Version classiqueVersion mobile

La sculpture romaine en Occident

 | 
Vassiliki Gaggadis-Robin
, 
Pascale Picard

Le portrait romain en Gaule

Construire la mémoire : portraits de Trajan, de son vivant et après sa mort

Martin Galinier

Résumé

Les portraits avaient, à Rome, la fonction de préserver de l’oubli ceux qui en bénéficiaient, et Trajan a été considéré, de son vivant et longtemps après sa mort, comme le Meilleur des Princes (optimus princeps). Au Moyen Age, la Légende dorée de Jacques de Voragine comme Dante témoignent de la Fortune de cet empereur, basée d’abord sur les textes antiques, mais aussi sur ses monuments romains. Mais la gloire de Trajan repose sur sa Justice, et sur la légende de sa résurrection et de sa conversion au christianisme qui facilita, au XVIIe siècle, les réutilisations de sa mémoire par les rois.
Au XVIIIe siècle, E. Gibbon comme l’Encyclopédie identifièrent son règne à l’idéal de Liberté. Puis Napoléon se référa à Trajan, sous l’influence de Vivant Denon… alors que le XIXe siècle mit davantage l’accent sur les récits « nationaux » (Vercingétorix sous Napoléon III).
La mémoire de Trajan demeura donc vivace, modèle parmi d’autres (Alexandre, César…). L’originalité est qu’il réussit à incarner à la fois le pouvoir monarchique et la Liberté – prodige qui était déjà, chez Eutrope, la cause de sa gloire : felicior Augusto, Melior Traiano…

Texte intégral

  • 1 Cazes 2005, 20-26.
  • 2 Rosso 2006, 394-396.
  • 3 Louvre (MA 1250), marbre, H. 0,56 m ; vers 100 ap. J.-C.
  • 4 Louvre (MA 3512), marbre, H. 0,27 m ; vers 112-115 ap. J.-C.
  • 5 Louvre (MA 1150), marbre, H. 2,04 m ; vers 98-108 ap. J.-C. Mentionnons la colonne de porphyre or (...)

1Lorsque Alexandre du Mège découvrit à Chiragan (1826-1828) trois portraits de Trajan1, il mit au jour les seuls bustes de cet empereur jusque là trouvés en Gaule ; la même année à Carpentras, fut découverte une autre tête datée de la fin du règne ou du début de celui d’Hadrien2. Le Musée Napoléon avait auparavant exposé des exemplaires italiens, mais à l’époque des fouilles de Chiragan, le Louvre n’en présentait que deux : l’un de la collection Albani3, saisie napoléonienne échangée lors des restitutions de 1815, l’autre acheté en 1807 (collection Borghèse)4 – sans oublier la statue de Trajan découverte à Gabies en 1791-1792, elle-aussi propriété du Louvre depuis 18075.

  • 6 Cazes 2005, 63-64. Le premier portrait de Chiragan (Rosso 2006, 450-451 ; Balty, Rosso 2012, 80-9 (...)
  • 7 Des autres statues de Trajan signalées en Gaule par Rosso 2006, 555, seules trois inscriptions so (...)
  • 8 Pline l’Ancien, HN XXXIV, 9, 16-17 (trad. H. Le Bonniec, 1953).

2Ces multiples « Trajan » de Chiragan (un quatrième fut découvert en 1890)6 attestent de la fortune posthume de l’empereur7. Elles sont à comparer à celle d’Auguste, Tibère, Antonin, Lucius Vérus et Commode (une occurrence), Marc Aurèle (deux), Septime Sévère (quatre) et Caracalla (trois). Hasard des envois depuis Rome, hasard des découvertes, choix du propriétaire ? Chiragan est un site d’une richesse exceptionnelle, et sa collection rappelle le passage de Pline l’Ancien décrivant les « fonctions » de l’image à Rome : « On avait coutume de reproduire seulement l’image des hommes qui méritaient l’immortalité par quelque action d’éclat (…). [Puis] les statues devinrent l’ornement des places publiques de tous les municipes, on se mit à perpétuer le souvenir des grands hommes et à graver leurs honneurs sur le socle de leurs statues, afin que la postérité pût les y lire et que leurs tombeaux ne fussent plus seuls à les faire connaître. Plus tard les maisons particulières devinrent autant de places publiques, et l’hommage de clients prit cette forme pour honorer leurs patrons dans les atriums »8.

  • 9 Briant 2012 propose une monumentale synthèse sur la Fortune d’Alexandre le Grand aux 17e-19e sièc (...)

3Au cours des siècles, le souvenir de Trajan ne s’effaça pas : ce sont ses avatars à travers siècles et usages que nous allons essayer de suivre9.

1. Portraits romains

  • 10 Le monnayage d’Alexandrie, contrôlé par le Préfet de Rome, ne porte le terme grec Aristos, traduc (...)
  • 11 Par exemple CIL 02, 04655 (Canaveral / Caurium, Lusitania).

4La pérennité de l’image de Trajan à l’époque antique, puis en Europe – en particulier en France – après l’Antiquité, tient d’abord à ce qu’il était, aux yeux de ses contemporains, le Meilleur des Princes, Optimus Princeps, titre inédit que le Sénat lui attribua en juillet 114 mais que Pline le Jeune lui donne dans son Panégyrique et que le monnayage de Rome présente dès le 5e consulat (sans doute après le second triomphe dacique, en 107)10. Ses successeurs utilisèrent à l’envi cette filiation idéologique, toujours présente chez les Sévères11 comme l’atteste le calendrier de Doura Europos : Trajan y est célébré le 28 janvier, jour de son accession au pouvoir, mais aussi en juillet par sa nièce Matidia, en août par sa sœur Marciana, enfin le 18 septembre pour son anniversaire. Si l’on rencontre bien, dans cette liste provinciale et militaire, César, Auguste, Germanicus, Claude, Hadrien, Antonin le Pieux deux fois, Marc Aurèle deux fois (dont une avec Lucius Vérus), Commode, Pertinax, Septime Sévère quatre fois, Caracalla deux fois, et bien entendu Alexandre Sévère quatre fois, on constate l’absence des Flaviens, ce qui est aussi le cas dans les titulatures sévériennes. La sélection a pu être guidée par l’actualité et la géographie (menace perse, archers palmyréniens), mais est très politique, Alexandre Sévère ayant choisi ses modèles impériaux.

  • 12 Histoire Auguste, Vie d’Alexandre Sévère 28, 6 (trad. A. Chastagnol, 1994).
  • 13 Histoire Auguste, Vie de Marc Antonin le philosophe XXII, 7. Certaines bases ont été retrouvées : (...)

5Commémorer, par le nom et par l’image, est usuel à Rome. Dans la Vie d’Alexandre Sévère, il est dit que ce dernier « fit élever au Forum du Divin Nerva des statues colossales des empereurs divinisés, représentés soit en pieds et nus, soit à cheval, avec des bases en bronze portant des inscriptions qui présentaient la succession de leurs exploits, à l’exemple d’Auguste qui avait placé sur son Forum des statues en marbre des hommes les plus illustres avec le rappel de leurs actions d’éclat »12. Marc Aurèle l’avait précédé, en érigeant sur le Forum de Trajan et devant le temple d’Antonin des statues de ses généraux13.

  • 14 Histoire Auguste, Vie d’Antonin Élagabal, I, 1-2 (trad. A. Chastagnol, 1994).

6Même constat, inversé, dans les premières lignes de la vie d’Antonin Élagabal : « Jamais je n’aurais composé la Vie d’Élagabal Antonin – appelé aussi Varius – afin d’éviter que l’on sache qu’il fut un empereur romain, si avant lui ce même empire n’avait connu des Caligulas, des Nérons et des Vitellius. Mais de même que la terre produit aussi bien poisons que blé, de même le lecteur saura trouver un contrepoids à la vie de ces monstrueux tyrans en lisant celles d’Auguste, de Trajan, de Vespasien, d’Hadrien, d’Antonin le Pieux, de Titus et de Marc »14.

  • 15 Pline le Jeune, Panégyrique, 53 (trad. M. Durry, 1959).

7La galerie de portraits, ici littéraires et historiques, vaut exemplum à Rome. Son complément est l’abolitio memoriae, et l’association est exprimée par Pline le Jeune : « J’égale à tous tes autres bienfaits (…) la permission que nous avons, et pour le passé de nous venger chaque jour des mauvais princes, et pour l’avenir d’avertir par l’exemple leurs successeurs qu’il n’y a pas de lieu, qu’il n’y a pas de temps où les mânes des princes funestes échappent aux exécrations de la postérité. (…) et toujours souvenons-nous que la meilleure façon de louer un prince en vie est de censurer ses prédécesseurs qui ont démérité. Quand la postérité n’ose parler d’un mauvais prince, il est évident que le prince actuel a même conduite »15.

  • 16 Suétone, Néron, 37 (trad. H. ailloud 1961).
  • 17 Tacite, Annales XVI, 7 (trad. H. Goelzer 1963).
  • 18 Pline le Jeune, Lettres I, 17 (trad. A.-M. Guillemin, 1987).
  • 19 Pline le Jeune, Panégyrique, 53 (trad. M. Durry, 1959). On peut aussi rappeler la réponse de Traj (...)

