les deux cas avec une documentation de plein ve s. av. J.-C., et enfin dans la cargaison de l’épave d’El Sec datée vers le milieu du ive s. av. J.-C.172.

Notes

1 Bien que quelques contributions des années 1930 distinguent déjà les deux formes principales supposées être produites à Corinthe (Pease 1937, n° 200-201 ; Campbell 1938, p. 604-605), la définition des deux groupes – Corinthian A et Corinthian B – a été introduite pour la première fois par C. G. Koehler (1978, 1979 et 1981).

2 Pour les études publiées par l’école Américaine d’Athènes, à part les ouvrages déjà cités (cf. n. 9), on consultera les travaux de V. Grace, notamment : Grace 1953, p. 108-109, n° 164-166 et Ead. 1961. Dans le sillage de ces premières études, voir les travaux encore fondamentaux de C. G. Koehler, notamment : Koehler 1978a ; Ead. 1978b ; Ead. 1979 ; Ead. 1981 ; Ead. 1982 ; Ead. 1986 ; Ead. 1992. Les études récentes menées par l’école Britannique d’Athènes dans le cadre du Fitch Laboratory sont dus essentiellement à R. E. Jones (1986, p. 712) et à I. K. Whitbread (1986, p. 95-101 ; Id. 1988, p. 221-222 ; Id. 1995, surtout p. 255-293) qui reposent en particulier sur l’étude pétrographique des argiles et des dégraissants.

3 Grace 1953, p. 108-109, n° 164-166.

4 Koehler 1981, p. 454, 457 ; Ead. 1992, p. 269-270 et n. 13 ; Lawall 1995, p. 61.

5 Morter, Leonard 1998. Sur plus d’une trentaine d’amphores corinthiennes signalées dans les nécropoles de Pantanello et Saldone, seules deux sont de forme A.

6 Sur la genèse et le développement de ces amphores durant la période géométrique, voir : Pfaff 1988, p. 29-31. Sur la relation étroite et la continuité à l’intérieur d’une même tradition entre les storage jars géométriques et les amphores corinthiennes A, voir : Koehler 1981, p. 451, pl. 98. a.

7 Pour quelques exemplaires d’amphores corinthiennes de type A du viie s. av. J.-C., voir : Koehler 1978a fig. 1.a, 3.a ; Ead. 1981, pl. 98. b-c. Pour des exemplaires datables du vie s. av. J.-C., cf. : Ead. 1978a, fig. 1.b ; Di Sandro 1981b, fig. ; Koehler 1981, pl. 98. d-e.

8 Pour Métaponte et Géla et les attestations de la fin viiie-milieu viie s. av. J.-C., voir : Koehler 1981, p. 451, pl. 98.b et Ead. 1978a, fig. 3.a.

9 Pour la seconde moitié du viie s. av. J.-C. : Koehler 1978a fig. 1.a ; Ead. 1981, pl. 98.c ; Ead. 1992, n. 9, pl. 1.a,

10 Pour la fin du viie et pour le vie s. av. J.-C. : Koehler 1981, p. 451-452, pl. 98.c-e.

11 Sourisseau 2006.

12 Koehler 1981, p. 451, n. 10, et Ead. 1992, n. 9.

13 La classification typo-chronologique proposée par J.-Chr. Sourisseau, comme il l’a lui-même indiqué, est encore susceptible de modifications, car les contextes de la nécropole de Rifriscolaro à Camarine sont encore en cours d’étude. Par conséquent, la présentation de l’ensemble des typologies amphoriques ainsi que leur séquence chronologique dans le cadre d’une typologie du site attendent encore les confrontations nécessaires qui viendront de l’étude des associations de matériels susceptibles de fournir une datation. Malgré cela, la contribution préliminaire de J.-Chr. Sourisseau, en l’état actuel des recherches, s’avère fondamentale pour l’étude des amphores corinthiennes A du vie s. av. J.-C. et j’estime qu’il faut lui réserver un éclairage particulier à l’intérieur de ce travail.

14 Sourisseau 2006, p. 135, fig. 2, 8. Le type correspond à Koehler 1979, pl. 1, n° 1-4, et Ead. 1981, p. 451, pl. 98. b.

15 Sur cet aspect, voir la mise au point récent de P Pelagatti (2006) et de C. W. Neeft (2006) sur la céramique corinthienne.

16 Pour une liste d’amphores attribuables à ce type et datées entre le second et le dernier quart du viie s. av. J.-C., voir Sourisseau 2006, n. 33. À ce répertoire, on peut aussi ajouter une amphore corinthienne A du « Tumulo della Speranza » de Caére, datée entre la fin du premier et le deuxième quart du viie s. av. J.-C. sur la base du mobilier (Rizzo 1990, p. 55, fig. 345). Pour le fragment de Marseille daté du début du vie s. av. J.-C., Sourisseau 1997, II, p. 130, fig. 45, n° 1.

17 Sourisseau 2006, p. 142.

18 Sourisseau 2006, p. 135-137, fig. 3, 8. Le type correspond à Koehler 1979 pl. 1, n° 6, pl. 2, n° 9-12, et Ead. 1981, p. 452, pl. 98, c.

