Version classiqueVersion mobile

La sculpture romaine en Occident

 | 
Vassiliki Gaggadis-Robin
, 
Pascale Picard

Le portrait de « César » découvert dans le Rhône

Le « César » d’Arles et le portrait des consuls de l’année 46 av. J.-C.

Jean-Charles Balty

Résumé

Les deux portraits masculins découverts dans le Rhône ont été considérés comme ceux des consuls de l’année de fondation de la colonie d’Arles (46 av. J.-C.), César et Lépide. Le premier figure cependant un autre homme que le dictateur, dont on connaît déjà un type iconographique contemporain – le « type Tusculum » – et un type d’époque augustéenne – le « type Camposanto – Chiaramonti » –, tous deux attestés par plusieurs répliques. Le buste d’Arles n’est sans doute qu’un des nombreux « Caesargesichter » de cette seconde moitié du Ier siècle, encore qu’on puisse même en remonter quelque peu la date. Le second portrait ne représente pas le même homme que les deux têtes d’Alba Fucens et de Turin pour lesquelles le nom de Lépide a récemment été proposé ; la tête d’Arles n’est d’ailleurs pas antérieure à l’époque de Claude. À ce moment-là, diverses personnalités locales, sénateurs et chevaliers arlésiens, peuvent fort bien avoir été honorées d’une statue officielle dans la colonie.

Entrées d'index

Géographique :

Rome

Texte intégral

  • 2 Poulsen 1962, 9.
  • 3 Schweitzer 1948, 86 ; Johansen 1977, 57 ; Megow 2005, 72-73.
  • 4 Vessberg 1941, 5-79 passim.
  • 5 Lahusen 1984, 13-60, nos 59-235.
  • 6 Papini 2004, 147-205 (IV e et IIIe siècles) et 359-407 (IIe siècle).
  • 7 Parisi Presicce 1997 ; Lahusen, Formigli 2001, 21-24 no3, fig. 3.1-15 ; Papini 2004, 72-94, fig.  (...)
  • 8 Fittschen 1989, 133-142, fig. 1-3 ; Megow 2005, 21-27, pl.1-4.
  • 9 Giuliani 1986, 175-182, fig. 48-54.
  • 10 Poulsen 1960, 177-178 ; Giuliani 1986, 190. Pour le type iconographique, cf. ci-dessous n.32.
  • 11 Johansen 1977, 41-49, fig. 4-12 ; Goette 1985, 291-302, pl.116-123 ; Giuliani 1986, 230-231, 324- (...)
  • 12 Boschung 1986, 276-282, fig. 24-33 ; Giuliani 1986, 223-238, fig. 60-63 ; Megow 2005, 75-80, pl.3 (...)
  • 13 Giuliani 1986, 222, 325-326 n.7  ; Lahusen, Formigli 2001, 42-44, no11, fig. 11 ; Megow 2005, 125 (...)

1Il y a quelques années encore, on pouvait affirmer avec V. Poulsen, sans risque d’exagération, que le premier portrait d’homme d’État romain identifiable avec certitude tant sur les monnaies qu’en ronde-bosse était celui de Pompée2. L’« Urbild » des deux types successifs de ce portrait doit se situer vers 61 pour le premier, puis dans les années 50 avant notre ère pour le second, plus précisément sans doute en 53-52 si l’on admet, avec B. Schweitzer, que la tête de Copenhague reproduit la statue dressée dans la curia Pompeia au terme de la construction du monumental théâtre et des portiques qui l’entouraient au Champ de Mars3. C’est assez dire tout ce que nous avons perdu, les textes antiques soigneusement regroupés par O. Vessberg4, G. Lahusen5 ou M. Papini6 faisant état de très nombreuses statues érigées aux personnalités les plus marquantes de la République depuis au moins le V e siècle. Aussi a-t-on cherché, de longue date, à en retrouver la trace, avec plus ou moins de bonheur ; je ne rappellerai ici que les tentatives les plus récentes et les plus sérieuses, celles de Fl. Johansen, Berømte romere fra Republikkens tid (Copenhague, 1982), de M. Papini, Antichi volti della Repubblica. La ritrattistica in Italia centrale tra IV e II secolo a. C. (Rome, 2004) et de W.-R. Megow, Republikanische Bildnis-Typen (Francfort, 2005). Si l’on excepte certains portraits, comme le célèbre « Brutus » du Capitole7, l’extraordinaire « général » du « type Rome – Tirana »8, les fameux « Marius » et « Sylla » de la Glyptothèque de Munich9 – et ce, qui qu’ils représentent –, et l’étonnant visage du milieu ou de la fin du IIe siècle avant notre ère, longtemps considéré, à la suite de B. Schweitzer, comme un portrait d’A. Postumius Albinus, mais où l’on voit éventuellement aujourd’hui une image de Caton le Censeur10, la très grande majorité de ces effigies de grands hommes de la République est constituée d’œuvres dont aucune ne remonte au-delà du début du Ier siècle avant notre ère, voire du milieu même du siècle, c’est-à-dire du moment précisément où apparaissent aussi les premiers portraits de César. Au nombre de ces effigies contemporaines de celles du dictateur figurent les têtes ou bustes de Cicéron11, de M. Licinius Crassus12, de M. Porcius Cato (Caton d’Utique)13.

  • 14 Stewart 1979, 65-67, tableau1.
  • 15 Queyrel 1991.
  • 16 Helbig1969, 220-221, no2304 (bibl.) ; Giuliani 1986, 329-330, n.52 (« in die 80er Jahre zu dati (...)
  • 17 Megow 2005, 99-107, pl.47 c-d – 56.
  • 18 Megow 2005, 87-93, pl.42-45.
  • 19 Balty 1987, 208, fig. 1.
  • 20 Megow 2005, 81-85, pl.39-41.

2Les portraits romains de Délos antérieurs au sac de l’île en 69 avant notre ère14, provenant pour la plupart de l’agora des Italiens, demeurent malheureusement anonymes ; et, comble de malchance, la statue de C. Ofellius Ferus dont la base inscrite nous a été conservée est acéphale15. Le fameux « général » de Tivoli16 est anonyme, lui aussi. D’autres portraits, connus par plusieurs répliques dont W.-R. Megow a dressé le catalogue et procuré l’analyse la plus détaillée, ont plus particulièrement attiré l’attention des chercheurs désireux de percer leur anonymat. Cinq répliques d’une tête d’homme âgé, à la personnalité attachante, à Florence, à Copenhague, à Ancône, à Rome et à Naples17, considérées à la Renaissance comme des portraits de Cicéron, pourraient éventuellement figurer Varron, dont le buste se trouvait dès 38 – unius uiuentis posita imago est ; Pline, VII, 115 (Varron avait alors 78 ans) – dans la bibliothèque d’Asinius Pollion. Quatre autres, à Paris, à Naples, à Nemi et au Vatican18, paraissent représenter l’orateur Q. Hortensius, mort en 50, dont le profil apparaît sur une monnaie de l’Ashmolean Museum à Oxford19. Trois répliques d’un même original, à Copenhague, à Munich et au Musée des Thermes20, ont été successivement considérées comme de possibles portraits de C. Octavius, le père d’Auguste, mort en 59, ou de Lépide. Inutile de préciser qu’il demeure difficile, sinon impossible, de s’accorder sur la plupart de ces identifications.