8Ce rôle du portrait, support de mémoire et exemplum destiné aux jeunes générations, est constant à Rome. De la galerie républicaine au positionnement politique et philosophique des empereurs, la pratique a conservé sa fonction pédagogique. Garder chez soi des bustes de Brutus et Cassius avait, sous Néron, coûté la vie à un membre de la gens Cassia16. Le même Néron avait poussé au suicide Lucius Silanus, pour soupçon de complot avec Caius Cassius : « [Néron] reprocha à Cassius d’honorer parmi les images de ses ancêtres celle C. Cassius avec cette inscription : AU CHEF DU PARTI (PARTIUM DUCERE). Il ajoutait que “c’était semer la guerre civile et faire appel à la révolte contre la maison des Césars” (…) »17. Or Silanus obtint sous Trajan le bénéfice d’une statue posthume sur le Forum romain, en des termes qui mettent en valeur le lieu d’exposition (républicain) et le dédicant autant que le bénéficiaire : « Titinius Capito a obtenu de notre empereur la permission d’élever la statue de L. Silanus sur le forum. (…) C’est d’ailleurs la constante habitude de Capito d’honorer les grands hommes (claros viros). On ne saurait croire avec quelle piété, avec quel amour il conserve les portraits des Brutus, des Cassius et des Catons chez lui, ne le pouvant ailleurs. (…) On atteste la grandeur de son mérite en aimant à ce point celui d’autrui (…) »18. La comparaison entre Néron et Trajan est publique, elle passe par la « réhabilitation » de la mémoire de Silanus (une statue en son nom et à sa ressemblance), mais c’est bien Trajan, restaurateur de la libertas, qui en sort honoré : « il n’y a pas d’éloge sans comparaison »19.

  • 20 Balty 2012, 263.
  • 21 Eutrope, Histoire romaine VIII, 2.
  • 22 Le premier à publier un répertoire de portraits en se basant sur les monnaies fut Andrea Fulvio e (...)

9L’utilisation politique des portraits autorise donc, comme à Chiragan, les associations généalogiques, dont le fil conducteur est certes l’aeternitas imperii20, mais aussi l’excellence morale et l’honos rendu à ceux perçus comme modèles. Au IV e siècle, Eutrope témoigne que l’Optimus Princeps occupait, à côté d’Auguste, le premier rang dans l’histoire impériale21. L’éloge de l’auteur chrétien a sans doute contribué, autant que la colonne historiée, à la postérité de Trajan au-delà de l’Antiquité, et ce alors même que ses traits étaient oubliés22.

2. Fortune de Trajan

  • 23 Reinach 1886, 5-37 ; Syme 1971, 89-112 ; Waters 1974, 233-252 ; Settis et alii 1984, 390-427 (con (...)
  • 24 Tacite, Vie d’Agricola 3, Redécouverte de Tacite : par Boccace au XIV e siècle ; première édition (...)
  • 25 Redécouverte d’Eutrope : première édition en latin à Rome en 1471 (Schweiger 1962, 345) ; édité à (...)
  • 26 Dion Cassius LXIX, 6 (trad. E. Gros et V. Boissé, Paris 1867) : « Ainsi, une femme lui [Hadrien] (...)

10Je n’évoquerai pas les artistes qui s’inspirèrent des bas-reliefs de la colonne Trajane23, pour me concentrer sur le rôle joué par Trajan en tant que modèle dans la culture européenne. Si ses traits ont été identifiés tard, sa « légende » a traversé les âges, et d’abord le Moyen Age. Aux sources antiques qui firent beaucoup pour sa gloire, déjà citées, on peut ajouter quelques lignes de Tacite24, d’Eutrope25, sans oublier que l’on attribua à Trajan les mérites que Dion Cassius prête à Hadrien26 : l’anecdote de l’empereur interpellé par une femme servit de base à la légende médiévale de la Justice de Trajan qui, au XV e siècle, revêt une iconographie et une fonction politique nouvelles.

A. La Justice de Trajan

  • 27 Galderisi 2003, 223-224, n. 58 : première version chez un moine anonyme du VIIIe siècle, dans la (...)
  • 28 Jacques de Voragine, Légende dorée, Vie de saint Grégoire, XLVI, 10.
  • 29 Dante, Purgatoire X, vers 73-96.
  • 30 Rouen, huile sur toile, 396 x 495 cm ; source et reproduction : http://mbarouen.fr/fr/oeuvres/la- (...)

11La plus ancienne attestation écrite de l’épisode date du VIIIe siècle27, mais la version la plus célèbre demeure la Légende dorée de Jacques de Voragine (XIIIe siècle) : Trajan, partant à la guerre, s’arrête pour rendre justice à une veuve ; et : son fils ayant tué par accident un enfant, l’empereur l’aurait donné en esclave à la mère, en sus d’une dot28. Dante reprit la légende au début du XIV e siècle29, mais lui découvre l’épisode sur une frise sculptée « dont (…) la blancheur [l’]attirait » : l’influence de la colonne Trajane est ici perceptible. Delacroix s’inspira du poème30 : le tableau, exposé au Salon de 1840 avec citation de Dante, s’inscrit dans une tradition iconographique qui remonte à l’émergence de la justice séculière.

  • 31 Galderisi 2003, 225, n. 62, indique que les textes de Pline, le Panégyrique et les Lettres sont c (...)
  • 32 Nils-Robert 2006, 13.
  • 33 Ibid., 26.
  • 34 Ibid., 67 : tableau, hôtel de ville de Berne, école du Maître à l’œillet de Berne (40 x 33 cm ; 1 (...)

12Quatre tableaux perdus de Rogier van der Weyden, réalisés vers 1432-1445 pour l’hôtel de ville de Bruxelles, présentaient Les Justices de Trajan et d’Archambault. La création accompagnait la redécouverte du Panégyrique et de la correspondance Pline / Trajan31. La peinture a été détruite dans un incendie en 169532, mais des tapisseries ont été réalisées sur son modèle pour le château d’Ouchy à Lausanne, vers 145033. De grandes dimensions (5 x 11 m : les personnages sont grandeur nature), ce cycle montre deux actions de justice profane (Trajan ; d’Archambault), et deux miracles. Nulle référence à l’Antiquité dans l’image : les armures sont du XV e siècle, l’empereur est barbu, le cadre est « contemporain » (fig. 1a). L’objectif est d’exalter le pouvoir communal, et la mode connut un grand succès34.

Fig. 1 a. Les Justices de Trajan et d’Archambault, tapisserie : château d’Ouchy, Lausanne, vers 1450. 1 a : La Justice de Trajan

(d’après Guy Delmarcel, La tapisserie flamande : du XV e au XVIIIe siècle, Paris 1999, 36-37).

  • 35 Dessin anonyme conservé au musée Condé (Chantilly), années 1440-1450 ; 15,1 x 9,8 cm (source : ba (...)

13Un autre dessin (1440-1450) lie le jugement de Trajan et le second grand cycle médiéval concernant l’empereur : sa résurrection grâce au pape Grégoire le Grand35.

B. La résurrection de Trajan

  • 36 Jacques de Voragine, La Légende dorée. Vie de saint Grégoire XLVI, 10 (trad. A. Boureau et alii), (...)

14« Un jour donc que Grégoire traversait le forum de Trajan après la mort de ce dernier, et qu’il se remémorait la mansuétude de son jugement, il alla à la basilique Saint-Pierre et y pleura amèrement sur son incroyance. Une voix divine lui répondit : “Voici que j’ai accompli ta demande, et que j’ai épargné à Trajan la peine éternelle. Mais à l’avenir, prends bien garde de ne plus faire de prières pour un damné”. Le Damascène de son côté raconte dans un sermon que Grégoire, qui faisait une prière pour Trajan, entendit une voix céleste lui dire : “J’ai entendu ta demande et j’accorde le pardon à Trajan” »36.

  • 37 Settis et alii 1988, 242, fig. 64, (241, S. Settis cite une lettre de Poggio Bracciolini à propos (...)
  • 38 Nils-Robert 2006, 68 ; Galderisi 2003, 221 n. 44 (sur l’origine du motif), 224 (le thème de la «  (...)

15Un manuscrit de Bologne (1365)37 reprend cette version de la Légende dorée (ou celle, très proche, de Dante) : prière, résurrection, admission au paradis – double prodige puisque Trajan ressuscite, puis se convertit et accède au paradis. La tapisserie de Lausanne associe (fig. 1b) la Justice de Trajan et son Salut, en y ajoutant un aspect spectaculaire : à l’ouverture du tombeau, la langue de l’empereur est intacte et répond à saint Grégoire38.

Fig. 1 b. Les Justices de Trajan et d’Archambault, tapisserie : château d’Ouchy, Lausanne, vers 1450. 1 b : la Résurrection de Trajan

(d’après Guy Delmarcel, La tapisserie flamande : du XV e au XVIIIe siècle, Paris 1999, 36-37).

  • 39 Reinach 1886, 21. Civil 1990, 5, rappelle que, sur la base de Pline l’Ancien, proposition fut fai (...)
  • 40 Alphonse Chacon, Historia ceu verissima a calumniis multorum vindicata, quae refert Trajani anima (...)
  • 41 Civil 1990, 19.
  • 42 H. Jansen et J. Nicolas de Azara de Nibiano, Œuvres complètes d’Antoine-Raphaël Mengs, premier pe (...)