19 Pour une liste de ces attestations les plus archaïques, Sourisseau 2006, p. 136-137, n° 37-39.

20 Sourisseau 2006, p. 136-137, n. 40 ; Koehler 1981, p. 451, n. 11, pl. 98, c ; Ead. 1992, n. 9, pl. 1.a ; Neeft 2006.

21 Sourisseau 2006, p. 137-138, fig. 4, 8. Le type correspond à Koehler 1979 pl. 3, n° 20, et Ead. 1981, p. 452, pl. 98.d.

22 Koehler 1981, p. 452, pl. 98.d ; Sourisseau 2006, p. 138.

23 La plus grande finesse des amphores du type 4 a été observée notamment pour les variantes 4B et 4C. La variante 4A peut, en revanche, encore présenter un aspect plus massif.

24 Sourisseau 2006, p. 138-139, fig. 5, 8. La variante A du type 4 de Camarine-Rifriscolaro trouve un parallèle dans Koehler 1981, pl. 98.e ; la variante 4B correspond à Ibid., pl. 98.f ; la variante 4C à Ibid., pl. 98.g.

25 Koehler 1979 p. 14-15.

26 Pour la nécropole de Camarina (T. 449 encore inédite), où une amphore de ce type se trouvait en association avec de la céramique corinthienne du milieu ou du troisième quart du vie s. av. J.-C., voir Sourisseau 2006, p. 139, n. 47 ; pour l’épave de Gela, Panvini 2001, p. 131-132, pl. XXII, n° 128-129, 132, et XXIII, n° 135.

27 Pour un répertoire de ces contextes voir Sourisseau 2006, n. 48. J.-Chr. Sourisseau avance cependant l’hypothèse que la variante 4A ait fait son apparition de manière précoce, vers le milieu du vie s. av. J.-C., pour disparaître au début, ou au plus tard, dans le courant du dernier quart du siècle, tandis que les variantes 4B et 4C, à son avis tout à fait contemporaines, auraient été fabriquées entre le dernier quart du vie s. av. J.-C. et 490 av. J.-C.. (Ibid., p. 139).

28 Sourisseau 2006, p. 140, fig. 6, 8. Ce type pourrait correspondre à Koehler 1979 pl. 6, n° 34.

29 Pour ces limites chronologiques et les contextes relatifs, voir Sourisseau 2006, p. 150, n. 50-51.

30 Sourisseau 2006, p. 140-141, fig. 7-8. Ce type correspond à Koehler 1979 p. 16, pl. 6, n° 35-36, 38.

31 Sourisseau 2006, n. 57.

32 Panvini 2001, p. 131, pl. XXII, n° 130.

33 Pour Camarine : T. 611A de la nécropole de Rifriscolaro, encore inédite (Sourisseau 2006, n. 54, avec un répertoire d’autres contextes de la seconde moitié du vie ou la première moitié du ve s. av. J.-C.) ; pour Zancle, Tigano 1999, p. 146, fig. 9, n° 127.

34 Lawall 1995, p. 58-61, fig. 9-10.

35 Le conservatisme morphologique de la variante A/2 dans le courant du ve s. av. J.-C. est documenté notamment par deux exemplaires complets de Corinthe : C-37-2037 (Koehler 1978a fig. 1.c ; Ead. 1981, pl. 98.g) et C-34-933 (Koehler 1981, fig. 1.d, pl. 98.h), datés respectivement du début et du troisième quart du siècle. Pour ces deux amphores, voir en dernier lieu Lawall 1995, p. 61, respectivement fig. 9 et 10.

36 Pour l’amphore C-37-2037 de Corinthe, cf. Koehler 1798 a, fig. 1.c ; Ead. 1981, pl. 98.g.

37 Koehler 1979, p. 14.

38 Long, Miro, Volpe 1992, p. 227, fig. 46.2-3.

39 Voir notamment les ensembles D 15 :1 et H 12 :15. Sur ces dépôts, cf. Lawall 1995, p. 60, n. 14.

40 Voir par exemple les dépôts M 17 :4 et A 18-19 :1. Pour ces considérations, voir Lawall 1995, p. 60, n. 15.

41 Lawall 1995, p. 60, n. 17.

42 Campbell 1938, n° 201.

43 Pease 1937, p. 302-302, n° 200 ; Lawall 1995, p. 61, n. 19.

44 Lawall 1995, p. 60-61, n. 18.

45 La forme globulaire des amphores corinthiennes de type A du ive s. est clairement identifiable, notamment avec l’exemplaire publié par Koehler 1978b fig. 1 ; Ead. 1978a, fig. 1.e ; Ead. 1992, pl. 2.a, et n. 15, avec bibliographie relative à d’autres attestations.

46 Sur ce point, voir Vandiver, Koehler 1986, p. 182, 187.

47 Pour les caractéristiques de la pâte des amphores corinthiennes de type A, voir essentiellement Jones 1986, p. 712-720, Whitbread 1986, p. 97-100 et Id. 1995, notamment p. 268-270. Pour une description synthétique et une analyse visuelle, voir également Koehler 1992.

48 Pour des observations sur les pithoi et leur analogie avec les amphores de type A, cf. Berlingò 1995. Pour la similitude entre la pâte des amphores corinthiennes A et d’autres produits corinthiens en terre cuite, cf. Koehler 1979 p. 3-4 (pour les terres-cuites architecturales) ; Ead. 1981, p. 452 (pour les conteneurs à huile).

