Version classiqueVersion mobile

La sculpture romaine en Occident

 | 
Vassiliki Gaggadis-Robin
, 
Pascale Picard

Le portrait de « César » découvert dans le Rhône

Idéologie et culture de la recherche sur le portrait gréco-romain : le « César » du Rhône

Mario Denti

Résumé

L’article propose un approfondissement des parcours méthodologiques et culturels qui caractérisent actuellement les horizons heuristiques de la recherche sur le portrait gréco-romain, en essayant de dévoiler les connexions entretenues avec des traditions idéologiques propres de la culture académique européenne. Les modalités de l’étude, de la divulgation et de la médiatisation des remarquables sculptures récemment découvertes dans les eaux du Rhône se révèlent particulièrement significatives dans cette perspective, en nous invitant à nous interroger sur l’état de santé de cette branche de la recherche historico-artistique et archéologique. Ces modalités s’inscrivent dans un cadre épistémologique alimenté par une série d’attitudes intellectuelles réciproquement interconnectées entre elles : le recours à des approches dépendantes de la tradition typologico-formaliste de l’histoire de l’art du portrait ; la renonciation à dialoguer avec les disciplines historiques, en écartant l’opportunité de comprendre la culture figurative hellénistico-romaine au sein des choix politiques, des volets culturels et des contextes institutionnels qui en sont à la racine ; le retour à l’interprétation des phénomènes historico-archéologiques par le biais des idéologies ethnico-nationalistes.

Texte intégral

  • 1 Il s’agit d’un phénomène que certains de nos meilleurs esprits critiques ont essayé de dévoiler d (...)
  • 2 Sur lesquelles je suis récemment revenu : Denti 2005 ; Denti 2008a ; Denti 2008b ; Denti 2014.

1Le haut degré de maturité auquel la recherche sur le portrait antique est actuellement parvenue, à la suite d’un parcours historiographique particulièrement long et prestigieux, semble révéler en même temps des signes de redondance et d’infécondité. L’impression qu’une sorte de limite a été atteinte, en termes de capacités et de possibilités d’aboutir à un renouvellement des nos discours, est perceptible dans une bonne partie des publications actuelles1. Pour mieux saisir les coordonnées historico-culturelles dans lesquelles ce phénomène s’inscrit, il semble utile de déceler, à la racine des choix méthodologiques des études consacrées au portrait gréco-romain2, les connexions entretenues avec des traditions idéologiques propres à la culture académique européenne.

2Les modalités de l’étude, de la divulgation et de la médiatisation des remarquables sculptures récemment découvertes dans les eaux du Rhône se révèlent particulièrement significatives dans cette perspective, en nous invitant à nous interroger sur l’état de santé de cette branche de la recherche historico-artistique et archéologique. Ces modalités s’inscrivent dans un cadre épistémologique alimenté par une série d’attitudes intellectuelles interconnectées : le recours à des approches dépendantes de la tradition typologico-formaliste de l’histoire de l’art du portrait ; la renonciation à dialoguer avec les disciplines historiques, en écartant l’opportunité de comprendre la culture figurative hellénistico-romaine au sein des choix politiques, des volets culturels et des contextes institutionnels qui en sont à la racine ; le retour à l’interprétation des phénomènes historico-archéologiques par le biais des idéologies ethnico-nationalistes.

  • 3 L’article de L. Long (Long 2009, que nous discuterons ici) a un objectif purement attributionnist (...)
  • 4 Exposition « Arles, les fouilles du Rhône. Un fleuve pour mémoire », Musée du Louvre, 9 mars-25 j (...)

3Ce n’est probablement pas le hasard si le cas d’étude spécifiquement évoqué dans notre colloque – le portrait dit « de César » découvert dans le Rhône en 2007 – a aujourd’hui encore du mal à être correctement compris dans son contexte historico-artistique. En effet, la sculpture manque encore actuellement de son bagage scientifique habituel : son encadrement historico-archéologique3. Dans cette perspective, il semble intéressant de noter que la même table ronde, organisée au Louvre en juin 2012 autour de ce portrait, a vu la participation exclusive de spécialistes en histoire de l’art du portrait. L’approfondissement d’un domaine de la recherche qui aurait dû apparaître incontournable – le contexte historique dans lequel notre sculpture a été réalisée – n’a pas été jugé digne d’attention. Cette absence pèse lourdement surtout au sein d’un projet, comme celui de la concomitante exposition parisienne, qui n’avait pas renoncé à réclamer l’attribution de ce portrait à Jules César4. Les axes épistémologiques sur lesquels la table ronde a été construite, centrés sur une discussion spécifiquement historico-artistique, ont pu passer à côté de toute considération de la sphère des commanditaires, en excluant l’étude prosopographique des élites locales et l’examen des intérêts des membres de l’aristocratie urbaine dans la région concernée : c’est pourtant une perspective méthodologique – liée bien entendu à une analyse de type historico-artistique – qui aurait pu nous mettre sur la bonne route dans le processus de reconstitution de l’horizon idéologique et du réseau politico-évergétique qui avait rendu possible l’érection de cette statue.

4Pour mieux comprendre les raisons de ces phénomènes, nous essayerons d’examiner quelques spécificités de l’étude du portrait gréco-romain à l’intérieur de l’horizon de la recherche archéologique française, en les inscrivant au sein des catégories propres à notre façon de lire l’Antiquité, en début de ce troisième millénaire. Il ne s’agira donc pas seulement d’aborder les parcours heuristiques qui ont autorisé une interprétation, on pourrait dire, « pré-confectionnée » de ces formidables données de l’archéologie subaquatique, mais d’essayer à la fois de reconnaître les coordonnées d’une perspective plus ample : le type d’expérience idéologique et culturelle que nous sommes en train de vivre – et également de faire vivre à la communauté civique qui nous entoure – comme professionnels de l’Archéologie. Avec ce projet culturel – expositions, catalogue, table ronde du Louvre, colloque d’Arles – quel type d’opération sommes-nous en train de réaliser ?

Une vision classicisante

  • 5 Long, Picard 2009.

5À la place d’une approche heuristique traditionnellement construite sur un examen typologico-iconographique et stylistique, le portrait du Rhône a été immédiatement projeté dans une dimension « extraordinaire ». Dans le catalogue de l’exposition d’Arles5, il a été en effet présenté en termes enthousiastes, comme une découverte sensationnelle, puisque relative à une pièce considérée a priori comme exceptionnelle (comme on le verra, nous sommes en réalité face à une sculpture de bonne qualité, fréquemment documentée à l’époque). Les notions triomphalistes de « chef-d’œuvre », de « pièce unique », de « trésor », caractérisent de manière significativement récurrente les introductions officielles au catalogue de l’exposition :

  • 6 F. Mitterrand, dans Long, Picard 2009, 15 (je suis l’auteur des italiques).

6« Les fragments de mémoire arrachés en Arles aux eaux du Rhône par une plongée de vingt ans sont l’illustration même de ce triomphe sur l’oubli, [car il s’agit de] sortir des eaux un trésor des temps anciens […] J’ai tenu à ce que ce buste exceptionnel soit exposé dans les salons du Ministère de la Culture et de la Communication au Palais Royal »6.

  • 7 J.-N. Guérini, dans Long, Picard 2009, 17 (je suis l’auteur des italiques).

7« En remontant patiemment de la vase des objets modestes de la vie quotidienne, aussi bien que les trésors les plus précieux, dont le buste de César reste l’emblème »7.

  • 8 Long 2009, 25 (je suis l’auteur des italiques).

8Pourquoi notre portrait s’avère-t-il exceptionnel ? Car il est, tout simplement, un portrait de César (de plus : comme on le verra, le vrai portrait de César) : « Avec le célèbre portrait de César en marbre et la statue de Neptune, d’autres chefs-d’œuvre occupaient la pente, entre 20 et 40 m du bord »8.