3C’est bien dans tout ce contexte, où ces difficultés d’identification s’ajoutent à celles de datation, qu’il convient de replacer la découverte d’Arles. La plus élémentaire prudence s’impose donc, tant pour ce qui est de la datation de l’œuvre, pour laquelle on ne dispose pas d’une couverture photographique complète, scientifiquement suffisante, dépourvue d’effets et véritablement « objective », que pour ce qui est d’une éventuelle identification.

1. Le pseudo-César

  • 21 Pour celle-ci, cf. Long 2009, 58-64 et fig. 
  • 22 Long 2009, dessin p. 61 et fig. p. 65 (bas).
  • 23 Poulsen 1962, 117 no84, pl.CL-CLII ; Johansen 1994, 196-197 no86, fig. ; Fejfer 2008, pl.25, 33a, (...)

4Je ne reviens pas sur la description de ce buste d’excellente qualité21. Je soulignerai simplement que la découpe du rebord inférieur et le lissage à la gradine au revers du plastron permettent d’assurer que l’œuvre était très vraisemblablement destinée à couronner un hermès, le très léger ressaut central piqueté à la pointe venant se caler dans l’encoche du dessus de l’hermès22, comme on le voit, par exemple, sur le buste de Staia Quinta à la Glyptothèque de Copenhague23 (fig. 1-2).

Fig. 1. Arles, Musée départemental Arles antique  : dessous du buste de « César »

(photo Philippe Groscaux / CNRS-CCJ).

Fig. 2. Copenhague, Glyptothèque Ny Carlsberg  : dessous du buste de Staia Quinta

(photo Ole Haupt).

  • 24 Poulsen 1937, 20.
  • 25 Cf. les portraits de Nîmes (Drusus le Jeune) et de Chiragan (Tiberius Gemellus ?), commodément re (...)

5Divers détails de la coiffure doivent être également relevés ici. Les mèches de la chevelure, en forme de lame de faucille à la pointe acérée (« bald sichelförmig, bald wie dünne Nadeln gebildet », écrivait Fr. Poulsen à propos de celles d’un beau portrait de Toulouse24), se retrouvent sur plusieurs œuvres s’échelonnant des années 70 avant notre ère jusqu’au règne de Tibère25 ; on n’y verra donc pas un élément de datation, mais plutôt la trace de ce que l’original était en bronze, le marbrier s’étant tout particulièrement attaché à rendre de la sorte les pointes burinées du métal.

  • 26 Giuliani 1986, 177-179 et 311-312 n.61. Contra toutefois : Wünsche 1982, 22-32.
  • 27 Kockel 1993, pl.12a, 13a-b, 26a, 34b-c, 36a, 62c-d, 68b, 79b (Rome) ; Frenz 1985, pl.8.1 (Narni), (...)

6Le motif de la grosse mèche située dans l’axe même du visage entre deux profondes échancrures de la chevelure sur le front apparaît, lui aussi, sur différentes œuvres – et ce, dès au moins le portrait du soi-disant « Marius » de Munich, dont on s’accorde généralement à dater l’original de la deuxième moitié du IIe siècle avant notre ère26. Plusieurs reliefs funéraires suffisent à attester que cette formule iconographique figurant une calvitie naissante demeura présente dans le portrait privé jusqu’en pleine époque augustéenne27.

  • 28 Balty 1993, 15-16, pl.12-13.

7La concentration du personnage, soulignée par de fortes rides horizontales sur le front et deux petits plis verticaux entre les sourcils, le creusement des joues et les grands plis en forme de parenthèses qui partent des ailes du nez et encadrent la bouche ne sont autres que des « Pathosformeln » dont certaines traversent toute l’histoire du portrait romain28.

  • 29 Long 2009, 70.
  • 30 Schweitzer 1948, 65-66, fig. 63, 65 et 66 ; Helbig1969, 220-221 no2304 (bibl.) ; Fabbrini 1987, (...)
  • 31 Michalowski 1932, 27-32, fig. 15, pl.XXIII-XXIV ; Stewart 1979, 68 (tableauI, no7), pl.19b, 20d e (...)
  • 32 Kersauson 1986, 14 no3, fig. ; Giuliani 1986, fig. 54-56 ; Megow 2005, pl.5-6.
  • 33 Giuliani 1986, fig. 60-63 ; Megow 2005, pl.34 c-d – 37.
  • 34 César, Bell. civ., I, 36, 4-5.
  • 35 Blanc, Bromblet 2009, 85-86.

8Au plan stylistique, on ne manquera certes pas de rapprocher le buste d’Arles de la statue de Tivoli, comme l’a bien vu L. Long29 ; mais cette dernière est de près d’une génération antérieure aux premiers portraits de César : on la situe généralement, en effet, aux alentours de 75-7030. Les arcades sourcilières rendues de manière plastique – et non linéaire, comme elles le seront à partir d’Auguste – se retrouvent sur la tête A 4187 de Délos31 (fig. 3-4), elle aussi datable de ces mêmes années, comme sur le « Marius » de Munich. Leur « ouverture » dans l’angle extérieur de l’œil, qui dégage la cavité orbitale au-dessus de la paupière supérieure, est un autre trait caractéristique des portraits de la fin du IIe et de la première moitié du Ier siècle, au nombre desquels on citerait à nouveau les têtes de Munich et de Délos, mais aussi le soi-disant « Postumius Albinus »32, voire le Crassus33. De fines incisions obliques marquent les sourcils, un détail qu’on ne retrouvera plus sur les portraits de l’époque augustéenne et qui est absent déjà du César de Tusculum et des autres répliques de ce type iconographique. Le portrait d’Arles pourrait donc même être antérieur à l’époque de César, ce qui n’est en rien incompatible avec le fait que la colonie date de 46 : depuis le creusement des fossae Marianae, une agglomération de quelque importance s’était en effet développée sur le site d’Arles. On n’oubliera pas notamment que, lors du siège de Marseille en 49, douze vaisseaux de guerre y furent construits en quelques semaines34 – ce qui suffit à attester l’efficacité de son chantier de constructions navales. Dans l’arrière-pays de la grande cité phocéenne et une région soumise très tôt aux influences helléniques, on ne s’étonnera pas non plus que le buste retrouvé dans le Rhône puisse être le produit d’un atelier éventuellement oriental ou, à tout le moins, habitué à travailler un marbre oriental si l’on en croit ces quelques parallèles et le fait même qu’il ait été réalisé en marbre de Dokimeion35.

Fig 3. Délos, Musée, inv. A 4187  : tête d’homme

(photo Ph. Collet / EfA).