16L’origine hispanique de Trajan, et son catholicisme posthume, ont favorisé au XVIe siècle son adoption par la dynastie espagnole. En 1576 paraissent les 130 planches d’Alfonso Chacon, dédiées à Philippe II « compatriote de Trajan »39, le ême Chacon qui publia, cette année-là, un ouvrage sur la résurrection et la conversion de Trajan dédié à Grégoire XIII40. L’ambition impériale de la dynastie ibérique nourrit bien sûr le rapprochement41, qui se prolongea jusqu’au XVIIIe siècle : Raphaël Mengs peignit en 1774 une Apothéose de Trajan dans la salle à manger du palais royal de Madrid, à côté d’une Apothéose d’Hercule dans l’appartement du Roi et d’une Aurore dans la chambre de la Reine. Le parallèle n’a pas échappé aux contemporains : « Au-dessus de la table de sa majesté [du roi Charles III à Madrid], [Mengs] a représenté l’apothéose de Trajan, né en Espagne, qui, comme on sait, a été un des meilleurs princes qui aient occupés le trône des Césars ; et en face, de l’autre côté, il a peint l’auguste émule de Trajan, qui règne aujourd’hui sur l’Espagne. Sur le devant, on voit le temple de la gloire, où conduisent toutes les vertus qui enrichissent la composition »42.

17L’expression « temple de la gloire » se retrouve en France, où le modèle trajanien a trouvé des échos réguliers, par exemple au XVIe siècle sous forme d’un médaillon émaillé au nom de « Nerva » mais à l’effigie de Trajan, dans un ensemble inspiré par les Douze Césars de Suétone43.

C. Le Trajan des rois de France

  • 44 Reinach 1886, 19-21 ; Haskell, Penny 1988, 45-46.
  • 45 Versailles et l’Antique 2012, 159 : alors que le goût pour les reliefs diminue sous Louis XIV, se (...)

18Après François Ier et le Primatice en 1541, Louis XIII et Roland Fréart en 164044, Louis XIV confia à Charles Errard, en 1665-1670, le soin de mouler l’intégralité de la colonne Trajane45. Ce fait doit être replacé dans un ensemble plus vaste. En 1662, Louis XIV apparut pour la première fois costumé en empereur romain ; en 1665 Racine donna un Alexandre le Grand dédié au roi, identifié au Conquérant tandis que l’Empire espagnol l’était à la Perse ; le thème fut repris dans des tableaux de Charles Le Brun, modèle pour des tentures des Gobelins. Et la même année, Jean Warrin fit de Louis XIV un buste à la romaine.

  • 46 Sabatier 2000, 541-543. Avant de choisir Apollon (ibid., 546), Louis XIV sollicita Hercule puisqu (...)
  • 47 Pietro Santi Bartoli, Colonna Traiana eretta dal senato, e popolo romano allʼimperatore Traiano A (...)
  • 48 Versailles, cabinet de Jupiter du Grand Appartement du Roi. Document consultable sur la base Joco (...)
  • 49 Sabatier 1985, 320-321. Nicolas Pinson peignit également une Justice de Trajan pour le palais com (...)
  • 50 Versailles et l’Antique 2012, 269 : la fig. 67 montre une médaille de Louis XIV (1661) dont la lé (...)

19Trajan est donc un modèle antique parmi d’autres46, mais le prestige de la colonne historiée en fit un modèle à part. En 1673, Bartoli dédia à Louis XIV son édition de la colonne Trajane en ces termes : « Votre Majesté reconnaîtra donc dans ces images le portrait de son augustissime valeur, et comme on peut dire du Meilleur des Princes qu’il fut le Louis des Romains, ainsi aujourd’hui on peut acclamer le Trajan de la France »47. Et le thème de Trajan rendant la justice, œuvre de Noël Coypel datée de 167248, figure sur le plafond de la Salle des gardes de la Reine, en compagnie de Ptolémée Philadelphe rendant la liberté aux Juifs, d’Alexandre Sévère distribuant du blé au peuple, et de Solon expliquant ses lois aux Athéniens ; au centre, le tableau octogonal montre Jupiter accompagné de la Justice et de la Piété49. Le programme soulignait l’accessibilité du Roi50, avec un Trajan plus « antique » d’allure, mais toujours héritier des traditions médiévales.

  • 51 Schröder 2004, 115 : Racine s’inspire de Sénèque et du Panégyrique de Pline pour Britannicus ; et (...)
  • 52 Puis 1722 et 1772 ; il faut ensuite attendre 1808 et 1809 pour des rééditions françaises, et 1820 (...)
  • 53 Notices et images sur le site du château de Versailles : http://www.sculpturesversailles.fr/html/ (...)

20L’admiration envers la colonne Trajane et le panégyrique de Pline, tout autant que la concurrence européenne autour du modèle impérial et l’association « Justice / Trajan », expliquent ce constant recours au modèle trajanien. Lors de sa réception à l’Académie française en 1684, La Fontaine ne s’exclama-t-il pas : « quelle obligation Trajan n’a-t-il pas à Pline le Jeune ? »51, insistant sur la dette des souverains vis-à-vis des écrivains. Il faut dire que le texte de Pline connut en France de nombreuses éditions (1638, 1677, 1681, 1694, 1709)52… Que Trajan figure à l’extérieur de Versailles, parmi les quatre-vingt quatre antiques ou « à l’antique » installés dans la Cour de Marbre entre 1665 et 1671, n’est donc pas pour surprendre. L’inventaire de 1722, dressé lors du retour de Louis XV au château, en dénombre deux : un incertain, et un certain53.

21La carrière de l’Optimus Princeps se poursuit en XVIIIe siècle. Montesquieu tire de Tacite l’essentiel de son propos :

  • 54 Montesquieu, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, 1734, (...)

22« Nerva adopta Trajan, prince le plus accompli dont l’histoire ait jamais parlé. Ce fut un bonheur d’être né sous son règne : il n’y en eut point de si heureux ni de si glorieux pour le peuple romain. Grand homme d’État, grand capitaine, ayant un cœur bon, qui le portait au bien, un esprit éclairé, qui lui montrait le meilleur, une âme noble, grande, belle, avec toutes les vertus, n’étant extrême sur aucune, enfin, l’homme le plus propre à honorer la nature humaine et représenter la divine »54.

  • 55 Iverson 2001, 214 : « Le Jupiter vainqueur des Titans par Bonneval, présenté à Versailles le mêm (...)

23Et en 1745, Voltaire met en scène un Trajan couronné par la Gloire en raison de… son dévouement au devoir. Le Temple de la gloire est, comme son livret l’indique, un « Opéra-ballet (…) en cinq actes de Voltaire, composé à l’occasion des fêtes données pour le mariage du Dauphin, représenté le 27 novembre 1745, à Versailles, au théâtre des Petites Ecuries ». La musique était de Rameau. Au terme de la première représentation, Voltaire osa demander au Roi : « Trajan est-il content ? », ce qui choqua la cour mais ôte toute ambiguïté quant aux intentions de l’auteur55.

24Sous la plume courtisane de Voltaire ou dans le tableau de Mengs, le « Temple de la gloire » a remplacé les résurrection, conversion et admission au paradis. De chrétienne, la légende est devenue morale et séculière, puis (et surtout) politique et royale. L’Encyclopédie se fait l’écho de cette évolution, ainsi dans l’article le « Temple de la Gloire » :

  • 56 Encyclopédie XVI, 86 : « Temple de la Gloire » [Chevalier de Jaucourt] (texte consultable sur le (...)

25« [C’]est une belle expression figurée qui peint la haute considération, et pour ainsi dire le culte que méritent ceux qui se sont rendus célèbres par de grandes et de belles actions. (…) Mais la place du temple de la gloire (…) sera conservée à ces princes sages, justes, vigilants, qui par une certaine tendresse d’entrailles, ont acquis le titre de pères de la patrie, en faisant le bonheur des citoyens ; Trajan, Marc Aurèle, Alfred, occupent cette place isolée, qui est supérieure à toute autre »56.

26Conformément à cet esprit du temps, Charles-Nicolas Cochin commanda en 1765, pour le château de Choisy, quatre tableaux moraux qui valaient autoportrait de Louis XV : Auguste fait fermer le temple de Janus ; Marc Aurèle secourant le peuple ; La Bonté et la Générosité ; et La Justice de Trajan, de Noël Hallé, château de Choisy57. Cochin explique ainsi ses intentions : « On a tant célébré les actions guerrières qui ne vont qu’à la destruction du genre humain ; n’est-il pas raisonnable de représenter, quelquefois, les intentions généreuses et pleines d’humanité qui, chez les bons rois, ont fait le bonheur de leur peuple ? » Mais Louis XV trouva les sujets ennuyeux et les fit décrocher58.

  • 59 Stéphane Lojkine, sur le site Utpictura18, propose des notices critiques de Diderot (« “Monsieur (...)

27Présenté au Salon en 1765, le Livret insistait cependant sur un détail du tableau de Hallé : « La tête de Trajan est imitée de l’antique »59. En ce siècle des Lumières émerge la question du vrai : au-delà de l’adéquation au modèle moral et artistique antique, l’attention porte sur l’identification des personnages représentés.

D. Trajan et les Lumières

28S’il n’y a pas d’article « Trajan » dans l’Encyclopédie (1751-1772), l’Optimus Princeps y apparaît au détour d’autres entrées. À « Crime » du chevalier de Jaucourt, Trajan est cité comme préfigure du christianisme : « Un principe qu’ on ne peut trop répéter, est que dans le jugement des crimes, il vaut mieux risquer de laisser échapper un criminel, que de punir un innocent. C’est la décision des meilleurs philosophes de l’antiquité ; celle de l’empereur Trajan, et de toutes les lois chrétiennes ». L’article « Romain Empire », du même, est plus élogieux encore : « Nerva adopta Trajan, prince le plus accompli dont l’histoire ait jamais parlé ». Et à propos de la ville natale de Nerva, article « Narni », de Jaucourt écrit : « Enfin [Nerva] mit le comble à sa gloire en adoptant Trajan, l’homme le plus propre à honorer la nature humaine ».

