Version classiqueVersion mobile

Les Alpes occidentales romaines

 | 
Maxence Segard

Première partie. Les mutations de l’espace alpin : développement urbain et occupation des campagnes

Conclusion. Villes, agglomérations et établissements ruraux : un cadre pour l’exploitation des ressources des territoires alpins

Texte intégral

1L’examen de l’important dossier de l’habitat des Alpes occidentales permet de dégager quelques pistes pour répondre à la double interrogation annoncée en introduction. La première concernait l’intégration des populations alpines, la seconde la place des villes, des agglomérations et des établissements ruraux dans la mise en valeur des ressources des régions alpines. Elles trouvent des éléments de réponse dans la diversité spatiale et chronologique dont rendent compte l’urbanisation des régions alpines et dans la diversité d’occupation qu’on constate dans les campagnes.

2Le premier constat est évidemment celui de la variété des modes d’occupation, depuis les grandes villes jusqu’aux établissements indigènes de moyenne montagne du Valais. Ce « grand écart » entre des habitats typiquement romains et des habitats très ancrés dans des traditions préromaines pose la question des changements de modes de vie des populations alpines. On dispose d’un côté de maisons, de villae et de fermes, et d’une abondante documentation épigraphique qui témoignent de l’attraction qu’a pu exercer le modèle romain sur les indigènes, parfois très précocement chez l’aristocratie. Les deux cités alpines de Gaule Narbonnaise en sont des exemples forts. De l’autre côté on trouve des populations qui ont continué à vivre dans un habitat traditionnel, dans lequel les influences extérieures sont à peine perceptibles. Les agglomérations indigènes du Valais sont à ce titre exemplaires ; l’absence totale d’inscriptions dans le Haut-Valais renforce en outre l’hypothèse de populations qui n’ignoraient pas les nouveautés introduites par Rome, mais pour lesquelles l’influence extérieure était sans doute négligeable. Entre ces deux cas extrêmes, des établissements ruraux et des agglomérations aux dimensions, aux formes et aux fonctions variables se partageaient l’occupation du territoire et en formaient le « noyau dur », autour duquel gravitait la vie économique et sociale des populations rurales. La construction à la romaine dans la plupart des cas et l’abondance de mobilier romain montrent la diffusion de modes de vie nouveaux dans les campagnes, qui n’épargne que quelques secteurs isolés.

  • 50 Genève, Annemasse, Thyez, Annecy, Albens, Aix-les-Bains, Faverges, Gilly, Châteauneuf, dans un rect (...)

3Les agglomérations secondaires, petites villes, bourgs ou même « non villes » (Gros 1998), quel que soit le qualificatif qu’on emploie pour les décrire, offrent une fenêtre d’étude importante pour comprendre les changements socio-économiques que connaissent les régions alpines. « Spontanées plutôt que préconçues » (Broise 1976, 625), elles se sont développées en prenant des formes variées, en fonction de particularités topographiques, le long de voies préexistantes ou encore autour de monuments particuliers, ce que décrit bien la notion d’urbanisme vicinal employée par P. Broise. La présence fréquente de monuments importants, qu’ils soient publics ou privés, montre l’intérêt que leur accordaient les élites locales. Ils témoignent en même temps de la pénétration du phénomène urbain dans les provinces. Dans la cité de Vienne par exemple, l’éloignement du chef-lieu et la présence très forte des élites sur l’ensemble du territoire ont facilité l’émergence de nombreuses petites villes. La région située entre Genève et la basse vallée de l’Arve au nord et la vallée de l’Isère au sud se distingue particulièrement. Dans un espace d’environ 2500 km2 on compte ainsi neuf agglomérations50. Bien que discutables, les chiffres sont éloquents : une superficie moyenne de 250 km2 par agglomération, soit un carré de 15 km de côté. Dans ce secteur, une agglomération était accessible de n’importe où à moins d’une journée de marche. Cette densité est doublée d’une présence forte de l’aristocratie, dans les agglomérations elles-mêmes et dans les campagnes. L’ensemble fait de ce secteur entre le lac Léman et la vallée de l’Isère une région d’une richesse exceptionnelle, unique dans les Alpes occidentales.