49 Farnsworth 1964, p. 224-225.

50 Farnsworth 1970, p. 10-11 ; et Farnsworth, Perlman, Asaro 1977, p. 457, 459.

51 Whitbread 1995.

52 Pour de récentes analyses pétrographiques d’amphores corinthiennes A, voir également Iceland 1988, p. 748-755., in Morter, Leonard 1998.

53 Sur ce point, voir en particulier Whitbread 19S6, p. 97-100, et Id. 1995, p. 26S-270.

54 Lawall 1995, p. 62-63 avec commentaires et références bibliographiques.

55 Cf. Bonghi Jovino, Donceel 1969, p. 106 et Albore Livadie 19S5, p. 139 (Nola) ; Koehler 1979 p. 29, n. 25 (Sélinonte) ; Pancrazzi 19S2, p. 334 (Pise) ; Albanese Procelli 1997b, p. 95-96 (différents sites de Sicile) ; Vassallo 2003, p. 333-336 (Himère) ; Sourisseau 2002, p. 54S, fig. 61, Id. 2006, p. 134 (Camarine-Rifriscolaro) ; Mano 1971 et Whitbread 1995, p. 2S3 (Apollonia d’Illyrie).

56 Sourisseau 2011, p. 1SS-1S9, fig. 6, 13 et 14. Ces amphores, désignées sous l’appellation de type 1ß des productions grecques occidentales et attribuées par l’auteur à la production de Sybaris, constituent une série maintenant bien documentée par les découvertes de Camarine-Rifriscolaro. Les productions sicéliotes sont beaucoup plus rares et ne semblent pas diffusées en dehors d’un cadre régional restreint : Sourisseau 2011, p. 197-200, fig. 16.

57 La définition de cette série de type A’, outre Koehler 1979, p. 16-19, est exposée clairement dans Koehler 1981, notamment p. 454-457, et plus récemment dans Koehler 1992, p. 270.

58 Sur ces considérations, cf. Koehler 1979 p. 731 ; Ead. 1981, p. 454, 457 ; et, plus récemment, Ead. 1992, p. 270.

59 Exemplaires des T. 191-3 et T. 293-2 (Morter, Leonard 1998, p. 734, 741 et 745). Outre ces deux exemplaires provenant de tombes, deux cols d’amphores corinthiennes A d’époque archaïque (CD 289-61 et CD 289-62) ont également été répertoriés (Ibid., p. 734, 744-745).

60 Koehler 1979 p. 16, n° 36-38 ; Ead. 1992, p. 270.

61 Morter, Leonard 1998.

62 Pour la description de la forme du début de la série, voir Koehler 1981, p. 454-456 ; Ead. 1992, p. 270. Les amphores corinthiennes A’ datées avant le milieu du ve s. av. J.-C. sont assez rares dans la bibliographie disponible. Pour les exemples les plus anciens cités par C. G. Koehler, de Corinthe et de Camarine (cf. Ead. 1978, p. 16, n° 36-38) ; pour les deux exemplaires les mieux conservés datés dans la première moitié du ve s. av. J.-C. à Lipari, cf. Cavalier 1985, cat. n° 5-6, fig. 4, a-b (pour leur datation récemment revue sur la base de parallèles, voir Lawall 1995, p. 65).

63 Campbell 1938, n° 202-203 ; Koehler 1979 p. 16, n° 37-38.

64 Koehler 1981, p. 456.

65 Lawall 1995, p. 65.

66 Pour la forme des amphores corinthiennes A’ de la seconde moitié du ve s. av. J.-C., cf. Koehler 1978a, p. 236, fig. 1.d, et 3.d ; Ead. 1981, p. 456, fig. 1.b, c, pl. 99.g ; Ead. 1992, pl. 2.b.

67 Pour les contextes de Corinthe, cf. Pease 1937, p. 302-303, fig. 34, n° 199 ; Koehler 1981, p. 456, n. 26.

68 Di Sandro 1981b, p. 6, fig. 1 (Pontecagnano) ; Morter, Leonard 1998, fig. 17.3 (chora de Métaponte).

69 Koehler 1978a, fig. 1.d et fig. 3.d ; Ead. 1992, pl. 2.b.

70 Morter, Leonard 1998, p. 733-734, fig. 17.1-17.3.

71 Pour les analyses effectuées sur la pâte des amphores corinthiennes A’, cf. Whitbread 1995, notamment p. 270-274.

72 Farnsworth, Perlman, Asaro 1977, p. 457, 459, 463.

73 H. Iceland, in Morter, Leonard 1998, p. 748-753.

74 Koehler 1981, p. 452 ; Vandiver, Koehler 1986, p. 204-205 ; Koehler 1992, p. 277-278, e n. 47-48.

75 Charlin, Gassend, Lequément 1979, p. 21-22 ; et Koehler 1986, p. 52, e n. 15-16, tous les deux avec bibliographie et références aux sources.