Fig. 4. Arles, Musée départemental Arles antique  : buste de « César »

(photo Philippe Groscaux / CNRS-CCJ)

  • 36 Long 2009, 70.
  • 37 Johansen 2009, 80.
  • 38 Raubitschek 1954, 65-68, 72 et 74, pl.III ; cf.Vermeule 1968, 426, 429, 432, 440-441, 444 et 448.
  • 39 Raubitschek 1954, 65, pl.III.C ; Tuchelt 1979, 64, 135, 141, 208-210 et 234 (L 45-50) ; cf.Vermeu (...)
  • 40 BMC Pontus, 153 no8, pl.31.13 ; RPC, I, 346 no2026, pl.89 ; cf.Vessberg 1941, pl.VIII.1 ; Johanse (...)
  • 41 BMC Corinth, 58, pl.XV.2 ; Amandry 1988, 120-122 noI, pl.I. D1-11 ; RPC, I, 250 no1116, pl.59 ; c (...)
  • 42 Dion Cassius, XLIII, 14 ; cf.Vessberg 1941, 77 no300.
  • 43 Dion Cassius, XLIII, 45.
  • 44 Dion Cassius, XLIV, 4, 4-5.
  • 45 Dion Cassius, XLIV, 4, 4.
  • 46 Pline, Nat. hist., XXXIV, 27 : statuerunt et Romae in omnibus uicis tribus Mario Gratidiano.
  • 47 Cicéron, Phil. 6, 12-15.
  • 48 Johansen 2009, 83.
  • 49 Ibid.
  • 50 Ibid.
  • 51 Long 2009, 68, fig. 

9Pour aborder plus précisément les effigies de César, auxquelles il est grand temps de s’intéresser maintenant, il existe bien un « type Tusculum », dont plusieurs répliques nous sont parvenues. Il serait d’ailleurs tout à fait impensable que l’image du dictateur n’ait pas été, dès cette époque, « stéréotypée », pour reprendre ici la formulation utilisée par L. Long36. Fl. Johansen a rappelé, dans le catalogue de l’exposition de 2009, que de nombreuses statues avaient été élevées à César, en Grèce et en Asie Mineure, après la victoire de Pharsale, en 48 avant notre ère37. Six bases nous ont été conservées à Athènes, Chios, Délos, Karthaia (Kéos), Mégare et Samos38, six autres à Alabanda, Éphèse, Pergame et Phocée, qui toutes datent de cette année39. C’est à cette même année que remonte une émission de monnaies de bronze de Nicée figurant au droit un portrait du vainqueur de Pompée40. En Grèce, une émission de Corinthe, portant une image très semblable41, date de 46 et semble donc précéder de deux ans la fondation de la Colonia Laus Iulia Corinthus en 44. Après le retour de César d’Afrique, en 46 également, une statue de bronze lui fut décernée au Capitole42. Après sa victoire sur Cn. Pompée en Espagne, en 45, deux nouvelles statues furent érigées à Rome, l’une dans le temple de Quirinus, l’autre au Capitole une fois encore, mais parmi les statues des rois43. Les honneurs les plus extraordinaires datent cependant de 44 : Dion Cassius signale, en effet, qu’ « il fut ordonné de dresser des statues de César dans toutes les villes d’Italie et dans tous les temples de Rome et d’en placer également deux sur les Rostres, une qui le montrerait comme sauveur de ses concitoyens, l’autre comme libérateur de Rome, avec les couronnes habituellement utilisées à cette occasion »44, c’est-à-dire l’une couronnée de chêne (corona ciuica), l’autre portant la corona obsidionalis. Puis, dès le début de cette même année 44, le Sénat autorise César à mettre son image sur les monnaies de Rome45. Pour tout cela, il fallait bien qu’il y eût une effigie officielle, « stéréotypée ». Il n’y a pas lieu de s’en étonner. En 82, Sylla n’avait-il pas ordonné de détruire les statues de M. Marius Gratidianus que les tribus avaient élevées par plébiscite dans tous les quartiers (uici) de Rome46 : il y avait 265 uici dans la ville à l’époque d’Auguste ; on n’en connaît malheureusement pas le nombre à l’époque républicaine, mais le seul fait que Pline cite ces statues de Gratidianus dans le même paragraphe que celui où il rapporte qu’on en avait élevé 360, à Athènes, à Démétrios de Phalère suffit à assurer qu’il y en avait eu un nombre considérable aussi pour Gratidianus. Sans doute s’agit-il ici d’une sorte de « record ». Mais on citerait aisément les exemples d’autres hommes politiques honorés, à la même date, par plusieurs statues. Je n’en retiendrai qu’un seul : celui de L. Antonius, le frère du triumvir, qui reçut, en 44-43, l’hommage de divers groupes sociaux, les chevaliers romains – qui le désignent comme leur patronus –, les tribuns militaires qui avaient appartenu à l’armée de César pendant deux ans et les trente-cinq tribus de Rome qui lui érigèrent, elles, plus précisément, une statue équestre47. On ne saurait prétendre que ces statues aient été réalisées sans « Urbild » et laissées à l’imagination des sculpteurs. Pas plus que, pour le portrait d’Arles, on ne peut concevoir que « la statue [...] devait ressembler à « l’idée que l’on se faisait » [du personnage] »48 et que l’inscription qui l’accompagnait suffisait à préciser « l’identité de la personne représentée »49. Dans le cas d’un personnage comme César, on ne saurait écrire non plus qu’ « il est même fondé de se demander si le sculpteur connaissait bien les traits de César »50. Cette seule affirmation n’est-elle pas l’aveu le plus clair de ce que la physionomie du portrait arlésien échappe entièrement aux classifications actuellement admises pour ce qui est de l’image du dictateur ? Qu’en est-il donc de l’apparente superposition de ses traits à ceux du portrait de Tusculum, obtenue par une savante reconstruction numérique51 ? Et pourquoi, dans l’exposition du Louvre, avoir isolé celui-ci de l’effigie du Rhône au lieu de les présenter ensemble, côte à côte, dans l’énorme vitrine où trône cette dernière ? Le visiteur, tout comme le spécialiste, eût pu commodément les confronter. On ne manquera pas de regretter que cela ait été tout bonnement impossible.

  • 52 Pour ces différents portraits, cf. la présentation de D. Roger, résumant les communications de Fl (...)

10Pour tout spécialiste de la « Kopienkritik », les deux œuvres (Arles et Tusculum) ne remontent certainement pas à un même original (« Urbild »). Celui du portrait de Tusculum nous est aujourd’hui connu par au moins trois répliques : celles de Tusculum même, de Woburn Abbey et d’une collection privée florentine ; voire par deux autres témoins, malheureusement très abîmés et dès lors moins bien assurés, à Cassel et dans une collection privée romaine, ainsi que par une version classicisante et très vraisemblablement augustéenne dont un intéressant exemplaire a été mis au jour dans l’île de Pantelleria en 200352. C’est assez pour en saisir les caractéristiques essentielles. Au nombre de celles-ci, on relèvera, d’entrée de jeu, la plus ou moins grande difformité de la boîte crânienne, l’aplatissement de la voûte entre le vertex et le haut front bombé et l’ovale assez prononcé de cette même boîte crânienne vers l’arrière. Un grand pli horizontal traverse le front. Le nez, conservé sur les deux-tiers de sa longueur, est relativement droit. La bouche est droite, elle aussi, les lèvres d’égale épaisseur et assez serrées ; le cou est relativement haut et marqué de trois plis parallèles. Les oreilles, plaquées contre le crâne, sont très différentes des oreilles décollées du portrait arlésien. Moins tourmentées que ce dernier, les répliques du « type Tusculum » sont plus « idéalisées », en tout cas d’un réalisme moins affirmé. Les cheveux, peignés vers l’avant et ramenés sur les tempes, cherchent davantage à masquer la calvitie du personnage. Dans le mouvement de la chevelure et le dessin des mèches, rien ne permet non plus d’associer le portrait d’Arles aux différentes répliques du « type Tusculum » ; il ne découle pas d’un même « Urbild », celui que l’on a souvent considéré comme réalisé dans les toutes dernières années, sinon les derniers mois de vie du dictateur.