9L’attribution au dictateur légitime l’exceptionnalité de la découverte. Et vice-versa.

10Nous nous trouvons précisément, dans ce cadre, à l’intérieur de la tradition attributionniste propre de l’histoire de l’art « classique », célébrant les fastes de la beauté et de l’exceptionnalité d’une grande « œuvre d’art ». Plus encore : d’un véritable « chef d’œuvre ».

  • 9 Entretien publié sur le WEB.

11Cette attitude, selon Jean-Paul Demoule, « constitue une régression, en ce sens qu’elle révèle une vision régressive de l’archéologie. On retombe là dans une conception ancienne pour laquelle l’archéologie est une branche de l’histoire de l’art, une discipline auxiliaire de l’histoire. Une conception collectionniste, issue de la Renaissance, celle des beaux objets et des chefs-d’œuvre, centrée sur l’époque gréco-romaine, qui n’étudie la société qu’à travers les objets de l’élite. Ce qui fait qu’on s’intéresse peu à la vie quotidienne »9.

  • 10 Voir les observations, encore très actuelles, de R. Bianchi Bandinelli : Bianchi Bandinelli 1981.

12Ces observations, que nous pouvons certainement partager, reflètent toutefois de façon tranchée une vision dichotomique entre l’archéologie du terrain d’un côté (qui traditionnellement s’occupe de la soit-disante « culture matérielle ») et l’histoire de l’art de l’autre (qui est considérée comme une discipline qui étudie les « beaux objets »). Il s’agit d’une vision, aujourd’hui encore très diffusée auprès de beaucoup d’archéologues (notamment du terrain), qui relève des paradigmes propres d’une certaine culture archéologique des années 80, insistant sur une idée de la recherche en histoire de l’art antique comme discipline qui puisse encore être conçue comme coupée de l’histoire socio-culturelle et politique de l’Antiquité10. Toutefois, Jean-Paul Demoule a fondamentalement raison. La manière dans laquelle le portrait du Rhône a été présenté – marqué, comme il a été, par un précis statut d’extraordinaireté (sur lequel nous devrons revenir) – risque justement de justifier ce type de critique.

13Si l’attribution immédiate à César se caractérise comme le reflet d’une vision de la recherche archéologique finalisée au sensationnel, ce processus a été rendu possible par le fait de l’avoir inscrit précisément dans l’idée de l’exceptionnalité de l’objet découvert, dans le statut présumé de véritable « chef d’œuvre ». Il s’agit de deux catégories réciproquement dépendantes, qui ont ici le droit d’exister puisque fondées sur la force idéologique que l’aura de la pièce a pu développer à partir de l’opération fondatrice du système : l’interprétation du portrait, a priori, comme Jules César.

14Il est véritablement assez curieux d’observer à quel niveau les paradigmes classicisants ne cessent jamais de renaître sous des formes en apparence les moins évidentes. Pour mieux comprendre ce phénomène, il faut se retourner vers le biais qui en a permis le développement : l’idéologie archéologique française à caractère nationaliste.

Une archéologie nationaliste

15Le parcours attributionniste qui a construit tout le discours « mythiquement » fondateur du « César du Rhône » trouve sa justification la plus cohérente au sein de la tradition de l’archéologie nationaliste française, dans laquelle la catégorie heuristique du « gallo-romanisme » se révèle une notion idéologiquement encore extrêmement actuelle et épistémologiquement nourrissante. Ce n’est pas le hasard si les plus hautes instances de l’État se sont placées en première ligne dans cette opération :

  • 11 M. L’Hour, dans Long, Picard 2009, 21 (les mots en italiques sont de ma part).

16« Les pièces archéologiques ici présentées […] sont surtout l’expression matérielle de notre histoire commune et l’on peut gager que chacun trouvera à se reconnaître un peu dans cette mémoire que le fleuve a su jalousement préserver et dont le Ministère de la Culture et de la Communication a souhaité voir l’exposition reconnue d’intérêt national. Projet d’intérêt national, science du passé et histoire de nos vies… »11.

  • 12 Entretien publié sur le WEB.

17Jean-Paul Demoule a livré encore une fois des observations certainement très pertinentes à ce propos : « On assiste à un vrai phénomène de société. Pour moi, avec ce marbre, c’est l’inconscient collectif et le mythe national qui ressurgissent des eaux et des boues du Rhône pollué. Cela revient à dire qu’avec la statue, on a trouvé une œuvre d’art, le buste d’un homme mythique dont le nom a traversé les siècles. César, celui qui a fait basculer la France de la Préhistoire dans l’Histoire... Avec César, c’est le mythe national qui ressurgit : celui de Vercingétorix, de Clovis et de Napoléon. Le buste serait un portrait de l’homme d’État réalisé de son vivant. Celui qui regarde le marbre a donc l’impression de l’avoir en face de lui. Cela a un aspect assez fascinant »12.

18Dans la dialectique conceptuelle que le terme « gallo-romain » sous-entend, cette fois c’est la figure historique « négative », opérante au sein du mythe nationaliste français, qui est en jeu. Le personnage qui aimante les passions du public et des chercheurs est, cette fois, le conquérant, non le conquis ; le Romain, non le Gaulois ; César, non Vercingétorix. Mais il s’agit de la facette d’une même médaille. Une médaille qui légitime la construction du mythe d’une civilisation qui est interprétée comme d’avoir été alimentée par cette double tradition culturelle, dont les caractéristiques spécifiques – cela est l’argument le plus notable du point de vue de la recherche scientifique – sont invariablement déclinées selon des critères substantiellement ethniques.

19Cette médaille, en simplifiant et en aplatissant la complexité des relations historiques qui se jouaient dans l’antiquité sur bien d’autres terrains que celui de l’exclusive identité ethnique, nous empêche résolument de comprendre la complexité d’un système politico-social dans lequel ce qui comptait principalement était la valeur de l’appartenance à un horizon culturel et idéologique (dans notre cas l’hellénisme), perçu comme précis véhicule de la construction du prestige personnel et de la carrière politique. Comme on le sait, les mêmes élites gauloises de ces régions ont été fortement hellénisées bien avant l’arrivée des armées de César, en ayant souvent développé le phénomène, bien étudié, de l’« auto-romanisation ». De l’autre côté (le côté « romain »), il faut rappeler – il y en a évidemment encore besoin ! – que le sujet que nous avons malheureusement encore l’occasion de trouver employé dans beaucoup de littérature spécialisée – ce très générique « les Romains » – ne constituait point un bloc historique clos, mais une réalité sociologique et politique extrêmement articulée. Un terrain de recherche que nous devons savoir correctement décrypter pour comprendre le processus de la monumentalisation d’une colonie de l’époque républicaine tardive – comme Arles – dont notre portrait n’était que l’un des ingrédients.

  • 13 N’oublions pas que, à la moitié du Ier s. av. J.-C., Vercingétorix n’est que l’un des protagonist (...)

20Tout le monde sait que la diffusion de l’image de Vercingétorix comme chef d’une Gaule « libre » qui sera soumise par l’envahisseur romain, reflète le paradigme nationaliste d’une idéologie et d’une culture mises au service de la construction des états nationaux. Le problème est que la force inertielle de ce paradigme est encore bien opérationnelle dans le milieu de la recherche historico-archéologique, en rendant très souvent opaque notre perception actuelle du phénomène de la romanisation – et de l’hellénisation – de ces régions de l’empire13.

  • 14 Nous utilisons le terme « romain » volontairement entre guillemets, pour suggérer toute la problé (...)
  • 15 Long 2009.
  • 16 Voir n.11.

