Version classiqueVersion mobile

La sculpture romaine en Occident

 | 
Vassiliki Gaggadis-Robin
, 
Pascale Picard

Le portrait romain en Gaule

Le portrait romain en Gaule : aspects méthodologiques et historiques

Jean-Charles Balty

Résumé

Revenant sur certaines identifications proposées pour des exemplaires trouvés en Gaule, la présente communication souhaite rappeler quelques aspects méthodologiques de l’étude du portrait romain, et notamment la nécessité de s’en tenir à la plus stricte typologie en matière d’effigies impériales. La tête de Neffiès et le buste de Saincaize ne sauraient représenter Hadrien ; les bustes de Chiragan, de Poilhes et d’Arles ne figurent pas César. Il s’agit de contemporains dont le portrait, par suite d’un phénomène d’« Angleichung » commun à bien des époques et des sociétés, imite celui de quelques hommes politiques célèbres de la fin de l’époque républicaine et, plus tard, celui de l’empereur. Il y a sans doute lieu, en revanche, quoi qu’on en ait dit parfois, de conserver l’identification traditionnelle du Marc Antoine de Narbonne.

Texte intégral

  • 1 Pour l’œuvre elle-même, Wegner 1956, 115-116, pl. 12 b et 14 a  ; Evers 1994, 194-195 no144  ; Ro (...)
  • 2 Wegner 1956, 57 («  Der Bildniskopf ist [...] von den stadtrömischen Bildnistypen unabhängig, so (...)
  • 3 Ibid., 60-61.
  • 4 Il trouvait, en effet, qu’Hadrien était encore relativement jeune («  noch verhältnismäßig jung   (...)
  • 5 Evers 1994, 257-259.
  • 6 Fittschen 1984, 204.
  • 7 Evers 1994, 194.
  • 8 Ibid., 37 et fig.  2.
  • 9 Espérandieu 1910, 225 no2196, fig.  ; Evers 1994, 136-137 no71 ; Rosso 2006, 278-279 no66 ; Deyts (...)
  • 10 Evers 1994, 250.
  • 11 Ibid., 251.

1Le récent débat – souvent passionné et beaucoup trop médiatisé – suscité par la découverte, dans le Rhône, d’un magnifique buste d’époque républicaine et par son identification comme portrait de César – un portrait, de surcroît, qui aurait été réalisé du vivant même du dictateur – invite à revenir, à l’occasion de ces premières « Rencontres », sur quelques aspects méthodologiques parfois encore trop négligés par les chercheurs. Et tout d’abord sur les raisons ou les circonstances qui conduisirent à portraiturer un homme politique, dans la Rome républicaine comme dans la Rome impériale, et sur la manière dont cette image était réalisée et diffusée. Souvent, en effet, et chez les meilleurs auteurs, subsiste cette idée que telle ou telle effigie rencontrée dans une des provinces de l’Empire a été créée au moment même de la venue de l’empereur et que des sculpteurs locaux en ont, de ce fait, saisi les traits sur le champ – ce qui permet, évidemment, de justifier par là même d’éventuels écarts constatés dans l’iconographie du personnage par rapport aux effigies sorties des officines de Rome... Ainsi M. Wegner, en 1956, à propos de la statue d’Hadrien du théâtre de Vaison1 (fig. 1), qui écrivait : « Le portrait est indépendant des types iconographiques romains (“stadtrömisch”) ; on peut donc en conclure qu’il a été réalisé sur la base d’une observation personnelle. Il ne peut, de ce fait, avoir été créé qu’à l’occasion du seul séjour de l’empereur dans le sud de la Gaule, vers la fin de l’année 121 »2. Or, l’œuvre n’est autre qu’une variante du sixième type iconographique d’Hadrien, type « Panzerbüste » ou « Imperatori 32 », qui date très vraisemblablement, de l’avis même de Wegner3 qui n’avait tout simplement pas reconnu le type pour la tête de Vaison4, de 127, voire de 1285. Quant au caractère provincial du portrait, il est très loin d’être assuré. Kl. Fittschen remarquait, en effet, en 1984, qu’aucune des images d’Hadrien découvertes dans les provinces n’était entièrement indépendante des modèles « stadtrömisch »6 ; et C. Evers envisageait même qu’il pût sortir d’une des principales officines de l’Urbs et soit une réalisation de son « atelier B »7. Un véritable pic de dédicaces à Hadrien dans l’Empire se situe d’ailleurs en 128/129, année qui vit, après la réception des titres de Pater Patriae et d Ὀλύμπιος », la célébration des decennalia8. Le type « Imperatori 32 » venait alors d’être créé ; c’est lui qui, tout naturellement, servit de base au portrait de la statue de Vaison. Le buste de Saincaize, au musée de Nevers9, du « type Baïes » – un type rare en dehors de l’Italie10 et datable des environs de 12511 –, n’est sans doute que de peu antérieur à la statue de Vaison ; inutile de préciser qu’il n’a rien à voir non plus avec le voyage de l’empereur en Gaule.

Fig. 1. Vaison : Hadrien

(cliché Chéné - Reveillac / CNRS-CCJ).

2S’il faut donc se garder de mettre aussi étroitement en relation qu’on l’a parfois fait la date d’un portrait officiel dans les provinces et celle d’un événement historique local – on n’imagine guère, d’ailleurs, l’empereur « posant », si j’ose dire, pour un sculpteur provincial –, il n’empêche que la présence de ce portrait dans une ville de l’Empire à une date déterminée est loin d’être sans signification ; mais les raisons sont tout autres, car les conditions de diffusion de ces portraits officiels sont tout autres également. Je commencerai par celles du portrait impérial, certes plus faciles à envisager, mais aborderai ensuite le portrait d’époque républicaine. Kl. Fittschen a, de longue date, détaillé ces différentes étapes ; je ne fais ici que le suivre, en proposant d’autres exemples que les siens – et des exemples provenant des différentes provinces de la Gaule, puisque c’est l’objet même de ces « Rencontres ».

3Ces portraits officiels ne sont nullement des images isolées ; ce sont, en quelque sorte, des multiples, les copies d’un « Urbild » dont l’aspect a été voulu par l’empereur et qui a été créé dans son entourage, au « centre du pouvoir ». Et ces copies, réalisées en partie mécaniquement, on va y revenir, proviennent des ateliers chargés de leur diffusion à Rome, en Italie et dans l’ensemble de l’Empire – où elles servent éventuellement, à leur tour, de modèles à des réalisations locales.

4Par ailleurs, les occasions de fixer, puis de modifier l’image de l’empereur ne sont pas si nombreuses que cela. C’est, bien sûr, d’abord l’avènement, cela va de soi, le premier souci d’un empereur étant de faire savoir à l’ensemble des habitants de l’Empire que c’est lui désormais qui est à la tête de celui-ci ; il n’en va pas autrement pour la monnaie. Hérodien – je l’ai rappelé ailleurs – rapporte, par exemple, qu’Héliogabale, peu après sa proclamation en Syrie, fit envoyer à Rome « un très grand portrait de lui dans le costume avec lequel il apparaissait en public lors des cérémonies religieuses (c’est-à-dire en prêtre oriental de Sol Elagabal) [...] avec ordre de le placer en plein milieu du Sénat ( = dans la Curie) ». « Il voulait accoutumer le Sénat et le Peuple Romain à la vue de son costume et, puisqu’il était loin de Rome, tester aussi l’impression que produisait ce spectacle ». L’arrivée de l’image officielle d’un nouvel empereur dans une province était fêtée avec éclat, comme l’atteste une inscription d’Oinoanda, en Lycie, relative aux combats d’amphithéâtre qui y furent donnés « le jour où arriva l’image sacrée de notre maître Valérien, le nouvel Auguste », image qu’accompagnait un fonctionnaire de rang équestre. Dans toute la mesure du possible, l’envoi de ces portraits aux principales villes du monde romain a dû se faire par mer et c’est peut-être une de ces premières effigies d’Octave diffusées en Occident que la belle tête colossale retrouvée au large de Fos-sur-Mer (fig. 2), en 1987.