  • 60 « Crime » : Encyclopédie IV ; « Romain Empire » : Encyclopédie XIV ; « Narni » : Encyclopédie XI  (...)

29Les réalisations architecturales du règne sont louées dans l’article « places publiques de Rome » (de Jaucourt) : « La place de Trajan, est celle que cet empereur fit bâtir entre la place de Nerva, le capitole et le mont Quirinal. Tout y était de la dernière magnificence. (…) Au milieu de la place, était la colonne de Trajan. Voyez Colonne Trajane »60. Et dans ce dernier :

  • 61 Johann J. Winckelmann, Histoire de l’art dans l’Antiquité. Seconde partie, Paris 2005 (1ère éditi (...)

« Colonne Trajane, monument à l’honneur de Trajan (…). Un des plus superbes restes de la magnificence Romaine est la colonne Trajane, qui a plus immortalisé l’empereur Trajan, que toutes les plumes des historiens n’auraient pu faire. (…) un prince qui pensait que le souverain bonheur était de pouvoir faire tout le bien qu’on veut, et le comble de la grandeur, de pouvoir faire tout le bien qu’on peut : un prince enfin qui, comme le remarque Pline le jeune son ami, n’avait point de plus grand modèle à se proposer que lui même ; un tel prince méritait sans doute les plus sublimes efforts de l’Architecture, pour célébrer sa gloire et ses vertus. Aussi le sénat et le peuple Romain lui érigèrent avec zèle ce mausolée, si l’on peut parler ainsi, en reconnaissance de ses rares qualités, et des grands services qu’il avait rendus à la république »61.

30Plus révélateur est, dans l’Encyclopédie, la lecture des articles « Pouvoir » et « Patrie ». Dans le premier (l’auteur est anonyme) est énoncé le jugement de l’Histoire sur les Titus, Trajan, Antonin qualifiés de « bonheur des humains ». Et dans l’article « Patrie » (de Jaucourt) :

  • 62 Voir ci-dessous à propos de cet épisode.
  • 63 « Pouvoir » et « patrie » : Encyclopédie XIII. En revanche, Jaucourt critique Pline dans l’articl (...)

« Six tyrans également cruels, presque tous furieux, souvent imbéciles, l’avaient précédé sur le trône. (…) Il [Trajan] débuta par dire à Saburanus, préfet du prétoire, en lui donnant la marque de cette dignité, c’était une épée : “prends ce fer, pour l’employer à me défendre si je gouverne bien ma patrie, ou contre moi, si je me conduis mal. Il était sûr de son fait”62. (…) Quand on vit le maître du monde se soumettre aux lois, rendre au sénat sa splendeur et son autorité, ne rien faire que de concert avec lui, ne regarder la dignité impériale que comme une simple magistrature comptable envers la patrie, enfin le bien présent prendre une consistance pour l’avenir ; alors on ne se contint plus. (…) Mais quand de nouveaux monstres prirent sa place, le gouvernement retomba dans ses excès ; les soldats vendirent la patrie, et assassinèrent les empereurs pour en avoir un nouveau prix. Après ces détails, je n’ai pas besoin de prouver qu’il ne peut point y avoir de patrie dans les états qui sont asservis »63.

  • 64 Edward Gibbon, Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain, Paris 1995 (1ère éd. anglais (...)

31Autre auteur marquant du XVIIIe siècle, Edward Gibbon. Dans son étude du déclin de l’Empire, figurent deux exceptions : la conquête de la Grande-Bretagne par Agricola, et celle de la Dacie par Trajan. L’influence de Tacite et d’Eutrope est patente : « (…) combien devons-nous regretter de n’avoir, pour connaître les actions brillantes de Trajan, que le récit obscur d’un abrégé, ou la lumière douteuse d’un panégyrique ! Il existe cependant à la gloire de ce prince un autre panégyrique que la flatterie n’a point dicté : deux cent cinquante ans environ après sa mort, le sénat, au milieu des acclamations ordinaires qui retentissaient à l’avènement d’un nouvel empereur, lui souhaita de passer, s’il était possible, Auguste en bonheur, et Trajan en vertus »64.

32Après avoir été le modèle du bon souverain, Trajan est devenu, durant le Siècle des Lumières, celui de la Liberté.

E. Révolution, Empire etc.

  • 65 Acerra 1997, 60 : Brutus, Caton, Timoléon, Pallas, Canonnière, Furieuse, Guerrière…

33La Révolution française donna, dans les années 1793-1798, le nom de Trajan à une frégate : le caractère guerrier et républicain guida ce choix65… Mais c’est l’Empire qui, avec la colonne Vendôme, témoigne de l’imitation la plus spectaculaire de l’Optimus Princeps.

  • 66 Roulin 2004, spécialement p. 234, (Alexandriade écrite en 1806 par Gaspard Sornet). Gallo 2004, 3 (...)
  • 67 Berchet 2004, 32, (hésitation entre Alexandre, César, Charlemagne) ; Gallo 2004, 325-328, et Morr (...)
  • 68 Roulin 2004, 234-235, et Morrissey 2004, 331-347. Hubert et Ledoux-Lebard 1999, 153-154, sur les (...)
  • 69 Perchellet 2004, 176 (écriture de Scipion en 1804 ; représentation de Guillaume de Conquérant) ; (...)
  • 70 Mémoires du général Caulaincourt, Paris 1933, tome 2, 305-306 ; cité d’après Bonnet 2004, 313 ; G (...)
  • 71 Gallo 2004, 325.

34Sous Napoléon, la référence à Trajan fut cependant limitée. L’empereur figura à côté d’Alexandre : Napoléon garda jusqu’en 1803 le buste dit Azara66, avant de le confier au Louvre… de César : un buste ornait la chambre à coucher de l’empereur à Saint-Cloud67… du Pompée Spada, qu’il ne put acheter comme il le souhaitait… et de Charlemagne68, dont la statue d’Aix-la Chapelle faillit occuper le sommet de la colonne de la Grande Armée. Par ailleurs, le Camp de Boulogne favorisa les comparaisons théâtrales avec Scipion préparant l’expédition navale contre Carthage69… alors qu’un portrait en bronze de Hannibal orna en 1803 le cabinet de Napoléon à Saint-Cloud70. Enfin, le buste de Lucius Junius Brutus fut placé par David, à la demande du premier Consul, dans la galerie des Tuileries ; l’œuvre retrouva le Louvre dès 1802, à une époque où l’exemple politique du premier consul de Rome n’était plus pertinent71

  • 72 François Cacault à Talleyrand, lettre du 11 novembre 1801 ; cité par Gallo 2004, 319 et 440, n. 1 (...)
  • 73 Hubert et Ledoux-Lebard 1999, 111.

35Le modèle trajanien perdura cependant, surtout pour les artistes. Maximilien Laboureur réalisa, entre 1800 et 1802, un buste de Bonaparte coiffé « dans le même style que [la coiffure des] bustes de Trajan » (fig. 2)72 et avec couronne de lauriers : il ne fut pas exposé. Sur incitation de Vivant Denon, le sculpteur Cartellier fit une Tête de l’Empereur pour compléter un buste de Trajan et demanda, le 8 mai 1808, un emplacement aux Tuileries : Napoléon refusa ; l’œuvre n’est plus connue73.

Fig. 2. Portrait de Napoléon Ier, Francesco Maximilien Laboureur, buste de marbre (H. 108, L. 80),

Musée des beaux-arts de Nantes (1800-1802).

  • 74 Roulin 2004, 235 ; Gallo 2004, 320-321.
  • 75 Ibid., 327.
  • 76 Reproduction dans Aghion, Barbillon, Lissarrague 1994, 289. Sur le programme décoratif du palais (...)
  • 77 Lettre de Vivant Denon du 26 mars 1812 (dans Dupuy, de Chermont, Williamson 1999, no2383 (Archive (...)

36Si Denon soutenait ces rapprochements personnels, Napoléon ne les appréciait guère. D’après le général Caulaincourt, il se serait exclamé, à propos de son effigie au sommet de la colonne : « Je ne suis pas un roi païen. (…) Je ne veux pas d’idoles, pas même de statues en plein air »74. Il refusa les surnoms Germanicus et Auguste en 180975 et ne vit jamais le plafond peint du palais du Quirinal à Rome, commandé en 1812 par l’inévitable Denon76 : le thème en était Trajan distribue les sceptres de l’Asie, et l’empereur romain y avait les traits de Napoléon77.

37En revanche Napoléon commanda le 21 avril 1806 à la manufacture de Sèvres la Table dite des Grands commandants ou des Guerriers illustres de l’Antiquité. Livrée en 1812, elle présente, disposés autour d’un camée à l’effigie d’Alexandre le Grand et de trois épisodes de ses conquêtes, des portraits d’après médailles fournies par Visconti, dont Trajan et le couronnement du roi des Parthes. L’œuvre est aujourd’hui au palais de Buckingham. L’épisode trajanien était, une fois encore, lié à l’Orient, car Napoléon envisageait, à cette date, une expédition du Nil à l’Indus pour briser la puissance anglaise… Une tragédie lyrique en trois actes, Le Triomphe de Trajan, se donna sur ce thème en 1807. Le chœur entonnait un refrain transparent :

  • 78 Acte I scène 1. Tragédie lyrique en trois actes, par Joseph Esménard, musique de MM. Lesueur et P (...)