21Dans cette perspective, un beau portrait « romain »14 issu des eaux du Rhône à Arles au début du nouveau millénaire, ne peut devenir que l’effigie retrouvée de César : le vrai César, que jusqu’à maintenant nous ne connaissions évidemment pas15. Un nouvel instrument, donc, pour la construction de notre identité, un formidable véhicule de légitimation de l’appartenance à un passé partagé : « l’expression matérielle de notre histoire commune », « inscrit aujourd’hui dans un projet d’intérêt national, science du passé et histoire de nos vies… », selon les mots précédemment cités16.

  • 17 Rosso 2010, n.9.

22La manière même dans laquelle le portrait en question a été présenté dans l’exposition se révèle du reste extrêmement cohérente avec cette démarche. Comme il a été noté17, la mise en scène d’un système visuel comprenant « César », le portrait supposé de Lépide et la statuette en bronze du captif, permettait de consacrer définitivement le paradigme historico-idéologique au sens « gallo-romain » de la fondation de la colonie d’Arles.

23Tous les différents aspects évoqués jusqu’ici ne peuvent finalement pas se comprendre sans s’interroger sur la façon dont cette découverte a été analysée sous le profil scientifique, et plus particulièrement sur la démarche intellectuelle qui a amené à l’attribution du portrait à Jules César. Nous verrons comment, très significativement, une attitude à caractère émotionnel – bien dépendant d’un mélange de romantisme et de nationalisme – se conjugue à une véritable foi – également irrationnelle – sur la valeur des analyses « scientifiques » copieusement employées pour confirmer les résultats de la démarche attributionniste première, à travers le recours à un raisonnement méthodologiquement circulaire et idéologiquement bien identifiable.

L’acquisition, émotionnelle, d’une « pièce unique »

  • 18 Goudineau 2009, 25.

24Le parcours attributionniste qui est à l’origine du système interprétatif qui accompagne la présentation au public de notre portrait n’a pu se construire que sur une démarche heuristique précise. Cette démarche est fondée sur une approche substantiellement émotionnelle, « intuitive ». Au printemps 2009, Christian Goudineau, avec « une grande émotion », « voit César devant lui ». Le touche, le prend dans ses mains, et déclare : « Evidemment, c’est César. J’ai passé des années avec lui, lisant et relisant ses écrits, écrivant à mon tour des commentaires sur les siens ! Une sorte de relation à la foi intuitive et charnelle se crée avec celui que l’on a fréquenté si longtemps. Un regard suffit. […] J’ai vu César, j’ai vu Lépide »18.

  • 19 Long 2009, 58.

25À ce point là, les jeux sont faits : le portrait représente a priori Jules César. C’est en effet exactement de cette manière que l’article que Luc Long a consacré à cette tête dans le beau catalogue intitulé « César. Le Rhône pour mémoire », commence : « La mise au jour en 2007, sur la rive droite du Rhône, à Arles, d’un portrait inédit [sic] de César, vraisemblablement exécuté de son vivant et qu’il faut considérer aujourd’hui comme un unicum, a constitué un événement archéologique d’une importance considérable »19.

  • 20 Sur cela, cf. Rosso 2010, 261.

26En effet, l’argument qui devrait constituer la conclusion d’une recherche – construite sur la base d’un long raisonnement scientifique – est présenté, dans la première ligne, comme un élément déjà acquis. Au lieu de proposer une discussion des encadrements possibles du personnage au sein des séries iconographiques connues des portraits appartenant à la période concernée, à travers le protocole habituel de toute analyse stylistico-iconographique20, l’attribution a priori se déclare comme l’idée primigenia, d’où toutes les argumentations successives découlent.

  • 21 Long 2009, 66 ; Johansen 2009, 80.

27La reconnaissance du portrait comme César se développe ensuite sur la base de la proposition de ressemblances – d’ailleurs très hypothétiques – avec les portraits attribués au dictateur. Le problème, comme on le sait, est que ces derniers constituent un corpus a) posthume, et b) déjà douteux à l’origine. Forcément, donc, cette opération amène rapidement à relever l’existence d’un ensemble trop important de discordances. Au lieu de semer les sains doutes propres à tout parcours de recherche, celles-ci – en utilisant un raisonnement typiquement circulaire – finissent par être vues comme le résultat d’une circonstance à nouveau exceptionnelle : notre portrait serait finalement un vrai unicum, la première représentation de la série des images de Jules César, la plus ancienne actuellement connue21.

28La catégorie classicisante de « pièce unique » a donc encore une fois construit tout regard qui a été posé sur cette sculpture. Mais il ne s’agit pas seulement du regard posé directement sur notre portrait : cette logique a également alimenté la relative restitution de son contexte historico-archéologique. La notion de « chef d’œuvre » artistique et de l’exceptionnalité des pièces découvertes a forcément entraîné le recours à une reconstruction du contexte de la ville d’Arelate selon une vision hyperbolique et idéalisant des phénomènes historiques, qui ont fini par devenir eux-mêmes des « faits uniques ».

  • 22 Long, 70 ; Cf. les observations d’E. Rosso : Rosso 2010, 261.
  • 23 Selon l’opinion d’E. Rosso : Rosso 2010, 300.

29Il s’agit, comme on le sait, d’une image très loin de la réalité historique qui caractérisait ce type de contexte historico-monumental. Pour tracer un cadre scientifiquement correct de ce qu’était une colonie de droit romain, entre l’époque républicaine tardive et le début du principat, il aurait été suffisant de dire (à nous-mêmes, comme au grand public) que ce portrait n’est pas un chef d’œuvre, un unicum, l’image de « César de son vivant » (daté d’ailleurs très haut, entre 60 et 40 avant J.-C.)22. Mais qu’il s’agit, plus simplement, de l’une des nombreuses images honorifiques reproduisant la physionomie d’un personnage éminent, qui avait été érigée dans l’un des espaces (très probablement) publiques de la ville. Un membre de l’aristocratie sénatoriale de l’Urbs ? Un représentant de l’élite locale de la colonie23 ? A l’état actuel de nos connaissances, nous ne le savons pas. Car les études dans cette direction n’ont pas été encore entamées.

30Finalement, il aurait fallu ajouter que, dans la découverte d’un portrait comme celui-ci à Arles, il n’y a absolument rien d’exceptionnel. En Gaule méridionale, notamment, la colonie d’Arelate devait apparaître, à l’époque républicaine, comme un centre profondément hellénisé et culturellement « à la page » au sein de l’horizon politique, idéologique, et par conséquent figuratif, de la Méditerranéenne romanisée de la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C. (nous reviendrons sur ce problème par la suite).

31En recherchant son attribution possible – et non sa reconnaissance absolue – nous contribuerons à replacer une tesselle ultérieure dans la mosaïque de l’histoire de l’une des colonies de l’Empire de Rome. Non de notre passé gallo-romain.

  • 24 Rosso 2010, 292.
  • 25 Rosso 2010, 298.
  • 26 Rosso 2010, 290.

32Comme il l’a été récemment souligné24, la pratique consistant à l’attribution spasmodique de tout portrait conservé à des personnages historiques célèbres, représente une activité assez déployée dans les études sur l’art du portrait en Gaule. La tendance à mettre en valeur « l’empreinte arlésienne de César dans des témoignages indirects ou mutilés »25 est un phénomène récurrent dans le cas spécifique d’Arles. Dans ce cadre, toutefois, je ne crois pas que l’attitude émotionnelle et « intuitive » qui a caractérisé l’attribution de notre portrait à Jules César, puisse relever d’une « justification toute à fait légitime », puisque reposant sur une « physionomie césarienne » assurée26 (d’ailleurs, je ne suis pas parfaitement convaincu de cette dernière). Elle dépend plutôt, comme on l’a vu, d’un schéma idéologique bien plus articulé, au sein duquel histoire « nationale », archéologie « classicisante », lecture moderniste du contexte historico-archéologique, intérêt pour le sensationnel, représentent les ingrédients d’un cocktail peut-être savoureux en première instance, mais assez dangereux, sur la longue durée, pour l’organisme intellectuel du public qui est censé de le goûter.