Fig. 2. Arles, Musée départemental Arles antique : Octave, prov. de Fos-sur-Mer

(cliché Ph. Foliot / CNRS-CCJ).

  • 12 On citerait peut-être moins d’exemples qu’on ne pourrait le croire à première vue de types créés (...)

5À côté de l’avènement, quelques autres occasions ont été relevées par les chercheurs qui conduisirent à « mettre à jour », voire à modifier cette image officielle. Les festivités d’un jubilé de règne (decennalia, uicennalia), l’attribution et l’acceptation de certains titres comme celui de Pater Patriae par exemple, s’accompagnèrent parfois de la création d’un type iconographique nouveau12.

  • 13 Fittschen 1982.
  • 14 Balty, Cazes, Rosso 2012, 259-269.

6Un mariage impérial et la naissance de jeunes princes sont d’autres circonstances encore qui conditionnent éventuellement la création d’une nouvelle effigie ; on se souviendra, à cet égard, des résultats étonnants obtenus par Kl. Fittschen dans son étude des types iconographiques de Faustine la Jeune13, types qui paraissent bien devoir être mis en rapport direct avec ses maternités successives : 9 types, correspondant à la naissance de 11 de ses 13 enfants (ce dernier chiffre s’expliquant par la naissance de jumeaux à deux reprises). Mais l’adoption, au IIe siècle, dans la dynastie antonine, devait conduire à son tour à diffuser l’image de ces successeurs désignés : c’est ainsi qu’apparurent, en 138, à côté de l’effigie d’Antonin le Pieux choisi par Hadrien pour lui succéder, celles de Marc Aurèle et de Lucius Vérus enfants qu’Antonin, à son tour, avait dû adopter à cette date ; c’est ainsi également que le portrait de Marc changea lorsqu’après ses fiançailles avec la propre fille d’Antonin, Faustine la Jeune – ce qui devait le rapprocher encore du pouvoir –, il reçut le titre de Caesar et, l’année suivante, accéda pour la première fois au consulat – un consulat qu’il partagea d’ailleurs avec l’empereur. De ces deux types iconographiques successifs (fig. 3), comme d’un des deux types suivants (fig. 4), la Gaule nous a conservé plusieurs exemplaires, qui témoignent à suffisance de la « popularité », dans ces provinces, de cette famille impériale originaire de la Narbonnaise (les ancêtres d’Antonin, on s’en souviendra, étaient de Nîmes). C’est, par ailleurs, à la constatation que les trois ou quatre portraits d’un même empereur (Trajan, Septime Sévère, Caracalla) rencontrés dans la villa de Chiragan, à Martres-Tolosane, appartenaient à des types apparus successivement et, dès lors, échelonnés de quelques années au cours du règne, que je dois d’avoir pu mettre en lumière l’approvisionnement régulier de la villa en effigies officielles, ce qui modifie considérablement l’idée que l’on a parfois pu se faire de cet ensemble : loin d’avoir été constitué par un collectionneur vers la fin de l’Antiquité, il s’est formé petit à petit, durant près de trois siècles, et comporte, à côté de ces images impériales issues des meilleures officines de l’Urbs, d’assez nombreux portraits des hauts fonctionnaires de l’ordre équestre qui administrèrent le domaine – un domaine impérial, on n’en doutera guère, ce me semble14.

Fig. 3. Rodez, Musée Fenaille : Marc Aurèle jeune, type I

(photo Jean-François Peiré).

Fig. 4. Castelculier, Villascopia : Marc Aurèle âgé, type IV

(photo Jean-Charles Balty).

  • 15 C’est ce qu’estimaient Richter 1962, 52-58 ; Bergmann 1978, 13-14, fig.  15 ; Vierneisel, Zanker (...)
  • 16 Pfanner 1989, 157-257 ; Lahusen 2010, 195-198, fig.  7.7-7.8.

7Ces types iconographiques successifs correspondant à différents événements d’un règne constituent aujourd’hui le cadre méthodologique indispensable de notre discipline. Et, à l’intérieur de ce cadre, la « Kopienkritik » demeure l’unique méthode permettant de reclasser les répliques et d’évaluer leur fidélité par rapport à l’« Urbild ». On ne saurait, en effet, comme on le fit trop longtemps, se contenter de simples ressemblances. Réalisées en atelier par des praticiens ayant recours à la technique de la « mise aux points » – et ce, quel que soit l’appareillage retenu, appareil de mise aux points tel que l’utilisent les grands sculpteurs modernes15 ou simples compas16 –, ces répliques ne s’écartent des modèles copiés qu’en fonction des libertés que prennent éventuellement ces praticiens entre les points de repère ; plus grandes dans certaines officines que dans d’autres, ces libertés témoignent aussi de la plus ou moins grande qualité de l’exécution. Mais les œuvres produites n’échappent pas pour autant à la typologie que, depuis quelque temps déjà, nous reconstituons avec une relative certitude ; elles se correspondent le plus souvent mèche à mèche, ces détails des cheveux comme l’ensemble de la disposition de la chevelure étant plus faciles à copier avec précision que le modelé d’un visage, pour lequel s’observent parfois des différences assez significatives ; il en va de même pour certaines proportions.

  • 17 Zanker 1982, 307-312, fig.  197-208. Cf. également Balty 1993, 13-14, pl. 8-9 ; Fittschen 1999, 7 (...)
  • 18 Terrer et al. 1999, 155-158, fig.  2 et 7-12. Clavel 1970, 501 faisait le rapprochement avec le « (...)
  • 19 Espérandieu 1910, 224-225 no2195, fig.   ; Deyts, Meissonnier 2010/2011 [2012], 28, fig.  8-11.
  • 20 Fasti archeologici, VIII (1953), 284 no3846, fig.  95 (Hadrien).
  • 21 Evers 1994, 287 («  Les mèches sur le front rappellent les types Baïes ou Chiaramonti 392  », ibi (...)
  • 22 Calza 1964, 76-77 no123, pl. LXXI. Pour cette «  Annäherung an den Kaiser  », cf. Landwehr 2008, (...)
  • 23 Balty 1977, 107 n. 58. Et déjà Poulsen 1974, 102.
  • 24 Fittschen 1999, 32-45, pl. 58-73.
  • 25 Ibid., 88-91, pl. 158-166. La tête de Bordeaux y figure p. 89 no64, pl. 159 b.
  • 26 Meyer 1991, 237-242, pl. 140.3-141.