« - O Mars vengeur ! O Mars dieu des batailles !
Reçois les premiers vœux et l’encens des Romains !
Des Daces indomptés, des Scythes, des Germains,
Trajan vainqueur revient dans nos murailles ;
Trajan, l’orgueil de Rome et l’amour des humains ! (…) »78.

38Le Prologue était clair : « (…) Les ambassadeurs des rois de l’Inde venaient à Rome rendre hommage à Trajan ; lui-même se préparait alors à marcher sur les traces d’Alexandre, et à porter ses aigles victorieuses jusques sur les bords de l’océan indien ». Laquelle Inde était à l’époque aux prises avec les Britanniques, comme le rappelle (Acte I scène 8) un ambassadeur indien :

« - Des rives de l’Indus, de l’Hydaspe et du Gange,
contre un peuple oppresseur nous cherchons son appui ;
qu’il nous délivre et qu’il nous venge,
l’Inde est à ses genoux et n’espère qu’en lui ».

39Les qualificatifs décrivant Trajan sont la gloire, la bonté, la clémence (Acte I scène 9), et l’armée est étroitement associée à son triomphe, avec un vibrant appel au patriotisme. Le dernier décor annonce les (réelles) cérémonies des soldats de la Grande Armée au pied de la colonne Vendôme :

« Au milieu [du Forum] s’élève la colonne Trajane, surmontée de la statue de l’empereur, tenant à la main le globe céleste. On voit autour de sa base les aigles des légions et les trophées des peuples vaincus. Le peuple couronne de fleurs et de laurier les images de Trajan. Les soldats déposent au pied de la colonne les couronnes qu’ils ont reçues. Les prisonniers daces, scythes et germains, viennent y déposer leurs chaînes ».

40La même année à Versailles fut dressée, prélude à la colonne de la Grande Armée, la colonne de la Salle du Sacre, en bronze et porcelaine de Sèvres, qui commémorait les victoires de la campagne d’Allemagne de 1805, en particulier Austerlitz.

  • 79 A. Mongez, Iconographie Romaine III. Seconde partie : Empereurs, césars, Tyrans et leurs familles(...)
  • 80 Johann Gottfried Schweighäuser, Louis Charles François Petit-Radel, Francesco Piranesi et Pietro (...)

41Il ne faut pas oublier, en lien avec le Musée Napoléon, le remarquable travail d’Ennio Visconti, qui publia en 1808 le premier tome de sa série sur les portraits, Iconographie Grecque. Les volumes suivants, sur l’Iconographie romaine, parurent après la chute de l’Empire79 (fig. 3), sous la direction de Antoine Mongez. Mais dès 1805, l’action rigoureuse de Visconti était reconnue. À propos d’une tête de Trajan de la Villa Mattéi « posée » sur une statue assise de « philosophe », son avis fut repris et suivi : « Ce n’est point, comme M. Visconti l’a déjà remarqué, une statue de Trajan, c’est une belle tête de cet empereur, ajustée à une statue tronquée de philosophe assis80 ».

Fig. 3. Planche 36a de A. Mongez, Iconographie Romaine III. Seconde partie : Empereurs, Césars, Tyrans et leurs familles, Paris 1826.

42Les références à Trajan durant le règne de Napoléon (colonne Vendôme exceptée) portent sur ses exploits contre les Parthes ou l’Arménie. Au vrai, l’Empereur des Français nourrissait plus une fascination pour César que pour l’Optimus Princeps, et c’est d’abord à Vivant Denon que l’on doit les citations antiques du règne. Mais c’est au Louvre et par l’œuvre de Visconti que les portraits antiques de Trajan « entrèrent » dans l’histoire de l’art.

3. Épilogue

  • 81 Sèvres, 27 Decembre 1816 : service avec plateau imitant le Grand Camée de France et (entre autres (...)
  • 82 Pseudo Aurelius Victor XIII. Charles Lemire, Trajan et Suburanus, 1818 ; huile sur toile, 0,94 m (...)

43La Restauration vit revenir les thèmes traditionnels. Citons un service à thé de Sèvres de 1816 très « Empire »81 (c’est Louis XVIII qui offrit la table des Guerriers illustres de l’Antiquité à Georges IV), un tableau de Charles Lemire exécuté en 1818 pour le Grand Trianon de Versailles : le thème, inspiré par un extrait du Pseudo Aurelius Victor82, est Trajan et Suburanus et atteste la confiance que le bon monarque peut avoir en sa garde… Mais le Second Empire trouva en Vercingétorix un nouveau modèle national, et la IIIe République usa de même de modèles moraux et pédagogiques issus de l’Histoire de France pour l’édification des jeunes esprits : manuels d’histoire et images d’Épinal en témoignent.

  • 83 Victor Hugo, Apothéose. Autre allusion dans le poème Le rétablissement de la statue d’Henri IV. S (...)
  • 84 Eugène Delacroix, Les Limbes, peinture sur plafond, 1841-1846. (source http://www.assemblee-natio (...)

44Si l’Antiquité classique n’est pas oubliée, elle est minorée. Victor Hugo eut ce vers : « Entre Auguste à l’oeil calme et Trajan au front pur », pour dénoncer Napoléon le Petit83, et la coupole du palais du Luxembourg à Paris, siège du Sénat, reçut de Delacroix en 1846 une fresque qui représente les limbes selon Dante : Trajan y erre, à côté du suicidaire Caton84… le même Delacroix qui reprit le thème médiéval de la Justice de Trajan dans son tableau de 1840.

45Si la Fortune de Trajan reposa sur les textes (antiques puis médiévaux) et sur ses monuments, son portrait fut identifié tard, mais peu importait : ses qualités morales primaient. Dans ce rôle exemplaire et à l’image de la colonne historiée, il servit tant l’église que les libertés communales, le pouvoir royal que l’Empire, quoique avec mesure sous Napoléon. En l’état actuel de ma documentation, la IIIe République ne paraît pas lui avoir accordé le rôle de protecteur de la Liberté que Pline et Tacite lui reconnaissaient… Avatar récent : Trajan a fait l’objet en 2011 d’un jeu vidéo à son nom : l’aspect « conquérant » y domine, preuve que la mémoire de ses exploits militaires demeure – mais quid de sa Justice ?

Bibliographie

Sources

Dion Cassius LXVIII-LXIX, trad. E. Gros et V. Boissé, Paris 1867.

Histoire Auguste, trad. A. Chastagnol, Paris 1994.

Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIV, trad. H. Le Bonniec, 1953.

Pline le Jeune, Panégyrique, trad. M. Durry, 1959.

Pline le Jeune, Lettres I, trad. A.-M. Guillemin, 1987.

Pline le Jeune, Lettres VI, trad. A.-M. Guillemin, 1962.

Suétone, Auguste, XXXI, trad. H. Ailloud 1981.

Suétone, Néron, trad. H. Ailloud 1961.

Tacite, Annales XVI, trad. H. Goelzer 1963.

Jacques de Voragine, La Légende dorée. Vie de saint Grégoire, trad. A. Boureau et al., Paris 2004.

Notices bibliographiques

Acerra 1997 : M. Acerra, La symbolique des noms de navires de guerre dans la marine française, Histoire, économie et société, 1, 1997, 45-61.

Aghion, Barbillon, Lissarrague, 1994 : I. Aghion, C. Barbillon, F. Lissarrague, Héros et dieux de l’Antiquité, guide iconographique, Paris (Flammarion), 1994, 316 p., 32 pl.

Agosti, Farinella 1988 : G. Agosti et V. Farinella, Nuove ricerche sulla Colonna Traiana nel Rinascimento, in : S. Settis (dir.), La colonna Traiana, Turin, 1988, 549-597.

Balty, Rosso 2012 : J.-Ch. Balty et E. Rosso, Trajan, Les sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosane). Les portraits romains I.2 : Le siècle des Antonins, Toulouse (Musée Saint-Raymond), 2012, 296 p., 79-117.

Bautier 1990 : A.-M. Bautier, Le thème des douze césars dans les émaux peints de Limoges (XVIe-XVIIe siècles), Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, 118, 1990, 64-105.

Berchet 2004 : J.-Cl. Berchet, Le Mercure de France et la ‘Renaissance’ des Lettres, in : J.-Cl. Bonnet (dir.), L’Empire des Muses. Napoléon, les Arts, les Lettres, Paris (Belin), 2004, 484 p. et 26 pl., 21-58.

Beyssi-Cassan 2006 : M. Beyssi-Cassan, Le métier d’émailleur à Limoges XVIe-XVIIe siècles, Limoges (Pulim), 2006, 484 p. et 48 pl.

Boine 1993: A. Albert Boime, Art in an Age of Bonapartism, 1800-1815 (A Social History of Modern Art 2), Chicago (University of Chigago Press), 1993, 706 p.

Bonnet 2004 : J.-Cl. Bonnet, Les honneurs de l’Empire, in : J.-Cl. Bonnet (dir.), L’Empire des Muses. Napoléon, les Arts, les Lettres, Paris (Belin), 2004, 484 p. et 26 pl., 293-315.

Briant 2012 : P. Briant, Alexandre des Lumières. Fragments d’histoire européenne, Paris (Gallimard), 2012, 739 p. et 8 pl.

Callu 1997 : J.-P. Callu, ‘Les Romains de la décadence’ : regards du XIXe siècle français (1809-1874), CRAI 4, 1997, 1143-1156.