Le mythe des analyses « scientifiques » et les méthodes d’étude du portrait gréco-romain

  • 27 Long 2009, 67.
  • 28 Rosso 2010, 292.

33Un dernier aspect sur lequel il semble utile de nous interroger est le recours à la démonstration de la véracité du résultat obtenu par des analyses empruntées aux sciences « dures ». Il s’agit d’un phénomène désormais devenu, dans une grande partie de la littérature archéologique, récurrent, presqu’incontournable. Le parcours attributionniste du portrait du Rhône, que nous venons de discuter, a été finalement ressenti comme définitivement corroboré par les résultats de la modélisation numérique de la sculpture et par l’intervention des spécialistes de médecine légale et d’anthropologie médico-légale dans l’analyse des traits du visage27 : deux argumentaires qui sont clairement présentés comme la preuve définitive de la consécration de l’attribution du portrait à César. Il s’agit d’une procédure méthodologiquement critiquable et carrément manipulée par des arguments, à nouveau, de type circulaire, pour lesquels je renvoie directement aux récentes observations d’E. Rosso28. Dans une attitude idolâtrant les sciences exactes, on finit ainsi par recourir à un postulat fortement moderniste – en correspondance parfaite, d’ailleurs, avec l’actuelle demande institutionnelle de recourir, dans tout projet scientifique, à la poursuite – très souvent épistémologiquement stérile – de ce que le langage à la mode appelle les « technologies innovantes ».

34Bien au contraire, l’attribution d’un nouveau portrait à une série typologique connue ne peut se construire que sur l’exercice des méthodes et sur l’application des critères canoniques – et incontournables – propres à l’exégèse de l’art du portrait antique. Ces critères se fondent sur des connaissances acquises pendant de longues années de recherche « sur le terrain », grâce à une familiarisation lente et complexe avec une documentation archéologique particulièrement difficile : fondamentalement, sur une véritable expérience de type savant. Ils présupposent d’abord notre capacité visuelle (et intellectuelle) à reconnaître la correspondance d’un nombre satisfaisant de détails physionomiques entre deux ou plusieurs portraits et, surtout, à identifier la concordance d’un élément-clé : l’expression du visage, le regard du personnage représenté. La récurrence d’un « schéma mimique » qui soit propre à cette personne et qui a pu, ainsi, la rendre unique, et donc reconnaissable. Aujourd’hui, aussi bien que dans le passé.

  • 29 Cf. Bettini 1992.
  • 30 Polybe VI, 53 ss.

35L’un des grands atouts des sculpteurs de l’Antiquité gréco-romaine résidait, en effet, dans leur extraordinaire capacité à faire « vivre » un personnage dans sa représentation statuaire, et de le faire vivre « pour toujours », par le biais de sa matérialisation dans une image « pétrifiée » réalisée dans un matériel impérissable29 (le marbre, le calcaire, le bronze, la terre cuite…). Véritable photographie en trois dimensions de la personne honorée, une statue-portrait devait être capable – dans son statut d’instrument privilégié de la transmission des idées, de la qualification du rang sociopolitique du personnage, de témoin d’une histoire devenant ainsi toujours contemporaine30 – d’être immédiatement reconnaissable. Ce « processus identifiant » était obtenu grâce au moins à trois éléments offerts au spectateur antique, produits d’un haut exercice de style uni à un haut exercice d’épigraphie : la vraisemblance de la physionomie et de l’expression du visage ; la présence d’attributs désignant le rang et la fonction ; l’opportunité de pouvoir lire une inscription sur le socle, précisant le cursus honorum du personnage.

36Le portrait du Rhône ne peut pas appartenir à l’iconographie de Jules César, et cela pour des raisons multiples et fondamentales (que nous n’avons pas ici le temps d’énumérer) relevant des critères méthodologiques propres de la discipline de l’étude de l’art du portrait. À côté des profondes divergences dans les détails physionomiques – facilement contrôlables sur les effigies monétaires – nous nous bornerons à souligner un autre grand absent dans les recherches menées jusqu’à maintenant : la considération pour le regard, pour l’expression spécifiquement propre à la personnalité de l’homme représenté. Le trait qui, fondamentalement, rendait un personnage unique et, par conséquent, immédiatement reconnaissable. Et qui pourrait aujourd’hui nous guider tout au long du chemin de l’identification éventuelle de notre portrait.

  • 31 Long 2009.
  • 32 Comme Paul Zanker, dans un entretien publié sur le WEB, a déjà eu l’occasion de souligner.

37Cet élément, si d’un côté il n’a pas reçu l’attention qu’il méritait sur le plan heuristique, a été, de l’autre, paradoxalement évoqué juste dans le titre du principal article actuellement consacré à cette sculpture : « Le regard de César. Le Rhône restitue un portrait du fondateur de la colonie d’Arles »31. Comme nous l’avons vu, l’évocation du regard du personnage relève, dans ce contexte précis, d’une attitude méthodologique qui lui a infusé une aura de type émotionnel, finalisée à la construction d’un modèle interprétatif fortement idéologisé. Au contraire, s’il avait été correctement utilisé, ce même ingrédient aurait fatalement fini par se transformer dans l’un des arguments-clé pour révéler l’une des différences les plus remarquables entre les portraits de César actuellement connus et le portrait du Rhône32.

Notes sur le contexte historico-politique du portrait du Rhône

38Le moment est actuellement mûr pour retrouver la route d’un parcours de recherche en mesure d’essayer de reconstruire le cadre historico-chronologique correct (ou mieux : le plus vraisemblable) du portrait du Rhône. Il s’agit simplement de l’inscrire dans son contexte, au sein non seulement de l’histoire de l’art du portrait hellénistico-romain, mais de l’histoire tout court, à travers un parcours articulé en trois directions, dialectiquement entrelacées entre elles : l’analyse des aspects techniques et stylistiques de la sculpture, dans l’objectif de se rapprocher au maximum de la date et du milieu figuratif (questions d’atelier) de sa réalisation ; l’étude du contexte archéologico-évergétique et historico-prosopographique qui caractérisait, à cette époque, son lieu de découverte ; l’examen du réseau des images les plus proches de la nôtre (et de leurs contextes), documentées dans l’ensemble du monde gréco-romain pour la même époque, dans l’objectif d’essayer de reconnaître toutes les ressemblances physionomiques possibles et, dans le meilleur des cas, de proposer une attribution la plus vraisemblable possible. Ce parcours heuristique, en équilibre instable entre histoire et archéologie, exclura immédiatement toute approche purement formaliste ou, au contraire, tout a priori attributionniste. Dans cette direction, nous nous limiterons très succinctement à évoquer quelques repères concernant le contexte historico-politique dans lequel le portrait du Rhône pourrait s’inscrire.

  • 33 PW II, I, 1895, cc. 633-635.
  • 34 PW III, 2, 1899 cc. 2777-2778, n.254. Au milieu du Ier s. av. J.-C. le personnage avait développé (...)
  • 35 Carcopino 1968, 543.
  • 36 Constans 1928, 14.
  • 37 Cf. Rosso 2010, 300.
  • 38 PW n.7. Syme 1993, 165-167 ; Monterosso Checa 2009, 94.

39Nous possédons quelques intéressantes notices sur l’activité des membres de l’élite sénatoriale de l’Urbs dans notre région à l’époque républicaine. Au moment de la fondation d’Arelate en 46 avant J.-C., comme colonie de droit romain33, Jules César envoie en Gaule T. Claudius Nero34, présent à Arles pour les vétérans de la VIe légion, les Sextani35 (et à Narbonne pour les vétérans de la Xe légion, les Decumani). Le fait que les Sextani étaient originaires du Haut-Latium et du Samnium36 peut représenter un argument d’une certaine utilité pour reconnaître la couleur de la formation culturelle des colons d’Arelate37. Cette même année, d’ailleurs, correspond significativement à celle du consulat de Jules César et de M. Aemilius Lepidus, le triumvir38 : ce dernier – préteur en 49, gouverneur de l’Espagne Citérieure en 48-47, et consul encore en 42 – deviendra en 43 gouverneur de la Gaule Narbonnaise.