  • 53 Ibid., p. 16.
  • 54 Hofter 1988, 314.

11On ne s’attardera pas ici sur le deuxième type iconographique des portraits de César, celui qu’en raison de ses exemplaires de référence (« Leitstücke ») on désigne du nom de « type Camposanto – Chiaramonti »53. Réalisé sous le règne d’Auguste, dans les années 30-20 avant notre ère, il est indiscutablement idéalisé, classicisant54, et pourrait presque passer pour un portrait de restitution tant il diverge, sur nombre de points de détail, du type précédent sans pour autant s’éloigner des effigies monétaires de César – dont les fameux deniers de M. Mettius. On en connaît, à ce jour, une dizaine de répliques. Ici aussi, le nez est droit, comme le montre la partie conservée de l’exemplaire Chiaramonti.

  • 55 Long 2009, 70.
  • 56 Le terme (« Zeitgesicht ») s’applique certes mieux à l’époque impériale, où l’on voit bien l’imag (...)
  • 57 Zanker 1981, 356-358 ; cf. également Fittschen, Zanker, Cain 2010, 44 (à propos du no32).
  • 58 Zanker 1981, 358: « bis in spätaugusteische Zeit ».

12La tête d’Arles est donc bien isolée, sans réplique dans l’état actuel de notre documentation – ce qui n’est évidemment pas, en soi, un argument déterminant. Mais l’existence, bien attestée on l’a vu, du « type Tusculum », datable des dernières années de vie du dictateur, rend tout à fait improbable qu’un autre type iconographique l’ait précédé de deux ou trois ans. Le beau portrait du Rhône n’a guère de chance de figurer César. S’il faut bien le dater de ce moment – mais je n’en suis vraiment pas assuré –, on y verra l’image d’un contemporain qui n’avait pas hésité à se faire représenter selon les canons iconographiques adoptés pour les effigies du dictateur, un exemple de plus de « Zeitgesicht » césarien, puisque, contrairement à ce que laisse entendre L. Long55, ce « portrait d’époque » a bel et bien existé dès l’époque républicaine56. P. Zanker a donné, il y a déjà trente ans, une première liste de ces « Caesargesichter »57 dont la mode se poursuivra jusqu’à la fin du règne d’Auguste58 à côté de formules nouvelles influencées par le portrait officiel de la domus Augusta.

2. Le pseudo-Lépide

  • 59 Monterroso Checa 2009, 88-95.
  • 60 Pour ces dernières, Cantino Wataghin 2005, 54-61.
  • 61 De Ruyt 1982, 11.
  • 62 Cianfarani 1950, 91-101.
  • 63 De Ruyt 1955, 114-115 (« Sylla ? »), pl.46.1.
  • 64 Ibid., 115.
  • 65 Mertens 1953, 171-194 ; Mertens 1954, 86-108.
  • 66 Coarelli 1998, 469.
  • 67 De Ruyt 1982, 22.
  • 68 Van Wonterghem, in: Devijver, Van Wonterghem 1981, 57-60, fig. 11-13.
  • 69 Torelli 1990 [1991], 54-59.
  • 70 Coarelli 1998, 472.

13Plus surprenante encore, voire incompréhensible, apparaîtra, à l’examen attentif, l’hypothèse d’A. Monterroso Checa visant à identifier une autre tête découverte dans le Rhône comme un portrait de M. Aemilius Lepidus, consul en 46 avec César, l’année même de la fondation de la Colonia Iulia Paterna Arelate Sextanorum59. Pourquoi représenter, en effet, à Arles, le consul de cette année plutôt que le conditor, le fondateur, Ti. Claudius Nero, le père du futur empereur Tibère ? Lépide ne fournirait, s’il s’agissait bien de lui, qu’une simple référence chronologique, au demeurant insignifiante. Mais la question principale n’est pas là. Elle tient à l’échafaudage d’hypothèses que cette identification suppose et au manque d’élémentaire « Kopienkritik » dont témoigne la comparaison opérée entre ce portrait arlésien et deux autres œuvres identifiées comme d’éventuels portraits de Lépide60. La première de ces œuvres a été mise au jour occasionnellement à Alba Fucens, dans les Abruzzes, en 1947, avant même que ne débutent des campagnes de fouilles régulières sur le site, l’année suivante ; mais la trouvaille a pu être localisée « à l’angle nord de la terrasse aménagée devant la seconde enceinte au nord-ouest de la ville »61. Identifiée dès 1950 par V. Cianfarani62, encore qu’avec infiniment de prudence, puis par Fr. De Ruyt63, avec la même circonspection, comme une effigie de Sylla, l’œuvre pouvait s’inscrire, en effet, dans tout un contexte local syllanien, celui de « la transformation urbaine de la colonie à cette époque »64 attestée par les sondages stratigraphiques de J. Mertens65 et confirmée par l’inscription de dédicace d’une statue érigée L. Cornelio L. f. Sul[lae] / felici dictato[ri] / publice statuta (CIL, IX, 3918). F. Coarelli a, plus récemment, proposé d’y reconnaître Lépide sur la base d’arguments qu’il est impossible de réfuter ici dans le détail mais qui tendraient à rattacher la tête d’Albe et « un autre portrait, trouvé dans les parages »66 – à vrai dire, « dans la rue principale » du village67, et donc à l’intérieur de l’enceinte – à cette vaste esplanade extra muros identifiée, depuis quelques années maintenant, comme un campus68, voire un gymnase de type hellénistique69 qui aurait englobé un hèrôon attribué au jeune fils de M. Aemilius Lepidus, cos 78, et fils adoptif d’un Cornelius Scipion, mis à mort par Pompée à Alba Fucens pour avoir prêté main forte au soulèvement dirigé par son père ; le campus/gymnase aurait été construit par son frère Lépide (M. Aemilius Lepidus), vers 46-44, après que la ville soit passée dans le camp de César à la mort de Pompée. Le beau portrait républicain, jusqu’ici daté des années 80-70 avant notre ère, représenterait Lépide – ce qui équivaut à le dater d’une trentaine d’années plus tard et paraît stylistiquement difficile, sinon impossible. La seconde tête figurerait le jeune Scipion et « devrait être contemporain[e] de l’autre portrait »70, alors même que toutes les comparaisons orientent vers le règne de Claude, on va le voir.

  • 71 Monterroso Checa 2009, 94.
  • 72 Cantino Wataghin 2005, 54-61.