76 La possible altération du goût de l’huile au contact avec un revêtement résineux avait été déjà supposée dans Charlin, Gassend, Lequément 1979, p. 21. Pour la réaction chimique qui se produit par le contact entre les matières grasses et la poix, cf. Heron, Pollard 1988. En alternative au vin, il semble que, du moins à l’époque romaine, la salaison de poisson aussi, ainsi que celle d’olives, pouvaient être contenues dans des amphores revêtues de poix (Charlin, Gassend, Lequément 1979, p. 22, et n. 27).

77 Pour cette possibilité, en faveur de laquelle se déclare depuis quelque temps P. Dupont (Dupont 1998, p. 182 et n. 257), voir les résultats des analyses chromatographiques en phase gazeuse effectuées sur les amphores romaines de Sagalassos (Romanus et al. 2009).

78 Sur cette hypothèse on consultera toutefois la discussion critique de M. Gras (2010, p. 110-116).

79 L’inventaire qui va suivre n’a pas de prétention à l’exhaustivité. Il signale seulement les principales découvertes afin de donner au lecteur une idée schématique de l’état de la documentation connue et de permettre une évaluation tout aussi schématique de la diffusion de ces amphores en Méditerranée occidentale.

80 Pour les amphores corinthiennes A de l’habitat de Pale, sur l’île de Céphalonie, cf. d’Agostino, Soteriou 1998, p. 357, fig. 8 ; d’Agostino, Gastaldi 2002, notamment p. 169. Sur le tableau de distribution des importations corinthiennes dans le Salento et le long de la côte épirote et illyrienne aux viiie et viie s. av. J.-C., voir D’Andria 1985, notamment p. 358-377, fig. 24, avec carte des attestations et bibliographie antérieure. Pour Margëlliç, Belsh, Berat et Selcë, voir Ceka 1983. Pour Durrës, cf. Tartari 1982, pl. I, 3 ; pour Treport cf. Bereti 1992, pl. I, 1-10.

81 Sur ce sujet, cf. D’Andria 1985, notamment p. 347.

82 Sur la distribution des amphores corinthiennes A et A’ on renvoie en dernier à : Semeraro 1997, p. 389, fig. 297 b.

83 Berlingò 1995, p. 246-428, avec bibliographie antérieure, à laquelle il faut ajouter pour la documentation des vie et ve siècles de Vaste, Semeraro 1990, p. 155 n° 249, 160 n° 261.

84 Je fais allusion à la Tombe 64 de Numana-Sirolo, signalée récemment par M. Landolfi (1999, p. 150, n. 59), mais aussi à la Tombe 185 de la même nécropole, dont le matériel, avec celui de la Tombe 64, est exposé au Musée Archéologique National d’Ancône.

85 Pour Durrës, cf. Tartari 1982, pl. I, 1 (outre la série corinthienne, pour l’époque hellénistique, on rappellera les exemplaires de Rhodes et de Cnide) ; pour Treport, cf. Bereti 1992, pl. I, 1-10 ; pour Margëlliç, cf. Ceka 1986, pl. I-VI.

86 Pour la Siritide, cf. Berlingò 1995, avec références bibliographiques. Pour le matériel archaïque trouvé à Métaponte, cf. Lo Porto 1966 ; Id. 1992 ; D’Andria 1985, fig. 24 ; pour l’habitat de l’Incoronata, voir Scioli, Sacchi 1992 ; Cavagnera 1995 et Stea 1997.

87 Pour le matériel de ve s. trouvé en Basilicate, voir Berlingò 1995, p. 424-426, avec indications sur les contextes de découvertes et la bibliographie antérieure. Sur les découvertes récentes d’amphores corinthiennes A’ dans la chora de Métaponte, cf. Morter, Leonard 1998. Sur l’importance de la documentation de Métaponte, cf. aussi Koehler 1979, p. 454, n. 5.

88 Berlingò 1995, p. 422-424, avec bibliographie antérieure. Sur l’ample documentation de Caulonia, voir Vandermersch 1989, p. 93, pour la période archaïque, et p. 99, pour l’époque classique.

89 Sur ces attestations, voir Vandermersch 1989.

90 Sur les importations de conteneurs à huile de Corinthe sur la côte ionienne dans le courant du ive siècle, cf. Vandermersch 1989, p. 102-103 ; Berlingò 1995, p. 422-424. Voir également les observations sur la diffusion spécifique à cette période de la variante A’ dans Koehler 1979, p. 14.

91 Vandermersch 1989, p. 108.

92 Pour les amphores corinthiennes en Sicile, on consultera la synthèse de p. Pelagatti spécialement consacrée au sujet (Pelagatti 1995), ainsi que celle, plus récente, de R. M. Albanese Procelli (1997, notamment p. 95-99). Nous renvoyons à ces contributions pour les indications détaillées des très nombreux sites et des contextes des découvertes avec propositions chronologiques. Plus récemment, pour Camarine, cf. Sourisseau 2002, p. 547-548, et Id. 2006 ; pour Himère, Vassallo 2003, p. 331-333, fig. 1-2 ; pour Naxos, Lentini, Savelli, Blackman 2007, p. 89, et Id. 2009, p. 102-103 ; pour Solonte, Polizzi 1997, p. 100, n° 1, fig. 6 ; pour Colle Madore, Polizzi 1999, p. 221-224, n° 385-387, fig. 221, n° 385, 222, n° 386-387 ; pour Milazzo, Tigano 2002, p. 70.