Cazes 2005 : D. Cazes, Histoire d’une collection : de la naissance du musée des Antiques de Toulouse aux portraits julio-claudiens de Chiragan, in : J-Ch. Balty et D. Cazes, Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosanes) I.1. Les portraits romains. Époque julio-claudienne, Toulouse (Musée Saint-Raymond), 2005, 209 p., 9-69.

Civil 1990 : P. Civil, Culture et histoire : galerie de portraits et ‘hommes illustres’ dans l’Espagne de la deuxième moitié du XVIe siècle, Mélanges de la Casa de Velàzquez, 26.2, 1990, 5-32.

Darblade-Audouin 2006 : M.-P. Darblade-Audouin, Nouvel Espérandieu II. Recueil général des sculptures sur pierre de la Gaule. Lyon, Paris (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres), 2006, 262 p. et 204 pl.

Delmarcel 1999 : G. Delmarcel, La Tapisserie flamande du XVe au XVIIIe siècle, Paris (Imprimerie nationale), 1999, 384 p.

Dupuy, de Chermont, Williamson 1999 : M.-A. Dupuy, I. Le Masne de Chermont, E. Williamson, Vivant Denon : Directeur des musées sous le Consulat et lʼEmpire : correspondance (1802-1815), Paris (Réunion des musées nationaux), 1999, 1468 p.

Galderisi 2003 : C. Galderisi, Le ‘crâne qui parle’ : du motif aux récits. Vertu chrétienne et vertu poétique, Cahiers de civilisation médiévale, 183, 2003, 213-231.

Galinier 2012 : M. Galinier, Domi forisque : les vêtements romains de la Vertu, in : Fl. Gherchanoc et V. Huet (dir.), Vêtements antiques : s’habiller, se déshabiller dans les mondes anciens, Paris (Errance), 2012, 282 p., 189-208.

Gallo 2004 : D. Gallo, Pouvoirs de l’Antique, in : J.-Cl. Bonnet (dir.), L’Empire des Muses. Napoléon, les Arts, les Lettres, Paris (Belin), 2004, 484 p. et 26 pl., 325-328.

Haskell, Penny 1988 : F. Haskell et N. Penny, Pour l’amour de l’Antique. La statuaire antique et le goût européen, Paris (Hachette), 1988 [éd. américaine 1981)], 415 p.

Hoffmann 1838 : S.F.W. Hoffmann, Bibliographisches Lexikon der gesammten Litteratur der Griechen, Volume 1 (A-D), Leipzig, 1838.

Hubert, Ledoux-Lebard 1999 : G. Hubert et G. Ledoux-Lebard, Napoléon, portraits contemporains, bustes et statues, Paris (Arthena), 1999, 245 p.

Iverson 2001 : J. R. Iverson, La gloire humanisée ? Voltaire et son siècle, Histoire, économie et société, 2, 2001, 211-218.

Join-Deterle 1982 : C. Join-Deterle, Évolution de la scénographie à l’Académie de musique à l’époque romantique, Romantisme, 38, 1982, 65-76.

La Rocca et al. 2011 : E. La Rocca, C. Parisi Presicce et A. Lo Monaco, Ritratti. Le tante facce del potere [catalogue d’exposition], Rome (MondoMostre), 2011, 431 p.

Leribault 2010 : C. Leribault, L’apologie de la Vertu, in : G. Faroult, C. Leribault et G. Scherf (dir.), L’Antiquité rêvée. Innovations et résistances au XVIIIe siècle [catalogue de l’exposition du Louvre], Paris (Gallimard), 2010, 500 p.

Milella, Pensabene 1989 : M. Milella et P. Pensabene, Introduzione storica e quadro architettonico, ArchCl, 41, 1989, 33-54.

Morrissey 2004 : R. Morrissey, Charlemagne et la légende impériale, in : J.-Cl. Bonnet (dir.), L’Empire des Muses. Napoléon, les Arts, les Lettres, Paris (Belin), 2004, 484 p. et 26 pl., 331-347.

Nils-Robert 2006 : C. Nils-Robert, La Justice dans ses décors (XV e-XVI e siècles), (Cahiers d’Humanisme et de Renaissance 76), Genève (Droz), 2006, 112 p, 6 dépliants.

Perchellet 2004 : J.P. Perchellet, Les spectacles parisiens et leur public, in : J.-Cl. Bonnet (dir.), L’Empire des Muses. Napoléon, les Arts, les Lettres, Paris (Belin), 2004, 484 p. et 26 pl., 153-171.

Perol 1995 : L. Perol, Diderot et le théâtre intérieur, Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 18-19, 1995, 35-46.

Reinach 1886 : S. Reinach, La colonne Trajane au musée de Saint-Germain, Paris (Leroux), 1886, 59 p.

Rosso 2006 : E. Rosso, L’image de l’empereur en Gaule romain. Portraits et inscriptions, (Archéologie et histoire 20), Paris (CTHS), 2006, 604 p.

Roulin 2004 : J.-M. Roulin, Les formes du rêve épique, in : J.-Cl. Bonnet (dir.), L’Empire des Muses. Napoléon, les Arts, les Lettres, Paris (Belin), 2004, 484 p. et 26 pl., 229-246.

Sabatier 1985 : G. Sabatier, Versailles, un imaginaire politique, in : Culture et idéologie dans la genèse de l’État moderne (Publications de l’École française de Rome 82), Rome (CNRS, école française de Rome), 1985, 528 p. et 28 pl., 295-324.

Sabatier 2000 : G. Sabatier, La gloire du roi. Iconographie de Louis XIV de 1661 à 1672, Histoire, économie et société, 4, 2000, 527-560.

Schneider 1990 : R. M. Schneider, Kolossale Dakerstatuen aus grünen Porphyr, MDAI, 97, 1990, 235-260.

Schröder 2004 : V. Schröder, La tragédie du sang dʼAuguste (Biblio 17 Supplément Papers on French Seventeenth Century Literature), Tubingen (Narr), 2004, 327 p.

Schweiger 1962 : F.L.A. Schweiger, Bibliographisches Lexicon der gesamtem Literatur der Römer II (M-V), Amsterdam (Hakkert), 1962 [1er éd. Leipzig 1834], 1350 p.

Settis et al. 1984 : S. Settis et al., Memoria dell’antico nell’arte italiana I. L’uso dei classici, Turin (Einaudi), 1984, 504 p.

Syme 1971 : R. Syme, Emperors and Biography. Studies in the Historia Augusta, Oxford (Clarendon Press), 1971, 306 p.

Ternois 1970 : D. Ternois, Napoléon et la décoration du palais impérial de Monte Cavallo en 1811-1813, Revue de lʼart, 7, 1970, 68-89.

Versailles et l’Antique 2012 : A. Maral et N. Milovanovic (dir.), Versailles et l’Antique [catalogue d’exposition Louvre], Paris (Artlys), 2012, 316 p.

Waters 1974: K. H. Waters, Trajan’s Character in the Literary Tradition, in: J. Evans (dir.) Polis and Imperium. Studies in honor of E.T. Salmon, Toronto (Hakkert), 1974, 317 p.

Notes

1 Cazes 2005, 20-26.

2 Rosso 2006, 394-396.

3 Louvre (MA 1250), marbre, H. 0,56 m ; vers 100 ap. J.-C.

4 Louvre (MA 3512), marbre, H. 0,27 m ; vers 112-115 ap. J.-C.

5 Louvre (MA 1150), marbre, H. 2,04 m ; vers 98-108 ap. J.-C. Mentionnons la colonne de porphyre ornée d’un buste identifié à Trajan (OA 9055, porphyre ; IV e s. ap. J.-C. ?), provenant de la basilique Saint-Pierre puis conservé au palais Altemps à Rome, datée du IV e siècle. Un portrait de Trajan très abîmé a par ailleurs été identifié dans un dépôt Campana (1863) à Lyon, en provenance d’Italie (Darblade-Audouin 2006, 162, no480 et pl. 187). Sans doute d’autres exemplaires nous ont-ils échappé…

6 Cazes 2005, 63-64. Le premier portrait de Chiragan (Rosso 2006, 450-451 ; Balty, Rosso 2012, 80-91, spécialement p. 90) date du début du règne ; le second (Rosso 2006, 451-453 ; Balty, Rosso 2012, 92-101) est du type Decennalia ; le troisième (Rosso 2006, 453-455 ; Balty, Rosso 2012, 102-112), trouvé en 1890, portait l’égide sur le bras droit ; le quatrième (Rosso 2006, 455-456 ; Balty, Rosso 2012, 114-117) proviendrait d’une statue cuirassée.

7 Des autres statues de Trajan signalées en Gaule par Rosso 2006, 555, seules trois inscriptions sont certaines : celle de Saint-Bertrand-de-Comminges (ibid., 203, no10 : la statue de bronze, disparue, est datée de 99-100), celle de Aime (508-509, no257 datée de 108), celle de Nantes (287, no73 : datation ?) ; la statue d’Alba (380-381, no147) et l’inscription de Nîmes (433, no201) sont probables.

8 Pline l’Ancien, HN XXXIV, 9, 16-17 (trad. H. Le Bonniec, 1953).

9 Briant 2012 propose une monumentale synthèse sur la Fortune d’Alexandre le Grand aux 17e-19e siècles.

10 Le monnayage d’Alexandrie, contrôlé par le Préfet de Rome, ne porte le terme grec Aristos, traduction d’Optimus, qu’en l’An 18 de Trajan, soit entre août 114 et août 115.