14Mais, déjà, à supposer que l’on adopte l’identification de F. Coarelli, les différences que l’on observe entre les portraits d’Arles et d’Alba Fucens sont beaucoup plus que des « différences marginales », pour reprendre ici les termes d’A. Monterroso Checa71. L’ovale très prononcé du visage de l’un n’a vraiment rien à voir avec le visage assez large de l’autre ; la forme de la chevelure et, en particulier, de la frange frontale diffère aussi ; les cheveux descendent beaucoup plus bas dans la nuque du portrait d’Arles ; l’oreille y est plus ronde et son lobe plus court ; la bouche, aux lèvres plus charnues qu’à Albe, y a des commissures tombantes ; les chairs sont plus molles ; la pomme d’Adam et la violente torsion du cou de l’exemplaire d’Albe ne se retrouvent pas sur celui d’Arles. Empreint d’une certaine mélancolie, ce dernier n’a rien de la fougue du portrait italien. Ce ne saurait être le même homme. Quant à la tête, malheureusement très épaufrée, du musée de Turin que signale en note Coarelli et qui, depuis lors, a fait l’objet d’une présentation par G. Cantino Wataghin72, si l’on en retire ces « Pathosformeln » si caractéristiques des portraits de la fin de l’époque républicaine et du début de l’Empire (rides du front, plis partant de l’angle intérieur des yeux et « parenthèses » autour de la bouche), elle n’a guère de traits communs avec l’image arlésienne : très proche du portrait d’Alba Fucens, ce pourrait être, en effet, qui qu’elle représente, une réplique du même « Urbild » que celui-ci.

  • 73 Felletti Maj 1953, 67 no112, pl. ; Di Leo 1987, 156, 158 no R112, fig. 
  • 74 Cianfarani 1972, pl. ; De Ruyt 1982, 21-24 no7, pl.IV-V.
  • 75 Monterroso Checa 2009, p. 95 n. 27.
  • 76 Burnand 2006, p. 211-214 n° 86 E 72.

15Au plan stylistique, c’est avec des œuvres de l’époque de Claude qu’il convient, de surcroît, de comparer la tête du Rhône (fig. 5), non avec celles de la fin de l’époque républicaine. On songera, entre bien d’autres, à des portraits comme ceux de Rome (Musée des Thermes, inv. 4308)73 ou de Chieti (Musée, inv. 8604 ; fig. 6)74, ce dernier parfois erronément considéré comme une effigie de l’empereur. Or, à cette date, on ne voit guère de raison, à supposer qu’il se soit agi de Lépide, pour qu’une image du triumvir ait été réalisée dans la colonie d’Arles, quelque cinquante ans après sa mort. Y reconnaître un « summus vir local (pour son consulat de l’année de la fondation et sa charge d’ancien gouverneur de la future Narbonnaise) »75 n’est assurément pas défendable tant de temps après ces événements. En revanche, il y avait à Arles, dans ces années 40-50 de notre ère, bien d’autres personnalités marquantes susceptibles d’avoir leur statue-portrait dans un des endroits les plus en vue (loci celeberrimi) de la ville. Parmi les trop rares chevaliers dont le nom et la carrière nous sont connus, on citerait, par exemple, Pompeius Paulinus senior76, le dédicataire du de breuitate uitae de son beau-frère Sénèque, qui fut préfet de l’annone dans les années 48-50 et que ses concitoyens ne durent pas manquer d’honorer à cette occasion. Mais il en est d’autres encore, bien sûr, qui pourraient également entrer en ligne de compte.

Fig. 5. Arles, Musée départemental Arles antique : «Lépide»

(photo Philippe Groscaux/CNRS-CCJ).

Fig. 6. Chieti, Museo Nazionale, inv. 8604 : tête d’homme, prov. d’Alba Fucens

(d’après Cianfarani 1972).

  • 77 Monterroso Checa 2009, p. 93.

16L’identification proposée par A. Monterroso Checa ne « conforte » certainement pas « les hypothèses antérieures relatives à M. Aemilius Lepidus »77. Il ne faudrait pas non plus qu’elle vienne renforcer, de quelque manière que ce soit, l’identification de l’autre portrait du Rhône comme effigie de César. Les deux œuvres sont de date très différente, on vient de le voir, et ce n’est que le hasard de leur découverte dans les eaux du fleuve, à quelques semaines ou quelques mois d’intervalle, et à près de 100 m l’une de l’autre, qui les a propulsées ensemble sur le devant de la scène. On ne saurait l’oublier.

Mes plus vifs remerciements s’adressent à P. Aupert, J. Fejfer et V. Gaggadis-Robin qui m’ont procuré l’illustration de cet article ; une pensée émue va à la mémoire de J. Marcadé, qui m’avait généreusement autorisé à publier la belle photographie de la tête de Délos.

Bibliographie

Amandry 1988 : M. Amandry, Le monnayage des duovirs corinthiens, Athènes, École française d’Athènes, (BCH, suppl. XV), 1988, 269 p., 48 pl.

Balty 1982 : J.-Ch. Balty, Portrait et société au Ier siècle avant notre ère, in : Römisches Porträt. Wege zur Erforschung eines gesellschaftlichen Phänomens, Wissenschaftliche Konferenz 12-15 Mai 1981 = WissZBerlin, Gesellschafts- und Sprachwissenschaftliche Reihe, XXXI, 1982, 139-142.

Balty 1986 : J.-Ch. Balty, Universalité du portrait antique, Bulletin de la Classe des Beaux-Arts, (Académie royale de Belgique), 5e sér., LXVIII, 1986, 286-352.

Balty 1993: J.-Ch. Balty, Porträt und Gesellschaft in der römischen Welt, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, (Trierer Winckelmannsprogramm, 11, 1991), 1993, 36p., 20pl.

Balty, Cazes 2005 : J.-Ch. Balty, D. Cazes, Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosane), I.1. Les portraits romains. Époque julio-claudienne, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 2005, 209 p., 158 fig. 

Blanc, Bromblet 2009 : Ph. Blanc, Ph. Bromblet, Déterminer l’origine des marbres sculptés : méthode d’étude, in : L. Long, P. Picard (dir.), César. Le Rhône pour mémoire, Arles, Actes Sud/Musée départemental Arles antique, 2009, 84-87.

BMC Pontus: W. Wroth, Catalogue of Greek Coins in the British Museum, Pontus, Paphlagonia, Bithynia, and the Kingdom of Bosporus, Londres, 1889.

BMC Corinth: B. Head, Catalogue of Greek Coins in the British Museum, Corinth, Colonies of Corinth, Etc., Londres, 1889.

Boschung 1986: D. Boschung, Überlegungen zum Liciniergrab, JDAI, CI, 1986, 257-287.

Burnand 2006 : Y. Burnand, Primores Galliarum, Sénateurs et chevaliers romains originaires de Gaule de la fin de la République au IIIe siècle, II. Prosopographie, Bruxelles, Éditions Latomus, (Collection Latomus, 302), 2006, 200p.