8L’omniprésence du portrait impérial dans les villes de l’Empire en fit très vite un modèle à imiter et, pour ce qui est de la coiffure notamment, une mode à suivre. On parlera, dès lors, avec nos collègues allemands, d’un phénomène de « Zeitgesicht », ou visage d’époque. Extrêmement répandu, à Rome comme dans les provinces les plus éloignées, il a fait l’objet, depuis une trentaine d’années, d’études plus ou moins détaillées, dont une des plus suggestives demeure celle de P. Zanker, « Herrscherbild und Zeitgesicht », présentée en 1981 au colloque de Berlin sur le portrait romain envisagé comme phénomène de société17. On y verra que, non contents de s’inspirer d’une coiffure d’une façon parfois très précise, voire de la copier assez exactement, certains portraits de contemporains vont jusqu’à reprendre la mimique d’une expression – ce qui, bien sûr, introduit une difficulté supplémentaire pour le chercheur. Il y a donc lieu d’être strict, et même très strict, dans l’application de la « Kopienkritik » ; on ne saurait assez y insister. Les soi-disant Hadrien de Neffiès (Hérault ; fig. 5)18 et de Saincaize (Nièvre)19 ne sont que des contemporains de l’empereur – et ce, quelle que soit la qualité de ces œuvres–, et ne diffèrent guère d’autres images qui, elles aussi, dans les provinces comme en Italie, ont passé pour des effigies d’Hadrien : je songe, entre autres, au magnifique buste de Cherchel20 dont C. Evers a montré qu’il s’inspirait des types Baïes ou Chiaramonti 392 et reprenait même très exactement, pour les tempes et la barbe, la disposition des mèches du « type Busti 283 »21 ; mais aussi à une tête d’Ostie22 que sa taille, sa qualité d’exécution et sa ressemblance avec les portraits de l’empereur avaient conduit R. Calza à considérer comme un portrait d’Hadrien. J’avais moi-même, il y a trente-cinq ans, suggéré qu’une belle tête de jeune homme de Bordeaux (fig. 6) puisse être un portrait de Lucius Vérus adolescent23. Une meilleure connaissance de la typologie des effigies de jeunesse du prince et une pratique plus rigoureuse de la critique de copies m’obligent aujourd’hui à renoncer à cette identification, et ce d’autant plus qu’avec son catalogue des portraits de Vérus précédant l’avènement24 Kl. Fittschen a fourni, il n’y a guère, un volumineux dossier de parallèles montrant combien cette image princière avait été imitée25. De la même manière, nombreux sont les portraits qui se sont inspirés des effigies d’Antinoüs ; n’a-t-on pas forgé l’adjectif « antinoïsierend » pour les qualifier26 ? C’est bien cette « Bildnisangleichung », ce mimétisme, qui conduit, on le voit, à la constitution d’un véritable « Zeitgesicht » qui affecte tous les domaines du portrait romain, les images peintes du Fayoum comme les stèles funéraires des provinces les plus reculées de l’Empire.

Fig. 5. Neffiès : portrait d’un inconnu, époque d’Hadrien

(cliché Ph. Foliot / CNRS-CCJ).

Fig. 6. Bordeaux, Musée d’Aquitaine : portrait d’un adolescent, époque de Lucius Vérus

(cliché B. Biraben, Musée d’Aquitaine).

  • 27 Pline, Nat. hist., III, 66.
  • 28 Cf. Homo 1951, 109-110.

9En allait-il de même à l’époque républicaine ? C’est, évidemment, la question qu’il convient de se poser pour aborder la découverte d’Arles. Et, pour cette période aussi, on ne saurait se passer des sources antiques. S’il est clair que le nombre des portraits officiels s’est considérablement accru sous l’Empire, l’image de l’empereur assurant en quelque sorte la présence de celui-ci dans toutes les parties de cet Empire, la multiplication des effigies de certains hommes politiques n’est pas inconnue pour autant sous la République. On rappellera le cas de celles de M. Marius Gratidianus que les tribus avaient élevées par plébiscite dans tous les quartiers (uici) de Rome et que Sylla ordonna de détruire en 82. On ne connaît malheureusement pas avec précision le nombre de uici que comptait la Rome de l’époque (il y en avait 265 dans l’Urbs XIV regionum au lendemain de la censure de Vespasien27, et ce chiffre est peut-être déjà celui de l’époque augustéenne28) mais le seul fait que Pline cite ces statues de Gratidianus dans le même paragraphe que celui où il rapporte qu’on en avait élevé 360, à Athènes, à Démétrius de Phalère suffit à assurer qu’il y en avait eu aussi un nombre considérable pour Gratidianus. On ne peut imaginer que ces statues aient été réalisées sans « Urbild » et laissées à l’imagination des sculpteurs. Dès lors qu’il y a des multiples, il y a évidemment un modèle. C’est bien ce que montre la récente étude de W.-R. Megow, Republikanische Bildnis-Typen (2005), qui a recensé quinze types iconographiques d’époque républicaine connus par deux répliques au moins – et souvent davantage.

  • 29 Lahusen 1983, 67-96.
  • 30 Pline, paneg, 55, 6.
  • 31 Giuliani 1986, 183-185.
  • 32 Vessberg 1941, 111  ; Fejfer 2008, 21.

10Il n’y a donc pas de créations isolées et ces créations résultent de circonstances bien particulières que le regretté G. Lahusen a analysées dans sa belle thèse de 197529. Pour l’époque républicaine, on retiendra, en tout premier lieu, le triomphe, mais aussi tout service exceptionnel rendu à la patrie – egregia in rem publicam merita, dit Pline le Jeune dans son Panégyrique de Trajan30 –, dont, en particulier, le fait d’avoir sauvé la République dans des moments ou circonstances critiques, notamment au prix de sa vie. Dès la fin du IIe et le début du Ier siècle, les plus grandes figures de la République connurent, plus fréquemment peut-être qu’auparavant, l’hommage de statues. C’est le cas de Marius et de Sylla, même si l’on ne peut aujourd’hui accepter l’identification des deux têtes de Munich, pour lesquelles d’autres noms ont été proposés31. Sylla est, en tout cas, dans l’état actuel de notre documentation, le premier de ces hommes politiques pour lesquels plusieurs statues soient épigraphiquement attestées32.

  • 33 Raubitschek 1954, 65-68, 72 et 74, pl. III  ; Tuchelt 1979, 64, 135, 141, 208-210 et 234 (L 45-50 (...)
  • 34 Dion Cassius, XLIII, 14 et 45.
  • 35 Dion Cassius, XLIV, 4, 4-5.
  • 36 Dion Cassius, XLIV, 4, 4.
  • 37 Alföldi 1958, 27-44  ; Alföldi 1974  ; Alföldi 1985, 161-171, pl. 25  ; cf. Kent, Hirmer 1978, 27 (...)
  • 38 Ci-dessus, p. 44.