4Cette prospérité a permis à la plupart des petites villes d’être équipées de monuments grâce à la générosité des plus puissants. Pour les notables locaux, ces édifices publics permettaient de restituer un cadre urbain dans des lieux favorables à l’autoreprésentation. Peu d’agglomérations ont échappé à ces donations qu’on connaît très bien, notamment chez les Voconces et dans la cité de Vienne, par les découvertes archéologiques et par les inscriptions. Les grands monuments publics, édifices de spectacle ou sanctuaires valident le fait que ces agglomérations étaient au cœur de la vie rurale. L’évergétisme s’est en effet progressivement tourné vers ces centres qui deviennent les lieux de rassemblement privilégiés des populations rurales (Gros 1998, 20). Cette réalité est moins évidente dans les petits centres de la bordure occidentale de la plaine du Pô et dans les provinces alpines. On n’y connaît en effet aucun théâtre rural, aucun grand sanctuaire, et seules quelques inscriptions rappellent l’édification de monuments urbains grâce à des donations privées. Cette situation renvoie à l’attrait qu’ont exercé les grandes villes d’Aoste, Turin, Suse, Aime et Martigny qui étaient, au contraire de Vienne, au cœur ou très peu éloignées de leur territoire alpin. Que des petites villes telles que Borgo San Dalmazzo, Embrun, Caraglio ou Massongex aient été des petits centres économiques (et même administratifs pour certains) où se rassemblaient les populations rurales est assuré, mais elles n’ont pas bénéficié du même report de l’investissement des notables.

5Cette façon de percevoir les agglomérations insiste sur la place des élites et leur rôle moteur dans le développement urbain. Mais si les plus riches manifestaient leur générosité dans les agglomérations, c’est qu’ils en avaient les moyens, ce qui nous rappelle qu’ils tiraient une partie de leurs ressources d’activités au sein même des centres urbains et dans les campagnes environnantes. Les monuments publics, les inscriptions et l’habitat luxueux ne doivent cependant pas faire oublier que les agglomérations étaient avant tout des centres habités par des populations moins aisées, qu’on perçoit notamment à travers l’habitat modeste dans des agglomérations telles qu’Annemasse, Thonon, Thyez ou La Mure. Ce constat dépasse ces seuls sites, et doit être appliqué à l’ensemble des agglomérations. On doit le présumer parfois, comme à Aix-les-Bains, où le centre monumental et thermal était juxtaposé à une bourgade aux activités tournées vers les campagnes. On le saisit mieux encore à Valperga en Italie, véritable village de paysans où étaient également pratiquées quelques activités métallurgiques. Ces différents cas mettent l’accent sur les agglomérations comme centres de production au cœur d’un territoire exploité. Elles constituaient en même temps des lieux centraux pour les campagnes, où les populations pouvaient se rencontrer à l’occasion de marchés ou de cultes. Plusieurs d’entre elles, dotées d’un vaste sanctuaire (La Bâtie-Montsaléon, Gilly) entrent d’ailleurs dans une série bien connue depuis que les travaux sur l’Aquitaine ont montré leur place dans la vie des campagnes (Fincker et Tassaux 1992). La présence d’un macellum au Monêtier-Allemont et de nundinae à Aix-les-Bains permet d’insister sur le rôle de centres économiques liés aux échanges, mais également de centres de production, de transformation des productions rurales, dont rend bien compte le qualificatif de « multifonctionnel » employé pour définir Genève et Annecy (Rémy 2002a). Lieux centraux de l’exploitation des campagnes, les agglomérations constituaient les premiers relais de proximité, qui assuraient la diffusion du modèle romain et où les populations rurales venaient commercialiser leurs productions.

6La dernière remarque concerne le rôle du passage dans le développement des régions alpines, et l’importance de l’ouverture définitive et du contrôle des voies transalpines à partir de l’époque augustéenne. Dans ce réseau ouvert et sécurisé sur toute sa longueur, les villes ont trouvé les conditions de leur développement, entre position de carrefour ou le long d’une route, et exploitation des ressources locales, critères retenus par les géographes pour définir la ville alpine (Torricelli 2002, 26). C’est ce qui explique en grande partie la grande prospérité qui s’exprime à travers les nombreuses villes et établissements ruraux du secteur des lacs Léman, d’Annecy et du Bourget. Cette région était d’abord favorable aux activités agricoles et pastorales, par son relief peu marqué de plaines et de collines et la présence proche de montagnes. Bien que leur exploitation antique soit mal documentée (à l’exception des mines du Mont Salève, dont on parlera plus loin, Deuxième partie, Chapitre 3), il existait également de nombreux gisements de métaux (fer, cuivre, plomb argentifère) qui pouvaient fournir des revenus non négligeables et alimenter le marché urbain. Tout cela n’aurait en soit rien d’extraordinaire si cette longue succession de larges bassins sur environ cent kilomètres (de Genève à la vallée de l’Isère) ne constituait pas une zone de contact privilégiée entre les Alpes et les régions de plaines avoisinantes. C’est là qu’aboutissait l’un des deux tronçons de la voie venant d’Italie par la vallée de l’Isère, qui bifurquait vers Faverges puis Annecy. C’est également à l’ouest de cette espace que passait la voie entre Vienne et Genève qui prenait ensuite la route vers Martigny puis Aoste. Il faut y ajouter la voie de la vallée de l’Arve attestée par des milliaires. Bien davantage que la plaine du Dauphiné, c’est cette « région des lacs » qui était au débouché de ces grandes voies et au contact avec le bassin rhodanien, et donc tout à fait en position de profiter des opportunités offertes par cette situation. On peut s’interroger à ce propos sur l’absence de voie connue par les itinéraires empruntant ce bassin qui se prolonge au nord, entre Alpes et Jura, vers le Plateau suisse. C’est une interrogation qui est également valable pour les petites villes de la bordure de la plaine du Pô, et il faut penser que ces documents routiers figuraient de façon privilégiée les axes transalpins parcourus par une voie impériale et donc les plus empruntés.