93 Koehler 1979, p. 29, n. 25. Pour l’observation, voir également Albanese Procelli 1997, p. 95-96, n. 12, et Sourisseau 2006 et 2011. Pour des exemplaires « d’imitation corinthienne » d’Himère, cf. Vassallo 2003, p. 333-339, fig. 3-4.

94 Cf. Albanese Procelli 2003, notamment, p. 37-38.

95 Pour Lipari cf. Cavalier 1985.

96 Pour l’épave de Plemmirio, datée vers le milieu du vie s. av. J.-C., cf. Wilson 1988, p. 115-116 ; Parker 1992, n° 835, p. 319320, map 11.

97 Pour l’épave archaïque de Géla, datée du premier quart du ve s. av. J.-C., cf. Freschi 1991 ; Panvini 1991 ; Parker 1992, n° 441, p. 188-189, map 11 ; Panvini 1993 et Panvini 2001, notamment p. 70-72, pl. XXII.132, XXIII.133-136.

98 Sur le bateau de Punta Braccetto, dont la datation longuement débattue pourrait maintenant, à mon avis, être fixée entre la seconde moitié du vie s. av. J.-C. et les débuts du ve s. av. J.-C., cf. Wilson 1988, p. 116 ; Parker 1992, n° 915, p. 346, map 11 ; Di Stefano 1995.

99 Pour ces deux épaves de Capo d’Ognina, datés de la période de transition du vie au ve s. av. J.-C., voir en dernier lieu, La Fauci 2002, avec un tableau de correspondance entre le nouveau et l’ancien système de dénomination des nombreuses épaves trouvées dans la zone.

100 Pour l’épave connue sous le nom de « Syracuse A », cf. Koehler 1981, p. 17 et Parker 1992, n° 1091, p. 405-406, map 11.

101 La Fauci 2002.

102 Pour l’épave de Filicudi, cf. Käpitan 1978, p. 274-275, fig. 7 ; Koehler 1979, p. 236 ; Ead. 1981, p. 29, 45 ; Parker 1992, n° 237, p. 119, map 11.

103 Pour Cumes, Savelli 2006, p. 110-111 ; pour Vélia, Gassner

2003, p. 119-120.

104 Sur la documentation amphorique de Pontecagnano, Nola et Vico Equense, Di Sandro 1981, p. 5-6 et, plus récemment, Albore Livadie 1985, p. 139, avec bibliographie antérieure ; pour la nécropole de Pithécusses, Buchner, Ridgway 1993 ; pour la documentation de la décharge Gosetti, Di Sandro 1986. Informations reprises et rassemblées dans Berlingò 1995, p. 428-429.

105 Pour les observations sur le Latium vetus et un essai de synthèse, voir Zevi 1985. Pour les amphores corinthiennes de Rome, voir Koehler 1981, p. 452 et Zevi 1985, p. 119. Pour le fragment de Ficana, cf. Zevi 1985, n. 4, avec bibliographie antérieure. Toujours provenant de Ficana, mais d’un espace funéraire, une autre amphore corinthienne A avait été signalée, mais l’attribution est aujourd’hui considérée erronée (Zevi 1985, p. 123).

106 Pour une synthèse sur les amphores corinthiennes A, cf. Berlingò 1995, p. 429-430. Pour la nécropole de Caeré, Rizzo 1990, p. 48, 55 ; pour Tarquinia, Scotti 1986, p. 169 et Scotti 1999, p. 267-268 ; pour Vulci, Boitani 1985 ; pour Pyrgi, Colonna 1985 ; pour Gravisca, Slaska 1985 et Fortunelli 2007, p. 269, pl. 28, G2 ; pour Regae (Regisvilla), Morselli, Tortorici 1985 ; pour Caeré, Boss 1993.

107 Cf. Slaska 1982 et Slaska 1985. La diminution observée concerne à la fois les amphores étrusques et celles d’importation.

108 Pour la Doganella, voir Perkins-Walker 1990, p. 139, fig. 40. 18.

109 Pour Pise, on consultera les travaux d’O. Pancrazzi (1982 ; Ead. 1993) et les publications consacrées aux fouilles urbaines plus récentes de M. Bonamici (1989) et surtout de M. Massa (1993), qui confirment le cadre déjà esquissé par O. Pancrazzi. Pour San Rocchino, cf. Maggiani 1990b, p. 92-94, n° 47-48, fig. 41, 44.48. Pour Piari, Ciampoltrini, Notini 1987 (non identifiée et définie comme « oll »).

110 Pour les amphores inédites du territoire de Chiusi, cf. Paolucci 2006, p. 422-423. Pour Sarteano, lieu-dit Palazzina, Tombe 13, voir Rastrelli 1997, p. 79, fig. 79, et, Minetti, Rastrelli 2001, p. 23, n° 13.8 ; pour le Petriolo et pour Murlo, Savelli sous presse, avec références bibliographiques.