11Dans le cas de César, notre information est à la fois littéraire, numismatique et épigraphique. De nombreuses statues lui ont été élevées, en Grèce et en Asie Mineure, après la victoire de Pharsale, en 48 avant notre ère33. Ce n’est cependant qu’à son retour d’Afrique, en 46, puis après sa victoire sur Cn. Pompée, en 45, que trois statues lui furent successivement décernées à Rome, l’une dans le temple de Quirinus, les deux autres au Capitole – dont une parmi les statues des rois34. Mais les honneurs les plus extraordinaires datent de 44 : Dion Cassius signale, en effet, qu’« il fut ordonné de dresser des statues de César dans toutes les villes d’Italie et dans tous les temples de Rome et d’en placer également deux sur les Rostres »35. Puis, dès le début de cette même année 44, le Sénat autorisa César à mettre son image sur les monnaies de Rome36. Pour tout cela, il fallait bien qu’il y eût une effigie officielle. Or, celle des émissions des quattuorviri monetales de l’année 4437 correspond en tous points au type iconographique attesté par la tête de Turin et quelques autres répliques. Y en eut-il une autre, deux ans, voire quatre ans plus tôt ? Je le crois d’autant moins que les différences sont nombreuses entre le buste d’Arles et la tête de Turin ; je les ai signalées lors de la table-ronde du Louvre38, en juin dernier, et n’y reviens pas ici.

  • 39 Zanker (1981, 356-358  ; cf. également Fittschen, Zanker, Cain 2010, 44 (à propos du no32).
  • 40 Zanker 1981, 358 : «  bis in spätaugusteische Zeit  ».
  • 41 Balty 1986, 301.
  • 42 Balty 1982, 141 ; Balty 1993, 10-11, pl. 2-3.
  • 43 Balty 1993, 7-9, pl. 4-5.2.
  • 44 Zanker 1973, 34-39.

12Au plan plus technique de la « Kopienkritik », rien ne permet non plus, dans le mouvement même de la chevelure et le dessin des mèches, d’associer le portrait d’Arles aux différentes répliques du « type Tusculum » : il ne découle pas d’un même « Urbild ». Mais il y a plus. Les différences observées ne sont pas simplement des différences de type iconographique ; ce sont des différences de personnes. On ne verra donc, dans le buste arlésien, qu’un exemple de plus de « Zeitgesicht » césarien ou, si l’on préfère éviter ce terme – je vais y revenir – l’image d’un contemporain qui n’avait pas hésité à se faire représenter selon les canons iconographiques adoptés pour les effigies du dictateur. P. Zanker a donné, il y a déjà trente ans, une première liste de ces « Caesargesichter »39 dont la mode se poursuivra jusqu’à la fin du règne d’Auguste40. Il n’y a là rien d’autre qu’un phénomène d’« Angleichung », de mimétisme, qui est de tous les temps et n’était pas inconnu de l’époque républicaine. « Mimétisme en cascade », ai-je parfois écrit41, qui fait que le réalisme parfois exacerbé des portraits de la nobilitas se retrouvera, avec les mêmes formules iconographiques, sur ceux des élites municipales de l’Italie, voire ceux de quelques esclaves des reliefs funéraires d’affranchis (« Kastengrabreliefs »)42 et que le pathos si caractéristique des effigies de diadoques sera repris par le portrait des viri triumphales des IIe et Ier siècles avant notre ère43, jusques et y compris le premier type iconographique d’Octave-Auguste, type dit « d’Actium » ou « type La Alcudia »44.

  • 45 Braemer 1948-1949, 112-116  ; cf. Espérandieu, Lantier 1966, 42-43 no8801, pl. XXXVIII  ; Clavel (...)
  • 46 Chamoux 1953, 139 n. 3 («  Il ne me semble pas que cette identification soit assurée  »).
  • 47 Hausmann 1981, 596 (add. aux p. 551-552).
  • 48 Boschung 1993, 202 no272* («  ein augusteisches Privatporträt  »).
  • 49 Ibid., 203 no277* («  Das Stirnhaar zeigt allenfalls allgemeine Ähnlichkeiten mit Augustusporträt (...)
  • 50 Balty, Cazes 2005, 127-144 no4, fig.  53-60, 63, 66 et 69-70.
  • 51 Massner 1982 a très opportunément analysé les premières manifestations de ce procédé pour l’époqu (...)

13On a déjà voulu reconnaître César dans un buste découvert à Poilhes (Hérault), à l’ouest de Béziers, au pied de l’oppidum d’Ensérune45 (fig. 7). Fr. Chamoux avait, cependant, presque aussitôt contesté cette identification hâtive46. U. Hausmann y voyait, quant à lui, une réplique de son « type D » – aujourd’hui « type Louvre MA 1280 », ou « type Forbes » – de l’iconographie d’Auguste ; mais il la datait « spätaugusteisch oder frühtiberisch »47. Soulignant, à juste titre, que seules la direction des mèches frontales et l’inclinaison de la tête évoquaient ce type très particulier des portraits de l’empereur, D. Boschung en faisait, plus récemment, un portrait privé d’époque augustéenne48, je dirais plutôt, comme Hausmann, tardo-augustéenne, voire tibérienne. N’est-il pas significatif de la rigueur de plus en plus grande exigée aujourd’hui par la recherche qu’une tête du musée de Sparte ait été, elle aussi, successivement identifiée comme César, puis comme Auguste du « type Forbes », avant d’être rejetée à son tour par Boschung49 ? Je ne reviens évidemment pas ici sur le magnifique buste de Chiragan (fig. 8), que rien ne conduit à rapprocher des effigies de César et qui se situe, lui aussi, dans la lignée des portraits d’Auguste du « type Louvre MA 1280 » et ne date que des années 10-20 de notre ère50. Ce sont là de nouveaux exemples d’« Angleichung »51, à n’en guère douter, car c’est bien le terme qui devrait s’imposer, me semble-t-il, dans la plupart de ces cas, celui de « Zeitgesicht » me paraissant peut-être plus indiqué pour l’époque impériale, à un moment où l’effigie officielle de l’empereur est infiniment plus répandue puisque c’est elle qui, jusque dans les provinces les plus reculées, assure la présence de celui-ci et impose en quelque sorte son autorité.

Fig. 7. Ensérune, Musée : portrait d’un inconnu, prov. de Poilhes

(cliché Chéné - Foliot / CNRS-CCJ).

Fig. 8. Toulouse, Musée Saint-Raymond : portrait d’un inconnu

(cliché Mairie de Toulouse, Service technique de communication).

  • 52 Charbonneaux 1950, 68-70  ; Grenier 1959, 7, pl. IV  ; Rosso 2010, 273-275 (bibl.), fig.  2-3.
  • 53 Johansen 1978, 72, 76, fig.  20. Cf. Balty 1981, 91 («  la tête de Narbonne ne figure pas Antoine (...)
  • 54 Pour celle-ci et de bonnes photographies de l’œuvre, cf. Die Silberbüste des Kaisers Galba. Il bu (...)
  • 55 Cain 1993.
  • 56 Charbonneaux 1950, 68-70.
  • 57 García y Bellido 1965, 62-64 noIV, fig.  8-9 (mais avec une datation à l’époque flavienne)  ; Tri (...)
  • 58 Zanker 1974 [1976], 602, fig.  16 («  aus der Zeit des zweiten Triumvirats  »).
  • 59 Poulsen 1962, 39-41 no1, pl. I-II ; Johansen 1994, 24-25 no1, fig. 
  • 60 Rosso 2010, 274.
  • 61 Cf. Zanker 1974 [1976], fig.  4, 6, 8, 11-12 et 19, par exemple.
  • 62 Grimm 1975, 19 no15, pl. 20-21 ; Jucker 1981, 675-677, pl. VI-IX ; Kiss 1984, 53-54, fig.  102-10 (...)