Cantino Wataghin 2005 : G. Cantino Wataghin, Un ritratto tardorepub-blicano nel Museo di antichità di Torino : Contributo all’iconografia di M. Emilio Lepido, in : M. Sapelli Ragni (dir.), Studi di archeologia in memoria di Liliana Mercando, Turin, Soprintendenza per i beni archeologici del Piemonte e del Museo antichità egizie, 2005, 54-61.

Cianfarani 1950 : V. Cianfarani, Ritratto d’uomo da Alba Fucense, Rivista Abruzzese, III.3, 1950, 91-101.

Cianfaran 1972 : V. Cianfarani, Schede del Museo nazionale [Soprintendenza alle antichità degli Abruzzi], 3e sér., Chieti, 1972, 4 p., 25 pl. non numérotées.

Coarelli 1998 : F. Coarelli, Lépide et Alba Fucens, REA, C, 1998, 461-475.

De Ruyt 1955 : Fr. De Ruyt, Portraits romains, in : F. De Visscher, Fr. De Ruyt, S. J. De Laet, J. Mertens, Les fouilles d’Alba Fucens (Italie centrale) de 1951 à 1953, AntCl, XXIV, 1955, 183-189.

De Ruyt 1982 : Fr. De Ruyt, Sculptures d’Alba Fucens (pierre, marbre, bronze). Catalogue raisonné, Bruxelles/Rome, Institut historique belge de Rome, (Études de philologie, d’archéologie et d’histoire anciennes, XXI = Alba Fucens, III), 1982, 178 p., 154 pl.

Devijver, van Wonterghem 1981 : H. Devijver, Fr. van Wonterghem, Il campus nel impianto urbanistico delle città romane : testimonianze epigrafiche e resti archeologici, Acta archæologica Lovaniensia, XX, 1981, 33-68.

Di Leo 1987: Br. Di Leo, Ritratto virile, in: A. Giuliano (dir.), Museo Nazionale Romano. Le sculture, I.9.1. Magazzini. I ritratti, Rome, De Luca Editore, 1987, X-253 p., fig. 

Espérandieu 1907 : É. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, I. Alpes Maritimes. Alpes Cottiennes. Corse. Narbonnaise. Paris, Imprimerie Nationale, 1907, X-489 p.

Fabbrini 1987 : L. Fabbrini, Il ritratto romano repubblicano, in : Roma repub-blicana dal 270 a. C. all’età augustea, Rome, Edizioni Quasar, 1987, 35-48.

Fejfer 2008 : J. Fejfer, Roman Portraits in Context, Berlin/New York, Walter de Gruyter, (Image & Context, 2), 2008, IX-592 p., 336 fig. , 40 pl.

Felletti Maj 1953 : B. M. Felletti Maj, Museo Nazionale Romano. I ritratti. Rome, La Libreria dello Stato, 1953, 178 p., pl. non numérotées.

Fittschen 1989: Kl. Fittschen, Römer oder Grieche. Zum Bildnistypus Tirana AM 577 – Rom, Thermen-Museum, Iliria, 2, 1989, 133-149.

Fittschen, Zanker, Cain 2010: Kl. Fittschen, P. Zanker, P. Cain, Katalog der römischen Porträts in den Capitolinischen Museen und den anderen kommunalen Sammlungen der Stadt Rom, II. Die männlichen Privatporträts, Berlin/New York, Walter de Gruyter, (Beiträge zur Erschließung hellenistischer und kaiserzeitlicher Skulptur und Architektur, 4), 2010, XV-210 p., VI-232 pl., 32 pl. annexes.

Frenz 1985: H. G. Frenz, Römische Grabreliefs in Mittel- und Süditalien, Rome, Giorgio Bretschneider Editore, (Archaeologica, 37), 1985, VIII-193p., 64pl.

Giuliani 1986: L. Giuliani, Bildnis und Botschaft. Hermeneutische Untersuchungen zur Bildniskunst der römischen Republik, Francfort, Suhrkamp Verlag, 1986, 335 p., 66 fig. 

Goette 1985 : H. R. Goette, Zum Bildnis des « Cicero », MDAI(R), XCII, 1985, 291-318.

Helbig1969: W. Helbig, Führer durch die öffentlichen Sammlungen klassischer Altertümer in Rom, III. Die Staatlichen Sammlungen, Tübingen, Verlag Ernst Wasmuth, 1969, XX-875 p.

Himmelmann 1989: N. Himmelmann, Herrscher und Athlet. Die Bronzen vom Quirinal, Milan, Olivetti, Arnaldo Mondadori Editore, 1989, 247 p., fig. 

Hofter 1988: M. Hofter, Porträt, in: Kaiser Augustus und die verlorene Republik, Eine Ausstellung im Martin-Gropius-Bau, Berlin, 7 Juni-14 August 1988, Mayence, Philipp von Zabern, 1988, 291-343.

Johansen 1967 : Fl. Johansen, Antichi ritratti di Caio Giulio Cesare nella scultura, AnalRom, IV, 1967, 9-68.

Johansen 1977 : Fl. Johansen, Ritratti antichi di Cicerone e Pompeo Magno, AnalRom, VIII, 1977, 39-69.

Johansen 1994 : Fl. Johansen, Roman Portraits, I. Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, 1994, 323 p., fig. 

Johansen 2009 : Fl. Johansen, Les portraits de César, in : L. Long, P. Picard (dir.), César. Le Rhône pour mémoire, Arles, Actes Sud/Musée départemental Arles antique, 2009, 78-83.

Kersauson 1986 : K. de Kersauson, Catalogue des portraits romains [Musée du Louvre], I. Portraits de la République et d’époque julio-claudienne, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1986, 246 p., fig. 

Kockel 1993: V. Kockel, Porträtreliefs stadtrömischer Grabbauten. Ein Beitrag zur Geschichte und zum Verständnis des spätrepublikanisch-frühkaiserzeitlichen Privatporträts, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, (Beiträge zur Erschließung hellenistischer und kaiserzeitlicher Skulptur und Architektur, 12), 1993, XI-264 p., 138 pl.

Lahusen 1984: G. Lahusen, Schriftquellen zum römischen Bildnis, I. Textstellen. Von den Anfängen bis zum 3. Jahrhundert n. Chr, Brême, B. C. Heye & C°, 1984, XII-168 p.

Lahusen, Formigli 2001: G. Lahusen, E. Formigli, Römische Bildnisse aus Bronze. Kunst und Technik, Munich, Hirmer Verlag, 2001, 542 p., 919 fig. 

Long 2009 : L. Long, Le regard de César, in : L. Long, P. Picard (dir.), César. Le Rhône pour mémoire, Arles, Actes Sud/Musée départemental Arles antique, 2009, 58-77.

Megow 2005: W.-R. Megow, Republikanische Bildnis-Typen Francfort/Berlin/Berne, Peter Lang, 2005, 155 p., 76 pl.

Mertens 1953 : J. Mertens, L’urbanizzazione del centro di Alba Fucense, MemAccLinc, 3e sér., V,1953, 171-194.

Mertens 1954 : J. Mertens, Sondages dans le centre de la ville, in : F. De Visscher, Fr. De Ruyt, S. J. De Laet, J. Mertens, Les fouilles d’Alba Fucens (Italie centrale) de 1951 à 1953, AntCl, XXIII, 1954, 86-108.