111 Il s’agirait de plusieurs fragments non identifiés explicitement mais caractérisés par un examen pétrographique et la présence d’une anse caractéristique. Sur ces fragments : Milanese, Mannoni 1986, p. 130-132, fig. 8, 1-1 a (désignée de manière générique « anfora corinzia » et comparée avec une amphore corinthienne A de Civitavecchia – récupération sous-marine), et, Milanese 1987, p. 224, n° 594, fig. 99, 594 (définie « anfora corinzia di tipo B »). Le profil ‘coudé’, signalé par les éditeurs et bien visible sur la base du dessin, pourrait laisser penser qu’il s’agit peut-être d’une amphore corinthienne A/A’.

112 Pour l’épave de la Pointe Lequin 1A, Pomey et al. 1988, p. 32-33 ; Parker 1992, p. 323, n° 846, map. 5 ; Long, Pomey, Sourisseau 2002, p. 50-54 ; Long, Miro, Volpe 1992. Pour Marseille et la Provence, cf. Sourisseau 1997, I, p. 88. Pour le Cayla de Mailhac (Aude), Gailledrat, Taffanel, Taffanel 2002, p. 83, fig. 74, n° 1.

113 Pour Emporion, cf. Sanmarti Grego et al. 1991 et Aquilué Abadías et al. 2000, p. 329, fig. 39.1-2. Pour Alorda Park, Alaminos et al. 1991, p. 282, fig. 10, 2. Pour Toscanos, Docter 2000, fig. 7. Pour El Cabanyal-Malvarrosa, Fernández, Gomez, Ribera 1988, p. 318, fig. 2.5.

114 Pour le bateau d’El Sec, Cerdá 1987 ; pour Cerro del Prado, Rouillard 1991, p. 177.

115 Cf. Morel 1990c, p. 76-78 et Docter 2000, p. 68, fig. 6.

116 Pease 1937, n. 200-201 et Campbell 1938, p. 604-605.

117 Grace 1953, p. 108-109. Sur la question, voir aussi les travaux de C. G. Koehler 1981, p. 452, n. 15.

118 Bulle 1934, p. 207, fig. 19.

119 Koehler 1981, p. 452, n. 14. Pour les premières analyses effectuées sur les pâtes des exemplaires de Corfou, voir Farnsworth, Perlman, Asaro 1977.

120 Pour les fours de potiers de Corfou, voir Kourkoumélis-Rodostamos 1988 et Preka-Alexandri 1992.

121 En dernier lieu sur ce problème, Koehler 1992.

122 Cf. Koehler 1981, p. 453, pl. 99, d-e (Ionian), et pl. 99, f (Graeco-Massiliote).

123 Koehler 1981, p. 453-454. Sur le problème de la filiation des séries cf. infra I, 2.

124 Koehler 1981, p. 452 ; Ead. 1992, n. 46-48.

125 Lawall 1995, p. 69-74.

126 La chronologie du début de série du type B, tout comme son origine, représente un problème particulièrement débattu par les spécialistes et sur lequel on n’a pas encore trouvé un consensus général. Pour la discussion du problème, on renvoie en particulier à Gras 1978, p. 175 ; Koehler 1979 p. 33-34 ; Ead. 1981, p. 452-454 ; Gras 1987, p. 44 ; et, en dernier, Lawall 1995, p. 78-80.

127 Pour les anaphores corinthiennes du type B datables encore entre la fin du vie et les premières années du V e s. av. J.-C. cf. : Koehler 1978a, p. 236, fig. 2, a ; Ead. 1979 p. 33-34 ; Gras 1978, p. 172, 176, pl. 73, n° D15, pl. 74, n° D20-22 ; Koehler 1981, p. 452454, pl. 99. a ; Koehler 1992, p. 274, pl. 3.a.

128 Cf. : Campbell 1938, n. 192-193.

129 Pour ces contextes, nous renvoyons respectivement à : Roberts 1986, P24126 ; Lawall 1995, p. 71, n. 68 ; Johnston 1990, p. 43-46, n. 77-81, 85-87, 91-92.

130 Cf. : Lawall 1995, p. 71-72, n. 70.

131 Pour la forme des amphores corinthiennes B datables entre 480 et 425 av. J.-C., cf. : Gauer 1975, p. 123, fig. 9.1 ; Koehler 1979 p. 34-35 ; Koehler 1978a p. 236, fig. 2.b ; Koehler 1981, p. 454, pl. 99.b-c, fig. 1.a ; Di Sandro 1986, sg. 86, p. 37, fig. 7 (se référant cependant à Koehler 1979 p. 37) ; Koehler 1992, p. 275, pl. 3.b.

132 Koehler 1979 p. 34 ; Ead. 1981, p. 454.

133 Gauer 1975, pl. 7, n° 5, 8.

134 Il s’agit du contexte H 12 :15 (Lawall 1995, p. 72) et du Stoa Gutter Well (Roberts 1986, p. 64-67, n° 416-417, fig. 41, pl. 18)

135 Panvini 2001.

136 Pour Olympie, cf. Gauer 1975, pl. 7, n° 6-7, pl. 9, n° 1 ; pour Thasos, cf. : Grandjean 1992, p. 549, n° 22, fig. 3 ; pour Athènes, cf. : Lawall 1995, p. 73, n. 78 (contextes de l’Agora A 18-19 :1, C 18 :4b, F 19 :4, B 13 :6, B 15 :1, R 13 :1) ; pour Corinthe, cf. : Koehler 1981, p. 454, n° 5-6.