7La question des voies comme vecteur de développement renvoie pour finir à la chronologie du développement urbain, mais également des établissements ruraux. Les agglomérations sont rarement antérieures à l’époque augustéenne, et c’est souvent au cours du Ier ou du IIe s. que les villes connaissent leur apogée en termes d’extension et de monumentalisation. De façon parallèle les campagnes connaissent des évolutions marquées par l’apparition et la multiplication de fermes construites à la romaine. Il faut bien insister sur une réalité bien établie pour les villes, et qu’on pressent dans les campagnes : la rareté des occupations antérieures, qu’on retrouve seulement de façon claire à Genève et Massongex (dans la ville comme au Parc de la Grange). Dans tous les autres cas, quelques traces ténues d’occupation ont été repérées, comme à Annecy, Grenoble et La Bâtie-Montsaléon. Cette remarque permet d’insister sur les origines romaines de la ville alpine. Que certains lieux stratégiques aient été occupés pour leur situation dans les courants commerciaux avant l’époque romaine est indéniable ; mais leur développement majeur, qu’il soit le fait d’une fondation ou d’un urbanisme spontané, est bien une spécificité romaine (Leveau 2004c, 157-158). Dans les campagnes, les occupations continues et sans ruptures sont rares, même si la question mériterait d’être confrontée à des recherches plus systématiques. Elle souligne les nouveautés introduites dans l’économie rurale, dont la réalité en termes d’intensité, de modes d’exploitation et d’innovation ne peut être établie uniquement sur l’examen de ces établissements ruraux.

8Ce vaste panorama offert par l’examen des différentes formes d’habitat dans les Alpes occidentales met en évidence les changements nets qui apparaissent progressivement dans les modes d’occupation. Le développement de villes et d’agglomérations témoigne évidemment d’évolutions sociales profondes, mais également de la mise en place d’une économie fondée sur de nouveaux enjeux. Ces changements sont confirmés par l’apparition dans les campagnes d’établissements ruraux de tous types, qui constituent le maillon central de l’exploitation des campagnes. Derrière ces réalités, la mise en évidence de formes d’habitat proches de celles de l’âge du Fer dans certains secteurs des Alpes met par ailleurs en lumière des populations dont les modes de vie, mais peut-être également les modes de subsistance, ont peu évolué. Ce tableau contrasté relativise évidemment l’homogénéité du développement économique et des changements associés à la période romaine. Parmi différentes questions, il pose celle de l’origine des richesses dépensées par les notables alpins pour doter les villes de thermes, d’un théâtre ou d’un temple. Cet argent venait de l’exploitation de leur domaine, d’activités agricoles et pastorales, parfois artisanales et dans certains cas du passage sur une voie proche. Ces mutations dans l’économie des campagnes alpines mettent en avant l’idée de changement d’échelle, d’intensification, de mise en valeur systématique et intensive. Cette économie spéculative cohabitait sans doute avec des formes d’économie vivrière pratiquées par des populations locales qui n’étaient pas pour autant en dehors de circuits commerciaux. Sans doute l’exemple du Haut-Valais, par le conservatisme remarquable dont il témoigne, doit-il d’ailleurs nous forcer à braquer le projecteur sur les populations rurales de toutes les autres régions alpines, auxquelles on a accordé peu d’intérêt car elles ont le plus souvent adopté les signes manifestes de romanisation (maçonnerie, tuiles, mobilier domestique). Pour autant, sont-elles si différentes des populations du Haut-Valais en termes d’intégration dans de nouveaux modèles économiques ? Comment justement aller plus loin que de simples suppositions sur le maintien d’une économie duale associant exploitation intensive et spéculative en plaine et exploitation traditionnelle en montagne ? Ces questions ont trouvé dans l’étude des formes de l’habitat des éléments de réponse, qui constituent autant de pistes à suivre et les premières pièces d’un puzzle qui restitue l’économie des régions alpines. Ces intuitions font ressentir d’autant plus fort la nécessité d’une démarche identique sur l’exploitation des ressources naturelles, afin de mieux percevoir la réalité des changements de l’économie alpine.

Notes

50 Genève, Annemasse, Thyez, Annecy, Albens, Aix-les-Bains, Faverges, Gilly, Châteauneuf, dans un rectangle limité au nord par la ligne Genève-Thyez, au sud à la hauteur de Châteauneuf.

© Publications du Centre Camille Jullian, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search