14Je ne puis, enfin, revenir dans le détail sur la tête dite de Marc-Antoine, découverte et conservée à Narbonne52, encore qu’il importe que je fasse, ici aussi, une réelle retractatio. Voilà une trentaine d’années, j’ai sans doute trop rapidement suivi Fl. Johansen qui y voyait un portrait de Galba53 – identification que la récente restauration du buste d’argent d’Herculanum54 rend aujourd’hui impossible, deux types iconographiques aussi différents l’un de l’autre ne pouvant s’être succédé en quelques mois à peine. Volume et structure des mèches de la chevelure, très différents de ceux des portraits néroniens et flaviens étudiés par P. Cain55, excluent d’ailleurs une date aussi basse. Une meilleure appréciation des parallèles possibles et une « autopsie » de l’œuvre m’incitent à réhabiliter, du moins dans ses grandes lignes, celle qu’avait initialement proposée J. Charbonneaux56. On rapprochera, en effet, la tête de Narbonne d’un beau portrait de Barcelone57, découvert dans le remplissage d’une des tours de l’enceinte de la ville, portrait généralement daté du troisième quart du Ier siècle av. J.-C., voire d’une tête de Foligno, datée par P. Zanker du Second Triumvirat58, où sont encore présentes, mais désormais atténuées, certaines formules adoptées par les effigies de souverains hellénistiques pour traduire le pathos ; on n’est pas loin non plus, à certains égards, de la tête de Pompée de la Glyptothèque de Copenhague59. Les rides du front, « à la fois discontinues et dissymétriques »60, se retrouvent sur nombre de portraits de la fin de l’époque républicaine61. Quant aux confrontations opérées avec les images monétaires ou avec la statue d’Atfih (Aphroditopolis) généralement retenue comme figurant Marc-Antoine62, elles emportent aussi l’adhésion, quoi qu’on en ait dit. Le portrait de Narbonne semble bien être une des images les plus sûres du triumvir.

  • 63 Vollenweider 1974, 53-222 passim et 231-234.

15L’étude du portrait romain ne saurait être conduite aujourd’hui que dans ce cadre méthodologique très strict que j’ai tenu à rappeler, en m’attachant à certaines identifications ou datations – fussent les miennes – qui ne peuvent être maintenues et doivent être corrigées au vu de tout ce que les recherches de ces trente dernières années nous ont apporté. Les travaux menés par nos collègues allemands dans le cadre du programme « Römische Ikonologie » de la « Deutsche Forschungsgemeinschaft » afin notamment de préparer la publication des volumes de la série « Das römische Herrscherbild », nous ont fourni presque tous les points de repère souhaitables, en précisant les divers écueils à éviter. Pour l’époque républicaine, vu le petit nombre d’œuvres conservées et la difficulté qu’il y a à les dater, bien des incertitudes demeurent – on ne peut le nier. Mais on ne peut faire fi de l’existence de types iconographiques pour les personnages le plus fréquemment représentés et de véritables « Angleichungen » à certains de ceux-ci, les luttes de partis du dernier siècle de la République ayant parfaitement pu conduire les partisans de tel ou tel chef politique à imiter la coiffure, le maintien ou la mimique de celui-ci ; ils en portaient déjà l’image sur les gemmes de leurs bagues, M.-L. Vollenweider l’a bien montré63.

Mes plus vifs remerciements vont à Br. Baudoin, D. Cazes, C. Evers, V. Gaggadis-Robin, J.-Fr. Peiré, D. Terrer et A. Ziéglé, qui ont bien voulu contrôler pour moi certaines références, m’ont fourni l’illustration de cet article ou m’ont autorisé à reproduire ces documents.

Bibliographie

Alföldi 1958: A. Alföldi, The Portrait of Caesar on the Denarii of 44 BC and the Sequence of the Issues, in: H. Ingholt (dir.), Centennial Publication of the American Numismatic Society, New York, American Numismatic Society, 1958, 27-44.

Alföldi 1974: A. Alföldi, Caesar in 44 v. Chr., II. Das Zeugnis der Münzen, Bonn, Dr. Rudolf Habelt GmbH, (Antiquitas, 3e sér., 17), 1974, XIV-83p., 156pl.

Alföldi 1985: A. Alföldi, Caesar in 44 v. Chr. , I. Studien zu Caesars Monarchie und ihren Wurzeln, Bonn, Dr. Rudolf Habelt GmbH, (Antiquitas, 3e sér., 16), XII-450p., 25pl.

Balty 1977 : J.-Ch. Balty, Notes d’iconographie julio-claudienne, IV. M. Claudius Marcellus et le “type B” de l’iconographie d’Auguste jeune, AntK, 20, 1977, 102-118.

Balty 1981 : J.-Ch. Balty, Un portrait romain d’époque républicaine trouvé en Narbonnaise à Murviel-lès-Montpellier (Hérault), RANarb, XIV, 1981, 89-98.

Balty 1982 : J.-Ch. Balty, Portrait et société au Ier siècle avant notre ère, in : Römisches Porträt. Wege zur Erforschung eines gesellschaftlichen Phänomens, Wissenschaftliche Konferenz 12-15 Mai 1981 = WissZBerlin, Gesellschafts- und Sprachwissenschaftliche Reihe, XXXI, 1982, 139-142.

Balty 1986 : J.-Ch. Balty, Universalité du portrait antique. Bulletin de la Classe des Beaux-Arts (Académie royale de Belgique), 5e sér., LXVIII, 1986, 286-352.

Balty 1993: J.-Ch. Balty, Porträt und Gesellschaft in der römischen Welt, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, (Trierer Winckelmannsprogramm, 11, 1991), 1993, 36p., 20pl.

Balty, Cazes 2005 : J.-Ch. Balty, D. Cazes, Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosane), I.1. Les portraits romains. Époque julio-claudienne, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 2005, 209p., 158fig. 

Balty, Cazes, Rosso 2012: J.-Ch. Balty, D. Cazes, E. Rosso, Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosane), I.2. Les portraits romains. Le siècle des Antonins, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 2012, 300p., 296fig. 

Bergmann 1978 : M. Bergmann, Marc Aurel, Francfort, Liebieghaus, (Liebieghaus Monographie, 2), 1978, 48p., 54fig. , 5pl.

Boschung 1993: D. Boschung, Die Bildnisse des Augustus, Berlin, Gebr. Mann Verlag, (Das römische Herrscherbild, I.2), 1993, XV-237p., 239pl.

Braemer 1948-1949: Fr. Braemer, Un portrait de César, BAntFr, 1948-1949, 112-116.

Cain 1993: P. Cain, Männerbildnisse neronisch-flavischer Zeit, Munich, tuduv-Verlagsgesellschaft, 1993, 259p., 54pl.

Calza 1964: R. Calza, I ritratti, 1. Ritratti greci e romani fino al 160 circa d. C. Rome, Istituto poligrafico dello Stato, (Scavi di Ostia, V), 1964, 127p., 107pl.

Chamoux 1953 : Fr. Chamoux, Un portrait de Thasos : Jules César, MonPiot, XLVII, 1953, 131-147.

Charbonneaux 1950 : J. Charbonneaux, Un portrait du triumvir Marc Antoine à Narbonne, Musées de France, XV, 1950, 68-70.