137 Pour la morphologie des exemplaires de la fin ve siècle, voir par exemple Gauer 1975, fig. 9.2 ; Koehler 1979 p. 36 ; Koehler 1978a p. 236, fig. 2.c ; Koehler 1992, pl. 3.c

138 La plupart des exemplaires de ce type proviennent des contextes A 20 :6, B 13 :6, O 19 :4, C 19 :9, B 15 :1, tous datables du dernier quart du ve s. av. J.-C. (Lawall 1995, p. 73, n. 79). Pour les deux contextes plus anciens de l’Agora (R 13 :4 et E 19 :5) qui ont restitué cette forme, cf. Lawall 1995, p. 73.

139 Gauer 1975, pl. 9, n° 1-2 (pour le contexte du troisième quart du ve s. av. J.-C.), et pl. 8, n° 14 (pour le contexte de fin ve s. av. J.-C. qui a restitué la forme plus récente).

140 Les exemplaires datables notamment de la seconde moitié du ive s. av. J.-C. sont bien documentés et C. G. Koehler en a donné une exemplification riche et chronologiquement articulée. Cf. : Koehler 1978b fig. 2 ; Ead. 1978a, p. 236, fig. 2.d ; Ead. 1982, pl. 79. 17-19 ; Ead. 1992, pl. 4.a.

141 Gauer 1975, pl. 8, n° 9-13.

142 Sur les pâtes des amphores corinthiennes de type B, les principales études sont dues à R. E. Jones et I. K. Whitbread (Jones 1986, p. 712-720 ; Whitbread 1986, p. 97-99 ; Id. 1988, p. 221-222 ; Id. 1995, notamment p. 274-278).

143 Cf. Koehler 1992.

144 Pour cette observation concernant le caractère plus grossier des pâtes des plus anciens exemplaires, voir en premier lieu Gauer 1975, p. 123. Pour la même opinion, plus récemment, Whitbread 1995, p. 348 et 351.

145 Sur les premières analyses pétrographiques exécutées sur des échantillons d’amphores de type B, cf. Farnsworth 1970, p. 12-13 ; sur les analyses successives par activation neutronique, voir Farnsworth, Perlman, Asaro 1977, p. 455-468.

146 Cf. Jones 1986, p. 115-121, 176-189, 712-720, 739.

147 Sur ces observations, voir la discussion argumentée proposée par I. Whitbread (1995, notamment p. 281-284, 344-345) ainsi que les remarques de M. Gras (1996, notamment p. 137-138). Sur les caractéristiques des deux catégories de pâtes attestées pour le type A’ et leur encadrement chronologique, cf. Whitbread 1995, p. 270-273, 278.

148 D’après l’évaluation de C. G. Koehler (1992, p. 273), les amphores corinthiennes B trouvées à Corinthe (416 pièces inventoriées) dépasseraient en nombre tous les autres types de production, y compris celui des amphores corinthiennes de types A et A’ (324 pièces inventoriées).

149 Sur les arguments en faveur d’une production corcyréenne d’amphores de type B, voir Koehler 1981 ; Kourkoumélis-Rodostamos 1988 ; Kourkoumélis 1992 ; Preka-Alexandri 1992 ; Whitbread 1995, p. 256, 260.

150 J’ai emprunté ces définitions (« locale », « régionale », « extrarégionale ») aux observations de M. Lawall, avec qui j’ai eu la possibilité de discuter longuement de la structure économique des centres de production d’amphores. Pour le problème complexe de la production « extra-régionale » d’amphores corinthiennes B, voir en particulier Lawall 1995, p. 67-68, 77-80).

151 Mano 1971 ; Desy 1982 ; Ceka 1986, p. 89 (pour le ve s. av. J.C.) ; Desy, De Paepe 1990, p. 215 (pour les ive et iiie s. av. J.-C.) ; Whitbread 1995, p. 283.

152 Gassner 2003b, p. 183-186, 213 (pour Vélia – « Randform 5 ») ; Docter sous presse (pour Butrinte).

153 Vandermersch 1994, p. 64. L’examen visuel de certaines de ces amphores montre qu’elles partagent parfois les mêmes pâtes que les amphores grecques occidentales archaïques (cf. infra I, 2 § 1.1) attribuées au secteur de Sybaris (Sourisseau 2011, n. 171).

154 Cf. : Koehler 1981, p. 452, et n. 16 ; Ead. 1986, p. 50-52, avec références bibliographiques et aux sources anciennes ; Ead. 1992, p. 277-278, et n. 46, avec bibliographie. Pour les sources, concernant la préparation des conteneurs de vin, voir aussi Charlin, Gassend, Lequément 1979, p. 21-22.

155 Pour les deux dernières observations, voir Sedda 1989, p. 126-127.

156 Sont exclues de ce catalogue non exhaustif les amphores de forme archaïque que C. G. Koehler a attribuées à la phase initiale de sa série des corinthiennes B. Ces amphores seront évoquées dans le chapitre suivant consacré aux productions grecques occidentales (cf. chap. 2.1).