  • 39 PW III, 2, 1899, c. 1740, n.67 ; Syme 1993, 258 : appartenant à l’antique nobilitas plébéienne.
  • 40 PW n.567 : deuxième fille de Germanicus et Agrippine.
  • 41 Gros 1985 [1987], 90 et n.86.

40À l’époque impériale, le patronus de la ville est L. Cassius Longinus, consul en 30 après J.-C.39 et époux de Julia Drusilla40. Il peut être important de souligner que la famille de cette dernière possédait de nombreuses propriétés dans la vallée du Rhône41.

  • 42 Constans 1928, 18.

41Auguste séjourna à Arles cinq fois. Une fois, pendant 3 ans (du 16 au 13 avant J.-C.)42.

  • 43 Sur les commanditaires voir Slavazzi 1996, 151 ss.
  • 44 Gros 1985 [1987], n.87.
  • 45 Constans 1928, 21.
  • 46 Constans 1928, 20.

42Le dossier concernant les membres de l’élite locale d’Arelate43, bien que plutôt réduit, est certainement considérable sur le plan politique. Pompeius Paulinus, « un chevalier d’Arles » selon Pline, est préfet de l’Annone entre 48 et 55 sous Claude44 et beau-père de Sénèque, qui lui dédia le De Brevitate vitae45. Son fils, Pompeius Paulinus, consul probablement en 55, est legatus en Germanie supérieure en 56 et sera appelé par Néron dans une commission de trois consulaires chargés d’administrer les revenus de l’état en 6246.

43Deux familles de l’aristocratie arlésienne sont connues : les Mettii et les Annii.

  • 47 PW XV, 2, 1932, cc. 1498-1503, « Mettius »: “[name] bei Osken wie bei Latinen”.
  • 48 Pflaum 1970.

44Des Mettii47 nous connaissons deux préfets d’Egypte, un légat de Lycie-Pamphylie et un proconsul en Achaïe48. Mettius Rufus est préfet de l’Annone sous Claude, ensuite préfet d’Égypte.

  • 49 Constans 1928, 21.

45Des Annii, dans la deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C. A. Annius Camars est préteur et proconsul de la province de Chypre, et enfin légat du proconsul d’Afrique49.

  • 50 Selon les analyses de Blanc, Bromblet 2009. Suite à une autopsie personnelle du portrait à l’occa (...)

46Un point sur lequel il faudra peut être s’arrêter davantage est que tous les membres des deux familles appartenant à l’élite locale d’Arelate connus, développent régulièrement des intérêts en Asie Mineure. La possible origine du marbre du portrait de « César » (Dokimeion en Phrygie50) pourrait ainsi trouver un intéressant encadrement géographico-politique.

  • 51 Gros 1985 [1987].

47Si le cadre prosopographique invite d’un côté à interpréter l’horizon historico-politique arlésien de l’époque républicaine (et ensuite, par conséquent, haut-impérial) comme un foyer évergétique certainement non insignifiant, nous devons de l’autre nous confronter au problème de l’absence actuelle de documentation monumentale précédant chronologiquement le règne d’Auguste. Toutefois, comme on l’a vu, le cadre monumental qui devait caractériser la colonie d’Arelate à l’époque républicaine tardive semble difficilement avoir pu se configurer comme dépourvu des signes d’une monumentalisation remarquable : des signes propres à toute autre fondation analogue, et en particulier à une colonie de droit romain. Bien évidemment, cette perspective heuristique relève exclusivement d’un recours au modèle « théorique » que nous connaissons pour ce type de fondations, puisque la documentation actuelle d’Arles ne remonte pas avant l’époque augustéenne (années 20 avant J.-C.)51.

  • 52 Gros 1985 [1987], 89; Rosso 2010, 29; Monterosso Checa 2009, 94.
  • 53 Denti 1991b 183 ss., avec bibliographie précédente.

48Ce hiatus entre la date de la fondation de la ville et le début du processus de sa monumentalisation – une circonstance actuellement considérée comme naturelle52 – me laisse toutefois un peu perplexe. Une intervention évergétique, toujours de très haut profil en termes de quantité et de qualité, est en effet documentée de manière récurrente dans les années qui suivent immédiatement les déductions coloniales connues, notamment dans des contextes géographico-politiques environnants hostiles (pensons à l’exemple de Crémone53) et dans les colonies optimo iure. Dans ce contexte, dans quelle mesure pouvons-nous retenir comme sûre une diversité de la Narbonnaise par rapport, par exemple, à la Cisalpine ? Sur la base de quels critères ? Les Gaulois sont-ils encore une fois en jeu dans cette vision ? Dans quelle mesure l’argumentum ex silentio – l’actuelle absence de documentation – détermine-t-il notre perception du phénomène ?

  • 54 Maligorne 2006.
  • 55 Mansuelli 1958 ; Arte e civiltà romana 1965 ; Chevallier 1983.
  • 56 Bandelli 1988 ; Compostella 1996 ; Denti 1991a ; Denti 1991b ; Verzar Bass 1996.

49La situation historiographique du Nord-Ouest de la Gaule – une région considérée, jusqu’à très récemment, comme isolée et dépourvue des signes de la romanisation monumentale – est, en ce sens, emblématique, comme les recherches récentes d’Yvan Maligorne ont permis de le démontrer, en renversant le sens d’une lecture de la documentation connue qui s’est révélée fortement idéologisée54. Je rappelle également que la vision de la monumentalisation de la Gaule Cisalpine était, jusqu’au moins les années 80, totalement aplatie sur l’image d’un début de ce phénomène non antérieur au règne d’Auguste, considéré d’ailleurs au sens fortement « provincial »55. Il a fallu vingt ans d’études et de recherches, fondées sur une transformation méthodologique substantielle, pour faire tomber cet a priori, et pouvoir finalement mettre en valeur l’extraordinaire richesse de la documentation de l’époque républicaine de cette région, parfaitement ancrée, sur les plans chronologique et qualitatif, dans les coordonnées formelles, iconographiques et monumentales de la production hellénistique internationale de l’époque56.

50En ce sens, nous ne devons finalement pas laisser de côté la considération d’un phénomène plus général, inscrit dans la dynamique des relations entre Centre et Périphérie dans la période entre République tardive et début de l’Empire. Pour que les groupes dirigeants locaux soient en mesure de faire élire l’un de leurs représentants au sein du sénat de la capitale, il faut qu’au moins une (ou même deux) génération précédant la personne qui venait d’accéder aux plus hautes magistratures, ait été engagée au moins dans une activité évergétique suffisamment importante pour arriver à obtenir ce privilège. Or, si nous considérons les plus anciennes dates connues pour l’accès aux magistratures urbaines des personnages d’origine arlésienne (toutes concentrées autour de la première moitié du 1er s. ap. J.-C.), il semble légitime de ne pas exclure un engagement politico-institutionnel de la part des élites locales déjà au moment de la déduction coloniale. Et, par conséquent, une activité évergétique assez précoce dans leur ville d’origine.

  • 57 Slavazzi 1996, 153.
  • 58 Rinaldi Tufi 2000, 67.