Clavel 1970 : M. Clavel, Béziers et son territoire dans l’Antiquité, Paris, Les Belles Lettres, (Centre de recherches d’histoire ancienne, 2 = Annales littéraires de l’Université de Besançon, 112), 1970, 664p., 90fig. 

Deyts, Meissonnier 2010/2011 [2012] : S. Deyts, J. Meissonnier, Réattribution de deux bustes d’Hadrien découverts à Saincaize (Nièvre) d’après les monnaies, Bulletin des Musées de Dijon, 12, 2010/2011 [2012], 23-30.

Espérandieu 1910 : É. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, III. Lyonnaise, Paris, Imprimerie Nationale, 1910, VII-476p.

Espérandieu, Lantier 1966 : É. Espérandieu, R. Lantier, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, XV. Suppléments, Paris, Presses Universitaires de France, 1966, 173p., 117pl.

Evers 1994 : C. Evers, Les portraits d’Hadrien. Typologie et ateliers, Bruxelles, Académie royale de Belgique, (Mémoires de la Classe des Beaux-Arts, 3e sér., VII), 1994, 374p., 77fig. 

Fejfer 2008 : J. Fejfer, Roman Portraits in Context, Berlin/New York, Walter de Gruyter, (Image & Context, 2), 2008, IX-592p., 336fig. , 40pl.

Fittschen 1982 : Kl. Fittschen, Die Bildnistypen der Faustina minor und die Fecunditas Augustae, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, (AbhGöttingen, 3esér., 126), 1982, 95p., 56pl.

Fittschen 1984: Kl. Fittschen, Eine Büste des Kaisers Hadrian aus Milreu in Portugal. Zum Problem von Bildnisklitterungen, MM, XXV, 1984, 197-207.

Fittschen 1999: Kl. Fittschen, Prinzenbildnisse antoninischer Zeit, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, (Beiträge zur Erschließung hellenistischer und kaiserzeitlicher Skulptur und Architektur, 18), 1999, XXVIII-156p., 208pl.

Fittschen, Zanker, Cain 2010: Kl. Fittschen, P. Zanker, P. Cain, Katalog der römischen Porträts in den Capitolinischen Museen und den anderen kommunalen Sammlungen der Stadt Rom, II. Die männlichen Privatporträts, Berlin/New York, Walter de Gruyter, (Beiträge zur Erschließung hellenistischer und kaiserzeitlicher Skulptur und Architektur, 4), 2010, XV-210p., VI-232pl., 32pl., annexes.

García y Bellido 1965 : A. García y Bellido, Retratos romanos hallados en las murallas de Barcelona, AEsp, XXXVIII, 1965, 55-74.

Giuliani 1986: L. Giuliani, Bildnis und Botschaft. Hermeneutische Untersuchungen zur Bildniskunst der römischen Republik, Francfort, Suhrkamp Verlag, 1986, 335p., 66fig. 

Grenier 1959 : A. Grenier, Carte archéologique de la Gaule romaine, XII. Aude, Paris, Centre National de la Recherche Scientifique, 1959, XVIII-260p., 27fig. , 8pl., carte.

Grimm 1975 : G. Grimm, Kunst der Ptolemäer- und Römerzeit im Ägyptischen Museum Kairo, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1975, IX-34p., 118pl.

Gross 1940: W. H. Gross, Bildnisse Trajans, Berlin, Gebr. Mann Verlag, (Das römische Herrscherbild, II.2), 1940, 141p., 48pl.

Hausmann 1981: U. Hausmann, Zur Typologie und Ideologie des Augustusporträts, in: H. Temporini (dir.), Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II.12.2, Berlin/New York, Walter de Gruyter, 1981, 513-598.

Haynes 1983: D. E. L. Haynes, The Date of the Bronze Head of Augustus from Meroë, in: N. Bonacasa, A. Di Vita (dir.), Alessandria e il mondo ellenistico-romano. Studi in onore di Achille Adriani, I, Rome, « L’Erma » di Bretschneider, (Studi e Materiali. Istituto di Archeologia, Università di Palermo, 4), 1983, 177-181.

Homo 1951 : L. Homo, Rome impériale et l’urbanisme dans l’Antiquité, Paris, Éditions Albin Michel, (L’Évolution de l’Humanité, XVIIIbis), 1951, XVII-700p., 30fig. 

Johansen 1967 : Fl. Johansen, Antichi ritratti di Caio Giulio Cesare nella scultura, AnalRom, IV, 7-68.

Johansen 1978: Fl. Johansen, Antike portraetter af Kleopatra VII og Marcus Antonius, Meddelelser Ny Carlsberg Glyptotek, XXXV, 1978, 55-81.

Johansen 1994: Fl. Johansen, Roman Portraits, I. Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, 1994, 323p., fig. 

Jucker 1981: H. Jucker, Römische Herrscherbildnisse aus Ägypten, in: H. Temporini (dir.), Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II.12.2, Berlin/New York, Walter de Gruyter, 1981, 667-725.

Jucker 1984: H. Jucker, Trajanstudien. Zu einem Chalzedonbüstschen im Antiken-Museum, JbBerlMus, XXVI, 1984, 17-78.

Kent, Hirmer 1978: J. P. C. Kent, M. et A. Hirmer, Roman Coins, New York, Harry N. Abrams, 1978, 368p., 199pl.

Kiss 1984 : Z. Kiss, Études sur le portrait impérial romain en Égypte, Varsovie, Éditions scientifiques de Pologne, (Travaux du Centre d’archéologie méditerranéenne de l’Académie polonaise des Sciences, 23), 1984, 204p., 270fig. 

Krug 1976 [1978]: A. Krug, Die Bildnisse Ptolemaios’ IX., X. und XI, in: H. Maehler, V.-M. Strocka (dir.), Das ptolemäische Ägypten. Akten des internationalen Symposions, 27-29 September 1976 in Berlin, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1978, 9-24.

Kyrieleis 1975: H. Kyrieleis, Bildnisse der Ptolemäer, Berlin, Gebr. Mann Verlag, (Archäologische Forschungen, 2), 1975, 191p., 108pl.

Lahusen 1983: G. Lahusen, Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom, Literarische und epigraphische Zeugnisse, Rome, Giorgio Bretschneider, (Archaeologica, 35), 1983, XIV-166p.

Lahusen 2010: G. Lahusen, Römische Bildnisse. Auftraggeber – Funktionen – Standorte, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 2010, 240p., 173fig. 

Landwehr 2008: Chr. Landwehr, Die römischen Skulpturen von Caesarea Mauretaniae, IV. Porträtplastik, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 2008, XX-165p., 32fig. , 114pl., 11pl., annexes.

Massner 1982: A.-K. Massner, Bildnisangleichung. Untersuchungen zur Entstehungs- und Wirkungsgeschichte der Augustusporträts (43 v. Chr. – 68 n. Chr.), Berlin, Gebr. Mann Verlag, (Das römische Herrscherbild, IV), 1982, XIV-166p., 35pl.

Meyer 1991: H. Meyer, Antinoos. Die archäologischen Denkmäler unter Einbeziehung des numismatischen und epigraphischen Materials sowie der literarischern Nachrichten. Ein Beitrag zur Kunst- und Kulturgeschichte der hadrianisch-frühantoninischen Zeit, Munich, Wilhelm Fink Verlag, 1991, 278p., 147pl.