11 Par exemple CIL 02, 04655 (Canaveral / Caurium, Lusitania).

12 Histoire Auguste, Vie d’Alexandre Sévère 28, 6 (trad. A. Chastagnol, 1994).

13 Histoire Auguste, Vie de Marc Antonin le philosophe XXII, 7. Certaines bases ont été retrouvées : CIL VI, 1566, 37089, 41140, 41146, et surtout 41141 et 41145 (Galinier 2012 à ce propos). Auguste restait le modèle, lui qui [à propos des statues sur son Forum] « avait imaginé cela, pour que lui-même, tant qu’il vivrait, et les princes ses successeurs, fussent tenus, devant leurs concitoyens, de se modeler, pour ainsi dire, [sur l’image] de ces grands hommes » (Suétone, Auguste, XXXI, 8 ; trad. H. Ailloud 1981).

14 Histoire Auguste, Vie d’Antonin Élagabal, I, 1-2 (trad. A. Chastagnol, 1994).

15 Pline le Jeune, Panégyrique, 53 (trad. M. Durry, 1959).

16 Suétone, Néron, 37 (trad. H. ailloud 1961).

17 Tacite, Annales XVI, 7 (trad. H. Goelzer 1963).

18 Pline le Jeune, Lettres I, 17 (trad. A.-M. Guillemin, 1987).

19 Pline le Jeune, Panégyrique, 53 (trad. M. Durry, 1959). On peut aussi rappeler la réponse de Trajan lors d’un procès en héritage : « Cet homme n’est pas Polyclète et je ne suis pas Néron » (Pline le Jeune, Lettres VI, 31 ; trad. A.-M. Guillemin, 1962).

20 Balty 2012, 263.

21 Eutrope, Histoire romaine VIII, 2.

22 Le premier à publier un répertoire de portraits en se basant sur les monnaies fut Andrea Fulvio en 1517, suivi par Fulvio Orsini en 1570 (Haskell, Penny 1988, 68).

23 Reinach 1886, 5-37 ; Syme 1971, 89-112 ; Waters 1974, 233-252 ; Settis et alii 1984, 390-427 (contribution de Giovanni Agosti et Vincenzo Farinella) ; Agosti, Farinella 1988 ; etc.

24 Tacite, Vie d’Agricola 3, Redécouverte de Tacite : par Boccace au XIV e siècle ; première édition en latin : 1470, Venise ; les Œuvres en français sont disponibles en 1582, mais les Annales dès 1548 et la Germanie en 1552, Agricola en 1574 (Schweiger 1962, 996-997 et 1024-1027).

25 Redécouverte d’Eutrope : première édition en latin à Rome en 1471 (Schweiger 1962, 345) ; édité à Paris en 1512 ; (ibid., 351 :) traduction française en 1560 ; traduction allemande en 1536, et anglaise en 1564, (ibid., 352 :) italienne en 1544, et espagnole en 1561.

26 Dion Cassius LXIX, 6 (trad. E. Gros et V. Boissé, Paris 1867) : « Ainsi, une femme lui [Hadrien] ayant adressé une demande dans une rue où il passait, il lui répondit dʼabord “Je nʼai pas le temps” ; ensuite, celle-ci lui ayant réparti dʼun ton élevé : “Ne sois donc pas empereur”, il se retourna et lui donna audience ». Voir Galderisi 2003, 225, n. 62. Redécouverte de Dion Cassius (Hoffmann 1838, 551) : première édition en italien, 1526, et première traduction française, 1542, à Paris ; (548 :) première édition en grec à Paris, 1548, et (550) 1558, traduction en latin.

27 Galderisi 2003, 223-224, n. 58 : première version chez un moine anonyme du VIIIe siècle, dans la Vie de Grégoire le Grand (780) : l’âme de Trajan est baptisée par les larmes du pape ; sermon en grec de Jean Damascène (VIIIe siècle) ; texte du diacre romain Jean Hymonide vers 880, Vie de Grégoire. Le thème est très souvent repris par la suite.

28 Jacques de Voragine, Légende dorée, Vie de saint Grégoire, XLVI, 10.

29 Dante, Purgatoire X, vers 73-96.

30 Rouen, huile sur toile, 396 x 495 cm ; source et reproduction : http://mbarouen.fr/fr/oeuvres/la-justice-de-trajan [consulté le 7 août 2013]). Callu 1997, 1151.

31 Galderisi 2003, 225, n. 62, indique que les textes de Pline, le Panégyrique et les Lettres sont connues vers 1433 pour le premier, et fin XV e siècle pour la correspondance. Pour les éditions : première édition en latin en 1485 à Venise ; en français en 1632 (Lettres) et 1638 (Panégyrique) (Schweiger 1962, 803 et 815).

32 Nils-Robert 2006, 13.

33 Ibid., 26.

34 Ibid., 67 : tableau, hôtel de ville de Berne, école du Maître à l’œillet de Berne (40 x 33 cm ; 1485-1495). Ce type de décor est présent dans d’autres hôtels de ville (ibid. 68, avec renvoi à A. de Mardach, La Tapisserie de Trajan et d’Archambault, Berne 1987). Delmarcel 1999, 70, présente une autre tapisserie bruxelloise sur le thème, datée du premier quart du XVIe siècle et inspirée d’un texte flamand, Het Scaecspel (Les Échecs moralisés).

35 Dessin anonyme conservé au musée Condé (Chantilly), années 1440-1450 ; 15,1 x 9,8 cm (source : base Joconde : http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0078/m505201_de4_p.jpg [consulté le 7 août 2013]).

36 Jacques de Voragine, La Légende dorée. Vie de saint Grégoire XLVI, 10 (trad. A. Boureau et alii), Paris 2004, 237.

37 Settis et alii 1988, 242, fig. 64, (241, S. Settis cite une lettre de Poggio Bracciolini à propos de la fama de Trajan : datée de 1437, elle est contemporaine de la « mode » picturale évoquée ci-dessus). Version de Dante dans le Paradis XX, vers 43-72.

38 Nils-Robert 2006, 68 ; Galderisi 2003, 221 n. 44 (sur l’origine du motif), 224 (le thème de la « tête qui parle » est tardif) et 227 : le thème de la « langue qui parle » se trouve chez l’historien milanais Bernardino Corio dans Historia di Milano (1503) ; repris par Alphonse Chacon, Historia ceu verissima a calumniis multorum vindicata, quae refert Trajani animam precibus Divi Gregorij Pontificis Romani a Tartareis cruciatibus ereptam, Rome 1576, 18.

39 Reinach 1886, 21. Civil 1990, 5, rappelle que, sur la base de Pline l’Ancien, proposition fut faite à Philippe II en 1556 d’une bibliothèque ornée de portraits ; devaient y figurer Philippe et son fils Alexandre, Eumène de Pergame, Sylla, Ptolémée Philadelphe, César, Octave, Domitien, Trajan sur la place avec la colonne sculptée… Le modèle est italien (p. 7) : le musée de Côme de Paolo Giovio, lancé en 1530 et qui compta 400 portraits (ouvrage édité en 1551 à Florence, sans les images, sous le titre Elogia virorum bellica virtute illustrium veris imaginibus supposita quae apud Musaeum spectantur ; traduit à Paris en 1552, illustrée, consultable sur le site de l’université de Tours : http://www.bvh.univ-tours.fr/Consult/index.asp?numfiche=482 [consulté le 7 août 2013]).

40 Alphonse Chacon, Historia ceu verissima a calumniis multorum vindicata, quae refert Trajani animam precibus Divi Gregorij Pontificis Romani a Tartareis cruciatibus ereptam, Rome 1576 (Galderisi 2003, 221, n. 44 ; il conclut p. 231 : « Au XVIe siècle, écrire l’histoire ou la donner à voir, c’est prétendre à la postérité, surmonter les effets du temps, acquérir l’immortalité des images »).

41 Civil 1990, 19.

42 H. Jansen et J. Nicolas de Azara de Nibiano, Œuvres complètes d’Antoine-Raphaël Mengs, premier peintre du roi d’Espagne, contenant differens traités sur la théorie de la peinture tome 1, Paris 1786 (trad. de l’italien), 28.

43 Conservé au Musée des Arts décoratifs, Bourges, 15 x 15 cm (base Joconde : http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0339/m022986_0002193_p.jpg [consulté le 7 août 2013]. Bautier 1990 ; et Beyssi-Cassan 2006.

44 Reinach 1886, 19-21 ; Haskell, Penny 1988, 45-46.

45 Versailles et l’Antique 2012, 159 : alors que le goût pour les reliefs diminue sous Louis XIV, seule la colonne Trajane « garda son prestige, sans doute parce qu’elle racontait les épisodes d’une campagne victorieuse de Trajan, préfigurant celles du roi ».

46 Sabatier 2000, 541-543. Avant de choisir Apollon (ibid., 546), Louis XIV sollicita Hercule puisque les rois d’Espagne prétendaient en descendre.

47 Pietro Santi Bartoli, Colonna Traiana eretta dal senato, e popolo romano allʼimperatore Traiano Augusto nel suo foro in Roma, Rome, 1673 (gravures de G. Pietro Bellori).

48 Versailles, cabinet de Jupiter du Grand Appartement du Roi. Document consultable sur la base Joconde : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/joconde_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_98=TOUT&VALUE_98=Trajan&NUMBER=38&GRP=0&REQ=%28%28Trajan%29%20%3aTOUT%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=5&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=200&DOM=All [consulté le 18 mai 2015]. À ce propos, voir Versailles et l’Antique 2012, 264-275.

49 Sabatier 1985, 320-321. Nicolas Pinson peignit également une Justice de Trajan pour le palais comtal d’Aix-en-Provence.