51En conclusion de son étude sur la sculpture « décorative » de la Narbonnaise, Fabrizio Slavazzi a observé – à l’intérieur d’une datation en tout cas augustéenne pour les plus anciens témoignages des copies d’originaux grecs – qu’il s’agit d’une région extrêmement proche de Rome par rapport à la qualité, à la variété et à la diffusion de ce type de documentation, aussi bien qu’en raison d’une absorption très profonde de la culture de la Capitale auprès des groupes dirigeants locaux57. La définition plinienne (N.H. III, 4, 31) « Italia verius quam provinciam » devrait, dans cette perspective, nous interpeller davantage, tout en considérant la chronologie haute de la probable, mais débattue, acquisition du statut de province par notre région58.

Notes sur quelques aspects technico-stylistiques du portrait du Rhône

  • 59 Qui nécessitent, bien évidemment, une recherche à part entière – déjà menée en partie par E. Ross (...)

52Sans vouloir proposer des observations à caractère exhaustif, nous essayerons enfin de suivre quelques pistes de recherche possibles par rapport aux aspects techniques, stylistiques et iconographiques du portrait du Rhône59, choisies parmi celles permettant d’alimenter les problématiques que nous venons de discuter.

  • 60 Une claire comparaison, pour la forme du buste, s’établit avec le prétendu Lusius Storax, à Chiet (...)

53D’abord, il conviendrait peut-être mieux de le nommer « buste » et non « portrait », car c’est ainsi que la particulière morphologie de la partie inférieure de la sculpture l’identifie. Il s’agit d’une typologie diffusée pendant la première moitié du Ier s. ap. J.-C.60

  • 61 Long 2009, figures aux p.64 et 73. Cf. le portrait de Palestrina au Museo Nazionale Romano (h. cm (...)
  • 62 Cette hypothèse a été également formulée par E. Rosso : Rosso 2010, n.135.
  • 63 Denti 1991b, 63, n.7, pl.XVI-XVII.
  • 64 Denti 1991b, 151, n.2, pl.LI.

54Il faut également souligner que la coupe verticale de la partie postérieure de la tête a été réalisée avant le travail de détail mené sur la surface du marbre, comme la construction des mèches tout autour du profil postérieur de la tête le montre sans équivoque61. En raison de cette modalité de façonnage de la coupe postérieure, aussi bien que de la forme et des proportions assez réduites du buste, il n’est pas exclu qu’il puisse s’agir d’une imago clipeata62. Cette typologie, originaire fort probablement de l’Orient hellénistique, est attestée notamment à Délos, d’où elle se répand en Occident, et significativement en Italie du Nord. Ici, l’exemple le plus célèbre est le buste républicain inachevé d’Aquilée (fig. 1)63. Mais nous connaissons également de très intéressantes réceptions dans le milieu des commanditaires appartenant à l’élite locale, comme un buste en calcaire de Tarvisium (fig. 2)64, qui permet de saisir les fortes ressemblances avec l’exemplaire d’Arles (fig. 3) par rapport aux détails techniques appliqués à la réalisation d’une même typologie.

Fig. 1. Aquileia, buste masculin. Aquileia, Museo Archeologico

(Cliché M. Denti).

Fig. 2. Treviso, buste masculin. Treviso, Museo Civico

(Cliché M. Denti).

Fig. 3. Arles, buste masculin, vision latérale. Arles, Musée départemental Arles antique

(photo Philippe Groscaux / CNRS-CCJ).

  • 65 Long 2009, 58.
  • 66 Denti 1991b, 54; Denti 2004, 245.

55Il faut également noter que le point de vue correct pour observer le portrait du Rhône n’est pas axial, mais de 3/4 depuis (notre) gauche. Cela devient évident en regardant de près certains détails techniques du travail du sculpteur, aussi bien que la construction des volumes de la tête : la partie droite de la chevelure (celle mieux visible par le spectateur) est beaucoup plus soignée, tandis que la structure correcte des volumes de la tête est perceptible seulement du côté gauche. Au lieu de dépendre d’une déformation physiologique du crâne du personnage, comme il a été supposé65, il s’agit du résultat d’un travail typique des sculpteurs hellénistiques, qui se montrent parfaitement capables de construire le volume de leur têtes avec de subtiles asymétries prévoyant avec précision le lieu d’exposition de la pièce, et donc l’exact point de vue du public66. Pour bien saisir ce phénomène, et rejoindre l’exposition d’origine du buste, il faut simplement utiliser le plan déjà existant de la coupe postérieure : il suffit d’en reculer légèrement le côté gauche, jusqu’à en placer la partie postérieure plate contre un fond, qui finira par correspondre à l’exposition prévue au moment de la réalisation de la sculpture. Là, la perception de la correcte morphologie des volumes de la tête, reprendra naturellement toute sa cohérence (fig. 4). Si nous nous plaçons, au contraire, dans une perspective axiale, la figure révèlera toutes ses asymétries ; regardons notamment la diversité entre les yeux (fig. 5), laquelle disparaît complètement si nous les observons du côté gauche. Il est intéressant de noter que, dans l’exposition du Louvre, notre buste a été exhibé frontalement, en le tournant pour qu’il soit vu de face : à travers une perspective axiale, répondant à des critères visuels (et intellectuels) de type classicisant.

Fig. 4. Arles, buste masculin, vision de trois quarts depuis la gauche. Arles, Musée départemental Arles antique

(photo Philippe Groscaux / CNRS-CCJ).

Fig. 5. Arles, buste masculin, vision frontale. Arles, Musée départemental Arles antique

(photo Philippe Groscaux / CNRS-CCJ).

56Voici donc un nouvel argument qui confirme le type d’approche qui a caractérisé le parcours de l’étude et de présentation au public de cette pièce. Cette approche s’impose d’ailleurs très souvent dans la littérature spécifique sur l’art du portrait gréco-romain (une grande partie des prises de vue dans les catalogues est là pour le démontrer), avec comme résultat la déformation des principes de l’esthétique propres aux artistes hellénistiques.

  • 67 Long 2009, 58 et 68.

57Ainsi, la disposition axiale de notre portrait empêche d’un côté de saisir les qualités spécifiques du savoir-faire de la meilleure tradition technico-formelle des ateliers sculpturaux hellénistiques, et finit de l’autre par justifier une série d’argumentations (grâce au recours à l’argument de la plagiocéphalie)67 destinées à inscrire son iconographie à l’intérieur de la série des portraits actuellement attribués à César.

  • 68 Cf. les observations de P. Zanker et d’E. Rosso, locc. citt. infra.

58Concernant la question d’une identification éventuelle du personnage représenté, le parcours interprétatif – comme l’ont déjà remarqué d’autres spécialistes68 – devra tenir compte de la conception d’un type d’image reflétant les coordonnées figuratives et les modèles de comportement propres des protagonistes de l’histoire politique qui ont marqué le moment du passage entre République et Principat. Sans avoir besoin de recourir à des ressemblances (du reste très douteuses) avec l’iconographie connue de Jules César, il sera suffisant de rappeler que notre sculpture trouve d’importantes correspondances dans un bon nombre de portraits datables entre la fin de l’époque républicaine et le début du règne d’Auguste.

  • 69 Léon 1980, pl.36-44.
  • 70 Denti 1991b, 227, pl.LXX.

59La structure de la tête et certains éléments physionomiques (profil antérieur de la chevelure ; forme du menton et de la bouche, avec extrémités vers le bas ; présence de deux profondes rides courant obliquement des narines aux extrémités de la bouche) se retrouvent par exemple dans la série de portraits de Mérida, datables du dernier quart du Ier s. av. J.-C.69. Un certain nombre d’affinités physionomiques émerge de façon assez instructive avec le portrait en bronze de Pestrino, près de Vérone (fig. 6)70 : structure générale du visage ; forme des oreilles ; construction de la région menton-bouche-nez ; forme du nez ; forme du front ; structure et détail de la région yeux-sourcils-pommettes. Regardons, plus en particulier, les yeux, très rapprochés entre eux : même profil, même forme des paupières, dessin identique des rides aux extrémités, sans parler de l’expression du visage (comparer les fig. 5 et 6). Toutefois, si l’on compare entre eux les profils des deux portraits, on s’apercevra de l’existence d’une différence très marquée au niveau de la forme du menton.