Pfanner 1989: M. Pfanner, Über das Herstellen von Porträts. Ein Beitrag zu Rationalisierungsmaßnamen und Produktionsmechanismen von Massenware im späten Hellenismus und in der römischen Kaiserzeit, JdI, CIV, 1989, 157-257.

Poulsen 1962 : V. Poulsen, Les portraits romains, I. République et dynastie julienne, Copenhague, (Publications de la Glyptothèque Ny Carlsberg, 7), 1962, 148p., 204pl.

Poulsen 1974 : V. Poulsen, Les portraits romains, II. De Vespasien à la Basse Antiquité, Copenhague, Glyptothèque Ny Carlsberg, (Publications de la Glyptothèque Ny Carlsberg, 8), 1974, 220p., 353pl.

Raubischek 1954: A. E. Raubitschek, Epigraphical Notes on Julius Caesar, JHS, XLIV, 1954, 65-75.

Richter 1962: G. M. A. Richter, How were the Roman copies of Greek portraits made? RM, LXIX, 1962, 52-58.

Rosso 2006 : E. Rosso, L’image de l’empereur en Gaule romaine. Portraits et inscriptions, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, (Archéologie et histoire de l’art, 20), 2006, 611p., 225fig. 

Rosso 2010 : E. Rosso, Le portrait tardo-républicain en Gaule méridionale : essai de bilan critique, RA, 2010, 259-307.

Salviat 1980 : Fr. Salviat, À la découverte des empereurs romains et de leur famille d’après les historiens et les portraits de Gaule Narbonnaise, Dossiers de l’archéologie, 41, 1980, 5-80.

Smith 1988: R. R. R. Smith, Hellenistic Royal Portraits, Oxford, Clarendon Press, (Oxford Monographs on Classical Archaeology), 1988, XVIII-196p., 80pl.

Terrer et al. 1999 : D. Terrer, C. Evers, J. Gascou, St. Maunié, J.-Cl. Richard, Un portrait du IIe siècle ap. J.-C. redécouvert à Neffiès (Hérault), Archéologie en Languedoc, 23, 1999, 149-158.

Trillmich et al. 1993: W. Trillmich, Th. Hauschild, M. Blech, H. G. Niemeyer, A. Nünnerich-Asmus, U. Kreilinger, Hispania antiqua. Denkmäler der Römerzeit, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1993, IX-503p., 185fig. , 24pl. coul., 230pl. n/b.

Tuchelt 1979: Kl. Tuchelt, Frühe Denkmäler Roms in Kleinasien, I. Roma und Promagistrate, Tübingen, Verlag Ernst Wasmuth, (Istanbuler Mitteilungen, Beiheft 23), 1979, 268p., 8fig. , 22pl., dépliants.

Vermeule 1968: C. C. Vermeule, Roman Imperial Art in Greece and Asia Minor, Cambridge Mass., Harvard University Press, 1968, XXIV-548p., 184fig. 

Vessberg 1941: O. Vessberg, Studien zur Kunstgeschichte der römischen Republik, Lund, C. W. K. Glerup-Leipzig, O. Harrassowitz, 1941, 304p., 100pl.

Vierneisel, Zanker 1979: Kl. Vierneisel, P. Zanker, Die Bildnisse des Augustus. Herrscherbild und Politik im kaiserlichen Rom, Munich, Glyptothek München, 1979, 119p., fig. 

Vollenweider 1972-1974: M.-L. Vollenweider, Die Porträtgemmen der römischen Republik, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1972-1974, Text (1974), XIII-316p., Katalog und Tafeln (1972), V-110p., 168pl.

Wegner 1956: M. Wegner, Hadrian. Plotina. Marciana. Matidia. Sabina, Berlin, Verlag Gebr. Mann, (Das römische Herrscherbild, II.3), 1956, 131p., 48pl.

Zanker 1973: P. Zanker, Studien zu den Augustus-Porträts, I. Der Actium-Typus, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, (AbhGöttingen, Phil.-Hist. Klasse, 3e sér., 85), 1973, 54p., 36pl.

Zanker 1974 [1976]: P. Zanker, Zur Rezeption des hellenistischen Individualporträts in Rom und in den italischen Städten., in: P. Zanker (dir.), Hellenismus in Mittelitalien, Kolloquium in Göttingen vom 5 bis 9 Juni 1974, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, (AbhGöttingen, Phil.-Hist. Klasse, 3e sér., 97), 1976, 581-619.

Zanker 1981: P. Zanker, Das Bildnis des M. Holconius Rufus, AA, 1981, 349-361.

Zanker 1982: P. Zanker, Herrscherbild und Zeitgesicht, in: W. Schindler (dir.), Römisches Porträt. Wege zur Erforschung eines gesellschaftlichen Phänomens, Wissenschaftliche Konferenz 12-15 Mai 1981= WissZBerlin, Gesellschafts- und Sprachwissenschaftliche Reihe, XXXI, 1982, 307-312.

Notes

1 Pour l’œuvre elle-même, Wegner 1956, 115-116, pl. 12 b et 14 a  ; Evers 1994, 194-195 no144  ; Rosso 2006, 421-423 no191, fig.  142-143.

2 Wegner 1956, 57 («  Der Bildniskopf ist [...] von den stadtrömischen Bildnistypen unabhängig, so daß man darauf schließen muß, er sei auf Grund eigener Anschauung selbständig erfunden worden. Dann kann er nur anläßlich dieses einzigen Aufenthaltes des Herrschers in Südgallien gegen Ende des Jahres 121 geschaffen worden sein  »).

3 Ibid., 60-61.

4 Il trouvait, en effet, qu’Hadrien était encore relativement jeune («  noch verhältnismäßig jung  ») sur ce portrait et croyait y reconnaître un exemplaire du premier type iconographique («  type Stazione Termini  »), dès lors assez différent des œuvres «  stadtrömisch  ».

5 Evers 1994, 257-259.

6 Fittschen 1984, 204.

7 Evers 1994, 194.

8 Ibid., 37 et fig.  2.

9 Espérandieu 1910, 225 no2196, fig.  ; Evers 1994, 136-137 no71 ; Rosso 2006, 278-279 no66 ; Deyts, Meissonnier 2010/2011 [2012], 26-27, fig.  2-7.

10 Evers 1994, 250.

11 Ibid., 251.

12 On citerait peut-être moins d’exemples qu’on ne pourrait le croire à première vue de types créés à la suite de victoires plus ou moins retentissantes et de l’adoption d’épithètes flatteuses du type Germanicus, Dacicus, Parthicus, etc. Une inscription d’Aime-en-Tarentaise (CIL, XII, 105 + add. p. 805 = ILS 289) signale, certes, que la cité des Foroclaudienses érigea, entre le 10 décembre 107 et le 9 décembre 108 (tribunic. potest. XII), une statue à Trajan deuictis Dacis  ; mais si le lien entre sa victoire, voire son triomphe (le 26 mai ou le 25 juin 107), et l’érection de cette statue ne fait évidemment aucun doute, rien ne prouve qu’il se soit agi d’un type iconographique nouveau et spécifique, la relation avec cet événement suggérée par H. Jucker (Jucker 1984, 41-42) pour le type autrefois dit «  des décennales  » (Gross 1940, 85-98) n’étant pas unanimement acceptée.