157 Semeraro 1997, p. 63, n° 95 (Cavallino), p. 105, n° 197 (Masseria Fano), p. 154-156, n° 321-322, p. 211-212, n° 697-698 (Oria), p. 271, 984, 989-990 (Ruffano). M. G. Semeraro attribue aussi à la forme corinthienne B du ve s. un fragment de Vaste (Semeraro 1997, p. 302, n° 1131). Pour l’épave de Gallipoli, Parker 1992, p. 186-187.

158 Il s’agit des tombes Numana-Sirolo n° 6, 178 et 185 et des tombes n° 90 et 100 de Camerano (Cf. Landolfi 1999, p. 150, n. 60). Les amphores des Tombes 6 et 185 de Numana-Sirolo et 90 de Camerano sont exposées au Musée Archéologique National des Marches.

159 Ceka 1986, p. 89.

160 Cf. Bereti 1992, pl. II-III.

161 Pour le secteur de Métaponte, cf. Lo Porto 1992 et Morter, Leonard 1998.

162 Pour Caulonia et Crotone, cf. Vandermersch 1989, p. 99-101, 103, 108.

163 Pour Sélinonte, Dehl-Von Kaenel 2004, p. 444 ; pour Lipari, Cavalier 1985.

164 Pour le bateau de Capo Rasocolmo, cf. Koehler 1981, p. 45 et Parker 1992, n° 248, p. 122, map 11.

165 Pour les amphores corinthiennes B de la « seconde épave de Géla », découverte en 1990, Panvini 2001, p. 93-94, pl. XXXI.185-186, XXXII.187-192, XXXIII.193.

166 Pour l’épave de Capo d’Ognina connu sous la dénomination « sud 4 », cf. : La Fauci 2002.

167 Pour l’épave dite « Siracusa A », cf. Koehler 1981, p. 17 et Parker 1992, n° 1091, p. 405-406, map 11.

168 Pour l’épave de Filicudi, cf. Kâpitan 1978, p. 274-275, fig. 7 ; Koehler 1979, p. 236 ; Ead. 1981, p. 29, 45 ; Parker 1992, n° 237, p. 119, map 11.

169 Pour l’épave de Marzamemi H, cf. Parker 1978, p. 629-631, pl. CXXXVIII, fig. 1-2 ; Parker 1992, n° 677, p. 269, map 11.

170 Pour Vélia, Gassner 2003 ; pour Pontecagnano et Vico Equense, Di Sandro 1981, p. 7 et Albore Livadie 1985, p. 139 avec bibliographie.

171 Cygielman, De Tommaso 1998.

172 Pour Marseille, Sourisseau 1997, I, p. 97. Pour Cerro Macareno, cf. Rouillard 1991, p. 177 ; pour El Cabanyal-Malvarrosa, cf. Fernández, Gomez, Ribera 1988, p. 318, fig. 2.4 ; pour l’épave « El Sec », voir Arribas et al. 1987.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Amphore de type corinthien A.
Légende Metaponto ( ?)
Crédits (D’après Koehler 1981, pl. 98.b).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 2. Amphore de type corinthien A.
Légende Corinthe, inv. C-62-644
Crédits (d’après Koehler 1978a, fig. 1.a).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 3. Tableau typo-chronologique des amphores corinthiennes A de la nécropole de Camarina-Rifriscolaro
Crédits (d’après Sourisseau 2006, fig. 8).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1249/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 4. Amphore de type corinthien A.
Légende Athènes, Agora, inv. P12795
Crédits (d’après Koehler 1978a, fig. 1.b).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1249/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 5. Amphore de type corinthien A.
Légende Corinthe, inv. C-37-2037
Crédits (d’après Koehler 1978a, fig. 1.c).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1249/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 6. Amphore de type corinthien A.
Légende Corinthe, inv. C-34-933
Crédits (d’après Koehler 1981, fig. 1.d).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1249/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 7. Amphore de type corinthien A.
Légende Corinthe, inv. C-71-393
Crédits (d’après Koehler 1978a, fig. 1.e).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1249/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 8. Amphore de type corinthien A’.
Légende Lipari, nécropole, Tombe 1102
Crédits (d’après Cavalier 1985, fig. 4.a).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1249/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 9. Amphore de type corinthien A’.
Légende Corfou, Musée Archéologique, sans inv.
Crédits (d’après Koehler 1978a, fig. 1.d).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1249/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 10. Tableau des variantes des amphores corinthiennes A’ des nécropoles de la chora de Metaponto dans le courant du ve s. av. J.-C.
Légende (échelle 1/20)
Crédits (d’après Morter, Leonard 1998, fig. 17.3).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1249/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 11. Amphore de type « corinthien B archaïque ».
Légende Corinthe, inv. C-37-2042
Crédits (d’après Koehler 1978a, fig. 2.a).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1249/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 12. Amphore de type corinthien B.
Légende Corinthe, inv. C-75-69
Crédits (d’après Koehler 1978a, fig. 2.b).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1249/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 13. Amphore de type corinthien B.
Légende Corinthe, inv. C-72-118
Crédits (d’après Koehler 1978a, fig. 2.c).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1249/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 14. Amphore de type corinthien B.
Légende Athènes, Agora, inv. P6395
Crédits (d’après Koehler 1978a, fig. 2.d).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/1249/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search