Fig. 6. Pestrino (Verona), portrait masculin. Verona, Museo Archeologico al Teatro Romano

(Cliché M. Denti).

60Ce dernier exemple, nonobstant des ressemblances physionomiques absolument remarquables, nous démontre comment une attitude attributionniste à tout prix peut se révéler un exercice extrêmement risqué, même quand il est appliqué à un contexte figuratif historiquement moins « exceptionnel » de la série césarienne et, probablement, plus cohérent sur le plan historique : celui de l’imagerie des groupes dirigeants locaux de la fin de la République.

Conclusions

61Les modalités de l’étude et de la présentation du portrait découvert dans le Rhône ne représentent pas un cas isolé dans l’horizon actuel de la recherche archéologique. Elles s’inscrivent dans des parcours idéologiques, caractérisant la culture académique, bien reconnaissables.

62Le retour récurrent à l’archéologie de la « pièce unique » et du « spectaculaire » répond certainement à des nécessités de politique culturelle, que nous pouvons aussi parfois comprendre. Toutefois, ce phénomène correspond trop souvent à un processus d’attribution d’une emphase particulière envers des découvertes qui peuvent consolider des parcours idéologiques à caractère ethnico-identitaire. Il s’agit d’un phénomène se fondant sur le recours – plus ou moins conscient – à des idéologies fondamentalement nationalistes, qui resurgissent de manière constante en dessous d’une tradition culturelle laquelle, dans le domaine de nos études, a en France un nom précis : archéologie « gallo-romaine ».

63C’est peut-être celui-ci le risque majeur que nous courons actuellement, si nous ne percevons pas de manière suffisamment claire les termes exacts du jeu que nous sommes en train de conduire.

Bibliographie

Arte e civiltà romana 1965 : Arte e civiltà romana nell’Italia settentrionale dalla repubblica alla tetrarchia. I, I. Catalogo della mostra d’arte antica patrocinata dall’I.C.O.M., 1964, Bologna, 1965, 608 p.

Bandelli 1988 : G. Bandelli, Ricerche sulla colonizzazione romana della Gallia Cisalpina, Rome, 1988, 222 p.

Bettini 1992 : M. Bettini, Il ritratto dell’amante, Turin, Einaudi, 1992, 281 p.

Bianchi Bandinelli 1981 : R. Bianchi Bandinelli, Introduzione all’archeologia classica come storia dell’arte antica, Bari, Laterza, 19813, 181 p.

Blanc, Bromblet 2009 : Ph. Blanc, Ph. Bromblet, Déterminer l’origine des marbres sculptés, in : Long, Picard 2009, 84-87.

Carcopino 1968 : J. Carcopino, Jules César, Paris, 19685, 591 p.

Chevallier 1983 : R. Chevallier, La romanisation de la Celtique du Pô. Essai d’histoire provinciale, Rome, BEFAR, 1983, 643 p.

Coarelli 1996 : F. Coarelli, Revixit ars. Arte e ideologia a Roma. Dai modelli ellenistici alla tradizione repubblicana, Rome, Quasar, 1996, 595 p.

Compostella 1996 : C. Compostella, Ornata sepulcra, Le “borghesie” municipali e la memoria di sé nell’arte funeraria del Veneto romano, Florence, 1996, 315 p.

Constans 1928 : L.-A. Constans, Arles, Paris, 1928, 98 p.

Denti 1991a : M. Denti, Ellenismo e romanizzazione nella X Regio. La scultura delle élites locali dall’età repubblicana ai Giulio-Claudi, Giorgio Bretschneider, Rome, 1991, 377 p.

Denti 1991b: M. Denti, I Romani a nord del Po. Archeologia e cultura in età repubblicana e augustea, Longanesi, Milan, 1991, 253 p.

Denti 2004 : M. Denti, Trois statues de culte en Gaule Cisalpine. Artistes, commanditaires urbains et clientèles locales aux IIe et Ier siècles av. J.-C., in : M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), Autocélébration des élites locales dans le monde romain : contextes, images, textes (IIe s. av. J.-C./IIIe s. ap. J.-C.), Colloque International, Clermont-Ferrand 2003, Clermont-Ferrand/Rome, 2004, 233-266.

Denti 2005 : M. Denti, Compte rendu de M. Papini, Antichi volti della Repubblica. La ritrattistica in Italia centrale tra IV e II secolo a. C., Rome 2004, in RA 2005-2, 405-408.

Denti 2008a : M. Denti, L’art du portrait en Grèce et à Rome, ou de l’approche ethnique et formaliste à un phénomène culturel et politique, Perspective, 2008/1, 72-78.

Denti 2008b : M. Denti, L’auctoritas du Classique dans la construction de la périodisation de l’art romain, Perspective, 2008/4, 684-702.

Denti 2014 : M. Denti, Nuove prospettive e vecchi paradigmi negli strumenti della formazione universitaria contemporanea. Considerazioni sulla manualistica di archeologia e storia dell’arte antica, RA 2014, 89-99.

Giuliano 1987 : A. Giuliano, Museo Nazionale Romano. Le sculture. I, 9. Magazzini. I ritratti, Parte I. Roma, De Luca, 1987, 467 p.

Goudineau 2009 : Ch. Goudineau, Arelate duplex, Arles la double, in : Long, Picard 2009, 22-27.

Gros 1985 [1987] : P. Gros, Remarques sur les fondations urbaines de Gaule Narbonnaise et de Cisalpine au début de l’empire, in : Studi lunensi e prospettive sull’occidente romano. Atti del convegno, Luni, 1985, Luni, 1987, 73-95.

Johansen 2009 : Fl. Johansen, Les portraits de César, in : Long, Picard 2009, 78-83.

León 1980 : P. León, Die Übernahme des römischen Porträts in Hispanien am Ende des Republik, MM, 21, 1980, 165-179.

Long 2009 : L. Long, César, le Rhône pour mémoire, in : Long, Picard 2009, 58-73.

Long, Picard 2009: L. Long, P. Picard, César. Le Rhône pour mémoire. Vingt ans de fouilles dans le fleuve à Arles, Arles, Actes Sud, 2009, 369 p.

Maligorne 2006 : Y. Maligorne, L’architecture romaine dans l’Ouest de la Gaule, Rennes, PUR, 2006, 229 p.

Mansuelli 1958 : G. A. Mansuelli, Studi sull’arte romana nell’Italia settentrionale. La scultura colta. RIASA, VIII, 1958, 45-128.

Monterosso Checa 2009 : A. Monterosso Checa, M. Aemilius Lepidus. Hypothèse sur un portrait, in : Long, Picard 2009, 89-95.

Pflaum 1970 : H.-G. Pflaum, Une famille arlésienne à la fin du Ier siècle et au IIe siècle de notre ère, BSNAF, 1970, 265-271.

Rinaldi Tufi 2000 : S. Rinaldi Tufi, Archeologia delle province romane, Rome, 2000, 442 p.

Rosso 2010 : E. Rosso, Le portrait tardo-républicain en Gaule méridionale : essai de bilan critique, RA, 2/2010, 259-307.

Sanzi Di Mino, Nista 1993 : M.R. Sanzi Di Mino, L. Nista, Gentes et Principes. Iconografia romana in Abruzzo, Chieti, 1993, 115 p.

Slavazzi 1996: F. Slavazzi, Italia verius quam provincia. Diffusione e funzione delle copie di sculture greche nella Gallia Narbonensis. Pérouse, Edizioni Scientifiche Italiane, 1996, 269 p.

Syme 1993 : R. Syme, L’aristocrazia augustea, Milan, Rizzoli, 1993 (traduction italienne de Augustan Aristocracy, Oxford, 1986), 557 p.