Michalowski 1932 : C. Michalowski, Les portraits hellénistiques et romains. Paris, E. de Boccard, (Exploration archéologique de Délos, XIII), 1932, III-69 p., 44 pl.

Monterroso Checa 2009 : A. Monterroso Checa, M. Aemilius Lepidus. Hypothèse sur un portrait, in : L. Long, P. Picard (dir.), César. Le Rhône pour mémoire, Arles, Actes Sud/Musée départemental Arles antique, 2009, 88-95.

Papini 2004 : M. Papini, Antichi volti della Repubblica. La ritrattistica in Italia centrale tra IV e II secolo a. C., Rome, « L’Erma » di Bretschneider, 2004, 556 et 200 p., 522 fig. 

Parisi Presicce 1997 : Cl. Parisi Presicce, Il Bruto Capitolino, ritratto ideale di un vir illustris, BullCom, 98, 1997, 43-110.

Pflug 1989: H. Pflug, Römische Porträtstelen in Oberitalien. Untersuchungen zur Chronologie, Typologie und Ikonographie, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1989, XIV-320 p., 52 pl.

Poulsen 1937 : Fr. Poulsen, Probleme der römischen Ikonographie, Copenhague, Levin & Munksgaard, (Det Kgl. Danske Videnskabernes Selskab. Archæologisk-kunsthistoriske Meddelelser, II, 1), 1937, 47 p., 67 pl.

Poulsen 1960: V. Poulsen, Eine verkannte Berühmtheit in: ΘΕΩΡΙΑ. Festschrift für W.-H. Schuchhardt, Baden-Baden, Bruno Grimm Verlag für Kunst und Wissenschaft, 1960, 173-178.

Poulsen 1962 : V. Poulsen, Les portraits romains, I. République et dynastie julienne, Copenhague, (Publications de la Glyptothèque Ny Carlsberg, 7), 1962, 148 p., 204 pl.

Queyrel 1991: Fr. Queyrel, C. Ofellius Ferus, BCH, CXV, 389-464.

Queyrel 1996 : Fr. Queyrel, Délos, Musée, A 4187 : portrait d’homme, in : J. Marcadé (dir.), Sculptures déliennes, Athènes, École française d’Athènes/Paris, de Boccard, (Sites et Monuments, XVII), 1996, 212-213 no96.

Raubischek 1954: A. E. Raubitschek, Epigraphical Notes on Julius Caesar, JHS, XLIV, 1954, 65-75.

RPC I: A. M. Burnett, M. Amandry, P. P. Ripollès, Roman Provincial Coinage, I. From the death of Caesar to the death of Vitellius (44 BC-AD 69), Paris, 1998.

Schweitzer 1948: B. Schweitzer, Die Bildniskunst der römischen Republik, 1948, XII - 163 p.

Stewart 1979: A. Stewart, Attica. Studies in Athenian Sculpture of the Hellenistic Age, Londres, Society for the Promotion of Hellenic Studies, (Supplementary Paper, 14), 1979, XV-192 p., 29 pl.

Torelli 1990 [1991] : M. Torelli, Il ’diribitorium’ di Alba Fucens e il ‘campus’ eroico di Herdonia, in : J. Mertens, R. Lambrechts (dir.), Comunità indigene e problemi della romanizzazione nell’Italie centro-meridionale (IV°-III° sec. AC). Actes du colloque international, Rome, Academia Belgica, 1er-3 février 1990, Bruxelles/Rome, Institut historique belge de Rome, (Études de philologie, d’archéologie et d’histoire anciennes, XXIX), 1991, 39-63.

Tuchelt 1979: Kl. Tuchelt, Frühe Denkmäler Roms in Kleinasien, I. Roma und Promagistrate, Tübingen, Verlag Ernst Wasmuth, (Istanbuler Mitteilungen, Beiheft 23), 1979, 268 p., 8 fig. , 22 pl., dépliants.

Vermeule 1968: C. C. Vermeule, Roman Imperial Art in Greece and Asia Minor, Cambridge Mass., Harvard University Press, 1968, XXIV-548 p., 184 fig. 

Vessberg 1941: O. Vessberg, Studien zur Kunstgeschichte der römischen Republik, Lund, C. W. K. Glerup / Leipzig, O. Harrassowitz, 1941, 304 p., 100 pl.

Vollenweider 1972-1974: M.-L. Vollenweider, Die Porträtgemmen der römischen Republik, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1972-1974, Text (1974), XIII-316 p., Katalog und Tafeln (1972), V-110 p., 168 pl.

Wünsche 1982: R. Wünsche, ‘Marius’ und ‘Sulla’. Untersuchungen zu republikanischen Porträts und deren neuzeitlichen Nachahmungen, MüJb, 3e sér., XXXIII, 1982, 7-38.

Zanker 1974 [1976]: P. Zanker, Zur Rezeption des hellenistischen Individualporträts in Rom und in den italischen Städten, in: P. Zanker (dir.), Hellenismus in Mittelitalien, Kolloquium in Göttingen vom 5. bis 9 Juni 1974, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, (AbhGöttingen, Phil.-Hist. Klasse, 3e sér., 97), 1976, 581-619.

Zanker 1981 : P. Zanker, Das Bildnis des M. Holconius Rufus, AA, 1981, 349-361.

Notes

2 Poulsen 1962, 9.

3 Schweitzer 1948, 86 ; Johansen 1977, 57 ; Megow 2005, 72-73.

4 Vessberg 1941, 5-79 passim.

5 Lahusen 1984, 13-60, nos 59-235.

6 Papini 2004, 147-205 (IV e et IIIe siècles) et 359-407 (IIe siècle).

7 Parisi Presicce 1997 ; Lahusen, Formigli 2001, 21-24 no3, fig. 3.1-15 ; Papini 2004, 72-94, fig. 16-24 ; Fittschen, Zanker, Cain 2010, 1-4 no1, pl.1-3.

8 Fittschen 1989, 133-142, fig. 1-3 ; Megow 2005, 21-27, pl.1-4.

9 Giuliani 1986, 175-182, fig. 48-54.

10 Poulsen 1960, 177-178 ; Giuliani 1986, 190. Pour le type iconographique, cf. ci-dessous n.32.

11 Johansen 1977, 41-49, fig. 4-12 ; Goette 1985, 291-302, pl.116-123 ; Giuliani 1986, 230-231, 324-325 n.6, 328 n.38, fig. 64 ; Megow 2005, 109-124, pl.57-66.

12 Boschung 1986, 276-282, fig. 24-33 ; Giuliani 1986, 223-238, fig. 60-63 ; Megow 2005, 75-80, pl.34 c-d – 38.

13 Giuliani 1986, 222, 325-326 n.7  ; Lahusen, Formigli 2001, 42-44, no11, fig. 11 ; Megow 2005, 125, pl.67 (les portraits de Florence et de Naples ne me paraissent pas représenter le même personnage).