13 Fittschen 1982.

14 Balty, Cazes, Rosso 2012, 259-269.

15 C’est ce qu’estimaient Richter 1962, 52-58 ; Bergmann 1978, 13-14, fig.  15 ; Vierneisel, Zanker 1979, 56-57, fig. 

16 Pfanner 1989, 157-257 ; Lahusen 2010, 195-198, fig.  7.7-7.8.

17 Zanker 1982, 307-312, fig.  197-208. Cf. également Balty 1993, 13-14, pl. 8-9 ; Fittschen 1999, 78.

18 Terrer et al. 1999, 155-158, fig.  2 et 7-12. Clavel 1970, 501 faisait le rapprochement avec le «  type Chiaramonti 392  » et considérait dès lors que la tête «  [devait] certainement être interprétée comme un Hadrien  ».

19 Espérandieu 1910, 224-225 no2195, fig.   ; Deyts, Meissonnier 2010/2011 [2012], 28, fig.  8-11.

20 Fasti archeologici, VIII (1953), 284 no3846, fig.  95 (Hadrien).

21 Evers 1994, 287 («  Les mèches sur le front rappellent les types Baïes ou Chiaramonti 392  », ibid., n. 44). Plus récemment, Landwehr 2008), 63-65 no302, pl. 38-39 («  Porträt eines Hadrian-Imitators  »).

22 Calza 1964, 76-77 no123, pl. LXXI. Pour cette «  Annäherung an den Kaiser  », cf. Landwehr 2008, 64-65, Beil. 2 c-d (à propos du no302 de Cherchel précisément).

23 Balty 1977, 107 n. 58. Et déjà Poulsen 1974, 102.

24 Fittschen 1999, 32-45, pl. 58-73.

25 Ibid., 88-91, pl. 158-166. La tête de Bordeaux y figure p. 89 no64, pl. 159 b.

26 Meyer 1991, 237-242, pl. 140.3-141.

27 Pline, Nat. hist., III, 66.

28 Cf. Homo 1951, 109-110.

29 Lahusen 1983, 67-96.

30 Pline, paneg, 55, 6.

31 Giuliani 1986, 183-185.

32 Vessberg 1941, 111  ; Fejfer 2008, 21.

33 Raubitschek 1954, 65-68, 72 et 74, pl. III  ; Tuchelt 1979, 64, 135, 141, 208-210 et 234 (L 45-50). Cf. également Vermeule 1968, 426, 429, 432, 440-441, 444, 448, 463 et 467.

34 Dion Cassius, XLIII, 14 et 45.

35 Dion Cassius, XLIV, 4, 4-5.

36 Dion Cassius, XLIV, 4, 4.

37 Alföldi 1958, 27-44  ; Alföldi 1974  ; Alföldi 1985, 161-171, pl. 25  ; cf. Kent, Hirmer 1978, 273 nos92-95, pl. 25-26.

38 Ci-dessus, p. 44.

39 Zanker (1981, 356-358  ; cf. également Fittschen, Zanker, Cain 2010, 44 (à propos du no32).

40 Zanker 1981, 358 : «  bis in spätaugusteische Zeit  ».

41 Balty 1986, 301.

42 Balty 1982, 141 ; Balty 1993, 10-11, pl. 2-3.

43 Balty 1993, 7-9, pl. 4-5.2.

44 Zanker 1973, 34-39.

45 Braemer 1948-1949, 112-116  ; cf. Espérandieu, Lantier 1966, 42-43 no8801, pl. XXXVIII  ; Clavel 1970, 499-501, fig.  61  ; Salviat 1980, 14 et fig. 

46 Chamoux 1953, 139 n. 3 («  Il ne me semble pas que cette identification soit assurée  »).

47 Hausmann 1981, 596 (add. aux p. 551-552).

48 Boschung 1993, 202 no272* («  ein augusteisches Privatporträt  »).

49 Ibid., 203 no277* («  Das Stirnhaar zeigt allenfalls allgemeine Ähnlichkeiten mit Augustusporträts ; die Physiognomie weicht stark ab  ») ; cf. Balty, Cazes 2005, 140 n. 56.

50 Balty, Cazes 2005, 127-144 no4, fig.  53-60, 63, 66 et 69-70.

51 Massner 1982 a très opportunément analysé les premières manifestations de ce procédé pour l’époque julio-claudienne. Une «  Angleichung  » directe ne serait donc pas pour surprendre ici aussi  ; elle compléterait, en quelque sorte, et préciserait ces grandes subdivisions du portrait républicain, qu’à la suite de quelques autres j’ai déjà tenté de caractériser (Balty 1993, 7-12, pl. 2-7).

52 Charbonneaux 1950, 68-70  ; Grenier 1959, 7, pl. IV  ; Rosso 2010, 273-275 (bibl.), fig.  2-3.

53 Johansen 1978, 72, 76, fig.  20. Cf. Balty 1981, 91 («  la tête de Narbonne ne figure pas Antoine et ne remonte guère plus haut que les Flaviens  »).

54 Pour celle-ci et de bonnes photographies de l’œuvre, cf. Die Silberbüste des Kaisers Galba. Il busto argenteo del imperatore Galba (textes de W. Geominy et de Cl. Franchi), cat. expos., Bonn, 1995.

55 Cain 1993.

56 Charbonneaux 1950, 68-70.

57 García y Bellido 1965, 62-64 noIV, fig.  8-9 (mais avec une datation à l’époque flavienne)  ; Trillmich 1993, 255, pl. 13 («  3. Viertel 1. Jh. v. Chr.  »).

58 Zanker 1974 [1976], 602, fig.  16 («  aus der Zeit des zweiten Triumvirats  »).

59 Poulsen 1962, 39-41 no1, pl. I-II ; Johansen 1994, 24-25 no1, fig. 

60 Rosso 2010, 274.

61 Cf. Zanker 1974 [1976], fig.  4, 6, 8, 11-12 et 19, par exemple.

62 Grimm 1975, 19 no15, pl. 20-21 ; Jucker 1981, 675-677, pl. VI-IX ; Kiss 1984, 53-54, fig.  102-103. Contra toutefois Kyrieleis 1975, 70-71, 175 cat. H 3, pl. 59.3-4 ; Krug 1976 [1978], 15, fig.  25-28 ; Smith 1988, 168 cat. no61, pl. 41.

63 Vollenweider 1974, 53-222 passim et 231-234.

Table des illustrations

Crédits (cliché Chéné - Reveillac / CNRS-CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12382/img-2.png
Fichier image/png, 491k
Crédits (cliché Ph. Foliot / CNRS-CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12382/img-4.png
Fichier image/png, 814k
Crédits (photo Jean-François Peiré).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12382/img-6.png
Fichier image/png, 482k
Crédits (photo Jean-Charles Balty).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12382/img-8.png
Fichier image/png, 373k
Crédits (cliché Ph. Foliot / CNRS-CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12382/img-10.png
Fichier image/png, 538k
Crédits (cliché B. Biraben, Musée d’Aquitaine).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12382/img-12.png
Fichier image/png, 515k
Crédits (cliché Chéné - Foliot / CNRS-CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12382/img-14.png
Fichier image/png, 430k
Crédits (cliché Mairie de Toulouse, Service technique de communication).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12382/img-16.png
Fichier image/png, 364k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search