Version classiqueVersion mobile

Les Alpes occidentales romaines

 | 
Maxence Segard

Deuxième partie. L’économie de la ‎montagne alpine : exploitation des ‎ressources naturelles dans les Alpes ‎occidentales à l’époque romaine

Introduction

Texte intégral

1On l’a déjà souligné à plusieurs reprises, les connaissances sur les activités économiques et les ressources des populations alpines sont très rares et, lorsqu’elles existent, sont isolées et hétérogènes. Les textes, quand ils n’insistent pas sur le caractère hostile des régions montagneuses, mettent en avant la diversité et la richesse des ressources offertes par ce milieu aux paysages variés. Un passage de Strabon (IV, 6, 9) montre très bien cette perception contrastée des régions alpines par les auteurs antiques. Il existe ainsi, tout le long des Alpes, « des régions de collines parfaitement propres à l’agriculture et des vallées bien colonisées », toutes favorables à des activités agricoles pratiquées dans les régions de plaine. Mais s’il existe des secteurs de ce type, les Alpes constituent d’abord une région « pauvre et stérile à cause des gels et du sol rocailleux ». C’est particulièrement vrai dans les montagnes, où les terres sont moins favorables à l’agriculture et où le climat limite la saison végétative. Strabon rappelle d’ailleurs « le manque de tout et notamment la rareté de la nourriture », et la difficulté que connaissent ces populations pour survivre. Cependant il rappelle également les nombreuses ressources complémentaires que recèle la montagne : le bois et ses produits dérivés (poix, résine), le miel et la cire, ainsi que le fromage. Ces produits, grâce aux relations qu’entretenaient ces peuples avec les populations des vallées et plaines, leur permettaient de faire du commerce et d’acquérir ce dont ils ne disposaient pas. Dans un autre passage (IV, 6, 1-2), Strabon évoque les Ligures de région d’Albingaunum (Albenga, dans le golfe de Gênes), qui habitaient le littoral, mais surtout les montagnes. Strabon précise qu’ils vivent surtout de leurs troupeaux, de lait et d’une boisson à base d’orge. Ils venaient à Gênes vendre leur petit bétail, leur miel et des peaux, ainsi que du bois et de l’ambre jaune. Ils achetaient en échange l’huile et le vin qu’ils ne produisaient pas.

2La distinction entre zones basses et secteurs de montagne rappelle les possibilités nombreuses offertes par le milieu alpin aux populations qui l’habitait. On peut ainsi distinguer les ressources qui sont communes à tous les milieux (agro-pastoralisme) de celles qui sont traditionnellement associées à la montagne, principalement l’élevage et l’exploitation des ressources minérales (mines et carrières). Le pastoralisme en particulier est l’activité qui est le plus naturellement associée aux espaces de haute montagne, dont les pâturages constituent la richesse principale. Dans les Alpes occidentales, l’intérêt pour l’élevage a d’ailleurs été alimenté par des hypothèses qui en ont fait un lieu d’estive pour des troupeaux venant de loin dès la période romaine. Ces hypothèses très débattues, largement fondées sur l’image de la montée vers les alpages bien documentée à partir du Moyen Âge, posent la question des changements dans les modes d’exploitation qui ont pu intervenir à l’époque romaine : changement d’échelle, intensification, mais également évolution des structures foncières et des modes d’exploitation. Elles demandent pour cela à être examinées de près. Le second dossier qui sera approfondi ici concerne les ressources minérales. Il pose des questions du même ordre, dans un paysage qui offrait une grande variété de types de pierre et de minerais dont la richesse est attestée par l’intense exploitation qu’elles ont connue à partir du Moyen Âge.

3Quelles que soient les ressources envisagées, l’intérêt accru des archéologues pour les espaces de montagne a permis de renouveler la documentation et les problématiques autour de l’occupation de ces espaces et de leur exploitation. Les travaux réalisés dans les Pyrénées et dans les Alpes françaises du Sud offrent ainsi de nouveaux éléments de réflexion, mais également des orientations méthodologiques indispensables à l’étude d’un milieu difficile. Ils ont en particulier montré toute la valeur des données paléoenvironnementales, et l’importance des collaborations avec des disciplines telles que la palynologie, l’anthracologie ou la géochimie. Leur apport à la connaissance des activités humaines, qu’elles soient agricoles, pastorales ou minières justifie leur utilisation comme source complémentaire des données historiques et archéologiques. Ces différentes sources examinées avec soin, confrontées et comparées apportent chacune les éléments permettant de dresser un tableau général de l’économie alpine.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search