14 Stewart 1979, 65-67, tableau1.

15 Queyrel 1991.

16 Helbig1969, 220-221, no2304 (bibl.) ; Giuliani 1986, 329-330, n.52 (« in die 80er Jahre zu datieren ») ; Hofter 1988, 301, no136, fig. ; Himmelmann 1989, 219-224, fig. 12 a-i.

17 Megow 2005, 99-107, pl.47 c-d – 56.

18 Megow 2005, 87-93, pl.42-45.

19 Balty 1987, 208, fig. 1.

20 Megow 2005, 81-85, pl.39-41.

21 Pour celle-ci, cf. Long 2009, 58-64 et fig. 

22 Long 2009, dessin p. 61 et fig. p. 65 (bas).

23 Poulsen 1962, 117 no84, pl.CL-CLII ; Johansen 1994, 196-197 no86, fig. ; Fejfer 2008, pl.25, 33a, 34a-b et 35a-b.

24 Poulsen 1937, 20.

25 Cf. les portraits de Nîmes (Drusus le Jeune) et de Chiragan (Tiberius Gemellus ?), commodément reproduits dans Balty, Cazes 2005, 99-118, fig. 29-44.

26 Giuliani 1986, 177-179 et 311-312 n.61. Contra toutefois : Wünsche 1982, 22-32.

27 Kockel 1993, pl.12a, 13a-b, 26a, 34b-c, 36a, 62c-d, 68b, 79b (Rome) ; Frenz 1985, pl.8.1 (Narni), 24.2 (Potenza), 33.3 (Bénévent), 37 (Avellino) ; Pflug 1989, pl.2.1 (Ravenne), 48.1 (Milan) ; Espérandieu 1907, 346-347 no536, fig. (Béziers).

28 Balty 1993, 15-16, pl.12-13.

29 Long 2009, 70.

30 Schweitzer 1948, 65-66, fig. 63, 65 et 66 ; Helbig1969, 220-221 no2304 (bibl.) ; Fabbrini 1987, 37, 43, fig. 4 ; Papini 2004, 492 n.119 (« agli anni prima o intorno al 70 AC »).

31 Michalowski 1932, 27-32, fig. 15, pl.XXIII-XXIV ; Stewart 1979, 68 (tableauI, no7), pl.19b, 20d et 22b ; Queyrel 1996, 212 no96, pl.

32 Kersauson 1986, 14 no3, fig. ; Giuliani 1986, fig. 54-56 ; Megow 2005, pl.5-6.

33 Giuliani 1986, fig. 60-63 ; Megow 2005, pl.34 c-d – 37.

34 César, Bell. civ., I, 36, 4-5.

35 Blanc, Bromblet 2009, 85-86.

36 Long 2009, 70.

37 Johansen 2009, 80.

38 Raubitschek 1954, 65-68, 72 et 74, pl.III ; cf.Vermeule 1968, 426, 429, 432, 440-441, 444 et 448.

39 Raubitschek 1954, 65, pl.III.C ; Tuchelt 1979, 64, 135, 141, 208-210 et 234 (L 45-50) ; cf.Vermeule 1968, 463 et 467.

40 BMC Pontus, 153 no8, pl.31.13 ; RPC, I, 346 no2026, pl.89 ; cf.Vessberg 1941, pl.VIII.1 ; Johansen 1967, 10, fig. 1 ; Vollenweider 1972, 47, pl.75.3.

41 BMC Corinth, 58, pl.XV.2 ; Amandry 1988, 120-122 noI, pl.I. D1-11 ; RPC, I, 250 no1116, pl.59 ; cf.Vessberg 1941, pl.VI.9 ; Johansen 1967, 10, fig. 2.

42 Dion Cassius, XLIII, 14 ; cf.Vessberg 1941, 77 no300.

43 Dion Cassius, XLIII, 45.

44 Dion Cassius, XLIV, 4, 4-5.

45 Dion Cassius, XLIV, 4, 4.

46 Pline, Nat. hist., XXXIV, 27 : statuerunt et Romae in omnibus uicis tribus Mario Gratidiano.

47 Cicéron, Phil. 6, 12-15.

48 Johansen 2009, 83.

49 Ibid.

50 Ibid.

51 Long 2009, 68, fig. 

52 Pour ces différents portraits, cf. la présentation de D. Roger, résumant les communications de Fl. Johansen et de P. Zanker, ici même, p. 16-17, n.6-9.

53 Ibid., p. 16.

54 Hofter 1988, 314.

55 Long 2009, 70.

56 Le terme (« Zeitgesicht ») s’applique certes mieux à l’époque impériale, où l’on voit bien l’image de l’empereur, omniprésente dans l’Urbs, donner le ton. Mais il y eut, dès l’époque républicaine, différents « types » ou « groupes » de portraits – « Patrizierporträt » de la nobilitas, « Herrschertypus » des uiri triumphales, « Bürgerporträt » des homines noui – qui, par un étonnant « mimétisme en cascade » (Balty 1986, 301), se transmirent d’un niveau à l’autre de l’échelle sociale. Cf. Zanker 1974 [1976], 581-609 ; Balty 1982, 139-142 ; Balty 1993, 7-12.

57 Zanker 1981, 356-358 ; cf. également Fittschen, Zanker, Cain 2010, 44 (à propos du no32).

58 Zanker 1981, 358: « bis in spätaugusteische Zeit ».

59 Monterroso Checa 2009, 88-95.

60 Pour ces dernières, Cantino Wataghin 2005, 54-61.

61 De Ruyt 1982, 11.

62 Cianfarani 1950, 91-101.

63 De Ruyt 1955, 114-115 (« Sylla ? »), pl.46.1.

64 Ibid., 115.

65 Mertens 1953, 171-194 ; Mertens 1954, 86-108.

66 Coarelli 1998, 469.

67 De Ruyt 1982, 22.

68 Van Wonterghem, in: Devijver, Van Wonterghem 1981, 57-60, fig. 11-13.

69 Torelli 1990 [1991], 54-59.

70 Coarelli 1998, 472.

71 Monterroso Checa 2009, 94.

72 Cantino Wataghin 2005, 54-61.

73 Felletti Maj 1953, 67 no112, pl. ; Di Leo 1987, 156, 158 no R112, fig. 

74 Cianfarani 1972, pl. ; De Ruyt 1982, 21-24 no7, pl.IV-V.

75 Monterroso Checa 2009, p. 95 n. 27.

76 Burnand 2006, p. 211-214 n° 86 E 72.

77 Monterroso Checa 2009, p. 93.

Table des illustrations

Crédits (photo Philippe Groscaux / CNRS-CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12117/img-2.png
Fichier image/png, 610k
Crédits (photo Ole Haupt).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12117/img-4.png
Fichier image/png, 632k
Crédits (photo Ph. Collet / EfA).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12117/img-6.png
Fichier image/png, 615k
Crédits (photo Philippe Groscaux / CNRS-CCJ)
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12117/img-8.png
Fichier image/png, 612k
Crédits (photo Philippe Groscaux/CNRS-CCJ).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12117/img-10.png
Fichier image/png, 517k
Crédits (d’après Cianfarani 1972).
URL http://books.openedition.org/pccj/docannexe/image/12117/img-12.png
Fichier image/png, 583k

© Publications du Centre Camille Jullian, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search