50 Versailles et l’Antique 2012, 269 : la fig. 67 montre une médaille de Louis XIV (1661) dont la légende est : « Le roi accessible à tous ses sujets ».

51 Schröder 2004, 115 : Racine s’inspire de Sénèque et du Panégyrique de Pline pour Britannicus ; et 116, à propos de La Fontaine.

52 Puis 1722 et 1772 ; il faut ensuite attendre 1808 et 1809 pour des rééditions françaises, et 1820 et 1822.

53 Notices et images sur le site du château de Versailles : http://www.sculpturesversailles.fr/html/5b/selection/notice-ensemble.php?numloc=0101020801 [consulté le 7 août 2013]. Ces œuvres ont été restaurées au XIXe siècle.

54 Montesquieu, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, 1734, chap. 15.

55 Iverson 2001, 214 : « Le Jupiter vainqueur des Titans par Bonneval, présenté à Versailles le même mois, pousse l’idée encore plus loin en mythologisant le Roi. Le Trajan de Voltaire, peut-on dire alors, résume un sentiment largement répandu en 1745 : “Trajan, dans ce poème, ainsi que dans sa vie, ne court pas après la Gloire ; il n’est occupé que de son devoir, et la Gloire vole au-devant de lui ; elle le couronne, elle le place dans son temple ; il en fait le temple du bonheur public” (M, vol. IV, p. 350). La préface désigne clairement Louis XV. Les grandes actions du héros attirent sur lui l’adoration du peuple ; ses triomphes et sa clémence inaugurent une période de paix ». Voir également l’Introduction de Condorcet, Oeuvres complètes de Voltaire, Paris 1789. Victor Hugo se fait l’écho de cette anecdote dans William Shakespeare (3e partie Conclusion, livre 3.3) : « Voltaire lui-même, aux environs de cette année-là, célèbre éperdument on ne sait quel exploit de Trajan (lisez : Louis XV) ».

56 Encyclopédie XVI, 86 : « Temple de la Gloire » [Chevalier de Jaucourt] (texte consultable sur le site de lʼuniversité de Chigago : http://portail.atilf.fr/encyclopedie/ [consulté le 7 août 2013].

57 Document consultable sur le site : http://utpictura18.univ-montp3.fr/GenerateurNotice.php?numnotice=A0362 [consulté le 18 mai 2015]

58 Leribault, 2010, 419.

59 Stéphane Lojkine, sur le site Utpictura18, propose des notices critiques de Diderot (« “Monsieur Hallé, votre Trajan imité de l’antique est plat, sans noblesse, sans expression, sans caractère ; il a l’air de dire à cette femme : Bonne femme, je vois que vous êtes lasse ; je vous prêterais bien mon cheval, mais il est ombrageux comme un diable” (VI, 49) » ; de Joseph Mathon de la Cour (« M. Hallé a imité de l’antique la tête de Trajan : c’est une attention dont on doit lui savoir gré ; mais le caractère de cette tête est commun. ») ; du Mercure de France d’octobre 1765 (« Le Peintre a eu l’attention d’imiter d’après l’antique la tête de Trajan. On doit être toujours satisfait de connoître les traits & la physionomie des bienfaiteurs du monde. Ce n’est pas le cas où le vraisemblable soit préférable au vrai. ») (http://www.univ-montp3.fr/pictura/GenerateurNotice.php?numnotice=A0362). Voir également Perol 1995, 40.

60 « Crime » : Encyclopédie IV ; « Romain Empire » : Encyclopédie XIV ; « Narni » : Encyclopédie XI ; « Places publiques de Rome » : Encyclopédie XII.

61 Johann J. Winckelmann, Histoire de l’art dans l’Antiquité. Seconde partie, Paris 2005 (1ère édition Dresde, 1764), 569 et 565, confirme ce jugement : « Rome et tout l’Empire reprirent vie sous le règne de Trajan et, après tant de troubles, ce dernier commença à stimuler les artistes par les grands travaux qu’il entreprit ». Jaucourt est plus critique dans l’article « Trajane (colonne) », à propos du style des reliefs. Sur les discussions entre Anciens et Modernes, voir mon article à paraître dans les Actes du colloque de Vienne (Autriche) : Columna Traiani. Trajanssaüle. Siegesmonument und Kriegsbericht in Bildern (9-12 mai 2013).

62 Voir ci-dessous à propos de cet épisode.

63 « Pouvoir » et « patrie » : Encyclopédie XIII. En revanche, Jaucourt critique Pline dans l’article « Orateurs romains » (Encyclopédie XI), lui reprochant sa flatterie – au contraire de l’article « Panégyrique » (Encyclopédie XI), dont l’auteur est inconnu (sans doute pas de Jaucourt), qui loue le style de Pline et se conclut par : « M. de Sacy nous en a donné une fort belle traduction ».

64 Edward Gibbon, Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain, Paris 1995 (1ère éd. anglaise 1776-1788), chap. III (p.4) et chap. III (p.56). La traduction française est de François Guizot, 1812.

65 Acerra 1997, 60 : Brutus, Caton, Timoléon, Pallas, Canonnière, Furieuse, Guerrière…

66 Roulin 2004, spécialement p. 234, (Alexandriade écrite en 1806 par Gaspard Sornet). Gallo 2004, 325 (Alexandre Azara).

67 Berchet 2004, 32, (hésitation entre Alexandre, César, Charlemagne) ; Gallo 2004, 325-328, et Morrissey 2004, 331-347.

68 Roulin 2004, 234-235, et Morrissey 2004, 331-347. Hubert et Ledoux-Lebard 1999, 153-154, sur les pérégrinations de la statue d’Aix-la-Chapelle.

69 Perchellet 2004, 176 (écriture de Scipion en 1804 ; représentation de Guillaume de Conquérant) ; et Roulin 2004, 234 ; Bonnet 2004, 308.

70 Mémoires du général Caulaincourt, Paris 1933, tome 2, 305-306 ; cité d’après Bonnet 2004, 313 ; Gallo 2004, 325 (buste de bronze d’Hannibal).

71 Gallo 2004, 325.

72 François Cacault à Talleyrand, lettre du 11 novembre 1801 ; cité par Gallo 2004, 319 et 440, n. 17. Portrait de Napoléon Ier, Francesco Maximilien Laboureur, buste colossal (marbre ; H. 108, L. 80 ; Musée des beaux-arts de Nantes ; entrée dans la collection : 1810). Autre statue de Napoléon inspirée, elle, du Pompée Spada : ead., 441, n. 40.

73 Hubert et Ledoux-Lebard 1999, 111.

74 Roulin 2004, 235 ; Gallo 2004, 320-321.

75 Ibid., 327.

76 Reproduction dans Aghion, Barbillon, Lissarrague 1994, 289. Sur le programme décoratif du palais du Quirinal, Ternois 1970, 68-89, et Boime1993, 653.

77 Lettre de Vivant Denon du 26 mars 1812 (dans Dupuy, de Chermont, Williamson 1999, no2383 (Archives des musées nationaux, registre *AA8, p. 129).

78 Acte I scène 1. Tragédie lyrique en trois actes, par Joseph Esménard, musique de MM. Lesueur et Persuis : texte intégral sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k84981w/f2.image [consulté le 7 août 2013]. Join-Deterle 1982, 68 : les décors, perdus, étaient de Degotti.

79 A. Mongez, Iconographie Romaine III. Seconde partie : Empereurs, césars, Tyrans et leurs familles, Paris 1826, pl. 36a.

80 Johann Gottfried Schweighäuser, Louis Charles François Petit-Radel, Francesco Piranesi et Pietro Piranesi, Les monumens antiques du Musée Napoléon, vol. 3, Paris 1805 : 81-82 et pl. 31 (pour un autre buste de Trajan, provenant de la Ville Albani), et 83-84 pl. 32 (tête de Trajan et statue assise de « philosophe »). Ennio Visconti avait déjà publié Notice des statues, bustes et bas-reliefs de la galerie des antiques du musée Napoléon : ouverte pour la première fois le 18 brumaire an IX, Paris 1801.

81 Sèvres, 27 Decembre 1816 : service avec plateau imitant le Grand Camée de France et (entre autres) quatre tasses avec portraits d’Agrippine, Trajan, Faustine et Marc Aurèle.

82 Pseudo Aurelius Victor XIII. Charles Lemire, Trajan et Suburanus, 1818 ; huile sur toile, 0,94 m x 1,36 m (base Joconde : http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0640/m507704_97de5942_p.jpg).

83 Victor Hugo, Apothéose. Autre allusion dans le poème Le rétablissement de la statue d’Henri IV. Sans oublier que le modèle du Bossu de Notre-Dame fut peut-être un tailleur de pierre nommé… Trajan : ce qui montre la popularité du nom de l’empereur romain au-delà du cercle restreint des artistes et des hommes de pouvoir.

84 Eugène Delacroix, Les Limbes, peinture sur plafond, 1841-1846. (source http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/delacroix_salon_du_roi/delacroix_salon_du_roi_biographie.asp [consulté le 15 août 2013]).

Table des illustrations

Crédits (d’après Guy Delmarcel, La tapisserie flamande : du XV e au XVIIIe siècle, Paris 1999, 36-37).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12447/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Crédits (d’après Guy Delmarcel, La tapisserie flamande : du XV e au XVIIIe siècle, Paris 1999, 36-37).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12447/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M
Crédits Musée des beaux-arts de Nantes (1800-1802).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12447/img-6.png
Fichier image/png, 631k
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12447/img-8.png
Fichier image/png, 238k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search