Verzár-Bass 1996 : M. Verzár-Bass, Spunti per una ricerca sulla politica religiosa in età repubblicana nella Gallia Cisalpina, in : M. Cébeillac-Gervasoni (éd.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron, Actes de la table ronde de Clermont-Ferrand 1991, Rome, Centre Jean Bérard/École française de Rome, 1996, 215-225.

Notes

1 Il s’agit d’un phénomène que certains de nos meilleurs esprits critiques ont essayé de dévoiler depuis déjà quelques années (surtout : Coarelli 1996).

2 Sur lesquelles je suis récemment revenu : Denti 2005 ; Denti 2008a ; Denti 2008b ; Denti 2014.

3 L’article de L. Long (Long 2009, que nous discuterons ici) a un objectif purement attributionniste. Une seule sérieuse tentative d’étude approfondie de type historico-artistique a été récemment proposée : Rosso 2010.

4 Exposition « Arles, les fouilles du Rhône. Un fleuve pour mémoire », Musée du Louvre, 9 mars-25 juin 2012.

5 Long, Picard 2009.

6 F. Mitterrand, dans Long, Picard 2009, 15 (je suis l’auteur des italiques).

7 J.-N. Guérini, dans Long, Picard 2009, 17 (je suis l’auteur des italiques).

8 Long 2009, 25 (je suis l’auteur des italiques).

9 Entretien publié sur le WEB.

10 Voir les observations, encore très actuelles, de R. Bianchi Bandinelli : Bianchi Bandinelli 1981.

11 M. L’Hour, dans Long, Picard 2009, 21 (les mots en italiques sont de ma part).

12 Entretien publié sur le WEB.

13 N’oublions pas que, à la moitié du Ier s. av. J.-C., Vercingétorix n’est que l’un des protagonistes de l’histoire du monde hellénistique, un souverain profondément imbibé de culture grecque – comme ses images monétaires, par exemple, le révèlent.

14 Nous utilisons le terme « romain » volontairement entre guillemets, pour suggérer toute la problématique qui se trouve inscrite au moment dans lequel nous choisissons de nommer ce type de produits sculptés en employant un vocabulaire emprunté à des critères ethniques. Dans le buste du Rhône, qui y était véritablement représenté : un citoyen romain ? Un gaulois romanisé ? Et, dans les deux cas, un personnage doté de quel statut politique ? Si l’on passe du côté du réalisateur : le sculpteur était-il un artiste romain ? Ou bien un Grec ? Ou, encore, un Grec qui travaillait à Rome, ou bien directement à Arles ? Cf. les observations sur la difficulté d’encadrer la production hellénistico-romaine selon des critères ethniques dans Denti 2008a et Denti 2008b.

15 Long 2009.

16 Voir n.11.

17 Rosso 2010, n.9.

18 Goudineau 2009, 25.

19 Long 2009, 58.

20 Sur cela, cf. Rosso 2010, 261.

21 Long 2009, 66 ; Johansen 2009, 80.

22 Long, 70 ; Cf. les observations d’E. Rosso : Rosso 2010, 261.

23 Selon l’opinion d’E. Rosso : Rosso 2010, 300.

24 Rosso 2010, 292.

25 Rosso 2010, 298.

26 Rosso 2010, 290.

27 Long 2009, 67.

28 Rosso 2010, 292.

29 Cf. Bettini 1992.

30 Polybe VI, 53 ss.

31 Long 2009.

32 Comme Paul Zanker, dans un entretien publié sur le WEB, a déjà eu l’occasion de souligner.

33 PW II, I, 1895, cc. 633-635.

34 PW III, 2, 1899 cc. 2777-2778, n.254. Au milieu du Ier s. av. J.-C. le personnage avait développé des intérêts personnels en Bithynie (Cic. ad fam. XIII 64,1). Quaestor en 48, commandant de la flotte de César dans la guerre alexandrine, T. Claudio Nero propose en 44 une récompense pour les tyrannicides. Praetor en 41, il soutient L. Antonius contre Octavien. Il épouse Livia Drusilla, avec laquelle il aura deux enfants : Tiberius, le futur empereur, et Drusus). Après 39, Octavien le persuade de divorcer de Livia : Syme 1993, 152-153.

35 Carcopino 1968, 543.

36 Constans 1928, 14.

37 Cf. Rosso 2010, 300.

38 PW n.7. Syme 1993, 165-167 ; Monterosso Checa 2009, 94.

39 PW III, 2, 1899, c. 1740, n.67 ; Syme 1993, 258 : appartenant à l’antique nobilitas plébéienne.

40 PW n.567 : deuxième fille de Germanicus et Agrippine.

41 Gros 1985 [1987], 90 et n.86.

42 Constans 1928, 18.

43 Sur les commanditaires voir Slavazzi 1996, 151 ss.

44 Gros 1985 [1987], n.87.

45 Constans 1928, 21.

46 Constans 1928, 20.

47 PW XV, 2, 1932, cc. 1498-1503, « Mettius »: “[name] bei Osken wie bei Latinen”.

48 Pflaum 1970.

49 Constans 1928, 21.

50 Selon les analyses de Blanc, Bromblet 2009. Suite à une autopsie personnelle du portrait à l’occasion de l’exposition du Musée du Louvre, je me suis posé la question s’il ne pouvait pas s’agir de marbre de Paros…

51 Gros 1985 [1987].

52 Gros 1985 [1987], 89; Rosso 2010, 29; Monterosso Checa 2009, 94.

53 Denti 1991b 183 ss., avec bibliographie précédente.

54 Maligorne 2006.

55 Mansuelli 1958 ; Arte e civiltà romana 1965 ; Chevallier 1983.

56 Bandelli 1988 ; Compostella 1996 ; Denti 1991a ; Denti 1991b ; Verzar Bass 1996.

57 Slavazzi 1996, 153.

58 Rinaldi Tufi 2000, 67.

59 Qui nécessitent, bien évidemment, une recherche à part entière – déjà menée en partie par E. Rosso : Rosso 2010.

60 Une claire comparaison, pour la forme du buste, s’établit avec le prétendu Lusius Storax, à Chieti : Sanzi Di Mino, Nista 1993, 74, n.20, daté du deuxième quart du Ier s. ap. J.-C.

61 Long 2009, figures aux p.64 et 73. Cf. le portrait de Palestrina au Museo Nazionale Romano (h. cm 38) avec la partie postérieure coupée (même si la partie de la nuque, dans ce cas, devait recevoir un autre morceau de marbre pour compléter la pièce), daté du dernier quart du Ier s. av. J.-C. : Giuliano 1987, 75, n.R44.

62 Cette hypothèse a été également formulée par E. Rosso : Rosso 2010, n.135.

63 Denti 1991b, 63, n.7, pl.XVI-XVII.

64 Denti 1991b, 151, n.2, pl.LI.

65 Long 2009, 58.

66 Denti 1991b, 54; Denti 2004, 245.

67 Long 2009, 58 et 68.

68 Cf. les observations de P. Zanker et d’E. Rosso, locc. citt. infra.

69 Léon 1980, pl.36-44.

70 Denti 1991b, 227, pl.LXX.

Table des illustrations

Crédits (Cliché M. Denti).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12313/img-2.png
Fichier image/png, 634k
Crédits (Cliché M. Denti).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12313/img-4.png
Fichier image/png, 515k
Crédits (photo Philippe Groscaux / CNRS-CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12313/img-6.png
Fichier image/png, 611k
Crédits (photo Philippe Groscaux / CNRS-CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12313/img-8.png
Fichier image/png, 584k
Crédits (photo Philippe Groscaux / CNRS-CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12313/img-10.png
Fichier image/png, 583k
Crédits (Cliché M. Denti).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12313/img-12.png
Fichier image/png, 646k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search